Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes du voyage

 | 
Dominique Dinet
, 
Jean-Noël Grandhomme

I – Portraits de voyageurs

Ce qu’il reste d’un long voyage : Carl Haller von Hallerstein en Grèce (1810-1817)1

Eckhard Wirbelauer

Texte intégral

Origine et formation2

  • 1 Cette étude s’inscrit dans un projet interdisciplinaire franco-allemand de l’UMR 7044 dédié à la pu (...)
  • 2 Pour la biographie, voir K. Fräßle, Carl Haller von Hallerstein, Thèse de doctorat, Fribourg-en-Bri (...)

1Johann Carl Christoph Wilhelm Joachim, baron Haller von Hallerstein, est né le 10 juin 1774 au château de Hiltpoltstein, près de Nuremberg ; c’est le huitième enfant du baron Carl Joachim Haller von Hallerstein et de son épouse Amalie, née Imhof auf Mörlach. Il passe sa jeunesse dans la petite ville voisine de Gräfenberg où son père exerce la charge de Landpfleger, une fonction administrative moyenne par laquelle la ville de Nuremberg contrôle ses biens dans les alentours.

  • 3 Fräßle (K.), Carl Haller von Hallerstein, Thèse de doctorat, op. cit., p. 2-4 et 328 (n. 49 et 50)  (...)
  • 4 Scherer (N. M.), Die Landgemeindeverwaltung im Fürstentum Nassau-Saarbrücken 1735-1793, Thèse de do (...)

2La famille appartient à la noblesse franconienne, mais cela ne veut pas dire qu’elle est riche. Carl Haller von Hallerstein aura des besoins d’argent toute sa vie. Or, son origine sociale ouvre au jeune baron l’accès à une éducation aristocratique et à une carrière militaire. En 1788, à la mort de sa mère, il entre en qualité de page à la cour du prince Louis de Nassau-Saarbrücken (1745-1794). Celui-ci reconnaît le talent du jeune Haller von Hallerstein et l’envoie à Stuttgart, en lui assurant un modeste revenu qui lui permet de suivre des cours, notamment en architecture, à la Hohe Karlsschule3, également connue sous le nom de Karls-Akademie. Après la mort de son père (en 1793) et de son mécène (en 1794, en exil à Aschaffenburg), c’est le fils Henri de Nassau-Saarbrücken (1768-1797) qui continue d’assurer le financement, même si les conditions sont devenues de plus en plus difficiles depuis l’occupation du territoire des Nassau-Saarbrücken par les troupes françaises en 17934.

  • 5 Voir le catalogue de l’exposition organisée à Berlin en 1984 : Friedrich Gilly (1772-1800) und die (...)

3En 1798, Carl Haller von Hallerstein se rend à Berlin pour poursuivre ses études avec les architectes David Gilly (1748-1808) et Friedrich Gilly (fils du premier, né en 1772 donc du même âge que Carl Haller von Hallerstein)5. Les deux Gilly sont nommés Oberhofbauräte et professeurs au sein de la Berliner Bauakademie, fondée le 18 mars 1799 par Frédéric Guillaume III. La renommée de Friedrich Gilly dépasse celle de son père ; en janvier 1799, il constitue avec Heinrich Gentz la Privatgesellschaft junger Architekten (« Société des jeunes architectes ») afin de réunir, dans un cadre inspiré de l’Académie de Platon, des membres désirant renouveler l’architecture de leur époque selon le modèle antique. Dans ce cercle on retrouve, outre ses fondateurs, le Bauassessor Johann Ludwig Zitelmann, les architectes Carl Ferdinand Langhans, Martin Friedrich Rabe et Karl Friedrich Schinkel, ainsi que Carl Haller von Hallerstein qui sera, toute sa vie, très marqué par Friedrich Gilly. Atteint de tuberculose, ce dernier meurt le 3 août 1800 à Karlsbad. Privé de son héros, Carl Haller von Hallerstein reste tout de même encore quelques années à Berlin, pour travailler notamment avec Alois Hirt. Il y fait la connaissance de Leo von Klenze (1784-1864), futur concurrent dans le projet de la Glyptothèque à Munich.

