Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les espaces de l’historien

 | 
Jean-Claude Waquet
, 
Odile Goerg
, 
Rebecca Rogers

Première partie. Des territoires aux espaces du monde

L’Afrique vue de France : un continent éclaté, une construction dédoublée1

Odile Gœrg

Texte intégral

  • 1 Je remercie J.-L. Piermay et R. Rogers pour leurs remarques judicieuses.

1Les études africaines en France fonctionnaient, jusqu’à récemment, selon un clivage net, opposant deux zones de part et d’autre du Grand Désert. Dans cette perception, le concept d’« Afrique noire », manié abondamment et comme d’évidence, tenait une place de choix, même si d’autres catégories fonctionnaient parallèlement. Les titres de la plupart des ouvrages concernant l’Afrique témoignent de cette coupure majeure. Celle-ci, produite et reproduite par les institutions et la tradition universitaires, imprègne tout autant les recherches que les mentalités et la culture politique françaises.

2Une plongée dans le passé permet de mettre à jour la genèse et les racines de cette opposition binaire ainsi que les fondements de la hiérarchie implicite qui rejette dans l’ombre les zones intermédiaires dévalorisées. Etaient en effet laissés dans le flou ou rattachés de manière arbitraire les marges, les entre-deux : confins du désert, zone nord-orientale ainsi que certaines îles du pourtour continental. La problématique vise par conséquent à analyser, à travers le discours savant et universitaire, le processus de construction de ce clivage au fil des décennies, à observer les cadres spatiaux élaborés et à en analyser les légitimations. La remise en cause récente de la scission Nord-Sud met en exergue son aspect résolument construit et historiquement daté. La période actuelle est en effet un temps d’hésitations et de remodelages aussi bien dans le vocabulaire que dans les institutions, dans un contexte de questionnement généralisé de l’histoire de l’Afrique.

3S’interroger sur la perception spatiale renvoie à la question de l’origine d’une telle lecture de la carte de l’Afrique et de son sens. De quoi cette catégorisation est-elle porteuse ? Quels en sont les racines intellectuelles mais aussi les prolongements actuels ? Cette optique suppose de concentrer son attention sur la période charnière allant du XIXe siècle à l’entre-deux-guerres, période où naissent et s’affirment les savoirs africanistes dans un contexte de domination impérialiste. L’accent est mis sur cette époque fondatrice et ses héritages. La construction des catégories spatiales appliquée à l’Afrique s’opère parallèlement à l’essor des voyages d’exploration, à la conquête coloniale et à l’épanouissement de la géographie et des sciences sociales. L’Europe prétend à cette époque penser le monde dans sa totalité et l’organiser dans sa globalité, tel un puzzle. Cette volonté, décelable dans tous les domaines, est encore plus évidente dans le cas de l’Afrique soumise au rapport impérialiste et peu armée pour répondre sur le même plan. Espaces et espèces sont mis en fiches et en tableaux, catalogués, hiérarchisés selon des critères propres au continent dominant. Dans ce contexte, comme le note Valentin Mudimbe avec d’autres, l’acte de nommer renvoie à celui de contrôler :

  • 2 « ... colonialism and colonization basically mean organization, arrangement. [...] It can be admitt (...)

« ... colonialisme et colonisation renvoient foncièrement à organisation et ordonnancement. [...] On peut admettre que les colons (ceux qui peuplent une région) et les colonisateurs (ceux qui exploitent un territoire en dominant la majorité autochtone) ont en commun le fait d’organiser et de transformer des régions non-européennes en des constructions fondamentalement européennes ».2

4La taxinomie et la nomenclature constituent des manifestations de domination, de pouvoir et par là de gauchissement, allant parfois jusqu’à la négation, de l’identité de l’autre. En insistant sur la période contemporaine de la colonisation (mi-XIXe/mi-XXe) et en adoptant une perspective française, simplement éclairée par d’autres approches, l’on peut dévoiler les sources d’un tel phénomène. L’on assiste alors à la construction et à l’auto-justification de divisions spatiales : les historiens y contribuent, parallèlement aux tenants d’autres disciplines. Cette étude peut s’effectuer à différentes échelles, du continent à la micro-région ou même au terroir. Sont privilégiés ici le regard de Sirius et les catégorisations majeures à la taille du continent.

5La constitution d’un corpus significatif s’avéra cependant complexe et, en partie, aléatoire. A l’amont, se pose la question du champ disciplinaire, à l’aval celle de l’implicite découlant de l’évidence. L’interrogation rétrospective ne pouvait se limiter à la discipline historique stricto sensu dont la naissance et la reconnaissance sont récentes. Il fallait puiser plus loin dans le temps et ailleurs, dans le vivier d’autres disciplines qui étaient le creuset dans lequel s’élaboraient les savoirs africanistes.

  • 3 M. Lakroum, « De l’histoire coloniale à l’histoire africaine (1912-1960) », dans L’Afrique occident (...)
  • 4 Environ 78 % des frontières africaines (en kilomètres) ont été tracés entre 1880 et 1914, cf M. Fou (...)
  • 5 Les ouvrages cités dans le texte renvoient à la liste du corpus (Annexe no 1) qui en donne les réfé (...)

6L’histoire de l’Afrique s’imposa tardivement en tant que discipline autonome en raison, notamment, du rapport de domination entretenu avec l’Europe3. On la voit émerger tout d’abord dans le cadre de l’histoire coloniale à partir de l’entredeux-guerres puis de façon indépendante dans le contexte des décolonisations. Certains jalons institutionnels ponctuent cette naissance, de la création en 1915 du Comité d’Etudes historiques et scientifiques de l’AOF à l’instauration d’un congrès international d’histoire coloniale en 1931, puis à celle de la première chaire d’histoire de l’Afrique à la Sorbonne au début des années 1960. Il ne s’agira donc pas ici de la pratique des seuls historiens mais d’un éventail disciplinaire plus large. Le regain d’intérêt pour l’Afrique à la fin du XVIIIe siècle, lié au mouvement des abolitionnistes, suscita une floraison – relative – d’écrits de tout genre : œuvres de géographes, d’ethnologues, d’essayistes, de diplomates et finalement de praticiens de la colonisation (administrateurs). La cartographie fut également florissante en ce siècle de délimitation des frontières ; elle sera mise à contribution4. C’est dans ces disciplines, aux frontières mouvantes, que sont puisés les premiers éléments du corpus. Par la suite, la colonisation marqua de son empreinte directe l’appréhension de l’Afrique : celle-ci reproduisait la logique des divisions administratives. Cette vision caractérisa, à l’aval, jusqu’à une date toute récente, les études historiques portant sur l’Afrique. La thématique de l’espace dans la pratique des historiens s’avère alors paradoxalement moins pertinente car fort répétitive et généralement non explicitée : les historiens reproduisent les divisions antérieures sans même trouver nécessaire de les commenter. Le corpus élaboré ne prétend pas à l’exhaustivité mais à une représentativité honnête des productions intellectuelles traitant de l’Afrique5.

  • 6 On peut noter ceci dès le XVIIIe siècle : l’Encyclopédie consacre une demie page à l’Afrique en 175 (...)
  • 7 Ainsi la collection L’Univers pittoresque publiée à Paris par F. Didot frères à partir de 1832 repo (...)
  • 8 La difficulté de disposer d’un spécialiste d’une zone transversale (Maghreb-Machrek par exemple) pe (...)

7Pour mettre à jour le processus de la construction de « l’espace Afrique » ont été privilégiés les encyclopédies et les ouvrages généraux qui font le point des connaissances à un moment donné. Ils véhiculent et façonnent tout à la fois les représentations de cet espace en pleine « découverte ». L’accroissement de la place consacrée à l’Afrique entre deux éditions successives6 ou le report d’une publication afin de pouvoir suivre l’actualité au plus près7 témoignent de cet intérêt croissant et d’une catégorisation en devenir. Les catégories spatiales énoncées dans le corpus sont prises telles quelles, tout en ayant conscience, à l’époque comme actuellement, des contingences qui peuvent les déterminer, audelà de la démarche intellectuelle. Certaines lacunes, regroupements régionaux ou incohérences apparentes peuvent en effet découler des impératifs de l’édition ou de la division en champs de recherche8. Ne sont retenus dans ce corpus que les éléments de classement spatial (leur description et les raisonnements qui les justifient) et non le discours porté sur l’Afrique (les préjugés et jugements moraux, le mépris ou le paternalisme qui ressortent de tous les écrits, même ceux visant à réhabiliter l’image de l’Afrique).

