Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes du voyage

 | 
Dominique Dinet
, 
Jean-Noël Grandhomme

III – Les conditions de la mobilité

Au risque du voyage. Les prêts à la grosse aventure

Emmanuelle Collas-Heddeland

Texte intégral

  • 1 Homère, Odyssée, chant I, vers 4-5.
  • 2 Cavafy (C.), Œuvres poétiques, « Ithaque », Paris, Imprimerie nationale, 1991, p. 31.
  • 3 Baudelaire (C.), Les Fleurs du Mal, « Le voyage », Paris, Gallimard, 1964, p. 153.
  • 4 Freud (S.), « Un trouble de mémoire sur l’Acropole », dans Résultats, idées, problèmes, II, Paris, (...)
  • 5 Homère, Odyssée, chant XII, vers 286-290.
  • 6 Détienne (M.) et Vernant (J.-P.), Les Ruses de l’intelligence. La mètis des Grecs, Paris, Flammario (...)

1Souffrant beaucoup d’angoisses dans son âme sur la mer / Pour défendre sa vie et le retour de ses marins1 », Ulysse erre pendant dix ans sur une mer effrayante, inévitable et dangereuse. Loin d’être, à l’instar de l’Ulysse de Dante, poussé par son désir de découvrir et de connaître le monde, l’Ulysse d’Homère est un voyageur malgré lui. Impossible pour lui de faire siennes les paroles du poète : « Quand tu partiras pour Ithaque, / Souhaite que la route soit longue, / Riche d’aventures et d’enseignements [...] / Que nombreux soient les matins d’été / Où tu entreras – avec quel délice, / Avec quelle joie ! – dans des ports inconnus2. » Ou encore : « Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu’importe ? / Au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau3 !» De lui, impossible aussi de dire avec Freud : « Quand on voit la mer pour la première fois, qu’on traverse l’océan, des villes et des paysages réels dont on a rêvé longtemps comme de choses lointaines et inaccessibles, on se fait à soi-même l’effet d’un héros ayant accompli d’incroyables prouesses4. » Décidément, non. Loin d’Ulysse l’idée de parcourir le monde à la recherche de l’Autre ; il ne songe qu’à retrouver ce qui lui est familier. L’Odyssée est une épopée du retour, oui, mais d’un retour sans cesse contrarié, dont l’itinéraire est ponctué d’escales imprévues, de bourrasques et de naufrages. Et le fils du roi des Phéaciens de nous dire : « Il n’est rien de pire que la mer pour vous abattre un homme, fût-il des plus vigoureux. Les nuits pourtant font se lever la ruine des navires / Des vents mauvais ; et comment fuir l’abrupte mort / si brusquement se lève une rafale / De ce Notos, de ce hurlant Zéphyr, qui tant de fois / Disloquent les bateaux en dépit des dieux protecteurs5 ?» La mer d’Ulysse est bien cet espace hostile, un et divers à la fois, où seul sait trouver les « chemins humides » sur « la mer vineuse » et tenir sa route le pilote doué de mètis, cette intelligence rapide, souple et rusée, capable de saisir, sans la laisser passer, l’occasion – kairos – qu’ont longuement évoquée Marcel Détienne et Jean-Pierre Vernant6.

  • 7 Hartog (F.), Mémoires d’Ulysse. Récits sur la frontière en Grèce ancienne, Paris, Gallimard, 1996.

2Je ne vous parlerai pas ici de tous les récits de voyage connus dans l’Antiquité grecque, je pense notamment à Pythagore, Hécatée de Milet, Anacharsis, Hérodote ou encore Pausanias, Lucien de Samosate ou Appollonios de Tyane. Autant de voyages réels ou imaginaires, sur terre ou sur mer, dans des contrées plus ou moins lointaines, parfois aux confins du monde connu, étudiés par François Hartog7. Non. Puisque l’occasion m’est donnée aujourd’hui de prendre la parole dans le cadre de ce colloque pluridisciplinaire consacré au voyage – et je remercie l’Association interuniversitaire de l’Est en la personne de son président, M. Dominique Dinet, de m’y avoir invitée –, j’ai choisi d’évoquer avec vous des voyages maritimes à des fins commerciales.