Un voyageur passionné

4En 1806, Carl Haller von Hallerstein devient inspecteur royal des bâtiments (Bauinspektor) à Nuremberg. C’est la seule période de sa vie où il travaille comme architecte, mais il semble que le poste ne lui plaît pas beaucoup. De plus, le jeune architecte a peu de travail, par manque d’argent. Il demande alors un détachement afin de réaliser un voyage d’études dont il a rêvé pendant des années. Il l’obtient le 25 mars 1808 ; deux mois après, en juin, il quitte Nuremberg, sa famille et son pays, qu’il ne verra plus jamais. Il se rend à Munich, à la cour de Maximilien Ier, roi de Bavière grâce à Napoléon depuis 1806, pour trois raisons : 1° réclamer les 300 florins de son salaire que lui doit l’État de Bavière ; 2° obtenir une bourse de voyage ; 3° déposer sa candidature pour un poste d’enseignement à l’Académie de l’art à Nuremberg après son retour. Dix semaines plus tard, après plusieurs essais infructueux et même humiliants, il part sans avoir rien obtenu. Mais il part vers le sud : après avoir franchi les Alpes par le col du Brenner, il arrive à Vérone. Faute de moyens, il a fait la plus grande partie du voyage à pied, faisant suivre ses bagages par une entreprise d’expédition à Trente. Toujours malchanceux, on lui vole sa valise ; elle sera retrouvée, mais quasiment vide : presque tous ses vêtements, y compris l’uniforme de lieutenant, tous ses diplômes ainsi que le décret de mise en détachement ont disparu ; seuls restent un peu de linge, quelques livrets et une flûte. Notre voyageur supporte mal ces événements, devient même dépressif. Il continue néanmoins son parcours qui le mène jusqu’à Rome, où il va demeurer 18 mois (de novembre 1808 à juin 1810).

  • 6 Parmi les publications les plus récentes, voir H. Duchêne (dit.), Voyageurs et Antiquité classique. (...)
  • 7 L’épouse de Wilhelm von Humboldt, envoyé de la Prusse auprès du Saint-Siège depuis 1802, est restée (...)
  • 8 Johann Georg Zoëga (1755-1809), d’origine danoise, formé par Christian Gottlob Heyne à Gottingen, é (...)
  • 9 Fräßle (K.), Carl Haller von Hallerstein, Thèse de doctorat, op. cit., p. 26-27 ; voir aussi l’étud (...)

5Rappelons que Rome, à l’époque, constitue un centre très attractif pour les voyageurs de pays européens venant admirer monuments et objets antiques6. Cette admiration fait alors de Rome un grand marché d’informations pour les objets antiques – ou pour ceux imitant les modèles antiques. Il y a des salons comme celui de Caroline von Humboldt7 où l’on peut faire des rencontres et partager idées et opinions communes, avec les Zoëga, Thorvaldsen ou Welcker, pour ne citer qu’eux8. Carl Haller von Hallerstein en connaît quelques-uns (Schinkel par exemple, du temps de son séjour à Berlin, Johann Martin von Wagner et Johann Georg von Dillis, grâce à ses fonctions en Bavière), mais il préfère rester à l’abri, selon son biographe Klaus Fräßle, en raison de ses embarras pécuniaires qui l’empêchent de se vêtir correctement9. Il entre cependant en contact avec quelques autres, notamment les Danois Peter Oluf Brøndsted (1780-1842) et Georg Koës (1782-1811), Jakob Linck (1786-1841) de Stuttgart, et le baron balte Otto Magnus von Stackelberg (1786-1837).

  • 10 Voir la remarque dans une lettre qu’elle envoya le 16 juin 1810 à son mari Wilhelm : « Von hier geh (...)
  • 11 Voir mon analyse dans M. Steinhart et E. Wirbelauer, AUS der Heimat des Odysseus, op. cit., p. 50.
  • 12 Ibid., p. 19-20, 65-67.

6En été 1810, ce groupe dont Haller von Hallerstein est le plus âgé décide de se rendre en Grèce, ce qui attire l’attention de Caroline von Humboldt10. La Grèce est, à cette époque, un pays encore peu connu, et toujours sous domination ottomane. Mais les choses vont changer : le jeune Napoléon a rattaché les îles adriatiques à la France, après la paix de Campo Formio en 1797, en créant les départements de Corfou, d’Ithaque et de la mer Égée – ce dernier comprenant les îles de Zante et de Cythère. Ce sont les Français qui ont créé la dénomination d’« îles Ioniennes11 ». En 1809 et 1810, la flotte anglaise attaque les îles et s’empare de celles du sud ; les Français, de leur côté, réussissent à défendre Corfou qu’ils garderont jusqu’à la défaite napoléonienne en 181412. Il faut brièvement rappeler ces événements pour montrer combien les conditions de voyage peuvent dépendre des intérêts politiques. S’embarquer à Bari ou Otrante pour les îles Ioniennes en été 1810, cela veut dire passer entre les navires de guerre pour arriver à un endroit qui, en outre, risque d’avoir changé de maître.

