Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le voyage au féminin

 | 
Nicolas Bourguinat

Le voyage féminin, une expérience originale de l'altérité

Trois voyageuses en Hollande : Anne-Marie du Boccage (1750), Stéphanie-Félicité de Genlis (1776), Louise Colet (1857)

Madeleine van Strien-Chardonneau

Texte intégral

1Madame du Boccage, Madame de Genlis, Louise Colet, voilà trois femmes de lettres que l’on peut ranger dans la catégorie des « minores » – car si elles suscitent l’intérêt des chercheurs, elles sont quasi oubliées du grand public et peu ou pas citées dans des manuels de littérature française ; à leur époque, cependant, elles ont connu une grande notoriété, reçu des distinctions officielles dont l’importance peut sembler futile, mais qui impliquent une forme de consécration auxquelles peu de femmes avaient alors accès dans un monde éminemment masculin. Si dans leur cas, l’accès à l’écriture ne s’est pas fait par le biais de la relation de voyage, il est intéressant de voir quel usage elles font de ce genre pour s’affirmer en tant que femmes-auteurs.

2Mon champ de recherches ne porte pas spécifiquement sur le voyage au féminin, mais sur les récits de voyageurs français en Hollande du xviie au xixe siècle et les relations entre les deux pays, ainsi que sur les représentations des deux peuples français et hollandais qui se dessinent dans ces textes. C’est pourquoi, je retracerai d’abord brièvement le contexte de ces voyageurs français en Hollande et de leurs relations de voyage pour situer ces trois voyageuses dans un panorama fortement dominé par la voix masculine.

1. Voyageurs français en Hollande et « matière » de Hollande

3Il existe en France une tradition ancienne de ce qu’on a appelé jusqu’à la fin du xviiie siècle, « Voyage de Hollande » pour ensuite trouver des titres plus variés au xixe siècle tels que Un Tour en Belgique et en Hollande de Gautier, les Fêtes de Hollande de Nerval, Quinze jours en Hollande de Verlaine ou Promenade en Hollande de Louise Colet. Cette tradition remonte en fait à la fin du xvie siècle ; la France était alors alliée à la toute jeune République des sept Provinces Unies (Union d’Utrecht 1579) et elle y envoyait ses soldats : c’est à ce titre que Descartes, par exemple, fit son premier séjour en Hollande (1618-1619), dans les régiments du prince Maurice de Nassau avant d’y revenir plus tard (1629-1649) écrire son Discours de la Méthode. La création de l’Université de Leyde en 1575 attira de nombreux savants ainsi que des étudiants séduits par le caractère novateur de l’enseignement qui y était dispensé.

4Bien entendu la révocation de l’Édit de Nantes en 1685 entraîna un afflux d’émigrés qui troquèrent leur statut de voyageur contre celui de résident permanent. Au xviiie siècle les Provinces-Unies restent encore un pays de refuge pour ceux qui sont persécutés du fait de leurs convictions religieuses, les jansénistes par exemple. Mais il y a aussi des fugitifs qui cherchent asile en Hollande pour des raisons plus profanes comme l’abbé Prévost, en rupture de ban avec l’église, que l’on retrouve à La Haye en 1731, ou, plus tard dans le siècle (1776), Mirabeau, qui vient filer le parfait amour à Amsterdam avec Sophie du Monnier. Voltaire a séjourné à plusieurs reprises en Hollande, entre autres pour y faire imprimer certains de ses ouvrages. Par ailleurs, comme au siècle précédent, on voit dans les Provinces-Unies des diplomates, des pasteurs, des étudiants, car les familles protestantes ou d’origine protestante continuent à envoyer leurs enfants dans les universités hollandaises. À côté de ces jeunes gens, on trouve ceux qui parachèvent leur éducation par un tour d’Europe, le fameux Grand Tour, de tradition aristocratique. Il y a aussi les fils de négociants que leurs parents envoyaient prendre contact avec des maisons de commerce amies et s’initier aux affaires.

5Un autre facteur qui a contribué à attirer les voyageurs au xviiie siècle (et la tendance se renforcera au xixe siècle), c’est la faveur grandissante que connaissent les tableaux flamands et hollandais à partir des années 1730 ; un certain nombre de collectionneurs français, ainsi que des peintres (Perronneau, Cochin, Quentin La Tour) font le voyage de Flandre et de Hollande.

  • 1 Voir par exemple Karine Rance, « Voyages en terres d’exil : les émigrés et l’Europe », in Nicolas B (...)
  • 2 Wendelin Guentner, Esquisses littéraires : rhétorique du spontané et récit de voyage au xixe siècle (...)
  • 3 H. Van der Tuin, « Art et littérature comparés. Voyageurs français aux Pays-Bas dans la première mo (...)
  • 4 Wendelin Guentner, Esquisses littéraires, op. cit, p. 34.

6À la fin du siècle, la tourmente révolutionnaire jette sur les routes les émigrés, voyageurs malgré eux, dont bon nombre trouveront, pour un bref ou long séjour, asile dans les Provinces-Unies1. En 1795, les armées révolutionnaires envahissent la République des sept Provinces-Unies qui va alors cesser d’exister sous ce nom et le pays connaît une période dite « française » jusqu’à la chute de Napoléon Ier et la création en 1813 du royaume des Pays-Bas. La période française est propice naturellement à l’arrivée de Français, des diplomates et des fonctionnaires plutôt que des voyageurs-touristes. À partir de 1820 environ, comme l’a montré Wendelin Guentner2, la paix retrouvée et le développement des moyens de communication favorisent les voyages en Europe. Et la Hollande (ou plus exactement le royaume des Pays-Bas – mais on utilise toujours le vocable Hollande) est un pays largement visité par les Français. Les motivations signalées pour les deux siècles précédents subsistent, mais on peut noter deux nouveaux traits importants : d’une part, l’intérêt qui s’était déjà manifesté au xviiie siècle pour la peinture hollandaise du Siècle d’Or devient un véritable engouement, qui suscite nombre de « pèlerinages » artistiques3 ; d’autre part, ainsi que le signale Wendelin Guentner, « le récit de voyage présente un attrait pour un grand nombre d’écrivains qui l’ont adapté à des fins littéraires4 ». De fait, le voyage en Hollande et la relation de ce voyage inspireront au xixe siècle nombre d’écrivains reconnus (Hugo, Nerval, Gautier, Maxime du Camp, Louise Colet, Taine, Fromentin, Huysmans, les frères Concourt, Verlaine) ; leurs textes témoignent également d’une recherche esthétique, beaucoup moins présente dans les textes antérieurs.

