Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes du voyage

 | 
Dominique Dinet
, 
Jean-Noël Grandhomme

II – L'organisation du voyage

Découvrir l’Épire au xixe siècle : un voyage organisé par les bons soins d’Ali Pacha

Marie-Pierre Dausse

Texte intégral

1À propos de Carl Haller von Hallerstein, Eckhard Wirbelauer a rappelé lors de ce colloque combien les conditions de voyage pouvaient quelquefois dépendre des aléas diplomatiques. En voici un exemple concret avec la découverte de l’Épire au xixe siècle, soumise aux conditions imposées par Ali Pacha. Nous proposons de retracer ces conditions de voyage très particulières, à travers une rapide excursion dans une région située au xixe siècle en territoire turc, et qui jouxte aujourd’hui la frontière albanaise. L’Épire figure rarement parmi les destinations du traditionnel « voyage en Orient », et encore de nos jours elle reste quelque peu délaissée par la recherche historique ou archéologique.

  • 1 Sur cet aspect, voir M.-P. Dausse, « Etrange Épire : quand la différence devient barbarie. L’Épire (...)

2C’est dans le cadre d’un doctorat en histoire ancienne sur la Géographie historique de la Molossie aux époques classique et hellénistique que nous avons étudié des récits de voyage, source importante pour quiconque se penche sur ces questions de géographie historique. Or ceux qui ont tenté l’expérience épirote consignent une vision souvent stéréotypée de ce pays, suivant un itinéraire similaire et un certain nombre de figures imposées1.

  • 2 Des montagnes occupées à l’occasion par les célèbres Klephtes.

3À ce constat, nous pouvons trouver diverses explications, au premier rang desquelles se tient la nature du terrain – voyager en Épire au xixe siècle signifie affronter un pays difficile, entre rivières et montagnes2. Mais surtout, ces hommes évoluent dans un cadre strictement défini par Ali Pacha, le représentant de la Porte de 1788 à 1822, et c’est ce second point que nous souhaiterions développer. Pourquoi, en effet, la découverte de l’Épire au xixe siècle prend-elle si souvent des allures de voyage organisé, voire de voyage officiel ?

4De manière générale, le plan de ces récits suit le déroulement du voyage. Nous reprendrons cette trame chronologique en deux étapes : le rituel, d’abord, de la visite à Ali Pacha, puis la découverte très encadrée du pays épirote.

À Janina : la visite à Ali Pacha, rituel pour obtenir les autorisations nécessaires

  • 3 Se reporter au tableau en annexe, « Voyageurs en Épire au xixe siècle ».
  • 4 Leake en 1805 et 1809 ; Hobhouse en 1809 et 1810 ; Holland en 1812 et Hughes en 1814. Quant à Pouqu (...)
  • 5 Placée sous autorité ottomane jusqu’en 1913.
  • 6 Pour une première approche de l’histoire de l’Épire au xixe siècle, consulter l’ouvrage collectif E (...)
  • 7 Vaudoncourt (G. de), Memoirs on the Ionian islands, including the life and character of Ali Pascha,(...)
  • 8 Hughes (T. S.), Travels in Sicily and Albania, Londres, J. Mawman, 1820, II, chap. 5-8, p. 1-225.
  • 9 Par exemple T. S. Hughes, Travels.op. cit., II, chap. 7.

5Pour commencer, il convient de rappeler que ceux qui ont osé s’aventurer sur les chemins du grand nord épirote sont peu nombreux. À peine pouvons-nous citer une dizaine de noms3, parmi lesquels le consul Pouqueville et le colonel Leake, bien connus de ceux qui ont travaillé sur la Grèce. La grande majorité des ouvrages a été publiée avant 1835 et relate des voyages effectués dans les années 18104, à une époque marquée dans cette région5 par la figure d’Ali Pacha, le vizir Ali Pacha pour être précis, représentant de la Porte de 1788 à 18226. Ce dernier occupe une place importante dans les récits des voyageurs, dont il devient parfois le personnage principal. L’ouvrage de Guillaume de Vaudoncourt, par exemple, retrace la vie du vizir7 tandis que Thomas Hughes lui consacre plus de deux cents pages8. Tous l’évoquent, et l’image qu’ils en proposent est sans originalité et sans nuances : une image en négatif des exploits des Souliotes9.

