Version classiqueVersion mobile

Le voyage au féminin

 | 
Nicolas Bourguinat

Du reportage au tourisme culturel

Des enseignantes en voyage : les rapports des boursières Albert Kahn sur la France et les États-Unis, 1898-1930

Whitney Walton
Traduction de N. Bourguinat

Texte intégral

  • 1 Archives Nationales (ci-après AN) AJ 16/7020 Création et attribution des bourses Albert Kahn. « At (...)
  • 2 Voir le catalogue de l’exposition Albert Kahn. Réalités d’une utopie, Boulogne-Billancourt, Musée (...)

1Le 7 juin 1905, Louis Liard, alors vice-recteur de l’Académie de Paris, diffusa l’annonce suivante : « Les jeunes filles ou femmes, agrégées de l’enseignement secondaire, qui désirent poser leur candidature à l’une des deux bourses de voyage de 7 500 F chacune créées par un bienfaiteur de l’Université sont invitées à adresser, avant le 1er juillet, leur demande (...) ». Pour postuler à ces bourses de voyage d’études, il fallait maîtriser au moins une langue étrangère. Les boursières voyageraient à deux, pour une année au minimum en Europe et en Amérique du Nord. Le montant était doublé (16500 F) pour la même bourse proposée aux étudiants mâles et la durée du voyage portée à quinze ou seize mois. Les hommes devaient, de plus, voyager seuls1. En 1930, c’est un total de 48 Français et 24 Françaises qui avaient bénéficié de ces bourses « Autour du Monde » financées par un banquier visionnaire et philanthrope, Albert Kahn (1860-1940)2.

  • 3 Sidonie Smith, Moving Lives. Twentieth-Century Womeris Travel Writing, Minneapolis, University of (...)
  • 4 Outre Sidonie Smith, Moving Lines, op. cit., on consultera Rudy Koshar, German Travel Cultures, Ne (...)

2Les restrictions imposées aux femmes par ce système reflètent bien la domination des hommes dans l’univers des voyageurs jusqu’au xixe siècle. Pour une spécialiste de la littérature de voyage comme Sidonie Smith, les femmes qui voyageaient restaient suspectes de transgression, et leurs témoignages écrits sur leurs pérégrinations étaient tenus de rester conformes aux exigences du bon ton, c’est-à-dire de se limiter aux sujets portant sur les coutumes indigènes et les mœurs3. Les historiens commencent seulement à prendre conscience de la contribution des femmes voyageuses au développement du tourisme marchand moderne, ou aux entreprises de colonisation de l’Asie et de l’Afrique, mais aussi de leurs interactions avec les voyageurs mâles, et enfin de l’impact de leur expérience viatique sur la maturation de leur subjectivité et de leur identité sexuée4. Ici, à l’opposé des femmes voyageant seules et pour leurs loisirs qui font principalement l’objet des recherches récentes, nous avons affaire à un des premiers cas de voyages d’études destinés spécifiquement à des femmes et institutionnellement encadrés. Les boursières étaient toutes des enseignantes, qui pouvaient trouver dans l’aventure un moyen d’approfondir leur domaine de spécialité, d’acquérir des vues nouvelles sur les relations internationales, ou trouver tout simplement la voie d’un enrichissement personnel. Mais le système des bourses de voyage d’Albert Kahn rendait possibles ces mobilités féminines en même temps qu’il les contraignait : c’est pourquoi on s’intéressera dans cet article à la manière dont les boursières ont (ou n’ont pas) satisfait ou dépassé les objectifs que Kahn, en tant que mécène, avait fixé à leur départ, aux significations multiples qu’a pu revêtir pour elles cette expérience viatique.

3En premier lieu on présentera donc les intentions nourries par Albert Kahn pour le programme de bourses qu’il fonda et qu’il finança de 1898 à 1930, la distinction qu’il opérait entre jeunes gens et jeunes femmes et les procédures institutionnelles que cela impliquait. Bien que les femmes voyageuses de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle aient été souvent limitées à des itinéraires moins ardus et à des thèmes de recherche et lieux d’observation plus innocents, les boursières n’en écrivaient pas moins de manière savante sur l’enseignement féminin, et délivraient des analyses sur les systèmes éducatifs français et américains qui suggèrent différentes pistes permettant aux femmes de se hisser jusqu’à des positions de commandement. De plus, certaines boursières furent sensibles aux défis et aux ruptures que pouvait représenter le voyage, à ses conséquences pour la construction de soi et pour la fabrication des identités nationales, et elles consignèrent leurs réflexions sur ce thème. Pour finir, les boursières Albert Kahn prirent au sérieux le projet d’élargissement internationaliste de leur regard sur la France et le monde extérieur qui était celui de leur mécène, et on montrera que leur compte rendu des relations franco-américaines plaide davantage pour la coopération et les échanges que pour l’intimidation ou l’alarmisme.

  • 5 Albert Kahn. Réalités d’une utopie, op. eit., et Sophie Coeuré et Frédéric Worms (éd.), Henri Berg (...)

4Né en Alsace, Kahn, comme beaucoup de juifs, opta pour la France après la défaite de 1871 et l’annexion. À l’âge de 16 ans il commença à travailler pour la Banque Goudchaux à Paris, et il y devint associé-gérant en 1892. Il fit aussi fortune en investissant dans les mines d’or et de diamants d’Afrique du Sud. Alors qu’il travaillait à la banque, Kahn obtint son baccalauréat à la fois en lettres et en sciences, en même temps qu’un diplôme en droit, vers 1884. Dans une lettre à son ami Henri Bergson en 1887, Kahn laissait entendre que la réussite de sa carrière de banquier n’était pour lui qu’un moyen d’accéder à des activités plus stimulantes. Et de fait, les bourses d’échanges « Autour du Monde » inaugurées en 1898 furent seulement le début d’une série d’entreprises internationales variées. Activités philanthropiques, incluant un Centre de Documentation sociale pour promouvoir les sciences sociales en France, ou encore culturelles comme les « Archives de la Planète », une grande collection photographique rassemblant des documents sur quelque cinquante pays, comme son Comité National pour les études sociales et politiques, sans oublier un développement de son système de bourses, la Société Autour du Monde5.

  • 6 Fondation Albert Kahn, Autour du Monde, par les boursiers de voyage de l’Université de Paris, Pari (...)
  • 7 AN, AJ 16 7020 et 7021.
  • 8 Fondation Albert Kahn, Autour du Monde, op. cit., p. II-III.

5À l’origine, Kahn souhaitait que ses bourses aillent à de jeunes professeurs de lycée et leur offrent une expérience directe de l’étranger qu’ils n’auraient pu avoir par d’autres moyens, dans l’espoir que cela contribue à améliorer leurs qualités d’enseignants et à rendre leurs échanges avec leurs élèves plus vifs et mieux informés6. Il ne s’agissait donc pas de voyages de délassement mais de « voyages d’observation ». Selon le formulaire de sélection, le mécène avait « pensé que la comparaison des mœurs et des institutions nationales avec les mœurs et les institutions politiques, religieuses, sociales et économiques des pays étrangers était de nature à élargir les esprits, à les élever et à rendre les maîtres et les maîtresses de la jeunesse française plus aptes à remplir leur tâche d’éducation7 ». Kahn espérait également renforcer à la fois l’ouverture internationale et l’intérêt national, en contribuant à la formation interculturelle de jeunes gens (et à terme de jeunes femmes) cultivés et ouverts d’esprit. Il se méfiait des formules purement théoriques qui prétendaient régler les problèmes qui hantaient le monde au début du xxe siècle, et pariait davantage sur les relations directes entre des personnes de cultures différentes pour offrir, tout au moins, des « impressions fermes, vivantes, communicables », et peut-être, pour contribuer à la résolution pacifique des conflits. « Nous devons chercher à nous rendre un compte exact du rôle que les diverses nations jouent à la surface du globe, déterminer leurs aspirations diverses, voir où ces aspirations les mènent, si elles doivent les conduire à des chocs violents ou si elles pourraient se concilier les unes avec les autres. » Pour être à même de tirer parti de cet échange et d’apprendre de la confrontation avec d’autres pays, Kahn jugeait que des jeunes gens ayant fait des études supérieures valaient mieux. « Pour instituer cette expérience, pour entrer en communication sympathique avec les idées, les sentiments, la vie enfin des différents peuples, à qui s’adresser, sinon à des jeunes gens choisis dans l’élite intellectuelle et morale de la nation, pas assez âgés pour avoir déjà des idées préconçues, assez mûrs d’esprit cependant pour savoir regarder et comprendre ? » En dernier lieu, il espérait que ses boursiers pourraient se rencontrer et débattre ensemble de leurs découvertes, afin de dégager des orientations « capables d’influer utilement sur la direction de l’activité de notre pays8 ». Kahn soutenait que le leadership économique de la France dans le monde pouvait être menacé par des développements en cours à l’étranger, et que les bourses pourraient permettre de mieux analyser les forces et faibles de la nation et des autres pays, au bénéfice de celle-ci :

