Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes du voyage

 | 
Dominique Dinet
, 
Jean-Noël Grandhomme

II – L'organisation du voyage

Le journal de voyage, mode d’emploi pour voyageurs

Odile Schneider-Mizony

Texte intégral

Les récits de voyage allemands aux xve et xvie siècles

  • 1 Balthasar Sprenger est évoqué dans H. Hümmerich, Quellen und Untersuchungen zur Fahrt der ersten De (...)

1Les récits de voyage en allemand se multiplient à partir du xve siècle en raison de la mobilité accrue par les grandes découvertes, mais nous ne nous intéresserons pas aux voyages vers le Nouveau Monde, peu objectifs : ils cherchent à convaincre les puissants de l’époque de l’intérêt d’investir dans ces nouvelles contrées en peignant de façon euphémique le voyage aussi bien que ses circonstances locales, s’autorisant d’autant mieux à enjoliver la réalité qu’il s’agit effectivement pour les lecteurs d’une terra incognita ; tel est le cas du voyage de Balthasar Sprenger1.

  • 2 Voir F. Knopper, « Die Gattung Reisebeschreibung zwischen Dokument und Monument », dans F. Lartillo (...)

2Le voyage vers le Moyen-Orient est plus proche de la réalité, se déroulant en des régions qui présentent un certain nombre de repères géographiques et culturels, « hauts lieux » de connaissances humanistes et religieuses qui sont autant de freins à l’affabulation. Là aussi, nous avons restreint le champ d’examen en laissant de côté les récits de pèlerinage vers Jérusalem, qui recopiaient souvent, pieusement ou paresseusement, les descriptions des villes étapes ou des Lieux saints sur des ouvrages antérieurs2. Le voyage vers et dans l’Empire ottoman est plus authentique, ne pouvant s’appuyer sur tant de sources livresques.

  • 3 « Gerhart von Ronßlon den und sin mitgesellen schyckt er zu dem keyser von Constantinopel [...] Ich (...)

3Dans la fiction, la narration du voyage est minimale, évacuée par prétérition ou condensée en une phrase : « Il envoya Gerhard de Ronẞlon et ses compagnons auprès de l’empereur de Constantinople [...] Je ne vous parlerai pas de leur voyage car ils chevauchèrent si longtemps qu’ils arrivèrent à Constantinople3. » Les détails du voyage n’intéressent pas le lecteur de roman.

  • 4 Dernschwam (H.), Tagebuch einer Reise nach Konstantinopel und Kleinasen 1533-1555, Berlin, Dunckel (...)

4Tout autre est le développement réalisé par Hans Dernschwam, qui décrit en quarante pages ce même trajet de Vienne à Constantinople. Si le journal de son voyage4 de Vienne en Asie Mineure – retour compris – est aussi long (deux années parcourues en 275 pages), une partie importante de cet itinerarium doit pouvoir nous renseigner sur les conditions du voyage à cette époque.

5Pour le vérifier, nous procéderons en trois temps : une première partie s’essaiera à dégager le récit de Dernschwam de la gangue des topoï et traditions d’écriture de ce genre de textes ; dans un deuxième temps seront étudiées les stratégies de nomination de l’altérité du voyage, moments aussi bien de vérité que d’opacification des réalités rencontrées. Enfin, nous montrerons combien ce diary, récit détaillé au jour le jour, se veut documentation de voyage, même s’il peine à sortir du discours idéologique, préfigurant ainsi le type ultérieur du guide de voyage.

Le voyage de Hans Dernschwam : entre tradition et modernité

6Hans Dernschwam, homme d’affaires ami des Fugger, bourgeois enrichi dans l’exploitation de mines en Bohème, humaniste possédant une des plus importantes bibliothèques privées de son siècle, se lance à soixante ans dans un voyage auprès du sultan Soliman. Ses compagnons de voyage sont l’évêque Anton Vancie et le capitaine général Franz Zay, qui apportent un message du roi Ferdinand et l’impôt de l’année au sultan. La petite troupe part avec chevaux, voitures, hommes de garde et domestiques en juin 1553 de Vienne et atteint Constantinople fin août de la même année. Ils passent de longs mois à Constantinople sans être reçus par le sultan et finissent par le rejoindre en Asie Mineure en 1555, où il guerroie contre le roi de Perse. Au bout de deux mois d’attente sur place, ils repartent sans résultat diplomatique et rentrent à Vienne en août 1555. Dernschwam semble être mort fin 1567, soit plus de 10 ans après la fin de son voyage.

