Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les espaces de l’historien

 | 
Jean-Claude Waquet
, 
Odile Goerg
, 
Rebecca Rogers

Deuxième partie. De l'espace domestique à l'espace urbain

Le sexe de l’espace : réflexions sur l’histoire des femmes aux xviie et xixe siècles dans quelques travaux américains, anglais et français1

Rebecca Rogers

Texte intégral

  • 1 Je remercie les membres du groupe « espace » pour leurs suggestions et critiques perspicaces. Je ti (...)
  • 1 Compte-rendu des séances de l’Assemblée nationale, 2, Paris, 1849, p. 649.
  • 2 Cité dans M. Hewitt, Wives and Mothers in Victorian Industry, Westport, Greenwood Publishing, 1975, (...)
  • 3 Cité dans M. Ryan, The Cradle of the Middle Class. The Family in Oneida County, New York, 1790-1865 (...)

Athanase Coquerel en 1848 en France : « La place convenable et légitime de la femme est la vie privée et non la vie publique.1 »
Une délégation ouvrière anglaise dans les années 1840 : « The home, its cares and employments are the womans true spheres.2 »
Le Révérend Fowler en 1859 aux États-Unis :
« Womens sphere of influence (is not) the pursuit of literature, science and art... the markets of trade, the scenes of politics and popular agitation, the courts of justice and the halls of legislation.
3 »

1Pour qui s’intéresse à la place des femmes au XIXe siècle, les exemples évoquant une division très nette entre sphère masculine publique et sphère féminine privée sont légion. L’histoire des femmes s’est construite dans les années 1970 en Angleterre et aux Etats-Unis autour de cette séparation. Cette division du monde a, d’abord, semblé fort commode aux historiens des XVIIIe et XIXe siècles. Ils en usaient à la fois pour décrire une réalité historique et structurer l’argumentation historique. Cette conceptualisation dichotomique, qui a fortement marqué deux décennies de l’histoire des femmes, rejoignait, en outre, des distinctions opposant l’homme à la femme, la culture à la nature, le travail à la famille.

2Cette utilisation des notions de sphères publique et privée, qui à l’origine étaient essentiellement abstraites, suscite, depuis dix ans, critiques et commentaires. Désormais, les historiens mettent l’accent sur la dimension spatiale des sphères, et parmi eux des Français, pourtant enclins à douter de la valeur conceptuelle de cette notion. Les sphères deviennent peu à peu des espaces dont la constitution est analysée sous l’angle sexué.

  • 4 Cf. N. Fraser, « Rethinking the Public Sphere », Social Text, 25/26, 1990, p. 56-57 ; les caractéri (...)
  • 5 Cf. L. Klein, « Gender and the Public/Private Distinction in the Eighteenth Century : Some question (...)

3L’étude de cette évolution historiographique permet de saisir l’intérêt d’une approche plus rigoureuse, centrée sur les caractéristiques sexuées des espaces matériels et conceptuels. Les recherches empiriques ou théoriques antérieures ne précisaient guère, en effet, ce qu’elles entendaient par « sphère ». Le sens du mot variait en fonction du rédacteur, du pays considéré ou de la méthode adoptée. Quel est le sens de l’expression « sphère publique » ? Est-ce l’Etat, les lieux où se forme l’opinion publique (au sens de J. Habermas), la sphère économique, ou un espace plus social4 ? La sphère du privé incluait, de manière assez évidente, la famille, la maison, l’intime, mais elle englobait aussi tout un ensemble de lieux ou de concepts associés à l’étude de la vie privée (lieux de réunion, espaces de sociabilité, etc.). La compréhension du mot s’en trouvait compliquée. L’absence de consensus sur la signification du « privé » et du « public » entraînait donc des usages parfois peu cohérents qui ont contribué à jeter le discrédit sur la distinction elle-même5.

  • 6 L. Kerber, « Beyond Roles, Beyond Spheres : Thinking about Gender in the Early Republic », William (...)
  • 7 Voir en particulier, A. Vickery, « Golden Age to Separate Spheres ? A Review of the Categories and (...)

4A ce problème, s’ajoute ensuite l’utilisation du concept même de sphères masculine et féminine séparées. En 1988, L. Kerber a distingué trois approches qui correspondent globalement à des étapes historiographiques. La première considère que toute l’histoire humaine est divisée selon les sexes ; la deuxième envisage ce clivage comme une construction rhétorique répondant aux changements socio-économiques du début de l’industrialisation ; la plus récente, enfin, comprend le concept de sphères distinctes non pas métaphoriquement, mais géographiquement, et l’attention se porte alors sur les usages sexués de l’espace6. Les historiens mêlent souvent ces approches, troublant les frontières entre une utilisation analytique et un examen purement descriptif du concept7. Le mot sphère renvoie, de surcroît, à une réalité géométrique aux contours définis, alors que l’usage qui en est fait, n’adopte guère pareille clarté.

  • 8 Le livre récent de F. Thébaud annonce peut-être une évolution à cet égard : Ecrire l’histoire des f (...)

5Les liens entre les sphères et l’espace sont, en effet, multiples, car si la sphère est avant tout abstraite, chacune peut être ancrée dans un espace géographique concret, la maison ou la rue, la chambre ou l’entreprise. Ce va-et-vient très fécond entre conceptualisation et empirisme dépend d’une claire définition des termes et des références épistémologiques utilisés. Le contraste entre les Le sexe de l’espace : réflexions sur l’histoire des femmes aux XVIIIe et XIXe siècles 183 écoles historiques française et anglo-saxonne justifie la relecture de ce qui s’est fait des deux côtés de l’Atlantique entre 1750 et 1900, période pour laquelle la division public/privé semble la plus pertinente. Un tel exercice souligne la capacité des chercheurs anglo-saxons à conceptualiser l’espace. Il permet également de mieux situer l’histoire des femmes, telle qu’on la pratique en France, dans un débat qui se veut international sans vraiment l’être8.

Les sphères séparées dans l’historiographie anglo-américaine

  • 9 Cf. A. Farge, « Pratique et effets de l’histoire des femmes », dans Une histoire des femmes est-ell (...)

6La naissance de l’histoire des femmes coïncide avec celle du militantisme féministe et marxiste dans les milieux universitaires de l’après-1968. Le souci de récupérer une histoire occultée oriente les recherches soit vers les aspects spécifiques de l’existence féminine (la maternité, la sexualité, le corps), soit sur les mouvements de revendication féministe. Il existe cependant des différences nationales dans la façon d’aborder cette histoire profondément déterminée par le contexte de l’époque. La production historique française souffre d’une notoriété modeste et d’une autonomie dans le champ universitaire limitée, alors qu’aux Etats-Unis, l’essor des programmes de « women’s studies » encourage une production scientifique et des efforts de synthèse où apparaissent des schémas explicatifs largement débattus. En France, l’histoire des femmes a longtemps été liée à l’histoire des mentalités, et des outils conceptuels n’ont émergé qu’avec difficulté9.

La naissance du concept pour les historiens anglo-américains10

  • 10 Mon analyse commence avec les années 1960, mais on trouve chez Tocqueville la première articulation (...)
  • 11 B. Welter, « The Cult of True Womanhood : 1820-1860 », American Quarterly, 18, 1966, p. 151-174.
  • 12 Pour une analyse de cette même conceptualisation dans l’histoire ouvrière, cf. Gender and Class in (...)

7L’idée de sphères séparées apparaît dès les premiers travaux portant sur les Etats-Unis et sur les femmes dans l’espace privé. En 1966, un article de B. Welters, qui s’appuie sur la fiction féminine et la littérature normative du XIXe siècle, montre combien la femme était associée à la vie domestique et à la maison ; dès lors, en reprenant le titre de son article, les historiens utiliseront le terme de « cult of true womanhood » pour évoquer l’idéologie des sphères séparées11. L’influence du marxisme, et notamment des arguments d’Engels sur la séparation entre privé et public, sous-tend les travaux ultérieurs qui expliquent la séparation des sphères par le processus d’industrialisation. L’éloignement progressif entre lieu de travail et lieu de résidence aurait conduit les femmes de la bourgeoisie à se retirer des activités économiques vers le foyer et la vie privée12. Dans les parutions du début des années 1970, ce repli est le signe de la subordination des femmes : la sphère privée y est dépendante de la sphère publique.

  • 13 C. Smith-Rosenberg, « The Female World of Love and Ritual : Relations between Women in Nineteenth-C (...)
  • 14 N. Cott, The Bonds of Womanhood : ‘Woman’s Sphere’in New England, 1780-1835, New Haven, Yale Univer (...)

