Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes du voyage

 | 
Dominique Dinet
, 
Jean-Noël Grandhomme

I – Portraits de voyageurs

Les missionnaires européens des Mers du Sud (fin xvie-début xixe siècle) : de la foi dans le voyage au voyage pour la foi

Céline Borello

Texte intégral

  • 1 Le terme de Pacifique fut donné par Pigafetta qui traversa cet océan avec Magellan en 1520-1521, ma (...)

1Parce que le voyage est indispensable aux missionnaires, il fait de ces derniers une catégorie non négligeable de voyageurs de l’époque moderne. À côté d’espaces particulièrement traversés par les missions chrétiennes dès le xvie siècle (Amérique du Sud, Asie...), il en est d’autres moins fréquentés qui permettent d’obtenir une vision générale, sur un temps relativement long, de ces voyageurs. Tel est le cas des Mers du Sud, dénomination de Vasco Núñez de Balboa en 15131. La présente réflexion portera sur factuelle Polynésie française – et plus particulièrement les îles de la Société, les Tuamotu et les Marquises –, explorée dès le xvie siècle et régulièrement abordée par les Européens à partir de la fin du xviiie siècle.

2Le propos est ici, au-delà d’un inventaire ou d’une typologie missionnaire, de voir comment ces voyageurs reflètent, par l’organisation même de leur périple, l’évolution de l’idée missionnaire au lointain et préfigurent l’échec ou non de ces entreprises, catholiques comme protestantes.

Des voyageurs pour la foi : un prosélytisme mosaïque

3Plusieurs figures missionnaires se détachent dans ces contrées lointaines du Pacifique. Nous entendons ici le mot missionnaire au sens large, c’est-à-dire toute personne ayant pour vocation de porter le message du Christ. Une triple typologie se dégage ainsi, qu’il s’agisse de marins empreints de foi catholique d’un xvie siècle finissant gagné à l’expansion maritime, de réguliers dont la mission est le métier ou bien encore de particuliers portés par un renouveau spirituel protestant.

  • 2 Baert (A.), Le paradis terrestre, un mythe espagnol en Océanie : les voyages de Mendaña et de Quiró (...)

4Les premiers hommes à véhiculer la religion chrétienne dans cet océan polynésien furent en effet les marins de la fin du xvie et du début du xviie siècle. Les tentatives, on le sait, furent nombreuses – et mortelles – dans le premier xvie siècle pour tenter de réaliser l’aller-retour dans l’océan Pacifique. Andrés de Urdaneta y parvint en 1565, grâce à la route du tornaviaje permettant de revenir en terre américaine par le nord. Il ouvrit ainsi la voie à toutes les expéditions ultérieures qui touchèrent les archipels qui nous intéressent, en particulier celle d’Alvaro de Mendaña qui accosta dans les îles Marquises en juin 1595. La foi de ces navigateurs dans un voyage long, difficile, périlleux et aléatoire trouve pour substrat et fondement leur confession catholique, à l’instar de Pedro Fernandez de Quirós qui déclare dans une de ses lettres en 1606 : « Je tiens particulièrement à ce que ce voyage se fasse, car j’en attends la propagation de notre sainte foi et la gloire de Dieu... Ce voyage se fera pour le service de Dieu et de notre sainte foi2 ».

  • 3 Voir A. Baert, « Les compagnons de Mendaña et Quirós dans la Met du Sud », Revue juridique polynési (...)
  • 4 Munilla (M. de), La Austrialia Del Espiritu Santo ; the Journal of Fray Martin De Munilla O.F.M. An (...)
  • 5 L’évangélisation espagnole continua tout de même dans le Pacifique asiatique avec notamment l’œuvre (...)

5À bord des navires de Mendaña et Quirós, ces premiers explorateurs espagnols du Pacifique (Mendaña toucha les Marquises, traversa les Salomon, Quirós aborda les Tuamotu, les Cook du Nord filant vers les Salomon et le Vanuatu), nous trouvons d’ailleurs des religieux, des franciscains, c’est-à-dire des réguliers qui évangélisèrent les Amériques, ce qui est logique car ces navires partaient du port de Callao, au Pérou. Ils étaient très peu nombreux, entre 4 et 6 sur 160 à 450 personnes embarquées en fonction des voyages (entre 1 et 2,5 % de l’équipage)3. Mais ils apparaissaient comme faisant partie du haut de la hiérarchie des personnes à bord, et certains d’entre eux semblaient avoir un caractère bien trempé à l’instar de Martin de Munilla, supérieur des franciscains de l’expédition de 1605-1606 : alors âgé de 80 ans, il mourut en mer lors du voyage de retour pour le Mexique4 Dès l’arrivée sur des îles que les navigateurs s’empressaient de nommer d’un patronyme chrétien (Sainte-Christine, Sainte-Isabel...), le personnel religieux célébrait une messe sur le rivage et érigeait une croix, comme cela se faisait couramment en Amérique. À leur départ des Marquises, en août 1595, Mendaña fit ainsi ériger des croix dans trois endroits différents, en plus de celle qui avait été sculptée sur un arbre avec indication du jour et de l’année. Ces voyageurs du début du xviie siècle furent les derniers, pour un long moment, à parcourir cet espace océanique polynésien, fermant par là même l’idée de mission jusqu’à la fin du xviiie siècle5.

