Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le voyage au féminin

 | 
Nicolas Bourguinat

Le voyage féminin, une expérience originale de l'altérité

Décrypter le regard national : voyageuses anglaises et françaises en Algérie au xixe siècle

Rebecca Rogers

Texte intégral

1En 1832, une jeune femme française, Véronique Allix (1804-1882), arrive seule en Algérie, fuyant un mari violent et laissant sa fille auprès de ses parents en Touraine. Quinze ans plus tard, elle fait parler d’elle à Alger puisqu’elle a réussi, en dépit d’obstacles considérables, à ouvrir la première école pour jeunes filles musulmanes et à la faire subventionner par le gouvernement colonial. Son école « arabe-française » fonctionne ensuite jusqu’en 1861 conjointement avec un ouvroir où ses jeunes élèves s’initient à la broderie. En 1861, les autorités coloniales cessent de financer l’école mais soutiennent l’ouvroir par des bourses d’apprentissage, soutien qui continue jusqu’en 1867. L’ouvroir continue néanmoins d’exister, certainement en partie grâce aux bénéfices réalisés par la vente des produits fabriqués. Mme Allix, devenue Mme Luce par un deuxième mariage, quitte l’Algérie au début des années 1870 laissant son ouvroir-magasin aux mains de sa petite fille Henriette Benaben. Celle-ci poursuivra l’œuvre « industrielle » de sa grand-mère jusqu’à sa mort en 1915. Elles ne sont pas des voyageuses, ni l’une ni l’autre, mais leur œuvre et leurs personnes attireront l’attention de voyageuses pendant près d’un demi-siècle.

2Dans sa quatrième édition du Handbook for Travellers in Algeria and Tunis (1891), le guide Murray dirige les pas des touristes anglais vers le magasin de broderies de Mme Benaben et présente aux lecteurs la personne de Mme Luce, responsable selon lui de la survie des broderies orientales dont raffolent les Anglaises :

  • 1 Sir R. Lambert Playfair, Handbook for Travellers in Algeria and Tunis, 4e éd., Londres, John Murra (...)

De tous les établissements qui vendent ou fabriquent des objets arabes, aucun n’est plus intéressant à visiter que celui de Mme Benaben, petite fille et successeur de Mme Luce, dans la rue Bruce, presque en face de la Cathédrale. Cette dernière a dédié sa vie entière à deux objets dignes de reconnaissance : la survie de ces broderies exquises pour laquelle Alger est si reconnu et qui sans elles auraient disparu ; et l’effort d’enseigner aux femmes arabes le moyen de gagner leur vie honorablement [...] Ce si bon travail féminin est digne des louanges et des encouragements les plus forts1.

  • 2 Louis Piess, Algérie et Tunisie, Paris, Hachette, 1887 (Collection des Guides Joanne), p. 27.

3Cette présentation de Mme Luce ne se retrouve pas dans les guides français. Au contraire, la version algérienne du Guide Joanne écrit la phrase suivante en évoquant l’industrie à Alger : « Quelques petites boutiques occupées par des brodeurs, des tailleurs, des cordonniers, des épiciers, des marchands de tabac et des cafetiers, voilà tout ce qui reste du commerce algérien2. » Aucune trace de Mme Luce ni de son « si bon travail féminin ».

  • 3 Les premiers travaux sur le voyage, souvent écrits par des littéraires et fortement inspirés par E (...)

4Ce décalage entre la présentation d’une même œuvre offre le moyen de cerner de plus près les opérations de genre à l’œuvre dans la littérature de voyage concernant l’Algérie coloniale. En effet, le personnage de Mme Luce fait l’objet de beaucoup de commentaires sous la plume des voyageuses anglaises alors que les Françaises en parlent beaucoup moins. Le contraste entre ces deux regards fait ressortir des différences nationales dans l’appréciation du rôle de l’individu, de l’école et de l’éducation féminine dans la « mission civilisatrice ». Mais il montre aussi l’importance des paramètres idéologiques et matériels qui guident la voyageuse dans son déplacement et qui orientent le regard qu’elle porte sur l’autre. Ce questionnement sur les femmes et le voyage en terrain colonial, peu abordé par les historiens français, permet d’intégrer les femmes dans une histoire de la colonisation algérienne encore écrite sous l’angle du masculin, révélant la richesse des rencontres culturelles et la part des femmes dans celles-ci3.

1. Voyages de découverte et de loisir : les Anglaises en Algérie

  • 4 Il existe une littérature volumineuse sur les femmes voyageuses anglaises. Voir par exemple Dea Bi (...)

5L’Algérie devient un espace de villégiature pour les Anglais de la middle-class dans la deuxième moitié du xixe siècle. Ce phénomène s’inscrit dans un mouvement bien plus vaste de découverte du monde dont bénéficient les Anglais grâce à la puissance économique de leur pays. Le développement de l’Empire britannique est aussi pour beaucoup dans le goût pour le voyage, goût partagé aussi bien par les hommes que par les femmes. En effet, l’image de la bourgeoise anglaise cantonnée dans un foyer domestique cosy est partiellement trompeuse, puisque le voyage fait partie des passions anglaises, tout autant que l’aménagement de son intérieur. Souvent associé à la recherche du self-improvement, le voyage est aussi une échappatoire aux contraintes de genre bien pesantes dans la middle-class anglaise. Si les Anglaises profitent de possibilités de voyage que leur offre l’expansion impériale, notamment en Inde, elles sont nombreuses à sillonner les quatre coins du monde à la recherche d’exotisme, d’aventure mais aussi de connaissances sur des cultures étrangères, et souvent portées par la volonté d’améliorer la condition des femmes rencontrées ailleurs4.

Barbara Bodichon et les voyageuses à Alger

  • 5 En Inde, par exemple, les féministes anglaises ont clairement le sentiment de partager avec les ho (...)
  • 6 Joëlle Merlet Redouane, Les Anglais et l’Algérie, doctorat ès-lettres, Université de Rennes, 1988.
  • 7 Voir Osman Benchérif, The Image of Algeria in Anglo-American Writings, 1785-1962, Lanham (Md.), Ne (...)

6Les Anglaises qui viennent en Algérie sont la plupart du temps à la recherche de chaleur et de couleurs méditerranéennes, voulant échapper à la tristesse humide des hivers anglais. Le choix de l’Algérie plutôt que d’une colonie britannique donne un ton plus léger à leurs récits de voyage qui ne sont pas sous le sceau de la responsabilité impériale5. Ainsi, elles font montre en général d’une curiosité par rapport aux divers peuples rencontrés sans sentir le besoin de transformer les mœurs ou d’intervenir dans l’éducation ou les soins de santé comme en terrain colonial. De fait, par de nombreux aspects, la voyageuse anglaise au milieu du xixe siècle ressemble davantage à une « touriste », figure qui ne se développe vraiment que quelques décennies plus tard. À Alger, les voyageuses fréquentent les théâtres et les salons, rencontrent les notabilités françaises, se mettent à la peinture, et découvrent le paysage environnant6. Dans le dernier tiers du siècle, les plus croyantes peuvent fréquenter des offices en anglais et les plus studieuses emprunter des livres à une bibliothèque anglaise. En effet, la tradition de villégiature prédomine chez les Anglais, qui hivernent en Algérie et ont donc le temps de s’installer, louant en général des maisons du Haut Mustapha, sur la colline dominant la baie d’Alger7.

