Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les espaces de l’historien

 | 
Jean-Claude Waquet
, 
Odile Goerg
, 
Rebecca Rogers

Première partie. Des territoires aux espaces du monde

L’espace dans les travaux des historiens de « l’Ecole de Dakar1 » : entre héritage colonial et construction nationale

Ibrahima Thioub

Texte intégral

  • 1 J’emprunte cette expression à B. Barry pour nommer l’ensemble des chercheurs africains en sciences (...)
  • 2 L’histoire coloniale a souvent été l’œuvre d’amateurs, administrateurs coloniaux curieux du passé (...)
  • 3 C. Coquery-Vidrovitch, « Réflexions comparées sur l’historiographie africaniste de langue français (...)

1C’est au milieu des années 1950 que l’histoire académique africaine s’est frayé son chemin, prenant son autonomie face aux autres disciplines – ethnologie, ethnographie, histoire coloniale2, anthropologie – qui ont nourri les savoirs coloniaux sur l’Afrique. Cette filiation a légué à l’histoire d’Afrique une orientation, des concepts et des outils méthodologiques dont il est difficile de l’émanciper3 : approche événementielle et non problématique des processus historiques, découpages du temps selon une logique européocentrique, lecture de l’espace soumise aux lignes de partage établies par l’ordre colonial. Si le travail critique sur les temps de cet héritage s’est effectué avec quelques succès, ce qui est somme toute normal pour notre discipline, les interrogations sur les découpages de l’espace ont été beaucoup plus rares et la prise de conscience de son caractère construit quelque peu tardive.

2Les premiers historiens africains formés à la veille des indépendances par des africanistes européens ont par ailleurs subi l’influence des différentes variantes des idéologies des indépendances. Celles-ci ont eu un impact décisif sur l’écriture de l’histoire du continent par les Africains. Ces contraintes spécifiques aux historiens africains, s’ajoutant à celles qu’ils partagent avec les africanistes d’Europe et d’Amérique, informent les questions, les problématiques, voire les outils méthodologiques et conceptuels dont ils font usage.

  • 4 Depuis le début des années 1980, le Sénégal est confronté à une crise majeure qui affecte les myth (...)

3Les différentes générations d’historiens de « l’Ecole de Dakar » ont, chacune selon ses objets, son orientation et ses problématiques, privilégié une approche spécifique de l’espace délimité, défini et étudié de façon explicite ou implicite. La partie de l’historiographie de l’Ecole de Dakar explorée dans ce texte a participé à la production d’une histoire « nationale sénégalaise » reconstituée à partir de celle de « terroirs socio-politiques » issus de la dynamique atlantique et dont la restructuration dans un nouvel espace a permis de produire le territoire colonial du Sénégal. Dans l’imaginaire des théoriciens de la construction nationale — les élites au sommet de l’Etat en sont les principaux animateurs — la nation sénégalaise emprunte les éléments de son élaboration à un double héritage : les traditions des « terroirs politico-culturels » de l’espace situé au nord de la Gambie et centré sur l’Atlantique et l’héritage colonial4.

  • 5 Th. Diallo, Les institutions politiques du Fuuta Djallon, Dakar, I.F.A.N., 1972 ; O. Kane, Le Fuut (...)
  • 6 M. Gueye, La traite des noirs au Sénégal de la fin du XVIIe au milieu du XIXe siècle, Dakar, Facul (...)
  • 7 M. Mbodj, Un exemple d’économie coloniale, le Sine-Saloum (Sénégal), de 1887 à 1940 : culture arac (...)

4Les études les plus représentatives de cette historiographie de l’Ecole de Dakar consistent en une analyse exhaustive des mécanismes d’exercice du pouvoir et de ses déterminants socio-économiques dans le cadre des espaces politiques issus de l’essor du commerce atlantique. En privilégiant l’histoire de l’Etat dans les sociétés dites hiérarchisées et en occultant celle des formations sociales dites lignagères, les historiens de l’Ecole de Dakar ont focalisé leur attention sur les mécanismes sociaux de reproduction du pouvoir politique5, l’impact de la traite atlantique6, les transformations induites par la domination coloniale7.

5La question à laquelle cette étude tente d’apporter une réponse est la suivante : jusqu’à quel point les historiens de l’Ecole de Dakar ont-ils subi les influences des courants panafricanistes, les références idéologiques de la construction nationale et les origines coloniales de leur discipline dans leur approche des questions liées à l’espace ?

6Pour répondre à cette question, ma réflexion s’appuie sur un corpus de travaux universitaires représentatifs de l’historiographie de l’Ecole de Dakar, l’objectif étant de pister les manières dont l’espace y est conçu et perçu. Il s’agit de cerner globalement les statuts et les modes discursifs d’appréhension des différents constituants des espaces sur lesquels ont travaillé les historiens de Dakar.

De la Méditerranée à l’Atlantique : espaces et histoire « nationale »

  • 8 Léopold Sédar Senghor est le premier Président du Sénégal indépendant. Il est, avec Aimé Césaire e (...)

7En 1954, Cheikh Anta Diop soumet à la Sorbonne une thèse d’Egyptologie, publiée deux ans après sous le titre Nations nègres et cultures, où il pose les premiers jalons de sa théorie particulièrement controversée à l’époque, établissant une parenté génétique entre la civilisation pharaonique de la vallée du Nil et celles des sociétés de l’Afrique au sud du Sahara. Pour l’égyptologue sénégalais, l’Egypte des pyramides est au reste de l’Afrique au sud du Sahara ce que la Grèce et Rome ont été pour les civilisations et cultures européennes. Par ailleurs, ces civilisations méditerranéennes, principalement celles de la Grèce et de Rome, ont exercé une véritable fascination sur Léopold Sédar Senghor8 dans l’élaboration de sa théorie d’une civilisation de l’universel. Il est indubitable que les thèses défendues par ces deux auteurs ont grandement participé à l’élaboration des « idéologies des indépendances » et à la construction des identités de l’intelligentsia sénégalaise. Dès lors, on pourrait s’attendre à voir l’espace méditerranéen occuper une place centrale dans les travaux des universitaires au Sénégal.

8La génération des années 1950-1960, portée par l’essor du mouvement nationaliste, a adopté une perspective panafricaniste recherchant sur les bords de la vallée du Nil les bases d’un « continuum historique » à la civilisation africaine jusqu’alors niée par l’idéologie coloniale. Cette connexion à la Méditerranée, sous la forme conçue par Léopold Sédar Senghor ou par Cheikh Anta Diop, s’est inscrite dans un espace englobant la totalité du continent ou au moins sa partie au sud du Sahara. Les théories élaborées au cours de cette période ont envisagé le passé et le devenir des sociétés africaines dans une large perspective continentale capable de répondre efficacement au défi posé par l’idéologie coloniale déniant aux peuples africains, pris comme entité globale, une quelconque contribution à l’histoire de l’humanité. La production historique de l’Ecole de Dakar au cours des années 1950-1960 a trouvé dans l’Egypte des Pharaons un ancrage fécond à partir duquel elle a élaboré une vision monocentrique des processus historiques à l’œuvre dans la partie sud-saharienne du continent. Cette approche offrait l’heureuse possibilité de produire une histoire similaire à celle de l’Europe et donc opposable à l’idéologie coloniale.