  • 6 Pour plus de précisions sur ces deux religieux, consulter L. Tumahai, Les expéditions espagnoles à (...)
  • 7 Voir les différentes instructions à ce sujet dans L. Tumahai, op. cit., p. 235-237.
  • 8 Rodríguez (M.), Les Espagnols à Tahiti, trad. H. Belçaguy, Paris, Publications de la Société des Oc (...)

6Dans le dernier quart du Siècle des lumières, un second type de missionnaires de ces espaces polynésiens apparaît : il s’agit cette fois encore de réguliers espagnols et particulièrement de franciscains. Quelle différence y a-t-il entre ceux embarqués dans les voyages que nous venons de voir et ceux-ci ? Les premiers accompagnaient les explorateurs, alors que dans les années 1770, des frères embarquèrent avec l’espoir de rester et de convertir la population polynésienne. Pas tous, cependant, à l’instar des pères franciscains Juan Bonamo et Joseph Amich qui prirent part à différents voyages menés par le capitaine Felipe Gonzalez de Haedo, en 1770, et par don Domingo Boenochea, en mai 1772. Ces deux religieux, originaires du Colegio de Ocopa6 au Pérou, se joignirent à des expéditions qui avaient pour but de mieux connaître l’île de Pâques et les archipels polynésiens occidentaux ; l’objectif à terme était, bien sûr, de voir les possibilités d’établir une mission pour les Pascouans7. Deux autres franciscains inaugurèrent toutefois une nouvelle ère dans la christianisation de Factuelle Polynésie française, car ils partirent pour s’installer sur l’île de Tahiti (alors nommée Isla de Amat par les Espagnols) lors de la seconde expédition péruvienne de Boenochea : Narciso González, de la ville de Montemolín (Estrémadure), et Gerónimo Clota, de Olot (Catalogne). L’équipage arriva en novembre 1774, et un mois plus tard la mission était montée, permettant à quatre personnes (les deux franciscains, un matelot chargé de corvées diverses et Máximo Rodríguez, marin-interprète qui a livré son récit8) de rester sur place pendant près de dix mois, jusqu’en septembre 1775. Cependant, la mission tourna court et le navire venu ravitailler les quatre Espagnols se transforma en convoi de rapatriement ; nous y reviendrons.

  • 9 Wilson (J.), Un journal missionnaire dans l’océan du pacifique sud à bord du Dujfi, & Chroniques ta (...)
  • 10 En anglais : Memoir on the Most Eligible Part to begin a Mission.
  • 11 Murray (K.), « In the shadow of the missionary captain : Captain James Wilson and the LMS mission t (...)

7Nous trouvons enfin une troisième représentation du missionnaire, qui fait cette fois changer de religion : il s’agit de protestants anglais embarqués à bord du Duff, et qui accostèrent le 5 mars 1797 dans la baie tahitienne de Matavai9. La date est importante, car c’est encore aujourd’hui un jour férié en Polynésie française, commémorant l’arrivée de l’Évangile en terre tahitienne. Il est donc aisé de comprendre qu’ici, ce n’est pas l’échec qui marqua ce voyage mais la christianisation de cet espace. Qui étaient ces hommes ? Tous faisaient partie de la London Missionary Society (LMS) constituée en 1795 : après lecture des divers carnets de voyage décrivant les sociétés polynésiennes comme païennes et aux mœurs très libres (en particulier les journaux de Wallis, Bougainville, Cook et Bligh), cette association religieuse choisit donc Tahiti – et l’actuelle Polynésie française en général – pour terre de mission. Thomas Haweis, un des fondateurs de l’association, choisit pour titre du sermon de la première assemblée de la LMS : « Mémoire sur le lieu le plus approprié pour commencer une mission10 ». L’idée est reprise dans un article, la même année, pour le Magazine évangélique, intitulé « Le succès Très Probable d’une mission nécessaire des Mers du Sud11 ». Le capitaine James Wilson mena alors l’expédition : il embarqua, à bord d’un trois-mâts, vingt-deux hommes d’équipage. Ces missionnaires étaient un peu plus d’une trentaine, et l’on comptait parmi eux quatre pasteurs seulement, suivis de maçons, de charpentiers, d’un ébéniste, d’un tonnelier... et d’autres artisans permettant la construction d’une mission (à noter la présence d’un médecin) qui serait l’image de la société anglaise idéale. Cinq couples et deux enfants de douze et deux ans faisaient partie du voyage, ainsi qu’un bébé de seize semaines à peine. Tous partirent, après avoir été consacrés à la chapelle de Sion le 28 août 1796, de Grande-Bretagne le 30 septembre. Arrivés le 5 mars de l’année suivante dans la baie de Matavai, ils furent reçus à terre, le 7, par le jeune roi Pomaré II et sa femme.

