Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes du voyage

 | 
Dominique Dinet
, 
Jean-Noël Grandhomme

I – Portraits de voyageurs

Le voyage de jeunesse de Lamartine en Italie

Nicolas Bourguinat

Texte intégral

1En 1811-1812, le jeune Lamartine effectua un séjour de huit mois en Italie, séjour qu’il semble raisonnable de rattacher à la tradition du « Grand Tour », compris comme pratique d’éducation de la noblesse et de la haute bourgeoisie des Lumières. Si l’époque des guerres révolutionnaires et impériales a constitué une phase d’interruption de cette pratique socioculturelle pour ce qui concerne les Anglais (interdits de séjour sur le continent du fait des hostilités entre leur pays et la France, hors la brève période de la paix d’Amiens), pour d’autres noblesses étrangères comme l’allemande et la polonaise, et bien entendu pour la noblesse française, le voyage d’Italie s’est au contraire poursuivi. Cela ne représente certes qu’une petite fraction des populations étrangères qu’on rencontre sur les routes de la péninsule au temps de Napoléon. Pensons simplement aux voyages d’artistes (Rome continue d’être un séjour privilégié dans leurs apprentissages, et abrite plusieurs colonies étrangères, ainsi les Nazaréens allemands comme Friedrich Overbeck), aux déplacements des savants comme par exemple le Toscan Giovanni Fabbroni, familier des botanistes et des naturalistes du Jardin des Plantes, qui séjourna plusieurs fois à Paris avant d’être nommé aux Ponts et Chaussées à Florence. Plusieurs types de mobilités, dans l’Italie du vientennio francese (ou du decennio francese pour la partie méridionale), sont liés aussi aux circonstances politiques. Il faut penser aux va-et-vient des soldats et des officiers (de Stendhal découvrant Milan au cours de la seconde campagne d’Italie derrière les troupes de Bonaparte jusqu’à Paul-Louis Courier, accompagnant l’artillerie jusqu’au sud de la Calabre lors de la conquête du royaume de Naples, en 1806). Il faut compter avec le parcours des administrateurs, magistrats ou encore évêques napoléoniens (ainsi Mgr d’Osmond, transféré au siège de Florence en 1811, malgré le refus pontifical de lui accorder l’investiture). Dans les départements romains créés en 1810 après deux années d’occupation militaire, on envoya les plus distingués des hauts fonctionnaires et conseillers d’Etat (le comte de Tournon à la préfecture, le baron de Gérando auprès de la Consulta). En sens inverse, nombre d’Italiens migrent alors vers le reste de l’Europe, soit à la suite des armées françaises (vers l’Espagne et la Russie, tout particulièrement, où elles paieront un lourd tribut), soit à l’occasion de missions particulières. Ainsi les futurs dignitaires et grands notables de la République italienne lors de la convocation de la Consulta à Lyon en 1801 ; ou bien les jeunes héritiers de grandes familles de Turin, Brescia, Bergame, et même de Rome, invités à suivre leur scolarité en France dans le cadre de la politique bien connue « d’amalgame » promue par Napoléon (Lamartine en fréquenta plusieurs au cours de son séjour au collège de Belley). Mais ce tableau ne serait pas complet si l’on n’évoquait pas les déplacements contraints, et ils sont nombreux. Ceux des Émigrés d’abord, aristocrates ou prêtres français réfugiés à Turin ou à Rome au cours des premières années de la Révolution, puis chassés ailleurs par la conquête française. Ceux des ecclésiastiques et aristocrates italiens exilés volontaires, déportés, mis en résidence surveillée pendant la période : il y a des anonymes et il y a bien sûr des cas très célèbres – Joseph de Maistre, qui passera quinze ans à Saint-Pétersbourg comme diplomate sarde, ou bien le pape Pie VII lui-même et ses secrétaires d’Etat, les cardinaux Consalvi et Pacca. Ceux enfin des jacobins et patriotes italiens, fuyant à Paris la contre-révolution qui ravage la péninsule en 1799, ou bien, plus tard, choisissant l’exil comme Vittorio Barzoni à Malte, parce que déçus du tournant impérialiste et autoritaire de la politique italienne de Bonaparte.

