Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les espaces de l’historien

 | 
Jean-Claude Waquet
, 
Odile Goerg
, 
Rebecca Rogers

Deuxième partie. De l'espace domestique à l'espace urbain

La lecture des inégalités sociales dans l’espace de la ville contemporaine par les historiens français depuis 1970

Catherine Sélimanovski

Texte intégral

  • 1 « Secteur longtemps sinistré de la production historiographique française, surtout pour la période (...)
  • 2 Même si l’« interdisciplinarité » ne va pas toujours de soi. Cf. G. Noiriel, « Histoire : la persp (...)

1Le thème des inégalités sociales dans la ville occupe une place particulière dans l’historiographie française comme un objet scientifique à multiples facettes, à l’image de l’histoire urbaine à laquelle il se rattache. Ce champ de l’histoire s’est développé récemment1, aux marges de la discipline, en position d’interface, par l’emprunt, le regroupement, l’hybridation, de savoirs interdisciplinaires, dans une perspective d’ouverture totale2. Et tandis que l’histoire urbaine s’est appropriée les problématiques de la sociologie, de la géographie, de l’anthropologie, de l’ethnologie urbaines et de l’urbanisme, ces mêmes sciences humaines et sociales ont revendiqué parallèlement une profondeur historique. C’est dire la fin des monopoles disciplinaires et l’importance des approches croisées dans l’épistémologie de ce sujet.

  • 3 Pour avoir une vision plus large des questions concernant l’histoire et l’espace on pourra lire : (...)

2Dans la pratique des historiens urbains, l’espace n’est pas traité de façon incidente, il est au contraire théorisé et intégré d’emblée au raisonnement, par sa matérialité, ses représentations, sa symbolique. Que le propos soit descriptif et/ou explicatif, l’option spatiale est toujours affirmée. Pour autant, l’inscription spatiale des inégalités sociales n’est pas conçue de manière identique par tous les auteurs. Elle peut être pensée dans une dimension univoque, l’espace est alors un simple révélateur des inégalités sociales, ou bien, elle peut être comprise dans des dimensions multiples, voire dialectiques, l’espace apparaît alors comme un facteur de différenciation sociale. Le projet présent consiste précisément à rechercher comment ces historiens conçoivent les relations entre espaces et sociétés et comment ils établissent des échelles de correspondance entre la spatialité et les temporalités du phénomène des inégalités sociales dans la ville contemporaine3. Or les transformations de la ville contemporaine ont complètement changé les données du problème par rapport aux périodes antérieures.

  • 4 L’espace urbain est difficile à délimiter. En France, le seuil de 2.000 habitants distinguait, ava (...)

3Avant le XIXe siècle, l’espace de la ville procédait d’une délimitation a priori, fixée périodiquement par une nouvelle enceinte qui incorporait les faubourgs (c’est-à-dire des quartiers adossés aux remparts extérieurs de la ville intra-muros). Le développement contemporain des nouvelles fonctions urbaines, industrielles, tertiaires, la construction de quartiers résidentiels ouvriers et bourgeois ont accéléré l’expansion spatiale au-delà du territoire de la ville et le front d’urbanisation a progressé, de manière constante, aux dépens des campagnes environnantes. Des couronnes de banlieue successives se sont construites jusqu’aux franges péri-urbaines d’aujourd’hui. Désormais, l’espace de la ville ne se confond plus avec l’espace de la ville enclose mais avec celui de l’agglomération tout entière. Cela se traduit par le glissement d’usage du mot ville à l’expression espace urbain4.

  • 5 Dans l’agglomération parisienne, les quartiers ouvriers de l’est et du nord remplacèrent progressi (...)

4Conjointement, la différenciation socio-spatiale a évolué. D’une part, les cloisonnements de la société de l’Ancien Régime ont été prolongés et réactivés dans les périphéries5, d’autre part des clivages inédits sont apparus entre les quartiers centraux de la ville et les couronnes périphériques : des clivages générés par les nouvelles oppositions sociales, fonctionnelles, morphologiques. Ils ont été amplifiés par des politiques rivales entre les communes de banlieues et la ville-centre au sein de l’espace de la grande agglomération. C’est ainsi que la question des banlieues a émergé progressivement comme une question sociale centrale et que sur la notion d’inégalité sociale s’est greffé le concept polysémique de ségrégation.

  • 6 La ségrégation dans la ville, concepts et mesures, éd. J. Brun, C. Rhein, Paris, l’Harmattan, 1994
  • 7 Histoire de la France urbaine, dir. G. Duby, Paris, Seuil, 1980-1985, 5 vol. Voir le tome 4, La vil (...)
  • 8 J.-L. Pinol, Les mobilités de la grande ville, Lyon, fin XIXe début XXe siècle, Paris, Presse de (...)
  • 9 J. Barou, La place du pauvre, histoire et géographie sociale de l’habitat HLM, Paris, l’Harmattan, (...)

5Confrontés à ces problématiques, les historiens français de la ville européenne contemporaine ont travaillé depuis une vingtaine d’années avec des spécialistes issus des autres sciences sociales. Pour comprendre leurs démarches nous présenterons d’abord les problématiques générales qui sous-tendent le déchiffrement des inégalités sociales dans l’espace de la ville, avant de montrer comment, au regard de la contingence des sources, ils analysent les disparités résidentielles et les processus de division dans la ville contemporaine, avec quels critères, à quelles échelles. De par la spécificité de l’histoire urbaine, les regards pluriels dominent dans notre corpus d’étude : essai interdisciplinaire d’épistémologie de la ségrégation6, grandes publications interdisciplinaires d’histoire urbaine7, thèse d’histoire urbaine8, ouvrages d’histoire urbaine rédigés par des non-historiens9.

Une problématique sociale et spatiale

Une théorisation de l’espace social

  • 10 H. Lefebvre, Le droit à la ville, Paris, Anthropos, 1968 ; La révolution urbaine, Paris, Gallimard (...)
  • 11 Cf. H. Isnard, L’espace géographique, Paris, PUF, 1978. L’auteur transpose ces problématiques dans (...)
  • 12 Cf R. Ledrut, « L’homme et l’espace », dans Histoire des mœurs, dir. J. Poirier, Paris, Gallimard, (...)
  • 13 H. Lefebvre, La révolution..., p. 117-118.

6En développant l’idée de la révolution urbaine, c’est-à-dire de la révolution sociale comme conséquence des nouvelles formes du développement urbain, des sociologues urbains marxistes, H. Lefebvre, R. Ledrut, M. Castells ont été amenés à conceptualiser les relations entre espace et société10. Leurs textes publiés à partir des années 70 ont souvent servi de référent à d’autres chercheurs, sociologues, géographes11, historiens, marxistes ou non. Pour eux12, l’espace est un produit social qui résulte d’un ensemble de relations dialectiques : la société crée son espace et se crée en créant son espace. L’espace est à la fois un espace médium, c’est-à-dire un support d’inscription des faits sociaux, et un déterminant des phénomènes sociaux, qui par sa réalité, ses propriétés intrinsèques induit des effets de distance, de centralité, de forme... La spatialisation est un phénomène universel qui ne prend son sens que par rapport au comportement humain. Simplement, il comporte des modalités particulières propres aux différentes cultures. C’est ainsi que H. Lefebvre13 précise les interactions entre espace et société dans la ville contemporaine.

7« A côté de la distinction des niveaux, nous pouvons introduire :

  1. Les dimensions du phénomène urbain, ce terme ne désignant pas la taille, mais des ‘propriétés’ essentielles au phénomène, à savoir :
    1. La projection au sol des rapports sociaux. Y compris les plus abstraits, ceux qui proviennent de la marchandise et du marché, des contrats ou quasi-contrats entre des ‘agents’ à l’échelle globale (...).
    2. Le phénomène et l’espace urbain ne sont pas seulement projection des rapports sociaux mais lieu et terrain où des stratégies s’affrontent. (...)
    3. Le phénomène et l’espace urbain n’en conservent pas moins une réalité et une vitalité spécifiques. C’est-à-dire qu’il y a une pratique urbaine (...).
  2. Des distinctions et différences concernant les propriétés topologiques de l’espace urbain, propriétés dénommées comme telles, constituant un réseau ou système d’oppositions pertinentes (paradigme) :
    • le privé et le public ;
    • le haut et le bas ;
    • l’ouvert, le clos ;
    • le symétrique et le non symétrique ;
    • le dominé, le résiduel, etc. »
  • 14 La ville aujourd’hui..., p. 454.

8Dans les ouvrages d’histoire urbaine contemporaine, il y a de nombreux renvois implicites ou explicites à cette pensée. Ainsi dans le volume 5 de l’Histoire de la France urbaine, J.-C. Chamborédonl14 étudie la distribution des types de logements dans l’espace urbain et les processus de re-qualification sociale. Son approche de l’espace est parfaitement conforme à la théorisation des sociologues marxistes.

« La distribution dans l’espace va au-delà de la traduction et de l’inscription spatiale de différences sociales. Elle contribue à produire des divisions sociales et autorise l’affirmation de sous-groupes aux styles de vie originaux ».

  • 15 A. Fourcaut, La ville divisée..., p. 14.