8L’article déterminant de C. Smith-Rosenberg en 1975 a modifié ces perspectives. Son analyse de la correspondance féminine a mis en valeur l’importance d’une culture féminine radicalement différente de celle des hommes, où les liens les plus forts sont entre femmes et non entre femmes et maris13. A la suivre, la sphère privée est clairement féminine et complémentaire de la sphère publique. Par la suite, d’autres historiens se sont intéressés de plus près aux pratiques de cette culture féminine. Pour certains, cette sphère féminine distincte aurait permis la naissance d’une forme de conscience individuelle qui aurait, ensuite, facilité l’accès des femmes à des activités extérieures au domaine privé14.

  • 15 M. Vicinus, Independent Women. Work and Community for Single Women, 1850-1920, Chicago, Chicago Uni (...)
  • 16 Cette vision libérale de l’utilité des sphères séparées ne trouve pas ou peu d’écho en France. Pour (...)

9Cette approche a été appliquée au cas anglais par M. Vicinus sans que ses travaux n’aient rencontré un grand écho en Angleterre. Dans la lignée des travaux de N. Cott et de C. Smith-Rosenberg, elle accepte l’idée de sphères mais les envisage dans leur matérialité spatiale. A travers une analyse minutieuse et rigoureuse d’institutions féminines (les résidences de diaconesses, les infirmeries, les « colleges » et les « settlement houses »), l’historienne a cherché à voir « les manières dont les femmes ont organisé leur espace et leur temps quand elles en avaient la possibilité »15. Mais elle ne restreint pas sa vision aux seuls espaces féminins puisque le dernier chapitre, « Male Space and Female Bodies », traite de l’invasion de l’espace public masculin par les femmes du mouvement suffragiste. Ainsi, l’espace devient central dans une analyse qui permet de joindre deux orientations de la recherche sur les femmes : celle qui porte sur la culture féminine et celle qui s’intéresse aux rapports des femmes à la politique. Pour M. Vicinus, la séparation des sphères a favorisé une prise de conscience identitaire des femmes qui, fortes de cet acquis, ont pu alors partir à l’assaut du monde politique16.

  • 17 Pour l’historiographie concernant l’Angleterre, cf. A. Vickery, « Golden age... », p. 383-414.

10La recherche américaine a influencé une école anglaise profondément imprégnée de la pensée d’E.P. Thompson17. Ainsi, l’analyse des sphères issues de l’industrialisation est associée à la formation d’une identité de classe. Se rapportant aussi bien au rôle des femmes dans le foyer qu’à l’organisation économique, politique et sociale, le concept de sphères sexuellement séparées est vu comme une clé de l’analyse de la bourgeoisie anglaise du XIXe siècle :

  • 18 « The separation between the sexes was marked out at every level within the society in manufacturin (...)

« La séparation entre les sexes était tracée à tous les niveaux de la société, dans les fabriques, dans le commerce de détail, dans les professions, dans toutes les formes de la vie publique, dans les églises, dans la presse et au foyer. La séparation entre les sphères était l’une des caractéristiques structurelles de la société bourgeoise dans l’Angleterre de la fin du dix-huitième siècle et du début du dix-neuvième siècle. »18

11Ce point de vue comporte un élément spatial explicite corrélé au développement urbain de la période industrielle, mais c’est l’industrialisation qui explique la création de ces sphères. L’émergence d’une société de classe est ainsi liée à une subordination accrue des femmes « emprisonnées » dans leur sphère féminine.

  • 19 B. Smith, Ladies of the Leisure Class. The Bourgeoises of Northern France in the Nineteenth Century (...)

12Pour le XIXe siècle français, les sphères séparées apparaissent dans l’analyse brillante de l’Américaine B. Smith sur les femmes de la bourgeoisie française. Utilisant des méthodes anthropologiques, l’historienne propose une lecture attentive des significations multiples de la culture domestique des bourgeoises du Nord. Tout en critiquant les limites d’une compréhension marxiste et a-féminine de la bourgeoisie, elle accepte l’idée que la division entre espaces masculins et féminins est le résultat du processus économique : la révolution industrielle modifie le paysage physique de la ville en induisant une séparation nouvelle entre industries, maisons et bâtiments publics19. B. Smith cherche alors, non pas à expliquer cette transformation, mais à explorer les caractéristiques d’une culture féminine centrée autour de l’importance de la reproduction. Elle analyse les significations multiples d’une culture catholique qu’elle juge irrationnelle et anti-moderne, mais qui permet une forme de féminisme domestique ; le privé est alors le tremplin d’activités publiques, de l’action caritative à l’enseignement. Mais, contrairement aux spécialistes des Etats-Unis, B. Smith juge la sphère féminine inférieure à celle des hommes ; elle serait structurée par un ensemble de valeurs opposées à celui du monde masculin, elle n’offrirait pas les mêmes possibilités d’émancipation qu’Outre-Atlantique.

Contours, limites et perméabilité des sphères

  • 20 Les travaux inspirés par le « linguistic turn » en particulier vont s’attacher à montrer le caractè (...)

13Dans les années 1980, plusieurs historiennes ont cherché à dépasser les dichotomies imposées par la conceptualisation public/privé. En proposant une compréhension plus complexe des liens entre le public et le privé, elles insistent notamment sur la dimension rhétorique et sur l’interdépendance des sphères20. Apparaît alors plus clairement la distinction qui existe entre les sphères et les espaces. Leurs résultats ouvrent la voie d’analyses plus directement spatiales.

14Aux Etats-Unis, des études urbaines montrent que certaines femmes ont utilisé le discours sur la séparation des tâches et des espaces pour acquérir davantage d’autonomie. L’intervention des femmes bourgeoises auprès des pauvres et des associations repose, en effet, sur l’idéologie domestique. Ainsi, l’idée même de sphère séparée donne accès à la sphère publique.

  • 21 M. Ryan, The Cradle...

15Le livre de M. Ryan sur la famille bourgeoise d’un comté de l’Etat de New York est exemplaire de cette révision importante dans la conceptualisation des sphères séparées21. D’une part, elle insiste sur le retrait dans le privé des hommes de la bourgeoisie. D’autre part, son dernier chapitre, intitulé « A sphere is not a home : woman’s larger place in the city at midcentury », met en scène des femmes dont les activités débordent très largement le cadre de la maison. Consommatrices, enseignantes, visiteuses des quartiers pauvres, ces femmes bourgeoises sont présentes dans la ville et marquent de leur action une culture publique en pleine évolution. Par conséquent, les frontières de la sphère féminine sont floues et surtout, si sphère féminine il y a, elle ne recouvre guère la distinction sphère privée/sphère publique.

  • 22 L. Davidoff, C. Hall, Family Fortunes. Men and Women of the English Middle Class, 1780-1850, Chicag (...)

16Pour l’Angleterre, le livre qui génère le plus de discussion est sans conteste Family Fortunes, l’aboutissement de quinze ans de recherches menées par C. Hall et L. Davidoff22. A travers l’analyse d’une région anglaise, les deux historiennes donnent davantage de complexité à leur acception initiale des sphères séparées. L’accent mis sur les familles, à l’instar du livre de M. Ryan qui leur sert explicitement de référence, fait éclater toute division simple entre sphère publique et sphère privée, espace masculin ou espace féminin. Au sein de la maison, domaine a priori privé et féminin, se créent des espaces publics mais aussi des espaces masculins. Dans le domaine économique, « l’investissement caché » des femmes se révèle capital dans la formation de cette bourgeoisie provinciale ; de même, les valeurs d’une religion privatisée et féminisée imprègnent les comportements des hommes. Certes, l’idéologie régnante est celle de la séparation mais l’étude attentive des pratiques montre que les sphères et les espaces s’entrecroisent, que les frontières sont mobiles et en négociation constante.

17Cette façon de comprendre les sphères doit beaucoup aux discussions méthodologiques. En multipliant la variété des sources exploitées dans l’histoire des femmes, les historiennes anglaises et américaines montrent les limites des discours normatifs, notamment dans les domaines religieux et éducatif. Par ailleurs, l’attention nouvelle portée au rapport des sexes – par le biais du « gender » – incite les chercheurs à comprendre la construction de la féminité et de la masculinité comme étant le produit de processus plus complexes que ne le laissaient supposer les premiers travaux où la séparation des sphères était utilisée de manière plus descriptive qu’analytique.

L’historiographie française évite l’utilisation des sphères

  • 23 Voir les travaux des anthropologues L. Roubin, « Espace masculin, espace féminin en communauté prov (...)

18En France, la recherche, influencée par les analyses contemporaines des anthropologues, des ethnologues et de certains historiens, s’est d’abord basée sur une approche conceptuelle du privé et du public23. Elle a montré la cohérence d’une culture féminine au sein d’espaces féminins. Mais des critiques se sont rapidement élevées. Ces travaux n’ont en outre jamais atteint le degré de conceptualisation des publications anglo-saxonnes, pour des raisons qu’il importe d’expliquer.

