Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les espaces de l’historien

 | 
Jean-Claude Waquet
, 
Odile Goerg
, 
Rebecca Rogers

Première partie. Des territoires aux espaces du monde

Espaces sacrés, espaces territoriaux du sacré : l’espace du fait religieux contemporain dans les historiographies française et allemande depuis la fin des années 80

Catherine Maurer

Texte intégral

  • 1 A. Dupront, « Anthropologie religieuse », dans Faire de l’histoire, 1, Nouvelles Approches, dir. J (...)

1Selon Alphonse Dupront, l’espace permettait une « approche anthropologique, parmi les plus sûres, pour pénétrer le mystère par quoi l’énergétique sacrale enclose dans l’âme collective se concentre sur un objet »1, en bref pour essayer de rendre compte d’un point de vue scientifique du mystère de la foi. Les historiens du fait religieux ont-ils exploré la piste suggérée par le grand historien du mythe de croisade et ont-ils fait de l’espace un objet privilégié d’en d’enquête ? Pour la France contemporaine, l’importance ancienne du cadre diocésain dans les travaux d’histoire religieuse, le rôle plus récent de la ville dans ces mêmes travaux pouvaient fournir un point de départ à l’analyse tandis que le cas allemand, fonctionnant selon d’autres logiques épistémologiques et historiographiques, paraissait de prime abord plus imperméable au thème de l’espace.

2Afin d’esquisser une comparaison aussi pertinente et actuelle que possible entre les deux historiographies, on a tenté de repérer les textes programmatiques et de faire l’inventaire des travaux importants de recherche, essentiellement des thèses, réalisés depuis une dizaine d’années afin d’y examiner utilisation et statut de la notion d’espace. S’agit-il d’une notion clairement définie et identifiée ou n’est-elle présente qu’à titre implicite ? Lorsqu’elle est explicite, la notion est-elle entièrement construite et structurée par l’historien ou bien ce dernier se sert-il de constructions extérieures et, dans ce cas, l’indique-t-il ? Quels sont enfin les espaces concrets « pratiqués » par les historiens du fait religieux ? Telles sont les questions qui ont guidé une analyse qui s’est déclinée par pays et porte essentiellement sur le fait religieux catholique, en France parce qu’il s’agit d’un phénomène majoritaire, en Allemagne parce qu’il est l’objet depuis environ une dizaine d’années d’un renouvellement complet des approches, qui laisse davantage de place aux problématiques liées à l’espace.

Histoire religieuse et espace en France : sous le signe d’Alphonse Dupront, Paul Vidal de la Blache et Gabriel Le Bras

  • 2 L’histoire religieuse de la France 19-20 siècle. Problèmes et méthodes, dir. J.-M. Mayeur, Paris, (...)
  • 3 Dictionnaire des sciences historiques, s.v. Religion... Histoire religieuse, 1986, p. 575-583 (C. (...)
  • 4 Dictionnaire des sciences historiques, s.v. Christianisme, 1986, p. 125-131 (A. Rousselle).
  • 5 Pour repérer les travaux les plus récents, nous avons utilisé le Bulletin de l’Association Françai (...)

3Pour la France, la lecture des ouvrages méthodologiques ne laissait pas présager une moisson très fructueuse. Dans la « Bible » du chercheur en histoire religieuse, L’histoire religieuse de la France XIXe-XXe siècle, la notion d’espace sacré apparaît certes, mais de manière fugitive, sans qu’une définition nette en soit donnée2. L’article « Histoire religieuse » dû à Claude Langlois dans le Dictionnaire des Sciences Historiques fait subir à la notion d’« espace sacral » le même traitement3. En revanche, l’article « Christianisme » du même Dictionnaire définit l’espace comme une « valeur première » des études portant sur le monde où se déploie la vie chrétienne dans le passé, mais cet article est dû à une spécialiste d’histoire des religions, discipline aux règles et aux domaines distincts de l’histoire religieuse telle que cette dernière s’est développée en France depuis une cinquantaine d’années4. Pourtant, notre récolte n’a pas été sans résultats et aurait sans doute été encore plus féconde si nous avions eu le temps d’élargir le champ chronologique retenu à l’origine5.

  • 6 Voir P. Bourdelais, B. Lepetit, « Histoire et espace », dans Espaces, jeux et enjeux, éd. F. Auria (...)

4Trois catégories d’ouvrages ont pu ainsi être isolées : les travaux ayant choisi explicitement l’espace comme objet d’enquête ; les travaux de Philippe Boutry, l’un des rares historiens du fait religieux contemporain à utiliser l’espace comme concept opératoire, sans en faire cependant son unique objet d’enquête ; enfin, les monographies diocésaines ou régionales récentes, analysées sous les angles suivants : le choix de l’espace diocésain ou régional y apparaît-il comme un « accident » lié à la biographie du chercheur6 ou bien correspond-il à une démarche réfléchie et réflexive ? Une fois choisi, l’espace y est-il analysé en tant que tel ou bien ne sert-il que de cadre commode à des développements sans lien direct avec les thèmes spatiaux ?

  • 7 M.-H. Frœschlé-Chopard, Espace et sacré en Provence (XVIe-XXe siècle). Cultes, Images, Confréries,(...)
  • 8 Publiée sous le titre Les chemins du sacré. Paroisses, processions, pèlerinages en Lorraine du XVI(...)
  • 9 P.-Y. Saunier, « L’Eglise et l’espace de la grande ville au XIXe siècle. Lyon et ses paroisses », (...)

5Nous avons repéré trois recherches ayant choisi de faire de l’espace leur principal objet d’enquête : deux ouvrages, l’un dû à Marie-Hélène Frœschlé-Chopard, Espace et sacré en Provence (XVIe-XXe siècle). Cultes, Images, Confréries7, l’autre à Philippe Martin, Espaces et chemins du sacré. La géographie religieuse dans le Toulois et le Saintois (vers 1580-vers 1880), thèse soutenue en 19938 ; un article de Pierre-Yves Saunier, « L’Eglise et l’espace de la grande ville au XIXe siècle. Lyon et ses paroisses », publié dans la Revue Historique en 19939. Une première convergence entre ces travaux peut déjà être soulignée : tous ces auteurs sont « marginaux » par rapport au thème de recherche qui nous préoccupe, l’espace dans la pratique des historiens du fait religieux contemporain. Les deux premiers sont en effet des modernistes, qui ont poussé leur enquête jusqu’à la période contemporaine : c’est la raison pour laquelle nous avons tout de même retenu leurs ouvrages. Le troisième est à l’origine un géographe, qui a néanmoins soutenu en 1992 une thèse d’histoire, Lyon au XIXe siècle, les espaces d’une cité, sous la direction d’Yves Lequin.

  • 10 M.-H. Frœschlé-Chopard, Espace et sacré..., p. 9-12.
  • 11 Notamment Du sacré. Croisades et pélerinages. Images et langage, Paris, Gallimard, 1987.
  • 12 M.-H. Frœschlé-Chopard, Espace et sacré..., p. 11.
  • 13 Ibid., p. 16.
  • 14 Ibid., p. 156.
  • 15 Ibid., p. 570.

6Tous les trois n’utilisent pas la même notion d’espace. Dans le cas de Marie-Hélène Frœschlé-Chopard et de Philippe Martin, c’est la notion d’espace sacré qui est au centre de leur travail, même si quelques nuances séparent les deux démarches. M.-H. Frœschlé-Chopard utilise explicitement cette notion dont elle précise origine méthodologique et définition10. Origine méthodologique : l’auteur la fixe clairement et exclusivement dans les recherches d’Alphonse Dupront11 auquel elle dédie son ouvrage. Définition : pour M.-H. Frœschlé-Chopard, l’espace sacré est marqué par la nature des lieux liés au culte des saints, l’aspect des images, la particularité des confréries, comme l’indique le sous-titre de sa thèse. En effet, le culte des saints permettrait « de reconstituer les caractéristiques d’un espace sacré par la position, dans l’espace quotidien du village, des lieux – églises et chapelles rurales – auxquels ils donnent leur nom »12 : ainsi se révélerait un espace sacré « du dehors »13, dont M.-H. Frœschlé-Chopard s’est efforcée d’établir toponymie et topographie pour la région de Provence orientale qu'elle a choisie comme champ d’investigation. A cet espace du dehors répondrait un espace « du dedans »14, à l’intérieur de l’édifice de culte, organisé par l’autel et les tableaux : les « images », auxquelles M.-H. Frœschlé-Chopard consacre le deuxième volet de son analyse. Les confréries interviennent en tant que commanditaires de ces images et donc, d’une certaine manière, en tant qu’ordonnatrices de l’espace sacré « du dedans ». Selon M.-H. Frœschlé-Chopard, elles seraient à ce titre l’un des acteurs principaux de l’évolution qui a conduit à la rupture entre le monde « du dehors », où règne le saint fondateur, souvent le premier évangélisateur de la région, et le monde « du dedans », où règnent les saints de l’intimité avec Dieu (Saint Joseph, Saint Antoine) promus par la réforme tridentine15. L’espace sacré défini par M.-H. Frœschlé-Chopard est donc un espace matériel clairement et concrètement délimité, plus statique que dynamique car l’accent est mis davantage sur les lieux que sur le déplacement vers les lieux (tels les pèlerinages), enfin articulé au temps long car étudié sur plus de quatre siècles.

