Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le voyage au féminin

 | 
Nicolas Bourguinat

Présentation

Voyage et genre, une interrogation renouvelée

Nicolas Bourguinat

Texte intégral

  • 1 Bénédicte Monicat, Itinéraires de l’écriture au féminin. Voyageuses du 19e siècle, Amsterdam et At (...)

1Le paradigme du genre ne s’est invité que récemment dans l’historiographie du voyage et des contacts ou transferts culturels, le plus souvent à travers des problématiques issues de la postcolonial theory anglo-américaine. C’est la raison pour laquelle on le rencontre surtout à l’œuvre dans les analyses de l’expérience et du regard des voyageuses arpentant l’Orient des xviiie et xixe siècles, et à un degré moindre des voyageuses parties à la découverte des colonies françaises et anglaises du xixe siècle, notamment sur le continent africain. Rappelons-en ici les principaux résultats, pour lesquels l’ouvrage de Bénédicte Monicat, Itinéraires de l’écriture au féminin, jusqu’à ce jour seul disponible en français sur cette question, a plus ou moins valeur de synthèse1. D’abord, la recherche a souligné l’ambiguïté de ce regard féminin, porteur du préjugé de domination occidental et simultanément caractérisé par une forme d’empathie pour l’Autre en tant que dominé et spécialement pour la femme autochtone ou indigène en tant que victime d’une double sujétion. Ensuite, la recherche a mis en évidence que, grâce à l’écriture du voyage prise comme passe-temps ou comme témoignage, et grâce à la pratique même du voyage avec ses épreuves et ses difficultés, les femmes concernées accédaient à une forme de visibilité dans l’espace public, à une manière de considération pour soi, et à un itinéraire de redécouverte de soi comme sujet. L’emblème pourrait en être Flora Tristan dont l’un des titres, les Pérégrinations d’une paria, est en lui-même suffisamment significatif, surtout si on le met en parallèle avec un bref opuscule inspiré lui aussi de son voyage au Pérou et intitulé Nécessité de faire un bon accueil aux femmes étrangères.

  • 2 Certains ont suscité des réactions critiques assez vives, comme par exemple : Inderpal Grewal, Hom (...)
  • 3 Parmi les publications récentes : Marie-Elise Palmier-Châtelain et Pauline Lavagne d’Ortigue (dir. (...)
  • 4 La bibliographie est en effet importante pour les travaux portant sur la peinture orientaliste, au (...)
  • 5 Le séjour de l’auteur dans l’Empire ottoman datait lui-même de 1717-1718. Voir Lady Mary Montagu, (...)
  • 6 Voir par exemple quelques contributions récentes comme Eve-Marie Wagner, « Un jardin en Avignon (1 (...)
  • 7 Ces textes longtemps oubliés ont été réexhumés récemment par Reina Lewis, Rethinking Orientalism. (...)
  • 8 Voir l’étude de Penelope Tuson, Playing the Game. Western Women in Arabia, Londres, Tauris, 2003.

2Le premier point peut être considéré aujourd’hui comme un acquis de la recherche en histoire et en sciences sociales, bien qu’il fasse lui-même l’objet de luttes d’appropriation et d’interprétation. Dans le monde anglophone, l’influence acquise par l’ouvrage d’Edward Said, L’Orientalisme, depuis sa première publication en 1978 s’est conjuguée avec la vogue des théories déconstructionnistes pour inspirer de très nombreux et très vastes travaux2. La complexité du dossier en est aussi devenue plus grande. Un bref aperçu peut en être donné en évoquant succinctement ici l’état des travaux sur la formation des stéréotypes attachés à la femme orientale3, où la contribution des voyageurs et voyageuses n’est d’ailleurs pas moins sollicitée que celle de l’imagerie et de la culture visuelle4, voire celle de la science des religions. Il est symbolique, dans une certaine mesure, que les controverses se soient nouées dès les premiers temps de la genèse d’une tradition littéraire du voyage en Orient autour de la contribution d’une femme, Lady Montagu, la première à avoir revendiqué une compréhension de l’intérieur de la situation de la femme ottomane du fait de son affinité de sexe avec celle-ci. Or, c’est un point trop souvent oublié, à compter de leur publication en 1763, les Lettres Turques furent doublement fondatrices pour la constitution du harem et du bain turc en objets de discours5. Elles le furent à la fois par leur succès éditorial et simultanément par leur prétention critique et normative à l’égard de la littérature viatique préexistante, tout spécialement celle des marchands et des diplomates. Et elles furent immédiatement et âprement contestées par d’autres témoins et interprètes des rapports de genre dans le monde musulman (ne citons que Lady Craven, côté anglais, ou le baron de Tott, côté français)6, tout en figurant toujours en bonne place dans le bagage des lectures qui contribuaient à informer le regard des voyageurs du xixe siècle (Lamartine et Nerval la citent, notamment). La recherche a permis de montrer que par la suite, d’autres voyageuses avaient perpétué ou prolongé la vision de Lady Montagu, et souligné que le voile et le harem ne fonctionnaient pas pour la femme ottomane comme un système de claustration, mais au contraire servaient à définir une aire de liberté, une sphère féminine préservée. À partir du dernier tiers du xixe siècle, les voix féminines qui proposaient ces lectures alternatives de la situation de la femme musulmane étaient devenues assez nombreuses, depuis réflexions pré-ethnographiques des missionnaires jusqu’aux témoignages des premières scientifiques (actives dans l’archéologie ou l’exégèse biblique) telles qu’Amelia Edwards ou Anne Blunt, sans parler des artistes et des poétesses « orientales » elles-mêmes comme Demetra Vaka Brown ou Halide Edib7. Au xxe siècle encore, notamment entre les deux guerres, des voyageuses occidentales comme la missionnaire protestante américaine Rosetta Forbes et l’épouse de diplomate britannique Mary Curzon parcourent la péninsule arabique tantôt en épousant, tantôt en subvertissant la distribution des rôles sexuels que le préjugé colonial commande en terre d’islam8.

