Version classiqueVersion mobile

Les formes du voyage

 | 
Dominique Dinet
, 
Jean-Noël Grandhomme

II – L'organisation du voyage

La mobilité géographique des intendants à la fin de l’Ancien Régime (1770-1790). L’exemple de la généralité de Bourgogne

Sébastien Évrard

Texte intégral

  • 1 Bachaumont (L. de), Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la république des lettres, Londres (...)

« Pour notre bonheur sans relâche
En vain Louis travaillera,
Pendant qu’en loge à l’opéra
Chaque intendant fera sa tâche. »
L. de Bachaumont,
Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la république des lettres, 17841.

  • 2 « L’Administration, c’est le lieu où les personnes qui partent en avance croisent celles qui arrive (...)

1Parmi les critiques récurrentes adressées à l’administration, celle de l’absentéisme de ses agents tient une place de choix ; les mots de Clemenceau illustrent, s’il en était besoin, ce thème toujours porteur2. Mais qu’en est-il en réalité ? Cette critique, si facile, vaut-elle pour la fonction publique antérieure à 1789, notamment pour les hauts fonctionnaires que sont les intendants des généralités ? De tels reproches s’adressent aussi bien aux officiers des forces armées, aux magistrats de l’ordre judiciaire qu’au haut clergé. De fait, cette pratique, chez les intendants, est à mettre en relation avec la forte hausse du coût du personnel d’intendance, la bureaucratie étant l’un des effets de la centralisation administrative. Ce problème de l’absence pose la question du contrôle des intendants de province par le pouvoir central. En effet, en leur absence, qui détient le pouvoir ? Qui exerce l’autorité publique ? Ce faisant, l’absence peut s’accompagner d’un défaut d’information du gouvernement dans les affaires locales. Ne court-on pas alors le risque que la bureaucratie, qui supplée à l’absence, s’empare des pouvoirs de facto et fasse régner l’arbitraire, à une époque où le despotisme est décrié ?

2Qu’en est-il en réalité sur ce point ? Ces absences sont-elles un fait avéré, ou un mythe destiné à discréditer la fonction publique ? Comment les pouvoirs publics réagissent-ils face aux éventuels abus ?

3Nous avons tenté de répondre à ces questions en menant une enquête en Bourgogne. Notre étude est partielle : elle débute à la fin du règne de Louis XV et s’achève à la Révolution (1770-1790), époque où quatre commissaires départis se succèdent à Dijon. Le choix de cette période de vingt ans s’explique par les sources utilisées : archives privées et administratives, courriers émanant du gouvernement et de l’administration locale... Elles permettent de reconstituer le calendrier de ces intendants au fil de cette époque et de les suivre dans leurs actions. Si l’absentéisme existe, il reste cependant marginal : d’abord, il varie sensiblement selon l’administrateur en place ; ensuite, il dépend de raisons de patrimoine personnel ou de service public – à cet égard, la personnalité de l’intendant de Bourgogne est déterminante. C’est cette réalité nuancée que nous allons tâcher d’explorer.

4Nous cernerons d’abord l’ampleur du phénomène de l’absence des intendants. Puis, dans un second temps, nous proposerons plusieurs éléments d’explication.

Comment apprécier le phénomène de l’absentéisme ?

5Avec deux siècles de recul, il est très délicat d’évaluer la mobilité des agents de l’administration ; il n’y avait alors ni pointeuse, ni statut général de la fonction publique. Cependant, la règle de cette mobilité a évolué avec le temps et avec les gouvernants. Si, sous Louis XIV, le gouvernement exigeait la présence des hauts fonctionnaires sur le lieu de leur affectation, cette règle s’est relâchée dans la seconde moitié du xviiie siècle. Dès lors, si l’absentéisme des intendants a pu être réel, la personnalité de chacun d’entre eux a conduit à des absences plus ou moins fortes.

L’absentéisme : une réalité nuancée

6Avant de livrer les chiffres des absences de l’intendant de Bourgogne, il convient d’évoquer le régime spécifique de la généralité de Dijon : celui-ci influe sur la mobilité du commissaire départi.

La spécificité de la généralité de Dijon : la coexistence de pays d’états et de pays d’élections

  • 3 La même circonstance, en mai 1781, conduit l’intendant Feydeau à organiser une réception fastueuse (...)
  • 4 L’intendant s’adresse au gouverneur afin d’être autorisé à s’absenter : « Je viens, Monseigneur, d’ (...)

