Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes du voyage

 | 
Dominique Dinet
, 
Jean-Noël Grandhomme

I – Portraits de voyageurs

Les voyages à la voile de Virginie Hériot (1928-1930) : au service de la France et de la bourgeoisie des affaires

Denis Jallat

Texte intégral

  • 1 Nous pouvons par exemple mentionner la période de troubles et de confusion politique qui suit la Pr (...)
  • 2 L’engouement des Français pour les héros modernes, dans les années 1920, peut être interprété au re (...)
  • 3 Charle (C.), Histoire sociale de la France au xxe siècle, Paris, 1991.
  • 4 Martin-Fugier (A.), La bourgeoise : femme au temps de Paul Bourget, Paris, Hachette littératures, 1 (...)

1Après la première guerre mondiale, la situation économique, politique et sociale de la France est complexe. Les partis politiques se déchirent, les couleurs de la Chambre alternent, les gouvernements se succèdent1. Sur le plan international, les tensions ne sont pas résolues comme en témoignent les questions du désarmement de l’Allemagne, des dommages de guerre, de la redéfinition des frontières ; de nouveaux rapports de force entre les nations se dessinent, les coopérations sont difficiles (conférence de Gênes, pacte de Locarno, etc.). La France a su renouer rapidement avec la prospérité économique, néanmoins la situation est fragile, aussi bien dans le pays qu’à l’échelle mondiale (création du Gold Exchange Standard, etc.). Enfin, l’héritage social de la Grande Guerre est compliqué : le bilan humain est dramatique, l’émergence de « nouvelles libertés » (égalité des droits politiques, changements dans les mœurs, mythe de la garçonne, etc.), la volonté de jouir de la vie, l’insouciance qui en découle (les Années folles) ne touchent en France que les milieux aisés et masquent par ailleurs des difficultés réelles2. Dès lors, certaines catégories sociales, entre autres la bourgeoisie des affaires au sens de Christophe Charle3 ou d’Anne Martin-Fugier4, cherchent à consolider leur statut d’élite et à stabiliser leurs acquis. Elles développent, par exemple, des procédés pour diffuser leurs valeurs, leurs idées, au sein de leur groupe mais également en direction de l’extérieur, en France et dans les territoires sous domination française ou encore à l’étranger. Nous chercherons donc à interroger ces mécanismes par lesquels les élites parviennent à asseoir leur place dans la société française, à un moment de forte instabilité et d’incertitude. L’exemple de Virginie Hériot, figure emblématique du nautisme dans les années de l’entre-deux-guerres, permettra d’illustrer notre raisonnement. L’utilisation du sport, et en particulier du yachting dans ces processus n’est pas innocente : les pratiques sportives symbolisent la modernité et la foi en l’avenir, la voile porte la technologie.

  • 5 Les sources relatives à la navigatrice sont de deux types : 1° ses écrits [Hériot (V.), Goélette Ai (...)

2À l’issue de plusieurs succès nautiques importants (victoire olympique, premières places dans des compétitions internationales très prisées...), Virginie Hériot entreprend une « tournée de propagande » à travers le monde. Elle se rend à bord de son yacht, une luxueuse goélette de 57 m, dans différents pays pour faire la promotion de l’industrie et du commerce français, et surtout porter haut les couleurs de la France. D’autres exemples assez proches, puisés dans le sport, montrent que le cas de cette femme n’est pas singulier ; il s’inscrit bien dans ces processus qui permettent à la bourgeoisie du commerce et des affaires d’ancrer son statut d’élite sociale5.

Les prémices d’un destin

  • 6 Une villa au Vésinet, un domaine d’environ 10 hectares proche de Rambouillet acheté en 1883 (« La B (...)
  • 7 L’orphelinat a été construit pour offrir des possibilités d’études aux pupilles de l’armée. Il en f (...)
  • 8 Elle est de plus la seule fille d’une fratrie de 4 enfants.
  • 9 Il constitue cependant un élément explicatif de la réussite et de la reconnaissance que Virginie ob (...)
  • 10 Hériot (V.), Ailée s’en va…, op. cit.

