Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes du voyage

 | 
Dominique Dinet
, 
Jean-Noël Grandhomme

II – L'organisation du voyage

Les voyages forment la jeunesse : la mobilité européenne des notables strasbourgeois au tournant de la période contemporaine

Laure Hennequin-Lecomte

Texte intégral

  • 1 Comme Jacques Lévy, nous croisons le capital économique et le capital de mobilité qui correspond à (...)
  • 2 Ce terme générique désigne l’ensemble des institutions et leurs membres gouvernant la ville de Stra (...)

1Voyager ne va pas de soi. L’étymologie est révélatrice à cet égard : le mot travel, en anglais, a la même origine que « travail ». Voyager implique une succession de tâches, plus ou moins maîtrisées par les patriciens strasbourgeois. Leur mobilité exige des compétences linguistiques dont ils disposent de par leur éducation. En référence aux travaux de Pierre Bourdieu sur le capital social et l’habitus, nous pouvons, à l’instar des sociologues et géographes contemporains, parler de capital et d’habitus de mobilité pour nos protagonistes1. L Les patriciens disposent d’un fort capital économique et spatial. Cela leur permet de jouir d’un peu de liberté, mais aussi de construire leur identité au contact des autres, à plusieurs échelles. Changer périodiquement d’espace tient d’ailleurs des habitudes patriciennes. L’année se partage, en effet, pour l’oligarchie aristocratique participant au gouvernement de la cité2, entre la campagne et la ville – à la fois l’agglomération proche du domaine rural, essentiellement Strasbourg, mais aussi Paris. L’opposition ville/campagne recoupe l’antagonisme Paris/province. Nos protagonistes sont, à plusieurs moments de leur existence, attirés par la capitale.

2Mais ce n’est pas ce type de voyage qui nous intéresse ici. Celui de notre étude est bien plutôt un périple à géographie et chronologie variables, spécifique, illustré par le célèbre adage « les voyages forment la jeunesse ». Nous envisageons le voyage comme formation, motif littéraire classique, qui prend les couleurs de la réalité historique pour les jeunes patriciens strasbourgeois appartenant aux deux familles protestantes emblématiques de la cité alsacienne, les Turckheim et les Dietrich, en plein cœur de la Révolution française.

3Les voyages de ces notables rhénans ont une autre dimension en commun. Les humanités, familières à ceux qui vont entreprendre un périple (quelle que soit sa nature), sont présentes au moins inconsciemment. La quête de l’Odyssée ou de l’Enéide, avec ses épreuves épiques, sortes de rites initiatiques, correspond aussi à la recherche d’une vérité. Si cet aspect n’est pas vécu avec intensité par les fils, on peut tout du moins supposer qu’il l’est par les pères qui, dans l’ensemble, ont appartenu à la franc-maçonnerie – le voyage, pour cette dernière, est comme la poursuite d’une terre promise, d’un trésor intérieur.

4Les patriciens strasbourgeois s’inscrivent donc dans une ancienne tradition, remontant à l’Antiquité, avec laquelle renoue le Voyage du jeune Anarchasis en Grèce de l’abbé Barthélemy. Celui-ci contribue à rendre populaire le concept de voyage de formation, et fait partie des principales lectures des patriciennes strasbourgeoises.

  • 3 Lettre de Guillaume de Turckheim à son père Bernard-Frédéric, Göttingen, 15 août 1803, Fonds Turckh (...)
  • 4 L’expression est de la main de Lili Schoenemann, baronne de Turckheim, et peut s’appliquer à l’ense (...)

5Le voyage s’apparente à un « rude passage de l’âge adolescent à l’âge viril3 », selon la belle formule employée par un jeune patricien alsacien, Guillaume de Turckheim, dans une lettre adressée à son père à qui il rend compte de ses études à Göttingen. Il participe du « développement de la jeunesse4 ».

6Pour ces patriciens alsaciens, l’odyssée masculine à l’orée de l’âge viril s’entreprend en Allemagne et en Suisse ; le voyage féminin, lui, s’inscrit essentiellement à l’intérieur de l’Alsace.

Approche sexuée du voyage

La vision masculine positive

  • 5 Né à Strasbourg en 1789, il meurt à Cannes en 1849. Ce colonel n’entre à l’armée qu’après des étude (...)
  • 6 Né en 1806, c’est le fils d’Adrien Brunck de Freudeck et de Madeleine-Elisabeth de Turckheim. Il me (...)
  • 7 Fonds Turckheim, carton 9, fos 13-14, Fontainebleau.