8Plusieurs axes, qui sont autant de moments, ressortent de ce balayage sur plus d’un siècle : le passage de la vision continentale au morcellement, l’émergence du concept de « continent noir » puis d’« Afrique noire » et finalement l’adoption des cadres administratifs coloniaux.

Il était une fois un continent : de l’Afrique-continent au morcellement

9Le continent est incontestablement le cadre spatial de référence de l’Encyclopédie des Lumières à celles du XIXe siècle ou aux géographes contemporains du partage de l’Afrique. Est évoquée de manière évidente l’Afrique en tant qu’entité : continent facile à cerner, sans ambiguïté liminale. L’Afrique frappe en effet par sa masse et son isolement, constat aux implications négatives car il expliquerait son « retard ». Cette analyse aura une grande postérité. Ainsi en 1922 Georges Hardy, haut fonctionnaire colonial, historien de formation, met en exergue à la fois « l’individualité de l’Afrique », « à l’écart des grands mouvements qui ont touché les autres continents dès les premiers temps géologiques », ayant « son histoire séparée », et « l’isolement de l’Afrique » du fait de l’hostilité de ses côtes, de fleuves difficiles, de son climat : « Cette individualité est d’autant plus forte que l’Afrique semblait condamnée à vivre à l’écart du monde » (p. VIII).

10Individualité et isolement sont les deux faces contrastées de la massivité de l’Afrique. Cependant, tout en commentant cette caractéristique, les auteurs insistent sur l’insertion de l’Afrique dans un ensemble plus vaste, à la fois par le biais de la cartographie et par des références historiques ou culturelles. Ainsi l’appartenance au monde méditerranéen de la partie septentrionale est soulignée, de même que la proximité avec l’Arabie à laquelle la lie une communauté religieuse et écologique.

11La Grande Encyclopédie, « Inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts », éditée à partir de 1885 à Paris, reproduit une carte qui, tout en faisant figurer l’état des empires coloniaux en 1888 par des couleurs différentes, resitue bien le contexte méditerranéen et arabe (relations avec le domaine turc et le sultanat d’Oman). L’emprise croissante de l’Europe est mise en évidence mais cette donnée ne prétend pas résumer la géopolitique africaine. De même, le Nouveau dictionnaire de Géographie universelle publié en 1879 sous la direction de Vivien de SaintMartin, président honoraire de la société de géographie de Paris, propose une appréhension globale du continent qui insiste sur les liens qui l’unissent du nord au sud, notamment les mouvements de population ou les influences religieuses.

12Devant la taille du continent et la conscience de sa diversité interne, des divisions sont toutefois proposées. Elles varient en fonction des paramètres adoptés et de l’évolution des connaissances. Ainsi les régions les mieux connues sont l’objet d’un fractionnement plus poussé, caractéristique qui s’étend peu à peu à tout le continent au courant du XIXe siècle. Divers critères sont manifestement utilisés, parfois concurremment ou parallèlement. Ils relèvent de la géographie, de l’anthropologie ou encore de l’histoire. Lorsque le raisonnement sous-jacent est explicité, ce qui est rare, on voit les hésitations d’un savoir en train de s’élaborer et le caractère souvent arbitraire des catégories qui vont progressivement s’imposer.

13Le Nouveau dictionnaire de Géographie universelle, déjà cité, témoigne de ce souci d’explicitation :

« Dans une énumération des pays africains propres à servir de base à une description systématique du continent, il est nécessaire de faire concorder autant que possible les divisions naturelles de la géographie physique, la distribution historique des races et leur localisation actuelle, et enfin la connexion des idiomes. Cette concordance n’est pas toujours facile, et l’on est, en certains cas, obligé de subordonner les données purement historiques ou ethnologiques au point de vue pratique de l’état des choses actuel. Ces considérations nous ont dirigés dans l’arrangement suivant... ».

14En voici les cadres principaux :

  1. Région littorale du Nord (A : bassin du Nil ; B : Zone littorale de la Méditerranée).

  2. Région centrale du Nord (A : Sahara ; B : Soudan ou Nigritie).

  3. Région littorale de l’Ouest.

  4. Contrées extrêmes de l’Afrique australe.

  5. Région littorale de l’Est.

  6. Plateau de l’Afrique australe.

  7. Zone équatoriale.

  8. Iles d’Afrique.

15Ce classement en huit zones est lui-même subdivisé en 35 sous-régions, elles-mêmes parfois scindées (voir la catégorisation détaillée, Annexe no 2). Il dénote une meilleure connaissance des parties septentrionale et littorale de l’Afrique mais au-delà de ces évidences, c’est un éventail de critères variés, de nature différente, qui détermine les divisions : géographique (un bassin fluvial), politique (un Etat) ou anthropologique (une « tribu »). Il en va de même avec Bainier (1878) qui propose une classification assez proche :

  1. Description générale de l’Afrique.

  2. La région du Nil.

  3. La région du Maghreb ou Barbarie ou états barbaresques.

  4. La région saharienne.

  5. La région des Nègres.

  6. Afrique méridionale.

  7. Afrique orientale.

  8. Iles d’Afrique.

16Ses critères sont le plus souvent géographiques (les points cardinaux, un élément du relief) mais aussi géopolitiques ; c’est le cas du Maghreb aux Etats apparemment structurés et mieux connus même si cette zone était à l’époque en pleine recomposition. Bainier introduit par ailleurs pour le livre V un paramètre racial :

« Les Européens appellent Nigritie (pays des noirs) la région qui va au sud du Sahara depuis le Nil jusqu’à l’océan atlantique, les Arabes la nomment Soudan, les indigènes Takrour » (p. 477).

17Ce dernier critère appelle une réflexion sur la notion même de « noirs » puisqu’elle ne caractérise ici qu’une seule partie de l’Afrique.

18Certains éléments de la même logique se trouvent un peu plus tard chez Elisée Reclus (1830-1905). Auteur de la Nouvelle géographie universelle, travail de compilation gigantesque pour un seul homme, il consacre quatre volumes sur dixneuf à l’Afrique, autant que pour l’Asie, soit un total de plus de 3.000 pages. L’organisation est la suivante :

livre X

L’Afrique septentrionale (1e partie) (1885) :
Bassin du Nil (Soudan égyptien, Ethiopie, Nubie, Egypte),

livre XI

L’Afrique septentrionale (2e partie) (1886) :
Tripolitaine, Tunisie, Algérie, Maroc, Sahara,

livre XII

L’Afrique occidentale (1887) :
Archipels atlantiques, Sénégambie, Soudan Occidental,

livre XI

L’Afrique méridionale (1888) :
Iles de l’Atlantique austral, Gabonie, Congo, Angola, Cap, Zambèze, Zanzibar, Côte de Somal.

19En se démarquant des pratiques de l’époque, il exclut Madagascar qu’il range dans « Océanie et Australasie » alors que se fait jour au contraire l’opposition autour du Sahara, sans référence explicite toutefois à la couleur.

  • 9 Parfois de manière paradoxale. Ainsi, A. De Préville passe de données du milieu à des catégories hu (...)

20Les éléments du monde « naturel » ou physique sont le plus souvent mis à profit par les différents auteurs9. Parmi eux, la Méditerranée et le Grand Désert, le Sahara, ont une place à part mais leur statut varie au fil des années, en fonction de la géopolitique et de l’orientation prise par les sciences sociales. Leur caractère tout aussi construit ou aléatoire est cependant évident, comme en témoigne l’abandon progressif des bassins fluviaux qui présentent la caractéristique – on pourrait dire alors « l’inconvénient » – de recouper plusieurs zones, à l’instar du Nil, au profit de notions directement géopolitiques.

