Version classiqueVersion mobile

Les espaces de l’historien

 | 
Jean-Claude Waquet
, 
Odile Goerg
, 
Rebecca Rogers

Première partie. Des territoires aux espaces du monde

« L’Europe des médiévistes » : une notion spatiale vue à partir des manuels de l’enseignement supérieur français

Jean-Michel Mehl

Texte intégral

  • 1 N. Davies, Europe. A history, Oxford, New-York, Oxford University Press, 1997, p. 45.

1Dans l’introduction de son ouvrage intitulé Europe. A history, Norman Davies souligne à quel point le problème de la définition de « l’histoire européenne » est de nature à décontenancer les historiens professionnels1. Le trouble est apparemment tel que nombreux sont ceux qui affirment ne pas être concernés par un tel débat. L’étude de la production historique, académique ou autre, vient certainement confirmer cette constatation faite à partir d’une enquête menée en 1986. Pourtant le recours au terme « Europe » est fréquent sous la plume de nombreux historiens. Simple coordonnée spatiale ? Simple commodité de langage ? De telles réponses m’apparaissent a priori comme trop réductrices.

  • 2 Ibid., p. 32.

2A l’évidence, tous les pays européens ont consacré beaucoup plus d’énergie à l’étude de leur propre histoire nationale qu’à l’étude de l’Europe considérée comme un tout2. En un mot, les parties ont été considérées comme plus signifiantes que le tout. Le tout ? Encore faut-il parvenir à définir ce tout. Dans l’enquête précitée un des historiens interrogés répond qu’il est possible de mettre tout ce que l’on souhaite sous le chapeau d’histoire européenne, la seule condition requise étant une localisation, ou un lien, même ténu, avec l’aire appelée Europe. Sans doute conscient de l’insuffisance de sa réponse, il avoue ensuite ne pas très bien savoir ce que signifie cette aire et demeurer en plein brouillard pour le reste.

  • 3 J.-B. Duroselle, L’idée d’Europe dans l’histoire, Paris, 1965, Denoël, p. 25.

3Si les historiens semblent s’accorder à considérer l’Europe comme un espace, les convergences sont plus rares à mettre en évidence quant à la nature de cet espace. Géographique ? Linguistique ? Politique ? Économique ? Religieux ? Culturel ? Chacun de ces qualificatifs est susceptible de définition équivoque, quant à ses limites, son organisation, son histoire, etc. Comme le remarque justement J.-B. Duroselle, « l’Europe étant une construction de l’esprit humain à partir d’une réalité géographique mal délimitée, il y a eu depuis que les hommes réfléchissent une immense variété d’Europe »3. Retenons simplement que, pour que deux éléments, quels qu’ils soient, puissent être dits comme faisant partie d’un même espace, il est nécessaire qu’existent entre ces éléments un ou plusieurs points communs.

  • 4 P. Valéry, Œuvres, éd. J. Hythier, Paris, Gallimard, 1957 (Bibliothèque de la Pléiade), p. 1004.

4Plusieurs difficultés surgissent immédiatement pour qui veut tenter d’approcher cet espace européen dans la pratique des historiens. La première, et non la moindre, réside dans les dimensions de cet espace. Même si l’Europe n’est en réalité « qu’un petit cap du continent asiatique », pour reprendre la formule de P. Valéry, cet espace, dernier étage avant le niveau mondial, n’en reste pas moins difficile à penser par l’historien4. Cette difficulté est d’autant plus grande si celui-ci se fixe comme propos de dépasser le simple empilement d’études nationales, voire locales.

  • 5 J.-B. Duroselle, L’idée... p. 17.
  • 6 G. de Reynold, La formation de l’Europe. 1, Qu’est-ce que l’Europe ?, Fribourg, Egloff 1941 ; D. d (...)
  • 7 N. Davies, Europe..., p. I.

5L’autre difficulté consiste à « transposer au passé une réalité bien vivante aujourd’hui car ce faisant on déforme le passé et le présent devient parfaitement incompréhensible »5. Une telle attitude qui peut être qualifiée d’« européiste » est largement influencée par les débats passés ou actuels sur la construction européenne. Elle consiste à poser l’existence d’une Europe quasi éternelle, à l’évolution linéaire, des origines du monde jusqu’à un futur proche, considérée comme un idéal à portée de mains. L’Europe serait à la fois un espace « fait » et un espace « à faire ». Une telle démarche, historique, fut par exemple celle d’essayistes, non dénués de talent, tels que G. de Reynold ou D. de Rougemont6. N’oublions pas « qu’au commencement il n’y avait pas d’Europe »7. Que des historiens puissent faire usage d’une notion spatiale « à faire », d’une notion spatiale « virtuelle » peut à la fois faire sourire quant à leur aisance à se mouvoir dans l’anachronisme et faire frémir quant à leur pouvoir de construction d’une réalité !

6J’ai choisi de mettre en évidence les usages de la notion d’Europe chez des médiévistes, français pour la plupart, à partir d’un type particulier de production historique, celui des manuels de l’enseignement supérieur. L’intelligence de ce problème rend nécessaire un parcours en trois étapes. Il y a lieu d’abord de définir la nature du corpus utilisé, d’en fixer les potentialités comme les limites. La seconde étape, plus brève, et sans la moindre prétention à l’originalité, consiste à s’interroger sur l’Europe médiévale, entendons sur le « mot » Europe et la « chose » Europe durant le Moyen Age. Enfin il faudra cerner l’usage, cohérent ou non, unique ou pluriel, que font les médiévistes de cette notion spatiale à travers les manuels.