  • 9 Voir par exemple, à propos du regard sur les femmes tahitiennes : Jean-François Staszak, Géographi (...)
  • 10 Voir par exemple Gustave Flaubert, Voyage en Orient, éd. de Claudine Gothot-Mersch, Paris, Gallima (...)

3Mais parallèlement, il n’y a pas de doute qu’il a bien existé historiquement un prisme orientaliste à travers lequel les voyageurs mâles percevaient l’Orient comme le domaine par excellence de la femme-objet. Soustraite aux regards peut-être, mais soumise, simplement et bêtement soumise au désir, leur désir. Des parallèles seraient d’ailleurs possibles avec la formation des stéréotypes de la femme « exotique » des colonies de l’Extrême-Orient et de la Polynésie, dans lesquels les relations de voyages des marins et des colonisateurs ont eu bien sûr toute leur part (ainsi à travers les thèmes de la passivité, de la sensualité, de l’animalité de la femme indigène), mais les différences sont sans doute plus grandes qu’on ne l’imagine9. Pour s’en tenir à l’Orient musulman, il n’est pour s’en convaincre que de relire certaines pages des carnets du Voyage en Orient de Flaubert, où le voyageur chronique ses aventures sexuelles, des pages qui avaient à juste titre frappé Edward Said, et force est de reconnaître qu’elles ne peuvent être relues aujourd’hui sans un réel sentiment de malaise10. Il sera aisé de vérifier ici, avec l’Afrique du Nord française qui fait l’objet de la contribution de Rebecca Rogers, que la constitution de l’Autre comme sujet n’est pas une mince affaire, lorsqu’il s’agit d’une population féminine musulmane et colonisée, y compris pour des femmes « classées » a priori féministes et progressistes. Mais un aspect très neuf et très surprenant de cette question apparaîtra aussi au lecteur à travers la construction de soi, âme et corps confondus, par la poétesse Anna de Noailles. Celle-ci s’opère en référence à un Orient rêvé dans lequel les réminiscences d’une lignée familiale et d’un voyage d’enfance accompli en 1887 sont nourries et balancées, tour à tour, par les plus subtiles références de la culture visuelle, poétique et scientifique de l’orientalisme français du xixe siècle.

  • 11 Voir sur ces points la synthèse pionnière en français d’une Michelle Perrot, « Sortir », in Michel (...)

4Quant au second point, le voyage féminin comme source d’une redécouverte de soi, on observera d’abord que plusieurs aspects des apprentissages rendus nécessaires par l’expérience viatique, à travers les difficultés et les complications de l’existence matérielle, restent d’un abord indispensable au chercheur. De là dérive en effet le processus de réhabilitation de soi et éventuellement de reconstruction de soi comme sujet auquel le voyage féminin peut conduire11. Il est donc souhaitable de ne pas se contenter d’une histoire de l’écriture viatique comme système de représentations et comme code de mise en texte, mais au contraire de garder le souci d’analyser les épreuves, les étapes, tout ce qui fait le concret d’un itinéraire parsemé d’observations et de contacts. Il faut s’interroger ensuite sur l’émergence d’un « je » féminin à travers l’écriture, d’abord jugé haïssable, puis « je » de modestie, puis s’imposant peu à peu comme un « moi » et accompagnant le retour sur elle-même qu’effectue la femme voyageuse. De là se pose aussi nécessairement le problème du regard porté sur les autres femmes, généralement tenues à distance ou laissées dans le non-dit de la littérature de voyage masculine. Dans les témoignages féminins du xixe-xxe siècle que rassemble le présent recueil, ces femmes autochtones ou indigènes peuvent figurer à titre de connaissances et en termes de réseaux, contribuant ainsi à la constitution de la voyageuse comme enquêtrice plutôt que comme dilettante. Mais il est clair aussi qu’elles restent souvent perçues et conçues à travers le prisme du foyer : soit quelles s’imposent comme maîtresses d’intérieurs sains et ordonnés (dans la Hollande du tournant des Lumières traitée ici par Madeleine van Strien à travers les séjours de Mme du Boccage et de Mme de Genlis), soit que, femmes libres ou en voie de l’être, elles bousculent les conceptions préétablies d’une voyageuse qui a malgré elle les mains liées et le regard déformé par sa propre idéologie domestique (aux États-Unis du temps de la Progressive Era évoqués ici par Anne-Caroline Sieffert à travers le cas de la journaliste Thérèse Bentzon).