  • 8 Voir Sheila R. Herstein, A Mid-Victorian Feminist, Barbara Leigh Smith Bodichon, New Haven et Lond (...)

7Cependant, les Anglaises ne sont pas pour autant désœuvrées lors de leurs séjours prolongés à Alger comme le montre l’exemple de Barbara Bodichon dont la présence régulière à partir de 1857 va beaucoup marquer les itinéraires et les activités des Anglaises qui lui succéderont. Née Barbara Leigh Smith, cette illustre figure du féminisme anglais arrive à Alger pour la première fois à l’automne 1856. Elle voyage accompagnée de sa sœur et de sa tante, vraisemblablement en proie à une dépression nerveuse8. À cette date, elle est déjà connue en Angleterre pour son combat en faveur des droits des bourgeoises anglaises, en matière d’éducation et de travail, et puis plus tard par rapport au droit du mariage. Mais ses combats l’ont épuisée et, en 1856, elle quitte l’Angleterre pour se reposer et se détendre de son activité inlassable en faveur de l’émancipation des femmes. À Alger, elle se comporte comme une touriste, visitant les lieux d’intérêt, peignant des paysages et faisant collection de poteries arabes. Plus important, elle tombe amoureuse d’Eugène Bodichon, médecin militaire dans l’armée française. Ils se marient quelques mois seulement après leur rencontre, en 1857, et commence alors pour Barbara Bodichon une existence partagée entre Londres et Alger. Si cette vie à cheval sur les deux villes la disqualifie pour partie de l’appellation de « voyageuse », son activité de promotion de la ville puis de la personne de Mme Luce fait qu’elle joue un rôle important dans le regard des voyageuses qui suivront ses pas.

  • 9 Barbara L. S. Bodichon, Guide Book. Algeria considered as a winter residence for the English, Lond (...)
  • 10 Ibid., p. 73, 92.

8En 1858, Barbara Bodichon publie Guide Book-Algeria considered as a winter residence for the English. Ce texte de 104 pages s’appuie sur les travaux de son mari mais ajoute beaucoup de touches plus particulièrement destinées aux voyageuses comme elle. Ainsi elle apprend aux candidats potentiels au séjour hivernal que les loyers sont relativement chers mais la nourriture et le vin à la fois bons et bon marché. Pour la peintre amateur, mieux vaut emporter d’Angleterre son propre matériel pour faire de la peinture d’aquarelle, et la lectrice ne doit pas compter disposer d’une bonne bibliothèque en anglais ni la mélomane sur de la bonne musique. En revanche, cependant, « les dames anglaises peuvent se promener seules dans la ville et dans les environs d’Alger avec autant de confort et de sûreté qu’à la maison »9. Dans un chapitre concernant les mœurs et coutumes des indigènes, elle propose une longue description de Mme Luce et de son école pour jeunes filles musulmanes, décrite comme une institution « remarquable » et qualifie sa directrice de « première femme chrétienne à ouvrir une brèche dans la vie emprisonnée des femmes de l’Orient10 » Ainsi, par cette présentation, B. Bodichon dirige les pas des futures voyageuses vers l’institution de Mme Luce, et elle propose une grille pour l’interpréter qui sera largement développée par une autre féministe anglaise, Bessie Rayner Parkes (1827-1925).

Conditionner le regard porté sur l’autre

9Lorsque B. Bodichon publie son guide de voyage, elle a déjà commencé un travail d’héroïsation de la figure de Mme Luce en l’ayant incluse dans son livre Women and Work de 1857. Celui-ci présentait un plaidoyer pour l’élargissement des opportunités professionnelles des femmes de la bourgeoisie anglaise et proposait une série de figures exemplaires qui montrent l’énergie, la capacité, et le talent de femmes contemporaines. Il est question de l’infirmière Florence Nightingale, de la première femme médecin Elizabeth Blackwell, de l’artiste Rosa Bonheur et de l’institutrice Mme Luce. Cette dernière est décrite ainsi :

  • 11 Barbara Bodichon, Women and Work [1857], reproduit dans Candida Ann Lacey (dit.), Barbara Leigh Sm (...)

Pour ce qui relève des progrès de l’éducation féminine en Algérie, ceux qui ont l’occasion de découvrir ce beau pays ne devront jamais oublier que les premières graines ont été semées par une femme, pauvre, sans l’aide et le soutien que le statut social accorde ; que, par sa seule énergie, elle a non seulement créé le principe d’un droit à l’éducation pour les femmes indigènes, mais aussi, grâce à ces efforts, son temps et ses moyens limités elle a obligé le gouvernement à reconnaître la valeur de cette éducation ; enfin, les écoles de garçons elles-mêmes ont mieux réussi depuis l’impulsion qu’elle a donnée à l’avancement intellectuel des Maures et des Arabes. Ainsi, nous devons en Grande-Bretagne apprendre et respecter le nom de MmeLuce11.

  • 12 Ibid., p. 51.

10Dans sa présentation Mme Luce est une femme combattant contre les préjugés misogynes aussi bien de la société française que de la société musulmane, réussissant contre tous les obstacles à inscrire son projet d’école dans la mission civilisatrice coloniale en Algérie. Malgré le soutien qu’apporte B. Bodichon au développement de l’instruction féminine en Angleterre, ce n’est pas tant cet aspect qui l’intéresse dans l’école arabe-française. Elle présente l’instruction proposée comme plutôt médiocre, mené par la carotte et le bâton, qui inspire peu de crainte chez « ces jeunes sauvageonnes ». Malgré l’instruction, elles restent «grossières et sauvages12 ». Ainsi, l’instruction en français lui paraît bien moins intéressante que l’existence de l’ouvroir où les jeunes filles acquièrent des compétences professionnelles :

  • 13 Ibid.

Elle est obligée de se soucier de la formation intellectuelle de ses élèves parce que Messieurs les inspecteurs apprécient bien mieux une phrase française bien tournée qu’un habit bien cousu, mais en son sein propre elle se préoccupe surtout de l’éducation industrielle car elle pense qu’il est primordial que la femme maure puisse posséder les moyens de gagner sa vie de manière respectable, sans parler du besoin qu’elles ont d’acquérir pour la maison les habitudes de propreté et d’ordre et la capacité à coudre et à repriser leurs habits comme ceux de leur mari13.

11Cet hymne en faveur de l’éducation « industrielle », qui permet de gagner l’argent et de rendre l’intérieur plus ordonné, est caractéristique de l’admiration générale que professent ces Anglaises pour le travail, un travail cependant bien moins qualifié que ce qu’elles préconisent pour les classes pauvres anglaises.

  • 14 Ses premières impressions sur Mme Luce sont racontées dans sa correspondance avec une autre fémini (...)