7La motivation du narrateur à entreprendre ce voyage est obscure : il insiste à maintes reprises sur le fait qu’il finance lui-même chevaux et domestiques, nourriture et fourrage, et les commentateurs voient alors en lui le type du rentier curieux, effectuant un déplacement privé, se lançant à l’aventure, mais en compagnie, dans des pays déjà parcourus dans l’Antiquité. D’un autre côté, la découverte du manuscrit du récit dans la bibliothèque des Fugger a fait supposer qu’il se serait agi d’un voyage d’expertise et de son rapport pour le compte d’Anton Fugger, qui aurait été désireux d’avoir une meilleure connaissance de l’Empire ottoman, lequel menaçait les marches orientales du monde chrétien. Ainsi s’expliqueraient les faits, chiffres, dimensions, prix et descriptions de plantes ou de lieux qui donnent un aspect taxinomique à de longs passages.

8Ce récit de voyage, connu déjà du vivant de l’auteur – plusieurs copies en circulaient – est confirmé dans ses grands traits par les récits en latin de deux autres compagnons de voyage. Notre source est le récit le plus long, décrivant par le menu, sous la forme d’un diary, les étapes, dépenses, paysages, personnes, vêtements et coutumes, administrations et religions des contrées traversées. L’humaniste qu’il est s’intéresse également à tous les monuments, ruines et inscriptions latines ou grecques, reportées très fidèlement dans son texte (plus de trente). Le texte alterne l’écriture télégraphique des périodes de voyage et un style plus ample pour les objets ou scènes qui l’ont fasciné : le bain turc ou le caravansérail, les monuments de Constantinople ou l’organisation des janissaires. On compte plus d’une cinquantaine de croquis et environ 20 « blancs » dans le texte, laissés pour des précisions ultérieures de toponymes oubliés ou de dépenses à vérifier. Le fait qu’il n’y ait pas eu « réécriture » pour une publication effective l’éloigne d’une recherche d’effet littéraire.

9L’écriture en prose « vulgaire », c’est-à-dire en allemand, par opposition aux deux autres lettrés du voyage qui ont rédigé leur récit en latin, est un gage d’authenticité : l’auteur, qui en aurait eu les compétences, ne cherche pas à briller par son style oratoire. Le texte n’est pas rédigé non plus au sens rhétorique du terme (dispositio) : les événements et descriptions se déroulent dans l’ordre de la rencontre, l’absence de plan de rédaction constituant aussi un gage de véracité. Ce qui ne signifie pas une égalité de traitement pour tous les éléments du voyage : dans une sorte de préfiguration de boucle touristique, il choisit d’observer et de décrire des « curiosités » ; en revanche, les personnes constituant la petite troupe restent dans l’ombre, et on apprend très peu de choses sur le voyageur lui-même, qui se contente d’indiquer qu’il n’a pas supporté la puanteur d’un heu ou qu’il a apprécié telle recette gastronomique locale.

10Cette discrétion d’auteur est tout à fait dans la tradition des récits de voyage de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne, l’individu n’ayant pas à s’intercaler entre les objets et l’écriture. Très traditionnelle aussi est la recherche constante, dans les régions traversées, du substrat antique sous la forme de ruines de monuments ou d’inscriptions : dans l’expérience d’une altérité barbare, il s’agit de retrouver la meilleure part de la civilisation occidentale.

  • 5 « Wie ein saw », « wie ein bok stinkhen », « wie ein beschissen kindt », p. 70-71 ou p. 136 du Tage (...)

