Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes du voyage

 | 
Dominique Dinet
, 
Jean-Noël Grandhomme

II – L'organisation du voyage

Partir ailleurs pour revenir autre : les voyages de dévotion à travers les livrets de pèlerinage alsaciens (xviie-xviiie siècles)

Bruno Maës

Texte intégral

  • 1 Religiöse Volkskunst aus drei Jahrhunderten. Die Sammlung Ansgar Fütterer, Stadt Offenburg, Museum (...)
  • 2 Les objets de pèlerinage sont différents par leur taille et leur nature : ex-voto (sous forme de ta (...)
  • 3 Rapp (F.), « Pèlerinages et livres de piété en Alsace du xive au xxe siècle », dans Y.-M. Hilaire, (...)

1Pendant l’été 2007, une exposition à la mairie d’Offenburg – intitulée Auf Gottes Pfaden1, « Sur les pas de Dieu » – présentait de multiples objets de pèlerinage2. Peu de livrets de dévotion (Wallfahrtsbüchlein) étaient exposés, en raison, certainement, de leur caractère modeste et ordinaire, faisant bien pâle figure à côté d’objets baroques aux couleurs vives. Pourtant, en 1981, Francis Rapp, professeur émérite d’histoire du Moyen Âge à l’université de Strasbourg et membre de l’Institut, présentait une cinquantaine de ces livrets (d’une période dont il n’était pas spécialiste) dans un volume consacré à ce qu’on appelait alors la « piété populaire3 ». Il voyait ces imprimés comme un « témoignage », une « expérience personnelle » d’ouvrages utilisés pendant son enfance par des membres de sa famille, et exprimait le désir que leur souvenir ne se perde pas, car leur rôle avait été grand dans la vie des populations rurales jusqu’aux années 1960.

  • 4 Voir un des ouvrages récents sur ce sujet : Bollème (G.) et Andries (L.), La bibliothèque bleue. Li (...)
  • 5 Au contraire des grands sanctuaires de la France de l’intérieur : Notre-Dame des Ardilliers à Saumu (...)
  • 6 Voir le Neu und vermehrter geistlicher Weegweiser, dos ist Weiß und Manier verdienstlich zu wallfah (...)
  • 7 Martin (P.), Une religion des livres (1640-1850), Paris, Cerf, 2003.
  • 8 EA 3 945. Le CRULH (Centre régional universitaire lorrain en histoire) est une équipe de recherches (...)

2Comment aborder ce corpus ? Pour désigner ces livrets, mieux vaut utiliser le terme d’« imprimés » que celui de « livres » ; ils ressemblent, en effet, aux livrets de la Bibliothèque bleue de Troyes, de facture modeste4. Leur taille varie, certains font quelques pages, d’autres trois cents. Ils sont rédigés en allemand et imprimés en gothique, mais parfois aussi en français et en caractères latins. Leur originalité réside dans le fait que, dans une large majorité, ils ne concernent pas un sanctuaire particulier5, mais constituent plutôt des guides spirituels pour toute l’existence – comme celui de Maria Hülff près de Ruffach6. C’est ce corpus que nous nous proposons de présenter, à la suite des travaux7 et des enquêtes8 de Philippe Martin sur le livre religieux.

  • 9 Aux pages 129-132 de la contribution de F. Rapp, « Pèlerinages et livres de piété... », art. cité, (...)
  • 10 Marie-Thérèse Fischer a fait une thèse en théologie catholique sur le pèlerinage du Mont Sainte-Odi (...)

3Il est assez facile de trouver ces ouvrages. Francis Rapp en publiait une liste de 55 titres en annexe de son article de 19819, et en a retrouvé autant depuis. Louis Schlaefli, bibliothécaire au Grand Séminaire de Strasbourg, en garde une trentaine dans ses collections, des xviie et xviiie siècles. Plusieurs se trouvent également à la BNUS, au musée alsacien de Strasbourg, et à la bibliothèque municipale de Colmar. Enfin, à ces sources imprimées s’ajoutent les ouvrages de bibliographie de Marie-Thérèse Fischer10.

  • 11 Châtellier (L.), Tradition chrétienne et renouveau catholique dans l’ancien diocèse de Strasbourg ( (...)

4L’Alsace ayant été, sous l’Ancien Régime, une région particulièrement fervente – comme l’a démontré la thèse de Louis Châtellier11 –, très marquée par le concile de Trente, n’ayant pas connu de « détachement » vis-à-vis du religieux, on est en droit de se demander quel rôle ont pu jouer ces imprimés si bien diffusés dans les masses paysannes. Le voyage de dévotion n’était-il qu’une parenthèse dans la vie, ou au contraire l’irriguait-il entièrement ?

5Pour répondre à cette question, il nous faudra d’abord décrire le cadre – l’évolution des pèlerinages en Alsace à l’époque moderne-, puis décrire ces imprimés, pour enfin se pencher sur leur contenu.

Le contexte : l’essor du pèlerinage de proximité en Alsace

6Pour saisir le contexte, trois points sont à prendre en considération : 1° l’augmentation du nombre de lieux de dévotion en Alsace à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne ; 2° le fort taux d’alphabétisation de ses habitants ; 3° le fait que les lieux de pèlerinage soient confiés à des ordres missionnaires.