12Cette présentation de Mme Luce sous l’angle de la femme héroïque qui fait bien travailler les jeunes filles musulmanes est développée longuement dans trois articles de la première revue féministe anglaise, le English Woman’s Journal (1858-1864), qui paraissent sous la plume de Bessie Rayner Parkes en 1861. Amie de longue date de B. Bodichon, B. Parkes fait plusieurs voyages en Algérie entre 1857 et 1861 et s’intéresse, comme elle, à la condition féminine. Fascinée par le personnage de Mme Luce, dont la jeunesse mouvementée lui semble particulièrement romanesque, elle bâtit un portrait de l’institutrice française qui marquera fortement les récits britanniques postérieurs14. S’appuyant sur des mémoires et des rapports qui lui ont été transmis par Mme Luce, elle propose de longues traductions afin de montrer son caractère entreprenant et sa capacité à relever les défis. Sa description du caractère dégradé de la condition des « Mauresques » insiste volontiers sur un ensemble de stéréotypes les concernant afin de mieux mettre en valeur l’entreprise de Mme Luce :

  • 15 English Woman’s Journal, mai 1861, p. 163.

En effet les Européens qui apprennent à connaître les us et coutumes des mauresques, la tyrannie religieuse et sociale qui s’exerce sur elles et leur ignorance totale peuvent avec raison désespérer d’apporter une amélioration dans leur condition. Les populations de rang inférieur se promènent voilées avec juste une fente pour les yeux, alors que les classes supérieures de femmes maures se déplacent rarement sauf pour les bains ou le cimetière. Trois ou quatre visites par an à la Mosquée complètent leur participation dans les cérémonies religieuses exigées par le Coran. Elles ont peu affaire avec la religion ; la charité active est impossible étant donné la multitude de restrictions qui les entourent ; elles ne peuvent pas non plus lire ou écrire et elles n’apprennent aucun travail manuel qui permettrait aux femmes sans moyens de subsistance de gagner leur vie. Elles ne sont pas non plus des ménagères15.

  • 16 Ibid., p. 164.
  • 17 Ibid., juillet 1861, p. 235.

13B. Parkes évoque de plus le refus de l’hygiène ou de la médecine moderne et des mœurs présentées comme archaïques concernant le mariage, afin de conclure : « Tel était le matériel humain que Madame Allix osait imaginer capable d’être élevé pour approcher la condition de ses sœurs européennes16. » En rapprochant les jeunes filles de la civilisation, Mme Luce fait clairement une bonne œuvre, mais comme pour ses consœurs œuvrant dans les colonies britanniques, Parkes a des doutes quant au résultat. La volonté d’assimilation française paraît vouée à l’échec notamment à cause de la religion, question épineuse que les Anglaises traitent avec beaucoup de circonspection. En notant la présence d’une maîtresse arabe non voilée dans l’école, elle écrit : « (Mme Luce) a milité dès son arrivée contre l’utilisation du voile, croyant justement – comme il nous semble – qu’il est peu propice au développement d’une vraie modestie dans le comportement qui doit être simple et direct. » La présence d’une autre maîtresse arabe pour diriger les exercices du Coran met en valeur la tolérance de Mme Luce, mais elle le note avec un petit regret : « Mme Luce a été totalement incapable de faire pénétrer la moindre doctrine chrétienne17. »

  • 18 Dans l’ensemble, les récits masculins évoquent peu l’établissement de Mme Luce, dans la seule mesu (...)

14Les écrits de Barbara Bodichon et de Bessie Rayner Parkes circulent visiblement beaucoup parmi les féministes anglaises et en particulier se retrouvent dans les mains de voyageuses moins militantes qui viennent en Algérie à la découverte d’un exotisme maîtrisé, en quelque sorte, par la colonisation française. Entre 1858 et 1906, on compte vingt-huit récits ou mémoires de voyage en Algérie (la majorité écrite par des femmes), dont sept qui parlent de Mme Luce et deux autres de sa petite fille18. Ces écrits offrent la possibilité de s’interroger sur les grilles de lecture possible pour des femmes voyageuses et montrent le travail de genre à l’œuvre lorsqu’elles réfléchissent au statut des femmes en Algérie.

Le genre du regard

  • 19 De même, les voyageuses françaises ironisent sur la colonisation anglaise à l’occasion de leurs pé (...)
  • 20 Mrs. Lloyd Evans, Last Winter in Algeria, Londres, Chapman and Hall, 1868, p. 10.

15La plupart des voyageuses anglaises en Algérie apportent avec elles les préjugés de leur nation concernant la supériorité de la colonisation britannique par rapport aux tentatives françaises. Ainsi, si elles apprécient le fait de pouvoir se promener seules à Alger, elles constatent souvent que le coût de la colonisation française paraît démesuré au vu des résultats19. L’initiative de Mme Luce est donc perçue massivement comme une bonne chose, mais trop isolée pour remédier à la condition dégradée de la vie des femmes musulmanes. En effet, les voyageuses reproduisent facilement les stéréotypes les concernant, notant en particulier leur absence totale de liberté, leur servitude, et leur vie sociale très limitée. Mrs Lloyd Evans est typique quand elle évoque dès son introduction « la femme mauresque à la démarche traînante, un baluchon sans forme de mousseline blanche20. » De manière générale, à Alger, les voyageuses ont un contact extrêmement fugitif avec les femmes algériennes qui sont seulement aperçues, glissant voilées dans les rues. La possibilité de raconter des histoires sur ces femmes passe donc par le biais du cadre français, et notamment par l’œuvre de Mme Luce, qui est alors interprétée à travers le prisme fourni par B. Bodichon. Se forge ainsi dans les récits répertoriés un regard sur l’école-ouvroir de Mme Luce conditionné à la fois par des normes de genre, de classe et de nationalité.

  • 21 Mrs. G. Albert Rogers [Ellen M.] A Winter in Algeria, 1863-64, Londres, Sampson Low, Son and Marst (...)
  • 22 Ibid., p. 199.
  • 23 Ibid., p. 192.

16La description la plus longue se trouve dans le récit de Mme Rogers qui découvre l’ouvroir en avril 1864 et qui s’inspire très directement de la prose de B. Bodichon dans son Guidebook pour décrire la ville d’Alger ; ensuite elle recopie de longs passages de l’article du English Woman’s Journal dans sa description de l’établissement de Mme Luce. Comme ses prédécesseurs féministes, elle affirme : « Peu de situations au monde, y compris l’esclavage américain, sont aussi misérables que celle de la femme pauvre dans le monde arabe. Chez les Musulmans plus aisés, la dégradation des femmes est à la fois mentale et morale21. » Ainsi, elle est d’autant plus admirative de l’œuvre de Mme Luce et surtout de la Française elle-même dont « l’indomptable énergie commande notre respect et notre admiration22. » Certes elle regrette l’absence d’instruction chrétienne, mais elle reconnaît que celle-ci est impossible dans le contexte algérien. Au fond, le chapitre qu’elle consacre à Mme Luce constitue une forme de plaidoyer en faveur du travail féminin où les Européennes ont le beau rôle, car à côté de Mme Luce qui doit se battre pour faire accepter un projet tout philanthropique, selon Mme Rogers, il y aussi les Anglaises qui achètent les fabrications de l’ouvroir : « Il semblerait que la renaissance de cette branche de l’art arabe soit en partie le résultat des goûts et du patronage des touristes anglais23. »

  • 24 Matilda Betham Edwards, A Winter with the Swallows, Londres, Hurst et Blackett, 1867, p. 16.
  • 25 Ibid., p. 17.

