Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes du voyage

 | 
Dominique Dinet
, 
Jean-Noël Grandhomme

I – Portraits de voyageurs

Franz Binder : construction du portrait d’un explorateur légendaire1 ?

Hélène Lenz

Texte intégral

  • 1 Tous les passages et titres d’ouvrages roumains cités dans cette étude sont traduits par Hélène Len (...)
  • 2 20 novembre 2007, situation inchangée au 25 janvier 2008.
  • 3 Binder (F.), Reise im Orient und Afrika, éd. P. Kainbacher, 2006. Ses descriptions sont mentionnées (...)

1Sur Franz Binder (1824-1875) – dont le nom est connu par un musée roumain éponyme-, il semble n’exister à ce jour2 aucun document français. Peu de sources allemandes mentionnent par ailleurs les écrits de ce voyageur saxon3. Un tel vide documentaire invite à considérer des publications électroniques roumaines récentes. Leur apparition coïncide avec un double événement de l’année 2007 : l’entrée de la Roumanie dans l’Union européenne ; la consécration de Sibiu, sa ville d’origine, comme « capitale européenne de la culture ».

2Franz Binder était-il jusque-là un simple anonyme de l’histoire du voyage ?

3La valorisation de son apport a-t-elle été ajournée parce que susceptible de favoriser un syncrétisme d’implications culturelles peu souhaité ?

Espace du musée et inscription dans le temps

4Le musée Franz-Binder de Sibiu a été inauguré en 1993. Il est l’unique institution du pays consacrée à l’ethnographie extra-européenne, discipline dont l’explorateur est implicitement désigné sur les portails consacrés aux musées de la ville comme le fondateur en territoire roumain. C’est en 1862 que Binder fait don, à la suite de son dernier retour d’Afrique, de 500 objets en provenance de tribus nilotiques. Aujourd’hui, les collections (3 000 pièces) se partagent en deux catégories : les « anciennes », acquises avant la fin du xixe siècle, et les « nouvelles », constituées d’apports postérieurs à 1990.

  • 4 Voir « Franz Binder, călător în Orientul apropiat şi Africa », http://www.jurnal.muzeulastra.ro, no(...)
  • 5 Ibid.
  • 6 Voir http://www.cimec.ro/Muzee/astra/binder.htm, p. 1 (page consultée le 10 novembre 2007).
  • 7 Il s’agit d’Andreas Breckner, médecin (voyages en Chine, Japon, Siam, Java, Ceylan, Inde [1871-1873 (...)

5L’histoire du musée est donc liée à une situation culturelle modifiée par la révolution roumaine (1989) dans le sens d’une valorisation au moins régionale. Des actions officielles récentes donnent à mesurer des ambitions dépassant les objectifs de la pédagogie, du tourisme culturel, même si elles les incluent, en conséquence de « l’appréciation en son temps par des anthropologues renommés de la collection de Binder4 ». Ainsi, « cinquante objets de cette collection ont représenté la Roumanie lors d’une exposition internationale en Autriche en 2002 (sur le thème du Soudan). Par ailleurs [l’ensemble] serait à l’étude dans le cadre d’un projet de recherche italo-roumain de niveau au moins européen5 ». Présentées comme exceptionnelles, les anciennes collections tirent aussi leur prix de la personnalité des donateurs. « Les pièces de la « collection exotique » sont un splendide et durable reflet concret du voyage vu comme mode de connaissance. Elles témoignent de la naissance de l’ethnologie scientifique. À cette époque, les voyageurs précédaient les ethnologues. Bien souvent, pour certains, une curiosité vivante tenait lieu de formation académique : les résultats ont été souvent stupéfiants », affirme une page publiée sous la responsabilité de la muséographe Maria Bozan6. Cinq noms de voyageurs transylvains du xixe siècle sont cités ainsi que les destinations couvertes par leurs expéditions. Ils ont contribué à la constitution puis à l’enrichissement du musée, suivant l’exemple donné par Binder. Leurs dons venus de tous continents ont été légués à la Société transylvaine pour les sciences naturelles de Sibiu, dont ils étaient membres locaux7.

