Version classiqueVersion mobile

Les espaces de l’historien

 | 
Jean-Claude Waquet
, 
Odile Goerg
, 
Rebecca Rogers

Deuxième partie. De l'espace domestique à l'espace urbain

Le concept d’espace architectural dans l’historiographie de l’art

Laurent Baridon

Texte intégral

1Les arts visuels en général et l’architecture en particulier semblent d’emblée se définir comme des arts de l’espace. Il est pourtant remarquable que la tradition théorique qui a longtemps fécondé la pensée sur l’architecture n’utilise pas ce concept. Jusqu’à la fin de la période moderne, les traités canoniques de Vitruve, d’Alberti ou de Palladio ne l’évoquent pas et n’utilisent pas même le mot espace. Il est vrai que les trois concepts clefs de Vitruve – solidité, commodité, beauté – recouvrent en partie des données spatiales. Les rapports de proportions qui déterminent le dimensionnement des espaces ressortissent à la question des ordres d’architecture et donc à la beauté ; l’organisation de l’espace appartient à la notion de commodité et, à partir du XVIe siècle, est souvent traitée par le biais des recueils de modèles. Si l’évidence spatiale de l’architecture émerge progressivement au XIXe siècle, ce n’est qu’au milieu du XXe siècle que l’expression « arts de l’espace » se généralise pour désigner la sculpture et l’architecture.

  • 1 Cf. par exemple les propos que tient l’architecte Ricardo Bofill sur la perception de l’espace dan (...)
  • 2 Il semble qu’une certaine incompréhension règne en France entre les enseignants de la pratique et (...)

2Depuis lors il ne fait plus aucun doute que l’espace architectural existe, sans que pour autant il soit toujours précisé de quel espace il s’agit. Le plus souvent, les architectes s’en tiennent à des données perceptives très générales, qui, même si elles mettent en jeu tous les sens à l’exception du goût, procurent un plaisir dont les mécanismes ne sont pas différents de ceux qui régissent les diverses satisfactions sensorielles de l’être humain1. Le caractère répétitif de ce type de discours est peut-être en partie responsable d’une certaine désaffection pour l’espace comme « matériau de l’architecte ». Sans nier que cette approche soit utile dans l’apprentissage de la pratique du projet ou de la mise en œuvre des effets, elle ne présente que peu d’intérêt pour l’historien2. Cet appauvrissement de la notion est contemporain d’un phénomène complexe : d’une part, les historiens de l’art se défient des approches de l’espace, en tous cas pour construire un discours historique ; d’autre part l’espace est devenu un concept opératoire pour un nombre grandissant de disciplines, mais au prix de l’abandon des cadres esthétiques qui avaient contribué à le définir. Il nous sera impossible de rendre compte de façon exhaustive des multiples approches de l’espace de l’architecture. L’objectif que nous nous fixons est d’examiner comment le concept d’espace architectural a été utilisé par les historiens de l’architecture. Nous n’envisagerons les autres approches qu’en tant qu’elles leur ont été utiles. Précisons enfin que l’espace urbain, dont l’historiographie suit en partie la chronologie de celle de l’espace architectural, ne sera pas abordé ici.

Naissance du concept

3L’immanence spatiale de l’architecture ressortit donc à une conception contemporaine. La notion d’espace architectural a cependant une histoire plus ancienne qui coïncide avec celle de l’histoire de l’art. Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, l’architecture néo-classique se définit par une prise en compte de l’espace qui prend sa source dans les œuvres de veduttistes et de Giovanni Battista Piranesi dont l’influence sur les architectes européens n’est plus à démontrer. Les modes opératoires de la représentation d’architecture évoluent en privilégiant les effets spatiaux spectaculaires. Les travaux théoriques d’Etienne-Louis Boullée ou de Claude-Nicolas Ledoux en sont des témoignages incontestables. Les planches de leurs traités présentent, souvent par le moyen de la perspective, des édifices situés dans un espace illimité, auquel répond, toujours en perspective, des vues d’intérieurs immenses. En privilégiant une lecture directe qui n’emprunte pas à la projection géométrique de l’art du trait ou à la géométrie descriptive de Gaspard Monge, ces architectes contribuent à fonder une sensibilité spatiale. Dans la pratique architecturale, le jardin dit pittoresque – parce que précisément il tient de l’espace pictural – ou les raffinements des enchaînements distributifs des hôtels de Ledoux concrétisent la recherche d’effets spatiaux. Mais l’espace architectural n’apparaît pas chez eux comme une catégorie esthétique et historique. Il s’agit au contraire d’un espace subjectif, dans le sens où seule compte la perception qu’en a l’utilisateur. En présentant un de ses projets, Boullée écrit :

  • 3 E.-L. Boullée, « Architecture. Essai sur l’art », dans L’architecture visionnaire et néoclassique, (...)

« Ayant appris par ma propre expérience que l’homme se mesure assez communément dans l’espace où il se trouve, (...) j’ai pensé ne pouvoir mieux faire que de m’appliquer à combiner l’entrée du temple de manière que le spectateur fût atterré par elle. C’est pourquoi je n’ai pas craint de porter jusqu’au sommet des voûtes la hauteur de cette entrée et de lui donner toute la largeur de la grande nef.3 »

  • 4 « Poétiquement rendu, le tableau du grand a fait confondre quelquefois le grand avec l’immensité. (...)

4La question de la perception de l’espace est si importante pour Boullée qu’il oppose l’immensité de « l’espace inconcevable » – celui que l’on découvre depuis un aérostat – au « grand » qui, quant à lui, naît de la comparaison entre l’homme et les différents objets qu’il contemple4.

  • 5 F.W.J. Schelling, Philosophie der Kunst, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1966 [1859 (...)

5Ces conceptions qui ont trait à l’esthétique du sublime ont sans doute trouvé un écho chez Schelling et Hegel. La Philosophie de l’Art du premier, professée à partir de 1802, offre une hiérarchie des arts qui donne à l’architecture un rôle prééminent et qui surtout la qualifie de « musique dans l’espace »5. L’Esthétique de Hegel lui accorde la même place en lui conférant un statut de représentation symbolique du monde. Elle constitue la première approche de la quête d’absolu par la conscience. Pour Hegel, les gigantesques édifices des civilisations de l’Orient ancien se caractérisent par une architecture de l’extériorité qui traduit un symbolisme cosmique. Il appartient à la Grèce d’avoir créé un univers à la mesure de l’homme. Enfin le Moyen Âge chrétien aurait inventé l’espace intérieur comme expression symbolique du malheur de la conscience. Hegel, en établissant cette distinction intériorité/extériorité, fonde également une lecture spatiale de l’architecture définie comme espace externe et interne.

