Version classiqueVersion mobile

Les formes du voyage

 | 
Dominique Dinet
, 
Jean-Noël Grandhomme

I – Portraits de voyageurs

Étrangers et étranges : terre et paysans d’Alsace vus par les ressortissants d’outre-Rhin et d’outre-Vosges aux xviie et xviiie siècles

Jean-Michel Boehler

Texte intégral

  • 1 Neyremand (E. de), Séjours en Alsace de quelques hommes célèbres, Colmar, 1860 ; Stoeber (A.), Curi (...)
  • 2 Nous ne développerons pas l’abondante littérature consacrée aux voyageurs français en France : voir (...)

1Les voyageurs qui ont parcouru l’Alsace entre 1648 et 1789 nous ont laissé deux types de témoignages : soit des « journaux » de voyage, documents bruts rédigés au jour le jour, soit, le plus souvent, des « récits » de voyage, plus élaborés, mais qui établissent une certaine distance entre le vécu du voyage et l’interprétation qu’ils sont conduits à en faire par la suite1. Il n’est pas question ici de dresser, de façon exhaustive, la liste de ces témoignages (nous en avons répertorié près d’une centaine pour la période considérée), qui se révèlent pourtant irremplaçables pour l’approche et la connaissance d’une province, mais d’en dégager la double originalité : d’une part, le déséquilibre entre la ville et la campagne, la première étant plus volontiers visitée que la seconde ; d’autre part, la différence de perception qu’en ont les régnicoles, qui découvrent une province « nouvellement conquise », et les étrangers au royaume, Allemands, Suisses, Anglais et Russes, plus sensibles sans doute à la spécificité de ce « pays d’entre deux » que les premiers décrivent comme une terre aussi étrange qu’étrangère à leurs yeux2. Pour les uns et les autres se posent trois séries de questions : qui sont-ils et que cherchent-ils ? Que découvrent-ils et en quoi est-ce nouveau par rapport à ce qu’ils connaissent ? Enfin, nous nous interrogerons sur la validité de leur témoignage, ses limites et la nécessité de le confronter à des sources de nature différente.

Qui sont-ils et que cherchent-ils ?

2Trois facteurs contribuent à éclairer ces témoignages : les motivations personnelles de leurs auteurs, leur formation intellectuelle et leur statut social.

  • 3 Voss (J.), « Transferts culturels franco-allemands à l’époque des Lumières », dans Les ateliers de (...)
  • 4 Montaigne (M. de), Journal de voyage en Italie, par la Suisse et l’Allemagne en 1580 et 1581, Paris (...)
  • 5 À partir de Dichtung und Wahrheit de Goethe, voir le « Récit d’une excursion faite en Basse-Alsace (...)
  • 6 On trouvera l’essentiel de ces relations dans les ouvrages de synthèse cités n. 1 (E. de Neyremand,(...)
  • 7 Rouvière (H. de), Voyage du Tour de la France (itinéraire de Paris à Strasbourg...), Paris, 1713, p (...)
  • 8 Lavoisier (A. L. de), Correspondance, 1763-1769, t. I, Paris, 1955.
  • 9 Andrault de Langeron, Journal de voyage dans les Evêchés, en Alsace et en Franche Comté, 1773, Serv (...)

3Les motivations personnelles. Il n’y a certes pas grand-chose à apprendre de ceux qui se déplacent pour des raisons professionnelles ou corporatistes (c’est le « voyager utilement de Diderot », lui-même peu enclin à se lancer sur les routes). Les artisans itinérants à la recherche de travail dans ce pays d’immigration qu’est l’Alsace entre 1650 et 1750, n’écrivent guère. Les marchands à la recherche de partenaires commerciaux potentiels, obsédés par quelque intérêt mercantile, ne prennent pas le temps d’écrire, si les exigences de leur comptabilité ne le leur imposent pas. Les intellectuels qui se déplacent d’université en université et les étudiants, diplômés de la faculté ou en voie de l’être qui, au cours d’une peregrinatio academica, sont en quête de grades universitaires – en particulier dans des universités aussi prestigieuses que celle de Strasbourg réputée pour la médecine, le droit et l’architecture3 –, ne nous renseignent qu’occasionnellement : Montaigne4 qui fréquente les auberges allemandes et Goethe5 qui pousse jusqu’à Sessenheim constituent d’heureuses exceptions. Restent les voyages spécialisés, littéraires et artistiques (les bénédictins de la congrégation de Saint-Maur, Dom Ruinart en compagnie de Mabillon, Dom Durand et Dom Martène à la fin du xviie et au début du xviiie siècle, puis Dom Calmet en 1748 ; les poètes Alfieri et Delille, sans oublier Charles-Étienne Jordan, féru d’archéologie6) ou scientifiques (Henry de Rouvière, apothicaire du roi qui décrit, en 1703, l’amphithéâtre d’anatomie de Strasbourg7, et Lavoisier qui parcourt les provinces de l’Est pour collecter des échantillons de minerai pour l’atlas minéralogique commandé à Guettard8) ou encore stratégiques, du fait de la proximité de la frontière (Langeron et Guibert, inspecteurs des fortifications, qui sont intéressés par les places fortes9) Quelles que soient les spécialisations de leurs auteurs, il n’y a aucune raison de les écarter d’emblée, car c’est au détour d’une phrase que les uns et les autres peuvent nous livrer des informations ponctuelles, y compris sur une campagne qui, certes, ne les intéresse guère mais que, de gré ou de force, ils sont conduits à traverser. Car, pour les historiens que nous sommes, l’approche de la toile de fond peut se révéler aussi intéressante que la connaissance de l’objet du voyage lui-même.