  • 12 Robert Smirke, The Cession of Matavai by the High Priest of Tahiti, 1798, Grande-Bretagne, London M (...)

8Cette rencontre a d’ailleurs été imaginée et immortalisée par un tableau de Robert Smirke, commandé par la LMS en 1798 pour commémorer l’arrivée des missionnaires et la cession de la rivière et des terres de Matavai12.

Robert Smirke, The Cession of Matavai by the High Priest of Tahiti, 1798.

  • 13 Dans son journal, Wilson écrit de lui et de son compatriote Andrew Cornelius Lind : « Peter Haggers (...)
  • 14 Nom donné aux adorateurs du dieu Oro, réputés pour leurs chants et leurs danses.

9La scène se déroule sur la Pointe Vénus, le 16 mars 1797, au moment où les missionnaires obtiennent l’autorisation de s’y installer. Elle oppose symboliquement deux groupes : à droite, les missionnaires anglais ; à gauche, les Tahitiens, au premier rang desquels se trouvent le jeune Pomaré II et sa femme Tetua, sur les épaules de serviteurs. À la gauche de Pomaré II se tient l’interprète suédois Peter Haggerstein13, et, immédiatement derrière l’Européen, Itia, la mère du jeune roi. Le seul Tahitien se tenant à droite du tableau est Paitia, le chef du district, avec derrière lui les Henry, M. Jefferson et d’autres Anglais. La principale personne de ce côté de la composition est le capitaine Wilson, accompagné de son fils avec, à leurs pieds, Mme Hassel et ses enfants. À gauche, à côté du roi, se trouve son père Pomaré Ier, la partie supérieure de son corps dévoilée en hommage à son fils. Derrière lui on peut voir Hapai, le grand-père du roi. Haamanemane, le plus haut dignitaire de l’ordre des arii’oi14, se tient accroupi, pour symboliser l’abandon de cette terre tahitienne aux missionnaires anglais et, sans doute aussi, dans l’esprit du peintre et de ses commanditaires, le passage d’un ancien à un nouveau monde de croyance.

10Voici donc, rapidement dressées, ces trois figures de missionnaires qui peuplèrent ces Mers du Sud de la fin du xvie à la fin du xviiie siècle. Auxiliaire et moteur élémentaire des premiers explorateurs, la foi devint progressivement le but même du voyage sans toutefois, dans un premier temps, parvenir à convertir ces populations polynésiennes. Voyons pourquoi.

Des conditions de voyage peu propices à l’entreprise missionnaire

11L’entreprise de christianisation de factuelle Polynésie française par ces divers personnages a connu des destins variés. Des premiers voyages (années 1560-1600) et de ceux des années 1770, on ne peut que retenir l’échec des missionnaires. Il faut dire que les conditions mêmes de ces voyages étaient peu propices à une entreprise d’évangélisation.