7Les patriciens strasbourgeois conçoivent le voyage comme une nécessité dans la formation de leurs pairs. Ainsi, Henri de Turckheim5 conseille vivement à son neveu Adrien Brunck6, qui vient d’obtenir brillamment sa licence, de s’accorder des loisirs. Il ne s’agit pas de continuer le cycle d’études mais, bien au contraire, de le rompre. Il estime que le temps de la méditation est passé, que celui de l’action est venu. Parcourir le monde ne peut être que bénéfique à son neveu, dont la santé a manifestement pâti des efforts acharnés qu’il a fournis. Ces voyages vont aussi lui permettre de mûrir, de devenir un homme par les découvertes faites hors du giron familial : « Il faudrait avant cela acquérir un peu plus l’usage et la connaissance du monde ; faire quelques voyages intéressants, et gagner peu à peu quelques années de plus7. » Les Dietrich et les Turckheim partagent une grande curiosité pour les hommes qu’ils rencontrent, les paysages qu’ils traversent, toutes les particularités du nouveau.

8Il en va tout autrement pour les femmes : en temps de guerre ou de paix, la gent féminine a une image bien différente du voyage.

La perception féminine négative

  • 8 Née Elisabeth Schoenemann en 1758, morte en 1817, elle est restée dans l’histoire comme la « Lili » (...)
  • 9 Né le 3 novembre 1752 à Strasbourg, il fait son apprentissage de banquier et de commerçant dans div (...)
  • 10 Lettre no 59, Lili Schoenemann à Bernard-Frédéric de Turckheim, 1800, dans J. Keller, Lili Schoenem (...)
  • 11 Lettre no 64, Lili Schoenemann à Bernard-Frédéric de Turckheim, 1801, dans J. Keller, Lili Schoenem (...)

9La « Lili » de Goethe8 illustre bien les inquiétudes d’une femme quant aux périples de son époux. Bernard-Frédéric de Turckheim9 est amené, compte tenu de ses fonctions économiques, sociales et politiques, à voyager non seulement en France mais encore à l’étranger. C’est d’ailleurs parce qu’il est souvent par monts et par vaux que la correspondance avec sa femme est aussi importante, et nous pouvons en faire notre miel. Sous l’Empire, Lili de Turckheim craint pour la vie de son époux, pour sa santé comme pour sa sécurité. Elle le met en garde, exprimant ouvertement ses inquiétudes. Elle désire qu’il entame son périple accompagné, estimant que seul il courrait un trop grand danger. Son ton est presque suppliant, les appréhensions affleurent sous la plume : « J’espère que tu ne voyageras pas seul et te le demande comme une grande faveur, les chemins sont mauvais [...] ne voyage pas seul je t’en conjure10. » Quand elle-même est amenée à prendre la route, Lili consulte son époux sur le bon choix à faire. Les déplacements dépendant fortement des conditions météorologiques, elle réfléchit, pense au meilleur itinéraire en fonction des circonstances, et peut tout à fait écouter un avis amical divergeant de celui de son mari, s’il paraît raisonnable et fondé : « Je ne choisirai peut être pas, pour notre retour le chemin que tu m’avais d’abord indiqué, il nous détournerait trop, et nous ferait perdre quelques jours que je préfère donner dans ce moment ci à nos amis d’ici11. »

10Car la mobilité est aussi une réalité féminine, comme le révèle le journal d’une jeune patricienne, Octavie de Berckheim.

La géographie alsacienne d’une diariste férue de voyages littéraires

  • 12 Correspondance des demoiselles de Berckheim et de leurs amis, précédée d’un extrait du Journal de M (...)
  • 13 Née à Jebsheim en France en 1771, elle meurt à Nordheim en Thuringe en 1852. Amie d’Oberlin, elle f (...)

11La géographie du journal12 d’Octavie de Berckheim13 est parfois indiquée. Un tableau récapitulatif de ces mentions topographiques, liées aux indications temporelles existantes, permet de saisir la circulation épisodique de cette jeune patricienne. Octavie choisit d’emmener son journal avec elle, ce qui révèle toute l’importance qu’elle lui accorde. C’est à la fois quelque chose de précieux, mais aussi de secret ; c’est pourquoi il l’accompagne partout. Sa place est dans une boîte qu’elle ferme à clé, ne souhaitant pas qu’il soit lu : « Mais je termine, pour mettre ce cahier dans ma cassette, qui, avec nos malles, va partir en avant. Et moi-même, je me mettrai en voyage demain pour aller vers mes plus tendres amies. »

Approche sexuée du voyage. La géographie alsacienne d’une diariste férue de voyages littéraires

Géographie

Pagination

1er cahier

1789 ; départ de Schoppenweiher pour Jebsheim (1790)

p. 8-9

1789 : incendie de Schoppenweiher

p. 5-8

2e cahier

Bâle ; vendredi 31 août 1792

p. 20

Colmar ; ce thermidor (21 juillet 1794)

p. 70-71

En revenant de Strasbourg ; arrêt à Stotzheim

p. 31-36

Retour de Bâle ; Schoppenweiher

p. 21-23

Ribeauvillé ; 11 floréal 1794

p. 69-69

Rothau ; 28 brumaire 1794

p. 77-85

Rothau ; 5 frimaire 1794

p. 88-93

Rothau ;1er frimaire

p. 85-87

Schoppenweiher ; 13 prairial 1794

p. 69-70

Schoppenweiher ; 22 octobre 1789

p. 16

Schoppenweiher ; novembre 1790

p. 12-13

Schoppenweiher ; 31 décembre 1792

p. 25

Stotzheim ; 4 nivôse an III (1795)