  • 8 Et ce n’est pas un hasard si Fortune ou Tychè est représentée dans l’iconographie gréco-romaine ave (...)
  • 9 Hésiode, Les Travaux et les jours, vers 646.
  • 10 Ibid., vers 691-694.
  • 11 La première attestation de resicum apparaît dans un acte daté du mois d’avril 1156, concernant une (...)
  • 12 Les termes désignant la notion de risque dans les langues romanes et germaniques (français : risque (...)
  • 13 Migeotte (L.), L'Économie des cités grecques, de l’archaïsme au Haut-Empire romain, Paris, Ellipses (...)

3S’il est des navigations réussies, la mer, on l’a vu, est le lieu de tous les dangers, où l’on risque de disparaître et d’errer vainement devant les demeures d’Hadès aux larges portes, sans pouvoir jamais en franchir le seuil. La mer est le lieu du hasard, où règne la Tychè, la fortune8. Elle est cet espace où l’on risque de tout perdre, sans la moindre contrepartie : sa vie, son retour, sa renommée et, plus grave encore, jusqu’à son nom même. Aussi, pour conjurer les dangers de la navigation maritime, que faire, puisqu’on ne peut ni conclure de contrat avec la mer ni lui imposer nos lois, mais que l’on souhaite, en reprenant les vers d’Hésiode, « tourner vers le commerce son cœur insensé9 » et que l’on risque alors de « trouver la ruine au milieu des flots de la mer et, pour avoir imposé au chariot un trop lourd fardeau, de briser l’essieu et perdre le chargement10 ». Ainsi la notion de risque, corrélative de la notion de danger, s’articule-t-elle autour de cette mer intérieure qu’est la Méditerranée. Le mot même de « risque », dérivé du latin resicum ou risicum, apparaît au milieu du xiie siècle dans des documents génois ou pisans11. Il constitue dès l’origine, comme l’a montré Sylvain Piron, un terme de droit commercial maritime, dont le sens est au cœur de la signification juridique du concept telle qu’elle s’est conservée jusqu’à nos jours12. À Athènes, cité par excellence liée à la mer, cité active et prospère au ive siècle avant notre ère, dont Le Pirée est à la fois l’emporion, le port commercial, et le port militaire, l’on possédait des bateaux de transports, l’on négociait avec des armateurs, investissant dans des affaires lucratives et en particulier dans les prêts maritimes, appelés « prêts à la grosse aventure13 ». Tous avaient alors intérêt à ce que le bateau arrive à bon port et que la fortune de mer leur soit favorable. Comment affronter le danger en le limitant ou en le contenant ? Quels étaient les termes des contrats prévoyant de tels voyages ?

  • 14 Sur le statut de ces dikai et sur celui des documents qui sont joints aux discours, voir la notice (...)

4À partir des dikaí emporikaí, les procès relatifs à des actions commerciales14, dont témoignent les plaidoyers athéniens du ive siècle, nous tenterons d’évoquer les contrats maritimes, par lesquels prêteurs, armateurs et commerçants cherchaient à se procurer la sécurité indispensable à leurs entreprises.

  • 15 Démosthène, Discours XXXV, 10-13.
  • 16 Sur la date du discours, voir la notice du Contre Lacritos par Louis Gernet dans Démosthène, Plaido (...)
  • 17 Mendè et Skionè se trouvent en Chalcidique de Thrace.
  • 18 Jusqu’à l’embouchure du Dniepr.

5Le plus ancien exemple de ce type de contrat est déjà très élaboré : il nous a été transmis par le Contre Lacritos15 du corpus démosthénien, datant des années 340-33816. Il commence ainsi : « Androclès du dème de Sphettos et Nausicratès de Carystos ont prêté à Artémon et à Apollodore, de Phasélis, 3 000 drachmes d’argent pour un voyage d’Athènes à Mendè ou Skionè17, et de là au Bosphore, puis, s’il leur plaît, jusqu’au Borysthène18 en longeant la côte à gauche, avec retour à Athènes. » Le prêt a été consenti par un Athénien, Androclès, et un étranger, Nausicratès de Carystos. Il l’a été à deux commerçants de Phasélis en Lycie, Artémon et Apollodore. Le montant du prêt est de 3 000 drachmes. Le prêt a été fait pour un voyage d’Athènes au Pont-Euxin, retour compris.