7Un manuel est un ouvrage didactique qui expose les notions essentielles d’un art, d’une science, d’une technique, etc. Il représente une étape intermédiaire entre le savoir général sur une question et la connaissance savante, érudite et interprétative, c’est-à-dire en perpétuel devenir, de cette même question. Pour la connaissance du passé, il n’est évidemment pas un genre historique en tant que tel. En principe, le public auquel il s’adresse est constitué d'’apprentis. Mais d’un autre côté il intervient aussi en tant qu’auxiliaire pour des utilisateurs installés dans le métier qui, par définition, ne peuvent dominer le champ du savoir disciplinaire dans sa totalité. Enfin il peut également être destiné à ce qu’il est convenu d’appeler un « grand public cultivé ». Pareille destination peut avoir des conséquences nombreuses sur les aspects matériels de sa présentation et de sa confection (illustrations, cartographie, présence ou non d'’indices, références aux sources, références bibliographiques, typographie, mise page, présentation des titres, caractéristiques rédactionnelles, etc.). Autant de données qui obéissent autant aux lois du marché, aux impératifs commerciaux et aux politiques éditoriales qu’aux rigueurs scientifiques. L’oubli de telles réalités conduirait nécessairement à des erreurs de perspective quant au problème concerné par ces lignes.

8De manière arbitraire, j’ai retenu comme matériau de base les manuels d’histoire médiévale les plus souvent utilisés en tant que références de renvoi pour des étudiants débutant en histoire médiévale. Ces manuels couvrent une période allant de 1926 à 1998. Leur répartition sur cette période n’est pas égale, la production de manuels connaissant un certain nombre de « pics », liés sans doute à des facteurs aussi divers que la prise de conscience de la nécessité intellectuelle de combler certaines lacunes de publication (surtout par rapport à l’étranger) ou l’obligation de prendre en compte l’ouverture de l’accès à l’enseignement supérieur. Tel est certainement le cas de la décennie d’après 1968. La découverte de ce créneau a certainement conduit par moment à une véritable « inflation » de manuels. Il s’ensuit inévitablement de nombreux phénomènes de répétition d’un manuel à l’autre ou une recherche de l’originalité à tout prix, sans justification scientifique ni pédagogique.

9Ils constituent un ensemble d’une cinquantaine d’ouvrages dont certains sont limités à une tranche chronologique comprise dans les limites conventionnelles du Moyen Age, d’autres ayant l’ambition de balayer l’ensemble de la période du Ve au XVe siècle. Examinés en termes d’espace, ces manuels recouvrent par nature une aire géographique large, élément qui convient parfaitement pour l’étude de la notion d’Europe.

  • 8 Par exemple R. Fossier, Le Moyen Age, Paris, Armand Colin, 1982, 3 vol. pour le premier cas et pou (...)
  • 9 R. Fossier, Historiens-Géographes, 1999, no 365, p. 506. R. Fossier y voit « un but de promotion é (...)

10Certains des ces manuels sont intégrés à des collections dont le champ chronologique et géographique prétend, sinon englober l’ensemble des connaissances historiques, du moins dépasser très largement le seul Moyen Age. D’autres au contraire sont isolés, soit isolement complet soit seul volume de la collection consacré au Moyen Age8. Gardons aussi à l’esprit que les perspectives des diverses collections sont susceptibles de se modifier dans le temps. Tel est certainement le cas de Nouvelle Clio. L’Histoire et ses problèmes qui, abandonnant « les tranches chronologiques et les vastes espaces, consacre ses volumes à des thèmes »9.

  • 10 Tel est encore davantage le cas de Les fondamentaux, collection en cours de publication (Hachette) (...)

11Les auteurs de ces manuels, français dans leur quasi totalité, les ont rédigés à un moment de leur carrière où ils apparaissent tous comme des scientifiques confirmés et reconnus. Il n’empêche que les visées de ces manuels et les niveaux auxquels ils prétendent se situer ne sont pas les mêmes. Il est en effet difficile de mettre sur un même plan les volumes de la collection L’Evolution de l’Humanité, ouvrages de synthèse mais prétendant, avec raison, à l’originalité comme à une rigueur scientifique absolue (en fait plus ouvrages d’érudition que manuels) et les volumes de la Collection U, instruments de seconde main, très utiles pour les débutants, simplifiant énormément et ne visant qu’à une présentation des données essentielles, indispensables pour la poursuite du travail historique10.

  • 11 D. Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire. XVIe-XIXe siècle, Paris, Gallimard, 1 (...)

12Par nature ces manuels simplifient. Il est possible de reprendre à leur propos les remarques faites par D. Nordman pour les dictionnaires : « lieu de mémoire et d’enregistrement, (ils rassemblent) souvent avec retard des données éparses, anciennes et traditionnelles, mais toujours supposées conformes aux normes et aux usages en vigueur à une époque déterminée ». Ce sont des « ouvrages de compilation et de conservation qui reproduisent d’autres ouvrages de compilation et qui tendent à proposer une opinion universelle, anonyme, dépourvue d’originalité, donc une sorte de consensus »11. Bref les enseignements de ces manuels sont destinés à être admis immédiatement et non discutés. Ils sédimentent des savoirs qui, ayant une assez longue espérance de vie, constituent autant de sillons dont les successeurs auront du mal à s’écarter.

  • 12 M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1974, p. 124. : « L (...)

13Il y a lieu de se garder de considérer ces manuels comme le simple reflet des idées à la mode ou idées du temps, ensemble extérieur jamais défini et à l’existence supposée autonome. Compte tenu de l’écho qu’ils rencontrent auprès d’un public étudiant ou d’un « grand public », ce sont ces manuels qui participent à la confection des idées à la mode. Ils sont les idées du temps et peuvent donc être considérés comme des documents immédiats. Sans doute le jugement formulé à leur égard (et à celui de l’enseignement) par M. Bloch est-il trop brutal et ne prend-il en compte qu’une partie des éléments, mais il contient une large part de vérité et reste très certainement d’actualité12.

  • 13 Un aperçu détaillé est donné par J.-B. Duroselle, L’idée... et B. Voyenne, Histoire de l’idée euro (...)

14Qu’est-ce que l’Europe pour les hommes du Moyen Age ? Si une réponse simple à cette question pouvait être donnée, il est vraisemblable que les historiens, chercheurs et auteurs de manuels, se seraient sans difficulté coulés à l’intérieur de la définition tirée des documents de première main. Cependant, l’Europe s’offrant comme la résultante spatiale de nombreuses variables, le travail de définition se révèle complexe, ne serait-ce qu’en raison du très faible nombre d’occurrence du mot « Europe » dans les textes médiévaux. Sans qu’il soit utile de refaire ici l’histoire de ce mot, je retiens ici quelques enseignements, à peu près assurés, de cette histoire13.