  • 8 Hilt (V.), Călători şi exploratori români pe meleaguri îndepărtate, Enciclopedica română, Bucarest, (...)
  • 9 Hilt (V.), op. cit., « Călătoria verilor Strat, George şi Dimitrie, şi ai lui Nicolae Rosetti în Af (...)
  • 10 Hilt (V.), op. cit., « Sever Pleniceanu – explorator al fluviului Congo », p. 122-130.
  • 11 Hilt (V.), op. cit., « Ion L. Catina în Africa Austtală », p. 131-137.

6Il est surprenant de voir ainsi valorisés à la fois un homme et une vision anthropologique du voyage liés à une tradition passée sous silence dans les années 1970. Ainsi, un ouvrage roumain de grande diffusion, Voyageurs et explorateurs roumains en pays lointains de Virgil Hilt paru en 1972, ne mentionne Binder qu’en annexe. Quatre expéditions africanistes postérieures aux siennes sont préférées à ses expéditions pour leur importance ou leur représentativité nationale, liée dans deux cas à une diffusion de l’aventure des explorateurs en français (livres), sinon à un rapport des voyageurs avec un africanisme français. Il s’agit 1° de Dimitrie Ghica et Nicolae Ghica Comăneşti (père et fils), partis de Trieste en octobre 1895 pour parvenir en Somalie8 ; 2° des cousins George et Dimitrie Strat qui, accompagnés de Nicolae Rosetti, se sont rendus dans deux anciennes colonies françaises, le Dahomey et le Gabon – tous trois ont quitté l’Europe par Marseille, en mai 18979 ; 3° de Sever Pleniceanu, débarqué en 1898 au Congo (le vaisseau Leopoldville l’a transporté d’Anvers à Matadi, port africain océanique) – ce voyageur est présenté comme l’explorateur roumain du fleuve Congo10 ; 4° d’ion. L. Catina, présenté comme le premier Roumain à avoir voyagé en Afrique australe au début du xxe siècle (parti de Constanta le 25 janvier 1900, il a traversé le Bosphore avant de se diriger vers Madagascar avec le bateau Oxus [escales à Aden, Djibouti]) – ce voyageur a rédigé d’intéressantes notes sur le Mozambique et le Zambèze en particulier11.

7L’ouvrage ne cite par ailleurs aucun des noms de voyageurs saxons de Roumanie communiqués par la page précitée de l’actuel musée Astra : Andreas Breckner, Cari von Jickeli, Arthur von Sachsenheim, Gustav Schoppelt, Herman von Hannenheim, tous à peu près contemporains de Franz Binder sinon membres du même Verein, dont les aventures infèrent d’une riche tradition locale en matière d’exploration à retombées scientifiques (voir note 8).

Valorisation biographique d’un aventurier romantique

  • 12 Hilt (V.), op. cit., p. 174-176.
  • 13 Voir http://www.evz.ro/article.php?artid=266033 (page consultée le 20 novembre 2007).
  • 14 Niculescu (V. D.) et Moraru (M.), « Un transilvănean în tinutul canibălilor », www.evz.ro/article.p (...)

8Voyageurs et explorateurs roumains en pays lointains, en 1972, présentait brièvement Franz Binder comme un « pharmacien originaire de Sebeş, passionné par les voyages12 ». Un article du 22 juillet 2006 publié par le journal électronique Evenimentul Zilei Online13 commente sa personnalité de manière moins laco nique. Le texte est intitulé Un Transylvain au pays des cannibales14. La vie de l’explorateur y est commentée sur deux chapitres et neuf paragraphes. Un tempérament hors du commun, mû par une motivation héroïque, récompensée à l’issue de l’aventure par une décoration impériale. Les exploits sont décrits comme inséparables d’un destin privilégié, fonction lui-même des chances offertes à un ressortissant germanique des pays roumains en des temps exceptionnels (xixe siècle).

  • 15 Binder (E. K.), Călătoriile unui saş din Transilvania, 1930.
  • 16 Remmel (F.), Călătorind peste şapte mări, 1984.