9Toutefois, un constat s’impose : la Méditerranée est restée en marge de la production historiographique de l’Ecole de Dakar, plutôt orientée dans une perspective en rapport avec la dynamique atlantique enclenchée depuis le XVe siècle. Une première ébauche d’explication de ce paradoxe est à chercher dans le traitement d’une des questions centrales auxquelles cette historiographie a été très tôt confrontée : la genèse et l’évolution des processus historiques producteurs du mal développement ayant durablement affecté l’existence des peuples du continent depuis leur articulation à l’économie-monde capitaliste. Aussi opposées que fussent leurs approches des problèmes du continent, une relative convergence se dessine dans les réponses que Cheikh Anta Diop et Léopold Sédar Senghor apportent à la question du rôle joué par cette articulation des sociétés africaines à la dynamique atlantique, entre les XVe et XXe siècles. Pour l’égyptologue, cette séquence historique constitue une parenthèse négligeable comparée à la prégnante influence des sources du Nil et pour le poète de la Négritude, le contact fécondant avec l’Europe et son avatar colonial sont à inscrire au registre d’un « mal nécessaire ».

  • 9 A. Bathily, Les portes de l’or..., p. 9.
  • 10 A. Ly, La Compagnie du Sénégal, Paris, Présence africaine, 1958.

10Autres temps autres questions, les historiens de Dakar des années 1970-1980, mettant en exergue le caractère contradictoire des processus historiques, ont rompu avec « la légende dorée » d’une histoire d’Afrique réduite à la geste des grands hommes9. Largement inspirée par la perspective ouverte par Abdoulaye Ly, premier docteur d’Etat sénégalais en histoire10, cette génération a concentré ses efforts sur la période des XVe-XXe siècles avec une focalisation très marquée sur les espaces progressivement incorporés dans la dynamique atlantique au détriment de la perspective qui, à travers le Sahel et le Sahara, conduit à la Méditerranée.

11L’orientation historiographique centrée sur l’Atlantique s’opère au moment où les processus conduisant à l’indépendance avaient déjà divorcé avec la perspective panafricaniste pour s’engouffrer dans des voies politiques érigeant les anciens territoires coloniaux en sites de constructions d’Etats-nations indépendants. La production d’une histoire nationale vint à l’ordre du jour dans l’ensemble des Etats issus de la décolonisation, suite à l’échec des projets visant l’unité politique du continent. Moins d’une décennie après les indépendances, les régimes politiques qui, sans solution de continuité, s’étaient substitués au pouvoir colonial, ont presque tous conduit à des impasses dont il a fallu rechercher la genèse historique. L’historiographie des années 1970-1980 eut alors à répondre à un double défi : demeurer dans les paradigmes du projet de construction de l’Etat-nation et chercher dans la longue durée les racines historiques de la marginalisation économique et politique du continent. Sous ce rapport, la perspective articulée aux espaces sahélien et saharien, encore moins méditerranéen, se révéla inefficace pour rendre compte de la situation réelle de sous-développement du continent.

12Les historiens de l’Ecole de Dakar, au cours des années 1970-1980, ont ouvert un champ d’interrogation d’un vaste espace mettant en relation, via l’Atlantique, l’Afrique, l’Europe et l’Amérique. L’axe paradigmatique de la réflexion historique de cette époque tourna autour de la problématique des réponses apportées par les différents segments des sociétés africaines aux défis de ces siècles de traumatismes, allant de la traite atlantique des esclaves à la domination coloniale. La quasi-totalité des études réalisées se présente sous la forme de monographies historiques de terroirs érigés en Etat, à la faveur du développement de la traite des esclaves, au détriment des grands ensembles politiques de la période antérieure. Ces études ont produit une analyse approfondie des conséquences socio-économiques et politiques de la participation des sociétés sénégambiennes au commerce atlantique.

13Toutefois, cette orientation, qui divorce radicalement d’avec les théories élaborées par Léopold Sédar Senghor et Cheikh Anta Diop, est relativement aisée à comprendre. La puissance de l’influence de la traite des esclaves centrée sur l’Atlantique dans les transformations radicales que subissent les sociétés africaines, l’importance de la période coloniale dans le façonnage de leurs destins et le lien étroit entre cette période et celle des post-colonies issues des indépendances acquises dans les années 1960 constituent autant d’éléments d’explication de cette orientation historiographique.

  • 11 A ma connaissance, l’ouvrage, déjà ancien, de Joseph Ki-Zerbo, Histoire générale de l’Afrique noir (...)
  • 12 Cf. B. Barry, La Sénégambie...

14Le traitement réservé à l’espace intercontinental connecté à l’Atlantique, dans une perspective africaine, a coïncidé dans l’Afrique des trois premières décennies des indépendances, avec l’affirmation vigoureuse des histoires « nationales ». Il en a résulté une conséquence historiographique aujourd’hui encore largement à l’ordre du jour et ceci à l’échelle du continent : la rareté des synthèses historiographiques réalisées par les historiens africains et couvrant l’ensemble du continent11. Pour ce qui concerne le Sénégal, aucun des spécialistes de la période des XVe-XXe siècles n’a conduit d’études couvrant l’ensemble de l’espace ouest africain, et encore moins celui de l’ensemble du continent ; l’espace le plus large couvert par l’« Ecole de Dakar » reste la Sénégambie12. Ainsi, l’enfermement dans une perspective nationale a largement prévalu dans la production des historiens de Dakar. L’examen du rôle de la colonisation dans la configuration de l’espace sénégalais voire dans sa définition permet de mesurer le poids de la domination étrangère dans la construction d’une « histoire nationale ».

15Excluant les problématiques panafricanistes de leurs prédécesseurs, les historiens de Dakar des années 1970-1980 ont exploré le passé des constructions politiques ayant fait les frais de la conquête coloniale à la fin du XIXe siècle, sur les ruines desquelles s’est construit un territoire colonial qui a servi de socle à la construction de l’Etat-nation sénégalais.

16Cette rapide analyse des espaces privilégiés par l’historiographie de l’Ecole de Dakar, en particulier le regard porté sur les modalités de la connexion à l’Atlantique et la place jusqu’ici fort restreinte qu’y occupe l’espace méridional et oriental du pays, sont suffisamment révélateurs du poids de la colonisation dans l’élaboration de cette production historique, y compris pour les périodes dites précoloniales.

Du terroir lamanal13 au territoire colonial

  • 13 Le lamanat est une organisation socio-politique basée sur la cœxistence de communautés humaines au (...)
  • 14 R. Fall, Le royaume du Bawol...
  • 15 O. Kane, LeFuuta-Toro...
  • 16 A. Bathily, Les portes de l’or...
  • 17 M. Thiam, La chefferie traditionnelle wolof face à la colonisation : les exemples du Djolof et du (...)
  • 18 M. Diouf, Le Kajoor...
  • 19 G. A. Diouf, Les royaumes du Sine et du Saloum des origines au XIXe siècle. Mise en place de peupl (...)
  • 20 B. Barry, Le royaume du Waalo. Le Sénégal avant la conquête, Paris, Karthala, 19852

17La séquence temporelle du XVe au XXe siècle est la plus étudiée par l’Ecole historique de Dakar. La nationalisation de l’historiographie et la forte influence exercée par l’idéologie de la « construction nationale » sur l’intelligentsia sénégalaise ne sont pas étrangères à la concentration des efforts sur cette période. Les constructions politiques dites précoloniales situées entre les bassins des fleuves Gambie et Sénégal : le Bawol14, le Fuuta Toro15, le Gajaaga16, le Jolof17, le Kaajor18, le Siin et le Saalum19, le Waalo20, ont fait l’objet d’un travail historiographique intense depuis le début des années 1970. Pour la période dominée par la dynamique saharienne de l’économie, la description de l’espace s’articule autour des relations entre les zones écologiques qui, du Nord au Sud, structurent les échanges économiques. Les notions de complémentarité zonale et la géographie du monde marchand sont les thèmes privilégiés dans l’étude de l’espace.