11Comme pour ses devanciers et contemporains, la civilisation orientale et musulmane est le négatif de l’Occident chrétien, véritable topos qui compare Constantinople à Sodome et Gomorrhe, fait des religieux musulmans des suppôts de Satan, et des Turcs en général des êtres doués de tous les défauts, en dépit de contradictions avec ses propres observations : le récit détaillé des bains turcs, des diverses ablutions lors des prières et l’étonnement devant les habitudes d’hygiène lors de l’accomplissement des besoins naturels ne l’empêchent absolument pas d’utiliser dans le même passage des métaphores d’animaux ou autres expressions très péjoratives pour désigner les Turcs qui se lavent : « comme une truie », « puent comme un bouc », « comme un enfant couvert de merde5 ». Le souci de propreté que le narrateur décrit, en totale contradiction avec le stéréotype qu’il reproduit, ne suffit pourtant pas à le lui faire réviser.

12Cependant, les éléments de modernité de l’expérience du voyage sont indéniables : voyager n’est jamais source d’ennui ou de fatigue, même lorsque le groupe arrive par grosse pluie et affamé dans un endroit inhospitalier ; il n’est pas non plus déracinement ou peur du danger. Contrairement à l’époque antérieure du Moyen Âge où l’on voyage par nécessité, il semble que notre humaniste prenne plaisir à voyager, et que les buts du voyage diplomatique – qui ne sont peut-être pas les siens, rappelons-le – s’effacent devant la vision de constantes nouveautés. Sa mobilité personnelle et intellectuelle semble avoir été supérieure dans ce voyage à celle de ses compagnons : il visite souvent seul, prend des croquis, rémunère un habitant du heu pour se faire montrer un tumulus des environs ou raconter une histoire surnaturelle.

  • 6 « [...] ist ein vierekhet stainen gemewer gestanden aber gar zerschlaifft. Darin ich auch mit ander (...)

13Liberté physique et mobilité imaginative sont les constituants de sa disposition « autoptique » ; il veut tout voir lui-même, se rendre compte de tout par lui-même : « Il y avait un bâtiment en pierres, carré mais très abîmé. J’y étais aussi avec les autres, il est à peu près long et large de 40 pieds [...]6» Il y a authentification en vertu du principe « j’y étais ». Dans la division entre les disciples de l’expérience visuelle et les cosmographes tenants du « ouï-dire », il est fondamentalement du parti des premiers. On en voudra pour preuve l’opposition entre l’utilisation du verbe voir (sehen), lorsqu’il est lui-même le garant de ce qu’il décrit, et les formules du paraître (scheint) ou de rapport des propos d’autrui pour les impressions qu’il n’a pas pu vérifier :

  • 7 « Vnd von bayden seytten von ferns haben wjr noch gepirge gesehn, vnd auff der rechten handt das gr (...)

Et des deux côtés nous avons vu de loin encore des montagnes et remarqué sur le côté droit la haute montagne dont on dit qu’elle va jusqu’à la Bosnie, et tout au long du côté gauche on ne pouvait plus voir la montagne, elle allait en se perdant. En prenant à droite, nous sommes passés au-dessus d’un ruisseau qui coulait vers la gauche, il semble qu’il ait été conduit autrefois par un fossé à travers la plaine7.

  • 8 « Es seind wol zw Constantinapol vill tabern darin man wein schengt [...] », p. 36 du Tagebuch.

14De même, ses conjectures sont enchâssées dans de prudentes modalisations : « Il y a sans doute à Constantinople beaucoup de tavernes où l’on sert du vin8. » Bien que manquant d’ouverture envers les coutumes et populations évoquées, il sépare dans un esprit quasi positiviste ce qu’il a vraiment vu de ce qu’il ne peut attester. Ce témoin curieux qui distingue ses différentes sources est proche de la modernité.

