Version classiqueVersion mobile

Le voyage au féminin

 | 
Nicolas Bourguinat

Du reportage au tourisme culturel

Thérèse Bentzon : itinéraires d’une Française aux États-Unis (1840-1907)

Anne-Caroline Sieffert

Texte intégral

  • 1 Marcel Proust, La prisonnière, Paris, Gallimard-La Pléiade, 1946-1947, t. 2, p. 87.

Le seul véritable voyage [...], ce ne serait pas d’aller vers de nouveaux paysages, mais d’avoir d’autres yeux, de voir l’univers avec les yeux d’un autre, de cent autres, de voir les cent univers que chacun d’entre eux voit, que chacun d’eux est1.

  • 2 Olivier et Patrick Poivre d’Arvor, Rêveurs des mers, Paris, Flammarion, 2005, p. 13.
  • 3 Michelle Perrot « Sortir » in Georges Duby et Michelle Perrot (dir.), Histoire des Femmes en Occide (...)
  • 4 Bénédicte Monicat, Itinéraires de l’écriture au féminin. Voyageuses du 19e siècle, Amsterdam et Atl (...)
  • 5 Ibid., p. 486.

1Voyager et raconter sont deux actes n’ont pas la même portée pour tous, selon que l’on soit femme ou homme, au xixe siècle comme au xxe siècle. Mais que l’on parte pour chercher fortune, afin de se cultiver, ou bien à la rencontre d’un Autre, on part avant tout à la recherche de soi-même. Le voyage peut être décrit « comme un étrange fil d’Ariane, qui, à force d’être remonté, nous dit qui nous sommes et ce que nous voulons de la vie2 ». Pour les Françaises du xixe siècle, il était aussi un moyen de découvrir un horizon autre que celui de leur propre pays, dans lequel elles demeuraient en marge de la Cité. La théorie des deux sphères, publique d’un côté, domestique de l’autre, y était quasiment « une manière de penser la division sexuelle du monde et de l’organiser rationnellement, dans l’harmonieuse complémentarité des rôles, des tâches et des espaces, réconciliant ainsi la vocation “naturelle” [des femmes] avec [leur] utilité sociale3 ». Or, en visitant des pays différents, elles atteignaient à un « rang » de voyageuses qui leur conférait de nouvelles possibilités4. Car on n’est pas n’importe qui en voyage, et on peut y briser « le cercle de l’enfermement et [faire] reculer la frontière du sexe5 ». Sans doute, les femmes se font rarement des exploratrices de terres vierges, et le plus souvent les récits de leurs pérégrinations se centrent sur leurs sociabilités. Écrire en cours de route ou au terme de son voyage, c’est d’une certaine manière se posséder soi-même et se lier à de nouveaux horizons, bref ne plus être seulement des femmes privées de citoyenneté au nom de leur « fragilité », mais des individualités sériant des informations et agençant des descriptions, des créatrices en somme.

  • 6 Theodore Stanton (éd.), « Autobiographical Notes By Madame Blanc », North American Review, 166, mai (...)
  • 7 Ibid., p. 600. « Mes relations avec les États-Unis ont toujours été de celles qui font naître et no (...)

2C’est probablement de là que vient toute l’ambiguïté de Thérèse Bentzon, dont la biographie révèle deux visages distincts. Le premier est Marie-Thérèse de Solms-Blanc, femme de l’élite, issue d’une famille noble mais désargentée, mariée très jeune et divorcée trois ans plus tard après « un long et pénible mariage6 ». L’autre est Thérèse Bentzon, son nom de plume, choisi d’après le nom de jeune fille de sa mère, néerlandaise d’origine : c’est celui d’une journaliste de la Revue des Deux Mondes, enquêtrice et voyageuse. Si les bornes chronologiques choisies sont ses dates de naissance et de mort, c’est la conséquence du fait que le voyage commence chez Bentzon par son éducation, qui la porte vers le monde anglosaxon en général, et vers l’Amérique en particulier. Ainsi, elle note dans une lettre à l’un de ses correspondants américains : « My relations with America have almost always been of a kind which create and strenghen lasting sympathies7. » Elle part aux États-Unis en 1893 pour la première fois – elle est alors âgée de 53 ans. Elle y reste un an, qu’elle met à profit pour écrire des notes de voyage qui donneront Les Américaines chez elles. Elle y donne non seulement un aperçu de la place des femmes, mais de l’intégralité de la société américaine, au rythme d’observations notées sur le terrain, complétées de souvenirs et appuyées d’une documentation très précise et très fournie – comme nous le verrons plus loin d’ailleurs.

  • 8 Il existe bien sûr des inventaires de sources, tel que le travail de Franck Monaghan, qui dénombre (...)

3Bien que la recherche sur l’Amérique du xixe siècle soit en plein essor, y compris en France où elle avait accumulé beaucoup de retard, les études sur les récits de voyage dans le Nouveau Monde de la même époque sont relativement peu courantes – malgré l’engouement pour le récit de voyage en tant que matériau et champ de recherche. Pourtant, il s’agit d’une production courante de la presse et de l’édition du xixe siècle, tant les États-Unis de cette époque fascinent le public européen en général et français en particulier. Ils constituent néanmoins un corpus largement inexploité, constatation est encore plus frappante lorsqu’il s’agit des récits de voyage féminins8.

  • 9 Voir par exemple pour la France le travail ancien de Laure Adler, Les premières journalistes : 1830 (...)
  • 10 Par commodité, je parlerai de la Revue quand je ferai allusion à la Revue des Deux Mondes dans la s (...)
  • 11 Richard Chew, « Marie-Thérèse Blanc in America, A Fin de Siècle French Perspective on the American (...)
  • 12 Heather Brady, « The Frontier Of Popular Exoticism. Marie Bonaparte in New Orléans Crossings » in N (...)
  • 13 Ahmad Jalali, « Introduction. Allocution d’ouverture du colloque. », Les Civilisations dans le rega (...)

4Les récits de voyage émanant de femmes journalistes sont encore plus rares, d’abord parce qu’être femme et journaliste au xixe siècle est un fait rare en lui-même. Le journalisme reste avant tout un monde d’hommes, en Europe comme aux États-Unis, même si ça et là émergent des figures, moins exceptionnelles qu’on pourrait le croire, mais qui restent en minorité9. A la Revue des Deux Mondes, grande institution à la fois décriée et adulée du siècle, elles ne sont que trois, qui œuvrent toutes sous un pseudonyme masculin. Ce n’est donc pas par hasard que Marie-Thérèse de Solms-Blanc, lorsqu’elle est engagée à la Revue10, en 1872, choisit le « gender-ambiguous pseudonym11 » de Th. Bentzon, souvent lu comme « Théodore » Bentzon donc chargé d’une résonance masculine quoique renvoyant silencieusement au patronyme de la mère de l’auteur. L’étude proposée ici portera sur les aspects « genrés » du voyage accompli et relaté par Bentzon, et soulignera la dichotomie entre d’un côté son personnage de critique littéraire et d’enquêteur sociologique, et de l’autre sa personnalité d’écrivain12, c’est-à-dire concrètement la différence entre les aspects normatifs et les aspects pratiques (« révélés » par le voyage) de la féminité. Ainsi que le fait remarquer Ahmad Jalali, « l’altérité est avant tout le miroir de nous-mêmes13 », et c’est en effet d’abord sur elle-même que le regard que Bentzon porte sur l’Amérique et les femmes américaines est révélateur. Il donne autant d’indices sur sa vision de sa propre place dans la société française que sur la place des Américaines dans leur société. D’autre part, il s’agira aussi de mettre en évidence, toujours grâce au paradigme du genre, les constructions géographiques et sociologiques par lesquelles Bentzon analyse les États-Unis et leur société.

  • 14 Je compte ici uniquement les versions françaises. Il faut noter que Bentzon a connu un succès d’édi (...)

5Même si on a parlé plus haut de « récits » au pluriel, littérairement parlant il s’agit d’un seul et même texte, plus ou moins retouché. Les Américaines chez elles se présentent comme des notes de voyage dont il existe au moins trois éditions sous ce titre, et au total sept versions différentes14. Ce texte suit des lignes que l’on devine imposées par la profession et la mission « sociologique » de Bentzon lorsqu’elle est aux États-Unis, tout en intégrant son expérience de femme et surtout de femme de lettres. Comment mesurer alors les spécificités et les similitudes de ce regard féminin sur l’Amérique par rapport aux enquêtes masculines ? Y a-t-il des motifs spécifiques au récit de voyage féminin, et en quoi sont-ils spécifiques ? Aborder ces questions nécessite d’abord de tracer les contours du cadre de travail journalistique dans lequel évolue Benzton et qui conditionne sa vision, pour pouvoir distinguer ce qui est singulier dans son récit de ce qui est du domaine du topos. Autrement dit, ce qui tient du récit de voyage féminin classique, comme par exemple la modestie (vraie ou fausse) du propos et la volonté affichée d’effacement du « moi » de la voyageuse, par opposition à ce qui tient de l’initiative propre d’une femme du xixe siècle, afin de voir la journaliste au travail et la femme écrivain dans sa sensibilité. On abordera ensuite la place des femmes américaines telle que la voit Bentzon et enfin la question d’une vision « genrée » de l’espace américain, dont une Européenne du xixe siècle en voyage outre-Atlantique peut être le marqueur, ou le témoin privilégié.