18A partir du développement de la traite atlantique des esclaves, s’accélèrent les processus d’intégration des sociétés sénégambiennes dans l’économie-monde capitaliste, processus qui culminent avec la conquête et la mise en place d’un pouvoir politico-administratif colonial. L’histoire de cette intégration a été fouillée dans le détail par les historiens de Dakar, avec des résultats remarquables, par la plupart des monographies consacrées à l’histoire dite précoloniale du Sénégal.

19Ces recherches monographiques opèrent une première division de l’espace entre zone maritime et fluviale, domaine des Européens (pouvoir politico-administratif, commerce), et hinterland sous le contrôle des Africains. Le travail sur l’espace maritime a consisté à rendre compte de la constitution des différentes zones d’influence qu’au cours des siècles, les différentes puissances européennes se taillent en Sénégambie. Les conflits et rivalités opposant ces puissances, leur politique commerciale et diplomatique sont relativement bien documentés. Cependant, le gros de l’effort de réflexion a porté sur la connaissance des sociétés africaines, l’étude de leur évolution en relation avec leur implication dans le commerce transatlantique. Le paradigme central qui structure les travaux des historiens portant sur l’hinterland demeure, pour la partie septentrionale de la Sénégambie, la dislocation de l’empire du Jolof et la constitution de ses anciennes provinces en autant de souverainetés politiques et pour la partie méridionale, l’évolution des sociétés soumises à la souveraineté plus ou moins forte des empires du Gaabu et du Fuuta Jallon. La recherche historique a réussi à restituer les différentes architectures sociales de ces espaces, les divers modèles de contrôle politique qui y ont été élaborés et les mutations survenues dans le domaine économique.

20Il importe également de noter l’intérêt porté par les historiens de Dakar à l’étude des relations entre ces deux espaces, en particulier aux points de contact entre Africains et Européens : les comptoirs fortifiés et autres lieux de commerce, les routes et les pistes, les ports, les lieux de stockage des esclaves sont décrits ; les transformations du paysage et de la distribution des pouvoirs sont relativement bien étudiés. Selon une logique similaire, les vallées des fleuves ont acquis un statut privilégié dans la perception de l’espace.

21On peut avancer l’hypothèse que cette perception de l’espace est induite par le traitement des sources qui ont servi à la construction de l’historiographie de l’Ecole de Dakar. Le découpage de l’espace transmis par les récits de voyages a souvent été repris sans autre forme d’analyse. Le fait est qu’il épouse en grande partie les paradigmes de l’historiographie centrés sur la construction étatique et la distribution des ethnies dans l’espace.

22Dans la même veine, l’importance accordée aux données ethnolinguistiques dans la définition de l’espace reste remarquable. Ainsi, le vocable de pays, affecté à l’espace occupé en majorité par tel ou tel groupe ethnolinguistique, reprend à son compte les dénominations véhiculées par les récits de voyage des Européens, eux-mêmes largement tributaires de la terminologie léguée par l’Ancien régime français. Une telle réappropriation tend à brouiller les pistes du fait de son incapacité à exprimer la complexité des réalités humaines des espaces baptisés pays wolof, sereer, manding, etc. Aucun des espaces ainsi dénommés n’est exclusivement occupé par son groupe ethnolinguistique éponyme. Elle affecte un faible cœfficient à l’accélération de la mobilité des populations de la région, consécutive aux mutations qui ont accompagné la dynamique atlantique. Entre le XVe et le XIXe siècle, la carte ethnique de la Sénégambie a été largement et plus d’une fois remaniée.

  • 21 . Les traditions transmises par Yoro Diaw irriguent toutes les monographies sur les Etats dits préc (...)
  • 22 S. A. Soh, Chroniques du Fouta sénégalais, trad. M. Delafosse, H. Gaden, Paris, Leroux, 1913.

23A partir des traditions restituées par Yoro Diaw et Amadou Wade, principaux informateurs autochtones sur « les sociétés wolof »21, Siré Abbâs Soh22 et Cheikh Moussa Kamara sur le Fuuta-Toro et les sources écrites européennes, s’est construite une histoire par le haut, qui est centrée sur le politique et qui, par ailleurs, a bien du mal à s’émanciper de la vision européocentrique diffusée par les récits de voyage et des traditions transmises par les élites des sociétés étudiées. Les rapports entretenus par la production historiographique avec les sources qui ont servi à son élaboration se reflètent tout naturellement dans les manières de concevoir l’espace étudié. Les travaux historiographiques portant sur cette séquence historique, demeurés peu attentifs aux modes de construction des espaces décrits par les récits de voyage ou restitués par les traditions orales, se sont plutôt préoccupés de la délimitation et de la localisation des entités objet de leurs études.

  • 23 M. Diouf, Le Kajoor..., p. 33.

24Ainsi, la plupart des études historiques consacrées aux Etats du Nord de la Sénégambie datent la constitution des territoires étudiés de la dislocation de l’empire du Jolof. Elles soulèvent rarement la question de la relation entre les espaces territoriaux des provinces au sein de l’empire et celui des Etats issus de sa dislocation. Au moins pour le Kajoor, il est établi que la province impériale qui a conquis son indépendance du Jolof se limite à la partie centrale du territoire qui dans son extension maximale devient l’Etat des Darnel23.

  • 24 Pour une critique radicale de cette conception voir M. Fall, « L’Etat post-atlantique entre terroi (...)

25Les monographies des terroirs étatisés attestent un intérêt limité pour la signification du tracé des frontières élaboré par la cartographie européenne de l’époque étudiée, repris sans autre forme de critique et correspondant, pour ce qui est du Nord de la Sénégambie, aux territoires supposés issus de l’éclatement du Jolof entre le XVe et le XVIe siècle24. Ce désintérêt renvoie à l’attention soutenue réservée aux constructions étatiques comme mode exclusif d’expression de la politique, dans des sociétés où l’autorité des souverains s’exerce plus sur des communautés que sur des espaces territoriaux rigoureusement définis. L’étude de l’histoire de telles sociétés s’accommode facilement d’une discussion des modes de construction des délimitations spatiales.

  • 25 O. Kane, « Les unités territoriales du Futa Toro », Bulletin de l’Institut français d’Afrique noir (...)
  • 26 B. Barry, La Sénégambie..., p. 38.

26Les études portant sur la basse et la moyenne vallée du Sénégal, tout en présentant une certaine spécificité, s’inscrivent dans la même logique. L’histoire de cette région est faite d’une longue lutte pour le contrôle de la terre soumise à de nombreux remembrements et redistributions au cours de l’histoire25. Deux notions locales faisant référence à la géographie agraire sont fréquemment utilisées par les historiens dans l’analyse de l’espace foncier de la moyenne vallée du Sénégal. Le waalo – à ne pas confondre avec le royaume du même nom – est la partie inondable de la vallée, espace convoité pour les cultures de décrue. Son contrôle, stratégique dans l’exercice du pouvoir dans le Fouta Toro, fut l’enjeu principal des luttes politiques de cette région. Le jeeri, la partie non inondable de la vallée, domaine de la culture séculaire du petit mil et de l’élevage, est resté très peu disputé. Ces données historiques, résultat de « la configuration géographique de son territoire s’étirant en longueur sur plus de 400 km et dont la largeur dépasse à peine les 20 km de part et d’autre du fleuve Sénégal »26, ont rendu les historiens de cette zone attentifs à la question de l’espace et de sa gestion.

  • 27 O. Kane, « Les unités territoriales »..., p. 614-631.
  • 28 A. Bathily, Les portes de l’or..., p. 41.