  • 19 Vers le 20 septembre.
  • 20 Au débouché du Bosphore sur la mer Noire.
  • 21 Démosthène, Plaidoyers civils…, op. cit., notice du Contre Lacritos, p. 171.

6Poursuivons : « L’intérêt est de 225 pour 1 000 et, s’ils ne reprennent la mer qu’après le lever d’Arcture19 pour aller du Pont à Hiéron20, 300 pour 1 000. » Le taux d’intérêt du prêt varie selon que les emprunteurs reprendront la route d’Athènes avant ou après le lever d’Arcture, c’est-à-dire avant ou après l’époque où la navigation redevient dangereuse. C’est dire si, dans cette opération, les intérêts sont calculés non pas d’après la durée du voyage, mais, ce qui est en accord avec les usages du prêt à la grosse aventure, d’après les risques encourus : la navigation comportait, même pour les navires de commerce, de nombreux dangers tels que tempêtes, pirates ou naufrage, et le prêteur prenait de grands risques. Dans cette affaire, le taux d’intérêt est de 22,5 ou 30 %, ce qui, selon Louis Gernet21, est normal et plutôt modéré.

  • 22 Contre les arguments invoqués par les commerçants, qui prétendaient ne pas pouvoir s’acquitter des (...)
  • 23 « D’abord, le contrat porte que le prêt de 30 mines qu’ils ont obtenu de nous était garanti par 3 0 (...)
  • 24 Ce principe est conforme à l’usage en matière de prêts maritimes.

7Le prêt de 3 000 drachmes a été consenti, sur hypothèque maritime, avec affectation sur le chargement : « Le prêt est garanti par 3 000 amphores de vin de Mendè, à charger à Mendè ou Skionè, sur le navire à vingt rames commandé par Hyblésios, ladite hypothèque franche et quitte de toute dette présente ou à venir. » Cette clause nous renseigne sur la nature et les modalités de l’hypothèque dans le prêt maritime. En effet, l’emprunteur n’est pas en possession de la chose hypothéquée (ou gage) : elle consiste en un chargement de vin, qui sera seulement pris en Chalcidique de Thrace22 et dont il est dit, non pas dans le contrat mais dans la suite du texte23, qu’il vaut le double de la dette24.

  • 25 Démosthène, Contre Lacritos, 11.

8En outre, nous dit la suite du contrat, le droit des prêteurs ne s’exerce pas sur cette cargaison-là, mais sur les marchandises qui auront été achetées dans le Pont avec le produit de la vente du vin, à savoir probablement du blé, et une fois seulement que ces marchandises seront débarquées à Athènes25. Le gage, c’est-à-dire les marchandises hypothéquées, sera tenu à disposition dès l’arrivée au port de retour jusqu’à ce que les emprunteurs soient libérés. Il est également fait allusion aux règles sur le jet et la contribution qui pourraient être imposées aux débiteurs au cours de la traversée et qui auraient pour effet de réduire la créance d’autant. Ce sont des principes de droit maritime qui sont déjà en usage à cette époque, et qui ont été retenus par la loi de Rhodes et par la jurisprudence romaine.

9Continuons :

Si le paiement n’est pas fait en temps convenu, les créanciers auront le droit d’hypothéquer le gage et de le vendre au cours. Si le prix est insuffisant pour remplir les créanciers de la somme qu’ils doivent recevoir aux termes du contrat, leur droit de saisie s’étendra à tous les autres biens d’Artémon et d’Apollodore, terrestres et maritimes, en quelque lieu qu’ils se trouvent, comme s’il y avait eu condamnation en justice et terme échu, le dit droit appartenant solidairement aux créanciers.

  • 26 Ibid., 12.
  • 27 N’apparaît d’ailleurs pas ici la clause pénale fréquente dans ce type de contrat, et attestée dans (...)