1. Le travail de journaliste sociologique

  • 15 Par commodité, je parlerai des Américaines quand je mentionnerai Les Américaines chez elles à parti (...)

6Ce qui frappe d’abord dans Les Américaines15 c’est la propension de Bentzon à s’appuyer sur de très nombreux auteurs, au moins une quinzaine par chapitre, ce qui en soi n’est guère étonnant, eu égard à sa formation, à son premier travail à la Revue, et au fait même qu’elle travaille à la Revue. Bentzon a été d’abord engagée comme critique littéraire, sur les instances de George Sand, avec laquelle sa famille entretenait une double amitié, par sa mère, Olympe Adrienne, dame de Bentzon, et par son beau-père, le comte d’Aure, avant de se retrouver dans ce rôle d’enquêtrice en voyage. Elle possède donc de solides connaissances sur le monde de la littérature de son époque, et dispose d’un réseau qui la place au cœur de la production littéraire de son époque – elle aura notamment une longue amitié épistolaire avec Sand.

  • 16 La liste complète de ses romans est trop longue pour être mentionnée ici, mais le thème favori de B (...)
  • 17 Thomas Loué, La « Revue des Deux Mondes » de Buloz à Brunetière. De la belle époque de la revue à l (...)

7Il faut dire que ce n’est pas une jeune femme qui part en Amérique, mais une femme qui a fréquenté les salons et déjà beaucoup écrit. Si la postérité n’a pas couronné son œuvre, il n’en reste pas moins que nombre de ses livres ont retenu l’attention de ses contemporains, sans qu’on puisse pourtant dire qu’elle ait été un personnage littéraire de premier ordre. Beaucoup de ses œuvres16 ont été publiées par la Revue des Deux Mondes, et grâce à Buloz et à Brunetière17, les deux directeurs historiques de la Revue, Bentzon pu rencontrer beaucoup des grands écrivains de son temps. Quand aux œuvres publiées de Bentzon, elles ont reçu un accueil s’étendant bien au-delà du cercle de la Revue, comme en témoignent les nombreuses rééditions, ainsi que les traductions en anglais.

8Le très grand nombre de citations que comptent ses articles correspond à une méthodologie coutumière à la Revue, qui en tant qu’institution littéraire est appelée à s’appuyer sur de nombreuses lectures, mais aussi sur de nombreux faits de société. Mais ce n’est pas forcément une pratique qui est de règle dans la littérature viatique, où l’intertextualité est plus souvent implicite, quelque part entre le pillage de sources non citées et la confrontation sérieuse ou parodique avec des références livresques « incontournables ». D’un autre côté, c’est également un moyen de se légitimer dans son travail d’enquête en tant que femme journaliste, et une façon de faire reconnaître le sérieux de sa documentation. La réputation des femmes de lettres, surnommées les « bas-bleus » et caricaturées dans Le Charivari, reste encore mauvaise dans la France de la fin du xixe siècle, et Bentzon risque toujours de se voir reprocher son manque de sérieux ou de profondeur. Mais à l’inverse, cela lui fait courir le danger de s’effacer derrière d’autres, caractéristique que Bénédicte Monicat et d’autres spécialistes de l’écriture féminine du voyage comme Shirley Foster ont retrouvé souvent, surtout chez les pionnières du genre.

9Si la Revue des Deux Mondes l’envoie en mission aux États-Unis, en 1893, en dépit du fait que son entrée dans le monde littéraire s’était faite un peu par effraction, c’est d’abord le fruit de la solidité de son réseau d’amitiés intellectuelles, et de l’ancienneté de ses liens avec le Nouveau Monde. C’est au sein d’une sorte de toile que Bentzon se construit, toile que l’on visualisera par un schéma succinct.

  • 18 Le comte d’Aure et George Sand partageaient un intérêt commun pour les chevaux de race. Le comte av (...)
  • 19 Annie Fields, Authors and Friends, Londres, T. F. Unwin, 1896. Annie Fields a tenu un salon littéra (...)
  • 20 On pense notamment à Louisa May Alcott, Les Quatre filles du Docteur March, Paris, LG F, 2004 [1868 (...)
  • 21 Expérience fouriériste commencée en 1841, Brooke Farm est situé également dans le Massachusetts. Dè (...)
  • 22 Elle mourut en 1850 dans le naufrage du bateau qui la ramenait à New York : pionnière du féminisme (...)
  • 23 Theodore Stanton (éd.), « Autobiographical Notes... », op. cit., p. 600. « So when I went to Americ (...)

10Ce schéma met en valeur le milieu féministe modéré (ou modérément féministe ?) dans lequel évolue Bentzon. Lorsqu’elle entre à la Revue des Deux Mondes en 1872, par l’entremise de Georges Sand, rencontrée par son père adoptif, le comte d’Aure18, elle y est immédiatement en contact avec Charles Varigny, déjà auteur de textes sur les femmes en Amérique qui lui serviront de point de référence dans son reportage. C’est également grâce à Sand qu’elle était entrée chez Calmann-Lévy, son éditeur historique, en 1866. Côté américain, elle correspond un moment avec l’un de ses auteurs préférés, Hamlin Garland. Par son intermédiaire et par celui de Ralph Waldo Emerson, ainsi que par le biais d’Annie Fields19, elle se retrouve dans le cercle familier de quelques-unes des figures essentielles de la vie littéraire des États-Unis de la fin du siècle, parmi lesquels certaines femmes écrivains dont les œuvres contribuent à construire l’image qu’ont les femmes américaines d’elles-mêmes et celle que les Françaises ont des Américaines20. Emerson vivait à Concord, dans le Massachusetts, une petite ville de la banlieue bostonienne qui devint pendant un temps une sorte de capitale culturelle, car un certain nombre d’auteurs américains décidèrent d’aller l’y rejoindre et d’y vivre. Par-delà le cercle de Concord, c’est aussi par Emerson et par Annie Fields qu’elle a pu rencontrer un certain nombre de participants à l’expérience de Brooke Farm21, du moins les survivants, puisqu’on se rappellera du tragique destin de Margaret Fuller-Ossoli, avec laquelle il est possible que la famille Bentzon ait eu des liens par l’intermédiaire d’Olympe Adrienne22. En somme, comme Bentzon l’indique sans détour dans une de ses lettres à Theodore Stanton, « lorsque [elle fut] en Amérique, en 1893, [elle] comptait nombre d’amitiés anciennes et véritables, ayant intimement correspondu avec eux durant plusieurs années23 ». Elle ne partait pas pour une terre inconnue, mais pour un endroit où l’attendaient des personnes, des gens avec qui pendant de nombreuses années elle avait échangé des idées sur la vie de leur pays et sur son propre pays – ce qui est le cas de nombreux voyageurs du xixe siècle, sans être pour autant une règle.

  • 24 Voir Jacques Portes, Une fascination réticente. Les États-Unis dans l’opinion française, 1870-1910,(...)
  • 25 Olivier Zunz, L’Amérique en col blanc. L’invention du tertiaire, 1870-1920, Paris, Belin, 1991.
  • 26 Th. Bentzon, Les Américaines, op. cit., p. 11.
  • 27 Ibid., p. 10.

11Bentzon est d’autre part une enquêtrice. C’est donc bien documenté qu’elle se met en route. Les États-Unis sont souvent ce pays mal connu sur lequel les Français ont une opinion bien arrêtée – aujourd’hui comme hier du reste24. Bentzon elle-même résume ainsi l’opinion courante sur l’Amérique en col blanc25 : « À écouter [le lecteur français], l’Amérique est un endroit où les barrooms sont pavés de dollars26 » Elle ne se dérobe pas devant les développements classiques du récit de voyage outre-Atlantique, par exemple sur le système politique américain, ou devant les réflexions caractéristiques de sa période sur la puissante industrialisation des États-Unis. Son texte est parsemé de ces petites anecdotes qui, en plus de faire le sel du récit de voyage, sont également de premier ordre pour un historien. Dans le cadre du genre, il est intéressant de rappeler que les Américaines passent souvent auprès des Français pour des femmes de petite vertu, et sont regardées avec un certain mépris. À ce titre, le voyage en bateau qui constitue le premier chapitre des Américaines est révélateur, puisque Bentzon y décrit les types que l’on peut identifier durant une traversée et parle d’une jeune Américaine qu’elle y voit. À travers cet exemple, elle pose la question du différentiel des rapports de sexe en France et en Amérique, ou du moins de leur perception. Les Américaines sont pour les Français des femmes légères : « Pour ce qui est du fameux flirt, il va souvent, soyez en sûre, à la dernière extrémité. Dans les hôtels, les restaurants, partout une porte spéciale indique l’entrée des dames... Bast ! malgré cette précaution ridicule, on se rejoint de l’autre côté, et le diable n’y perd rien27. » Et de s’interroger longuement sur la place du flirt dans les rapports hommes/femmes aux États-Unis.