Le but de ces voyages étant de faire acquérir à ces jeunes professeurs une idée exacte de la situation de la France dans le monde et un vif sentiment de l’effort nécessaire pour maintenir la France à un rang digne d’elle, l’objet essentiel de leurs études sera de se renseigner directement, en dehors de toute idée préconçue, sur les conditions de la vie sociale dans les différents pays, sur la manière dont chaque gouvernement entend former l’esprit public, sur les moyens mis en œuvre pour développer le génie de chaque nation, enfin sur les causes qui assurent à tel ou tel peuple, dans tel ou tel domaine particulier, la supériorité qu’il peut avoir.

  • 9 Ibid.

6Bref, Kahn demandait à ses boursiers d’avoir l’esprit ouvert et réceptif aux autres cultures, tout en souhaitant qu’ils se sentiraient « investis d’une espèce de mission patriotique et humanitaire9 ».

  • 10 Albert Kahn, op. cit., p. 143-150, et Fondation Albert Kahn, Autour du Monde, op. cit., p. I-III.

7Dès le début, il obtint l’appui de l’Université de Paris. Il donnait les fonds destinés aux bourses à l’Université et une commission composée de doyens et de membres des facultés, d’anciens boursiers et de personnalités, sous la présidence du recteur, attribuait les bourses. Chaque année, le recteur diffusait un appel d’offres auprès des enseignants des universités et des lycées de France et d’Algérie. Les candidats soumettaient des lettres de motivation et des lettres de recommandation, et ceux qui étaient retenus passaient, à Paris même, un entretien et une visite médicale, au terme desquels on effectuait l’ultime sélection. Kahn exigeait que tous les candidats aient une pratique de l’anglais. De 1905 jusqu’en 1930, une autre commission formée sur le même modèle sélectionnait des boursières. Bien qu’il n’appartînt pas lui-même aux commissions, Kahn prenait une part active à leurs travaux. Les boursiers étaient enjoints de fournir des rapports réguliers sur leurs voyages et un rapport final, après leur retour en France, devait être remis au recteur10.

  • 11 Thomas J. Schaeper et Kathleen Schaeper, Rhodes Scholars, Oxford and the Creation of an American E (...)

8L’inclusion des femmes, à partir de 1905, représente une prise de distance significative avec le modèle explicitement masculin des bourses à l’anglo-saxonne tel que l’avait fondé l’Anglais Cecil Rhodes11. Pour Kahn, les enseignantes n’étaient pas seulement des femmes qui avaient fait des études, mais aussi des femmes conscientes de leur « mission sociale » consistant à tracer les contours de la femme de l’avenir. À l’en croire, l’influence de la femme dans la famille était un levier pour l’édification de la nation, ce qui est conforme à la perspective du féminisme républicain de la iiie République d’après 1870 façon Léon Richer :

  • 12 Lettre d’Albert Kahn à Louis Liard, 2 juin 1905, citée par Nathalie Clet-Bonnet, « Les Bourses Aut (...)

Par l’influence qu'elle exerce autour d’elle, par les sentiments dont elle imprègne l’atmosphère de la famille, par les idées qu'elle dépose dans l’intelligence de ses enfants à l’âge où se gravent les impressions ineffaçables, la femme contribue grandement à former l’idéal de la nation. Cet idéal, il faut que les femmes destinées à instruire les autres femmes en prennent conscience et qu'elles travaillent à le renouveler, quand ce ne serait que pour le maintenir vivant12.

  • 13 AN, AJ 16 7020, création et attribution des bourses Albert Kahn/attribution des bourses 1905-1909.
  • 14 AN, AJ 16/7023, dossiers individuels et rapports, L-W.
  • 15 Ibid.
  • 16 Nathalie Clet-Bonnet, conservatrice au musée Albert Kahn, a préparé un tableau récapitulant les no (...)
  • 17 Jo Burr Margadant, Madame le Professeur. Women Educators in the Third Republic, Princeton (NJ), Pr (...)

9Bref, pour Albert Kahn, les boursières enseigneraient aux futures mères de la nation de demain. La plupart d’entre elles étaient des célibataires occupées à une carrière d’éducation des filles, et alléchées par l’opportunité qu’offraient les bourses de voyager à l’étranger. Elles adhéraient très clairement aux objectifs de Kahn, en soulignant l’intérêt qu’il y avait pour elles à recueillir des informations de première main sur l’enseignement féminin dans les autres pays et à s’ouvrir à de nouveaux horizons pour leur bénéfice personnel et pour celui de leurs élèves. Dans sa lettre de candidature du 28 juin 1905, Anna Amieux, professeur au lycée Victor Hugo de Paris écrit ainsi : « J’ai le plus grand désir de bénéficier de cette bourse. Je crois que je retirerais de ce voyage un développement personnel très profitable à mon enseignement. La comparaison des méthodes employées en France et à l’étranger, des idées sur l’instruction, l’éducation, le rôle de la femme, la recherche de ce qu’il y a de propre à chaque nation dans ces idées, et de ce qu’on peut en dégager de général, me permettraient de remplir plus efficacement le rôle d’éducation auquel j’ai consacré jusqu’ici le meilleur de mes forces13 ». Quelques-unes comme Alice Lapotaire, répétitrice à l’ENS de Sèvres étaient plus explicites quant à leurs orientations féministes. Dans sa lettre du 7 avril 1913, Lapotaire parle de son projet d’étude comparatiste de l’éducation des filles comme d’un moyen de déterminer l’orientation des générations de femmes du futur. « Qui dit féminisme dit avenir », observe-t-elle, soulignant que c’est pour ce motif qu’elle veut se concentrer sur les pays « neufs » comme les États-Unis, la Scandinavie, la Russie. Parmi d’autres sujets, elle devait rendre compte de sa visite au quartier général des suffragettes new-yorkaises, où « une femme paisible et distinguée donne avec courtoisie les renseignements demandés sur l’état de la question en Amérique14 ». Une autre, Madeleine Mignon, achevait son rapport de 1913 en constatant que son seul regret dans ses pérégrinations à travers les États-Unis était de n’avoir « pu visiter les États de l’Ouest, en particulier ceux où les femmes ont le droit de suffrage, afin d’étudier sur place les résultats obtenus15 ». Les boursières, pour la plupart issues de l’ENS de Sèvres (17 sur 24 exactement) occupaient des postes dans des lycées répartis dans la France entière, en lettres, langues, mathématiques, histoire-géographie et philosophie. Elles étaient âgées de 24 à 45 ans à l’époque de leur voyage, la majorité ayant autour de trente ans16. La plupart appartenaient donc à cette génération de transition des enseignantes françaises que Jo Burr Margadant a identifiée, qui cherchait à développer ses propres perspectives et celles de ses élèves en travaillant à rendre l’éducation des filles plus proche de celle des garçons et à améliorer l’implication des femmes dans la vie sociale hors de la sphère du foyer17.

  • 18 AN, AJ 16/7021, dossier Bourquin-Comuel, rapport G. Burghard.
  • 19 AN, AJ 16/7023, dossier Labroue-Meyer.