Des sphères, pour quoi faire ?

19L’un des premiers recueils d’articles, l’Histoire sans qualités, s’intéresse surtout aux « voix irrégulières » (Flora Tristan et George Sand), aux féministes ou aux femmes des milieux populaires. On ne parle pas ou peu de sphères ou d’espaces séparés. L’absence d’article sur la bourgeoisie explique peut-être ce silence, à un moment où, d’ailleurs, l’historiographie française, sous l’influence marxiste, traite surtout des classes opprimées. Mais A. Farge insiste sur le fait qu’une séparation spatiale n’est pas pertinente. Dans son exploration des lieux de femmes dans la société prérévolutionnaire parisienne, elle n’en trouve nulle trace. Au contraire,

  • 24 C. Dufrancatel, A. Farge, C. Fauré, L’Histoire sans qualités, Paris, Editions Galilée, 1979, p. 28.

« la maison, comme la rue, ne sont pas vraiment deux espaces séparés. L’architecture des immeubles et des cours, des ateliers et des boutiques, des logements et des garnis, les puits et les lieux d’aisance ne permettent pas de séparer la vie privée de la vie publique ».24

20Il est vrai que son sujet d’étude ne se prête pas aisément à une analyse en termes de séparation d’espaces, mais son insistance sur l’absence de division dénote une certaine réticence à accepter un cadre conceptuel largement adopté Outre-Atlantique.

21La remise en cause d’une vision dichotomique de l’histoire des femmes apparaît de manière précoce en France, sous l’influence à la fois du contexte universitaire dans lequel se développe l’histoire des femmes et des stratégies conscientes qu’élaborent les historiennes pour légitimer leur démarche. Il est frappant qu’en 1982, lors du vaste colloque interdisciplinaire sur les femmes et le féminisme, aucune trace de cette conceptualisation ne soit apparue dans les communications les plus méthodologiques. La seule historienne qui la mentionne, sans toutefois l’adopter d’emblée, travaille sur l’Angleterre victorienne :

  • 25 F. Ducrocq, « Le passé des femme ou l’histoire du passé ? », dans Femmes, féminisme et recherches. (...)

« la division arbitraire entre sphère d’action privée et sphère d’action publique qui découle directement du fait que la notion de sexe anatomique a été retenue comme différence pertinente pour l’organisation sociale, ne pourrait-elle pas être remise en cause par une exploration approfondie des rapports dialectiques entre le système productif et la structure familiale et entre la famille et la vie sociale (...) ».25

22Les articles publiés dans Une histoire des femmes est-elle possible ? éclairent en partie les raisons pour lesquelles une telle conceptualisation n’acquiert pas la même force explicative qu’en Angleterre ou aux Etats-Unis. Voici, au début du volume, le point de vue d’A. Farge :

  • 26 Une histoire des femmes..., p. 33.

« L’enquête sur nos sociétés, à travers le prisme du masculin et du féminin a mis à découvert les thèmes de l’espace privé et de l’espace public, du pouvoir domestique et social et du pouvoir public. On peut se demander si le succès de ces approches n’a pas pour cause une sorte d’impossibilité à étendre l’enquête dans le champ politique, et à travailler sur les rapports hommes/femmes à l’intérieur du système global, social et politique. »26

  • 27 M. Perrot, « La femme populaire rebelle », dans id., Les Femmes ou les silences de L’Histoire, Pari (...)

23Au fond, A. Farge exprime une inquiétude forte au sein de la communauté des historiens français : la marginalisation de l’histoire des femmes alors que l’articulation entre les sphères privée/publique est perçue Outre-Manche comme une façon d’infléchir l’ensemble du récit historique. Si M. Perrot affirme que « le XIXe siècle a poussé la division des tâches et la ségrégation sexuelle des espaces à son point ultime », elle se méfie d’analyses ethnologiques décrivant les faits et les gestes de la vie quotidienne : « le risque est grand aussi d’enfermer une fois de plus les femmes dans l’immobilisme des us et des coutumes, structurant le quotidien dans la fatalité des rôles et la fixité des espaces »27. Malgré l’apport indéniable de l’anthropologie et de l’ethnologie, beaucoup d’historiens s’inquiètent de l’intérêt porté aux espaces domestiques et féminins. En effet, comme l’explique P. Schmitt-Pantel :

  • 28 P. Schmitt-Pantel, « La différence des sexes, histoire, anthropologie et cité grecque », dans L’His (...)

« L’utilisation des concepts de ‘domestique’ et de ‘public’ dans l’étude des rôles sexuels appelle la même critique que celle faite de l’emploi des concepts de ‘nature’ et de ‘culture’. Cette opposition paraît être une nouvelle variante de la ‘réduction des catégories de sexe à leur définition biologique’ ».28

24Pour des historiennes féministes, la notion d’espaces différents « naturels » va à l’encontre d’une volonté d’historiciser les rapports entre les sexes.

  • 29 M. Perrot, « Les femmes, le pouvoir, l’histoire », ibid., p. 210, 214.

25L’histoire du féminisme français est sans doute aussi responsable d’une méfiance des historiens vis-à-vis d’une conceptualisation qui est perçue comme trop systématique et dichotomique. Pour M. Perrot, « elle conforte la thèse du ‘pouvoir social’ des femmes que soutiennent ceux qui ont bien l’intention d’en rester là ». Ainsi, M. Perrot avec A. Farge et d’autres historiennes défendent une histoire du pouvoir des femmes et s’intéressent à la « constitution d’un espace politique, largement consubstantiel au ‘public’ avec une double exclusion : celle des prolétaires, celle des femmes »29.

  • 30 Il est frappant de constater que le livre de L. Davidoff et C. Hall, Family Fortunes, qui a tant ma (...)
  • 31 A. Martin-Fugier, La Bourgeoise. Femme au temps de Paul Bourget, Paris, Grasset, 1983, p. 19.

26Enfin, les sources et les objets d’études expliquent aussi le peu d’intérêt accorde aux sphères séparées. De manière frappante, les discours prescriptifs n’y sont pas analysés. Le discours catholique, la littérature de jeunesse ou les manuels de savoir-vivre échappent au regard des historiens alors que ce type de source est largement exploité dans les analyses anglo-américaines. De même, aucun ouvrage équivalent à ceux de M. Ryan sur Oneida ou de L. Davidoff et C. Hall sur Birmingham, le Suffolk et l’Essex ne paraît sur la bourgeoisie française30. Le livre d’A. Martin-Fugier sur la femme bourgeoise fait exception. Acceptant d’emblée la place des femmes dans la sphère privée, elle définit ses objectifs ainsi : « (le livre) se borne à décrire aussi complètement que possible le modèle de la Femme de Foyer, à le dégager des discours contradictoires et polémiques qui l’abritent »31. En défendant une telle approche empirique, l’historienne ne s’interroge pas sur les catégories qui la sous-tendent et, au fond, le lecteur ne comprend pas pourquoi les discours associent la femme et le foyer, ni quels sont les rapports qu’entretiennent le privé et le public. Révélateur de l’absence fréquente d’un dialogue entre chercheurs français et chercheurs anglophones, l’ouvrage de B. Smith, portant sur la même période, n’est ni cité ni mentionné.

L’émergence d’un vocabulaire commun

  • 32 Histoire de la vie privée, dir. P. Ariès, G. Duby, 4, De la Révolution à la Grande Guerre, éd. M. P (...)

27Le dialogue existe toutefois, comme l’atteste l’entreprise collective d’une histoire de la vie privée. Les deux contributions qui ouvrent le quatrième volume sont l’œuvre de l’Américaine L. Fiunt et de l’Anglaise C. Hall qui, toutes deux, mettent l’accent sur l’interpénétration du privé et du public et montrent comment cette conceptualisation revêt des caractéristiques sexuées à la charnière du XVIIIe et du XIXe siècle. De même, M. Perrot insiste dans ses contributions sur le fait que la sphère privée ne peut s’étudier sans prendre conscience de son rapport avec la sphère publique. L’espace privé est, lui aussi, traversé de divisions multiples : la maison, par exemple, rassemble des espaces masculins et féminins publics32.

28La réflexion prend, en France, un tour nettement plus théorique en 1986 avec un article collectif paru dans les Annales. On y déplore notamment « un manque de réflexion méthodologique et surtout théorique » qui pourrait expliquer que les travaux français ne cherchent guère à mettre en évidence un cadre conceptuel. Le collectif d’historiennes s’inquiète d’approches complémentaires qui gomment le conflit :

« Une certaine histoire des mentalités peut à l’évidence faciliter ce genre d’attitudes. A partir d’une définition culturelle des espaces masculin et féminin s’édifierait un équilibre réel et symbolique entre deux mondes d’où seraient exclues confrontations et violences ».