12D’une manière générale, que l’on voyage aux États-Unis pour y étudier l’économie, la politique, pour y rencontrer des amis ou y faire des affaires, en reportage ou en vacances, les Américains sont vus comme prisonniers d’un paradoxe : voilà un pays ultra-libéral, ou pourtant les rapports de sexe sont corsetés dans des cadres très étroits, un endroit où les femmes ont des mœurs légères et où pourtant la religion joue un rôle bien trop important, au goût des Français en tout cas. C’est le paradoxe d’un monde sans valeurs, mais marqué par une grande empreinte de la morale, que semble relever Bentzon, notamment quand elle décrit la consommation d’alcool en public. Le dilemme était déjà posé presque dans les mêmes termes par les voyageurs anglais du premier tiers du xixe siècle (hommes et femmes confondus), qui découvraient dans leur ancienne colonie émancipée un alliage étonnant d’appétits matérialistes et de vide spirituel, où du moins l’interprétaient-ils ainsi afin de la mettre à distance du « caractère » britannique, de leur propre « identifiant national ». Au temps du Gilded Age (1876-1898), cette appréhension des États-Unis n’avait bien sûr pas disparu, mais la donne en était modifiée par le remarquable essor industriel du pays et par le règne apparent d’un capitalisme « sauvage ». Les articles donnés par Bentzon à la Revue sur l’Amérique se font l’écho des opinions françaises évoquant un monde affairiste et froid, en même temps que corrompu.

  • 28 Frank Monaghan, French Travellers..., op. cit.
  • 29 Richard Chew, « Marie-Thérèse Blanc in America... », op. cit.
  • 30 Rebecca Rogers, From the Salon to the Schoolroom : Educating Bourgeois Girls in Nineteenth-Century (...)
  • 31 Jules Michelet, La Sorcière, Paris, 1966 [1862], p. 3.
  • 32 Sarah Evans, Les Américaines. Histoire des femmes aux États-Unis, Paris, Belin, 1991 [1984], et Cla (...)
  • 33 Joan W. Scott, La citoyenne paradoxale. Le féminisme fiançais et les droits de l’homme, Paris, Albi (...)
  • 34 Théodore Stanton (éd.) op. cit., p. 597. Ses mots exacts sont les suivants : « The traditions at th (...)
  • 35 Th. Bentzon, op. cit., p. 23.
  • 36 Ibid, p. 21. En plus de la cuisine, les femmes américaines délaisseraient aussi la couture au profi (...)
  • 37 Harvard-Annex ou « Radcliffe College » se voulait le pendant féminin de Harvard, et fut fondé en 18 (...)

13La réflexion de Bentzon la mène toutefois hors des sentiers battus par ses collègues voyageurs masculins. La bibliographie des relations de voyage en Amérique de Lranck Monaghan témoigne de cette différence28. Richard Chew a analysé les entrées citées par Monaghan, et est arrivé à la conclusion suivante29 : sur les 1 680 entrées thématiques (pour la période fin xviiie- xixe siècle), le premier sujet d’intérêt des récits est la description attachée à un État ou une ville, avec une nette tendance pour les villes. Viennent ensuite les affaires militaires, principalement la guerre d’indépendance ; ensuite viennent respectivement les conditions sociales, la religion et les affaires économiques. Le système politique, l’éducation, et la vie intellectuelle – dans cet ordre – sont au milieu du classement, tandis qu’arrivent en dernier le système judiciaire, la santé publique et la médecine. Or sur les quarante-cinq titres de chapitres et sous-chapitres de l’édition 1907 des Américaines, quinze concernent directement l’éducation, et cinq autres sous-chapitres, bien que ne mentionnant pas des thématiques directement liées à l’éducation, parlent du système éducatif américain. Cet intérêt ne se retrouve que rarement dans les récits de voyage masculins, sauf en ce qui concerne la question de la mixité (ou plutôt de la coéducation qui est le terme le plus courant à l’époque) – mais les hommes l’évoquent d’abord dans la mesure où c’est un sujet relié à l’actualité du Second Empire et de la Troisième République. L’attachement de Bentzon pour ce champ s’explique au contraire par le sujet même de son enquête, les femmes, car au xixe siècle, l’enseignement fait partie des métiers « acceptables », y compris pour celles des milieux conservateurs et catholiques : soit comme vocation, dans le cadre congréganiste ou dans le métier plus récent d’institutrice, soit dans le cadre familial, beaucoup de jeunes filles de la bourgeoisie recevant une éducation primaire assez complète dans le but de pouvoir éduquer leurs enfants30. Bref il est possible de constituer les tâches éducatives des femmes en une substitution ou en une continuation de leur rôle maternel, et cette idée reste si fortement ancrée au cours du siècle que, chez les institutrices de la Belle Époque par exemple, le taux de célibat est élevé. Michelet n’écrivait-il pas dans la préface de La Sorcière : « L’homme chasse, la femme enfante des songes et des Dieux »31. Il y a bien sûr le premier aspect évident dans cette phrase, cette idée de division des tâches, de la femme-mère et du mari pourvoyant aux besoins – c’est-à-dire une réduction des femmes à leur rôle maternel, proche des idées catholiques, mais aussi du féminisme républicain français, et également de certaines idées et manières de voir en Amérique, en dépit ou à cause du progressisme32. Être irraisonné – puisqu’elle enfante des Dieux et des songes, la femme n’est-elle pas déphasée dans un siècle où règne la volonté positiviste de rationnel ? C’est une idée que l’on retrouve de façon régulière chez Bentzon, parfois de manière inattendue, souvent avec des conceptualisations prévisibles. L’éducation qu’elle-même a reçue contribue à ce qu’elle reproduise de tels schémas, en même temps qu’elle tente de leur échapper, ce qui est sans doute le propre de nombreuses pionnières du féminisme français du xixe siècle33. Marie-Thérèse de Solms-Blanc a été élevée par ses grands-parents dans ce qu’elle reconnaît elle-même avoir été une éducation en retard par rapport à son époque34. Ayant été mariée, ne fut-ce que pour très peu de temps, elle considère par exemple que le destin d’une femme est d’abord d’être épouse et femme au foyer. Séparée de son mari et obligée elle-même de travailler pour subsister, elle remarque cependant qu’il est une « chose inestimable dans un pays où la femme ne naît ménagère que par exception : [c’est] que des leçons de cuisine étaient quotidiennement données35 » à l’Exposition Universelle de Chicago et qu’« à travers tous les États-Unis, les cours de cuisine connaissent du succès, tant est grand le besoin pour certaines de retourner au rôle naturel de la femme36 ». Mais à côté de ces jugements, on la voit se plaindre de ce que les clubs de femmes n’existent pas en France et se demander « quand nous aurons en France un Harvard-Annex37 », c’est-à-dire un établissement universitaire exclusivement féminin. C’est là tout le paradoxe du féminisme français du temps de Bentzon : cette espèce de difficulté à concilier son éducation, l’époque, et sa volonté de « rompre le cercle », pour réutiliser l’expression de Perrot.

  • 38 Th. Bentzon, op. cit., p. 11.
  • 39 Les premiers chapitres des Américaines... sont consacrés au trajet en bateau, qui, bien que considé (...)

14Une fois ces ambiguïtés posées, on comprend mieux que son analyse se divise essentiellement en deux catégories : les fonctions et les qualités intrinsèques des femmes américaines et l’évaluation approfondie de leur rôle dans la société. Bentzon fait un effort conscient pour s’éloigner des stéréotypes, à propos desquels elle observe, non sans raison : « Nous avons, nous autres Français, la rage de conclure et de généraliser38. » Elle n’y réussit pas toujours, nous venons de le voir. Néanmoins, elle consacre plus de temps que tous ses homologues masculins à parler des sujets traditionnellement attribués aux femmes du xixe siècle, notamment le diptyque charité-éducation, et elle y ajoute, ce qui constitue le véritable but du voyage pour une Française, la place politique des femmes dans la société américaine. Cette triple association est mise en avant pour la première fois dans le chapitre sur Chicago, qui est le premier à se dérouler en territoire américain39, après la traversée de l’Atlantique.