9Cinq étapes significatives sont découpées par les titres des paragraphes. Le premier est une simple introduction générale : « Franz Binder a fait commerce d’animaux exotiques, il a conduit des caravanes dans le désert ». Présenté comme inspiré par l’exemple de l’Ecossais Livingstone, l’explorateur a ouvert en Afrique une série de « premières » européennes détaillées par l’article. Si ses prouesses ne sont pas mieux connues, c’est que l’« aventurier transylvain » a été « oublié » par sa propre postérité, mais l’injustice est en voie de réparation. Le deuxième passage s’intitule « À la recherche de son frère ». Le départ d’Europe est déclenché par une circonstance romantique. Âgé de vingt-cinq ans, Binder se lance sur les traces de Samuel Mauksch, son demi-frère disparu après un engagement dans l’armée égyptienne. Des détails pittoresques évoquent ses pérégrinations. Il se dirige vers Bagdad, par Alep et Constantinople, monté sur un mulet. Pour naviguer sur le Tigre, il construit un radeau de ses mains ; il atteint Alep grâce à une caravane. Au Caire en 1850, déçu dans son espoir de trouver un emploi de pharmacien, il travaille comme confiseur ou encore comme brasseur. Mais pris au jeu du voyage ou suite à l’échec de son premier projet (il n’a finalement pas retrouvé son frère), il s’engage comme conducteur de caravanes commerciales. Il effectue huit trajets entre Le Caire et Khartoum. Le paragraphe communique les ouvrages roumains citant ces faits : Les voyages et les aventures d’un Saxon de Transylvanie, publié par un de ses petits-fils en 193015, En voyage par-delà sept mers, de Franz Remmel, paru en 1984. L’auteur de ce deuxième récit au titre de conte slave a bâti son écrit autour du journal de voyage de Binder16. Un passage traite du « négociant en ivoire et animaux ». Deux citations du voyageur font l’objet de commentaires sur la fabuleuse réussite de ses entreprises. Une première équipée échoue faute d’accord préalable avec quelque commanditaire de Khartoum. « Je me suis embarqué le 27 septembre 1852. Mon vaisseau était chargé de perles vénitiennes, de tissus colorés de Nankin, de fez roses et de coffres remplis ». Une fois ces invendus négociés, il achète de l’ivoire et de la gomme arabique, ce qui l’enrichit. Un deuxième voyage, mieux préparé, lui fait convoyer dans le désert : du rhum, des batiks de couleurs, des bas, des miroirs, de la soie. Selon Remmel, le bénéfice permet d’acquérir des fauves revendus au Caire : « Le profit de cette affaire lui a procuré deux lions adultes, deux guépards aux belles taches, un félin musqué, plusieurs antilopes avec lesquels il a traversé en sens inverse le désert nubien, quelque poule glousse attachée à la selle de son chameau ».

  • 17 Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Vlad_III_rEmpaleur (page consultée le 25 janvier 2008) : « Vlad T (...)

10Le passage évoquant les prouesses commerciales du voyageur joue visiblement d’un effet de sensation à créer chez le lecteur. Les zones où écouler ce rhum, ces bas, ne sont-elles pas de mœurs islamiques ? Parallèlement, les anecdotes semblent exploiter – implicitement – un cliché roumain de mentalité relatif au talent commercial des populations germaniques. Brimées dans les pays roumains par Vlad l’Empaleur au xve siècle puis par le communisme au xxe siècle, ces capacités allemandes seraient illustrées sur le mode superlatif par le négoce virtuose de Binder, exercé sans préméditation ni formation préalable. L’article ne développe pas la valeur polémique de ce trait pourtant susceptible de se voir raccordé à l’importante célébrité du voïvode Vlad l’Empaleur. Ce dernier – « Dracula » – a été particulièrement valorisé durant la dictature de Ceauşescu. Le régime eut à cœur de réévaluer le rôle historique de ce prince patriote anti-ottoman. Pour les vulgarisateurs comme pour les historiens, le radicalisme de Vlad III aurait été noirci, et la cruauté de ses mesures punitives exagérée jusqu’à la calomnie par les marchands saxons de Transylvanie, victimes de « justes » mesures visant à supprimer leur monopole commercial17.