  • 1 Lamartine (A. de), Graziella, éd. J.-M. Gardair, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1979, p. 29.

2Rien de tout cela dans le cas d’un Lamartine, dont le profil est celui d’un voyage de formation, indépendant des circonstances politiques, quoique pas tout à fait neutre par rapport à celles-ci. S’il voyage, c’est d’abord faute de savoir quoi faire de ses vingt ans dans la France napoléonienne, à la différence de beaucoup de ses contemporains, impatients d’entrer dans l’armée ou l’administration. Sa famille est légitimiste et refuse qu’il serve l’empereur. En 1811, c’est devenu rare, tant les ralliements de l’ancienne noblesse ont pris de l’importance depuis 1800, les premières radiations des listes d’émigrés et l’amnistie consulaire, mais cela existe encore. Le jeune Lamartine tourne en rond dans sa Bourgogne natale, échafaude des projets, et se prend de passion pour une jeune fille, Henriette Pommier. Mais les deux familles se méfient de cet enthousiasme soudain, et la sienne préfère l’éloigner pour qu’il éprouve lui-même la solidité de ses sentiments. Partir, observera plus tard Lamartine, c’est « s’arracher à cette oisiveté dangereuse de la maison paternelle et des villes de province1 » – on sait en effet que sa mère confiait alors ses angoisses à son fameux « manuscrit », qu’il édita plus tard : « Quel malheur d’avoir un fils inoccupé ! » Le départ se fait en compagnie d’un couple de cousins lyonnais, qui effectuent leur voyage de noces et y adjoignent la visite de correspondants de leur maison de commerce à Milan et à Livourne. Après avoir fait halte à Lyon et Chambéry, puis avoir visité un haut-lieu cher aux rousseauistes, la petite maison de campagne des Charmettes, Lamartine rejoint l’itinéraire « classique » qui accède à la plaine du Haut-Pô par la Savoie. Puis, il fait étape à Turin, Milan, Plaisance, Bologne, Florence, et il atteint Livourne le 1er septembre. Mais ce n’est pas le terme du voyage, car de sa propre initiative, sans se faire trop d’illusions sur l’approbation parentale, Lamartine décide de poursuivre seul son périple, à la fin d’octobre 1811. Il se rend d’abord à Rome, où il séjourne quelque temps et où il rencontre différents personnages : le célèbre ténor Davide, le préfet français Tournon, un ancien jacobin dénommé Tardi qui lui donne des leçons d’italien, ou encore la comtesse Albany, dernière compagne d’Alfieri, le Schiller italien, disparu depuis 1803. Lamartine pousse ensuite jusqu’à Naples où il dispose d’une recommandation auprès d’un parent de sa mère, Dareste de la Chavanne, qui dirige sur place la manufacture royale des tabacs. Arrivé au pied du Pausilippe le 30 novembre, il s’y attarde presque cinq mois, engagé dans une liaison passionnée avec une jeune fille nommée Antoniella que lui a fait connaître Dareste (dont elle était déjà de toute évidence la maîtresse). Pour le rappeler en Bourgogne, sa famille envoie sur place son ami d’enfance Aymon de Virieu, qui a déjà fait avec lui une partie du voyage aller, notamment le pèlerinage des Charmettes. Repartis début avril 1812, Lamartine et Virieu se séparent de nouveau à Rome et Lamartine rentre par l’Italie du Nord et par la Suisse.

  • 2 Voir R. Doumic (éd.), « Le carnet de voyage de Lamartine en Italie », Le Correspondant, 25 juillet (...)
  • 3 Morin (M.-R.) (éd.), Correspondance Alphonse de Lamartine Aymon de Virieu, t. 1, 1807-1815, Paris (...)
  • 4 Ils parurent en 1870, un an après la mort de Lamartine. On citera d’après la récente édition de Mar (...)
  • 5 Lamartine (A. de), Cours familier de littérature, Paris, 1865, t. 19, p. 264-265.