9Si dans le texte introductif de La ville divisée15, les intentions déclarées en matière d’espace sont larges, l’espace social est d’abord présenté comme un espace médium. Il est posé comme différencié et défini comme un objet d’étude inséparable de l’étude des sociétés. Il est présenté comme un calque de l’organisation sociale qui figure la correspondance entre l’organisation des groupes sociaux et l’organisation spatiale de la ville.

« La ségrégation urbaine ou résidentielle est le constat d’un état de différenciation sociale inscrit dans l’espace urbain, l’organisation de l’espace décalque en la renforçant l’organisation sociale : à chaque groupe son espace. »

  • 16 Journaliste et sociologue, formé à la philosophie allemande par G. Simmel, R.E. Park (1864-1944) f (...)

10Pourtant, les historiens ne réduisent pas l’étude des relations entre espace et société à un simple constat suspendu dans le temps. Au contraire, ils inscrivent l’espace social dans le temps de l’évolution de la ville et ils considèrent que ces relations contribuent à l’évolution même de celle-ci. Par exemple, l’introduction de l’étude des migrations résidentielles dans l’espace de la ville contemporaine répond à leur préoccupation de saisir les changements urbains dans le temps et dans l’espace. Elle est aussi corrélée dans l’historiographie à la redécouverte des écrits des sociologues et urbanistes américains de l’entre-deux-guerres connus sous l’étiquette d’« école de Chicago »16.

Une redécouverte de l’école de Chicago

  • 17 Y. Grafmeyer, I. Joseph, L’Ecole de Chicago, Paris, Les Editions du Champ Urbain CRU, 1979.

11La publication en langue française d’une sélection d’écrits des principaux protagonistes de l’école de Chicago17, au tournant des années 70-80, consacre la diffusion plus large et plus prégnante de leurs idées. Non que les sciences sociales les aient ignorés précédemment. Dans les années 30, M. Halbwachs s’y référait déjà et depuis ils n’avaient jamais cessé d’être cités ou critiqués. Mais leur relecture a révélé et/ou favorisé le développement de l’intérêt pour des thèmes négligés jusqu’alors et a correspondu au moment où le concept de ségrégation se banalisait.

12Par sa croissance exceptionnelle et par l’afflux constant de groupes ethniques hétérogènes, l’agglomération de Chicago des années 30 sert de laboratoire social aux chercheurs de l’école de Chicago qui étudient la ville dans une perspective évolutionniste. La ville est présentée comme une configuration spatiale ou un super-organisme, semblable à ceux décrits par l’écologie. Les individus qui y vivent sont différents les uns des autres par leurs caractéristiques, leurs projets et leurs capacités d’action. Ils entretiennent des rapports spatiaux qui sont réglés par la compétition, analogue dans ses effets à la lutte pour la vie observable chez les animaux et les plantes. Les éléments les plus vigoureux parviendront à s’assurer la maîtrise des emplacements privilégiés, des points stratégiques de la ville, notamment au centre où commerces et industries s’approprient les zones les plus convoitées. Par rapport à cet usage dominant du sol, la distribution des résidences apparaît comme un processus subordonné quoique régi par des lois équivalentes. Ces lois produisent une différenciation socio-spatiale de l’espace de l’agglomération en zones concentriques (E.W. Burgess, 1925), sectorielles (H. Hoyt, 1939) ou polynucléaires (C.D. Harris et E.L. Ullmann, 1945).

13Dans ces modèles, les aires dégradées péri-centrales ont focalisé l’attention des membres de l’école de Chicago qui cherchaient par là à mieux élucider les voies de la sociabilisation et de l’intégration. Ces aires péri-centrales vite abandonnées par leurs premiers occupants sont ensuite submergées par des immigrants appartenant aux diverses communautés ethniques. Sous l’effet d’une vaste translation désorganisatrice, ils y improvisent des modes de vie plus ou moins déviants. Les déplacements qui consacrent la fuite des « meilleurs » vers des quartiers de plus en plus attractifs sont régis par la compétition, la mobilité résidentielle traduisant la compétition dans l’espace. La ségrégation résulte de ces mouvements migratoires et de manière ambivalente, elle freine aussi la mobilité résidentielle. Les aires de taudis et de ghetto procèdent ainsi de la désintégration, de la ségrégation et de la marginalité.

  • 18 J.-L. Pinol, Les mobilités de la grande ville...

14C’est précisément cette hypothèse de l’ajustement socio-spatial entre la mobilité sociale ascendante et les migrations résidentielles vers des quartiers d’embourgeoisement croissant qui fonde les recherches de certains historiens de la ville contemporaine. Ainsi, J.-L. Pinol18 s’interroge sur les mobilités de la grande ville de Lyon au XIXe et au XXe siècle, et même s’il ne se réfère pas explicitement à l’école de Chicago, mais plutôt à M. Halbwachs, ses hypothèses en dérivent.

La ségrégation : un concept polysémique

  • 19 L’ouvrage collectif La ségrégation dans la ville..., développe largement toutes les questions épis (...)

15Au regard de la diffusion des travaux de l’école de Chicago, la banalisation de l’emploi du concept de ségrégation pose la question de son bien-fondé. Que signifie-t-il ? L’idée fait naître des discours généreux ou partiels, conduit à des simplifications abusives, des formules lapidaires. Elle prête à des connotations négatives et à de constants glissements de sens : du statique au dynamique, du descriptif à l’explicatif, de l’analytique au jugement de valeur, de l’indice à la cause de l’injustice sociale. Pourtant, sans être un concept central, le mot est entré en histoire, en ethno-anthropologie, en sociologie, en géographie, avec deux sens possibles19.

16Empiriquement, la ségrégation signifie que les aires de résidence de groupes de populations vivant dans une même agglomération se distinguent les unes des autres. L’introduction de la notion en sciences sociales dérive du problème noir aux Etats-Unis. La ségrégation est alors identifiée avec la mise à l’écart de populations. La discrimination est générale, rigoureuse, parfois institutionnalisée. Les formes spatiales sont rigides, les quartiers fermés, bien délimités. Les quartiers noirs formant des enclaves séparées dans les villes américaines, les « ghettos ethniques », en sont l’exemple. En ce sens traditionnel, la notion est employée à propos de la société d’Amérique du Nord, du système de l’apartheid, et des anciens ghettos juifs d’Europe centrale.

  • 20 Cf. les recherches de l’écologie factorielle urbaine, inspirées des thèses de l’école de Chicago.
  • 21 J. Brun, « Essai critique sur la notion de ségrégation et sur son usage en géographie urbaine », d (...)
  • 22 Y. Grafmeyer, « Regards sociologiques sur la ségrégation », dans La ségrégation dans la ville..., (...)

17A l’autre pôle, on définit la ségrégation par la simple inégalité dans la répartition des groupes. Les études de ségrégation sociale dans la ville s’appuient alors sur la reconnaissance de quartiers où résident des populations dont les caractéristiques socio-professionnelles sont relativement homogènes : les quartiers où dominent les ouvriers s’opposant aux quartiers bourgeois des villes européennes, « les beaux quartiers », où habitent majoritairement des cadres et des représentants des professions libérales. Elles aboutissent à la qualification plus ou moins aisée et plus ou moins lisible des espaces urbains. La ségrégation est alors assimilée à la division sociale de l’espace. On étudie toute la gamme des inégalités et leur transcription spatiale20. Ce champ sémantique a pour inconvénient d’affaiblir l’idée initiale de mise à l’écart délibérée des populations. C’est pourquoi certains auteurs comme J. Brun21 et Y. Grafmeyer22 jugent que la première conception de la notion de ségrégation est la moins ambiguë.

18En effet, la racine latine du mot signifie que la ségrégation est un acte (mettre un animal à l’écart du troupeau) ; dans la ségrégation, il existe un arsenal de pratiques plus ou moins intentionnelles (par exemple le refus du contact affiché en toute bonne foi par la majorité) qui impliquent une identification claire, ou prétendue claire, des catégories exclues. Sans distinction, il ne peut y avoir discrimination. Dans les sociétés européennes, du fait des recompositions sociales actuelles qui procèdent davantage de la difficulté du rapport au travail que des inégalités de professions et de métiers dans la population active, la notion de ségrégation, au sens premier, s’est transformée. La ségrégation renvoie ainsi à la concentration de fractions très défavorisées de la population reléguées par leur condition sociale dans des lieux d’habitat strictement circonscrits, des quartiers anciens dégradés, situés au centre des agglomérations ou en position péri-centrale et des zones suburbaines d’habitat social. Les problèmes sociaux y ont un aspect cumulatif, une forte proportion de familles issues de l’immigration étrangère distingue ces quartiers.

  • 23 Paris, Editions de l’Aube, 1994.

19Quelles réserves peut-on formuler à l’égard de cette adaptation de la notion première de ségrégation ? La société renvoie une image négative de ces quartiers en les assimilant à des cités-ghettos. Or cette analogie est contestable. Dans un ouvrage au titre limpide, Les banlieues françaises ou le ghetto impossible, H. Vieillard-Baron23 démontre le caractère artificiel de cette correspondance. Les quartiers actuels présentent une hiérarchie sociale moins ouverte que les ghettos ethniques. Surtout, les concentrations ethniques sont moins fortes, moins homogènes. En un même lieu, parfois une même cage d’escalier, cohabitent des populations d’origines géographiques très diverses. La deuxième critique porte sur la mise à l’écart des populations. Elle n’est pas forcément délibérée. J. Brun rappelle que dans les années 60 les grands ensembles d’HLM ont été peuplés grâce à une politique sociale non discriminante. Ils représentaient la modernité et le progrès par rapport à d’autres lieux. Depuis, la tendance s’est inversée, ces lieux attractifs de modernité sont devenus des lieux de relégation.