  • 12 Rapp (F.), « De la religion populaire à l’action pastorale : les pèlerinages alsaciens du xve au xv (...)
  • 13 Nous nous permettons de renvoyer à nos ouvrages : Maës (B.), Notre-Dame de Liesse, Paris, 1991, et (...)
  • 14 Voir le récit du retour de Rome d’un artisan rémois dans G. Caillotin, Le retour de Rome d’un sergi (...)

7En 1260, le diocèse de Strasbourg ne compte que cinq pèlerinages dûment attestés. Leur nombre augmente progressivement pour atteindre une quarantaine de lieux en 1518 – un an après la protestation de Luther. À cette époque, une vingtaine sont consacrés à la Vierge, les autres aux saints thaumaturges comme sainte Odile. On trouve, désormais, un pèlerinage de proximité, qu’on atteint dans la journée ou qui ne nécessite, au pire, qu’une nuit d’absence12. Rien de commun avec les grands sanctuaires français (comme le Mont Saint-Michel, Liesse, Les Ardilliers ou Le Puy13) ou, à plus forte raison, internationaux (comme Saint-Jacques de Compostelle ou Lorette, exigeant l’un et l’autre un voyage d’au moins deux mois14).

  • 15 Châtellier (L.), Tradition chrétienne..., op. cit., voir carte p. 509, publiée en annexe.

8Pour l’Ancien Régime, Louis Châtellier recense environ quatre-vingts sanctuaires15, et vers 1930 Francis Rapp à peu près deux cents. Les plus grands – à l’exception du Mont Sainte-Odile – sont dédiés à la Vierge : en Haute Alsace Thierenbach, Trois-Épis, Dusenbach ; en Basse Alsace Neunkirch, Marienthal, Le Bischenberg. Ils ont un grand rayonnement sur toute l’Alsace, impliquant la présence permanente de prêtres réunis en communautés religieuses. D’autres sanctuaires, plus modestes, ne sont desservis que par un ermite et ne touchent que quelques villages.

9Avec la fin de la guerre de Trente Ans (1648) s’installe en Alsace une réelle prospérité qui se poursuit jusqu’à la fin de notre période. À cette époque, une civilisation paysanne s’affirme, où l’on s’enrichit et s’instruit, stimulé par l’émulation confessionnelle. Au xviiie siècle, la paysannerie alsacienne compte 79 % de lisants-écrivants pour les hommes, et 39 % pour les femmes. Le Siècle des lumières, en Alsace, connaît un grand épanouissement de la vie religieuse – contrairement à d’autres provinces de la France de l’intérieur, qui voient dans certaines élites un début de détachement vis-à-vis du religieux.

10À partir de la fin du xvie siècle, les pèlerinages sont confiés à des ordres religieux. Aux jésuites, tout d’abord, l’évêque de Strasbourg donne des sanctuaires pour instruire les fidèles. En 1590, Jean de Manderscheid leur accorde la chapellenie d’Altbronn, qui devient une station missionnaire de leur collège de Molsheim. Puis viennent d’autres lieux : Marienthal est attribué aux pères jésuites de Haguenau ; Notre-Dame de l’Illwald à ceux de Sélestat ; le sanctuaire de Bischenberg, près de Rosheim, aux récollets, branche des franciscains ; le Schauenberg, près de Rouffach, aux capucins. Quant aux prémontrés, ils desservent le grand sanctuaire du Mont Sainte-Odile.

  • 16 Voir à titre de comparaison la thèse de G. Provost, La fête et le sacré. Pardons et pèlerinages en (...)

11L’originalité de ces sanctuaires tient à leur vocation exclusivement pastorale, qui tend à faire passer les fidèles du « pèlerinage-recours » au « pèlerinage-mission », pour reprendre l’expression de Louis Châtellier. Ils servent de base à la reconquête méthodique des masses rurales ; on y organise des processions, des chemins de croix, autant d’exercices visibles qui touchent les cœurs. Ils servent aussi aux congrégations mariales des jésuites, qui tiennent une comptabilité rigoureuse des communions et des confessions dans leurs litterae annuae. Le petit livret de pèlerinage occupe une place essentielle dans cette reconquête, distinguant l’Alsace des populations analphabètes de l’Ouest16.

Présentation matérielle des Wallfahrtsbüchlein : des ouvrages de poche

12L’étude de la vie religieuse des populations rurales permet de mieux comprendre la présentation de ces ouvrages : sous l’Ancien Régime, ces populations pratiquent des exercices de piété obligatoires (la messe du dimanche), mais en accomplissent aussi au gré de chacun (la prière chez soi, seul ou en famille ; le pèlerinage, qui peut être régulier, une à deux fois par an, et qui dure plusieurs jours).

  • 17 Rapp (F.), « Pèlerinages et livres de piété... », art. cité, p. 114.

13On trouve, à la maison, dans un angle de la Stube (la grande pièce où tout le monde se retrouve le soir), quelques images pieuses, un chapelet à gros grains et des livres de piété17. Parmi eux, les imprimés de pèlerinage partent toujours d’un besoin concret des paysans – une guérison physique par exemple – pour ensuite remonter vers la transformation du cœur. Chaque livret est ainsi ancré dans un lieu bien précis (sanctuaire de Marienthal à Haguenau, Maria Hülff près de Rouffach...) pour proposer ensuite un discours général.

14Ces livrets font généralement 13 à 15 cm de haut (le quart d’une feuille de format A4), ce qui permet de les glisser aisément dans sa poche pour le voyage, ou de les avoir sur soi pour une méditation quotidienne le reste de l’année. L’épaisseur, en revanche, est variable : 5 pages pour le livret de Saint-Quirinus imprimé en 1783 à Haguenau chez Sébastien König, mais près de 300 pour le Geistlicher Weegweiser de Maria Hülff, imprimé en 1749.