12Dans le premier cas de figure, celui des navigateurs et des quelques religieux embarqués à bord des navires espagnols de Mendaña et Quirós, force est de constater qu’au-delà des déclarations d’intention, rien ne fut véritablement tenté. C’était, tout au plus, une christianisation rêvée et symbolique dont la première image était sans doute la nomination chrétienne des navires ou des îles simplement vues ou réellement visitées. Ainsi, les unités de la dernière expédition de Quirós, en 1605-1606, portaient toutes des noms évoquant saint Pierre, saint Paul ou les Rois mages, personnages actifs dans la propagation du message du Christ. Ces premières entreprises missionnaires étaient, somme toute, réduites à faire entrer dans l’univers chrétien des espaces jusqu’alors inconnus des Européens, comme l’atteste la construction d’« églises » par les marins arrivés sur certaines îles, lieux de culte qui n’étaient en fait que de simples cabanes de branches. On peut même avancer que ces actes symboliques marquaient plus les esprits des Espagnols que ceux des autochtones, plus intrigués que réellement convaincus. Quirós ne fut d’ailleurs pas dupe face au mimétisme de ceux qu’ils nommaient les « Indiens », lorsque les Européens pratiquèrent leur culte dans ces îles éloignées. Certes, quelques autochtones furent baptisés : entre 1568 et 1606, vingt-deux Océaniens furent instruits dans la foi catholique et emmenés à bord des navires, attestant les seules conversions de cette période. Mais cela reste trop marginal pour évoquer une réelle évangélisation des populations rencontrées en cette fin de xvie siècle. Il est vrai que le but de ces expéditions était avant tout de découvrir de nouveaux territoires, mais il est clair, nous l’avons vu, que le volet spirituel de ces voyages n’a pas été à la hauteur des attentes. D’ailleurs, les premiers religieux présents dans l’ère polynésienne n’avaient pas vraiment de moyens d’ériger des missions stables, devant repartir avec l’équipage. Rester sur ces terres était en effet hors de propos : les conditions de navigation ne permettaient pas encore d’être sûr de pouvoir retrouver les îles parcourues, rendant toute idée d’implantation missionnaire impossible.

13Il en allait autrement dans le deuxième cas de figure, celui des deux franciscains débarqués en 1774 à Tahiti. Depuis que Wallis, Bougainville et Cook étaient venus mouiller dans les eaux tahitiennes, on connaissait l’itinéraire de voyage vers la Polynésie. Mais il y eut, là encore, un revers cuisant, comme l’indique le père Clota dans une de ses lettres de novembre 1775, alors qu’il explique son échec :

  • 15 Transcrit par L. Tumahai, op. cit., t. I, p. 117 : « Decimos claramente segun lo que hemos visto y (...)

Nous disons clairement, d’après ce que nous avons vu et connu durant l’année écoulée, que nous sommes en train de vivre au milieu de barbares gentils, dont, dans l’état actuel où ils se trouvent, on ne peut espérer aucun progrès en matière de religion ni de sujétion à Dieu ni à notre Souverain, ni aucun espoir de réduction quelconque15.

  • 16 Plan de la baie de Tautira (Musée naval de Madrid) dans F. Mellén, « Un diario inédito sobre la pre (...)
  • 17 « Empaque general de todos los utensilios, viveresy demas havilitaciones que se han provehido, a co (...)

14Pourtant, le second voyage de Boenochea avait bien pour but de monter une mission qui s’accompagnerait d’une possibilité de fonder un établissement espagnol. Dès leur arrivée dans la baie de Tautira16 (alors dénommée Santa Cruz de Ojatutira), l’équipage partit en quête d’un terrain propice à l’érection d’une mission franciscaine. Pour ce faire, le capitaine fit monter à bord deux ari’i (chefs) pour leur expliquer ce qu’il comptait faire : trouver un terrain et construire une maison pour y laisser plusieurs hommes dont les deux franciscains. Le terrain fut rapidement trouvé, et donné avec enthousiasme par la mère du chef Vehiatua, avec une demande toutefois : celle de respecter le marae qui se trouvait non loin – le marae étant un lieu de cérémonie politique et cultuelle de la société tahitienne. Commença alors le déchargement de tout ce qui avait été apporté pour construire la mission, autant de preuves supplémentaires qu’il s’agissait bien d’installer des hommes de Dieu à demeure (l’inventaire des biens apportés comporte douze folios17, allant des vivres aux éléments permettant d’ériger une maison). Mais, malgré cette organisation qui paraissait sans faille, malgré l’accueil des Tahitiens qui semblait bon, malgré une première messe célébrée sur terre le 1er janvier 1775 pour marquer la fin des travaux, l’échec fut au rendez-vous. Les pères furent rapatriés au bout de dix mois au lieu d’être ravitaillés, signe encore que si les choses s’étaient bien déroulées, la connaissance de la navigation en ce dernier tiers du xviiie siècle aurait permis un suivi de la mission. Comment expliquer l’échec des missionnaires espagnols ?

15Cette fois-ci ce ne sont pas les moyens matériels qui ont manqué, c’est plus du côté des hommes qu’il faut chercher une réponse. En effet, les sources convergent pour montrer que les deux franciscains n’ont pas su – ou pas pu – faire face à la situation dans laquelle ils se trouvaient, ce qu’indique le rapport du vice-roi Manuel de Amat :

  • 18 Transcrit par L. Tumahai, op. cit., t. I, p. 75 : « Estos manifestaron una gran displicencia en mat (...)