  • 10 Grimm (J. F. K), Bemerkungen eines Reisenden.Altenburg, t. I, 1775 ; Auswahl kleiner Reisebeschreib (...)
  • 11 Pour Louis Bergeron, voir F.-G. Pariset, « Impressions de voyage en Alsace au début du xviie siècle (...)
  • 12 De Beatis (A.), Description de la Haute Allemagne d’après le moine florentin Antonio de Beatis (151 (...)
  • 13 Karamzine (N.), Voyage en France (1789-1790), éd. A. Legrelle, Paris, 1885.
  • 14 Pour Thomas Coryat, voir A. Koszul, « Les crudités de Thomas Coryat... », dans La vie en Alsace, 19 (...)
  • 15 La Grange (J. de), L’Alsace en 1700. Mémoire sur la province d’Alsace de l’intendant Jacques de La (...)
  • 16 Nerlinger (C.), « Une description de l’Alsace en 1662 par Pierre du Val, géographe du Roi », Revue (...)
  • 17 Pour Lazare de La Salle de L’Hermine, dit Jacques de L’Hermine, voir n. 11.

4Il n’est d’ailleurs pas indifférent de savoir si l’Alsace constitue un simple lieu de passage ou le but même du voyage. Simple lieu de passage pour la plupart des voyageurs allemands10 (Grimm, Schmohl, Sander, Göcking, Storch, Merckel, Meiners, Kranz) et français11 (Louis Bergeron de 1600 à 1617, L’Hermine de 1674 à 1681, puis, au xviiie siècle, Mlle de Mortemart, le marquis du Pezay, François Marlin, la comtesse de Sabran, Mme Roland, Armand Gaston Camus, etc.), ou encore italiens12, voire russes13 ou anglais14 (tel est le cas de Thomas Coryat, auteur, en 1610, des Crudités hâtivement avalées, de Karl Ignaz Geiger en 1789, de Piaggino en 1793 et, bien entendu, d’Arthur Young en 1789) : tous traversent la province en long ou en large de Bâle à Strasbourg, de Paris ou de Berlin à Saverne. D’autres sont amenés à s’installer en Alsace pour y faire carrière : à savoir ces « faux voyageurs » que sont les fonctionnaires en mission, expressément mandatés pour informer l’État sur la situation politique et militaire, l’organisation économique, sociale et religieuse d’une province mal connue. Tel est le cas de la plupart des intendants15 qui sont des gens de « l’intérieur », « parachutés » dans une région nouvellement conquise et qui nous feraient passer insensiblement, d’un genre littéraire à l’autre, du « journal de voyage » au « mémoire », s’ils n’étaient pas accompagnés d’un certain nombre d’agents subalternes comme Pierre Duval, géographe du roi16, ou encore Jacques de L’Hermine17, commissaire aux fermes en mission dans le Sundgau, qui, par rapport aux intendants qui se succèdent, présente l’avantage de revenir à plusieurs années d’intervalle, en 1674-1676 et en 1681, et par conséquent de proposer un tableau plus évolutif, moins statique, que ne le ferait le mémoire d’un intendant ; on comprendra qu’entre le récit de voyage d’un L’Hermine, ce dernier fût-il un serviteur de l’État, et le rapport de l’intendant de La Grange, se dessinent plus que des nuances : une construction et une finalité différentes.

  • 18 L’observateur inconnu de 1780 (voir A. Stoeber, op. cit., p. 165-174 et A. Hertzog, « Elsässische L (...)

5Pourtant, entre des informateurs si divers, qui écrivent souvent en marge des usages codifiés, il y a bien des points communs qui sont à chercher davantage dans leur niveau social que dans leurs motivations qui, du coup, peuvent paraître secondaires. En effet, les relations émanent le plus souvent d’aristocrates et de bourgeois cultivés, les seconds imitant volontiers les premiers, dont il n’est pas toujours facile de saisir le niveau social et culturel, car certaines de ces relations sont restées anonymes18 tandis que, pour d’autres, un titre ou une particule (le marquis de Pezay, von Göcking, Henry de Rouvière, le comte de Guibert, la comtesse de Sabran) nous fournissent une première indication, sans plus...

  • 19 Schlözer (A. L.), Vorlesungen über Land-und Seereisen... Nach dem Kollegheft des stud. Jur. E. F. H (...)
  • 20 Mémoires de la baronne d’Oberkirch sur la Cour de Louis XVI et la société française en 1789, éd. S. (...)
  • 21 Voir n. 15 (p. 444-445).
  • 22 Voir n. 5.
  • 23 Le problème est évoqué dans « Eine Reise durch Elsass, Lothringen und dem Rhein Entlang », dans Aus (...)
  • 24 Moureau (F.), « L’œil expert : voyager, explorer », Revue Dix-huitième siècle, XXII, 1990, introduc (...)