21Les fluctuations du statut de la Méditerranée sont révélatrices de cette évolution. Dans l’analyse que l’on propose de l’Antiquité, la notion d’unité et de liens intimes entre les deux rives est mise en avant : « C’est qu’il n’y avait pas alors une Europe et une Afrique ; il y avait une civilisation méditerranéenne ».

22Les Barbares se trouvaient alors tant au Nord qu’au Sud, au-delà du limes. Après la chute de l’empire romain,

  • 10 R. Ronze (1918, p. 2 et 3).

« L’Europe oublia l’Afrique : le Moyen Age eut en horreur les pays arabes qu’habitaient les ennemis du Christ ; le reste du continent, il le peuple de monstres ».10

  • 11 G. Hardy : « La Méditerranée devenait un abîme » à la fin du XVIs. (1922, p. 69).
  • 12 Dir. M.N. Bourguet, B. Lepetit, D. Nordman, M. Sinarellis, Paris, Ed. de l’EHESS, 1998.

23La rupture culturelle et historique entre les deux continents serait alors consommée11. Elle va s’imposer pendant longtemps dans l’analyse. Celle-ci fait peu de cas des relations commerciales actives et des échanges culturels à travers le Sahara et de leurs retombées sur le littoral européen de la Méditerranée. Le XIXe siècle renversa cette tendance. Des études récentes ont développé la notion de L’invention scientifique de la Méditerranée, entre Révolution et Restauration en France12. Non que la limite septentrionale du continent africain ne soit contestable mais parce qu’en rattachant sa frange nord à un monde culturel autre, on la détache de son soubassement africain. On rend ainsi possible la rupture de part et d’autre du Sahara qui va s’instaurer sur des bases fondamentalement géopolitiques. La Méditerranée cesse d’être une « frontière liquide », selon la vision antérieure :

« Méditerranée : mer qui commence au détroit de Gibraltar et qui parcourt plus de mille lieues jusqu’au royaume de Syrie. [...] On lui a donné le nom de Méditerranée, à cause qu’étant au milieu de toutes les terres de l’Ancien Monde, elle les divise en trois parties, qui sont l’Europe, l’Asie, l’Afrique » (T. Corneille, Dictionnaire universel, géographique et historique, Paris, 1708, vol. 2, p. 641, cité par Bourguet et al., dir., p. 10).

24Cette mer intérieure devient le pivot autour duquel s’élabore une identité commune fondée sur la biogéographie, les paysages, le climat mais aussi l’archéologie et l’histoire. Sous une forme modifiée on assiste à la résurgence de l’unité du monde méditerranéen de l’Antiquité. Cette évolution contribue à mettre en place les éléments d’opposition du nord au sud du continent.

25Dans l’instauration de cette fracture mentale, le Sahara joue un rôle de premier plan. Dans son supplément de 1878, le Grand Dictionnaire universel « divise le continent africain en deux parties, situées de chaque côté de l’équateur : Afrique australe et Afrique boréale » (vol. I, p. 54). Cette opposition ne sera pas perpétuée : elle est trop abstraite et ne renvoie pas à d’autres caractéristiques qui viendraient la renforcer. Au contraire, le recours au Sahara, cette mer intérieure, va s’avérer opératoire car il permet de jouer également sur des contrastes de peuples et de « degré de civilisation ». Cet ensemble de caractères offre un ordre d’exposition pratique que divers auteurs vont exploiter. Ainsi, dans son ouvrage publié après 1919, A. Moulin justifie l’ordre géographique adopté, de la Méditerranée au Cap de Bonne Espérance, parce qu’il double l’ordre chronologique « car les pays les plus tôt connus et les plus civilisés furent ceux du Nord » (p. 5). On peut donc en toute logique opposer dans l’exposé les zones civilisées au nord du Sahara à la barbarie au sud.

26C’est dans ce contexte que s’insère l’exploitation du critère racial ou même tout simplement épidermique.

De « continent noir » à « Afrique Noire »

  • 13 J.-L. Triaud, « Sudan, Bilad Al- », Encyclopédie de l’Islam, 1997, no 151-152, p. 785-793.

27La mention de la couleur des habitants de l’Afrique et son utilisation comme critère de division des espaces ne sont ni récentes, ni spécifiques à l’Europe impérialiste. Ce caractère, à la fois frappant pour des observateurs extérieurs et apparemment facile à exploiter, a servi aussi bien dans l’Antiquité que dans le monde arabe. Les géographes y opposaient, pour l’Afrique de l’ouest qu’ils connaissaient, le bilad as-sudan (pays des noirs)13 au bilad as-beidan. De même, les encyclopédistes des Lumières distinguaient le « pays des noirs et le pays des blancs » dans leur Division générale de l’Afrique (1776) (Annexe no 3).

28Plus étonnante cependant est l’expression « continent noir » qui s’imposa comme métaphore pour tout le continent. Ainsi que le note E. Reclus en 1885 (livre X, p. 25) :

« On donne fréquemment à l’Afrique le nom de ‘continent noir’, comme si tous les habitants étaient des nègres proprement dits, offrant un type analogue à ceux des riverains de l’Atlantique équatorial : l’appellation de Beled es-Soudân ou ‘Nigritie’se trouverait ainsi étendue à l’ensemble de la masse continentale. Mais les vrais nègres, quoique formant peut-être la majorité des habitants de l’Afrique, n’occupent même pas la moitié du territoire : les autres régions, au Nord, au Sud, à l’Est, appartiennent à des nations et à des tribus différentes par l’aspect physique et groupées en races ou en sousraces distinctes ».

29Quelques années après, le capitaine E. Trivier publiait Mon voyage au continent noir (1891). Le supplément du Nouveau Dictionnaire de Géographie universelle (1895-1897) note également :

« Il est d’usage d’appeler l’Afrique le ‘Continent noir’et l’on s’imagine volontiers que cette partie du Monde est uniquement peuplée de Nègres... » (rubrique Ethnographie).

30De même, J. Deniker, du Muséum d’histoire naturelle, précise dans Les races et les peuples de la terre en 1900 : « On donne souvent à l’Afrique l’épithète de ‘continent noir’mais il ne faut pas croire pour cela qu’elle est peuplée uniquement de Nègres » (p. 491).

31Evidemment, personne n’est dupe de cette approximation et n’ignore la diversité du peuplement (cf. Reclus supra) à un moment où, justement, l’ethnologie insiste sur les oppositions entre des catégories en cours d’élaboration (AraboBerbères, Nègres, Négrilles, Nigritiens, Bantous, Hamites, Peulhs...), elles-mêmes sous-divisées en multiples « tribus ». L’Afrique aurait-elle le privilège douteux d’être le seul continent désigné sous ce mode-là, par sa couleur ? Ainsi, si l’appellation de « Rouges » ou « Peaux-Rouges » a bien été forgée par les Européens, l’expression de « sous-continent rouge » n’en découle pas pour autant alors qu’un parallèle pourrait être fait puisque la couleur renvoie là aussi à une partie seulement de la population.

  • 14 On peut dès lors multiplier les exemples à l’envi : J. Guiu, 1906, « ...intérieur du continent noir (...)

32A partir du début du XXe siècle, l’expression se généralise et ne suscite plus de commentaire particulier14. Elle est entrée dans les mœurs mais se trouve rapidement doublée puis remplacée par celle d’« Afrique noire », spatialement limitée. Cette expression va avoir une vaste postérité même si elle est d’une grande ambiguïté. Elle procède en effet d’un schématisme extrême alors que, parallèlement, les mêmes auteurs s’ingénient, pour d’autres raisons, à morceler les populations africaines. Ainsi, en 1914, le commandant O. Meynier intitule son ouvrage L’Afrique noire bien qu’il passe en revue « tous les peuples : arabes, berbères, peuhls, noirs proprement dits, hottentots et boschesmen, européens », pour se concentrer ensuite sur les populations dites noires. Une fois adoptée, cette scission est projetée rétrospectivement :

« Il semble bien que, dès les origines, l’Afrique ait été partagée entre deux grandes races profondément différentes et qu’il y ait eu déjà, à l’aube du monde, une Afrique blanche et une Afrique noire. L’Afrique blanche, c’était, comme aujourd’hui, l’Afrique septentrionale » (G. Hardy, 1922, p. 1).