29Enfin, l’article propose de nouvelles directions de recherches, et notamment le besoin de penser le pouvoir, à la suite de M. Foucault, de manière multiple, d’insérer les femmes dans la politique et de réévaluer le sens du public et de la politique :

  • 33 C. Dauphin, A. Farge, G. Fraisse « Culture et pouvoir »... p. 277, 288.

« Suffit-il de constater que les hommes ont été assignés au public et les femmes au privé, puis d’affirmer que l’espace privé n’échappe pas à l’enjeu politique ? Il faut plutôt se demander comment la définition et la répartition des pouvoirs ont été tributaires des transformations du politique lui-même. En ce sens, on ne s’en tiendra pas à une opposition entre le social et le politique qui recouvrirait celui (sic) du privé et du public : ces deux dualités doivent peut-être s’appréhender dans leur unité. Faire de ce problème théorique une question particulièrement significative pour l’histoire des femmes est déjà une proposition méthodologique. En réintroduisant la dimension politique dans la réflexion sur le masculin/féminin, on privilégie la notion de public, dans la mesure où cette notion implique une réflexion sur le civil, l’économique et le politique lui-même, sans pour autant négliger l’importance du privé. »33

30La volonté d’appréhender ensemble le privé et le public rejoint les préoccupations des chercheurs anglophones, mais en même temps, il me semble que la signification de mots comme « public », « social » et « politique » doit être précisée dans la mesure où l’association entre social et privé ne va pas de soi.

  • 34 Histoire des Femmes, dir. G. Duby, M. Perrot, Paris, Plon, 1990-1992. En 1992 est organisé à la Sor (...)
  • 35 Histoire des femmes, 4, Le XIXe siècle, dir. G. Fraisse, M. Perrot, Paris, Plon, 1991, p. 17.
  • 36 Ibid., p. 462.

31La publication en 1990-1992 des cinq volumes de l’Histoire des femmes représente un moment critique dans l’historiographie française, d’autant plus que l’entreprise a suscité des réactions importantes dans la communauté scientifique et dans le grand public34. Le nombre d’intervenants (plus de 70) empêche évidemment d’imposer une ligne théorique commune, même si les éditeurs insistent sur le fait que l’intérêt principal de leur démarche est de montrer l’importance d’une histoire du rapport entre les sexes et de la différence des sexes. En réalité, les femmes sont le véritable objet de l’étude et les représentations sont bien plus analysées que « le fait matériel ou social »35. Dans l’ensemble cependant, il faut reconnaître que les éditeurs ont été fidèles à leur volonté de situer les femmes face à la sphère publique. M. Perrot, en particulier, a écrit un chapitre très pertinent intitulé « Sortir », où elle montre « cet effort multiple, individuel et collectif, pour subvenir les usages de l’espace, du temps, de la mémoire même en prétendant à l’historicité », et où elle s’attache « aux circulations hors de l’enclos : voyages, actions sociale, syndicale et gréviste »36. Son analyse des usages féminins des espaces laissés ou confiés aux femmes révèle non seulement les contraintes des espaces matériels, mais aussi les libertés qu’ils peuvent offrir. Le chapitre se termine par une série d’interrogations sur la façon dont la loi, la religion et la politique construisent des représentations de la femme cantonnée au sein de l’espace privé. Pour M. Perrot, une histoire sexuée de l’opinion publique découlerait de l’observation attentive de ces moments de rupture dans les représentations.

Convergences sur l’espace

  • 37 J. Scott, Gender and the Politics of History, New York, Columbia University Press, 1988, p. 15-50. (...)

32Au début des années 1990, la perspective française, plus axée sur l’espace concret de la cité et sur la notion de « public », a rejoint la perspective anglo-américaine dans sa critique des sphères séparées. En effet, sous l’influence des approches du « gender history » en Angleterre et aux Etats-Unis, toute une série d’articles et de conférences souligne les dangers épistémologiques d’une argumentation centrée sur des oppositions binaires où, comme l’écrit Joan Scott, les positions normatives sont considérées comme le résultat, non plus de conflits, mais de consensus sociaux37. En schématisant, on peut discerner dans ces critiques deux orientations nouvelles qui correspondent davantage aux problématiques explicitées par M. Perrot dans l’Histoire des Femmes. La première s’intéresse aux questions de pouvoir et aux caractéristiques de la sphère publique sous l’influence d’abord de M. Foucault, puis de J. Habermas. La deuxième orientation, plus pertinente pour notre analyse, propose d’examiner de plus près les pratiques et les usages de l’espace matériel, qu’il soit public ou privé.

Le déplacement du privé au public

  • 38 Publiée en Allemagne en 1962, ce n’est qu’en 1989 que paraît la traduction anglaise sous le titre, (...)
  • 39 J. Landes, Women and the Public Sphere in the Age of the French Revolution, Ithaca, Cornell Univers (...)
  • 40 D. Goodman, « Public Sphere and Private Life : Toward a synthesis of current historiographical appr (...)

33Aux Etats-Unis, la traduction en anglais de l’œuvre de J. Habermas a suscité une réflexion nouvelle autour de l’espace ou de la sphère publique38. Le premier ouvrage à l’origine d’un débat important n’est pas dû à une historienne, mais à une politologue. Joan Landes s’intéresse à la Révolution française et à la façon dont le public bourgeois « est ‘masculiniste’ de manière essentielle et non pas fortuite ; cette caractéristique détermine à la fois la représentation qu’il donne de lui-même et sa transformation structurelle ultérieure »39. Ainsi, la Révolution, surtout la Terreur et sa dissolution des clubs féminins, aurait écarté les femmes de la sphère du politique, en induisant une séparation nouvelle entre une sphère publique masculine et une sphère privée féminine. Comme le remarque cependant D. Goodman dans son analyse du livre, J. Landes ne comprend pas la sphère publique comme J. Habermas : « Comme Landes travaille à partir du cadre féministe, elle conçoit la sphère publique comme étant unitaire ; la sphère privée est ainsi son antithèse »40. A nouveau, la nécessité de définir les termes se fait sentir.

  • 41 E. Goldsmith, D. Goodman, Going Public. Women and Publishing in Early Modern France, Ithaca, Cornel (...)
  • 42 S. Desan, « ’War between Brothers and Sister’ : Inheritance Law and Gender Politics in Revolutionar (...)

34Depuis le livre de J. Landes, est parue toute une série d’ouvrages enquêtant sur ce qui constituait le public et le privé dans l’Ancien Régime et montrant en particulier la place de représentations sexuées dans une telle conceptualisation. Le recueil d’articles intitulé, Going Public : Women and Publishing in Early Modem France s’intéresse à la formation d’une nouvelle culture politique à la veille de la Révolution ; en insistant sur la place des femmes dans ce processus, les articles tracent la limite de l’adhésion des femmes à une vision sexuée de la sphère publique41. Plus récemment encore, S. Desan a suggéré que l’idée largement acceptée selon laquelle la Révolution française aurait constitué une rupture fondamentale pour les femmes – dans la mesure où elles auraient été renvoyées au foyer et reléguées par la suite dans le privé par le Code Napoléon – est trop simpliste. En effet, l’analyse attentive des lois et des pétitions féminines concernant les dispositions sur l’héritage montre que la loi civile offrait aux femmes un espace d’autonomie qui leur permettait de redéfinir leurs rapports à l’Etat et à la famille42.

  • 43 D. Goodman souligne d’ailleurs les problèmes que pose la traduction de l’œuvre de J. Habermas ; en (...)

35Si ces différents travaux manifestent parfois des hésitations sur ce qui constitue le public43, l’influence de J. Habermas a clairement renouvelé l’étude de la culture civique et des pratiques démocratiques. Pour les historiens des femmes ou du « gender », l’Espace public a opéré une inversion des problématiques précédentes : au lieu de chercher la manière dont le public est présent dans le privé, les historiens s’intéressent à la façon dont le privé est constitutif du public. L’aspect abstrait de telles catégories peut paraître bien éloigné de l’idée d’espace, mais l’espace public de J. Habermas comprend aussi des lieux matériels, les villes, ou des institutions de sociabilité. Pour les historiens, ces espaces de la vie publique deviennent l’objet de nouvelles enquêtes qui interrogent leur nature sexuée.

  • 44 Cf, par exemple, M. Riot-Sarcey, La démocratie à l’épreuve des femmes. Trois figures critiques du p (...)

