Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les espaces de l’historien

 | 
Jean-Claude Waquet
, 
Odile Goerg
, 
Rebecca Rogers

Première partie. Des territoires aux espaces du monde

Les territoires de l’agrégation : l’espace dans les questions mises au concours depuis 1933

Danielle Nottara-Minne

Texte intégral

  • 1 Sur lequel on se reportera à A. Chervel, Histoire de l’agrégation. Contribution à l’histoire de la (...)
  • 2 Entre 1922 et 1933, la revue fournit la liste des questions, mais non celle des sujets, et ne conti (...)

1Institution spécifiquement française, le concours de l’agrégation d’histoire1 se trouve à la croisée des savoirs scolaire et universitaire. Garant de la qualité et de l’unicité de l’enseignement secondaire français, il doit sélectionner des candidats dotés d’une solide culture générale, aptes à la synthèse et capables de s’adapter à un public de jeunes élèves dans le cadre de programmes strictement définis. Il doit aussi sensibiliser ces mêmes candidats aux derniers acquis de la science historique. Aussi les questions mises au programme du concours suivent, au moins en principe, l’évolution de la recherche et les débats entre historiens. C’est à ces questions qu’on voudrait s’intéresser ici. Leur recensement est relativement aisé, puisqu’on peut, pour l’effectuer, avoir recours au Bulletin de la Société des Professeurs d’Histoire et de Géographie, devenu Historiens et Géographes depuis 1965. De 1933 à nos jours, cette publication fournit une liste presque complète des questions constituant le programme imposé aux candidats, avec il est vrai des lacunes pour les années correspondant à la deuxième guerre mondiale. Elle contient également les sujets proposés à l’écrit et à l’oral ainsi que les rapports des jurys qui y sont intégralement publiés à partir de 1947-19482.

  • 3 Instituée en 1945 à la suite de débats houleux, l’agrégation de géographie comporte elle aussi des (...)
  • 4 En 1949, les candidats sont invités à traiter « L’Empire byzantin, les royaumes barbares de l’Occid (...)
  • 5 Voir l’annexe no 1.

2Notre étude ne prend en considération que les seules questions d’histoire mises au programme des agrégations d’histoire et d’histoire et géographie3, en tenant compte de l’existence pendant une longue période de deux concours masculin et féminin. Le jury de l’agrégation masculine d’histoire mettait initialement au programme dix questions dont le nombre a été réduit à sept à partir de 1945, puis à quatre à partir de 1969. A l’agrégation féminine d’histoire et de géographie, les questions étaient moins nombreuses jusqu’en 1938. Elles reprenaient souvent les thèmes réservés aux garçons, mais avec un intitulé qui restreignait l’ampleur de la matière à traiter, parfois sur le plan chronologique, mais le plus souvent sur le plan spatial4. A partir de 1969 toutefois, et jusqu’à sa disparition en 1976, le programme de l’agrégation féminine est aligné sur celui de l’autre concours. S’ajoute enfin, à partir de 1988, la nouvelle agrégation interne d’histoire et géographie dont le programme, destiné à des enseignants déjà en poste, reprend une partie des questions des deux agrégations d’histoire et de géographie5.

3Ainsi constitué, le corpus sur lequel se fonde la présente étude comprend 223 questions dont le libellé peut être interprété en s’aidant des sujets donnés au concours, des bibliographies et des rapports rédigés par les membres du jury. L’angle sous lequel on voudrait l’aborder est celui du rapport à l’espace qu’il laisse transparaître. Aussi, après avoir analysé la fréquence selon laquelle les diverses parties du monde sont apparues depuis 1933 dans les questions mises au programme, on s’interrogera sur le statut conféré à l’espace par les membres des jurys successifs : simple cadre de référence ou, au contraire, objet de connaissance à part entière.

Le monde selon l’agrégation

  • 6 Quelques questions, contenant des intitulés tels qu’« empires coloniaux », n’ont pas été prises en (...)
  • 7 Voir l’annexe no 2.

4Dans un premier temps, nous avons dressé un tableau récapitulatif des espaces cités dans les questions proposées aux candidats depuis 1933. Ce tableau respecte le découpage – en vigueur au concours – entre les quatre grandes périodes historiques et fait apparaître pour chacune d’elle la répartition entre les diverses aires et les différents territoires6. De grandes tendances se dégagent, visibles sur les histogrammes présentés ci-après7.