10Une des différences notables entre les rapports signés par des femmes et ceux signés par des hommes est constituée par la plus grande propension de ces derniers à bâtir de grandes généralisations à partir de leur expérience de voyageurs. Dans son rapport de 1899, Georges Burghard se laisse aller à des commentaires sur l’intolérance à l’égard des Noirs américains, qu’il trouve à la fois déplorable et excusable vu « la bestialité qui caractérise les nègres du Sud ». Il ne craint pas de faire un diagnostic tel que celui-ci : « Il est une chose certaine, c’est que les Américains ne nous aiment pas18 », qu’il relie aux faveurs de la France pour l’Espagne lors de la récente guerre de 1898. En 1907, on rencontre un Henri Labroue qui n’y va pas, lui non plus, par quatre chemins : « Quant à mon opinion sur la masse des Américains, me sera-t-il permis de la résumer en un mot en disant que je trouve en eux des primitifs incultes (...), très grégariens (on voit d’un mauvais œil quiconque ne ressemble pas au voisin ; je n’ai guère rencontré d’Américains originaux ou bohèmes), creux19. » On ne cherche pas à suggérer par-là que les boursiers avaient plus de préjugés que les boursières, mais simplement qu’ils étaient moins inhibés pour les afficher sous la forme de vastes conclusions tirées de séjours de quelques mois à peine. Voyageant plus longtemps et plus librement que leurs homologues féminins, ils avaient sans doute accès à des milieux ou à des quartiers plus diversifiés. Et à côté de l’éducation, ils traitaient de sujets tels que l’économie américaine, les relations raciales, le colonialisme, l’influence française en Louisiane et au Canada, les questions religieuses, la vie politique, l’influence allemande en Amérique, bref des thèmes les plus divers là où les boursières étaient supposées se limiter elles-mêmes, et se restreignaient de fait à l’éducation féminine.

  • 20 AN, AJ 16/7022, rapport de Jeanne Darlu, 1908.
  • 21 AN, AJ 16/7023, rapport Allard-Bourgogne.
  • 22 AN, AJ 16/7022, rapport d’Edmée Hitzel, 1929.

11Elles revendiquaient plus communément des prétentions limitées conformes à cette base étroite. Ainsi Jeanne Darlu en 1908 : « Je n’ai nullement la prétention de transformer en jugements définitifs des impressions personnelles, nécessairement bien incomplètes et bien superficielles20 ». Ou Rachel Allard en 1911 : « Il est difficile, après un séjour si rapide, d’avoir des idées très complètes et très nettes : il me semble que je n’ai fait qu’effleurer une foule de questions intéressantes dont je connaissais déjà l’existence, mais dont l’importance et l’étendue m’ont été révélées par le contact direct avec le pays et les hommes21 ». Même Edmée Hitzel, qui avait déjà passé deux ans à étudier et travailler dans une petite faculté du Colorado entre 1918 et 1920 postula à une bourse en soulignant qu’il lui restait « encore tout à découvrir de la vie et des coutumes américaines22 ».

  • 23 Par exemple Billie Melman, Women’s Orients, op. cit., p. 17.
  • 24 AN, AJ, 16/7023, dossier Alice Lapotaire, 1913.
  • 25 Ibid., rapport Pierrette Sapy.

12Répugnant davantage que leurs homologues masculins devant la généralisation, les boursières tendaient aussi à montrer davantage de sympathie envers les minorités et envers les autres femmes, conformément à ce qu’ont pu constater les historiens du voyage féminin23. À propos d’une visite dans la réserve indienne des Onondagas en 1913, Alice Lapotaire déclare qu'elle avait peine à consigner ses impressions toutes fraîches, mais note après avoir pénétré dans quelques maisons « la distinction native de ces femmes, très pauvres pour la plupart », ainsi que son inclination pour « la philosophie iroquoise de la spécificité de chaque groupe humain et, de là, de la nécessité d’une religion différente24 ». Bien qu’elle ait passé l’essentiel de son séjour de 1905-1906 à visiter des écoles et des universités féminines, une répétitrice de l’ENS de Sèvres comme Pierrette Sapy exprime le regret de n’en avoir pas appris davantage sur les femmes américaines : « J’aurais souhaité de pouvoir regarder de plus près ce qu’est leur culture intellectuelle ; ce que j’ai pu en saisir ne me permet pas de porter un jugement fondé25.» Quoique conscientes qu’elles doivent reconnaître qu’un séjour de quelques semaines ou quelques mois ne leur permet qu’une compréhension limitée des problèmes, les boursières n’en écrivent pas moins avec autorité sur le sujet qui touche le plus près à leur propre carrière, à savoir l’éducation des filles et des jeunes femmes.

  • 26 Voir Georges Weurlesse, « L’éducation publique aux États-Unis, impressions et réflexions », Autour (...)
  • 27 Archives du Musée Albert Kahn, carton « boursiers français M-W », projet de rapport de Madeleine M (...)
  • 28 Jacques Portes, Une fascination réticente : les États-Unis dans l’opinion française, 1870-1914, Na (...)

13Un rapport signé par le boursier et futur historien de la physiocratie Georges Weurlesse, en 1904, remarque que les forces et les faiblesses des systèmes éducatifs français et américains sont exactement opposées, et dans cette mesure, suggère qu’il conviendrait de les combiner leurs points forts, soit la culture physique, l’hygiène et l’esprit pratique de l’éducation à l’américaine, le côté plus livresque, plus exhaustif et plus abstrait de l’éducation française26. Madeleine Mignon, qui séjourna en Amérique en 1911, aboutissait à des conclusions similaires sur les mérites respectifs des deux systèmes, et faisait le vœu que certaines pratiques soient acclimatées en France, comme l’identité des programmes scientifiques pour les garçons et les filles, la valorisation du bien-être physique et de l’hygiène des élèves, et l’encouragement aux filles scolarisées à prendre conscience de leur identité27. En ce sens, les boursières faisaient écho aux observations faites par de nombreux voyageurs français outre-Atlantique d’avant 1914, notamment sur le fait que l’éducation avait pour but d’unifier une conscience nationale au sein d’un peuple d’immigrants, voire de la créer. Beaucoup d’entre elles, après eux, furent sensibles à la forte proportion de femmes parmi les personnels enseignants des écoles primaires américaines, à la souplesse des apprentissages dans le secondaire, à la richesse relative des universités, rendue manifeste par leurs somptueux équipements, et enfin à l’accent mis par celles-ci sur la socialisation. Cependant, les boursières se montraient plus clairvoyantes et plus élogieuses que la moyenne des autres voyageurs aux États-Unis au sujet des études supérieures ouvertes aux femmes, et plus généralement elles étaient plus admiratives à l’égard des femmes américaines, moins réservées que les voyageurs mâles à propos de leur « indépendance »28.

  • 29 Voir James Albisetti, « American Women’s Colleges through European Eyes, 1865-1914 », History of E (...)
  • 30 C’était la tendance dominante au tournant du xxe siècle dans l’enseignement supérieur aux États-Un (...)
  • 31 AN, AJ 16/7021, dossier Bourquin-Comuel.
  • 32 Ibid.
  • 33 AN, AJ 16/7022, dossier Jeanne Darlu.
  • 34 AN, AJ 16/7023, dossier Madeleine Mignon. Marguerite Clément observait également : « Je ne me suis (...)