36En France, M. Perrot souligne l’influence du bicentenaire de la Révolution et du débat politique sur la parité. Ils ont stimulé toute une série de recherches sur les caractéristiques de la vie politique française. Mais, l’articulation public/privé y tient, à nouveau, une place limitée44. Plus intéressant pour notre propos sont les travaux qui, toute origine confondue, cherchent, au contraire, à reconceptualiser le lien entre sphère privée et sphère publique par le biais de travaux empiriques sur les espaces physiques.

Pratiques et usages de l’espace

  • 45 Pour une analyse déjà un peu ancienne de ces approches aux Etats-Unis, cf. L. Kerber, « Separate Sp (...)
  • 46 L. Klein, « Gender and the Public/Private »...,p. 102, « It seems to me that a more precise account (...)
  • 47 M. Ryan, Women in Public. Between Banner and Ballots, 1825-1880, Baltimore, Johns Hopkins Universit (...)
  • 48 Ses références méthodologiques sont ici les travaux du sociologue français Henri Lefebvre et de l’A (...)

37Face aux critiques que générait l’utilisation des « sphères séparées », un certain nombre d’historiens se sont donc tournés vers une analyse plus attentive des usages sexués de l’espace pour comprendre comment l’espace était structuré par des idéologies de « gender, race and class »45, mais aussi pour cerner, à travers les pratiques spatiales, le sens qui était donné à l’idée de publicité ou d’intimité46. Dans cette production récente, les approches les plus novatrices sont celles qui portent sur l’espace public au XIXe siècle. Les travaux de l’Américaine M. Ryan sont exemplaires de l’évolution des problématiques : après son étude sur la famille, elle se tourne vers la définition du public, inspirée en cela par J. Habermas47. Dans sa volonté d’écrire une histoire sociale, elle explique que des travaux précédents ont montré comment les femmes, à partir de leurs rôles privés, ont envahi l’espace public (voir notamment l’approche de M. Vicinus évoquée ci-dessus). Elle adopte cependant une tactique différente, en s’interrogeant sur la constitution de l’espace public. Elle définit cet espace comme les lieux où l’opinion publique se forme. Elle s’intéresse aux institutions, aux formes et aux « locations » (emplacements) qui constituent un espace public qui ne se résume pas à l’Etat. Trois types d’espaces urbains font l’objet de son analyse : l’espace des cérémonies, l’espace quotidien et l’espace politique. Chacun est ensuite étudié chronologiquement pour montrer l’évolution des représentations sexuées, mais aussi celle de la place effective des femmes. En particulier, elle insiste sur les difficultés qu’ont les femmes à s’approprier l’espace public et sur le fait que « l’absence d’un centre et d’un ancrage spatial (dans le public) peut aider à comprendre l’histoire erratique et circulaire des mouvements sociaux en faveur de l’égalité sexuelle »48.

  • 49 Voir les articles dans Habermas and the Public Sphere, notamment N. Fraser, « Rethinking the Public (...)
  • 50 M. Ryan, « Gender and Public Access »..., p. 271. « The new configuration of the public drew on the (...)
  • 51 Ibid., p. 285 : « The women’s politics of the last century warns against a spatial or conceptual cl (...)

38Ce travail s’appuie sur J. Habermas. Il critique néanmoins sa vision idéalisée de la sphère publique libérale ; celle-ci est fondée sur des exclusions, en particulier de sexe, que l’historien doit interroger pour comprendre la démocratie moderne. D’autre part, à la suite notamment de M. Ryan, les chercheurs ont signalé la nécessité de considérer l’existence d’autres groupes non bourgeois actifs dans les débats publics et la constitution d’une culture civique49. M. Ryan insiste sur l’importance aux Etats-Unis de certains types d’espaces publics – les avenues, les coins de rues, les squares – où les immigrés et les femmes, entre autres, ont joué un rôle. L’évolution qu’elle trace montre le retrait progressif des femmes vers l’espace privé : « La nouvelle configuration de l’espace public s’appuie sur la sphère privée féminine pour renforcer la légitimité de l’espace public masculin »50. La constitution du public dépend donc du privé, qui est nouvellement féminisé. Mais elle insiste aussi sur la façon dont les femmes réformatrices, une fois exclues du public, se sont construit un espace qui leur a permis, dans les années 1870, de réinvestir l’espace public en réclamant des droits économiques, juridiques, sociaux et politiques. En privilégiant les usages d’espaces concrets par des groupes hétérogènes, elle critique une compréhension de l’espace public comme un lieu spatialement circonscrit doté de codes prédéterminés51.

  • 52 J. Walkowitz, City of Dreadful Delight. Narratives of Sexual Danger in Late-Victorian London, Chica (...)

39La question fondamentale de M. Ryan concerne la nature sexuée de la démocratie, et l’intérêt de sa démarche réside dans l’articulation entre concepts abstraits et usages concrets d’espaces matériels. Le questionnement très différent de l’historienne Judith Walkowitz aboutit à des analyses similaires par l’attention minutieuse apportée aux espaces urbains et à la construction sexuée d’un espace public52. Les rues de Londres dans les années 1880 sont un « terrain contesté par l’arrivée de nouveaux acteurs sociaux (surtout les femmes et les ouvriers) qui occupent et utilisent l’espace public de manière inédite. Dans ce dernier quart de siècle, la ville produit de nouveaux espaces mixtes (comme les bibliothèques, les « music halls » et les musées) qui font partie d’une culture publique en pleine évolution. En même temps, la présence féminine bourgeoise dans les taudis d’East London, comme la présence des prostituées dans le West End bourgeois, génère des « narratives of sexual danger » qui sont essentiels dans la consolidation d’une nouvelle sphère publique. Les discours produits en réaction aux usages nouveaux de l’espace redessinent une nouvelle cartographie socio-sexuelle de la ville.

  • 53 Cf, par exemple, S. Deutsch, « Reconceiving the City : Women, Space and Power in Boston, 1870-1910  (...)

40Si l’ombre de J. Habermas plane au-dessus de nombre de travaux récents qui traitent de l’espace public, l’attention portée aux pratiques et aux usages des espaces public et privé est, quant à elle, beaucoup plus marquée par M. Foucault et M. de Certeau. Ces deux intellectuels français ont finalement plus influencé la recherche aux Etats-Unis qu’en France, à l’exception notable des ouvrages d’A. Farge et de M. Perrot. Plusieurs raisons à cela : les historiens américains sont plus portés à la théorisation, l’interdisciplinarité y est plus grande et l’effet de mode joue davantage. Dans les travaux qui s’inspirent de M. Foucault er de M. Certeau, les dichotomies sont déconstruites afin de mettre à jour l’interdépendance de l’espace public et de l’espace privé, de montrer le pouvoir que donne l’appropriation d’espaces matériels et enfin d’insister sur les frontières mouvantes de ces espaces physiques et conceptuels53.

  • 54 A.-M. Sohn, Chrysalides, Femmes dans la vie privée (XIXe-XXe siècles), Paris, Publications de la So (...)

41En France, le livre récent d’A.-M. Sohn, Chrysalides, Femmes dans la vie privée (XIXe-XXe siècles) est emblématique des limites du dialogue méthodologique. Dans son enquête sur les rôles féminins, elle se limite à la vie privée « non pas pour enfermer la femme dans le domestique (mais) tout bonnement parce qu’elle ne pouvait, en raison de l’envergure d’un tel sujet, s’intéresser aussi à la travailleuse et à la citoyenne ». S’appuyant sur une étude minutieuse des archives judiciaires départementales, elle propose une vaste fresque de la condition féminine au sein de la maisonnée. De sa conclusion on retire que les représentations sociales concernant les rôles féminins pèsent finalement moins que la « force des choses » de S. de Beauvoir ; ce sont les conditions matérielles qui déterminent les activités et les rôles des femmes. Elle observe ainsi le cadre de vie quotidien, les lieux de la domesticité dans un travail qui s’inspire beaucoup des recherches sur la culture matérielle. A la vérité, c’est plus l’habitat qu’elle examine que les usages de cet espace. La nature de ses sources rend, cependant, d’autant plus frappant le parti pris de ne pas examiner le rapport entre sphère publique et sphère privée. Son analyse de l’emprise limitée de la loi sur les comportements féminins conjugaux lui fait conclure que « la discrimination juridique dont souffrirait le sexe faible devient largement théorique ». Contrairement à l’approche de S. Desan, celle d’A.M. Sohn perd l’occasion de repenser les caractéristiques de l’espace public à la lumière des pratiques privées et de s’engager ainsi dans un débat devenu international54.

  • 55 Femmes dans la Cité, dir. A. Corbin, J. Lalouette, M. Riot-Sarcey, Paris, Editions Créaphis, 1997. (...)
  • 56 Le volume n’aborde pas l’étude de la consommation comme l’un des moyens d’accès des femmes à la cit (...)