L’écriture de l’inconnu

15Le voyage est un espace de la recherche et de l’expérimentation, aussi sur le plan langagier. Son récit est émaillé de dénominations locales et singulières, les lieux et objets étranges rencontrés au cours du voyage n’acquérant un statut ontologique que lorsqu’ils s’inscrivent dans le texte. Une sorte de collecte de mots locaux traverse l’ensemble du récit, mots turcs, mais également hongrois, bosniaques ou bohémiens. Environ 300 toponymes étrangers témoignent des différentes étapes du voyage, relativement bien reconstitué par les historiens pour la partie européenne du trajet, même s’il reste plus flou dans sa partie anatolienne. Une centaine de patronymes identifient des personnages rencontrés ou sujets de la rumeur publique. Les objets du voyage n’échappent pas à cet étiquetage exotique et l’on recense notamment :

    • 9 « Vberall vyl selczamer kreutter gefunden die man in den apteken praucht vnd d[r]aussen nit hot, wi (...)

    des emprunts au latin de dénomination savante, par exemple pour les plantes médicinales : « Avons trouvé de partout des plantes étranges qu’on utilise en pharmacie et qu’on n’a pas ailleurs, comme mentionné plus haut : Abrotanus sylvestris, avec une silhouette de cyprès, Ruta sylvestris, salnia sylvestris, Drangantum, Folia sene, Rubea tinctorum [...]9 » ;

  • des termes hongrois, comme tyhay (« traducteur »), roschekhen (« filet de pêcheur »), zippolten (« petits pains »), kapcza (« chausse ») ;

  • -des dénominations turques, que l’on peut estimer à plusieurs centaines : meczith (« mosquée »), princzsch (« riz »), czorba (« soupe épaisse »), biskot (« pain sec »), hoschia (« clerc ou imam »), papuczsch (« pantoufle »), sulag (« archer »), skoffia (« coiffe »), murtat (« renégat »), janczarn (« janissaire »), etc.

16Notre voyageur ne semble pas avoir appris à parler turc, mais note fidèlement tous les termes correspondant aux connaissances de voyage qu’il amasse et les réemploie régulièrement. Une impression de fascination se dégage de cette accumulation de lexèmes, même si ni la langue ni la civilisation turques ne peuvent s’extraire de l’aura de négativité qui les baigne. Il fait plusieurs fois de (mauvais) jeux de mots en turc, aboutissant à une péjoration de ce qu’il décrit. Mais le jugement de valeur négatif n’empêche pas une démarche de type encyclopédique pour découvrir le monde ottoman, société intéressante, digne d’être portée à l’attention du public.

17La traduction ad hoc, passerelle linguistique en direction du lecteur (y compris de lui-même), n’est pas oubliée, et de nombreuses reformulations passent du hongrois ou du turc à l’allemand, voire du hongrois ou du latin au turc : ein somer haws (« résidence d’été ») ader tornatz (hongrois, p. 6) ; ein prefectus ader bekh (latin et turc, p. 6-7) ; ein bulgarisch dorff genant Nowak derwen, auf turkisch Kapi dewend (« un village hongrois nommé Nowak derwen, en turc Kapi dewend », p. 18). La reprise des catégorisations langagières des populations locales est une stratégie d’appropriation d’explorateur : même le « jamais vu » peut être nommé, ce qui est profondément rassurant.

  • 10 « [...] ligt gleich wie ein schone gegent vor dem hernachgeschribenen gepirge, anzusehen wie der Tu (...)
  • 11 Voir A. Bernoulli, Hans und Peter Rots Pilgerreisen 1440 und 1453, Beitrage z. vaterländischen Gesc (...)