  • 8 Presque toujours intégrée dans le monde romain, la Gaule n’apparaît que cinq fois dans les question (...)

5Les 223 questions composant notre corpus contiennent 602 références à des aires, « mondes » ou territoires. Parmi eux, une Europe aux limites fluctuantes – et de surcroît souvent restreinte à quelques-unes de ses composantes seulement – arrive en tête avec 168 mentions. Vient ensuite l’espace français, avec 106 références dont la terminologie évolue : Gaule8, royaumes barbares, empire carolingien, royaume capétien et enfin France. Cette dernière dénomination est utilisée pour toutes les époques, hormis l’antiquité ; elle est parfois accompagnée d’une périphrase explicative – « dans les limites de la France actuelle » – à laquelle il a été fait appel pour les questions d’histoire moderne de 1995-1996 et 1999-2000.

6Parmi les autres pays européens, l’Angleterre revient 68 fois ; l’Allemagne est évoquée à 38 reprises, quoique sous divers vocables ; l’Italie et l’Espagne – ou la péninsule ibérique – font l’objet respectivement de 37 et de 31 mentions ; l’Autriche et la Russie enfin n’émergent qu’avec l’époque moderne et contemporaine, et conséquemment sont assez peu citées. On reconnaît ici diverses zones, souvent voisines de la France, qui se signalent par leur importance dans l’histoire politique, par leur rôle dans le développement de l’Etat-nation ou par leur participation à de grandes mutations économiques – la Révolution industrielle – ou culturelles – la Renaissance.

  • 9 Elle réapparaît furtivement en histoire contemporaine, avec la « Question d’Orient ».
  • 10 Apparaissent alors des sujets de dissertation tels que celui-ci, donné en 1955 : « Blancs et gens d (...)

7A la charnière de l’Europe et des autres continents, la Méditerranée est bien traitée, avec 81 mentions qui concernent presque exclusivement l’histoire ancienne et le Moyen Age – période pendant laquelle l’Occident se trouve confronté à Byzance, aux mondes slaves et à l’Islam9. Les autres parties du monde jouent les seconds rôles, ne faisant l’objet que de quelques sujets. L’Amérique apparaît en raison de l’expansion européenne à l’époque moderne, puis à propos de la Révolution industrielle et des guerres mondiales. L’immigration massive de la période contemporaine ne fait pas, en revanche, l’objet d’une question à part entière. L’Asie – à l’exception du Proche-Orient – n’est prise en compte qu’au travers de la colonisation et des conflits contemporains. L’Afrique enfin est elle aussi négligée. Dans le cas de l’Egypte antique et de l’expansion romaine, elle s’intègre dans un espace géographique – la Méditerranée – et dans un champ historiographique – les études classiques – traditionnellement tournés vers l’Occident. Le continent lui-même n’est abordé que par le biais des voyages de découverte et surtout par celui de la colonisation10. Il faut attendre les années 1994-1995 et la question « L’Europe et l’Afrique (Afrique continentale et Madagascar) de la veille de la première guerre mondiale aux années 70 » pour qu’il soit pris en considération en son entier, dans ses relations avec l’Europe, mais aussi dans le contexte de la nouvelle réalité issue de la décolonisation.

  • 11 Nous rejoignons ici plusieurs des conclusions de C. Liauzu, « L’agrégation d’histoire en questions  (...)

8Dans l’ensemble, le monde de l’agrégation se confond avec l’Europe et, en son sein, avec la France et avec quelques grandes zones tenues pour exemplaires. Il n’inclut les autres continents qu’autant que ceux-ci participent à la dynamique de l’histoire européenne, et se déplace vers la Méditerranée lorsque celle-ci se configure soit comme le berceau, soit comme la frontière menacée de la civilisation occidentale11. Ce monde est, de surcroît, appréhendé au moyen d’une terminologie sur laquelle il faut maintenant porter l’attention.

L’espace, cadre géographique des monographies, des confrontations et des comparaisons

  • 12 Voir les questions données en 1954 (« Les invasions en Europe occidentale, centrale et balkanique.. (...)