  • 24 S. Magri, « Questions sociologiques », dans La ville divisée..., p. 26.

20Les deux acceptions de la ségrégation se mêlent également en histoire. Tantôt la ségrégation est traitée à l’échelle de toute la ville comme un miroir des inégalités sociales, tantôt la ségrégation est abordée par le biais de l’espace disséqué des quartiers dégradés. L’introduction du concept en histoire suscite des précautions méthodologiques spécifiques relatives à l’historicité du concept de ségrégation et à l’établissement d’une chronologie générale des ségrégations. Afin d’éviter le piège de l’anachronisme, les historiens se demandent à partir de quelle période son emploi devient légitime. S. Magri24 recommande, quant à elle, de ne pas exporter le mot hors de la période contemporaine où il est apparu.

« Objet largement façonné par le débat social contemporain, la ségrégation recouvre donc les modalités particulières sous lesquelles a été pensée et s’est matérialisée dans la société actuelle la division sociale de l’espace urbain. L’exporter hors de notre période c’est, de ce fait, prendre le risque de regarder la réalité du passé à travers le prisme d’aujourd’hui et ainsi la méconnaître. »

  • 25 A. Fourcaut, La ville divisée..., p. 20.

21Et A. Fourcaut25 avoue la difficulté d’établir une chronologie générale des ségrégations.

« Malgré d’incontestables apports méthodologiques subsistent des impasses temporaires – ou des apories définitives ? – dans l’étude historique des ségrégations. L’ambition chronologique initiale qui visait à reconstituer l’évolution des ségrégations et à dater le phénomène s’est avérée impossible à atteindre. »

L’espace de la ville : un miroir des inégalités sociales

Les inégalités résidentielles

  • 26 J.-L. Lenhof, « Espace compartimenté, échec industriel et sclérose sociale : Alençon au XIXe siècl (...)
  • 27 Il est situé dans le texte à la suite du repérage des processus ségrégatifs à l’œuvre pendant le X (...)

22Une première façon d’aborder les inégalités dans la ville consiste à caractériser des groupes sociaux et à repérer leurs espaces de résidence, la ségrégation est alors synonyme de distinction spatiale entre des aires de résidence de groupes de populations distinctes. Finalité ou chaînon d’un raisonnement, la pratique est fréquente en histoire. Pour comprendre cette démarche méthodologique, nous avons choisi de présenter l’étude de J.-L. Lenhof pour la ville moyenne d’Alençon26. Le cœur de son travail27 comprend une reconstitution de l’espace social alençonnais par la description statistique des quartiers d’après des dénombrements d’habitants où figure l’état des personnes. L’auteur classe les Alençonnais en cinq groupes (« dirigeant », « moyen indépendant », « moyen salarié », « populaire », « sans profession ») pour lesquels il calcule des indices de concentration par quartier, non sans avoir résolu la difficile question du « statut » révélant l’appartenance professionnelle. Il réitère l’observation à différents moments du XIXe siècle, en 1820, 1831, 1881, 1912, présente les résultats sous forme de tableaux, de cartogrammes et arrive à la conclusion que l’espace social a moins changé sous l’effet des bouleversements à l’échelle macro-sociale que sous l’effet de la spécialisation des différents secteurs urbains.

  • 28 Cf. J.-L. Pinol, Les mobilités de la grande ville..., chapitre 4.
  • 29 S. Magri, La ville divisée..., p. 29.

23Le premier problème que rencontrent les chercheurs engagés dans l’étude de la ségrégation sociale à partir de l’espace résidentiel est le choix de la variable qui va le mieux caractériser les groupes sociaux. Généralement considérée comme un indicateur pertinent de la différenciation sociale, l’appartenance socio-professionnelle est le plus souvent retenue. Néanmoins, dès que les sources l’autorisent, les historiens cherchent à croiser l’appartenance socio-professionnelle à d’autres variables, démographiques ou sociales (âge, sexe, origine géographique, fortune, religion, mode d’occupation du logement, etc.)28, dans l’intention de rendre compte le plus parfaitement possible des combinaisons sociales et d’agréger le statut socio-professionnel avec des propriétés qui spécifient la position sociale29.

  • 30 Cf. J.-L. Pinol, Les mobilités de la grande ville..., chapitre 4.
  • 31 Voir par exemple les cartes fondées sur le recensement de 1954 et établies à l’échelle de la ville (...)

24Deuxièmement, la démarche pose le problème du comptage et de la liaison entre le quantitatif et le qualitatif. Quoique en retrait par rapport aux quantitativistes anglo-saxons, les historiens français présentent des proportions, calculent des indices (indices de dissimilarité, indice de ségrégation, etc.) dont les valeurs et l’interprétation dépendent fortement du maillage retenu. Les espaces sociaux sont plus ou moins bien facilement repérés et délimités dans l’espace de la ville30. Autrement dit, la pertinence de la délimitation des espaces sociaux dépend largement de la finesse du découpage statistique de l’espace de la ville. La difficulté augmente dans le cas des grandes villes et dans celui des villes où les oppositions sociales s’expriment sur des espaces réduits, à l’intérieur d’un même îlot, dans les villes du XIXe siècle par exemple. Le changement d’échelle est donc fréquent et fécond. Les historiens transposent alors le procédé au niveau d’un sous-ensemble urbain : îlot, groupe d’îlots ou quartier31, comme le font couramment les géographes qui raisonnent à plusieurs niveaux emboîtés de l’étendue.

  • 32 Cf. J.-L. Pinol, Les mobilités de la grande ville..., chapitre 5.

25Enfin, par sa nature, la démarche limite l’étude de l’évolution de l’espace social à la comparaison d’analyses transversales, à dates fixes, dates de recensements ou de dénombrements, qui délivrent une image de la société à un moment donné, puis à un autre. Elle permet tout au plus de suivre l’évolution des groupes sociaux et des générations à travers le temps mais cette « lecture longitudinale de coupes transversales » ne saurait remplacer le véritable suivi longitudinal des individus d’une même cohorte ou d’un même groupe social32.

  • 33 D. Pumain, T. Saint-Julien, « Modèles de villes », dans Atlas de France, dir. R. Brunet, F. Auriac (...)
  • 34 Voir les trois planches de cartes statistiques (« La réalité sociale des grandes villes en 1990 ») (...)

26Au total, il n’y a pas de différence essentielle entre les documents des historiens et ceux des géographes. La représentation cartographique des inégalités sociales contemporaines dans l’Atlas historique des villes de France est identique à celle d’un atlas équivalent de géographie urbaine33. Pour la majorité des dix villes retenues dans l’atlas historique, la ségrégation est donnée à voir par des cartes du paysage social de la ville considérée : proportion de cadres par quartier, proportion d’ouvriers, proportion d’étrangers, etc.34, la plupart des données provenant des recensements de la population disponibles en France pour les XIXe et XXe siècles. La percée des techniques de l’analyse multivariée avec des cartes de synthèse correspondantes à l’échelle des agglomérations est simplement plus timide chez les historiens que chez les géographes.

Des « mauvais quartiers » aux grands ensembles d’habitat collectif

27L’analyse de la matérialité de la ville et de ses formes est une voie inverse mais complémentaire de l’étude des inégalités sociales dans l’espace de la ville. Si la méthode des « paysages statistiques » commence par la description des caractéristiques sociales des populations résidentes, d’autres se sont essayés à déchiffrer les inégalités sociales dans une optique diamétralement opposée, à partir du paysage réel pris comme signifiant du social. Mais la lecture architecturale et urbanistique du signifié sociologique s’applique alors à un seul fragment de ville détaché de la totalité de l’espace urbain, fragment appréhendé par son apparence de « mauvais quartier ».

  • 35 D. Hervier, V. Belle, C. Boulmer, J.-C. Forgeret, A. Le Bas, « Les formes architecturales dans la (...)
  • 36 Cette analyse exclusive des formes est assez rare. F. Dubost en est l’un des pionniers. Cf. Banlie (...)
  • 37 Ils les présentent concrètement par des photographies et des reproductions de plans.

