Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les espaces de l’historien

 | 
Jean-Claude Waquet
, 
Odile Goerg
, 
Rebecca Rogers

Deuxième partie. De l'espace domestique à l'espace urbain

Les dimensions des espaces domestiques, analysées dans les travaux français d’histoire et d’histoire de l’architecture depuis 100 ans

Anne Debarre

Texte intégral

1Traces matérielles de l’habité, lieux de pratiques de l’habiter, les espaces domestiques ont suscité des recherches historiques marquées par la nature des questionnements, des méthodes et des sources des différents champs disciplinaires.

2Familiers des espaces construits et de leurs représentations, des architectes et des historiens de l’art ont mené, depuis le siècle dernier, des analyses de leur forme. Celles-ci ont cependant les limites de leur discipline : avec l’objectif de fonder leurs théories, les premiers sont souvent partiaux et les seconds limitent leurs objets à ceux reconnus pour leur valeur d’art. Ainsi les maisons prestigieuses ont-elles été initialement objets d’étude privilégiés, l’architecture « ordinaire » ne suscitant qu’un intérêt récent.

  • 1 Ethnologues, psychologues et sociologues ont analysé les espaces habités, cf. F. Paul-Lévy, M. Seg (...)

3Les historiens n’y ont porté leur attention que depuis un passé proche. Les questionnements fondamentaux de la « nouvelle histoire » et ses rapprochements avec les autres sciences humaines1, son attention à la psychologie collective, l’organisation sociale et les mentalités les ont conduits à se pencher sur ces lieux construits habités. Qu’il s’agisse de les comprendre dans les stratégies politiques, sociales, économiques, culturelles des acteurs, de les étudier comme objets de civilisation, structures du vécu, lieux de la famille, les analyses des espaces domestiques ont effectivement nourri des travaux d’histoire des villes, d’histoire sociale, d’histoire des idéologies et d’histoire des mentalités.

4Dans ces problématiques, ces lieux occupent une place variable, indicateurs parmi d’autres ou bien centraux dans la démonstration, et des statuts différents, formes, cadres matériels, porteurs de discours, structures. Ces lectures deviennent multiformes avec l’ouverture entre champs disciplinaires, le croisement des démarches et des problématiques, l’articulation des méthodes et la mobilisation de sources variées.

5Pour appréhender ces espaces domestiques, les sources sont nombreuses parce qu’elles sont parfois ténues et leur nature influe sur les lectures qui en sont faites. En effet, la réalité concrète des espaces de l’habitation n’est pas toujours donnée, d’une part, et ne parle pas d’elle-même, d’autre part. Quand cette matérialité peut être reconstituée à partir de traces existantes ou de figurations, elle ne peut faire sens que rapportée aux termes qui nomment les lieux, aux écrits et images qui rendent compte du décor et des objets témoignant des usages, des gestes, des implications symboliques, pour comprendre comment ils ont été conçus, transformés, adaptés pour être le cadre de pratiques sociales et culturelles spécifiques. Ne se limitant plus strictement aux documents textuels, les historiens ont eu recours à des matériaux archéologiques, artistiques, etc, qui ont permis de saisir la double dimension de ces espaces, habité et habiter.

6Enfin, la remise en cause des temporalités traditionnelles des disciplines a également contribué à ces évolutions. Ni la division de l’histoire de l’art à partir des changements de styles, ni le découpage des périodes historiques ne permettaient pas d’apprécier les transformations des organisations intérieures des habitations : les approches sur des temporalités longues pourront en tracer les lentes évolutions, qui suivent celles des positions sociales, familiales, individuelles.

7Ainsi cette analyse historiographique se centrera-t-elle sur les questionnements qui conduisent à s’intéresser aux espaces domestiques, sur les sources et méthodes mises en œuvre et les lectures qui en ont été proposées. Elle n’a pas la prétention d’être exhaustive mais de montrer ce que cristallisent, ce que peuvent dévoiler ces traces matérielles que sont les lieux habités.

Formes bâties

8Les espaces domestiques sont des formes bâties qui ont intéressé les architectes chargés de les concevoir, essentiellement dans les demeures prestigieuses, puis à partir du XIXe siècle, dans l’habitation de tous. Les historiens de l’art se sont penchés sur cette production architecturale savante. Ces espaces sont parfois analysés dans leur stricte matérialité, mais aussi dans leur dialectique avec les pratiques dans les lieux et/ou avec les formes urbaines que ces bâtiments engendrent.

  • 2 E. Viollet-Le-Duc, Histoire de l’habitation humaine, Paris, Bibliothèque d’éducation et de récréat (...)

9A la fin du XIXe siècle, plusieurs architectes éditent des histoires de l’habitation2. L’histoire est convoquée pour fonder les positions doctrinales des auteurs : distinguer l’art de l’architecture (les maisons qui appartiennent à l’Architecture) de l’architecture de la maison (toute maison a une architecture) et souligner la relation entre le plan de la maison et les usages que l’architecte doit mettre en œuvre dans ses projets. Ce faisant, ils analysent toutes sortes d’habitations, urbaine et rurale, celle des pauvres comme celle des riches et les espaces domestiques compris à partir des habitudes de vie.

10Dans leur volumineux ouvrage de vulgarisation historique et archéologique faisant suite aux maisons reconstituées présentées lors de l’Exposition Universelle de 1889, l’architecte Charles Garnier et l’historien A. Ammann se proposent de mettre en évidence « l’harmonie qui a toujours existé » entre les formes des maisons et la culture des différentes sociétés dans lesquelles elles ont été édifiées. Pour cela, ils mobilisent des sources nombreuses, photographies de maisons existantes, fouilles archéologiques, reconstitutions, interprétations de textes anciens, autobiographies et témoignages d’écrivains. En fonction des disponibilités de ces matériaux, ils étudient maisons urbaines et rurales, chaumières des pauvres et demeures des seigneurs, toutes susceptibles d’argumenter la thèse développée : les mœurs des peuples et leurs « sentiments artistiques » engendrent des dispositions semblables dans toutes les maisons d’une époque et d’un pays qui constituent ainsi un type caractéristique. Au-delà d’une infinité d’éléments plus ou moins différents, d’une variété des arrangements et des combinaisons, le principe du plan y est invariable, les procédés de construction et de décoration semblables. Ce sont ces types que les auteurs veulent restituer sans qu’ils aient pour autant existé sous la forme décrite. « Le vraisemblable est plus vrai que la vérité », écrivent-ils. Le recours au type est un outil de connaissance.

  • 3 C. Garnier, A. Ammann, L’habitation..p. 557.