Ils [les pères] ont manifesté une grande indifférence à se maintenir dans l’île : la crainte, éloignée du zèle apostolique, a servi de prétexte pour rechigner à la conversion des infidèles insulaires [...] ils n’ont fait aucun progrès pendant tout le temps qu’a duré leur présence sur file [...] vivant perpétuellement dans le soupçon d’hostilité qu’ils imaginaient de la part des Indiens18.

  • 19 Dix-huit folios, à peine, pour couvrir les dix mois de leur séjour. Voir la transcription dans L. T (...)

16Que s’est-il donc passé ? Plusieurs éléments, dans les écrits de Máximo Rodríguez, mettent en lumière les raisons de l’échec missionnaire. Tout d’abord, les deux franciscains ont été peu respectueux des traditions polynésiennes : les pierres du marae ont ainsi été déplacées malgré les demandes des autochtones. Ces manquements installèrent, de fait, une distance entre les Espagnols et les Tahitiens, distance qui n’existait pas initialement. De plus, et par voie de conséquence, les rapports entre les deux communautés se tendirent, et les pères vécurent dans la crainte d’être tués (l’idéal du martyr, cher aux franciscains, semble avoir trouvé ici ses limites). Leur journal montre qu’à partir du 27 juillet, ils sont restés sur leurs gardes19. On imagine l’attente, et le soulagement de voir les voiles de la frégate dirigée par Cayetano de Langara, venue ravitailler en vivres et en outils la mission.

  • 20 Tumahai (L.), op. cit., t.I, p. 117.

17Qu’a-t-il donc manqué à ces franciscains ? Peut-être une motivation réelle dans ce voyage tahitien, peut-être une capacité d’adaptation à cette île tropicale si différente de l’Espagne ou du Pérou. Sans doute aussi de la persévérance à la tâche, car ils se désespérèrent assez rapidement20 (dans les trois mois qui suivirent leur installation). Pour eux en tout cas, l’entreprise était impossible :

  • 21 Transcrit par L. Tumahai, op. cit., t. I, p. 117 : « Para sacarlos de tan lamentable estado y poner (...)

Pour les sortir d’un état si lamentable et les mettre sur le chemin du salut, il n’y a pas d’autre moyen que de les obliger à vivre dans des villages et les subordonner à la justice, pour que les évangélisateurs puissent avec la lumière de la sainte prédication, les tirer des ténèbres des erreurs dans lesquelles ils se trouvent. Et cela nécessite plusieurs années, parce qu’il est indispensable que les convertisseurs apprennent parfaitement leur langue pour la prédication et le catéchisme21.

18Au cœur de cette attitude, on peut aussi postuler une absence de connaissance de ce qu’étaient la culture et la société tahitiennes. Le récit du voyage de Samuel Wallis par John Hawkesworth parut en 1773, Bougainville publia son Voyage autour du monde en 1771, les collaborateurs de Cook (Sydney Parkinson, Joseph Banks, John Marra...) publièrent également leurs journaux de voyage, mais il est peu probable que les franciscains espagnols les aient lus. Ce qu’ils connaissaient de la Polynésie, c’était essentiellement ce que le premier voyage de Boenochea avait pu leur apprendre, ce qui était déjà considérable pour l’époque, mais ne pouvait empêcher les malentendus culturels. Vingt-cinq ans plus tard pourtant, d’autres missionnaires arriveront dans cette même île de Tahiti, et parviendront au bout de vingt autres années à la christianisation des îles polynésiennes.

Un voyage missionnaire abouti des Mers du Sud : le cas du protestantisme anglais

19En effet, le troisième cas de figure fut une vraie réussite pour les missionnaires anglais, ce qui se matérialisa par la conversion en 1819 du « roi » de Tahiti, Pomaré II, accompagnée de celle de la population polynésienne.

  • 22 Parmi ceux qui sont partis de Tahiti, on trouve les Henry, si présents dans le tableau de Robert Sm (...)