7Dans la généralité de Dijon coexistent deux régimes administratifs propres aux pays d’états et aux pays d’élections. Dans chacun d’eux, les attributions de l’intendant évoluent plus ou moins fortement. Par conséquent, cette situation complexe l’oblige à s’intéresser à l’un et à l’autre, et à y pourvoir de manière différente. Ainsi, dans la Bourgogne ducale, l’existence de puissants états provinciaux décharge le commissaire de certaines tâches (travaux publics et une partie de la fiscalité). Sa présence n’est pas indispensable, les bureaux des états sont suffisants. Toutefois, quand les états de Bourgogne se réunissent – une fois tous les trois ans –, l’intendant, en sa qualité d’homme du roi, ne peut manquer cette assemblée solennelle, d’autant que le gouverneur de la province, le prince de Condé, tient fermement à s’y rendre et s’intéresse de près aux affaires de la provinces3. Premier prince de sang, ce dernier a un pouvoir décisionnel dans la nomination ou le déplacement des intendants de Bourgogne4.

8En revanche, les quatre circonscriptions de Bresse, Bugey, Valromey et pays de Gex (rattachées à la France en 1601) sont soumises à un régime particulier, notamment en ce qui concerne la taille. Ainsi, l’intendant doit procéder au « département des tailles », ce qui l’oblige à s’y rendre à dates fixes – en automne, entre septembre et fin octobre. À cet effet, le commissaire prépare sa tournée à l’avance et s’assure des conditions de son séjour. Il tient d’ailleurs, à cette occasion, table ouverte pendant trois semaines pour trois cents couverts. Il compte, pour faire face aux dépenses de bouche et de représentation, sur les gratifications du contrôle général des finances et sur celles des petits états des pays d’élections, qui lui offrent en outre des mets délicats. C’est, notons-le, dans l’une de ces assemblées que Mandrin, le célèbre bandit, fit prisonnier l’intendant de Bourgogne Joly de Fleury en 1754.

  • 5 En 1777, l’intendant Dupleix s’excuse de ne pas pouvoir se déplacer, étant retenu pour « la tenüe d (...)

9Accessoirement, l’existence en Bourgogne d’ordres réguliers prestigieux conduit l’intendant à y représenter le roi – ainsi pour les réunions de l’ordre de Cîteaux près de Dijon5.

10Après la spécificité de la Bourgogne, il faut prendre en considération et la personnalité de l’intendant et les événements politiques de l’époque.

Une absence qui tient à la personnalité de l’intendant et aux problèmes politiques

  • 6 L’intendant Dupleix possédait 40 000 livres de vaisselle d’argent (en valeur) ; son successeur Feyd (...)

11Si les absences de l’intendant sont indiscutables, elles varient considérablement d’une personne à l’autre. L’absence découle, au premier chef, de la nomination d’un intendant et du laps de temps – parfois non négligeable – qu’il met pour se rendre sur le lieu de ses fonctions. Ainsi Feydeau de Brou, nommé en janvier 1780, attend le 13 juillet suivant pour quitter Paris et rejoindre Dijon (six mois). Son successeur, Amelot fils, agit de même : nommé en octobre 1783, il occupe l’intendance en juin 1784 (sept mois). En fait, un tel déplacement ne s’improvise pas, car le commissaire départi doit prendre soin de disposer des meubles de qualité qu’il présentera dans les grandes occasions publiques6.

  • 7 En 1771, l’intendant Amelot et le commandant en chef La Tour du Pin se rendent au parlement de Dijo (...)
  • 8 Le Dictionnaire de l’Ancien Régime, sous la direction de Lucien Bély, s’en fait l’écho : « On const (...)

12En deuxième lieu, le rôle de la personnalité du commissaire départi : tous les intendants qui se succèdent de 1770 à 1790 ont un comportement différent. Si on les classe en fonction de leur présence en Bourgogne, force est de constater une hiérarchie très nette. On trouve ainsi, par ordre décroissant, Amelot père : il passe 80 % de son temps à Paris, ne se déplaçant en Bourgogne que dans de très rares occasions, soit pour la tenue des états de la province, soit pour la tournée des tailles qu’il effectue dans les pays adjacents (Bresse, Bugey, Gex), soit enfin pour l’enregistrement des édits Maupeou au parlement de Bourgogne (novembre 1771)7. En son absence, c’est le subdélégué général qui fait fonctionner l’intendance8. Mais ce comportement n’est pas héréditaire. Pour sa part, Amelot fils (1783-1790) a une attitude opposée : il demeure 60 % du temps dans son intendance, et même 82 % en 1788, année périlleuse s’il en est. Des intendants, c’est aussi celui qui apporte le plus de réformes importantes à son administration et qui est le plus intéressé au bon fonctionnement de celle-ci. En tout état de cause, l’absentéisme ne cesse de reculer dans de fortes proportions, comme l’indique le tableau ci-dessous. Dans d’autres généralités, le principe même de l’absence reste soit contesté, soit étayé.