11Néanmoins, les riches maisons sont souvent présentées comme l’expression la plus « ajustée », la plus « achevée » du type, les moyens mis en œuvre n’étant pas dans ce cas limités. Par exemple, les techniques limitant les portées conditionnent un plan en longueur de la modeste maison babylonienne, jugé incommode, auquel ne sont pas astreintes les plus fortunées grâce aux systèmes plus sophistiqués de couverture par voûtes, coupoles et dômes. Les habitations les plus simples peuvent être analysées comme des réductions des plus importantes. Ainsi la maison byzantine de la bourgeoisie aisée procède-t-elle d’une agglomération de l’unité structurale que constitue la cabane carrée des paysans. Cependant, les auteurs excluent de leur recherche des types les demeures qu’un excès de luxe rend atypiques : la villa d’Hadrien est présentée davantage comme un musée et « cet entassement de constructions, de tous les temps et de tous les styles, ne doit donc pas figurer dans une histoire de l’habitation humaine »3.

  • 4 Sans connotation péjorative, vulgaire renvoie ici à ordinaire, dans une acception proche de son se (...)
  • 5 Position empruntée à des archéologues : G. Boissier, Promenades archéologiques, cité dans C. Garni (...)

12Les auteurs de cette histoire déclarent s’attacher à l’« aspect vulgaire4 » des habitations pour indiquer les transformations diverses de l’architecture domestique en se dégageant de la « tyrannie de l’habitude » : « Nous ne savons pas suffisamment nous abstraire quand nous étudions les peuples anciens, des conditions de vie qui nous sont faites par notre climat et notre civilisation »5. Cette distance permet une meilleure observation de l’adéquation entre habitudes de vie et formes architecturales :

  • 6 Ibid., p. 634.

« Les maisons du XIVe siècle (...) étaient faites pour les habitudes de ceux qui les avaient bâties et qui y vivaient, et toujours adaptées à leur genre d’existence ; chaque besoin était indiqué pour une disposition particulière. On ne se souciait pas de respecter la régularité du plan et d’ouvrir de belles enfilades d’apparat ; mais on plaçait chaque chose à l’endroit où elle rendait le plus de services, et on lui donnait uniquement les dimensions requises pour l’usage auquel on la destinait ».6

13Cette remarque de C. Garnier témoigne de la fascination des architectes de cette fin du XIXe siècle pour l’architecture du Moyen Âge, réputée être l’expression exacte des exigences domestiques, qualité qui permet de définir une œuvre d’architecture et que ne posséderaient pas les habitations « chétives », trop simples et sans confort.

14Cette histoire de l’habitation annonce sans équivoque la foi des auteurs dans l’idée d’un progrès constant de la civilisation humaine, tout en confortant une hiérarchie qu’ils développent entre les races : à ce progrès les hommes de l’Art se doivent de contribuer. Ainsi C. Garnier met-il en évidence cette relation entre formes et usages dans des habitations choisies pour témoigner de telles évolutions et, de ce fait, qualifiées d’œuvres.

  • 7 G. Doyon, R. Hubrecht, L’architecture rurale et bourgeoise. Etudes sur les techniques d’autrefois (...)
  • 8 Ibid., p. 71.

15Les architectes Georges Doyon et Robert Hubrecht ont l’objectif similaire de « retrouver des bases anciennes fécondes » dans leur étude publiée en 1942 au moment de la reconstruction et consacrée aux maisons d’autrefois7, « jamais vulgaires » au contraire de celles, « sans goût », érigées dans les banlieues pendant l’entre-deux-guerres. Cette position explique leur analyse du plan et des aménagements intérieurs d’habitations choisies, rurales et bourgeoises, qui fait abstraction des habitudes et préjugés pour montrer, au contraire, l’excellence des exemples retenus dans lesquels « l’idéal du confort domestique correspondant aux mœurs de l’époque a été atteint »8. C’est une certaine nostalgie du passé qui accompagne les descriptions des grandes salles présentes dans des maisons rurales comme dans des hôtels, dans lesquelles se déroule toute la vie quotidienne.

16Ces regards sur l’histoire contribuent à fonder la pratique des architectes, ce qui justifient les incursions souvent très partielles et partiales dans l’histoire de l’habitation opérées dans nombre de leurs textes. Elles ont néanmoins contribué à mettre en évidence le rapport entre formes des espaces domestiques, d’une part, et mœurs et habitudes de vie, d’autre part.

  • 9 J.-P. Babelon, Demeures parisiennes sous Henri IV et Louis XIII, Paris, Le Temps, 1965.
  • 10 J.-P. Babelon, Demeures parisiennes..., Paris, Hazan, 19913, p. 131. Avec des objets semblables, d (...)

17C’est aussi aux formes des habitations, celles qui sont reconnues dans le champ de l’art, que s’intéressent traditionnellement les historiens de l’art. Dans les années 60, le chartiste Jean-Pierre Babelon qui s’est consacré à l’histoire de Paris au XVIe siècle, étudie les styles, l’évolution des formes des façades, mais aussi la distribution des espaces intérieurs des demeures de cette période9. Alors que, « dans l’historiographie traditionnelle de Paris, l’habitat urbain a été surtout étudié en fonction des hôtels aristocratiques », matière plus facile à appréhender, et que « l’histoire anecdotique l’a bien souvent emporté sur l’étude architecturale et sociale de l’habitat seigneurial », il s’intéresse aussi aux simples maisons en élargissant les méthodes traditionnelles des historiens de l’art10. Outre la description de plans publiés, il utilise les témoignages de documents littéraires ou figurés et du minutier central des Archives nationales. Ainsi fait-il apparaître le mode d’occupation des lieux dans ces maisons modestes où les pièces, uniformément appelées chambres, sont sous-louées parfois sur plusieurs niveaux, dans une promiscuité « dont nul ne songeait à se plaindre », et aussi les évolutions qui affectent les hôtels dans le décor des seules pièces de représentation, dans leurs plans à la structure plus large et plus complexe avec des pièces de taille différente, des cheminements nouveaux, des différences de niveaux pour pallier la gêne alors ressentie dans les dispositions anciennes. Le souci de comprendre plus que d’exposer la matérialité de toutes les maisons qui composent la ville conduit cet historien à s’intéresser aux pratiques dans les lieux.

  • 11 F. Loyer, Paris XIX siècle. L’immeuble et la rue, Paris, Hazan, 1987.
  • 12 Ibid., p. 226.

18Perçu comme « élément du paysage urbain » par l’historien de l’art François Loyer11 qui s’intéresse à la réalité du bâti, l’immeuble parisien du XIXe siècle est également appréhendé dans la distribution intérieure des appartements « sans doute avec grand profit pour notre connaissance de la sociologie parisienne du XIXe siècle ainsi que du mode de vie »12, à partir de la documentation des revues d’architecture. Ainsi par exemple, l’importance nouvelle de la salle à manger sur les plans y est-elle expliquée par l’évolution des pratiques familiales et l’accès à l’habitat bourgeois des couches modestes. Les écrits des architectes rapportant la demande sociale pour concevoir les lieux de l’habitation constituent des témoignages pour en comprendre les formes.

19Datant d’autres temps ou issues d’autres disciplines, ces études n’ont pas directement nourri les pratiques des historiens contemporains. Leur prise en compte permet toutefois d’apprécier les emprunts que, consciemment ou non, ces mêmes historiens ont fait à leurs méthodes et à leurs objets.