2. Pauvreté et immigration : le rôle maternel des Américaines

  • 40 Th. Bentzon, op. cit., p. 47.
  • 41 Nicolas Bourguinat, Histoire des États-Unis, de 1865 à nos jours, Paris, Armand Colin, 2006, p. 61. (...)
  • 42 Les recensements sont disponibles sur le site https://www.census.gov/population/

15Quand Bentzon arrive à Chicago, elle est tout d’abord frappée par le nombre important d’immigrés qui s’y croisent : « Et, à travers ce tumulte régulier, sans fracas ni désordre, coule un flot humain dans lequel vous reconnaissez des échantillons du monde entier. Sur un million cent mille habitants que renferme Chicago, il n’y a pas en effet plus de trois cent mille Américains de race40. » Précisons que lorsqu’elle utilise ce terme, elle désigne les Blancs arrivés avant 1850, et d’extraction britannique. Les Irlandais, Allemands, et autres Européens ne sont ainsi pas inclus dans ce terme. La forte croissance de Chicago n’est bien sûr pas étrangère à cette impression de foule d’immigrants. C’est alors l’une des villes les plus dynamiques, son port industriel et sa position de nœud ferroviaire entre le Nord-Est et les Plaines générant une importante demande de main-d’œuvre. Bentzon se réfère aux chiffres de Jacob Riis, qui calculait au milieu de l’année 1889 que pour les vingt ans précédant son enquête, 5 335 396 immigrants avaient posé le pied à New York. Mais après la fin des années 1890, l’augmentation de l’immigration continua et fit arriver annuellement près d’un million de personnes, tous ports confondus41. Entre les années 1850 et 1930, selon les recensements, le nombre de « foreign-born » résidant aux États-Unis devait passer de 2,2 M à 14,2 M42, et les arrivées se feraient de plus en plus massivement par New York au détriment des autres ports de débarquement.

  • 43 Ibid., p. 61. On se référera également aux travaux français de Marianne Debouzy, de Catherine Collo (...)
  • 44 Jacob Riis, How the Other Half Lives, New York, C. Scribner’s Sons, 1896. Riis est aussi l’auteur d (...)
  • 45 Th. Benzton, Les Américaines, op. cit., p. 48.
  • 46 Voir Pierre Milza, Français et Italiens à la fin du xixe siècle, Rome, EPR, 1982.

16Jacob Riis, lui-même immigrant danois, arrivé aux États-Unis en 1870 à l’âge de 21 ans, était alors célèbre comme l’un des journalistes « muckrakers » contribuant à faire connaître les bas-fonds et les quartiers ethniques à l’opinion bourgeoise. Le fait de le prendre pour caution n’est donc pas dénué d’arrières pensées. Certains passages de Bentzon véhiculent en effet des idées proches de celles de Riis, et de manière générale proches de celles qui dominaient dans le mouvement progressiste et dans la National Urban League, qu’on peut qualifier de véritables topoï sur l’immigration du xixe siècle finissant, fondés sur l’idée d’une hiérarchie des races et aboutissant donc à une division entre « mauvaise » et « bonne » immigration, distinction alors courante aux États-Unis dans la bonne société comme dans les milieux du « travail organisé ». En effet, à partir de 1890, 85 % de l’immigration aux États-Unis était originaire du Sud et de l’Est de l’Europe, alors que précédemment l’immigration venait en majorité des pays anglo-saxons (Angleterre, Irlande, Ecosse, Allemagne)43. Les Italiens qui arrivaient étaient en général engagés au pays par un « padrone », qui les maintenait dans une ignorance totale de la langue et des usages locaux (particulièrement bien sûr des droits du travail). Vivant en vase clos, ils étaient souvent rançonnés par celui-ci en échange d’une « protection » et d’un maigre logement. « Pittoresque addition à la population de la ville, bien qu’indisciplinée [...], l’Italien arrive au bas de l’échelle, observait Riis, et dans la génération qui fait le voyage, il y reste. Dans les bas-fonds, il est un locataire apprécié qui “cause moins de problèmes” que l’Irlandais querelleur ou l’Allemand ordonné, c’est-à-dire : qui est content de vivre dans une porcherie et de se soumettre à la rançon sans un murmure44. » En écrivant elle-même « Un Sicilien qui flâne [...] a le sentiment du pittoresque, pour paresseux et indiscipliné qu’il soit45 », Bentzon recycle donc des appréciations de seconde main elles-mêmes fortement stéréotypées. Le petit peuple urbain n’est sans doute guère mieux considéré dans la littérature de voyage en Italie de l’extrême fin du xixe siècle, et il n’y a finalement rien d’étonnant à ce qu’un Américain d’adoption et une Française se retrouvent sur ce point. Vue par la France des années 1890, l’Italie n’est pas un pays frère mais d’abord un membre de la Triple-Alliance. Et la Grande Dépression de l’économie ne favorise pas un bon accueil aux travailleurs migrants italiens de la part des milieux populaires46. Aux États-Unis, cette seconde vague d’immigration était un enjeu important pour le mouvement syndical (qui avait obtenu par exemple l’interdiction de l’« importation de main-d’œuvre sous contrat »), ainsi qu’un motif de grèves et d’émeutes (notamment anti-chinoises), les immigrés étant accusés de fausser la donne en acceptant de travailler hors des cadres de la légalité, en tirant les salaires à la baisse et en provoquant le chômage. On pourrait d’ailleurs remarquer que Bentzon ne semble que très peu consciente de la crise économique que traversent l’Amérique rurale et l’Amérique des métropoles du début des années 1890, et on peut sérieusement s’interroger à la fois sur la diversité de ses « sources » en tant qu’enquêtrice (était-elle suffisante ?), et sur l’autonomie de son jugement par rapport à ces sources (était-elle réelle ?).

  • 47 Henry Fuller, The Cliff-Dwellers, New York, Harper and Brothers, 1893.
  • 48 Voir le livre célèbre de Stephan Thernstrom, The Other Bostonians. Poverty and Progress in the Amer (...)

17A l’inverse, les Allemands sont décrits comme faisant partie de la « bonne » immigration, disciplinés et travailleurs, vivants dans des lieux propres et bien tenus et non de sordides « tenements houses », type d’immeuble et de logement inventé dans les années 1840 à New York, quand le flot d’immigrants était tel que plus de 2 000 nouveaux arrivants par semaine devaient être hébergés de manière rapide et économique. Dans les quartiers d’immigrants, tel Mulberry Street (l’une des rues du quartier italien de New York, surnommée « The Bend », non seulement en raison de sa courbe, mais aussi du milieu interlope qu’on y trouvait), les tenements étaient bondés, et insalubres. Avec un turn-over élevé dans les emplois attribués aux immigrés, et des épidémies comme celle de choléra à New York, qui toucha particulièrement le quartier de Little Italy, les tenements offraient un triste spectacle, comme le remarquent Bentzon et Riis. Ils étaient en fait l’argument principal du mouvement de réforme urbaine, qui voyait la ville comme un gouffre de perdition et de corruption et auquel Bentzon fait référence dans le chapitre sur Chicago. Dans son esprit, l’association de Chicago avec le mouvement de réforme des villes américaines va de soi. Chicago incarne plus que toute autre la ville anarchique, désordonnée et noire, celle que décrit par exemple Henry Fuller dans The Cliff-Divellers47. Par contraste avec les quartiers bâtis pour l’Exposition Universelle, les visiteurs surnommèrent d’ailleurs Chicago la « ville noire », à cause de l’aspect de pauvreté et de l’atmosphère de coupe-gorge qui y régnaient. D’où le fait que dans les descriptions de Chicago, la situation sanitaire des migrants soit spécialement mise en avant. Par contraste, Boston apparaît à Bentzon comme une ville dénuée d’immigrants récents et donc de pauvreté – du moins dans un premier temps car si elle se laisse prendre au piège, elle se rend compte ensuite que ce n’est qu’apparence : les pauvres de Boston sont envoyés dans des établissements spécialisés, situés dans des endroits confinés de la ville, ou bien mis à l’écart dans des faubourgs, ce qui laisse aux Bostoniens l’impression d’habiter une ville exemplaire48. Ainsi, remarque-t-elle, « l’hypocrisie est le refuge des autres ».

  • 49 Ce qui provoque la surprise de Bentzon. Elle assiste à une réunion du Sororis et s’étonne de la non (...)
  • 50 Sarah Deutsch, Women and the City. Gender, Space and Power in Boston, 1870-1940, Oxford, Oxford Uni (...)
  • 51 Ces restaurants sont liés à l’histoire de New York, et notamment de son âge d’or, des années 1870 à (...)
  • 52 La Protective Agency fusionna en 1905 avec le Bureau of Justice de Chicago créé peu de temps après (...)

18Pour s’informer sur ce qui se fait en matière de lutte contre la pauvreté, Bentzon se rend dans chaque ville auprès des clubs de femmes, qui étaient alors très répandus aux États-Unis et qui étaient souvent non-mixtes49. La plupart avaient un triple objectif : fournir un espace de discussion, faire avancer les droits des femmes, et mener une activité de charité. Ces clubs constituaient pour les femmes un véritable réseau, un endroit pour se rencontrer, un espace de socialisation50. Ils leur permettaient de s’investir dans la Cité, notamment au travers des œuvres de bienfaisance, dans le prolongement de leur rôle supposé naturel de mères et d’épouses. À New York, elle va notamment au Sororis, qui se tenait dans l’un des restaurants des frères Delmonico, parmi les plus réputés de la ville51, et comme on peut s’en douter fréquenté uniquement par des femmes de la bonne société. À Chicago, Bentzon s’adresse à la Protective Agency fondée par l’un des clubs de femmes de la ville. Cet interventionnisme social de ses consœurs américaines lui semble très louable : « Il faut savoir tout le mal que font, dans une société à peine dégrossie encore comme celle de Chicago, l’ivrognerie et la brutalité, pour comprendre l’urgence de cette action qui s’exerce sans relâche au nom de la fraternité entre femmes et du sentiment maternel étendu à tous les enfants. » La Protective Agency for Women and Children, fondée en 188652, avait pour tâche de faire délivrer les salaires aux ouvrières, pour éviter que leurs maris ne les gaspillent en boisson, d’éduquer leurs enfants, d’aider les femmes en difficulté, et de soutenir celles qui étaient battues par leurs maris dans les procédures de divorce. Au départ, cette agence se proposait de répondre à un problème social délaissé par la municipalité de Chicago et par l’État de l’Illinois. À Boston, nous l’avons vu, le problème avait été traité différemment, avec une approche plus globalisante, et surtout initiée par les élites dirigeantes de la cité elle-même.