p. 140-141

Strasbourg ; 1791

p. 13-14

Géographie du Journal d’Octavie

  • 14 Correspondance des demoiselles de Berckheim [...] Journal de Mlle Octavie…, op. cit., t. I, p. 18.
  • 15 Paru en 1789, cette minutieuse étude sur la vie antique est l’œuvre d’un érudit, littérateur et ant (...)
  • 16 Lettre d’Henriette Périer à Camille Jordan, dans R. Boubée, Camille Jordan en Alsace et à Weimar d’ (...)
  • 17 Correspondance des demoiselles de Berckheim [...] Journal de Mlle Octavie..., op. cit., t. I, p. 12 (...)

12Octavie sillonne l’Alsace en compagnie de sa famille, et fait également une incursion en Suisse. Le point de ralliement est la demeure familiale de Schoppenwihr, loin devant le Bocage et Jebsheim. Le journal d’Octavie, ancré dans son temps, comprend une réflexion intéressante sur la perception du voyage de formation à la fin du Siècle des lumières. La gent féminine alsacienne explore alors le monde par l’intermédiaire d’autres yeux14. Le Voyage du jeune Anacharsis en Grèce15 présente une analyse fouillée de cette époque glorieuse de l’Histoire. Cet ouvrage de formation masculin a d’ailleurs été lu et apprécié par la sœur d’Octavie, Henriette16. Octavie est sensible à la fois au fond et à la forme de ce livre. Elle est séduite par la manière dont les diverses informations y sont délivrées, à la fois par une précision savante et une écriture de qualité17. Elle est admirative, enfin, de la quantité de travail auquel il correspond, fascinée par la connaissance encyclopédique de l’auteur à propos de l’Antiquité.

13La Grèce antique sert aussi de toile de fond au Télémaque prisé par Annette de Gérando – autre patricienne alsacienne, amie de la précédente. Cette dernière apprécie tout particulièrement ce roman didactique en 24 livres, composé pour proposer au duc de Bourgogne, élève de Fénelon, un véritable « art de régner » – d’autant qu’il s’inspire du livre IV (ou plutôt du chant IV) de l’Odyssée. Fénelon y raconte les pérégrinations de Télémaque accompagné de Mentor, son guide et directeur de conscience (métamorphose de Minerve), pour retrouver son père, Ulysse.

14Ces deux belles illustrations du corpus viatique participent donc pleinement de l’univers littéraire des patriciennes strasbourgeoises, nuançant quelque peu une différence d’approche simplement sexuée. La littérature, en effet, amène ces jeunes filles à franchir mentalement des frontières ; à défaut de le faire physiquement.

Périple européen de jeunes patriciens strasbourgeois

15Les voyages, furtifs ou prolongés, sont autant d’occasions d’apprentissages divers, nécessaires pour les futurs rôles à jouer dans la sphère publique. Nous en avons des traces via la sphère privée, grâce aux échanges épistolaires à l’intérieur d’un cercle familial plus ou moins élargi.

Les voyages à but économique : le tour d’Europe de Bernard-Frédéric de Turckheim

16L’apprentissage des affaires bancaires passe, pour Bernard-Frédéric de Turckheim, par un périple technique, comparable à ceux entrepris dans la France du Moyen Âge par les compagnons d’un chantier de cathédrale par exemple. Pour devenir un banquier et un commerçant apte à prendre la succession de la maison familiale, il doit apprendre les arcanes du métier pendant de longues années. Il lui faut, pour cela, faire plusieurs stages dans diverses villes européennes. Il est ainsi amené à travailler en Allemagne, en Hollande, en France, dans des villes portuaires, et donc à voyager, ne serait-ce que pour se rendre d’un point à l’autre de son itinéraire.

Périple européen de jeunes patriciens strasbourgeois Les voyages à but économique : le tour d’Europe de Bernard-Frédéric de Turckheim

Chronologie

Lieux et pratiques du savoir

1766-1770 (été)

Apprentissage à la banque Schoenemann et Heyder ; « Volontär » pendant 3 ans et demi, de décembre 1766 à l'été 1770

1770 (novembre)

Familiarisation avec secrets du commerce dans maison de Bary et Pilgram à Amsterdam

1772 (novembre) – 1773 (avril)

Buob frères à Rouen

1773 (septembre)

Sewald. négociant à Nantes

1773 (octobre)

Bethmann à Bordeaux

1773 (mi-décembre) – 1775 (automne)

Tour de France en compagnie de son frère Jean : Montpellier. Lyon. Paris

Cursus pratique de Bernard-Frédéric de Turckheim

  • 18 Une lettre de sa mère l'atteste : lettre no 73, Lili à Charles de Turckheim chez M. Gontard et fils (...)

17Sa formation s’achève par un tour de France avec son frère aîné, dans les parties méditerranéenne, rhodanienne et parisienne. Au moment d’assurer sa succession, il demande à ses fils de suivre un parcours similaire. Ses deux fils aînés se préparent au métier de banquier. Tous deux sont initiés à Francfort, dans deux maisons différentes18.