  • 12 Telle nous semble en effet la définition la plus pertinente du paradigme du « gender » en français (...)
  • 13 On se réfère entre autres à Marc Crépon, Les géographies de l’esprit. Enquête sur la caractérisati (...)
  • 14 Dont on rappellera l’ouvrage : Denise Brahimi, Requiem pour Isabelle, Paris, Publisud, 1983.

5En somme, il faut donc partir de ces « acquis » dans une perspective critique, et non y aboutir avec pour résultat prévisible la réitération paresseuse de conclusions toujours semblables. La journée d’étude dont ce livre est issu, tenue à Strasbourg le 10 novembre 2006 dans le cadre des activités de l’EA 3400 de la Faculté des Sciences Historiques (et plus précisément de la composante « Mobilités, Échanges, Transferts »), souhaitait confronter ces éclairages avec des sujets allant des Lumières jusqu’à l’époque contemporaine, choisis dans le champ géographique le plus large possible, et permettant de reformuler la question des rapports entre voyage et « construction sociale et culturelle de la différence des sexes »12. Le groupe s’était efforcé de faire se rencontrer ce qui relève du corpus du voyage en Orient et des séjours « outre-mer » avec ce qui relève de l’expérience touristique dans les limites de l’espace national, ou à l’échelle de l’Europe et de ses marges. En effet, comme l’ont montré de nombreuses études, l’Europe du xixe siècle et de la première moitié du xxe siècle est elle-même traversée dans ses représentations par un rapport centre/périphérie, un rapport autrefois rendu « pensable » à travers les hésitations d’une géographie de l’esprit, c’est-à-dire à travers les dilemmes d’une hiérarchisation ou d’une gradation des civilisations, et tournant désormais à la mise à distance, avec un tour volontiers biologique ou racialiste13. Ce rapport, il peut être fructueux d’en découvrir le visage ou la version donnés par les parcours et les mobilités féminins, dont l’un des plus célèbres fut par exemple, pour le monde anglo-saxon la relation de voyage en Yougoslavie parue en pleine seconde guerre mondiale qu’était l’ouvrage de Rebecca West, Black Lamb and Grey Falcon. L’analyse fournie ici par Rebecca Rogers montre avec brio que face à la domination coloniale, le regard féminin ne peut s’abstraire de toute composante nationaliste et se défaire de toute convergence avec les doctrines impériales, l’état des savoirs scientifiques, les habitus de l’administration de sa propre métropole d’origine. Et un peu plus près de nous, les ambiguïtés du regard d’Isabelle Eberhardt sur l’Afrique du Nord et ses sociétés pourraient être mobilisées dans le même sens, ainsi que le rappelle ici l’article de Denise Brahimi14. N’en irait-il pas de même si l’on parvenait à analyser la position des voyageuses françaises dans les périphéries de l’espace national telles que la Bretagne ou l’Alsace, dont l’image (affligée de niaiserie ou bien voilée de noir) est en cours de construction dans la France de la IIIe République ? Il y a là certainement un terrain de réflexion encore balbutiant mais riche de pistes pour l’avenir.

  • 15 Voir sur ce point Daniel Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité d (...)
  • 16 Pensons par exemple à l’édition critique récente de deux récits de la fin du xviiie siècle, Two vo (...)
  • 17 À propos des femmes dans l’Empire britannique, voir ainsi Deirdre Coleman (éd.), Women Writing Hom (...)
  • 18 Voir Katherine Turner, British Travel Writers in Europe, 1750-1800. Authorship, Gender and Nationa (...)
  • 19 Voir l’étude très récente de Maria Hanna Mackowiecka, The Theme of« Departure » in Women’s Travel (...)
  • 20 Lettre de Dorothea Schlegel à Rahel Varnhagen, 1792, citée par Marie-Claire Hoock-Demarle, La rage (...)