11Enfin, l’endurante sobriété d’un explorateur se contentant d’un œuf pour ses repas lors d’un périple risqué – ou susceptible de préparer pour lui-même ou ses commensaux un breuvage réparateur : l’« Eierlikör » est suggérée à la façon d’un trait ethnique pittoresque pouvant donner lieu à des spéculations d’ethnographe centre-européen.

  • 18 « Dans les provinces appartenant à la tribu des Djurs il a identifié le singe Colobus quereza et en (...)

12Le quatrième paragraphe a pour titre : « Consul dans la capitale du Soudan ». Grâce à ses succès financiers, Binder s’est construit à Khartoum une maison de style européen. En 1857, il est consul autrichien. En 1858, il revient en Transylvanie. En 1860, il appareille pour le Nil Blanc en vue d’accéder à des zones vierges de pénétration européenne. Il y procède à des observations ethnographiques dont l’article rehausse la couleur narrative : « Les Silluks vont nus, le corps recouvert de cendres ». Les habitants « de la région Njam-Njam, aiguisent leurs canines, étant carnivores ou peut-être cannibales ». Des objets ethnographiques sont collectionnés, au même titre que des plantes. Ce sont eux qui seront ultérieurement offerts à la ville de Sibiu dans le cadre du Verein de Binder. Pour finir, le passage mentionne une découverte également signalée par Hilt en 197218 _ Etudiant la faune, l’explorateur a identifié le singe Colobus quereza et le gorille – officiellement découvert en 1903 seulement.

  • 19 En raison peut-être de la fonction pédagogique de l’institution dont relève ce guide électronique : (...)
  • 20 Voir http://www.franzbinder.sibiu.ro; franzbindermuseum@easynet.ro (page consultée le 20 novembre 2 (...)
  • 21 Hilt (V.), op. cit., p. 175.

13Plus laconique, le résumé du portail Musée Franz-Binder (en roumain, anglais, français, allemand) communique un éventail neutre d’indications anthropologiques19. Une liste non exhaustive des tribus rencontrées y est donnée : « En 1860-1861, F. Binder a effectué plusieurs voyages intéressants auprès de tribus nilotiques : Baggara, Silluk, Nuer, Kici, Agar, Gok, Djur, etc. ». La source roumaine originale du premier écrit de Binder relatif à son retour d’Afrique – absente des autres documents – est précisée sur ce site20 mais le détail apparaissant ailleurs comme son titre de gloire en matière d’ethnographie africaine (sa découverte des « Mbuttus »21, mentionnés pour la première fois par ses écrits) n’y est pas signalé.

14Le passage intitulé « Décoré par l’empereur » montre Binder retrouvant son frère perdu de vue vingt-deux ans plus tôt. Il reçoit aussi à Vienne la croix de la Couronne de fer des mains de François-Joseph. « La patrie m’a rappelé » rend compte de la fidélité paradoxale de ce provincial, recréant par ses conférences données en costume arabe, en présence de son serviteur noir Druis Abdallah, par sa donation, une sorte de petite Afrique sur un sol roumain d’ailleurs germanisé par l’atmosphère de sa ville d’origine (partie des Siebenbürgen).

  • 22 Ibid., p. 174.
  • 23 « Oprindu-se la mai multe factorerii », ibid., p. 175.
  • 24 Ibid., p. 175.
  • 25 Ibid., p. 176.

