Version classiqueVersion mobile

Les formes du voyage

 | 
Dominique Dinet
, 
Jean-Noël Grandhomme

I – Portraits de voyageurs

Voyages au pays maya. Anthropologie des voyages mayanistes français à travers les exemples de l’abbé Brasseur de Bourbourg (1814-1874) et de Désiré Charnay (1828-1915)

Étienne Logie

Texte intégral

1L'aire maya s’étend sur une superficie de 500 000 km2. Elle est couverte par des domaines bioclimatiques difficiles pour les voyageurs européens du xixe siècle. Les voyages et les explorations à travers le monde maya sont pourtant anciens, mais ils restent surtout le fait d’Espagnols durant les xvie et xviie siècles, à l’image de l’évêque de Mani Diego de Landa (1524-1579). Les ruines et autres vestiges de la civilisation indigène continuent cependant de susciter l’intérêt. Celui-ci se manifeste par des expéditions hispaniques plus structurées dans leur démarche scientifique. En 1785, Antonio Bernasconi dirige les premières études architecturales dans l’ancienne cité de Palenque, qui devient en 1786 le théâtre des premières fouilles archéologiques, sous la direction de son successeur, le capitaine Guillermo del Rio. Celui-ci est mandaté par le roi d’Espagne Charles III afin de satisfaire sa curiosité. Le rapport de fouilles de del Rio fera d’ailleurs l’objet d’une publication, en anglais, en 1822. Fait marquant, elle s’accompagne de gravures d’un certain Waldeck. L’intérêt pour le monde maya commence peu à peu à quitter la sphère hispanique pour toucher d’autres sphères plus lointaines. Dans les années 1830-1850, cet élargissement s’accélère avec la publication de deux récits de voyage : celui de l’Autrichien Guillermo Dupaix et celui de l’Américain John Lloyd Stephens.

2Le récit du voyage de Dupaix paraît en 1834, soit 29 ans après son premier voyage. L’ouvrage de Stephens, Incidents of travel in central America, Chiapas and Yucatán, connaît un énorme succès dès sa parution en 1841. Ce livre sert de référence pour un certain nombre de jeunes Européens en mal d’aventure et d’exotisme, notamment en France.

3Dans la seconde moitié du xixe siècle, de nouveaux voyageurs quelque peu touche-à-tout lancent de grands projets à destination du continent américain et plus particulièrement du Mexique. Parmi eux, deux Français se distinguent : l’abbé Charles-Étienne Brasseur de Bourbourg et un jeune photographe fortuné, Charles Désiré Charnay.

4À la période qui nous intéresse, deux éléments sous-tendent tout voyage. D’une part, l’instabilité politique est très forte au Mexique et, d’autre part, les aspirations de l’Empire français en quête de prestige et de reconnaissance internationale au niveau scientifique se renforcent.

5On le voit, voyager à travers le monde maya se révèle être non seulement compliqué, mais aussi et surtout extrêmement périlleux. Dans ces conditions, étudier les voyages mayanistes français entre 1850 et 1880 permet de mettre en exergue un certain nombre de caractéristiques propres.

6Notre propos souligne trois aspects essentiels. Les voyageurs français sont animés d’une véritable soif de découverte, souvent encouragée par l’Etat et les sociétés savantes parisiennes. La difficulté des voyages repose sur différentes problématiques souvent imbriquées. Enfin, les explorateurs, aussi bien Brasseur de Bourbourg que Charnay, s’efforcent d’avoir ce qu’il convient d’appeler « une vie après le voyage ».

Une soif de découverte

Deux voyageurs au pays maya : Brasseur de Bourbourg et Charnay

7En France, les érudits passionnés d’études portant sur l’Amérique précolombienne conduisent essentiellement des recherches de cabinet au sein de sociétés savantes, comme la Société d’ethnographie de Paris. Dans ce contexte scientifique propre, s’engager dans de telles expéditions requiert nécessairement un désir manifeste, un goût prononcé du voyage accompagné d’une véritable soif de découverte. Celle-ci est alimentée non seulement par les personnalités de Brasseur de Bourbourg et de Charnay, mais aussi par l’immense succès de l’ouvrage de Stephens et Catherwood, et, enfin, par les multiples options de voyage qui s’offrent alors aux explorateurs français.