6Rappelons enfin que le voyage reste un plaisir et un luxe : il faut débourser, dit August Ludwig Schlözer vers 1773-1774, entre 30 et 60 livres pour faire en 12 jours le parcours Paris-Strasbourg, selon que l’on emprunte la Postkutsche ordinaire ou la diligence19. Par ailleurs, qui donc, en dehors de quelques privilégiés, peut voyager pour son plaisir ou pour parfaire sa formation, le déplacement devenant, dans ce cas, un instrument de connaissance ? Or ce genre de voyageur ne cherche pas à connaître la campagne, par manque de curiosité ou par désintérêt : c’est là une question de formation intellectuelle. Passons sur ceux qui la fréquentent au nom de la mémoire des lieux, de l’évocation d’un passé révolu ou d’un retour aux sources : tel est le cas de la baronne d’Oberkirch quand, à la fin de l’Ancien Régime, elle retrouve les lieux de son enfance en s’arrêtant, lors de ses pérégrinations, en Basse Alsace à Schweighouse et en Haute Alsace au château de Freundstein ou à Soultz20. Mais le problème réside surtout chez ceux qui ne font que passer : au début du xviiie siècle, l’intendant de La Houssaye dénonce la tendance à la généralisation de ceux « qui viennent de Paris à Strasbourg par la route de Saverne » et qui « ne font que s’écrier sur la bonté et la beauté de cette province n’aïans pas connaissance des Païs ingrats et peu fertiles qui en dépendent21. » Il faut ajouter que la campagne n’est généralement visitée qu’en été, quand elle est couverte de moissons dont on se contente de noter qu’elles sont « abondantes ». N’a-t-on pas reproché au jeune Goethe de s’être forgé, avec une âme de poète, une vue partielle et idyllique de la campagne alsacienne du haut de la plate-forme de la cathédrale de Strasbourg, plutôt que de chercher à connaître les réalités rurales de Sessenheim où il avait bien autre chose à faire22 ? Et pourtant la campagne est incontournable, et même si la voiture fermée ne favorise pas la contemplation, même s’il est déconseillé aux voyageurs étrangers de s’écarter des grandes routes sous peine de se rendre suspects23, on ne peut s’empêcher de voir et de décrire les paysages rencontrés24. Mais il reste que, au cours de ce qui est une simple promenade, on ne pénètre pas, on ne s’approprie pas la campagne qui, terra incognita, attend, dans une large mesure, d’être « inventée » au sens premier du terme. Il en résulte un regard forcément sélectif, dans lequel la campagne, rapidement parcourue et toujours reléguée à l’arrière-plan, joue le rôle secondaire de no man’s land, c’est-à-dire d’espace neutre, intermédiaire ou de jonction entre deux villes, sans qu’il ne donne lieu, sauf exceptionnellement, comme chez Arthur Young, à des descriptions dignes d’intérêt, et cela même à une époque où le goût de la nature est dans l’air du temps à la suite d’un « effet Rousseau ». Résultat : 20 % seulement du volume des récits sont consacrés à la campagne contre 80 % à la ville, par des visiteurs qui sont avant tout des gens aisés et cultivés.

  • 25 Le Breton (D.), La saveur du monde. Une anthropologie des sens, Paris, 2006, p. 76-87.

7Voilà qui devrait conduire certains voyageurs à observer cet espace, sans pour autant étendre leur curiosité à la société rurale, au travail des paysans ou à la nature des productions agricoles : on est loin des annotations des physiocrates ou des agronomes qui collectent des renseignements en vue d’un inventaire des ressources ! En réalité, pour nos informateurs, voyager signifie aller de ville en ville, la ville étant une oasis de civilisation et l’urbanité la seule sociabilité concevable (sauf peut-être pour L’Hermine et de Pezay). C’est que la plupart d’entre eux font partie de la frange dominante de la société, d’une élite assurée de la supériorité de sa culture qui, avec une forte conscience du « moi » et un « ego » surdimensionné, ne s’intéresse qu’à la société à laquelle ils s’identifient et qu’ils considèrent comme étant la seule digne d’être approchée25. Et les lieux qu’ils fréquentent (hôtels de ville, églises, palais, châteaux de campagne tout au plus) sont des sites obligés. Les contacts qu’ils nouent, moyennant l’adoption de normes de comportement et de bonnes manières, répondent aux critères urbanistiques classiques et aux centres d’intérêt qu’ils affectionnent (l’art, l’urbanisme, le système défensif des villes qui intéresse tant Victurnienne de Mortemart...). On débouche en définitive, bien souvent, sur des considérations simplificatrices et des jugements de valeur à l’emporte-pièce.

  • 26 Livet (G.), « Des mots et des images », Colloque de méthodologie iconographique, Strasbourg, avril (...)

8Néanmoins, de même qu’on ne peut pas ne pas voir le paysage de la campagne, on ne peut pas totalement s’affranchir de l’observation de la société rurale qui l’occupe. C’est ainsi que les voyageurs posent sur les hommes qu’ils rencontrent un regard ethnographique en dégageant chez les autochtones les particularités – c’est-à-dire les différences – les plus patentes : un regard neuf, souvent ingénu, étonné, sensible à l’inédit qui fait percevoir aux voyageurs surtout français (car les Allemands, en bons connaisseurs de l’espace germanique, semblent moins dépaysés) des choses que, d’une part, les habitants du pays, par accoutumance, finissent par ne plus remarquer et qui, d’autre part, tranchent avec ce qu’ils connaissent dans leur propre pays ; en somme, ce qui confine à l’exotisme, sort de l’ordinaire et dépasse la normalité. Le terme d’« étranger » prend alors la connotation d « étrange », d’étonnant, de pittoresque. Car il n’y a pas qu’en Alsace que le campagnard, plus que le citadin, devient objet de découverte, car il est cet « autre » dans lequel on ne se reconnaît guère. Voilà qui n’est pas le moindre des avantages du récit de voyage qui revêt dès lors une valeur documentaire et un intérêt majeur à la fois pour l’histoire matérielle et pour celle des mentalités. Mais nos informateurs opèrent avec plus ou moins d’esprit critique, car il s’agit souvent d’une forme de tourisme bref et superficiel, conditionné par nombre de clichés, de stéréotypes, de lieux communs – que viennent du reste confirmer estampes et gravures de l’époque –, de présupposés et d’a priori, avec l’intention, parfois, de combler une lacune dans un domaine précis ou de confirmer, à défaut d’un penchant pour l’encyclopédisme, d’anciennes connaissances livresques ou des représentations fondées sur des modèles existants : le « déjà lu » devient ainsi l’ennemi d’une réelle découverte, car on ne découvre finalement que ce qu’on est disposé à voir selon des critères définis au préalable, données personnelles ou représentations collectives26. Un autre piège consiste à assimiler, avec une forte propension à la généralisation, les particularités de la campagne à celles de la province tout entière, car, à elle seule, la province est « un pays dans le pays » ; nous y reviendrons. Enfin – et c’est souvent le cas des fonctionnaires du roi –, certains voyageurs sont subjectifs dans leurs analyses et dotés de surcroît d’un réel complexe de supériorité parce que convaincus des « retards » de l’Alsace qui, quoique considérée comme « l’une des plus belles possessions du roi » comme l’affirme Pierre Duval, n’a pas eu la chance de pouvoir profiter de l’action bienfaisante de ce même roi à travers un bénéfique processus de francisation !