20Qu’est-ce qui, par rapport à la mission espagnole précédente, leur a permis d’obtenir ce succès ? On pourrait objecter que le nombre de missionnaires n’est pas le même : les franciscains étaient deux, quatre personnes pour la mission en tout si l’on compte le matelot et Máximo Rodríguez, tandis que les missionnaires anglais étaient près d’une trentaine. Mais seulement dix-huit débarquèrent à Tahiti, les autres étant destinés aux îles Tonga et aux Marquises. De plus, au bout d’une année, ils n’étaient plus que sept à être encore à Tahiti : le reste était parti à bord du Nautilus pour Port Jackson [Sydney], manifestant une incapacité de s’acclimater à l’île22. On le voit, donc, le nombre ne peut véritablement être avancé comme facteur explicatif, et quand bien même les Anglais étaient deux fois plus nombreux que les Espagnols, ils restaient largement minoritaires face à la société tahitienne.

  • 23 Le fond de cette carte est issu de William Wilson, The Island of Otaheite According to the Survey t (...)

21Une première explication peut être géographique. En effet, les Espagnols ont jeté l’ancre et construit leur mission sur la presqu’île, dans la baie de Tautira (1). Les Anglais, quant à eux, ont mouillé dans la baie de Matavai (2), près de factuelle ville de Papeete23. Cette baie était alors la principale porte d’entrée et de sortie des échanges entre Européens et Tahitiens – depuis que Cook y avait mouillé en 1769. Dans le premier cas, il s’agissait d’un lieu dominé par un chef peu puissant ; dans l’autre, Tu (Pomaré Ier) et son fils Pomaré II, grâce aux échanges avec les Européens, commençaient à prendre un net ascendant sur les autres chefferies de l’île. La géographie du mouillage et de l’implantation de la mission a donc certainement eu une incidence sur le devenir de l’entreprise missionnaire, même si on ne peut affirmer que les capitaines des navires espagnols ou anglais avaient pleinement conscience que le territoire sur lequel ils allaient accoster scellerait de la sorte le destin de leur mission.

William Wilson, The Island of Otaheite According to the Survey taken by Cap. Cook 1769.

22Un autre élément à prendre en compte est la préparation au voyage. Ainsi, à bord du Duff, les missionnaires profitèrent de longs mois de voyage (six au total) pour étudier la société qu’ils s’apprêtaient à rencontrer : anatomie, théologie, apprentissage de la langue tahitienne, etc. Ainsi,

  • 24 Le pasteur Samuel Greatheed a été associé, en tant qu’administrateur à l’Evangelical Magazine (appa (...)
  • 25 Morisson (J.), Journal de James Morisson, second maître à bord de la Bounty, trad. B. Jaunez, Paris (...)
  • 26 Jaunez (B.), « Préface », dans J. Morisson, op. cit., consultable en ligne, URL : http://www.oceani (...)

pendant la première moitié de l’année 1796, Samuel Greatheed24 en collaboration avec Haweis, le meilleur connaisseur de l’Océanie parmi les dirigeants de la LMS, avait composé, à l’usage des missionnaires, un manuscrit sur les voyages et les observations déjà faits en Océanie. Bien entendu, on emporta aussi une copie de ce manuscrit sur le Duff et avec les manuscrits de Morrison et de Heywood25 [...]. Le récit de Greatheed se basait non seulement sur tous les récits imprimés qu’on avait pu trouver, mais aussi sur des informations orales de personnes ayant visité Tahiti les années précédentes, entre autres celles du lieutenant Corner, de la Pandora, qui avait fait à Haweis une description détaillée de l’expédition de son navire et de la capture des mutins de la Bounty26

23Seules vingt-cinq années séparent l’arrivée des franciscains espagnols et celle des missionnaires anglais, mais durant ce laps de temps les navires européens se sont multipliés dans les eaux polynésiennes et les informations – orales ou écrites – considérablement accrues.

24À cela il faut ajouter la persévérance de certains missionnaires : tous, bien sûr, ne restèrent pas, mais certains d’entre eux demeurèrent assez longtemps pour réellement tisser des liens avec les autochtones. Tel est en particulier le cas de Henry Nott, qui devint un ami proche de Pomaré II et participa dans une large mesure à sa conversion. Il est d’ailleurs important de noter qu’il a joué un rôle considérable pour la société tahitienne en général, étant celui qui a traduit la Bible en tahitien – entreprise, là aussi, preuve de persévérance, cette traduction ne fut achevée qu’en 1838 ! De ce point de vue, le protestantisme a montré une réelle volonté de communiquer avec les Tahitiens, transformant profondément la société autochtone, la faisant passer d’une culture traditionnelle – orale – à une culture écrite dominante.

  • 27 Voir notamment J.-P. Delbos, La Mission du bout du monde : la fantastique aventure des bâtisseurs d (...)