Cadres matériels

20Les espaces domestiques sont les lieux de la vie quotidienne. Aussi lorsque les historiens s’intéressent à cette question, ils s’attachent à en décrire le cadre bien souvent sur la base de documents textuels avec parfois le recours à l’iconographie disponible. Des sources nouvelles sont effectivement à « inventer » pour appréhender ces lieux habités ordinaires.

  • 13 Parmi ceux-ci peuvent être cités : R. Burnand, La vie quotidienne en France en 1830, Paris, Hachet (...)

21Ouvrages de vulgarisation, les histoires de la vie quotidienne, dont la première collection est née en 1938 et le genre toujours actuel, parcourent en un volume les sujets les plus variés, avec parfois un chapitre consacré aux espaces de l’habitation13. Destinées à satisfaire le goût d’exotisme historique d’un vaste public, les descriptions des lieux bourgeois, à travers leur disposition, leur décor et mobilier, leurs équipements et les usages, et celles des sordides taudis ouvriers en montrent la curiosité de l’aspect et l’inconfort qui résulte de l’absence de nos inventions modernes. Mémoires d’hommes illustres, manuels de civilité, revues à grande diffusion du XIXe siècle, voire photographies d’intérieurs, constituent les sources des quelques pages dédiées à ces espaces de la vie quotidienne. Sans questionnement par rapport à l’histoire, ces ouvrages n’en constituent pas moins les premiers à proposer des parcours dans des lieux habités.

  • 14 F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme. XVe-XVIIIe siècle, 1, Les structures (...)
  • 15 M. Jurgens, P. Couperie, « Le logement à Paris au XVIe et XVIIsiècle. Une source : les inventair (...)
  • 16 C. Oulmont, La vie au dix-huitième siècle. La Maison, Paris, Seheur, 1929.

22C’est Fernand Braudel qui porte la vie quotidienne dans le domaine de l’histoire en dressant un inventaire de la culture matérielle, « du bas et du haut », dans le premier volume de Civilisation matérielle, économie et capitalismi14. Dans ces images de cette vie ordinaire, se trouve la maison, entre ordinaire et superflu, celle des villes et des campagnes, celle des nantis et des pauvres, qu’il étudie de façon large, géographiquement, de l’Orient à l’Occident, et historiquement, du XVe au XVIIIe siècle. Si de nombreux documents rapportent ce que furent les demeures prestigieuses, ce sont les dessins ou les tableaux des peintres, les inventaires ou les minutiers des archives notariales, en l’absence d’ouvrages littéraires, qui permettent de lire le cadre et les objets et de retracer les plans des habitations ordinaires. Pour la France, F. Braudel reprend la reconstitution établie par Madeleine Jurgens et Pierre Couperie15 des plans des maisons de Paris au XVIe siècle et cite à plusieurs reprises l’ouvrage de Charles Oulmont daté de 192916 pour le XVIIIe siècle, les recherches sur ce thème étant peu nombreuses dans les années 1960.

23C’est la permanence des dispositions des habitations qu’il observe sur la longue période étudiée, liée à l’inertie des habitudes et des traditions, permanence plus forte chez les pauvres, le changement est le privilège des maîtres, constate-til. Si pour répondre à la question, « comment vivait-on ? », F. Braudel décrit le mobilier, le décor, les éléments de confort, il s’attache également aux espaces intérieurs qui lui permettent de noter l’absence d’intimité, ceci quelle que soit la classe de l’habitation : la vie professionnelle n’est pas dissociée du logement, la salle d’apparat est une pièce commune avec le lit, et les pièces des hôtels du XVIIe siècle sont en enfilade.

24Ainsi les espaces domestiques dans leur aspect concret et matériel, celui-là même qui les pétrifie avec le poids des habitudes, contribuent-ils à qualifier des conditions sociales : ils sont un des éléments, parmi d’autres, nourritures, vêtements, outils, etc., socialement structurants.

  • 17 A. Daumard, La bourgeoisie parisienne de 1815 à 1848, Paris, Sevpen, 1963. Réédition abrégée, Les (...)

25Cette position alimente les travaux d’histoire sociale dans lesquels ont été analysés les espaces domestiques, signes révélateurs des niveaux socio-économiques et de modes de vie spécifiques. Dans La bourgeoisie parisienne de 1815 à 1848 et Maisons de Paris et propriétaires parisiens au XIXe siècle17, Adeline Daumard livre des descriptions des appartements dans lesquels vit cette bourgeoisie et qui sont construits par des investisseurs appartenant pour la plupart à cette classe. Pour cela, elle a mobilisé des sources statistiques, des inventaires et des calepins de révision du cadastre de Paris. Ceux-ci fournissent des indications très précises sur le nombre et l’affectation des pièces (salon, salle à manger, boudoir, cuisine, chambre et cabinets) ainsi que sur leurs éléments de confort (pièces à feu ou sans, locaux noirs ou éclairés, nombre de fenêtres et exposition), avec quelques rares plans sommaires. Elle a ainsi pu vérifier la partition des espaces des habitations de la haute bourgeoisie jusqu’en 1850 : pièces de réception isolées de celles de la vie commune de la famille, appartement privé affecté à chacun de ses membres, avec chambres de domestiques attachés à leur personne. Mais, après cette date, la nécessité d’augmenter le rendement de la propriété qui va conduire les propriétaires à diminuer les surfaces, contribua à la suppression des nombreuses dépendances et annexes des pièces principales des appartements. L’économique a partie liée avec le social dans la définition des espaces domestiques de la bourgeoisie.

  • 18 J.-P. Chaline, Les bourgeois de Rouen. Une élite urbaine au XIXe siècle, Paris, Presses de la Fond (...)

26De même lorsque Jean-Pierre Chaline étudie la bourgeoisie rouennaise18, il se fonde, entre autres, sur son habitat, « trait fondamental d’un mode de vie », qui se décline selon l’échelonnement des fortunes. Dans cette ville de province, l’analyse des intérieurs est difficile par la rareté des sources (ici constituées d’archives fiscales, de revues d’architecture locales, et de visites in situ), mais fructueuse car elle permet des comparaisons avec la capitale. Si les hôtels constituent des symboles de la richesse bourgeoise et les villas cossues présentent une vaste réception, les maisons particulières traditionnelles, « incommodes » sur plusieurs niveaux, restent préférées aux appartements des immeubles de rapport. L’inertie des habitudes plus grande en province se lit dans cet attachement à des habitations anciennes dans leurs dispositions.

  • 19 M. Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Flammarion, 19752.

27De façon plus large, l’analyse des espaces domestiques de l’ensemble des habitations présentes dans les villes à un moment donné aide à construire une histoire sociale localisée et à ce titre les ouvrages d’histoire urbaine leur consacrent un chapitre. Dans son étude sur Lyon19, Maurice Garden souligne cependant la difficulté de l’élaborer faute de sources. Les contrats et baux de location lui permettent de montrer que la chambre reste l’unité de location, et qu'elle constitue « à elle seule tout un appartement quand une cuisine lui est jointe ». L’activité artisanale prend toujours place dans le logement. Ainsi peut-il conclure à l’entassement des hommes et à l’exiguïté des logements qui caractérise la vie lyonnaise au XVIIIe siècle, montrant le décalage Paris/province dans les évolutions des espaces domestiques.

