Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les espaces de l’historien

 | 
Jean-Claude Waquet
, 
Odile Goerg
, 
Rebecca Rogers

Première partie. Des territoires aux espaces du monde

Past and Present (1952-1957) et l’espace de l’histoire

Jean-Claude Waquet

Texte intégral

  • 1 Sur cette période de l’histoire de Past and Present, qui s’acheva au lendemain des événements de Bu (...)
  • 2 No 1, p. I-IV. Dans cette introduction, les promoteurs de la revue font référence, souvent de façon (...)
  • 3 No 1, p. IV.
  • 4 Voir à cet égard les développements sur l’historiographie tchèque contenus dans Betts, no 2 et 7, a (...)
  • 5 Kosminsky (no 7) et Porschnev (no 8) sont des historiens soviétiques. Polisensky (no 6) et Klima (n(...)
  • 6 Le sociologue Homans, de Harvard (no 4), est le seul dans ce cas.

1Dans l’histoire de Past and Present, les années 1952-1957 forment une étape à part. Créée à l’initiative d’un groupe d’historiens de sensibilité marxiste, dirigée par un bureau comprenant en majorité des communistes, conseillée par un « board of foreign advisers » regroupant des « marxist contacts abroad », la revue se signalait par une orientation idéologique clairement marquée. Ses fondateurs cependant étaient anxieux de rassembler les historiens – communistes ou non – contre les fascistes, conservateurs et réactionnaires de tout poil. Aussi donnèrent-ils leur préférence à une stratégie d’ouverture, et placèrent-ils en tête du premier fascicule une introduction exempte de prises de position trop tranchées1. Ibn Khaldoun y était cité, mais non Karl Marx. Pour le reste, le texte laissait transparaître des références historiographiques européennes ou, à tout le moins, occidentales2. Ses auteurs manifestaient aussi une grande curiosité intellectuelle : l’un de leurs objectifs était – écrivaient-ils – de rendre accessibles les œuvres d’historiens « writing in unfamiliar languages »3. Ces langues rares furent en pratique celles du bloc oriental4, d’où provenait une partie des collaborateurs de la revue5. L’Est, ainsi, coopérait avec l’Ouest et l’Ouest, à son tour, faisait connaître les apports scientifiques de l’Est. Et comme les Américains ne fournissaient guère de copie6, le périodique se présentait sous des traits essentiellement européens, plus sans doute que purement anglais. On peut se demander si, à cette double identité marxiste et européenne, correspondait une pensée spécifique de l’espace et de sa place dans les études d’histoire.

Past and Present et l’espace

  • 7 De fait, les premiers numéros de la revue contiennent peu d’articles consacrés à l’histoire de l’es (...)
  • 8 No 1, p. IV.

2Dans l’introduction au premier numéro, le comité de rédaction de Past and Present ne rangeait pas l’histoire de l’espace au premier rang des priorités thématiques ou méthodologiques du nouveau périodique. L’objectif que ces savants se fixaient, était d’étudier « different periods and aspects of history » et plus précisément de mettre en évidence les « transformations that society undergœs by its very nature ». Sur le plan de la méthode, il ne leur apparaissait pas que l’histoire pût s’interpréter « merely as a function of outside environment ». Leur revue n’était donc nullement spécialisée dans l’histoire de l’espace, et leur propos n’était pas non plus de faire ressortir des conditionnements relevant de l’espace géographique, climatique ou culturel7. Pour autant, la curiosité de ces historiens ne connaissait point de bornes : le monde était le cadre qu’ils s’assignaient et, soucieux de déborder les limites dans lesquelles l’historiographie anglaise se retranchait traditionnellement, ils entendaient faire sa place à l’« Indian, Chinese, Arab, African or Latin-American history »8.

3Le comité de rédaction n’expliqua pas autrement comment il concevait la structure de ce « greater world », ni quelle place il y assignait aux nations prises isolément, ou à l’Europe saisie dans son entier. Mais ces questions furent abordées plus tard, au fil des articles, et les prises de position auxquelles elles donnèrent lieu, doivent être brièvement rappelées.