33Dans cette optique, la dimension continentale, autrefois mise en avant, est perdue de vue au profit d’une opposition binaire commode. Cette invention de l’« Afrique noire » renvoie toutefois à une pratique fondamentalement française. Elle s’insère dans la représentation et l’organisation de l’Empire français. En témoignent par exemple les titres de chapitre adoptés par R. Ronze en 1918 :

« II) Afrique occidentale, équatoriale ; Madagascar. L’empire français de l’Afrique noire.

III) De la mer rouge au Cap de Bonne-Espérance. L’empire anglais d’Afrique. »

  • 15 Voir par exemple : D.K. Fieldhouse, Black Africa. 1945-1980, Londres, Allen & Unwin, 1986, qui excl (...)
  • 16 Il en va de même aux Etats-Unis : ainsi le livre de C. Coquery-Vidrovitch, Afrique Noire, Paris, Pa (...)

34La notion d’« Afrique noire » est directement associée à la France dont elle qualifie une portion d’Empire. A l’inverse, l’existence de colonies de peuplement blanc en Afrique australe empêche-t-elle implicitement son adoption par la GrandeBretagne15 ? Le correspondant anglais « Black Africa » existe bien mais il n’a pas la même portée, la même résonance à la fois dans les études et les mentalités16. L’usage des expressions de « Tropical Africa » (qui exclut en fait l’Afrique australe) ou de « Colonial Africa » est plus fréquent. A l’inverse, la pratique historique française va hériter de cette façon d’envisager l’espace et procéder selon un clivage « dermique » formel. Les historiens français, ou ceux formés à cette école, vont largement et pour longtemps adopter cette catégorisation. L’avènement de l’histoire de l’Afrique comme discipline à partir des années 1950 n’entraîna pas forcément de remise en cause ou même de réflexion légitimant les espaces envisagés : le non-dit, l’implicite dominent longtemps. La plupart des publications optent pour la séparation de l’« Afrique noire » et du reste de l’Afrique ainsi qu’en témoignent ouvertement de nombreux titres :

  • 17 L’auteur justifie de façon très circonstanciée, quoique ambiguë, les « limites du sujet » (p. 9).

1956

R. Cornevin

Histoire de l’Afrique, Payot
(réédité et élargi en deux tomes : I, Des origines au XVe siècle, Payot, 1962, II, L’Afrique précoloniale. 1500 à 1900, Payot, 1966,

1960

R. Cornevin

Histoire des peuples de l’Afrique noire, Berger-Levrault17

1961-1964

J. Suret-Canale

Afrique noire occidentale et centrale, Editions Sociales

1962

R. Delavignette

L’Afrique noire française et son destin, NRF, Gallimard

1966

J. Ganiage, H. Deschaps, O. Guitard

L’Afrique au XXe siècle (1900-1965), Sirey

1968

M. Merle (éd.)

L’Afrique noire contemporaine, Colin

1970

H. Deschamp (éd.)

Histoire générale de l’Afrique noire, PUF

1970

R. Mauny

Les siècles obscurs de l’Afrique noire, Fayard

1970

R. Cornevin

Histoire de l’Afrique. Des origines à la deuxième guerre mondiale, Payot

1972

M. Cornevin

Histoire de l’Afrique contemporaine. De la deuxième guerre mondiale à nos jours, Payot

1971

H. Brunschwig

Le partage de l’Afrique noire, Flammarion

1972

J. Ki-Zerbo

Histoire de l’Afrique noire, Hatier

1973

R. Cornevin

L’Afrique noire de 1919 à nos jours, PUF

1974

C. Coquery-Vidrovitch et H. Moniot

LAfrique noire de 1800 à nos jours, PUF, Nouvelle Clio

1975

R. Cornevin

Histoire de lAfrique, III, Colonisation, décolonisation,

indépendance, Payot

1985

C. Coquery-Vidrovitch

Afrique noire. Permanences et ruptures, Payot

1985

E. M’Bokolo

L’Afrique au XXe siècle, Seuil

1981

P. Alexandre

Les Africains, Lidis-Brepols

1993

E. M’Bokolo et al.

Afrique noire. Histoire et civilisations, Hatier/Aupelf

35Certains ouvrages cités ci-dessus échappent toutefois à cette coupure. Il faut souligner la somme de connaissances que constitue le livre de Robert Cornevin, publié dès 1956 et qui englobe toute l’Afrique sur la longue durée. Administrateur colonial à l’époque, futur secrétaire de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer, Cornevin en restitue ainsi la genèse :

  • 18 Cité par Cornevin (1975, avant-propos, p. 7).

« Je voulais lui [Gustave Payot] proposer une Histoire de l’Afrique Noire. Il cherchait un auteur pour le continent tout entier. L’Afrique Noire, me dit-il, n’intéressera personne et ne se vendra pas »18

  • 19 De façon intéressante d’ailleurs, le tome III (1975) sort du « pré carré » français et traite de l’ (...)

36Cette première synthèse fut suivie par d’autres écrits du même auteur mais l’ampleur de la tâche restreignit d’elle-même l’espace concerné dans les derniers volumes parus vingt ans plus tard19.

37L’Afrique au XXe siècle (1900-1965), rédigé par J. Ganiage, H. Deschamps et O. Guitard (Sirey, 1966) constitue également une exception notable mais leur démarche ne va pas jusqu’au bout de la logique continentale, car elle exclut l’Egypte en le justifiant :

« Si l’Egypte est absente de cette histoire de l’Afrique, c’est qu’elle trouve sa place dans une histoire du Proche-Orient où l’appelait une vocation arabe’qui l’entraînait traditionnellement vers les pays du croissant fertile’ ». (introduction).

38A l’inverse, l’Histoire générale de l’Afrique noire, publiée sous la direction d’Hubert Deschamps, ancien administrateur colonial, adopte le partage noir/blanc mais en le commentant largement :

« Quelle Afrique ?

Les continents, si l’on en considère les hommes, apparaissent comme des fictions simplistes. Ethniquement et historiquement, il y a au moins 3 ou 4 Asies. Le monde arabe se présente comme un ensemble singulièrement uniforme, du Maroc à l’Irak. Toutes les tentatives pour écrire une histoire de l’Afrique totale ont dû admettre des chapitres distincts pour l’Afrique blanche et l’Afrique noire ; le Sahara a été une barrière bien autrement sérieuse que la Méditerranée. Au surplus l’histoire de l’Afrique blanche, Egypte et Maghreb, est bien connue. Elle a ses spécialistes, qui ne dépassent pas le désert.

C’est cette double réalité de l’existence du Sahara et d’une histoire encore en défrichement qui a guidé notre choix ; Afrique noire, Afrique tropicale ne sont que des termes approchés et partiellement inexacts. Les Mauritaniens sont, en majorité, des Blancs. Le Soudan oriental reçut des apports blancs dans une masse noire. Les Ethiopides (Ethiopiens et Kouchitiques) présentent, dans leur ensemble, des traits particuliers. Les Malgaches sont des Indonésiens, plus ou moins métissés d’Africains. L’Afrique du Sud contient une forte minorité blanche et dépasse largement le Tropique.
Aussi bien, si notre titre a cédé à une habitude commode, notre critère ne sera-t-il pas racial mais géographique. Notre limite est le 22° de latitude Nord, i.e. le cœur du Sahara, la zone la plus hostile aux communications humaines, la limite de deux mondes climatiques, biologiques et, en grande partie, humains. Leur isolement n’a sans doute jamais été total, mais, depuis la fin de la Préhistoire, il n’a cessé d’être un trait décisif.
A cette ‘Afrique noire’, nous ajoutons Madagascar et les archipels voisins, en relations historiques avec la côte africaine et qui en ont reçu de nombreux apports » (1970, p. 9).