27On comprend alors l’intérêt accordé aux découpages de la moyenne vallée en unités territoriales présentés avec une minutie qui rompt avec les traditions d’imprécision dans les délimitations des espaces et au tracé de la frontière séparant le Fouta Toro et le Waalo27. Dans la haute vallée, la disponibilité des terres cultivables, fournies par son environnement ripuaire, n’est pas au centre des enjeux ; c’est sa position stratégique entre le Soudan, le Sahel et l’Atlantique qui a fait son importance historique28.

  • 29 Parmi les travaux les plus représentatifs de cette historiographie, citons : M. Gueye, Les transfo (...)

28Par leur nombre, les études sur les Etats précoloniaux détruits par la colonisation ont atteint un seuil critique permettant de présenter une analyse globale du traitement auquel elles ont soumis l’espace dans l’analyse des constructions politiques de la période du XVe siècle à la conquête coloniale29. Elles présentent une grande similitude dans leur structuration, leur problématique et les sources utilisées.

29Elles débutent par une délimitation et une localisation de l’espace objet de la monographie historique. Les modifications subies par cet espace sont approximativement indiquées en l’absence de la précision que pourraient éventuellement apporter les sources archéologiques. Les notions de géographie permettent d’appréhender le cadre physique et humain de l’entité politique étudié : populations, régions et structures ethniques. Une fois ce cadre structurel posé, la seconde étape de la réflexion porte généralement sur l’architecture sociale du groupe ethnolinguistique majoritaire. Les notions liées à l’évolution historique, mythes fondateurs tels que restitués par la tradition orale, permettent de rendre compte des rapports de vassalité au Jolof, entité politique présentée avec les attributs d’un empire dont le souverain reçoit un tribut des provinces relevant de sa souveraineté. La perspective historique, en partie tributaire des sources européennes, reprend ensuite ses droits à partir de la dislocation de l’empire du Jolof, première manifestation notable de la « victoire de la caravelle sur la caravane ». Cette ouverture sur l’économie de l’atlantique est décrite comme une perte progressive de l’initiative historique due aux conséquences démographiques, économiques, politiques et culturelles de la traite des esclaves largement documentées par l’ensemble des études.

30Les études consacrées au lamanat s’inscrivent souvent dans une approche plutôt structurale évacuant les aspects conflictuels de ce système social, suivant dans cette perspective les mémoires cristallisées des élites politiques de ces sociétés. Avec le développement de la traite des esclaves, les transformations radicales affectant le rapport des hommes à l’espace ont, jusqu’ici, très peu retenu l’attention des historiens, en particulier les mutations intervenues sur les sites d’habitat adaptés aux nécessités de la défense, les modèles d’occupation de l’espace basés sur des logiques politiques, lignagères, ethniques ou religieuses.

31Les analyses sur l’espace à l’époque de la traite établissent une distinction entre les sièges du pouvoir central, lieu d’exercice de l’activité politique stricto sensu, et les régions périphériques attachées aux fonctions militaires des marches frontalières. Dans cette perspective privilégiant les logiques de l’Etat centralisé, les terroirs des sociétés dites lignagères sont étudiés comme espaces de prédation dont on ignore souvent les logiques socio-politiques internes plus souvent laissées à la curiosité des ethnologues. L’étude de la séquence coloniale n’a pas radicalement modifié cette approche même si les recompositions politiques et sociales de ce qu’on pourrait nommer « un territoire ceddo » consécutives à la défaite des régimes ceddo face à l’intrusion coloniale sont remarquablement bien restituées par les historiens de l’Ecole de Dakar mais rarement en terme de changements inscrits et lisibles dans l’espace.

  • 30 Cf. M. Diouf, Le Kajoor..., p. 167-169.

32La définition et l’analyse de la constitution et de l’évolution d’un « espace colonial », identifié à celui consacré à la culture de l’arachide par opposition à l’espace traditionnel consacré aux cultures vivrières, ouvrent une perspective féconde de compréhension des modalités de mise en place de l’ordre colonial, battant en brèche la conception faisant de l’intrusion coloniale un face à face conflictuel entre Africains et Européens. Sous ce rapport, les concepts de résistance et de collaboration sont d’une efficace opérationnalité pour saisir les réactions africaines à la domination coloniale. En définitive, la construction de l’espace colonial est une opération de mise en place d’un pouvoir hégémonique qui accepte de négocier, parfois par la cooptation des élites, mais plus souvent par la violence des armes, l’imposition de ses logiques aux autres forces politiques et sociales en présence30.

33Cette approche novatrice ouvre une perspective efficace dans l’analyse des transformations inscrites dans l’espace par l’intrusion coloniale. Toutefois, la définition qu’elle donne de « l’espace traditionnel » voile dans une large mesure les modifications de cet espace par l’institution des régimes ceddo qui, avant la mainmise coloniale, ont vigoureusement participé à la subversion de l’espace lamanal.

  • 31 B. Diop, « Traite négrière, désertions rurales et occupation du sol dans l’arrière-pays de Corée » (...)

34La dichotomie entre espace lamanal et espace ceddo a été récemment mise en exergue par une série d’études interrogeant les modifications de l’espace comme source d’information sur les transformations socio-culturelles introduites par la traite31. L’hypothèse d’une lecture possible de la traite atlantique des esclaves par une analyse de son inscription dans l’espace renouvelle considérablement l’approche de cette question centrale dans la compréhension des processus qui ont conduit à la perte de l’initiative historique par les sociétés sénégambiennes, entre le XVe et le XVIIIe siècle. Dans cette perspective, l’espace fonctionne à la fois comme un révélateur, un support des mutations démographiques, économiques, sociales, politiques et même idéologiques voire symboliques opérées par la traite des esclaves.

  • 32 B. Diop, « Les villages désertés de l’espace sénégambien. Contribution à l’histoire de l’habitat e (...)

35L’archéologie, principal outil méthodologique de cette lecture, a déjà permis de mesurer l’ampleur et l’évolution des désertions rurales en rapport avec l’insécurité et la violence induites par la traite atlantique des esclaves32. La cartographie de cet instrument d’analyse démographique, le village déserté, entre dans le domaine du possible et permet de localiser les évolutions dans l’occupation différenciée de l’espace par les victimes et les bénéficiaires de la traite. La topographie et l’emplacement géographique des sites révèlent une évolution vers les préoccupations de plus en plus défensives des populations. L’analyse des données archéologiques permet de montrer comment le contrôle et l’organisation de l’espace ont été plus pertinents dans les systèmes de défense des agglomérations que la construction de fortifications. La distribution de l’habitat montre également que le triomphe des aristocraties ceddo a provoqué une redéfinition des espaces politiques, mais aussi symboliques.

  • 33 B. Diop, « L’impact de la traite négrière »...

36Cette approche, particulièrement attentive au rapport à la végétation, au relief, à la topographie, aux données pédologiques, phytologiques, dendrologiques et archéologiques, permet d’établir une claire distinction entre espace lamanal et espace ceddo. La prise en compte de tous ces facteurs dans l’étude des mutations intervenues à l’échelle du village montre comment la distribution du pouvoir s’est inscrite dans l’espace avec l’introduction d’une ségrégation sociale « territorialisée », au sein des sociétés dites hiérarchisées : l’ouest devient le point cardinal de l’autorité face à l’est, celui des groupes serviles. L’étude de l’évolution des paysages est facilitée par la possibilité de repérer et de dater les migrations et par la mise en évidence du rôle des phénomènes naturels et de celui des facteurs anthropiques dans la dégradation de l’environnement et les processus de désertification sur la longue durée33.