Espace et construction du discours historique

  • 6 J. Burckhardt, Geschichte der neueren Baukunst, Stuttgart, Ebner und Seubert, 1867.

6Si ces conceptions philosophiques ont eu une influence directe mais limitée sur la pratique de l’architecture au XIXe siècle, elles ont informé la notion d’espace architectural telle qu'elle s’est définie dans l’historiographie de l’architecture de langue allemande à partir de 1860. Jacob Burckhardt, en 1867, se saisit de la notion pour déterminer des critères stylistiques6. Il oppose le « style spatial de la nouvelle époque d’architecture » au style organique du temple grec ou de la cathédrale gothique. A la suite des travaux de Burckhardt, les termes « raumlich » (spatial) et « Raumgefühl » (sensation spatiale) se généralisent dans l’historiographie allemande.

  • 7 R. Vischer, Über das optische Formgefühl. Ein Beitrag zur Aesthetik, Leipzig, 1873. Cf. également (...)

7Le concept d’espace architectural s’enrichit alors au contact de la « Gestalttheorie ». Dès 1873, Robert Vischer introduit le concept d’« Einfühlung » (empathie)7. Directement influencé par les travaux de Wilhelm Wundt, il ne conçoit pas de sensation de l’espace sans le recours à une perception corporelle. La tactilité de l’espace est la condition première de l’appréhension de la troisième dimension, notre vision rétinienne ne rendant compte que d’une image plane. Dès lors l’essence de l’espace réside dans un dialogue entre l’intellect et l’expérience tactile. L’espace est donc perçu par la projection de l’individu dans les formes qui le composent et le limitent.

  • 8 T. Lipps, Raumasthetik und geometrisch-optische Täuschungen, Leipzig, J. A. Bart, 1897.
  • 9 A. Hildebrand, Das Problem der Form in der bildenden Kunst, Strasbourg, Heitz & Mündel, 1893.

8Dans les années 1890 paraissent deux textes qui fondent les conceptions de l’espace architectural en relation directe avec l’esthétique. Celui de Theodor Lipps distingue la perception géométrique de la perception esthétique8. Si pour la première « la forme est la forme », la seconde met en jeu l’empathie qui provoque des stimuli sur l’observateur, lui-même se projetant dans l’objet observé. En 1893, Adolf Hildebrand contribue à distinguer très fortement la vision pure (« Gesichtsvorstellung ») qui donne à l’observateur un image globale et éloignée (« Fernbild »), de la vision en mouvement (« Bewegungsvorstellung ») qui met en jeu le déplacement du spectateur9. De la somme des impressions visuelles perçues dans ce cas, naît l’expérience de l’espace. Selon Hildebrand, le but de tout artiste doit être de donner une représentation de l’espace. Ces deux président aux recherches postérieures dans la mesure où ils affirment deux concepts fondamentaux : l’« Einfühlung » et l’importance de la vision en mouvement.

  • 10 Pour avoir une idée de la prise en compte de l’espace architectural par Riegl cf. A. Riegl, L’Orig (...)
  • 11 W. Worringer, L’Art gothique, Paris, Gallimard, 1967 [Munich, 1910],
  • 12 E. Panofsky, Architecture gothique et pensée scolastique, Paris, Ed. de Minuit, 1970.
  • 13 Cf. infra la lecture critique qu’en a fait Philippe Boudon.

9August Schmarsow et Alois Riegl, en empruntant des voies différentes contribuent à accroître l’importance de la notion d’espace architectural. Pour le premier, l’architecture a pour fonction de créer l’espace et explicite la relation qu’entretient l’homme dans son état psychologique avec le monde. Pour lui, l’histoire de l’architecture se confond avec l’histoire de la sensation spatiale (« Raumgefühl ») née d’une volonté spatiale (« Raumwille »). Riegl, bien que s’étant opposé à Schmarsow en plusieurs occasions, accorde une importance au moins égale à l’espace en en faisant même la source de toute création artistique. Il considère en effet qu’il est à l’origine du vouloir artistique (« Kunstwollen ») de chaque période – et non plus seulement individuel –, même si, dans le cas de l’Egypte ancienne, il peut s’agir d’une négation de l’espace10. Renouant avec Hegel, de nombreux historiens proposent alors une interprétation symbolique de l’espace architectural. Cette démarche ne vise pas seulement à révéler le caractère symbolique volontaire de l’architecture « parlante » du XVIIIe siècle ou du plan cruciforme d’une église gothique. Elle ambitionne de dévoiler à l’historien la forme esthétique d’une vision du monde déterminée par le « Kunstwollen » d’une époque. Ainsi, pour Wilhelm Worringer, le pathétique de l’espace gothique correspond au mysticisme religieux du Moyen Âge11. Erwin Panofsky, en 1948, précise considérablement cette approche en établissant des homologies entre les subdivisions spatiales de l’architecture gothique et les disputationes scolastiques12. Le principe de subdivision de chaque quaestio correspond, selon lui, à la hiérarchie des niveaux de l’élévation de la nef des cathédrales. Cette interprétation, fortement déterminée par la méthode iconologique de cet auteur, constitue un cas limite dans la mesure où les formes et leurs perceptions prennent le pas sur l’espace proprement dit13.

  • 14 H. Wöllflin, Renaissance et Baroque, Brionne, Editions Gérard Montfort, 1985 [Munich, 1888].
  • 15 H. Wöllflin, Prolégomènes à une psychologie de l’architecture, Paris, Editions Carré, 1996.
  • 16 H. Wöllflin, Principes fondamentaux de l’histoire de l'art : le problème de l’évolution du style d (...)
  • 17 P. Frankl, Die Entwicklungsphasen der neueren Baukunst, Leipzig, Berlin, B.G. Teubner, 1914.