39Le raisonnement met en avant des arguments historiographiques (une histoire connue au nord, une histoire à défricher au sud) et géographiques (la barrière du Sahara, l’unité de la zone tropicale) sans être exempt de contradiction (statut de Madagascar).

40Pour d’autres ouvrages, l’absence de l’adjectif « noir » n’est pas garante de la prise en compte effective de la totalité du continent, soit par simple habitude de pensée, soit dans le contexte d’une explicitation. Il en va ainsi des Africains de Pierre Alexandre qui limite spatialement son étude (« Un autre livre sur l’Afrique noire ? » écrit-il) tout en proposant une réflexion éclairante sur la réalité même de l’Afrique, en tant qu’objet d’étude :

« Philosophiquement parlant, l’Afrique est une invention européenne, assez récente au demeurant puisque l’acception géographique actuelle de son nom ne remonte pas au-delà du XVe siècle. Aucune langue africaine n’a de mot pour le traduire. Ce qui s’explique facilement : pour percevoir un aussi vaste ensemble, un recul considérable est nécessaire, impossible à l’homme du terroir » (1981, p. 11).

41Le qualificatif de « noire » fut par ailleurs revendiqué haut et fort dans une optique nationaliste, à l’instar de la revue de Mongo Beti Peuples noirs, peuples africains.

  • 20 Divers livres récents procèdent ainsi par sous-entendu : le titre ne comporte plus l’adjectif « noi (...)

42Actuellement l’on constate l’évacuation accélérée de la référence épidermique. Cette évolution renvoie-t-elle à l’opprobre porté sur la notion de « race », délégitimée scientifiquement, à une sorte de tabou, dans la lignée du « politiquement correct »20, ou à une réflexion de fond portant sur la diversité de l’Afrique et la montée de sous-ensembles régionaux ? La fluctuation des appellations témoigne en tout cas des doutes qui s’insèrent dans le phénomène de déconstruction généralisé : les termes d’Afrique sud-saharienne, Afrique sous-saharienne, Afrique sub-saharienne, Afrique au sud du Sahara... sont peu à peu substitués à celui d’« Afrique noire », que ce soit dans les instances de la recherche (les sections du Musée de l’Homme, les centres universitaires) ou dans le vocabulaire courant.

À travers le prisme colonial. Deux tendances antagonistes : morcellement administratif contre unité de l’Afrique française

43L’émergence de l’« Afrique noire » dans le vocabulaire français n’est pas la seule expression de la catégorisation de l’espace sous l’effet de la colonisation. Le regard colonial organise, selon ses propres critères, toute l’histoire du continent.

  • 21 Voir plus haut le texte de Deschamps.

44Ainsi, l’aspect éminemment construit de la catégorie d’« Afrique noire » ressort de ses contradictions internes. La plus flagrante concerne Madagascar dont le statut illustre bien le parti-pris colonial : les ouvrages qui traitent de l’« Afrique noire » l’incluent dans leur champ d’étude tout en soulignant ses spécificités. La communauté de colonisateur vient légitimer une telle annexion mentale, corroborée également par les mouvements de population ou les relations entre la Grande Ile et le continent proche21.

  • 22 Parmi de multiples affirmations de ce type : « L’Afrique n’était rien avant le XIXe siècle qu’un ch (...)
  • 23 Il s’agit de l’Afrique occidentale et orientale française (AOF/AEF).

45Au-delà de la coupure justifiée par le Sahara se greffe la perception coloniale qui rend compte en grande partie de l’absence d’études générales pour les années 1930-1960. L’histoire de l’Afrique ne pouvait alors être que coloniale, ce qui renvoie au thème classique à l’époque de la négation de son historicité22. L’espace africain envisagé alors recoupe celui de l’empire colonial et s’organise en fonction des découpages administratifs, notamment des fédérations23, regroupements bien commodes mais sans fondement historique. C’est la logique générale de la Géographie illustrée Bong (1913) :

46Afrique du Nord (Algérie-Tunisie-Maroc/Sahara algérien) ;

47L’Ouest Africain où l’AOF sert de structure à l’exposé, mais qui inclut aussi l’AEF (traitée en un bloc), le Cameroun...

48Le Nord-Est Africain (Nil ; Egypte, Soudan anglo-égyptien, Ouganda, Zanzibar ; Abyssinie, Erythrée ; Somalis, Libye) ;

49L’Afrique australe : divisée selon les colonisateurs ;

50Iles africaines de la Mer des Indes (Madagascar et les petits archipels).

51Les publications rédigées pour les expositions coloniales ressortent de cette logique (Marseille 1906, 1922). De même, lors de l’Exposition coloniale de 1931 (Paris), l’Histoire des colonies françaises et de l’expansion de la France dans le monde (1930-1933), publiée sous la direction de G. Hanotaux et A. Martineau, témoigne de cette vision administrative de l’Afrique :

tome I

les Amériques.

tome II

Algérie.

tome III

Le Maroc, la Tunisie, la Syrie.

tome IV

L’AOF, L’AEF, la côte des Somalis.

tome VI

Madagascar, Iles Comores, îles de France et de Bourbon, Pacifique français, Français en Afrique du Sud.

52Il en va de même de l’Encyclopédie coloniale et maritime publiée en 1948-1950. La fracture Nord-Sud du continent est complétée le plus souvent par une opposition Est-Ouest en Afrique septentrionale. Le concept d’« Afrique du Nord » renvoie de façon implicite dans la géopolitique française à l’ensemble Maroc, Algérie, Tunisie dont on souligne la cohérence. G. Hardy le justifie tout autant par la géographie (l’Atlantique à l’ouest, la Méditerranée au Nord, le Sahara au Sud), le peuplement (Arabes et Berbères sont mis dans un lot commun), que par le passé et la perception arabe de cette région :

  • 24 Je ne détaille pas ici les implications de l’opposition Maghreb/Machrek, thématique connue.

« L’unité de l’Afrique du Nord :
Les Arabes l’appellent le Moghreb ou le Pays du Couchant ; on lui donne encore le nom de Berbérie ou d’Afrique mineure ; on a proposé aussi de lui appliquer l’expression de Région de l’Atlas : dans tous les cas, la toponymie reconnaît son unité et l’oppose au pays du Levant, à la Nigritie, au reste de l’Afrique » (G. Hardy, 1932, p. I).24

  • 25 J. Guiu, 1906 : « La France a poussé vers l’intérieur du continent noir\e développement de ses colo (...)

53Dans cette logique, la colonisation n’est venue que renforcer un partage antérieur, cautionné par la nature et l’histoire. Le statut administratif spécifique des « territoires du sud », le Sahara algérien, permet d’en faire une zone à part, un entredeux fort commode25.

  • 26 O. Meynier, 1914 : « Toutes les possessions africaines de la France sont solidaires les unes des au (...)

54La vision administrativement morcelée de l’Afrique aboutit à la publication de maints ouvrages d’histoire coloniale portant sur des colonies ou des ensembles de colonies. Leur recensement ne présente pas d’intérêt par rapport à la problématique de l’espace, car l’espace couvert est d’emblée circonscrit à celui de l’empire colonial sans qu’on ait à le justifier. L’organisation des archives en fonction de cette même logique coloniale renforce le processus et le perpétue. Ceci continue en effet à peser sur la pratique historique, y compris rétrospectivement car les archives collectées avant la constitution des différents territoires coloniaux ont été réparties en fonction des divisions postérieures. Rares sont, du fait du découpage des fonds documentaires, les études transgressant les frontières devenues depuis nationales26.

  • 27 Dans ce contexte, on peut noter l’adhésion de Madagascar à l’Organisation de l’Unité Africaine, fon (...)