Résidence

Amelot père

Dupleix

Feydeau de Brou

Amelot fils

Paris

80 %

60 %

50 %

40 %

Dijon

20 %

40 %

50 %

60 %

13On constate un rééquilibrage progressif, augmentant le temps passé en Bourgogne au détriment de celui passé dans la capitale. La plus forte présence des intendants ne résulte pourtant pas de leur seule volonté : d’abord, des missions de plus en plus lourdes requièrent leur attention (la tutelle des communautés étant la plus importante) ; ensuite, les heurts qui opposent le pouvoir royal aux cours supérieures les sollicitent beaucoup. De ce point de vue, la présence des intendants sur le lieu de leurs fonctions n’est en rien inéluctable : elle dépend, pour l’essentiel, des rapports de force entre les agents du gouvernement et les corps intermédiaires.

14Enfin, la troisième considération se rapporte aux grands événements politiques. Durant ce qu’il est convenu d’appeler le « triumvirat » (1771-1774), l’intendant Amelot père quitte régulièrement sa généralité, laissant les affaires entre les mains de ses subordonnés. Plus tard, à l’époque des réformes Lamoignon (1788), son fils, en raison des circonstances politiques difficiles, doit résider sur place, à Dijon, et constamment informer le gouvernement central et le gouverneur Condé des faits marquants de sa généralité.

15L’absentéisme des hauts fonctionnaires étant vivement critiqué par l’opinion publique, Necker, alors chef de l’administration des finances, choisit de réagir en faisant adopter un texte officiel qui répond au problème : c’est la déclaration du roi de 1778.

La réponse du gouvernement : la déclaration de 1778

La déclaration limite l’absence des hommes du roi

16Le genevois Necker est connu pour sa critique virulente des intendants. Il dénonçait leurs absences répétées, loin des chefs-lieux. Derrière l’homme cependant, il fallait aussi voir l’action des chefs de bureau – et en particulier des premiers commis aux finances –, désireux d’affaiblir les intendants. Il est vrai que devant la propagation de cette idée d’absentéisme, on ne peut manquer de s’interroger : ces absences ne menacent-elles pas de ruiner l’autorité de l’État dans les trente-quatre généralités du royaume ? Comment le gouvernement peut-il être informé de ce qui se passe en province si son représentant ne s’y trouve pas ? Peut-on être nostalgique du Grand Roi, du temps où le gouvernement était intraitable sur l’absentéisme des hauts fonctionnaires ?

  • 9 « Je ne vois rien qui vous retienne à présent dans la province. Le séjour que vous y avez fait a ét (...)

17Sous la Régence (1715-1722), la règle de la présence se mue en une liberté plus personnelle ; le fonctionnaire intéressé apprécie lui-même la nécessité de sa présence sur le lieu de sa nomination. Toutefois, le secrétaire d’Etat de la Maison du roi – qui a autorité sur la majorité des intendants du royaume, dont celui de Bourgogne – conserve un pouvoir décisionnel ; il peut exiger que lui soient révélés les motifs de l’absence et peut s’opposer à celle-ci. Il peut alors jouer soit sur la durée de l’absence, soit sur le choix du moment9. Quoi qu’il en soit, il ne l’apprécie guère, sauf quand elle est courte, motivée par des raisons solides et qu’elle n’affaiblit pas le « service du roi ». Au milieu des années 1760, la correspondance ministérielle nous le montre de plus en plus détaché de ses fonctions (débutées, il est vrai, en 1725).

18La déclaration du 15 mars 1778, adoptée sous l’égide de Necker, comprend deux dispositions majeures. La première oblige tout intendant à résider au moins trois mois par an dans sa généralité. La seconde, quant à elle, les contraint à demander au contrôleur général des finances l’autorisation de s’absenter. Cela étant, il convient de ne pas exagérer sa portée : dans la société d’Ancien Régime, les textes officiels sont souvent répétés ; le pouvoir rencontre parfois quelque difficulté à faire appliquer les normes qu’il entend imposer.