28C’est le parti qu’ont adopté cinq historiens d’art35 qui se distinguent ici des autres historiens par leur intérêt exclusif pour l’architecture36. Leur objectif consiste à rechercher les signes du bâti révélant les processus de ségrégation qui étaient en usage au moment de l’édification des périphéries parisiennes, dans le contexte de l’âge d’or de l’initiative philanthropique et de l’essor industriel en région parisienne. Ils examinent les apparences de l’habitat ouvrier, notamment l’habitat ouvrier construit à Boulogne-Billancourt entre 1885 et 1905, villas, cités, lotissements, que l’enquête topographique de l’Inventaire recense aujourd’hui, afin de déterminer les indices et les « signaux » matériels de la ségrégation37. Ils s’en tiennent donc aux formes et laissent aux sociologues le soin d’étudier les transferts de ségrégation qui ont pu se produire depuis. A l’échelle communale, ils retiennent trois indices de ségrégation : les écarts de densité par rapport au bâti résidentiel encadrant (immeubles, lotissements, quartiers de plus forte densité) ; l’implantation sur des sites répulsifs et/ou enclavés (éloignement du centre, absence de moyens de communication, proximité d’une zone industrielle, implantation dans des secteurs à risque) ; les positions cadastrales défavorables (installation en fond de parcelle et sur des parcelles difficilement exploitables). En même temps, en partant de la lecture du matériel architectural, ils sélectionnent des « signaux » ségrégatifs produits par l’emploi de modules architecturaux répétitifs associés à un plan rudimentaire et à une grande économie de moyens. Puis, ils montrent le traitement particulier des entrées de lotissements et de cités ouvrières.

  • 38 D. Hervier, La ville divisée..., p. 112.

« La clôture ou le contrôle de l’entrée d’un bâtiment ou d’un ensemble (...) conduit d’une part à isoler la population qui y habite (surveillance des catégories sociales défavorisées) (...) d’autre part à assurer la protection des catégories sociales aisées dans un esprit voisin de celui qui a prévalu sous l’Ancien Régime à la clôture des domaines seigneuriaux et à se distinguer des constructions environnantes (...) ».38

29A partir du même point de vue, les autres études consacrées aux inégalités sociales dans la ville comprennent généralement une présentation idéographique de l’architecture des quartiers ségrégués et un exposé des caractéristiques sociales, professionnelles, démographiques, ethniques, des populations situées au bas de l’échelle sociale qui y résident. Le plus souvent l’énoncé du type de quartier télescope le contenu social. Comparée à l’étude nomothétique des formes du bâti, la démarche paraît plus classique.

  • 39 F. Moret, « Un discours de la ségrégation chez les socialistes britanniques et français (1820-1850 (...)
  • 40 F. Engels, « Les grandes villes », dans La situation de la classe laborieuse en Angleterre, Paris, (...)
  • 41 J. London, Le peuple de l’abîme, Paris, C. Bourgeois, 1990 (poche 10/18). « Nulle part, dans les r (...)

30Pour les villes du XIXe siècle il s’agit de faire revivre les quartiers ouvriers avec leur charge de misère et d’exploitation, de dénoncer l’injustice du sort alors réservé aux ouvriers, dont on pense que la misère, la déchéance physique et morale résultent directement des impossibles conditions de vie qui leur sont faites. Les historiens d’aujourd’hui s’appuient sur les écrits des philosophes, médecins, voyageurs, journalistes, contemporains des premiers bouleversements sociaux et urbains. Ces écrits sont à la fois une source de l’histoire des inégalités sociales et une source de l’histoire des discours sur les inégalités sociales39. Ils représentent une voie heuristique à suivre et à réinterpréter. On peut citer par exemple la description des mauvais quartiers que fit F. Engels en 1845 en un chapitre détaillé de son volume sur la situation des ouvriers en Angleterre40 et le récit que J. London publia cinquante-huit ans plus tard, en 190341, après avoir vécu en clochard pendant deux mois dans les bas-fonds de Londres.

  • 42 Y. Lequin, « Les citadins et leur vie quotidienne », dans La ville de l’âge industriel, p. 355.

31L’historiographie actuelle, en introduisant le paradigme de la culture et des pratiques ouvrières, restitue une réalité moins manichéenne. Y. Lequin écrit en 198342 :

« Résistons donc à la tentation de noircir le tableau. Sinon, comment expliquer le long attachement de certaines populations à leurs taudis ? Ce souci des milieux populaires de Rouen de ‘... vivre et mourir où ils ont été élevés...’, pour reprendre les termes, qui sont de 1836, de l’ouvrier Charles Noiret ? La résistance générale aux grands travaux de voirie ou de drainage ? La méfiance devant les premiers grands ensembles d’habitations à bon marché ? »

  • 43 Cf. C. Berthet, « Les H.B.M. du quartier des Etats-Unis de Lyon », dans La ville divisée..., p. 28 (...)
  • 44 Cf. J. Brun, « Nouvelles approches », dans La ville aujourd’hui, p. 333-352
  • 45 Cf. C. Bachmann, N. Le Guennec, « Une vie en transit » et « La survie obstinée des bidonvilles », (...)
  • 46 Cf. J. Barou, « Diversité sociale des peuples HLM », dans La place du pauvre, p. 92-113.

32Dans les villes du XXe siècle, les historiens observent la progression des divisions urbaines à travers l’étude des nouveaux quartiers périphériques où viennent habiter les ouvriers et les immigrés. Ils se présentent à eux sous le double visage de Janus. D’une part, les historiens s’intéressent aux espaces de l’intégration citadine : des banlieues pavillonnaires de l’entre-deux-guerres, aux îlots d’habitat collectif, Habitations à Bon Marché (H.B.M.) bâties en situation péri-centrale à la même période43, et aux grands-ensembles construits massivement à partir de la fin des années 50 dans les faubourgs de la ville-centre (Muraille de Chine à Clermont-Ferrand) ou dans des communes de banlieue contiguës (Cité des Quatre-Mille à La Courneuve, au nord de Paris, ZUP de la Fontaine d’Ouche à Dijon, par exemple). Ils expliquent que les grands ensembles constituent, au moment de leur création, un paysage urbain nouveau et qu’ils représentent un symbole de modernité attirant de nombreuses familles populaires encore très mal logées44. D’autre part, les historiens s’attachent aux espaces de relégation : les cités de transit des années 50 et 60, les bidonvilles45, les grands ensembles d’habitat collectif stigmatisés depuis les années 80 sous des appellations génériques – cité, quartier, banlieue. Ils montrent que ces mêmes grands ensembles rassemblent désormais des populations dont le profil social a changé. Aux familles ouvrières se sont ajoutées les familles plus nombreuses des immigrés arrivés dans les années 60 et 70, de l’Europe du sud, du Maghreb, de Turquie, de l’Afrique noire, pour occuper les emplois non qualifiés de l’industrie et des services. En outre, les familles y résidant sont de plus en plus confrontées au chômage et à la précarité, les transformations du système de production ayant eu pour conséquence de restreindre considérablement les possibilités de travail pour les aînés et leurs grands enfants46.

33Le quartier ségrégué représente donc un objet géographique étudié à une date donnée, dans un contexte donné. Par glissement, il constitue l’une des entrées privilégiées de l’étude des banlieues, au risque de masquer la diversité des espaces de banlieue. Mais les limites des quartiers considérés étant rarement discutées, cela en fait des espaces que l’on peut qualifier de performatifs. Conjointement, le quartier ségrégué garde un statut d’objet historique pour lequel la prise en compte des temps moyens et longs est indispensable. Le rapprochement nécessaire de la synchronie et de la diachronie repousse ainsi les interrogations sur l’évolution de la ségrégation jusqu’au cœur de la problématique, jusqu’à la recherche des processus de division de la société et des mécanismes conjoints de l’inscription spatiale de ces processus, par le jeu, les représentations, de ses nombreux acteurs.

Les processus de la ségrégation spatiale

Les régulations patronales et politiques : leurs effets positifs et/ou stigmatisants

  • 47 Ceci est l’objet de la partie « Politiques publiques et patronales », dans La ville divisée..., p. (...)

34Une première voie de recherche des processus de la ségrégation consiste à se demander comment la construction des différents types de logements ouvriers a joué sur la différenciation socio-spatiale et quelle a été la portée réelle des intentions et des décisions des commanditaires privés ou publics47. Dans ce champ, en suivant la chronologie du développement urbain pendant la période contemporaine, les historiens s’intéressent à l’édification des cités ouvrières par des patrons de l’industrie à partir de la fin du XIXe siècle et à la construction de logements sociaux par les pouvoirs publics, de l’origine du phénomène, au début du XXe siècle, jusqu’à son apogée, dans les années 60 et 70.

  • 48 A. Leménorel, « Les cités ouvrières dans la France contemporaine : une ségrégation préméditée ? », (...)

35C’est à ce titre que nous présentons les résultats d’une étude relative aux effets ségrégatifs de la construction des cités ouvrières. L’objectif de l’auteur, A. Leménorel48, est de déconstruire l’idée d’une préméditation patronale de la ségrégation. Il compare donc systématiquement les intentions des patrons bâtisseurs à leurs réalisations effectives. En considérant trois niveaux d’analyse, il examine les interactions entre les processus ségrégatifs à l’œuvre (il comprend la ségrégation au sens premier de la mise à l’écart de populations, ici, cheminots, ouvriers, mineurs, qui se distinguent par leur appartenance à une entreprise industrielle bien identifiée). Son raisonnement s’achève par un bilan nuancé qui intègre la complexité de la problématique de la ségrégation.

36Au premier niveau, à l’échelle de l’agglomération, l’auteur rappelle que les cités sont des espaces exogènes à la ville. Pourtant l’enfermement n’y est jamais absolu. Il est le mieux réalisé dans les villes sans passé industriel. A priori, l’enfermement résulte de la politique patronale mais le patronat qui a dû s’adapter à des réalités économiques et locales contrastées et évolutives, n’a pas toujours su ni voulu couper la cité de son environnement. Il arrive aussi, en milieu rural, que le rejet des ouvriers par les autochtones joue un rôle amplificateur dans le processus de séparation des groupes sociaux dans l’espace.