7Étudiants, artistes, collectionneurs, négociants, fils de famille studieux ou dévergondés, hommes de lettres, savants, auteurs en mal d’éditeurs, diplomates, et au xixe siècle de plus en plus d’écrivains de renom, les occupations et les motivations de nos voyageurs sont des plus variées, mais on écrit son journal, on écrit des lettres, on écrira plus tard ses mémoires en réutilisant ses notes de voyage. Certains de ces textes restent à l’état de manuscrit, d’autres connaissent les honneurs de la publication et cette pratique s’accentue au xixe siècle, époque où le récit de voyage acquiert véritablement un statut littéraire.

  • 5 Katherine Turner, British Travel Writers in Europe, 1750-1800, Aldershot, Ashgate, 2001.

8Parmi ces voyageurs, il y eut certes des femmes, pourtant le nombre de femmes auteurs de récits de voyage en Hollande est très restreint. On peut rapprocher cette constatation de ce que Katherine Turner a noté à propos des voyageuses britanniques : pour la période 1750-1800, il y a peu de textes de voyageuses publiés alors que l’on sait que les femmes voyagent aussi – ne serait-ce que pour accompagner leur mari5.

  • 6 Roelof Murris, La Hollande et les Hollandais aux xviie et xviiie siècles vus par les Français, Pari (...)
  • 7 Madeline Koumans, La Hollande et les Hollandais au xixe siècle vus par les Français, Maastricht, Va (...)
  • 8 Bénédicte Monicat, Ltinéraires de l’écriture au féminin. Voyageuses du 19e siècle, Amsterdam, Rodop (...)
  • 9 Mme du Boccage, Mme de Genlis, Mme Vigée-Lebrun, et la baronne d’Oberkirch – mais il ne subsiste qu (...)

9En ce qui concerne les voyages en Hollande, voici quelques chiffres à titre indicatif empruntés à deux thèses déjà anciennes, celles de Murris6 et de Koumans7 : Murris pour les xviie-xviiie siècles mentionne deux textes de femmes sur 42 auteurs cités - Hortense des Jardins (1667), Anne-Marie du Boccage (1750). Pour le xixe siècle, Koumans cite 63 textes et sur lesquels seulement deux sont écrits par des femmes, dont Promenade en Hollande de Louise Colet, l’autre étant les Mémoires de la reine Hortense8. Pour la période 1748-1795 étudiée dans ma thèse, j’avais relevé pour un corpus de 82 textes seulement 4 textes de femmes9.

10Le choix est donc limité, et on a retenu ici trois textes un peu « substantiels », ceux de Madame du Boccage, de Madame de Genlis – encore que les écrits de cette dernière aient un statut un peu différent, comme nous le verrons plus loin – et celui de Louise Colet, afin de voir comment ces trois écrivaines qui se sont toutes les trois illustrées dans d’autres genres plus « nobles » que celui du récit de voyage ont utilisé les codes de ce genre d’une part, d’autre part ont mis à profit et réutilisé à des fins personnelles, ce que l’on peut appeler la « matière » de Hollande, c’est-à-dire les sujets et les thèmes obligés des relations sur ce pays. Se conforment-elles aux modèles existants – rien ne se prête mieux, en effet, au « recopiage » que le récit de voyage ? Par ailleurs, si le fait même d’écrire un récit de voyage peut être considéré en soi comme une entreprise déjà audacieuse, puisque voyager ne semble pas correspondre au stéréotype de la femme confinée dans la sphère intime, dans quelle mesure ces trois voyageuses vont-elles au-delà et laissent-elles entendre une voix particulière dans un genre qui demeure, comme le montrent nos statistiques, un genre surtout pratiqué par les hommes ?

2. Anne-Marie du Boccage (1710-1802)

  • 10 Pour les informations biographiques, voir : Grace Gill-Mark, Une femme de lettres au xviiie siècle, (...)

11Lorsque Anne-Marie du Boccage fait son voyage en Angleterre et en Hollande en 1750, elle s’est déjà acquis une réputation de femme de lettres par son imitation de Milton, Le Paradis terrestre (1748) et sa tragédie, les Amazones (1749). Quelques années plus tard, son poème épique, la Colombiade (1750), qui retrace avec force érudition la découverte de l’Amérique par Chritophe Colomb, lui apporte la gloire. Madame du Boccage ne manquait pas d’audace en se lançant dans les grands genres10.

  • 11 Grace Glll-Mark, Une femme de lettres, op. cit., p. 111.

12Ses lettres de voyage relèvent d’un genre plus léger. Elles furent également appréciées de ses contemporains et si l’on en croit Voltaire, elles étaient même « supérieures à celles de Lady Montagu ». D’après sa biographe, Grace Gill-Mark, « des juges plus éclairés se sont contentés de prédire qu’elles seraient toujours lues quand l’oubli aurait enseveli le reste de ses œuvres11 ».

  • 12 Recueil des Œuvres de Madame du Boccage [...], Lyon, chez les frères Périsse. 1762 (lettres de Holl (...)
  • 13 Anne-Marie du Boccage, Recueil des Œuvres [...], Lyon, chez les frères Périsse, 1770, t. III, Avert (...)

13Anne-Marie du Boccage adresse ces lettres de voyage à sa sœur et s’il faut l’en croire, elles n’étaient pas destinées à la publication ; elle aurait appris seulement à la fin de son voyage que sa sœur les avait toutes conservées et elle se serait donc résignée à les publier ; elles le furent en effet, en 1762, dans le Recueil des Œuvres de Madame du Boccage12 – la préface offre la « captatio benevolentiae » d’usage : les lettres sont présentées comme de « faibles esquisses », mais qui pourront stimuler le lecteur à « prendre le désir de chercher des portraits plus frappants dans les meilleurs voyageurs13 » Manifestation de la modestie féminine peut-être, mais tout aussi bien expression d’un topos propre au genre et garantissant l’authenticité du récit de voyage, un récit de voyage qui ne prétend ni à l’exhaustivité, ni à l’érudition.

  • 14 Friedrich Wolfzettel, Le discours du voyageur, op. cit.