17La majorité des voyageuses postérieures suivent ce même schéma dans leurs descriptions de l’institution de Mme Luce et situent celle-ci au centre de leur description, de sorte que les jeunes filles musulmanes font littéralement tapisserie. Ainsi, malgré la tonalité souvent féministe de ces écrits, c’est la Française et sa participation énergique à l’oeuvre civilisatrice de l’Algérie qui attirent l’attention. Les récits transforment alors les jeunes filles en décor orientaliste comme les peintres de la même époque. Cette opération d’effacement de la subjectivité des femmes algériennes se voit clairement dans le récit de la romancière Matilda Betham Edwards. Elle décrit les jeunes filles : « Assise autour de la galerie, en rangée, presqu’une centaine de petites filles maures, actives autour de leur métier à broder, leurs petites jambes brunes sous elles, leurs visages basanés pleins de vie et de gaieté, leurs habits colorés leur faisant ressembler à un lit de tulipes au mois de mai24. » Dans son récit, c’est Mme Luce qui fait l’objet d’éloges pour son projet et pour son rôle dans la préservation des broderies orientales. Certaines voyageuses, dont M. Edwards et Ellen Rogers, regrettent la suppression de l’instruction intellectuelle sans que cela disqualifie leur admiration pour l’ouvroir. Ainsi M. Edwards écrit-elle que la seule pensée qui assombrit « cette scène joyeuse et mouvementée » est « (qu’)en dehors du travail d’aiguille, (les filles) sont aussi ignorantes que possible... Il semblerait que les Maures n’aiment pas que leurs femmes et leurs filles soient plus savantes qu’eux25. » Pointe de regret qui ne ternit pas pour autant l’enthousiasme de l’Anglaise pour la colonie française.

  • 26 Mabel Sharman Crawford, Through Algeria, Londres, Darf Publishers Limited, 1984 [1863], p. 8.

18Il existe cependant une exception dans ce chœur d’éloges concernant notre institutrice : il s’agit du récit de Mabel Crawford publié en 1863. Maîtrisant le français et un peu l’arabe, l’Anglaise commence son récit par un plaidoyer pour la « dame touriste » qui devrait pouvoir parcourir le monde seule à la recherche des splendeurs de la nature et de l’art. Cette entrée en matière féministe est suivie d’une description presque unanimement négative de son contact avec la colonisation française et avec les populations locales. Les femmes, en particulier, sont présentées comme opprimées et sont ridiculisées sans ménagement. Ainsi dans sa description d’une femme juive « encerclée d’une mousseline blanche qui fait penser inévitablement à un mal de dent26. » Le chapitre concernant la femme musulmane est intitulé : « La Mauresque au foyer – sa dégradation sans espoir ». Selon elle, la Mauresque n’a pas d’existence reconnue dans le monde, en dehors de sa famille et de ses amies. Plutôt que de se réjouir des efforts de Mme Luce pour élever le statut des femmes musulmanes, elle insiste sur l’absence de bon sens de son initiative :

  • 27 Ibid., p. 55.

Que cela soit le cas n’était que naturel, puisque sous le code social mahométan les connaissances littéraires sont totalement inutiles pour une femme, sans parler de l’argument encore plus fort de la position accordée aux femmes dans le Coran. On ne peut pas nier que dans de nombreux cas, les connaissances transmises dans l’école de Madame de Luce ont mené au mal, car la jeune Mauresque francophone préfère en général un amant chrétien à un mari mahométan. Mais en dehors de ce résultat, la connaissance du français ne peut contrecarrer les effets pernicieux des influences domestiques à laquelle la Mauresque est sujette depuis son enfance27.

  • 28 Ibid., p. 232.

19L’arrivée des Français est certes présentée comme un progrès pour les femmes maures par rapport à la domination turque28, mais la mission civilisatrice est clairement mal conçue dans ses rapports avec les femmes indigènes.

20Si M. Crawford est la seule à porter ce jugement critique, elle est aussi l’une des rares femmes à avoir vraiment parcouru l’Algérie et il est clair qu’elle a une indépendance d’esprit qui lui fait récuser la vision proposée par B. Bodichon et B. Parkes. Mais la plupart des autres voyageuses se contentent d’un regard d’une grande superficialité qui est conditionné par la brièveté du séjour, l’absence de connaissance de l’Arabe et le cadrage du contact avec les femmes musulmanes, tributaire de la médiation de B. Bodichon puis de celle de Mme Luce elle-même. Il n’est donc pas très surprenant que ce soit la figure de Mme Luce, une femme plus familière, car européenne et bourgeoise, qui attire l’attention. À l’exception de Mabel Crawford, les descriptions les plus détaillées sont faites par des personnes qui connaissent B. Bodichon, ont lu ses écrits sur Mme Luce, et ont donc intégré l’histoire « romanesque » que la English Woman’s Journal a voulu présenter à son lectorat féministe.

  • 29 Mary Elizabeth Crouse, Algiers, Londres, Gay and Bird, 1906, p. 154-55.
  • 30 Ibid., p. 199-200.

21La difficulté à « voir » vraiment les femmes algériennes s’observe de manière flagrante dans le récit de voyage d’une Américaine, Mary Elizabeth Crouse, en 1906. Son récit, écrit après cinq mois passés à Alger, montre une admiration pour l’ouvroir désormais tenu par la petite-fille de Mme Luce, Henriette Benaben, parce qu’il permet de préserver des traditions de travail féminin. Mais comme dans le récit de Matilda Edwards, les jeunes filles paraissent surtout ornementales : « Lorsque nous étions debout dans la cour Mauresque, drapée de tapis et avec des métiers à tisser de tous côtés, nous est arrivé de la galerie supérieure, par-delà le clapotement de la fontaine dans la cour, le bruit d’enfants chantant – la voix d’autres petites travailleuses - douces, fraîches et innocentes comme des chants d’oiseaux29. » Ailleurs dans son texte, elle se montre très critique d’une société où l’indépendance féminine est inconcevable, mais comme elle considère que les femmes françaises elles-mêmes souffrent également d’absence d’autonomie, elle n’a guère d’espoir pour les femmes algériennes30. Tout au plus peut-on admirer leurs belles œuvres, « avec leur suggestion poétique ». Pour les voyageuses anglaises, le séjour en Algérie reste une découverte de formes d’altérité qui les renvoie à leur propre indépendance. Et dans la rencontre avec l’autre, il n’est guère surprenant que ce qui intrigue le plus soit finalement la femme française.

2. Le regard colonial : les Françaises en Algérie

  • 31 Bénédicte Monicat, « L’Algérie des voyageuses » in Emanuele Kanceff (dir.), Stendhal, l’Italie, le (...)