9Ainsi la double perception de « l’ailleurs » et de « l’autre » procède, pour une large part, d’une construction de l’esprit façonnée par des systèmes de valeurs et un savoir prédisposant, avec un curieux mélange de souvenirs, de fantasmes et de lectures. Au prix d’un décalage culturel entre la perception qu’ont de leur pays les autochtones, bien enracinés dans leurs terres et leurs traditions, et la vision des voyageurs qui portent sur les régions qu’ils traversent un regard ingénu, s’esquisse un tableau ethnographique de la ruralité tout court qu’il convient néanmoins d’utiliser avec précaution et de replacer dans son contexte alsacien.

Que découvrent-ils en définitive ?

  • 27 Dom Ruinart (T.), Iter litterarium in Alsatiam et Lotharingiam, 1696, p. 110.
  • 28 L’Hermine (J. de), op. cit., éd. 1886, p. 225.
  • 29 Young (A.), op. cit., t. I, p. 340 et 342-343.
  • 30 Masson de Pezay (A. F. J.), op. cit., p. 202.
  • 31 Gercken (P. W.), Reisen durch Schwaben, Baiern, angrenzende Schweiz, Franken unddie Rheinischen Pro (...)
  • 32 Voir n. 13.

10C’est tout d’abord la perception d’une frontière avec ses dangers et ses richesses. La frontière est perçue de façon très pragmatique, tantôt comme barrière stratégique, tantôt comme zone de transition. La frontière, c’est dangereux. Suffisamment dangereux par exemple, pour inciter Dom Ruinart, en 1696, à renoncer à son itinéraire initial qui devait le conduire à Bâle, alors que les Impériaux s’apprêtent à envahir l’Alsace27, ou à s’attarder sur le système défensif de Strasbourg comme le font Andrault de Langeron, Mlle de Mortemart ou le comte Guibert. Certains constatent d’ailleurs qu’elle est davantage présente du côté de l’Allemagne que de la Suisse et que, incontournable au xviie siècle, inséparable des réalités de la guerre et de la reconstruction, elle devient au siècle suivant plus commerciale et douanière que militaire, jusqu’à se faire immatérielle et invisible, parce que séparant ce que l’on découvre de ce que l’on connaît ailleurs et que l’on assimile systématiquement à la norme : pour L’Hermine, de ce qui lui tombe sous les yeux « tout est nouveau » dès la région de Montbéliard, terre d’Empire au sortir de la Bourgogne (« on danse à l’allemande, on se régale à l’allemande, on boit à l’allemande28... ») ; avant qu’Arthur Young ne se sente « en pleine Allemagne » et y découvre « un peuple entièrement distinct et différent de la France, avec des mœurs, un langage, des idées, des préjugés des habitudes complètement différents » pour en conclure que « Alsace is Germany29, » le marquis de Pezay se dit « expatrié » dans une terre qui n’a plus « rien de commun avec [lui] » (« Hier j’étais citoyen, je suis étranger. La terre que je foule n’a rien de commun avec moi. Hier j’étais citoyen, je suis étranger aujourd’hui... J’ai fait deux pas de plus, je suis au bout du monde », déclare-t-il dans la région savernoise30). « Nos Allemands » – c’est ainsi que L’Hermine qualifie les sujets alsaciens du roi et leurs similitudes avec les authentiques Allemands – ne manquent pas de frapper les voyageurs français qui, tel l’émigrant Romain en 1792, franchissent le Rhin, tandis que, inversement, ces mêmes Allemands se sentent peu dépaysés : c’est le cas de Philipp Wilhelm Gerken en 178331, quand il passe de la Bavière ou du Palatinat en Alsace, comme du Russe Nicolaï Karamzine32 qui a déjà parcouru une grande partie de la Haute Allemagne, du Neckar au Rhin, avant d’aborder l’Alsace.

  • 33 Young (A.), op. cit., t. II, p. 565 et 617 ; Camus (A. G.), op. cit., p. 9.
  • 34 Young (A.), op. cit., t. II, p. 864. L’observation est valable pour l’ensemble de la France.

11C’est ensuite le tableau d’une agriculture intensive et diversifiée au sujet de laquelle les qualificatifs se bousculent : « une plaine » presque sans forêts ni montagnes (car la montagne conserve une part de mystère et de terreur), « fertile » (une fertilité « naturelle »), « superbe », « féconde » (une fécondité « naturelle »), « abondante », voire « exubérante » selon Arthur Young, « bien cultivée » en tout cas, un « jardin » où « les récoltes se succèdent sans fin », « sans un seul pouce de terre en friche »33 ; un paysage « riant et gracieux »... On ne sait pas si c’est le jardin d’Éden ou le pays de cocagne ; en tout cas, cela ressemble à l’un et à l’autre ! Et puis, on se risque à énumérer pêle-mêle une foule de productions : « riches vignobles » (qui frappent par la hauteur de leurs ceps [20 pieds de haut pour les « vignes d’Allemagne », affirme L’Hermine], et qui envahissent dangereusement la plaine), « vergers dont les arbres fruitiers ploient sous le fardeau des fruits » évoqués par Karamzine, « bleds » et maïs, légumes (choux, haricots, fèves de marais, pois [mais qui ne sont pas les mêmes que ceux que l’on connaît « en France »], pommes de terre), tabac, pavot, œillette, chanvre, lin, navette et moutarde, oignon et safran, garance, fourrages enfin, trèfle et luzerne... Même si le contraste avec la Lorraine voisine est flagrant (si l’on en croit les réflexions du didachophile et les observations d’Arthur Young), c’est là – croyez-en l’historien ruraliste que je suis – un tableau idéalisé à l’excès, une vision réductrice et superficielle de la campagne qu’impose un passage trop rapide, fut-elle assortie de quelques timides réserves. Le tout s’inscrit dans une « prolifération de petites propriétés dont, dit Arthur Young, nous n’avons pas idée en Angleterre34 » : voilà une réalité qui avait déjà intrigué l’intendant de La Grange, trop habitué, sans doute, aux grandes fermes de l’Ile-de-France, un siècle auparavant. Si la plaine d’Alsace n’est certainement pas ce paradis qu’on veut nous présenter, elle ressemble fort à un jardin fractionné et parcellisé à l’extrême.