10Heinrich Wöllflin accorde à l’espace architectural un intérêt plus relatif. Il considère que la force expressive de l’architecture existe dans le rapport empathique de l’homme aux formes qui sont l’expression de l’état d'âme (« Stimmung »). L’expression de schème corporel, qui n’apparaît qu’en 1888 dans Renaissance et Baroque14, rend compte de cette « psychologie de l’architecture »15. Mais le désintérêt de Wöllflin pour l’espace architectural en tant que catégorie historique est patent dans les Principes fondamentaux de l’histoire de l’art16 qui traitent bien davantage de l’image plane que de l’architecture. Les thèses de Wöllflin sont cependant reprises par Paul Frankl qui, lui, les applique à l’architecture17. Frankl, qui dédie sa thèse à Wöllflin, développe la méthode des oppositions polaires qui structurent les Principes fondamentaux en mettant en œuvre quatre critères (forme spatiale, forme corporelle, forme visuelle et destination). Il parvient à prendre en compte differents types d’édifices et d’espaces en établissant des périodisations précises. Frankl s’attache particulièrement à montrer que les conceptions spatiales de la période « post-médiévale » sont conscientes chez les artistes. Ceci l’amène à considérer, en traitant de l’architecture du début du XIXe siècle, que la condition primordiale de l’apparition d’une nouvelle architecture réside dans des conceptions spatiales inédites.

  • 18 C. Sitte, L'art de bâtir les villes : l'urbanisme selon les fondements artistiques, Paris, Livre (...)
  • 19 A. Brinckmann, Platz und Monument. Untersuchungen zur Geschichte und Àsthetik der Stadtebaukunst i (...)
  • 20 H. Sörgel, Einführung in die Architektur-Ästhetik, Prolegomena zu einer Theorie der Baukunst, Muni (...)
  • 21 O. Karow, Die Architektur als Raumkunst, Berlin, W. Ernst & Sohn, 1921.
  • 22 Cf. A. Brinckmann, Plastik und Raum als Grundformen künstlerischer Gestaltung, Munich, R. Piper, 1 (...)

11De très nombreux historiens utilisent des concepts spatiaux au début du XXe siècle et leur influence sur les pratiques de l’architecture et de la ville ne fait aucun doute. C’est notamment le cas de L’art de bâtir les villes de Camillo Sitte18 ou encore de Plate und Monument d’Albert Brinckmann19. Herman Sörgel20 et Otto Karow21 appliquent les méthodes de Frankl à d’autres périodes historiques. On assiste à une prolifération de la terminologie spatiale, notamment chez Brinckmann, très caractéristique de l’historiographie allemande22.

  • 23 H. Focillon, Vie des Formes, Paris, P.U.F., 1988 (coll. Quadrige) [1943], p. 26-49 (chapitre : « L (...)
  • 24 Ibid., p. 26.
  • 25 Ibid., p. 30.

12Le concept d’espace architectural se diffuse cependant et on le retrouve employé par Henri Focillon en 1943 dans la Vie des Formes23. Après avoir rappelé que « l’espace est le lieu de l’œuvre d’art »24 – c’est-à-dire aussi la peinture, la sculpture, etc. –, l’auteur indique que « les trois dimensions ne sont pas seulement le lieu de l’architecture, elles en sont aussi la matière »25 et qu’un « édifice n’est pas une collection de surfaces », mais un ensemble de parties dont la longueur et la profondeur s’accordent entre elles d’une certaine manière et constituent un solide inédit, comportant un volume interne et une masse extérieure. Focillon traite des différentes conceptions de la composition spatiale qui prévalent dans l’art roman et gothique, utilisant lui aussi l’espace architectural comme critère stylistique.

L’espace de la modernité

  • 26 Ibid.
  • 27 C. Van de Ven, Space in Architecture, Amsterdam, Van Gorgum Asse, 1987 [1978], p. 135.

13Suivant les thèses de la « Kunstwissenschaft », les architectes du début du XXe siècle ont tenté de définir une nouvelle approche de l’espace architectural. L’idée de Riegl selon laquelle chaque style d’architecture reposait sur une conception spatiale nouvelle était mise en application. Il a déjà été remarqué que les théories de l’« Einfühlung » sont contemporaines de l’éclosion de l’Art nouveau26 qui proposait une « psychologisation » des formes architecturales et décoratives27. Mais la question de l’espace apparaît cependant comme une préoccupation secondaire avant 1914 et l'architecture organique de l’expressionnisme allemand reste dépendante des formes et de leur perception subjective. Il faut néanmoins noter que la pratique artistique avait trouvé des fondements théoriques hors du champ de l'historicisme. L'intérêt pour l’espace devait encore accentuer cette rupture avec l’utilisation des formes historiques dont témoigne l’éclectisme de l’architecture de la seconde moitié du XIXe siècle.

  • 28 Albert Gleizes et Jean Metzinger théorisent la quatrième dimension dans Du « cubisme », Paris, E. (...)

14Le Cubisme a indirectement beaucoup contribué à fonder une conception de l’espace à quatre dimensions incluant le facteur temps28. La rupture consciente avec le mode de représentation perspectif de la Renaissance a encouragé les architectes à traduire dans leur médium ces nouvelles potentialités. Les categories de Wöllflin et surtout les critères de Frankl les ont également influences. La prise en compte de la destination de l’édifice par Frankl retentit sur le débat majeur des années 1920 qui oppose les partisans de l’expressionnisme à ceux du fonctionnalisme.

  • 29 « Idee und Aufbau des Staatliches Bauhaus in Weimar », Staatlisches Bauhaus Weimar 1921-1923, Muni (...)
  • 30 L. Moholy-Nagy, The new vision, from material to architecture, New York, George Wittenborg, 1947 [ (...)

15Walter Gropius, cherchant à définir une « science du design » dans le cadre du Bauhaus, affirme que le but de tous les arts est de créer de l’espace. Il distingue plusieurs types d’espaces (illusionnel, mathématique, tactile, artistique) mais insiste sur le déplacement de l’observateur rejoignant en partie les thèses d'Adolf Hildebrand. Gropius introduit ainsi le temps comme facteur essentiel de la perception de l’espace architectural et préconise l’utilisation de surfaces vitrées. Selon lui, elles permettent d’appréhender l’espace architectural dans sa complexité, tout en respectant le continuum spatio-temporel grâce à la transparence des volumes29. Les idées de Gropius seront encore développées par Lázló Moholy-Nagy en 1928. L’espace et la vision en mouvement deviennent les bases théoriques du fonctionnalisme et du « style international »30.