La réception de la déclaration

  • 10 « Je ne puis vous cacher que je n’aurois pas été d’avis d’un règlement général à cet égard, parce q (...)

19Les intendants ont réservé un accueil mitigé à cette déclaration. Ils n’ont pas toujours changé leurs habitudes, loin de là. Il eut fallu, pour ce faire, une volonté indéfectible des ministres d’appliquer ce règlement à la lettre ; or tel ne fut pas le cas. Amelot de Chaillou (ancien intendant de Bourgogne, de 1765 à 1774), le secrétaire d’État qui succède à Saint-florentin (1775), l’illustre parfaitement. Dans une lettre adressée à Necker une semaine seulement après la publication de la déclaration, il exprime ses réticences à l’exécuter en l’état : pour lui, ce texte est entaché de plusieurs défauts. Il s’appuie sur sa propre expérience pour attirer l’attention de Necker sur la mentalité des intendants. Selon lui, l’absence ou la présence de l’intendant dans le chef-lieu de sa généralité dépend de circonstances locales : pour l’essentiel, l’intendant est confronté à la cherté du coût de la vie, car ses émoluments sont insuffisants au regard de ses dépenses10. Mais cet argument est-il vraiment fondé ?

Les raisons de cet absentéisme. Essai d’explication

20L’absence, au sein de l’administration, est un phénomène grave, altérant la fidélité des sujets, des officiers et du petit peuple envers le roi. S’instaure alors un fossé grandissant entre la volonté royale et l’obéissance des sujets, faute d’attention aux besoins « d’en bas ». Dans cet esprit, l’absence, pour s’en tenir à l’essentiel, s’explique par deux éléments : l’un se rapporte aux motifs professionnels, c’est-à-dire des nécessités de service public – plus importantes qu’on ne pourrait le croire – ; l’autre repose sur des considérations personnelles.

Les justifications d’ordre professionnel

21L’absentéisme, dans l’administration, apparaît sous la Régence, puis s’accentue au milieu du règne de Louis XV. Doit-on y voir le signe d’une autorité vacillante ? Certes non. C’est plutôt l’effet d’une tolérance accrue, prête à accepter des absences plus prolongées qu’autrefois. Cela étant, l’intendant, en qualité de commissaire, sait que sa position est précaire parce que révocable à tout instant. Il lui appartient d’être prudent et, en cas d’absence, de prendre les précautions adéquates pour que le service du roi n’en souffre pas. Les motivations de ces absences, schématiquement, sont de trois ordres : le service du Conseil, le besoin du service public, les structures des intendances.

Le service du Conseil du roi

22L’usage veut que tout intendant de généralité soit choisi dans le corps des maîtres des requêtes du Conseil – un office prestigieux mais fort coûteux, comme nous allons le voir. Par conséquent, l’intendant dispose du droit de siéger au Conseil et de participer au vote, pour peu qu’il soit présent à Paris à ce moment. L’intérêt consiste à rapporter des affaires et à se faire connaître des hauts personnages. Dans le même ordre d’idées, un intendant peut aussi ajouter une deuxième fonction à la sienne (ainsi pour Fontanieu, intendant du Dauphiné et garde-meuble de la couronne).

23Dans un autre cas de figure, l’intendant impliqué dans un contentieux délicat peut toujours rencontrer, à Paris, le rapporteur de l’instance devant le Conseil. Pour Robert Villers, les intendants « profitaient de leur séjour [dans la capitale] pour inspirer, sinon pour rédiger ou dicter des arrêts confirmatifs de leurs propres décisions contentieuses ». Ce faisant, le commissaire peut discuter plus librement de l’affaire, s’éclairer des arguments de la partie adverse et tenter de percer à jour les idées du rapporteur.

24L’intendant reste néanmoins contrôlé par le Conseil du roi, sans contraintes ni pression. Par ailleurs, depuis la création du Comité contentieux des finances (1777), l’examen de ce type de recours est effectué par une commission de conseillers d’Etat et de maîtres des requêtes.