  • 53 Hull House garda son emplacement original très longtemps, jusqu’à être déplacée à la faveur de la c (...)
  • 54 Hull House Maps And Papers, New York, Harper and Brothers, 1895. Ces travaux auront partie liée ave (...)
  • 55 Th. Bentzon, op. cit., p. 38. C’est moi qui souligne.
  • 56 Ibid, p. 44. Souligné par moi de nouveau.

19Or ce qui frappe, c’est que cette forme d’engagement dans la vie sociale des femmes américaines est décrite par Bentzon comme une sorte d’extension naturelle de leur rôle de mère. C’est le cas lorsqu’elle parle de la Protective Agency, organisme qui la confirme dans l’idée préconçue que les femmes doivent occuper l’espace privé et assumer leur fonction « naturelle ». Ce n’est pas un hasard si l’agence a été créée par les femmes, ni, d’ailleurs si la mairie tardait à s’occuper de ces problèmes sociaux pourtant aigus, préférant laisser ce soin aux femmes. Mais c’est le cas également dans le chapitre consacré à Hull House, la première « seulement house » créée à Chicago en 1889 et emblématique des visées des progressistes en matière de réforme de l’Amérique urbaine. Fondée par Jane Addams et Ellen Starr, Hull House était destinée à accueillir les immigrants dans le besoin, c’était aussi bien un foyer qu’une coopérative d’achats. Première « settlement house » des États-Unis, qui en 1920 en compteraient 500, l’établissement tenait aussi sa notoriété du caractère de sa fondatrice et de la qualité de ses enquêtes, ainsi que tout simplement de sa taille. Il ne faut pas en effet imaginer une seule maison, mais un ensemble composé de quatorze maisons, dont la partie centrale était le manoir Hull53. Certes, il ne se constitua pas du jour au lendemain, et c’est essentiellement en puisant dans sa fortune personnelle que Jane Addams réussit à acheter peu à peu les maisons avoisinantes et finit par constituer un véritable centre. Avec Ellen Starr, elle y dirigea un vaste travail d’enquête auprès des immigrants qui y étaient accueillis, et particulièrement auprès des femmes, avec des questionnaires précis et des croquis complets54. Et encore une fois, à Hull House, Bentzon met constamment en valeur l’aspect essentiel sur lequel repose le fonctionnement de l’asile : le caractère généreux de sa fondatrice, et partant son action maternelle et bienveillante. « On vous dira aussi que des centaines de maisons à peu près semblables à la sienne existent aux États-Unis [...]. Mais celui de miss Addams reste néanmoins unique par le caractère qu’il emprunte à la personnalité de sa directrice [...]. Pour commencer elle acheta un immeuble dégradé [...]. Elle le répara l’embellit, lui donna une apparence propre, riante, et familiale55. » Plus loin, la narration s’attarde sur « miss Addams, assise au bout de la longue table, [qui] sert tout en causant, comme pourrait le faire une aimable maîtresse de maison56 ».

3. L’Amérique entre sauvagerie et civilisation : de Boston à l’Ouest

  • 57 Ibid., p. 39.
  • 58 Hélène Trocmé, Chicago 1890-1930 : Audaces et débordements, Paris, Autrement, 2001. Pour mémoire on (...)
  • 59 Robert E. Park et Ernest W. Burgess, The City, Chicago, University of Chicago Press, 1925.

20Ce qui frappe également dans les récits de Bentzon, c’est la présence constante du paysage, dans un rapport censé être intrinsèque entre les Américains et la Nature, et, parallèlement, sa manière très lyrique de décrire les endroits dans lesquels elle passe – ce qui à la fin des années 1890 passe essentiellement pour un trait féminin de l’écriture. Elle débarque à New York mais place Chicago en premier dans son récit, ce qui témoigne d’une certaine forme de fascination que la ville du lac Michigan exerce sur elle (elle avoue elle-même, en tant que femme européenne, « subir la fascination du monstre57 »). Mais cette inversion est aussi symbolique. C’est à Chicago, après le grand incendie de 1870, qu’est né le mythe du « citoyen-héros ». Il est d’ailleurs intéressant de constater à quel point l’imaginaire collectif a gardé de cet incendie l’idée d’une catastrophe apocalyptique alors qu’il n’avait touché qu’une petite partie du « Loop », le centre de la cité contenu dans le trajet du « El », l’Elevated, autrement dit le fameux métro aérien, personnage à part entière du paysage urbain local. C’est la réaction courageuse et déterminée des habitants qui a contribué à la naissance de ce « citoyen-héros », homme des temps modernes, mâle porté par le progrès et chanté par Walt Whitman58. Ville à la croissance spectaculaire, on l’a dit (de 3 000 habitants vers 1840 à 3 000 000 d’habitants à la fin du siècle), Chicago devint aussi le lieu de naissance de nouveaux concepts architecturaux – les « skyscrapers » de Franck Lloyd Wright - et de nouveaux modèles d’analyse de la ville : pensons seulement à la fortune sociologique de l’École de Chicago, avec notamment le schéma de Park et Burgess59, fameux modèle concentrique qui distingue les quartiers ethniques des centres-villes des suburbs riches et des quartiers dotés de spécialisations fonctionnelles. D’autre part, le monde entier s’est invité à Chicago, à l’occasion de l’Exposition Universelle de 1892, plus connue sous le nom d’Exposition colombienne car elle célébrait le quatrième centenaire de la découverte de l’Amérique. Elle eut un impact considérable sur la physionomie de la ville et sur la perception qu’en avaient les citoyens du reste des États-Unis. C’est l’une des raisons de l’origine du surnom « City of Winds » ou « Wind City » : l’énergie déployée par les élites locales pour obtenir d’accueillir l’exposition les fit surnommer par les autres concurrents « les brasseurs d’air », et par extension, la ville devint la « Wind City ».

  • 60 Th. Bentzon, op. cit., p. 38.
  • 61 La frontière de peuplement était définie en fonction du nombre d’habitants par mile carré. En desso (...)
  • 62 Bernard Poli, Le Roman américain 1865-1917 : mythes de la Frontière et de la ville, Paris, Armand C (...)
  • 63 Th. Bentzon, op. cit., p. 39.
  • 64 Ibid., p. 40.

21Le récit de voyage de Bentzon commence d’ailleurs par la description de cette cité fantomatique de l’Exposition Universelle, qui donne à voir à la fois la « totalité » du monde et le savoir-faire de l’industrie et de l’ingénierie américaines. Mais Chicago, chez elle, est d’abord la plus américaine des villes : « Elle témoigne mieux que tout de la force et de l’industrie d’un grand peuple60. » C’est incontestablement la ville décrite avec le plus grand nombre d’adjectifs dénotant un monde sauvage, non totalement civilisé, et marqué par une dynamique toute masculine. C’est donc la ville la plus « virile » de l’Amérique des métropoles. Dans la culture américaine, ainsi que l’avait montré Bernard Poli, après la disparition de la « Frontier » en 189061 et avec l’influence croissante du darwinisme social sur les esprits (autour par exemple d’Herbert Spencer), les notions de jungle, d’aventure, de sauvagerie s’étaient en quelque sorte « retournées » sur les villes62 – comme en témoigne le titre de l’ouvrage d’Upton Sinclair, The Jungle, paru en 1906 et resté célèbre pour sa description hallucinée des abattoirs industriels de Chicago. Dans la littérature en particulier, l’école du dépassement de soi et le terrain de la lutte pour la vie passent désormais par les grandes cités. Quoique Bentzon ne semble pas avoir pris la mesure de l’essor du roman « naturaliste » américain, qui est parfaitement représentatif de ce basculement des apprentissages et des aventures des héros modernes vers l’univers des métropoles (Maggie, a girl of the streets de Crane et Sister Carrie de Dreiser, paraissent pendant les années 1890), Bentzon en prend acte à sa manière, lorsqu’elle met clairement en avant la sauvagerie de la ville, liée à un monde masculin, par rapport auquel les femmes sont les garantes de la civilisation et de la douceur. On trouvera ainsi appliquées à la ville des expressions telles que « son énergie tumultueuse63 », « la sévérité de sa physionomie utilitaire » (qui « n’exclut pas la beauté, une beauté solide, massive, indestructible64 »), et on rencontrera finalement une description détaillée des abattoirs qui préfigure celle d’Upton Sinclair, l’un des plus à gauche des muckrakers, proche du socialisme et plus tard du communisme. L’image de Chicago comme ville violente, virile, impitoyable aux faibles, est du reste appelée à s’installer durablement dans les mentalités américaines, puisqu’on la retrouve encore dans l’œuvre de Saul Bellow dans la seconde moitié du xxe siècle.