Le voyage en Suisse de Fritz avec Gloutier

  • 19 Archives de Dietrich, Universités étrangères, sous-classement Göttingen.
  • 20 « Nr 15 876 : Johannes Albertus Frideric Dietrich Argentinensis francus », immatriculé en faculté d (...)

18La tradition médiévale reprise par les patriciens alsaciens est aussi intellectuelle. Les fils Dietrich et Turckheim en effet, pour parfaire leurs études, se sont rendus ici ou là en fonction des formations dispensées par les diverses universités rhénanes. Parmi elles, celle de Göttingen semble avoir été particulièrement appréciée des deux familles. Le parcours des fils Dietrich constitue à ce sujet un bel exemple de peregrinatio étudiante, non sans évoquer l’Adolphe de Benjamin Constant. Leur passage, en compagnie de leur gouverneur, dans la Georg-August Universität de Göttingen est attesté par leurs matricules19 – leurs prénoms et origine géographique étant latinisés, comme le voulait l’usage universitaire20.

  • 21 Né le 8 mai 1755, Alexis Gloutier a étudié dans les collèges de Langres et de Chaumont où les human (...)
  • 22 Né le 31 août 1773 il s’engage au 3e bataillon de volontaires du Bas-Rhin, lors de la proclamation (...)
  • 23 Né à Niederbronn en 1775, il meurt à Altona en 1800. Frère cadet de Jean-Albert-Frédéric, il épouse (...)
  • 24 Archives de Dietrich, 60a/15/10, extrait de la biographie du département de la Haute-Marne imprimée (...)

19Alexis Gloutier21, précepteur de Jean-Albert-Frédéric22 et de Gustave-Albert de Dietrich23 fait un compte rendu détaillé du voyage à leur père, Philippe-Frédéric, dont il est l’homme de confiance24. Nommé commissaire du roi, Philippe-Frédéric de Dietrich quitte Paris pour Strasbourg le 5 juillet 1789, tandis que Gloutier se rend à Bâle avec Mme de Dietrich et ses deux fils.

  • 25 Roche (D.), Les Républicains des lettres. Gens de culture et Lumières au xviiie siècle, Paris, Faya (...)
  • 26 Il naît à Nantes en 1752 et meurt à Bâle en 1821. Fils d’Albrecht Ochs, il a des responsabilités po (...)
  • 27 Archives municipales de Strasbourg [désormais AMS] AA 2005b/36/1, lettre de Gloutier à Philippe-Fré (...)
  • 28 AMS-AA 64/I/1, lettre de Philippe-Frédéric de Dietrich à Gloutier, 5 août 1789.

20Pour les deux hommes, le voyage a une dimension intellectuelle. C’est à la fois un mode de connaissance et un privilège des élites nécessitant des fonds25. La Suisse est la terre d’élection de ce voyage éducatif, qui commence par une halte chez Pierre Ochs26, l’oncle maternel. Gloutier demande à Philippe-Frédéric de confirmer la destination, les modalités financières et pédagogiques, lui faisant parvenir son projet avec la caution d’un quidam dont son destinataire doit faire cas. Dans un style hyperbolique, il dit avoir réfléchi au meilleur emploi du temps possible, même s’il n’est pas de son ressort de le choisir tout seul. Il attend des directives précises, tout en soulignant que son but est avant tout d’instruire efficacement ses élèves, sans dépenses inconsidérées ou inutiles : « J’ai l’honneur de vous envoyer le plan de la route que nous conseille M. de Carbonnieres comme la plus intéressante, la plus pittoresque et en même temps la plus sûre et la plus convenable au peu de temps que nous avons à y donner ; je vous prie d’y jeter un coup d’œil sur cette note, d’y joindre vos observations27.» Philippe-Frédéric de Dietrich donne totalement son aval à Gloutier, espérant par ailleurs que les conditions météorologiques et l’état de santé du précepteur vont leur permettre de réaliser leur plan28.

  • 29 AMS-AA 2005b/36/2, route parcourue en Suisse par Gloutier et les fils de Dietrich.

21Un document, dans le carnet de route de Gloutier, permet de voir en détail le trajet que ses deux élèves et lui ont pu effectuer en Suisse. Il s’agit d’une note manuscrite de Jean-Albert-Frédéric de Dietrich, « Fritz », à son père. Il énumère les villes, les raisons d’une halte, les merveilles naturelles estimées à leur juste valeur par le fils d’un minéralogiste : « Thun à Grindelwald pour voir les glaciers ». Il tient à signaler qu’avec son précepteur et son frère, il tente de marcher sur les traces de son père en récoltant des pierres – sans avoir, toutefois, les vastes connaissances paternelles qui permettraient de les identifier sûrement : « Nous avons fait une nombreuse collection de pierres roulées par le Rhin, c’est dommage que nous n’y connaissions que quelques granits et du jaspe. » Il s’intéresse également aux réalisations humaines, architecturales notamment. Il est conscient du besoin de faire appel à un tiers pour bien apprécier toutes ces curiosités : « Berne à Thun où il faut prendre un guide ». Sa fibre patriotique est aiguisée, et ne peut que plaire à son père lorsqu’elle célèbre le pays natal, ou son représentant : « [...] car un Français qui voyage en Suisse est censé avoir vu la résidence de l’ambassadeur de France29 ». Non seulement il justifie, par des nota bene, la route entreprise et le choix des arrêts, mais il explique aussi pourquoi il évite certaines contrées qui pourraient rendre le voyage beaucoup plus difficile.