  • 14 Cité par J. Le Goff, La civilisation..., p. 178.
  • 15 Cf.]. Le Goff, Préface de Ch. Dawson, Le Moyen Age et les origines de l'Europe, Paris, Arthaud, 19 (...)

15La notion d’Europe est un héritage antique et cette notion est de ce fait utilisée au Moyen Age durant les périodes où cette réappropriation de l’Antiquité est la plus marquée, c’est-à dire à l’époque de des « renaissances », la « renaissance carolingienne » (VIIIe-IXe siècle) et la « Renaissance » (à partir du XIVe siècle suivant les secteurs géographiques envisagés). Entre ces deux dates le terme n’est guère employé, si ce n’est à l’intérieur d’un cercle réduit de clercs et d’érudits. Une formule comme celle que l’on relève dans un Itinéraire de la IIIe Croisade (« Europe qui pourtant ne reconnaît pas tout entière le nom de Jésus-Christ... ») apparaît presque comme un hapax14. Cette quasi absence du mot justifie sans doute les médiévistes dans leur hésitations quant à l’emploi du mot Europe dans leurs écrits15. Elle n’en est que plus éclairante pour mon propos : l’Europe ne peut guère être autre chose qu’un espace construit intellectuellement, une notion opératoire.

16En tant qu’héritage antique l’Europe présente un triple aspect : mythologique, étymologique et géographique.

17Dans la mythologie l’Europe est une personne. Je retiens le fait plus que les tentatives d’identification. Est-elle une des trois mille Océanides, nymphes de la mer, filles de l’Océan et de Thétis comme l’affirme Hésiode au vers 357 de la Théogonie ? Est-elle cette Phénicienne que Zeus, ayant revêtu l’apparence d’un taureau, vint enlever et conduisit en Crète et en Lycie ? Peu importe l’interprétation du mythe. Il faut simplement garder à l’esprit que Europe est femme, liée à l’élément liquide et fruit d’Asie. Pour ce qui de personne va devenir espace, la chose n’est pas sans importance.

  • 16 B. Voyenne, Histoire..., p. 11.

18En dépit des incertitudes l’étymologie du mot se situe d’une forme issue du terme sémitique oreb ou ereb, terme qui signifie « couchant » ou « soir ». On semble plutôt le rapprocher aujourd’hui de l’épithète homérique de Zeus, Européen, adjectif qui veut dire « qui voit au loin »16. Quelle qu'elle soit, l’étymologie renvoie à un lointain, à un horizon.

  • 17 J.-B. Duroselle, L’idée..., p. 29. Cette idée figure aussi chez Aristote (Politique, VII, 6, 1327 (...)
  • 18 F. Hartog, « Hérodote » dans La Nouvelle Histoire, dir. J. Le Goff, R. Chartier et J. Revel, Paris (...)
  • 19 Hérodote, Histoires, IV, 45, éd. Ph. Legrand, Paris, Les Belles Lettres, 1945.
  • 20 Les limites de cet espace sont donc autant incertaines à l’ouest (les Iles Britanniques en font-el (...)

19Cet horizon est vite transformé en un espace délimité. Un poème, contemporain d’Hésiode applique le mot « Europe » à la Grèce continentale, l’opposant au Péloponnèse et aux îles de la mer Egée17. Au Ve siècle av. J.-C. Hérodote, celui qui, pour reprendre l’expression de F. Hartog, « dit l’espace, mais aussi le mesure et en fixe les limites », opte clairement pour la signification géographique18. Il avoue toutefois ne pas savoir comment s’est effectué le passage à un espace géographique19. Ce dernier, limité par la Méditerranée, les colonnes d’Hercule et le Tanaïs (le Don), est celui que lèguent les géographes antiques au monde médiéval20.

  • 21 J. Le Goff, La civilisation..., p. 596.
  • 22 B. Guenée, L’Occident aux XIVe et XVe siècles. Les Etats, Paris, P. U. F., 1993, p. 57-58.

20La fin de l’Empire romain, les grandes invasions et leurs conséquences ont pour effet de faire presque totalement disparaître le mot « Europe ». D’espace géographique le mot devient notion savante, pour ne pas dire pédante, incommode et abstraite. Le mot ne suscite pas de réflexes affectifs21. De fait « Europe » n’a plus d’emploi au début du Xe siècle et, au XIIIe siècle, n’est plus qu’un mot, sans autre valeur que géographique et d’un emploi très rare22. Toutefois, dans l’histoire du déclin de ce mot, il y a nécessité de souligner l’intermède carolingien.

  • 23 M.G.H., Auctores, XI, 362.
  • 24 J.H. Burns, Histoire de la pensée politique médiévale, Paris, P.U.F., 1993, p. 141. L’expression p (...)
  • 25 Par ex. Alcuin, puis plus tard Nithard. Cf. L. Halphen, Charlemagne et l’Empire carolingien, Paris (...)

21En 769 apparaît effectivement sous la plume d’un chroniqueur espagnol, parfois appelé Isidore le Jeune, le substantif Europenses23. Par là se trouvent désignés les vainqueurs de la bataille de Poitiers en 732. Le mot doit sans doute être compris avec un « sens géoreligieux » comme « l’Europe dont Charlemagne devait être appelé le père et la tête »24. De fait c’est dans l’entourage de lettrés de Charlemagne, cet entourage qui joue un rôle essentiel dans la restauration impériale de 800, que se retrouve plusieurs fois l’usage du mot « Europe »25. Il est employé alors comme synonyme d'Occidens, d’Imperium ou de Christianitas. Il y a alors correspondance spatiale entre ces différents termes. Cette correspondance ne va pas survivre aux effets cumulés du traité de Verdun (843), de la restauration ottonienne (962) ou du schisme de Michel Kéroularios (1054).

  • 26 B. Voyenne, Histoire..., p. 53-58.
  • 27 Ibid. p. 58-59. Pie II commence sa description de l’Europe en 1458 par la Hongrie, la Transylvanie (...)