6À côté des catégories usuelles (voyage de formation, d’études, de loisir), il nous semblait aussi souhaitable de pouvoir retrouver le voyage dans sa diversité, en incluant les aspects genrés et l’impact sur les rôles familiaux et sexuels d’expériences telles que l’exil politique et les migrations de travail. Car il est manifeste que le traitement du voyage comme objet d’étude ne doit pas se laisser emprisonner par ces catégories dites « usuelles » et qu’il faut savoir y intégrer toutes les formes de mobilités15, même subies de façon totale ou partielle. Pour ce qui est des femmes, pensons seulement à l’Émigration nobiliaire, aux déplacements des temps de guerre, ou même aux missions religieuses et humanitaires16. Pour être complet, il faudrait même accepter de prendre en compte les correspondances échangées avec leur famille ou leurs amis par des femmes déplacées loin de chez elles, le plus souvent pour suivre un époux homme d’affaires, marchand ou clergyman. Elles constituent une sorte d’infra-littérature de voyage, intimement liée à celle-ci puisque la relation féminine du voyage a pris longtemps la forme épistolaire17. Cela participait des topoï discursifs justifiant la prise de parole et l’accession à l’acte d’écrire, car celui-ci n’avait rien de spontané ni de facile, même dans la phase de vive augmentation des publications féminines que Katherine Turner identifie dans la Grande-Bretagne des années 1770-1800 et que Marie-Claire Hoock-Demarle fixe, de son côté, à 1795-1815 pour le monde germanique18. Il fallait parer à l’accusation de négliger ses devoirs familiaux et de sortir de ses attributions « naturelles », bien prévisible en ce temps de déferlement d’une littérature morale et didactique favorable à l’« idéologie domestique ». D’où les dispositifs mettant en scène à la fois le moment du départ et le stade de l’énonciation19. On n’a fait qu’accompagner un époux, on n’a de toute façon jamais quitté son foyer par l’esprit (et la lettre n’est-elle pas alors la preuve la plus tangible que le lien n’était pas rompu ?). Et d’autre part, on n’avait pas l’intention immodeste de publier ces textes de circonstance, on n’y prendra d’ailleurs pas la parole à titre personnel, mais on y évitera au contraire toute prise de position trop tranchée, trop individuelle – dans ce cas, la correspondance privée laisse (par rapport au récit de voyage classique) une liberté de ton et une marge d’appréciation plus facilement tolérables, autant face à la censure policière, là où elle existe, que face à celle de l’opinion. Par exemple, les voyageuses allemandes libérales de l’époque révolutionnaire en profitent pour laisser percer leur antipathie pour l’Ancien Régime, comme Dorothea Schlegel, en déplacement dans la principauté de Rheinsberg : « Ici, les gens vivent entièrement de et par le prince... On est écœuré de ce pouvoir, de cette richesse insensée » – avant de feindre de s’excuser d’avoir malmené les conventions génériques de la relation de voyage auprès de son interlocutrice, Rahel Varnhagen : « Pardonnez-moi mon ardeur, chère aristocrate, vous deviez en fait n’avoir que la description de Rheinsberg20. » Dans l’ensemble, d’ailleurs, les écritures féminines du voyage de cette période pionnière ne manquaient pas de jouer de ces règles de bienséance, ainsi qu’en témoigne cette déclaration liminaire d’Anna-Maria Falconbridge dans sa préface :

  • 21 Anna-Maria Falconbridge, Two voyages to Sierra Leone, in Deirdre Coleman (éd.), Maiden Voyagges an (...)

L’auteure [authoress] n’imitera pas ici la coutume qui a prévalu jusqu’ici en assurant au public que les lettres qui suivent ont été écrites sans aucun dessein ni aucune intention d’être un jour livrées au monde. Au contraire, elle confesse naïvement avoir eu quelque idée de ce genre lorsqu’elle les écrivit, quoique son esprit ne se fût pas totalement fait à cette affaire jusqu’à ce que, vers le début d’avril, non, quelques temps avant, prenant conscience de l’incapacité de sa plume [inability of her pen], elle eût réellement renoncé à toute idée de les publier, avec une détermination que rien n’aurait sans doute entamé si sa volonté n’avait pas été combattue victorieusement par l’insistance de ses amis21.

  • 22 On pense en particulier à Katherine Turner, British Travel Writers in Europe, op. cit., et à Eliza (...)
  • 23 Voir Gilles Bertrand, « Le voyage patriotique dans la France des années 1760-1820 », in Alain Cuyo (...)
  • 24 Voir Maurice Garçon (éd.), Voyage d’une Hollandaise en France en 1819, Paris, Jean-Jacques Pauvert (...)
  • 25 Catherina A. Hinde, Journal of a Tour made in Italy in the Winter of the Years 1819 and 1820, éd. (...)

7Si ce recueil est effectivement dominé par la figure du voyage lettré ou littéraire, et s’il est vrai en général que les femmes voyageuses qui y sont évoquées sont pour une large proportion issues de milieux aisés ou privilégiés, nous espérons donc qu’il s’inscrira dans la lignée d’une recherche à plus long terme dans laquelle on n’écartera a priori aucun groupe social ni aucune population. Des travaux de qualité ont étudié ces dernières années comment s’opérait, de la Renaissance au xviiie siècle, la montée en puissance d’une voix (d’une voie ?) féminine dans l’écriture du voyage22. Il a été noté qu’elle s’inscrivait en contradiction avec la tradition du voyage aristocratique, qui assumait son caractère extravagant ou « sentimental » (et qui ne donnait lieu qu’à un faible nombre de relations imprimées), et qu'elle revendiquait un caractère concret et utilitaire, à travers une attention bien dosée (c’est-à-dire évitant l’anecdote et le sensationnel) au détail des mœurs et des coutumes, voire à travers l’aspect familial de l’entreprise viatique elle-même. Et ce recueil offrira plusieurs occasions de vérifier jusqu’à quel point elle avait partie liée avec la consolidation des identités nationales et avec la perspective du « voyage patriotique » chère à un auteur comme Gilles Bertrand23. L’attention portée par les voyageuses issues de l’Europe protestante au problème de l’intolérance religieuse, et aux excès dévots du catholicisme méridional en est un exemple parmi d’autres. Une Hollandaise riche et cultivée comme Henrica van Tets, qui donne de la France de 1819 un tableau classique où ne manque aucun détail d’architecture, ne se prive par exemple pas de rappeler l’actualité récente, et de souligner l’intensité du ressentiment antiréformé régnant dans le Midi lorsqu’elle visite Toulouse, et que son valet de place s’affiche « encore intimement persuadé que Calas avait assassiné son fils24 » Les Anglaises qui visitaient l’Italie décochaient aussi régulièrement, et plus souvent sans doute que les voyageurs mâles, des flèches destinées aux masses superstitieuses, par exemple Catherina Hinde, ironique face à la fréquentation des confessionnaux, perplexe devant ce Duomo de Milan noir de monde, en ce jour de la Toussaint 1819, et lâchant à ce propos : « [...] Agenouillés à même les dalles et supposément en prière, mais braquant leur regard dans toutes les directions et bavardant perpétuellement avec leurs proches voisins, au point que je doute fort que la religion soit le principal motif qui attire de telles ouailles25. »