14Toutes les boursières visitèrent au moins une des universités féminines de la côte Est (Wellesley, Vassar, Bryn Mawr, Radcliffe), et la plupart virent une institution pratiquant la coéducation comme l’Université du Michigan à Ann Arbor, ou l’Université de Chicago. Il est intéressant de remarquer qu’elles ne croyaient pas que la scolarisation séparée et la coéducation constituassent une alternative29. Pour la plupart sévriennes, elles avaient elles-mêmes été formées dans un environnement très largement féminisé. Et simultanément, les universités françaises s’ouvraient alors aux étudiantes, alors même qu’aux États-Unis la coéducation était très en faveur et avait tendance à proliférer30. Les boursières semblent donc avoir pris acte de la coexistence de plusieurs systèmes différents, mixtes et non-mixtes. L’encouragement que l’enseignement supérieur américain prodiguait aux femmes en matière de vie sociale, de liberté de choix et d’indépendance les interpellait davantage. En 1908, la boursière Marguerite Clément jugeait sévèrement la vie associative des étudiantes américaines, affirmant que les « élèves s’organisent en sociétés à demi secrètes (...) et gaspillent la meilleure partie de leur temps dans des réunions oiseuses qui font naître un développement de la manie des clubs, funeste pour toute l’Amérique31 » La même année, Annette-Marie Cartan observait que la sociabilité posait moins problème dans les institutions purement féminines que dans les universités pratiquant la mixité comme celle de Chicago, car en l’absence de supervision de la part des autorités académiques, la liberté presque immodérée laissée aux femmes se traduisait par des écarts de conduite (qu'elle ne précisait pas davantage toutefois). L’indiscipline était mieux contrôlée à Wellesley College, se félicitait-elle, car les étudiantes étaient invitées à se policer elles-mêmes en dressant leurs propres règlements et en décidant elles seules des punitions32. Mais à l’opposé, de nombreuses boursières suggéraient que tout cela préparait les Américaines à leur vie d’adulte en les initiant à la discipline, à l’organisation, à l’ordre et au contrôle de soi. Jeanne Darlu faisait observer ainsi que beaucoup d’anciennes étudiantes trouvaient à utiliser ces compétences dans le travail social, celui des settlement houses, par exemple, et elle écrivait à propos de l’heureuse combinaison entre vie religieuse et vie associative dans le supérieur : « Voilà la double influence religieuse et sociale qui forme des femmes capables de servir utilement leur pays comme institutrices, comme médecins, comme secrétaires, comme “workers” dans des œuvres d’assistance ou comme mères de famille33. » Cette orientation vers le travail social impressionna particulièrement Madeleine Mignon. « Aux États-Unis, notait-elle, on ne se contente pas de préparer les jeunes gens à la vie de société, on se préoccupe de les intéresser aux œuvres sociales, et c’est encore une supériorité des établissements américains. » Elle expliquait cette différence par le rôle de l’État, plus important en France, dans le domaine de l’assistance, au détriment des femmes diplômées du supérieur. Citant en exemple la Hull House de Jane Addams, Mignon regrettait « qu’en France l’État, en prenant en main certaines œuvres sociales, laisse ainsi aux femmes une excuse pour se désintéresser complètement des autres » et concluait : « J’admire donc beaucoup ce système d’éducation qui tend, d’une part à développer l’individualité, d’autre part à orienter cette activité vers le bien de la société34. »

  • 35 AN, AJ 16/7022, dossier Jeanne Darlu.
  • 36 Mary Lynn Stewart, For Health and Beauty. Physical Culture for Frenchivomen, 1880’s-1930s, Baltimo (...)
  • 37 AN, AJ 16/7021 dossier Bourquin-Comuel et 7023, dossier Mignon-Nogard.

15Jeanne Darlu regrettait cependant que l’absence d’orientation et la complète liberté de choix des enseignements qui était laissée aux femmes produisent une éducation incomplète, et affirmait que le directeur de l’antenne de Radcliffe College à Harvard avait confirmé son jugement en lui confiant que l’éducation littéraire était spécialement déficiente35. Déçue que ces étudiantes américaines reconnaissent sans vergogne tout ignorer des dates de la papauté d’Avignon, de l’œuvre de Louis Pasteur, ou des artistes français contemporains, Clément déclarait pour sa part : « Si les [facultés] américaines m’ont convaincue de quelque chose, c’est de la supériorité de notre enseignement. » Certes, nos voyageuses observaient aussi que les étudiantes américaines étaient plus saines que leurs homologues françaises, du fait de leurs exercices physiques ou de leurs pratiques sportives36. « Les jeux et les exercices physiques la rendent forte et souple et la reposent de ses études », note par exemple Cartan au sujet de l’Américaine, tandis que Mignon se montre sensible au contraste entre la condition physique des étudiantes des deux pays, les Françaises étant défavorisées par des travaux scolaires trop lourds qui provoquent la lassitude et endommagent leur santé : « À la vue de tous ces enfants et jeunes gens brillants de santé, dont la vie est si heureuse et si saine, écrit-elle, j’ai fait bien des comparaisons tristes avec le sort de nos fillettes françaises37. » Mais enfin, si les étudiantes américaines manquaient de références de base en histoire, de goût en littérature, et de bagage théorique en sciences, elles devançaient largement les homologues françaises en matière d’indépendance et d’initiative. Leur formation avait « droit à notre admiration », selon une boursière comme Cartan, qui argumentait :

  • 38 AN, AJ 16/7021 dossier Bourquin-Comuel.

Les clubs et la “social life” ont, entre autres avantages, en l’intéressant aux choses de dehors de ne pas faire d’elle uniquement une historienne, une chimiste, un philosophe. Dans sa conduite, elle a toujours fait preuve d’initiative et d’indépendance ; l’instruction qu'elle reçoit développe au plus haut point ses facultés de perception. Ces qualités précieuses lui permettent ensuite de faire sentir son influence autour d’elle, quelle que soit la situation qu'elle occupe. Elle a confiance en elle ; elle est toute disposée à l’action. Libres et respectées comme les femmes le sont en Amérique, elle peut agir, elle peut exprimer ses idées, elle peut montrer qu'elle a une personnalité38.

  • 39 Archives du Musée Albert Kahn, boursiers français, dossier Madeleine Mignon.

16Madeleine Mignon pensait que l’on pourrait réformer l’éducation des jeunes femmes en France pour y instiller davantage d’exercices pratiques et de préparation aux activités sociales, mais elle avait conscience de la difficulté d’un pareil transfert culturel : « Il est malheureusement regrettable qu’en France tant de personnes qui approuvent certaines institutions étrangères soient d’avance si persuadées de l’insuccès de leur application chez nous qu’elles se refusent à en faire l’essai39. »

  • 40 AN, AJ 16/7021, dossier Allard-Bourgogne.
  • 41 AN, AJ 16/7023, rapport Pierrette Sapy. Anna Amieux notait pour sa part : « Certes, dans la voie d (...)
  • 42 Rebecca Rogers, From the Salon to the Schoolroom : Educating Bourgeois Girls in Nineteenth-century (...)
  • 43 Cela suggère que la forte implication dans la vie sociale, dans le système américain, et l’ajustem (...)

17Surtout, nos boursières concluaient que l’étudiante américaine représentait un exemple positif pour les jeunes françaises. « La femme américaine cultivée m’a paru par son esprit d’initiative et surtout par son sens de la vie sociale plus développé que le nôtre, un exemple à proposer à la femme française40 », jugeait Rachel Allard dans son rapport de 1911. Et Pierrette Sapy dénonçait le stéréotype alors courant de la femme américaine émancipée jusqu’à la vulgarité et l’agressivité envers l’autre sexe. Durant son séjour, elle affirmait n’avoir jamais rencontré que des personnes « distinguées, simples, bien éloignées de cette indépendance de mauvais ton qu’on est tenté de leur prêter de loin. Elles sont très libres avec la décision tranquille et la réserve naturelles au caractère anglo-saxon41 ». Ainsi que l’a montré Rebecca Rogers, le modèle américain d’éducation des filles était loin d’être inconnu en France à la fin du xixe siècle42. Les observations de terrain et les contacts personnels des boursières fournissaient une information concrète sur celui-ci et sur la façon dont il pouvait bénéficier aux femmes françaises, afin qu’elles soient mieux préparées en tant que femmes à leur existence privée et publique43.

  • 44 Journal d’Annette Cartan, boursière 1908 (Archives du Musée Albert Kahn, dossier Cartan). Elle éta (...)