  • 65 Ibid., p. 73.
  • 66 Ibid.
  • 67 Ibid., p. 36.
  • 68 Ibid., p. 72.
  • 69 Ibid., p. 74.
  • 70 En contrepoint, on peut signaler que si Henry James admirait la capacité intellectuelle des Bostoni (...)

22Boston, à l’autre extrême, est la « ville la plus polie de l’Amérique [...]. Elle éblouit comme un rêve de beauté65 ». Citée pour être la plus européenne des villes américaines, Boston est tout le contraire de Chicago. Là où Chicago bouillonne, sauvage et brutale, masculine, Boston s’impose comme une ville au « charme tranquille de province, endormie66 ». Là où Chicago est un « nouveau-né géant67 », Boston est par excellence une ville mûre. Là où Bentzon décrit Chicago quasi-exclusivement par son activité industrielle et commerciale, par ses immeubles utilitaires, Boston bénéficie d’une description essentiellement attachée à son paysage naturel : que l’on compare seulement une phrase telle que « Mais les levers de soleil sur la rivière Charles ne sont rien encore comparés aux couchants68 », appliquée à celle-ci, à une formule comme « des usines pareilles à des forteresses côtoyant d’autres montagnes de granit qui chaque jour, vers six heures, vomissent des milliers de gens d’affaires dans les rues les plus sales du monde69 » appliquée à celle-là. Pour résumer, Boston est clairement situé dans le domaine de la délicatesse et de la civilisation, donc du féminin (avec une domination nette des adjectifs liés à la beauté, à la grâce, et avec beaucoup de féminins utilisés). Chicago quand à elle est du côté du tumulte et de la violence, du côté du masculin. Tout comme la question de l’autonomie des jugements de Bentzon pouvait être posée à propos de Chicago, on doit se demander si, dans le cas de Boston, elle n’est pas victime d’un mythe entretenu par les Bostoniens eux-mêmes et conforté par des auteurs très célèbres comme Emerson, qui fait de Boston la ville la plus policée et la véritable capitale intellectuelle des États-Unis70.

  • 71 Th. Bentzon, op. cit., p. 197.
  • 72 Hamlin Hannibal Garland (1860-1940), poète, essayiste, romancier américain, était connu pour ses po (...)
  • 73 Th. Bentzon, op. cit., p. 17.

23Quand à l’Ouest américain, sa description est toujours liée à l’idée d’une « bonne » sauvagerie : « [L’Ouest] atteste d’une droiture d’âme, des vertus fraîches et robustes auxquelles l’Amérique de l’Est, plus complètement européanisée ne rend pas justice71. » C’est là la véritable Amérique, selon Bentzon, qui adhère à l’idée de l’Ouest sauvage habité par un héros viril et en dehors de l’espace conquis par les lois et par la civilisation. Peu lui importe que la plupart des États eussent déjà été rattachés à la République depuis le milieu du siècle et que la notion de Frontier avait été officiellement abolie après le recensement de 1890, ou que San Francisco, par exemple, ait compté déjà plus de 230 000 habitants contre 250 000 à Boston. Elle propage là une vision mythique de l’Ouest des pionniers et des cowboys popularisée aux États-Unis mêmes par un écrivain et homme politique tel que Theodore Roosevelt. Mais son attention porte moins sur la rudesse des paysages sauvages que sur l’action de l’homme sur la nature. Lors d’un voyage dans la campagne des environs de Galesburg, c’est moins le spectacle de l’étendue des plaines que les fermes, les modes de cultures et les cultures elles-mêmes qui suscitent l’intérêt de Bentzon et qui ordonnent son paysage. Tous les travaux des champs sont liés à l’idée de fécondation et de travail viril, ainsi que l’illustre la référence qu’elle fait à une poésie d’Hamlin Garland, dont elle était grande admiratrice72 : « Ils labourent, ils sèment, ils engraissent le sol de leur propre vie, comme l’ont fait avant eux l’Indien et le buffle73 ». Hors les prostituées, cet Ouest espace de conquête est vide de femmes. Cette lacune est d’autant plus étonnante que la région avait joué un rôle pionnier en matière d’accès des femmes à la démocratie (les femmes du Wyoming avaient notamment obtenu le droit de vote dès les années 1870, aux scrutins locaux puis nationaux) et que dans le milieu des colons, les femmes étant appelées par la force des choses à prendre beaucoup de responsabilités, leurs droits avaient progressé plus vite que ceux de leurs consœurs de l’Est.

  • 74 Car Bentzon situe la plus grande partie du Sud des États-Unis (Alabama, Virginie, Géorgie, Mississi (...)

24En somme, même si le voyage de Bentzon est en son principe une enquête sur les femmes américaines, sa géographie sensible situe sans cesse l’Amérique dans le domaine du masculin, aussi bien dans les descriptions topographiques qu’à travers les thèmes de l’attachement au sol ou de la brutalité des mœurs. A l’opposé, l’Europe, civilisée, est toujours représentée comme féminine. Une exception à ce schéma d’opposition Europe/Amérique est la Louisiane, mais elle tient une place à part dans le récit de Bentzon, du fait de son ancienne appartenance à la France. En quelque sorte, la Louisiane lui apparaît comme une extension du charme français, particulièrement attrayante. Elle est le lieu des songes et des Dieux, quand le reste de l’Amérique est rationnel et travailleur ! Mais bien qu’exotique et séduisante (il faut dire que Bentzon y séjourne au moment du Carnaval de la Nouvelle-Orléans), elle la déroute aussi, du fait de son positionnement intermédiaire entre plusieurs cultures. La Louisiane est du côté du féminin, de l’Europe, mais avec un attrait d’étrangeté (Bentzon évoque notamment les cultes vaudous qu’elle y a vu pratiquer) qui perturbe un peu sa géographie sexuée de l’espace américain74.

4. Conclusion

  • 75 Ibid., p. 409.

25Lors de la dernière édition des Américaines..., Bentzon consacra un chapitre indépendant au suffrage féminin. Elle aborda celui-ci dans le même élan que les clubs de femmes, sans doute avec une optique liée de nouveau à la fonction maternelle : c’est parce que les femmes s’occupent de charité et d’éducation, parce qu’elles sont mères, qu’elles doivent donner leur avis, d’abord au niveau municipal, ensuite au niveau national. Elle n’envisageait pas un seul instant, d’ailleurs, que les femmes puissent participer de manière active en étant candidates, et non plus seulement électrices. En fait, on pourrait résumer son récit par quelques phrases, comme « pour former de bons citoyens, il faut faire de leurs mères de bonnes citoyennes ». Et d’autre part, « l’intelligence de la politique n’est pas refusée aux Américaines, bien que, en règle générale, elles la mettent sous le boisseau, leur sens pratique fort aiguisé les engageant à ne rien entreprendre en pure perte. » Tout en reconnaissant un sens politique aux femmes, Bentzon ne leur voit donc qu’un rôle passif, et c’est sans doute dans le domaine du suffrage qu’elle est à la fois la plus véhémente et la plus collée aux schémas traditionnels, donc qu’elle dévoile le plus ses ambiguïtés. Elle fustigera donc la majorité silencieuse, coupable d’un excès de timidité sur la question du vote féminin aux États-Unis, et elle rendra hommage à l’importance du travail effectué par les clubs de femmes, mais simultanément, elle soulignera les dangers de bouleversements de tout l’édifice social qu’il y aurait à pousser tout cela trop loin. Ce faisant, elle reste alignée sur les réserves du féminisme républicain de la France de son temps, pour lequel la cellule familiale traditionnelle de la famille exploserait si l’on confiait trop de pouvoir ou d’autonomie aux femmes dans la Cité. En convoquant le sénateur Hoar, pro-suffrage, tout en insistant sur l’avis « judicieux » du sénateur Buckley, anti-suffrage, puis en observant que la « sagesse des femmes américaines les a préservées jusqu’ici des excès du parti féministe proprement dit [et qu’elle] a empêché le périlleux antagonisme des deux sexes75 », Bentzon prend soin d’en rester à une présentation équilibrée qui justifie sa propre position modérée et qui ménage son lectorat français.

  • 76 Th. Bentzon, op. cit., p. 355.