  • 31 T. Van Doeburg, « Over het zien van de nieuwe kunst », De Stijl 2, 1919, no 6, p. 62-64.
  • 32 « Riumte Ben Ik » ; T. Van Doeburg, « X-Beelden 1 », De Stijl 3, 1920, no 7, p. 57.
  • 33 T. Van Doeburg, « -□ + = R4 », De Stijl, 6, 1924, no 6-7, p. 91-92.

16Au sein du Néo-plasticisme, Théo Van Doesburg accorde à l’espace un rôle central dans le processus créateur, comme dans celui de la formation de l'individu31. Dès 1920, il écrit une phrase manifeste : « Je suis espace »32. Il définit des « lois de l'espace », qu'il dit avoir étudiées dans « leurs infinies variations (c. a. d. les contrastes d'espaces, les dissonances d’espaces, les compléments d’espaces, etc.) »33. Le role de l'architecte est de contrôler ces variations pour créer un espace unitaire équilibré. Selon lui, l’interruption des murs ou leur fragmentation permet d'abolir la dualité intérieur/extérieur. Le temps est également pris en compte par Van Doeburg qui proclame dans le Manifeste élémentariste de 1927 qu il represente une des composantes de l’architecture, au même titre que les matériaux.

  • 34 F.L. Wright, « The Destruction of the Box », dans id., Writings and Buildings, éd. E. Kaufmann, B. (...)
  • 35 Cf. Le Corbusier, Le Modulor, Paris, Architecture d’Aujourd’hui/Fondation Le Corbusier, 1983 [1948 (...)

17Ces approches théoriques, si elles coïncident avec le triomphe de l’espace dans l’historiographie, ne s’inscrivent pas dans une perspective historique si ce n est que la modernité se fonde sur la volonté explicite de rompre avec les traditions artistiques. Mais elles ne sont pas restées sans effet sur l’historiographie de l’architecture telle qu’elle se réoriente dans les années 1940. L’essoufflement du mouvement moderne, dès les années 1930, conduit les théoriciens à se rapprocher de l’histoire, ne serait-ce que pour légitimer la nouveauté de leurs propositions antérieures. Certains acteurs de la modernité architecturale n’avaient pas jusqu’alors théorisé de façon explicite et consciente leurs propositions spatiales. C’est notamment le cas de Frank Lloyd Wright et de Le Corbusier. Il faut attendre 1952 pour que le premier parle de la « destruction de la boîte »34, alors que le second formule sa conception de « l’espace indicible » ou « ineffable » après 194535.

  • 36 Il fit sa thèse sous sa direction : S. Giedion, Spätbarocker und romantischer Klassizismus, Munich (...)
  • 37 S. Giedion, Espace, temps, architecture, Paris, Denoël, 1990 [1941] (coll. Mediations). Les thèses (...)
  • 38 Ibid., p. 29-30.

18A cette date, les premiers historiens du mouvement moderne s’étaient déjà efforcés d’opérer la synthèse de l’historiographie allemande et des propositions théoriques de Gropius. Siegfried Giedion, élève de Wöllflin à Munich36 au début des années 1920, s’orienta vers l’architecture de son temps. Ingénieur, contemporain de la première génération des architectes modernes, il participa au mouvement des avant-gardes en contribuant à la fondation des Congrès Internationaux d’Architecture Moderne. Espace, temps, architecture37, son ouvrage le plus célèbre, reprend la thématique développée durant les années 20 par Gropius et Théo Van Doeburg. Mais dans l’introduction, l’auteur s’efforce de situer la modernité dans l’histoire en s’inspirant directement de l’Esthétique de Hegel. Giedion décrit trois phases : la première, celle des civilisations antiques, se caractérise par le jeu des volumes entre eux, sans que soit pris en compte l’espace interne. La seconde, « du Panthéon romain à la fin du XVIIIe siècle », assimile l’espace architectural à l’espace clos. En s’appuyant sur Frankl, Giedion pense que le XIXe siècle est une phase de transition qui utilise indifféremment les principes des périodes précédentes. Enfin la troisième période, celle de la « révolution optique moderne », est présentée comme une synthèse des précédentes, enrichie d’une interpénétration de l’espace intérieur et de l’espace extérieur38.

19La pensée esthétique et historique de Giedion assimile également un des courants de l’historiographie de l’architecture du XIXe siècle qui avait pour principale préoccupation les données techniques de la construction. Giedion parvenait ainsi, en intégrant la pensée rationaliste de Viollet-le-Duc par exemple, à légitimer historiquement le fonctionnalisme et à fédérer les approches esthétiques, historiques et techniques. L’espace moderne, né des techniques et des matériaux nouveaux, était donc la notion clef de son approche.

  • 39 B. Zevi, Apprendre à voir l'architecture, Paris, Editions de Minuit, 1984 [1948],

20Cette démarche est reprise par Bruno Zevi, critique et historien de l’architecture moderne39. Selon lui, cette dernière met en œuvre une nouvelle conception de l’espace, fondée sur la notion de « plan libre », qui permet, notamment par l’utilisation des procédés de constructions nouveaux, d’ouvrir l’espace. On assiste alors, notamment dans l’architecture « organique » de Frank Lloyd Wright, à l’abolition des espaces internes et externes, le dehors devenant un autre dedans. L’espace tridimensionnel de la Renaissance brisé, Zevi prédit le règne de « l’urbatecture ».

21Cependant cette historiographie spatiale de l’architecture moderne se trouvait en porte-à-faux par rapport à la réalité de la pratique architecturale après 1945. Le triomphe de la pensée fonctionnaliste à la fin des années 20, conduisit les architectes du mouvement moderne à répondre aux urgences de la demande de logement dans le cadre des « Siedlungen » et surtout après 1945 dans le contexte de la Reconstruction. Dans cette perspective, la visée esthétique disparaissait au profit de la rentabilisation maximale de l’espace. La crise du courant moderne dans les années 50 coïncide avec la mise en œuvre à grande échelle des principes qu’il avait définis dans l’entre-deux-guerres, mais aussi avec la découverte de leurs conséquences funestes.

L’éclatement de la notion d’espace architectural

  • 40 J. Cousin, L’espace vivant, introduction à l’espace architectural premier, Paris, Le Moniteur, 198 (...)
  • 41 P. Râberg, The Space of Man. New concepts for social and humanist planning, Stockholm, Almqvist & (...)