3Du carnet de voyage tenu par Lamartine, seul un fragment a été conservé, semble-t-il, qui concerne la description de Rome et les premiers temps du séjour à Naples2. La correspondance expédiée d’Italie est en revanche intacte3. Au-delà, le séjour italien de 1811-1812 a aussi fait l’objet de plusieurs « mises en texte » qui s’étalent de son âge mûr jusqu’à sa vieillesse. Ce sont d’abord les Confidences de 1849, d’où fut extrait (en 1852 pour la première édition séparée) le roman Graziella, consacré à son aventure avec la jeune femme de Naples mais dont le chapitre liminaire récapitule les principales étapes du voyage. Quelques entretiens du Cours familier de littérature y reviennent également (il s’agit d’une publication « alimentaire » que Lamartine sortit par livraisons mensuelles de 1855 à sa mort). Le traitement du sujet est beaucoup plus étendu dans les Mémoires inédits, des souvenirs « privés » (par opposition aux souvenirs de la carrière politique) entrepris à partir de 1863 et qui restèrent inachevés, puisque leur récit s’arrête à 18164. D’un texte vers l’autre, il y a évidemment des réemplois et des déformations, au point que la chronologie exacte demeure vague. Ainsi pour l’ascension du Vésuve, étape obligée d’un séjour napolitain au début du xixe siècle, et de ce fait déjà balisée par toute une tradition littéraire (Sade, Chateaubriand, Mme de Staël, excusez du peu). L’historien a le choix entre plusieurs versions distinctes. Dans les Mémoires, Lamartine est accompagné par le savant allemand Wilhelm von Humboldt et par des guides, mais son état d’exaltation est tel qu’il a la folle témérité de descendre seul dans le cratère. Après avoir ainsi rendu les armes, le volcan se venge et entre en éruption. Dans Graziella, il est seul, à la fois seul au monde et comme indifférent au grandiose de ce spectacle. Dans les lettres conservées de décembre 1811, l’une parle d’une simple excursion avec des dames napolitaines, l’autre d’une ascension solitaire balisant un programme de visites à Pompéi, Pouzzoles, Herculanum. Dans le Cours familier de littérature, enfin, l’ascension a lieu avec Humboldt, de nouveau, mais pendant la période de l’éruption, alors même qu’un fleuve de lave coupe la route de Portici, et il n’est naturellement plus question d’une descente dans le cratère5. Ce n’est guère difficile de comprendre que chaque version correspond à un investissement imaginaire différent de la part de l’auteur et remplit des fonctions narratives ou discursives chaque fois spécifiques.

  • 6 Lettre de Lamartine à Virieu, de Bologne, août 1811, dans Correspondance, op. cit., resp. p. 199 et (...)
  • 7 Lamartine (A. de), Graziella, op. cit., p. 30.
  • 8 Voir le Cours familier, t. 2, VII, XXVI, p. 67-69. Plutôt que de guide, Lamartine parle d’un « indi (...)
  • 9 Ibid., p. 39.
  • 10 Dédeyan (C.), Lamartine et la Toscane, Genève, Slatkine, 1981, p. 15-17.
  • 11 Lamartine (A. de), Mémoires de jeunesse, op. cit., p. 116.