  • 1 Voir P. Mongne, « Désiré Charnay : explorateur, archéologue, photographe et écrivain », dans D. Cha (...)

8Bien qu’ils aient deux trajectoires différentes, Charles-Étienne Brasseur de Bourbourg et Désiré Charnay partagent un goût prononcé pour l’exotisme et le voyage. Le premier effectue des voyages fréquents à l’étranger : Belgique, Italie, Espagne, Canada. Le second quant à lui, est issu d’une riche famille. Assez rapidement, il envisage de réaliser un tour du monde photographique. Les biographes de Charnay estiment, selon toute vraisemblance, qu’il ne s’agit là que d’un prétexte. Son projet réel reste l’exploration du monde maya1. Les actes du photographe abondent en ce sens, puisqu’il séjourne surtout au Mexique lors de l’exécution de son voyage photographique.

9En dépit de leurs différences, l’intérêt pour le monde maya est attisé chez ces deux voyageurs par le même ouvrage : Incidents of travel in central America, Chiapas and Yucatán de Stephens et Catherwood.

L’influence d’Incidents of travel : un récit de voyage à l’origine de voyages

  • 2 Le Centre Amérique regroupe les actuels Etats du Guatemala, du Honduras, du San Salvador et du Cost (...)
  • 3 Logie (É.), Approche de l’américanisme mayaniste français, TER de master 2, Université de Nancy 2, (...)

10Publié en 1841, ce récit romancé jouit d’un succès impressionnant dès sa première édition. Rapidement réédité, l’ouvrage est aussitôt traduit en plusieurs langues. Il retrace le voyage de l’Américain John Lloyd Stephens, chargé d’affaires des États-Unis en Centre Amérique2, en 1838. Celui-ci profite de sa situation pour explorer les ruines mayas disséminées au milieu de la forêt et dans les contrées yucatèques. Stephens voyage accompagné d’un jeune architecte anglais rencontré en 1836, doué pour le dessin, Frederick Catherwood. Ses planches magnifiques agrémentent le récit envoûtant de Stephens, et pour la première fois, les Européens ont accès à des images du Nouveau Monde. Le jeu des couleurs, du clair-obscur et la présence de détails réalistes, tels que des animaux ou la végétation qui envahit les ruines, suscitent l’excitation. Le lecteur croit devenir lui-même le découvreur de ces ruines mystérieuses, exotiques et lointaines. Si ces éléments expliquent en grande partie le succès de l’ouvrage, ils encouragent également un certain nombre de lecteurs à se rendre eux-mêmes dans ces régions. Parmi eux, on trouve Brasseur de Bourbourg et Charnay. Mes recherches m’ont permis de mettre en lumière le rôle joué par ce livre dans le choix de la destination de prédilection des deux voyageurs3.

11Avoir envie de partir et d’explorer de nouveaux horizons ne débouche pas nécessairement sur un voyage. Brasseur de Bourbourg et Charnay ont su tirer profit de leur situation, mais aussi des différentes options de voyage qui se sont offertes à eux.

Plusieurs options de voyage

  • 4 L’expédition mexicaine vise à venir en aide à l’empereur Maximilien en proie à de graves tensions d (...)
  • 5 Ce travail porte aussi le nom de « projet Waldeck ».