42Les premières études françaises vraiment attentives aux usages de l’espace public au XIXe siècle sont fort récentes. La publication des actes d’un colloque, Femmes dans la cité, est représentative de ce déplacement historiographique vers les usages sexués de l’espace public55. L’introduction de M. Perrot (intitulée « l’invisible frontière ») joue entièrement autour d’images ou de métaphores spatiales en partie reprises dans les analyses. En particulier, elle propose d’étudier les recoupements et les recouvrements des deux sens de la Cité, spatial et politique, afin de saisir les usages de l’espace par les femmes. L’ensemble des communications ne correspond pas forcément à la problématique voulue par les organisateurs, mais l’ouvrage propose néanmoins des pistes stimulantes. Il décrit la complication de la division privé/public, déjà observée aux Etats-Unis et en Angleterre. Les formes et les lieux de sociabilité sont aussi analysés de manière suggestive, et cela pose la question des espaces intermédiaires ou sociaux – sociétés charitables, églises ou salons bourgeois. Faut-il les considérer comme des espaces publics ? Le volume ne répond pas à la question mais insiste sur son importance. Son apport est d’avoir fait des femmes bourgeoises un objet d’étude en France : la problématique public/privé s’est alors posée plus nettement qu’auparavant. L’espace n’est cependant pas le souci premier de ce volume dont beaucoup d’articles s’intéressent à l’étude de la citoyenneté et à l’accès symbolique des françaises à l’espace public par l’écrit56.

  • 57 M. Perrot, Femmes publiques, Paris, Editions Textuel, 1997, p. 59. Cf. aussi son article « Le genre (...)

43L’ouvrage récent et plutôt grand public de M. Perrot, Femmes Publiques, propose un schéma limpide d’analyse de la place des femmes dans l’espace public ; en reprenant le clivage entre sphère publique et sphère privée, elle insiste sur sa validité analytique à condition de reconnaître la construction rhétorique de ces catégories. Son introduction pose de manière très nette la façon dont elle s’intéresse à l’espace public, espace concret et matériel, espace équivalent à la ville et espace sexué. Le brouillage des frontières entre privé et public s’effectue alors par le déplacement des individus, par la parole et par l’image. Le chapitre concernant les lieux féminins utilise les apports des recherches plus anciennes sur les pratiques du privé pour montrer la manière dont les femmes utilisaient des espaces minuscules (le pas de la porte, le rideau), mais aussi des lieux de sociabilité. Malgré son analyse des usages de l’espace qui, méthodologiquement, rappelle les travaux féministes d’inspiration marxiste, cet essai s’en démarque par l’importance qu’il accorde à la parole et à sa circulation (par la correspondance, la littérature et la presse) ; selon M. Perrot, la parole, plus que l’espace matériel, modèle la sphère publique57. D’une certaine manière, son projet ressemble à celui de J. Walkowitz, mais les paroles qu’elle traque sont celles des femmes et non les discours portant sur les femmes.

Conclusion : l’espace a-t-il un sexe ?

  • 58 Les travaux français sur l’habitation bourgeoise sont ceux qui insistent avec le plus de force sur (...)
  • 59 Voir l’analyse de la critique littéraire Elizabeth Langland, Nobody’s Angels. MiddleClass Women and (...)

44A travers ce tour d’horizon rapide d’une historiographie en pleine expansion, il est possible de discerner une importante évolution dans l’argumentation historique basée sur l’hypothèse des sphères séparées. En effet, la vision dichotomique d’hommes régnant sur l’espace public et de femmes cantonnées à l’espace privé a quasiment cessé d’être reçue. Cette remise en cause s’est partiellement effectuée grâce aux travaux sur des espaces plus concrets – la maison, la ville – où les frontières public/privé se compliquaient du jeu des pratiques58. En dépit des critiques, la conceptualisation sphère publique/sphère privée garde cependant un usage heuristique. Les études les plus fines insistent bien sur la nécessité de les examiner ensemble et d’intégrer à leur analyse la notion de conflit et de contestation. Au fond, si le siècle est si volubile sur la place des femmes dans le privé, c’est certainement parce que les femmes débordent de cet espace. L’étude du discours permet alors de déconstruire l’opposition pour montrer que celle-ci n’est guère naturelle mais fabriquée et destinée à introduire de l’ordre dans un monde social désordonné ; cet ordre est à la fois spatial et métaphorique59.

  • 60 V. Thompson, « Moral Regeneration : Domesticating the Halles in Second Empire Paris », French Histo (...)

45Plus récemment, une jeune génération d’historiennes américaines a poussé plus loin cette réflexion sur le sexe de l’espace en plaçant ce dernier au centre du raisonnement historique. La restructuration des Halles sous le Second Empire a ainsi été analysée comme une volonté de domestiquer et de moraliser un espace féminin chaotique. Au cœur de la capitale, les marchandes de la Halle troublaient les représentations féminines par leur commerce criard. La mise sous verre de cet espace a été une façon de le délimiter en le séparant nettement des rues et des résidences alentour60. De même, S. Marcus s’est intéressée à l’espace de l’immeuble résidentiel parisien, à la fois objet social et producteur de pratiques sociales. En particulier, elle a insisté sur la façon dont cet espace résidentiel mêlait espace urbain et espace domestique :

  • 61 S. Marcus, Apartment Stories, City and Home in nineteenth-Century Paris and London, Berkeley, Unive (...)

« En diluant la frontière entre espaces d’habitation et espaces collectifs, l’immeuble résidentiel a produit une géographie urbaine de la différence sexuelle qui remet en cause les préjugés ordinaires sur les lieux respectivement réservés aux hommes et aux femmes dans la ville du XIXe siècle ».61

  • 62 Cf, par exemple, J. Coffin, The Politics of Women’s Work. The Paris Garment Trades, 1750-1915, Prin (...)

46A l’aube du troisième millénaire, l’histoire des femmes semble davantage s’orienter dans les trois pays considérés vers des études de l’espace public. L’évolution de l’historiographie illustre bien la façon dont celui-ci devient l’objet d’enquêtes. Grâce à l’apport des recherches sur l’espace privé, de nombreuses historiennes examinent l’imbrication du privé dans le public à travers l’analyse des usages et des pratiques de l’espace public. De cette manière d’ailleurs, les historiens déplacent leur regard vers les classes non bourgeoises, pour lesquelles la problématique des rapports entre privé et public offre de stimulantes analyses62.

  • 63 M. Ozouf, Les Mots des femmes. Essai sur la singularité française, Paris, Fayard, 1995.

47La dimension comparative de cet essai montre que les idées et les concepts circulent évidemment au-delà des frontières nationales, et qu’il semble se dessiner actuellement une convergence vers des études des pratiques sexuées dans l’espace de la cité. Ces recherches, qui portent sur les maisons, les églises, les magasins ou encore les journaux, montrent de manière très riche la complexité des liens entre espace public et espace privé. L’accent mis sur les pratiques offre peut-être aussi une dernière explication du refus français à adopter le concept de sphères séparées. N’est-ce pas un aspect de la « singularité française », pour reprendre l’expression de M. Ozouf, de croire que les femmes exercent une influence bien au-delà de la sphère privée ? Mères éduquant de futurs citoyens, consommatrices garantes du bon goût français, femmes du monde au verbe réputé brillant, les femmes françaises figurent au centre du procès de civilisation63. L’intérêt des travaux récents sur l’espace public est justement de montrer son historicité et d’examiner sa constitution à la lumière des rapports de force et des rapports de sexe. S’il faut de toute évidence dépasser une vision dichotomique des sphères séparées, il convient aussi d’en reconnaître l’importance idéologique pour le XIXe siècle et d’en comprendre aussi bien les origines que son utilisation par les deux sexes. Dans cette optique, l’analyse sexuée paraît offrir un moyen de mieux comprendre les caractéristiques de l’espace public français. Faire l’histoire des femmes jette, en même temps, un nouvel éclairage sur l’histoire de la démocratie moderne.

Notes

1 Compte-rendu des séances de l’Assemblée nationale, 2, Paris, 1849, p. 649.

2 Cité dans M. Hewitt, Wives and Mothers in Victorian Industry, Westport, Greenwood Publishing, 1975, p. 23. « La maison, ses soucis et ses activités sont les sphères féminines par excellence ».

3 Cité dans M. Ryan, The Cradle of the Middle Class. The Family in Oneida County, New York, 1790-1865, New York, Cambridge University Press, 1981, p. 186-187. « La sphere d’influence feminine (ne se situe pas) du côté des autorités littéraires, scientifiques ou artistiques, (ni) sur les marchés commerciaux, ni sur les scènes de la politique et de l’agitation, ni dans les cours de justice, ni dans les enceintes consacrées à la législation. »

4 Cf. N. Fraser, « Rethinking the Public Sphere », Social Text, 25/26, 1990, p. 56-57 ; les caractéristiques de l’espace social sont analysées dans D. Riley, « Am I That Name ? ». Feminism and the Category of « Women » in History, Minneapolis, University of Minneapolis, 1988, p. 44-66.