3Virginie Hériot est née le 25 juillet 1890 dans une famille parisienne de la grande bourgeoisie des affaires. Son enfance est celle des gens de sa classe sociale : elle vit dans les différentes propriétés familiales6, participe, dès l’âge de dix ans, à des voyages en mer que la famille entreprend sur les yachts qu’elle possède. La fascination de Virginie pour la voile se construit ainsi, dès sa prime jeunesse, le long du pourtour de la Méditerranée, des côtes du Moyen-Orient, au gré des rencontres qu’elle fait avec des navigateurs célèbres : Pierre Loti, Alain Gerbault, entre autres. Son père, commandant dans l’armée, hérite des « grands magasins du Louvre », un commerce prospère dont il prend la direction. Avec son épouse, il s’occupe également d’œuvres de bienfaisance : il installe un orphelinat pour pupilles de l’armée au cœur même de son domaine de La Boissière7, lieu de résidence de la famille Hériot. La scolarité de Virginie se déroule d’ailleurs dans le cadre de l’école que son père a fondée pour les enfants de troupe. Cela constitue une particularité pour une jeune fille comme elle, ses parents pouvaient pourvoir à son éducation d’une tout autre manière. Cependant, cet environnement très masculin8 autour de Virginie n’engendre pas un renversement des genres9. Elle ne se considère pas comme un « garçon manqué », tout en échappant aux obligations sociales des demoiselles de son milieu : « Quel grand bonheur d’avoir pu échapper à cette vie de luxe, à ses mondanités et à ses corvées10 ».

4Par ailleurs, son père brigue des mandats de maire à Essoyes puis de conseiller général. Il entretient également des relations de proximité avec le général Boulanger. Virginie côtoie ainsi la classe politique, même si, encore une enfant et une fille de surcroît, elle ne s’y intéresse pas particulièrement.

  • 11 Au cours d’une croisière mouvementée, elle est blessée. Affaiblie, elle meurt peu de temps après.

5Jeune femme, Virginie Hériot se conforme aux usages de ses pairs. Le 2 mai 1910, elle épouse le vicomte François Marie Haincque de Saint-Senoch, avec qui elle sillonnera les océans jusqu’à la naissance de leur fils Hubert le 5 janvier 1913. En juin 1921, elle divorce, ce qui marque un tournant dans sa vie. Cette séparation la rapproche à nouveau de son milieu d’origine, la bourgeoisie des affaires, à laquelle son mari n’appartenait pas pleinement. À la même époque, elle publie plusieurs essais dans lesquels elle exprime ses états d’âme, réfléchit au sens de son existence. Elle manifeste en outre l’idée de s’engager pour des causes qu’elle juge profondes. De fait, jusqu’à sa mort le 28 août 1932 à l’âge de 42 ans11, trois engagements organisent sa vie : la mer (liée au sport, notamment), la foi religieuse et le service de la France.

  • 12 Hériot (V.), Service à la mer…, op. cit.

6Ces éléments, bien qu’anecdotiques, n’en sont pas moins importants. Ils constituent des clés pour expliquer la place exceptionnelle que Virginie Hériot va acquérir dans le monde du yachting. Toutefois, ils ne suffisent pas à comprendre l’aisance avec laquelle la sportive s’acquitte des missions qu’elle s’est données. Ni même les raisons pour lesquelles elle se met au service de causes économiques et politiques après sa carrière sportive. « J’ai entrepris une œuvre patriotique sur l’eau, je la continuerai ; donner sa vie à un but, un être, un idéal c’est l’essentiel12. » D’autres facteurs, et en particulier l’aura que Virginie obtient dans les milieux du yachting, doivent être invoqués.

La construction du mythe

  • 13 Mentionnons cependant que de tout temps, des femmes sont montées à bord des bateaux, ont pris part (...)
  • 14 Le tennis et le golf sont des activités sportives pratiquées par les femmes, auxquelles s’ajoutent (...)

7En 1913, Virginie Hériot entame une carrière sportive dans la voile, une activité à laquelle elle voue une passion sans limites. Son parcours est couronné de succès, mais également parsemé de difficultés et de déconvenues : le yachting est une activité dominée par les hommes13, comme l’est d’ailleurs le sport de compétition à cette époque14. Pour exceller en voile comme en sport dans l’entre-deux-guerres, il convient de se conformer aux codes masculins, ainsi qu’aux valeurs qui y sont associées (concurrence, performance, etc.). Or, ni l’éducation donnée aux jeunes filles de la bourgeoisie ni leur statut social ne les prédisposent à de telles qualités. Virginie va même plus loin : en régate, elle barre elle-même ses voiliers, dirige ses équipages composés exclusivement de marins. Ses compétences et l’aisance dont elle fait preuve dans cet univers étonnent et participent à construire l’image d’une sportive exceptionnelle et particulière. Elle n’est pas une navigatrice, elle n’est pas un marin, elle est Virginie. Ses aptitudes nautiques – qui surpassent celles de bien des yachtmen – et ses victoires en course suffisent à neutraliser en quelque sorte sa position de femme en marge de la place qu’elle devrait occuper. Ce que confirme également la façon dont elle a été élevée, tout comme son divorce, lequel a brisé le carcan social qui l’enserrait dans un rôle de femme bourgeoise.