26Au fond, son attitude par rapport aux représentations de genre de son époque reste marquée par l’ambivalence, et, peut-être, par la timidité. Sans doute aussi sa façon de voir l’Amérique n’est-elle pas exceptionnellement originale, et sans doute véhicule-t-elle dans ses récits beaucoup d’idées qui sont celles de son siècle, en partie à cause de l’éducation classique et désuète qu’elle a reçue, et aussi à cause des contraintes de sa mission de journaliste. Est-ce bien en tant que femme qu’elle voyage ? La question n’est pas facile à trancher. Son récit témoigne en tout cas d’une construction genrée, pour ce qui relève des modalités de l’énonciation comme pour ce qui relève de la vision des espaces visités. Ainsi que l’a souligné Bénédicte Monicat, les femmes en voyage sont à la périphérie des autres voyageurs sous bien des rapports. Quoique de plus en plus mobiles, elles sont peu nombreuses encore à écrire des récits, et encore moins à les publier. Le but du voyage hors des frontières nationales est de sortir de chez soi, et par là, de se libérer de soi. En cela, l’action militante des féministes du xixe siècle ne diffère pas tellement de celle des voyageuses : sortir des carcans et s’ouvrir de nouveaux horizons. Tiraillées entre des volontés diverses, des nécessités opposées, les unes et les autres se retrouvent dans l’obligation de modérer leur discours afin qu’il soit porteur et qu’il rencontre un écho. Rappelons la conclusion que Bentzon donne à son récit : « Évitons les pronostics en cette ère d’affranchissements précipités et de soudaines transformations. Mon but était simplement, après un long séjour en Amérique, de noter quelques grands progrès qui intéressent le monde entier. Ils ont été accomplis sans fracas par la grâce d’un groupe de femmes qu’avec admiration j’ai vues à l’œuvre et trouvées dignes de servir de modèles à toutes les autres76. »

Notes

1 Marcel Proust, La prisonnière, Paris, Gallimard-La Pléiade, 1946-1947, t. 2, p. 87.

2 Olivier et Patrick Poivre d’Arvor, Rêveurs des mers, Paris, Flammarion, 2005, p. 13.

3 Michelle Perrot « Sortir » in Georges Duby et Michelle Perrot (dir.), Histoire des Femmes en Occident, t. 4, Le xixe siècle, Paris, Plon, 2002 [1991], p. 468.

4 Bénédicte Monicat, Itinéraires de l’écriture au féminin. Voyageuses du 19e siècle, Amsterdam et Atlanta, Rodopi, 1996, et Michelle Perrot, op. cit., p. 539-573.

5 Ibid., p. 486.

6 Theodore Stanton (éd.), « Autobiographical Notes By Madame Blanc », North American Review, 166, mai 1898, p. 595-601.

7 Ibid., p. 600. « Mes relations avec les États-Unis ont toujours été de celles qui font naître et nourrissent des amitiés solides. »

8 Il existe bien sûr des inventaires de sources, tel que le travail de Franck Monaghan, qui dénombre pour la période 1880-1900 un total de neuf récits concernant directement « la » femme américaine, dont cinq sont l’œuvre de Bentzon. Voir Frank Monaghan, French Travellers in the United States 1765-1932. A Bibliography, New York, New York Public Library, 1933. Sinon, on se reportera tout de même à l’ouvrage de Peter P. Hill, French Perceptions of the Early American Republic, 1783-1793, Philadelphie, American Philosophical Society, 1993, et au très récent livre de Susan Clair Imbarrato, Traveling Women. Narrative Visions of Early America, Athens (Oh.), Ohio University Press, 2006, qui concerne la période coloniale et les premières décennies de la République américaine, jusqu’à environ 1830.

9 Voir par exemple pour la France le travail ancien de Laure Adler, Les premières journalistes : 1830-1850, Paris, Payot, 1979.

10 Par commodité, je parlerai de la Revue quand je ferai allusion à la Revue des Deux Mondes dans la suite de ce texte.

11 Richard Chew, « Marie-Thérèse Blanc in America, A Fin de Siècle French Perspective on the American Woman », conférence donnée à l’automne 2004 à la Vrije Universiteit Brussel, non publiée. L’expression me semble plus pertinente en anglais qu’en français. Sur la question du pseudonyme, on renverra à Christine Planté, La petite sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Paris, Le Seuil, 1999, et Martine Reid, Signer Sand, Paris, Belin, 2003.

12 Heather Brady, « The Frontier Of Popular Exoticism. Marie Bonaparte in New Orléans Crossings » in Nineteenth-Century French Studies, 31, 2003, no°3-4. Heather Brady a travaillé sur la partie fictionnelle de l’œuvre de Bentzon, avec une hypothèse de départ audacieuse : Th. Bentzon serait le nom de plume d’une des princesses Bonaparte, Marie Bonaparte-Wyse. Malheureusement, rien ne permet d’appuyer cette supposition à l’heure actuelle, et j’irai même plus loin : la correspondance entre Brunetière et Bentzon, entre Sand et Bentzon, ainsi que les entrées du journal de Sand, permettent d’affirmer avec certitude que Bentzon ne peut pas être Marie Bonaparte-Wyse, même si leurs styles semblent parfois être proches comme Heather Brady le signale.

13 Ahmad Jalali, « Introduction. Allocution d’ouverture du colloque. », Les Civilisations dans le regard de lAutre. Actes du Colloque de l’UNESCO du 13 et 14 décembre 2001, Paris, Éditions de l’UNESCO, 2001, p. 14.

14 Je compte ici uniquement les versions françaises. Il faut noter que Bentzon a connu un succès d’édition aux États-Unis, où outre les traductions, elle a écrit directement en anglais dans certaines revues comme le McClure’s Magazine et le Century Magazine, des journaux qui se rattachaient au mouvement connu sous le nom de « muckraking litterature », ou littérature des « remueurs de boue » (voir Cecelia Tlchi, Exposes and Excess : Muckraking in America 1900-2000, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2005). Le fait que Bentzon ait été proche de ces journaux n’est pas anodin, ni sans conséquence pour l’orientation de ses écrits. Une traduction en anglais des Américaines a été publiée très vite aux États-Unis, sous le titre The Condition of Woman in the United States, Boston, 1895. Dès l’origine, ses écrits ont été très bien reçus. Bentzon est même mentionnée dans plusieurs prestigieux dictionnaires de l’époque, en Amérique et également au Danemark.

15 Par commodité, je parlerai des Américaines quand je mentionnerai Les Américaines chez elles à partir de maintenant.

16 La liste complète de ses romans est trop longue pour être mentionnée ici, mais le thème favori de Bentzon était l’éducation d’une jeune femme, dans le style des romans d’initiation, ce qui s’accorde assez bien avec un autre volet de sa production, les traités de bonne éducation, qui furent réédités à plusieurs reprises.

17 Thomas Loué, La « Revue des Deux Mondes » de Buloz à Brunetière. De la belle époque de la revue à la revue de la Belle Époque, Lille, Thèses à la Carte, 2001. Thomas Loué souligne qu’aux périodes fastes, la Revue était un grand cercle littéraire avec un petit noyau dur et de nombreux collaborateurs satellites. Or Bentzon faisait partie du noyau dur de la Revue.

18 Le comte d’Aure et George Sand partageaient un intérêt commun pour les chevaux de race. Le comte avait été longtemps directeur de la célèbre école de cavalerie du Cadre Noir. C’est à ce titre qu’au début des années 1860, Sand lui demande conseil pour l’achat de purs-sangs. En échange de ce service, il lui demande de lire un petit roman de sa belle-fille, ce dont George Sand fait mention dans sa correspondance avec Brunetière.

19 Annie Fields, Authors and Friends, Londres, T. F. Unwin, 1896. Annie Fields a tenu un salon littéraire à Boston des années 1840 aux années 1890. Bentzon lui rendit visite lors de son passage à Boston en 1893. Authors and Friends est un récit autobiographique où Fields raconte sa vie en compagnie des plus grands auteurs de son temps.

20 On pense notamment à Louisa May Alcott, Les Quatre filles du Docteur March, Paris, LG F, 2004 [1868], un roman qui présente un panel assez vaste des visions stéréotypées du féminin.

21 Expérience fouriériste commencée en 1841, Brooke Farm est situé également dans le Massachusetts. Dès 1846, la communauté dut se séparer, les finances au plus bas, la ferme ayant brûlé, et les cultures ne suffisant pas à faire vivre les habitants en autarcie comme le souhaitait le fondateur, Georges Ripley. Bien que l’expérience puisse être considérée comme un échec, elle créa un réseau intellectuel qui perdura bien au-delà de la fin du lieu en lui-même. Voir JeanChristian Petitfils, La vie quotidienne des communautés utopistes aux États-Unis, Paris, Hachette, 1982.

22 Elle mourut en 1850 dans le naufrage du bateau qui la ramenait à New York : pionnière du féminisme américain (et première femme engagée comme critique littéraire dans un grand journal, le New York Tribune), proche d’Emerson et du transcendantalisme, elle avait épousé un compagnon de Mazzini et participé à la république romaine de 1849.

23 Theodore Stanton (éd.), « Autobiographical Notes... », op. cit., p. 600. « So when I went to America in 1893, I had these true old friends and several years of intimate correspondence with them. »

24 Voir Jacques Portes, Une fascination réticente. Les États-Unis dans l’opinion française, 1870-1910, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1990, et pour une réflexion centrée sur l’antiaméricanisme et étendue jusqu’à nos jours, Philippe Roger, L’ennemi américain, Paris, Le Seuil, 2001. Comme le titre l’indique, l’ouvrage de Portes est une étude de l’opinion, dans laquelle les relations de voyage sont une source parmi d’autres, mais bien loin d’être centrale pour le propos de l’auteur.