25C’est ainsi qu’initiées au xvie siècle, les missions ont trouvé leur aboutissement au début du xixe siècle : les missionnaires protestants anglais ont réalisé – certes dans une version confessionnelle différente – les desseins des premiers navigateurs espagnols, ouvrant l’espace polynésien aux deux Eglises chrétiennes si familières au continent européen. Ils ont, en effet, par leur réussite, grandement ravivé la volonté catholique, et dans les années 1830, le catholicisme français s’est enfin implanté à partir de l’archipel polynésien des Gambier27.

26Nous avons donc affaire à des voyageurs très divers, par leur nationalité, leur statut ou encore leur religion. Cependant, la foi dans le voyage entrepris, elle6même portée par la foi en Dieu qui les caractérise tous, est au cœur de ce qui les rassemble. L’échec des uns a permis la réussite des autres et, bien plus, l’implantation dans la société polynésienne a entraîné l’apparition de nouveaux missionnaires. À partir des années 1820, le voyage pour la foi chrétienne a été intériorisé par les autochtones, et sont alors apparus les teachers polynésiens, gagnant le reste du Pacifique pour convertir d’autres îliens. Le voyage missionnaire, dans ces Mers du Sud, a été générateur d’une nouvelle religion, mais aussi d’un nouveau type de voyageur dans ces contrées océaniennes.

Notes

1 Le terme de Pacifique fut donné par Pigafetta qui traversa cet océan avec Magellan en 1520-1521, mais ce nom fut plus long à s’imposer.

2 Baert (A.), Le paradis terrestre, un mythe espagnol en Océanie : les voyages de Mendaña et de Quirós, 1567-1606, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 65. Le récit de Quirós est accessible en français : Quirós (P. F.), Histoire de la découverte des régions australes. Îles Salomon, Marquises, Santa Cruz, Tuamotu, Cook du Nord et Vanuatu, éd. A. Baert, Paris, L’Harmattan, 2001.

3 Voir A. Baert, « Les compagnons de Mendaña et Quirós dans la Met du Sud », Revue juridique polynésienne, no 8, 2002, p. 257-268.

4 Munilla (M. de), La Austrialia Del Espiritu Santo ; the Journal of Fray Martin De Munilla O.F.M. And Other Documents Relating to the Voyage of Pedro Fernandez De Quiros to the South Sea (1605-1696) and the Franciscan Missionary Plan (1617-1627)..., éd. C. Kelly, Cambridge University Press, 1966.

5 L’évangélisation espagnole continua tout de même dans le Pacifique asiatique avec notamment l’œuvre des jésuites dans les Mariannes. Voir C. Borello, « La première évangélisation du Pacifique par les missionnaires catholiques espagnols », dans F. Angleviel (dir.), Pedro Fernandez de Quirós et le Vanuatu. Découverte mutuelle et historiographie d’un acte fondateur, 1606, Port-Vila, 2007, p. 267-281.

6 Pour plus de précisions sur ces deux religieux, consulter L. Tumahai, Les expéditions espagnoles à Tahiti au xviiie siècle. Edition critique du manuscrit de Máximo Rodríguez (1774-1775), Lille, Septentrion, 2000, p. 51.

7 Voir les différentes instructions à ce sujet dans L. Tumahai, op. cit., p. 235-237.

8 Rodríguez (M.), Les Espagnols à Tahiti, trad. H. Belçaguy, Paris, Publications de la Société des Océanistes, no 45, 1995.

9 Wilson (J.), Un journal missionnaire dans l’océan du pacifique sud à bord du Dujfi, & Chroniques tahitiennes. Journal de mer, journaux de terre, Tahiti, Société des études océaniennes, 1997.

10 En anglais : Memoir on the Most Eligible Part to begin a Mission.

11 Murray (K.), « In the shadow of the missionary captain : Captain James Wilson and the LMS mission to the Pacific », International Bulletin of Missionary Research, avril 2007. Article consultable en ligne, URL : http://www.accessmylibrary.com/coms2/summary_0286-32681649_ITM (consulté le 10 janvier 2008).

12 Robert Smirke, The Cession of Matavai by the High Priest of Tahiti, 1798, Grande-Bretagne, London Missionary Centre.

13 Dans son journal, Wilson écrit de lui et de son compatriote Andrew Cornelius Lind : « Peter Haggerstein, âgé de 40 ans, natif d’Elsinfors dans la Finlande suédoise, avait été abandonné ici [Tahiti] par le capitaine New du Daedalus. [Il] parlait un assez bon anglais et connaissait assez bien la langue tahitienne, aussi nous espérions qu’il nous rendrait de grands services. » Ces vœux ont été exaucés. Voir J. Wilson, op. cit., p. 34.