15Contrairement à ces publications électroniques, le résumé de Hilt (1972) laisse peu de place à l’anecdote. Il communique cependant avec précision les destinations, les dates et la nature de chaque expédition. Ainsi se voit implicitement dégagé un présupposé de la nomenclature adoptée par son livre (une distinction entre « voyage » et « exploration ») justifiant la minoration de l’apport de Binder, en ce début de ceausisme en Roumanie, pour des motifs méthodologiques et non politiques nationalistes. Trois périodes chronologiques principales coïncidant avec l’exploration de trois zones géographiques sont découpées : 1° « Franz Binder entreprend au cours de l’année 1849 une expédition dans la vallée du Nil Blanc, faisant une halte à Khartoum, alors capitale du Soudan turco-égyptien22 » ; 2° « Au cours de l’année 1853, parti en mission commerciale, Binder est parvenu à la résidence du roi Idris Altan des monts Djebel Gub, la région supérieure du Nil Bleu. Il est le premier Européen à avoir atteint cette contrée » ; 3° « Le plus important de ses voyages a été entrepris au cours des années 1860 et 1861. Parti de Khartoum (novembre 1860) avec trois vaisseaux fluviaux, Binder navigue loin en amont sur le Nil Blanc, s’arrêtant plusieurs fois23. À cette occasion, il a traversé des savanes de grande étendue, des marécages, des forêts. Continuant sa route sur le Nil Blanc pendant 13 jours, Binder a entrepris deux voyages au pays Djur. Il a pénétré profondément dans les forêts équatoriales du bassin du Nil et du Congo, jusque dans la région connue sous le nom de plateau Azandé. Dans les montagnes du pays des Djurs, Binder a rencontré une végétation et une faune équatoriales, de grandes forêts de bambous, d’arbres à caoutchouc, etc.24 [...]. Au mois de mai 1861, Binder s’est trouvé dans les forêts équatoriales du bassin du fleuve Congo et il a pénétré dans les régions les plus au Sud jamais atteintes jusqu’alors par aucun Européen – région du partage des eaux entre Nil et Congo25 ». Il est clair toutefois que ce résumé note le caractère pionnier des incursions de Binder, « taillant dans le blanc de la carte » à deux reprises.

Un pionnier de la « visibilité » ?

  • 26 Michalon (B.), « De la politique des Aussiedler à la circulation : diversification des pratiques mi (...)
  • 27 Voir P. Cernovodeanu (dir.), Călători străini despre țările române, vol. V, Bucarest, 1973. Ce seul (...)
  • 28 « Un transilv?nean în ?inutul canib?lilor », ibid.

16Expression d’une personnalité teintée de baroque, l’activité exploratrice de Franz Binder a laissé d’autres traces sur un sol roumain aujourd’hui déserté par des Saxons (Aussiedler)26 ayant largement émigrés en Allemagne dès avant la fin de la dictature Ceauşescu. Son unique descendant demeuré en Roumanie, Friedrich Mauksch, âgé de 79 ans en 2006, habitait encore une maison saxonne où plusieurs générations s’étaient transmis le souvenir du collectionneur et des prédilections analogues (numismatique, céramique). Située dans sa propriété acquise après son retour d’Afrique, la tombe de Binder commémore une vie chrétienne féconde dont le descriptif rappelle en essence d’innombrables missionnaires et pèlerins27 passés par les pays roumains dans leur route vers Jérusalem. « J’ai vu le tombeau de Jésus, le Nil [...]. La patrie m’a rappelé ici où j’ai trouvé le repos pour mon bâton, une maison, une épouse et ce tombeau28 ». Son « imposante » maison construite au centre de Sebeş montre une façade ornée de trois bas-reliefs représentant : une caravane dans le désert, suivie par Binder à cheval ; Le Caire, des pyramides et le Sphinx ; une suite d’embarcations sur le Nil. De tels détails ajoutent-ils à la figure de Binder des traits du facteur Cheval, d’un Tartarin des Carpates ?

  • 29 Voir http://en.wikipedia.org/wiki/Julius_Popper (page consultée le 20 novembre 2007).
  • 30 Tierra del Fuego, réalisé par Miguel Littin (Italie).