  • 30 AMS-AA 2005b/36/3, lettre de Gloutier à Philippe-Frédéric de Dietrich, Bâle, 23 août 1789. Se référ (...)

22Gloutier a à cœur de poursuivre le perfectionnement de Fritz. Il remercie le père qui lui a confié une si belle mission, l’amenant par ailleurs à en partager l’engouement : « L’essai de Fritz me fait espérer qu’il profitera beaucoup dans ce voyage et qu’il se rendra digne des soins que vous prenez de son instruction, le plaisir que vous avez à m’en faire partager les agréments, m’encourage et m’inspire la plus vive reconnaissances30. » Le précepteur imagine un parcours helvétique à plusieurs objectifs cognitifs. L’adage antique mens sana in corpore sano doit être mis en pratique ; le fils et le précepteur signalent leur choix d’un trajet pédestre. Le voyage participe alors du pèlerinage, la quête du savoir exigeant des qualités intellectuelles mais aussi physiques. Les pérégrinations sont bénéfiques – au propre comme au figuré – car l’endurance du corps s’accompagne d’une élévation de l’esprit : « Je compte cependant mettre à l’épreuve le courage de Fritz qui témoigne beaucoup d’ardeur et voyager avec nos jambes, autant que nous le pourrons. »

Le voyage de Guillaume de Turckheim dans l’Empire

23Guillaume et Henri de Turckheim ont eux aussi droit à un cursus universitaire, à Göttingen pour Guillaume, à Strasbourg et à Göttingen pour Henri. En pleine Révolution, ils connaissent çà et là quelques complications, certains cours n’ayant pas lieu en raison du mouvement des troupes.

  • 31 Né à Strasbourg le 18octobre 1785, il s’est tourné vers la carrière militaire après une place au mi (...)

24L’analyse du voyage de Guillaume31 dans l’espace allemand est riche d’enseignements. Celui-ci fournit son projet et son plan de conduite à ses parents, tant pour les informer que pour les rassurer sur le bien-fondé pédagogique, social et culturel de son entreprise.

  • 32 Fonds Turckheim, carton 61, f° 31, Gottingen, 28 mars 1803.
  • 33 Deux ans plus tard, l’admiration pour l’Allemagne n’est plus de mise pour Guillaume. Sa perception (...)

25Le voyage, perçu comme nécessaire, a cependant un inconvénient majeur. S’il est de courte durée, il rend très difficiles les relations épistolaires. Pour rassurer sa famille qui, en manque de nouvelles, ne peut plus exercer directement sa pression, le jeune patricien délivre son itinéraire par le menu, en indiquant les villes et les lieux traversés, les personnes qu’il fréquente. Les modalités pratiques du voyage sont spécifiées. Guillaume, à Berlin, a l’intention de ménager sa monture ; il donne une tonalité pédestre à son itinéraire, par ailleurs tributaire des conditions météorologiques : « Là nous ferons le chemin jusqu’à Dessau à pied dans 4 jours si le temps nous est favorable. À Dessau, nous nous confierons à la Poste, nous irons de suite à Potsdam, où nous nous arrêterons de là à Berlin32. » Le voyage, ici, est comme la continuation logique d’une découverte du pays, à la fois par un séjour prolongé dans une université, et par la confrontation des mœurs et des coutumes locales à différents ouvrages de contemporains ou d’Anciens. Ce périple n’est pas solitaire, il rassemble plusieurs étudiants liés par des relations amicales et vraisemblablement de même origine – d’Alsace très certainement. L’enjeu est de taille, mais semble à la portée de ces jeunes gens. Il s’agit de saisir, dans leur contexte, un certain nombre d’informations : « Ce voyage peut être d’une très grande utilité pour nous tous, nous nous familiariserons avec une quantité d’objets, qui nous sont restés inconnus ou peu intéressants jusqu’ici ». L’Allemagne est louée par le jeune homme, qui la décrit pratiquement comme un éden où le domaine scientifique, les réalisations artistiques, les activités de la société et les décisions politiques frappent par leur harmonie. Elle appelle une admiration à laquelle Guillaume se propose de réfléchir plus longuement, à son retour, car il se promet de faire le récit de ses pérégrinations et de ses méditations. Il l’annonce ironiquement, comme si son carnet pouvait avoir une valeur littéraire, alors que son prix ne va être que sentimental : « Mais je me réserve de développer cela plus au long, étant de retour de mon voyage, il en paraîtra alors une description pompeuse, dédiée à mes parents33. »