9Souvent les jurys emploient une terminologie – Europe, Europe occidentale, Europe centrale, France, Angleterre, Allemagne – qui n’est pas celle de l’époque considérée, et ce au double niveau des termes dénommant l’espace couvert par la question, et des vocables employés pour en articuler – et souvent pour en restreindre – le contenu effectif. On parle donc de « la France de 1180 à 1328 », bien que son territoire ne soit pas celui de la France actuelle, et que le pouvoir monarchique ne s’y exerce pas de façon uniforme ; ailleurs l’on précise : « l’Europe occidentale (France, Angleterre, Allemagne, Italie, Papauté) de 1180 à 1285 ». Constamment utilisée, cette pratique intéresse des questions d’histoire médiévale, moderne et contemporaine, et donne à voir une France – ou une Europe, ou une Allemagne – à géométrie variable, identifiable à chaque fois à partir de la seule chronologie. Plus généralement, la tendance est à donner la priorité à des termes et à des expressions géographiques d’usage courant, au risque de proposer aux étudiants des intitulés ambigus ou impropres, voire anachroniques. « Europe », par exemple, est utilisé dans le libellé de questions d’histoire médiévale alors qu’avant le XIVe ou le XVe siècle, « Occident » paraît plus approprié. De même « Catalogne » n’est pas, pour les siècles antérieurs à l’An Mil, le terme le plus idoine, puisqu’il n’existait alors qu’une marche d’Espagne, puis un comté de Barcelone. Les pays Scandinaves, même s’ils font partie de la Chrétienté d’Occident, peuvent difficilement être inclus dans l’Europe « occidentale »12. Les jurys ont parfois été sensibles à ces difficultés : ainsi en 1959, lorsque le libellé de la question « Les Pays-Bas de l’abdication de Charles-Quint au début du XVIIIe siècle (1555-1714) » est assorti de la mention « les Pays-Bas étant pris dans leur sens ‘géographique’ ».

  • 13 Ainsi en 1970 avec la question « L’Europe occidentale de 1830 à 1851 (Royaume-Uni, France, Confédér (...)
  • 14 Claude Cahen souligne par exemple, à propos d’une question mise au programme en 1965 (« Le Christia (...)
  • 15 « Les mondes byzantins et musulmans du VIIIe au milieu du XIe siècle ». Les candidats furent appelé (...)
  • 16 « Les rapports entre le monde grec et les Perses ».
  • 17 « La vie politique en France, Grande-Bretagne, Allemagne de l’Ouest de 1945 à la fin des années soi (...)

10Tantôt les questions soumettent à l’attention des candidats un seul espace, à l’intérieur duquel on identifie, le cas échéant, plusieurs zones devant être étudiées à l’exclusion des autres13. Tantôt au contraire, elles mettent en regard plusieurs espaces, dans le souci de focaliser l’attention sur un antagonisme ou, parfois, de favoriser une démarche comparatiste. Ainsi la question « Allemagne et Italie au XIIIe siècle », qui date de 1934, renvoie aux relations entre la Papauté et l’Empire, tandis qu’en 1949 un autre thème – « La France et l’Angleterre entre 1328 et 1422 » – porte à l’évidence sur un autre objet traditionnel de l’histoire politique : la guerre de Cent Ans. Plus tard, en 1954, le libellé « Les invasions en Europe occidentale, 476 – milieu du VIIIe siècle » est accompagné d’une précision – « Europe et Afrique du Nord face aux envahisseurs » – qui atteste la volonté de mettre l’accent sur le contact ou plutôt sur la confrontation entre deux aires culturelles bien différentes. Quant au comparatisme, s’il est explicitement exclu de certaines questions données dans les années soixante14, il gagne ensuite du terrain et se trouve, par exemple, au centre de la problématique définie par le jury d’histoire médiévale pour la question proposée en 1979 et 198015. Il informe encore la question d’histoire ancienne de 198116, et celle d’histoire contemporaine de 198417, puis joue un rôle de plus en plus important à partir de la fin des années quatre-vingts, avec des questions telles que « Pouvoirs et sociétés politiques au Moyen Age » (1987-1988), « Histoire culturelle de l’Europe occidentale de 1900 à 1950 » (1988-1989) et « Guerre et paix au XVIIe siècle en Europe » (1991-1992).

  • 18 On trouve encore l’expression « aspects intérieurs et extérieurs » dans le libellé de la question d (...)