18Les rapports et les publications des boursières ont un ton académique uniforme. Elles présentent les analyses des voyageuses sur leur expérience plutôt que cette expérience elle-même. Néanmoins, un carnet resté inédit d’Annette Cartan, dont le séjour date de 1909, fait découvrir un vécu du voyage bien différent et beaucoup plus dur. Pour le premier point, on constate que son journal illustre un intérêt personnel pour les paysages et la flore des États-Unis. Alors qu’elle approche de Little Rock (Arkansas) en train, revenant du Mexique, en avril 1909, elle observe le retard du printemps à mesure qu'elle remonte vers le nord. « Nous passons du printemps de mai à celui d’avril. Les feuilles des arbres sont de plus en plus petites même quelquefois à l’état de bourgeon. Paysage très doux illuminé d’un soleil éclatant et qui lui donne un caractère tropical inconnu chez nous. » Ses notes témoignent aussi des difficultés et des frustrations de la voyageuse comme l’instabilité du temps, les aléas de sa santé, et le sentiment d’ennui et d’isolement qui parfois la gagne. Elle parle alternativement de la « chaleur accablante » et de « cette pluie glaciale qui tombe [et] promet de durer toute la journée ». Elle craint de sortir parce que « hantée par la pensée du rhume qui [la] guette », et à son arrivée à Chicago, elle constate : « Le sentiment d’isolement que j’éprouve à mon arrivée dans chaque ville me saisit plus fort que jamais. » Lorsqu’elle se trouve déprimée, elle se raccroche à son éthique professionnelle : « Quand on s’ennuie, il n’y a que le métier qui rende quelque service. » Il est bien difficile de savoir si c’était une personne de tempérament maussade ou dépressif, ou simplement si elle considérait avec honnêteté les nombreux ennuis qui attendent le voyageur dans un lieu inconnu. Elle souffrit manifestement d’ennuis de santé et fut suivie par un médecin à Boston. Et bien qu’elle ait pu visiter de nombreuses écoles et faire de rencontres dans différentes villes, pour son propre compte, elle notait certains traits caractéristiques des restrictions propres au voyage féminin. Retardée plusieurs fois par des pluies incessantes, sa visite à Harvard fut finalement réalisée sous la conduite d’un certain M. Allard, avec qui rendez-vous fut pris « à la descente du tramway et non chez [lui] afin de respecter les convenances44 ». Dans le rapport qu’elle adressa au recteur de l’Académie de Paris, n’apparaît bien entendu aucun écho de ses enthousiasmes devant les paysages naturels ou de ses mécontentements liés à l’inconfort ou à la solitude, et elle dissimula soigneusement les obstacles rencontrés au cours de son voyage.

  • 45 AN, AJ 16/7023, rapport Simone Téry du 28 mai 1928.
  • 46 Voir Eric J. Leed, The Mind of the Traveller, op. cit., ch. 8 et également Paul Fussell, Abroad. B (...)
  • 47 Edmée Hitzel, « Extrême-Orient », Bulletin de la Société Autour du Monde, 1929-1930, p. 1-3.
  • 48 Mary Louis Pratt, Imperial Eyes. Travel Writing and Transculturation, New York, Routledge, 1992, e (...)

19En 1928, une autre boursière, Simone Téry, évoqua directement l’expérience du voyage comme celle d’un apprentissage et d’une transformation de soi. Elle décrivit le fait de se trouver arrachée à sa famille et à son environnement familier : le voyageur « se trouve seul, seul en face de lui-même, comme il se trouve peut-être après la mort, si la conscience subsiste », il se sent comme « une ombre » en terre étrangère, et « de là une espèce d’inquiétude, qui va parfois jusqu’à l’angoisse ». À l’en croire, le voyageur cherche la stabilité en lui-même, mais vainement, « car lui aussi il change ». Elle débouchait sur une véritable interrogation existentielle sur le voyage : « Je crois qu’[il] est ce qui permet d’éprouver le plus vivement l’angoisse métaphysique, et de sentir le poids et la grandeur de ces lieux communs, les éternels, les insolubles problèmes45. » Par-là, la méditation de Téry ouvrait sur l’oubli de soi et sur le processus de reconstitution du moi à travers le sentiment d’appartenance à une communauté de voyageurs, qu’on associe habituellement au voyage masculin46. Edmée Hitzel fit les mêmes remarques à propos du voyage comme prise de conscience de soi et fabrication de soi, au terme de son séjour de 1929 en Asie et aux États-Unis. « Partir, c’est vivre, vivre d’une vie nouvelle qui nous arrache à nous-mêmes, pour nous rendre ensuite à nous-mêmes, mais grandis et meilleurs. » C’était faire écho aux souhaits d’Albert Kahn de promouvoir une meilleure connaissance réciproque des nations par le biais des voyages à l’étranger. Revendiquant le caractère positif de toute rupture avec le familier, sa routine et ses préjugés, Hitzel affirmait que le voyage était la seule façon de comprendre sa propre culture et donc d’être à même d’en appréhender d’autres. « C’est jouir pour un temps de la seule réelle possibilité de juger le milieu dont nous sommes momentanément détachés, c’est entrevoir un bref instant la place qu’il occupe dans l’espace et dans le temps. C’est bannir l’erreur qui nous faisait prendre notre façon de vivre et de penser comme critérium de toute civilisation, c’est reconnaître la variété, justifiée par l’ambiance et les circonstances, des formes que la vie peut revêtir. C’est devenir très humble47. » Elle se hâtait de fixer les limites à cette appréhension des peuples et des cultures étrangers, en soulignant que sa seule présence modifiait le comportement de ceux qu’elle visitait, un point à propos duquel des auteurs comme Mary Louise Pratt et Rudy Koshar (travaillant respectivement sur les voyages en Amérique du Sud et en Allemagne) ont forgé ce concept marquant de « zone de contact »48. Il se joue manifestement quelque chose de ce processus de transformation des vues des voyageurs sur l’identité nationale à travers leurs interactions avec le pays hôte, dans le cas des boursières françaises parties aux États-Unis.

  • 49 Sandi E. Cooper, Patriotic Pacifism. Waging War on War in Europe, 1815-1914, New York, Oxford Univ (...)

20Le déclenchement de la Grande Guerre, en 1914, fut l’occasion pour plusieurs boursiers français de mesurer les écarts existant entre nations, puisque comme la majorité de leurs compatriotes, ils se sentaient engagés à mener un combat légitime et défensif dans lequel la République sœur américaine demeurait neutre, tout au moins jusqu’en 1917. Quoiqu’Albert Kahn lui-même ne fût pas exactement un pacifiste, ses vues étaient proches de celles de beaucoup d’autres Français actifs dans les mouvements d’avant 1914 s’occupant de relations culturelles, de secours humanitaire ou d’arbitrage international49. Anne Main, une boursière qui enseigna la langue française aux États-Unis, s’avouait déçue par la neutralité américaine, qu'elle expliquait par un déficit d’expérience historique et d’engagement spirituel. Toutefois, elle prévoyait que la position américaine évoluerait (« nous savions des choses que les États-Unis ignoraient encore mais qu’ils apprendraient peut-être »), et surtout elle admettait que le fait d’avoir vécu sur place avait changé son regard sur le pays, la rendant plus sensible à l’absence d’hostilité dans les relations intercommunautaires qui résultait du melting pot. Alors qu’à son arrivée, la neutralité américaine lui paraissait « molle », elle apprécia le caractère informel et tolérant des rapports sociaux dont elle fit l’expérience à New York. Les Européens, observait-elle, avaient trop tendance à « considérer les individus en terme de classe ou de nation. Un être humain en Europe s’inscrit de lui-même dans nos imaginations comme un Allemand, un Italien, un Polonais, un bourgeois, un paysan. En Amérique je me trouvais pour la première fois confrontée avec l’espèce humaine en tant qu’espèce ». Bien qu’heureuse que les États-Unis aient finalement rallié l’Entente, en dépit d’une campagne présidentielle peu favorable à l’interventionnisme et de l’aggravation des divisions au sein de l’opinion, elle appréciait aussi de résider dans une terre de prospérité et de paix qui contrastait si fort avec les déchirements de la Vieille Europe.

  • 50 « Allocution de M. Félicien Challaye au nom de la Fondation française », Bulletin de la Société Au (...)
  • 51 On citera par exemple Anna Amieux, boursière 1905, qui devint directrice de l’École Normale Supéri (...)
  • 52 Cité ibid., p. 238.