22Depuis un demi-siècle l’espace de l’architecture a été davantage étudié par les sociologues, les ethnologues ou les géographes que par les historiens de l’architecture. Pourtant les architectes eux-mêmes, dans leur discours théorique, ne se sont pas dessaisis de la notion, notamment dans l’enseignement de leur pratique. Mais les nombreuses publications qu’il a suscitées se limitent le plus souvent à constituer des recueils de modèles typologiques qui s’appuient sur des exemples sans qu’il s’agisse pour autant de tenir un discours historique. Si la plupart de ces recherches sont exclusivement morphologiques40, elles intègrent parfois les recherches psychologiques, sémiologiques ou sociologiques contemporaines41.

  • 42 H. Raymond, N. Haumont, M.-G. Raymond, L’Habitat pavillonnaire, Paris, Institut de sociologie urba (...)
  • 43 M. Eleb, A. Debarre, Architectures de la vie privée. Maisons et mentalités, XVIIe-XIXe siècles, Br (...)
  • 44 J.-M. Léger, Derniers domiciles connus, enquête sur les nouveaux logements, 1970-1990, Paris, Créa (...)

23A partir de la fin des années 1960 la sociologie fut utilisée par les équipes d’architectes et d’historiens qui étaient chargées de projeter les villes nouvelles. En France, les recherches en « sciences sociales pour l’architecture » connaissent un fort développement. En 1966 paraît l’étude d’Henri Raymond et Nicole Haumont, préfacée par Henri Lefebvre, consacrée au pavillonnaire42. Elle montre que des modèles culturels sous-jacents déterminent la production de masse en architecture. La question des usages de ses espaces a permis aux architectes de percevoir qu’il y avait, au-delà des conditions industrielles de la construction, des permanences dans l’acte d’habiter. Les ouvrages d’Anne-Marie Châtelet, Anne Debarre et Monique Eleb étudient non seulement les pratiques de l’espace mais aussi la pensée architecturale de l’usage, c’est-à-dire la représentation qu’en ont les architectes43. La fonction heuristique de ces travaux historiques est évidente. Parfois publiés par le Plan, construction et architecture, descendant des PAN (programmes architecture nouvelle), ils donnent encore naissance à des enquêtes sur les pratiques récentes. Pour ne citer qu’un titre, l’ouvrage de Jean-Michel Léger intitulé Derniers domiciles connus44 traite des inventions en matière de logement mais aussi des réactions des usagers. Il participe d’une certaine façon à une sociologie de l’habitat, c’est tout au moins ce que pense Henri Raymond qui a contribué à fonder « l’histoire architecturale de la société ».

  • 45 Sexuality and Space, éd. B. Colomina, New York, Princeton architectural Press, 1992 et B. Colomina (...)

24Depuis les années 1980, l’étude des fonctions domestiques, des modes de vie, de représentations symboliques s’est vue supplantée par celle des espaces sexués. Dans le domaine spécifique de l’histoire de l’architecture, Beatriz Colomina a mis en œuvre avec succès cette perspective de recherche pour renouveler le discours sur l’architecture de la période moderne45. Mais son approche procède davantage d’une étude de la représentation de l’architecture moderne que d’une analyse de l’espace comme critère historique.

  • 46 C. Norberg-Schulz, Système logique de l’architecture, Bruxelles, Mardaga, 1974 [1962],
  • 47 Notamment Sein und Zeit –, cf. C. Norberg-Schulz, L’Art du lieu, Architecture et paysage, permanen (...)
  • 48 C. Norberg-Schulz, Existence, Space and Architecture, New York-Washington, Praeger Publishers, 197 (...)
  • 49 C. Norberg-Schulz, La Signification dans l’architecture occidentale, Bruxelles, Mardaga, 1977 [197 (...)
  • 50 C. Norberg-Schulz, Existence..., p. 16.
  • 51 Cité dans ibid., p. 17.
  • 52 C. Norberg-Schulz, L’Art du lieu...
  • 53 J.-P. Le Dantec, « Préface à l’édition française », dans C. Norberg-Schulz, L’Art du lieu..., p. 1 (...)
  • 54 A. Perez-Gomez, « L’espace de l’architecture : la signification en tant que présence et représenta (...)
  • 55 P. Virilio, L'espace critique, essai, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1984.

25Christian Norberg-Schulz, bien qu’ayant été très marqué par l’enseignement de Giedion, est un des principaux acteurs de l’évolution du concept d’espace architectural. Partant du constat de la crise du fonctionnalisme, il tente, au début des années 1960, de fonder une théorie scientifique de l’architecture encore très dépendante de la psychologie gestaltiste46. Dix ans plus tard, sa pensée infléchit son cours sous l’influence de la phénoménologie de Husserl, mais aussi de Heidegger47. Existence, Space and Architecture48 et Meaning in Western Architecture49 constituent l’aboutissement de ses réflexions qui visent à remettre l’homme au centre de la problématique spatiale. Le concept « d’espace existentiel » est basé sur le fait que « toute action humaine à un aspect spatial »50. Pour le montrer, il emprunte à la psychologie de l’espace de Jean Piaget, pour qui l’espace est « le produit d’une interaction entre l’organisme et l’environnement dans lequel il est impossible de dissocier l’organisation de l’univers perçu de l’activité elle-même »51. Si Christian Norberg-Schulz a su requalifier un espace fonctionnaliste que l’on s’accordait à juger déshumanisé, il s’est davantage attaché à montrer le rôle symbolique de l’architecture qu’à étudier son espace. Ses dernières recherches l’ont d’ailleurs conduit à proposer le concept de « lieu »52 qui semble se substituer à celui d’espace. Par ailleurs, comme le note Jean-Pierre Le Dantec53, Norberg-Schulz ne prend pas en compte la crise de l’espace née des nouveaux systèmes de communication. Alberto Perez-Gomez54 et Paul Virilio55 ont montré, par des voies différentes, que l’espace tridimensionnel considéré comme lieu d’existence était disqualifié par des nouveaux modes de perception et de représentation. Les modes opératoires informatiques des architectes aussi bien que l’émergence de l’imagerie virtuelle conduisent à une perception dématérialisée.