11Quelle que soit l’orientation – monographique, relationnelle ou comparatiste – des questions mises au programme, l’une de leurs caractéristiques est de mettre en jeu divers termes et notions spatiales dont l’emploi appelle quelques observations. « Extérieur », qui sert à composer « histoire extérieure », a été en usage aussi longtemps que les thématiques économiques et sociales ne l’avaient pas complètement emporté sur l’histoire diplomatique et militaire, puis a ensuite cessé d’être utilisé, ou peu s’en faut18. « Méditerranée » a connu un plus vif et plus durable succès. Cet espace maritime – le seul qui soit fréquemment évoqué dans les questions – est quelquefois évoqué à travers ses deux « bassins », oriental et occidental. Il est surtout abordé sous son double angle culturel et géopolitique. L’Europe pour sa part est d’abord l’« Occident » chrétien du Moyen Age, dont les jurys étendent quelquefois les limites jusqu’aux pays Scandinaves et à la Hongrie, mais dont les principales composantes sont, à lire les questions, la France, l’Allemagne, l’Angleterre, l’Italie et à un moindre degré l’Espagne. Elle prend son véritable nom à l’époque moderne, et se présente alors dans les questions comme une entité structurée sur une base politique, comprenant outre le Saint Empire quelques Etats appelés à durer – la France, l’Angleterre, l’Espagne et le Portugal –, auxquels dans des temps ultérieurs viendront s’ajouter l’Autriche-Hongrie et la Russie. A partir du XVIIIe siècle, et plus encore au XIXe siècle, cette Europe se conçoit aussi comme un espace économique innovant, celui de la Révolution industrielle, à l’intérieur duquel les jurys distinguent 18 fois l’Angleterre, tandis que les questions font aussi une place à la comparaison avec l’Amérique du Nord, autre moteur des transformations économiques. Toujours proche de l’Europe, l’« Orient » intervient dans 36 questions, pour qualifier des espaces dont le propre est de se définir par rapport à leur voisin occidental : Orient romain, chrétientés orientales, ou encore l’Orient de la « Question d’Orient ». Enfin « monde » désigne jusqu’aux années cinquante des aires de civilisations auxquels les jurys successifs donnent le nom de « mondes » grec, hellénistique, romain, byzantin, islamique, musulman ou occidental. Le terme émerge dans sa dimension planétaire avec une question de 1969 relative à la première guerre mondiale. Six ans plus tard, on note l’apparition dans une question d’histoire médiévale de la notion – alors à la mode parmi les géographes et dans la presse – de « mondes périphériques ».

12Les jurys ont donc toujours fait appel – et c’était inévitable – à des notions et à un lexique qui, souvent empruntés au vocabulaire de la géographie, entrent en composition avec d’autres éléments pour former les libellés de leurs questions. Mais, le plus souvent, ces mots de l’espace n’ont d’autre fonction que de fournir aux candidats des repères : utilisés pour désigner des limites ou des subdivisions, ils ne servent pas à articuler une problématique spatiale. Cette situation se vérifie pendant toute la période couverte par notre étude. Elle coexiste toutefois, dans les années les plus récentes, avec une tendance de sens contraire sur laquelle il faut maintenant fixer l’attention.

Vers des problématiques spatiales ?

  • 19 Cette évolution est préparée dès les années 1949-1953 par les interventions de Fernand Braudel, mem (...)

13Depuis les années 1950, les choix des jurys ont été marqués par une évolution multiforme. A des questions embrassant, sans autre précision, une aire territoriale pendant une période donnée, se sont substituées des formulations faisant apparaître un thème tel que, en 1956, celui des « Progrès scientifiques et techniques en Europe au XVIIIe siècle »19. Le comparatisme, plus tard, se fraye de plus en plus nettement un chemin. Enfin le recours à des termes géographiques s’accompagne, peu à peu, de la prise en compte de thématiques spatiales dont on peut apprécier l’émergence en observant successivement le sort fait à quelques mots.

  • 20 Bulletin de la Société des Professeurs d’Histoire et de Géographie, 1949, no 39, p. 113.
  • 21 Historiens et géographes, 1965, no 56, p. 335.