37Cette utilisation de l’archéologie dans la séquence historique postérieure au XVe siècle a ses limites liées aux difficultés de repérage des vestiges et plus encore de leur interprétation. Les hésitations fréquentes dans les conclusions, le recours aux sources classiques après les ébauches fondées sur l’archéologie qui est plus de surface que de fond, montrent l’urgence et la nécessité d’entreprendre un travail approfondi pour dépasser les balbutiements dont les auteurs ont bien pris conscience. Toutefois, il reste indéniable que cette approche par l’espace est porteuse d’un renouvellement des connaissances sur la période de la traite des esclaves mais surtout elle rend possible, mieux que les autres sources, une comparaison avec les périodes antérieures pour dessiner les évolutions, en s’appuyant sur des sources dures.

38Ces approches, bien que fondées sur des sources fort différentes, n’en restent pas moins enfermées dans les logiques des sociétés dites hiérarchisées à Etat centralisé. Il est frappant de constater, et il importe de s’y arrêter, que les historiens des années 1970-1980 ont développé une tendance forte à exclure de leurs travaux la Basse Casamance. Cette omission a une histoire à mettre en relation avec la définition et la gestion coloniale de l’espace qui ont exercé une influence considérable sur une bonne partie de l’historiographie de l’Ecole de Dakar soumise aux paradigmes de l’idéologie de la construction nationale.

  • 34 Pendant longtemps, la thèse de Louis-Vincent Thomas a fait autorité dans la connaissance des popul (...)
  • 35 P. Mark, A Cultural, Economic, and Religious History of the Basse Casamance since 1500, Stuttgart, (...)
  • 36 Cf. O. Faye, « L’instrumentalisation de l’histoire et de l’ethnicité dans le discours séparatiste (...)
  • 37 O. Faye, « L’instrumentalisation »...

39Dans les faits, c’est tout récemment que la Basse Casamance est entrée dans les préoccupations des historiens de Dakar. La connaissance de cette région a été plutôt laissée à la curiosité des ethnologues et anthropologues34 et ses historiens sont exclusivement des africanistes européens ou américains35. Le développement de l’irrédentisme régional qui y sévit depuis le début des années 1980 n’est pas étranger à cette nouvelle préoccupation des historiens de Dakar36. Il est intéressant de noter que la constitution de l’espace comme objet d’étude et sa vision en tant qu’entité historiquement constituée prennent une place considérable dans les travaux récemment consacrés à la Basse Casamance par les historiens. L’explication de cette approche réside dans le fait que la rébellion qui s’y développe pose le problème en des termes obligeant l’historiographie à se préoccuper de la géographie régionale et à discuter les légitimités qui fondent l’identité géopolitique des espaces revendiqués ; le mouvement irrédentiste s’étant lui-même engagé dans la production d’un discours historique opposable à celui de l’Etat sénégalais37.

La Sénégambie : une déconstruction inachevée de la territorialité coloniale

  • 38 B. Barry, La Sénégambie..., p. 25.
  • 39 Jean Boulègue donne une définition plus restrictive de la Sénégambie : « La région comprise entre (...)

40Le vocable de Sénégambie est ancien et les études consacrées à la totalité ou à une partie de cette région sont suffisamment nombreuses pour permettre des synthèses instructives. B. Barry, auteur de la plus récente synthèse consacrée à la Sénégambie, donne la définition suivante de cet espace : « Sur le plan géographique, la vallée du Fleuve Sénégal au Nord et le cours de la Kolonté au Sud, constituent les limites naturelles de la Sénégambie, circonscrite vers l’intérieur par les contreforts orientaux du Massif du Fuuta Jalon. Il s’agit donc de toute la façade atlantique correspondant au secteur du littoral africain franchement tourné vers l’Ouest »38. Les options implicites véhiculées par cette définition remettent en cause les logiques sous-jacentes à la recomposition de l’espace élaborée par les colonisations : aussi bien les divisions inter-impériales — française, anglaise, lusophone — qu’intra-impériales avec la constitution de territoires coloniaux relevant d’une même souveraineté. B. Barry procède à une autre lecture de l’espace dans le but affirmé de remettre en cause les racines de l’enfermement des Etats qui, aujourd’hui, se partagent le territoire de la Sénégambie. Dans sa perspective, les frontières coloniales ont voilé les complémentarités socio-économiques, voire naturelles qui au cours des siècles de vie commune ont été consolidées par de solides liens historiques et culturels. Cette conception large de la Sénégambie ne fait plus l’objet de discussion ; les historiens la reprennent, les uns à la suite des autres, sans souvent en discuter le modèle de construction, tant il s’est avéré d’usage fort commode39.

41Dans sa définition de l’espace sénégambien, B. Barry fait référence à des vocables appartenant à la géographie physique pour délimiter et localiser l’objet de son étude. Si les données géographiques produisent une pluralité de paysages, les trajectoires historiques des sociétés ont donné naissance à une unité du peuplement et de la civilisation suffisamment forte pour donner une cohérence historique à l’ensemble de la région. Cet « espace géopolitique forgé par plusieurs siècles de vie commune » résulte d’un long et complexe processus historique que l’auteur inscrit dans les flux migratoires d’origine diverse auxquels « le cul de sac sénégambien » a servi de terminus occidental. Ce processus historique de constitution d’un espace dénommé Sénégambie se serait stabilisé sous le rapport du peuplement et des constructions politiques autour du XVe siècle, au moment du contact avec l’Europe.

  • 40 B. Barry, La Sénégambie..., p. 27.

42La Sénégambie ainsi conçue se définit alors comme « une zone tropicale » coincée entre « le Sahel et la Forêt guinéenne » ayant subi les influences du Sahara avec la pénétration de l’Islam et du commerce de longue distance, du Soudan occidental avec le monde manding, de l’Europe avec le commerce atlantique40. A partir d’une analyse de ces différents éléments d’influence, l’auteur élabore une division de l’espace en deux grandes entités : septentrionale et méridionale, avec comme point de soudure la vallée de la Gambie.

43Le plus intéressant dans le travail de B. Barry est à chercher dans la critique du modèle de gestion de l’espace économique et politique de cet espace élaboré par les puissances coloniales. Les souverainetés française, britannique, portugaise respectivement établies sur le fleuve Sénégal, la Gambie et les Rivières du Sud ont inhibé le rôle unitaire séculaire de ces voies d’eau. Pour dépasser la fragmentation de l’espace consécutive à la constitution des territoires coloniaux devenus avec les indépendances des Etats-nations et la désarticulation des complémentarités économiques des zones écologiques de la région, B. Barry se donne le projet de montrer en quoi une restructuration de cet espace régional est nécessaire à une reprise de l’initiative historique par les peuples qui l’habitent. Sa lecture de l’espace trouve sa cohérence dans la perspective de la déconstruction de l’espace colonial et le dépassement de l’impasse à laquelle la construction des Etats-nations a conduit la Sénégambie dont il souhaite la reconstruction. Sous ce rapport, nous sommes au seuil d’une histoire militante très attentive à la gestion politique de l’espace historiquement constitué. Partant de là, on comprend mieux pourquoi la notion de fronts, impliquant des influences réciproques, plus que celle de frontières, au sens de limites précises de territoires, irrigue le travail de l’historien de la Sénégambie.

44La découverte de cet espace englobant les Etats issus de la traite atlantique a permis d’envisager d’autres espaces enjambant les frontières étatiques : religieux, marchand, etc. Je me limite dans ce texte à la discussion du traitement réservé à l’espace islamique dans l’historiographie de l’Ecole de Dakar.

  • 41 M. Fall, « Marchés locaux et groupes marchands dans la longue durée ; des marchés du Cayor aux mar (...)