55Le primat des espaces coloniaux, qui constitue la tendance dominante, est partiellement contrecarré par l’insistance mise au contraire sur l’unité de l’empire africain français, continu de part et d’autre du Sahara. Le Bulletin du Comité de l’Afrique française, fondé en 1890, raisonne résolument en fonction de la totalité du domaine français en Afrique à la fois par sa cartographie et par les articles publiés. L’Afrique hors colonies françaises se trouve par contrecoup niée. Le Sahara est alors perçu comme l’élément qui « soude » les diverses parties de l’Empire, vues comme « solidaires ». Cette vision est développée par la plupart des acteurs de la colonisation dont le meilleur représentant pour l’Afrique est Georges Hardy, auteur de la Vue générale de l’histoire d’Afrique en 1922 et de la Géographie de la France extérieure, dix ans plus tard. Le statut ambivalent du Sahara en ressort : « Le Sahara unit ainsi l’Afrique du Nord à l’Afrique occidentale et contribue à faire de l’Afrique française un bloc cohérent » (1932, p. 128)27.

  • 28 Il faudrait évoquer ici les travaux de Cheikh Anta Diop sur l’Egypte ancienne.

56Toutefois la vision unitaire de l’espace colonial africain, mise en valeur par les taches roses ou mauves des atlas, ne réussit pas à s’imposer véritablement tant les populations africaines, c’est-à-dire « noires » pour l’opinion courante, étaient décrites comme différentes. Après les indépendances, sous l’égide du panafricanisme, l’Afrique fut appréhendée à nouveau sous sa dimension continentale. L’UNESCO, détaché des modèles coloniaux, a ainsi patronné une Histoire Générale de l’Afrique qui englobe la totalité du continent. En France, l’unité continentale a été universitairement rendue à l’Afrique par la formulation du programme des concours d’enseignement en 1993-1995 : « L’Europe et l’Afrique (Afrique continentale et Madagascar) de la veille de la Première Guerre mondiale aux années 1970 (agrégation)/jusqu’à nos jours (CAPES) ». De ce fait, quelques ouvrages englobant toute l’Afrique et son appendice malgache ont été publiés dans la foulée28 :

1993

H. d’Almeida-Topor

L’Afrique au XXe siècle, Colin

1994

V. Joly

L’Europe et l’Afrique de 1914 aux années 1960, P.U. de Rennes

57La thématique, ambiguë car elle ne porte pas sur l’Afrique pour elle-même mais sur ses relations avec l’Europe, relança la réflexion critique sur les pratiques historiques, même si les ambiguïtés et les contingences n’ont pas disparu pour autant. Entre temps d’autres facteurs, économiques notamment mais aussi politiques, avaient contribué à creuser l’écart entre les pays situés au Nord et au Sud du Sahara, qui se conçoivent bien souvent d’ailleurs comme différents. Les identités, on le clame désormais, sont multiples et fluctuantes. Ainsi l’Afrique australe revendique actuellement son appartenance à l’Afrique noire tandis que Madagascar, bien insérée dans les institutions de l’Océan Indien, n’en renie pas pour autant ses attaches au continent africain.

Prolongements

  • 29 Le tome XI en deux volumes, rédigé par A. Bernard, traite des « Généralités. Afrique du Nord » (1èr (...)

58Nourri des savoirs géographiques ou ethnologiques, le discours historique sur l’Afrique s’est peu à peu forgé en France, en adoptant le prisme colonial comme angle de vue majeur à partir du début du XXe siècle. Cette spécificité s’insère dans les rapports particuliers établis entre les institutions de l’Etat (structures de l’administration coloniale, service des archives), ses représentants (explorateurs, administrateurs) et les professionnels de l’histoire. Les études géographiques se dissocièrent de cette lecture historique pour continuer à présenter une typologie aux contours régionaux, se voulant le reflet des données du relief et du climat. Prenant la suite de l’ouvrage de Reclus, il en va ainsi de la Géographie Universelle de Vidal de la Blache et L. Gallois, publiée en 1937-193929, à celle éditée en 1994-1995 sous la direction de R. Brunet (Belin-Reclus). Le découpage adopté par cette dernière (mettant en exergue une bande latitudinale du Maroc à l’Inde) ainsi que la terminologie (au sud du Sahara) sont significatifs toutefois d’une évolution récente, qui inscrit cette discipline dans un contexte idéologique commun à l’africanisme :

59Les Afriques au sud du Sahara, A. Dubresson, J.-Y. Marchai, J.-P. Raison, 1994 Afrique du Nord, Moyen-Orient, Monde Indien, F. Durand-Dastès, G. Mutin, 1995

  • 30 Voir par ex. M.W. Lewis et K.E. Wigen, The Myth of Continents. A Critique of Metageography, Berkele (...)

60L’aspect construit des espaces sur lesquels raisonnent les historiens, et donc leur part de subjectivité, s’imposent actuellement. Les espaces sont de moins en moins pris comme des données figées, mais sont soumis à interrogation, redéfinition et remodelage. Dans un regain de regard critique introspectif et de réflexion épistémologique, on constate un intérêt général accru pour le contour et le contenu des catégories spatiales étudiées et pour leurs représentations30.

  • 31 Voir l’avant-propos de P. Boilley, L’Ouest saharien. Cahiers d’études pluridisciplinaires, 1, 1998, (...)

61L’Afrique a bien été l’objet, comme d’autres aires, de constructions intellectuelles projetées de l’extérieur dont l’étude s’amorce31. Elle fut perçue de façon éclatée et mouvante, au gré des événements, de l’état des connaissances et des besoins. Les critères adoptés dans les différentes classifications auraient pu légitimer d’autres divisions, comme le montre le passage de la vision continentale au découpage colonial lorsque les impératifs de la géopolitique l’emportèrent.

  • 32 L’intérêt pour l’étymologie est ancien. E. Reclus, conscient comme d’autres des leçons à en tirer, (...)
  • 33 Nouveau dictionnaire de Géographie universelle, 1879, p. 29, « Dhioliba (communément appelé Niger, (...)

62Il serait intéressant de mettre en parallèle les découpages spatiaux mis à jour ici et l’évolution de la terminologie servant à les désigner. Ainsi les mêmes termes ont désigné des espaces à la géométrie variable, soit par un processus d’élargissement progressif (Ifrikya, Afrique), soit au contraire de peau de chagrin (Ethiopie, Soudan, Guinée, Libye)32. Ce changement d’échelle dans la réflexion révélerait d’autres facettes de l’espace-Afrique dans la pratique des historiens. On buterait rapidement, là aussi, sur la dimension impérialiste car la toponymie constitua un des moyens utilisés par les colonisateurs pour s’approprier symboliquement l’espace. Ainsi les appellations locales de Dhioliba (Niger) ou Zaïre, utilisées au XIXe siècle, furent abandonnées par la suite33. Elles resurgirent parfois dans une optique nationaliste dont les motivations, tout aussi idéologiques, peuvent être décryptées de la même manière.

  • 34 Voir ainsi l’ouvrage de C. Coquery-Vidrovitch qui, tout en mettant l’accent sur la partie sud-sahar (...)

63Le détour par d’autres temps et d’autres disciplines a permis de mettre en évidence certains éléments de la genèse des catégories d’étude des historiens de l’Afrique. Celles-ci ont été mises à mal et contestées après les indépendances. Le contexte à la fois panafricaniste et nationaliste ainsi que la dissociation progressive entre histoire coloniale et histoire de l’Afrique a infléchi les définitions spatiales servant de cadre à la réflexion. L’héritage est toutefois tenace, car commode, alors qu’il devient de plus en plus difficile d’embrasser la totalité du continent34. L’échelle du sous-continent – la fameuse « Afrique noire » dénuée d’unité historique hormis la traite des esclaves ou le colonialisme – est déjà bien suffisamment vaste. Cette catégorie reste opératoire même si sa légitimation s’avère ardue, comme le montre ce long préambule fort ambigu. L’auteur y oppose le concept d’« Afrique noire » et le contenu même du livre, tout en incluant les îles (dont Madagascar) et une partie du désert. Les limites de cet « espace géographique », énoncé comme « clair », sont bien par conséquent tout aussi construites.