37Au deuxième niveau, à l’échelle de l’espace interne, les formes bâties de la cité et les pratiques sociales qui s’y développent semblent entériner et légitimer la hiérarchie sociale ayant cours à l’usine, laquelle est déterminée par le travail, les qualifications, les revenus. Mais parce que la perspective d’édification des cités rentre plus dans un cadre hygiéniste qu’urbanistique, le modèle hiérarchique n’est pas complètement reproduit. De plus, les intentions affichées des patrons contredisent même quelquefois l’idéal de séparation. Ailleurs encore la ségrégation interne à la cité peut être, à l’inverse, d’origine ouvrière. Enfin, le système n’est pas fixé et la mobilité résidentielle des individus relativise le sentiment d’enfermement.

  • 49 J. Domenichino, « Les cités ouvrières des Chantiers et Ateliers de Provence », dans La ville divis (...)

38A un troisième niveau, l’auteur rappelle que le projet de cité s’est doublé d’une politique d’individualisation des comportements visant à séparer les individus d’une même catégorie sociale, pour mieux les soumettre et les domestiquer. Il pense que s’il est vrai que la cité apparaît comme un espace public de contrôle et que le jardin semble conçu comme un anti-cabaret et une protection de la famille, il lui est difficile d’imaginer la cité comme privée de sociabilité. Il dresse le tableau des aspects de la « résistance » ouvrière qui est liée, selon lui, à une marge individuelle d’autodétermination et qui aboutit à contourner la norme collective. Ce même thème du décalage entre les intentions des bâtisseurs et les pratiques revient aussi dans l’étude de la cité ouvrière des Chantiers et Ateliers de Provence49 par J. Domenichino. D’après lui, la concentration des ouvriers de la construction navale à Port-de-Bouc, a fini par faire émerger, du fait des relations nouées dans la vie de tous les jours, un sentiment collectif de classe, totalement étranger aux intentions premières des actionnaires des C.A.P, et a favorisé la diffusion des idées du mouvement ouvrier.

  • 50 Comme le démontre pour la ville de Paris P. Nivet, dans « La ségrégation sociale à Paris à travers (...)
  • 51 Cf. « Population et pratiques urbaines », dans La ville aujourd’hui, p. 446 sq.

39En s’attachant ainsi à rechercher les processus de division sociale déterminés par la construction de la ville, les chercheurs en sciences sociales établissent que la ségrégation se renforce avec l’édification d’un parc privé patronal et d’un parc social public. Le parc public est réalisé dans le cadre d’une politique nationale de l’habitat dont la finalité égalitaire et régulatrice est relayée, plus ou moins fidèlement, par les politiques locales de logement. Celles-ci dépendent largement de la « couleur » des partis politiques qui tiennent les municipalités50 et, à l’échelle de l’agglomération, des rivalités entre les communes. Les mécanismes de « sélection » des occupants de ces logements contribuent à renforcer la concentration de populations appartenant aux catégories inférieures de la classe ouvrière51.

  • 52 Voir toute la fin du volume Violences urbaines..., à partir du livre IV, septième partie.

40Les historiens analysent aussi, pour les périodes plus proches du temps présent, les problèmes que pose l’administration de ce parc public, son vieillissement et son renouvellement, dans un contexte de crise. Enfin, depuis peu, ils s’intéressent aux effets de la Politique de la Ville dont la finalité, depuis vingt ans environ, consiste à maintenir la cohésion sociale par des interventions multiformes dans des territoires bien circonscrits. Ils affirment que la territorialisation de la politique sociale n’est pas dénuée d’ambivalence et qu’elle produit des effets rétroactifs de stigmatisation52.

  • 53 Cf. La ville divisée...

41A ce sujet, A. Fourcaut53 a d’ailleurs montré l’évolution historiographique des explications de la division dans la ville : industrialisation après 1945, politique de logement dans les années 60, pauvreté depuis les années 90. Elle met aussi en parallèle l’introduction de la problématique de la ségrégation dans les travaux des historiens français, et l’émergence de la gestion « hyperterritoriale » de la question sociale par les pouvoirs politiques.

Les carrières urbaines

42En négatif du champ précédent, d’autres recherches attribuent le durcissement des divisions sociales dans la ville à la fondation des beaux quartiers où viennent résider des populations placées en haut de l’échelle sociale. L’accès à ces beaux quartiers est à la fois l’attribut et le symbole de la réussite vers laquelle tendent les élites et par imitation les classes moyennes.

  • 54 Y. Lequin, « Les citadins »..., p. 345.
  • 55 L’hypothèse d’une relativement faible homogénéité sociale se vérifie par exemple dans le cas du lo (...)

43On retrouve cette hypothèse de travail sous la plume d’Y. Lequin54, dans La ville de l’âge industriel. Pour lui, la naissance des beaux quartiers est le premier signe de la différenciation sociale des espaces, sans qu’il y ait pourtant de rupture brutale avec les habitudes antérieures55. Les tendances à la séparation se lisent dans la dégradation des centres que la création progressive des beaux quartiers abandonne à leur vétusté. L’inclination à vivre entre soi ne serait pas née au XIXe siècle ; ce qui apparaîtrait, c’est l’exclusivisme des nouveaux quartiers et leur décollage du corps de la ville, vers des pourtours jugés plus sains : les arbres des parcs périphériques, la campagne environnante.

44La thèse de J.-L. Pinol reprend cette problématique et l’enrichit considérablement grâce à l’étude systématique des mobilités citadines à l’échelle de toute la ville de Lyon et de sa zone d’influence, au début du XXe siècle.

  • 56 J.-L. Pinol, Les mobilités de la grande ville..., p. 27.

« J’ai été animé par la volonté de comprendre les mobilités d’une grande ville, mobilités essentielles à son fonctionnement comme à son existence. Cette volonté m’a amené à définir une histoire sociale des individus où la prosopographie et l’approche statistique ne s’excluent pas mais se complètent. C’est du moins le pari que j’ai fait... ».56

45Son projet consiste à mettre en relation la mobilité professionnelle (elle consacre les changements intervenus dans la carrière professionnelle d’un même individu) ou sociale (elle désigne la mobilité intergénérationnelle par la comparaison de la profession de deux générations, celle du père et celle du fils) et la mobilité résidentielle vers les beaux quartiers, à travers trois types de démarches méthodologiques complémentaires : biographies qualitatives d’immeubles, analyses transversales successives des structures et des pratiques sociales, suivi longitudinal de deux cohortes de Lyonnais (nés en 1872-1875 et 1899-1900) qui constituent dans les deux avant-guerres, la génération pivot de la société, celle des 35-40 ans.

46Dans un vaste mouvement de déplacement de la population lyonnaise vers l’est, le quartier des Brotteaux est un bon exemple du rôle d’aimant que jouent les beaux quartiers récents pour les citadins mobiles. La qualité de son parc immobilier, conforme aux nouvelles exigences d’hygiène et de confort, tout spécialement dans la zone des hôtels particuliers située en bordure du Parc de la Tête d’Or, résulte d’un accord conclu entre le préfet et le maire de Lyon, en 1897, à la suite du déclassement des fortifications de la rive gauche du Rhône.

  • 57 Cité ibid., p. 112.

« Il ne pourra être édifié sur lesdits terrains que des hôtels particuliers, villas d’agréments, ou maisons pour habitations bourgeoises, sans qu’il ne puisse jamais y être créé aucun genre de commerce ou d’industries, ni y être placé aucune indication ni enseigne. Ces bâtiments ne devront en aucun cas comporter plus de trois étages au-dessus du rez-de-chaussée... ».57

  • 58 Ce quartier fait par ailleurs l’objet d’une étude détaillée dans B. Dumons, « Ainay, le quartier n (...)
  • 59 La double page consacrée par Y. Grafmeyer aux élites urbaines à Lyon au XXe siècle (d’après le Tou (...)

47Mais le rôle polarisant du quartier a été plus fort pour la première génération de Lyonnais étudiée par J.-L. Pinol que pour la deuxième génération. A cela, il invoque deux raisons essentielles : la saturation de l’espace de prestige des Brotteaux à la veille de la deuxième guerre mondiale, d’où un certain chassé-croisé avec le beau quartier, plus traditionnel, d’Ainay58 situé au centre de la presqu’île de confluence de la Saône et du Rhône59 ; la viscosité de la mobilité professionnelle et surtout sociale pour la deuxième génération, dans le contexte de crise de l’entre-deux-guerres, alors que pendant la période de croissance de la Belle Epoque, les itinéraires professionnels et les trajectoires sociales des individus de la première génération étaient plus fluides.

  • 60 Cf. les dernières pages de la conclusion de sa thèse.

48Le grand intérêt du travail de J.-L. Pinol réside dans sa volonté d’articuler toutes les problématiques de la ségrégation, en réintroduisant constamment la durée (une génération, plusieurs générations) dans l’analyse des processus et en étudiant les stratégies personnelles des habitants de la ville par leur suivi longitudinal. Il démontre que les qualifications urbaines lyonnaises ne sont pas immuables et il aboutit à l’idée que par cette entrée de l’histoire sociale on peut rejoindre les conclusions de l’histoire politique60.