45Dans les travaux consacrés aux Etats préoloniaux de la Sénégambie, de façon explicite ou implicite, la recherche historique s’est longuement focalisée sur l’émergence et la consolidation d’un espace islamique qui s’opèrent au cours de la traite des esclaves. L’intérêt marqué pour cette période est à mettre en relation d’une part avec les mutations qui affectent le rôle politique des forces sociales qui se réclament de l’Islam dans les Etats précoloniaux de la Sénégambie septentrionale et d’autre part, avec le couplage établi entre les trajectoires maraboutiques et l’émergence d’un espace marchand transculturel auquel cette religion a donné une grande cohérence41.

  • 42 Carson, I. A. Ritchie, « Deux textes sur le Sénégal, 1763-1767 », Bulletin de l’Institut français (...)

46L’Islam est introduit dans les Etats de la vallée au plus tard au Xe siècle, sa présence dans les cours des Etats wolof est attestée par les sources portugaises du XVe siècle. Les agents arabes et berbères du commerce transsaharien ont joué un rôle central dans la diffusion de cette religion. A la fin du XVIIe siècle, une puissante révolution islamique issue du pays maure défait les souverains des Etats du Waalo, du Kajoor, du Jolof et du Fuuta Toro et instaure des régimes fondés sur la loi islamique42. Le mouvement maraboutique, réagissant aux crises consécutives à l’essor du commerce négrier, acquiert alors une forte assise politique et populaire. En dépit de sa rapide défaite (1673-1677) par une coalition des aristocraties négrières appuyées par le commerce européen, aucun des Etats de la Sénégambie septentrionale ne pouvait plus l’ignorer.

47C’est de cette époque que la plupart des études consacrées aux Etats de la Sénégambie septentrionale datent l’émergence d’un espace islamique. L’affirmation de l’Islam comme force politique majeure en Afrique de l’ouest au XVIIe siècle a souvent éclipsé le fait qu’il est avant tout et essentiellement une religion. L’approche politique et économique a prévalu dans l’historiographie consacrée à cette religion. La capacité de mobilisation et d’implication des leaders musulmans dans les luttes politiques et les entreprises économiques n’est pas étrangère au voile jeté sur les aspects religieux et dans une moindre mesure sur les dimensions culturelles de l’Islam.

48En effet, les leaders musulmans ont mis en œuvre une politique de contestation de l’ordre géopolitique ceddo ou colonial. Là où ils sont parvenus à contrôler le pouvoir, ils ont d’abord inscrit leur action dans les limites de l’Etat vaincu. C’est seulement par la suite qu’ils mettent en avant une politique d’expansion territoriale assimilable à une volonté d’extension et/ou d’unification du dâr al islam (le territoire des croyants). L’intervention du régime Torodo dans les conflits internes du Kajoor peut s’analyser sous cet angle. Toutefois, au XVIIIe et XIXe siècles, ce type d’intervention se heurta progressivement aux contraintes imposées par un équilibre des forces défavorable au « parti maraboutique » entraînant une mise en veilleuse de la politique de construction pratique d’un dâr al islam et établissant des régimes dynastiques assimilables à ceux qu’ils ont naguère vaincus.

  • 43 M. Diouf, Le Kajoor..., p. 89.

49A partir de ce moment, les références au dâr al islam s’assimilent plus à des proclamations de principe opposables aux projets coloniaux identifiés au christianisme ou voilant idéologiquement des projets impériaux conduits au nom de la protection des musulmans persécutés dans les Etats ceddo ou le territoire colonial. Ni le régime des Buur Julit instauré dans les Etats maintenus séparés du Kajoor, du Jolof, du Waalo ou du Fuuta Toro entre 1673 et 1677 par Nasr Al Din, ni celui institué par Malik Sy au Bundu (1690), ni l’almamyat du Fuuta Jalon (1743) ou celui du Fuuta Toro (1776) n’ont pu échapper à une institutionnalisation dynastique. Les régimes plus tardifs mis en place par des réformateurs comme El Hadji Omar Tall ou de Maba Diakhou Ba ont développé des projets transethniques inscrits dans une vision plus large, d’envergure universaliste. Ils n’ont toutefois pas longtemps survécu à leur initiateur. Dans les autres Etats, les multiples tentatives des communautés musulmanes de s’emparer du pouvoir politique ont toutes échoué. En lieu et place se sont développés des centres de diffusion de la foi et de la culture islamiques, à travers un réseau éducationnel dense. Est-il fondé à partir de ces éléments de parler d’un espace maraboutique opposable au dâr al harb (territoire des non croyants)43 ?

50La réponse peut être affirmative au regard des aspects culturels et religieux mais elle reste négative sous sa dimension politique même si, par ailleurs, les communautés musulmanes ont réussi à constituer des communautés islamiques politiquement indépendantes ou autonomes au sein des espaces ceddo ou colonial.

  • 44 M. Fall, « Groupes-relais, diasporas et réseaux transculturels dans le commerce sénégalais du XVII (...)
  • 45 M. Diouf, Le Kajoor..., p. 89.
  • 46 S. B. Diagne, « L’avenir de la tradition », dans Sénégal. Trajectoires d’un Etat, dir. M.C. Diop, (...)

51Il est incontestable que les forces politiques musulmanes ont participé à la production d’un espace maraboutique cimenté par le fait marchand et créateur d’un foyer d’où rayonna tout au long du XIXe siècle une diaspora transculturelle et transétatique qui, « dans une longue marche vers l’Est » a développé des capacités d’initiatives « entrepreneuriales »44. Est-il possible d’en tirer la conclusion suivante : « L’appartenance à l’Islam efface le terroir et le territoire et promeut l’échange et l’information entre communautés musulmanes solidaires d’un monde ouvert sur le Maghreb et sur l’Orient par l’intermédiaire des populations sahariennes. En quelque sorte, on peut avancer l’idée que les communautés musulmanes, dans les royaumes wolof en général et dans le Kajoor en particulier, constituent les bases avancées du dâr al islâm, enserrées dans un monde à conquérir »45. Il me semble que l’historien du Kajoor prend trop au sérieux les prétentions des élites musulmanes de la Sénégambie dont le discours divorce d’avec l’histoire concrète de sa mise en œuvre. Elles ont certes la conscience d’appartenir à une communauté capable de rivaliser avec l’ordre colonial identifié au christianisme. Cependant, force est de constater que l’ouverture sur l’Orient et le Maghreb est largement antérieure à l’existence de ces communautés musulmanes en Sénégambie et là où les musulmans ont pris le pouvoir, on a assisté à des phénomènes incontestables de retour en force « d’une tradition et d’une légitimité purement locales »46.

Conclusion

52Au-delà des connaissances à acquérir, la recherche en histoire d’Afrique menée par les Africains ne peut échapper aux interrogations sur les racines historiques du mal développement du continent. Portée par la vague du mouvement nationaliste des années 1950-1960, la première génération d’historiens de l’Ecole de Dakar a évité l’Atlantique, l’espace de la perte de l’initiative historique des peuples ouest africains, pour rechercher des filiations possibles et probables avec les splendeurs de l’espace saharien et méditerranéen.

53L’examen de la conception de l’espace dans l’écriture d’une histoire nationale à travers une remise en cause du discours colonial montre que celle-ci est demeurée fortement sous l’influence de la dynamique atlantique dont l’intrusion coloniale ne fut qu’une des modalités. L’historiographie de l’Ecole de Dakar, en privilégiant l’approche centrée sur des monographies de terroir s’est pour ainsi dire moulée dans l’espace tel que remodelé par plus de trois siècles de relations dissymétriques avec les puissances européennes.

54Dès lors, l’analyse de la notion d’espace est rendue difficile puisque les historiens de Dakar ont souvent procédé à un télescopage des notions et concepts renvoyant à la géographie, à l’écologie, à l’ethnicité, à la géopolitique, s’ils ne reprennent pas sans autre forme de critique les découpages de l’espace élaborés par diverses disciplines universitaires ou par des acteurs de terrain appartenant à divers horizons et époques historiques.