26Les étudiants recueillent divers ouvrages utiles à la compréhension des lieux qu’ils espèrent visiter. S’agissant d’un travail de grande ampleur, les jeunes voyageurs se répartissent les tâches. Chacun a sa part de recherches ; à Guillaume échoient les champs artistique, populaire et législatif : « En attendant, nous nous occupons à rassembler toutes les notices qui peuvent nous instruire sur notre voyage. Les rôles sont divisés. Moi je me suis chargé de tout ce qui concerne les arts, l’esprit du peuple, la constitution. »

27En définitive, disposant d’un fort capital économique et spatial, les Turckheim et les Dietrich peuvent forger leur personnalité au contact du monde à un moment-clé de l’histoire européenne, l’émergence du monde contemporain. Les patriciens strasbourgeois naissent au sein de ce groupe social qui définit leur identité. Mais, pour devenir des patriciens à part entière, ils doivent mettre à profit les leçons d’un homme plus âgé chargé de transmettre sa science, acquérir des savoirs universitaires et anciens sous la coupe paternelle, et enfin effectuer eux-mêmes des pérégrinations formatrices à but pédagogique.

28Ils sont bien conscients de la nécessité du voyage dans cette formation, de son caractère bénéfique comme de son côté dangereux – à l’échelle européenne notamment. Le trajet, balisé géographiquement grâce aux réseaux d’interconnaissance, est aussi préparé méthodiquement par diverses lectures. Sa relation est ensuite épistolaire, participant ainsi du mode de vie intellectuel de l’Europe révolutionnaire en guerre.

29Les itinéraires éducatifs de Guillaume de Turckheim (fils de la « Lili » de Goethe) et de Jean-Albert-Frédéric de Dietrich (fils du maire chez qui la Marseillaise a été chantée pour la première fois) sollicitent à la fois le corps et l’esprit. Le voyage prend alors l’allure d’un rite initiatique, sous la forme d’un pèlerinage où les efforts pour atteindre la substance du savoir doivent être intellectuels et physiques.

30À une époque troublée, en zone frontalière, le temps qu’un monde s’en aille et qu’un nouveau apparaisse, les patriciens rhénans conçoivent le voyage comme un instrument de connaissance, à l’instar de Montaigne, qui le présente dans les Essais comme un exercice profitable.

Notes

1 Comme Jacques Lévy, nous croisons le capital économique et le capital de mobilité qui correspond à un aspect du capital social.

2 Ce terme générique désigne l’ensemble des institutions et leurs membres gouvernant la ville de Strasbourg.

3 Lettre de Guillaume de Turckheim à son père Bernard-Frédéric, Göttingen, 15 août 1803, Fonds Turckheim, carton 61, fos 35-36.

4 L’expression est de la main de Lili Schoenemann, baronne de Turckheim, et peut s’appliquer à l’ensemble des jeunes gens amenés à devenir des hommes. Voir la lettre no 101, Lili Schoenemann à Guillaume de Turckheim, Strasbourg, 8 décembre 1804, dans J. Keller, Lili Schoenemann, baronne de Turckheim. Lettres inédites, journal intime et extraits des papiers de famille, Berne, Peter Lang, 1987, p. 277.

5 Né à Strasbourg en 1789, il meurt à Cannes en 1849. Ce colonel n’entre à l’armée qu’après des études universitaires à Göttingen et à Strasbourg. Il épouse en 1826 Marie Anne Louise de Degenfeld-Schomberg, sœur de Louise-Frédérique, femme de son frère aîné.

6 Né en 1806, c’est le fils d’Adrien Brunck de Freudeck et de Madeleine-Elisabeth de Turckheim. Il meurt en 1834.

7 Fonds Turckheim, carton 9, fos 13-14, Fontainebleau.

8 Née Elisabeth Schoenemann en 1758, morte en 1817, elle est restée dans l’histoire comme la « Lili » de Goethe. Elle épouse en 1778 Bernard-Frédéric de Turckheim dont elle a six enfants.