  • 35 Masson de Pezay (A. F. J.), op. cit., p. 31.
  • 36 Les œuvres de M. J. Ph. Roland, Paris, 1800, t. III, p. 379.

12Abondance naturelle ? Certes, mais un paysage doté d’une réelle connotation esthétique ou un « pays » revêtant, moyennant une perception plus utilitariste, une fonction éminemment productive ne peuvent se concevoir sans le zèle de leurs habitants. « On doit la population à l’abondance, l’abondance à la nature perfectionnée35 » : le marquis de Pezay, qui se situe bien dans l’esprit de son époque, fait explicitement la relation entre une nature soignée et l’industrie humaine, comme Mme Roland associe « bonté du terroir » et « grande consommation36 ». Pour d’autres (le didachophile), la densité des villages, très rapprochés les uns des autres, serait la meilleure preuve de la richesse du pays... Et, pour ne pas s’arrêter en si bon chemin, la santé, la fraîcheur et l’« embonpoint » de la population seraient pour certains l’expression à la fois de la « bonté du pays » et de la « salubrité de l’air » qu’on y respire (le didachophile et Marlin). On notera, bien entendu, la part des idées du siècle dans la croyance en ce déterminisme du milieu de vie. D’autres enfin vont plus loin en établissant une relation entre la nature généreuse et « l’humeur » de l’Alsacien : un bon vivant avant tout, doublé d’un personnage grossier et coléreux et d’un jureur invétéré, ce qui le range du côté de la barbarie « tudesque », comme dirait Restif de La Bretonne, qui tranche avec la civilisation française...

  • 37 Extraits de la promenade d’un jeune didachophile..., cités par A. Stoeber, op. cit., p. 179.
  • 38 L’Hermine (J. de), op. cit., éd. 1886, p. 191-192.
  • 39 Grimm (J. F. K.), op. cit., t. I, p. 269.
  • 40 L’inconnu de 1782 ; voir F.-C. Heitz, op. cit., p. 17 (supra n. 18).
  • 41 L’Hermine (J. de), op. cit., éd. 1886, p. 174 et 181.
  • 42 Young (A.), op. cit., t. I, p. 346.
  • 43 L’Hermine (J. de), op. cit., éd. 1886, p. 174-176, 193, 203-205.
  • 44 Le Pelletier de La Houssaye (F.), voir H. Weisgerber, art. cité, p. 445.
  • 45 Young (A.), op. cit., t. I, p. 346.
  • 46 Karamzine (N.), op. cit., éd. 1885, p. 23.
  • 47 L’Hermine (J. de), op. cit., éd. 1886, p. 188.
  • 48 Young (A.), op. cit., t. I, p. 126 et 234.
  • 49 L’Hermine (J. de), op. cit., éd. 1886, p. 184.

13On fera la part des choses dans ces jugements hâtifs. Plus objective est la description du mode de vie qui suscite curiosité et, parfois, incompréhension : un habitat groupé et peu de fermes isolées ; des maisons, plutôt bien bâties si on les compare à celles de la Lorraine, mais « de goût allemand » où domine le bois et non la pierre, avec leurs poutres apparentes et leur toit enveloppant rarement couvert de chaume, leur « double étage » percé de fenêtres37 (on mesurera la part de la généralisation ainsi que l’influence de l’ambiance préhygiéniste du xviiie siècle) ; le poêle fermé, à combustion lente, en fonte ou en terre vernie que L’Hermine oppose volontiers à la cheminée française, tout comme des lits « faits à l’allemande », trop courts, trop hauts (« on y monte par degrés »), avec leurs « assommantes couettes » (une sorte d’édredon, sous lequel on fond en sueur et qui ne vaut pas la légère couverture française38) et leur éternel traversin cylindrique qui vous casse la nuque : il n’y a que les voyageurs d’outre-Rhin pour se sentir à l’aise39... Et puis, il y a ces copieux ragoûts allemands qu’un voyageur inconnu découvre en 1782 près de Cernay40, comme l’avait déjà fait L’Hermine un siècle auparavant : beaucoup de lard salé ; des entremets de choux, de navets et de betteraves ; des boulettes de pâte beurrée, « dégoûtante fricassée à la mode du pays », sans parler de la choucroute, « gargotage dont les Allemands sont si friands41 » et des Schnitz, plat de jambon accompagné de poires cuites, « un dîner pour le diable », qui fait l’étonnement d’Arthur Young42. Et, par-dessus tout, « on boit d’abondance » et on boit « à l’allemande », c’est-à-dire de préférence en dehors des repas, à n’importe quelle occasion (coutume du « pot d’accueil » ou Willkombecher relatée par L’Hermine43). Les voyageurs se montrent par ailleurs étonnés par « l’air étranger » que revêt l’habillement, en particulier celui des femmes qui, à la campagne surtout, portent « des habits à l’allemande dont on ne voit pas la fin44. » À la bizarrerie des costumes s’ajoute celle des coiffures féminines, les cheveux (dans lesquels, soupçonne Arthur Young, le peigne ne doit passer que rarement45) étant « tressés sur le haut de la tête en une sorte de chignon46 » et parfois cachés par « des chapeaux à la mode des Bâloises ». Quant aux hommes, ils portent des « culottes de toile à la suisse » et jamais de sabots (« on ne sait pas ce que c’est que des sabots en ce pays-là », disait déjà L’Hermine47), particularité qu’Arthur Young rapproche de celle de la Provence48. En fait, on est en présence d’un décalage de comportement entre la ville et la campagne : à la campagne, contrairement à la ville, les femmes restent longtemps vêtues « à l’allemande » tandis que les hommes s’habillent plus volontiers « à la française » ; pas tous les hommes d’ailleurs, mais les gentilshommes campagnards, du reste toujours en retard d’une mode parce que, dit L’Hermine, « leurs habits durent trop longtemps49 »...