12Brasseur de Bourbourg bénéficie de conditions toutes particulières. Ce religieux et historien se voit confier la mission de négocier les rapports entre les Etats-Unis et la papauté. Il se rend donc, sur les deniers de l’Église, aux États-Unis. Là, en 1848, il fait une rencontre décisive lors d’un voyage transaméricain avec Le Vasseur, qui vient d’être nommé ministre plénipotentiaire de France à Mexico. Ce dernier le nomme aumônier de la légation française de Mexico, lui ouvre les portes des dépôts d’archives mexicains. Il lui obtient les sauf-conduits nécessaires à ses recherches à travers le Mexique et l’introduit dans les hautes sphères de la société mexicaine. Brasseur réalise six voyages au Mexique. Au cours du premier, il s’attache à l’étude des langues indigènes et à la réunion de collections archéologiques et littéraires. Le deuxième est marqué par sa nomination comme administrateur ecclésiastique des Indiens à Rabinal en 1855. Dans le cadre de sa mission, il parcourt sans relâche sa juridiction tout en poursuivant ses recherches. Le 27 janvier 1864, l’État annonce officiellement l’intégration de Brasseur de Bourbourg dans la Commission scientifique du Mexique, qui accompagne les troupes impériales françaises lors de l’intervention malheureuse au Mexique4. L’abbé, pour son troisième voyage, est chargé d’explorer l’isthme de Tehuantepec entre 1864 et 1866. Le voyage s’accomplit en compagnie de militaires français et d’autres scientifiques membres de la Commission. Il reçoit en outre une aide financière du ministère de l’Instruction publique, afin de subvenir à ses besoins sur place. Dans le même temps, il espère pouvoir visiter les ruines dessinées par Waldeck et réaliser un commentaire avisé de ces planches pour, à terme, les publier5. Ce troisième voyage répond donc à deux objectifs scientifiques soutenus par l’État.

13La situation de Charnay est tout autre. Envisageant depuis plusieurs années de réaliser un tour du monde photographique, il essuie plusieurs refus de parrainage. Il obtient enfin, en 1857, l’appui du ministère de l’Instruction publique. Pourtant, contrairement à Brasseur, lui ne perçoit pas de subsides. En effet, il reçoit le soutien ministériel en proposant un financement sur fonds propres de son projet. Charnay, fort de cet appui ministériel, s’assure l’octroi de toutes les autorisations nécessaires pour un tel voyage. Ne nous trompons pas sur la finalité de son projet. Le tour du monde reste un prétexte à la réalisation de son rêve : visiter les ruines mayas vues dans l’ouvrage de Stephens et Catherwood. Il débute son voyage en 1857. Son périple est bien connu jusqu’en 1863. En 1864, il intègre la Commission scientifique du Mexique, puis la quitte brusquement en 1867, avant la fin du programme. Il semble que Charnay ait été accusé d’espionnage par les autorités mexicaines, le contraignant ainsi à un départ précipité aux États-Unis. Après cet épisode rocambolesque, Charnay se relance dans son projet en 1880. Il veut achever son exploration du monde maya, prématurément interrompue dans des conditions malheureuses. À nouveau, le voyage s’établit sur fonds propres, avec le financement du riche Américain d’origine française Pierre Lorillard, un homme passionné d’archéologie précolombienne qui, pour des raisons de santé, ne peut pas voyager lui-même. La réputation de Charnay est arrivée jusqu’à lui. Charnay réussit à obtenir l’aide du ministère de l’Instruction publique en dépit des péripéties passées. Il reste aussi en contact avec les sociétés savantes parisiennes en publiant régulièrement des comptes rendus de son voyage dans plusieurs revues, dont Tour du monde.

14Les cas de Brasseur de Bourbourg et de Charnay mettent en lumière trois acteurs importants dans les expéditions et voyages d’études américanistes et mayanistes : les voyageurs, l’État, les sociétés savantes.

  • 6 Logie (É.), op. cit., p. 32-34.

15Le rôle de l’État, par le biais du ministère de l’Instruction publique, s’explique par la recherche d’une reconnaissance scientifique et d’un prestige d’ordre international. Napoléon III se place dans la glorieuse lignée de son oncle en soutenant ces missions d’exploration, tout particulièrement la Commission scientifique du Mexique, qui n’est pas sans rappeler l’expédition d’Égypte de Bonaparte. Le parallèle n’est pas fortuit. Duruy, ministre de l’Instruction publique, y fait référence lors de la présentation du projet à l’empereur6. Enfin, le rôle des sociétés savantes, par le truchement d’instructions aux voyageurs, tend à prouver qu’un souci de coordination dans les programmes de recherche se met rapidement en place, à la demande même des chercheurs de cabinet.

Des voyages périlleux et difficiles

Des difficultés inhérentes à un domaine bioclimatique hostile

16La pérégrination à travers un monde maya naturellement hostile, dans une période politiquement des plus troublées et face à des indigènes méfiants envers les Européens, révèle d’importantes difficultés, souvent ignorées au départ, mais qui finissent par être pesantes. À quoi vient s’ajouter la concurrence des voyageurs étrangers.