4Globalement, le jeune Lamartine a parcouru l’Italie avec l’outillage culturel et les codes comportementaux de l’élite éclairée de son temps. On invitait alors souvent les voyageurs à tenir leur carnet de route, soit sur place au gré des pérégrinations et des pauses de la journée, au plus près des observations, soit au moins le soir, en guise de retour sur soi et sur les choses vues. Même si certainement, ce modèle était loin de s’imposer à tous les voyageurs, et était peut-être déjà une recommandation plus spécifiquement destinée aux femmes. Plusieurs lettres écrites d’Italie indiquent que Lamartine s’y astreint un peu comme à un pensum, et sans croire toujours à l’originalité des impressions et itinéraires qu’il y consigne. En tout cas, le narrateur de Graziella informe discrètement qu’il tient un journal de voyage, et comme pour rendre plus innocente encore cette pratique, il la renvoie à l’attitude de l’artiste se déplaçant avec son carnet de croquis : « On me prenait pour un peintre qui étudiait des points de vue, parce que j’écrivais de temps en temps quelques notes sur un petit livre de dessins que mon ami m’avait laissé. » Occupation innocente et donc quasiment fortuite, même, puisque ce carnet n’est pas le sien. Mais on n’oubliera pas l’ironie dont il fait preuve, à l’occasion, à l’égard de cette activité – « j’ai sans cesse mon crayon, mon portefeuille à la main, mais je ne suis pas content de mes notes ; je les fais bien pour les retrouver dans quelques années et m’amuser à les relire6 ». Et on pourra noter, parallèlement, quelques fanfaronnades d’un ton exactement opposé – « je vendrai mon voyage d’Italie », écrit-il à un autre destinataire... Par certains côtés donc, le jeune Lamartine est un voyageur modèle. Il parfait ses apprentissages, étudiant la langue dans l’Arioste et le Tasse avant de la pratiquer in situ, de perfectionner même sa maîtrise des dialectes, romain et napolitain. Il découvre toute la richesse du legs de l’Antiquité classique, « tous ces monuments encore debout de cette Antiquité romaine dont mes études encore toutes fraîches avaient rempli ma pensée7 ». Et c’est la même chose pour l’héritage de l’Italie des beaux-arts, de la Renaissance à la Contre-Réforme, où son parcours est balisé par un guide. Du moins nous le signale-t-il en passant, lorsque l’objet lui tombe des mains au cours d’une visite à l’église Santa Croce de Florence, où il se promène parmi les tombeaux et découvre une sculpture funéraire de Canova qui n’est autre que le tombeau d’Alfieri8. Il fixe par écrit des paysages emblématiques comme la descente des Alpes ou le golfe de Naples, avec des effets bien calculés de mise en scène ou de lever de rideau. La correspondance adressée d’Italie à ses amis français le montre réservé sur le Nord du pays, « l’Italie moderne », où les ressources architecturales et artistiques ne manquent certes pas, mais où on ne rencontre « aucune politesse, aucune prévenance, personne qui réponde aux vôtres. Oh ! le triste pays [...], si on veut y vivre avec les vivants9 ». Comme l’avait noté Charles Dédeyan, le ton change nettement une fois qu’il atteint l’Italie centrale10. Sa soif de découverte et son enthousiasme apparaissent quasiment sans nuances dans les Mémoires, où il soutient que « les Français [lui] paraissaient des barbares et les Italiens des dieux. Plaisance, Ferrare, Parme et Bologne, des haltes du paradis ; Florence un morceau de paradis lui-même. Enfin, j’arrivai à Livourne, au bord de cette mer étincelante de la Méditerranée qui ajoutait l’infini visible à l’infini passé11. »

  • 12 Martinet (M.-M.), Le voyage d’Italie dans les littératures européennes, Paris, PUF, 1997.
  • 13 Voir par exemple le passage sur les pifferari, ces « grossiers paysans couverts de peaux de mouton (...)

5Il s’agit aussi naturellement d’un voyage sensible et littéraire. L’itinéraire et l’imaginaire lamartiniens s’inscrivent de manière assumée dans une intertextualité où l’on peut décrypter aussi bien le souvenir de voyageurs des Lumières que des échos de Corinne (cité dans les lettres et présent dès l’incipit de Graziella). C’est particulièrement vrai à travers des thèmes comme la familiarité presque extatique avec la nature, l’importance de l’eau et de la lumière, le temps arrêté, sur lesquels avait insisté à juste titre l’étude de Marie-Madeleine Martinet12. Lamartine se montre aussi sensible à l’harmonie préindustrielle des campagnes toscanes, où il décrit des fêtes paysannes, et de même à celle des villages de pêcheurs du golfe de Naples (où sous un déguisement il prétend même s’être fondu parmi le petit peuple avec son ami Virieu). Cette atmosphère le renvoie sans cesse à l’environnement champêtre de sa propre enfance : il s’agit donc à plus d’un titre d’un retour aux sources, d’autant que, comme il le souligne dès les premières lignes de Graziella, la ligne des Alpes s’apercevait souvent à l’horizon de son village de Milly. On pourra l’opposer aux descriptions plus distantes, plus condescendantes, qu’un anticlérical consommé comme Stendhal avait données, dans les Promenades dans Rome de 1829 par exemple, des pèlerinages et dévotions des paysans et travailleurs migrants des Abruzzes qu’il avait pu observer à Rome13. Et en même temps on remarquera que le parcours de Lamartine est un pèlerinage et que son Italie est un cimetière de grands morts, où chaque pas éveille le souvenir de Dante, Virgile, Pline, ou Alfieri dont il va jusqu’à visiter avec émotion le cabinet de travail :