  • 15 Hériot (V.), Le vaisseau Ailée…, op. cit.
  • 16 Virginie Hériot ne bénéficie pas de la même couverture médiatique que Suzanne Lenglen ou que d’autr (...)

8La sportive surprend d’autant plus que la pratique de la régate demande une énergie folle et une condition physique importante. Or Virginie est frêle, et sa santé fragile : en 1918 elle subit une opération au cœur ; elle frôle alors la mort. Cet accident renforce sa foi, mais aussi sa motivation à s’engager dans des missions d’importance. Les articles consacrés à la championne font très souvent mention de sa constitution délicate, qui est alors mise en regard de la combativité dont elle fait preuve dans les compétitions sportives, de sa rage de vaincre. Les récits journalistiques sont nombreux qui relatent son acharnement : contrairement aux habitudes en vigueur, elle vérifie elle-même ses bateaux et leur construction, elle innove sans cesse pour améliorer les performances de ses embarcations, remet en question les propositions des architectes navals. Elle s’entraîne sans relâche, forme elle-même son équipage. Ce cocktail antinomique de fragilité et de dynamisme, qui étonne et questionne, renforce le mythe d’une navigatrice hors pair : « Comment pouvez-vous conduire vos bateaux à la victoire avec des attaches aussi fines ? [...] Comment se peut-il que dans un corps si menu puisse se cacher une si belle énergie15 ? » Au-delà de ses qualités sportives, certes incontestables, c’est son engagement qui fascine les autres yachtmen, ses amis, ses proches, et dans une moindre mesure le grand public16.

V. Hériot une championne médaillée. © Collection du « Yacht Club de France »

  • 17 Après 1922 pour la natation, cette édition des JO s’ouvre largement aux femmes (épreuves de gymnast (...)
  • 18 En 1926, elle traverse la Manche en 2 heures de moins que les cinq hommes ayant détenu le record av (...)
  • 19 Bulletin du YCF, no 114, p. 219.

9Par ailleurs, l’aura qui accompagne Virginie Hériot s’est construite au regard de ses premières ambitions sportives. La navigatrice compte en effet reconquérir un des trophées les plus prestigieux en voile, la Coupe de France, détenue par les Anglais. Dans une activité où les Britanniques ont su imposer de longue date leur hégémonie en régate, la récupération du trophée, en 1927, ne passe pas inaperçue. Dans le même temps, la navigatrice se qualifie pour représenter la voile française aux Jeux olympiques de 192817, à l’issue d’épreuves sélectives âprement disputées. Elle remporte alors la médaille d’or. Puis, elle bat la Hollande, l’Italie, l’Angleterre, les États-Unis, la Suède, la Norvège et l’Argentine, dans la Coupe d’Italie. Des nations importantes sur le plan sportif, mais aussi dans les domaines économique et politique. Son palmarès est exceptionnel (300 régates courues, 85 victoires). À l’image de Suzanne Lenglen pour le tennis ou de Gertrude Ederle en natation18, elle devient une véritable vedette dans les milieux nautiques. Les Anglais la qualifient de greatest yachtwoman in the world, une vraie reconnaissance. Les institutions françaises saluent également ses exploits. Elles lui décernent la croix de la Légion d’honneur, la grande médaille d’or de la Société de géographie, la médaille de l’Éducation physique ; de même elle est promue quartier-maître d’honneur de la marine française, commandeur du mérite maritime. Les personnalités politiques les plus en vue ne tarissent pas d’éloges. Ainsi, « le Ministre de la Marine, M. G. Leygues [...] lui a exprimé en termes très éloquents [...] ses félicitations au nom de la Marine française pour l’œuvre qu’elle accomplit et qu’elle poursuit avec persévérance à la fois si sportive et si patriotique19 ».

  • 20 Hériot (V.), La IXe Olympiade, op. cit., p. 52.