  • 13 Ibid., p. 287, 290 ; concernant la collection du comte Choiseul-Gouffier, voir H. Duchêne, « Délos (...)

7Nos voyageurs ont de la chance : ils franchissent les îles et arrivent en novembre 1810 à Athènes, autre place centrale pour les amateurs d’antiquités de l’époque. Le cas le plus connu est certainement celui de Thomas Bruce, septième duc d’Elgin (1766-1841) qui fait venir en Angleterre des pièces de marbres provenant notamment de l’acropole d’Athènes. Mais il n’est pas le seul : le Louvre, par exemple, bénéficie des acquisitions de Louis François Sébastien Fauvel (1753-1838) ou encore, indirectement, de l’achat de la collection du comte Choiseul-Gouffier (1752-1817)13.

Illustration no 1 : Le jeune baron Carl Haller von Hallerstein (portrait conservé dans les archives familiales des barons Haller von Hallerstein).

Illustration no 2 : Carl Haller von Hallerstein. Le portrait publié par Cockerell (The Temples of Jupiter Panhellenius at Aegina and of Apollo Epicurius at Bassae near Phigalia in Arcadia, Londres, 1860, p. 1) reprend un dessin effectué à Zante le 12 mai 1814 et conservé à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg ; voir G. Roux, Karl Haller von Hallerstein..op. cit., p. 3 et frontispice.

Illustration no 3 : Le journal du voyage que Carl Haller von Hallerstein entreprit avec ses amis Cockerell, Linekh et Foster en 1811 pour visiter la péninsule du Péloponnèse, Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, ms. 2720, dossier III. Le tampon « SIGILLUM SANITATIS » atteste l’intervention du vice-consul autrichien Georg Gropius.de Strasbourg ; voir G. Roux, Karl Haller von Hallerstein..., op. cit., p. 3 et frontispice.

  • 14 Zimmer (J.), « Die Aegineten in Berlin », art. cité, p. 69 et suiv.

8Le premier déplacement important conduit Haller von Hallerstein, accompagné de Jakob Linck et de deux jeunes architectes anglais – Charles Robert Cockerell et John Foster –, à l'île d’Égine. Les résultats du voyage vont au-delà de leurs espérances : ils découvrent à l’emplacement du temple considéré à l’époque comme celui de Zeus Panhellénios (identifié depuis comme celui d’Aphaia) des sculptures archaïques tenues encore aujourd’hui pour des chefs-d’œuvre de l’art grec. Ce n’est pas ici le lieu de poursuivre cette affaire en détail14, mais c’est grâce à Carl Haller von Hallerstein que Son Altesse Royale, le Kronprinz et futur roi de Bavière Louis Ier, plein d’enthousiasme pour les monuments et les objets antiques, a été averti des trouvailles et a réussi à les acheter à une vente aux enchères organisée à Zante le 1er novembre 1812. Les Bavarois ont probablement su profiter de la situation politique. Fauvel, de son côté, avait déposé au nom de l’Etat français une offre financière plus importante que celle de la Bavière. Or, il n’a pas pu s’imposer aux vendeurs qui ne voulaient pas laisser les sculptures à l’ennemi. Fauvel est intervenu directement auprès de Napoléon pour faire pression sur le roi de Bavière et son fils. Mais la situation militaire avait changé : en 1813, l’empereur ne pouvait plus agir comme il aurait pu le faire quelques années plus tôt.

9La découverte des marbres d’Égine marque un tournant pour Carl Haller von Hallerstein : il obtient du Kronprinz une mission consacrée à la découverte et à l’acquisition d’antiques. Pour assurer cette mission, Louis lui octroie un financement et lui fait même une avance pour les achats à faire. Parmi les opérations menées par Haller von Hallerstein, il faut mentionner la campagne de fouilles sur l’île d’Ithaque en mai et juin 1814. La documentation conservée aux différents stades de son élaboration a fait l’objet d’une étude que j’ai réalisée avec mon collègue d’archéologie classique Matthias Steinhart. Carl Haller von Hallerstein figure parmi les premiers qui non seulement ont ouvert la terre pour en sortir des objets précieux, mais qui de plus ont documenté leurs fouilles avec exactitude : grâce à ses dessins (conservés en grande partie à Strasbourg, à la Bibliothèque nationale et universitaire), on peut identifier, dans les musées et collections archéologiques du monde, des objets dont leurs propriétaires ignoraient l’origine.