  • 50 Ibid., p. 197-199.
  • 51 Voir n. 5, et notamment G. Livet dans Goethe et l’Alsace..., op. cit., p. 19.
  • 52 Voir n. 44.
  • 53 Masson de Pezay (A. F. J.), op. cit., p. 205.
  • 54 La Grange (J. de), op. cit., p. 132.

14« Nous étions Français et peu accoutumés aux lois d’Allemagne50 », lâche L’Hermine à l’occasion de la description d’une noce à Altkirch. De ces « lois d’Allemagne », Goethe nous en dira un peu plus en évoquant « le tendre attachement de l’Alsace pour sa constitution, ses mœurs, sa langue et son costume d’autrefois51 ». Depuis l’édit de 1657, la monarchie s’était engagée à respecter coutumes et usages locaux, car, comme le dit l’intendant en 1701, « les nouveautés troublent ces peuples52 »... En quoi consistent-elles ? On continue en Alsace, en pleine période française, à mesurer les surfaces en Acker (rien à voir avec « l’arpent du roi » français) et à compter en Gulden (ou florins) et en Pfennig. Davantage à la campagne qu’en ville, « un idiome différent vous éloignera de toute conversation53 » ; car il s’agit d’un dialecte germanique inconnu ailleurs, proche des parlers souabes, suisses et rhénans : sérieuse entrave à toute velléité de communication entre francophones et germanophones. Le sermon dominical se fait en allemand (parfois, il est vrai, dans un allemand très approximatif), et les actes officiels sont rédigés pour la plupart – et en tout cas signés – en caractères gothiques par les parties en présence. Et la prophétie de l’intendant de La Grange en 1697, selon laquelle « d’ici peu la langue française sera celle de l’Alsace54 » ne s’est toujours pas accomplie quand éclate la Révolution française. Gageons que l’on continue à prier et à se confesser en allemand. Enfin, tranchant avec l’uniformité religieuse d’une Lorraine presque toute catholique, la campagne alsacienne attire l’attention des voyageurs par l’étrange cohabitation, le plus souvent harmonieuse à ce qu’ils disent, malgré les heurts occasionnés par l’application du simultaneum, des confessions catholique et protestante.

  • 55 Pour É. Brackenhoffer, voir Voyages en France, 1643-1664, éd. H. Lehr, Paris, 1927.
  • 56 Voss (J.), « Oberrheinische Impressionen aus Memoirien und Tagebüchern französischer Emigranten der (...)

15En conclusion, rappelons l’attitude de Voltaire qui, après avoir stigmatisé « les sauvages des bords du Rhin » et qualifié Colmar de « ville moitié allemande, moitié française et tout à fait iroquoise », se ravise en 1753 en déclarant : « J’ai envie de me faire alsacien ». On ne lui en demandait pas tant, mais ce genre de réflexion montre à quel point la province inspire aux visiteurs des sentiments contradictoires d’étrangeté et d’incompréhension, de répulsion et d’attrait. Les voyageurs ont eu l’intuition d’une « frontière culturelle » et c’est sans doute là l’essentiel de leur apport. Car leur traversée, la plupart du temps rapide, les conduit à commettre de grossières erreurs : non, la campagne alsacienne n’est pas le paradis terrestre ; non, les maisons ne sont pas toutes aussi proprettes ni aussi saines qu’on voudrait nous le faire croire ; non, elles n’ont pas toutes deux étages, loin de là, et elles ne sont pas la plupart construites en briques, mais en torchis, tandis que les toits de chaume se perpétuent jusqu’au début du xixe siècle... Il est donc indispensable, pour les historiens que nous sommes, de croiser ces témoignages avec des sources de nature différente, administratives et fiscales, notariales et judiciaires. Il est intéressant également de confronter les données engrangées avec la contre-épreuve que nous fournit par exemple un Élie Brackenhoffer55 (voyageur strasbourgeois, proche du patriciat de la ville, allemand de langue et de culture, qui est amené à visiter différentes régions de France, de Suisse et d’Italie entre 1643 et 1646, et qui fait état, moyennant une démarche comparative analogue et en s’étonnant à son tour, des différences avec l’Alsace) ou encore de se reporter, du fait de nombreuses analogies, aux mémoires des émigrés français en Allemagne après 1789, comme l’a tenté Jürgen Voss56 : double référence à ce qu’on voit et à ce qu’on connaît, indispensable regard croisé...

Notes

1 Neyremand (E. de), Séjours en Alsace de quelques hommes célèbres, Colmar, 1860 ; Stoeber (A.), Curiosités de voyage en Alsace tirées d’auteurs français, allemands et suisses depuis le xvie jusqu’au xixe siècle, Colmar, 1874, et « Deux voyages dans une partie de la Haute-Alsace (1779 et 1784) », Revue d’Alsace, 1880, p. 29-41.

2 Nous ne développerons pas l’abondante littérature consacrée aux voyageurs français en France : voir les ouvrages de J.-M. Goulemot, P. Lidsky et D. Masseau (1995), D. Roche (2003), G. Bertrand (2004), et les colloques que ce thème a inspirés (Tours, 1987 ; Paris, 1985 et 2001). Pour les voyageurs allemands en France, on se référera aux travaux de T. Grosser, 1988 et de J. Voss, 1992. En ce qui concerne l’Alsace, consulter G. Livet, « Comment les Français du xviie siècle voyaient la France », Revue xviie siècle, 25-26, 1955, p. 103-130 ; Boehler (J.-M.), « La campagne alsacienne au carrefour des influences (xviie et xviiie siècles) : quelques directions de recherche », dans L'Europe, l’Alsace et la France. Etudes réunies en l’honneur du doyen Georges Livet, Strasbourg, 1986, p. 47-56.