22Étant donné les louanges britanniques exprimées pour l’œuvre de Mme Luce, il est surprenant à première vue de constater l’absence d’écho chez les voyageuses françaises. Pourtant, le travail de Bénédicte Monicat nous montre que les voyageuses françaises portent elles aussi le poids de leur sexe dans leurs déplacements à l’étranger. Sur le territoire algérien, elles élaborent une réflexion sur la différence : entre Europe et Algérie, mais aussi à propos du statut des femmes, qu’elles abordent par le biais d’un discours orientaliste qui se conjugue souvent avec les accents du féminisme occidental31. Cette analyse pourrait s’appliquer aussi aux récits des Anglaises analysés supra. Qu’est-ce qui explique alors que le sentiment de solidarité exprimé par les Anglaises envers Mme Luce soit si rare sous la plume des Françaises ? Pour bien saisir les différences dans les appréciations françaises et anglaises, il est nécessaire de saisir à quel point le regard des voyageuses françaises est formaté par une rhétorique coloniale dont la plupart sont certainement bien peu conscientes.

  • 32 Les treize récits sont publiés entre 1846 et 1900.

23Sur treize récits féminins dont l’auteur a séjourné à Alger, il n’y en a que trois qui mentionnent l’œuvre de Mme Luce : il s’agit des livres d’Anaïs Dutertre, de Louise Vallory et d’Hubertine Auclert32. Si la première et la dernière la jugent de manière très positive, L. Vallory en est très critique. Ces avis partagés sont à l’image de l’opinion coloniale la concernant et montrent l’importance de croiser le discours des voyageurs avec d’autres sources susceptibles d’expliquer aussi bien l’importance de certains thèmes que l’absence d’autres. En effet, les voyageuses françaises viennent en pays conquis, peuvent se mêler à la population des colons francophones, et leurs pas sont évidemment moins guidés que ceux des Britanniques vers des lieux « incontournables ». Pour des raisons qu’il reste à expliquer l’école-ouvroir de Mme Luce n’est pas un « must » pour la voyageuse française, et son statut d’héroïne apparaît comme une pure fabrication anglaise.

Le poids des grilles de lectures de l’administration coloniale

24Une première explication de cette différence se trouve du côté des guides de voyage français qui sont évidemment plus nombreux que les guides anglais mais aussi moins personnalisés. Le guide d’Achille Fillias en 1865 s’intéresse aux femmes arabes et à l’instruction publique chez les indigènes, sujets auxquels il consacre un chapitre spécifique, mais il exprime d’emblée un doute sur la capacité de l’éducation à modifier les rapports intimes entre couples arabes :

  • 33 Achille Fillias, Nouveau Guide général du Voyageur en Algérie, Paris, Garnier Frères, 1865, p. 69.

Assouplir par l’éducation les mœurs des indigènes, et faire en sorte que les générations à venir envisagent la femme, plutôt comme la campagne de leur vie que comme un instrument de plaisir ou une servante docile ? – Mais l’Arabe est essentiellement paresseux : plus il a de femmes, mieux il est servi ; – et comme il s’aime plus que toute chose au monde, il est douteux que l’éducation modifie jamais d’une manière sensible sa façon de voir et d’être en ce qui concerne ses droits d’époux33.

25Il est également au courant de l’initiative de Mme Luce mais il ne la nomme pas, écrivant seulement :

  • 34 Ibid., p. 72. On peut noter qu’il se trompe en datant la transformation de l’école en ouvroir de 1 (...)

L’école arabe-française, spécialement affectée, à Alger, aux jeunes filles musulmanes avait été, l’année précédente, convertie en ouvroir d’apprentissage pour les divers travaux à l’aiguille, tels que tricot, couture et broderie, y compris les confections de la lingerie et de la broderie orientale, ou de luxe. Un second ouvroir a été ouvert, en 1863, dans les mêmes conditions. Il a été fondé au profit des jeunes filles musulmanes appartenant à des familles pauvres 200 bourses d’apprentissage, la durée de l’apprentissage étant fixée à trois années34.

  • 35 Ibid., p. 98.

26Le contraste avec le ton et l’enthousiasme du Guide Murray cité en introduction est saisissant. Il n’est pas question de reconnaissance envers un individu ni de louanges excessives. Si les broderies orientales sont effectivement vantées dans une autre partie du guide, c’est pour guider le pas des voyageuses vers le Palais de l’Industrie (à Paris !) plutôt que vers l’atelier de Mme Luce comme le fait le guide britannique : « La broderie orientale, ou de luxe, dont on admire au Palais de l’Industrie les magnifiques échantillons, est l’œuvre des jeunes filles musulmanes placées, par les soins de l’administration, dans des ouvroirs d’apprentissage établis à Alger et à Constantine35. » Le recours à une description relativement plate de l’établissement est certainement en partie le résultat du revirement de l’opinion de l’administration coloniale concernant Mme Luce, qui s’est opéré dans le contexte de la politique du Royaume Arabe de Napoléon III.

  • 36 Charles-André Julien, Histoire de l’Algérie contemporaine, t. 1, 1827-1870, Paris, PUF, 1964, p. 4 (...)

27En effet, dès 1858, des conseils généraux furent créés dans chaque province, qui associaient administrateurs et délégués français avec des notables musulmans dans la gestion de la colonisation civile36. La volonté de laisser exprimer les musulmans et de les associer d’une certaine manière à la politique coloniale menée en Algérie a des conséquences importantes sur les rapports de genre au sein de la colonie. En particulier, la volonté de Mme Luce de régénérer les familles arabes de l’intérieur par le biais d’une éducation française proposée à des jeunes musulmanes ne trouve plus guère d’écho. Au contraire, aussi bien les administrateurs coloniaux que les notables musulmans jettent un discrédit certain sur une politique culturelle incluant les femmes. Si la mission civilisatrice continue en Algérie au-delà des années 1860, elle exclut de plus en plus les femmes. En témoigne, ce jugement d’un administrateur colonial en 1861 :

L’utilité de l’école arabe-française dirigée par Mme Luce a toujours été très controversée. Elle jouit d’une réputation équivoque parmi les européens et les indigènes témoignent pour elle une vive répulsion. Elle n’est fréquentée que par les jeunes filles des familles les plus pauvres qui ne sont envoyées là qu’à cause de la prime de 15 centimes par jour allouée à chaque élève. ‘Jamais, a dit, dans la session de 1860 un membre indigène du conseil général, jamais un musulman qui se respecte n’y enverra sa fille, ou n’y prendra sa femme !’

28Pour cet homme, la décision prise par décret du 14 juillet 1850 d’augmenter le nombre d’écoles arabes-françaises pour les filles

  • 37 CAOM, GGA, 22S 2 lettre du chef de section, A. Michel, à la Direction générale, 8 août 1861. C’est (...)

a devancé les besoins et dépassé le but [...] C’est pure illusion de croire que nous préparons la réforme de la société en apprenant aux jeunes musulmanes des villes à lire, à écrire, à calculer d’après nos méthodes. En les élevant ainsi à l’européenne nous les rendons impropres à la vie arabe ; nous préparons des concubines pour les européens et nullement des épouses pour les indigènes. Une enquête faite avec soin sur ce que deviennent les élèves de Mme Luce au sortir de son école, ne mettrait que trop en évidence, j’en suis convaincu, l’inanité des théories en vertu desquelles l’administration patronne et soutient à grands frais les institutions de cette espèce37.