  • 20 J.-C. Perrot, Genèse d’une ville moderne. Caen au XVIIIe siècle, Paris, La Haye, Mouton, 1975.

28Celles-ci sont en question dans la problématique de la genèse d’une ville moderne de Jean-Claude Perrot20. Son analyse des espaces des habitations s’accompagne d’interrogations :

  • 21 J.-C. Perrot, Genèse d’une ville moderne..., 2, p. 679-680.

« pour observer, le cas échéant, des archaïsmes, n’est-il pas bon de regarder les édifices privés, puisque l’innovation émanait au contraire du domaine public ? (...) Retrouverai-je au stade élémentaire du logis les tendances évolutives qui se sont déclenchées à l’étage urbain tout entier : particularisation et ‘fonctionnalisme’ des lieux, souplesse des articulations, perfection des cheminements ? ».21

29Appuyé par le témoignage parisien de Louis-Sébastien Mercier, un léger accroissement de la spécialisation des pièces dans les logis les plus riches a pu être établi à partir des dénominations des pièces recueillies dans les inventaires après décès sur deux moments du XVIIIe siècle, et des redivisions des lieux par les habitants. Mais subsistent des archaïsmes dans les maisons modestes où la dispersion du logis en des niveaux éloignés ne régresse que très peu et dans les maisons des faubourgs où subsistent des espaces polyvalents.

  • 22 A. Pardailhé-Galabrun, La naissance de l’intime. 3 000 foyers parisiens, XVIIe-XVIIIe siècles, Par (...)

30C’est ce que confirme pour Paris la synthèse minutieuse de mémoires de maîtrise, publiée par Annik Pardailhé-Galabrun, La naissance de l’intime. 3 000 foyers parisiens, XVIIe-XVIIIe siècles22. Fondée sur des inventaires après décès, qui livrent des descriptions précises des intérieurs pour l’ensemble de la pyramide sociale – certes légèrement déformée, un peu moins en bas et un peu plus en haut –, elle restitue le cadre et les manières de vie à travers les rapports des individus avec l’espace et les objets de leur foyer. La maison est appréhendée dans sa dimension sociale (activités des habitants, métiers et niveau de fortune), dans sa dimension familiale (composition des foyers), dans son vécu (mobilier, éléments de confort, décor, vie spirituelle et culturelle). Les sources imposent cependant quelques limites : il est malaisé de restituer les dispositions intérieures du logement alors que les enchaînements internes sont difficiles à repérer, les dégagements étant dépourvus d’objets à inventorier.

  • 23 Ibid., p. 261.

31C’est un tableau d’une réalité qui est brossé, permettant de prendre la mesure des hypothèses jusqu’alors émises à partir des habitations nouvellement édifiées et des témoignages insistant sur les changements intervenus dans les espaces domestiques. Des conditions de logement liées à la fortune, sans rapport avec la taille du groupe domestique, contribuent à perpétuer la polyfonctionnalité des pièces uniques, « qui tiennent lieu à la fois de chambre à coucher, de cuisine, de salle à manger, et même encore dans certains cas d’espace de travail », pièces parfois dispersées à des étages différents, tandis que se multiplient annexes et dépendances dans les habitations plus importantes. Est aussi nuancée la spécialisation des espaces qui semblait un fait démontré : comme le révèlent dénomination et contenu, « les salles spécialisées sont encore inconnues, à la veille de la Révolution, des couches moyennes de la population parisienne et sont cantonnées dans les habitations les plus luxueuses de la ville »23. Les transformations des habitations n’affectent, bien sûr, que les constructions neuves, mais aussi seulement celles des familles aisées.

32Cette réalité concrète et matérielle des espaces domestiques donne à lire les cadres de vie des habitants selon leurs conditions et à apprécier la lenteur des transformations qui les affectent dans les classes modestes et pour l’ensemble de la population en province.

Modèles éducateurs

  • 24 Cf. A. Farge, Vivre dans la rue au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard/Julliard, 1979.
  • 25 M. Perrot, « Les ouvriers, l’habitat et la ville au XIXe siècle », dans La question du logement ou (...)

33Cette conclusion conforte l’argument de l’importance sociale de l’habitation pour les classes dominantes, l’aristocratie puis la bourgeoisie. Les plus pauvres investiront peu les lieux privés au profit de la ville jusqu’au XIXe siècle24. A ce moment, le modèle créé par la bourgeoisie, l’absolue coïncidence entre famille et intérieur, la séparation du public et du privé25, sera celui qui va être formulé pour les ouvriers afin de mieux les contrôler. Dans cette injonction présente dans les politiques mises en œuvre en faveur du logement de ces classes « dangereuses », le rôle alors accordé aux espaces domestiques est central.

  • 26 M. Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

34Aussi, à un moment de critique sociale et politique qu’est l’après 1968, de nombreuses recherches sont-elles consacrées à l’analyse de cette action morale et éducative exercée par l’intermédiaire des espaces conçus pour les ouvriers. Le cadre théorique de référence en est l’ouvrage de Michel Foucault Surveiller et punir26 consacré aux procédures instaurées « pour contrôler, mesurer, dresser les individus, les rendre à la fois dociles et utiles ».

  • 27 F. Béguin, « Savoirs de la ville et de la maison au début du XIXe siècle », dans Politiques de l’h (...)
  • 28 Ibid, p. 279 et 289.

35L’article de François Béguin publié dans Politiques de l'habitat 1800-1850 sous la direction de M. Foucault27, montre comment l’espace architectural de ces logements par sa fonction distributive « oriente une distribution réglée des individus les uns par rapport aux autres » – séparation des sexes, des âges, parents/enfants, des familles – et « vient se redéployer autour du corps organique et familial, des fonctions et des gestes que l’on autorise à ces corps sous le terme de besoins »28. Les espaces de l’habitation, lus comme des lieux disciplinaires, moyen de redresser les déviances, sont le reflet des pratiques attendues pour cette classe.

  • 29 L. Murard, P. Zylberman, « Le petit travailleur infatigable ou le prolétaire régénéré. Villes-usin (...)

36Le petit travailleur infatigable ou le prolétaire régénéré29 contient un article intitulé « La généalogie de la boîte à habiter », qui propose une analyse semblable de ces logements, configurés dans un schéma fonctionnel, restreints à l’univers résidentiel et familial, isolé, permettant le contrôle des fonctions corporelles dans des équipements périphériques et assignant à chacun un lieu approprié, analyse étayée par une citation de M. Foucault :

  • 30 M. Foucault, Surveiller et punir..., p. 145, cité par L. Murard, P. Zylberman, ibid,

« La règle des emplacements fonctionnels va peu à peu, dans les institutions disciplinaires, coder un espace que l’architecture laissait en général disponible et prêt à plusieurs usages. Des places déterminées se définissent pour répondre non seulement à la nécessité de surveiller, de rompre les communications dangereuses, mais aussi de créer un espace utile ».30

37Des espaces domestiques réglés, normés sont ceux que la bourgeoisie imagine pour les ouvriers. Le grand nombre de discours « sans pudeur » des moralistes, éducateurs, réformateurs sociaux, médecins, hygiénistes, architectes, politiques, philanthropes qui se chargent de cette question au XIXe siècle, fournit une matière abondante à ces travaux contemporains sur le rôle assigné à l’espace domestique par une classe pour une autre mais non sur les lieux vécus par ceux qui vont y habiter.