  • 18 « Bey Franz Levrault, der catholischen Universität Buchdrucker », sur la page de titre du Andacht z (...)
  • 19 Sur la page de titre du Andaehtsübungen fur emtsindsame und nachdenkende Christen vermerhte und ver (...)

15Les imprimeurs de ces livres sont divers pour la période qui nous concerne. Les plus anciens sont issus des bastions de la Contre-Réforme d’Allemagne – Augsbourg, Cologne – mais au xviiie siècle ils viennent souvent d’Alsace. Du reste, ces éditeurs alsaciens jouissent d’une fortune non négligeable : l’imprimeur du Geistlicher Weegweiser, F. U. Gasser, est loin des modestes imprimeurs troyens qui travaillent sur bois : c’est un imprimeur sur cuivre (Kupfer Drucker) – ce surcroît de luxe est permis par le grand succès de l’ouvrage : en 1788, il en est à sa onzième édition. Dans cette région biconfessionnelle, il leur paraît indispensable d’indiquer qu’ils sont catholiques. Ainsi, François Levrault, dans son livret de pèlerinage de Sain te-Walburge (1779), se présente comme l’imprimeur de l’université catholique de Strasbourg18. Notons enfin que ces éditions se poursuivent même pendant la période révolutionnaire, où l’on réédite, en 1797, un ouvrage de 1788 consacré au Mont Sainte-Odile, et qui se trouve « chez tous les libraires, en particulier chez Wirth, sur le mont Sainte-Odile, et aussi chez François Heller dans l’ancien couvent des Capucins à Ehnheim le Haut19 ».

  • 20 Neu und vermehrter geistlicher Weegweiser..., op. cit. ; p. 112 : « Gebett zu dem Herzen Jesu » ; p (...)

16Les auteurs de ces imprimés appartiennent souvent aux ordres religieux qui desservent les sanctuaires. On ne connaît pas leur nom, simplement les initiales, mais l’ordre est précisé – Franciscan. Prov. Arg. (« franciscain de la province de Strasbourg ») pour le Geistlicher Weegweiser de Maria Hülff. Chaque auteur tente de faire passer les dévotions de son ordre ; les franciscains, par exemple, la dévotion sentimentale et baroque au cœur de Jésus, au cœur de Marie, et à saint Antoine de Padoue20.

  • 21 Voir M. Gauchet, Le désenchantement du monde. Paris, Gallimard, 1985.
  • 22 Neu und vermehrter geistlicher Weegweiser.... op. cit. Dans la partie inférieure : « Gegend des hei (...)

17Les illustrations de ces imprimés traduisent les représentations du monde de leurs destinataires, un monde enchanté et plein de la présence de Dieu. Sur le frontispice, la statue miraculeuse descend souvent du Ciel, portée par des anges. C’est une apparition, une épiphanie21. Dans la partie inférieure figurent le sanctuaire et ses bâtiments, vers lesquels se dirige la statue22.

  • 23 Vogler (B.), « Le clergé alsacien et la question des langues depuis 1802 », dans Groupe d’histoire (...)
  • 24 Voir les deux éditions du guide du pèlerinage d’Haslach à l’évêque de Strasbourg saint Florent, de  (...)

18La langue est bien souvent l’allemand, jusqu’au milieu du xxe siècle. Cela peut paraître étonnant, dans la mesure où, depuis les traités de Westphalie de 1648, l’essentiel de cette province est rattaché à la France. On aurait pu choisir l’alsacien, ou le français. Mais l’alsacien est uniquement parlé, la forme écrite de l’alsacien est l’allemand (ce qui n’est pas toujours le cas des dialectes régionaux : le breton, par exemple, est à la fois parlé et écrit). En Alsace, c’est l’alsacien qu’on emploie – et sa forme écrite l’allemand – : il est la langue maternelle, celle qu’on parle en famille (la langue du cœur), et cela jusqu’au milieu du xxe siècle. L’allemand, de plus, se plie particulièrement bien aux concepts d’ordre spirituel (ceux de la Providence, de la Grâce) ; la francisation des années 1945-1960 – en réaction aux années noires du nazisme – va rendre malaisée l’assimilation de la doctrine. Soyons clairs : l’enseignement religieux par le français ne touche pas la Gemüt – l’âme, le cœur – des enfants ; le français reste la langue de Voltaire, des Lumières déistes23. On trouve, toutefois, pour certains sanctuaires (notamment Saint-Florent), quelques éditions en français à côté d’autres en allemand24.

  • 25 « Loci FF Capucinorum Frib. Bris. », sur un ouvrage conservé à la bibliothèque du Grand Séminaire d (...)
  • 26 « Ce livre appartient à moi François Nuss de Strasbourg », dans l’ouvrage cité sur le pèlerinage de (...)
  • 27 « Auführungen der Wallfarter [...] », qui recouvre toute une page d’un ouvrage de 1749.
  • 28 Sur la page de frontispice de Der Heil. Odilien Schutz-Patronin des Elsaß zu grösserer Ehr und Lob (...)