29Cette condamnation sans appel est suivie par les autorités, puisque le soutien français à l’instruction des jeunes musulmanes s’arrête en 1861. Pour notre propos, il est intéressant de noter non seulement la façon dont les effets civilisateurs de l’éducation féminine deviennent « pure illusion » à cette période mais aussi l’accusation d’immoralité qui plane sur Mme Luce et fait d’elle une héroïne très peu conformiste pour les esprits français. Que l’opinion officielle ait influencé les voyageuses françaises paraît donc incontestable.

Les voyageuses françaises et l’œuvre de Mme Luce

  • 38 Anaïs Dutertre, Voyage de Vermont-sur-Orne à Constantine-sur-l’Oued, Rummel, Sétif, Bougie et Alge (...)
  • 39 Ibid.

30La première voyageuse à évoquer l’école de Mme Luce est Anaïs Dutertre, lors d’un voyage effectué en 1853, alors que l’institutrice bénéficiait d’une grande renommée dans les milieux algérois. Elle est séduite par ce personnage qu’elle présente comme « tout bonnement une simple et généreuse femme française, qui en sait long en fait de progrès, d’authentique, d’utile, de bienfaisant progrès38. » Suit une description de l’établissement qui ressemble de fait beaucoup à celles que donneront les voyageuses anglaises quelques années plus tard. Elle est admirative du projet de Mme Luce qui cherche à retirer la femme « de cette ignorance complète qui la dégrade, de cette oisiveté déplorable où elle végète et qui la rend d’une nullité fâcheuse pour son bonheur même39 ». Comme les Anglaises, elle insiste sur les difficultés des premiers temps et rappelle qu’il « a fallu combattre des obstacles suscités par des Français, par certaines jalouses ombrageuses, par des gens à qui leur position même rendait impossible à tenter ce que Mme Luce a su réaliser avec autant de sagesse ». Enfin, Anaïs Dutertre ne semble pas avoir noué un rapport personnel avec Mme Luce, de sorte que la suite de sa description reprend comme dans les textes anglais les topoï de la littérature orientaliste avec une bonne dose de foi dans la mission civilisatrice française :

Ces jeunes filles cousent, brodent, tricotent, exécutent de beaux ouvrages en soie et en or que leurs familles apprécient beaucoup parce qu’ils font partie du costume national, et qu’en cela les Arabes d’Algérie sont tributaires de Tunis et du Maroc.

31Leur adresse, leur habileté fait déjà l’orgueil et l’étonnement de leurs parents, en même temps que leur amusement le plus cher à elles-mêmes. N’y at-il pas là un préservatif contre les mille inconvénients de la vie oisive des femmes algériennes ?

  • 40 Ibid., p. 558-559.

On voit chez Mme Luce des types de physionomies qui seraient pour un peintre des trésors d’étude et des costumes qui feraient le bonheur d’un coloriste.
La tenue de ces petites Africaines n’est pas précisément celle de nos pensionnaires du couvent ; mais elle est convenable et gracieuse. Leurs yeux admirables révèlent une intelligence vive et ardente qui, dirigée vers le bien, produira dans les familles une réaction salutaire. On en viendra à rechercher les élèves de Mme Luce comme les épouses les plus dignes, les plus distinguées de la nation ; c’est déjà un beau résultat, et il ne sera pas le seul40.

32Cet enthousiasme n’est cependant pas partagé par les voyageuses qui viendront après elle, ce qui montre les effets d’un environnement colonial devenu hostile à l’institution de Mme Luce.

  • 41 Louise Vallory, À l’aventure en Algérie, Paris, Hetzel, 1863, p. 2.
  • 42 Ibid., p. 28.
  • 43 Ibid.

33En effet, la voyageuse Louise Vallory – qui explique qu’elle souhaite raconter « ce que j’ai vu, ce que j’ai entendu, ce que j’ai senti d’émotion intérieure devant cette grande nature ; même ce que j’ai rêvé pendant mes longues chevauchées »41 – visite l’établissement de Mme Luce au début des années 1860 et manifeste sa piètre opinion de cette initiative. Pourtant L. Vallory témoigne d’une sensibilité « féministe » et livre beaucoup de portraits de femmes, y compris des Mauresques d’Alger. Alors que les Anglaises restent très superficielles dans leurs portraits, L. Vallory les compare constamment aux Françaises. Selon elle, la « femme du petit nombre a de grandes analogies avec la provinciale d’autrefois » : « Ses horizons sont bornés aux murs de son logis [...] les détails de la vie domestique l’absorbent, elle est avant tout ménagère42. » La Mauresque est à ses yeux « un mélange de positivisme et de futilité, de langueur et d’activité43. » Ce jugement relativement nuancé de femmes certes sans liberté et pudeur, mais néanmoins attaché à leurs intérieurs, lui fait condamner sans ménagement l’œuvre de Mme Luce qu’elle décrit sans jamais mentionner son nom :

  • 44 Ibid., p. 42-43.

Les Mauresques qui jargonnent un peu le français, et laissent l’œil curieux d’un étranger plonger dans leur vie intime, ont le cœur et les mœurs les plus cosmopolites. Beaucoup d’entre elles ont été élevées dans une école semi-française, semi-arabe, fondée dans un but tout philanthropique, je n’en doute pas ; grand ouvroir où les jeunes filles apprennent à broder avant tout chose, sont distraites sans cesse par la visite d’étrangers, et envahies par mille choses irritantes. La vie de la famille où elles retournent le soir étant en complet désaccord avec la vie du pensionnat, elles ne savent plus que croire, elles ne savent plus que faire, et elles s’essayent à la liberté par le libertinage. Je fus en rapport avec deux Mauresques de transition, si je puis m’exprimer ainsi, et la vie des pauvres femmes était triste, déchirée, douloureuse comme celle de tous les êtres qui marquent les époques de transformation sociale, et ces victimes-là sont toujours des natures d’élite44.

34Comme les autorités coloniales, elle considère que l’éducation française est déplacée dans cette société et que l’objectif d’assimilation ne doit pas se conjuguer au féminin.

  • 45 Pour une analyse de ce livre, voir Denise Brahimi, Femmes arabes et sœurs musulmanes, Paris, Éditi (...)
  • 46 Hubertine Auclert, Les femmes arabes en Algérie, Paris, Société d’éditions littéraires, 1900, p. 1 (...)
  • 47 Carole Wiart, Hubertine Auelert, une féministe en Algérie (1888-1892), mémoire de maîtrise en scie (...)