14L’étude de Friedrich Wolfzettel qui retrace l’évolution du récit de voyage en France, du Moyen Âge au xviiie siècle14, mentionne, pour l’époque des Lumières, à côté du discours érudit, du discours éducatif, philosophique, ou scientifique, l’émergence de la subjectivité dans la littérature apodémique ; Wolfzettel en voit les premiers exemples dans les récits en vers et en prose qui apparaissent dans la seconde moitié du xviiie siècle et qui adoptent volontiers la forme épistolaire :

  • 15 Ibid., p. 300-301

C’est une littérature « intime » qui dépasse le destinataire individuel tout en restant confinée dans les limites d’une réception aussi directe que possible faite par un cercle plus ou moins étroit de connaisseurs. Le caractère manuscrit, la fiction d’une « littérature » non publiée font partie du jeu de ce genre qui est basé sur la complicité des lecteurs supposés être au courant du code ironique et capables de comprendre à demi-mot. Cette communication en cercle restreint permet une certaine désinvolture, une nonchalance affectée qui a soin de ne jamais trop approfondir les sujets et de n’instruire qu’en badinant15.

15Cette caractérisation correspond bien au type de récit de voyage écrit par Anne-Marie du Boccage, qui mêle les vers à la prose (les siens, mais aussi ceux d’amis et admirateurs) et donne à ses lettres un tour désinvolte et élégant, propre à la sphère de badinage à la mode dans les milieux mondains qu’elle fréquente. Madame du Boccage, après avoir fait ses premières armes dans les milieux littéraires de Rouen, s’installa à Paris en 1733, y poursuivit ses activités littéraires avec le succès que l’on a mentionné et ouvrit un salon fréquenté entre autres par Goldoni, Chesterfield, Samuel Johnson, Fontenelle. C’est bien dans l’atmosphère d’un cercle d’amis et d’intimes propre au salon que s’inscrivent (en dépit de leur publication ultérieure) ses lettres de voyage.

  • 16 François-Maximilien Misson, Noyage d’Italie, Utrecht, Guillaume van de Water et Jacques van Poolsum (...)

16Le séjour en Hollande, relativement court – environ quinze jours–, est relaté en trois lettres, datées de La Haye et d’Amsterdam, qui s’échelonnent du 20 juin au 4 juillet 1750. Madame du Boccage quitte La Ffaye le 8 juillet pour ensuite gagner Bruxelles, puis la France. Elle n’a pas fait la traversée Harwich Hellevoetsluis, comme le pratiquent ordinairement les voyageurs venant d’Angleterre, mais celle de Douvres-Calais. Elle suit le trajet habituel des voyageurs français, qui traversent les Pays-Bas autrichiens avant d’atteindre le territoire des Provinces-Unies et, comme eux, elle signale la décadence d’Anvers concurrencé par Amsterdam et Rotterdam. En ce qui concerne la Hollande, elle reprend les thèmes et les clichés traditionnels, attachés aux grandes étapes de l’itinéraire habituel des voyageurs français : à Rotterdam, la patrie d’Erasme, elle admire, s’inspirant de la description de Misson16, le mélange des mâts, des arbres qui bordent les canaux, des clochers, des belvédères. Delft est la ville-mausolée des princes d’Orange et des héros emblématiques de la République, des savants tels que Hugo de Groot, des amiraux comme Michel de Ruyter. La Haye, où elle a ses entrées à l’ambassade d’Angleterre, est le plus beau village de l’Europe, Leyde, la ville universitaire, est une pépinière de savants en tout genre. Haarlem mérite un arrêt pour les orgues de sa grande église. À Amsterdam, Madame du Boccage note : « Trois cent mille habitants toujours en action rassemblent par industrie les trésors des deux mondes. » La route ou plus exactement le canal qui conduit d’Amsterdam à Utrecht suscite son enthousiasme : « Oui, pour voguer aux demeures des fées, les romanciers n’imaginent point de plus riants rivages » et la ville d’Utrecht, patrie de la savante Anne-Marie Schuurman, est la dernière étape de ce périple hollandais, sans véritable surprise pour qui a pratiqué l’abondante littérature viatique consacrée à ce pays. Notons aussi l’excursion, elle aussi fort traditionnelle, dans la Hollande septentrionale, région située au nord d’Amsterdam, avec ses deux thèmes privilégiés, d’une part l’évocation du tsar Pierre le Grand venu s’initier à la construction navale à Saardam [Zaandam], d’autre part l’extrême propreté des villages de cette région :

Les rues pavées de briques y sont plus propres que la vaisselle la mieux lavée. Les femmes y transportent sur le dos leurs maris quand elles n’ont point de pantoufles à leur donner pour les empêcher de salir le plancher. On écure jusqu’aux étables à vaches, où leur queue est retroussée de peur qu’elles ne la salissent. Les servantes par toute la Hollande ne voudraient point d’un maître qui ne permettrait pas de porter le samedi tous les meubles au grenier pour laver la maison du haut en bas, et chaque jour les vitres, les murailles dedans et dehors ; on les repeint souvent, et les volets et chambranles des portes pour leur conserver un air de nouveauté, (lettre XI)

17Dans ce passage, Madame du Boccage concentre trois thèmes récurrents dans les textes des voyageurs : l’extrême propreté, la femme hollandaise régnant dans son intérieur et dominant son mari, la hiérarchie sociale relativement peu marquée entre maîtres et domestiques, trois traits emblématiques du caractère national et dont la Hollande septentrionale offrirait en quelque sorte la quintessence. Le passage est également caractéristique du style concis et aisé des lettres, parsemées de formules élégantes. Ainsi à propos des multiples activités des moulins de Saardam, on peut lire : « Ici, les machines agissent comme des hommes, et les hommes comme des machines. L’épaisse structure du peuple ne semble point faite pour penser. » Ou bien, à propos de la ponctualité des coches d’eau qui assurent le transport entre les différentes villes : « On trouve par toute la Hollande, ma chère Sœur, des barques qui partent d’heure en heure sans attendre personne. » Le dialogisme de la lettre offre l’occasion de placer des reparties spirituelles, comme on peut le voir, toujours à propos du coche d’eau : « Chacun me dit : “la tranquillité règne”, je réponds : “On en jouit encore mieux au tombeau, et nul ne veut l’y chercher”. »

  • 17 Hermann Harder le constate également à propos de ses Lettres sur l’Italie : voir Hermann Harder, Le (...)