10Cette consécration offre à Virginie la visibilité et la renommée nécessaires pour entamer des tournées « de promotion » en France et à l’étranger ; la championne veut, en effet, prouver la qualité des technologies nautiques françaises. Elle affirme, par exemple, que « chaque bateau qui flotte avec le pavillon national est une parcelle de la grandeur de notre pays20 ». Son aura lui permet d’être acceptée dans les milieux du commerce et de l’industrie (dont les membres s’adonnent bien souvent au yachting) et d’être reconnue par les autorités politiques et diplomatiques qui facilitent ses visites.

  • 21 Bulletin du YCF, no 128, p. 283.

Nous vous [les ministres de France en mission auprès des souverains] prions de leur demander leur appui pour elle [Virginie Hériot] et de l’aide autant qu’ils le jugeront utile et convenable pour les démarches et visites qu’elle voudrait faire dans l’intérêt de la mission dont elle est chargée. Cette mission n’a trait qu’au sport nautique ; elle n’en sera pas moins utile à la propagande française [...]. Le ministre répondit aussitôt que le contre-torpilleur Chacal venait d’être désigné pour aller en Norvège [...] donnerait au cours de sa mission toutes les facilités possibles au yacht Ailée21.

  • 22 Ibid.
  • 23 Bulletin du YCF, no 141, p. 142.
  • 24 Hériot (V.), La IXe Olympiade, p. 13.
  • 25 Un investissement sans compter dans le sport, son divorce, etc.

11La popularité de Virginie dans le domaine nautique ne peut être que bénéfique à la promotion de leurs valeurs, à la prospérité de leurs affaires. Le ministre de la Marine, Georges Leygues, la qualifie d’« ambassadrice du sport nautique en France ». Si ces milieux sont pour l’essentiel des bastions de masculinité dans la période des années 1920-1930, on oublie volontiers la qualité de femme de la sportive pour souligner « la façon pleine de tact et d’élégance dont elle [sa mission] sera conduite22 », ou encore on note que « partout son charme a opéré d’une manière irrésistible ; [...] partout elle a reçu l’accueil le plus exquis23 ». Par ailleurs, Virginie a su prouver son aptitude à exceller dans le monde des hommes, sans en tirer une quelconque forme de triomphalisme ; ce qui rassure. Elle est, socialement, au service de ses pairs, de leurs valeurs, et de leurs causes. Ainsi, elle revendique son attachement à la France : « [...] mes doigts sauront tresser les feuilles [de laurier] en couronne afin de l’offrir orgueilleusement à ma patrie après la victoire, un genou à terre en reconnaissance24 ». Elle affirme qu’elle doit ses succès à la qualité des industriels français, et se conforme ainsi aux enjeux de sa classe. Ce faisant, elle efface ses attitudes les plus en décalage avec son milieu25, échappe à la critique, à la marginalité. Son engagement s’inscrit dans une tradition qu’illustrent d’autres exemples, antérieurs ou postérieurs. À l’issue de leurs succès tennistiques, Jean Borotra entre en politique (proche de Pétain, il deviendra l’un de ses ministres) après une courte carrière d’administrateur de société, et Bernard Destremau se dirige vers la diplomatie – il s’engage au service de la France et de son rayonnement (politique et économique) sur la scène internationale.

La seconde vie de Virginie : les voyages à la voile

  • 26 Invitation qu’elle provoque également.
  • 27 Guillaume II, le prince du Piémont, la reine du Portugal, l’impératrice Eugénie, le roi de Norvège, (...)
  • 28 Ils ont conscience de la profondeur de l’engagement de Virginie, de l’énergie qu’elle est capable d (...)
  • 29 Le Yacht, no 2346, p. 117.

12À partir de 1928, Virginie Hériot sillonne les mers à bord d’Ailée II, une luxueuse goélette de 57 m. À l’invitation26 des yacht-clubs mais aussi des Etats ou des ambassades françaises à l’étranger, elle entreprend une série de conférences, participe à des dîners, des entretiens avec les personnalités dirigeantes des pays qui l’accueillent27 ou avec des hommes de la finance et du négoce28. L’utilisation d’un yacht pour ces déplacements n’est pas innocente : le mérite et le courage qui auréolent ceux qui traversent les mers de cette façon, le « folklore nautique » qui entoure leur arrivée dans les ports renforcent le capital sympathie chez ceux qui les accueillent : « Les autorités de la ville [lui] ont fait [...] l’accueil le plus chaleureux et le plus cordial [...]29. » Le voilier joue le rôle « d’outil diplomatique ». Pour Virginie Hériot il favorise, à n’en pas douter, l’écoute de ses idées, corrobore son engagement et sa détermination en même temps qu’il favorise d’autres enjeux plus souterrains.