22La reviviscence du mot « Europe » se produit au XIVe siècle grâce à la plume de Dante (De monarchia, 1308) ou aux projets de Pierre Dubois, avocat des causes ecclésiastiques au bailliage de Coutances, au service de Philippe le Bel, qui, dans sa recherche d’un système pour garantir la paix, en vient à concevoir l’idée d’une « union européenne »26. L’idée est relayée au XVe siècle par Pie II (Aeneas Silivio Piccolomini) qui désireux de refouler les Turcs se fonde, comme Pierre Dubois, sur une approche européenne du problème27. La tentative faite en 1464 par le roi de Bohème Georges Podiebrad avec son projet de Congregano concordiae va dans le même sens. L’Europe n’est plus un simple mot réservé à un cercle étroit d’érudit, mais de plus en plus elle devient une chose qui, s’il fallait la définir, pourrait être qualifiée de conscience politique commune. Remarquons donc que l’Europe se définit contre quelque chose, en l’occurrence le péril turc.

  • 28 Cf. B. Guenée, L’Occident..., p. 59.

23La Chrétienté, au cours des siècles, sans jamais arriver à le remplir, tend à se mouler dans le cadre géographique européen28. C’est chose faite en 1492, au moment précis où son horizon s’étend démesurément par la découverte du Nouveau Monde. Comme le précise B. Guenée, le mot « Europe » qui, contrairement à Christianitas, entre dans un hexamètre, va servir à qualifier la vieille communauté d’Occident, dont les limites vers l’Est manquent toujours de netteté.

24Puisque la notion d’Europe est à ce point évanescente entre le Ve et le XVe siècle, son utilisation par des médiévistes, auteurs de manuels, est révélatrice de modes de pensée, subtile combinaison de commodités d’expression, de choix méthodologiques, de références à des théories explicatives et de partis pris « idéologiques ».

25La délimitation du corpus précité comportant une part d’arbitraire, il n’a pas fait l’objet d’un traitement statistique. Même si son étude repose sur des éléments concrets, c’est une approche impressionniste qui a été privilégiée. Ainsi la grille de lecture repose sur l’usage du mot « Europe », sur les métaphores qui l’accompagnent, sur sa présence dans les indices, sur les limites géographiques de l’espace qu’il recouvre, sur la cartographie qui vient l’illustrer, sur les ruptures chronologiques qu’il fait ressortir et sur les jugements de valeur auxquels il donne lieu. L’attention est également portée sur la façon dont cet espace est, ou n’est pas, organisé.

  • 29 Exemples de réédition, avec simple mise à jour de la bibliographie : Collection Nouvelle Clio : P. (...)

26Les diverses collections qui composent le corpus ayant parfois changé d’orientation, comme dit plus ou haut, ou ayant parfois fait l’objet de rééditions partielles ou de refontes complètes, avec des auteurs différents, il faut renoncer à dégager des caractéristiques propres à la collection, du moins en ce qui concerne le problème abordé ici29.

  • 30 Le mot est presque totalement absent des deux volumes de la collection Clio (J. Calmette, Le Monde (...)
  • 31 Trois volumes dus à G. Fournier (1970), G. Devailly (1970) et B. Chevallier (1969) couvrent l’ense (...)
  • 32 Tel est le cas de G. Fournier, l'Occident (fin du Ve – fin du IXe s.), Paris, Armand Colin, 1970. (...)
  • 33 J. P. Cuvillier, Histoire de l’Europe occidentale au Moyen Age, Paris, Ellipses, 1998.
  • 34 Par ex. Histoire générale, dir. G. Glotz, 9, Ch. Diehl, L. Œconomos, R. Guilland et R. Grousset, L (...)

27Il y a incontestablement quelque gêne de la part des médiévistes à utiliser le mot « Europe ». Ce mot est à ce point absent de certains manuels que ce fait ne saurait résulter que d’un choix délibéré qui ne renvoie pas simplement à un problème de génération30. La question de la légitimité de l’emploi de ce mot, ou tout au moins d’un minimum de cohérence dans son emploi, n’a pas non plus beaucoup préoccupé les éditeurs des manuels de la Collection U31. On peut certes estimer que les auteurs ont considéré le problème trop ardu pour être discuté dans le cadre de simples manuels. De façon générale les auteurs ont très souvent préféré user du terme « Occident », très certainement beaucoup plus médiéval que « Europe ». Ce recours apparaît même dans des ouvrages qui couvrent une part d’espace africain32. Quant à l’expression « Europe occidentale » elle n’apparaît guère que dans le titre d’un manuel très récent33. Par contre l’expression « Europe centrale » ou « Europe orientale » est présente, comme si dans ce cas il n’y avait pas le moindre doute pour savoir ce que recouvre une telle dénomination34. On sait pourtant que c’est justement vers l’est que la délimitation de l’Europe occidentale est apparue et apparaît toujours comme la plus délicate.

28Au delà des titres qui sont loin de rendre compte de manière précise du contenu, il y a lieu de cerner les espaces réellement couverts par l’ensemble de ces manuels.

  • 35 D. Nordman, Frontières... p. 10.
  • 36 Par ex. L. Génicot, Le XIIIe siècle européen, Paris, P. U.F., 1968, p. 2 : l’auteur prétend traite (...)
  • 37 R. Lopez (La naissance... p. 11) avoue « s’être attardé sur les rivages ensoleillés du Midi, aux b (...)

29D. Nordman rappelle qu’il s’en faut que « l’espace soit par définition pourvu de limites »35. Cependant et sans doute par contamination due au poids des historiographies nationales, l’historien pense le plus souvent l’histoire de l’Europe en termes de limites précises. Par incapacité à fixer de telles limites et pour des raisons rhétoriques il se contente d’approximations, n’hésitant pas à fixer les bornes de l’espace concerné par des limites faisant autant appel à des repères géographiques simples mais sans grande signification historique qu’à des repères anachroniques ou faisant plus appel à l’imagination36. D’autres auteurs n’hésitent pas, parfois explicitement et... sincèrement, à souligner les fondements subjectifs de leurs choix spatiaux (attachement affectif à telle ou telle région, méconnaissance de tel ou tel secteur)37.