J’étais transi ; je ne pouvais parler, à peine regarder. Ces livres, tant de fois feuilletés par une main magistrale, cette table sur laquelle quelques volumes grecs et quelques pages de la même langue non achevées attestaient que la mort l’avait surpris dans ces fortes études, [...] ce tapis usé par ses pas pendant ses longues insomnies poétiques, me remplissaient de stupeur et de silence.

6D’ailleurs, il assume pleinement cette démarche à mi-chemin entre le culte et l’hommage, qui va jusqu’à la quête de reliques :

  • 14 Lamartine (A. de), Cours familier, t. 2, VII, XXXI, p. 80-81.

Je me contentai d’arracher furtivement une barbe de plume encore noircie de l’encre du maître et de la glisser dans mon chapeau pour emporter au moins cette relique de poésie. Je la possède encore, avec une feuille du laurier de Virgile au Pausilippe et un grain de la brique rouge du cachot du Tasse à Ferrare ; monuments pieux de mes nombreux pèlerinages sur les tombeaux des grands esprits14.

7Il y a là la démarche classique d’un jeune homme cultivé, respectueux des héritages reçus des lettres latines et de la sensibilité préromantique.

  • 15 Lamartine (A. de), Graziella, op. cit., p. 30.
  • 16 Ibid., p. 144.

8Pourtant, cet itinéraire somme toute plutôt stéréotypé est rassemblé en quelques pages seulement de Graziella et des mémoires, et il cède rapidement la place à des notations qui évoquent plutôt le voyage comme choc des hasards, rupture, discontinuité : fréquentations des salles de jeu, rencontres dans la malle-poste, travestissement, expérience amoureuse. Lamartine n’ignore certes pas que cela fait aussi partie de la culture du voyage, des projections fantasmatiques de tout « touriste ». Ne parle-t-il pas de ces « aventures, accidents certains des longs voyages, que l’imagination jeune prévoit, combine à plaisir et savoure d’avance15 » ? Mais il fait aussi des commentaires plus détachés, voire plus sombres, sur la condition du voyageur. Au fond, le voyage pourrait bien n’être qu’un antidote au désœuvrement – « L’Orient, écrit-il ainsi dans le prologue des Mémoires : j’y promenai deux ans mon inquiétude ». Pis, ni les splendeurs artistiques, ni la beauté des paysages ne suffisent par elles-mêmes à façonner et à entraîner le voyageur. Au Vésuve, il se découvre lui-même « aussi froid à l’admiration qu’au danger » et conclut : « Chacun porte avec soi son point de vue : le spectacle est dans le spectateur16 ».

  • 17 Lamartine (A. de), Mémoires de jeunesse, op. cit., p. 132.
  • 18 Lamartine (A. de), Graziella, op. cit., p. 108.
  • 19 Ibid., p. 145.

9Le séjour à Naples, en particulier, est ponctué de moments vides, qui s’agglomèrent qui plus est au parcours enthousiaste des semaines écoulées avant l’arrivée dans la cité parthénopéenne : « Je traîne, je promène, je berce par toute l’Italie mes ennuis déchirants », écrit-il à Virieu au lendemain de cette arrivée. Et à plusieurs reprises, il souligne la terrible solitude du voyageur. Dans cette capitale du roi Murat, qui a pourtant tout pour « enchanter le séjour humain17 », il évoque « ce bruit où rien ne m’intéressait, cette foule où nul ne savait mon nom, cette chambre où aucun regard ne me répondait, cette vie d’auberge où l’on coudoie sans cesse des inconnus18 ». Cela reste vrai au fil de la route et des étapes : « Je n’étais qu’une âme errante qui divaguait çà et là pour user les jours19 », écrit-il à propos d’une randonnée dans les monts de Sorrente.