18La familiarisation avec l’exotique se réalise également par le biais de comparaisons avec les objets habituels, qu’il s’agisse de peindre un morceau de paysage hongrois avec un paysage analogue de sa Bohème de résidence (« [...] s’étend en une belle région devant la montagne décrite ci-après, ressemble au Turtz à Lipta, Alt Soll et au Kreutzlendle vers Saint-Bénédict10 ») ou, de façon plus fondamentale, de traduire l’altérité musulmane et orientale en concepts intelligibles par des lecteurs allemands et chrétiens ; c’est ainsi que la mosquée devient une église, le caravansérail une auberge, le muezzin un prêtre et le vêtement des femmes turques un linceul. Cette catégorisation informative est didactique, et ne se veut pas tant ethnographique que pratique. Son ancrage dans une dichotomie « monde chrétien/monde musulman » contribue cependant à une insistance simplificatrice sur une stéréotypie manichéenne qui est loin de la description positiviste, comme lorsque Constantinople est mise en parallèle avec Sodome et Gomorrhe (p. 134) ou le sultan Soliman avec un général romain, Bonosus, connu pour sa lubricité (p. 138). Ces analogies permettent la compréhension fragmentaire du monde musulman tout en renforçant le discours négatif sur le monde oriental. Elles ne constituent pas une singularité de l’auteur Dernschwam mais traversent tous les récits de voyage de l’époque, et on lit fréquemment que des sultans se « confessent » au « pape » des infidèles11.

  • 12 « Von merley der turkhen prauch, als von iren pfaffen, schuchen, styfeln, waschen, gebeth, zeitten, (...)

19L’altérité consubstantielle à ces voyages ne se voit pas seulement neutralisée par les analogies avec les repères culturels habituels, mais aussi par la transformation de l’extraordinaire en expérience banale à force de répétition. L’éditeur du texte attribue à la négligence le fait que le narrateur fasse plusieurs fois la description extensive d’un caravansérail, d’un bain turc, des rites autour du ramadan, ou des rapports des musulmans à l’alcool : Dernschwam aurait tout simplement oublié avoir fait la description plus haut, et s’il s’était relu, aurait éliminé cette redondance. Cette explication omet à notre avis plusieurs éléments importants. Le fait que l’auteur fasse lui-même référence à ses descriptions antérieures montre qu’il en est pleinement conscient : « D’autres renseignements sur les coutumes des Turcs comme sur leurs prêtres, chaussures, bottes, prières, temps de jeûne, fête du ramadan ont déjà été donnés plus haut une fois12. » Par ailleurs, un certain nombre de ces formules binaires, meczith ader kirchen (« mosquées, c’est-à-dire églises »), hoschia ader pfaffen (« imams, i. e. prêtres »), se retrouvent tout au long du récit de voyage en région musulmane, alors qu’auteur ou lecteur ne sont certainement plus dans l’incompréhension. Il semble qu’il faille proposer une autre interprétation pour ces anecdotes et formulations récurrentes : leur rappel pourrait bien constituer un procédé de mémorisation. La répétition de ces séquences d’objets lointains les graverait plus profondément dans la représentation mentale du public européen.

20L’anaphore associative enfin, moyen linguistique qui permet de s’appuyer sur le concept mental de l’objet pour poursuivre le thème par un trait non encore évoqué, relève aussi de la similarité de modes d’être entre le monde chrétien et oriental : constructions religieuses, lieu de séjour des voyageurs, organisation militaire, plan d’une bourgade, comprennent des invariants qui n’ont pas besoin d’explication préalable pour être correctement décodés. L’écriture fluide qui en résulte fonctionnalise ce parallélisme entre les deux mondes. C’est ainsi qu’on passe par association d’idées du caravansérail avec son écurie, lieu d’accueil des voyageurs, au forgeron, qui s’occupe de leurs chevaux :

  • 13 « In die vierde ist allein ein ros stall dorin man zurings vmb mag gehen und wegen stellen [...] Ge (...)

Dans la quatrième cour, il n’y a qu’une écurie dont on peut faire le tour et dans laquelle on peut mettre des charrettes [...] Ladite écurie a de forts piliers en son milieu [...] L’entrée de la rue jusqu’à la cour [...] Dans ces deux pièces voûtées on entrepose le foin et les céréales. C’est aussi là qu’habite le forgeron13.

21La similitude de l’organisation du voyage entre l’Occident et l’Orient estompe l’altérité de l’autre civilisation, décrite dans les mêmes termes.