10Il est question ici du droit de vente au profit des prêteurs qui pourront ainsi rentrer dans leur créance. Il semble que cette clause soit une innovation du droit commercial. De même, si, en règle générale, la saisie épuise le droit du créancier, le créancier a ici le droit de réclamer la différence entre la valeur de la chose hypothéquée et le montant de la dette26. Notons à ce propos que, le cas échéant, si la valeur du gage est supérieure au montant de la dette, il n’est pas dit que l’excédent sera reversé aux débiteurs. Le contrat formule donc une solidarité active entre les créanciers, quant à l’exécution sans jugement, et non, comme habituellement dans ce type de contrat, une solidarité passive entre les débiteurs27.

  • 28 Démosthène, Contre Lacritos, 13.

11L’emprunteur est tenu de rembourser ses créanciers si la condition du retour à Athènes se réalise. Et une clause en faveur des créanciers est prévue si le paiement n’est pas effectué en temps et en heure. Le débiteur est cependant libéré si le navire ou les marchandises n’arrivent pas à bon port : cette clause de libération par fortune de mer appartient aux usages de la navigation et demeure la caractéristique principale des prêts à la grosse aventure. Au cas où le navire sombrerait, mais où une partie de la marchandise serait sauvée, cette partie du gage hypothéqué deviendrait la propriété commune des créanciers28.

  • 29 Dans le cadre du droit maritime, et notamment des dikai emporikai, les étrangers peuvent ester en j (...)
  • 30 Discours XXXII.
  • 31 Discours XXXIII.
  • 32 Discours XXXIV.

12Il va de soi que ce contrat n’illustre qu’un aspect de ces dikaí emporikaí, ces demandes en justice concernant des affaires de commerce maritime ayant un lien avec Athènes, et qui, depuis le milieu du ive siècle, y jouissaient d’une procédure rapide et pouvaient être intentées, devant les thesmothètes, par ou contre les naukleroi (capitaines de navire) et les emporoi (marchands ou négociants maritimes), quel que soit leur statut dans la cité29. Il nous est impossible, faute de temps, d’aborder ici et le plaidoyer contre Zénothémis30, et celui contre Apatourios31, ou encore celui contre Phormion32, chacun apportant un éclairage complémentaire sur ces contrats entre associés impliqués dans une expédition au départ d’Athènes (aller-retour). De même, nous ne nous appesantirons pas non plus sur toutes les questions relatives au droit et à la pratique de la plaidoirie dont témoignent ces textes attribués, parfois à tort, à Démosthène. En effet, nous avons privilégié le contrat inséré dans le Contre Lacritos, afin d’évoquer brièvement la matérialité du voyage dans ses contraintes et ses modalités. Si, nous l’avons vu, ce document prévoyait tous les détails de l’affaire – le contenu de la cargaison, la destination de l’expédition et les escales du voyage, le choix du bateau, à quelle saison, les risques, le montant du prêt, avec quel taux d’intérêt et selon quel calcul –, nous y apprenons également l’identité des partenaires, leurs accords, notamment la garantie du prêt et les moyens de recouvrement, enfin la liberté d’action de l’emprunteur.

  • 33 Detienne (M.) et Vernant (J.-P.), Les Ruses de l’intelligence..., op. cit., p. 152.

13C’est donc bien dans le domaine de la navigation, sur cette mer qu’on ne peut franchir sans métis, où chaque traversée est une aventure chaque fois renouvelée33, qui rime sans cesse avec dangers et aléas, qu’apparaît d’abord la pensée du risque. Très tôt, prêteurs, marchands et armateurs considéraient, ce qu’indique le contrat du Contre Lacritos, que toute entreprise liée à la navigation comportait des risques qu’ils comprenaient comme inhérents ou inévitables, et qui, par conséquent, leur échappaient. C’est à la fois la reconnaissance du danger dans le registre de l’aléa et l’expérience qui leur permettaient de prévoir et d’anticiper les dommages possibles, d’en estimer le coût et de procéder à leur répartition, enfin d’évaluer les pertes éventuelles. Ce sont les périls de la mer, reconnus comme tels et pris en compte, qui font apparaître comme nécessaires une assistance mutuelle et un contrat liant les différents partenaires de l’expédition et constituant les fondements mêmes du principe de l’assurance, qui s’est développé plus tard de manière empirique et pragmatique sous les contraintes économiques liées à la nécessité d’entreprendre.