35Le troisième récit qui évoque Mme Luce est celui de la féministe Hubertine Auclert dans un ouvrage qui n’est pas à proprement parler un récit de voyage mais plutôt une tentative d’étude ethnologique avant l’heure. Publié en 1900, Les femmes arabes en Algérie, est le résultat d’un séjour de quatre ans sur place, entre 1889 et 1892. Il témoigne de sa volonté d’enquêter sur la condition féminine en terre coloniale comme l’avait fait Louise Vallory avec moins de rigueur trente ans avant45. L’engagement militant d’Hubertine Auclert conditionne bien sûr le regard qu’elle porte sur la société algérienne. Elle condamne ainsi la polygamie et la sujétion des femmes dans les familles et, comme la plupart des féministes du xixe siècle, elle prône une émancipation qui passe par l’éducation puis par le travail salarié. Dans les années 1890, quand elle vit à Alger, il n’y existe aucune école de filles musulmanes, ce qui la choque, et c’est en cherchant à mieux comprendre cette absence qu’elle découvre la décision du gouvernement de supprimer l’école de Mme Luce au bénéfice de l’ouvroir. Contrairement aux anglaises, admiratives à l’égard du travail de broderie, Hubertine Auclert considère que l’absence d’instruction intellectuelle est une perte regrettable, et elle l’analyse d’ailleurs comme une stratégie du pouvoir colonial pour asseoir sa domination. Selon elle, l’ignorance dans laquelle est tenue la femme arabe fait les affaires des Français et leur permet d’exploiter toute la race indigène : « Faire lire les femmes paraît aussi déplacé en Algérie, qu’en France les faire voter46. » Contrairement aux Anglaises qui ne voient guère les musulmanes en tant que sujets ou en tant qu’individus, elle milite en leur faveur et adresse des pétitions au gouvernement47. Celle de 1892 évoque sans la nommer l’école de Mme Luce :

Présentement, Alger ne possède pas une seule école pour les filles Arabes. Nous vous prions, Monsieur, de rétablir au plus tôt les deux écoles musulmanes Françaises de filles créées en vertu du décret du 14 juillet 1850 qui spécifiait que les filles Arabes auraient des écoles où elles recevraient l’instruction primaire.

Malgré le succès de ces écoles assidûment fréquentées par 226 élèves promptes à s’assimiler nos idées et nos mœurs ; le Conseil général d’Alger les a, en 1861, supprimées pour complaire à quelques despotes musulmans vexés de voir l’instruction battre en brèche leur tyrannie envers la femme et leur rancune contre la France.

  • 48 Archives Nationales, F17 12 333. Pétition à Monsieur Bourgeois, Ministre de l’Instruction Publique (...)

Nous espérons, Monsieur, que vous voudrez bien faire droit à notre requête ; car, les filles Arabes d’Alger, ne peuvent de par le traité de 1830, être plus condamnées à l’ignorance en 1892 que durant la période de 1845 à 1861 où elles avaient des écoles48.

  • 49 Auclert, op. cit., p. 144.

36Mission civilisatrice et assimilation des Arabes passent donc par l’accès à la langue et la culture française : « Car les femmes gagnées promptement, comme elles le sont, à notre civilisation, nous auraient puissamment aidés à nous concilier les Arabes, à nous ménager des intelligences dans le monde musulman49. » La vision d’Hubertine Auclert est donc clairement colonialiste, mais elle se distingue des textes précédents par sa condamnation des inégalités de traitement fondées sur le sexe que pratiquent aussi bien le gouvernement français que la société musulmane.

3. Conclusion

  • 50 Voir l’analyse de Deborah Cherry « Shuttling and Soul-Making : Tracing the Links between Algeria a (...)

37Pour les femmes bourgeoises décrites ici, le fait de voyager est une forme d’émancipation des normes de genre qui structurent leurs existences en France en en Angleterre. La relative autonomie dont elles jouissent en arpentant les rues d’Alger offre pour elles un contraste saisissant avec la condition des femmes musulmanes quelles croisent. Comme les études sur le récit de voyage féminin le montrent, les voyageuses sont relativement prolixes sur le statut des femmes indigènes, même si leurs analyses n’échappent pas la plupart du temps aux stéréotypes véhiculés par toute la littérature et l’art orientalistes. Dans les récits des Anglaises, l’écart qu’imposent leur mobilité, leur éducation, leur fortune, et leur langue (ne l’oublions pas) rend difficile autre chose qu’un regard folklorique sur les mœurs de leurs consœurs algériennes où l’expression d’une solidarité de sexe ne trouve guère à se faire de place. Les voyageuses anglaises n’ont pas la possibilité de comprendre la situation des « Mauresques », qu’elles décrivent comme des fantômes voilés dans les rues et n’ont d’autre choix que de les aborder via les schémas fournis par les écrits des féministes B. Bodichon et B. Rayner Parkes. Ainsi la mise en avant de l’exemplarité de Mme Luce vise-t-elle bien à révéler les hiérarchies de genre à l’œuvre dans la société coloniale. Mais ces récits sont aussi marqués par le poids de tout un univers culturel et national qui doit aussi faire l’objet de l’analyse. En se focalisant bien davantage sur Mme Luce que sur les jeunes filles musulmanes, cette critique des rapports de genre trouve ses limites en n’accordant le statut de sujet qu’aux Européennes et laissant les jeunes filles arabes à l’ombre de leurs broderies50.

38L’absence d’un discours homogène sur Mme Luce et son entreprise civilisatrice chez les voyageuses françaises montre à quel point l’environnement colonial complique les grilles de lecture habituelles. Le regard des voyageuses sur les femmes arabes ou sur les rapports de genre dresse évidemment le constat de nettes différences entre la condition féminine du pays d’origine et celle de l’Ailleurs. L’expérience du voyage lui-même est vécue comme une forme de libération, grâce à la mobilité autant qu’à l’écriture. Mais elles ne voient pas toutes la même chose et ne portent pas un jugement similaire sur la situation des femmes. Leur lecture est affectée bien davantage que celle de leurs consœurs britanniques par une politique coloniale dont elles sont d’emblée partie prenante, du fait de leur appartenance nationale. Ainsi la catégorie du genre n’opère-t-elle pas isolément, mais à travers son imbrication dans d’autres rapports de pouvoir, et elle se révèle un puissant outil pour déconstruire ces derniers lorsqu’elle est utilisée par l’historien(ne). Elle ouvre une fenêtre sur un aspect de la colonisation de l’Algérie que les femmes ont davantage commenté que les hommes, mais une fenêtre qui, dans la mesure où paroles et regards féminins marquaient moins les pages de l’Histoire, est restée longtemps voilée.

Notes

1 Sir R. Lambert Playfair, Handbook for Travellers in Algeria and Tunis, 4e éd., Londres, John Murray, 1891, p. 103.

2 Louis Piess, Algérie et Tunisie, Paris, Hachette, 1887 (Collection des Guides Joanne), p. 27.

3 Les premiers travaux sur le voyage, souvent écrits par des littéraires et fortement inspirés par Edward Said, ont été depuis peu enrichis par des approches plus historiennes. Voir en particulier Nupur Chaudhuri et Margaret Strobel, Western Women and Imperialism. Complicity and Resistance, Bloomington, Indiana University Press, 1992 ; Billie Melman, Women’s Orients. English Women and the Middle East, 1718-1918 : Sexuality, Religion and Work, 2e éd., Londres, Macmillan, 1995 ; Inderpal Grewal, Home and Harem. Nation, Gender, Empire, and the Cultures of Travel, Durham et Londres, Duke University Press, 1996 ; Joyce Goodman et Jane Martin (dir.), Gender, Colonialism and Education. The Politics of Experience, Londres, Woburn Press, 2002.