49Si l’on revient à la question initiale du statut de l’espace dans l’étude historique des inégalités sociales, l’on s’aperçoit que dans les travaux présentés jusqu’ici, l’espace est d’abord conçu comme un simple support de l’inscription de la ségrégation. La confrontation des différentes approches nous apprend beaucoup plus. Elle nous éclaire sur ce qui fait obstacle à une transcription mécanique des faits sociaux dans l’espace de la ville et donc sur tout ce qui modifie le décalque des rapports sociaux de domination. A travers ces différentes lectures de la ségrégation, on peut ainsi relever quatre grands facteurs qui forment un système « perturbant » l’inscription spatiale des divisions sociales, l’évolution de chaque élément modifiant l’équilibre global :

  • le contexte économique et social global, de crise ou de croissance, qui détermine les stratégies des commanditaires et celles des citadins en quête d’ascension sociale et dont dépend leur réalisation ;
  • au-delà des modèles paternaliste ou républicain qui les forgent, le large éventail des intentions des commanditaires des bâtisseurs de la ville ;
  • les « résistances » à l’enfermement de la part des populations qui subissent la norme sociale dominante et, par leurs pratiques culturelles et familiales, se montrent capables de se réapproprier la norme dont elles sont exclues et de la retourner à leur profit ;
  • les réactions de la société encadrante vis-à-vis de ces populations ségréguées. Ces réactions s’échelonnent entre des extrêmes, le rejet brutal, la peur de l’autre, l’ouverture bienveillante. Des réactions contraires en retour conditionnent la production de réflexes identitaires plus ou moins forts.

50Ainsi, le pouvoir explicatif de l’espace n’apparaît qu’implicitement, en filigrane, au détour d’un raisonnement sur les pratiques sociales ou les représentations. Or les historiens démontrent très bien que les stratégies des acteurs sont conditionnées par des représentations qui s’attachent à l’image des lieux et que ces images et ces représentations sont créatrices d’identités sociales, elles-mêmes en mouvement...

La construction des identités sociales

51C’est parmi les historiens travaillant dans le champ des pratiques urbaines que l’on trouve les formulations les plus claires du rôle explicatif de l’espace dans la création des faits sociaux. Ils accordent une grande attention à la distance matérielle et aux effets de lieu dans la genèse des phénomènes de relégation des populations situées au bas de l’échelle sociale. Ils pensent que les contraintes habituelles de l’espace pèsent davantage pour elles et augmentent ainsi la distance sociale.

  • 61 Dans les textes des historiens, ceci est implicitement présenté comme une injustice qui contrarie (...)

52Dans l’analyse de la constitution des grands ensembles d’habitat collectif, quelques historiens ont souligné les effets astreignants de la distance physique entre les quartiers périphériques et les espaces centraux de la ville : espaces périphériques dans la géométrie de la ville, espaces périphériques en terme de justice socio-spatiale où l’accès au travail, aux services, aux équipements de base est plus difficile alors même que ces quartiers n’ont pas été conçus comme des pôles de services61.

  • 62 J.-C. Chamborédon, M. Coste, M. Roncayolo, « Construction sociale des populations », dans La ville (...)

« Dans l’espace urbain moderne élargi et comme dilaté par l’expansion des villes, le rôle de la distance s’est accru. Distance à un certain marché de l’emploi : on sait par exemple les effets, pour les femmes des fractions inférieures des classes populaires, de la distance aux emplois de maison — offerts dans les quartiers bourgeois — liés à la résidence à la périphérie des villes ; ou les effets de la désindustrialisation de la couronne nord et est de Paris sur les ouvriers logeant dans ces banlieues (...). Distance à un certain marché de consommation (...). Distance à divers équipements collectifs, notamment importance déterminante de la structure et de la qualité de l’offre scolaire locale (dont la qualité par un effet circulaire est largement déterminée par la qualité du public). »62

  • 63 Cf. B. Fichet, « La distance sociale ou culturelle : dans quelle mesure ? », dans Propos sur la di (...)

53Toute la question réside ici dans l’évaluation de la concordance entre la distance spatiale et la distance sociale. Dans l’exemple ci-dessus, la distance spatiale semble accroître les risques de marginalisation des populations les moins bien dotées en capital monétaire et culturel. Mais la question est délicate, car la distance matérielle risque de réifier une distance symbolique plus ou moins bien établie63. Deuxièmement, la distance matérielle est difficile à apprécier, car l’espace n’est pas seulement hiérarchisé, emboîté et continu, il est aussi réticulaire. Avec le raccordement à un réseau la distance s’atténue...

54Dans des écrits plus récents, on insiste au contraire sur l’absence de concordance mécanique entre la distance métrique et la distance sociale, mais il faut dire qu’entre temps l’évolution des politiques urbaines a changé les données de la question. Un certain nombre de quartiers d’habitat collectif ont été désenclavés par la densification des réseaux municipaux de transports en commun et le problème de la distance physique s’y pose avec moins d’acuité.

55D’autres historiens s’en tiennent à une question plus classique, sur la nature et la portée de la distance sociale, voire culturelle, qui a pour incidence de faire disparaître du discours la distance physique. La distance devient une simple image, cependant l’espace matériel ne s’efface pas tout à fait.

  • 64 S. Magri, « Questions sociologiques », dans La ville divisée..., p. 30.

« Hiérarchisées, les positions sociales se définissent dans leur exclusion mutuelle. Mais ce constat laisse entière la question de la distance qui les sépare. Apprécier celle-ci est évidemment crucial dans l’analyse qui nous occupe. Si la catégorie socio-professionnelle peut être tenue pour critère pertinent de clivage, encore faut-il considérer qu’elle n’est pas anhistorique (...). Toutefois, les distances inscrites dans la hiérarchie des statuts (...) peuvent se combiner avec des proximités dans d’autres ordres de la pratique (...). Il en va ainsi dans de nombreux champs de l’espace social, où s’organisent par exemple, les activités sportives ou encore les pratiques religieuses, où se structurent des mouvements sociaux à base locale (...). De telles proximités se réalisent dans la ville : elles contrarient, sans la démentir, l’image des divisions construites à partir des positions socio-professionnelles. »64

  • 65 P. Bourdieu, La misère du monde, Paris, Seuil, 1993, p. 159-167.

56En général, les propos sur la distance précèdent ou accompagnent l’analyse de ce que les sociologues et les géographes appellent les effets de lieu. Il s’agit de démonter des interactions entre l’espace concrètement investi et la construction des identités sociales : des interactions conjuguées le plus souvent sur un mode négatif mais qui par définition sont susceptibles de renversement. Dans les quartiers d’habitat collectif, P. Bourdieu65 a par exemple montré que le défaut de rente de situation (accès difficile aux services, faible qualité architecturale du bâti...) accentue les conditions incertaines de l’existence des habitants pour lesquels l’enfermement (du fait de l’addition d’une faible mobilité habituelle et de migrations résidentielles bloquées) renforce de surcroît le sentiment de frustration et d’isolement. Conjointement, la médiation des images et des représentations disqualifiantes associées à ces lieux enserre l’identité sociale des habitants à l’intérieur des frontières même du quartier. Le lieu produit une identité et l’identité sociale est toute entière ancrée en ces lieux.

57Dans le cas de rétroactions positives, l’arrivée dans les quartiers accélère l’évolution des contrôles sociaux antérieurs (transformation de la culture ouvrière, adaptation de la culture immigrée...) et le lieu joue comme un catalyseur de l’émergence d’une nouvelle inventivité urbaine. Par conséquent, les images disqualifiantes se muent en images modèles qui ont une forte propension à se diffuser vers le reste du corps social.

  • 66 On peut citer quelques-uns de ces lieux emblématiques de la question sociale : La Croix-Rousse de (...)
  • 67 A. Fourcaut, La ville divisée..., p. 11-12.

58Au bout du compte, il suffit parfois de nommer certains lieux66 pour que surgissent des allégories engloutissant dans un « trou noir » la reconstitution des nombreux processus qui ont façonné ces lieux. Devenus des lieux emblématiques de la question sociale, ils influencent les propres représentations des historiens des inégalités sociales qui dans leurs discours se focalisent alors sur quelques lieux seulement. Comme l’écrit A. Fourcaut67, tout est en place pour une dérive nostalgique...

« D’où le risque de nostalgie populiste qui s’attache à l’étude de ces formations disparues et une dangereuse confusion entre histoire des représentations et histoire urbaine, qui conduit à l’étude exclusive de quelques hauts-lieux, prédécoupés par une histoire des mythes : le faubourg Saint-Antoine, Belleville, Saint-Denis, Halluin, Bobigny, La Croix-Rousse, Limoges, le Soleil noir. »

  • 68 P.Y. Saunier, « Un espace toujours à part : La Croix-Rousse de Lyon », dans La ville divisée..., p (...)

59... A moins que le sujet principal ne redevienne celui de l’explication des conditions de l’émergence de ces représentations. P.Y. Saunier68 a par exemple établi l’inversion des images de La Croix-Rousse de Lyon pendant le temps d’un siècle, passées de l’allégorie d’un espace émeutier, incarnation de la question sociale, vers 1830, à celle d’un espace de retournement, autour de 1870, à la figure finale d’un espace emblématique chargé d’une symbolique de quartier-village aux connotations idylliques et conservatrices, depuis la fin du XIXe siècle.