  • 20 Lamartine (A. de), « Sur la translation des restes mortels de Napoléon » (26 mars 1840), dans Œuvre (...)

10On peut enfin traiter du séjour de Lamartine comme d’un voyage politique, dans lequel un jeune légitimiste se trouve lancé sur les routes du plus précieux joyau de l’Empire napoléonien, l’Italie. À propos de l’empereur, Lamartine a été conduit à préciser ses sentiments en 1840, au moment du vote de la loi sur le retour des cendres. « Quoiqu’admirateur de ce grand homme, je n’ai pas un enthousiasme sans souvenir et sans prévoyance, lança-t-il à la tribune de la Chambre des députés. Je ne me prosterne pas devant cette mémoire ; je ne suis pas de cette religion napoléonienne, de ce culte de la force que l’on veut, depuis quelque temps, substituer dans l’esprit de la nation à la religion sérieuse de la liberté ». Il ajoutait : « Oui, j’ai compris pour la première fois ce que valaient la pensée et la parole libres, en vivant sous ce régime de silence et de volonté unique dont les hommes d’aujourd’hui ne voient que l’éclat mais dont le peuple et nous nous sentions la pesanteur20. » L’occupation française est pourtant pratiquement absente de la correspondance et du fragment conservé du journal de route, les seuls échos directs du séjour dont nous disposions. En tout cas elle ne semble pas déranger ou interroger le voyageur. Par contre, dans les autres textes, le leader déchu de la révolution de février 1848 se fait historien, revenant sur les traces de la domination impériale exercée par la France sur l’Italie, et réglant ses comptes avec le bonapartisme dont il traque le visage dictatorial au plus près de la vie, des routes et de la sociabilité péninsulaires.

11Il faut dire aussi qu’après l’échec de la IIe République, l’écrivain Lamartine se trouve dans une position de rupture irréconciliable avec le régime de Napoléon III, et refuse « au nom de l’honneur » tous les secours que l’empereur propose de lui apporter sur sa cassette personnelle. Tout au plus acceptera-t-il qu’une « récompense nationale » soit votée par le Corps législatif, à l’instigation d’Émile Ollivier, en 1867, qui permettra de réduire ses dettes à un peu plus de deux millions de francs. Sans qu’il ait rompu avec les républicains, il a été tellement rejeté par eux, et il a tellement crié qu’il n’avait proclamé, en février 1848, qu’une république de nécessité, de paix sociale et de salut commun, qu’il lui arrive de se rapprocher, au moins en paroles, des légitimistes. Ainsi qu’il l’écrit à L’Union le 4 janvier 1859, « je suis né royaliste [...]. Je ne désavouerai pas ma considération héréditaire envers ce grand parti légitimiste qui est la noblesse du pays et qui peut rester toujours son honneur ».

  • 21 Le terme figure dans Graziella, op. cit., p. 42. Voir notre synthèse : Bourguinat (N.), « Brigandag (...)
  • 22 Lamartine (A. de), Mémoires de jeunesse, op. cit., p. 132. Sur l’expérience et le regard des voyage (...)
  • 23 Ibid., p. 136.