10Contrairement à ses camarades, Haller von Hallerstein reste en Grèce. L’échec des propositions qu’il a soumises au Kronprinz pour la construction d’un musée des antiques – la future Glyptothèque de Munich – destiné à la conservation des marbres d’Égine, peut avoir joué un rôle important dans les reports de son retour en Bavière. En été 1817, Carl Haller von Hallerstein semble prêt à quitter la Grèce. A la suite d’une demande de son mécène, il établit un inventaire de tous les objets qu’il a acquis pour le Kronprinz et qu’il a fait stocker à Athènes et au Pirée. Un dernier voyage s’annonce : le 1er octobre 1817, il se rend en Thessalie pour y construire un pont sur le Pénée, projet financé par les autorités turques. Déjà plusieurs fois atteint de fièvres, il succombe à une nouvelle attaque le 5 novembre 1817, à Ambélaki en Thessalie. Quelques jours avant sa mort, il rédige son épitaphe :

Wanderer, sage in Deutschland, dass ich hier ruhe,
Weil ich nach Vervollkommnung rang.

  • 15 Roux (G.), Karl Haller von Hallerstein..., op. cit., p. 36.

11Ou, selon la traduction de Georges Roux15 :

« Voyageur, va dire en Allemagne qu’ici je repose Pour m’être efforcé vers la perfection. »

Un passionnant voyageur

  • 16 Wirbelauer (E.) et Steinhart (M.), « Von Athen nach München... », art. cité.

12Que reste-t-il des voyages de Carl Haller von Hallerstein ? En tout premier lieu, les sculptures d’Égine qui occupent une place centrale à la Glyptothèque de Munich. Mais il a fait venir à Munich d’autres objets encore, provenant d’Égine, d’Athènes et d’autres sites grecs, dont certains n’existent plus de nos jours. Ils ont été perdus, vraisemblablement lors de bombardements pendant la Deuxième Guerre mondiale ; nous les connaissons cependant par les documents conservés à Strasbourg et, dans ce cas précis, également à Munich16.

  • 17 C’est le mérite de mon collègue Matthias Steinhart, actuellement conservateur à l’Antiken - sammlun (...)
  • 18 La publication de cette étude épigraphique est en voie d’achèvement.

13Carl Haller von Hallerstein n’a jamais publié ses travaux ; son œuvre est restée longtemps inconnue du grand public, et même des spécialistes. Ce seul fait ne justifie pas un projet de publication. En revanche, toutes les informations que fournissent ces documents légitiment un travail en ce sens. Des informations parfois uniques, parce que notre voyageur a relevé ce qui ne se trouve plus sur place aujourd’hui. C’est le cas d’objets trouvés lors de fouilles à Ithaque, en mai et juin 1814 : ils ont été dispersés à travers le monde jusqu’à perdre toute trace de leur provenance17 ; c’est aussi le cas de beaucoup d’inscriptions grecques : sur près de 200 inscriptions, une bonne trentaine sont complètement inconnues, et pour plusieurs autres les papiers de Haller von Hallerstein apportent une aide précieuse18. Ces deux exemples montrent que le fonds Haller von Hallerstein conservé à Strasbourg – et enrichi par les documents et dessins conservés ailleurs – mérite toute notre attention : on peut désormais rédiger, sur la base des documents numérisés et grâce à des recherches interdisciplinaires franco-allemandes, une première synthèse concernant l’œuvre de Haller von Hallerstein.

  • 19 Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum, Archiv für bildende Kunst, Haller von Hallerstein, Karl I, (...)
  • 20 Pour Gropius, voir C. Callmer, Georg Christian Gropius als Agent, Konsul und Archäologe in Griechen (...)

14Je ne veux pas terminer sans signaler un document de première importance qui fera l’objet d’une étude dans la synthèse annoncée. C’est le baron Bertold Haller von Hallerstein, l’actuel directeur des archives familiales, qui m’a donné connaissance de ce document ; celui-ci est conservé à Nuremberg au Germanisches Nationalmuseum19. Il s’agit d’un inventaire que le curateur à la succession (Nachlassverwalter), Georg Christian Gropius (1776-1850)20, à l’époque vice-consul autrichien à Athènes, a fait dresser en septembre 1818, dix mois après la mort de Haller von Hallerstein :

Inventarium über die hinterlassnen Effekten des Herrn Barons Carl Haller von Hallerstein, gestorben zu Ambelaki im Thal Tempe in Thessalien den 5ten November 1817