5 Cf. L. Klein, « Gender and the Public/Private Distinction in the Eighteenth Century : Some questions about evidence and analytic procedure », Eighteenth-Century Studies, 29, 1995, p. 97-109.

6 L. Kerber, « Beyond Roles, Beyond Spheres : Thinking about Gender in the Early Republic », William and Mary Quarterly, 46, 1989, p. 566.

7 Voir en particulier, A. Vickery, « Golden Age to Separate Spheres ? A Review of the Categories and Chronology of English Women’s History », Historical Journal 36, 1993, p. 412.

8 Le livre récent de F. Thébaud annonce peut-être une évolution à cet égard : Ecrire l’histoire des femmes, Fontenay-aux-Roses, ENS Editions, 1998.

9 Cf. A. Farge, « Pratique et effets de l’histoire des femmes », dans Une histoire des femmes est-elle possible ?, dir. M. Perrot, Marseille, Editions Rivages, 1984, p. 18-35 ; C. Dauphin, A Farge, G. Fraisse, « Culture et pouvoir des femmes : essai d’historiographie », Annales ESC, 41, 1986, p. 271-293. De manière générale il y a un décalage temporel entre l’historiographie française et l’historiographie anglo-américaine dans le domaine de l’histoire des femmes.

10 Mon analyse commence avec les années 1960, mais on trouve chez Tocqueville la première articulation claire de ce concept dans La démocratie en Amérique, 2, livre 3, chapitres 9-12. Pour l’analyse de l’historiographie américaine, je m’appuie essentiellement sur L. Kerber, « Separate Spheres, Female Worlds, Women’s Place : The Rhetoric of Women’s History », Journal of American History, 75, 1988, p. 9-39.

11 B. Welter, « The Cult of True Womanhood : 1820-1860 », American Quarterly, 18, 1966, p. 151-174.

12 Pour une analyse de cette même conceptualisation dans l’histoire ouvrière, cf. Gender and Class in Modem Europe, éd. L. Frader, S. Rose, Ithaca, Cornell University Press, 1996, p. 11-16.

13 C. Smith-Rosenberg, « The Female World of Love and Ritual : Relations between Women in Nineteenth-Century America », Signs, 1, 1975, p. 1-29 ; traduction : « Amours et rites ; le monde des femmes dans l’Amérique du XIXe siècle », Les Temps modernes, 1977-78, p. 1231-1256.

14 N. Cott, The Bonds of Womanhood : ‘Woman’s Sphere’in New England, 1780-1835, New Haven, Yale University Press, 1977 ; C. Degler, At Odds : Women and the Family in America from the Revolution to the Present, New York, Oxford University Press, 1980.

15 M. Vicinus, Independent Women. Work and Community for Single Women, 1850-1920, Chicago, Chicago University Press, 1985, p. 7. « (She considers) the way women ordered their space and time when given the opportunity. »

16 Cette vision libérale de l’utilité des sphères séparées ne trouve pas ou peu d’écho en France. Pour une analyse éclairante des liens entre public et privé dans la pensée libérale, tf. la politologue C. Pateman, The Disorder of Women, Cambridge, Polity Press, 1989.

17 Pour l’historiographie concernant l’Angleterre, cf. A. Vickery, « Golden age... », p. 383-414.

18 « The separation between the sexes was marked out at every level within the society in manufacturing, the retail trades and the professions, in public life of all kinds, in the churches, in the press and in the home. The separation of spheres was one of the fundamental organizing characteristics of middle-class society in late eighteenth and early nineteenthcentury England. » C. Hall, « Gender Divisions and Class Formation in the Birmingham Middle Class, 1780-1850 », dans id. White, Male and Middle Class. Explorations in Feminism and History, New York, Routledge, 1992, p. 106 (réédition d’un texte publié en 1981). Voir l’introduction pour une analyse intéressante du contexte spécifique du développement de l’histoire des femmes en Angleterre.

19 B. Smith, Ladies of the Leisure Class. The Bourgeoises of Northern France in the Nineteenth Century, Princeton, Princeton University Press, 1981, p. 3 ; éd. française : Les Bourgeoises du Nord Paris, Perrin, 1989.

20 Les travaux inspirés par le « linguistic turn » en particulier vont s’attacher à montrer le caractère idéologique de la littérature normative qui a servi de base à beaucoup d’interprétations portant sur le XIXe siècle. L. Kerber, « Separate Spheres »...

21 M. Ryan, The Cradle...

22 L. Davidoff, C. Hall, Family Fortunes. Men and Women of the English Middle Class, 1780-1850, Chicago, University of Chicago Press, 1987.

23 Voir les travaux des anthropologues L. Roubin, « Espace masculin, espace féminin en communauté provençale », Annales E.S.C., 25, 1970, p. 537-560 et S. Rogers, « Espace masculin, espace féminin. Essai sur la différence », Etudes Rurales, 74, 1979, p. 87-110 ; la deuxième est américaine mais ses travaux sont publiés en français.

24 C. Dufrancatel, A. Farge, C. Fauré, L’Histoire sans qualités, Paris, Editions Galilée, 1979, p. 28.

25 F. Ducrocq, « Le passé des femme ou l’histoire du passé ? », dans Femmes, féminisme et recherches. Actes du colloque national de Toulouse-décembre 1982, Toulouse, 1984, p. 841.

26 Une histoire des femmes..., p. 33.

27 M. Perrot, « La femme populaire rebelle », dans id., Les Femmes ou les silences de L’Histoire, Paris, Flammarion, 1998, p. 154 (ce texte avait originalement été publié dans L’Histoire sans qualités).

28 P. Schmitt-Pantel, « La différence des sexes, histoire, anthropologie et cité grecque », dans L’Histoire sans qualités, p. 102-103.

29 M. Perrot, « Les femmes, le pouvoir, l’histoire », ibid., p. 210, 214.

30 Il est frappant de constater que le livre de L. Davidoff et C. Hall, Family Fortunes, qui a tant marqué l’historiographie anglo-saxonne, n’a pas fait l’objet d’un compte rendu dans les Annales.

31 A. Martin-Fugier, La Bourgeoise. Femme au temps de Paul Bourget, Paris, Grasset, 1983, p. 19.

32 Histoire de la vie privée, dir. P. Ariès, G. Duby, 4, De la Révolution à la Grande Guerre, éd. M. Perrot, Paris, Seuil, 1987. Dans le reste du volume, cependant, la question des frontières entre le public et le privé et surtout la nature sexuée de cette frontière apparaît comme plus diluée. L’approche du « gender » est totalement absente de la contribution de R.H. Guerrand, « Espaces privés », faute sans doute d’une bonne connaissance de la production anglo-saxonne sur le sujet. La dimension sexuée de l’espace privé est peu présente dans le vol. 3, De la Renaissance aux Lumières, éd. R. Chartier, Paris, Seuil, 1986. Dans l’index thématique, « femmes » renvoie à six références ; l’index du vol. 4 quatre donne 113 références, alors que l’index compte le même nombre de pages dans chaque volume.

33 C. Dauphin, A. Farge, G. Fraisse « Culture et pouvoir »... p. 277, 288.

34 Histoire des Femmes, dir. G. Duby, M. Perrot, Paris, Plon, 1990-1992. En 1992 est organisé à la Sorbonne un colloque pour débattre de l’entreprise ; les communications sont publiées sous le titre Femmes et Histoire, Paris, Plon, 1993.

35 Histoire des femmes, 4, Le XIXe siècle, dir. G. Fraisse, M. Perrot, Paris, Plon, 1991, p. 17.

36 Ibid., p. 462.

37 J. Scott, Gender and the Politics of History, New York, Columbia University Press, 1988, p. 15-50. A signaler aussi l’article de l’historienne allemande G. Bock, « Challenging Dichotomies : Perspectives on Women’s History », dans Writing Womens History. International Perspectives, éd. K. Offen, R. Roach Pierson, J. Rendali, Bloomington, Indiana University Press, 1989, p. 1-23, et ceux des historiennes anglaises J. Rendali « Nineteenth-Century Feminism and the Separation of Spheres : Reflections on the Public/Private Dichotomy », dans Moving On, New Perspectives on the Womens Movement, Aarhus, ed. T. Andreasan, Aarhus University Press, 1990, p. 22-25 et L. Davidoff, « Regarding some Old Husbands’Tales’ : Public and Private in Feminist History », dans id. Worlds Between. Historical Perspectives on Gender and Class, New York, Routledge, 1995, p. 227-276. Par ailleurs la grande conference internationale sur l’histoire des femmes – the Berkshire conference on the History of Women – propose comme thème en 1987 « Beyond the Public/Private Dichotomy : Reassessing Women’s Place in History » ; une partie des contributions sont publiées dans Gendered Domains. Rethinking Public and Private in Womens History, éd. D. O. Helly, S. Reverby, Ithaca, Cornell University Press, 1992. La volonté de dépasser la problématique des sphères séparées continue à susciter des communications comme en témoigne la séance suivante de l’American Historical Association en 1998 : « Beyond Separate Spheres : New Explorations in the History of Gender in America, 1750-1850 ».