  • 26 Cité par Isabelle Laboulais, « Préface » à Mlle de Mortemart, Un merveilleux voyage. Le journal d’ (...)

8Mais l’ascension d’une écriture féminine du voyage a aussi à voir avec l’histoire de la subjectivité occidentale, et plus particulièrement pour ce qui est du tournant des Lumières au romantisme, avec la naissance de l’intime et de l’exploration de soi. À mesure que la pratique du voyage s’élargissait sociologiquement, la mise en texte de l’expérience viatique tendait en effet elle aussi à se diffuser, au moins sous la forme d’une prise de notes quotidienne se superposant à la correspondance familiale et amicale. À l’exemple de ce qui était encouragé pour les jeunes gens du Grand Tour, les voyageuses étaient poussées vers cet exercice jugé très formateur. Ainsi dans Le Voyageur (1800), Mme de Genlis suggère-t-elle à « tous ceux qui veulent voyager avec fruit » de ne pas s’en tenir à des notes prises le soir, mais à emporter ses carnets sur le lieu même des visites. « Pour bien faire un journal, il ne suffit pas d’écrire chaque soir ce qu’on a vu dans la journée, il faut encore faire des notes particulières sur un souvenir, toutes les fois qu’on voit une chose digne de remarque ; par exemple, si dans une matinée on visite plusieurs églises, on confondra sûrement les tableaux et les monuments qui s’y trouvent [...]26. » S’ils n’évoquaient pas directement, comme l’indique le titre laissé au masculin, les femmes voyageuses, les propos de Mme de Genlis ne pouvaient pas ne pas atteindre le lectorat féminin, qui était une importante partie de son public, et vu son prestige d’écrivain et de moraliste à son retour d’Émigration, ils ne pouvaient pas ne pas avoir pour celui-ci une valeur prescriptive.

  • 27 Voir par exemple Christine Bard (dir.), Le genre des territoires : féminin, masculin, neutre, Ange (...)
  • 28 Shirley Foster, Across New Worlds, op. cit., p. 174.

9En quoi donc, en somme, une écriture féminine du voyage peut-elle s’affirmer, au moins tacitement, voire parfois silencieusement, comme spécifique, des Lumières jusqu’au second xixe siècle ? C’est d’abord en revendiquant pour la voyageuse des domaines de curiosité propres, bien sûr, la famille et les mœurs en particulier, mais c’est aussi à travers des dispositifs de l’énonciation et de la description : comme on l’a vu, la différence des sexes est à l’œuvre dans la justification de l’entreprise viatique elle-même, et elle l’est aussi dans sa construction (épistolaire ou narrative, celle-ci était avant tout très libre, et cette facilité de composition a joué un rôle incitatif pour les plumes féminines). Elle l’est encore, très certainement, dans l’application du regard sur l’espace, les hommes et les femmes, les choses. Et fort probablement, elle est à l’œuvre face aux catégories esthétiques canoniques telles que le beau, le pittoresque, la couleur locale. À terme d’ailleurs, il faudrait envisager le vécu genré des voyages en relation avec la géographie culturelle et les dispositifs de marquage sexué des espaces que celle-ci a mis en lumière ces dernières années27. Comme l’a observé Shirley Foster, il serait imprudent et probablement infructueux de postuler « l’existence d’une tradition distinctivement féminine du récit de voyage28 » Chacune des contributions réunies ici s’efforce en tout cas d’explorer ces différentes voies et de traquer la spécificité d’une approche féminine de l’expérience de la mobilité, des paysages et des peuples ou personnages rencontrés : ainsi dans le cas de traditions ou « matières » de voyage aussi bien établies que celle de la Hollande industrieuse et bourgeoise (que Madeleine van Strien tente d’approcher à travers trois femmes-auteurs françaises) et celle de la Suisse des glaciers et des alpages (que je m’efforce de lire à travers l’expérience d’une femme amoureuse en rupture vis-à-vis du grand monde, la comtesse Marie d’Agoult). C’est aussi le cas pour le voyage aux États-Unis, un domaine beaucoup moins bien connu que les précédents et qui n’est balisé que par un nombre restreint de travaux, où Anne-Caroline Sieffert suit les pas de Thérèse Bentzon, une collaboratrice de la Revue des Deux Mondes de Brunetière.