14 Nom donné aux adorateurs du dieu Oro, réputés pour leurs chants et leurs danses.

15 Transcrit par L. Tumahai, op. cit., t. I, p. 117 : « Decimos claramente segun lo que hemos visto y experimentado en el decurso de un año, que estamos viviendo entre estos gentiles bar baros, que en la presente ocasion y estado en que se hallan, ningun progreso se puede esperar en punto de religion y basallage a Dios y nuestro soberano, ni esperanza alguna de su reduccion ».

16 Plan de la baie de Tautira (Musée naval de Madrid) dans F. Mellén, « Un diario inédito sobre la presencia española en Tahiti (1774-1775) », Revista Española del Pacífico, no 2, 1992, consultable en ligne, URL : http://www.cervantesvirtual.com/servlet/SirveObras/01371630566724836320035/p0000003.htm (consulté le 10 janvier 2008).

17 « Empaque general de todos los utensilios, viveresy demas havilitaciones que se han provehido, a consequencia del Decreto de este Superior Govierno de 5 de julio del presente año... ». Voir L. Tumahai, op. rit., p. 66, n. 106.

18 Transcrit par L. Tumahai, op. cit., t. I, p. 75 : « Estos manifestaron una gran displicencia en matenerse en dieha ysla : el temor apartodo del celo apostolico sirvío de pretexto para nagarse a la eomberrion de aquellos infieles ysleños [...] sin que huviesen hecho progreso alguno en tanto que duraron en dicha ysla [...] viviendo siempre reeelosos de las ostilidades que imaginaban de los Yndios ».

19 Dix-huit folios, à peine, pour couvrir les dix mois de leur séjour. Voir la transcription dans L. Tumahai, op. cit., t. I, p. 259-268.

20 Tumahai (L.), op. cit., t.I, p. 117.

21 Transcrit par L. Tumahai, op. cit., t. I, p. 117 : « Para sacarlos de tan lamentable estado y ponerlos en via de salbacion, no consideramos otro medio que obligarlos a vivir en pueblos y subordinacion a justicia, para que los ministros evangélicos puedan con la luz de la predicacion santa, sacarlos de las tinieblas de los errores en que se hallan. Y para esto se necesitan algunos años, porque es condicion necesaria, que los comberseros aprendan el ydioma de ellos, con toda perfeccion para poderlos predicar y formar catecismo ».

22 Parmi ceux qui sont partis de Tahiti, on trouve les Henry, si présents dans le tableau de Robert Smirke.

23 Le fond de cette carte est issu de William Wilson, The Island of Otaheite According to the Survey taken by Cap. Cook 1769. Corrected by his later Astronomical Observations, 1799, Londres, consultable en ligne, URL : http://www.gracegalleries.com/Pacific_Ocean_Listings.htm (consulté le 10 janvier 2008).

24 Le pasteur Samuel Greatheed a été associé, en tant qu’administrateur à l’Evangelical Magazine (apparu en 1793) et un des directeurs de la LMS.

25 Morisson (J.), Journal de James Morisson, second maître à bord de la Bounty, trad. B. Jaunez, Paris, Publications de la Société des Océanistes, no 16, 1956 ; il semble que P. Heywood ait réalisé un recueil de vocabulaire et de grammaire tahitiens.

26 Jaunez (B.), « Préface », dans J. Morisson, op. cit., consultable en ligne, URL : http://www.oceanistes.org/fr/publications/16/pres.htm (consulté le 10 janvier 2008).

27 Voir notamment J.-P. Delbos, La Mission du bout du monde : la fantastique aventure des bâtisseurs de cathédrales dans l’archipel des Gambier, Papeete, Éd. de Tahiti, 2002. Sur l’œuvre missionnaire du xixe siècle, se reporter à C. Laux, Les théocraties missionnaires en Polynésie : Tahiti, Hawaii, Cook, Tonga, Gambier, Wallis et Futuna au xxe siècle : des cités de Dieu dans les mers du Sud ?, Paris, L’Harmattan, 2000. Les Eglises protestantes françaises se développèrent également, en particulier après la signature du protectorat en 1842 ; voir J.-P. Zorn, Le grand siècle d’une mission protestante. La Mission de Paris de 1822 à 1914, Paris, Karthala, 1993.

Table des illustrations

Légende Robert Smirke, The Cession of Matavai by the High Priest of Tahiti, 1798.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8168/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende William Wilson, The Island of Otaheite According to the Survey taken by Cap. Cook 1769.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8168/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 270k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540