Conclusion : les ségrégations et les temporalités urbaines

  • 69 L’inscription spatiale des classes moyennes est moins souvent prise en compte, sauf dans les reche (...)

60C’est ainsi que se révèlent pas à pas les nombreuses perspectives du déchiffrement des inégalités sociales dans l’espace de la ville contemporaine. Ici l’espace n’est pas une simple métaphore du social. Il est une résultante sociale pour laquelle le concept de ségrégation constitue le principal instrument d’enquête. La présentation des exemples a montré combien la polysémie du terme ouvre le champ des approches. On y a lu que le phénomène de ségrégation signifie à la fois l’observation de toute l’étendue des inégalités sociales dans l’espace de la ville et l’étude des rapports à l’espace d’un groupe social particulier, en haut (les élites) ou en bas (les ouvriers et les employés, les immigrés, les chômeurs, les pauvres) de l’échelle sociale69. De même, la ségrégation peut être abordée par l’étude des groupes sociaux dans leur espace ou par celle des formes bâties de la ville étudiées comme signifiant du social. Et la ségrégation implique toujours que l’on se pose la question corollaire de la délimitation des espaces : recension de discontinuités entre des territoires que l’on agrège à différentes échelles grâce aux outils statistiques disponibles ou adoption sans discussion des bornes des espaces performatifs, recherche de frontières physiques, de frontières vécues ou symboliques. Enfin la ségrégation renvoie tout autant à l’analyse de l’état de ségrégation à un ou des moments successifs qu’à la quête des processus ségrégatifs.

  • 70 B. Lepetit, « Une herméneutique urbaine est-elle possible ? » dans Temporalités urbaines, dir. B. (...)

61Aux formes spatiales multiples et changeantes de la ségrégation correspond un ordre du temps complexe, la ségrégation n’est jamais un phénomène linéaire. Pour saisir les temporalités de la ségrégation et les temps de la ville, les transferts de ségrégation et les qualifications spatiales de la ville, on peut essayer de suivre la voie heuristique ouverte par B. Lepetit70 dont le projet était de fonder une herméneutique de la ville. Il affirmait la nécessité d’une analyse systémique des espaces et des temps de la ville, par l’explication et l’interprétation conjointes, diachronique et synchronique, de ses formes spatiales et de ses usages sociaux. Dans la ville cœxistent donc des fragments ségrégués produits à des moments différents de l’histoire par des codes sociaux différents. Ils fonctionnent dans le temps présent. Alors que certains d’entre eux ont un statut de trace – c’est-à-dire que leur usage est désaccordé par rapport aux usages qui les ont générés, d’autres présentent une concordance, passée ou présente, des usages et des formes. Les divisions d’hier peuvent être réactivées ou effacées, éclaircies ou brouillées par les divisions d’aujourd’hui, qui à leur tour créent de nouvelles qualifications urbaines. C’est pourquoi la chronologie globale des ségrégations urbaines est si difficile à établir...

Notes

1 « Secteur longtemps sinistré de la production historiographique française, surtout pour la période contemporaine, l’histoire urbaine apparaît (...) comme un secteur en pleine croissance, riche de jeunes chercheurs, auteurs de travaux neufs... » (A. Fourcaut, La ville divisée, Paris, Créaphis, 1996, p. 10).

2 Même si l’« interdisciplinarité » ne va pas toujours de soi. Cf. G. Noiriel, « Histoire : la perspective pragmatiste », Espaces Temps, Le Journal, 1992, No 49-50, p. 83-85.

3 Pour avoir une vision plus large des questions concernant l’histoire et l’espace on pourra lire : P. Bourdelais, B. Lepetit, « Histoire et espace », dans Espaces, jeux et enjeux, dir. R. Brunet, F. Auriac, Paris, Fayard, 1986, p. 17-26.

4 L’espace urbain est difficile à délimiter. En France, le seuil de 2.000 habitants distinguait, avant 1954, les communes rurales des communes urbaines. Depuis 1954, la délimitation des unités urbaines ou agglomérations urbaines (elles comprennent des communes-centre et des communes de banlieue) est fondée sur ce seuil et le critère morphologique de continuité du bâti. Toujours en 1954, les statisticiens de l’INSEE avaient aussi défini des zones de peuplement industriel et urbain qui comprenaient les unités urbaines et des communes rattachées aux unités urbaines par les caractéristiques professionnelles de la population active résidente et des emprises fonctionnelles importantes ; plus récemment, en 1996, les statisticiens ont élaboré la notion d’espace à dominante urbaine, avec des unités urbaines de plus de 5.000 emplois localisés et des couronnes périurbaines définies par l’importance des mouvements pendulaires (au moins 40 % des actifs résidents se dirigeant vers ces pôles ou vers d’autres pôles contigus).

5 Dans l’agglomération parisienne, les quartiers ouvriers de l’est et du nord remplacèrent progressivement les quartiers populaires en débordant vers la Plaine Saint-Denis et le port de Gennevilliers ; les quartiers bourgeois se construisirent à l’emplacement des anciens espaces aristocratiques, à l’ouest et au sud-ouest de Paris, jusqu’à Versailles et la vallée de Chevreuse.

6 La ségrégation dans la ville, concepts et mesures, éd. J. Brun, C. Rhein, Paris, l’Harmattan, 1994.

7 Histoire de la France urbaine, dir. G. Duby, Paris, Seuil, 1980-1985, 5 vol. Voir le tome 4, La ville de l’âge industriel, le cycle haussmannien, 1983, et le tome 5, La ville aujourd’hui, croissance urbaine et crise du citadin, 1985.
La ville divisée, les ségrégations urbaines en question, France XVIIIe-XXe siècles, dir. A. Fourcaut, Paris, Créaphis, 1996. Le livre est issu des travaux du colloque des 27 et 28 janvier 1994, Réalités, évolutions et représentations des ségrégations urbaines en France de la fin de l’Ancien régime aux années 60, qui s’est tenu à l’ENS de Fontenay-Saint-Cloud, il est dédié à l’historien B. Lepetit. L’ouvrage est très riche, nous nous y référons souvent même si nous ne citons pas nommément les trente auteurs qui y ont contribué.
Atlas historique des villes françaises, dir. J.-L. Pinol, Barcelone, Paris, Salvat, Hachette, 1996. Ces deux derniers ouvrages comprennent de nombreuses illustrations et cartes. Ils réunissent des études de quartiers, de villes, avec un objectif général comparatif qui dépasse complètement la collection de cas.

8 J.-L. Pinol, Les mobilités de la grande ville, Lyon, fin XIXe début XXe siècle, Paris, Presse de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1991.

9 J. Barou, La place du pauvre, histoire et géographie sociale de l’habitat HLM, Paris, l’Harmattan, 1992 ; C. Bachmann, N. Le Guennec, Violences urbaines, ascension et chute des classes moyennes à travers cinquante ans de politique de la ville, Paris, Albin Michel, 1996.

10 H. Lefebvre, Le droit à la ville, Paris, Anthropos, 1968 ; La révolution urbaine, Paris, Gallimard, 1970 ; La pensée marxiste et la ville, Paris, Castermann, 1972 ; La production de l’espace, Paris, Anthropos, 1974 ; R. Ledrut, L’espace social de la ville, Paris, Anthropos, 1968 ; M. Castells, La question urbaine, Paris, F. Maspero, 1972.

11 Cf. H. Isnard, L’espace géographique, Paris, PUF, 1978. L’auteur transpose ces problématiques dans une démarche d’épistémologie de la géographie.

12 Cf R. Ledrut, « L’homme et l’espace », dans Histoire des mœurs, dir. J. Poirier, Paris, Gallimard, 1990, 1, p. 59-113 (Encyclopédie de la Pléiade). Le texte est une bonne synthèse de ce courant de pensée.

13 H. Lefebvre, La révolution..., p. 117-118.

14 La ville aujourd’hui..., p. 454.

15 A. Fourcaut, La ville divisée..., p. 14.

16 Journaliste et sociologue, formé à la philosophie allemande par G. Simmel, R.E. Park (1864-1944) fonda l’école de Chicago à l’université de Chicago dans les années 20. Ses principaux collaborateurs furent : E.W. Burgess, H. Hoyt, C.D. Harris, R. McKenzie, E.L. Ullmann, L. Wirth.

17 Y. Grafmeyer, I. Joseph, L’Ecole de Chicago, Paris, Les Editions du Champ Urbain CRU, 1979.

18 J.-L. Pinol, Les mobilités de la grande ville...

19 L’ouvrage collectif La ségrégation dans la ville..., développe largement toutes les questions épistémologiques relatives à la ségrégation.

20 Cf. les recherches de l’écologie factorielle urbaine, inspirées des thèses de l’école de Chicago.

21 J. Brun, « Essai critique sur la notion de ségrégation et sur son usage en géographie urbaine », dans La ségrégation dans la ville... p. 21-57.