21Après la guerre, la vision des fins éducatives et cosmopolitiques du voyage progressa nettement dans le petit monde des boursiers Albert Kahn, comme d’ailleurs la promotion de la coopération internationale se développait beaucoup dans le monde en général. Charles Garnier, boursier 1899, fut en 1920 un ardent supporteur de la Société des Nations, à laquelle il proposa de rattacher divers projets d’échanges et de coopération culturels qu’il avait élaborés. De même en 1931, Félicien Challaye évoqua les bénéfices que lui-même et d’autres boursiers avaient tirés de leur expérience passée et qui avaient irrigué leur enseignement, leurs conférences publiques, leurs écrits : « En rapprochant toutes les grandes races humaines, la création des bourses du voyage autour du monde prépare peut-être l’apparition de ce que Rabindranath Tagore appelle l’infinie personnalité de l’homme50. » Beaucoup tirèrent parti des apprentissages acquis au cours de leur voyage dans leurs travaux et leurs carrières d’enseignants51, et nombreux même furent ceux qui prolongèrent le rêve de sympathie et de compréhension mutuelles entre les peuples qu’avait poursuivi Albert Kahn en s’impliquant dans des groupes anticolonialistes, dans le Centre de Documentation Sociale, ou encore dans la Société Autour du Monde. Créée en 1906 par anciens boursiers, elle devait vivre jusqu’en 1949, avec pour objectif de « répandre, en France, la connaissance exacte des pays étrangers, à l’étranger, celle de la France, à faire comprendre et estimer tout ce qu’on peut appeler la civilisation internationale52 ».

  • 53 AN, AJ 16/7022, dossier Jeanne Darlu.
  • 54 Paru en 1930, le livre fut traduit par Charles M. Thompson et parut en 1931 aux États-Unis chez Ho (...)
  • 55 Theodore Roosevelt, The Strenuous Life. Essays and Addresses, New York, The Century Company, 1918.
  • 56 Marguerite Clément, « Quelques réflexions sur la vie intense aux États-Unis », Bulletin de la Soci (...)

22Mais ce sont plus particulièrement les comptes rendus dressés par les boursières qui témoignent que le contact direct avec les États-Unis par l’intermédiaire du voyage d’études a débouché sur une compréhension nouvelle, bousculant les idées préconçues. Jeanne Darlu l’exprima par ce raccourci : « Après ces quatre mois d’Amérique si remplis pour moi de sensations et d’idées nouvelles, il me semble que je comprends et que j’aime mieux la vie familière de notre pays. Je vois plus clairement qu’auparavant ses défauts et ses faiblesses, son esprit de médiocrité, son inertie à entreprendre ; je me rends mieux compte des raisons qui expliquent la victoire de ses redoutables concurrents sur les marchés du monde. Mais je sens mieux aussi combien la trame de l’âme nationale a de finesse, de douceur et d’humanité vraie53. » En 1914, seize ans avant la publication par Georges Duhamel des Scènes de la Vie Future, une critique au vitriol de cet American way of life qu’il craignait de voir transposé en France comme modèle de développement pour l’avenir54, Marguerite Clément donnait un diagnostic similaire, quoiqu’agencé d’une manière différente. Elle rejetait la caractérisation américaine de la France (et du Vieux Monde en général) comme une terre de culture et de loisir, « le monde où l’on s’amuse, le monde où l’on se repose » par opposition au Nouveau Monde, « où l’on vit ». Pour elle, la « vie intense » propre aux États-Unis (c’est ainsi que l’on traduit l’expression « strenuous life » forgée par Theodore Roosevelt en 189955) ne diffère que par gradation de l’existence qu’offrent la France et l’Europe, et repose uniquement sur l’absence d’obstacles à la mécanisation et au développement du capitalisme en Amérique. Elle « ne diffère pas tant de la nôtre en nature qu’en puissance : ces gens-là sont ce que nous tendons à devenir56 » Elle ne voyait rien de problématique à juger la « vie intense », dans la mesure où celle-ci est à la fois un fait et un spectre pour la France à venir, tandis que les Français eux-mêmes sont partagés entre crainte et admiration. Cela implique qu’à ses yeux, l’Europe et les États-Unis sont des sociétés aussi modernes et actives l’une que l’autre, mais que les Européens réussissent davantage à combiner la croissance économique avec la réflexion philosophique et l’appréciation esthétique.

  • 57 AN, AJ, 16/7023, dossier Alice Lapotaire, 1913.

23Les boursières ne s’exemptaient pas de toute critique envers les États-Unis, mais elles laissaient entendre que leur compréhension des forces et des faiblesses du pays leur venaient d’abord de leur voyage de formation. Après trois mois sur place en 1913, Alice Lapotaire s’en expliqua dans une lettre au recteur de l’Académie de Paris. « Ma notion des États-Unis est encore très incomplète, [...] mais déjà je crois avoir une idée de son intéressante et troublante complexité. J’ai [une] notion plus vivante de la richesse de l’activité humaine, et si les spectacles qu'elle présente sont parfois lamentables, ce n’est pas dans le pays de la foi en l’effort que diminue la puissance de vivre et d’agir57. »

  • 58 AN, AJ 16/7023, rapport de Simone Téry, 28 mai 1929.
  • 59 AN, AJ 16/7022, rapport dactylographié d’Edmée Hitzel.

24En 1928, Simone Téry utilisa le terme d’« américanisation », mais pour évoquer les transformations des modes de vie sous l’influence américaine qui l’avait frappée lors de son séjour en Asie. « Une des choses qui m’ont le plus frappée au cours de mon voyage, disait-elle, c’est la puissance prodigieuse des États-Unis et leur croissante influence. Tout l’Orient est en train de s’américaniser, c’est sous la forme américaine que lui parvient la civilisation occidentale58. » Edmée Hitzel, qui fit partie de la dernière fournée de boursiers de 1929-1930 connaissait peut-être des critiques alors en vogue des États-Unis tels que Georges Duhamel ou André Siegfried, car elle observait, à propos de « ce pays si peu connu, si méconnu, [dont] si peu de voyageurs parlent avec sympathie ». Elle-même avouait ne l’avoir compris qu’après deux longs séjours, après avoir voyagé auparavant en Europe et en Asie, mais confiante en son bagage elle défendait de façon inspirée les États-Unis de la prospérité, jugeant que celle-ci valait bien le prix du conformisme et qu'elle avait brisé le joug des hiérarchies, de la servitude et de la misère qui étaient encore le lot du Vieux Monde. Elle ne croyait pas pour autant que la France pût s’aligner sur sa sœur d’outre-Atlantique et se prononçait en faveur de la coopération : « Ce danger d’imitation servile et inopportune, il faut essayer de le conjurer, non pas critiquant maladroitement la civilisation américaine, justifiée et bonne en elle-même, comme j’ai essayé de le démontrer, mais en essayant d’établir une mise au point, une collaboration intelligente et sympathique entre le Vieux Monde et le Nouveau59. » Comme ses compatriotes voyageuses, elle développait une compréhension de la France et des États-Unis comme des cultures distinctes mais également dignes de prendre part à la scène internationale, et en ce sens elles comblaient les vœux d’Albert Kahn en faveur d’une meilleure appréciation du génie propre à chaque peuple.

  • 60 Parmi de nombreux titres voir : Frank Costigliola, Awkward Dominion. American Political, Economie, (...)
  • 61 Alors même que la recherche sur les mouvements et les fondations philanthropiques internationaux n (...)
  • 62 Voir Wolfgang Schivelbusch, Histoire des voyages en train, Paris, Le Promeneur, 1990 [1977], qui j (...)

25La crise des années 1930 balaya la fortune de Kahn et mit un terme aux bourses Autour-du-Monde. La plupart des boursières poursuivirent leur carrière dans l’enseignement comme professeur de lycée, ou bien comme journalistes (Simone Téry) ou bien comme enseignantes installées aux États-Unis (Marguerite Mespoulet). Leur large implication dans la société et le Cercle Autour-du-Monde jusqu’à leur dissolution, après la guerre, laisse imaginer qu’elles conservèrent un engagement durable en faveur des échanges culturels internationaux. Au-delà de leur enquête sur les systèmes éducatifs étrangers, leurs voyages les avaient conduites à élargir leur horizon international, leur connaissance du monde. Leurs rapports reflètent une perspective différente de l’alternative entre américanisation et antiaméricanisme à laquelle semblent se résumer les rapports entre France et États-Unis pour la majeure partie du xxe siècle60. Ils laissent aussi imaginer d’autres voies par lesquelles des femmes et des féministes ont bousculé les frontières nationales pour tisser des liens transnationaux fondés sur des préoccupations humanistes et humanitaires61. Au tournant du siècle, à une époque où le voyage devenait plus commode et plus mercantile, ce qui se traduisait par une augmentation de la part des femmes parmi les voyageurs62, elles avaient à la fois satisfait à leur « mission patriotique et humanitaire » et effectué des voyages de culture et de découverte. Elles n’étaient ni des touristes, ni des voyageuses d’affaires ou de loisir. C’étaient des femmes diplômées et actives, qui voyageaient pour donner un élan à leur carrière et simultanément qui faisaient l’expérience du brouillage des identités et des remises en cause de soi qu’offre le voyage. Par-là, Albert Kahn avait semé les graines des futures générations de jeunes femmes qui, après la seconde guerre mondiale, iraient faire leurs études à l’étranger sous la bannière des programmes Fulbright, Rotary, Rhodes, ou encore de l’American Association of University Women.