  • 30 Bulletin du YCF, no 128, p. 283.

13Le périple de la navigatrice peut se décomposer en plusieurs phases : elle rejoint d’abord les pays Scandinaves, puis visite le pourtour méditerranéen : entre 1930 et 1931, elle se rend en Algérie, en Tunisie, sur la côte occidentale du Maroc – elle est accueillie dans toutes les grandes villes de ces régions ; elle se rend également en Corse, en Italie, en Espagne. En 1932, elle parcourt la Grèce, l'Égypte, le Liban, l’Irak, la Syrie, la Palestine. Ces choix semblent soutenus par les autorités françaises qui soulignent « l’intérêt de la mission dont elle [Virginie] est chargée », une mission « utile à la propagande française30. »

  • 31 Mentionnons par exemple la loi monétaire du 25 juin 1928, et même si la crise n’atteint pas la Fran (...)
  • 32 Hériot (V.), Ailée s’en va..., op. cit., p. 7.
  • 33 À propos du développement du shipping board américain, notamment.

14Les thèmes que la jeune femme aborde dans ses entretiens, les idées qu’elle exprime sont en rapport avec les intérêts de sa classe sociale. À un moment où l’économie française – et plus largement l’économie mondiale – connaît des remous31, elle s’investit pleinement pour faire admettre qu’« [...] en matière de construction navale, notre pays tient la tête32 » ; elle entend également montrer l’efficacité du transport maritime français, alors que les États-Unis et la Grande-Bretagne se déchirent sur ce sujet33 ; elle vante par ailleurs le tourisme balnéaire, les voyages en paquebot. Elle saisit toutes les occasions qui lui sont données pour valoriser l’ensemble de l’industrie et du commerce français. Le yacht qu’elle utilise prouve la qualité du savoir-faire français en matière de construction navale ; il traduit également un certain niveau de vie, malgré des difficultés pécuniaires réelles à cette période.

  • 34 Bottomore (T.), Élite et société, Paris, 1967.
  • 35 Hériot (V.), Goélette Ailée, op. cit.
  • 36 Hériot (V.), Ailée s’en va..., op. cit., p. 27.
  • 37 Morinaud (J.), « Discours prononcé lors de la remise de la médaille de l’Éducation physique à Virgi (...)
  • 38 Bulletin du YCF, no 141.
  • 39 Nous engageons le lecteur à se reporter à ses discours de Bordeaux, de Brest, de Libourne.

15Cet engagement dans le domaine économique s’accompagne de convictions politiques que Virginie Hériot exprime régulièrement lors de ses voyages. Tom Bottomore met en évidence que « le développement de la bourgeoisie sur le plan économique va de pair avec son accession à des postes d’autorité et de prestige dans d’autres sphères notamment la sphère politique34 », et inversement ; économie et politique sont liées. La navigatrice inscrit ses idées au cœur des politiques nationalistes qui visent, malgré le pacte Briand-Kellogg (1928) de pacification des relations entre les États, à faire la démonstration de la puissance du pays face aux autres nations : « Développer notre yachting, défendre notre construction, [c’est] porter haut l’honneur du pavillon de France35 ». Elle défend ainsi des positions proches de celles de la droite conservatrice française qui, à cette époque, a du mal à prendre le dessus sur le cartel des gauches : « [Les Italiens], les plus élégants de tous [...] ayant toujours sur le cœur le faisceau fasciste36 ». Jean Morinaud (sous-secrétaire d’État au ministère de l’Instruction publique, chargé de l’Éducation physique) ou encore Philippe Pétain soutiennent l’engagement de la championne, et reconnaissent que « si elle a consacré son existence à la marine de plaisance ce n’est ni par snobisme, ni pour occuper ses loisirs, c’est par patriotisme37 ». Elle s’investit par ailleurs dans la valorisation de la France dans les colonies. Elle multiplie les allocutions en Algérie et au Maroc pour clamer les bienfaits de la présence française : « Je me sens près de tous ces vaillants colons, frères d’énergie et d’audace dont la patiente et solide force au travail a fait fleurir des moissons splendides de comptoirs, de villes et a permis à notre génie français d’étendre le rayonnement de son action et de sa puissance civilisatrice38 ». L’idée est assez répandue à cette époque, mais elle prend une résonance particulière dans le contexte du centenaire de la présence française en Algérie (1930) et de l’Exposition coloniale internationale de Paris (1931), à un moment où les colonies représentent une possibilité de développement marchand non négligeable. À travers Virginie Hériot, c’est la considération de la France pour ses colonies qui s’exprime, mais également sa présence qui est rappelée. À l’inverse, la sportive participe à diffuser sur le continent un sentiment positif à l’égard de l’empire colonial39. De fait, les voyages de Virginie symbolisent l’arrivée des premiers colons, créant ainsi un lien métaphorique entre la France et les pays annexés, mais surtout démontrant les efforts que sont prêts à réaliser certains membres de l’élite française pour les colonies.