22 Y. Grafmeyer, « Regards sociologiques sur la ségrégation », dans La ségrégation dans la ville..., p. 85-117.

23 Paris, Editions de l’Aube, 1994.

24 S. Magri, « Questions sociologiques », dans La ville divisée..., p. 26.

25 A. Fourcaut, La ville divisée..., p. 20.

26 J.-L. Lenhof, « Espace compartimenté, échec industriel et sclérose sociale : Alençon au XIXe siècle », dans La ville divisée..., p. 69-89.

27 Il est situé dans le texte à la suite du repérage des processus ségrégatifs à l’œuvre pendant le XIXe siècle et avant une étude de démographie différentielle.

28 Cf. J.-L. Pinol, Les mobilités de la grande ville..., chapitre 4.

29 S. Magri, La ville divisée..., p. 29.

30 Cf. J.-L. Pinol, Les mobilités de la grande ville..., chapitre 4.

31 Voir par exemple les cartes fondées sur le recensement de 1954 et établies à l’échelle de la ville de Paris et des quatre quartiers de : La Muette, Saint-Avoye, Plaine-Monceau, Petit-Montrouge, « Permanence d’une ségrégation spatiale et sociale », dans Atlas historique des villes de France, p. 57-58.

32 Cf. J.-L. Pinol, Les mobilités de la grande ville..., chapitre 5.

33 D. Pumain, T. Saint-Julien, « Modèles de villes », dans Atlas de France, dir. R. Brunet, F. Auriac, 12, L’espace des villes, Paris, Reclus, La Doc. fr., 1995.

34 Voir les trois planches de cartes statistiques (« La réalité sociale des grandes villes en 1990 ») placées à la fin de l’Atlas historique des villes de France, p. 310-313.

35 D. Hervier, V. Belle, C. Boulmer, J.-C. Forgeret, A. Le Bas, « Les formes architecturales dans la lecture des phénomènes ségrégatifs autour de la capitale », dans La ville divisée..., p. 106-121.

36 Cette analyse exclusive des formes est assez rare. F. Dubost en est l’un des pionniers. Cf. Banlieue rouge, dir. A. Fourcaut, Paris, « Autrement », 1992, p. 99-110.

37 Ils les présentent concrètement par des photographies et des reproductions de plans.

38 D. Hervier, La ville divisée..., p. 112.

39 F. Moret, « Un discours de la ségrégation chez les socialistes britanniques et français (1820-1850) ? », dans La ville divisée..., p. 152-161.

40 F. Engels, « Les grandes villes », dans La situation de la classe laborieuse en Angleterre, Paris, Editions Sociales, 1975, p. 59-117. « Toute grande ville a un ou plusieurs ‘mauvais quartiers’ où se concentre la classe ouvrière. Certes il est fréquent que la pauvreté réside dans des venelles cachées tout près des palais des riches, mais en général, on lui a assigné un terrain à part, où dérobée au regard des classes les plus heureuses, elle ria qu’à se débrouiller seule, tant bien que mal. Ces ‘mauvais quartiers’ sont organisés en Angleterre partout de la même manière, les plus mauvaises maisons dans la partie la plus laide de la ville : le plus souvent ce sont des bâtiments à deux étages ou à un seul, en briques, alignés en longues files, si possible avec des caves habitées et presque toujours bâtis irrégulièrement. Ces petites maisons de trois ou quatre pièces et une cuisine s’appellent des cottages (...). Les rues elles-mêmes ne sont habituellement ni planes, ni pavées ; elles sont sales, pleines de détritus végétaux et animaux, sans égouts ni caniveaux, mais en revanche parsemées de flaques stagnantes et puantes. De plus l’aération est rendue difficile par la mauvaise et confuse construction de tout le quartier, et comme beaucoup de personnes vivent ici dans un petit espace, il est aisé d’imaginer quel air on respire dans ces quartiers ouvriers. En outre, les rues servent de séchoir par beau temps. » (p. 62-63).

41 J. London, Le peuple de l’abîme, Paris, C. Bourgeois, 1990 (poche 10/18). « Nulle part, dans les rues de Londres on ne peut échapper au spectacle de l’abjecte pauvreté qui s’y étale. Cinq minutes de marche vous conduiront à un quartier sordide. Mais la région où s’engageait ma voiture n’était qu’une misère sans fin. Les rues grouillaient d’une race nouvelle de gens, complètement différente, de petite taille, d’aspect miteux, la plupart ivres de bière. Nous roulions devant des milliers de maisons de briques, d’une saleté repoussante, et à chaque rue transversale apparaissaient de longues perspectives de murs et de misère. » (p. 31).

42 Y. Lequin, « Les citadins et leur vie quotidienne », dans La ville de l’âge industriel, p. 355.

43 Cf. C. Berthet, « Les H.B.M. du quartier des Etats-Unis de Lyon », dans La ville divisée..., p. 286-300.

44 Cf. J. Brun, « Nouvelles approches », dans La ville aujourd’hui, p. 333-352

45 Cf. C. Bachmann, N. Le Guennec, « Une vie en transit » et « La survie obstinée des bidonvilles », dans Violences urbaines..., p. 192-193 et 202-217.

46 Cf. J. Barou, « Diversité sociale des peuples HLM », dans La place du pauvre, p. 92-113.

47 Ceci est l’objet de la partie « Politiques publiques et patronales », dans La ville divisée..., p. 231-260.

48 A. Leménorel, « Les cités ouvrières dans la France contemporaine : une ségrégation préméditée ? », dans La ville divisée..., p. 328-343.

49 J. Domenichino, « Les cités ouvrières des Chantiers et Ateliers de Provence », dans La ville divisée..., p. 318-327.

50 Comme le démontre pour la ville de Paris P. Nivet, dans « La ségrégation sociale à Paris à travers les débats du conseil municipal (1945-1977) », dans La ville divisée..., p. 302-317.

51 Cf. « Population et pratiques urbaines », dans La ville aujourd’hui, p. 446 sq.

52 Voir toute la fin du volume Violences urbaines..., à partir du livre IV, septième partie.

53 Cf. La ville divisée...

54 Y. Lequin, « Les citadins »..., p. 345.

55 L’hypothèse d’une relativement faible homogénéité sociale se vérifie par exemple dans le cas du lotissement du Parc de Saint-Maur à Paris, I. Mazières, « Le lotissement du Parc de Saint-Maur (1859-1911) », dans La ville divisée..., p. 268-285.

56 J.-L. Pinol, Les mobilités de la grande ville..., p. 27.

57 Cité ibid., p. 112.

58 Ce quartier fait par ailleurs l’objet d’une étude détaillée dans B. Dumons, « Ainay, le quartier noble et catholique de Lyon », dans La ville divisée..., p. 376-393.

59 La double page consacrée par Y. Grafmeyer aux élites urbaines à Lyon au XXe siècle (d’après le Tout-Lyon Annuaire établi à partir de 1902) dans l’Atlas historique des villes de France, p. 168-169, montre la permanence de ces deux pôles d’attraction traditionnels dans les IIe (quartier d’Ainay) et VI’(quartier des Brotteaux) arrondissements et la création d’un nouveau pôle périphérique à l’ouest : trois pôles d’attraction disjoints dont les calendriers de peuplement respectifs ont été décalés et qui conservent aujourd’hui, mais dans une moindre mesure, l’empreinte de la chronologie initiale.

60 Cf. les dernières pages de la conclusion de sa thèse.

61 Dans les textes des historiens, ceci est implicitement présenté comme une injustice qui contrarie l’idéal républicain dont la finalité est de garantir une égale accessibilité aux services pour tous les citoyens.

62 J.-C. Chamborédon, M. Coste, M. Roncayolo, « Construction sociale des populations », dans La ville aujourd’hui, p. 454-455.

63 Cf. B. Fichet, « La distance sociale ou culturelle : dans quelle mesure ? », dans Propos sur la distance, Strasbourg, Cahiers du CEMRIC, 1993, no 3, p. 9-16.

64 S. Magri, « Questions sociologiques », dans La ville divisée..., p. 30.

65 P. Bourdieu, La misère du monde, Paris, Seuil, 1993, p. 159-167.

66 On peut citer quelques-uns de ces lieux emblématiques de la question sociale : La Croix-Rousse de Lyon ou Montfermeil, Sarcelles en banlieue parisienne, pour qui étudie le XIXe siècle, Vaulx-en-Velin près de Lyon, Neuhof à Strasbourg, La Paillade à Montpellier ou bien d’autres quartiers désignés comme territoires de la Politique de la Ville et stigmatisés par des violences urbaines sporadiques, pour qui étudie les villes d’aujourd’hui.

67 A. Fourcaut, La ville divisée..., p. 11-12.

68 P.Y. Saunier, « Un espace toujours à part : La Croix-Rousse de Lyon », dans La ville divisée..., p. 174-189.

69 L’inscription spatiale des classes moyennes est moins souvent prise en compte, sauf dans les recherches relatives à la mobilité sociale et résidentielle ascendantes, où elles sont considérées comme un niveau de basculement de la hiérarchie sociale.

70 B. Lepetit, « Une herméneutique urbaine est-elle possible ? » dans Temporalités urbaines, dir. B. Lepetit et D. Pumain, Paris, Anthropos, 1993, p. 287-300 ; id, « Le temps des villes », dans Villes, histoire et culture, 1, 1994.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540