19Précisons, pour finir, que la marque du propriétaire apparaît fréquemment. Ce peut être un ex-libris, écrit en latin pour les religieux25, en français26 ou en allemand27 pour les laïcs. Le signe de l’appropriation peut parfois dépasser le simple ex-libris et devenir une page de prières, voire l’indication du prix : « Se liver qui a guté deou liver sis sou à Straspourg 173928. »

Le contenu : un savoir pour la vie

  • 29 Par exemple les ouvrages des pèlerinages aux frontières de catholicité, comme Saumur ou Le Puy.
  • 30 Unsere liebe Fraw zu S. Marienthal, 1615 : « 7. Capitel : Gestorbene Kinder wider lebendig worden » (...)
  • 31 Voir une partie du titre de cet ouvrage : « Sodalitet oder Bruderschaft B. Mariae Virginis [...] co (...)
  • 32 Voir l’ouvrage du prémontré D. Albrecht, Der Wahlfahrter auf den heiligen Odilien-Berg, Strasbourg, (...)

20Le début du xviie siècle, en plein âge baroque, voit le triomphe du récit de miracle et montre que l’univers des catholiques – contrairement à celui des protestants – est enchanté. À cet égard, les Wallfahrtsbüchlein ne sont pas différents des livrets d’autres sanctuaires de la France de l’intérieur29. On trouve par exemple beaucoup d’histoires de répit – résurrection d’enfant le temps du baptême – dans un ouvrage de 1615 sur Marienthal30, imprimé par les sodalités ou confréries de la Vierge du collège des jésuites de Haguenau31. Des vignettes illustrant ces miracles entourent souvent la statue de la sainte – c’est le cas, en effet, sur le frontispice d’un ouvrage traitant de sainte Odile32.

  • 33 Voir le Neu [...] Maria Hüff de 1749, p. 26 : « Da man den Reiß der Wallfahrt antritt » ; p. 48 : « (...)
  • 34 Rapp (F.), « rinages et livres de piété... », art. cité, p. 118.
  • 35 Neu [...] Maria Hülff, 1749, composé de deux parties : « Der erste bestehet in schönen Morgends, Me (...)
  • 36 « Morgens Übung », p. 11.
  • 37 « Übung alle seine Werck zu Gott zu richten », p. 256.
  • 38 « Gebett um verlohrne Sachen wieder zu finden », p. 180.

21Le contenu de ces livrets change au xviiie siècle. Certains exercices concernent spécifiquement l’acte pèlerin ; par exemple « Quand commence le voyage », « Quand le lieu saint devient visible », « Salut à l’image sainte », « Départ du lieu saint33... » Car ces imprimés de pèlerinage sont de véritables livrets de mission. Ils ne se contentent pas de rappeler les miracles du saint ou les prières. Ils transcrivent la parole du prêtre entendue aux pèlerinages, exposent les raisons de la démarche du pèlerin, ravivent le regret ou la reconnaissance, permettent d’assumer la coïncidence entre la parole et le sentiment34. Cela est d’autant plus important que le pèlerinage, pour beaucoup, constitue alors la seule retraite spirituelle. C’est un savoir pour toute la vie, des prières en particulier pour toutes les circonstances, surtout au xviiie siècle35. Plus qu’un livret de pèlerinage, le Wallfahrtsbüchlein devient un livret de mission, qui explique les vérités de la foi vécue et place l’existence tout entière, jour après jour, heure après heure, sous la présence de Dieu. Le Geistlicher Weegweiser (1749) du sanctuaire de Maria Hülff sanctifie chaque heure du jour (« Exercice du matin36 » ; « Exercice pour orienter son travail vers Dieu37 »), les actions quotidiennes, jusqu’à la recherche des objets perdus (« Prière pour retrouver des objets perdus38 ») ; il est vrai que l’auteur, ici, est un franciscain, un dévot de saint Antoine de Padoue... Finalement, toute la vie devient un pèlerinage dont le but n’est plus le recours mais la conversion, toujours à recommencer. Un pèlerinage qu’on pourrait même pratiquer sans sortir de chez soi.

22Les livrets de pèlerinage alsaciens forment, sous l’Ancien Régime, un genre littéraire original – nous n’avons trouvé aucun équivalent dans le reste de la France. Leurs auteurs partent du besoin de recours des paysans pour transformer leur pèlerinage en mission permanente, et faire de chaque jour, du lever au coucher, une existence sans cesse offerte à Dieu. Ces livrets de pèlerinage sont donc, en quelque sorte, des guides du voyage : celui qui mène non pas d’un lieu à un autre, mais de la vie terrestre à la vie éternelle.

Annexes

Annexe : Liste des livrets de pèlerinage alsaciens des xviie et xviiie siècles

Nous tenons à remercier Louis Schlaefli, bibliothécaire du Grand Séminaire de Strasbourg, de l’aide précieuse qu’il nous a apportée.

Ces livrets recensés se trouvent :

  • à la fin de l’article de F. Rapp, « Pèlerinages et livres de piété en Alsace du xive au xxe siècle », dans Y.-M. Hilaire, La religion populaire. Aspects du christianisme populaire à travers l’histoire, Lille, 1981, p. 111-132 ;

  • dans la bibliothèque du Grand Séminaire de Strasbourg [désormais bibl. GS Strasbourg] ;

  • dans l’ouvrage de M.-T. Fischer, Treize siècles d’histoire au Mont Sainte-Odile, Strasbourg, Éd. du Signe, 2006 ;

  • au musée alsacien de Strasbourg.