25Dernier point quant aux absences professionnelles, celui qui concerne les intendants exerçant en pays d’états. En qualité de représentant de l’État aux états de Bourgogne, le commissaire départi prépare à Paris les réunions triennales de cette assemblée. À cet effet, il examine, en compagnie du contrôleur général, du garde des sceaux et du gouverneur Condé, les cahiers de doléances rédigés par les députés des états. Dans cette perspective, l’intendant est convoqué chez ces hauts personnages qu’il éclaire de son point de vue, de son expérience et surtout de la connaissance qu’il a des us et pratiques du pays en question. Ces négociations et autres tractations dans l’antichambre du Conseil nécessitent sa venue à Paris.

Le service de l’intendance

  • 11 « Si mad.e de champdore veut communiquer ses titres a M. l’intendant et meme s’en raporter a lui il (...)

26De passage à Paris, l’intendant peut aller faire sa cour à Versailles (c’est le cas d’Amelot père). Si certains agissent de la sorte – comme l’avait bien relevé Necker –, d’autres, en revanche, font avancer les dossiers dont ils ont la charge (Amelot fils). Un seul exemple suffit à le démontrer. Au milieu des années 1780, cet intendant est las des innombrables procès suscités par les communautés d’habitants de sa généralité. La plupart, engagés sans raison, sont perdus et occasionnent des charges importantes. Or, le procès d’un village reculé du Bugey – Champdor –, commencé en 1778, attire son attention. Dans un premier temps, il s’efforce de résoudre le procès à l’amiable (l’enjeu concerne la contestation des droits féodaux). En 1785, pour hâter le règlement du litige et limiter les frais engagés, sur l’idée d’un de ses chefs de bureau11, il rend visite au seigneur, Mme de Montilles de Champdor, qui réside à Paris. Là, il consulte les archives seigneuriales et en tire la conviction que le procès est perdu pour les habitants. Il soumet alors cette affaire au Comité contentieux d’avocats qu’il a créé, lequel lui conseille de débouter les habitants de leur demande en autorisation de plaider (mars 1786).

27Mais l’intendant de Bourgogne peut également s’absenter de Dijon, pour le bien du service, sans pour autant quitter sa généralité. En août 1780, Feydeau de Brou visite Versoix, ville nouvelle encouragée par Choiseul qui rêve de porter un coup à la puissance de Genève. Il désire se forger sa propre opinion des difficultés de la ville et préconiser les meilleures solutions possibles.

28Quelques années plus tard, Amelot fils arpente les rues de la ville médiévale bressane de Meximieux, où le seigneur, grand bailli d’épée de Bresse, s’oppose à une procédure d’expropriation (l’administration souhaite créer un chemin sur une portion de son terrain). Devant l’opposition irraisonnée du seigneur, l’intendant appuie le projet et entérine l’expropriation. Le Conseil du roi confirmera l’ensemble de la procédure.

29Le xviiie siècle est l’époque où l’administration accroît ses pouvoirs : les commissaires construisent au fil du temps une véritable bureaucratie, apte à les remplacer.

Les réponses techniques à ces absences de service

30La procédure en vigueur à l’intendance de Bourgogne est particulière ; entièrement écrite (ce qui évite discussions orales et déplacements sur les lieux), elle permet à l’intendant de s’absenter de Dijon. Il recourt à des délégations et confie des missions aux commis et aux subdélégués, pour enquêter sur les lieux, auditionner les témoins, instruire par écrit l’ensemble du dossier. En 1784, un conseil de cinq avocats chargés de conseiller l’intendant – alors Amelot fils – dans les affaires contentieuses délicates est créé ; des hommes extérieurs à l’administration, mais rémunérés par elle, mettent leur expertise du droit au service des administrés.

  • 12 Dans une lettre du 21 avril 1775 à Condé, Dupleix écrit : « Je pars demain matin pour Dijon et je c (...)
  • 13 « Dans la circonstance ou la disette regne dans la Province, et ou il arrive des émotions jusques d (...)
  • 14 « Écrit à l’intendant de Bourgogne de rester à Dijon jusqu’au mois de Septembre », Harivel, 2 août (...)