  • 29 Voir par exemple Sophie Linon-Chipon, Sarga Moussa et Véronique Magrimourgues (dit.), Miroirs de t (...)
  • 30 Bénédicte Monicat, Itinéraires de l’écriture au féminin, op. cit., p. 129. Pour d’autres éclairage (...)
  • 31 Georg W. F. Hegel, Journal d’un voyage dans les Alpes bernoises, éd. de Robert Legros, Grenoble, J (...)

10Il faudrait néanmoins ne pas oublier qu’on n’analysera pas sérieusement les textes des femmes voyageuses sans être muni des outils propres à l’étude du genre littéraire qu’est la relation de voyage. Avant même qu’il puisse être question de gender, on doit donc se souvenir que le voyage, comme expérience, comme pratique, comme mise en récit est le recyclage de modèles (guides imprimés, « hauts lieux », modèles littéraires, paysages emblématiques, topoi descriptifs), et même qu’il est toujours un voyage rêvé, sous forme de vestiges, d’images, de traces, de relations intertextuelles diffuses29. Sans compter les images figurées, qui façonnent les représentations que véhiculent les voyageurs, et qui sont un élément trop souvent négligé de la « géographie fantastique » (Th. Gautier) qu’ils emmènent avec eux. Féminine ou masculine, la voix qui retrace le voyage requiert donc qu’on la soumette à des questionnements identiques sur l’autonomie de la transfiguration littéraire par rapport aux modèles établis et aux textes « canoniques », et sur les procédures suivies par ladite transfiguration. Il est donc indispensable de bien comprendre que cela ne change pas forcément tout d’être femme, voyageuse et observatrice. L’analyse proposée ici par Denise Brahimi bat en brèche bien des idées reçues en rappelant, par la convocation de quelques références littéraires, que le voyage féminin n’offre rien, en lui-même, de systématiquement émancipateur. Il y a une part d’illusion dans les conclusions de Bénédicte Monicat, selon lesquelles il y aurait là une « écriture de résistance », « politiquement subversive30 » S’il joue un rôle indiscutablement dans la formation d’une personnalité et la construction d’une dignité, il est loin de toujours faire bouger les codes sociaux et les normes de genre collectives, surtout dans le long terme. Et plus dérangeant encore, il peut aboutir aux mêmes apories que le voyage masculin, celles que l’anthropologue tente de traverser dans Tristes Tropiques (1955) telles que le relativisme dilettante ou le renoncement devant l’inconnaissable. « L’Autre est comme ça », nous dit Colette, séjournant au Maroc dans les années 1920. Un peu à la manière dont le jeune Hegel, randonnant dans les Alpes bernoises en 1796 et découvrant le peu d’exaltation que lui inspiraient les montagnes avait noté dans son journal : « C’est ainsi31. » Il faut avouer que ce n’est pas cela qu’on attendait de la part du géant de l’idéalisme allemand, et que ce n’est pas cela qu’on imaginait non plus de la plus grande écrivaine du xxe siècle français.

Notes

1 Bénédicte Monicat, Itinéraires de l’écriture au féminin. Voyageuses du 19e siècle, Amsterdam et Atlanta, Rodopi, 1996. On peut le comparer aux synthèses des recherches de deux universitaires anglaises : Shirley Foster, Across New Worlds. Nineteenth-Century Women Travellers and Their Writings, New York/Londres, Harvester Wheatsheaf, 1999 et Sara Mills, Discourses of Difference. Analysis of Women’s Travel Writings and Colonialism, Londres, Routledge, 1991.

2 Certains ont suscité des réactions critiques assez vives, comme par exemple : Inderpal Grewal, Home and Harem. Nation, Gender, Empire and the Cultures of Travel, Londres, Leicester University Press, 1996, Mary Louise Pratt, Imperial Eyes, Travel Writing and Transculturation, Londres, Routledge, 1992, ou encore Nupur Chaudhuri et Margaret Strobel, Western Women and Imperialism. Complicity and Resistance, Bloomington, Indiana University Press, 1992.

3 Parmi les publications récentes : Marie-Elise Palmier-Châtelain et Pauline Lavagne d’Ortigue (dir.), l’Orient des femmes, Lyon, ENS Éditions, 2002. Parmi les nombreux articles : Jocelyne Dakhlia, « Entrées dérobées : ['historiographie du harem », Clio, 9, 1999, p. 27-48 ; Vassiliki Lalagianni, « Regards féminins sur l’Orient : le voyage en Turquie », in Jean-Yves Le Disez et Jan Bom (dir.), Seuils et traverses. Enjeux de l’écriture du voyage, Brest, Centre de recherches bretonnes et celtiques, 2002, p. 121-130.

4 La bibliographie est en effet importante pour les travaux portant sur la peinture orientaliste, autour notamment de Christine Peltre dont on lira la contribution infra. Malgré son titre, le livre de Madeleine Dobie, Foreign Bodies : Gender, Language and Culture in French Orientalism (Stanford, Stanford University Press, 2003), reste en revanche centré sur les représentations littéraires de cette femme orientale à la fois voilée et dévoilée que donnent les « classiques » tels que Nerval, Flaubert, Gautier, plutôt que sur les représentations iconographiques.