  • 47 Est-il sous ce rapport étonnant que la synthèse sur la Sénégambie soit l’œuvre de Boubacar Barry, (...)

55Il faut chercher les racines de ce rapport à l’espace dans le fait que l’africanisation des programmes d’enseignement et de recherche, du personnel d’un des lieux privilégiés de la production de l’histoire académique, l’université de Dakar, a été très peu décalée de sa sénégalisation. Une telle coïncidence ajoutée à la forte demande d’écriture d’une histoire « nationale » qui s’exprime fortement dans les années 1960 en Afrique a contribué à renforcer l’enfermement de l’historiographie de l’Ecole de Dakar dans l’espace territorial hérité de l’ordre colonial47.

  • 48 Cette opération de déconstruction de l’espace colonial et des constructions historiographiques nat (...)

56Là où, avec les sources classiques – orales et écrites – les historiens éprouvaient des difficultés à restituer la complexité de l’inscription de certaines réalités historiques au sol, l’archéologie a ouvert de nouvelles possibilités d’analyser la culture matérielle, l’occupation et l’organisation de l’espace. Pour être efficace, la critique de l’historiographie « nationaliste » ne peut se limiter à briser les frontières héritées de l’ordre colonial48. La réflexion devra aussi explorer les racines idéologiques de la sélection opérée au sein des territoires nationaux avec les privilèges accordés à certaines aires culturelles et géopolitiques. Au terme de cette réflexion, je conclus en affirmant que les outils existent pour un renouvellement de l’approche de l’espace jusqu’ici privilégiée par les historiens de Dakar ; encore faut-il les mettre en œuvre en gardant à l’esprit qu’on a beau embellir le temps des pères, il ne sera pas le nôtre.

Notes

1 J’emprunte cette expression à B. Barry pour nommer l’ensemble des chercheurs africains en sciences humaines et sociales de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Cf. B. Barry, La Sénégambie du XVe au XIXe siècle. Traite négrière, Islam, Conquête coloniale, Paris, L’Harmattan, 1988, p. 16-17. La présente lecture critique des travaux des historiens de cette Ecole constitue un hommage que je rends à mes Maîtres dont les travaux, ici analysés, ont guidé mes premiers pas dans le métier d’historien.

2 L’histoire coloniale a souvent été l’œuvre d’amateurs, administrateurs coloniaux curieux du passé des sociétés africaines mais surtout préoccupés de produire un savoir utile au gouvernement des colonies. Avec ses courants et tendances multiples, elle a concentré ses efforts sur certains espaces, privilégié certains types d’information, sélectionné les sources répondant à des préoccupations politico-administratives plus que scientifiques. Cf. Y.K. Fall, « L’histoire et les historiens dans l’Afrique contemporaine », Actes du Colloque de Nice, 22 au 22 février 1986, p. 181-207.

3 C. Coquery-Vidrovitch, « Réflexions comparées sur l’historiographie africaniste de langue française et anglaise », Politique africaine, 66, juin 1997, p. 91-100.

4 Depuis le début des années 1980, le Sénégal est confronté à une crise majeure qui affecte les mythes et représentations qui ont servi de support à l’idéologie de la construction nationale. Une des solutions mises en œuvre par les pouvoirs publics pour faire pièce à la remise en cause de l’unité nationale montre clairement le rôle de ce double héritage dans la construction de l’Etat-nation au Sénégal. Les pouvoirs publics ont choisi de gommer les toponymes des terroirs qui jusqu’alors avaient été affectés à certaines entités administratives (le Sine-Saloum devient les régions de Fatick et de Kaolack, la Casamance, les régions de Kolda et de Ziguinchor, etc.).

5 Th. Diallo, Les institutions politiques du Fuuta Djallon, Dakar, I.F.A.N., 1972 ; O. Kane, Le Fuuta-Toro des Satigi aux Almaami (1512-1807), Dakar, Université de Dakar, 1986 [Thèse d’Etat, Histoire] ; R. Fall, Le royaume du Bawol du XVIe au XIXe siècle. Pouvoir wolof et rapports avec les populations serer, Paris, Université de Paris I, 1983 [Thèse de troisième cycle, Histoire] ; A. Bathily, Les portes de l’or. Le royaume de Galam (Sénégal) de l’ère musulmane au temps des négriers (VIIIe-XVIIIe siècle), Paris, L’Harmattan, 1989 ; B. Barry, La Sénégambie... ; M. Diouf, Le Kajoor au XIXe siècle. Pouvoir ceddo et conquête coloniale, Paris, Karthala, 1990.

6 M. Gueye, La traite des noirs au Sénégal de la fin du XVIIe au milieu du XIXe siècle, Dakar, Faculté des Lettres, 1962 [D.E.S.].

7 M. Mbodj, Un exemple d’économie coloniale, le Sine-Saloum (Sénégal), de 1887 à 1940 : culture arachidière et mutations sociales, Paris, Université de Paris VII, 1978 [Thèse de 3e cycle, Histoire] ; M.M. Kane, A History of Fuuta Tooro, 1890s-1920s : Senegal Under Colonial Rule : The Protectorate, East Lansing, Michigan State University, 1987, 2 vol. [PhD, Histoire] ; M. Gueye, Les transformations des sociétés wolof et sereer de l’ère de la conquête à la mise en place de l’administration coloniale 1854-1920, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, Faculté des Lettres et des Sciences humaines, 1990 [Thèse d’Etat, Histoire] ; Iba Der Thiam, L’évolution politique et syndicale du Sénégal coloniale de 1840 à 1936, Paris, Université de Paris I, 1983, 9 tomes [Thèse d’Etat].

8 Léopold Sédar Senghor est le premier Président du Sénégal indépendant. Il est, avec Aimé Césaire et Léon Gontran Damas, un des pères fondateurs du mouvement de la Négritude porté aux fonts baptismaux dans le Paris des années trente. Pour plus de détail sur Senghor, voir Comité National pour la célébration du 90e anniversaire du Président Léopold Sédar Senghor, Senghor, Colloque de Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 10-11 octobre 1996, Dakar, Presses Universitaires de Dakar, 1998.

9 A. Bathily, Les portes de l’or..., p. 9.

10 A. Ly, La Compagnie du Sénégal, Paris, Présence africaine, 1958.

11 A ma connaissance, l’ouvrage, déjà ancien, de Joseph Ki-Zerbo, Histoire générale de l’Afrique noire, est l’exception confirmant la règle. Heureusement, ce déficit est aujourd’hui en partie comblé par l’Histoire générale de l’Afrique publiée sous les auspices de l’UNESCO.

12 Cf. B. Barry, La Sénégambie...

13 Le lamanat est une organisation socio-politique basée sur la cœxistence de communautés humaines autonomes localisées sur un terroir donné sous la direction d’un laman ayant en charge la gestion, la distribution des terres et l’arbitrage des litiges fonciers. Le laman reçoit des lignages constitutifs de la communauté des redevances liées à ses fonctions. L’institution du pouvoir ceddo et sa militarisation au cours de la traite des esclaves a introduit un double pouvoir qui a progressivement rogné voire, dans certaines régions, totalement éclipsé le pouvoir lamanal. Pour plus de détails sur ce régime voir P. Diagne, Pouvoir politique traditionnel en Afrique occidentale, essai sur les institutions politiques précoloniales, Paris, Présence africaine, 1967.