  • 10 Par exemple H. Holland, Travels in the Ionian isles, Albania, Thessaly, Macedonia, Londres, Longman (...)
  • 11 Notamment entre France et Angleterre.
  • 12 Pour plus de détails, voir A. Boué, La Turquie d’Europe ou observations sur la géographie, la géolo (...)
  • 13 Passeport.
  • 14 Autorisation du vizir ou du pacha.
  • 15 Ordre du gouvernement central.
  • 16 Pour plus détails, consulter A. Boué, La Turquie..., op. cit., vol. IV, p. 446-453.

6La visite au maître des lieux – ainsi que les démarches qui l’ont permise10 – est un rituel, longuement décrit dans leurs récits. A Janina principalement, mais aussi à Zitsa ou encore à Delvinaki, Ali Pacha reçoit. Il entend ainsi se positionner au milieu des rivalités concernant les îles Ioniennes11. Pour ses visiteurs, il s’agit surtout d’obtenir les autorisations nécessaires à la poursuite du voyage. Tout déplacement en pays turc est réglementé et différents types d’autorisation sont accordés12 : teskere13, bouyourdi14 ou firman15. De ces divers documents dépend le statut du voyageur ainsi que certains avantages. Par exemple, il pourra disposer de chevaux de poste ou encore être accompagné d’un « tatare16 », un fonctionnaire qui va l’assister dans son parcours et tâcher de lui faciliter le voyage.

  • 17 Holland (H.), Travels in the Ionian isles..., op. cit., chap. 10, p. 200-205.
  • 18 « He had appointed a Tartar to attend us, in whom we might place confidence ; adding, that we might (...)
  • 19 Henry Holland reproduit le document p. 201, en anglais.

7Dans son récit, Henry Holland s’arrête sur ces aspects pratiques17. Il évoque le tatare18 mis à sa disposition, et reproduit le bouyourdi19 qui lui a été accordé :

Que dans toutes les villes et districts où ces deux gentilshommes anglais, que je compte parmi mes amis, se rendront, ils ne devront être molestés par quiconque, sous quelque prétexte que ce soit. Qu’il leur soit donné le meilleur accueil possible quels que soient leurs besoins, de façon à ce qu’ils ne souffrent d’aucune contrariété. S’ils venaient à avoir besoin d’hommes pour leur sauf-conduit à travers le pays, qu’on leur en procure sur le champ. Enfin, pour être tout à fait clair et de façon à ce qu’ils soient entièrement satisfaits de vous tous : s’ils venaient à me rapporter qu’ils n’ont pas été traités avec égards ou qu’ils n’ont pas eu les hommes nécessaires à leur sauf-conduit, vous saurez que je n’accepterai aucune excuse de votre part. Ali Pacha.

Carte 1 : Carte extraite de F. Pouqueville, Voyage dans la Grèce, Paris, 1826.

  • 20 Pouqueville (F.), Voyage dans la Grèce, 6 vol., Paris, Firmin Didot, 1826.
  • 21 1807.
  • 22 Situation résumée ainsi par F. Pouqueville : « Les intérêts de la Porte Ottomane avaient été indign (...)
  • 23 Il s’agit de lettres conservées dans les archives de l’ambassade de France à Constantinople et publ (...)
  • 24 P. 69.

8Tous n’ont pas la chance d’être présentés comme les « amis » d’Ali Pacha, à l’instar de François Pouqueville, le consul français en poste à Janina de 1805 à 1814 et l’auteur du célèbre Voyage en Grèce20. Les relations entre les deux hommes ont évolué au fil des ans et des aléas diplomatiques, marqués dans cette région par des rivalités autour des îles Ioniennes. Ali Pacha a d’abord cru pouvoir s’appuyer sur les Français pour en chasser les Russes. Mais après le traité de Tilsitt21, ses espoirs de possession des îles Ioniennes se sont amoindris, et il s’est alors tourné vers les Anglais22. Ainsi Pouqueville a-t-il d’abord été sinon choyé, du moins respecté. Mais après le traité, sa position a très nettement changé, et il s’est finalement trouvé « assigné à résidence » à Janina. Les lettres adressées à son ami Pierre Ruffin23 dans les années 1810 font allusion à ces conditions de vie particulières, où il se dit « claquemuré comme un trappiste24 ».

Carte 2 : Carte extraite de W. Leake, Travels in Northern Greece, Londres, 1835.

9Voyager en pays épirote en ce début de siècle signifie donc évoluer dans un cadre défini par Ali Pacha, avec plus ou moins d’avantages octroyés par le maître des lieux. Son rôle peut parfois aller plus loin, s’il décide d’accompagner les hommes sur le terrain ou d’indiquer ce qu’il est préférable de voir en Épire.