  • 16 P. Martin, Espaces et chemins du sacré..., p. 7.
  • 17 Ibid., p. 8.
  • 18 Ibid, p. 305-309.

7Philippe Martin se place aussi d’emblée dans le courant historiographique qui s’est efforcé de promouvoir l’espace. Il cite également Dupront et sa définition de l’espace comme l’une des « deux catégories existentielles » qui permettent d’observer la « quête humaine des sacralités »16, mais se réfère aussi à la tradition française de relations étroites entre la géographie et l’histoire en évoquant Paul Vidal de la Blache et Fernand Braudel. A la notion d’espace sacré, il associe la notion de géographie sacrée qui correspond selon lui à trois niveaux d’analyse : approche institutionnelle avec étude de la mise en place du découpage paroissial (l’auteur parle de « géographie paroissiale ») et de la manière dont les fidèles ressentent ces structures ; analyse des processions qu’Alphonse Dupront, comme le rappelle Philippe Martin, a définies comme « la reconnaissance collective in corpore de l’espace sacral » ; enfin, observation de la « géographie pèlerine »17. Philippe Martin met en valeur l’interaction entre trois intervenants, l’Eglise, les communautés paroissiales et les individus, qui a permis la construction d’un espace sacré conciliant aspiration des fidèles à une foi enracinée dans un lieu ou un parcours clairement identifié et volonté des clercs de promouvoir une piété indépendante du lieu de culte18. Ainsi, processions et pèlerinages ont pu se maintenir, mais dans les limites du contrôle imposé par une Eglise qui a fait progressivement de l’édifice paroissial le centre de la pratique et donc de l’espace sacré. L’espace défini par Philippe Martin est, comme celui de M.-H. Frœschlé-Chopard, un espace matériel clairement et concrètement délimité, plus encore peut-être à cause de la prise en compte systématique du cadre paroissial. Il s’agit en revanche d’un espace plus dynamique car le déplacement, processionnel ou pèlerin, en fait partie intégrante. Enfin, il est également articulé au temps long car étudié sur trois siècles.

  • 19 P.-Y. Saunier, « L’Eglise et l’espace »..., p. 321.
  • 20 Ibid., p. 322.
  • 21 G. Le Bras, « Un programme : la géographie religieuse », Annales d’histoire sociale. Hommage à Mar (...)
  • 22 J. Beaujeu-Garnier, « Introduction », Cahiers du Centre de recherches et d’études sur Paris et l’I (...)
  • 23 C. Nicolet, L’inventaire du monde, géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris, (...)
  • 24 P.-Y. Saunier, « L’Eglise et l’espace »..., p. 323.
  • 25 Ibid., p. 324, avec citation de M. Foucher, L’invention des frontières, Paris, 1986.

8Pierre-Yves Saunier quant à lui n’utilise à aucun moment la notion d’espace sacré. Il évoque la « marque spatiale » de l’Eglise19 et s’est fixé comme objectif l’étude d’un des « aspects matériels » des tentatives de reconquête de l’Eglise au XIXe siècle, l’évolution du réseau paroissial dans le cadre de la deuxième ville de France, Lyon. L’interrogation suivante sous-tend son analyse : dans quelle mesure l’« équipement religieux » s’est-il adapté aux mobilités et aux croissances de la population urbaine20 ? Sa principale référence méthodologique, annoncée dès l’introduction et reprise en conclusion, est le projet de « géographie religieuse »21 énoncé par Gabriel Le Bras, géographie qui devait permettre de comprendre comment les réalités religieuses s’enracinent dans le sol et transforment les paysages. Mais P.-Y. Saunier se réfère également à des géographes contemporains comme Jacqueline Beaujeu-Garnier et Paul Claval qui ont insisté sur la relation entre espace et pouvoir : selon eux, toute fonction, tout pouvoir a besoin d’un cadre, d’un espace pour s’exercer22. Saunier rappelle qu’il en a d’abord été ainsi pour les Etats, comme l’a montré le livre de Claude Nicolet consacré à la genèse de l’espace administratif dans le cadre de l’Empire augustéen23, et évoque une « pensée spatiale de l’administration »24 poussée à un rare degré de perfection par l’Eglise catholique. Celle-ci a en effet mis en place un réseau serré de circonscriptions qui traduisait une conception théologique de l’espace, mais à des fins d’organisation et de pouvoir25. Dans le cas de Lyon, l’Eglise catholique n’aurait pas trahi ses origines, en parvenant à adapter son réseau paroissial aux nouvelles réalités de la ville industrielle, accroissant le nombre de ses paroisses et de ses succursales et les implantant dans les quartiers en pleine expansion, en particulier les quartiers ouvriers.

9L’étude de cas proposée par Pierre-Yves Saunier s’appuie donc sur un solide socle méthodologique qui le conduit plutôt du côté de l’histoire de l’administration (orientation soulignée par une comparaison inédite entre réseau ecclésiastique et... réseau policier !) tandis que M.-H. Frœschlé-Chopard et Philippe Martin restent dans le contexte de l’histoire des mentalités et de la religion populaire. L’espace sacré de M.-H. Frœschlé-Chopard et de Philippe Martin est avant tout un espace vécu, l’espace de Pierre-Yves Saunier un espace institutionnel. Ce dernier cite aussi Philippe Boutry : ce n’est pas un hasard puisque P. Boutry est l’un des rares historiens français du fait religieux contemporain à utiliser l’espace dans sa démarche méthodologique, même s’il n’en fait ni le point de départ, ni le centre unique de sa recherche.

  • 26 Publiée à Paris, Editions du Cerf, 1986.
  • 27 P. Boutry, « Le Clocher », dans Les Lieux de Mémoire. Les France, dir. P. Nora, Paris, Gallimard, (...)
  • 28 P. Boutry, Prêtres et paroisses..., p. 10.
  • 29 Ibid., chapitre 1 « L’esprit de clocher » et 2 « Paroisse et modernité », p. 17-116.
  • 30 Ibid., chapitre 3 « Les mutations du paysage paroissial : la reconstruction des églises », p. 117- (...)
  • 31 Ibid., chapitre 4, « Les mutations du paysage paroissial : l’éloignement des cimetières », p. 153- (...)
  • 32 Voir sa bibliographie, p. 670-671.
  • 33 Ibid., p. 117.
  • 34 Notamment La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la Seconde Républiqu (...)
  • 35 Notamment sa thèse Une chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d’ (...)
  • 36 Notamment son article « Les constructions d’églises sous le Second Empire : architecture et prix d (...)
  • 37 Voir J. Thibaut-Payen, Les Morts, l’Eglise et l’Etat dans le ressort du Parlement de Paris aux XVI (...)
  • 38 P. Ariès, Essai sur l’histoire de la mort en Occident : du Moyen-Age à nos jours, Paris, Le Seuil, (...)