Pertinence actuelle de la notion

  • 56 Si l’on effectue une recherche sur les mots Espace et Architecture dans la base de données bibliog (...)
  • 57 U. Vogt-Göknil, Architektonische Grundbegriffe und Umraumerlebnis, Zürich, Origo Verlag, 1951 ; A. (...)
  • 58 A. Vidler, L’espace des Lumières. Architecture et philosophie de Ledoux à Fourier, Paris, Picard, (...)
  • 59 R.A. Etlin, Symbolic Space, Chicago, The University of Chicago Press, 1994.

26Force est de constater que les historiens de l’architecture ne mettent que rarement en œuvre le concept d’espace architectural56. Si, depuis 1945, de nombreuses études marquées par la tradition historiographique allemande sont parues, il faut cependant considérer qu’elles n’apportent pas de renouvellement profond du discours historique57. Quelques études sur l’architecture du XVIIIe siècle prennent en compte l’apparition des préoccupations spatiales dans la pratique et dans le discours des architectes. Dans son ouvrage intitulé L’espace des Lumières, Anthony Vidler s’attache principalement à montrer « comment la pensée architecturale recoupe le processus de transformation sociale »58. Même si cet auteur rapproche de façon convaincante les espaces décrits dans la littérature de ceux projetés ou réalisés par les architectes, l’espace occupe cependant une place secondaire dans l’ensemble de sa réflexion. Richard Etlin, en travaillant sur la même période, remet à l’honneur le concept d’espace symbolique. Mais il en propose une définition très large, alliant la sensation pure, les affects liés à la perception d’un espace et la projection d’idées dans un espace qui serait à la fois émotionnel et intellectuel. Les Lumières représentent donc le moment de l’apparition d’une autre façon d’être au monde dont l’architecture serait le modus operandi59.

  • 60 W.W. Clark, « Spatial innovations in the Chevet of St Germain-des-Prés », Journal of the Society o (...)
  • 61 R. Recht, Le croire et le voir. L’art des cathédrales XIIe-XVe siècle, Paris, Editions Gallimard, (...)

27L’architecture médiévale est l’autre champ d’étude pour lequel l’espace architectural est encore mis en œuvre. Il ne s’agit parfois que de considérations purement morphologiques visant à montrer l’émergence de nouveaux enchaînements spatiaux et d’une pensée sur l’espace au Moyen Age60. Dans ce cas, les auteurs évacuent toutes considérations théoriques. D’autres approches, au contraire, prennent en compte la longue tradition historiographique allemande pour avancer de nouvelles interprétations de l’architecture gothique. Roland Recht en se référant explicitement à August Schmarsow et Riegl, procède à une relecture de l’espace des cathédrales gothiques61. En rompant avec toutes les interprétations hétérogènes à l’objet architectural lui-même, il décrit un espace perspectif réel qui s’oppose à l’illusionnisme de l’espace de la Renaissance.

  • 62 P. Boudon, Sur l’espace architectural, essai d’épistémologie de l’architecture, Paris, Dunod, 1971

28Les études historiographiques sur la notion d’espace architectural apparaissent au début des années 1970, alors que la rupture avec la conception moderniste de l’espace est pleinement acquise. Il semble a posteriori que l’émergence de ce type d’études coïncide avec un désintérêt pour la notion. Certaines d’entre elles sont d’ailleurs fondées sur une critique de l’espace architectural tel qu’il a été pensé dans le contexte du mouvement moderne. C’est notamment le cas des travaux de Philippe Boudon qui passe au crible les conceptions de Focillon et de Zevi pour en souligner le caractère imprécis et tautologique62. Il rejette également les interprétations symboliques de l’historiographie allemande et notamment celles d’Erwin Panofsky. Mais pour Philippe Boudon, il s’agit ici non pas d’espace mais d’image. L’architecture n’est plus perçue comme espace mais comme un document que Panofsky soumet à une analyse qui s’apparente à la méthode iconologique qu’il a fondée. Il est au demeurant très significatif que Philippe Boudon, tout en titrant son étude Sur l’espace architectural, en arrive lui-même, dans le cadre de sa démarche « architecturologique », à souligner « la résistance épistémologique » de cette notion, pour se consacrer dans ses ouvrages ultérieurs à celle d’échelle.

  • 63 G. Germann, « L’invention de l’espace architectural », Cahiers de la recherche architecturale, 26, (...)
  • 64 C. Van de Ven, Space in Architecture, Amsterdam, Van Gorgum Asse, 1987 [1978].

29L’espace architectural a fait l’objet de quelques articles dans les revues d’histoire de l’architecture depuis 197063. Leur nombre restreint traduit bien le désintérêt général pour une notion qui ne semble plus du tout opératoire aux yeux du lectorat de ces revues, composé d’historiens et d’architectes. L’approche historiographique la plus complète à ce jour est celle proposée par Cornelis Van de Ven dans son ouvrage Space in Architecture paru en 197864. Mais, en limitant son champ d’investigation à la période 1850-1950, l’auteur néglige la crise de la notion d’espace architectural, ce qui lui permet de conclure à l’instar de Riegl ou de Frankl que toute véritable création en architecture s’appuie sur une nouvelle conception de l’espace.

  • 65 E Choay, « Espace (espace et architecture) », Encyclopaedia Universalis, 8, 1990, p. 693.
  • 66 R. Venturi, De l’ambiguïté en architecture, Paris, Dunod, 1971 [1966].
  • 67 R. Venturi, D. Scott Brown, S. Izenour, L’Enseignement de Las Vegas ou le Symbolisme oublié de la (...)
  • 68 C. Camus, Lecture sociologique de l’architecture décrite. Comment bâtir avec des mots ?, Paris, L’ (...)

30Nos conclusions vont pourtant dans le même sens, avec certaines nuances qui tiennent sans doute à notre éloignement par rapport à la modernité. Ainsi que le note Françoise Choay65, l’architecture post-moderne ne saurait être définie par de nouvelles conceptions spatiales. On assiste même à un retour des formes et du décor par le biais d’un historicisme éclectique qui s’affiche en façade. Robert Venturi a contribué à dématérialiser l’objet bâti en mettant l’accent sur la complexité de l’édifice plutôt que son homogénéité spatiale66. Il a également souligné le rôle iconique des façades dans l’univers visuel de la ville67. L’architecture, à bien des égards, est devenue un objet bidimensionnel. Les revues d’architecture limitent volontairement leur commentaire à une description technique, laissant le soin à la photographie et aux documents de rendre compte des espaces68. La pratique de l’architecte elle-même passe de plus en plus par l’image virtuelle. Les études sur la représentation d’architecture se multiplient. L’architecture après avoir été pendant un demi-siècle un art de l’espace, tend à redevenir ce par quoi Vasari l’avait définie à la Renaissance, un des arts du dessin. Le discours historique sur l’architecture, qui s’est toujours construit entre esthétique et pratique à des degrés divers, retentit de cette conception dé-spatialisée de son objet.