  • 38 Par ex. J. Heers, L'Occident aux XIVe et XVe s. Aspects économiques et sociaux, Paris, P. U. F., 1 (...)

30En l’absence fréquente de définition précise de l’espace balayé par les auteurs, il est nécessaire de se référer au contenu explicite de ces manuels. Je laisse de côté le cas de ceux qui privilégient, sinon surévaluent, des espaces qui correspondent par trop à leurs champs de recherches38. Une place hors de toute proportion est très souvent attribuée à l’Italie. Cependant, de façon générale, l’Europe médiévale des manuels correspond largement à une Europe nord-occidentale. Remarques et exemples se concentrent d’ailleurs sur un espace mythique, le célèbre « entre Loire et Rhin » qui, quel que soit le secteur historique abordé, n’a jamais renvoyé l’image d’une réalité précise.

  • 39 Par ex. L. Halphen, Les Barbares..., p. 286-329.

31Le plus souvent l’Europe des médiévistes néglige totalement l’espace scandinave, même pour les époques où ce dernier, conquis par le christianisme, présente au moins ce point commun avec le reste de l’Occident. Dans la mesure où le facteur religieux est souvent invoqué pour justifier l’unité européenne il y a là plus qu’une contradiction. L’espace nordique n’est vraiment pris en compte par les auteurs que dans la mesure où il déborde sur l’Europe occidentale, à l’occasion des « invasions vikings » par exemple39. A titre de contre-exemple il faut mentionner la péninsule ibérique qui ne fait guère l’objet de développements que pour les temps wisigothiques, qui disparaît des manuels avec la conquête musulmane, pour réapparaître au fur et à mesure de la Reconquista.

  • 40 Curieusement ces pays sont presque totalement ignorés par G. Demians d’Archimbaud, Histoire artist (...)
  • 41 Par ex. H. Martin, Mentalités..., p. 245-248.

32Pour résumer, les manuels de l’enseignement supérieur laissent voir une Europe qui correspond dans la plupart des cas à ce que fut l’Europe carolingienne, c’est-à-dire une Europe dont les limites se confondent avec celles de l’Empire et de la Chrétienté. Le cadre carolingien continue à servir de référence dans les chapitres consacrés aux périodes postérieures. Il faut y ajouter le Iles Britanniques qui, si elles ont droit de cité dans la quasi totalité des manuels, n’y occupent pas une place comparable à l’Italie. Les plats pays de l’Europe du nord-ouest sont pour leur part très peu concernés, sauf dans les manuels accordant la priorité aux données économiques40. L’Europe enfin est beaucoup plus souvent nommée lorsqu’elle se fait centrale ou orientale, ce recours terminologique intervenant beaucoup plus souvent pour de simples allusions que pour des descriptions suivies. Le cas est patent lorsque les manuels comportent des indices géographiques : les entrées « Europe » sont exceptionnelles alors que les entrées « Europe centrale » ou « Europe orientale » sont plus fréquentes41.

  • 42 R. S. Lopez, La Naissance... R. Fossier, Enfance de l'Europe. Aspects économiques et sociaux, Pari (...)
  • 43 R. Fossier, (Le Moyen Age) l’utilise toutefois mais c’est pour mieux faire ressortir le contraste (...)

33Les diverses métaphores utilisées par nos auteurs pour désigner l’Europe sont éclairantes. Nombreuses sont celles qui font référence aux âges de la vie et à l’idée de naissance, de formation, de création. Dans les titres il est parfois parlé de « naissance de l’Europe », d’« enfance de l’Europe », d’« éveil » ou « d’éclosion » des « premiers frémissements » de l’Europe42. En un mot tous les auteurs se retrouvent pour affirmer que l’espace européen est né au Moyen Âge, qu’il a « grandi » au Moyen Age, mais les avis divergent quant à la date de naissance et, pour cause, sur la période où cet espace peut être considéré comme ayant atteint son âge de maturité. Bien que la chose soit davantage une impression qu’une réalité statistique, le terme « Europe » est nettement moins utilisé à l’occasion de la présentation des deux derniers siècles du Moyen Age. Comme si le mot ne pouvait faire bon ménage avec des temps de crise43 !

  • 44 Par ex. L. Halphen, L’essor de l'Europe (XIe-XIII  s.), Paris, Félix Alcan, 1948, p. 1 : « L’Europ (...)
  • 45 R. Fossier, La société médiévale..., p. 439 : « L’Europe est en train de conquérir le monde, cela (...)

34A côté des métaphores, un certain nombre de jugements de valeur accompagnent parfois l’usage du mot « Europe ». La plupart d’entre eux visent à glorifier cet espace européen, pourtant si peu défini, et ne résultent guère d’une démarche intellectuelle ou d’une approche critique. Ils appartiennent davantage à l’ordre de l’affectif44. Il est cependant possible de rencontrer des jugements de valeur plus réfléchis et nuancés45.

  • 46 Tel est le cas de R. S. Lopez, La naissance... Ch. Dawson, Le Moyen Age... p. 15, considère que l’ (...)
  • 47 L’aspect politique est très clairement affirmé par L. Musset, Les invasions : le second assaut con (...)
  • 48 L. Génicot, Le XIIIe siècle..., p. 309 : cette carte est la seule carte de l’Europe de tout l’ouvr (...)

35Quelles sont les caractéristiques de cet espace européen qui font que les historiens le présentent comme tel ? Les notions essentielles qui se dégagent sont à la fois celles d’espace unifié, d’espace organisé et d’espace hiérarchisé. La première notion est la plus fréquente mais elle n’est que rarement définie46. La seconde a à la fois une acception politique et une acception religieuse47. Quant à la troisième, elle n’est qu’une conséquence de la seconde et peut parfois être saisie à partir des (trop rares) cartes présentées dans ces manuels48. Pour tous les auteurs, ce qui fonde a priori l’existence de cet espace est, quels que soient les domaines envisagés, la notion d’équilibre.