18En ce sens, Madame du Boccage se conforme à ce qu’attend le milieu littéraire qui est le sien : rien de pesant ni d’affecté. Elle s’efforce de trouver un équilibre entre les informations sur les curiosités que l’on s’attend à voir décrites dans le pays visité et la relation plus intime de ses réactions subjectives17.

19En Hollande, même si ses origines bourgeoises lui font apprécier, en principe, les Hollandais laborieux, pratiques, doués pour les affaires, elle semble se trouver davantage dans son élément à l’ambassade d’Angleterre à La Haye. On constate une ambivalence que l’on retrouve chez d’autres Français qui admirent les valeurs bourgeoises de travail et d’économie pratiquées par les Hollandais et qui prônent leurs vertus familiales, mais, moins ouvertement, les trouvent aussi assez ennuyeuses et préfèrent une vie mondaine plus proche d’un idéal social aristocratique.

20Si l’on peut déceler dans ces lettres une certaine approche féminine, c’est peut-être dans la place accordée à sa destinataire, sa sœur, dans l’espace épistolaire. Le dialogue qu’elle instaure lui permet de revendiquer l’absence de prétention à l’érudition et de reconnaître sans complexe que certaines questions, par exemple le système politique hollandais – assez compliqué en effet – la dépassent : « Le stathouder, dont la dignité est héréditaire même jusqu’aux filles, n’y a point de voix, mais beaucoup de crédit. Il gouverne par influence ; en vain voudrais-je vous faire comprendre cette sorte d’autorité, on m’assure qu’elle se sent très vivement, et ne peut s’expliquer ». On retrouve le même parti-pris de non érudition dans l’évocation des savants de l’Université de Leyde, par exemple, le titulaire de la chaire de physique, le professeur Allemand qui « fit pour nous amuser plusieurs expériences, une entre autres sur le nouvel aimant artificiel pareil en force au naturel » (lettre XI).

  • 18 Il s’agit de Pieter Anthony de Huybert (1693-1780), seigneur de Kruiningen, littérateur néerlandais (...)

21Mais plus encore, ce dialogue crée une atmosphère de complicité affectueuse qui cautionne l’expression de la subjectivité. Ainsi peut-elle, sans affectation de fausse modestie, relater avec un mélange d’humour et de fierté, l’hommage que lui rend un vieil original hollandais qui n’aurait pas quitté sa robe de chambre depuis dix-neuf ans, le baron de Groningue18, à qui elle rend visite et qui s’exclame en la voyant : « Muse, me dit-il, mon idée sur vos traits ne vous ressemble point ; quoi ? l’étude n’a point flétri vos charmes ! qu’elle agréable surprise ! » (lettre XII). Comme quoi Madame du Boccage est tout à fait conforme à l’idéal mondain selon lequel la femme peut briller par ses talents, mais tout autant par ses agréments et son charme. Il n’en reste pas moins qu’elle est ravie lorsque le baron lui récite par cœur la moitié de sa tragédie, les Amazones. C’est sur cette scène, qui a l’avantage de la confirmer en tant que femme-auteur, qu’elle termine la relation de son séjour en Hollande. Façon de dire que la République des lettres ne connaît pas frontières, et que la mise en texte d’une expérience vécue de la mobilité et du dépaysement, sans être par elle-même un facteur d’émancipation du scripteur féminin, contribue à celle-ci.

3. Stéphanie-Félicité de Genlis (1746-1830)

  • 19 Madame de Genlis, Adèle et Théodore ou Lettres sur l’éducation contenant tous les principes relatif (...)

22Madame de Genlis a fait un court séjour dans les Provinces-Unies en 1775 en qualité de dame de compagnie de Madame de Chartres, la future duchesse d’Orléans, et de la princesse de Lamballe. Elle en fait mention dans ses Mémoires, publiés en 1825 et elle réutilise des souvenirs de ce voyage dans son roman épistolaire, Adèle et Théodore ou lettres sur l’éducation (1782)19. Il s’agit là de textes d’un statut différent de ceux de Madame du Boccage et de Louise Colet : en effet, on dispose d’une part de deux pages dans des Mémoires publiés près de cinquante ans après le voyage proprement dit, d’autre part de deux lettres fictives qui s’inspirent du voyage réel, mais rédigées néanmoins sept ans plus tard et dans lesquelles les souvenirs livresques sont plus évidents que les impressions sur le vif.

  • 20 Mémoires inédits de madame la comtesse de Genlis sur le dix-huitième siècle et la Révolution frança (...)
  • 21 La traductrice néerlandaise de Mme de Genlis, Betje Wolff se moque de ces clichés propres au voyage (...)

23Les deux pages des Mémoires se réduisent à quelques souvenirs mondains qui ne sont pas sans rappeler, par leur ton et leur esprit, les détails donnés par Madame du Boccage sur les réceptions à l’ambassade d’Angleterre à La Haye. Madame de Genlis se rappelle avec un plaisir manifeste l’empressement à son égard du prince d’Orange, qui lui fait déguster des nids d’hirondelles et passe ensuite la soirée à « faire » Orosmane tandis que Madame de Genlis récite le rôle de Zaïre20. Mais c’est un tout autre ton dans les lettres de voyage (III, lettres XXXI et XXXII) incluses dans le roman pédagogique Adèle et Théodore (1782). Il s’agit certes ici de fiction, cependant, la personnalité de Madame de Genlis qui vient à cette date d’être nommée gouverneur des enfants de la famille d’Orléans, transparaît derrière le personnage de la baronne d’Almane, éducatrice hors-pair. La description de Broek-in-Waterland, un des villages de cette Hollande septentrionale, lieu de curiosité pour les touristes, est l’objet principal de ces deux lettres. Là où Anne-Marie du Boccage avait mis l’accent sur la propreté excessive et la liberté des femmes hollandaises, mais d’un ton détaché qui tendait plutôt à souligner la bizarrerie des mœurs et l’étonnement devant l’expérience de l’altérité, la baronne d’Almane s’extasie sur une société idyllique, aux mœurs préservées, loin de la corruption des grandes villes car les femmes de Broek n’ont jamais mis les pieds à Amsterdam21.