22L’iconographie mérite ne serait-ce qu’une mention dans ces techniques d’écriture du voyage, car la cinquantaine de dessins et croquis que l’on trouve dans le manuscrit ont pour but de rendre plus physiquement présents les monuments visités : un simple carré à traits appuyés visualise par exemple le plan de fondation d’un bâtiment carré, ou bien l’emplacement où l’on pose le chaudron de soupe dans le couloir du caravansérail (p. 40). On peut imaginer que ces dessins ont une vertu mnémotechnique qui aide le scripteur à se remémorer les objets rencontrés. Cependant, le type d’illustration le plus fréquent est une iconographie de curiosité : qu’il s’agisse d’une coiffe de femme bulgare, sorte de pouf renversé sur la tête (p. 13), d’une borne à la sortie d’un pont, très peu parlante pour ceux qui n’ont pas fait le voyage (p. 20), ou de bas-reliefs avec leurs inscriptions, c’est l’extraordinaire qu’il s’agit de documenter par le texte et l’illustration qui l’accompagne. L’archivage scriptural et iconographique des ruines et inscriptions est une entreprise de conservation des biens culturels dans la mémoire du lecteur. Les petites illustrations sont enserrées par leur légende, les dessins plus importants précédés de leur description, les unes comme les autres authentifiant leur objet dans leur environnement naturel. Si les dessins ont pour fonction d’être en situation, il est moins important qu’ils soient peu explicites.

23Techniques d’écriture et dessins se rejoignent donc dans leurs buts : l’information sur l’altérité géographique et ethnographique, et l’attestation de la réalité du voyage. Le propos du journal de voyage dépasse cependant ces deux fonctions.

Du discours idéologique au guide de voyage

24Ce récit de voyage n’est pas un effet de lecture produit par une habile rhétorique descriptive. C’est un journal de notes prises sur le terrain, qui se développent en observations plus élaborées à des moments d’oisiveté. On recense dans les thèmes abordés :

  • l’itinéraire avec villes de passage et contrées inhabitées, constitutives les unes comme les autres du déroulement concret du voyage. Car l’explorateur de ces régions peu connues doit organiser l’étendue, la décomposer en étapes. Le récit fournit une topographie suffisamment précise pour que l’itinéraire puisse avoir été reconstitué en grande partie par les historiens ;

  • un pèlerinage dans l’Antiquité : là où les récits de pèlerinage décrivaient une relique après l’autre, le récit de Dernschwam s’intéresse à la rémanence du passé gréco-romain dans les contrées qu’il traverse : voies romaines détériorées, inscriptions latines ou grecques plus ou moins déchiffrables, monument turc à Constantinople (palais ou mosquée) construit avec des pierres d’édifices démolis, restes d’aqueduc, etc. Il n’est pas un tumulus dans les environs, une trace de canal ancien dans la campagne à la piste desquels il ne se lancerait pas. Son voyage dans l’espace est aussi un voyage dans le temps. Cette quête est celle d’un polyhistorien, l’habitus d’un lettré (n’oublions pas qu’il est humaniste) avide de connaissances universelles ;

  • une curiosité « horizontale » enfin, rend digne d’intérêt tout ce qui l’entoure, qu’il s’agisse des traces de prospérité villageoise d’avant l’occupation turque, de ruines de fortifications médiévales, des convois de sel qu’il croise en Europe ou des caravanes de marchands rencontrées en Asie Mineure, des coiffures des femmes ou des habits des hommes, des habitats divers suivant les régions, comme des récits locaux d’événements surnaturels. Même si le voyageur n’est pas dans l’émerveillement béat qui constitue potentiellement un motif du voyage de découverte, toute chose sortant de l’ordinaire l’impressionne, au sens où l’on utilisait ce terme en photographie, et il en rend compte, y compris par l’anecdote. Contrairement à ce qui a parfois été avancé pour les voyageurs occidentaux en Orient, il ne voit pas que ce qu’il veut bien voir, il s’intéresse à tout et peut aussi bien mesurer les dimensions de toutes les pièces constituant un bain turc – et s’y baigner-, identifier les différentes qualités de métaux utilisés pour les tuyaux que décrire les techniques d’abattage des animaux ou les stratégies de lutte contre les incendies urbains, stratégies qu’il critique vigoureusement. L’espace du voyage est un microcosme dont il explore tous les aspects.