  • 49 Ch. Brooke, L’Europe au milieu du Moyen Age, Paris, Longmans 1967, p. 40 sq. La même attention por (...)
  • 50 L. Halphen (Les Barbares..., p. 2) accorde cependant plus d’importance aux avancées turques : « Le (...)
  • 51 H. Pirenne, Mahomet et Charlemagne, Paris, Félix Alcan, 1937. En un temps où les thèses de l’histo (...)

36La dynamique de cet espace européen constitue un dernier élément. Si je laisse de côté quelques rares représentations de l’Europe comme un espace figé, il y a une convergence importante des auteurs : l’espace européen, quelles qu’en soient les limites, est un espace mouvant. Il se modifie au gré de facteurs internes ou externes. Les « traditionalistes » (de L. Halphen à P. Chaunu) affirment la prépondérance des facteurs internes, mais les plus nombreux insistent sur les facteurs externes. De là l’importance particulière attachée par les auteurs à tout ce qui se passe sur les marges de l’espace européen. Ainsi Ch. Brooke, dans un chapitre intitulé « Le cadre européen », s’attache exclusivement à parler de l’Islam, de l’Espagne musulmane, de Byzance, du monde des Vikings, de la Russie et l’Europe orientale et centrale49. De fait ce sont presque toujours les invasions musulmanes des VIIe et VIIIe siècles qui sont considérées comme décisives dans le basculement vers le nord de l’espace civilisé. Ce sont d’elles que naît l’Europe50. J’ai dit plus haut à quel point l’Europe retenue par les manuels se coule, à quelques retouches près, dans les limites de l’Empire carolingien. Avec application et constance les manuels perpétuent donc les thèses contenues dans le livre posthume d’Henri Pirenne, Mahomet et Charlemagne51.

  • 52 M. Margue (et alii), Un itinéraire européen. Jean l’Aveugle, comte de Luxembourg et roi de Bohème, (...)
  • 53 P. Riché, Les Carolingiens. Une famille qui fit l’Europe, Paris, Hachette, 1983.
  • 54 Cf. A. Rowley, « Qu’est-ce qu’un Européen ? », dans L’Histoire, 1998, no 225, p. 17.

37Les manuels de l’enseignement supérieur donnent donc beaucoup à lire sur la façon dont les historiens usent d’une notion spatiale, en l’occurrence l’Europe. Puisque les sources médiévales n’autorisent que de très loin la perception de cet espace telle qu'elle était vécue alors, l’Europe présentée dans ces manuels est une construction des historiens. Cet espace reste d’abord géographique, mais sans limites précises. Il est reçu comme vivant, organisé et hiérarchisé. Sa définition est toujours oblitérée par nombre d’anachronismes et de partis pris. Quant au fait que ces manuels reproduisent peu ou prou les théories pirenniennes (facilité ou re-arpentage personnel du parcours de l’historien belge ?), il prouve les marques profondes laissées par un des débats historiographiques les plus féconds du XXe siècle en matière d’histoire médiévale. Dans des travaux historiques d’un autre genre que celui des manuels persistent largement de telles visions. Ainsi un ouvrage consacré à Jean l’Aveugle, comte de Luxembourg et roi de Bohème, est-il intitulé Un itinéraire européen52. A mi-chemin entre le manuel destiné à des étudiants et l’ouvrage érudit, la synthèse consacrée aux Carolingiens par P. Riche porte comme sous-titre Une famille qui fit l’Europe53. N’y voyons pas une simple concession à la mode du temps, mais davantage le signe de l’influence des manuels sur la construction des concepts utilisés par les historiens. Parce qu'elle sert de « médiation entre la nation et le monde », l’Europe est pour eux une notion spatiale difficile à éviter, pour les médiévistes comme pour les autres54.

Notes

1 N. Davies, Europe. A history, Oxford, New-York, Oxford University Press, 1997, p. 45.

2 Ibid., p. 32.

3 J.-B. Duroselle, L’idée d’Europe dans l’histoire, Paris, 1965, Denoël, p. 25.

4 P. Valéry, Œuvres, éd. J. Hythier, Paris, Gallimard, 1957 (Bibliothèque de la Pléiade), p. 1004.

5 J.-B. Duroselle, L’idée... p. 17.

6 G. de Reynold, La formation de l’Europe. 1, Qu’est-ce que l’Europe ?, Fribourg, Egloff 1941 ; D. de Rougemont, Vingt-Huit Siècles d’Europe. La conscience européenne à travers les textes, d’Hésiode à nos jours, Paris, Payot, 1961. Le fait qu’il s’agisse de deux auteurs de nationalité helvétique ajoute du piquant à leur position quand on se réfère à ce que fut pendant longtemps l’attitude de la Confédération à l’égard de la construction européenne !

7 N. Davies, Europe..., p. I.

8 Par exemple R. Fossier, Le Moyen Age, Paris, Armand Colin, 1982, 3 vol. pour le premier cas et pour le second R.S. Lopez, Naissance de l’Europe, Paris, Armand Colin, 1962 (le cas est à relativiser dans la mesure où la collection Destins du monde comporte un volume sur l’histoire de l’Islam et un sur l’histoire des peuples slaves, ces deux volumes faisant bien sûr une place au Moyen Age) ou E. Perroy, J. Auboyer, C. Cahen, G. Duby et M. Mollat, Le Moyen Age, Paris, R U. E, 1955 ou encore J. Le Goff, La civilisation de l’Occident médiéval Paris, Arthaud 1964.

9 R. Fossier, Historiens-Géographes, 1999, no 365, p. 506. R. Fossier y voit « un but de promotion éditoriale sauvage » !

10 Tel est encore davantage le cas de Les fondamentaux, collection en cours de publication (Hachette) dont les volumes parus à ce jour n’ont pas été pris en compte ici.

11 D. Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire. XVIe-XIXe siècle, Paris, Gallimard, 1998 (Bibliothèque des histoires), p. 25-26.

12 M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1974, p. 124. : « Le manuel et l’enseignement, qui sont d’admirables instruments de sclérose... ».