  • 9 No 8, p. 87.
  • 10 Polisensky, no 7, p. 31-33.

4Past and Present ne plaidait pas en faveur d’une histoire des nations. Rendant compte des travaux du Xe Congrès international des sciences historiques, ses collaborateurs réservèrent une appréciation favorable à la communication de Fritz Hartung et Roland Mousnier, qui avaient traité la question de la monarchie absolue à l’échelle de l’Europe, et en profitèrent pour critiquer la perspective étroitement nationale dans laquelle les historiens anglais enfermaient, à leur avis, le régime des Tudor9. Ailleurs, Josef Polisensky discutait le bien-fondé d’une conception exclusivement germanique de la Guerre de Trente ans : ce long affrontement, protestait-il, ne fut pas une affaire essentiellement allemande, mais un conflit européen, et c’était dans le cadre du continent tout entier qu’il fallait en écrire l’histoire10. L’Europe, donc, se présentait en premier lieu comme le moyen et le lieu d’un dépassement, grâce auquel les limites inhérentes à une historiographie purement nationale se trouvaient utilement repoussées.

  • 11 Barraclough, no 5, p. 77-78.

5Tout autre était le message délivré par Geoffrey Barraclough dans un article auquel un ouvrage de Walter Prescott Webb, The Great Frontier, servait de point de départ. Pour lui, l’Europe – et surtout son « ’historic core’, springing from the Empire of Charlemagne » –, ne fournissait plus aux études un cadre pertinent. Il était nécessaire de rendre leur place à la Russie et aux peuples slaves. Plus en général, il était indispensable de rompre avec l’historiographie traditionnelle, sa concentration myope sur l’Europe et ses Etats, et sa tendance fâcheuse à concevoir les autres continents comme autant de sphères distinctes, « moving in a separate axis ». Ce n’était plus à elle, mais au monde que l’historien devait désormais s’intéresser et se confronter11.

  • 12 No 10, p. 3-5.
  • 13 Wu Ta-k’un, no 1, p. 2sq. L’historien chinois souligne notamment l’inadéquation des termes « feudal (...)

6Cette critique de la place traditionnellement faite à l’Europe résonna ailleurs dans les premières livraisons de Past and Present, qu’il s’agisse du compte rendu que V.G. Childe consacra à un livre du même G. Barraclough, History in a Changing World12, où de l’article – le premier de la revue – où Wu Ta-k’un signalait les problèmes posés par l’application à la société chinoise ancienne d’une terminologie occidentale et de la notion de mode de production « oriental » ou « asiatique »13. Cette fois, l’Europe changeait de signe : elle ne se présentait plus comme l’instrument d’un dépassement, mais plutôt comme la cause d’un réductionnisme ou comme le lieu d’un enfermement. D’un article à l’autre, le statut que les collaborateurs de Past and Present reconnaissaient à ce continent était, en définitive, assez ambivalent.

7Considérés dans leur l’ensemble, les premiers numéros de la revue ne laissaient pas transparaître les éléments d’une théorie marxiste de l’espace. Ce qui les distinguait, c’était plutôt l’expression un peu décousue, mais parfois radicale, de quelques principes simples dont aucun ne prenait à proprement parler la forme d’une directive. Rien, a priori, ne garantit qu’au rythme des livraisons, les auteurs des articles les aient traduits dans les faits.

Les espaces de Past and Present

  • 14 No 1 (Kiernan), no 2 (Hill), no 3 (Mason, Kiernan, Adams), no 4 (Homans, Hoskins), no 5 (Mercer, Ma (...)
  • 15 On notera en outre que lorsqu’un article concerne l’Angleterre, il n’est pas toujours fait mention (...)
  • 16 Soboul, no 5, Rudé, no 8. Voir aussi Soboul, no 10, et Goubert, no 10.
  • 17 Betts, no 7, p. 40.
  • 18 Hobsbawn, no 5, p. 35.
  • 19 Coles, no 11, p. 41, 43.
  • 20 Kiernan, no 11, 78.
  • 21 « England faced its greatest ordeal since 1588 », « England was priding itself », écrit ainsi V.G. (...)