  • 31 M. Eleb, L’apprentissage du « chez-soi ». Le Groupe des Maisons Ouvrières, Paris, avenue Daumesnil (...)

38Plus récemment, c’est aussi une analyse de ce que fut l’apprentissage du « chez-soi » que mène Monique Eleb31 à partir des débats et des réalisations d’une fondation philanthropique du début du XXe siècle. Si elle confirme effectivement la volonté éducative, voire coercitive de la bourgeoisie vis-à-vis de la classe ouvrière, elle n’en révèle pas moins une teneur aussi parfois différente des réflexions qui ont présidé à la définition des espaces des logements. Ainsi l’alternative possible entre salle commune et salle à manger indépendante de la cuisine est-elle fondée sur des observations sociologiques. Si les lieux normalisent, ils doivent également être aimables et procurer aisance et bien-être pour retenir les locataires. S’il y a eu apprentissage, un attachement au « chez-soi » a aussi été intériorisé :

  • 32 Ibid., p. 118.

« Doit-on parler d’imposition, de perte de culture, d’acculturation forcée ? Les lieux qui suggéraient de nouveaux usages rencontraient, certes, une certaine incompréhension, des résistances quand le contrôle se faisait trop présent, quelquefois aussi de l’indifférence, mais ils répondaient aussi à certaines aspirations, émergentes dans cette classe ouvrière ».32

39La diffusion des modèles spatiaux dans l’habitation d’une classe à l’autre a soutenu celle des comportements.

  • 33 A. Corbin, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, XVIIIe-XIXe siècles, Paris, (...)

40C’est également cette question de la réception des politiques moralisatrices que traite Alain Corbin. Histoire de la perception olfactive qui montre l’accentuation de la sensibilité aux odeurs dès le XVIIIe siècle, Le miasme et la jonquille33 est aussi une histoire des politiques hygiénistes qui vont s’exercer, entre autres, dans l’espace domestique. Cet historien précise que, en la matière, les analyses de M. Foucault ne sont pas pionnières :

  • 34 J. Michelet, Histoire de la Régence, 1863, p. 394, cité par A. Corbin, Le miasme...,

« Michelet, bien avant Michel Foucault, a décelé l’inextricable lien qui se noue entre ces impératifs hygiéniques, la visée panoptique et le souci de moraliser. ‘Aération, propreté, surveillance, trois choses également impossibles, écrit-il à propos de la demeure des grands sous l’Ancien Régime, (...) ces labyrinthes infinis de corridors, passages, escaliers dérobés, les petites cours intérieures, les combles enfin et les toits plats à balustrade fournissaient mille aventures’ »,34

  • 35 A. Corbin, Le miasme..., p. 201.

41Les injonctions seront nombreuses pour que soit substituée à l’alcôve fétide la chambre individuelle, que soient relégués dans des annexes des maisons cuisine, laverie et lieux d’aisances ou que dans l’appartement le cabinet de toilette soit érigé en véritable pièce. Fondé sur les discours moralistes, cet ouvrage ne rapporte pas la réalité des espaces de l’habitation, mais l’enjeu qu’ils constituent au XIXe siècle dans cette visée moraliste : « L’importance des quelques prototypes élaborés au début du siècle n’est donc point négligeable ; il s’agit de modèles riches d’avenir », portés par le « lent cheminement de l’innovation »35.

42Pour la classe ouvrière, comme pour la bourgeoisie nous l’avons vu, les espaces de l’habitation, conçus pour soutenir ou inculquer des usages, contribuent à une mise aux normes sociales.

Structures de la vie privée

43Les espaces domestiques sont des structures matérielles révélant les structures sociales, familiales, individuelles : cet argument va être développé par les historiens qui vont lire une image de la vie privée dans l’organisation des lieux de l’habitation. Pour saisir ces structures, les plans, ont constitués en documents éclairés par d’autres sources informant l’habiter.

  • 36 N. Elias, La société de cour, Paris, Flammarion, 19852.
  • 37 Cité par R. Chartier, « Préface », La société de cour, p. X.
  • 38 La rédaction de cette thèse date du début des années 30 et elle ne fut publiée qu’en 1969 et tradu (...)

44Norbert Elias est sans doute le premier dans La société de cour36 à développer un tel argument. Il se livre à une analyse sociologique fondée sur un objet historique, celle des « réseaux d’interrelations, les interdépendances, les configurations, les processus que forment les hommes indépendants »37 donnant existence à cette formation sociale particulière en prenant ses distances avec des démarches contemporaines des historiens qualifiées d’« hétéronomes »38. Le premier chapitre, « Structures et significations de l’habitat », étudie cette société dans son organisation spatiale spécifique :

  • 39 N. Elias, La société de cour..., p. 19.

« Envisagée sous cet angle, l’habitation des hommes de cour nous donne une idée sûre et claire de certaines relations sociales caractéristiques de la société de cour ».39

45N. Elias se livre à l’analyse du plan de l’hôtel dessiné par l’architecte J.-E Blondel pour l'Encyclopédie, ainsi que des articles qui précisent la définition de ces espaces. Ce sont des modèles idéaux qui renvoient aux représentations sociales de leurs auteurs. Sont interprétés le nombre et l'affectation des pièces : ainsi la multiplicité de celles du service de la bouche est-elle autant le signe « des exigences et des goûts que des besoins culturels de cette société » ; les appartements identiques du maître et de la maîtresse de maison révèlent le statut équivalent de ceux-ci ; l’ampleur des salles de réception témoigne de l’importance de la représentation dans cette société ; la distinction entre appartements de parade et de société marque une limite entre public et privé.

46Ce sociologue va s’attacher également aux distances entre les espaces pour évaluer les relations entre les individus ; ainsi le voisinage des antichambres, dans lesquelles se tiennent les domestiques, et des chambres des maîtres suppose-t-il un grand écart social entre eux ; la disposition symétrique de chacun des appartements des époux de part et d’autre de la cour montre leur indépendance mutuelle ; la position centrale des espaces de réception en fait le centre de l’existence de cette noblesse.

  • 40 Cette affirmation doit être nuancée. A la fin du XVIIe siècle et au XVIIIe siècle, la convenance é (...)

47Enfin, N. Elias s’appuie sur la terminologie très précise qui désigne des maisons de différents rangs, leurs caractères, leurs décorations, les pièces qui les composent, pour signifier l’ordre hiérarchique de cette société mais aussi les attitudes et les valeurs que partageait chaque groupe social40.

48Une telle analyse des espaces de l’habitation n’est pas sans préfigurer celles qui seront menées plus récemment dans de nouvelles démarches historiques.