14Dans les questions antérieures aux années 1950, la mer n’est pas constituée par les jurys en objet de connaissance à part entière. Fernand Braudel, certes, fait une place dans la bibliographie consacrée à la question de 1949 à la « vie générale de l’Atlantique »20 : mais il entend par là les combats navals. En 1965, en revanche, les choses changent : la question d’histoire ancienne porte sur « le rôle de la mer pour les pays hellénistiques de la Méditerranée orientale et de la mer Egée », et le jury insiste dans son rapport sur la spécificité des populations maritimes ; « sur mer, écrit-il, on rencontre les marins, les armateurs, les négociants, les pirates et les amiraux »21. L’évolution se poursuit ensuite, jusqu’au très explicite libellé de 1997-1998 : « Les Européens et les espaces maritimes... entre 1690 et 1790 : aspects économiques, sociaux, expansion coloniale, rivalités politiques et influences culturelles ».

  • 22 « Paris vers 1300 » et « La ville de Paris et son rôle dans la vie française entre 1328 et 1420 ». (...)
  • 23 « Rome et Genève au temps des Réformes (1541-1620) : étude comparée de deux capitales religieuses »
  • 24 « Villes d’Italie et des Pays-Bas au XIVe et au XVe siècle » (1951).
  • 25 « Florence au XVe siècle, le cadre monumental, les foyers artistiques, les liens entre les arts et (...)
  • 26 « L’évolution sociale dans les villes de l’Occident romain du début du IIe siècle avant J.-C. jusqu (...)
  • 27 « Villes et mondes ruraux dans l’Afrique romaine des trois premiers siècles » ; voir aussi en 1979 (...)
  • 28 Historiens et géographes, 1982, no 291, p. 114.
  • 29 Historiens et géographes, 1982, no 292, p. 307.

15La ville, pour sa part, a d’abord retenu l’attention des jurys en raison du cadre politique particulier que constituait la cité-Etat, qu’il s’agisse de Carthage (1934), d’Athènes (1948, puis 1957), de l’Italie médiévale (1951), de Sparte (1962) ou enfin de Rome (1967). Ce cadre, faut-il souligner, a été présenté aux candidats de façon de plus en plus problématique. La capitale, en outre, s’est progressivement affirmée comme un sujet à part entière, par exemple avec les questions d’histoire du Moyen Age données en 1958 et 196222, puis avec la question d’histoire moderne de 198223. Parallèlement, des questions thématiques sont apparues, consacrées à des aspects économiques24, culturels25 ou plus tardivement sociaux26. Les relations avec le monde rural ont également retenu l’attention, dès 195127. Il faut toutefois attendre 1983 pour que les candidats soient invités à réfléchir sur des thèmes saisissant le fait urbain dans la globalité que lui reconnaît par ailleurs la recherche en sciences sociales. La question porte alors sur « Les villes en Europe occidentale du milieu du XVIIe siècle à la veille de la Révolution ». La bibliographie relative à l’espace français est l’œuvre de Bernard Lepetit. Le jury cependant reste prudent : Bernard Vogler rappelle, certes, que « la ville est vue sous toutes ses fonctions et sous tous ses aspects »28, mais Michel Morineau souligne aussi la « ‘mythologisation’ de la ville qui perce actuellement chez maint auteur », et incite les candidats à rester dans les limites des centres d’intérêt « qui relèvent des concours »29. Moins de dix ans plus tard, en 1991, la question d’histoire contemporaine – « Villes et sociétés urbaines aux Etats-Unis, en France, dans le Royaume-Uni et dans les pays germaniques » – est abordée d’entrée de jeu d’un point de vue global et problématisé : la bibliographie fournie aux étudiants s’ouvre par des références à des ouvrages de géographie et d’urbanisme et renvoie ensuite, dans ses diverses sections, un écho fidèle de la recherche récente sur le fait urbain.

  • 30 On peut aussi citer la question d’histoire médiévale de 1962-1963 : « Le travail en Europe du XIe a (...)
  • 31 « La frontière et son rôle dans l’histoire des Etats-Unis ».
  • 32 En 1986, les médiévistes ont toutefois proposé aux candidats un sujet de dissertation centré autour (...)