V. Hériot à la barre de son Yacht. © Collection du « Yacht Club de France »

  • 40 Virginie Hériot citée dans G. Villetan, Le Yachting à voile, Paris, Nilsson, 1931.
  • 41 Hériot (V.), Service à la mer, op. cit., p. 17.

16Enfin, au-delà de ces enjeux au service de la nation ou des causes économiques ou politiques d’une classe sociale, les voyages à la voile de Virginie Hériot s’inscrivent dans les procédés d’acculturation et de socialisation des élites. Le sport dans l’entre-deux-guerres n’est pas encore appréhendé comme un outil pédagogique pour l’ensemble de la population ; en revanche, il fonctionne, pour la bourgeoisie qui le pratique et qui le gère depuis la fin du xixe siècle, comme un moyen d’assimilation de ses codes et de sa morale. Le yachting, les croisières, s’affirment comme des signes d’appartenance dans la mesure où ces activités demeurent au début du xxe siècle – et encore plus en 1930 – l’apanage d’une certaine élite sociale investie dans les affaires (les Rothschild, Pérignon, Menier, Breguet, les frères Draeger, des financiers) ou d’un réseau proche d’elle (des écrivains – Verne, Maupassant-, des savants – Charcot –, des peintres – Caillebotte, Monet –, etc.). Ces pratiques renforcent les valeurs prisées par ce groupe social : la bravoure, l’énergie, la débrouillardise, le dépassement de soi, mais surtout la prise d’initiatives, l’engagement pour des intérêts de classe. « L’instinct français [que l’on acquiert dans la pratique de la voile] guide nettement en effet nos enfants vers l’effort [...]40 ». « La mer, école de discipline [...] où se fondent les plus pures qualités qui enfantent des races fortes et décidées41 » au service du pays et de son groupe d’appartenance. Ces qualités doivent être mises en relation avec les thèses eugéniques en vigueur dans les milieux nationalistes à cette époque.

17Le cas de Virginie Hériot illustre le fonctionnement des réseaux d’appartenance qui convergent pour soutenir un groupe. Il montre l’utilisation qui peut être faite de la notoriété d’un seul individu pour servir des intérêts de classe (asseoir le « pouvoir » d’un groupe dans la société, maintenir son rayonnement dans des domaines comme l’économie notamment). Il est, pour la bourgeoisie des affaires, une façon d’agir dans le domaine de l’économie ou d’influencer le politique qui passe par des processus « invisibles » et « détournés ». Le sport et ses agents en font partie, dans la mesure où ils favorisent la diffusion des valeurs et des idées du groupe qui s’y adonne. Ces mécanismes font appel à trois ressorts (symbolique, social et idéologique, contextuel) qui fondent l’efficacité du procédé. Ainsi, les messages que Virginie diffuse au cours de ses voyages – sur l’économie, la politique en France, la morale – sont entendus non seulement parce que la sportive bénéficie d’une aura importante, mais aussi et avant tout car elle s’adresse, le plus souvent, à un milieu qui est le sien, dont elle connaît les codes et qui, en retour, est capable de lire les signes qu’elle porte. Mais ses activités d’« ambassadrice » transpirent aussi à l’extérieur de sa classe sociale, et viennent renforcer le statut de la bourgeoisie des affaires dans la société, son « utilité », son pouvoir. La vie de Virginie Hériot est exceptionnelle. Elle attribue son destin à l’éducation qu’elle a reçue, aux valeurs qu’elle a adoptées (celles des milieux de la droite nationaliste auxquels ses parents sont liés), une forme d’« idéologie incorporée » qui la conduit à rendre à sa classe d’appartenance ce qu’elle en a tiré. Il existe par ailleurs, au sein de la bourgeoisie, des luttes internes entre des fractions modernes, plus attirées par l’action, et d’autres plus conservatrices que l’engagement de la sportive valorise. Enfin, ces processus ne sont possibles que parce qu’ils exploitent un contexte. En effet, biographie, actions des individus et structures, contextes sociaux se nourrissent les uns les autres. Si les histoires de vie ne se comprennent qu’au travers des contextes sociaux qui les produisent, de même les conditions sociales productrices de structures se construisent par l’action des individus qui les constituent. Ainsi, le choix de Virginie Hériot de servir son pays, de valoriser l’économie nautique nationale mais aussi de se rendre à tel ou tel endroit ne sont pas naïfs. Ce sont autant de réponses à un contexte politique (nous avons évoqué la question coloniale, il y aurait d’autres pistes) et économique (le moment des crises financières des années 1930) bien précis.