K. K. Oesterreichisches Vizekonsulat zu Athen

Heute, den ersten September im Jahre Ein Tausend Acht Hundert und achtzehn haben wir uns in Begleitung der Herrn Peter Agop und Andreas Masson, welche in dieser Handelsstadt wohnen, und des Herrn Paul Guiracictz, unseres Kanzlers, in das Wohnhaus des verstorbenen Herrn Baron Karl Haller von Hallerstein begeben, wo wir die an das Magazin gelegten Siegel, nachdem wir sie besichtigt und unverlezzt gefunden hatten, erbrechen lieβen, und folgendes vorfanden :Nehmlich :
Einen Sakk mit verschiednen Effecten, welchen wir zusiegelten und unter Bedekkung eines Janitschafen ins Konsulat schikkten.
Ein kleines weises verschlossnes Kistchen.
Zwey kleine verschlossne Felleisen.
Eine kleine weise verschlossene Kiste.
Ein verschlossener leerer Mauleselkorb.
Drey kleine Kisten, die eine verschlossen, die anderen zugenagelt.
Sieben zugenagelte Kistchen.
Ein zugenageltes Kistchen.
Eine Kiste, bezeichnet : „Stakelberg“.
Zwey Kistchen zugenagelt.
Zwey zugenagelte Kistchen.
Zwey desgl.
Zwey desgl.
Zwey desgl.
Ein kleiner Kasten mit Marmor.
Zwey Pfeifen.
Ein Säbel.
Eine MahlerStaffeley.
Nachdem es spät geworden war, haben wir obengenannte, nach einer Arbeit von vollen 4 Stunden uns wieder entfernt und unterschrieben :
Peter Agop, Zeuge. – Andreas Masson, Zeuge.
Guiracictz, der ältere, Kanzler.
G. Gropius.

  • 21 Certains objets mentionnés appartenaient au prince de Bavière et furent transportés à Munich ; voir (...)

Heute, den 4ten Septbr. 1818, haben wir Georg Gropius in Gesellschaft der etc. uns in das Wohnhaus des verstorbenen Herrn Baron Karl Haller von Hallerstein begeben, haben die Siegel am Magazin unverlezzt gefunden, liessen sie abnehmen und fanden, was folgt21 :
Eine große Vase.
Ein großes Stükk Ornament vom Erechtheum.
Ein Stükk eines gemahlten Fries vom Tempel zu Egina.
Eine Vase, gekauft vom Prinzen Hantzeri.
Ein sehr altes Basrelief.
Ein Stükk Ornament vom Phigalischen Tempel.
Vier marmorne Ziegelstükke von Egina.
Der Kopf des indischen Bachus.
Stükk von einem Eginetischen Kapital.
Ein halber Fleuron vom Parthenon.
Kopf von einem Delphin.
Zwey Grabsteine in Säulenform.
Zwey desgl., glatt und viereckig.
Zwey gewöhnliche Vasen.
Acht marmorne Bruchstükke.
    Von Gips.
Zwey jonische Schnekken.
Ein Fleuron von gebrannter Erde.
Figuren von dem Brunnen zu Korinth in Gips, 16 ½ Stükk.
Ein Stükk von einem dorischen Kapital.
Form von einem Basrelief von Samothrazien.
1 Kiste, Baron Haller, vernagelt.
    Ferner :
Eine schöne Pfeife mit langem Muschelrohr.
Vier andre ordinäre Pfeifen mit Pfeifenträgern von
[N.d.A. : texte manquant dans le document original] dans le document original]
Ein Spatzierstokk.
Ein Zaum.
Ein Mahlerstühlchen.
Ein gewöhnlicher Tatogan (türkisches Messer)
Ein alter Sattel nebst Peitsche.
Ein ledernes Reiseportfeuille.
Ein Pfeifenmundstükk (Zizza) von Weinrebenholz.
Eine Kiste mit leeren und vollen Flaschen.
Mehr haben wir nicht gefunden und nach 3 Stunden Arbeit haben wir
unterzeichnet.
Dimitri Salonitoglu. – Diego Calvo.
Guiracictz. G. Gropius.

[...]

  • 22 Voir B. von Dewitz et W. Nekes (éd.), Ich sehe was, was Du nicht siehst ! Sehmaschinen und Bildenve (...)