5 Le séjour de l’auteur dans l’Empire ottoman datait lui-même de 1717-1718. Voir Lady Mary Montagu, L’islam au péril des femmes, éd. d’Anne-Marie Moulin et Pierre Chauvin, Paris, La Découverte, 1991.

6 Voir par exemple quelques contributions récentes comme Eve-Marie Wagner, « Un jardin en Avignon (1743-1746) : Lady Mary Wortley Montagu et la création d’un domaine à soi », Bulletin de la Société des Etudes Anglo-Américaines des xviie et xviiie siècles, no 49, 1999, p. 341-360 ; Rachele Raus, « Les lettres de Lady Montague : réception en France d’une écriture féminine », Femmes de paroles, paroles de femmes. Hommage à Giorgio De Piaggi, Publif@rum, 3, 2006 ; Anna Seccor, « Orientalism, gender and class in Lady Mary Wortley Montagu’s Turkish Embassy Letters : to persons of distinction, men of letters and c », Cultural Geographies, 6, 1999, p. 375-398.

7 Ces textes longtemps oubliés ont été réexhumés récemment par Reina Lewis, Rethinking Orientalism. Women, Travel and the Ottoman Harem, New York, Oxford University Press, 2004, et par Billie Melman, Women’s Orients : English Women and the Middle East, 1718-1918. Sexuality, Religion and Work, 2e éd., Londres, Macmillan, 1995. La documentation de Billie Melman, surtout, contient de nombreux carnets et correspondances de voyage, à côté de textes davantage élaborés et publiés.

8 Voir l’étude de Penelope Tuson, Playing the Game. Western Women in Arabia, Londres, Tauris, 2003.

9 Voir par exemple, à propos du regard sur les femmes tahitiennes : Jean-François Staszak, Géographies de Gauguin, Paris, Bréal, 2003 (notamment le ch. « Voyage, genre et sexualité », p. 143-172), et au sujet des femmes indochinoises : Jennifer Yee, « Recycling the colonial harem. Women in postcards from French Indochina », French Cultural Studies, 15, 2004, no 1, p. 5-19. Rappelons aussi qu’il existe des études sur le regard porté par les voyageuses anglaises sur les femmes en Inde telles qu’Antoinette Burton, Burdens of Histoiy. British Feminist, Indian Women and Imperial Culture, 1865-1915, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1994.

10 Voir par exemple Gustave Flaubert, Voyage en Orient, éd. de Claudine Gothot-Mersch, Paris, Gallimard/Folio, 2006, p. 87-88 ou p. 131-138. La première édition de ces carnets non destinés à publication, qui avait été réalisée par Louis Conard en 1910, était restée largement expurgée. Du côté de la psychanalyse, rappelons qu’un élève de Lacan s’était aussi penché sur le sujet : Alain Grosrichard, Structure du sérail. La fiction du despotisme asiatique dans l’Occident classique, Paris, Le Seuil, 1978.

11 Voir sur ces points la synthèse pionnière en français d’une Michelle Perrot, « Sortir », in Michelle Perrot et Geneviève Fraisse (dir.), Histoire des femmes en Occident, t. 4, Le xixe siècle, Paris, Plon, 1991, rééd. Perrin 2002, spécialement p. 554-563.

12 Telle nous semble en effet la définition la plus pertinente du paradigme du « gender » en français, suivant en cela la première traduction donnée de l’article fondateur de Joan W. Scott (« Gender : a useful category of historical analysis », American Historical Review, 91,1986, no 5) par Eleni Varikas dans les Cahiers du GRLF, no 37-38, p. 125-153, et la discussion historiographique menée par Françoise Thébaud, Ecrire l’histoire des femmes, Fontenay-aux-Roses, ENS Éditions, 1999, p. 114 sq. Le colloque Sexe et Genre de 1991, dont les actes ont été réédités en 2002 par CNRS Éditions, avait donné un point de vue assez critique sur un concept dont la diffusion a néanmoins beaucoup progressé depuis. Pour un panorama de l’historiographie angloaméricaine, à rapprocher de celui dressé par Françoise Thébaud pour la France, citons Laura Lee Downs, Writing Gender History, Londres, Flodder Arnold, 2004.

13 On se réfère entre autres à Marc Crépon, Les géographies de l’esprit. Enquête sur la caractérisation des peuples de Leibniz à Hegel, Paris, Payot, 1996. Parmi les travaux d’historiens, plusieurs sont riches d’intérêt sur ces questions, et quelques-uns s’appuient surtout sur des récits de voyage, notamment Larry Wolf, Inventing Eastern Europe. The Map of Civilization on the Mind of the Enlightenment, Stanford, Stanford University Press, 1994, ou Silvana Patriarca, « Indolence an degeneration : tropes and tensions of Risorgimento patriotism », American Historical Review, 110, 2005, no 2.

14 Dont on rappellera l’ouvrage : Denise Brahimi, Requiem pour Isabelle, Paris, Publisud, 1983.

15 Voir sur ce point Daniel Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003, quoique la question du genre ne figure pas, c’est le moins que l’on puisse dire, parmi ses priorités.