12En tout cas, son constat de la présence française en Italie est pratiquement l’opposé de celui de Stendhal, du moins une fois qu’il a quitté l’Italie du Nord. Rome notamment, abandonnée par le saint-père et désertée par ses moines, lui apparaît avec le recul comme une ville ruinée et déchue. Il donne même un chiffre de population (50000 âmes) qui exagère très largement la perte démographique alors subie par la Ville éternelle (bien réelle cependant, puisqu’elle était passée de 160 000 à 120 000 habitants environ). La déception et la frustration des jacobins italiens sont présentes par le biais du personnage de Giunto Tardi, ancien consul de la République romaine de 1798-1799. Les abus et les faiblesses du régime policier sont aussi discrètement signalés dans le récit lamartinien : censure du Jacopo Ortis de Foscolo, persécutions contre la religion qui fait traiter les Français de paganti par les humbles pêcheurs de Procida, insécurité et brigandage sur les routes... Aussi bien dans Graziella que dans les Mémoires, il décrit par exemple l’attaque de la voiture courrier faisant la liaison Rome-Naples dont il aurait été témoin à proximité de Velletri dans les derniers jours de novembre 1811, et souligne que la sécurité n’était vraiment assurée qu’aux environs de Naples même. Là encore, le texte n’est pas exempt d’approximations, ainsi dans le rapprochement qu’il fait avec les exploits du bandit Fra Diavolo, qu’on avait en réalité capturé et exécuté depuis plusieurs années déjà, dès 1806. Mais Lamartine n’oublie pas de rappeler au lecteur le « caractère politique » de ce brigandage, qui était certes de tradition aux confins du royaume de Naples et des Etats de l’Église (on parlait d’un « triangle de la mort » entre Velletri, Tivoli et Frosinone), mais que la domination française avait fait redoubler, tout en le combattant avec des méthodes inédites21. Tout cela néanmoins ne semble plus compter une fois arrivé dans la capitale, car Naples demeure un véritable « Éden22 » d’où toute trace des abus de la domination française paraît effacée, du moins très allégée. Même Dareste semble l’antithèse d’un profiteur de guerre : Lamartine a soin de rappeler que s’il est là, c’est parce que Murat, se souvenant de sa famille lyonnaise, a offert cette belle place à un homme ruiné par l’insurrection fédéraliste de 179323. Il n’en habite pas moins dans un couvent qui a été arraché à l’Église comme bien national, et, on l’a vu, Lamartine profite pleinement de son hospitalité.

  • 24 Voir F. L’Huillier, Lamartine en politique, Presses universitaires de Strasbourg, 1993.
  • 25 En 1856 encore, il écrit dans le t. 2 du Cours familier que l’unité de l’Italie « ne peut être que (...)
  • 26 Lamartine (A. de), Graziella, op. cit., p. 183.

13On en conclura que l’évocation du voyage de jeunesse dans ces travaux de l’âge mûr et de la vieillesse remplit plusieurs fonctions distinctes. Elle ouvre d’abord à une méditation sur l’avenir politique de l’Italie et sur les voies du Risorgimento. Lamartine avait plus ou moins manqué l’occasion, en 1848, d’appuyer le Piémont contre les Autrichiens et de contribuer directement à l’unité italienne24. Mais il croyait toujours « sentir battre dans ses membres encore enchaînés le pouls immortel de son génie » et persistait à rêver d’une fédération italienne, plutôt que d’un Etat piémontais qui répéterait les erreurs du centralisme français d’autrefois25. Il obéissait aussi bien sûr aux voix mystérieuses d’une géographie intime, car l’Italie avait continué d’occuper une grande place dans sa vie d’homme, via les séjours qu’il y avait accomplis comme diplomate (secrétaire de légation à Naples en 1820-1821 et chargé d’affaires à Florence de 1825 à 1828) ou à titre privé. Ainsi, selon les Confidences, c’est à l’occasion d’un voyage familial, entrepris en 1844 avec épouse et nièces que Lamartine entama Graziella (très précisément, alors qu’il se trouvait à Ischia, à quelques encablures de l’île de l’héroïne, Procida). De plus, l’Italie l’avait honoré très tôt comme poète, réservant le meilleur accueil aux Méditations de 1820 où plusieurs textes attestaient déjà que les réminiscences de son expérience de jeunesse hantaient Lamartine. Au soir de la vie de l’auteur, au terme d’années difficiles d’isolement et de gêne financière, cette réécriture du voyage obéissait enfin à une exigence de sincérité : l’écriture de l’intime s’attacha alors à dépouiller l’épisode des amours napolitains de 1812 des vanités qui avaient ampoulé ou gâté les transpositions ou témoignages précédents. Le voyage d’Italie devint pour Lamartine une métaphore de la quête de la pureté et de l’« amour vrai26 ».