16Comparé au sort fait à la ville, celui que les jurys ont réservé à la terre et aux mondes ruraux est en quelque sorte paradoxal. Ce thème en effet a été précocement constitué en objet d’étude en soi, ainsi que l’attestent des questions données en 1954 – « Terre et paysans en Europe occidentale aux XIIe et XIIIe siècles » – puis en 1956 – « Vie rurale dans l’antiquité grecque et romaine » – et enfin en 1967-1968 – « La vie rurale en Europe au XVe siècle »30. Mais le domaine a connu ensuite une longue éclipse, jusqu’à la toute récente question d’histoire moderne : « La terre et les paysans en France... et en Grande-Bretagne du début du XVIIe siècle à la fin du XVIIIe siècle ». La notion de frontière est encore plus rarement mise en avant : elle n’a servi qu’une fois à faire émerger une thématique résolument spatiale, avec une question sur la Frontière américaine31 qui, donnée en 1961, renvoyait directement aux travaux classiques de F.J. Turner32.

17Ainsi, le lexique et les concepts de la géographie, quoiqu’utilisés le plus souvent par les jurys de façon purement instrumentale, pour désigner des territoires ou marquer les limites d’une question, ont parfois été mobilisés pour dégager une problématique plaçant au centre de la curiosité un objet spatial : mer, ville, monde rural ou frontière. Le phénomène est, dans l’ensemble, plutôt récent. Il va en s’accentuant, mais sans prendre les dimensions d’une mutation, de sorte que les questions données à l’agrégation d’histoire restent, dans l’ensemble, assez étrangères aux préoccupations et aux questionnaires de la science géographique contemporaine.

*
* *

18Vu depuis l’agrégation, le monde n’est pas à proprement parler la planète tout entière, mais plutôt la France, et avec elle la Méditerranée antique et médiévale, la Chrétienté d’Occident et une Europe des Etats qui à partir de l’époque moderne conquiert les océans, colonise les continents, engendre enfin au loin de nouvelles sociétés occidentales. Cette situation peut agacer ceux qui attendraient d’un concours voué à l’excellence une plus grande ouverture, et irriter les spécialistes d’aires ou de territoires trop souvent négligés. D’autres à l’inverse excuseront les jurys et le concours lui-même, en rappelant que les contraintes de la préparation dans les académies de province, jointes à un légitime souci de traiter les candidats avec équité, imposent d’exclure des questions certes intéressantes, et même fondamentales, mais difficiles à traiter en dehors de la capitale. Chacun enfin admettra que, comme on pouvait s’y attendre, l’agrégation renvoie aux historiens des universités françaises l’image de leurs propres priorités : en faveur du monde grec et romain, en faveur de l’espace européen, en faveur enfin d’une nation française qui bien souvent s’impose spontanément comme un cadre de l’enseignement, de la recherche et de la pensée.

19Cette agrégation est, par ailleurs, ouverte à la fois sur l’enseignement de l’histoire et sur celui de la géographie. Elle a même longtemps été, en ce qui concerne les femmes, une agrégation d’histoire et géographie. Pour autant, les liens entre les deux disciplines n’y apparaissent pas particulièrement étroits. Aux géographes, spécialistes de l’espace, les historiens des jurys, hommes du temps, n’ont souvent demandé qu’une nomenclature qui leur permettait de définir et de subdiviser le cadre de leurs questions. Ils sont quelquefois allés plus loin, comme le requérait l’évolution d’une discipline qui depuis cent ans a produit La terre et l’évolution humaine de Lucien Febvre, quelques célèbres thèses d’histoire régionale et plus récemment encore des recherches sur l’espace dominées notamment par la figure de Bernard Lepetit. Mais leurs incursions dans le champ des problématiques spatiales ont été relativement tardives, et laissent ainsi apparaître un décalage au reste prévisible entre le front de l’innovation scientifique et le terrain nécessairement plus conventionnel des concours de recrutement. Elles restent également assez rares, à l’image de ce qui se vérifie à l’intérieur de la production historique elle-même, où l’espace est loin de constituer, aujourd’hui comme hier, un concept fédérateur.