Notes

1 Cf. par exemple les propos que tient l’architecte Ricardo Bofill sur la perception de l’espace dans R. Bofill, Espaces d'une vie, Paris, Editions O. Jacob/Seuil, 1989.

2 Il semble qu’une certaine incompréhension règne en France entre les enseignants de la pratique et ceux de l’histoire au sein des Ecoles d’architecture. On en trouvera un écho dans une lettre adressée à Françoise Choay par Christian Devillers ; « AC. Devillers, ‘Sur l’histoire de l’analyse architecturale’ », Cahiers de la recherche architecturale, 1990, no 26, p. 95. L’auteur de cet article affirme vouloir lutter contre « la raison historique triomphante » et revendique une place pour l’analyse, « comme navigation au plus près du concret, du matériel, du visible ; elle est une démarche entièrement positive et revendique d’être formaliste, terme qui passe normalement pour une injure ».

3 E.-L. Boullée, « Architecture. Essai sur l’art », dans L’architecture visionnaire et néoclassique, textes réunis et présentés par J.-M. Pérouse de Montclos, Paris, Hermann, 1993, p. 90.

4 « Poétiquement rendu, le tableau du grand a fait confondre quelquefois le grand avec l’immensité. Que l’on nous peigne l’homme au milieu des mers, ne voyant que le ciel et l’eau : ce spectacle donné à l’homme est vraiment celui de l’immensité. Dans cette position, tout est hors de notre portée. Il n’y a nul moyen de faire des comparaisons. Il est en de même d’un aérostat qui, planant dans les airs et ayant perdu les objets de la terre, n’aperçoit que le ciel dans toute la nature. Errant ainsi dans l’immensité, dans cet abîme d’étendue, l’homme est anéanti par le spectacle extraordinaire d’un espace inconcevable. » Ibid., p. 84.

5 F.W.J. Schelling, Philosophie der Kunst, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1966 [1859].

6 J. Burckhardt, Geschichte der neueren Baukunst, Stuttgart, Ebner und Seubert, 1867.

7 R. Vischer, Über das optische Formgefühl. Ein Beitrag zur Aesthetik, Leipzig, 1873. Cf. également R. Vischer, Empathy, form, and space-.problems in German aesthetics, 1873-1893 (introduction and translation H.F. Mallgrave, E. Ikonomou), Santa Monica, Chicago, Getty Center for the History of Art and the Humanities, The University of Chicago Press, 1994.

8 T. Lipps, Raumasthetik und geometrisch-optische Täuschungen, Leipzig, J. A. Bart, 1897.

9 A. Hildebrand, Das Problem der Form in der bildenden Kunst, Strasbourg, Heitz & Mündel, 1893.

10 Pour avoir une idée de la prise en compte de l’espace architectural par Riegl cf. A. Riegl, L’Origine de l’art baroque à Rome, Paris, Klincksieck, 1993 [1908], notamment p. 113-114.

11 W. Worringer, L’Art gothique, Paris, Gallimard, 1967 [Munich, 1910],

12 E. Panofsky, Architecture gothique et pensée scolastique, Paris, Ed. de Minuit, 1970.

13 Cf. infra la lecture critique qu’en a fait Philippe Boudon.

14 H. Wöllflin, Renaissance et Baroque, Brionne, Editions Gérard Montfort, 1985 [Munich, 1888].

15 H. Wöllflin, Prolégomènes à une psychologie de l’architecture, Paris, Editions Carré, 1996.

16 H. Wöllflin, Principes fondamentaux de l’histoire de l'art : le problème de l’évolution du style dans l’art moderne, Brionne, Editions Gérard Montfort, 1989.

17 P. Frankl, Die Entwicklungsphasen der neueren Baukunst, Leipzig, Berlin, B.G. Teubner, 1914.

18 C. Sitte, L'art de bâtir les villes : l'urbanisme selon les fondements artistiques, Paris, Livre & communication, 1990 [1889].

19 A. Brinckmann, Platz und Monument. Untersuchungen zur Geschichte und Àsthetik der Stadtebaukunst in neuerer Zeit, Berlin, E. Wasmuth, 1908.

20 H. Sörgel, Einführung in die Architektur-Ästhetik, Prolegomena zu einer Theorie der Baukunst, Munich, Piloty & Lœhle, 1918.

21 O. Karow, Die Architektur als Raumkunst, Berlin, W. Ernst & Sohn, 1921.

22 Cf. A. Brinckmann, Plastik und Raum als Grundformen künstlerischer Gestaltung, Munich, R. Piper, 1924. Cet ouvrage en particulier met en œuvre une terminologie spatiale d’une impressionnante richesse : Raumbildung, Raumfassung, Raumanschauung, Raumwirkung, Raumgestaltung, Raumordnung, etc.

23 H. Focillon, Vie des Formes, Paris, P.U.F., 1988 (coll. Quadrige) [1943], p. 26-49 (chapitre : « Les formes dans l’espace »).

24 Ibid., p. 26.

25 Ibid., p. 30.

26 Ibid.

27 C. Van de Ven, Space in Architecture, Amsterdam, Van Gorgum Asse, 1987 [1978], p. 135.

28 Albert Gleizes et Jean Metzinger théorisent la quatrième dimension dans Du « cubisme », Paris, E. Figuière, 1912.

29 « Idee und Aufbau des Staatliches Bauhaus in Weimar », Staatlisches Bauhaus Weimar 1921-1923, Munich, 1923.

30 L. Moholy-Nagy, The new vision, from material to architecture, New York, George Wittenborg, 1947 [1928], p. 56-64.

31 T. Van Doeburg, « Over het zien van de nieuwe kunst », De Stijl 2, 1919, no 6, p. 62-64.

32 « Riumte Ben Ik » ; T. Van Doeburg, « X-Beelden 1 », De Stijl 3, 1920, no 7, p. 57.

33 T. Van Doeburg, « -□ + = R4 », De Stijl, 6, 1924, no 6-7, p. 91-92.

34 F.L. Wright, « The Destruction of the Box », dans id., Writings and Buildings, éd. E. Kaufmann, B. Raeburn, New York, World Publ. Cy., 1960.