Bas-Rhin (67)

Haguenau (Notre-Dame de Marienthal)
Marianisches Gebethbuch der alten und berühmten, in dem untern Elsaße nächst Haguenau gelegnen, Wallfahrt zu Marienthal, wo Maria die Jungfrau unter dem Titel : Trosterin der Betrübten, von den Christgläubigen mit allgemeinem Vertrauen verehret wird,
Haguenau, Sébastien König, 1786, 14 cm.
[bibl. GS Strasbourg]

Marienthaler Wallfahrt und Bettbuch worinn enthalten eine Beschreibung von dem Anfang, Auffnahm und gegenwärtigem Stand der alt-und weit-berühmten Wallfahrt zu St. Marienthal, im untern Elsaß nächst der Statt Haguenau gelegen, wie auch ein kurtzer Bericht deren von Gott durch Fürbitt seiner Jungfräulichen Mutter Mariae welche unter dem Titul Trösterin der Betrübten alldorten verehret wird denen Christ Glaubigen vielfaltig erwiesenen Gnaden und Gutthaten, sambt einer Anweisung, wie man in diesem Gnaden-Orth heylsam verehren könne diese Allerseeligste Jungfrau sowohl durch gottseelige dahin angestellte Wallfahrten und andere schöne Andachts-Übungen, als auch und absonderlich durch beständige Nachfolg ihrer Marianischen Tugenden, Strasbourg, Simon Kürßner, 1749, 16 cm.
[bibl. GS Strasbourg]

Schenck (J. G.), Unsere liebe Fraw zu Marienthal, Hall und Sichem, Das ist Bericht vom Gottßhauß Marienthal bey Haguenau im Elsaß gelegen, Meyntz, Johann Albin, 1608, 15 cm.
[bibl. GS Strasbourg]

Unsere liebe Fraw zu S. Marienthal, das ist historischer Relacionsbericht von Miraculoß oder Wundergeschichten zu S. Marienthal im Elsaß bey Haguenaw gelegen, Maintz, Johann Albin, 1615.
[bibl. GS Strasbourg]

Hipsheim (saint Ludan)
Historischer Auszug von dem herkommen und wunderbarlichen Begrabnus des h. Beichtigers Ludani von Wort zu Wort gezogen aus den Geschichten der Heiligen so in Latein beschrieben worden, durch die Ehrwürdige PP Jesuiter Bollandum und Henshenium in dem II. Tom Februarii auf den 12. Tag Februarii und jetzt verteutscht durch Joan. Georg Winterer, Pfarrer zu Sanct-Ludan
, Strasbourg, Jean-François Le Roux, 1761.
[bibl. GS Strasbourg]

Monswiller (Notre-Dame de)
Mater admirabilis Montis-Villana, das ist kurze Beschreibung der wunderbarlichen Mutter Gottes Mariae zu Monntzweyler,
Jean-Jacques Dolhopff, 1684.
[bibl. GS Strasbourg]

Niederhaslach (saint Florent)
Andächtige Verehrung des Wunderthätigen und grossen H. Bischoffs und Beich
tigers Florentii, dessen H. H. Gebein zu Haßlach im Breich, Thal strasburger Bistthumbs, zur allgemeinen Hilff und Trost in der uhralten und berühmten Stiffts-Kirch allda in grosten Ehren auffbehalten und von dem häuffig-zulauffenden Volck andächtig besucht werden. In drey Theil abgetheilt, Deren der Erstere Bemeltes Heiligen Leben und Wunderwerck ; der 2. verschiedene Weiß ? ihn zu verehren, der 3. christliche Unterweisungen Friih-, Abends-, Meß-, Beicht-und Communion-Gebetter, & wohl zuverrichten, in sich begreiffen, Sélestat, Gasser, 1745.
[bibl. GS Strasbourg]

Andachtige Wallfahrt nach Haßlach im Elsaß zu dem wunderthätigen und grossen h. Bischoff und Beichtiger Florentio worin dessen heiliger und wunderthätigen Lebens, Lauff auß alten und neuen Geschicht-Schreibern und authentischen Documenten gezogen nebst der Stifftung des uhralten und berümbten Stiffts Haßach kurz begriffen ist. Sambt vielen schonen Begebenheiten, schonen Gebettern, nützlichen Betrachtungen, Litaney, und Tagzeiten so vor und wahrender wie auch nach der Wallfahrt andächtiglich mit grossem geistlichen Nutzen und Trost da andächtigen und dahin verlobten Seelen gebraucht mögen Werden, Strasbourg, Dieterich Lerse, 1726.
[bibl. GS Strasbourg]

Histoire de la vie et du culte de saint Florent, évêque de Strasbourg, dont le corps est conservé & exposé à la vénération des Fidèles dans l’insigne & royale Eglise Collégiale du même saint à Haslach dans la vallée de la Brusche, diocèse de Strasbourg. Avec des prières choisies à l’usage journalier des fidèles, Strasbourg, Levrault, 1772.
[bibl. GS Strasbourg]

Ottrott (Mont Sainte-Odile)
Abrégé de la vie de sainte Odile, patronne d’Alsace, avec des prières que l’on peut faire tous les jours à la même sainte, pour obtenir son secours auprès de Dieu,
Strasbourg, 1739.
[M.-T. Fischer, 2006]

Albrecht (D., O. Praem.), Anführungen der Wahlfarter auf den heiligen Odilien Berg zu mehrerer Beförderung der wahrhafft- und verdienstlichen Andacht vorgestellt durch Ermahnungen, Anmerckungen, Gebetter, Gesänge, Strasbourg, 1735.
[M.-T. Fischer, 2006]