10Deux ouvrages de Philippe Boutry ont été utilisés ici : sa thèse de 3e cycle, Prêtres et paroisses au pays du curé d’Ars26, publiée aux éditions du Cerf à Paris en 1986 et l’article « Le clocher », publié dans le volume Les France des Lieux de mémoire27. Le point de départ de la thèse de 3'cycle n’était pas l’espace, même sacré, mais une figure, celle d’un saint, le curé d’Ars, Jean-Marie Vianney. Le projet de P. Boutry était de replacer ce curé canonisé dans le groupe social auquel il appartenait, les prêtres du diocèse de Belley. Pour cela, il lui semblait nécessaire de mettre en valeur le rôle de la paroisse parce que, selon lui, « c’est l’espace dans les limites étroites duquel se noue la relation pastorale, le cadre vivant, présent à l’esprit de chacun, pesant de chacune de ses particularités, de ses singularités, dans tous les actes de la vie économique, sociale, politique, culturelle, spirituelle »28. P. Boutry a donc consacré environ le tiers d’un travail de 630 pages à l’étude de la « modernité paroissiale ». Tout dans cette étude ne relève pas de la problématique de l’espace, comme l’indique déjà le terme de « modernité », principal prisme d’observation utilisé par l’auteur. Cependant, le thème de l’espace apparaît de manière récurrente. Dans une perspective globale lorsque P. Boutry évoque l’évolution du réseau paroissial dans le diocèse de Belley, importante comme dans le Lyon de Pierre-Yves Saunier29. Dans une perspective plus micro-historique lorsqu’il est question des mutations du paysage paroissial. Celles-ci sont vues sous l’angle de la « reconstruction des Eglises »30, immense chantier qui participe de la restructuration radicale de l’espace villageois au XIXe siècle, et de « l’éloignement des cimetières »31, translation de la « terre des morts » du cœur des villages vers l’extérieur des bourgs, qui touche les trois quarts des paroisses du diocèse de Belley au XIXe siècle. Les références méthodologiques liées à l’espace sont multiples. Pour l’évolution du réseau paroissial, P. Boutry renvoie aux thèses d’histoire religieuse régionale32 tandis que la conception de la paroisse comme « espace vécu, quotidien de la vie religieuse »33 s’appuie à la fois sur les travaux de Maurice Agulhon sur la « républicanisation » de l’espace villageois ou urbain34 et ceux de Yves-Marie Hilaire sur la « christianisation de l’espace »35. Quant à l’évocation des transformations de l’Eglise et du cimetière, elle se fonde sur les travaux d’historiens de l’art comme Jean-Marie Léniaud36, l’espace funéraire proprement dit renvoyant aux travaux d’historiens modernistes portant explicitement sur cet espace37 ou plus largement sur la mort, tels les analyses de Philippe Ariès et de Michel Vovelle38.

  • 39 Les Lieux de Mémoire, La République, la Nation, les France, Paris, Gallimard, 1984-1992, 7 vol. (B (...)
  • 40 P. Boutry, « Le clocher »..., p. 3083.
  • 41 Ibid, p. 3085.
  • 42 Ibid., p. 3087.
  • 43 Ibid, p. 3100.
  • 44 G. Le Bras, « Un programme »..., p. 89, cité dans ibid., p. 3084.

11L’article « Le clocher » n’a pas eu non plus pour point de départ la problématique de l’espace puisqu’il s’inscrit dans le vaste projet d’inventaire des lieux de mémoire jalonnant la conscience collective des Français piloté par Pierre Nora39. Mais traitant du thème du clocher, P. Boutry s’est aussi attaché à la paroisse vue comme un « univers à la fois proche et lointain », « espace limité, arpenté, maîtrisé, mais sensible et presque charnel, de la vie religieuse », avec « la nef et le clocher comme point de rencontre géométrique de l’horizontalité de la terre des hommes et de la verticalité de l’aspiration à Dieu »40. P. Boutry retrace notamment l’évolution de la carte paroissiale de la France entre l’Ancien Régime et le XXe siècle : paroisses d’avant 1789 épousant la « singularité d’un terroir »41 ; coupure révolutionnaire marquant l’« irruption de la puissance civile dans l’ordre de l’espace sécularisé de la paroisse » et la rupture avec la paroisse comme « définition spatiale de l’existence collective »42 ; restauration paroissiale partielle du XIXe siècle ; point d’aboutissement provisoire du XXe siècle, avec affaiblissement, mais non disparition, de la paroisse comme « modèle d’organisation spatiale, humaine et ecclésiastique mis en place par la révolution féodale et le blanc manteau des églises de l’an mil »43. Si l’article se nourrit de la thèse, il n’utilise pas tout à fait, concernant l’espace, les mêmes références méthodologiques : n’y figure en effet presque exclusivement que Marc Bloch et son projet de « situer l’église et plus généralement le sacré dans l’histoire rurale »44, un projet qui a conduit le fondateur des Annales à encourager Gabriel Le Bras à rédiger un ouvrage établissant la place de l’église dans l’agglomération villageoise, la part du clergé dans la civilisation des campagnes. Un ouvrage effectivement rédigé, mais qui fut publié seulement à titre posthume en 1976, sous le titre l’Eglise et le village.

12De tous les auteurs envisagés jusqu’ici, P. Boutry est celui qui utilise le plus large éventail de références méthodologiques. On remarquera cependant qu’il ne fait pas mention des travaux d’Alphonse Dupront. D’autre part, les géographes sont absents, les ethnologues peu présents : les points d’appui théoriques restent finalement « historico-historiques », même si l’échantillon est varié. Enfin, P. Boutry est sans doute l’auteur chez lequel la notion d’espace reçoit l’acception la plus riche : un espace paroissial qui n’est pas seulement un espace sacré, mais aussi un espace institutionnel, un espace vécu, un espace symbolique et un espace en perpétuelle mutation. Ainsi la notion relève-t-elle à la fois de l’histoire des mentalités, de l’histoire de la religion populaire, de l’anthropologie, de la géographie et de l’histoire de l’administration.

  • 45 Sur l’évolution générale de l’historiographie religieuse en France, voir C. Langlois, « Religion » (...)
  • 46 Publiée sous ce titre à Lyon, Editions Peuple Libre, 1989.
  • 47 Publiée sous ce titre à Rennes, PUR, 1997.
  • 48 Publiée sous ce titre à Montmélian, Editions La Fontaine de Siloé, 1995.
  • 49 Publiée sous le titre Paris à l’heure de Vatican-II aux éditions de l’Atelier. Dans ce cas, nous a (...)

13La thèse de 3e cycle de Philippe Boutry appartenait déjà au genre de la monographie diocésaine, si déterminant en France pour l’écriture d’une histoire religieuse véritablement scientifique45. Si le genre a connu depuis une vingtaine d’années une certaine désaffection, il n’a pas disparu, ce qui nous a permis de retenir pour notre étude quatre recherches publiées entre 1989 et 1999 : Entre paroisse et commune. Les catholiques de la Drôme au milieu du XIXe siècle, thèse de 3e cycle de Bernard Delpal46 ; Les catholiques et la question sociale, Morlaix 1840-1914. L’avènement des militants, thèse nouveau régime de Vincent Rogard soutenue en 199147 ; Les catholiques savoyards. Histoire du diocèse de Chambéry 1890-1940, thèse nouveau régime de Christian Sorrel soutenue en 199448 ; Les paroisses parisiennes et le concile Vatican-II (59-68), thèse nouveau régime de Luc Perrin soutenue en 199449. Nous avons choisi de les aborder par ordre chronologique pour déceler une éventuelle évolution.

  • 50 B. Delpal, Entre paroisse et commune..., p. 13.
  • 51 Voir ibid., p. 15, pour la référence aux travaux de Boulard et p. I-XXX pour l’appareil cartograph (...)

14Introduisant sa recherche centrée sur le diocèse de Valence, Bernard Delpal ne donne pas de justification à son choix géographique, ni même au choix du cadre diocésain. Il rattache cependant sa méthode d’investigation à la problématique de l’espace lorsqu’il indique : « on se place résolument au niveau du village et de la paroisse, n’hésitant pas au besoin à entrer dans la ‘querelle de clocher’. Comment sont disputés sur le terrain, à l’échelon le plus humble, l’espace et le temps dans un diocèse rural et pratiquant (...), comment ils deviennent des enjeux entre les deux Pouvoirs, le civil et le religieux, telles sont les interrogations posées »50. B. Delpal se réclame ici du livre déjà évoqué de Gabriel Le Bras, L’Eglise et le village. Chez B. Delpal, la notion d’espace, espace local « paroissial » ou « communal », est donc clairement identifiée et constitue un « fil rouge » méthodologique, comme le confirme la richesse de l’appareil cartographique, répondant aux recommandations du chanoine Boulard51, mais elle structure moins son travail que celui de P. Boutry, dont B. Delpal fait d’ailleurs mention. Sans doute est-ce lié en partie à la nature des sources utilisées : enquêtes et visites pastorales chez B. Delpal, qui privilégient un point de vue extérieur et d’« en haut » par rapport à l’espace local de la paroisse ; dossiers paroissiaux chez P. Boutry.