25 Olivier Zunz, L’Amérique en col blanc. L’invention du tertiaire, 1870-1920, Paris, Belin, 1991.

26 Th. Bentzon, Les Américaines, op. cit., p. 11.

27 Ibid., p. 10.

28 Frank Monaghan, French Travellers..., op. cit.

29 Richard Chew, « Marie-Thérèse Blanc in America... », op. cit.

30 Rebecca Rogers, From the Salon to the Schoolroom : Educating Bourgeois Girls in Nineteenth-Century France, University Park (Penn.), Pennsylvania State University Press, 2005.

31 Jules Michelet, La Sorcière, Paris, 1966 [1862], p. 3.

32 Sarah Evans, Les Américaines. Histoire des femmes aux États-Unis, Paris, Belin, 1991 [1984], et Claire Goldberg Moses, French Feminism in the Nineteenth Century, Albany (NY), State University of New York Press, 1984.

33 Joan W. Scott, La citoyenne paradoxale. Le féminisme fiançais et les droits de l’homme, Paris, Albin Michel, 1998 [Cambridge, 1996]. Une lecture critique de ce travail se trouve dans Mona Ozouf, Les mots des femmes, Paris, Gallimard, 2e éd., 2001.

34 Théodore Stanton (éd.) op. cit., p. 597. Ses mots exacts sont les suivants : « The traditions at the home of my grand-parents, who kept me a century behind in many things » (la tradition encore en cours dans le foyer de mes grands-parents, qui m’ont maintenue en retard d’un siècle sur bien des sujets).

35 Th. Bentzon, op. cit., p. 23.

36 Ibid, p. 21. En plus de la cuisine, les femmes américaines délaisseraient aussi la couture au profit des études. « Les couturières, les modistes m’ont dit combien elles avaient de peine à recruter des ouvrières tout en les payant fort cher », note Bentzon (ibid.), se rapprochant par de tels jugements de l’appréciation des voyageurs mâles.

37 Harvard-Annex ou « Radcliffe College » se voulait le pendant féminin de Harvard, et fut fondé en 1879. Harvard-Annex était exclusivement féminin, et ce n’est qu’en 1943 que les étudiantes purent assister à des cours donnés à leurs camarades masculins.

38 Th. Bentzon, op. cit., p. 11.

39 Les premiers chapitres des Américaines... sont consacrés au trajet en bateau, qui, bien que considérablement plus court – onze jours en général – que les deux mois et demi qu’il fallait au début du siècle, reste encore important. On comprendra alors que le bateau constitue un monde à part, intermédiaire, dans le récit de Bentzon, un espace en dehors du temps et des frontières habituelles. Ses notes prises sur le bateau sont les mots de quelqu’un en attente d’un monde, mais qui ne sait réellement ce qui l’y attendra – plein d’espoirs et circonspections.

40 Th. Bentzon, op. cit., p. 47.

41 Nicolas Bourguinat, Histoire des États-Unis, de 1865 à nos jours, Paris, Armand Colin, 2006, p. 61. Avant 1890, on n’atteignait guère les 100 000 arrivées supplémentaires par an.

42 Les recensements sont disponibles sur le site https://www.census.gov/population/

43 Ibid., p. 61. On se référera également aux travaux français de Marianne Debouzy, de Catherine Collomp et d’Annick Foucrier sur l’immigration aux États-Unis pendant le Gilded Age et la Progressive Era.

44 Jacob Riis, How the Other Half Lives, New York, C. Scribner’s Sons, 1896. Riis est aussi l’auteur d’une très célèbre photographie des gangs de Mulberry Street intitulée « Bandit’s Roost ».

45 Th. Benzton, Les Américaines, op. cit., p. 48.

46 Voir Pierre Milza, Français et Italiens à la fin du xixe siècle, Rome, EPR, 1982.

47 Henry Fuller, The Cliff-Dwellers, New York, Harper and Brothers, 1893.

48 Voir le livre célèbre de Stephan Thernstrom, The Other Bostonians. Poverty and Progress in the American Metropolis, 1880-1970, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1973.

49 Ce qui provoque la surprise de Bentzon. Elle assiste à une réunion du Sororis et s’étonne de la non-mixité du lieu. Réponse de la présidente de séance : « Oh ! quant à cela, peu nous importe ; nous tenons à briller pour notre propre compte ! ». Th. Bentzon, Les Américaines, op. cit., p. 28.

50 Sarah Deutsch, Women and the City. Gender, Space and Power in Boston, 1870-1940, Oxford, Oxford University Press, 2000.

51 Ces restaurants sont liés à l’histoire de New York, et notamment de son âge d’or, des années 1870 à 1900. En 1896, il y avait quatre restaurants Delmonico, quoique tous n’aient pas porté cette enseigne. Celui de la 26e rue attirait les gens de la bonne société, celui de Pine Street des avocats et des commerçants, celui de Broad Street des agents de changes et celui de South William Street des patrons et des magnats de la Bourse. C’est au Delmonico de la 26e rue que se tenaient les réunions du Sororis, fait qui signalait un progrès, puisque jusque dans les années 1850, les frères Delmonico avaient refusé d’admettre les femmes dans leurs établissements.

52 La Protective Agency fusionna en 1905 avec le Bureau of Justice de Chicago créé peu de temps après elle pour protéger les immigrés et les pauvres. Le rapprochement de ces deux agences est en lui-même intéressant pour une histoire des représentations. Il place les femmes et les immigrants sur le même plan légal. Pour des détails sur ces deux agences, voir le site du Chicago Museum of History : http://www.encyclopedia.chicagohistory.org/.

53 Hull House garda son emplacement original très longtemps, jusqu’à être déplacée à la faveur de la construction de l’École d’architecture, mais la majeure partie des services de charité de Chicago continue d’être assurée par la « Jane Addams Association ».

54 Hull House Maps And Papers, New York, Harper and Brothers, 1895. Ces travaux auront partie liée avec la création de l’École sociologique de Chicago.

55 Th. Bentzon, op. cit., p. 38. C’est moi qui souligne.

56 Ibid, p. 44. Souligné par moi de nouveau.

57 Ibid., p. 39.

58 Hélène Trocmé, Chicago 1890-1930 : Audaces et débordements, Paris, Autrement, 2001. Pour mémoire on pourra lire les poèmes de Walt Whitman dans Leaves Of Grass qui célèbrent cet homme nouveau : « Of Life immense in passion, puise, and power/Cheerful, for freest action form’d under the laws divine/The Modem Man I sing. »

59 Robert E. Park et Ernest W. Burgess, The City, Chicago, University of Chicago Press, 1925.

60 Th. Bentzon, op. cit., p. 38.

61 La frontière de peuplement était définie en fonction du nombre d’habitants par mile carré. En dessous de deux habitants au mile carré, les régions étaient placées dans la partie non « colonisée » de l’Amérique.

62 Bernard Poli, Le Roman américain 1865-1917 : mythes de la Frontière et de la ville, Paris, Armand Colin, 1972. Voir également Marianne Debouzy, La genèse de l’esprit de révolte dans le roman américain, 1875-1915, Paris, Minard-Les Lettres Modernes, 1968.

63 Th. Bentzon, op. cit., p. 39.

64 Ibid., p. 40.

65 Ibid., p. 73.

66 Ibid.

67 Ibid., p. 36.

68 Ibid., p. 72.

69 Ibid., p. 74.

70 En contrepoint, on peut signaler que si Henry James admirait la capacité intellectuelle des Bostonians, il était plus sarcastique quant à la sincérité de leur volonté de réforme, et sur la personnalité des hommes attachés à ces réformes : Henry James, The Bostonians, Londres et New York, McMillan and Co, 1886. À propos de la femme chez Henry James, voir Mona Ozouf, La Muse démocratique, Paris, Grasset, 1996.

71 Th. Bentzon, op. cit., p. 197.

72 Hamlin Hannibal Garland (1860-1940), poète, essayiste, romancier américain, était connu pour ses poésies sur la vie dans l’Ouest et ses romans sur le même sujet (toute la série des... Of The Middle-Border, ou le Main-Travelled Roads de 1891). C’était en quelque sorte le pendant de Whitman pour la vie rurale et frugale. Toute différente était l’approche de Frank Norris, dont Bentzon semble avoir ignoré les romans d’un réalisme très cru sur la crise de l’Amérique paysanne du Midwest et sur le mouvement populiste.

73 Th. Bentzon, op. cit., p. 17.

74 Car Bentzon situe la plus grande partie du Sud des États-Unis (Alabama, Virginie, Géorgie, Mississippi, Tennessee et Caroline) du côté de l’Europe, et ceci d’une manière parfaitement explicite : « J’aborde ici le Sud, écrit-elle, et je sens déjà les affinités qui existent entre cette partie de l’Amérique et la France » (Th. Bentzon, op. cit., p. 166).

75 Ibid., p. 409.

76 Th. Bentzon, op. cit., p. 355.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8108/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

Auteur

Université Marc Bloch.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search