13 Un aperçu détaillé est donné par J.-B. Duroselle, L’idée... et B. Voyenne, Histoire de l’idée européenne, Paris, Payot, 1964. La majorité des auteurs qui étudient cette question laisse totalement de côté les âges antiques et médiévaux, préférant souvent se consacrer à la seule période contemporaine. Ils commencent en général dans l’entre-deux guerres, souvent avec Aristide Briand : cf. par ex. A. Albonetti, Préhistoire des Etats-Unis de l’Europe, Paris, Sirey, 1963.

14 Cité par J. Le Goff, La civilisation..., p. 178.

15 Cf.]. Le Goff, Préface de Ch. Dawson, Le Moyen Age et les origines de l'Europe, Paris, Arthaud, 1960, p. 7 : « N’était-ce pas une gageure que d’appeler Europe un monde qui précisément au Moyen Age a cessé de se donner ce nom ».

16 B. Voyenne, Histoire..., p. 11.

17 J.-B. Duroselle, L’idée..., p. 29. Cette idée figure aussi chez Aristote (Politique, VII, 6, 1327 b) qui oppose les Grecs aux Asiatiques et aux Européens.

18 F. Hartog, « Hérodote » dans La Nouvelle Histoire, dir. J. Le Goff, R. Chartier et J. Revel, Paris, C. E. P. L. 1978, p. 209.

19 Hérodote, Histoires, IV, 45, éd. Ph. Legrand, Paris, Les Belles Lettres, 1945.

20 Les limites de cet espace sont donc autant incertaines à l’ouest (les Iles Britanniques en font-elles partie ?) qu’au nord (pas de trace de la Scandinavie). Quant aux limites vers l’est, elles sont largement reculées au-delà de ce qui est plus ou moins reconnu par les siècles postérieurs. La limite vers l’est n’est véritablement repoussée qu’en 1730 (c’est un officier suédois au service de la Russie, un certain Strahlenberg, qui serait le premier à avoir conçu une Europe « de l’Atlantique à l’Oural ») : cf. N. Davies, Europe..., p. 8. Certaines de ces incertitudes, grevées d’autres considérations, restent d’actualité !

21 J. Le Goff, La civilisation..., p. 596.

22 B. Guenée, L’Occident aux XIVe et XVe siècles. Les Etats, Paris, P. U. F., 1993, p. 57-58.

23 M.G.H., Auctores, XI, 362.

24 J.H. Burns, Histoire de la pensée politique médiévale, Paris, P.U.F., 1993, p. 141. L’expression provient d’un poème épique, sans doute rédigé par Angilbert et daté de 799 (M.G.H., Pœtae latini aevi carolini, éd. E. Dümmler, 1, Hanovre 1880, vers 92-93).

25 Par ex. Alcuin, puis plus tard Nithard. Cf. L. Halphen, Charlemagne et l’Empire carolingien, Paris, Albin Michel, 1947, p. 115 et R. Folz, Le couronnement impérial de Charlemagne, Paris, Gallimard, 1989, p. 163 - 180. Les Annales de Fulda emploient la formule Europa vel regnum Caroli.

26 B. Voyenne, Histoire..., p. 53-58.

27 Ibid. p. 58-59. Pie II commence sa description de l’Europe en 1458 par la Hongrie, la Transylvanie et la Thrace.

28 Cf. B. Guenée, L’Occident..., p. 59.

29 Exemples de réédition, avec simple mise à jour de la bibliographie : Collection Nouvelle Clio : P. Contamine, La guerre au Moyen Age, 3e éd., Paris, P.U.F., 1992 ou Collection U : R. Fossier, La société médiévale, Paris, Armand Colin, 1991 (réédition de Histoire sociale de l’Occident médiéval Paris, Armand Colin, 1970). – Exemple de refonte complète : Collection Peuples et civilisations : R. Folz, A. Guillou, L. Musset, D. Sourdel, De l’Antiquité au monde médiéval Paris, P. U. F.,1972 (l’ouvrage vient remplacer L. Halphen, Les Barbares. Des grandes invasions aux conquêtes turques du XIe siècle, Paris, Félix Alcan, 1926).

30 Le mot est presque totalement absent des deux volumes de la collection Clio (J. Calmette, Le Monde féodal Paris, P.U.F.,1932 et L'élaboration du monde moderne, Paris, P. U. F., 1934), mais il n’apparaît guère non plus dans certains volumes de Nouvelle Clio (par ex. J.-P. Poly et E. Bournazel, La mutation féodale (Χe-ΧΙIe siècles), Paris, P. U.F. 1986).

31 Trois volumes dus à G. Fournier (1970), G. Devailly (1970) et B. Chevallier (1969) couvrent l’ensemble de la période médiévale avec comme titre l’Occident..., alors que les trois volumes de documents correspondants, publiés sous la direction de Ch. de la Roncière et R. Delort (1969, 1969 et 1971) sont parus sous le titre L’Europe au Moyen Age !

32 Tel est le cas de G. Fournier, l'Occident (fin du Ve – fin du IXe s.), Paris, Armand Colin, 1970. Les pages 36-45 sont exclusivement consacrées à l’étude du royaume vandale et des royaumes berbères.

33 J. P. Cuvillier, Histoire de l’Europe occidentale au Moyen Age, Paris, Ellipses, 1998.

34 Par ex. Histoire générale, dir. G. Glotz, 9, Ch. Diehl, L. Œconomos, R. Guilland et R. Grousset, L’Europe orientale de 1081 à 1453, Paris, P. U. F., 1945.

35 D. Nordman, Frontières... p. 10.

36 Par ex. L. Génicot, Le XIIIe siècle européen, Paris, P. U.F., 1968, p. 2 : l’auteur prétend traiter d’un espace qui va des « Grampians jusqu aux Beskides, depuis la meseta d’Alphonse le Savant jusqu’aux fjords de Christine Lavransdatter » ! Difficile de faire plus flou ! Pas plus les Grampians (massif montagneux entre la dépression du Glen More et la Mer du Nord) que les Beskides (chaîne du nord-ouest des Carpates, entre la Slovaquie et la Pologne) ne sont des limites signifiantes au Moyen Age. Il en va de même pour la meseta d’Alphonse. Quant aux fjords de Christine Lavransdatter, ils font référence au roman, certes « moyenâgeux », de Sigrid Unset, mais dire « Norvège » aurait été plus précis !