  • 34 Migeotte (L.), L'Économie des cités grecques.... op. cit., p. 27-30.
  • 35 Outre le fameux passage de la Vie de Caton l’Ancien de Plutarque (21, 6-7) décrivant les prêts prat (...)

14Le prêt à la grosse aventure est bien attesté dans l’Athènes du ive siècle, qui a vu très vite se développer le souci de s’enrichir et de faire du profit, comme le suggèrent la science (épistémè) du profit (oikonomia) présentée par Xénophon dans l’Économique, ou la course effrénée à l’argent évoquée par Aristote34. Il est également attesté à Rome pour le commerce maritime, bien que la documentation soit plus imprécise, ou trop lacunaire pour permettre de comprendre toujours comment s’effectue le partage des risques et l’évaluation des profits35. Ainsi Athéniens et Romains connaissaient-ils le mécanisme qui a donné lieu au prêt à la grosse aventure et selon lequel le prêteur touchait un intérêt si la cargaison arrivait à bon port.

  • 36 Les relations n’ont jamais cessé en Méditerranée et, dès le xie siècle, avaient lieu des échanges f (...)
  • 37 Par l’intermédiaire de Byzance.
  • 38 Collas-Heddeland (E.), Kammerer (O.) et Lemaître (A.), « Moyen Âge et Temps moderne... », art. cité (...)
  • 39 La première édition de ce manuel juridique rédigé par un anonyme rouennais semble perdue. L’édition (...)
  • 40 Art. 350 : « Sont aux risques des assureurs, toutes pertes et dommages qui arrivent aux objets assu (...)
  • 41 Les notions de « prêt » et d’« emprunt » n’ont pas à l’origine un sens proprement économique. Sur l (...)

15Etymologiquement, le prêt à la grosse aventure, c’est ce qui doit arriver ou va arriver. Le risque y est synonyme de fortune de mer et désigne tout événement fortuit provoquant l’avarie, les dommages voire la perte du navire et de sa cargaison : tempête, naufrage, actes de piraterie ou représailles. Il serait sans doute hasardeux d’établir un lien continu entre ces pratiques de l’Antiquité et les associations qui se nouent à partir du xie siècle (d’autant qu’il est nécessaire de prendre également en compte les influences des modèles arabo-musulmans36 dans le domaine des associations commerciales ou des transferts de créances, qui nous ont été transmis directement ou indirectement37), néanmoins l’étude des prêts à la grosse aventure au ive siècle et des pratiques économiques qu’ils supposent témoigne de l’ancienneté des usages et des notions – qui perdurent dès les lois rhodiennes du viiie siècle jusque dans les statuts maritimes de Venise ou les contrats conclus à Gênes – destinés à garantir un transport de marchandises contre les aléas du voyage38. On pourrait aussi citer, entre autres, le Guidon de la mer, rédigé vers 1570, qui réunit les usages ayant cours dans nos différents ports39, la grande ordonnance de la marine, œuvre de Colbert inspirée des coutumes et statuts des Provinces-Unies, ou encore le code de commerce en vigueur de nos jours40. Dans tous les cas, il est impossible de ne pas souligner en quoi ces prêts à la grosse aventure étaient de véritables contrats de confiance41 et permettaient déjà de répartir les risques d’avaries ou de pertes liés à la fortune de mer, même si nous ne pouvons pas encore les définir comme de véritables contrats d’assurance.

  • 42 Cette brève étude s’inscrit dans un projet plus vaste concernant la notion de risque dans l’Antiqui (...)