15La liste, dont je n’ai donné ici que le début, est très détaillée, mais certainement incomplète. Elle fournit non seulement un inventaire des carnets et des dessins retrouvés, mais indique aussi le peu de choses que notre voyageur a pu conserver jusqu’à la fin de son voyage – malgré les incidents liés aux vols, au naufrage, etc. On y trouve des vêtements et des objets personnels comme les pipes. Évidemment, chaque chose présente un intérêt particulier : une vieille selle, une cravache, un « Mauleselkorb » (un panier utilisé pour les transports à dos de mulet) nous renseignent par exemple sur les déplacements. Pour l’équipement technique, Haller von Hallerstein semble avoir été à la hauteur de son époque. L’inventaire mentionne « eine Camera lucida, nebst deren bleyernem Fuβ ». Cette chambre claire, posée sur un pied en plomb, était un dispositif optique utilisé comme aide au dessin par les artistes. Haller von Hallerstein a pu prendre connaissance de cet outil (breveté en 1806 par l’Anglais William Wollaston) grâce à ses amis architectes. Reste à savoir si on peut mieux comprendre l’un ou l’autre dessin en admettant l’utilisation de la chambre claire22. Parmi les affaires personnelles figurent enfin « ein Paar gelbe Frauenzimmerstiefeln » et « ein Paar gestickte Frauenpantoffeln », c’est-à-dire deux paires de chaussures de femme, une paire de chaussures montantes et une autre de pantoufles. Notre voyageur, célibataire, avait-il préparé des cadeaux pour des femmes ? Pour une femme sur place, en Grèce ? Ou envisageait-il une nouvelle vie, à son retour en Bavière ? Ou s’agissait-il, simplement, de cadeaux destinés à une ou deux de ses sœurs encore en vie ?

  • 23 Cela aidera aussi à l’identification des dessins ; voir J. Zimmer, « Die Aegineten in Berlin », art (...)

16L’édition complète sera accompagnée d’un commentaire qui tentera de mettre en relation les entrées de la liste avec les documents existants23. Mais ce qui a pu être évoqué ici montre déjà toute l’importance d’une telle source. Cet inventaire permet de saisir de manière très concrète la vie quotidienne d’un voyageur scientifique au début du xixe siècle, à l’époque napoléonienne. Il fixe pour nous ce qui est normalement transitoire, donnant une vision bienvenue de ce qui reste d’un long voyage.

Notes

1 Cette étude s’inscrit dans un projet interdisciplinaire franco-allemand de l’UMR 7044 dédié à la publication des carnets de voyage et d’autres documents de Carl Haller von Hallerstein, acquis grâce à l’initiative de l’archéologue Adolf Michaelis et conservés à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg. Je remercie les organisateurs du colloque sur le voyage d’avoir accepté cette contribution, mon collègue Jean-Yves Marc pour l’intérêt qu’il porte aux recherches sur Haller von Hallerstein, mon collègue Michel Matter pour le soin qu’il a apporté à ce texte, ainsi que Bertold Haller von Hallerstein, conservateur des archives familiales des barons Haller von Hallerstein, pour son aide.

2 Pour la biographie, voir K. Fräßle, Carl Haller von Hallerstein, Thèse de doctorat, Fribourg-en-Brisgau, 1971, p. 1-73, et G. Roux, Karl Haller von Hallerstein. Le temple de Bassae : relevés et dessins du temple d’Apollon à Bassae conservés à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, publiés avec une biographie de l’auteur, Strasbourg, Publications de la BNUS, vol. 6, 1976, p. 1-37 (Roux n’avait pas connaissance des recherches de Fräßle). Les archives personnelles sont largement utilisées et citées par H. Haller von Hallerstein, Und die Erde gebar ein Lächeln. Der erste deutsche Archäologe in Griechenland, Munich, 1983. Les recherches autour de la personne et de l’œuvre de Haller von Hallerstein ont bénéficié de l’exposition organisée en 1986 à Munich, Nuremberg et Berlin : Bankel (H.), Carl Haller von Hallerstein in Griechenland 1810-1817. Architekt, Zeichner, Bauforscher, Ausstellungskatalog München — Nürnberg— Berlin, 1986 (voir la biographie reprise par Fräßle dans ce catalogue, p. 11-45). Les notices concernant les fouilles à Ithaque en mai et juin 1814 sont publiées dans M. Steinhart et E. Wirbelauer, Aus der Heimat des Odysseus. Reisende, Grabungen und Funde auf Ithaka und Kephallenia bis zum ausgehenden 19. Jahrhundert, Munich, Kulturgeschichte der antiken Welt, vol. 87, 2002, p. 106-146 ; les deux auteurs ont traité des objets achetés par le baron Haller von Hallerstein sur l’ordre et au nom du prince Louis de Bavière, et de leur transport d’Athènes à Munich pour rejoindre la collection de la Glyptothèque récemment fondée : Steinhart (M.) et Wirbelauer (E.), « Von Athen nach München. Antiken aus dem Nachlass Carl Hallers von Hallerstein », Antike Welt, 34, 2003, p. 381-393. Le sort des archives personnelles, dispersées dans les années 1860, fait que l’on peut en retrouver des traces dans plusieurs bibliothèques et collections, par exemple à Fribourg-en-Brisgau ; voir F. Eckstein, « Handzeichnungen von Carl Haller von Hallerstein und Friedrich Adler im Besitz des Archaologischen Instituts der Universitat Freiburg i. Br. », dans C. Bauer et alii (dit.), Aufsätze zur Freiburger Universitätsgeschichte, Fribourg-en-Brisgau, Beiträge zut Freiburger Wissenschafts-und Universitätsgeschichte, vol. 22, 1960, p. 221-236. La dernière redécouverte eut lieu à Berlin dans les Staatliehe Museen ; voir la pénétrante étude de J. Zimmer, « Die Aegineten in Berlin », Jahrbuch der Berliner Museen, Neue Folge, 46, 2004, p. 7-104 (pour le sort des papiers Haller von Hallerstein, p. 47 et 65-69).