Notes

1 Archives Nationales (ci-après AN) AJ 16/7020 Création et attribution des bourses Albert Kahn. « Attributions des bourses 1905-1909 »

2 Voir le catalogue de l’exposition Albert Kahn. Réalités d’une utopie, Boulogne-Billancourt, Musée Albert Kahn, 1995, p. 10 et p. 141-142.

3 Sidonie Smith, Moving Lives. Twentieth-Century Womeris Travel Writing, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2001. Sur les caractérisations masculines du voyageur, voir Eric J. Leed, The Mind of the Traveler. From Gilgamesh to Global Tourism, New York, Basic Books, 1991. Voir également James Buzard, The Beaten Traek. European tourism, Literature, and the Ways to Culture, 1800-1918, Oxford, Clarendon Press, 1993 et William W. Stowe, Going Abroad. European Travel in Nineteenth-Centwy American Culture, Princeton (NJ), Princeton University Press, 1994.

4 Outre Sidonie Smith, Moving Lines, op. cit., on consultera Rudy Koshar, German Travel Cultures, New York, Berg, 2000 ; Harvey Levenstein, Seductive Journey. American Tourists in France from Jefferson to the Jazz Age, Chicago, University of Chicago Press, 1998, notamment le ch. 9 ; Billie Melman, Women’s Orients. English Women and the Middle East, 1718-1918 : Sexuality, Religion and Work, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1992 ; Sara Mills, Discourses of Difference. An Analysis of Women’s Travel Writing and Colonialism, New York, Routledge, 1991 ; Karen R. Lawrence, Penelope Voyages. Women and Travel in the British Literary Tradition, Ithaca (NY), Cornell University Press, 1994.

5 Albert Kahn. Réalités d’une utopie, op. eit., et Sophie Coeuré et Frédéric Worms (éd.), Henri Bergson et Albert Kahn, Correspondance, Strasbourg, Desmaret/Boulogne-Billancourt, Musée Albert Kahn, 2003.

6 Fondation Albert Kahn, Autour du Monde, par les boursiers de voyage de l’Université de Paris, Paris, Félix Alcan, 1904, p. I.

7 AN, AJ 16 7020 et 7021.

8 Fondation Albert Kahn, Autour du Monde, op. cit., p. II-III.

9 Ibid.

10 Albert Kahn, op. cit., p. 143-150, et Fondation Albert Kahn, Autour du Monde, op. cit., p. I-III.

11 Thomas J. Schaeper et Kathleen Schaeper, Rhodes Scholars, Oxford and the Creation of an American Elite, New York, Berghahn Books, 2004. La question des femmes et du genre est généralement ignorée par l’histoire des organisations philanthropiques et humanitaires : F. S. L. Lyons, Internationalisai in Europe, 1815-1914, Leyde, A. W. Sythoff, 1963 ; Merle Curti, American Philanthropy Abroad. A History, New Brunswick (NJ), Rutgers University Press, 1963 ; Volker R. Berghahn, « Philanthropy and Diplomacy in the “American Century” », Diplomatie History, 23, 1999, p. 393-419 ; Akira Iriye, Global Community : the Role of International Organizations in the Making of the Contemporary World, Berkeley, University of California Press, 2002 ; Ludovic Tournès, « Le réseau des boursiers Rockefeller et la recomposition des savoirs biomédicaux en France (1920-1970) », French Historical Studies, 29, 2006, p. 77-107.

12 Lettre d’Albert Kahn à Louis Liard, 2 juin 1905, citée par Nathalie Clet-Bonnet, « Les Bourses Autour du Monde, la fondation française, 1898-1930 », Albert Kahn, op. cit., p. 142.

13 AN, AJ 16 7020, création et attribution des bourses Albert Kahn/attribution des bourses 1905-1909.

14 AN, AJ 16/7023, dossiers individuels et rapports, L-W.

15 Ibid.

16 Nathalie Clet-Bonnet, conservatrice au musée Albert Kahn, a préparé un tableau récapitulant les noms, dates d’obtention de la bourse, date de naissance, niveau de diplôme et lieu d’obtention, carrière de chaque intéressée. Quant aux lieux du voyage, ils vont de l’Amérique du Nord et de l’Europe jusqu’à l’Amérique du Sud, l’Asie et le Moyen Orient. Cet article a choisi de mettre l’accent sur les séjours aux États-Unis : « Il est encore plus facile de voyager seule en Amérique qu’en Égypte ou à Constantinople », observait une boursière comme Marguerite Clément, dans un rapport daté de Chicago, 29 juin 1909 (AN, AJ 16/7021, dossier Bourquin-Comuel).

17 Jo Burr Margadant, Madame le Professeur. Women Educators in the Third Republic, Princeton (NJ), Princeton University Press, 1990, p. 204-218 et p. 222-226.

18 AN, AJ 16/7021, dossier Bourquin-Comuel, rapport G. Burghard.

19 AN, AJ 16/7023, dossier Labroue-Meyer.

20 AN, AJ 16/7022, rapport de Jeanne Darlu, 1908.

21 AN, AJ 16/7023, rapport Allard-Bourgogne.

22 AN, AJ 16/7022, rapport d’Edmée Hitzel, 1929.

23 Par exemple Billie Melman, Women’s Orients, op. cit., p. 17.

24 AN, AJ, 16/7023, dossier Alice Lapotaire, 1913.

25 Ibid., rapport Pierrette Sapy.

26 Voir Georges Weurlesse, « L’éducation publique aux États-Unis, impressions et réflexions », Autour du Monde, op. cit., p. 385-418.

27 Archives du Musée Albert Kahn, carton « boursiers français M-W », projet de rapport de Madeleine Mignon.

28 Jacques Portes, Une fascination réticente : les États-Unis dans l’opinion française, 1870-1914, Nancy, Pun, 1990, ch. 8 et 9 ; Bernadette Galloux-Fournier, « Un regard sur l’Amérique : voyageurs français aux États-Unis (1919-1939) », RHMC, 37, 1990, p. 308-323.

29 Voir James Albisetti, « American Women’s Colleges through European Eyes, 1865-1914 », History of Education Quarterly, 32, 1992, p. 439-458. Selon Albisetti, comme l’admission des femmes dans les universités françaises commença dans les années 1860, les voyageurs n’avaient pas de raison de voir dans les universités féminines une alternative souhaitable.

30 C’était la tendance dominante au tournant du xxe siècle dans l’enseignement supérieur aux États-Unis. Voir Barbara Miller Solomon, In the Company of Educated Women. A History of Women and Higher Education in America, New Hven, Yale University Press, 1985, p. 47 et p. 58. D’autres auteurs ont soutenu que les étudiantes développaient une culture féminine séparée (et traduisant cette séparation en termes institutionnels), y compris même dans les établissements mixtes. Cela aurait encouragé leur confiance en elles-mêmes et les aurait conduites à réclamer l’égalité entre hommes et femmes, voire à mettre en cause les barrières du genre elles-mêmes. Voir ainsi Lynn D. Gordon, Gender and Higher Education in the Progressive Era, New Elaven, Yale University Press, 1990, p. 190, ou Natalia Tlkhonov, « The benefits of foreign study : American Women in Swiss universities prior to the First Wolrd War », communication au congrès annuel de l’American Elistotical Association (Chicago, 4 janvier 2003). À partir de l’étude du cursus de 211 Américaines parties étudier en Suisse des années 1870 à 1914, celle-ci soutient que ces femmes partaient à l’étranger pour pouvoir y suivre des études médicales dans un enseignement mixte, possibilité que n’offraient pas alors les États-Unis, et qu’à leur retour, elles travaillèrent à améliorer l’accession des femmes aux universités pratiquant la mixité.