16 Pensons par exemple à l’édition critique récente de deux récits de la fin du xviiie siècle, Two voyages to Sierra Leone d’Anna-Maria Falconbridge et Voyage round the world de Mary Ann Parker : cf. Deirdre Coleman (éd.), Maiden Voyages and Infant Colonies. Two Women’s Travel Narratives of the 1790s., Londres, Cassel, 1999.

17 À propos des femmes dans l’Empire britannique, voir ainsi Deirdre Coleman (éd.), Women Writing Home, 1700-1920. Female Correspondence across the British Empire, vol. 2, Londres, Pickering and Chatto, 2006.

18 Voir Katherine Turner, British Travel Writers in Europe, 1750-1800. Authorship, Gender and National Identity, Aldershot, Ashgate, 2001, p. 125-129, et Marie-Claire Hoock-Demarle, La rage d’écrire. Femmes-écrivains en Allemagne de 1790 à 1815, Aix-en-Provence, Alinéa, 1990, p. 65-68.

19 Voir l’étude très récente de Maria Hanna Mackowiecka, The Theme of« Departure » in Women’s Travel Narratives, 1600-1900. Taking Leave from Oneself, Ceredigion, The Edwin Mellen Press, 2007.

20 Lettre de Dorothea Schlegel à Rahel Varnhagen, 1792, citée par Marie-Claire Hoock-Demarle, La rage d’écrire, op. cit., p. 66.

21 Anna-Maria Falconbridge, Two voyages to Sierra Leone, in Deirdre Coleman (éd.), Maiden Voyagges and Infant Colonies, op. cit., p. 34.

22 On pense en particulier à Katherine Turner, British Travel Writers in Europe, op. cit., et à Elizabeth Bohls, Women Travel Writers and the Language of AEsthetics, 1716-1818, Cambridge, Cambridge University Press, 1995.

23 Voir Gilles Bertrand, « Le voyage patriotique dans la France des années 1760-1820 », in Alain Cuyot et Chantal Massol (dir.), Voyager en France au temps du romantisme. Poétique, esthétique, idéologie, Grenoble, Ellug, 2003, p. 35-54.

24 Voir Maurice Garçon (éd.), Voyage d’une Hollandaise en France en 1819, Paris, Jean-Jacques Pauvert, 1966, p. 106. Elle reproduit même en note d’autres propos de son guide : « Ah ! disait-il, les temps ont bien changé, je me rappelle l’époque où ces maudits hérétiques ne pouvaient posséder ni feu ni lieu : quand ils mouraient, on les jetait à la voierie, comme des chiens morts, maintenant on les enterre en cérémonie comme les chrétiens ; mais cela ne durera guère, non cela ne peut durer sous un roi bourbon ». Découvert chez un antiquaire, le manuscrit de ce texte, rédigé directement en français, était resté inédit près d’un siècle et demi.

25 Catherina A. Hinde, Journal of a Tour made in Italy in the Winter of the Years 1819 and 1820, éd. de M. Merlini, Genève, Slatkine, 1982, p. 38.

26 Cité par Isabelle Laboulais, « Préface » à Mlle de Mortemart, Un merveilleux voyage. Le journal d’une enfant pendant l’été 1769, éd. de Laetitia Gigault, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2005.

27 Voir par exemple Christine Bard (dir.), Le genre des territoires : féminin, masculin, neutre, Angers, Presses de l’Université d’Angers, 2004, et parmi d’autres ouvrages, celui de Doreen Massey, Space, Place and Gender, Cambridge, Polity Press, 1994 et celui de Linda Mcdowell, Gender, Identity and Place. Understanding Feminist Geographies, Cambridge, Polity Press, 2000. Un usage intéressant de cette littérature géographique est fait par Anne-Claire Rebreyend, « Les lieux de l’intime dans la ville (France, 1920-1970) », in Nicolas Bourguinat et Jean-Michel Mehl (dit.), Les mises en scène(s) de l’espace. Faux-semblants, ajustements et expériences dans la ville, Strasbourg, PUS, 2006, p. 77-94.

28 Shirley Foster, Across New Worlds, op. cit., p. 174.

29 Voir par exemple Sophie Linon-Chipon, Sarga Moussa et Véronique Magrimourgues (dit.), Miroirs de textes. Récits de voyage et intertextualité, Nice/Paris, CRLV, 1998.

30 Bénédicte Monicat, Itinéraires de l’écriture au féminin, op. cit., p. 129. Pour d’autres éclairages, on se reportera au tout récent dossier « Voyageuses », de la revue Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, no 28, automne 2008, dirigé par Rebecca Rogers et Françoise Thébaud.

31 Georg W. F. Hegel, Journal d’un voyage dans les Alpes bernoises, éd. de Robert Legros, Grenoble, Jérôme Millon, 1997 [1844]. La phrase complète de Hegel est : « La vue de ces masses éternellement mortes ne suscita tien en moi, si ce n’est l’idée uniforme et, à la longue, ennuyeuse : c’est ainsi. »

© Presses universitaires de Strasbourg, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540