  • 52 V. Rogard, Les catholiques et la question sociale..., p. 14.
  • 53 Ibid., p. 15.
  • 54 Ibid., p. 16.
  • 55 Ibid., p. 14.

15La thèse de Vincent Rogard ne correspond pas exactement au genre de la monographie diocésaine puisqu’elle porte sur une ville, Morlaix, fait rare dans l’historiographie religieuse française. L’auteur donne plusieurs niveaux de justification à ce choix : rappel de la nécessité d’études très localisées pour analyser simultanément changement religieux et changement social, au croisement desquels les œuvres catholiques se sont développées52 ; raisons personnelles53 ; position géographique particulière d’une sous-préfecture située au carrefour de trois « pays » historiques aux traditions religieuses contrastées et en même temps « ville caractéristique de nombreuses autres cités bretonnes »54. Comme Bernard Delpal, V. Rogard se réclame de Gabriel Le Bras, de son appel à faire pour « chaque paroisse une histoire minutieuse de la structure sociale, économique, des conditions intellectuelles et politiques, des institutions religieuses et civiles »55 et de son ouvrage l’Eglise et le village. Il ne se contente donc pas de l’argument de la commodité pour expliquer la localisation de son étude et s’efforce de l’intégrer à une démarche réflexive. Cependant, les problématiques de l’espace ne jouent pas ensuite de rôle déterminant dans un travail consacré au développement des œuvres catholiques caritatives, sociales et de jeunesse entre 1840 et 1914.

  • 56 C. Sorrel, Les catholiques savoyards..., p. 9.
  • 57 Ibid, et V. Rogard, Les catholiques et la question sociale..., p. 15.
  • 58 P. Bourdelais, B. Lepetit, « Histoire et espace »..., p. 18.
  • 59 Ibid

16Dans l’introduction à la thèse de Christian Sorrel, on peut mesurer une certaine évolution par rapport au travail de Bernard Delpal. En effet, le choix du diocèse comme cadre d’étude ne semble plus aller de soi, en partie, comme le souligne l’auteur, à cause de la défaveur du genre historiographique de la monographie diocésaine à partir de la fin des années 80. Tout en ne dissimulant pas ses liens personnels avec la région délimitée par le diocèse de Chambéry, C. Sorrel éprouve donc le besoin de rappeler que « le diocèse constitue (...) un détour obligé pour le chercheur », « espace de référence mental (pour le clergé et les fidèles), façonné par une histoire plus ou moins longue, qui conditionne comportements et solidarités »56. L’auteur se réfère d’ailleurs à Vincent Rogard (sans remonter à Gabriel Le Bras) pour souligner que la monographie diocésaine apparaît comme le « contrepoint » à « une vision trop centralisatrice », rendant possible « une épreuve de vérification (...) d’une histoire communément admise »57. Cependant, chez Christian Sorrel, « l’enracinement régional ne signifie pas nécessairement attention à l’espace », comme le soulignaient déjà Patrice Bourdelais et Bernard Lepetit58 : ici, « l’objet n’est pas la région, mais bien l’histoire qui s’y donne à lire »59, celle de l’évolution politico-ecclésiastique des catholiques savoyards. Là encore, l’orientation de la recherche a sans doute été partiellement déterminée par les sources : faiblesse des archives archiépiscopales et paroissiales qui a conduit à privilégier les sources imprimées, en particulier la presse religieuse, et les sources orales.

  • 60 L. Perrin, Les paroisses parisiennes..., p. 2.
  • 61 Ibid., p. 295-307.

17Chez Luc Perrin enfin, les problématiques du temps l’emportent largement sur celles de l’espace, ce qui se comprend aisément dans le cadre d’une recherche ayant pour point de départ une interrogation sur l’impact d’une césure profonde dans l’histoire de l’Eglise, le concile Vatican-II (1959-1963). Cette interrogation s’est cependant appliquée à un espace clairement délimité, les paroisses parisiennes. Le choix de cet espace est très rapidement justifié : L. Perrin souligne que « bien qu’appartenant à la France précocement déchristianisée, Paris a constitué un ‘foyer extrêmement actif du renouveau religieux français’ pendant les trente années qui ont précédé le Concile », mais essentiellement tourné « vers ceux que n’encadrait qu’imparfaitement le réseau paroissial ». C’est pour cette raison que Luc Perrin a concentré sa thèse sur la paroisse, « cellule de base de l’Eglise »60. L’auteur reprend à son compte le concept d’« espace sacré », sans utiliser de références méthodologiques particulières, lorsqu’il évoque les transformations intérieures des églises paroissiales liées aux nouvelles normes liturgiques fixées par le Concile61, mais, d’une manière générale, il n’analyse guère le monde de la paroisse en termes spatiaux.

  • 62 P. Boutry, « Le clocher »..., p. 3087-3091.

18Même s’il ne faut pas en exagérer la place, l’espace n’est donc pas totalement absent de l’horizon méthodologique des historiens français du fait religieux contemporain. On peut même esquisser une typologie des catégories spatiales utilisées : celle de l’espace sacré, intérieur et extérieur aux édifices du culte ; celle de l’espace territorial de la paroisse ou du diocèse. Ces espaces sont avant tout des espaces matériels, concrètement délimités par des murs, des lieux, des frontières. La dimension symbolique n’est cependant pas totalement absente lorsque P. Boutry, par exemple, évoque les arguments des fidèles souhaitant recouvrer un cadre paroissial dont ils ont été privés62. La délimitation de ces espaces n’exclut pas non plus la mise en valeur d’une certaine dynamique, que celle-ci soit d’ordre spatial, lorsque les auteurs évoquent les déplacements vers ou dans le cadre d’espaces sacrés, ou temporel lorsqu’il y a analyse des mutations de l’espace. Enfin, si la définition institutionnelle des espaces, notamment par l’Eglise catholique, n’est pas négligée, c’est surtout l’espace vécu, approprié par les fidèles qui intéresse les chercheurs.

19Dans le domaine des références méthodologiques, l’auteur le plus abondamment cité est Gabriel Le Bras, qui, pour le thème qui nous préoccupe, se rattache au courant qui, dans le sillage de l’école des Annales, insistait sur l’importance des liens entre géographie et histoire, entre espace et temps. A. Dupront occupe une place réelle, mais un peu à part, inspirant surtout les modernistes. Dans le cas des monographies diocésaines ou urbaines, deux évolutions contradictoires peuvent être soulignées. D’une part, le souci de plus en plus net de justifier le choix de l’espace régional retenu et de ne plus le présenter comme un choix allant de soi car lié à l’itinéraire personnel du chercheur. D’autre part, l’« oubli » de l’origine de certains concepts, passés désormais dans la vulgate de l’historien : ainsi C. Sorrel n’évoque-t-il plus G. Le Bras lorsqu’il rappelle la nécessité de l’enracinement régional de l’histoire religieuse ou L. Perrin ne se réfère-t-il plus à A. Dupront lorsqu’il reprend la notion d’espace sacré. Enfin, d’une manière générale, les références restent très historico-historiennes, faisant peu d’incursions du côté des géographes, ethnologues et autres sociologues, si l’on excepte le cas un peu particulier de Gabriel Le Bras.

Histoire religieuse et espace en Allemagne : la territorialisation du concept de milieu

  • 63 Voir O. Weiss, « Religiose Geschichte oder Kirchengeschichte ? Zu neuen Ansatzen in der deutschen (...)
  • 64 Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexicon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, (...)