31 AN, AJ 16/7021, dossier Bourquin-Comuel.

32 Ibid.

33 AN, AJ 16/7022, dossier Jeanne Darlu.

34 AN, AJ 16/7023, dossier Madeleine Mignon. Marguerite Clément observait également : « Je ne me suis tant intéressée à ces œuvres sociales que parce qu’elles me semblent constituer – beaucoup plus que l’enseignement par exemple – le trait distinctif de la société américaine. » (AN AJ 16/7021)

35 AN, AJ 16/7022, dossier Jeanne Darlu.

36 Mary Lynn Stewart, For Health and Beauty. Physical Culture for Frenchivomen, 1880’s-1930s, Baltimore, Johns Hopkins Press, 2001, p. 153-156 ; Kathleen Alaimo, « The Authotity of Experts : The Crisis of Female Adolescence in France and England, 1880-1920 », in Mary Jo Maynes, Birgitte Soland et Christina Benninghaus (dir.), Secret Gardens, Satanic Mills. Placing Girls in European History, 1750-1969, Bloomington, Indiana University Press, 2004. Ces auteurs ont constaté que malgré l’avis des experts quant aux bénéfices de la culture physique pour les jeunes filles au tournant du xxe siècle, le public redoutait toujours qu’elle ne porte atteinte à la fertilité féminine.

37 AN, AJ 16/7021 dossier Bourquin-Comuel et 7023, dossier Mignon-Nogard.

38 AN, AJ 16/7021 dossier Bourquin-Comuel.

39 Archives du Musée Albert Kahn, boursiers français, dossier Madeleine Mignon.

40 AN, AJ 16/7021, dossier Allard-Bourgogne.

41 AN, AJ 16/7023, rapport Pierrette Sapy. Anna Amieux notait pour sa part : « Certes, dans la voie du féminisme français tout n’est pas à faire, mais tout n’est pas fait ! Entre les Américaines et les Suédoises, sans doute plus près des secondes que des premières, une place nous est réservée que nous n’avons pas encore su conquérir. Les temps ne sont-ils pas mûrs pour nous, ou bien n’avons-nous pas orienté, coordonné nos efforts comme ils devaient l’être ? Peut-être l’un et l’autre ! Mais les temps viendront, j’espère, et je crois que nous saurons de plus en plus travailler à leur avancement. » (ibid.)

42 Rebecca Rogers, From the Salon to the Schoolroom : Educating Bourgeois Girls in Nineteenth-century France, University Park (Penn.), Pennsylvania State University Press, 2005, p. 215-218.

43 Cela suggère que la forte implication dans la vie sociale, dans le système américain, et l’ajustement du niveau des cursus sur celui des hommes, dans le système français, étaient deux voies distinctes pour réaliser l’égalité entre hommes et femmes. Voir Helen Lefkowitz Horowitz, Alma Mater. Design and Experience in the Women’s Colleges from their Nineteenth-Century Beginnings to the 1930s, 2e éd., Amherst, University of Massachusetts, 1984, p. 147, p. 159-163, et p. 169, ainsi que Carole Lécuyer, « Une nouvelle figure de la jeune fille sous la iiie République : l’étudiante », Clio. Histoire, femmes et sociétés 4, 1996, p. 166-176. Voir également Lynn D. Cordon, Genderand Higher Education, op. eit., p. 190 et Barbara M. Solomon, In the Company of Educated Women, op. cit, ch. 8.

44 Journal d’Annette Cartan, boursière 1908 (Archives du Musée Albert Kahn, dossier Cartan). Elle était censée voyager avec Marguerite Clément, mais elles avaient apparemment suivi des itinéraires distincts.

45 AN, AJ 16/7023, rapport Simone Téry du 28 mai 1928.

46 Voir Eric J. Leed, The Mind of the Traveller, op. cit., ch. 8 et également Paul Fussell, Abroad. British Literary Traveling between the Wars, New York, Oxford University Press, 1980.

47 Edmée Hitzel, « Extrême-Orient », Bulletin de la Société Autour du Monde, 1929-1930, p. 1-3.

48 Mary Louis Pratt, Imperial Eyes. Travel Writing and Transculturation, New York, Routledge, 1992, et Rudy Koshar, German Travel Cultures, op. cit.

49 Sandi E. Cooper, Patriotic Pacifism. Waging War on War in Europe, 1815-1914, New York, Oxford University Press, 1991 ; James A. Field, JR., « Transnationalism and the New Tribe » in Robert O. Keohane et Joseph S. Nye, Jr, Transnational Relations and World Politics, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1972, p. 10.

50 « Allocution de M. Félicien Challaye au nom de la Fondation française », Bulletin de la Société Autour du Monde, 17, 1930, p. xvi.

51 On citera par exemple Anna Amieux, boursière 1905, qui devint directrice de l’École Normale Supérieure de Sèvres après 1919 (Albert Kahn, op. cit., p. 146 et 157-167).

52 Cité ibid., p. 238.

53 AN, AJ 16/7022, dossier Jeanne Darlu.

54 Paru en 1930, le livre fut traduit par Charles M. Thompson et parut en 1931 aux États-Unis chez Houghton Mifflin sous le titre America the Menace. Scenes from the Life of the Future. Voir Pascal Ory, « De Baudelaire à Duhamel, une improbable antipathie », in Denis Lacorne, Jacques Rupnik et Marie-France Toinet (dir.), L’Amérique dans les têtes. Un siècle de fascination et d’aversion, Paris, Hachette, 1986, ou Ralph Schor, L’opinion française et les étrangers en France, 1919-1939, Paris, Publications de la Sorbonne, 1985.

55 Theodore Roosevelt, The Strenuous Life. Essays and Addresses, New York, The Century Company, 1918.

56 Marguerite Clément, « Quelques réflexions sur la vie intense aux États-Unis », Bulletin de la Société Autour du Monde, 3, 1914, p. 169-170.

57 AN, AJ, 16/7023, dossier Alice Lapotaire, 1913.

58 AN, AJ 16/7023, rapport de Simone Téry, 28 mai 1929.

59 AN, AJ 16/7022, rapport dactylographié d’Edmée Hitzel.

60 Parmi de nombreux titres voir : Frank Costigliola, Awkward Dominion. American Political, Economie, and Cultural Relations with Europe, 1919-1933, Ithaca (NY), 1984 ; Emily S. Rosenberg, Spreading the American Dream. American Economie and Cultural Expansion, 1890-1945, New York, Hill and Wang, 1982 ; Richard Pells, Not Like Us. How Europeans Have Loved, Hated, and TransformedAmerican Culture since World War LL, New York, Basic Books, 1997 ; Richard F. Kuisel, Seducing the French. The Dilemma of Americanization, Berkeley, University of California Press, 1993 ; Victoria De Grazia, Irresistible Empire. America’s Advance through Twentieth-Centwy Europe, Cambridge, The Belknap Press of Harvard University Press, 2005.

61 Alors même que la recherche sur les mouvements et les fondations philanthropiques internationaux n’a pas spécialement rendu compte de ce phénomène, à l’exception notable de Nicole Fouché, « Anne Morgan, la “lecture publique” et la France : le lent cheminement d’une influence culturelle américaine », Cahiers Charles V, no 28, 2000, p. 49-76.

62 Voir Wolfgang Schivelbusch, Histoire des voyages en train, Paris, Le Promeneur, 1990 [1977], qui juge que cette modernisation transforma le voyage en un simple produit et en une expérience passive et monocorde, et Harvey Levenstein, Seductive Journey, op. cit. ch. 13, qui considère que cela correspondait à une décadence du voyage culturel. D’autres auteurs comme Eric J. Feed ou Rudy Koshar laissent penser que le tourisme moderne n’était pas incompatible avec la construction de nouvelles identités, collectives ou individuelles, donc avec la production de sens. Voir enfin Shelley Baranowski et Ellen Furlough (dir.), Tourism, Commercial Leisure and National Ldentities in Nineteenth and Twentieth-Century Europe and North America, Ann Arbor, Unversity of Michigan Press, 2000.

Auteur

Purdue University.

N. Bourguinat (Traducteur)

© Presses universitaires de Strasbourg, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search