3 Voss (J.), « Transferts culturels franco-allemands à l’époque des Lumières », dans Les ateliers de l’Lnstitut historique allemand, Paris, mai 1994, p. 88-97, et « Les étudiants de l’Empire russe à l’université de Strasbourg au xviiie siècle », dans Deutsch-Russische Beziehungen im 18. Jarhundert, Wolfenbütteler Forschungen, t. 74, Wiesbaden, 1997, p. 351-373.

4 Montaigne (M. de), Journal de voyage en Italie, par la Suisse et l’Allemagne en 1580 et 1581, Paris, 1957, p. 17-76.

5 À partir de Dichtung und Wahrheit de Goethe, voir le « Récit d’une excursion faite en Basse-Alsace vers la fin du mois de juin 1771 par Goethe et ses amis Engelbach et Weiland » par A. Stoeber, op. cit., p. 156-164. Voir également Goethe et l’Alsace. Actes du colloque de Strasbourg, mai 1970, Strasbourg, 1973.

6 On trouvera l’essentiel de ces relations dans les ouvrages de synthèse cités n. 1 (E. de Neyremand, p. 41-84 et A. Stoeber, p. 57-58, 76-98 et 113-128). Pour Charles-Étienne Jordan : Jordan (C.-É.), Histoire d’un voyage littéraire fait en 1733 en France, en Angleterre et en Hollande, La Haye, 1735.

7 Rouvière (H. de), Voyage du Tour de la France (itinéraire de Paris à Strasbourg...), Paris, 1713, première partie.

8 Lavoisier (A. L. de), Correspondance, 1763-1769, t. I, Paris, 1955.

9 Andrault de Langeron, Journal de voyage dans les Evêchés, en Alsace et en Franche Comté, 1773, Service historique de l’armée de terre à Vincennes, 1M1789, et Voyages 1775, 1778, 1784 et 1785, éd. 1806 ; Guibert (J. A. H., comte de), Voyage dans diverses parties de la France et en Suisse fait en 1775, 1778, 1784, 1785, Paris, 1806.

10 Grimm (J. F. K), Bemerkungen eines Reisenden.Altenburg, t. I, 1775 ; Auswahl kleiner Reisebeschreibungen, Leipzig, 1778 ; Schmohl, 1780 (voir A. Hertzog, n. 18) ; Sander (H.), Beschreibung seiner Reisen durch Frankreich, die Niederlande, Holland und Deutschland, Leipzig, 1784 ; Göcking (L. F. G.), « Bemerkungen auf verschiedenen Reisen durchs Elsass, Wasgau, nach Lothringen und dem oberen Rhein entlang », dans Göcking’s Journal von und für Deutschland, 1784 ; Storch (H.), Skizzen, Szenen und Bemerkungen auf einer Reise durch Frankreich, Heidelberg, 1790 ; Merckel (J. D.), Geschichte und Beschreibung der französischen Niederlande, des Elsasses und Lothringens, Leipzig, 1794 ; Meiners (E.), Beschreibung einer Reise durch Stuttgart und Strassburg, Gottingen, 1802 ; Kranz (K.), Bemerkungen auf einer Reise..., Leipzig, 1805.

11 Pour Louis Bergeron, voir F.-G. Pariset, « Impressions de voyage en Alsace au début du xviie siècle », Revue d’Alsace, 99, 1960, p. 81-89 ; Mortemart (V. de), Relation de mon voyage de Strasbourg en 1769, Paris, bibl. Mazarine, ms. 1545, publié par L. Gigault et I. Laboulais, Un merveilleux voyage. Le journal d’une enfant pendant l’été 1769, Strasbourg, 2006 ; L’Hermine (Lazare de La Salle de L’Hermine, dit Jacques de), Mémoire de deux séjours en Alsace, Mulhouse, 1886, réédité à plusieurs reprises, en dernier lieu par M. Magdelaine, Guerre et paix en Alsace. Les mémoires de voyage du Sieur J. de l’Hermine, Paris, 1981 ; Masson de Pezay (A. F. J.), Les soirées helvétiques, alsaciennes etfrancomtoises, Amsterdam-Paris, 1771. Voir R. REUSS, « Le marquis de Pezay, un touriste parisien en Alsace au xviiie siècle », Revue d’Alsace, 1876, p. 28-61 et 179-195 ; Marlin (F.), Voyage en France et dans les pays circumvoisins depuis 1775jusqu’en 1807, Paris, 1789 ; Boufflers (F.-É. de, comtesse de Sabran), Correspondance inédite, 1778-1788, Paris, 1875 ; Roland de La Platière (J.-M.), Voyage en Suisse, Paris, 1787 ; Camus (A. G.), Voyages dans les départements nouvellement réunis du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, Paris, 1802. À noter que certains de ces récits se confondent parfois avec la correspondance de leurs auteurs.

12 De Beatis (A.), Description de la Haute Allemagne d’après le moine florentin Antonio de Beatis (1517-1518). Voir le Voyage du Cardinal d’Aragon en Allemagne, Hollande, Belgique, France et Italie (1517-1518), Paris, trad. et éd. 1913.

13 Karamzine (N.), Voyage en France (1789-1790), éd. A. Legrelle, Paris, 1885.

14 Pour Thomas Coryat, voir A. Koszul, « Les crudités de Thomas Coryat... », dans La vie en Alsace, 1929, p. 206-213 ; Piagiono, Reise eines Engländers..., Copenhague, 1793 ; Geiger (K. I.), Reise eines Engelländers durch einen Teil von Schwaben und einige der unbekannsten Gegenden der Schweiz, herausgegeben von seinen teutschen Freunde, Amsterdam, 1789 ; Young (A.), Voyages en France 1787, 1788, 1789, éd. H. Sée, Paris, 1976 ; voir également G. Livet, « Simple témoignage : l’agriculture et les paysans d’Alsace vus par Arthur Young à la fin de l’Ancien Régime », dans Paysans d’Alsace, Strasbourg, 1959, p. 131-144.