Albrecht (D., O. Praem.), Der Wahlfarter auf den heiligen Odilien-Berg zu mehrerer Beförderung der wahrhafft. und verdienstlichen Andacht vorgestellet durch Ermahnungen, Anmerckungen, Gebetter, Gesänge, Strasbourg, Melchior Bauschinger, 14 cm.
[bibl. GS Strasbourg]

Andachtsübungen für empfindsame und nachdenkende Christen vermerhte und verbesserte Auflage. Der gnadenvollen Mutter unsers göttlichen Heylandes, wie auch des seligen Jungfrau Odilia, Schützerin und Fürsprecherin des untern Elsaß, gewiedmet, Strasbourg, 1797 [Ire éd. 1788], 16 cm.
[bibl. GS Strasbourg]

Der Heil. Odilien Schutz-Patronin des Elsaß zu grösserer Ehr und Lob Gottes aus billigster Andacht denen geistl. Seelsorgern beydes des Untern-und Obern-Elsaß zur OdilianischenAndachts-Beförderung aus gantzlichem Vertrauen.
[bibl. GS Strasbourg]

Neu Odilianische Gebettbüchlein, mit unterschiedenlichen kräfftigen Gebettern vermehret, neben einer genauen Auslegung der H. Mess, Lebens-Beschreibung, der H. Odilien, Patronin des Elsaß, zu Ehren dieser Heiligen und zum Trost ihrer Verehrer aufgesetzt, Strasbourg, 1769.
[M.-T. Fischer, 2006]

Le pèlerinage à Sainte-Odile ou la manière de sanctifier cet acte de religion par la digne réception des sacremens ; précédé de la vie de la sainte et d’une dissertation sur le pèlerinage par un chanoine régulier de l’ordre et réforme de Prémontré, Strasbourg, Simon Kürsner, 1774, 16 cm.
[bibl. GS Strasbourg ; M.-T. Fischer, 2006]

Peltre (H., O. Praem.), La vie de sainte Odile Vierge, première abbesse du monastère d’Hohembourg, diocèse de Strasbourg, divisée en vingt chapitres, dont les douze premiers contiennent l’histoire de sa vie, et les huit derniers représentent ce qui s'est passé sur la montagne devant & après la Fondation du monastère, Strasbourg, Michel Storck, 1699 [1re éd.], 17 cm.
[bibl. GS Strasbourg]

Strasbourg, veuve Michel Storck, 1719, 17 cm.
[bibl. GS Strasbourg]

Saint-Quirinus
Sankt Quirinus,
Haguenau, Sébastien König, 1783, 13 cm.
[musée alsacien de Strasbourg]

Walbourg (sainte Walburge)
Andacht zu der heiligen Jungfrau und Abtissinn Walburga, Beschiitzerinn der Abtey Sankt-Walburg, strasburger Bisthums,
Strasbourg, François Levrault, 1779.
[bibl. GS Strasbourg]

Haut-Rhin (68)

Schauenberg
Neu-vermehrter geistlicher Weeg-Weiser, das ist Weiß und Manier verdienstlich zu wallfahrten, sonderlich zu dem schönen Gnaden-Bild Maria-Hülff auff dem Schaunberg im Obern Elsaß
[passage biffé] Zu zweyen Theilen abgetheilet. Der erste bestehet in schönen Morgends-, Meß-, Beicht-, Communion-und Vesper Gebettern, der andere Theil hat neben den Abends Gebettern, was vor der Abreiss, an dem heil. Ort und auff der Ruck-Reiß zu verrichten, und andere Gebetter mehr, welche hinten in dem Register zu finden, Sélestat, F. U. Gasser, 1749 [6e éd.].
[bibl. GS Strasbourg]

Geistlicher Wegweiser, Das ist Weiß und Manier verdienstlich zu wallfahrten, zu dem schönen Gnaden Bild Maria Hülff auf dem Schaunberg Im Obern Elsas, Zu zwey Theilen verfasset, deren der erstere Theil bestehet in schönen Morgen-, Meß-, Beicht-, Communion-und Vesper Gebetern, & der andere Theil hat neben den Abend Gebettern, was vor der Abreiß, an den heiligen Ort und auff der Ruckreis zu verrichten, und andere Gebeter mehr, welche hinten in dem Register zu finden, Strasbourg, François Christsmann, 1759 [8e éd.].
[bibl. GS Strasbourg]

Geistlicher Wegweiser, das ist : Art und Weiss verdienstlich zu wallfahrten zu dem schönen Gnaden-Bild Maria-Hülf auf dem Schauenberg im obern Elsass. In zwey Theilen verfasset..., Colmar, Jean-Henri Decker, 1780, 15 cm.
[bibl. GS Strasbourg]

Geistlicher Wegweiser, Das ist Art und Weiß verdienstlich zu wallfahrten zu dem schönen Gnadenbild Mariahülf auf dem Schauenberg im Obern Elsaß. In zwei Theile verfasst..., Colmar, Decker et fils, 1788 [12e éd.], 15 cm.
[bibl. GS Strasbourg ; F.
Rapp, 1981]