  • 41 R Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Seuil, 19732.
  • 42 Ibid., p. 300.
  • 43 Il cite dans son introduction l’analyse de R.-A. Goldthwaite sur l’apparence extérieure et l’organ (...)
  • 44 P. Ariès, L’enfant et la vie..., p. 301.

49Au début des recherches sur la famille, le livre de Philippe Ariès L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régimé41 publié en 1960 fonde sa démonstration de la reconnaissance de l’enfance en ne mobilisant pas seulement les écrits, l’iconographie constitue une source d’importance, ainsi que les plans des habitations. Cet historien analyse les transformations de la maison au XVIIIe siècle pour démontrer l’émergence du sentiment de la famille accompagnant celle de la vie privée et de l’intimité domestique. « L’organisation de la maison répond à ce souci nouveau de défense contre le monde »42. Apparaissent la spécialisation des espaces et le couloir assurant par l’indépendance des pièces, celle de chacun des membres du groupe domestique43. La lecture des plans, essentiellement de maisons bourgeoises et nobles, permet de noter la présence de corridors tandis que la dénomination plus précise des lieux – les termes salle et chambre se complètent de qualificatifs – et les éléments de mobilier – les lits dans la seule chambre à coucher –, permettent de saisir l’affectation spécifique des pièces. « Désormais on sépare mieux la vie mondaine, la vie professionnelle et la vie privée : à chacune sera affecté un local approprié, la chambre, le cabinet, le salon »44. Si cette démonstration n’est qu’un élément fondant cet ouvrage, elle contribue à ouvrir la voie à des travaux qui utiliseront plus spécifiquement la structure de l’organisation des espaces domestiques pour appréhender l’intimité familiale.

  • 45 Histoire de la vie privée, dir. G. Duby, P. Ariès, 5, Paris, Seuil, 1985-87.

50Pour comprendre les transformations qui ont affecté la vie privée, la vaste histoire qui y est consacrée sous la direction de Philippe Ariès et Georges Duby45, suit les évolutions matérielles du cadre domestique, qui est le lieu mais qui aussi offre des lieux, où elle s’inscrit. Ainsi les espaces de l’habitation sont-ils analysés avec le souci, non de les inventorier, mais de repérer les frontières entre public et privé, selon les acceptions variables de ces notions, à travers leur articulation, à travers les déplacements, les rassemblements, les retraites dans ces lieux. Parcourant l’ensemble de la civilisation occidentale, les articles spécifiquement consacrés à cette question s’appuient sur des sources certes variables selon la période, mais néanmoins capables de faire parler les espaces donnés par les fouilles archéologiques, les relevés ou les plans architecturaux : l’iconographie, puis les textes de statuts différents, les mots. Il est ainsi permis de repérer les lieux affectés aux hommes, aux femmes, ceux des serviteurs, des proches et des visiteurs. De l’interpénétration constante des espaces à la Renaissance, où l’ambivalence des rôles s’accompagne de la volonté de les délimiter, en passant par la clôture de la vie privée dans la maison qui est le propre des intimités bourgeoises du XIXe siècle, au logement des années 1950 qui donne accès à la vie privée pour tous, c’est un parcours dans les espaces des habitations qui contribuent à dessiner une image de cette histoire de la vie privée.

  • 46 Définie par les architectes comme la division et l’ordonnance des pièces qui forment l’intérieur d (...)
  • 47 M. Eleb-Vidal, A. Debarre-Blanchard, Architectures de la vie privée. Maisons et mentalités. XVIIe- (...)

51La distribution46 de différents types d’habitations conçues par les architectes constitue l’objet de Architectures de la vie privée47, analysée à partir des positions de ces concepteurs, d’une part, et des manières d’habiter, des mentalités et des sensibilités, d’autre part : l’organisation de ces lieux est lue ici comme une structure matérielle reflétant des structures sociales.

52Les matériaux convoqués sont de deux natures. Les plans d’habitation publiés, traces matérielles de cette distribution – sur lesquels ont été repérés les liaisons entre les pièces, telles que les portes et les corridors, leur position relative, leur orientation sur des extérieurs qualifiés, leur affectation donnée par des dénominations qui évoluent elles aussi – et les écrits des architectes, qui livrent des informations factuelles pour les lire, ont été confrontés à des documents rapportant les pratiques dans ces lieux – issus de la période étudiée, extraits littéraires, mémoires, témoignages, observations, gravures et peintures, traités de savoir-vivre, ou bien contemporains, ouvrages d’histoire sociale, de la famille, des mentalités, de la vie privée, etc., ou d’histoire de l’architecture et de la décoration. Cette confrontation a permis d’appréhender la relation habité-habiter avec la question-guide, quel est le dispositif mis en place ? :

  • 48 Ibid., p. 12.

« La notion de dispositif est comprise comme l’organisation d’éléments assemblés de façon particulière pour produire un effet (concernant les conduites, les pratiques), que la volonté en soit explicite ou implicite. Dans l’habitation, le dispositif mis en place propose un mode de relations interindividuelles (hommes/femmes, parents/enfants, maîtres/domestiques) mais inclut aussi la dimension économique (espace de travail, de production) et la sociabilité large (espaces d’accueil, de réception, de mise en scène...) ».48

  • 49 Une recherche similaire a été conduite sur les modèles savants de maisons rurales, dénommées « mai (...)

53Les maisons que dessinent les architectes ne sont pas celles dans lesquelles vivent tous leurs contemporains qui en occupent de plus anciennes ou réalisées par d’autres. Au début du XVIIe siècle, les architectes conçoivent essentiellement des hôtels aristocratiques, des maisons bourgeoises, s’intéressant à de rares exceptions aux habitations modestes, et publient des exemples pour la plupart parisiens49. Au XIXe siècle, leurs projets concernent plus largement l’ensemble des classes sociales et, dans ses dernières décennies, ils contribueront à définir le logement ouvrier. En outre, ce sont les habitations considérées comme exemplaires qui sont publiées et dans les écrits, ce sont les pratiques des nantis qui sont érigées en modèles. Au XIXe siècle, le prototype est la demeure bourgeoise, illustré par des exemples de châteaux, d’hôtels, de villas de grande importance et leurs espaces de représentation. Néanmoins les discours de ces architectes sont aussi centrés sur l’importance à accorder à la famille en privilégiant des lieux intimes et confortables, en cela à l’unisson des moralistes. Ces espaces domestiques constituent en effet des organisations qui vont donner à lire les attentes sociales en termes de dispositifs reproductibles et/ou de transformations. Les architectes ne sont pas les seuls acteurs de la conception des espaces de l’habitation, face à un propriétaire ou autre commanditaire qui expriment des demandes précises, particulières pour chaque catégorie sociale : les dispositifs sont spécifiques alors que les manières d’habiter diffèrent, qu’elles ont leurs propres évolutions mais suscitent parfois des emprunts. Par exemple, la chambre conjugale, image de l’amour qui unit les conjoints, est d’abord un modèle de la moyenne bourgeoisie du XIXe siècle avant de se diffuser plus largement. Ainsi les espaces domestiques conçus par les architectes témoignent-ils de représentations construites de la société, de la famille, de l’individu, qui sont celles d’hommes de leur temps.