3 Fräßle (K.), Carl Haller von Hallerstein, Thèse de doctorat, op. cit., p. 2-4 et 328 (n. 49 et 50) ; pour cette institution, voir l’étude récente de S. Seiler, « Schwestethochschulen oder Konkurrenzanstalten ? Die Hohe Karlsschule und die Universitat Tübingen 1770-1770-1794», dans I. Cerman et L. Velek (dit.), Adelige Ausbildung : die Herausforderung der Aufklärung und die Folgen, Munich, Studien zum mitteleuropäischen Adel, vol. 1, 2006, p. 71-82.

4 Scherer (N. M.), Die Landgemeindeverwaltung im Fürstentum Nassau-Saarbrücken 1735-1793, Thèse de doctorat, Université de Saarbrücken, Munich, 1971, p. 14-15.

5 Voir le catalogue de l’exposition organisée à Berlin en 1984 : Friedrich Gilly (1772-1800) und die Privatgesellschaft junger Architekten, Berlin, 1984.

6 Parmi les publications les plus récentes, voir H. Duchêne (dit.), Voyageurs et Antiquité classique. Colloque de Dijon. Octobre 2001, Dijon, 2003, et N. Bourguinat et S. Venayre (dir.), Voyager en Europe de Humboldt à Stendhal. Contraintes nationales et tentations cosmopolites. 1790-1840, Paris, 2007. Dans la présentation, Nicolas Bourguinat insiste, avec raison, sur la rupture que marque l’époque napoléonienne dans l’histoire des pratiques du voyage.

7 L’épouse de Wilhelm von Humboldt, envoyé de la Prusse auprès du Saint-Siège depuis 1802, est restée à Rome après le retour de son mari en octobre 1808 ; elle ne quitte la Ville éternelle qu’en 1810.

8 Johann Georg Zoëga (1755-1809), d’origine danoise, formé par Christian Gottlob Heyne à Gottingen, étant à Rome depuis 1782, fut l’archéologue le plus important de son époque et influença la discipline pendant tout le xixe siècle. C’est pour lui que fut créée, en 1802 à l’université de Kiel, et pour la première fois dans le monde germanique, une chaire dédiée à l’archéologie (qu’il n’a pas acceptée afin de pouvoir rester à Rome). Zoëga fut précepteur des enfants Humboldt en 1805-1806 avant que le jeune Friedrich Gottlob Welcker (1784-1868) ne lui succède. En 1809, Welcker fut nommé professeur de littérature grecque et d’archéologie à l’université de Giessen, sur la recommandation de Humboldt. Bertel Thorvaldsen (1770-1844), sculpteur d’origine danoise comme Zoëga qui l’a formé et guidé, fut admiré par les Humboldt pour son œuvre artistique. Voir W. Schiering, « Zut Geschichte der Archäologie », dans U. Hausmann (dir), Allgemeine Grundlagen der Archäologie. Begriff und Methode, Geschichte, Problem der Form, Schriftzeugnisse, Munich, Handbuch der Archäologie, vol. 1, 1969, p. 33-41, 45, 71 ; Künstlerleben in Rom. Bertel Thorvaldsen (1770-1844). Der dänische Bildhauer und seine deutschen Freunde, Nuremberg, Ausstellungskatalog des Germanischen Nationalmuseums Nürnberg, 1991 ; Tesan (H.), Thorvaldsen und seine Bildhauerschule in Rom, Cologne, 1998 ; Simanowski (R.), Turk (H.) et Schmidt (T.) (dit.), Europa – ein Salon ?Beiträge zur Internationalität des literarischen Salons, Gottingen, 1999.