« La notion d’Afrique noire’renvoie clairement à un espace géographique. Elle exclut l’Afrique méditerranéenne mais comprend une partie du Sahara et les îles occidentales de l’Océan Indien ; cependant à maintes reprises, il sera fait référence à l’Afrique méditerranéenne car, suivant les époques et les objets étudiés, l’évolution de l’Afrique noire ne saurait se comprendre sans celle de cette Afrique-là, et réciproquement. Si la référence géographique est claire, le contenu même de la notion d’Afrique noire’est précisément l’objet de ce livre. Car, selon les périodes considérées, les thèmes retenus, les approches adoptées, l’Afrique noire apparaît, est perçue et se perçoit comme une ou multiple, singulière ou éclatée. Ce livre est donc une réflexion historique sur les contours, les dimensions et la substance de l’africanité » (M’Bokolo, avant-propos, Afrique noire. Histoire et civilisations, 1993).

Annexes

Annexe No 1

Corpus

1776

Diderot et D’Alembert

Encyclopédie. Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers par une société de gens de lettres, Paris.

1821

C.-A. Walckenaer

Recherches géographiques sur l’intérieur de l’Afrique septentrionale, Paris, chez Arthus Bertrand.

1832

L’Univers pittoresque.

Histoire et description de tous les peuples, de leurs religions, mœurs, industries, coutumes, Paris, F. Didot frères, fils et Cie

1842

Garnier-Pagès

Dictionnaire politique, Paris, Pagnerre (introduction).

1866

Grand Dictionnaire

Universel du XIXe siècle, Paris, Pierre Larousse.

1878

EF. Bainier

La géographie appliquée à la marine, au commerce, à l’agriculture, à l’industrie et à la statistique. Afrique, Paris, E. Berlin.

1885-1902

M. Berthelot (éd.)

La Grande Encyclopédie, Paris, Lamirault et Cie.

1879

Vivien de Saint-Martin (éd.)

Nouveau Dictionnaire de géographie universelle, Paris, Hachette.

1885-1888

E. Reclus

Nouvelle Géographie Universelle, Paris, Hachette.

1889

A. Hovelaque

Les Nègres de l’Afrique sus-équatoriale (Sénégambie, Guinée, Soudan, Haut-Nil), Paris, Lecrosnier et Babé.

1890

 

Bulletin du Comité de l’Afrique française.

1891

E. Trivier

Mon voyage au continent noir.
La « Gironde
 » en Afrique, Paris, Firmin Didot &
J. Rouam ; Bordeaux, Gounouilhou.

1894

A. De Préville

Les sociétés africaines. Leur origine, leur évolution, leur avenir, Paris, Firmin-Didot.

1900

J. Deniker

Les races et les peuples de la terre, Paris, Librairie C. Rheinwald, Schleicher frères éd.

1903,

R Gaffarei

La conquête de l’Afrique, Paris, Hachette (Bibliothèque des écoles et des familles).

1906

J. Guiu

La situation internationale de la France en Afrique de 1885 à nos jours, Toulouse, V. Rivière (thèse pour le doctorat en droit).

1909

F. Schrader (et F. Prudent, E. Antoine)

Atlas de géographie moderne, Paris, Hachette.

1912

E Schrader (éd.)

L’année cartographique, Paris, Hachette.

1913

 

Géographie illustrée Bong, Paris, éd. Bong et Cie.

1914

O. Meynier

L’Afrique noire, Paris, Flammarion.

1918

R. Ronze

La question d’Afrique. Etude sur les rapports de l’Europe et de l’Afrique depuis les origines jusqu’à la guerre de 1914, Paris, Libraire Félix Alcan.

 

 

L’Afrique à travers les âges, Paris, Société d’éditions littéraires et artistiques, Librairie Paul Ollendorff.

s.d. (postérieur à 1919)

M. Delafosse

Les Noirs de l’Afrique, Paris, Payot.

1922

Vivien de St Martin et F. Schrader

Atlas Universel de géographie, Paris, Hachette.

1922

G. Hardy

Vue générale de l’histoire d’Afrique, Paris, Colin.

1928

 

Encyclopédie Larousse du XXe siècle, Paris, Larousse.

1930-1933

G. Hanotaux et A. Martineau

Histoire des colonies françaises et de l’expansion de la France dans le monde (tome VI), Paris, Société de l’histoire nationale, Plon.

1932

G. Hardy

Géographie de la France extérieure, Paris, Larose.

1937-39

Vidal de la Blache et L. Gallois (éd.)

Géographie Universelle, Paris, Colin.

1948-1950

E. Guernier et G. Froment-Guieysse

Encyclopédie coloniale et maritime, Paris, éd.
Encyclopédie de l’Empire français.

Annexe No 2

Une organisation poussée : Le Nouveau dictionnaire de Géographie universelle, Vivien de Saint-Martin, 1879.

« Dans une énumération des pays africains propres à servir de base à une description systématique du continent, il est nécessaire de faire concorder autant que possible les divisions naturelles de la géographique physique, la distribution historique des races et leur localisation actuelle, et enfin la connexion des idiomes. Cette concordance n’est pas toujours facile, et l’on est, en certains cas, obligé de subordonner les données purement historiques ou ethnologiques au point de vue pratique de l’état des choses actuel. Ces considérations nous ont dirigés dans l’arrangement suivant :

I Région littorale du Nord

A bassin du Nil

1 Egypte

2 Nubie

3 Abyssinie

4 Haute région au Sud de l’Abyssinie

5 Contrée des Omorma ou Gallas

6 Tribus du fleuve Blanc au-dessus de Khartoum

B Zone littorale de la Méditerranée

7 Pays de Barkah (Cyrénaïque)

8 Beylat de Tripoli

9 Beylat de Tunis

10 Algérie

11 Maroc

II Région centrale du Nord

A

12 Sahara

B Soudan ou Nigritie

13 Soudan oriental (entre le Haut Nil et le Tchad)

14 Soudan central (région du lac Tchad)

15 Soudan occidental (région du Dhioliba)

III Région littorale de l’Ouest

 

16 Sénégal

17 Pays de la Gambie

18 Sierra Leone

19 Libéria

20 Haute Guinée

21 Basse Guinée

22 Afrique portugaise

23 Pays indépendants au-dessus de Benguéla

IV Contrées extrêmes de l’Afrique australe

 

24 pays des Hottentots

25 Rép. (Freistaat) d’Orange

26 Rép. Du Transvaal

27 Colonie anglaise du Cap

V Région littorale de l’Est

 

28 Cafrerie

29 Natal

30 Territoire portugais du bas Zambèze

31 Mozambique

32 Zanguebar

VI Plateau de l’Afrique australe

 

33 Bassin du Zambèze

34 Région du Tanganika

VII Zone équatoriale

 

35 Région des grands Lacs

VIII Iles d’Afrique »

 

Annexe No 3

L’Afrique selon l’Encylopédie de Diderot et d’Alembert, (Supplément, tome I, 1776)

Division générale de l’Afrique

Division générale de l’Afrique

Annexe no 4

À titre de comparaison : les divisions géographiques de la Bibliothèque Universitaire de Strasbourg mises en place dans les années 1870

Christelle Caron Cherrak

L’Afrique B.N.U.S. de 1871 à 1921 ou l’histoire d’un corpus sous domination allemande, Strasbourg, 1998, p. 91 [mémoire de maîtrise, USHS].

Notes

1 Je remercie J.-L. Piermay et R. Rogers pour leurs remarques judicieuses.

2 « ... colonialism and colonization basically mean organization, arrangement. [...] It can be admitted that the colonists (those settling a region) as well as the colonialists (those exploiting a territory by dominating a local majority) have all tended to organize and transform non-European areas into fundamentally European constructs », V. Mudimbe, The Invention of Africa : Gnosis, Philosophy, and the Order of Knowledge, Bloomington, Indiana Univ. Press, 1988, p. 1.

3 M. Lakroum, « De l’histoire coloniale à l’histoire africaine (1912-1960) », dans L’Afrique occidentale au temps des Français, éd. C. Coquery-Vidrovitch, 1992, Paris, La Découverte, 1992, p. 37-47.