35 Cf. Le Corbusier, Le Modulor, Paris, Architecture d’Aujourd’hui/Fondation Le Corbusier, 1983 [1948].

36 Il fit sa thèse sous sa direction : S. Giedion, Spätbarocker und romantischer Klassizismus, Munich, F. Brückmann, 1922.

37 S. Giedion, Espace, temps, architecture, Paris, Denoël, 1990 [1941] (coll. Mediations). Les thèses de cet ouvrage furent diffusées dès 1931 par les conférences que donna Giedion à Harvard.

38 Ibid., p. 29-30.

39 B. Zevi, Apprendre à voir l'architecture, Paris, Editions de Minuit, 1984 [1948],

40 J. Cousin, L’espace vivant, introduction à l’espace architectural premier, Paris, Le Moniteur, 1980.

41 P. Râberg, The Space of Man. New concepts for social and humanist planning, Stockholm, Almqvist & Wiksell international, 1987 ; Cesare De Sessa, Capire lo spazio architettonico, Roma, Studi di ermeneutica spaziale, Officina Edizioni, 1990 ; P. Von Meiss, De la forme au lieu, une introduction à l’étude de l’architecture, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 1993 [1986].

42 H. Raymond, N. Haumont, M.-G. Raymond, L’Habitat pavillonnaire, Paris, Institut de sociologie urbaine, Centre de recherche d’urbanisme, 1966.

43 M. Eleb, A. Debarre, Architectures de la vie privée. Maisons et mentalités, XVIIe-XIXe siècles, Bruxelles, Archives d’architecture moderne, 1989, et L’invention de l’habitation moderne. Paris : 1880-1914, Paris/Bruxelles, Hazan, Archives d’architecture moderne, 1995 ; M. Eleb, A.-M. Châtelet, L’habité, un état des lieux, Paris, Plan, Construction et architecture, 1992. Citons également D. Pinson, Usage et architecture, Paris, L’Harmattan, 1993.

44 J.-M. Léger, Derniers domiciles connus, enquête sur les nouveaux logements, 1970-1990, Paris, Créaphis, 1990.

45 Sexuality and Space, éd. B. Colomina, New York, Princeton architectural Press, 1992 et B. Colomina, La Publicité du privé de Loos à Le Corbusier, Orléans, Editions HYX, 1998.

46 C. Norberg-Schulz, Système logique de l’architecture, Bruxelles, Mardaga, 1974 [1962],

47 Notamment Sein und Zeit –, cf. C. Norberg-Schulz, L’Art du lieu, Architecture et paysage, permanence et mutations, Paris, Le Moniteur, 1997 [Milan, 1996], p. 18-19.

48 C. Norberg-Schulz, Existence, Space and Architecture, New York-Washington, Praeger Publishers, 1971.

49 C. Norberg-Schulz, La Signification dans l’architecture occidentale, Bruxelles, Mardaga, 1977 [1975].

50 C. Norberg-Schulz, Existence..., p. 16.

51 Cité dans ibid., p. 17.

52 C. Norberg-Schulz, L’Art du lieu...

53 J.-P. Le Dantec, « Préface à l’édition française », dans C. Norberg-Schulz, L’Art du lieu..., p. 12-13.

54 A. Perez-Gomez, « L’espace de l’architecture : la signification en tant que présence et représentation », dans Le Sens du lieu, Bruxelles, Editions Ousia, 1996, p. 129-154.

55 P. Virilio, L'espace critique, essai, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1984.

56 Si l’on effectue une recherche sur les mots Espace et Architecture dans la base de données bibliographiques Francis (de 1984 à 1998), 740 références apparaissent. Mais si on limite la recherche au domaine « Histoire de l’art », le résultat tombe à 31 références.

57 U. Vogt-Göknil, Architektonische Grundbegriffe und Umraumerlebnis, Zürich, Origo Verlag, 1951 ; A. Abel, Vom Wesen des Raumes in der Baukunst, Munich, G.D.W. Callwey, 1952 ; K. Badt, Raumphantasien und Raumillusionen, Cologne, M. DuMont Schauberg, 1963 ; J. Jœdike, « Vorbemerkungen zu einer Theorie des architektonischen Raumes, zugleich Versuch Standortbestimmung der Architektur », Bauen + Wohnen, septembre 1968 ; L. Beck, Towards Paradise on Earth, Modern Space Conception in Architecture, A creation of Renaissance Humanism, Odense, Odense University Press, 1980 (Analecta Romana Insituti Danici IX).

58 A. Vidler, L’espace des Lumières. Architecture et philosophie de Ledoux à Fourier, Paris, Picard, 1995 [1987].

59 R.A. Etlin, Symbolic Space, Chicago, The University of Chicago Press, 1994.

60 W.W. Clark, « Spatial innovations in the Chevet of St Germain-des-Prés », Journal of the Society of Architectural Historians, 28, 1979, no 4, p. 348-356.

61 R. Recht, Le croire et le voir. L’art des cathédrales XIIe-XVe siècle, Paris, Editions Gallimard, 1999 (Bibliothèque des Histoires).

62 P. Boudon, Sur l’espace architectural, essai d’épistémologie de l’architecture, Paris, Dunod, 1971.

63 G. Germann, « L’invention de l’espace architectural », Cahiers de la recherche architecturale, 26, 1990, p. 52-58 ; B. Mitrovic, « Objectively speaking », Journal of the Society of Architectural Historians, 52, 1993, p. 59-67 ; Β. Köhler, « Architecture history and the History of spatial Experience », Daidalos, 1998, no 67, p. 36-43.

64 C. Van de Ven, Space in Architecture, Amsterdam, Van Gorgum Asse, 1987 [1978].

65 E Choay, « Espace (espace et architecture) », Encyclopaedia Universalis, 8, 1990, p. 693.

66 R. Venturi, De l’ambiguïté en architecture, Paris, Dunod, 1971 [1966].

67 R. Venturi, D. Scott Brown, S. Izenour, L’Enseignement de Las Vegas ou le Symbolisme oublié de la forme architecturale, Bruxelles, P. Mardaga, 1978 [1972],

68 C. Camus, Lecture sociologique de l’architecture décrite. Comment bâtir avec des mots ?, Paris, L’Harmattan, 1996.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search