17Si la personnalité esquissée sur Internet tient du portrait d’un Rimbaud tournant le dos à l’Europe pour réaliser des aspirations mythiques, elle relève aussi de celle de l’ingénieur Julius Popper (1857-1893), le plus médiatisé des explorateurs du xixe siècle à ce jour29, en particulier par un film (2000)30. De même que Popper attribua le pseudonyme d’auteur de la reine Élisabeth de Roumanie (« Carmen Sylva ») à des monts d’Amérique du Sud, dans une initiative assurant son entreprise d’une protection diplomatique, Binder semble avoir raccordé une aventure privée à des fonctions officielles. Elles lui ont de toute évidence apporté la notoriété minimale autorisant la valorisation publique d’aujourd’hui, elle-même liée au nouveau destin international européen de la ville de Sibiu. Si Popper est toujours resté en contact avec la section géographique de l’Académie roumaine durant ses voyages, Binder avait d’emblée imprimé à ses expéditions un tour scientifique. Ces éléments ont sans doute contribué à donner à cet explorateur l’image d’un pionnier de la « visibilité » du voyage, plus encore que celle d’un anthropologue, d’un biologiste ou d’un zoologue précurseur.

18La dimension multiple de ses exploits, apparente dans le don des trophées, apparaît en tout cas comme la caractéristique principale de son activité, elle-même reflet d’une grande confiance en soi et en sa mission plus que « roumaine ». Présenté en outre comme l’effet d’une munificence avisée (celle de classes supérieures victimes du communisme et d’un chauvinisme local), l’héritage africain de Binder et son exploitation publicitaire semblent pouvoir assurer à Sibiu, dans l’économie administrative de la nouvelle cité européenne, le rayonnement retrouvé d’une culture « bourgeoise » plus que germanique – quoique les deux notions soient peut-être ponctuellement confondues ici.

Notes

1 Tous les passages et titres d’ouvrages roumains cités dans cette étude sont traduits par Hélène Lenz.

2 20 novembre 2007, situation inchangée au 25 janvier 2008.

3 Binder (F.), Reise im Orient und Afrika, éd. P. Kainbacher, 2006. Ses descriptions sont mentionnées dans R. Hartmann, Reise der Freiherrn Adalbert von Bernim durch Nord West Afrika in den Jahren 1859 und 1860, Berlin, 1863.

4 Voir « Franz Binder, călător în Orientul apropiat şi Africa », http://www.jurnal.muzeulastra.ro, no 3, mars 2005, p. 1 (page consultée le 6 novembre 2007).

5 Ibid.

6 Voir http://www.cimec.ro/Muzee/astra/binder.htm, p. 1 (page consultée le 10 novembre 2007).

7 Il s’agit d’Andreas Breckner, médecin (voyages en Chine, Japon, Siam, Java, Ceylan, Inde [1871-1873]) ; de Carl F. Jickeli, naturaliste (expédition en Abyssinie [1870-1871]) ; d’Arthur von Sachsenheim, médecin naval (donations de 1896-1897 d’objets en provenance d’Asie, d’Afrique, d’Amérique, de Turquie, de Norvège [population lapone]) ; de Gustav A. Schoppelt, géologue (voyages de travail en Australie [1896], Oural [1898], Sibérie, Guyane hollandaise [1902]) ; de Herman von Hannenheim, consul en Egypte au xxe siècle (don d’une momie égyptienne).

8 Hilt (V.), Călători şi exploratori români pe meleaguri îndepărtate, Enciclopedica română, Bucarest, 1972, « Doi români exploratori ai ŗării Somaliilor : Dimitrie Ghica şi Nicolae Ghica Comăneşti », p. 93-100. Le second a publié en français un récit intitulé Cinq mois au pays de Somalie, Genève, 1896.