16Au terme de cette brève « traversée », si nous nous sommes éloignés de l’Ulysse d’Homère ou de Dante, du voyageur de Cavafy ou de Baudelaire, nous avons pu mesurer combien, malgré le passage d’une prise en compte individuelle des risques, qui fonde très tôt le principe d’une pré-assurance puis d’une assurance, à une prise en compte collective, qui fonde aujourd’hui le principe d’une politique de prévention, il n’y a pas rupture par rapport à l’histoire passée de la notion. On retrouve en effet au centre de la notion actuelle de risque ses deux caractéristiques fondamentales : d’une part, l’évaluation et le calcul raisonné, d’autre part, le rapport de l’évaluation à la décision et à l’action, fondé sur la volonté d’anticipation. Ce qu’Aristote, le premier, a su théoriser, mais c’est un autre sujet42.

Notes

1 Homère, Odyssée, chant I, vers 4-5.

2 Cavafy (C.), Œuvres poétiques, « Ithaque », Paris, Imprimerie nationale, 1991, p. 31.

3 Baudelaire (C.), Les Fleurs du Mal, « Le voyage », Paris, Gallimard, 1964, p. 153.

4 Freud (S.), « Un trouble de mémoire sur l’Acropole », dans Résultats, idées, problèmes, II, Paris, PUF, 1985, p. 229.

5 Homère, Odyssée, chant XII, vers 286-290.

6 Détienne (M.) et Vernant (J.-P.), Les Ruses de l’intelligence. La mètis des Grecs, Paris, Flammarion, 1974, p. 22 : « La métis est rapide, prompte comme l’occasion qu’elle doit saisir au vol, sans la laisser passer. Elle ancre profondément l’esprit dans le projet qu’elle a par avance machiné, grâce à sa capacité de prévoir, par-delà le présent immédiat, une tranche plus ou moins épaisse de futur ».

7 Hartog (F.), Mémoires d’Ulysse. Récits sur la frontière en Grèce ancienne, Paris, Gallimard, 1996.

8 Et ce n’est pas un hasard si Fortune ou Tychè est représentée dans l’iconographie gréco-romaine avec un gouvernail et une proue : Tychè d’Antioche, statue d’Ostie, monnayages...

9 Hésiode, Les Travaux et les jours, vers 646.

10 Ibid., vers 691-694.

11 La première attestation de resicum apparaît dans un acte daté du mois d’avril 1156, concernant une opération commerciale qui sera menée « au risque » du commanditaire de Gênes à Valence, puis de là, à Alexandrie : Piron (S.), « L’apparition du resicum en Méditerranée occidentale aux xiie-xiiie siècles », dans E. Collas-Heddeland, M. Coudry, O. Kammerer, A. Lemaître et B. Martin, Pour une histoire culturelle du risque. Genèse, évolution, actualités du concept dans les sociétés occidentales, Strasbourg, Histoire et anthropologie, 2004, p. 63.

12 Les termes désignant la notion de risque dans les langues romanes et germaniques (français : risque ; italien : rischio ; espagnol : riesgo ; anglais : risk ; allemand : Risiko ; etc.) dérivent tous du mot latin resicum ou risicum.

13 Migeotte (L.), L'Économie des cités grecques, de l’archaïsme au Haut-Empire romain, Paris, Ellipses, 2002, p. 116-119.

14 Sur le statut de ces dikai et sur celui des documents qui sont joints aux discours, voir la notice générale de Louis Gernet dans Démosthène, Plaidoyers civils. Discours XXVII-XXXVIII, éd. L. Gernet, Paris, Belles Lettres.

15 Démosthène, Discours XXXV, 10-13.

16 Sur la date du discours, voir la notice du Contre Lacritos par Louis Gernet dans Démosthène, Plaidoyers civils..., op. cit., p. 179-180.