Saint-Théobald
Sanctus Theobaldus das ist Summarischer Bericht deß Lebens, der Translation deß hochheyligthumbs und etlicher Wunderwercken deß H. Himmelsfiursten Ubaldi, sonsten gemeincklich Theobaldi genannt, der Löblichen Statt unnd Herschafft Thann in dem Obern Elsaß hochehrenden Patrons, dessen Fest seines in Gott verscheidens den 16. Maii der Translation aber den 1. Julii hochfieyrlich gehalten wirdt mit angehenckter Translation der h. Häuptern S. Candidae, S
. Mariae, S. Aemilianae, sampt des H. Nicolai und mehr anderer H. Reliquien, Fribourg-en-Brisgau, 1628.
[bibl. GS Strasbourg]

Trois-Épis
Kienzheim (C., capucin), Andacht und Jugend-Buch zur Ehre der schmerzhaften Mutter Gottes zu drey Ahren, welches zur Absicht hat die Wahre Andacht in die christlichen Herzen einzuflossen und zu vermehren wie auch die Laster auszuräumen, die Tugenden einzupflanzen und zu befiestigen, Colmar, Jean-Henri Decker, 1780, 15 cm.µ
[bibl. GS Strasbourg]

Notes

1 Religiöse Volkskunst aus drei Jahrhunderten. Die Sammlung Ansgar Fütterer, Stadt Offenburg, Museum im Ritterhaus, 1996 ; Junk (A.) et Potrykus (P.), Der bäuerliche Heiligenhimmel. Hinterglasbilder und Votivtafeln aus der Sammlung Ansgar Fütterer, Fachbereich der Stadt Offenburg, Museum im Ritterhaus, Offenburg, 2007.

2 Les objets de pèlerinage sont différents par leur taille et leur nature : ex-voto (sous forme de tableau, de cœur, anatomiques...), représentations du saint (gravures, statues, médailles...), amulettes et scapulaires, chapelets, reliques, Agnus Dei, bouteilles renfermant un chemin de croix, cierges, enseignes de pèlerinage...

3 Rapp (F.), « Pèlerinages et livres de piété en Alsace du xive au xxe siècle », dans Y.-M. Hilaire, La religion populaire. Aspects du christianisme populaire à travers l’histoire, Lille, 1981, p. 111-132. Pour davantage d’informations sut l’histoire du diocèse de Strasbourg, voir F. Rapp (dit.), Histoire du diocèse de Strasbourg, Paris, Beauchesne, 1982 ; sur le livre de piété en Alsace, voir R. Boxberger, « Le livre de piété des catholiques d’Alsace 1750-1965) », (DEA dirigé par B. Vogler, Université Marc-Bloch de Strasbourg, 2003 ; sur les pèlerinages alsaciens les travaux de J. Lévy, Die Wallfahrten der Heiligen im Elsass, Sélestat, 1926 et Die Wallfahrten der Mutter Gottes im Elsass, Colmar, 1929.

4 Voir un des ouvrages récents sur ce sujet : Bollème (G.) et Andries (L.), La bibliothèque bleue. Littérature de colportage, Paris, R. Laffont, 2003.

5 Au contraire des grands sanctuaires de la France de l’intérieur : Notre-Dame des Ardilliers à Saumur, Notre-Dame du Puy-en-Velay, le Mont-Saint-Michel...

6 Voir le Neu und vermehrter geistlicher Weegweiser, dos ist Weiß und Manier verdienstlich zu wallfahrten, sonderlich zu dem schonen Gnaden Bild Maria Hülff auf dem Schauenberg im obern Elsaß bey Ruffach. Der erste bestehet in schonen Morgend-, Meß-, Beicht-, Communion-und Vesper Gebetern, und der andere Theil hat neben den Abend Gebettern, was vor der Abreise, an den heil. Ort und auff der Ruckreiß zu verrichten, und andere Gebetter mehr, welche hinten in dem Register zu finden, 1749.

7 Martin (P.), Une religion des livres (1640-1850), Paris, Cerf, 2003.

8 EA 3 945. Le CRULH (Centre régional universitaire lorrain en histoire) est une équipe de recherches des universités de Nancy et de Metz. Elle est engagée dans trois opérations. La première est menée avec la DLL (Direction du livre et de la lecture), la DRAC Lorraine et les collectivités locales. Il s’agit de réaliser une base de données de tous les livres imprimés en Lorraine avant 1810 et des hommes du livre ; l’ensemble sera accompagné de la numérisation de documents sur l’histoire du livre et de volumes anciens. En outre, le CRULH participe à deux projets retenus par l’ANR : le projet sur les écrits du for interne ; un projet franco-allemand, appuyé par l’ANR et le DFG, intitulé « Buchpraxis ».

9 Aux pages 129-132 de la contribution de F. Rapp, « Pèlerinages et livres de piété... », art. cité, figure un appendice où se trouvent 55 titres, tous publiés entre 1721 et 1900.

10 Marie-Thérèse Fischer a fait une thèse en théologie catholique sur le pèlerinage du Mont Sainte-Odile. Une édition grand public est donnée dans M.-T. Fischer, Treize siècles d’histoire au Mont Sainte-Odile, Strasbourg, Éd. du Signe, 2006 ; elle publie aux pages 513-518 une liste de sources imprimées. Elle publie également d’autres sources imprimées dans Pèlerinages et piété populaire en Alsace, des Mérovingiens à nos jours, Strasbourg, Éd. du Signe, 2003, p. 298.

11 Châtellier (L.), Tradition chrétienne et renouveau catholique dans l’ancien diocèse de Strasbourg (1650-1770), Paris, Ophrys, 1981 ; voir également l’article plus général de D. Dinet, « La ferveur religieuse dans la France du xviiie siècle », Revue d’histoire de l’Eglise de France, t. 79, no 203, 1993, p. 275-299.