Sur le terrain : visite guidée

  • 25 Hughes (T. S.), Travels..., op. cit., II, chap. 21, p. 435-455.
  • 26 Pouqueville (F.), Voyage..., op. cit., II, livre 4, chap. 3, p. 50-73.
  • 27 Sur Delvinaki par exemple : « Il n’y a pas de ruines à Delvinaki ; mais en bâtissant l’église situé (...)
  • 28 II, p. 68, n. 3.

10Nous avons en effet quelques exemples où Ali Pacha choisit de guider ses hôtes sur le terrain, transformant en quelque sorte cette découverte de l’Épire en un voyage officiel. Thomas Hughes consacre une vingtaine de pages à Ali Pacha au milieu des ruines de Nicopolis25. Pouqueville relate une excursion en sa compagnie dans le pays de Pogoni26, agrémentée d’informations diverses27, de quelques anecdotes et de bons mots. Il écrit à propos d’une découverte de Moni Velas : « Le vizir Ali Pacha m’a dit avoir trouvé lui-même dans les fouilles qu’il a faites, une tête de statue humaine de proportion colossale, grosse comme celle d’un buffle, ce fut son expression28 ».

  • 29 Par exemple F. Pouqueville, Voyage..., op. cit., II, p. 324-360 et 381-397 ; Leake (W.), Travels in (...)
  • 30 Voir A. Wace and M. S. Thompson, The Nomads of the Balkans, Londres, Methuen, 1914. Ils sont à dist (...)
  • 31 Heuzey (L.), Le mont Olympe..., op. cit., p. 274.
  • 32 Ils se rendent beaucoup plus rarement dans les villages voisins de Matsouki et de Sirakou.
  • 33 Par exemple L. Heuzey, Le mont Olympe..., op. cit., p. 273-279.
  • 34 Ibid., p. 273.
  • 35 Ibid., p. 272 ou encore F. Pouqueville, Voyage..., op. cit., II, p. 349.
  • 36 1774-1847. Il joue ensuite un rôle important lors de la guerre d’indépendance.

11Quand il ne s’invite pas, Ali Pacha incite à privilégier telle ou telle région. Nous pensons ici à une spécificité épirote qui a systématiquement retenu l’attention des voyageurs : les populations valaques29. Les pâturages des hauteurs de l’est de l’Épire sont en effet souvent le domaine de ces bergers transhumants30. « Leurs mœurs curieuses et toutes différentes des Grecs31 » intriguent. Les Valaques sont pour les voyageurs une curiosité, et Kalarites leur lieu de séjour favori32. Dans leurs récits, ils en brossent le portrait : origines, histoire, langue, activités, mœurs. Et, d’un ouvrage à l’autre, on retrouve la scène du mariage33, la même image des femmes, « infatigables travailleuses34 », la légendaire hospitalité des Valaques35 ou encore l’incontournable « comment reconnaître un Valaque ». Notons que les Valaques sont protégés par Ali Pacha, il leur accorde une « relative autonomie » qui va leur permettre de développer leur commerce. Ces liens privilégiés se traduisent aussi par la présence d’Ioannis Kolletis36 (un Valaque né à Sirakou, un village de la Tsoumerka) comme médecin personnel du fils d’Ali Pacha. Ces populations apportent une preuve de sa politique de tolérance vis-à-vis des populations autochtones. C’est pourquoi Ali Pacha autorise, voire encourage, les voyageurs étrangers à leur rendre visite.

Voyageurs en Épire au xixe siècle

Nom du voyageur et titre de son ouvrage

Dates du voyage

Publication

Pages consacrées à l’Épire (*réf. p.)

Cartes

Guillaume de Vaudoncourt
Memoirs on the Ionian islands, including the life and character of Ali Pascha (memoir to accompany the map of the Ionian islands and the provinces governed by the vizir Ali Pascha of Janina or of his children)

 

Londres, 1816, 1 volume

277, mais vie d’Ali Pacha pour les 2/3 (*107-160 et 349-384)

2 (Grèce et région de Parga)

François Pouqueville (1770-1838) Voyage dans la Grèce

1805-1814, en poste à Janina

Paris, 1826, 6 volumes

880 (*I, 1-413 et H, 1-467)

3 (régions de Janina, Thesprotie, Prévéza) et des plans de Gardiki et de Bouthrotos

William Leake (1777-1860) Travels in northern Greece

1805 et 1809

Londres, 1835, 4 volumes

749 (*I, 1-106, 157-316 et 363-462 ; IV, 44-329)

2 (Macédoine, Illyrie et Épire ; région de Souli)

John Hobhouse (1786-1869) Travels in Albania and others provinces of Turkey in 1809-1810