17Trois complications d’ordre bioclimatique marquent sensiblement l’approche du monde maya. Le climat est difficile à supporter. Souvent très chaud et très humide, il contribue à l’accentuation de la fatigue physique, gênant les déplacements à pied. Cela rend aussi plus délicate la réalisation de photographies. À cette époque, la daguerréotypie requiert un savoir-faire technique des plus rigoureux. Charnay a besoin d’avoir des salles offrant une obscurité totale, ce qui n’est pas aisé à trouver au cœur de la forêt ou des ruines. L’humidité complique les manipulations techniques, et les réactions des solutions chimiques sont parfois inopérantes. Charnay doit souvent courir de sa salle obscure vers son appareil pour maintenir sa solution utilisable. Enfin, les temps d’exposition étant longs, la prise de vue extérieure est hasardeuse. Charnay doit recommencer certaines prises plusieurs fois, parce que la luminosité a fortement fluctué, ou parce que la pluie est tombée subitement. À cela s’ajoute un relief vallonné, voire montagneux. Charnay déplace avec lui 1,8 t de matériel, nécessitant le recours à de nombreux porteurs indigènes – souvent maladroits aux dires du voyageur français. Enfin, dans le milieu tropical, la végétation luxuriante contraint le photographe à revoir ses désirs. Cherchant à retrouver les angles de vue de Catherwood, il n’hésite pas à déboiser une partie du site de Palenque, pour ôter physiquement ce que l’Anglais n’a pas dessiné. Cette décision est une catastrophe pour les ouvriers qui l’accompagnent. Ils sont lents, car usés par un voyage éprouvant, les malades désertent. Après cinq semaines de travaux, tout est enfin prêt, mais la pluie détruit une partie du matériel photographique et des clichés. Désespéré, Charnay est contraint de réaliser des moulages en papier mâché. Ils sont longs et difficiles à faire sécher. Il décide alors de les déposer auprès du feu, sous sa toile de tente. Le 26 janvier 1880, l’inévitable se produit : tout est brûlé. Faisant preuve de volonté, il parvient après dix jours de travail intensif à rattraper son retard.

  • 7 Brasseur ne se rendra jamais sur les ruines de Palenque, à son grand regret.

18Brasseur de Bourbourg est lui aussi confronté à ces difficultés. En 1865, il envisage de visiter, pour la deuxième fois, les ruines de Palenque, dans le cadre du projet Waldeck. Il reçoit le renfort du jeune dessinateur Henri Bourgeois. Malheureusement, ce dernier tombe gravement malade, à cause du climat. L’abbé doit le conduire à Merida puis à Mexico. Mais il décide malgré tout d’aller seul à Palenque. La rébellion indienne du Chiapas gagne dans l’intervalle le Tabasco et la région de Palenque. L’accès à l’antique cité est donc impossible, obligeant l’abbé à un deuxième ajournement du voyage7.

Entre péril révolutionnaire et méfiance des indigènes

19On remarque donc que les soulèvements révolutionnaires entravent fortement les voyages. Ces insurrections relèvent à la fois de chefs d’Etat en quête de pouvoir (à l’image du président Benito Juarez) et d’indigènes mayas en quête de reconnaissance – particulièrement dans la province méridionale du Chiapas, ainsi que nous venons de le mentionner.

20En 1864, mandaté par la Commission scientifique du Mexique pour une exploration de l’isthme de Tehuantepec et du Chiapas, Brasseur tente une première fois de visiter les ruines de Palenque et d’Ococingo dans le Chiapas, pour les raisons évoquées ci-dessus. Mais Juarez promulgue de nouvelles lois à l’encontre du clergé chiapanèque : les religieux sont dépouillés de leurs biens et expulsés hors de l’État. Un décret préfectoral interdit tout déplacement du clergé. L’abbé se retrouve alors bloqué à Ococingo, malgré la possession d’un sauf-conduit signé par le gouverneur suprême du Chiapas. Il réussit toutefois à quitter la ville en direction de Palenque, mais la rébellion maya rend cette région inaccessible. Brasseur est donc contraint de remettre sa visite.

  • 8 Cet épisode renforce l’accusation d’espionnage à son encontre.