Enfin ce village offre un tableau unique dans son genre ; tout y charme le cœur et les yeux, nul objet malheureux ou désagréable ne le gâte ; non seulement on n’y rencontre pas un pauvre mais on n’y voit pas une personne qui paraisse être dans un état peu aisé, pas un estropié, pas un vieillard infirme, pas une maison négligée ; la santé, toutes les recherches de l’aisance, toute l’élégance de l’industrie et de la propreté, la simplicité, la bonhomie, la vertu, le bonheur, voilà les biens inestimables et les images charmantes qu’on y trouve et qui jointes à la singularité piquante des habillements, des maisons et des coutumes en font un lieu d’autant plus extraordinaire qu’il n’est qu’à cent lieues de nous. (III, lettre XXXII, p. 519)

24Le choix de décrire Broek avec un certain luxe de détails fait écho au projet initial qui ouvre le roman : le baron et la baronne d’Almane quittent Paris, la ville, lieu de perdition, pour élever leurs enfants à la campagne dans leur château situé dans le Languedoc.

25Comme le souligne Isabelle Brouard-Arends dans sa préface à la toute récente édition d’Adèle et Théodore, l’espace dans ce roman est organisé comme un matériel pédagogique. L’espace hollandais en est un exemple parmi d’autres : l’itinéraire suivi par la baronne d’Almane et ses enfants correspond grosso modo à l’itinéraire traditionnel, celui de Madame du Boccage par exemple, et cependant, pour Adèle, Théodore et leur mentor, cet itinéraire n’est plus touristique, mais uniquement pédagogique. Ainsi, à Haarlem, on visite une imprimerie, on observe le polissage des diamants, on s’informe sur la culture des fleurs ; à Saardam, on visite des fabriques de papier et de corderie, à Broek on s’initie à la vertu.

26La Hollande est le lieu des arts utiles et des bonnes mœurs, et dans cette optique, elle est de loin préférable à l’Italie, comme on peut lire dans la conclusion de la lettre XXXII :

Les deux pays qui me paraissent contraster le plus entre eux sont l’Italie et la Hollande : en Italie, la nature est majestueuse et variée, elle présente partout de grands effets, d’énormes rochers, de hautes montagnes, des précipices, des cascades ; en Hollande le pays est toujours plat, uniforme, des canaux, de la verdure, de petites plantations, c’est toujours la même chose. En Italie, on trouve à chaque pas d’antiques monuments qui retracent les faits les plus anciens de l’histoire ; l’architecture moderne y est grande, noble, imposante, tout y frappe l’imagination, tout y demande du détail, de l’attention et de l’examen ; les tableaux comme le reste y sont d’un genre héroïque et sublime ; en Hollande aucun vestige de monuments, tout paraît neuf, rien n’a l’air antique ou vieux. [...] L’architecture, les arts y paraissent ignorés. Tout est agréable, mais petit et sans aucune noblesse. Les tableaux qu’on y trouve sont d’un genre précieux, mais ils sont presque toujours petits et toujours d’un petit genre, ils n’offrent que des objets ignobles ; en Italie, ils représentent des héros, des demi-dieux ; ici, ce sont des matelots ivres, des vendeuses de choux, des marchandes de poissons ; en Italie, les hommes sont vains, artificieux, paresseux ; en Hollande, ils sont bons, simples, industrieux, laborieux, ils méprisent le faste et la magnificence, (p. 520)

27À la différence de Madame du Boccage qui, en dépit de l’appréciation affichée des vertus « bourgeoises » de simplicité, de travail qu’elle reconnaît aux Hollandais, regrette le brillant mondain, la baronne d’Almane, alias Madame de Genlis, refuse ici les valeurs aristocratiques et propose un modèle bourgeois où domine l’éthique utilitaire. Les mutations du lectorat de la littérature viatique au basculement des Lumières vers le xixe siècle, et en particulier sa féminisation (qui a été notée par Katherine Turner pour l’Angleterre), jouent certainement un rôle dans l’arbitrage ainsi rendu par une écrivaine qui avait côtoyé le grand monde, mais qui devait, après la Révolution et l’Émigration, se destiner à produire pour un public sociologiquement très large.

4. Louise Colet (1810-1876)

  • 22 Maxime du Camp, Souvenirs littéraires, Paris, Aubier, 1994. Sur Louise Colet : « Son épitaphe ne se (...)
  • 23 Maxime du Camp fait au début de 1857 un voyage en Hollande qui sera publié comme celui de Louise Co (...)
  • 24 Joseph F. Jackson, Louise Colet et ses amis littéraires, New York, AMS Press, 1973, p. 244. Le voya (...)
  • 25 Ibid., p. 243. Annalisa Aruta Stampacchia mentionne également : Physionomie de la Hollande, Paris, (...)

28Louise Colet, que l’on connaît surtout par sa liaison avec Flaubert et le portrait peu flatteur qu’en trace Maxime du Camp dans ses Souvenirs littéraires22, fut cependant une femme de lettres reconnue, au salon réputé et fréquenté par les meilleurs esprits et les grands écrivains de son temps. Elle a fait un séjour en Hollande en septembre 1857 et il semble que, outre le fait que la Hollande est assez à la mode dans ces années-là23, Louise veuille se distraire – l’année 1857 est pour elle difficile du fait de la fin de sa liaison avec Vigny, de la publication de Madame Bovary, qui la blesse, de la mort de ses amis Alfred de Musset et Béranger. Mais ce voyage a aussi des buts utilitaires, comme on peut le lire dans cette lettre adressée à Victor Hugo, le 16 septembre 1857 : « J’avais affaire en Belgique pour des réimpressions d’ouvrages et en Hollande pour un travail littéraire. J’arrive de faire cette excursion, et je me trouve un peu mieux24. » D’après l’un des biographes de Louise Colet, Joseph F. Jackson, ce voyage donna matière à deux ouvrages, Physionomie de la Hollande, offerte au « Courrier de Paris », la rubrique tenue par Delphine de Girardin dans le journal La Presse fondé par son mari Émile de Girardin, et Promenade en Hollande, publié par Louis Hachette en 18 5 925. Promenade en Hollande s’ouvre d’emblée sur une motivation tout autre que celle avancée pour le voyage lui-même, et signalée dans la lettre citée ci-dessus :

Depuis environ un siècle, tout cachet d’originalité s’efface des nations comme des individus ; il est grand temps de saisir les derniers vestiges de caractère distinct que présentent encore plusieurs pays. Qui dit vestiges dit fragments ; donc ce caractère de certaines particularités qui frappent le voyageur chez quelques peuples n’a plus d’unité : partout l’empreinte uniforme (et désespérante pour celui qui aime le pittoresque et l’inattendu) des usages et des modes anglaises et françaises. [...] La Chine est ouverte ; avant peu d’années elle sera devenue européenne, c’est-à-dire anglaise et française. Le littoral de l’Afrique a vu passer et dominer tous les peuples de l’Europe sur ses rivages ; il ne reste donc plus au voyageur qui cherche des peintures de mœurs nouvelles, que l’intérieur encore sauvage et jusqu’ici presque impénétrable de cette même Afrique.