15 La Grange (J. de), L’Alsace en 1700. Mémoire sur la province d’Alsace de l’intendant Jacques de La Grange, éd. R. Oberlé, Colmar, 1975 ; Mémoire sur l’état présent de la province d’Alsace dressé en l’année 1701 par l’intendant Le Pelletier de La Houssaye, publié par H. Weisgerber, « L’Alsace au commencement du xviiie siècle d’après un mémoire inédit de l’Intendance », Revue d’Alsace, 1897, p. 433-459 et 1898, p. 26-46. Voir L. Trénard, « Le regard ethnographique sur les provinces. L’enquête des intendants en 1698 », dans La découverte de la France au xviie siècle, Paris, CNRS, n° 590, 1980, p. 234-235.

16 Nerlinger (C.), « Une description de l’Alsace en 1662 par Pierre du Val, géographe du Roi », Revue d’Alsace, 1895, p. 37-56.

17 Pour Lazare de La Salle de L’Hermine, dit Jacques de L’Hermine, voir n. 11.

18 L’observateur inconnu de 1780 (voir A. Stoeber, op. cit., p. 165-174 et A. Hertzog, « Elsässische Landwirtschaft um 1780 », Mein Elsassland, 1922, p. 92-94 et 124-127), d’après la Schrifttasche auf einer meiner Reise durch Teutschland, Frankreich, Helvetien und Italien gesammelt ; l’anonyme de 1782 (voir F.-C. Heitz, L’Alsace en 1782 vue par un inconnu, Colmar, 1934) et celui de 1786 (Extraits de la promenade d’un jeune didachophile en Alsace, en Suisse et en Allemagne dans l’été 1786, anonyme, cité par A. Stoeber, op. cit., p. 175-192).

19 Schlözer (A. L.), Vorlesungen über Land-und Seereisen... Nach dem Kollegheft des stud. Jur. E. F. Haupt (Wintersemester 1795-1796), Göttingen, 1962. Voir également J. Voss, « Schlözer in Frankreich », dans Germanistik aus interkultureller Perspektive, Strasbourg, 1988, p. 93-106.

20 Mémoires de la baronne d’Oberkirch sur la Cour de Louis XVI et la société française en 1789, éd. S. Burkard, Paris, 1989.

21 Voir n. 15 (p. 444-445).

22 Voir n. 5.

23 Le problème est évoqué dans « Eine Reise durch Elsass, Lothringen und dem Rhein Entlang », dans Auswahl kleiner Reisebeschreibungen, t. I, 1778, p. 222 ; voir n. 10.

24 Moureau (F.), « L’œil expert : voyager, explorer », Revue Dix-huitième siècle, XXII, 1990, introduction.

25 Le Breton (D.), La saveur du monde. Une anthropologie des sens, Paris, 2006, p. 76-87.

26 Livet (G.), « Des mots et des images », Colloque de méthodologie iconographique, Strasbourg, avril 1979. Actes réunis et publiés par Gérard Siebert, Strasbourg, AECR, 1981, p. 5-9.

27 Dom Ruinart (T.), Iter litterarium in Alsatiam et Lotharingiam, 1696, p. 110.

28 L’Hermine (J. de), op. cit., éd. 1886, p. 225.

29 Young (A.), op. cit., t. I, p. 340 et 342-343.

30 Masson de Pezay (A. F. J.), op. cit., p. 202.

31 Gercken (P. W.), Reisen durch Schwaben, Baiern, angrenzende Schweiz, Franken unddie Rheinischen Provintzen, 4 t., 1783.

32 Voir n. 13.

33 Young (A.), op. cit., t. II, p. 565 et 617 ; Camus (A. G.), op. cit., p. 9.

34 Young (A.), op. cit., t. II, p. 864. L’observation est valable pour l’ensemble de la France.

35 Masson de Pezay (A. F. J.), op. cit., p. 31.

36 Les œuvres de M. J. Ph. Roland, Paris, 1800, t. III, p. 379.

37 Extraits de la promenade d’un jeune didachophile..., cités par A. Stoeber, op. cit., p. 179.

38 L’Hermine (J. de), op. cit., éd. 1886, p. 191-192.

39 Grimm (J. F. K.), op. cit., t. I, p. 269.

40 L’inconnu de 1782 ; voir F.-C. Heitz, op. cit., p. 17 (supra n. 18).

41 L’Hermine (J. de), op. cit., éd. 1886, p. 174 et 181.

42 Young (A.), op. cit., t. I, p. 346.

43 L’Hermine (J. de), op. cit., éd. 1886, p. 174-176, 193, 203-205.

44 Le Pelletier de La Houssaye (F.), voir H. Weisgerber, art. cité, p. 445.

45 Young (A.), op. cit., t. I, p. 346.

46 Karamzine (N.), op. cit., éd. 1885, p. 23.

47 L’Hermine (J. de), op. cit., éd. 1886, p. 188.

48 Young (A.), op. cit., t. I, p. 126 et 234.

49 L’Hermine (J. de), op. cit., éd. 1886, p. 184.

50 Ibid., p. 197-199.

51 Voir n. 5, et notamment G. Livet dans Goethe et l’Alsace..., op. cit., p. 19.

52 Voir n. 44.

53 Masson de Pezay (A. F. J.), op. cit., p. 205.

54 La Grange (J. de), op. cit., p. 132.

55 Pour É. Brackenhoffer, voir Voyages en France, 1643-1664, éd. H. Lehr, Paris, 1927.

56 Voss (J.), « Oberrheinische Impressionen aus Memoirien und Tagebüchern französischer Emigranten der Revolutionszeit », Zeitschrift für Geschichte des Oberrheins, 132, 1984, p. 213-226.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search