9 Hilt (V.), op. cit., « Călătoria verilor Strat, George şi Dimitrie, şi ai lui Nicolae Rosetti în Africa », p. 117-121.

10 Hilt (V.), op. cit., « Sever Pleniceanu – explorator al fluviului Congo », p. 122-130.

11 Hilt (V.), op. cit., « Ion L. Catina în Africa Austtală », p. 131-137.

12 Hilt (V.), op. cit., p. 174-176.

13 Voir http://www.evz.ro/article.php?artid=266033 (page consultée le 20 novembre 2007).

14 Niculescu (V. D.) et Moraru (M.), « Un transilvănean în tinutul canibălilor », www.evz.ro/article.php?artid=266033.

15 Binder (E. K.), Călătoriile unui saş din Transilvania, 1930.

16 Remmel (F.), Călătorind peste şapte mări, 1984.

17 Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Vlad_III_rEmpaleur (page consultée le 25 janvier 2008) : « Vlad Tepeş connaît déjà une célébrité importante de son vivant, répandue surtout par les marchands saxons de Transylvanie [...] Il est en effet connu comme un souverain cruel qui empale ses ennemis. Il aurait empalé, dit-on, des centaines de milliers d’hommes et en particulier des négociants allemands de Transylvanie, membres de la vieille noblesse, les paysans qui se dressaient contre lui, ainsi que les prisonniers turcs. [...] Il applique cette technique [le pal] en 1457, 1559 et 1460 contre les commerçants de Transylvanie qui se rebellent contre ses lois. En 1457, les commerçants de Sibiu essaient de le remplacer pat un prêtre des Roumains identifié comme le futur souverain Vlad IV Călugărul qui leur promet des avantages douaniers. Les commerçants de Braşov choisissent un autre prétendant Dan III [...] ».

18 « Dans les provinces appartenant à la tribu des Djurs il a identifié le singe Colobus quereza et entendu parler d’un singe géant plus grand que l’homme et très puissant qu’il a identifié avec le gorille, découvert en 1903 seulement au nord du lac Kivu », Hilt (V.), op. cit., p. 175.

19 En raison peut-être de la fonction pédagogique de l’institution dont relève ce guide électronique : « Le Musée Franz-Binder pour les petits. Questions et réponses » (page consultée le 20 novembre 2007).

20 Voir http://www.franzbinder.sibiu.ro; franzbindermuseum@easynet.ro (page consultée le 20 novembre 2007) ; Muzedu – Muzeul, « Franz Binder, pentru cei mici-intrebari si rasras-punsuri ; scurtă istorie a exploràrilor geografice de la îneeputuri p. 3. Les sources communiquées sont : 1° « Comunicările domnului Francisc Binder, despre calatoria sa in Orient şi viata lui in Africa », Transilvania ; Beiblatt des siebenburger Boten, II, 1862, 17-32 IL ; 3° Popovici (I.) (dir.), Enciclopedia descoperirilor geografice, Editura Stiintifica şi pedagogică Bucureşti, 1975, p. 258 (l’article « Franz Binder » est signé Ion Letea).

21 Hilt (V.), op. cit., p. 175.

22 Ibid., p. 174.

23 « Oprindu-se la mai multe factorerii », ibid., p. 175.

24 Ibid., p. 175.

25 Ibid., p. 176.

26 Michalon (B.), « De la politique des Aussiedler à la circulation : diversification des pratiques migratoires des Saxons de Transylvanie », dans D. Diminescu (dir.), Visibles mais peu nombreux. Les circulations migratoires roumaines, Paris, Éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 2003, p. 65-98.

27 Voir P. Cernovodeanu (dir.), Călători străini despre țările române, vol. V, Bucarest, 1973. Ce seul cinquième volume présente les relations de voyage de 5 voyageurs venus de pays germaniques (Saxe, Suède, etc.) parmi celles de nombreux émissaires politiques, commerciaux, religieux polonais, italiens, russes notamment (entre 1630 et 1700 environ pour ce volume). Il s’agit de David Fröhlich (1595-1648), Paul Strassburg (1595-1654), Paul Beke (? – après 1652), Nicolaus Schmidt (? – après 1684), Conrad Iacob Hiltebrandt (1629-1679), Iohann Mayer (? – après 1651), Eberhardt Werner Happel (1647-1690).

28 « Un transilv?nean în ?inutul canib?lilor », ibid.

29 Voir http://en.wikipedia.org/wiki/Julius_Popper (page consultée le 20 novembre 2007).

30 Tierra del Fuego, réalisé par Miguel Littin (Italie).

Auteur

Université de Strasbourg.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540