9 Fräßle (K.), Carl Haller von Hallerstein, Thèse de doctorat, op. cit., p. 26-27 ; voir aussi l’étude biographique de Fräßle dans H. Bankel, Carl Haller von Hallerstein..., op. cit., p. 20-21.

10 Voir la remarque dans une lettre qu’elle envoya le 16 juin 1810 à son mari Wilhelm : « Von hier geht eine ganze Gesellschaft nach Griechenland, H. v. Koës und Bronstedt, zwei junge, sehr gelehne Dänen, H. v. Stackelberg, ein Livländer, und H. v. Haller, ein Nürnberger, und der junge Maler Link. Dem armen Rauch zucken die Füße recht, mitzulaufen, aber wie kann er ? » (Wilhelm und Caroline von Humboldt in ihren Briefen, éd. A. von Sydow, vol. 3, Berlin, 1909, p. 411, lettre no 196). Christian Daniel Rauch (1777-1857) quittera Rome quelques mois plus tard pour se rendre à Berlin et s’occuper, sut une suggestion de Humboldt au toi Frédéric Guillaume III, du monument funéraire de la reine Louise, morte le 19 juillet 1810. La remarque de Caroline von Humboldt (« aber wie kann er ? ») peut s’expliquer par la situation financière modeste de Rauch.

11 Voir mon analyse dans M. Steinhart et E. Wirbelauer, AUS der Heimat des Odysseus, op. cit., p. 50.

12 Ibid., p. 19-20, 65-67.

13 Ibid., p. 287, 290 ; concernant la collection du comte Choiseul-Gouffier, voir H. Duchêne, « Délos et Marseille », http://www.u-boutgogne.fr/STIMULUS/D001/100/l00.htm, p. 4-9.

14 Zimmer (J.), « Die Aegineten in Berlin », art. cité, p. 69 et suiv.

15 Roux (G.), Karl Haller von Hallerstein..., op. cit., p. 36.

16 Wirbelauer (E.) et Steinhart (M.), « Von Athen nach München... », art. cité.

17 C’est le mérite de mon collègue Matthias Steinhart, actuellement conservateur à l’Antiken - sammlung à Munich, de les avoir identifiés grâce à la documentation exacte de Haller von Hallerstein.

18 La publication de cette étude épigraphique est en voie d’achèvement.

19 Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum, Archiv für bildende Kunst, Haller von Hallerstein, Karl I, B. Il s’agit d’un dépôt à durée illimitée, effectué par le Stadtarchiv Nürnberg où le document est répertorié sous le no 544.

20 Pour Gropius, voir C. Callmer, Georg Christian Gropius als Agent, Konsul und Archäologe in Griechenland (1803-1850), Lund, Scripta minora Regiae Societatis Humaniorum Litterarum Lundensis, 1, 1982 ; Zimmer (J.), « Die Aegineten in Berlin », art. cité, p. 51, n. 53, qui informe aussi sur les relations entre Gropius et les Humboldt.

21 Certains objets mentionnés appartenaient au prince de Bavière et furent transportés à Munich ; voir E. Wirbelauer et M. Steinhart, « Von Athen nach München... », art. cité.

22 Voir B. von Dewitz et W. Nekes (éd.), Ich sehe was, was Du nicht siehst ! Sehmaschinen und Bildenvelten ; die Sammlung Werner Nekes, Göttingen, 2002.

23 Cela aidera aussi à l’identification des dessins ; voir J. Zimmer, « Die Aegineten in Berlin », art. cité, p. 68 et n. 181.

Table des illustrations

Légende Illustration no 1 : Le jeune baron Carl Haller von Hallerstein (portrait conservé dans les archives familiales des barons Haller von Hallerstein).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8201/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Illustration no 2 : Carl Haller von Hallerstein. Le portrait publié par Cockerell (The Temples of Jupiter Panhellenius at Aegina and of Apollo Epicurius at Bassae near Phigalia in Arcadia, Londres, 1860, p. 1) reprend un dessin effectué à Zante le 12 mai 1814 et conservé à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg ; voir G. Roux, Karl Haller von Hallerstein..op. cit., p. 3 et frontispice.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8201/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Illustration no 3 : Le journal du voyage que Carl Haller von Hallerstein entreprit avec ses amis Cockerell, Linekh et Foster en 1811 pour visiter la péninsule du Péloponnèse, Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, ms. 2720, dossier III. Le tampon « SIGILLUM SANITATIS » atteste l’intervention du vice-consul autrichien Georg Gropius.de Strasbourg ; voir G. Roux, Karl Haller von Hallerstein..., op. cit., p. 3 et frontispice.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8201/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 143k

Auteur

Université de Strasbourg.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540