20L’enquête n’a pas pu être menée de la même manière que pour la France, faute de disposer des mêmes instruments de travail, un manque qui renvoie aux singularités de l’histoire religieuse en Allemagne. En effet, le fait religieux y a été considéré jusqu’à une date très récente comme un phénomène marginal par les historiens contemporanéistes, pour des raisons à la fois épistémologiques (la religion comme phénomène dépassé, obsolète, face à d’autres manifestations comme le fait national) et idéologiques (domination durable de l’université par des protestants peu soucieux de mettre en valeur le rôle de l’Eglise catholique, nouvelle génération d’historiens influencés par le marxisme et le structuralisme et ne faisant pas de l’histoire religieuse l’une de leurs priorités)63. Un indice parmi d’autres : l’absence dans les Geschichtliche Grundbegriffe, grand dictionnaire en plusieurs volumes présentant les concepts historiques à l’œuvre dans le discours politique et social, d’entrées « religion » ou « Eglise(s) »64. En réalité, l’histoire du fait religieux est restée très longtemps la chasse gardée des historiens de l’Eglise, les Kirchenhistoriker qui sont à l’origine des théologiens, généralement titulaires d’une chaire ou enseignant dans une faculté de théologie, et dont les travaux peuvent difficilement entrer dans le cadre de notre étude, même s’ils sont loin de dédaigner les cadres spatiaux du diocèse ou de la paroisse.

  • 65 Voir O. Weiss, « Religiose Geschichte »...
  • 66 Ibid., p. 290.
  • 67 Blaue Reihe : Veröffentlichungen der Kommission fiir Zeitgeschichte, éditées actuellement par les (...)

21Depuis fort peu de temps cependant, le terme de religiose Geschichte a droit de cité dans le vocabulaire des historiens allemands, désignant une évolution autonome de la science historique par rapport à la Kirchengeschichte65. Cette évolution doit être attribuée à deux facteurs indépendants, voire antagonistes : la fondation de la Kommission für Zeitgeschichte (Commission pour l’histoire du temps présent) et l’influence de nouveaux courants historiographiques. La Commission pour l’histoire du temps présent a été fondée par des historiens en 1961, avec pour principal objectif de faire la lumière sur le rôle exact du catholicisme et des catholiques sous le IIIe Reich66 : un programme apparemment sans lien direct avec la thématique de l’espace, d’autant plus que les recherches des membres de la Commission étaient surtout axées sur les formes d’expression associatives et politiques du catholicisme allemand, beaucoup moins sur ses formes de différenciation régionales ou locales. Reproche a d’ailleurs été fait à la Commission de proposer une vision trop organisationnelle du catholicisme allemand et de négliger les approches inspirées par l’histoire sociale ou l’histoire des mentalités. Or, à notre sens, ce sont ces dernières qui sont les plus susceptibles de favoriser l’utilisation de la notion d’espace, matériel ou symbolique. Cependant, depuis le début des années 90, une évolution certaine est apparue dans les axes de recherche privilégiés par la Commission, comme le montrent les thèmes des publications qu’elle a accueillies dans sa célèbre « série bleue »67 : une analyse fondée sur l’espace peut s’y appliquer avec davantage de pertinence, comme on tentera de le montrer.

  • 68 Pour une mise au point en français sur l'Alltagsgeschichte, voir T. Nadeau, « L’Alltagsgeschichte  (...)
  • 69 Voir O. Weiss, « Religiose Geschichte »..., p. 290 et 310-311.

22Dans un second temps, à partir du début des années 70, l’histoire du fait religieux en Allemagne a reçu la triple influence de l’école des Annales, de l’histoire religieuse à la française et de l’« histoire de la vie quotidienne » (Alltagsgeschichte), courant spécifique aux mondes germanique et anglo-saxon, mélange d’histoire des mentalités et de volonté de rupture avec les approches structuralistes, cherchant à replacer les individus, et plus particulièrement les « petites gens », au centre de la recherche historique68. Cette triple influence a conduit à une redécouverte du monde catholique sous l’angle de l’histoire sociale et de l’histoire culturelle, une double approche qui a fait resurgir la notion d’espace et exercé une certaine force d’attraction sur les travaux lancés ou soutenus par la Commission pour l’histoire du temps présent69.

  • 70 M.R. Lepsius, « Parteiensystem und Sozialstruktur. Zum Problem der Demokratisierung der deutschen (...)
  • 71 Lepsius définit en effet les milieux comme des unités sociales « formées par la coïncidence de plu (...)

23Dans ce cadre très spécifique qui est celui de l’histoire religieuse « à l’allemande » et dans un contexte plus large qui est celui de la forte propension des historiens allemands à théoriser et à proposer des modèles conceptuels, il nous semble que la notion d’espace dans l’historiographie religieuse contemporaine allemande a été en fait médiatisée par le concept de milieu, un concept qui a orienté une bonne partie de l’historiographie du catholicisme allemand depuis le début des années 70. Ce concept, que l’on rencontre d’abord chez les sociologues français, Auguste Comte, puis Emile Durkheim, se réfère dès ce moment à des notions spatiales, telle celle de l’espace social au sein duquel l’individu évolue. Publié à la fin des années 60, l’article du sociologue allemand M. Rainer Lepsius l’utilise comme une clé de compréhension du système des partis politiques existant en Allemagne à la fin de l’Empire et sous la République de Weimar70. Selon M.R. Lepsius, il existerait en Allemagne quatre Sozialmilieus stables et cohérents, le milieu catholique, le milieu conservateur, le milieu protestanto-bourgeois et le milieu social-démocrate, des ensembles structurés mais sans relations les uns avec les autres. Chacun de ces ensembles aurait généré un parti représentant ses intérêts et reproduisant cet isolement et cette incapacité à la communication et au compromis qui expliqueraient l'« effondrement » du système des partis à la fin de la République de Weimar. On le voit, les préoccupations originelles de M.R. Lepsius n’avaient pas de relation étroite avec les thématiques de l’espace, mais la définition précise qu’il donne du concept de milieu contient des notions spatiales, notamment celle de la « tradition régionale » qui jouerait un rôle dans la structuration du milieu71.

  • 72 Pour un résumé de ces débats, voir Arbeitskreis für kirchliche Zeitgeschichte (AKKZG), Münster, «  (...)
  • 73 Voir notamment son étude sur les catholiques suisses : Katholizismus und Moderne. Zur Soziai-und M (...)
  • 74 Voir les contributions au volume Religion im Kaiserreich... Pour une mise au point en français sur (...)
  • 75 Voir AKKZG, « Katholiken zwischen Tradition und Moderne »...

24Pour des raisons qu’il ne nous appartient pas ici d’élucider, les analyses de M.R. Lepsius ont eu un retentissement considérable dans l’historiographie allemande en général et dans l’historiographie du catholicisme en particulier. Pour cette dernière, M.R. Lepsius est devenu une sorte de référence obligée, alors que ses travaux ne s’inscrivaient absolument pas dans cette perspective, et ses réflexions ont suscité critiques et mises au point multiples72. Depuis une dizaine d’années, ces débats ont conduit à une reconsidération de la notion de milieu sous un angle plus empirique. Cette reconsidération s’est d’abord manifestée dans les recherches inspirées par les nouvelles problématiques de l’histoire sociale et de l’histoire de la vie quotidienne, comme celles d’Urs Altermatt, historien suisse alémanique qui se rattache à l’école historiographique allemande73, ou celles des chercheurs proches de l’école d’histoire sociale dite de Bielefeld74. Elle a atteint ensuite la sphère gravitant autour de la Commission pour l’histoire du temps présent par l’intermédiaire d’U. Altermatt, devenu membre de la Commission, mais aussi de jeunes chercheurs de l’université de Münster qui ont travaillé à l’élaboration d’une méthode « historico-empirique » pour l’étude du milieu catholique75 et dont certains ont vu leurs thèses publiées dans la série des « volumes bleus ». Dans notre perspective, il s’agit de montrer comment et sous quelle forme cette reconsidération a conduit à une réévaluation des notions spatiales et de quels travaux concrets elle s’est accompagnée.

  • 76 O. Blaschke, F.-M. Kuhlemann, « Religion in Geschichte und Gesellschaft »..., p. 47.
  • 77 Ibid., p. 47-48.
  • 78 S. Weichlein, « Konfession und Region. Katholische Milieubildung am Beispiel Fuldas », Religion im (...)