Notes

1 Lamartine (A. de), Graziella, éd. J.-M. Gardair, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1979, p. 29.

2 Voir R. Doumic (éd.), « Le carnet de voyage de Lamartine en Italie », Le Correspondant, 25 juillet 1908, p. 260-275.

3 Morin (M.-R.) (éd.), Correspondance Alphonse de Lamartine Aymon de Virieu, t. 1, 1807-1815, Paris, PUF, 1987, et M.-R. Morin et C. Croisille (éd.), Correspondance d’Alphonse de Lamartine. Deuxième série (1807-1829), t. 1, 1807-1815, Paris, Champion, 2003.

4 Ils parurent en 1870, un an après la mort de Lamartine. On citera d’après la récente édition de Marie-Renée Morin : Lamartine (A. de), Mémoires de jeunesse, Paris, Tallandier, 1990.

5 Lamartine (A. de), Cours familier de littérature, Paris, 1865, t. 19, p. 264-265.

6 Lettre de Lamartine à Virieu, de Bologne, août 1811, dans Correspondance, op. cit., resp. p. 199 et p. 314.

7 Lamartine (A. de), Graziella, op. cit., p. 30.

8 Voir le Cours familier, t. 2, VII, XXVI, p. 67-69. Plutôt que de guide, Lamartine parle d’un « indicateur des monuments de Florence ».

9 Ibid., p. 39.

10 Dédeyan (C.), Lamartine et la Toscane, Genève, Slatkine, 1981, p. 15-17.

11 Lamartine (A. de), Mémoires de jeunesse, op. cit., p. 116.

12 Martinet (M.-M.), Le voyage d’Italie dans les littératures européennes, Paris, PUF, 1997.

13 Voir par exemple le passage sur les pifferari, ces « grossiers paysans couverts de peaux de mouton [qui] viennent donner des sérénades [de cornemuse] aux madones de Rome, à l’occasion de la Nativité », dans Stendhal, Voyages en Italie, éd. V. del Litto, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1973, p. 732 (en date du 21 décembre 1827).

14 Lamartine (A. de), Cours familier, t. 2, VII, XXXI, p. 80-81.

15 Lamartine (A. de), Graziella, op. cit., p. 30.

16 Ibid., p. 144.

17 Lamartine (A. de), Mémoires de jeunesse, op. cit., p. 132.

18 Lamartine (A. de), Graziella, op. cit., p. 108.

19 Ibid., p. 145.

20 Lamartine (A. de), « Sur la translation des restes mortels de Napoléon » (26 mars 1840), dans Œuvres complètes, t. 13, Etudes oratoires ou politiques, Paris, Firmin Didot, 1849, p. 287-288.

21 Le terme figure dans Graziella, op. cit., p. 42. Voir notre synthèse : Bourguinat (N.), « Brigandage, maintien de l’ordre et répression dans l’Italie napoléonienne centrale et méridionale », dans N. Petiteau (dir.), Conflits d’Empire, Poitiers, Presses de l’université de Poitiers, 2006, p. 13-30.

22 Lamartine (A. de), Mémoires de jeunesse, op. cit., p. 132. Sur l’expérience et le regard des voyageurs étrangers à Naples, qui était alors en pleine mutation, voir par exemple D. Richter, Napoli cosmopolita. Viaggiatori e comunità straniere dell’Ottocento, Naples, Electa, 2002 ou E. Kanceff (dir.), La scoperta del Sud, Moncalieri, Cirvi, 2001.

23 Ibid., p. 136.

24 Voir F. L’Huillier, Lamartine en politique, Presses universitaires de Strasbourg, 1993.

25 En 1856 encore, il écrit dans le t. 2 du Cours familier que l’unité de l’Italie « ne peut être que fédérative » (p. 30).

26 Lamartine (A. de), Graziella, op. cit., p. 183.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540