31Ainsi, l’existence d’une bureaucratie, la division du travail administratif et contentieux entre chefs de bureau – juristes de formation ou anciens avocats – permettent le traitement rapide des affaires. Mais n’y a-t-il pas un risque de corruption ? Les bureaux ne sont-ils pas susceptibles d’accélérer les affaires en échange de compensations matérielles ? L’absence d’intendant ne laisse-t-elle pas ses subordonnés sans contrôle ? Le danger est réel : en avril 1775, des émeutes (causées par la hausse brutale du prix des denrées) éclatent à Dijon. L’intendant Dupleix doit quitter Paris en toute hâte, tancé par le contrôleur général12. Dans les cas de force majeure, la bureaucratie ne suffit pas. C’est pourquoi plusieurs années plus tôt, sous Saint-Florentin, l’intendant avait été consigné à Dijon pour quelques mois : le ministre craignait une émotion populaire13. La présence de l’intendant à Dijon est précieuse, enfin, car la chambre des comptes de Dijon a des prétentions excessives à l’encontre des communautés villageoises de Bourgogne14.

Les justifications d’ordre personnel

32Des motifs d’ordre privé sont parfois invoqués par les commissaires, pour demander une absence provisoire hors de leur généralité. De tels écarts sont limités. Pour résumer, ils tiennent en trois raisons : la gestion du fief familial et les affaires matrimoniales, la faiblesse du patrimoine, l’état de santé.

Gestion du fief familial et affaires matrimoniales

33Il faut d’abord rappeler que neuf intendants de généralité sur dix sont d’origine parisienne (quatre sur quatre pour ceux de Bourgogne à l’époque considérée). Par voie de conséquence, leur famille, leurs amis et leurs biens sont à Paris ; la plupart d’entre eux y disposent d’un hôtel particulier. En principe, la possession de biens immobiliers dans sa généralité est interdite pour un intendant – pour éviter, bien sûr, tout conflit d’intérêts. Quand un intendant de Bourgogne possède des terres en province, c’est généralement aux portes de Paris. Un de nos intendants, toutefois, a un fief en Touraine ; un autre en a un en Soissonnais. L’un et l’autre essaient de s’y rendre régulièrement.

  • 15 En 1786, Amelot demande au secrétaire d’Etat d’emmener avec lui son fils intendant, ce qui est acce (...)

34Les Amelot possèdent le fief de Chaillou, en Touraine. C’était, à l’origine, une petite seigneurie acquise au xvie siècle. Grâce à de beaux mariages, la famille est parvenue à l’ériger en marquisat. Par un contrat d’engagement avec les domaines, Amelot est devenu « baron de Chatillon-sur-Indre », chef-lieu de bailliage limitrophe de sa seigneurie. Ce domaine est néanmoins source de problèmes, avec les officiers de la juridiction notamment. C’est pourquoi, de temps à autre, il sollicite un congé pour défendre ses intérêts de seigneur15.

35Les stratégies matrimoniales peuvent également justifier des absences. Les alliances, en effet, jouent un rôle majeur dans l’élévation du statut social, ou dans sa conservation. S’allier à une famille connue laisse espérer l’accès à de plus hautes fonctions en s’apparentant à un réseau de relations bien placées. Dans cette perspective, la famille d’un intendant doit souvent choisir : soit elle préfère une dot élevée mais une famille de médiocre extraction – ce qui permet de compenser l’une par l’autre – ; soit elle accepte une dot modique, ou plutôt une promesse de dot qui ne viendra pas, en échange d’un nom illustre. Dans le second cas, Feydeau de Brou (1780-1783) s’allie à la puissante famille des Lamoignon (1778). La dot de son épouse est faible, et ne lui sera jamais versée. En revanche, les alliances moins prestigieuses contractées par Amelot fils (1783-1790) et Dupleix (1774-1780) leur garantissent des dots élevées, versées comptant.

  • 16 « Je consens avec plaisir, comme vous le désirés, que vous veniés à Paris pour assister au mariage (...)

36La capitale est le lieu privilégié de ces mariages. Quand l’intendant de La Briffe demande à s’absenter en 1728, sa requête (motivée par la négociation du mariage d’une de ses filles) est acceptée pour une durée qui ne doit pas excéder deux mois. De même, en février 1789, au crépuscule de la monarchie française, le secrétaire d’Etat de la Maison du roi autorise l’intendant Amelot fils à aller assister à Paris à une cérémonie privée – le mariage de sa belle-sœur16.

Fortune patrimoniale limitée

37Pour maintenir leur rang social, et donner à leurs enfants les moyens de s’épanouir – qui par le mariage, qui par l’achat d’un office –, les familles se doivent de posséder et de conserver un patrimoine. Comme on l’a vu, l’acquisition d’un office de maître des requêtes est indispensable mais coûteuse, et elle rapporte peu. Ainsi, en 1788, Amelot fils tire dix-sept mille livres de sa fonction d’intendant – issue de sa commission – et seulement trois cent soixante livres de sa charge de maître des requêtes.