25La principale critique qui pouvait être adressée à M.R. Lepsius était d’avoir proposé un modèle certes stimulant, mais insuffisamment confirmé par des études de terrain et donc susceptible d’être constamment remis en cause. L’un des principaux traits des tentatives historiennes de redéfinition de la notion de milieu catholique sous l’influence des problématiques de l’histoire sociale et culturelle est précisément de remettre en valeur la dimension « territoriale » de la notion, en d’autres termes d’insister sur la relation étroite entre milieu confessionnel et espace régional ou local. Ainsi, Olaf Blaschke et Frank-Michael Kuhlemann, à partir des études rassemblées dans le volume qu’ils ont publié en 1996, proposent-ils une subdivision tripartite du concept de milieu qui doit permettre de rendre compte des différenciations « d’ordre spatial (niveau local, régional, national) et social »76. Ils avancent donc les notions de « micromilieu » (caractérisé par la proximité géographique et les liens personnels : famille, collègues, voisinage, paroisse), « mésomilieu » (couvrant sur le plan spatial des aires de taille intermédiaire comme les régions), et « macromilieu » (caractérisant le niveau national, comme le « catholicisme allemand » par exemple)77. Trois milieux étroitement imbriqués les uns dans les autres comme l’illustrent deux études publiées par O. Blaschke et F.-M. Kuhlemann et portant toutes les deux sur des « territoires » clairement identifiés : l’évêché de Fulda, en Hesse, et la province prussienne de Rhénanie78. Siegfried Weichlein montre ainsi que les évolutions du « macromilieu » au XIXe siècle, caractérisées notamment par l’ultramontanisme et la cléricalisation, ont favorisé l’homogénéisation d un « mésomilieu », celui de l’évêché de Fulda, indissociable néanmoins de multiples « micromilieux » à l’existence bien antérieure au XIXe siècle. Thomas Mergel montre également pour la Rhénanie que les micromilieux préexistent au macromilieu, mais estime qu’on ne peut parler de milieu catholique à l’échelle nationale pour l’Allemagne (donc de « macromilieu ») qu’après la fin du processus d’unification, alors que Weichlein en décèle l’existence dès la première moitié du XIXe siècle.

  • 79 « Starker als bisher trat mit dem Interesse der Forschung an den vergangenen Lebenswelten der Kath (...)
  • 80 Depuis le début des années 70, les concepts de modernité et de modernisation ont également joué un (...)
  • 81 AKKZG, « Katholiken zwischen Tradition und Moderne »..., p. 616-621.
  • 82 Ibid., p. 609.
  • 83 Basisindikatoren ; voir ibid., p. 621-631.
  • 84 La « sortie de l’Eglise » (Kirchenaustritt) concerne les personnes qui ont décidé de se soustraire (...)
  • 85 Voir AKKZG, « Katholiken zwischen Tradition und Moderne »..., p. 630.

26La dimension territoriale est aussi au cœur des réflexions de l'Arbeitskreis für kirchliche Zeitgeschichte (AKKZG), groupe de recherches réuni à l’initiative de Wilhelm Damberg à l’université de Münster, proche à l’origine des pôles de l’histoire des Eglises et de la Commission pour l’histoire du temps présent. C’est en effet la constatation de « l’importance des différences locales et régionales pour l’histoire du milieu catholique, aussi bien au sein des divers pays que pour une comparaison à l’échelle de l’Europe »79 qui a conduit les membres de ce groupe de recherches à élaborer un modèle d’analyse qui permette de rendre compte des diversités des micromilieux, tout en préparant le terrain à une comparaison pertinente des résultats. Ce modèle comprend d’abord une redéfinition du concept de milieu catholique qui repose sur la double appréhension du milieu comme phénomène caractéristique de la modernité80 et comme ensemble d’individus identifiable par la manière dont il interprète la réalité qui l’environne81. Ainsi le milieu catholique se caractériserait-il aux XIXe et XXe siècles par sa position à la fois dans et en dehors de la modernité (à cause de sa confrontation inévitable avec une société en pleine mutation et de son rejet du processus de modernisation) et par sa cohésion fondée sur une interprétation du monde en termes de valeurs religieuses, d’« énonciations religieuses traditionnelles »82. Au-delà de cette nouvelle définition théorique, l’intérêt du travail des historiens de Münster est de proposer des « indicateurs de base »83 qui doivent permettre de mesurer degré de participation du milieu catholique à la modernité et ampleur de sa cohésion interne. Ces indicateurs sont essentiellement d’ordre statistique : du côté de la modernité, mesure de la proportion de catholiques dans les centres urbains, dans les différents secteurs d’activité, mesure du taux de mariages mixtes, du taux de « sorties de l’Eglise »84, du degré d’organisation, élaboration de statistiques électorales ; du côté de la cohésion interne, mesure du nombre de catholiques par prêtre, du nombre de pratiquants (avec toutes les nuances, du « messalisant » au « pascalisant »), élaboration de statistiques associatives85. Tous ces indicateurs doivent évidemment être appliqués au niveau local et régional : leur objectif est de rendre plus scientifiques les recherches fondées sur une base spatiale et de donner ainsi à l’espace territorial une place privilégiée dans l’étude du milieu catholique.

  • 86 C. Kösters, Katholische Verbände und moderne Gesellschaft. Organisationsgeschichte und Vereinskult (...)
  • 87 Ibid., p. 23.
  • 88 A. Liedhegener, Christentum und Urbanisierung. Katholiken und Protestanten in Münster und Bochum 1 (...)
  • 89 Ibid., p. 27-29.
  • 90 W. Damberg, Abschied vom Milieu ? Der Katholizismus im Bistum Munster und in den Niederlanden 1945 (...)

27Les propositions des chercheurs de Münster ne sont pas sorties de pures spéculations théoriques, mais bien de recherches concrètes qui ont conduit certains d’entre eux à ancrer leurs travaux dans un espace local ou régional. Ainsi Christoph Kösters a-t-il choisi le diocèse de Münster pour y réaliser une histoire sociale et culturelle des principales organisations catholiques dans la première moitié du XXe siècle, une histoire « d’en-bas » qui permet de renouveler le regard porté sur les relations entre milieu catholique et modernité d’une part et milieu catholique et national-socialisme d’autre part86. Le diocèse de Münster y est présenté comme un espace d’analyse commode car « relativement cohérent sur le plan confessionnel » et alternant régions industrielles et zones rurales87. Antonius Liedhegener quant à lui s’est engagé dans une étude de sociologie religieuse doublement comparative puisqu’elle porte sur les milieux catholique et protestant de deux grandes villes de Westphalie, Münster et Bochum, et pose le problème du rythme de la « sécularisation », ce que les historiens français appellent plutôt le détachement par rapport aux Eglises et à la religion88. L’auteur indique que le hasard n’est pas tout à fait étranger au choix de ces deux villes, mais précise que certaines données en rendent la comparaison pertinente, en particulier le fait qu’elles incarnent deux modèles radicalement opposés de croissance urbaine, l’un fondé sur le développement industriel (Bochum), l’autre sur le développement des services dans le cadre d’une ville ancienne (Münster)89. Wilhelm Damberg enfin s’est intéressé à l’évolution du milieu catholique dans le diocèse de Münster de part et d’autre de la césure représentée par le concile Vatican-II, monographie régionale mise en perspective grâce à une comparaison avec le milieu catholique néerlandais, voisin par la géographie du diocèse westphalien90.

  • 91 C. Rauh-Kühne, Katholisches Milieu und Kleinstadtgesellschaft. Ettlingen 1918-1939, Sigmaringen, T (...)
  • 92 W. Halder, Katholische Vereine in Baden und Württemberg 1848-1914. Ein Beitrag zur Organisationsge (...)
  • 93 B. Höpfl, Katholische Laien im nationalsozialistischen Bayern : Verweigerung und Widerstand zwisch (...)
  • 94 T. Fandel, Konfession und Nationalsozialismus. Evangeliche und katholische Pfarrer in der Pfalz 19 (...)

28Les cercles de réflexion que l’on vient d’évoquer ne monopolisent pas à eux seuls la totalité des études récentes qui associent étroitement milieu catholique et espace régional. Il faudrait évoquer aussi le travail de Cornelia RauhKühne sur le « micromilieu » catholique d’Ettlingen dans le pays de Bade91, celui de Winfried Haider sur les associations catholiques du Bade et du Wurtemberg entre 1848 et 191492, celui de Bernhard Höpfl sur les laïcs catholiques bavarois sous le IIIe Reich93 ou encore celui de Thomas Fandel sur les prêtres catholiques et protestants du Palatinat entre 1930 et 193994. Toutes confirment que depuis environ une dizaine d’années l’espace des historiens allemands du fait religieux contemporain est devenu très souvent un espace territorial, résultat du retour à la démarche empirique de l’historien après la séduction de l’approche théorique des sociologues et l’épuisement des approches sous l’angle purement organisationnel : ce que nous avons appelé la territorialisation du concept de milieu. Cet espace territorial ne fait cependant guère de place à la paroisse comme espace vécu par les fidèles. Par ailleurs, la notion d’espace sacré ne figure guère dans des travaux peu inspirés par les analyses issues de l’anthropologie ou de l’ethnologie ; il en aurait sans doute été autrement si on avait pris en compte les études des historiens modernistes.