Hélas ! Ce n’est pas dans ces contrées inexplorées que nous pouvons conduire nos lecteurs ; le chemin de fer nous entraîne banalement sur des routes mille fois parcourues et décrites ; hâtons-nous de saisir dans les villes et dans les campagnes quelques signes de race et de mœurs qui nous font sentir encore que nous ne sommes ni en France ni en Angleterre, (p. 1-2)

  • 26 Wendelin Cuentner, Esquisses littéraires, op. cit., p. 32 : « [...] Point n’est besoin d’aller en A (...)

29Il s’agit de retrouver une société (ou ses vestiges) aux mœurs non corrompues par la modernité, ceci en accord avec l’historicisme et avec l’une de ses manifestations particulières, le primitivisme, dont W. Guentner signale l’importance pour le voyage et la relation de voyage aux xixe siècle26.

30Louise Colet n’adopte pas la forme épistolaire, mais offre un récit épisodique organisé en chapitres, l’itinéraire de la voyageuse structurant ces chapitres. Ici aussi, nous retrouvons l’itinéraire traditionnel et les thèmes obligés déjà mentionnés, avec une caractéristique propre aux récits de voyage en Hollande du xixe siècle, la présence de nombreuses descriptions de tableaux du Siècle d’Or hollandais. L’étude détaillée des thèmes abordés par Louise Colet dépasserait le cadre de cet article, mais on peut cependant remarquer, lorsque l’on compare ce récit de voyage à d’autres récits contemporains, deux traits distinctifs : l’attention accordée aux intérieurs hollandais décrits avec une minutie de détails peu commune et dans un tout autre ordre d’idées, les points de vue positifs à l’égard de la communauté juive qui contrastent singulièrement avec l’antisémitisme latent de nombreux autres récits de voyage. Mais davantage que ces aspects thématiques, on soulignera la façon dont Louise Colet exploite la structure ouverte du récit de voyage, propre à faire entendre d’autres voix, pour y insérer des textes de nature diverse.

31Ainsi n’ayant pu faire l’excursion projetée en Hollande septentrionale où elle aurait pu trouver ces mœurs originelles qu’elle prétendait chercher, elle insère l’extrait d’un rapport d’un haut fonctionnaire français sur les habitants de cette région et quelques pages du journal de voyage d’une amie (les deux documents datent du début du siècle), mêlant donc éléments documentaires et anecdotiques, et répondant également au but affiché dans les premières pages de son texte. On trouve également des documents d’archives, ainsi une lettre d’un bourgeois d’Anvers du xvie siècle qui donne une pointe d’érudition à ce récit de voyage qui, par ailleurs, mentionne nombre d’anecdotes historiques, faisant partie de la « matière » de Hollande : les quelques pièces d’archives exhumées ici et là sont le garant de leur sérieux et de leur authenticité.

32Louise Colet insère également ses poésies, des vers consacrés aux scènes observées pendant son voyage : sur le palais de la reine et le bois de La Haye, le jardin zoologique d’Amsterdam, l’Institut des jeunes aveugles, une promenade réputée d’Utrecht, une vieille femme aperçue de la fenêtre du chemin de fer. Renouerait-elle avec la tradition du voyage en prose et en vers du xviie siècle et pratiqué également par Madame du Boccage ? Il semble aussi qu’elle veuille s’affirmer et être reconnue en tant que poète. N’a-t-elle pas offert à La Haye au secrétaire de la reine, un volume de ses poèmes couronnés par l’Académie française (p. 124) ? Et elle étale cette soif de reconnaissance quelque peu naïvement en se mettant en scène dans les derniers vers du poème consacré au jardin zoologique d’Amsterdam :

Dans l’allée où le monde afflue
Je m’avance au bras du docteur ;
On m’examine, on le salue
D’un coup d’œil interrogateur.

« C’est une princesse en voyage ! »
Disent les promeneurs entre eux.
Au poète rendant hommage,
Ah ! qu’ils me flatteraient bien mieux ! (p. 208)

33Les scènes observées du train, dans la rue éveillent son imagination si bien que la relation de voyage devient un réservoir de sujets éventuellement exploitables pour des œuvres ultérieures : c’est ainsi qu’une jeune fille aperçue dans l’encadrement de la fenêtre d’un moulin dans les environs de Rotterdam, lui suggère un titre de roman, Un drame dans un moulin à vent (p. 107).

  • 27 Annalisa Aruta Stampacchia, op. cit., p. 16 et p. 204-205, n. 4.

34Elle ne se borne pas à ces brèves notations car elle insère également deux longues histoires sentimentales, celle des deux jolies filles de Rotterdam et son pendant, celle du jeune homme qui se suicide à la suite d’un chagrin d’amour à Leyde. Ces histoires sont rapportées dans une perspective dialogique. Louise Colet met en scène les conteurs, ses hôtes et elle-même, avec ses questions et ses commentaires, interrompt à diverses reprises le récit pour ménager le suspense. Il est possible que ces histoires s’appuient sur des faits authentiques, mais, comme le note Annalisa Aruta-Stampacchia, ces intermèdes narratifs sont très semblables aux contes sentimentaux et tragiques que Louise Colet a publiés dans les keepsakes français entre 1835 et 184 827. La thématique de ces deux récits insérés est celle que l’on trouve dans les œuvres qu’elle a écrites à cette période de sa vie et en particulier celles où elle dénonce les causes de l’aliénation féminine, par exemple Mme du Châtelet (1854), Une histoire de soldat (1856) ou La Servante (1854). Les deux jolies filles de Rotterdam, qui attendent patiemment pendant 15 ans le retour de leurs fiancés partis aux Indes Orientales chercher fortune et aventure, incarnent le destin féminin voué aux espaces clos tandis que l’homme peut conquérir le monde : « A nous le foyer, à vous le monde » (p. 76). L’histoire personnelle de Louise Colet et de Flaubert apparaît également en filigrane dans l’évocation des belles-mères jalouses qui ont tout fait pour éloigner leurs fils de leurs fiancées.