8Bien qu’elle se fut donné le monde pour cadre, Past and Present, revue anglaise, n’oublia nullement les Iles Britanniques auxquelles une vingtaine d’articles, « review articles » et « communications » furent consacrés de 1952 à 195714. Le sujet en était d’ordinaire anglais, plutôt qu’irlandais, écossais ou gallois, et le cadre dans lequel les développements étaient placés était le plus souvent circonscrit à la Grande-Bretagne, de sorte qu’exception faite des essais dus au sociologue américain G.C. Homans et à l’historien soviétique E. Kosminsky, la tonalité d’ensemble de ces contributions peut aujourd’hui paraître un peu insulaire15. De même, les articles d’A. Soboul ou de G. Rudé sur la Révolution française traitaient de l’histoire de la France sans déborder en rien les frontières de ce pays16. La nation, donc, restait parfois le cadre de l’étude. Aux collaborateurs du périodique, elle fournissait aussi une catégorie dont ils étendaient l’usage à des périodes relativement anciennes. Selon R.R. Betts, la Bohème était à la fin du moyen âge un « national state » gravitant dans un monde où existaient aussi de « great supranational dynastic agglomerations »17. Traitant un sujet d’histoire moderne, E.J. Hobsbawn parlait d’« international trade »18, et R Coles d’« international history ». A son avis, la France du début du XVIe siècle méritait elle aussi le qualificatif d’Etat national19, tandis que, pour V.G. Kiernan, l’armée des premiers Bourbons était une « national-mercenary army »20. Enfin ces nations se présentaient parfois comme des personnes : moteurs de l’action, elles devenaient du même coup le sujet des verbes et on pouvait alors écrire de telle d’entre elles qu’elle affrontait des épreuves, ou qu’elle éprouvait de la fierté21.

  • 22 Hobsbawn, no 5, p. 45-46 ; Childe, no 12, p. 4 ; Crossland, no 12, p. 16.
  • 23 Hobsbawn, no 5, p. 37, et no 6, p. 47sq ; Kosminsky, no 7, p. 19 ; Betts, no 7, p. 41, 48 ; Kiernan (...)
  • 24 Ce partage est d’abord appliqué à la séparation entre les Empires romain d’Occident et d’Orient (Th (...)
  • 25 Lopez, n” 9, p. 19.
  • 26 Pour des emplois de cette expression, voir Thompson, no 2, p. 12, 20 ; Morris, no 3, p. 1 ; Lopez, (...)
  • 27 Lopez, no 9, p. 23-25. Le contraire se produit aussi, et l’Europe est alors étendue jusqu’à l’extrê (...)
  • 28 Klima, no 11, p. 88.
  • 29 Kiernan, no 11, p. 83.
  • 30 Hosbsbawn, no 5, p. 49.
  • 31 Betts, no 7, p. 48.