37 R. Lopez (La naissance... p. 11) avoue « s’être attardé sur les rivages ensoleillés du Midi, aux bords essentiels de la Méditerranée » (sic). Cf. aussi Ch. de la Roncière, R. Delort, M. Rouche, L’Europe au Moyen Age, 1, Paris, Armand Colin, 1969, p. 10 (« ...la tendresse qui attache certains d’entre nous à des témoins particuliers »).

38 Par ex. J. Heers, L'Occident aux XIVe et XVe s. Aspects économiques et sociaux, Paris, P. U. F., 1963. Le manuel qui, il est vrai, n’emploie guère le terme « Europe » est plus que majoritairement centré sur l’Italie. H. Martin (Mentalités médiévales, Paris, P.U.F., 1996) prend en compte la Scandinavie, mais néglige largement le monde germanique.

39 Par ex. L. Halphen, Les Barbares..., p. 286-329.

40 Curieusement ces pays sont presque totalement ignorés par G. Demians d’Archimbaud, Histoire artistique de l’Occident médiéval Paris, Armand Colin, 1968. Dans un chapitre intitulé Le décor gothique, une double page est consacrée à l’Allemagne et aux pays du nord (p. 245-248 : toutes les remarques concernent à une exception près des exemples allemands, seules les statues - colonnes renvoyant à des exemples des plats pays).

41 Par ex. H. Martin, Mentalités..., p. 245-248.

42 R. S. Lopez, La Naissance... R. Fossier, Enfance de l'Europe. Aspects économiques et sociaux, Paris, P.U.F., 1982 (p. 75 : « environ cinquante ans avant l’an Mil l’Europe est née »). R. Fossier, Le Moyen Age, Paris, Armand Colin, 1982.

43 R. Fossier, (Le Moyen Age) l’utilise toutefois mais c’est pour mieux faire ressortir le contraste par rapport à son avant - dernier chapitre (« Le second souffle de l’Europe »).

44 Par ex. L. Halphen, L’essor de l'Europe (XIe-XIII  s.), Paris, Félix Alcan, 1948, p. 1 : « L’Europe se dresse alerte, vigoureuse, prête, non seulement pour la lutte, mais aussi pour les plus hautes créations de l’art et de la pensée ». Il ne s’agit pas d’un simple phénomène de génération. Cf. par ex. P. Chaunu, L’expansion européenne du XIIIe au XVe s., Paris, P.U.F., 1969 : « ...Quand (les Europes) commencent à naître au sein de la glorieuse chrétienté latine ».

45 R. Fossier, La société médiévale..., p. 439 : « L’Europe est en train de conquérir le monde, cela est vrai, mais elle a manqué son entrée, comme elle est en train de manquer sa sortie ».

46 Tel est le cas de R. S. Lopez, La naissance... Ch. Dawson, Le Moyen Age... p. 15, considère que l’Europe « a été fondée dans la crainte, la faiblesse et la souffrance ». L’auteur, il est vrai, ne prend en compte que le seul Haut Moyen Age. Plus loin (p. 18) il adopte une définition tautologique : « Les vrais fondements de notre culture sont... l’unité européenne ».

47 L’aspect politique est très clairement affirmé par L. Musset, Les invasions : le second assaut contre l’Europe chrétienne (VIIe-XIe s.), Paris, P. U. F., 1971, p. 287. C’est parce que l’espace européen est organisé en Etats qu’il existe. Dans son ouvrage précédent (Les invasions : les vagues germaniques, Paris, P. U. E, 1965) le même auteur n’emploie pratiquement pas le mot « Europe ».

48 L. Génicot, Le XIIIe siècle..., p. 309 : cette carte est la seule carte de l’Europe de tout l’ouvrage dont le titre est pourtant Le XIIIe siècle européen : elle montre les centres de gravité de l’Europe (Villes de plus de 100 000 habitants, villes universitaires, lieux de fondation de nouveaux ordres religieux). De façon générale le petit nombre de cartes présenté par ces manuels étonne. S’y ajoute la reproduction à l’identique de cartes publiées dans différents manuels, mais chez le même éditeur (Armand Colin par exemple).

49 Ch. Brooke, L’Europe au milieu du Moyen Age, Paris, Longmans 1967, p. 40 sq. La même attention portée aux marges est par exemple très nette dans R. Fossier, Le Moyen Age, 1, Paris, Armand Colin, 1982. Six chapitres sur onze y sont consacrés.

50 L. Halphen (Les Barbares..., p. 2) accorde cependant plus d’importance aux avancées turques : « Les conquêtes turques du XIe s. vont dresser l’Europe, enfin consciente de son individualité... ».

51 H. Pirenne, Mahomet et Charlemagne, Paris, Félix Alcan, 1937. En un temps où les thèses de l’historien belge, après avoir été vigoureusement combattues, sont, grâce à l’apport de l’archéologie, revisitées et réévaluées (ce qui montrent leur fécondité), ce n’est pas là la moindre revanche de cet auteur (cf. R. Hodges et D. Whitehouse, Mahomet, Charlemagne et les origines de l’Europe, Paris, Lethielleux, 1996). On sait que c’est à l’occasion de cours faits aux prisonniers des camps de Holzminden d’abord, puis de Creuzburg an der Werra que Henri Pirenne, sans doute un des premiers, se mit à penser « l’histoire de l’Europe ». Cela se traduisit par l'Histoire de l’Europe des invasions au XVIe s.

52 M. Margue (et alii), Un itinéraire européen. Jean l’Aveugle, comte de Luxembourg et roi de Bohème, 1296-1346, Luxembourg, Crédit Communal, C.L.U.D.E.M., 1996.

53 P. Riché, Les Carolingiens. Une famille qui fit l’Europe, Paris, Hachette, 1983.

54 Cf. A. Rowley, « Qu’est-ce qu’un Européen ? », dans L’Histoire, 1998, no 225, p. 17.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search