  • 14 « Die inwoner vnd andere lewt auff der strassen wjssen khain beschaidt zugeben, wan man sy fragt, w (...)

25Ce journal pourrait alors sembler relever du magma d’informations en tous genres, matériau brut s’offrant à des traitements, mais inutilisable en l’état, sorte de kaléidoscope ethnographique sans logique interne. L’unité est cependant donnée par l’expérience du voyageur, fort représentative de ce que pourrait être celle d’autres après lui. La lecture de son récit en fait un mode d’emploi pour de futurs voyages. Le lecteur sera rapidement averti qu’il ne sert à rien de demander aux locaux des indications de distance pour la prochaine étape : « Les habitants et gens rencontrés en chemin ne savent pas donner de renseignements quand on leur demande combien de lieues il y a d’un village à un autre14 ». Il apprendra qu’il faut éviter d’être vu en train de recopier des inscriptions anciennes sous peine de passer pour un espion et de se faire matraquer – reflet des tensions de l’époque (p. 40) –, saura quel type d’objet il faut offrir raisonnablement à quel responsable local pour être correctement traité (p. 3), l’utilité du bakchich pour que les surveillants du caravansérail le laisse sortir le soir malgré l’interdiction (p. 42) ou la hauteur de la commission que prélèvent les fournisseurs en alimentation. Il aura également droit à quelques recettes gastronomiques précises, comme celle du foie d’oie frit, que Dernschwam recommande (p. 117).

26L’information exacte porte aussi sur ses comptes, du budget intermédiaire à Constantinople (avec les fournitures alimentaires par mois [p. 45-46]) au budget final du particulier Dernschwam – y compris les dépenses exceptionnelles du rachat d’un prisonnier chrétien, et des achats de livres grecs, tapis et soieries. Ces comptes sont un gage supplémentaire d’authenticité, ou peut-être correspondent-ils tout simplement au bilan du voyage, cette Er-fahr-ung, comme le dit la langue allemande, dont l’étymologie signifie « ce qu’on a acquis en voyageant », et qui s’est lexicalisée au sens moderne d’« expérience ». Dans la dernière page éclate une vraie fierté de l’accomplissement : être parti et revenu, ramenant chevaux et domestiques, avoir subvenu personnellement à ses dépenses et avoir des comptes précis après deux ans et demi de voyage dans l’imprévu, tout ceci montre la bonne maîtrise de cet événement extraordinaire : l’idée de gestion du voyage s’impose d’ailleurs quand on lit le mot de la fin, register, c’est-à-dire « livre de compte ».

27Ce journal de voyage, à l’intérieur duquel, dans une préfiguration de boucle touristique, le voyageur est tiraillé entre la vérité de l’observation et le voyage de curiosité, est donc riche d’enseignements. Les stratégies langagières de description et de nomination de l’exotique nous informent sur une pratique hésitant entre la collecte de mots nouveaux et de catégorisations propres aux populations rencontrées, et le recours aux lieux communs sur le monde ottoman. Le texte a une fonction justificatrice (attestation de véracité), épistémique (démarche d’explorateur), traduit l’altérité d’une autre civilisation, mais a surtout un rôle pratique : le parallélisme constant entre les faits culturels turcs et germaniques, de l’imam-prêtre au caravansérail-auberge, catégorise l’information nouvelle de façon didactique, à défaut d’être ethnographiquement satisfaisante. Le discours idéologique, qui « stéréotypise » l’Autre ottoman, est en contradiction avec le discours réaliste, qui souhaite documenter son environnement. Mais cette contradiction est sans doute inévitable pour un voyageur autonome – sans être souverain – pris comme il l’est dans un réseau d’influences complexes. C’est ainsi que le journal de voyage oscille entre un récit du bizarre et un mode d’emploi pour d’autres Occidentaux, permettant à l’auteur d’organiser mentalement son propre voyage aussi bien que de renseigner de futurs voyageurs.