4 Il existe une littérature volumineuse sur les femmes voyageuses anglaises. Voir par exemple Dea Birkett, Spinsters abroad, Londres, Blackwell, 1989. La plus stimulante pour mon propos est l’ouvrage de Billie Melman, Women’s Orients, op. cit, qui insiste sur le rôle du voyage dans « le Bildung de la bourgeoisie » (p. 11) et étudie trois modalités de l’écriture moderne du voyage : l’écriture missionnaire, la littérature de « harem » et les récits viatiques proprement dits.

5 En Inde, par exemple, les féministes anglaises ont clairement le sentiment de partager avec les hommes le fardeau de l’homme blanc, ce qui n’est pas le cas en Algérie. Voir Antoinette Burton, Burdens of History. British feminists, Indian Women, and Imperial Culture, 1865-1915, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1994.

6 Joëlle Merlet Redouane, Les Anglais et l’Algérie, doctorat ès-lettres, Université de Rennes, 1988.

7 Voir Osman Benchérif, The Image of Algeria in Anglo-American Writings, 1785-1962, Lanham (Md.), New York et Oxford, University Press of America, 1997.

8 Voir Sheila R. Herstein, A Mid-Victorian Feminist, Barbara Leigh Smith Bodichon, New Haven et Londres, Yale University Press, 1985, p. 95-124.

9 Barbara L. S. Bodichon, Guide Book. Algeria considered as a winter residence for the English, Londres, 1858, p. 34.

10 Ibid., p. 73, 92.

11 Barbara Bodichon, Women and Work [1857], reproduit dans Candida Ann Lacey (dit.), Barbara Leigh Smith Bodichon and the Langham Place Group, New York et Londres : Routledge & Kegan Paul, 1987, p. 52.

12 Ibid., p. 51.

13 Ibid.

14 Ses premières impressions sur Mme Luce sont racontées dans sa correspondance avec une autre féministe anglaise, Mary Merryweather. Voir Archives de Girton College (Oxford University), lettres de Bessie Rayner Parkes à Mary Merryweather, 1857.

15 English Woman’s Journal, mai 1861, p. 163.

16 Ibid., p. 164.

17 Ibid., juillet 1861, p. 235.

18 Dans l’ensemble, les récits masculins évoquent peu l’établissement de Mme Luce, dans la seule mesure où les hommes y sont interdits d’accès. Néanmoins dès 1858 le vicaire Davies fait un rapport extrêmement élogieux du travail de Mme Luce, qui donne la possibilité aux jeunes filles d’échapper à des vies aux horizons extrêmement limités. Il ne semble pas être influencé par le travail hagiographique de Bodichon et Parkes dont l’influence est beaucoup plus sensible dans les récits de voyage postérieurs. Voir Rev. E.W.L. Davies, Algiers in 1857. Its accessibility, elimate, and resources described with especial reference to English Invalids. Also details of recreation obtainable in its neighbourhood added for the use of travellers in general, Londres, Longman, 1858, p. 100-102.

19 De même, les voyageuses françaises ironisent sur la colonisation anglaise à l’occasion de leurs pérégrinations en terrain colonial britannique. Bénédicte Monicat, Itinéraire de l’écriture au féminin. Voyageuses du 19e siècle, Atlanta et Amsterdam, Rodopi, 1996, p. 53.

20 Mrs. Lloyd Evans, Last Winter in Algeria, Londres, Chapman and Hall, 1868, p. 10.

21 Mrs. G. Albert Rogers [Ellen M.] A Winter in Algeria, 1863-64, Londres, Sampson Low, Son and Marston, 1865 p. 58.

22 Ibid., p. 199.

23 Ibid., p. 192.

24 Matilda Betham Edwards, A Winter with the Swallows, Londres, Hurst et Blackett, 1867, p. 16.

25 Ibid., p. 17.

26 Mabel Sharman Crawford, Through Algeria, Londres, Darf Publishers Limited, 1984 [1863], p. 8.

27 Ibid., p. 55.

28 Ibid., p. 232.

29 Mary Elizabeth Crouse, Algiers, Londres, Gay and Bird, 1906, p. 154-55.

30 Ibid., p. 199-200.

31 Bénédicte Monicat, « L’Algérie des voyageuses » in Emanuele Kanceff (dir.), Stendhal, l’Italie, le voyage. Mélanges offerts à V. Del Litto, Moncalieri, Cirvi, 2003, p. 377-388.

32 Les treize récits sont publiés entre 1846 et 1900.

33 Achille Fillias, Nouveau Guide général du Voyageur en Algérie, Paris, Garnier Frères, 1865, p. 69.

34 Ibid., p. 72. On peut noter qu’il se trompe en datant la transformation de l’école en ouvroir de 1864 ; ce changement a été imposé en 1861.

35 Ibid., p. 98.

36 Charles-André Julien, Histoire de l’Algérie contemporaine, t. 1, 1827-1870, Paris, PUF, 1964, p. 413.

37 CAOM, GGA, 22S 2 lettre du chef de section, A. Michel, à la Direction générale, 8 août 1861. C’est moi qui souligne.

38 Anaïs Dutertre, Voyage de Vermont-sur-Orne à Constantine-sur-l’Oued, Rummel, Sétif, Bougie et Alger par une femme, Caen, Impr de C. Hommais, 1866, p. 557.

39 Ibid.

40 Ibid., p. 558-559.

41 Louise Vallory, À l’aventure en Algérie, Paris, Hetzel, 1863, p. 2.

42 Ibid., p. 28.

43 Ibid.

44 Ibid., p. 42-43.

45 Pour une analyse de ce livre, voir Denise Brahimi, Femmes arabes et sœurs musulmanes, Paris, Éditions Tierce, 1984, p. 13-36.

46 Hubertine Auclert, Les femmes arabes en Algérie, Paris, Société d’éditions littéraires, 1900, p. 141.

47 Carole Wiart, Hubertine Auelert, une féministe en Algérie (1888-1892), mémoire de maîtrise en sciences historiques, Université de Paris VIII, 1997.

48 Archives Nationales, F17 12 333. Pétition à Monsieur Bourgeois, Ministre de l’Instruction Publique, de Hubertine Auclert, Alger, 8 rue des Tanneurs [1892].

49 Auclert, op. cit., p. 144.

50 Voir l’analyse de Deborah Cherry « Shuttling and Soul-Making : Tracing the Links between Algeria and Egalitarian Feminism in the 1850s » in Shearer West (dir.), The Vietorians and Race, Aldershot, Scholar Press, 1996. Elle montre que les femmes indigènes ne sont pas perçues comme des individus, mais que les féministes les ont construites comme les objets d’une mission philanthropique féminine au sein du projet impérial.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540