  • 95 Voir AKKZG, « Katholiken zwischen Tradition und Moderne »...

29Au total, il nous semble que la lecture de deux historiographies nationales sous l’angle de l’espace, nécessairement partielle, révèle néanmoins des données qui en dépassent largement le cadre, aussi bien en ce qui concerne l’historiographie du catholicisme contemporain que les problématiques liées à l’espace. En effet, elle met d’abord en valeur l’ampleur des différences entre historiographies : différence d’évolution entre l’histoire religieuse « à la française », qui s’est définitivement imposée dans le champ historiographique à partir d’études ancrées dans un espace territorial, et émergence laborieuse de la religiose Geschichte, dont la légitimité est encore contestée par certains et qui n’a saisi que tout récemment l’importance des analyses à base territoriale ; différence de méthode entre une historiographie française qui dédaigne les modèles conceptuels jugés trop théoriques et une historiographie allemande qui les considère comme un préalable obligé à la recherche empirique, surtout lorsque celle-ci s’attaque à l’espace régional, suspect de favoriser l’éparpillement. Elle souligne ensuite l’imperméabilité l’une à l’autre des démarches historiennes française et allemande : ignorance du concept de milieu du côté français ; quasi ignorance de l’importance de Gabriel Le Bras et de l’école française de sociologie religieuse du côté allemand, ce qui conduit à une redécouverte quelque peu naïve des indicateurs statistiques comme outils de description du milieu catholique95. A l’issue d’une telle étude et pour le thème qui nous préoccupe plus particulièrement, on ne peut que plaider pour une intensification des échanges qui favoriserait : du côté français, l’élaboration de modèles plus fermes d’analyse qui permettrait de renouveler le genre de la monographie régionale ou diocésaine en facilitant la comparaison ; du côté allemand, une ouverture encore plus large aux courants issus de l’histoire sociale et de l’histoire culturelle pour voir davantage dans l’espace territorial un espace de vie des fidèles, et non pas seulement un champ d’affrontement entre « milieux » défendant des visions antagonistes du monde.

Notes

1 A. Dupront, « Anthropologie religieuse », dans Faire de l’histoire, 1, Nouvelles Approches, dir. J. Le Goff, P. Nora, Paris, Gallimard, 1974, p. 142-183 (citation p. 161).

2 L’histoire religieuse de la France 19-20 siècle. Problèmes et méthodes, dir. J.-M. Mayeur, Paris, Beauchesne, 1975, p. 24.

3 Dictionnaire des sciences historiques, s.v. Religion... Histoire religieuse, 1986, p. 575-583 (C. Langlois), (citation p. 581).

4 Dictionnaire des sciences historiques, s.v. Christianisme, 1986, p. 125-131 (A. Rousselle).

5 Pour repérer les travaux les plus récents, nous avons utilisé le Bulletin de l’Association Française d’Histoire Religieuse contemporaine, qui relève les principales publications et les soutenances de thèse concernant l’histoire religieuse en France, et les répertoires bibliographiques réalisés par le GDR 1095 du CNRS sur l’histoire du christianisme dirigé par Claude Langlois.

6 Voir P. Bourdelais, B. Lepetit, « Histoire et espace », dans Espaces, jeux et enjeux, éd. F. Auriac, R. Brunet, Paris, Fayard, 1986, p. 17-26 (citation p. 18).

7 M.-H. Frœschlé-Chopard, Espace et sacré en Provence (XVIe-XXe siècle). Cultes, Images, Confréries, Paris, Le Cerf, 1994.

8 Publiée sous le titre Les chemins du sacré. Paroisses, processions, pèlerinages en Lorraine du XVIe au XIXe siècle, Metz, Editions Serpenoise, 1995.

9 P.-Y. Saunier, « L’Eglise et l’espace de la grande ville au XIXe siècle. Lyon et ses paroisses », Revue Historique, 278, 1993, p. 321-348.

10 M.-H. Frœschlé-Chopard, Espace et sacré..., p. 9-12.

11 Notamment Du sacré. Croisades et pélerinages. Images et langage, Paris, Gallimard, 1987.

12 M.-H. Frœschlé-Chopard, Espace et sacré..., p. 11.

13 Ibid., p. 16.

14 Ibid., p. 156.

15 Ibid., p. 570.

16 P. Martin, Espaces et chemins du sacré..., p. 7.

17 Ibid., p. 8.

18 Ibid, p. 305-309.

19 P.-Y. Saunier, « L’Eglise et l’espace »..., p. 321.

20 Ibid., p. 322.

21 G. Le Bras, « Un programme : la géographie religieuse », Annales d’histoire sociale. Hommage à Marc Bloch, 1, 1945, p. 87-112, cité ibid., p. 321.

22 J. Beaujeu-Garnier, « Introduction », Cahiers du Centre de recherches et d’études sur Paris et l’Ile de France, 1985, no 110, et P. Claval, Espace et pouvoir, Paris, PUF, 1978, cités ibid., p. 323.

23 C. Nicolet, L’inventaire du monde, géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris, Fayard, 1988, cité ibid.

24 P.-Y. Saunier, « L’Eglise et l’espace »..., p. 323.

25 Ibid., p. 324, avec citation de M. Foucher, L’invention des frontières, Paris, 1986.

26 Publiée à Paris, Editions du Cerf, 1986.

27 P. Boutry, « Le Clocher », dans Les Lieux de Mémoire. Les France, dir. P. Nora, Paris, Gallimard, 19972 [1992], p. 3081-3107.

28 P. Boutry, Prêtres et paroisses..., p. 10.

29 Ibid., chapitre 1 « L’esprit de clocher » et 2 « Paroisse et modernité », p. 17-116.

30 Ibid., chapitre 3 « Les mutations du paysage paroissial : la reconstruction des églises », p. 117-151.

31 Ibid., chapitre 4, « Les mutations du paysage paroissial : l’éloignement des cimetières », p. 153-181.

32 Voir sa bibliographie, p. 670-671.

33 Ibid., p. 117.

34 Notamment La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la Seconde République, Paris, Plon, 1970 et son article « Imagerie civique et décor urbain dans la France du XIXe siècle », Ethnologie française, 5, 1975, p. 33-56.

35 Notamment sa thèse Une chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d’Arras (1840-1914), Lille, PUL, 1977.

36 Notamment son article « Les constructions d’églises sous le Second Empire : architecture et prix de revient », Revue d’Histoire de l’Eglise de France, 65, 1979, p. 267-278.

37 Voir J. Thibaut-Payen, Les Morts, l’Eglise et l’Etat dans le ressort du Parlement de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, F. Lanore, 1977.

38 P. Ariès, Essai sur l’histoire de la mort en Occident : du Moyen-Age à nos jours, Paris, Le Seuil, 1975, et L’homme devant la mort, Paris, Le Seuil, 1977 ; M. Vovelle, La mort et l’Occident : de 1300 à nos jours, Paris, Gallimard, 1983.

39 Les Lieux de Mémoire, La République, la Nation, les France, Paris, Gallimard, 1984-1992, 7 vol. (Bibliothèque des histoires).

40 P. Boutry, « Le clocher »..., p. 3083.

41 Ibid, p. 3085.

42 Ibid., p. 3087.

43 Ibid, p. 3100.

44 G. Le Bras, « Un programme »..., p. 89, cité dans ibid., p. 3084.

45 Sur l’évolution générale de l’historiographie religieuse en France, voir C. Langlois, « Religion »... ; id., « Trente ans d’histoire religieuse. Suggestions pour une future enquête », Archives de sciences sociales des religions, 63, 1987, p. 85-114 ; R. Rémond, « L’histoire religieuse de la France au XXe siècle », XXe siècle. Revue d’histoire, 1988, no 17, p. 93-106 ; G. Cholvy, La religion en France de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Hachette, 19982 ; M. Lagrée, « Histoire religieuse, histoire culturelle », dans Pour une histoire culturelle, dir. J.-P. Rioux et J.-F. Sirinelli, Paris, Le Seuil, 1997, p. 387-406.