Notes

1 Balthasar Sprenger est évoqué dans H. Hümmerich, Quellen und Untersuchungen zur Fahrt der ersten Deutschen nach dem portugiesischen Indien, Munich, Abh. D. kgl. Bayer. Ak.d. Wiss., XXX, 3, 1918.

2 Voir F. Knopper, « Die Gattung Reisebeschreibung zwischen Dokument und Monument », dans F. Lartillot et A. Gellhaus, Dokument/Monument. Textvarianz in den verschiedenen Disziplinen der europäischen Germanistik, Berne, Peter Lang, p. 375-393.

3 « Gerhart von Ronßlon den und sin mitgesellen schyckt er zu dem keyser von Constantinopel [...] Ich sage uch nit von yrer dagereyse dann sie rieden also lange das sie gheyn Constantinopel qwamen ». Nassau-Saarbrücken (E. von), « Königin Sibille », dans H. Tiemann, Der Roman von der Königin Sibillein drei Prosafassungen des 14. und 15. Jahrhunderts, Veröffentlichungen d. Staats-und Universitätsbibliothek Hamburg, 1977, p. 117. Traductions de notre main.

4 Dernschwam (H.), Tagebuch einer Reise nach Konstantinopel und Kleinasen 1533-1555, Berlin, Dunckel & Himboldt, 1986.

5 « Wie ein saw », « wie ein bok stinkhen », « wie ein beschissen kindt », p. 70-71 ou p. 136 du Tagebuch.

6 « [...] ist ein vierekhet stainen gemewer gestanden aber gar zerschlaifft. Darin ich auch mit andern gewest; in 40 schritt vngevarlich lang und brait [...] », p. 18 du Tagebuch.

7 « Vnd von bayden seytten von ferns haben wjr noch gepirge gesehn, vnd auff der rechten handt das grosse gepirge alweg vermergt, das irncz gegen Bossna gehen sol, vnd die lenge hot man auff der linkhen schir khain gepirge mer sehen mugen, sich verlorn hot. Von der rechten seytten seind wjr vber ein klain wasserle gefaren, fleust gegen der linken seytten, scheint das vorczeytten also in einen graben zwirch vber durch die gegentgelait seyn worden », p. 19 du Tagebuch.

8 « Es seind wol zw Constantinapol vill tabern darin man wein schengt [...] », p. 36 du Tagebuch.

9 « Vberall vyl selczamer kreutter gefunden die man in den apteken praucht vnd d[r]aussen nit hot, wie auch oben stet : Abrotanus sylvestris, wie cipresgestalt, Ruta sylvestris, salnia sylvestris, Drangantum, Folia sene [...] », p. 225 du Tagebuch.

10 « [...] ligt gleich wie ein schone gegent vor dem hernachgeschribenen gepirge, anzusehen wie der Turtz, Lipta, Alt Soll vnd Kreutzlendle vmb S. Benedigt », p. 18 du Tagebuch.

11 Voir A. Bernoulli, Hans und Peter Rots Pilgerreisen 1440 und 1453, Beitrage z. vaterländischen Geschichte 11 (NF 1), Bâle, 1882, p. 343-392.

12 « Von merley der turkhen prauch, als von iren pfaffen, schuchen, styfeln, waschen, gebeth, zeitten, fasten, bayram, ist oben auch ainziggemelt », p. 85 du Tagebuch.

13 « In die vierde ist allein ein ros stall dorin man zurings vmb mag gehen und wegen stellen [...] Gedachter ros stall hot in der mitten gewaldige schydt pfeyller [...] Die einfart von der gassen bis in den hoff hot [...] In den selbigen 2 gewelben hot man hay und gersten gehaltten. Ist auch des sehmidtz wonung », p. 38 du Tagebueh.

14 « Die inwoner vnd andere lewt auff der strassen wjssen khain beschaidt zugeben, wan man sy fragt, wieuil mejlen von ainem orth zw dem andern ist [...] », p. 12 du Tagebuch.

Auteur

Université de Strasbourg.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540