38Dans ces conditions, un intendant qui ne peut compter que sur son office est loin de pouvoir mener un train de vie dispendieux : les nécessités liées au service public le poussent à s’endetter et à se tourner vers le roi pour le solliciter. Il doit, en effet, assumer des frais de double domicile et tenir son rang, car il représente l’État. Cependant, après quelques années d’intendance, un usage veut que le roi récompense ses serviteurs par l’octroi d’une pension sur le Trésor, voire d’une gratification ponctuelle. Dans les cas les plus favorables, ces compléments peuvent doubler le traitement de base. En fait, seuls un mariage avantageux, un patrimoine élevé et une forte dot autorisent l’intendant à assumer ses fonctions sans se plaindre, donc sans l’inciter à s’absenter.

39Cerner les conditions matérielles de la vie des intendants permet de mieux comprendre les enjeux qui sont les leurs. Si un intendant se plaint de la modicité de son traitement, c’est parce que ses frais sont trop élevés par rapport à ses revenus et qu’il lui faut puiser dans sa fortune personnelle. Ainsi, parmi les intendants de Bourgogne, certains ne sont restés que très peu de temps à Dijon, le sacrifice pécuniaire étant trop grand. Des intendants aisés, pourtant, ne sont pas forcément plus présents. L’un d’eux, Dupleix de Bacquencourt, possède un patrimoine six fois plus élevé qu’Amelot fils. Ce dernier dévoile que la moitié de la dot de son épouse a servi à payer ses dettes, son traitement de base ne permettant pas d’assurer son train de vie en Bourgogne. Les intendants se divisent donc en deux catégories : ceux qui possèdent, et ceux qui peinent à exercer leurs fonctions.

Soucis de santé

40Il faut enfin relever les soucis de santé. Les raisons médicales, pour justifier un départ, ne sont pas toujours le fait des plus âgés. Amelot fils, par exemple, le plus jeune de nos quatre intendants (nommé à 22 ans, en 1783), sollicite à plusieurs reprises l’autorisation de s’absenter. Il part alors en cure aux eaux de Bourbonne, dans la Champagne voisine.

41L’absence, dans l’administration, n’est en rien un phénomène acquis – même si ses justifications ne manquent pas. Elle exprime, cependant, un désaveu (sinon un désintérêt) de la fonction civile ou militaire exercée. Le titulaire d’un office n’est pas toujours prêt à accepter l’obligation de présence qui va avec. De toute évidence, l’absence est mal vue par les sujets, et c’est jusqu’à l’image du roi qui s’en trouve écornée. L’intendant voit alors sa réputation décliner, au fil de ses absences. C’est particulièrement vrai en Bretagne. Le cas de la Bourgogne est plus nuancé : Amelot fils semble très éloigné de ces absentéistes. Il pressent la dégradation du système et assiste, impuissant, à la déliquescence du gouvernement monarchique. Sa présence en Bourgogne ne modifie rien car l’autorité supérieure refuse d’assumer ses responsabilités. L’absence de dizaines d’intendants n’est d’ailleurs pas étrangère à la Révolution. En effet, conjuguée aux événements de 1788-1789, elle accentue les désordres populaires et la crise de confiance des gouvernés.

42Devant la montée des périls et le sentiment d’impuissance, Amelot fils quitte définitivement la Bourgogne début juillet 1789. Jusqu’au terme de sa commission (juin 1790), il suit, depuis sa résidence parisienne, les dossiers administratifs et contentieux de sa généralité. Sa présence n’est plus nécessaire, puisque l’autorité des intendants s’amenuise à mesure qu’émergent des administrations concurrentes (départements, districts...). Les chefs de bureau, en son absence, aidés par le réseau très étoffé des subdélégués, expédient le travail, tout en le maintenant globalement informé des dossiers.

Notes

1 Bachaumont (L. de), Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la république des lettres, Londres, John Adamson, 1784, t. XI, 8 avril 1778, p. 185.

2 « L’Administration, c’est le lieu où les personnes qui partent en avance croisent celles qui arrivent en retard ».