  • 50 M. Eleb, A. Debarre, L’invention de l’habitation moderne. Paris 1880-1914. Architectures de la vie (...)

54Cette analyse synchronique des habitations est aussi diachronique. Repérant les transformations spatiales qui suivent les lentes évolutions des changements de l’habiter, cette généalogie parcourt une longue période, du XVIIe au XIXe siècle, tandis qu’un second ouvrage, L’invention de l’habitation moderni50, la prolonge sur un moment essentiel pour comprendre notre habitation contemporaine, la fin du XIXe siècle jusqu’en 1914.

55Ces travaux ont effectivement davantage proposé une lecture de la distribution des espaces domestiques comme structure stable qui organise la quotidienneté à un moment donné et est affectée par des ondes de changements sur la durée.

Dimensions multiples

56Ce parcours rapide à travers des recherches dans lesquelles les espaces domestiques sont abordés selon des problématiques diverses, a montré différents niveaux de lecture qui en étaient faites selon un découpage historiographique qui peut être nuancé : l’histoire sociale a également analysé les espaces domestiques comme mode de structuration des modes de vie tandis que les histoires de la vie privée se sont attachées à les lire comme cadres matériels liés à des conditions sociales. Des travaux récents s’appuient sur les dimensions multiples des espaces domestiques à partir de regards « décloisonnés » et croisés.

  • 51 S. Roux, La maison dans l’histoire, Paris, Albin Michel, 1976. Néanmoins celle-ci n’observe pas to (...)

57En 1976, Simone Roux dans La maison dans l’histoire51, synthèse de vulgarisation, déclare la restituer dans les rapports sociaux qui fondent sa signification, dans une approche économique, qui la place comme marchandise dans la hiérarchie sociale, dans ses liens avec la psychologie et l’anthropologie, dans sa matérialité qui renvoie à la civilisation matérielle.

  • 52 Le parisien chez lui au XIXe siècle 1814-1914, Archives Nationales, Hôtel de Rohan, novembre 1976- (...)
  • 53 « L’hôtel parisien au XVIIe siècle », XVIIe siècle, 1989, no 162, p. 1-127.
  • 54 « La maison. Espaces et intimités. Colloque, Paris, novembre 1985 », In extenso, 1986 no 9.

58L’exposition Le Parisien chez lui au XIXe siècle52 rassemblait des documents de toutes natures (plans, inventaires, gravures et peintures, extraits littéraires, etc.) pour rendre compte des espaces habités, de l’anatomie des habitations, pauvres et bourgeoises, aux gestes quotidiens. La journée d’études consacrée à l’hôtel parisien au XVIIe siècle53, qui réunissait contributions d’historiens de tous horizons, ou encore La maison. Espaces et intimités54, colloque d’architectes, sociologues, historiens, psychologues, témoignent de l’intérêt à appréhender les espaces domestiques de façon pluridisciplinaire.

  • 55 D. Roche, Histoire des choses banales. Naissance de la consommation dans les sociétés traditionnel (...)

59Enfin, l’ouvrage de Daniel Roche, Histoire des choses banales55, fondé sur des sources secondaires qui ont exploité chacune à leur manière les espaces domestiques, réalise une synthèse de la culture de l’habitat au moment du passage de la société traditionnelle à la société moderne. A la suite de F. Braudel, il interroge la maison, caractéristique de la vie ordinaire – ainsi que les équipements de confort, le mobilier, les vêtements et l’alimentation –, et ses transformations, signes des évolutions des modes de vie :

  • 56 Question qu’il emprunte au sociologue H. Lefebvre, Critique de la vie quotidienne, 2, Fondements d (...)

« Pourquoi et comment les hommes peuvent-ils vivre comme ils vivent et pourquoi l’acceptent-ils ?56 A la totalité que suppose le quotidien peut-on trouver un sens qui tienne à la fois compte des rapports sociaux... et des conditions intellectuelles et sensibles qui les autorisent ? ».

  • 57 D. Roche, Histoire des choses banales..., p. 14 et 15.
  • 58 Ibid., p. 119.

60Il élargit son questionnement du rapport des hommes aux choses à partir des formes économiques mais aussi des valeurs symboliques : « les productions de l’homme sont au cœur de l’identité et des rapports de l’individu à la famille, au groupe »57. Dans le chapitre « Maisons rurales, maisons urbaines », est rapporté le modèle émergent de la maison, lieu de sécurité, de refuge, organisé pour une famille nucléaire généralisée qui se diffuse lentement, à des rythmes variables socialement et géographiquement, en s’appuyant sur des travaux de géographie, d’architecture, d’histoire urbaine, d’histoire sociale et de la vie privée. Pour une meilleure connaissance des espaces de vie d’autrefois, D. Roche appelle à « mieux comprendre les médiations à l’œuvre entre formes architecturales, les modes de distribution, les pratiques et les normes qui les régissent »58.

61Après toutes les dimensions des espaces domestiques qui ont pu être appréhendées, leurs interrelations restent une voie à explorer...

Notes

1 Ethnologues, psychologues et sociologues ont analysé les espaces habités, cf. F. Paul-Lévy, M. Segaud, Anthropologie de l’espace, Paris, Centre Georges Pompidou/CCI, 1983.

2 E. Viollet-Le-Duc, Histoire de l’habitation humaine, Paris, Bibliothèque d’éducation et de récréation, J. Hetzel et Cie, 1875 (ouvrage destiné à un jeune public) ; G.-J.-A. Davioud, L’architecture et les habitations privées en France depuis la Renaissance jusqu’en 1830, Saint-Cloud, Belin, 1881 (cet architecte s’adresse à ses pairs) ; C. Garnier, A. Ammann, L’habitation humaine, Paris, Hachette, 1892.

3 C. Garnier, A. Ammann, L’habitation..p. 557.

4 Sans connotation péjorative, vulgaire renvoie ici à ordinaire, dans une acception proche de son sens étymologique.

5 Position empruntée à des archéologues : G. Boissier, Promenades archéologiques, cité dans C. Garnier, A. Ammann, L’habitation..., p. 539, et Dieulafoy, archéologue dont les travaux datent de 1881 à 1886, cité p. 376.

6 Ibid., p. 634.

7 G. Doyon, R. Hubrecht, L’architecture rurale et bourgeoise. Etudes sur les techniques d’autrefois et leurs applications à notre temps, Paris, Vincent Fréal et Cie, 1942.

8 Ibid., p. 71.

9 J.-P. Babelon, Demeures parisiennes sous Henri IV et Louis XIII, Paris, Le Temps, 1965.

10 J.-P. Babelon, Demeures parisiennes..., Paris, Hazan, 19913, p. 131. Avec des objets semblables, d’autres ouvrages d’historiens de l’art n’auront pas la même ouverture de leur corpus et de leurs méthodes : M. Gallet, Demeures parisiennes. L’époque de Louis XVI, Paris, Le Temps, 1964. M. Le Moël, L’architecture privée à Paris au Grand Siècle, Paris, BHVP, 1990.