9 Né le 3 novembre 1752 à Strasbourg, il fait son apprentissage de banquier et de commerçant dans diverses maisons et est amené à sillonner l’Europe. Il commence à la banque Schoenemann et Heyder à Francfort de 1766 à 1770. Ensuite, il se rend successivement à Amsterdam, Rouen, Nantes et Bordeaux de 1772 à 1775. Attaché à la maison de banque de son père, Jean de Turckheim, rue Brûlée, il en devient par la suite le chef. Vicaire du corps des marchands, en 1789, il est élu officier municipal le 8 février 1790. Mais il se voit destituer par les représentants Carnot, Prieur et Ritter le 20 août 1792. Cela ne l’empêche pas d’être élu maire de Strasbourg le 6 décembre 1792 ; il est destitué peu après par la Convention et notamment par les représentants Coturier, Rühl et Dentzel pour mettre à la tête de la municipalité le Savoyard Monet. Il est condamné à la déportation en 1792-1793. Il parvient à s’échapper en septembre 1793 (au moment où il allait être arrêté). Il gagne l’Allemagne et ne rentre en France qu’en 1794, après la chute de Robespierre. En 1805, il rend comme banquier de grands services en avançant des sommes considérables pour le paiement de la solde des troupes en marche. En 1807, il est candidat au Sénat conservateur en France. En 1809, il accepte, avec l’autorisation de l’Empereur, les fonctions de ministre des finances du grand-duc de Bade. En 1814, il rentre en France, préside sept fois le conseil général et le collège électoral de Strasbourg. Il est élu député du Bas-Rhin de 1819 à 1824, septuagénaire, et son fils Jean-Frédéric lui succède en tant que député. Son action dans la cité est récompensée par des distinctions honorifiques en France et outre-Rhin. Il est officier de la Légion d’honneur et grand-croix de l’ordre de la Fidélité de Bade. En 1826, il est nommé président du Consistoire général. Il meurt en 1831.

10 Lettre no 59, Lili Schoenemann à Bernard-Frédéric de Turckheim, 1800, dans J. Keller, Lili Schoenemann.... op. cit., p. 220.

11 Lettre no 64, Lili Schoenemann à Bernard-Frédéric de Turckheim, 1801, dans J. Keller, Lili Schoenemann.... op. cit., p. 225.

12 Correspondance des demoiselles de Berckheim et de leurs amis, précédée d’un extrait du Journal de Mlle Octavie de Berckheim et d’une préface de M. Philippe Godet, Paris, Neuchatel, Imprimerie Delachaux et Niestlé, 1889, t. I.

13 Née à Jebsheim en France en 1771, elle meurt à Nordheim en Thuringe en 1852. Amie d’Oberlin, elle fait la connaissance de Frédérique Brion à Rothau. L’aînée des demoiselles de Berckheim se marie en 1799 à Colmar avec un parent éloigné, le baron de Stein, et est liée à la grande duchesse Louise de Saxe-Weimar, que Goethe a célébrée.

14 Correspondance des demoiselles de Berckheim [...] Journal de Mlle Octavie…, op. cit., t. I, p. 18.

15 Paru en 1789, cette minutieuse étude sur la vie antique est l’œuvre d’un érudit, littérateur et antiquaire, l’abbé Jean-Jacques Barthélemy, qui a connu un succès universel. Les lettrés, les gens du monde, les femmes surtout accueillirent avec enthousiasme cette peinture élégante de la Grèce. Il s’agit du dernier grand succès littéraire du xviiie siècle.

16 Lettre d’Henriette Périer à Camille Jordan, dans R. Boubée, Camille Jordan en Alsace et à Weimar d’après des documents inédits avec un portrait, Paris, Plon, 1911, p. 177.

17 Correspondance des demoiselles de Berckheim [...] Journal de Mlle Octavie..., op. cit., t. I, p. 12-13.

18 Une lettre de sa mère l'atteste : lettre no 73, Lili à Charles de Turckheim chez M. Gontard et fils à Francfort, 1er octobre 1802, dans J. Keller, Lili Schoenemann…, op. cit., p. 236.

19 Archives de Dietrich, Universités étrangères, sous-classement Göttingen.

20 « Nr 15 876 : Johannes Albertus Frideric Dietrich Argentinensis francus », immatriculé en faculté de philosophie le 3 mai 1791 ; « Nr 15877 : Albertus Gustavius Frideric Dietrich Argentinensis francus », immatriculé en faculté de philosophie le 3 mai 1791.

21 Né le 8 mai 1755, Alexis Gloutier a étudié dans les collèges de Langres et de Chaumont où les humanités lui ont été enseignées. Dans la capitale, il obtient une bourse à un concours et progresse notablement dans l’étude des mathématiques. Il est révélateur qu’il soit choisi comme précepteur pour ses enfants par le gouverneur du dernier Dauphin. Philippe-Frédéric de Dietrich lui confie l’éducation de ses deux fils en 1787 alors qu’il est préteur de Strasbourg.

22 Né le 31 août 1773 il s’engage au 3e bataillon de volontaires du Bas-Rhin, lors de la proclamation de la Patrie en danger en mai 1792. Nommé sous-lieutenant au même bataillon le 1er juillet 1792, il passe, trois mois plus tard, lieutenant de chasseurs à cheval dans la légion de Kellermann. Il fait les campagnes de 1792 et 1793. Mais le 18 octobre 1793, il est forcé, comme fils d’un homme alors proscrit, de quitter le service, puis est enfermé pendant onze mois. Libéré, il est le premier à entrer « le sabre à la main », le 1er prairial an III, dans la Convention pour disperser les émeutiers qui l’avaient envahie, ce qui lui vaut sa réintégration dans ses fonctions militaires. Il continue à servir comme capitaine de dragons jusqu’au 12 octobre 1795, mais est contraint à cette date, pour raisons de santé, de donner sa démission. Il obtient le 6 fructidor an III la réhabilitation de son père (qui peut alors être radié de la liste des Emigrés) et la levée du séquestre qui avait frappé les biens de la famille. Il meurt précocement à Strasbourg en 1806.