1809-1810

Londres, 1855, 2 volumes

37 [titre trompeur : il couvre toute la Grèce] (*I, 38-75)

 

Henry Holland (1788-1873) Travels in the Ionian isles, Albania, Thessaly, Macedonia during the years 1812 and 1813

2 voyages en 1812 et 1813

Londres, 1815, 1 volume

358 (*65-227 et 435-631)

 

Thomas S. Hughes (1786-1847) Travels in Sicily and Albania

1814

Londres, 1820, 2 volumes

483, mais plus de la moitié est une vie d’Ali (*I, 408-527 et H, 225-364)

1

Xavier Gaultier de Claubry Mémoire sur l’Épire

1858-1859

présenté à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1859

121 (*1-78 pour la Molossie)

1 (région de Véla)

Alfred Gilliéron, Grèce et Turquie : notes de voyage

1876

Paris. 1877

96 (*20-116)

 

Alfred Philippson Thessalien und Epirus. Reisen und Forschungen in nördlichen Griechenland

1893

Berlin, 1897, 1 volume

167 (*172-339)

2 (topographique et géologique) et des schémas de coupes

  • 37 Bourguinat (N.) et Venayre (S.) (dir.), Voyager en Europe de Humboldt à Stendhal. Contraintes natio (...)
  • 38 Pour reprendre la chronologie établie par F. et R. Étienne, La Grèce antique, archéologie d’une déc (...)
  • 39 C’est-à-dire avec une région limitée, un itinéraire fixé et des objectifs précis définis au préalab (...)

12Le voyage en Épire se situe donc « entre contrainte et découverte », pour reprendre la formule de Nicolas Bourguinat et Sylvain Venayre37. L’influence d’Ali Pacha explique un certain nombre de traits communs dans les descriptions des voyageurs. Mais, redisons-le, il n’est pas le seul fautif. L’Épire est un pays déroutant, et les prétentions de ceux qui s’y aventurent sont généralement modestes. De plus, tous les récits étudiés ici concernent le début du xixe siècle, avant le temps des véritables explorations38. La première digne de ce nom39 n’a lieu que dans la deuxième moitié du siècle, dans les années 1860, lorsque Xavier Gaultier de Claubry, membre de l’École française d’archéologie, entreprend son voyage épirote.

Notes

1 Sur cet aspect, voir M.-P. Dausse, « Etrange Épire : quand la différence devient barbarie. L’Épire vue par les voyageurs du xixe siècle », dans L. Kuczynski et C. Vassas (éd.), Perception de l’altérité culturelle et religieuse, 130e congrès des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 21 avril 2005, Paris, CTHS, à paraître.

2 Des montagnes occupées à l’occasion par les célèbres Klephtes.

3 Se reporter au tableau en annexe, « Voyageurs en Épire au xixe siècle ».

4 Leake en 1805 et 1809 ; Hobhouse en 1809 et 1810 ; Holland en 1812 et Hughes en 1814. Quant à Pouqueville, il réside pendant toutes ces années à Janina, de 1805 à 1814.

5 Placée sous autorité ottomane jusqu’en 1913.

6 Pour une première approche de l’histoire de l’Épire au xixe siècle, consulter l’ouvrage collectif Epirus, 4000years of history, Athènes, Ekdotike Athenon, 1997, p. 240-356, et se reporter à la bibliographie p. 437-445.

7 Vaudoncourt (G. de), Memoirs on the Ionian islands, including the life and character of Ali Pascha, Londres, J. Rodwell, 1816.

8 Hughes (T. S.), Travels in Sicily and Albania, Londres, J. Mawman, 1820, II, chap. 5-8, p. 1-225.

9 Par exemple T. S. Hughes, Travels.op. cit., II, chap. 7.

10 Par exemple H. Holland, Travels in the Ionian isles, Albania, Thessaly, Macedonia, Londres, Longman, 1815, p. 120-148, 435-455 et 526-631 ; Hughes (T. S.), Travels..., op. cit., I, p. 471-485.

11 Notamment entre France et Angleterre.

12 Pour plus de détails, voir A. Boué, La Turquie d’Europe ou observations sur la géographie, la géologie, l’histoire naturelle, la statistique, les mœurs, les coutumes, l’archéologie, l’agriculture, l’industrie, le commerce, les gouvernements divers, le clergé, l’histoire et l’état politique de cet Empire, Paris, A. Bertrand, 1840, IV, p. 443. Plus largement, ce géologue qui a parcouru les routes ottomanes livre un certain nombre de conseils précieux aux futurs voyageurs dans son chapitre « Manière de voyager », vol. IV, appendice I, p. 442-469 (transport à cheval, la meilleure saison pour voyager en Turquie, le choix des domestiques ou drogmans, éviter d’être pris pour un espion...).