Annexes

Annexe no 1

Les aires, « mondes » et territoires mentionnés dans les questions mises au programme de l’agrégation de 1933 à 1999 (données brutes)

Antiquité

Moyen Age

34

Rome

69

Occident

31

Grèce

41

Royaumes francs et France

13

Orient classique

21

Italie

5

Gaule

16

Angleterre

5

Italie

14

Allemagne

3

Bretagne romaine

14

Péninsule ibérique

3

Espagne

11

Monde islamique

2

Asie Mineure

10

Byzance

2

Germanie

5

Pays Scandinaves

1

Afrique romaine

3

Méditerranée

99

 

204

 

 

Époque moderne

Époque contemporaine

40

Europe

59

Europe

23

Iles britanniques

38

France

22

France

26

Royaume-Uni

et ses dépendances

14

Péninsule ibérique

13

Aires et territoires extra-européens

15

Allemagne

7

Empire et monde germanique

15

Russie

2

Pays-Bas

11

Italie

1

Autriche

5

Autres États européens

 

 

4

Amérique du Nord

 

 

2

Afrique

 

 

2

Méditerranée

122

 

177

 

Annexe no 2

Les aires, « mondes » et territoires mentionnés dans les questions mises au programme de l’agrégation de 1933 à 1999 (représentation graphique)

Époque contemporaine

Époque contemporaine

Annexe n2 (suite) Récapitulation toutes périodes

Notes

1 Sur lequel on se reportera à A. Chervel, Histoire de l’agrégation. Contribution à l’histoire de la culture scolaire, Paris, Kimé, 1993.

2 Entre 1922 et 1933, la revue fournit la liste des questions, mais non celle des sujets, et ne contient pas non plus d’extraits des rapports. Les années 1940-1944 manquent, mais les questions données pendant la guerre ont été reprises entre 1945 et 1947.

3 Instituée en 1945 à la suite de débats houleux, l’agrégation de géographie comporte elle aussi des questions d’histoire, d’abord limitées aux seules périodes moderne et contemporaine. Nous serons amenée à les évoquer. Pour une critique de l’incidence de ce concours sur la recherche, voir M.C. Robic, « Le fardeau du professeur », Espaces-Temps, 1998, no 68-70, p. 158-170.

4 En 1949, les candidats sont invités à traiter « L’Empire byzantin, les royaumes barbares de l’Occident et le monde arabe entre 476 et 641 », et les candidates « Byzance et le monde carolingien » ; en 1952, elles doivent s’intéresser aux « Carolingiens, histoire politique, institutions », alors que les candidats ont au programme « L’Occident » (dans son ensemble) pendant la même période. Cette différence s’explique par la spécificité du concours féminin, qui jusqu’en 1969 prévoit outre les questions d’histoire et de géographie trois questions d’histoire de l’art. On remarquera que la réduction s’opère toujours au détriment des territoires les plus rarement étudiés, de sorte que l’espace à traiter par les historiennes est, d’emblée, plus conventionnel que celui des historiens.

5 Voir l’annexe no 1.

6 Quelques questions, contenant des intitulés tels qu’« empires coloniaux », n’ont pas été prises en compte dans cette répartition.

7 Voir l’annexe no 2.

8 Presque toujours intégrée dans le monde romain, la Gaule n’apparaît que cinq fois dans les questions comme un espace à part.

9 Elle réapparaît furtivement en histoire contemporaine, avec la « Question d’Orient ».

10 Apparaissent alors des sujets de dissertation tels que celui-ci, donné en 1955 : « Blancs et gens de couleur en Afrique du Sud (fin XIXe siècle, début XXe siècle) ».

11 Nous rejoignons ici plusieurs des conclusions de C. Liauzu, « L’agrégation d’histoire en questions », Historiens et géographes, 1989, no 325, p. 29-32.

12 Voir les questions données en 1954 (« Les invasions en Europe occidentale, centrale et balkanique... » ; « Terres et paysans en Europe occidentale et centrale... »), 1960 (« Le commerce de l’Europe occidentale : Péninsule ibérique, Italie... et pays Scandinaves au XVe siècle »), 1962 (« L’Europe carolingienne et post-carolingienne : France, Catalogne... 840-962 »), 1963 (« Le travail en Europe... XIe-XIIe-XIIIe siècles ») et 1990 (« Les provinces romaines d’Europe occidentale et centrale... »).

13 Ainsi en 1970 avec la question « L’Europe occidentale de 1830 à 1851 (Royaume-Uni, France, Confédération germanique, Etats italiens – Royaume lombard-vénitien compris) ».

14 Claude Cahen souligne par exemple, à propos d’une question mise au programme en 1965 (« Le Christianisme et la vie religieuse en Orient et en Occident ») qu’il est impossible de comparer les deux zones couvertes par celle-ci (Historiens et géographes, 1965, no 55, p. 201). De fait, le sujet de dissertation proposé aux candidats (« Le monachisme irlandais et colombanien ») ne portait que sur l’une d’entre elles.