14 R. Fall, Le royaume du Bawol...

15 O. Kane, LeFuuta-Toro...

16 A. Bathily, Les portes de l’or...

17 M. Thiam, La chefferie traditionnelle wolof face à la colonisation : les exemples du Djolof et du Kajoor (1900-1945), Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 1986 [Thèse de 3’cycle].

18 M. Diouf, Le Kajoor...

19 G. A. Diouf, Les royaumes du Sine et du Saloum des origines au XIXe siècle. Mise en place de peuplement et évolution du système économique et socio-politique, Dakar, Université de Dakar, 1984 [Thèse de 3e cycle, Histoire],

20 B. Barry, Le royaume du Waalo. Le Sénégal avant la conquête, Paris, Karthala, 19852

21 . Les traditions transmises par Yoro Diaw irriguent toutes les monographies sur les Etats dits précoloniaux : Kajoor, le Waalo, le Jolof voire le Sine et le Saalum : R. Rousseau, « Le Sénégal d’autrefois. Etude sur le Cayor. Cahiers de Yoro Dyaô », Bulletin du Comité d’étude historique et scientifique de l’A.O.F, 16, 1933, p. 237-298 ; H. Gaden, « Légendes et coutumes sénégalaises. Cahiers de Yoro Dyaô », Revue d’Ethnographie et de sociologie, 3-4, 1912, 31 p ; A. Wade, « Chronique du Wâlo sénégalais (1186 ?-1855) », Bulletin de l’Institut français d’Afrique noire, série B, 26, 1964, p. 440-498.

22 S. A. Soh, Chroniques du Fouta sénégalais, trad. M. Delafosse, H. Gaden, Paris, Leroux, 1913.

23 M. Diouf, Le Kajoor..., p. 33.

24 Pour une critique radicale de cette conception voir M. Fall, « L’Etat post-atlantique entre terroirs et réseaux transculturels en Sénégambie XVIIe-XXe siècles : approche méthodologique », Revue sénégalaise d’histoire, Nouvelle Série, no 2-3, 1996-1998 (paru en 2000), p. 75-87.

25 O. Kane, « Les unités territoriales du Futa Toro », Bulletin de l’Institut français d’Afrique noire, série B, 35, 1973, p. 614-631 ; J. Schmitz, « Cités noires. Les républiques villageoises du Fuuta Tooro (vallée du fleuve Sénégal) », Cahiers d’études africaines, 34, 1994, p. 419-460.

26 B. Barry, La Sénégambie..., p. 38.

27 O. Kane, « Les unités territoriales »..., p. 614-631.

28 A. Bathily, Les portes de l’or..., p. 41.

29 Parmi les travaux les plus représentatifs de cette historiographie, citons : M. Gueye, Les transformations... ; O. Kane, Le Fuuta Tooro... ; B. Barry, Le royaume du Waalo... ; R. Fall, Le royaume... ; M. Diouf, Le Kajoor... ; A. Bathily, Les portes de l’or...

30 Cf. M. Diouf, Le Kajoor..., p. 167-169.

31 B. Diop, « Traite négrière, désertions rurales et occupation du sol dans l’arrière-pays de Corée », dans Gorée et l’esclavage, actes du Séminaire sur Gorée dans la traite atlantique : mythes et réalités (Gorée, 7-8 avril 1997), Dakar, 1997, p. 137-153 (Institut français d’Afrique noire, Université Cheikh Anta Diop, Initiations et Etudes Africaines, 38) ; id., « L’impact de la traite négrière sur l’habitat en pays wolof », dans Symposium de St-Louis, organisé par l’IFAN sur le thème de Saint-Louis dans la traite négrière (18-20 décembre 1998) (à paraître).

32 B. Diop, « Les villages désertés de l’espace sénégambien. Contribution à l’histoire de l’habitat et de l’occupation du sol », Archéoafrica, 1-2, 1997, p. 35-47.

33 B. Diop, « L’impact de la traite négrière »...

34 Pendant longtemps, la thèse de Louis-Vincent Thomas a fait autorité dans la connaissance des populations Joola. L-V. Thomas, Les Diola. Essai d’analyse fonctionnelle sur une population de Basse-Casamance, Dakar, I.F.A.N., 1958.

35 P. Mark, A Cultural, Economic, and Religious History of the Basse Casamance since 1500, Stuttgart, F. Steiner, 1985, et C. Roche, Conquête et résistance des peuples de Casamance, Dakar, N.E.A., 1976.

36 Cf. O. Faye, « L’instrumentalisation de l’histoire et de l’ethnicité dans le discours séparatiste en Basse Casamance (Sénégal) », Africa Spectrum, 29, 1994, no 1, p. 65-77 ; id., « Mythe et histoire dans la vie de Kaafi Fay du Cangin (Sénégal) », Cahiers d’Etudes Africaines, 34, 1994, p. 613-637.

37 O. Faye, « L’instrumentalisation »...

38 B. Barry, La Sénégambie..., p. 25.

39 Jean Boulègue donne une définition plus restrictive de la Sénégambie : « La région comprise entre les vallées du Sénégal et de la Gambie constitue l’extrême-ouest de la zone soudano-sahélienne. Au-delà de la rive nord du Sénégal, elle borde le Sahara et avoisine, au sud de la Gambie, les premières forêts ombrophiles de la Casamance. Elle s’individualise aussi – par rapport aux régions plus orientales du Soudan – par une région de plateaux, où abondent les concrétions latéritiques, qui sépare la cuvette du Sénégal et celle du Niger » (J. Boulègue, Le Grand Jolof (XIIIe-XVIe siècle), Blois, 1987, p. 5).

40 B. Barry, La Sénégambie..., p. 27.

41 M. Fall, « Marchés locaux et groupes marchands dans la longue durée ; des marchés du Cayor aux marchés du fleuve Sénégal XVIIIe siècle – début XXe siècle », dans Commerce et commerçants en Afrique de l’Ouest. Le Sénégal, éd. B. Barry, L. Harding, Paris, L’Harmattan, 1992, p. 59-105.

42 Carson, I. A. Ritchie, « Deux textes sur le Sénégal, 1763-1767 », Bulletin de l’Institut français d’Afrique noire, série B, 30, 1968, no 1, p. 289-353.

43 M. Diouf, Le Kajoor..., p. 89.

44 M. Fall, « Groupes-relais, diasporas et réseaux transculturels dans le commerce sénégalais du XVIIIe au XXe siècle », dans Des Historiens africains en Afrique. Logiques du passé et dynamiques actuelles, éd. C. Coquery-Vidrovitch, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 269-291. ; id. « Marchés locaux et groupes marchands »...

45 M. Diouf, Le Kajoor..., p. 89.

46 S. B. Diagne, « L’avenir de la tradition », dans Sénégal. Trajectoires d’un Etat, dir. M.C. Diop, Dakar, Codesria, 1992, p. 279-298.

47 Est-il sous ce rapport étonnant que la synthèse sur la Sénégambie soit l’œuvre de Boubacar Barry, historien revendiquant une nationalité sénégambienne dont l’existence reste plutôt virtuelle ? Jusqu’à récemment, l’Ecole de Dakar avait tiré profit d’une ouverture sur l’histoire du monde manding, du haut fleuve Sénégal à la boucle du Niger, avec les apports de Sékéné Mody Cissokho et de Madina Ly Tall, historiens maliens, et sur le Fouta Djallon avec Thierno Diallo et Boubacar Barry.

48 Cette opération de déconstruction de l’espace colonial et des constructions historiographiques nationalistes qui se sont édifiées dessus conduit paradoxalement à la promotion de nouveaux espaces identitaires renvoyant à des répertoires exclusivistes, renvoyant à des repères ethnicistes ou religieux, valorisant des particularismes dont il est urgent de faire la critique.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540