11 F. Loyer, Paris XIX siècle. L’immeuble et la rue, Paris, Hazan, 1987.

12 Ibid., p. 226.

13 Parmi ceux-ci peuvent être cités : R. Burnand, La vie quotidienne en France en 1830, Paris, Hachette, 1943, et La vie quotidienne en France de 1870 à 1900, Paris, Hachette, 1947 ; J. Robiquet, La vie quotidienne au temps de Napoléon, Paris, Hachette, 1942 ; G. Duveau, La vie ouvrière en France sous le Second Empire, Paris, Gallimard, 1946.

14 F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme. XVe-XVIIIe siècle, 1, Les structures du quotidien : le possible et l’impossible, Paris, Armand Colin, 1979.

15 M. Jurgens, P. Couperie, « Le logement à Paris au XVIe et XVIIsiècle. Une source : les inventaires après décès », Annales ESC, 1962, p. 488-500. Cet article constitue une référence toujours très citée.

16 C. Oulmont, La vie au dix-huitième siècle. La Maison, Paris, Seheur, 1929.

17 A. Daumard, La bourgeoisie parisienne de 1815 à 1848, Paris, Sevpen, 1963. Réédition abrégée, Les bourgeois de Paris au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 1970.A partir d’une analyse des budgets familiaux, Marguerite Perrot note quant à elle les sacrifices financiers que pouvait consentir la bourgeoisie française pour se loger convenablement, voire au-dessus de ses moyens : M. Perrot, Le mode de vie des familles bourgeoises. 1873-1953, Paris, A. Colin, 1961.

18 J.-P. Chaline, Les bourgeois de Rouen. Une élite urbaine au XIXe siècle, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences Politiques, 1982.

19 M. Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Flammarion, 19752.

20 J.-C. Perrot, Genèse d’une ville moderne. Caen au XVIIIe siècle, Paris, La Haye, Mouton, 1975.

21 J.-C. Perrot, Genèse d’une ville moderne..., 2, p. 679-680.

22 A. Pardailhé-Galabrun, La naissance de l’intime. 3 000 foyers parisiens, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1988.

23 Ibid., p. 261.

24 Cf. A. Farge, Vivre dans la rue au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard/Julliard, 1979.

25 M. Perrot, « Les ouvriers, l’habitat et la ville au XIXe siècle », dans La question du logement ouvrier français, Paris, ed. de La Villette, 1981.

26 M. Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

27 F. Béguin, « Savoirs de la ville et de la maison au début du XIXe siècle », dans Politiques de l’habitat (1800-1850), dir. M. Foucault, Paris, Corda, 1977, p. 211-324.

28 Ibid, p. 279 et 289.

29 L. Murard, P. Zylberman, « Le petit travailleur infatigable ou le prolétaire régénéré. Villes-usines, habitat et intimités au XIXe siècle », Recherches, 1976, no 25.

30 M. Foucault, Surveiller et punir..., p. 145, cité par L. Murard, P. Zylberman, ibid,

31 M. Eleb, L’apprentissage du « chez-soi ». Le Groupe des Maisons Ouvrières, Paris, avenue Daumesnil, 1908, Marseille, Parenthèses, 1994.

32 Ibid., p. 118.

33 A. Corbin, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Aubier-Montaigne, 1982.

34 J. Michelet, Histoire de la Régence, 1863, p. 394, cité par A. Corbin, Le miasme...,

35 A. Corbin, Le miasme..., p. 201.

36 N. Elias, La société de cour, Paris, Flammarion, 19852.

37 Cité par R. Chartier, « Préface », La société de cour, p. X.

38 La rédaction de cette thèse date du début des années 30 et elle ne fut publiée qu’en 1969 et traduite en français en 1974.

39 N. Elias, La société de cour..., p. 19.

40 Cette affirmation doit être nuancée. A la fin du XVIIe siècle et au XVIIIe siècle, la convenance était un principe que devait observer l’architecte. Celle-ci désignait l’adéquation entre les moyens et les dispositifs architecturaux déployés (la forme, la décoration, la distribution des habitations) et le statut social du commanditaire (le rang, la dignité, l’opulence des propriétaires). Les traités d’architecture utilisés par Elias insistent sur cette règle qui semble n’avoir pas toujours été respectée.

41 R Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Seuil, 19732.

42 Ibid., p. 300.

43 Il cite dans son introduction l’analyse de R.-A. Goldthwaite sur l’apparence extérieure et l’organisation intérieure des palais florentins conçus pour « un monde nouveau de privacy » dès la Renaissance, in « The florentine palace as domestic architecture », American Historical Review, 1972, p. 977-1012. Nous pouvons également rappeler celle de R. Evans à partir de plans de maisons anglaises et de tableaux qui montre l’abandon des matrices de pièces reliées entre elles au XVIIIe siècle, « Figures, portes, passages », Urbi, noV, avril 1982, p. 23-41.

44 P. Ariès, L’enfant et la vie..., p. 301.

45 Histoire de la vie privée, dir. G. Duby, P. Ariès, 5, Paris, Seuil, 1985-87.

46 Définie par les architectes comme la division et l’ordonnance des pièces qui forment l’intérieur d’un édifice.

47 M. Eleb-Vidal, A. Debarre-Blanchard, Architectures de la vie privée. Maisons et mentalités. XVIIe-XIXe siècles, Bruxelles, AAM, 1989. Les auteurs sont respectivement psychosociologue et architecte.

48 Ibid., p. 12.

49 Une recherche similaire a été conduite sur les modèles savants de maisons rurales, dénommées « maisons rustiques », par J. Cuisenier, La maison rustique : logique sociale et composition architecturale, Paris, PUF, 1991.

50 M. Eleb, A. Debarre, L’invention de l’habitation moderne. Paris 1880-1914. Architectures de la vie privée, suite, Paris, Hazan et AAM, 1995.

51 S. Roux, La maison dans l’histoire, Paris, Albin Michel, 1976. Néanmoins celle-ci n’observe pas toujours le recul nécessaire par rapport à son objet...

52 Le parisien chez lui au XIXe siècle 1814-1914, Archives Nationales, Hôtel de Rohan, novembre 1976-février 1977, Paris, Les presses artistiques, 1977.

53 « L’hôtel parisien au XVIIe siècle », XVIIe siècle, 1989, no 162, p. 1-127.

54 « La maison. Espaces et intimités. Colloque, Paris, novembre 1985 », In extenso, 1986 no 9.

55 D. Roche, Histoire des choses banales. Naissance de la consommation dans les sociétés traditionnelles (XVIIe-XIXe siècle), Paris, Fayard, 1997.

56 Question qu’il emprunte au sociologue H. Lefebvre, Critique de la vie quotidienne, 2, Fondements d’une sociologie de la quotidienneté, Paris, 1961, p. 25-35.

57 D. Roche, Histoire des choses banales..., p. 14 et 15.

58 Ibid., p. 119.

Auteur

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540