23 Né à Niederbronn en 1775, il meurt à Altona en 1800. Frère cadet de Jean-Albert-Frédéric, il épouse Émilie Pauli et meurt précocement comme son frère. Il est capitaine de chasseurs à cheval, secrétaire particulier du ministre des Affaires étrangères.

24 Archives de Dietrich, 60a/15/10, extrait de la biographie du département de la Haute-Marne imprimée à la préfecture en 1811.

25 Roche (D.), Les Républicains des lettres. Gens de culture et Lumières au xviiie siècle, Paris, Fayard, 1988, p. 263.

26 Il naît à Nantes en 1752 et meurt à Bâle en 1821. Fils d’Albrecht Ochs, il a des responsabilités politiques importantes à Bâle. Il est successivement juge au tribunal de la ville en 1780, secrétaire du Conseil deux ans plus tard. Il est plusieurs fois député à la Diète en 1786, chancelier d’Etat en 1790, du Grand Conseil en 1794 et Oberstzunftmeister en 1796. Son rôle pendant la Révolution française est fondamental. Il est dès le début partisan des idées nouvelles, ami du général Dumouriez, de l’ambassadeur Barthélemy et du secrétaire Bacher. Il est en fait le chef du parti francophile en Suisse. Il travaille pour la neutralité de 1792 à 1795, réussit en 1795 à conclure la paix de Bâle. Dès 1791, il est plusieurs fois député de Bâle à Paris pour le règlement de questions économiques et politiques. Après la chute du Directoire, Bonaparte et Reubell qui ont aidé et protégé la famille de sa sœur de Dietrich, cherchent à provoquer une révolution en Suisse et le chargent de la mener à bien. Il se met alors à la disposition des autorités françaises. À Paris, il ébauche une constitution pour la République helvétique à créer. Aux yeux du peuple, il devient le chef de la révolution helvétique unitaire. Président de l’Assemblée nationale bâloise au début de 1798, il proclame à Aarau le 12 avril 1798 la constitution de la République helvétique. Il est le premier président du Sénat helvétique, puis membre et président du Directoire helvétique. Renversé par Laharpe le 25 juin 1799, son rôle comme chef de la politique suisse est alors terminé. Son influence publique n’est pas achevée pour autant. Député à la Consulta de Paris de 1802 à 1803, il est successivement membre du Grand puis du Petit Conseil d’Etat de Bâle. Il est ensuite bourgmestre en 1813 et 1816.

27 Archives municipales de Strasbourg [désormais AMS] AA 2005b/36/1, lettre de Gloutier à Philippe-Frédéric de Dietrich, Autigny, 26 juillet 1789.

28 AMS-AA 64/I/1, lettre de Philippe-Frédéric de Dietrich à Gloutier, 5 août 1789.

29 AMS-AA 2005b/36/2, route parcourue en Suisse par Gloutier et les fils de Dietrich.

30 AMS-AA 2005b/36/3, lettre de Gloutier à Philippe-Frédéric de Dietrich, Bâle, 23 août 1789. Se référer aussi à la lettre de Pierre Ochs à M. de Dietrich, Bâle, 23 août 1789, p. 349-350, retranscrite par R. REUSS dans Revue d’Alsace, 1923, p. 354-355.

31 Né à Strasbourg le 18octobre 1785, il s’est tourné vers la carrière militaire après une place au ministère de l’Intérieur sous le ministre de Gérando. Il combat pour la Révolution et gagne des galons : lieutenant, capitaine aide de camp du général Rapp, chef de bataillon lors de ses différentes campagnes. Pendant la campagne de Russie commencée en juin 1812, il donne des nouvelles rassurantes de Moscou à Rapp et l’Empereur. Il est nommé commandant et décoré de la Légion d’honneur par Napoléon à Moscou (pendant le siège de Dantzig qui débute le 20 janvier 1813, grâce à sa présence d’esprit, un magasin de 400 t de céréales demeure intact alors que les autres réserves ont brûlé). Il épouse en 1818 Élisabeth-Octavie-Amélie de Dietrich.

32 Fonds Turckheim, carton 61, f° 31, Gottingen, 28 mars 1803.

33 Deux ans plus tard, l’admiration pour l’Allemagne n’est plus de mise pour Guillaume. Sa perception de l’Allemagne a changé et dans la comparaison France/Allemagne, c’est la première qui l’emporte désormais. Il le déclare à sa mère qui, du coup, riposte par une défense en règle de sa patrie d’origine, insistant notamment sur ses qualités scientifiques : « Voyez cependant ce qu’ont fait les Allemands pour les sciences, avec bien moins d’encouragements et sous un ciel moins fertile ». Voir la lettre no 108 de Lili à Guillaume, Krauter - gersheim, 25 août 1805, dans J. Keller, Lili Schoenemann..., op. cit., p. 287-288.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540