12 Rapp (F.), « De la religion populaire à l’action pastorale : les pèlerinages alsaciens du xve au xviiie siècle », dans Homo religiosus. Autour de Jean Delumeau, Paris, Fayard, 1997, p. 67.

13 Nous nous permettons de renvoyer à nos ouvrages : Maës (B.), Notre-Dame de Liesse, Paris, 1991, et Le roi, la Vierge et la nation. Pèlerinages et identité nationale entre guerre de Cent Ans et Révolution, Paris, Publisud, 2002.

14 Voir le récit du retour de Rome d’un artisan rémois dans G. Caillotin, Le retour de Rome d’un sergier rémois, 1724, éd. D. Julia, Rome, Publications de l’Ecole française de Rome, 2006.

15 Châtellier (L.), Tradition chrétienne..., op. cit., voir carte p. 509, publiée en annexe.

16 Voir à titre de comparaison la thèse de G. Provost, La fête et le sacré. Pardons et pèlerinages en Bretagne aux xviie et xviiie siècles, Paris, Cerf, 1998.

17 Rapp (F.), « Pèlerinages et livres de piété... », art. cité, p. 114.

18 « Bey Franz Levrault, der catholischen Universität Buchdrucker », sur la page de titre du Andacht zu der heiligen Jungfrau undAbtissinn Walburga, Beschützerinn der Abtey Sankt-Walburg, strasburger Bisthums, Strasbourg, François Levrault, 1779.

19 Sur la page de titre du Andaehtsübungen fur emtsindsame und nachdenkende Christen vermerhte und verbesserte Auflage. Der gnadenvollen Mutter unsers götdichen Heylandes, wie auch der seligen Jungfrau Odilia, Schützerin und Fürsprecherin des untern Elsaß, gewiedmet, Strasbourg, 1797 [Ire éd. 1788], 16 cm.

20 Neu und vermehrter geistlicher Weegweiser..., op. cit. ; p. 112 : « Gebett zu dem Herzen Jesu » ; p. 130 : « Gebett zu dem Herzen Maria » ; p. 164 : « Andacht zum H. Antonio von Padoua ».

21 Voir M. Gauchet, Le désenchantement du monde. Paris, Gallimard, 1985.

22 Neu und vermehrter geistlicher Weegweiser.... op. cit. Dans la partie inférieure : « Gegend des heiligen Otts Schauenberg », et dans le détail : « No 1. Die Wahlfarts Kirchen » ; « No 2. Die Wohnung der PP Fransciscane » ; « No 3. Die Statt Ruffach ».

23 Vogler (B.), « Le clergé alsacien et la question des langues depuis 1802 », dans Groupe d’histoire religieuse de La Bussière, Mont-Roland, 2000, p. 42-48.

24 Voir les deux éditions du guide du pèlerinage d’Haslach à l’évêque de Strasbourg saint Florent, de 1726 pour l’édition allemande et 1772 pour l’édition française, conservées à la bibliothèque du Grand Séminaire de Strasbourg.

25 « Loci FF Capucinorum Frib. Bris. », sur un ouvrage conservé à la bibliothèque du Grand Séminaire de Strasbourg.

26 « Ce livre appartient à moi François Nuss de Strasbourg », dans l’ouvrage cité sur le pèlerinage de saint Florent à Haslach ; « Marie-Anne Kuntz à Moutzig », dans le même ouvrage ; « M. Josephe Zipp », dans le Marianisches [...] Marienthal de Haguenau publié en 1786.

27 « Auführungen der Wallfarter [...] », qui recouvre toute une page d’un ouvrage de 1749.

28 Sur la page de frontispice de Der Heil. Odilien Schutz-Patronin des Elsaß zu grösserer Ehr und Lob Gottes aus billigster Andacht denen geistl. Seelsorgern beydes des Untern-und Obern-Elsaß zur Odilianischen Andachts-Beförderung aus gäntzlichem Vertrauen.

29 Par exemple les ouvrages des pèlerinages aux frontières de catholicité, comme Saumur ou Le Puy.

30 Unsere liebe Fraw zu S. Marienthal, 1615 : « 7. Capitel : Gestorbene Kinder wider lebendig worden » ; « Das ist historischer Relacions Bericht von Miraculoss oder Wundergeschichten zu S. Marienthal im Elsass bey Haguenau gelegen ».

31 Voir une partie du titre de cet ouvrage : « Sodalitet oder Bruderschaft B. Mariae Virginis [...] collegii Societatis Jesu in Haguenau ».

32 Voir l’ouvrage du prémontré D. Albrecht, Der Wahlfahrter auf den heiligen Odilien-Berg, Strasbourg, Melchior Bauschinger.

33 Voir le Neu [...] Maria Hüff de 1749, p. 26 : « Da man den Reiß der Wallfahrt antritt » ; p. 48 : « Wenn des h. Orts ansichtig wird » ; p. 55 : « Gruß vor dem Gnaden Bild » ; p. 189 : « Abschied von dem h. Orth. ».

34 Rapp (F.), « rinages et livres de piété... », art. cité, p. 118.

35 Neu [...] Maria Hülff, 1749, composé de deux parties : « Der erste bestehet in schönen Morgends, Mess, Beicht [...] ».

36 « Morgens Übung », p. 11.

37 « Übung alle seine Werck zu Gott zu richten », p. 256.

38 « Gebett um verlohrne Sachen wieder zu finden », p. 180.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540