21Charnay endure les mêmes péripéties à cette époque. Il rencontre Juarez lors du siège de Miramón8. En 1880, son voyage est facilité par la dictature de Díaz qui a permis le développement du chemin de fer et a fait taire les révoltes après une sévère répression.

  • 9 Logie (É.), op. cit., p. 49-51.

22Enfin, s’ajoute la méfiance des Indiens à l’égard des Européens. Lors des déplacements en tant qu’administrateur ecclésiastique de Rabinal entre 1854 et 1857, Brasseur de Bourbourg découvre et traduit la pièce du Rabinal-Achi qui relate une légende maya adaptée aux exigences du catholicisme espagnol. Il y parvient en gagnant la confiance d’un maya âgé, Bortolo Cíz, qu’il parvient à soigner. En guise de remerciement, ce dernier se propose d’aider Brasseur dans sa traduction et sa tentative de reconstituer l’œuvre maya9. Après d’importantes dépenses, le projet de l’abbé débouche sur une représentation jouée lors de la fête patronale de Rabinal, le 19 janvier 1856.

La concurrence étrangère

23L’exploration et les voyages dans le monde maya ne sont pas l’apanage des Français. Des Allemands, des Anglais s’y rendent avec des ambitions, des motivations et des fortunes diverses. En mars 1882, Charnay veut découvrir l’antique cité de Yaxchilan lors de son troisième voyage au Mexique. Sur place, il apprend qu’il se trouve en concurrence avec un jeune Britannique : Alfred Maudslay. Une sorte de compétition s’engage alors entre les deux hommes. Finalement, impressionné par la réputation du Français, l’Anglais s’incline et choisit de se joindre à son rival. Agréablement surpris par le fair-play du jeune explorateur, Charnay décide de partager la découverte de la cité (qu’il baptise « Ville Lorillard » en l’honneur de son mécène) avec son cadet.

24Force est de constater que le voyage dans le monde maya, au cours de la seconde moitié du xixe siècle, tient plus de l’expédition périlleuse que du voyage touristique ou d’agrément. Les voyageurs mayanistes, comme tous les américanistes qui explorent l’Amérique, essaient de faire connaître leurs aventures et le résultat de leurs recherches par divers moyens. Ils s’efforcent de faire éditer le récit de leurs pérégrinations dans deux grands types de publications : celles relevant plus ou moins directement des sociétés savantes, et celles étant du ressort de l’Etat. Ils exploitent, par ailleurs, toutes les opportunités qui peuvent s’offrir à eux, et plus particulièrement les grandes expositions publiques.

Une vie après les voyages

Brasseur de Bourbourg : des publications personnelles et américanistes

  • 10 Brasseur de Bourbourg (C.-É.), « De Guatemala à Rabinal, épisode d’un séjour dans l’Amérique centra (...)

25Brasseur de Bourbourg comme Charnay sont parvenus à publier l’histoire de leurs tribulations mexicaines. Le cas de l’abbé permet de mettre en lumière des aspects intéressants des différents rouages de la publication américaniste durant la seconde moitié du xixe siècle. À l’occasion de son troisième voyage mexicain, entre 1854 et 1857, alors qu’il est administrateur ecclésiastique des Indiens de Rabinal, Brasseur découvre le Rabinal-Achi, épisode que nous avons déjà mentionné plus haut. Il fait part des avancées de ses travaux à travers diverses lettres envoyées à ses amis de l’Institut et de l’Académie française. À son retour en France en 1859, il décide de publier ces lettres sous la forme d’un journal de bord intitulé De Guatemala à Rabinal, épisode d’un séjour dans l’Amérique centrale pendant les années 1855-1856. Ses textes sont présentés au public dans la Revue européenne10. L’article se compose de deux parties, la première éditée le 1er février 1859 et la seconde deux semaines plus tard, le 15 février. Entre son retour et ces publications, Brasseur ne reste pas inactif. À peine rentré à Paris, l’Académie des inscriptions et belles-lettres lui demande de faire une lecture du récit de son dernier voyage.