18L’exemple de Virginie Hériot est intéressant car intense et sincère, mais surtout parce qu’il est largement relayé par les médias et expliqué par la navigatrice. Il conviendrait d’ailleurs de prendre du recul et certaines précautions par rapport à l’enthousiasme dont la sportive fait l’objet : les médias spécialisés sont souvent dirigés par des gens qui la côtoient dans les clubs dont elle est membre ; ils appartiennent au même milieu. Enfin, les voyages à la voile qu’elle entreprend ont aussi une fonction personnelle pour Virginie Hériot : certes, ils jouent un rôle réel dans la diffusion de ses idées, mais ils lui sont également indispensables pour puiser l’énergie nécessaire à la mission qu’elle s’est fixée.

Notes

1 Nous pouvons par exemple mentionner la période de troubles et de confusion politique qui suit la Première Guerre mondiale (scission entre la SFIO et le PC, lutte des classes comme enjeu électoral et social) et qui favorise la montée de Poincaré à la fin des années 1920. Dès lors, la droite se renforce et se préoccupe de plus en plus des questions économiques, technologiques (on rationalise au maximum). Elle donne également une nouvelle orientation aux questions de nationalisme et de patriotisme.

2 L’engouement des Français pour les héros modernes, dans les années 1920, peut être interprété au regard de ces éléments.

3 Charle (C.), Histoire sociale de la France au xxe siècle, Paris, 1991.

4 Martin-Fugier (A.), La bourgeoise : femme au temps de Paul Bourget, Paris, Hachette littératures, 1983.

5 Les sources relatives à la navigatrice sont de deux types : 1° ses écrits [Hériot (V.), Goélette Ailée, Paris, les Gémeaux, 1927 ; La IXe Olympiade, Paris, les Gémeaux, 1929 ; Ailée s’en va (1923 à 1927), Paris, les Gémeaux, 1928 ; Le vaisseau Ailée, le bateau qui a des ailes, Paris, les Gémeaux, 1931 ; La seconde France, Paris, les Gémeaux, 1931 ; Service à la mer, Paris, Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales, 1932] ; 2° la documentation indirecte, en premier lieu le fond d’archives du Yacht-club de France (YCF) et celui du Cercle de voile de Paris (deux institutions nautiques dans lesquelles Virginie Hériot s’est investie très fortement), mais aussi le Bulletin officiel du YCF, no 114 (1927), no 128 (1928), no 136(1930), no 139 (janvier 1932), no 141 (juin 1932), et les revues Le Yacht et Yachting Gazette (presse spécialisée pour les années 1928 à 1932) dont l’analyse a permis de compléter, de confronter et de nuancer les archives mobilisées.

6 Une villa au Vésinet, un domaine d’environ 10 hectares proche de Rambouillet acheté en 1883 (« La Boissière »), et un château à Essoyes bâti vers 1890. Elle passe ses étés dans la maison de vacances à Cancale : le « Castel de la barbe brûlée ».

7 L’orphelinat a été construit pour offrir des possibilités d’études aux pupilles de l’armée. Il en fait don à l’État en la présence du général Boulanger en 1886 (décret du 3 novembre 1884), avec une rente d’1 million pour que la restauration soit assurée. Il dirige l’institution jusqu’en 1888 ; il meurt en 1899 mais son épouse poursuivra son œuvre, offrant tous les ans de quoi subvenir aux besoins de l’école, puis mettant la maison familiale de Cancale à disposition de la structure en 1920.