38 Publiée en Allemagne en 1962, ce n’est qu’en 1989 que paraît la traduction anglaise sous le titre, The Structural Transformation of the Public Sphere : An Inquiry into a Category of Bourgeois Society. Les références méthodologiques antérieures à 1989 renvoient à son court article, « The Public Sphere : An Encyclopedia Article (1964) », New German Critique, 1974, p. 45-55.

39 J. Landes, Women and the Public Sphere in the Age of the French Revolution, Ithaca, Cornell University Press, 1988, p. 7. « (The bourgeois public) is essentially, not just contingently, masculinist, and (...) this characteristic serves to determine both its self-representation and its subsequent ‘structural transformation’ ».

40 D. Goodman, « Public Sphere and Private Life : Toward a synthesis of current historiographical approaches to the Old Regime », History and Theory, 1992, p. 15. « Because Landes works within the feminist theoretical framework, she sees the public sphere as unitary and the private sphere as its antithesis ».

41 E. Goldsmith, D. Goodman, Going Public. Women and Publishing in Early Modern France, Ithaca, Cornell University Press, 1995. Cf. aussi S. Maza, Private Lives and Public Affairs. The Causes Célèbres of Prerevolutionary France, Berkeley, University of California Press, 1993 et L. Hunt, notamment, The Family Romance of the French Revolution, Berkeley, University of California Press, 1992.

42 S. Desan, « ’War between Brothers and Sister’ : Inheritance Law and Gender Politics in Revolutionary France », French Historical Studies, 20, 1997, p. 634. Le chapitre d’E. Sledziewski, « Révolution française », dans Histoire des Femmes, 4, p. 43-56, propose une interprétation similaire sans l’approfondir par l’étude des comportements féminins que nous propose S. Desan.

43 D. Goodman souligne d’ailleurs les problèmes que pose la traduction de l’œuvre de J. Habermas ; en français, le mot allemand qui signifie « publicité » devient « espace public ». Cf. D. Goodman, « Public Sphere »...

44 Cf, par exemple, M. Riot-Sarcey, La démocratie à l’épreuve des femmes. Trois figures critiques du pouvoir, 1830-1848, Paris, Albin Michel, 1994 et C. Bard, Les filles de Marianne. Histoire des féminismes, 1914-1940, Paris, Fayard, 1995.

45 Pour une analyse déjà un peu ancienne de ces approches aux Etats-Unis, cf. L. Kerber, « Separate Spheres »..., p. 31-37.

46 L. Klein, « Gender and the Public/Private »...,p. 102, « It seems to me that a more precise account of gender in relation to publicity and privacy can be achieved by closer examinations of both space and language ».

47 M. Ryan, Women in Public. Between Banner and Ballots, 1825-1880, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1990. Pour une synthèse de son argument, cf. son article, « Gender and Public Access : Women’s Politics in Nineteenth-Century America », dans Habermas and the Public Sphere, éd. C. Calhoun, Cambridge, MIT Press, 1992, p. 259-288.

48 Ses références méthodologiques sont ici les travaux du sociologue français Henri Lefebvre et de l’Américain M. Gottdiener qui défendent l’idée que l’appropriation des espaces sociaux de la vie quotidienne sont la précondition essentielle à l’accès au pouvoir des groupes sociaux subordonnés. M. Ryan, Women in Public..., p. 93. « The absence of a spatial center and anchor may help to explain the erratic and circular history of social movements for sexual equality ».

49 Voir les articles dans Habermas and the Public Sphere, notamment N. Fraser, « Rethinking the Public Sphere : A Contribution to the critique of Actually Existing Democracy » et G. Eley, « Nations, Publics, and Political Cultures : Placing Habermas in the nineteenth century ».

50 M. Ryan, « Gender and Public Access »..., p. 271. « The new configuration of the public drew on the female and private sphere to reinforce the legitimacy of the male public ».

51 Ibid., p. 285 : « The women’s politics of the last century warns against a spatial or conceptual closure that constrains the ideal of the public to a bounded sphere with a priori rules about appropriate behavior therein ».

52 J. Walkowitz, City of Dreadful Delight. Narratives of Sexual Danger in Late-Victorian London, Chicago, University of Chicago Press, 1992, p. 8.

53 Cf, par exemple, S. Deutsch, « Reconceiving the City : Women, Space and Power in Boston, 1870-1910 », Gender and History, 6, 1994, p. 202-223.

54 A.-M. Sohn, Chrysalides, Femmes dans la vie privée (XIXe-XXe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, p. 22, 687. La quasi-absence de titres anglais dans sa bibliographie, comme sa vision caricaturale des objectifs du « gender history », explique sans doute en partie l’absence d’engagement dans les débats récents.

55 Femmes dans la Cité, dir. A. Corbin, J. Lalouette, M. Riot-Sarcey, Paris, Editions Créaphis, 1997. Voir aussi Lieux de Femmes dans l’espace public, 1800-1930, dir. M. Pavillon, F. Valloton, Lausanne, Presses de l’Université de Lausanne, 1992.

56 Le volume n’aborde pas l’étude de la consommation comme l’un des moyens d’accès des femmes à la cité alors que depuis quelques années la « gender history » se penche sur la consommation. Voir The Sex of Things. Gender and Consumption in Historical Perspective, éd. V. De Grazia, E. Furlough, Berkeley, University of California Press, 1996 ; le titre de cet essai reprend leur formule.

57 M. Perrot, Femmes publiques, Paris, Editions Textuel, 1997, p. 59. Cf. aussi son article « Le genre de la ville », dans id., Les femmes..., p. 281-295.

58 Les travaux français sur l’habitation bourgeoise sont ceux qui insistent avec le plus de force sur les caractéristiques spatiales des divisions entre sphère publique et sphère privée. L’étude des contours de l’architecture de la vie privée insiste à la fois sur la disposition des espaces, sur la nature sexuée de ceux-ci et sur leurs usages sexués. Cf. M. Eleb-Vidal, A. Debarre-Blanchard, Architectures de la vie privée. Maisons et mentalités, XVIIe -XXe siècles Bruxelles, Ed. des Archives d’Architecture Moderne, 1989 ; M. Eleb, A. Debarre, L’invention de l’habitation moderne. Paris 1880-1914, Editions Hazan, 1995, ainsi que la contribution dans ce même volume d’Anne Debarre.

59 Voir l’analyse de la critique littéraire Elizabeth Langland, Nobody’s Angels. MiddleClass Women and Domestic Ideology in Victorian Culture, Ithaca, Cornell University Press, 1995.

60 V. Thompson, « Moral Regeneration : Domesticating the Halles in Second Empire Paris », French Historical Studies, 20, 1997, p. 87-109. Cf. aussi l’importance accordée à l’espace dans l’analyse de l’historien de l’art G. Pollock, notamment le chapitre « Modernity and the spaces of feminity », dans id., Vision and Difference. Femininity, Feminism and the Histories of Art, London, Routledge, 1988.

61 S. Marcus, Apartment Stories, City and Home in nineteenth-Century Paris and London, Berkeley, University of California Press, 1999, p. 3. « By dissolving the boundary between residential and collective spaces, the apartment house produced an urban geography of gender that challenges current preconceptions about where women and men were to be found in the nineteenth-century city. »

62 Cf, par exemple, J. Coffin, The Politics of Women’s Work. The Paris Garment Trades, 1750-1915, Princeton, Princeton University Press, 1996, ou M. Dubesset, « Espace privé, monde des femmes, espace public, affaire d’hommes, réflexions sur un partage officialisé’au XIXe siècle », communication présentée au colloque « Regards croisés sur l’œuvre de G. Duby », Mâcon, 3-4 décembre 1998.

63 M. Ozouf, Les Mots des femmes. Essai sur la singularité française, Paris, Fayard, 1995.

Notes de fin

1 Je remercie les membres du groupe « espace » pour leurs suggestions et critiques perspicaces. Je tiens à remercier plus particulièrement Maryvonne Génaux, Odile Gœrg, Céline Grasser, Catherine Maurer et Françoise Thébaud qui m’ont aidée dans ma réflexion et ont amélioré mon style.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540