13 Passeport.

14 Autorisation du vizir ou du pacha.

15 Ordre du gouvernement central.

16 Pour plus détails, consulter A. Boué, La Turquie..., op. cit., vol. IV, p. 446-453.

17 Holland (H.), Travels in the Ionian isles..., op. cit., chap. 10, p. 200-205.

18 « He had appointed a Tartar to attend us, in whom we might place confidence ; adding, that we might take him with us to Athens, if satisfied with his conduct ; or, if dissatisfied, discharge him at Larissa and obtain another from Veli Pasha. To this tartar he told us he should commit the bouyourdi or official mandate », p. 200. Pour une description du tatare, ses habits, son équipement, voir p. 203-204.

19 Henry Holland reproduit le document p. 201, en anglais.

20 Pouqueville (F.), Voyage dans la Grèce, 6 vol., Paris, Firmin Didot, 1826.

21 1807.

22 Situation résumée ainsi par F. Pouqueville : « Les intérêts de la Porte Ottomane avaient été indignement sacrifiés à Tilsitt. Elle ne pouvait plus se fier à un allié, qui n’avait stipulé pour elle qu’un armistice trompeur, et elle dut naturellement rechercher l’appui de l’Angleterre qu’on est toujours assuré de trouver généreuse, quand cela s’accorde avec sa politique », Histoire de la régénération de la Grèce, Paris, Firmin Didot, 1825,I, p. 260.

23 Il s’agit de lettres conservées dans les archives de l’ambassade de France à Constantinople et publiées par H. Dehérain, « Une correspondance inédite de François Pouqueville, Consul de France à Janina et à Patras », Revue de l’histoire des colonies françaises, 1922, p. 61-100. Elles couvrent la période 1806-1821 et sont adressées à son ami Pierre Ruffin, rencontré lots de sa captivité, de 1798 à 1801. Celui-ci est alors conseiller de l’ambassade de France à Constantinople.

24 P. 69.

25 Hughes (T. S.), Travels..., op. cit., II, chap. 21, p. 435-455.

26 Pouqueville (F.), Voyage..., op. cit., II, livre 4, chap. 3, p. 50-73.

27 Sur Delvinaki par exemple : « Il n’y a pas de ruines à Delvinaki ; mais en bâtissant l’église située au milieu de la place ainsi qu’une maison d’Ali Pacha, on a découvert des débris de colonnes », II, p. 55.

28 II, p. 68, n. 3.

29 Par exemple F. Pouqueville, Voyage..., op. cit., II, p. 324-360 et 381-397 ; Leake (W.), Travels in Northern Greece, 4 vol., Londres, J. Rodwell, 1835, I, p. 274-283 ou Heuzey (L.), Le mont Olympe et l’Acarnanie, Paris, Firmin Didot, 1860, p. 267-288.

30 Voir A. Wace and M. S. Thompson, The Nomads of the Balkans, Londres, Methuen, 1914. Ils sont à distinguer des Sarakatsanes. Consulter M. Sivignon, « Les pasteurs du Pinde septentrional », Revue de géographie de Lyon, 1968, p. 319-333.

31 Heuzey (L.), Le mont Olympe..., op. cit., p. 274.

32 Ils se rendent beaucoup plus rarement dans les villages voisins de Matsouki et de Sirakou.

33 Par exemple L. Heuzey, Le mont Olympe..., op. cit., p. 273-279.

34 Ibid., p. 273.

35 Ibid., p. 272 ou encore F. Pouqueville, Voyage..., op. cit., II, p. 349.

36 1774-1847. Il joue ensuite un rôle important lors de la guerre d’indépendance.

37 Bourguinat (N.) et Venayre (S.) (dir.), Voyager en Europe de Humboldt à Stendhal. Contraintes nationales et tentations cosmopolites (1790-1840), Paris, Nouveau Monde, 2007, chap. 3, p. 253-415.

38 Pour reprendre la chronologie établie par F. et R. Étienne, La Grèce antique, archéologie d’une découverte, Paris, 1990.

39 C’est-à-dire avec une région limitée, un itinéraire fixé et des objectifs précis définis au préalable par l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Table des illustrations

Légende Carte 1 : Carte extraite de F. Pouqueville, Voyage dans la Grèce, Paris, 1826.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8210/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Carte 2 : Carte extraite de W. Leake, Travels in Northern Greece, Londres, 1835.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8210/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540