4 Environ 78 % des frontières africaines (en kilomètres) ont été tracés entre 1880 et 1914, cf M. Foucher, Fronts et frontières. Un tour du monde géopolitique, Paris, Fayard, 1991, p. 101. Pour la période antérieure, voir par exemple : Y. Fall, L’Afrique à la naissance de la cartographie moderne : les cartes majorquines (14e -15e siècles), Paris, Karthala, 1982.

5 Les ouvrages cités dans le texte renvoient à la liste du corpus (Annexe no 1) qui en donne les références précises.

6 On peut noter ceci dès le XVIIIe siècle : l’Encyclopédie consacre une demie page à l’Afrique en 1751 contre quatre dans son supplément de 1776. Plus marquant bien sûr est le contraste à la fin du XIXe siècle. Ainsi le Grand Dictionnaire Universel du XIXe s. consacre une colonne, complétée par deux articles (Soudan, Nil) dans son édition de 1866 en 24 vol. contre quatre pages et de nombreux renvois détaillés dans le supplément en 1878. On constate ceci dans tous les ouvrages.

7 Ainsi la collection L’Univers pittoresque publiée à Paris par F. Didot frères à partir de 1832 repoussa la parution de son volume sur l’Afrique du nord afin de prendre en compte les bouleversements liés à la conquête française de l’Algérie. Il ne parut de fait qu’en 1862.

8 La difficulté de disposer d’un spécialiste d’une zone transversale (Maghreb-Machrek par exemple) peut renforcer une coupure construite idéologiquement. Par la suite s’instaure un cercle vicieux entre la catégorisation élaborée et le morcellement universitaire (cf. témoignage de J.-P Raison à propos de la Géographie Universelle, Paris, Belin-Reclus).

9 Parfois de manière paradoxale. Ainsi, A. De Préville passe de données du milieu à des catégories humaines : « Les conditions du climat et du sol divisent l’Afrique en quatre zones sociales distinctes », zone des déserts du Nord (qui se prolonge en Arabie), zone du Plateau central, zone des déserts du Sud et zone montagneuse (1894, p. 8).

10 R. Ronze (1918, p. 2 et 3).

11 G. Hardy : « La Méditerranée devenait un abîme » à la fin du XVIs. (1922, p. 69).

12 Dir. M.N. Bourguet, B. Lepetit, D. Nordman, M. Sinarellis, Paris, Ed. de l’EHESS, 1998.

13 J.-L. Triaud, « Sudan, Bilad Al- », Encyclopédie de l’Islam, 1997, no 151-152, p. 785-793.

14 On peut dès lors multiplier les exemples à l’envi : J. Guiu, 1906, « ...intérieur du continent noir » ; R. Ronze, 1918, « Le continent noir repousse l’Européen : le sol, le climat, les habitants... » (p. 34) ; A. Moulin, 1919, « continent noir » (p. 5) ; G. Hanotaux et A. Martineau, 1933, « Madagascar est située à quelque 600 km de la côte Est du ‘continent noir’ » (p. 3).

15 Voir par exemple : D.K. Fieldhouse, Black Africa. 1945-1980, Londres, Allen & Unwin, 1986, qui exclut l’Union Sud Africaine. Une étude comparée de l’emploi des termes dans les différents mondes anglophones préciserait ce constat. On peut noter également que le pendant « Afrique blanche » – pour désigner l’Afrique au nord du Sahara – est très rarement usité car son ambiguïté ressort immédiatement pour le lecteur européen, qui ne s’identifie pas à sa population. On schématise aisément autrui mais non ce qui renvoie à l’image de soi. Lorsque l’expression est employée, c’est de façon plus récente comme synonyme d’Afrique australe ; elle désigne alors les pays dominés par des colons d’origine européenne (actuels Zimbabwe, Namibie et République sud-africaine).

16 Il en va de même aux Etats-Unis : ainsi le livre de C. Coquery-Vidrovitch, Afrique Noire, Paris, Payot, 1985, y fut-il traduit par Africa South of the Sahara. D’autres facteurs expliquent toutefois ceci car dans ce pays la relation entre blancs et noirs se greffe non sur l’impérialisme colonial mais sur le rapport à l’esclavage.

17 L’auteur justifie de façon très circonstanciée, quoique ambiguë, les « limites du sujet » (p. 9).

18 Cité par Cornevin (1975, avant-propos, p. 7).

19 De façon intéressante d’ailleurs, le tome III (1975) sort du « pré carré » français et traite de l’Afrique au sud de l’équateur (Afrique australe, l’Afrique britannique centrale et orientale, ex-Afrique belge) et des deux anciens mandats français (Togo, Cameroun).

20 Divers livres récents procèdent ainsi par sous-entendu : le titre ne comporte plus l’adjectif « noire » mais le contenu renvoie bien à cette ancienne division de l’Afrique : A Hugon, Introduction à l’histoire de l’Afrique contemporaine, Paris, Colin, 1998. « Il s’agira uniquement de l’histoire de l’Afrique noire ou, selon un terme préférable, subsaharienne » (introduction). A. Stamm, L’Afrique de la colonisation à l’indépendance, Paris, PUF, 1998.

21 Voir plus haut le texte de Deschamps.

22 Parmi de multiples affirmations de ce type : « L’Afrique n’était rien avant le XIXe siècle qu’un chaos d’ignorance et de crimes » (A. Moulin, 1919, p. 437).

23 Il s’agit de l’Afrique occidentale et orientale française (AOF/AEF).

24 Je ne détaille pas ici les implications de l’opposition Maghreb/Machrek, thématique connue.

25 J. Guiu, 1906 : « La France a poussé vers l’intérieur du continent noir\e développement de ses colonies embryonnaires jusqu’à les souder les unes aux autres » (conclusion).

26 O. Meynier, 1914 : « Toutes les possessions africaines de la France sont solidaires les unes des autres. La France doit avoir une politique africaine unique » (conclusion, p. 317).

27 Dans ce contexte, on peut noter l’adhésion de Madagascar à l’Organisation de l’Unité Africaine, fondée en 1963 : ceci découle de ou au contraire légitime son annexion intellectuelle antérieure ?

28 Il faudrait évoquer ici les travaux de Cheikh Anta Diop sur l’Egypte ancienne.

29 Le tome XI en deux volumes, rédigé par A. Bernard, traite des « Généralités. Afrique du Nord » (1ère partie), « Sahara et Afrique occidentale » (2e partie) ; le tome XII, rédigé par F. Maurette, est consacré à « L’Afrique équatoriale, orientale et australe ». On trouve la même logique régionale dans les divers atlas de géographie.

30 Voir par ex. M.W. Lewis et K.E. Wigen, The Myth of Continents. A Critique of Metageography, Berkeley, Univ. of California Press, 1997.

31 Voir l’avant-propos de P. Boilley, L’Ouest saharien. Cahiers d’études pluridisciplinaires, 1, 1998, Paris, L’Harmattan. C. Médard, Les représentations de l’Afrique orientale dans les géographies universelles françaises des XIXe et XXe siècles, Collection Travaux et Documents, no 38-39, 1993, CNRS-CEAN/IEP, Bordeaux I. Voir l’article d’I. Thioub dans ce volume.

32 L’intérêt pour l’étymologie est ancien. E. Reclus, conscient comme d’autres des leçons à en tirer, met en évidence le contenu changeant des termes au fil des décennies (livre X, p. 1-2). Voir aussi Grand Dictionnaire Universel (1866, p. 125).

33 Nouveau dictionnaire de Géographie universelle, 1879, p. 29, « Dhioliba (communément appelé Niger, par une dénomination abusive qui doit disparaître) ».

34 Voir ainsi l’ouvrage de C. Coquery-Vidrovitch qui, tout en mettant l’accent sur la partie sud-saharienne, englobe tout le continent dans sa réflexion : L’Afrique et les Africains au XIXe siècle, Colin, 1999.

Table des illustrations

Titre Division générale de l’Afrique
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/7989/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/7989/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 313k

Auteur

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540