26Au retour de son quatrième voyage en 1860, il se lance dans un vaste chantier : le projet Waldeck. En 1862 la décision est prise, Brasseur doit rédiger seul le texte destiné à accompagner les planches de Waldeck. Pour y parvenir, la commission de pilotage du projet veut que l’auteur désigné se rende en personne sur les ruines qu’il doit décrire. L’année suivante, Duruy, ministre de l’Instruction publique, accepte l’ensemble du projet. Brasseur reçoit donc pour son cinquième voyage une mission précise de la part de l’Etat. Avant son départ, il l’intègre dans la Commission scientifique du Mexique, le 27 janvier 1864. Le ministre en profite pour inviter Brasseur à tenir une conférence sur les antiquités du Mexique à la Sorbonne le 2 mai de la même année. L’abbé bénéficie de structures officielles pour accomplir son voyage, avec évidemment quelques obligations en contrepartie. Il doit adresser régulièrement au bureau parisien de la Commission des rapports qui seront incorporés aux futurs Mémoires de ladite Commission. En attendant leur mise sous presse – qui n’aura lieu que bien plus tard –, les écrits de Brasseur demeurent confidentiels. Nous avons déjà relaté les péripéties de ce voyage. À son retour en 1866, Brasseur, bien que très déçu de ne pas avoir pu observer lui-même les ruines de Palenque, s’attelle à la tâche avec énergie. Cette même année, le projet connaît son aboutissement. L’ouvrage sort enfin sous le titre Monuments anciens du Mexique et du Yucatan. Ce livre remarquable présente 56 planches lithographiées commentées par Brasseur. Il est fourni en 13 livraisons, pour un prix de 10 FF chacune. C’est donc un objet fort onéreux et dont l’usage n’est pas destiné au grand public. Brasseur s’appuie également sur les revues scientifiques de son temps. En plus de la Revue européenne, précédemment mentionnée, il envoie le récit de son premier voyage en Amérique centrale en 1855, ainsi que celui de sa mission de 1862, à la grande revue spécialisée dans ce domaine : les Nouvelles Annales des voyages. Sa réputation et ses soutiens lui permettent en outre de recourir à de grands éditeurs parisiens : Maisonneuve et Arthus Bertrand. Le premier a fait des publications américanistes une de ses spécialités, quant au second, c’est notamment l’éditeur et le libraire de la Société de géographie de Paris – c’est d’ailleurs ce même Arthus Bertrand qui se voit confier l’édition du projet Waldeck en 1862. Néanmoins, malgré le concours de l’État, de grandes institutions ou de grands éditeurs, les publications et l’important travail de Brasseur de Bourbourg restent le plus souvent confidentiels.

Charnay : des publications scientifiques et des expositions photographiques reconnues

27Charnay est confronté à une situation relativement similaire. Son retour d’Amérique, en 1862, est marqué par un foisonnement de publications relatives à son expédition. Nous présenterons ici les plus représentatives d’entre elles.

  • 11 « Antiquités américaines », la préface de l’ouvrage de Charnay.

28En 1863, il publie Le Mexique, 1858-1861. Souvenirs et impressions de voyage. Son récit n’a pas un grand succès, en dépit de la présence de nombreuses anecdotes. La même année, son travail reçoit le concours de l’architecte des monuments de France Viollet-le-Duc, qui signe la préface de ses Cités et ruines américaines, ouvrage accompagné d’un volume contenant 49 planches. En une centaine de pages11, Viollet-le-Duc apporte une caution scientifique au travail de Charnay, qui connaît alors un vif succès de librairie. Il est d’ailleurs rapidement traduit en anglais et en espagnol. L’année suivante, il édite Le Mexique et ses monuments anciens, qui complète l’ouvrage précédent. Charnay rédige un texte élaboré, dans la lignée du courant romantique. Son grand voyage donne naissance à un ouvrage : Les Anciennes Villes du Nouveau Monde, édité en 1885. Richement illustré et proposant au lecteur des anecdotes truculentes, il devient vite une référence pour les travaux d’archéologie précolombienne, jusqu’au début des années 1900. À l’inverse de Brasseur, Charnay rencontre un franc succès avec ses publications ; les planches photographiques, invitant le lecteur à l’évasion, n’y sont pas étrangères.