35Mais si Louise Colet dénonce avec vigueur la dépendance de la femme, elle recourt aux stéréotypes véhiculés par l’idéologie de son époque : beauté physique de ses héroïnes, destin marqué par la souffrance, dévouement total, importance exclusive accordée à l’amour. L’histoire du jeune étudiant de Leyde mort par amour présente les mêmes ambiguïtés. Sulpicia, la jeune fille coquette et capricieuse qui avait promis de l’épouser, refuse de le revoir lorsqu’un accident l’a rendu borgne. Désespéré, le jeune homme se suicide et Sulpicia épouse un autre prétendant. Aux reproches faits par un ami, elle rétorque froidement : «Croyez-vousvous que si j’avais perdu un œil, il aurait voulu de moi ? » (p. 176).

36La conclusion tirée par le conteur apporte un point de vue favorable à la cause des femmes : « Peut-être avait-elle raison. À force d’égoïstes injustices et d’abandons amoncelés par nous depuis des siècles, nous avons fini par apprendre aux femmes à réfléchir et à pratiquer la loi du talion ; la crainte d’être dupe de son cœur fait qu’on dessèche sa vie ». Mais la réplique de Louise Colet (« Ce dessèchement qui supprime l’amour met à sa place une fertilité tranquille [...] N’avez-vous pas vu tantôt cette jeune femme au cœur froid ? elle avait l’air d’une mère radieuse ») rappelle l’importance accordée à la maternité et à l’amour maternel dans la construction de l’image de la femme. L’activité intellectuelle n’est pas envisagée et elle est même ridiculisée dans le portrait de la mère de Sulpicia, toute absorbée dans ses savants travaux sur les insectes et véritable caricature de la femme qui se voue à l’étude et néglige l’éducation de sa fille, favorisant ainsi le caprice et la sécheresse de coeur de cette dernière.

  • 28 Comme l’a analysé Marie-Claude Schapira dans son article « Peut-on encore lire La Servante de Louis (...)

37Cette pluralité de textes et de voix fait de ce récit de voyage un ensemble composite où se conjuguent un discours aux ambitions documentaires voire érudites et une rhétorique romanesque et sentimentale offrant un discours paradoxal sur la femme, un discours ambivalent tel que l’on peut le trouver dans les œuvres romanesques et poétiques de Louise Colet28.

38Dans ces trois récits de voyage, on retrouve naturellement la thématique de la « matière » de Hollande, avec les inflexions dues à l’idéologie et à la perception différente de l’altérité propres à chaque époque envisagée. Mais la caractéristique récurrente de ces trois textes est semble-t-il la volonté des trois femmes-auteurs déjà reconnues qui les publient d’affirmer leur compétence de femmes de lettres à l’intérieur même de la narration, en exploitant des dispositifs variés dans l’énonciation ou en choisissant soigneusement des anecdotes appropriées.

39Madame du Boccage rédige des lettres de voyage qui répondent au goût des milieux littéraires qu’elle fréquente et qui s’inscrivent aussi dans un genre aux facettes multiples, la pratique de l’épistolarité ouvrant la voie à des potentialités littéraires qui seront de plus en plus exploitées au cours du siècle. Mais elle s’y manifeste aussi en poète et se met en scène comme auteur de tragédies, revendiquant ainsi les grands genres dans lesquels elle s’est illustrée.

40Madame de Genlis réutilise la dimension pédagogique reconnue de longue date au voyage, au Grand Tour en particulier, mais elle refaçonne l’itinéraire hollandais à des fins éducatives. Et ce faisant (rappelons que le roman a connu un énorme succès en France et en Europe), elle donne une visibilité dans l’espace public à l’éducatrice hors pair qu’elle estime être, et qu’elle met en scène par le biais de son alter ego, la baronne d’Almane. Louise Colet, enfin, tout en inscrivant d’emblée son récit de voyage dans une problématique chère à son époque, la recherche de sociétés « originelles », et tout en prétendant lui donner le caractère d’une enquête, semble parfois oublier ce dessein et fait de son récit de voyage le lieu propice d’une part pour afficher ses ambitions littéraires, d’autre part pour nourrir la réflexion qui l’occupe dans son œuvre.

Notes

1 Voir par exemple Karine Rance, « Voyages en terres d’exil : les émigrés et l’Europe », in Nicolas Bourguinat et Sylvain Venayre (dir.), Voyager en Europe de Humboldt à Stendhal, 1790-1840, Paris, Nouveau Monde, 2007.

2 Wendelin Guentner, Esquisses littéraires : rhétorique du spontané et récit de voyage au xixe siècle, Paris, Nizet, 1997.

3 H. Van der Tuin, « Art et littérature comparés. Voyageurs français aux Pays-Bas dans la première moitié du xixe siècle », Revue d’histoire de la philosophie et d’histoire générale de la civilisation, 15 octobre 1935, p. 360-384 ; 15 janvier 1936, p. 55-74.

4 Wendelin Guentner, Esquisses littéraires, op. cit, p. 34.

5 Katherine Turner, British Travel Writers in Europe, 1750-1800, Aldershot, Ashgate, 2001.

6 Roelof Murris, La Hollande et les Hollandais aux xviie et xviiie siècles vus par les Français, Paris, Edouard Champion, 1925.

7 Madeline Koumans, La Hollande et les Hollandais au xixe siècle vus par les Français, Maastricht, Van Aelst, 1930.

8 Bénédicte Monicat, Ltinéraires de l’écriture au féminin. Voyageuses du 19e siècle, Amsterdam, Rodopi, 1996. Outre Louise Colet, elle cite p. 14 trois femmes auteurs d’un récit de voyage en Hollande : la baronne de Montaran (1852), la marquise de Laubespin (1891) et Marie Ratazzi (1899).