8 Elle est de plus la seule fille d’une fratrie de 4 enfants.

9 Il constitue cependant un élément explicatif de la réussite et de la reconnaissance que Virginie obtient dans le sport et dans la voile en particulier.

10 Hériot (V.), Ailée s’en va…, op. cit.

11 Au cours d’une croisière mouvementée, elle est blessée. Affaiblie, elle meurt peu de temps après.

12 Hériot (V.), Service à la mer…, op. cit.

13 Mentionnons cependant que de tout temps, des femmes sont montées à bord des bateaux, ont pris part à des régates (on peut ainsi citer la fille aînée de M. Breguet, Mmes Draeger, Peytel, Baschet...) ; leur rôle reste mineur, néanmoins, à bord des voiliers.

14 Le tennis et le golf sont des activités sportives pratiquées par les femmes, auxquelles s’ajoutent le tir à l’arc, le skating et, dans un cadre plus institutionnel et lié aux politiques éducatives ou hygiéniques, la gymnastique et la natation. Toutefois, la compétition sportive reste longtemps fermée aux femmes du fait de la brutalité physique et organique qu’elle engendre, à l’exception de quelques-unes comme Suzanne Lenglen, que les journaux n’hésitent pas à qualifier de « champion ». La presse sportive joue un rôle très fort, au début du xxe siècle, dans la construction de l’image des femmes sportives, allant jusqu’à nier la féminité des compétitrices, ou du moins à neutraliser leurs caractéristiques proprement féminines.

15 Hériot (V.), Le vaisseau Ailée…, op. cit.

16 Virginie Hériot ne bénéficie pas de la même couverture médiatique que Suzanne Lenglen ou que d’autres championnes. A de tares exceptions près, ses exploits ne sont relatés que dans la presse sportive spécialisée.

17 Après 1922 pour la natation, cette édition des JO s’ouvre largement aux femmes (épreuves de gymnastique et d’athlétisme). Virginie concourt en voile, dans une épreuve qui ne distingue pas encore les hommes des femmes (dont elle est d’ailleurs la seule représentante).

18 En 1926, elle traverse la Manche en 2 heures de moins que les cinq hommes ayant détenu le record avant elle.

19 Bulletin du YCF, no 114, p. 219.

20 Hériot (V.), La IXe Olympiade, op. cit., p. 52.

21 Bulletin du YCF, no 128, p. 283.

22 Ibid.

23 Bulletin du YCF, no 141, p. 142.

24 Hériot (V.), La IXe Olympiade, p. 13.

25 Un investissement sans compter dans le sport, son divorce, etc.

26 Invitation qu’elle provoque également.

27 Guillaume II, le prince du Piémont, la reine du Portugal, l’impératrice Eugénie, le roi de Norvège, la reine Élisabeth d’Angleterre ou encore le roi Alphonse XIII d’Espagne la recevront.

28 Ils ont conscience de la profondeur de l’engagement de Virginie, de l’énergie qu’elle est capable de déployer mais aussi de l’écoute dont elle bénéficie dans les milieux avisés.

29 Le Yacht, no 2346, p. 117.

30 Bulletin du YCF, no 128, p. 283.

31 Mentionnons par exemple la loi monétaire du 25 juin 1928, et même si la crise n’atteint pas la France de la même manière (ni en même temps) qu’elle touche l’Angleterre ou les États-Unis, même si le petit patronat français semble plus affecté que les grands industriels, les difficultés en France sont bien réelles.

32 Hériot (V.), Ailée s’en va..., op. cit., p. 7.

33 À propos du développement du shipping board américain, notamment.

34 Bottomore (T.), Élite et société, Paris, 1967.

35 Hériot (V.), Goélette Ailée, op. cit.

36 Hériot (V.), Ailée s’en va..., op. cit., p. 27.

37 Morinaud (J.), « Discours prononcé lors de la remise de la médaille de l’Éducation physique à Virginie Hériot », Archives du YCF, Service historique de la marine, sous-série GG7.

38 Bulletin du YCF, no 141.

39 Nous engageons le lecteur à se reporter à ses discours de Bordeaux, de Brest, de Libourne.

40 Virginie Hériot citée dans G. Villetan, Le Yachting à voile, Paris, Nilsson, 1931.

41 Hériot (V.), Service à la mer, op. cit., p. 17.

Table des illustrations

Légende V. Hériot une championne médaillée. © Collection du « Yacht Club de France »
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8177/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende V. Hériot à la barre de son Yacht. © Collection du « Yacht Club de France »
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8177/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540