3 La même circonstance, en mai 1781, conduit l’intendant Feydeau à organiser une réception fastueuse au cours de laquelle il présente son superbe service en argent : Dumay (G.), Mercure dijonnais, Dijon, 1887, p. 291. En novembre suivant, le même organise un repas de cent couverts pour fêter l’un des premiers faits marquants du règne de Louis XVI : la naissance du Dauphin.

4 L’intendant s’adresse au gouverneur afin d’être autorisé à s’absenter : « Je viens, Monseigneur, d’employer deux mois, pour parcourir le Bugey, le païs de Gex et la Bresse, et apprendre les premiers élémens de ces païs, que je ne connoissois pas [...] me permettre de me rendre à Paris vers le commencement du mois prochain », Dupleix à Condé, Dijon, 17 octobre 1775, MC, Registre XIX, E 12, P 494.

5 En 1777, l’intendant Dupleix s’excuse de ne pas pouvoir se déplacer, étant retenu pour « la tenüe du chapitre de Citeaux [...] auquel je suis obligé d’assister comme Commissaire du Roi », avril 1777, AN H 176, 4°, n. 46.

6 L’intendant Dupleix possédait 40 000 livres de vaisselle d’argent (en valeur) ; son successeur Feydeau possédait 40 kg d’argent, dont un service de vaisselle pour les sessions des états de Bourgogne. Pressé par ses créanciers, il sera forcé de s’en défaire en décembre 1789. Il s’en plaindra : « Mes debiteurs se moquent de moi [...] convertir en ecus ces quatre pieces dargenterie que j’avois été obligé dacheter pour mes repas des Etats de Bourgogne ».

7 En 1771, l’intendant Amelot et le commandant en chef La Tour du Pin se rendent au parlement de Dijon pour y faire enregistrer les édits Maupeou. Dumay (G.), op. cit., p. 235 (5 novembre 1771).

8 Le Dictionnaire de l’Ancien Régime, sous la direction de Lucien Bély, s’en fait l’écho : « On constate qu’alors certains commissaires départis résidaient moins dans leur province qu’à Paris, où ils étaient mieux à portée de traiter et discuter avec les bureaux du contrôle général et des secrétariats d’Etat, pendant que leur premier secrétaire ou un subdélégué général assurait sur place en leur absence la marche de l’intendance », Bély (L.) (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, 1996, p. 671, « Intendant ».

9 « Je ne vois rien qui vous retienne à présent dans la province. Le séjour que vous y avez fait a été aussi utile qu’il pouvoit l’être. Je vous prie seulement de prendre avant votre départ, les mesures nécessaires pour que le service ne souffre pas de votre absence », Saint-Florentin à Amelot, 6 décembre 1769, AN O1 465, f° 277.

10 « Je ne puis vous cacher que je n’aurois pas été d’avis d’un règlement général à cet égard, parce que j’ai été à portée de juger que le plus ou moins de séjour des intendants dans les Provinces est entièrement subordonné au local et aux circonstances et que quelque Economie qu’ils puissent apporter dans leurs dépenses, il y a bien peu de Provinces ou même avec vingt mille livres d’appointements, il soit possible de vivre décemment et de la manière que la qualité de Commissaire du Roi l’exige, pendant neuf mois de l’année », Amelot à Necker, 26 mars 1778, AN O1 474, f° 133 v°.

11 « Si mad.e de champdore veut communiquer ses titres a M. l’intendant et meme s’en raporter a lui il pourroit terminer cette affaire », ADA C 410.

12 Dans une lettre du 21 avril 1775 à Condé, Dupleix écrit : « Je pars demain matin pour Dijon et je compte y arriver dès dimanche au soir », MC, Registre XIX, E 13, f° 456.

13 « Dans la circonstance ou la disette regne dans la Province, et ou il arrive des émotions jusques dans la capitale [...] il me paroit que votre presence pourroit y être nécessaire », Saint-Florentin à Amelot, 14 novembre 1770, AN O1 466, f° 281.

14 « Écrit à l’intendant de Bourgogne de rester à Dijon jusqu’au mois de Septembre », Harivel, 2 août 1787.

15 En 1786, Amelot demande au secrétaire d’Etat d’emmener avec lui son fils intendant, ce qui est accepté.

16 « Je consens avec plaisir, comme vous le désirés, que vous veniés à Paris pour assister au mariage de mademoiselle de Biré », Breteuil à Amelot, 10 février 1789, AN O1 485, f° 88 v°.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search