29L’édition de livres s’accompagne d’une publication régulière dans la grande revue du voyage Le tour du monde. Charnay y adresse de nombreuses notes et beaucoup de clichés. Grâce à ses talents de narrateur et de photographe, il s’impose comme une figure importante de l’archéologie précolombienne, que ce soit auprès des scientifiques de cabinet ou, dans une moindre mesure, du public. Mais ce dernier le connaît mieux de par sa participation à de grandes expositions moins élitistes.

30Au début des années 1860, Charnay présente en effet, à Paris puis à Londres, ses clichés, moulages et autres estampes réalisés lors de son premier voyage. Cette exposition remporte un vif succès auprès du grand public. La foule se masse devant les premières photographies du monde maya. Cependant, il se montre insatisfait : seules quatre cités ont été photographiées.

31En 1867, la Commission scientifique du Mexique présente un grand manuscrit maya, le Codex troano, découvert par Brasseur de Bourbourg. Charnay illustre cette exposition à l’aide de ses clichés et moulages. Il semble que cet événement suscite une attraction moins forte auprès du grand public. Il est vrai qu’un certain désintérêt pour l’archéologie du Nouveau Monde s’amorce à ce moment, au profit de la récente exploration française de l’Afrique et de l’Asie.

32Au final, on observe que les motivations des voyages tiennent surtout à la personnalité des hommes qui les accomplissent. Charles-Étienne Brasseur de Bourbourg et Désiré Charnay vivent des expériences semblables au Mexique. Elles sont empreintes de difficultés, de joies et de déceptions en raison de l’âpreté du climat et du relief, ou des tensions géopolitiques. Tous deux, malgré tout, ont réussi à faire connaître le récit de leurs voyages (avec, certes, des fortunes différentes). Ils ont su mettre leur passion au service de la recherche de cabinet.

33Il nous faut toutefois nuancer ces propos. En dépit de quelques moments de reconnaissance par le grand public – notamment pour Charnay –, et même si globalement ils ont mené une vie active, soutenue par des organismes publics, leur œuvre est tombée assez rapidement dans l’oubli après leur mort. Brasseur décède l’année précédant le premier Congrès international des américanistes tenu à Nancy en 1875. Les archives du Congrès ne font état d’aucun hommage à sa mémoire. Quant à Charnay, il est dépassé dès le début du xxe siècle par la concurrence de l’exploration nouvelle de l’Afrique et de l’Asie. Exotique, riche en anecdotes, celle-ci peut surtout s’enorgueillir de nombreux succès, contrairement à l’expédition mexicaine.

34L’année 2007 les a enfin remis à l’honneur : une thèse biographique sur Brasseur de Bourbourg a été soutenue au sein de l’université du Mirail à Toulouse, et le musée du quai Branly a présenté une remarquable exposition photographique traitant de l’œuvre et des voyages américains de Charnay.

Notes

1 Voir P. Mongne, « Désiré Charnay : explorateur, archéologue, photographe et écrivain », dans D. Charnay, Voyage au Mexique, 1858-1861, Paris, Ginkgo éditeurs, 2001, et P. Riviale, « Désiré Charnay », dans N. Broc (dir.), Dictionnaire illustré des explorateurs et grands voyageurs français du xxe siècle, Paris, CTHS, 1999.

2 Le Centre Amérique regroupe les actuels Etats du Guatemala, du Honduras, du San Salvador et du Costa Rica.

3 Logie (É.), Approche de l’américanisme mayaniste français, TER de master 2, Université de Nancy 2, 2006.

4 L’expédition mexicaine vise à venir en aide à l’empereur Maximilien en proie à de graves tensions dans son pays.

5 Ce travail porte aussi le nom de « projet Waldeck ».

6 Logie (É.), op. cit., p. 32-34.

7 Brasseur ne se rendra jamais sur les ruines de Palenque, à son grand regret.

8 Cet épisode renforce l’accusation d’espionnage à son encontre.

9 Logie (É.), op. cit., p. 49-51.

10 Brasseur de Bourbourg (C.-É.), « De Guatemala à Rabinal, épisode d’un séjour dans l’Amérique centrale pendant les années 1855-1856 », Revue européenne, no 1, Paris, 1859, p. 285-286.

11 « Antiquités américaines », la préface de l’ouvrage de Charnay.

Auteur

Université de Nancy 2/CRULH.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search