15 « Les mondes byzantins et musulmans du VIIIe au milieu du XIe siècle ». Les candidats furent appelés à composer sur un sujet d’histoire comparée : « Les relations entre campagnes et villes dans l’Orient byzantin et musulman du VIIe siècle au milieu du XIe siècle ».

16 « Les rapports entre le monde grec et les Perses ».

17 « La vie politique en France, Grande-Bretagne, Allemagne de l’Ouest de 1945 à la fin des années soixante ». Les sujets portèrent en 1984 sur « Les socialistes en France, en Grande-Bretagne, en Allemagne de l’Ouest dans les dates du programme », et en 1985 sur « Le rôle de la guerre froide en France, Angleterre, Allemagne ».

18 On trouve encore l’expression « aspects intérieurs et extérieurs » dans le libellé de la question d’histoire contemporaine de 1990.

19 Cette évolution est préparée dès les années 1949-1953 par les interventions de Fernand Braudel, membre, puis président du jury de l’agrégation d’histoire, en faveur de « sujets larges et généraux ». Voir à cet égard son rapport de 1951, où il reprenait une réflexion sur le concours de l’agrégation parue dans la revue Education nationale du 25 octobre 1951.

20 Bulletin de la Société des Professeurs d’Histoire et de Géographie, 1949, no 39, p. 113.

21 Historiens et géographes, 1965, no 56, p. 335.

22 « Paris vers 1300 » et « La ville de Paris et son rôle dans la vie française entre 1328 et 1420 ». S’agissant de la deuxième de ces questions, le rapport du jury insiste sur la nécessité de « s’inspirer de l’esprit de la géographie urbaine », rappelle l’intérêt des « rapports entre la ville et la région » et constitue plus généralement une sorte de manifeste de la géographie vidalienne qui a largement contribué au développement des thèses d’histoire régionale (Historiens et géographes, 1964, no 190, p. 412-416).

23 « Rome et Genève au temps des Réformes (1541-1620) : étude comparée de deux capitales religieuses ».

24 « Villes d’Italie et des Pays-Bas au XIVe et au XVe siècle » (1951).

25 « Florence au XVe siècle, le cadre monumental, les foyers artistiques, les liens entre les arts et la société » (1955).

26 « L’évolution sociale dans les villes de l’Occident romain du début du IIe siècle avant J.-C. jusqu’en 235 après J.-C. » (1970).

27 « Villes et mondes ruraux dans l’Afrique romaine des trois premiers siècles » ; voir aussi en 1979 « Les relations entre villes et campagnes dans l’Orient byzantin et musulman... ».

28 Historiens et géographes, 1982, no 291, p. 114.

29 Historiens et géographes, 1982, no 292, p. 307.

30 On peut aussi citer la question d’histoire médiévale de 1962-1963 : « Le travail en Europe du XIe au XIIIe siècle : techniques agricoles... ».

31 « La frontière et son rôle dans l’histoire des Etats-Unis ».

32 En 1986, les médiévistes ont toutefois proposé aux candidats un sujet de dissertation centré autour de cette notion : « Frontière (limites politiques et front de colonisation), habitat et société, du milieu du XIe siècle au milieu du XIIIe siècle... ». On notera aussi l’usage du terme même d’espace dans deux sujets sur lesquels les étudiants ont été appelés à composer ces dernières années : « Châteaux, fortifications et habitat dans l’organisation de l’espace des pays riverains du bassin occidental de la Méditerranée des environs de 1030 au début du XIIIe siècle » (1992) et « Les Français et la maîtrise de leur espace de 1715 à 1788... ». Dans le premier cas, le rapporteur oriente la problématique du sujet vers une définition de l’espace ; dans le second, le jury indique avoir fait usage d’un concept « utilisé par les géographes contemporains », tout en lui donnant en pratique une interprétation relativement restrictive (Historiens et géographes, 1992, no 338, p. 268-270, et 1994, no 346, p. 270).

Table des illustrations

Titre Antiquité
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/7983/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Moyen Âge
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/7983/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Époque moderne
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/7983/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Époque contemporaine
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/7983/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/7983/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540