17 Mendè et Skionè se trouvent en Chalcidique de Thrace.

18 Jusqu’à l’embouchure du Dniepr.

19 Vers le 20 septembre.

20 Au débouché du Bosphore sur la mer Noire.

21 Démosthène, Plaidoyers civils…, op. cit., notice du Contre Lacritos, p. 171.

22 Contre les arguments invoqués par les commerçants, qui prétendaient ne pas pouvoir s’acquitter des obligations prévues au contrat, sous prétexte qu’en retournant du Pont à Athènes ils auraient perdu une cargaison d’amphores de vin de Cos, l’orateur déclare : « Vous voyez l’impudence de ces gens. Quant à vous, juges, demandez-vous s’il est jamais venu à votre connaissance ou à vos oreilles qu’on ait transporté du vin du Pont à Athènes pour en faire commerce, surtout du vin de Cos. Tout au contraire, on transporte dans le Pont du vin de nos parages, Péparéthos, de Cos, du vin de Thasos et de Mendè et de bien d’autres villes ; du Pont, c’est de tout autres objets qu’on importe », Démosthène, Contre Lacritos, 35. La fréquence des transports de vin de Thasos, de Cos, de Mendè ou de Péparéthos est confirmée par l’analyse statistique du matériel amphorique.

23 « D’abord, le contrat porte que le prêt de 30 mines qu’ils ont obtenu de nous était garanti par 3 000 amphores de vin, étant admis que l’hypothèque avait une valeur double ; la dépense ressortissait ainsi à un talent au prix courant du vin, y compris les frais nécessaires pour la conservation de la marchandise », Démosthène, Contre Lacritos, 18.

24 Ce principe est conforme à l’usage en matière de prêts maritimes.

25 Démosthène, Contre Lacritos, 11.

26 Ibid., 12.

27 N’apparaît d’ailleurs pas ici la clause pénale fréquente dans ce type de contrat, et attestée dans le ContrePhormion : voir Démosthène, Plaidoyers civils..., op. cit., notice du Contre Lacritos, p. 174.

28 Démosthène, Contre Lacritos, 13.

29 Dans le cadre du droit maritime, et notamment des dikai emporikai, les étrangers peuvent ester en justice au même titre que les citoyens.

30 Discours XXXII.

31 Discours XXXIII.

32 Discours XXXIV.

33 Detienne (M.) et Vernant (J.-P.), Les Ruses de l’intelligence..., op. cit., p. 152.

34 Migeotte (L.), L'Économie des cités grecques.... op. cit., p. 27-30.

35 Outre le fameux passage de la Vie de Caton l’Ancien de Plutarque (21, 6-7) décrivant les prêts pratiqués par Caton dans les années 150 de notre ère, voir la note 21 de la page 44 d’E. Collas-Heddeland, O. Kammerer et A. Lemaître, « Moyen Âge et Temps moderne. L’ère du calcul », dans E. Collas-Heddeland, M. Coudry, O. Kammerer, A. Lemaître et B. Martin, Pour une histoire culturelle du risque.... op. cit., p. 39-54.

36 Les relations n’ont jamais cessé en Méditerranée et, dès le xie siècle, avaient lieu des échanges fructueux entre Italiens et musulmans.

37 Par l’intermédiaire de Byzance.

38 Collas-Heddeland (E.), Kammerer (O.) et Lemaître (A.), « Moyen Âge et Temps moderne... », art. cité, p. 46-48.

39 La première édition de ce manuel juridique rédigé par un anonyme rouennais semble perdue. L’édition de 1608 est la plus ancienne qui nous soit parvenue. Le titre de ce texte est Guidon, stile et usance des marchands qui mettent à la mer. Traitant des assurances, polices, avaries [...] et de marchandises à la mer [...] et autres choses nécessaires pour la navigation.

40 Art. 350 : « Sont aux risques des assureurs, toutes pertes et dommages qui arrivent aux objets assurés, par tempête, naufrage, échouement, abordage fortuit, changements forcés de route, de voyage ou de vaisseau, par jet, feu, prise, pillage, arrêt par ordre de puissance, déclaration de guerre, représailles, et généralement par toutes les autres fortunes de mer ».

41 Les notions de « prêt » et d’« emprunt » n’ont pas à l’origine un sens proprement économique. Sur le lien entre prêt et confiance, croire et créance, voir É. Benveniste, Le Vocabulaire des institutions indo-européennes, vol. 2, Paris, Editions de Minuit, 1969, p. 171-179.

42 Cette brève étude s’inscrit dans un projet plus vaste concernant la notion de risque dans l’Antiquité dans une perspective d’histoire culturelle et qui fera l’objet d’une publication en 2009.

Auteur

Université de Haute-Alsace, Mulhouse.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540