46 Publiée sous ce titre à Lyon, Editions Peuple Libre, 1989.

47 Publiée sous ce titre à Rennes, PUR, 1997.

48 Publiée sous ce titre à Montmélian, Editions La Fontaine de Siloé, 1995.

49 Publiée sous le titre Paris à l’heure de Vatican-II aux éditions de l’Atelier. Dans ce cas, nous avons utilisé la version manuscrite de la thèse déposée à Paris-IV.

50 B. Delpal, Entre paroisse et commune..., p. 13.

51 Voir ibid., p. 15, pour la référence aux travaux de Boulard et p. I-XXX pour l’appareil cartographique.

52 V. Rogard, Les catholiques et la question sociale..., p. 14.

53 Ibid., p. 15.

54 Ibid., p. 16.

55 Ibid., p. 14.

56 C. Sorrel, Les catholiques savoyards..., p. 9.

57 Ibid, et V. Rogard, Les catholiques et la question sociale..., p. 15.

58 P. Bourdelais, B. Lepetit, « Histoire et espace »..., p. 18.

59 Ibid

60 L. Perrin, Les paroisses parisiennes..., p. 2.

61 Ibid., p. 295-307.

62 P. Boutry, « Le clocher »..., p. 3087-3091.

63 Voir O. Weiss, « Religiose Geschichte oder Kirchengeschichte ? Zu neuen Ansatzen in der deutschen Kirchengeschichtsschreibung und Katholizismusforschung – Ein Forschungsbericht », Rottenburger Jahrbuchfür Kirchengeschichte, 17, 1998, p. 289-312.

64 Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexicon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, dir. O. Brunner, W. Conze, R. Koselleck, Stuttgart, Klett, 1972-1992, 7 vol.

65 Voir O. Weiss, « Religiose Geschichte »...

66 Ibid., p. 290.

67 Blaue Reihe : Veröffentlichungen der Kommission fiir Zeitgeschichte, éditées actuellement par les éditions Ferdinand Schöningh à Paderborn. Pour repérer les travaux les plus récents, nous nous sommes servis de leur catalogue.

68 Pour une mise au point en français sur l'Alltagsgeschichte, voir T. Nadeau, « L’Alltagsgeschichte », Bulletin d’information de la Mission historique française en Allemagne, 1990, no 20, p. 43-52.

69 Voir O. Weiss, « Religiose Geschichte »..., p. 290 et 310-311.

70 M.R. Lepsius, « Parteiensystem und Sozialstruktur. Zum Problem der Demokratisierung der deutschen Gesellschaft », Wirtschaft, Geschichte und Wirtschafisgeschichte. Festschrift zum 65. Geburtstag von Friedrich Lüge, dir. W. Abel, Stuttgart, 1966, p. 371-399.

71 Lepsius définit en effet les milieux comme des unités sociales « formées par la coïncidence de plusieurs dimensions structurelles telles que la religion, la tradition régionale, la situation économique, l’orientation culturelle » (O. Weiss, « Religiose Geschichte »..., p. 300).

72 Pour un résumé de ces débats, voir Arbeitskreis für kirchliche Zeitgeschichte (AKKZG), Münster, « Katholiken zwischen Tradition und Moderne. Das katholische Milieu als Forschungsaufgabe », Westfälische Forschungen, 43, 1993, p. 588-654, et O. Blaschke, F.-M. Kuhlemann, « Religion in Geschichte und Gesellschaft. Sozialhistorische Perspektiven fiir die vergleichende Erforschung religiöser Mentalitaten und Milieus », Religion im Kaiserreich. MilieusMentalitäten-Krisen, éd. O. Blaschke, F.-M. Kuhlemann, Gütersloh, Kaiser : Gütersloher Verlags-Haus, 1996, p. 7-56.

73 Voir notamment son étude sur les catholiques suisses : Katholizismus und Moderne. Zur Soziai-und Mentalitätsgeschichte der Schweizer Katholiken im 19. und 20. Jahrhundert, Zurich, Benziger, 1989.

74 Voir les contributions au volume Religion im Kaiserreich... Pour une mise au point en français sur l’école de Bielefeld, voir C. Maurer, « Le groupe de Bielefeld. L’histoire sociale en Allemagne », Bulletin d’information de la Mission Historique Française en Allemagne, 1988, no 17, p. 23-29.

75 Voir AKKZG, « Katholiken zwischen Tradition und Moderne »...

76 O. Blaschke, F.-M. Kuhlemann, « Religion in Geschichte und Gesellschaft »..., p. 47.

77 Ibid., p. 47-48.

78 S. Weichlein, « Konfession und Region. Katholische Milieubildung am Beispiel Fuldas », Religion im Kaiserreich..., p. 193-232 ; T. Mergel, « Grenzgänger. Das katholische Bürgertum im Rheinland zwischen bürgerlichem und katholischem Milieu 1870-1914 », Religion im Kaiserreich..., p. 166-192. Pour ce dernier, voir également sa thèse Zwischen Klasse und Konfession. Katholisches Bürgertum im Rheinland 1794-1914, Gottingen, Vandenhœck et Ruprecht, 1994.

79 « Starker als bisher trat mit dem Interesse der Forschung an den vergangenen Lebenswelten der Katholiken zudem die Bedeutung lokaler und regionaler Unterschiede für die Geschichte des katholischen Milieus sowohl innerhalb einzelner Länder als auch im europäischen Vergleich in den Vordergrund » (AKKZG, « Katholiken zwischen Tradition und Moderne »..., p. 589).

80 Depuis le début des années 70, les concepts de modernité et de modernisation ont également joué un grand rôle dans l’historiographie allemande en général et dans l’historiographie du catholicisme en particulier ; voir O. Weiss, « Religiose Geschichte »..., p. 298-299 et pour la relation avec le concept de milieu AKKZG, « Katholiken zwischen Tradition und Moderne »..., p. 602-609 et 616-621.

81 AKKZG, « Katholiken zwischen Tradition und Moderne »..., p. 616-621.

82 Ibid., p. 609.

83 Basisindikatoren ; voir ibid., p. 621-631.

84 La « sortie de l’Eglise » (Kirchenaustritt) concerne les personnes qui ont décidé de se soustraire à l’impôt d’Eglise (Kirchensteuer).

85 Voir AKKZG, « Katholiken zwischen Tradition und Moderne »..., p. 630.

86 C. Kösters, Katholische Verbände und moderne Gesellschaft. Organisationsgeschichte und Vereinskultur im Bistum Münster 1918 bis 1945, Paderborn, Schöningh, 1995 (Veröffentlichungen der Kommission für Zeitgeschichte, Reihe B, 68).

87 Ibid., p. 23.

88 A. Liedhegener, Christentum und Urbanisierung. Katholiken und Protestanten in Münster und Bochum 1830-1933, Paderborn, 1997 (Verôffentlichungen der Kommission für Zeitgeschichte, Reihe B, 77).

89 Ibid., p. 27-29.

90 W. Damberg, Abschied vom Milieu ? Der Katholizismus im Bistum Munster und in den Niederlanden 1945-1980, Paderborn, 1997 (Veröffentlichungen der Kommission für Zeitgeschichte, Reihe B, 79).

91 C. Rauh-Kühne, Katholisches Milieu und Kleinstadtgesellschaft. Ettlingen 1918-1939, Sigmaringen, Thorbecke, 1991.

92 W. Halder, Katholische Vereine in Baden und Württemberg 1848-1914. Ein Beitrag zur Organisationsgeschichte des südwestdeutschen Katholizismus im Rahmen der Entstehung der modernen Industriegesellschaft, Paderborn, 1995 (Veröffentlichungen der Kommission für Zeitgeschichte, Reihe B, 64).

93 B. Höpfl, Katholische Laien im nationalsozialistischen Bayern : Verweigerung und Widerstand zwischen 1933 und 1945, Paderborn, 1997 (Verôffentlichungen der Kommission für Zeitgeschichte, Reihe B, 78).

94 T. Fandel, Konfession und Nationalsozialismus. Evangeliche und katholische Pfarrer in der Pfalz 1930-1939, Paderborn, 1997 (Veröffentlichungen der Kommission for Zeitgeschichte, Reihe B, 76).

95 Voir AKKZG, « Katholiken zwischen Tradition und Moderne »...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540