9 Mme du Boccage, Mme de Genlis, Mme Vigée-Lebrun, et la baronne d’Oberkirch – mais il ne subsiste que quelques pages des souvenirs de voyage de ces deux dernières (voir Madeleine van Strien-Chardonneau, Le Voyage de Hollande : récits de voyageurs fiançais dans les Provinces-Unies, Oxford, Voltaire Foundation, 1994). Si l’on consulte l’index de l’ouvrage de Friedrich Wolfzettel, Le discours du voyageur (Paris, PUF, 1996) qui traite du récit de voyage en France du Moyen Âge au xviiie siècle, on trouve quatre noms de femmes (Madame de Lafayette, Marguerite de Navarre, Madeleine de Scudéry, Madame de Sévigné), mais qui n’ont rien à voir avec le récit de voyage.

10 Pour les informations biographiques, voir : Grace Gill-Mark, Une femme de lettres au xviiie siècle, Anne-Marie du Boccage, Paris, s.n., 1927 ; Jean-Charles Chessex, « Mme du Boccage ou la belle inconnue », TheFrench Review, 30, 1957, no 4, p. 297-302.

11 Grace Glll-Mark, Une femme de lettres, op. cit., p. 111.

12 Recueil des Œuvres de Madame du Boccage [...], Lyon, chez les frères Périsse. 1762 (lettres de Hollande : t. III, p. 79-127). Ce recueil comprend outre les lettres du voyage d’Angleterre et de Hollande (1750), celle du voyage d’Italie fait en 1757 ; ce recueil connut deux autres éditions (Lyon, chez les frères Périsse) en 1764 et 1770. Les lettres sur l’Angleterre et la Hollande ont été récemment rééditées : Anne-Marie du Boccage, Lettres sur l’Angleterre et la Hollande, Saint-Pierre-de-Salerne, Gérard Montfort, 2005.

13 Anne-Marie du Boccage, Recueil des Œuvres [...], Lyon, chez les frères Périsse, 1770, t. III, Avertissement : « Ceux qui n’ont point vu les objets dont je parle, pourront dans mes foibles esquisses, prendre le désir d’en chercher des portraits plus frappants dans les meilleurs Voyageurs ; & ceux qui les connoissent par eux-mêmes, ne seront peut-être pas fâchés de se les rappeller avec moi. »

14 Friedrich Wolfzettel, Le discours du voyageur, op. cit.

15 Ibid., p. 300-301

16 François-Maximilien Misson, Noyage d’Italie, Utrecht, Guillaume van de Water et Jacques van Poolsum, 1722, 4 vol., t. I, p. 7, évoque « la confusion [...] des faîtes des maisons, du branchage des arbres et des flammes des mâts ».

17 Hermann Harder le constate également à propos de ses Lettres sur l’Italie : voir Hermann Harder, Le Président De Brosses et le voyage en Italie au dix-huitième siècle, Genève, Slatkine, 1981, p. 138.

18 Il s’agit de Pieter Anthony de Huybert (1693-1780), seigneur de Kruiningen, littérateur néerlandais, ami de Lord Chesterfïeld que Madame du Boccage avait rencontré à Londres et qui l’avait recommandée auprès du « baron de Groningue ».

19 Madame de Genlis, Adèle et Théodore ou Lettres sur l’éducation contenant tous les principes relatifs aux trois différents plans d’éducation des Princes et des jeunes personnes de l’un et l’autre sexe, éd. d’Isabelle Brouard-Arends, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006.

20 Mémoires inédits de madame la comtesse de Genlis sur le dix-huitième siècle et la Révolution française depuis 1756jusqu’à nos jours, Bruxelles, Ladvocat, 1825, t. 6, p. 187-188.

21 La traductrice néerlandaise de Mme de Genlis, Betje Wolff se moque de ces clichés propres au voyage de Hollande (des Français) : « Eh oui, ma chère Comtesse, c’est ce que l’on dit, lorsqu’on a passé une heure ou deux dans un endroit et que l’on ne connaît pas la langue des habitants et qu’on ne s’en fait pas comprendre. » (Madame de Genlis, Adele en Lheodoor : of brieven over de opvoeding [...], La Haye, Isaac van Cleef, 3 vol., ici t. III, p. 64, note 20)

22 Maxime du Camp, Souvenirs littéraires, Paris, Aubier, 1994. Sur Louise Colet : « Son épitaphe ne serait pas longue : Ici gît celle qui a compromis Victor Cousin, ridiculisé Alfred de Musset, vilipendé Gustave Flaubert et tenté d’assassiner Alphonse Karr : Requesciat in pace ! » (p. 531).

23 Maxime du Camp fait au début de 1857 un voyage en Hollande qui sera publié comme celui de Louise Colet en 1859.

24 Joseph F. Jackson, Louise Colet et ses amis littéraires, New York, AMS Press, 1973, p. 244. Le voyage dut être relativement court puisqu’au tout début de la relation, notre voyageuse mentionne qu elle se trouve à Bruxelles « par une radieuse journée du commencement de septembre » (p. 3).

25 Ibid., p. 243. Annalisa Aruta Stampacchia mentionne également : Physionomie de la Hollande, Paris, imprimerie de Dubuisson, s.d., in : Lettres inédites de Louise Colet à Honoré Clair (1839-1871), éd. d’Annalisa Aruta Stampacchia, Clermont-Ferrand, Cahiers d’études sur les correspondances du xixe siècle, 9, 1999, p. 304-205, note 4.

26 Wendelin Cuentner, Esquisses littéraires, op. cit., p. 32 : « [...] Point n’est besoin d’aller en Amérique, aux Indes ou à Tahiti. Par leur retard sur le développement industriel, l’Italie, l’Ecosse, la Suisse, l’Afrique du Nord, et en France, la Bretagne et les Pyrénées, offraient au voyageur des sociétés propres à satisfaire sa curiosité à l’égard de “l’homme primitif” ». Nous pouvons rajouter la Hollande (qui elle aussi connaissait un certain retard de l’industrialisation) à cette liste.

27 Annalisa Aruta Stampacchia, op. cit., p. 16 et p. 204-205, n. 4.

28 Comme l’a analysé Marie-Claude Schapira dans son article « Peut-on encore lire La Servante de Louise Colet ? », in Roger Bellet (dit.), Femmes de lettres au xixe siècle : autour de Louise Colet, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1982, p. 59-79.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540