9Les premiers numéros de Past and Present firent ainsi une place à une histoire écrite dans une perspective nationale. Lorsque leurs auteurs embrassaient un espace plus vaste, européen ou mondial, ils jouaient sur une opposition entre l’Est et l’Ouest – et non entre le Nord et le Sud – dont la déclinaison variait selon les époques et les sujets. Cette opposition servait d’abord à séparer l’Europe tout entière de l’« East » ou, si l’on préfère, de l’Orient22. Elle portait aussi à distinguer une Europe occidentale et une Europe orientale23. Elle aboutissait enfin, par la combinaison de ces deux critères, à opérer une répartition entre l’Europe occidentale, d’une part, et d’autre part un Orient incluant à la fois l’Est de l’Europe et le Proche-Orient24. Poussée à son terme ultime, cette logique permettait d’opposer à l’Occident – en l’espèce, le « Barbarian West » du haut moyen âge – un « Eastern hemisphere » regroupant l’Empire Byzantin, le monde arabe, l’Inde, la Chine, la Russie et la Suède25. Elle s’accompagnait surtout de l’émergence d’une expression – « the West », l’Occident – dont les spécialistes des diverses périodes faisaient indifféremment usage et dont la première caractéristique semblait être de viser une entité permanente, appartenant à toutes les époques et défiant les millénaires26. Il arrivait encore, mais exceptionnellement, que l’Europe finît par être assimilée avec sa seule moitié occidentale27, ou que l’Europe occidentale se trouvât circonscrite en pratique à sa partie nord-occidentale28. Enfin les différentes composantes de ce continent étaient parfois affectées d’une valeur qui les hiérarchisait. A l’époque moderne, le Nord-Ouest parcourait une route de « change and progress »29, alors que les Balkans, pour leur part, étaient plutôt « primitive »30. A la fin du moyen âge, le drame de la Bohème était à la fois d’avoir adopté le « pattern of development of the retarded States of Eastern Europe » et de s’être, du même coup, écarté « from the road which the more advanced States of the West were travelling »31.

  • 32 Selon la formule de Barraclough, no 5, p. 77.
  • 33 Childe, no 12, p. 4.
  • 34 Crossland, no 12, p. 16.
  • 35 Betts, no 2, p. 31.
  • 36 Hobsbawn, no 5, p. 44, 45, 37.
  • 37 Barraclough, no 5, p. 78.

10Ainsi Past and Present pouvait se teindre d’une sensibilité occidentale qui valorisait l’« historic core » de l’Europe plutôt que les « Slavonic (people) looking to Byzantium, and later to Moscow »32. Cette sensibilité s’accompagna quelquefois d’une tendance discrète – et probablement involontaire – à concevoir implicitement l’Europe comme le point à partir duquel le vaste monde s’ordonnait. Il en allait ainsi à chaque fois que la terminologie employée conduisait à faire de ce continent le centre à partir duquel les autres se situaient. A l’âge du bronze, observait V.G. Childe en une curieuse formulation, l’histoire de l’Europe « began to diverge both from that of the New World and from that of the Ancient East »33. R.A. Crossland distinguait deux types de langues indo-européennes : les européennes, et celles qui se parlaient – ou avaient été parlées – « further East »34. R. R. Betts rappelait qu’au XVIe et au XVIIe siècle, le centre de gravité du commerce s’était déplacé vers l’« oceanic periphery »35. E.J. Hobsbawn considéra un moment les échanges entre l’Europe et « the rest of the world » : tel qu’il le décrivait, celui-ci comprenait deux parties, l’Orient et l’Occident, et chacune de ces parties, à son tour, dissimulait derrière elle des « hinterlands », sibérien et américain36. Enfin G. Barraclough, au moment même où il s’indignait de la façon dont on réduisait l’histoire du monde à celle de l’Europe, employait l’expression d’« overseas territories »37.

11Il est en définitive assez facile de montrer qu’en dépit des prises de position contenues dans ses premières livraisons, Past and Present n’échappa pas entièrement à une logique nationale, occidentale et « européo-centrée ». L’hétérogénéité des concours apportés à une revue qui pratiquait précisément l’ouverture, la force d’attraction de problématiques nationales solidement établies et le poids d’habitudes de langage aussi amplement diffusées dans le monde universitaire qu’ailleurs, expliquent sans doute en partie qu’il en ait été ainsi. Ces aspects, par ailleurs, ne sont pas nécessairement les plus importants, ni les plus significatifs, et à trop les mettre en valeur, on perdrait sans doute de vue ce qui, dans le climat historiographique de l’Angleterre de la fin des années 1940 et du début des années 1950, constituait en fait une véritable innovation.

  • 38 Voir notamment Hoskins, no 4, p. 54 (il signale que le nouveau modèle de maison qui s’impose en Ang (...)
  • 39 No 1 (Jones) et no 6 (Mondolfo).
  • 40 No 2 (Thompson).
  • 41 No 3 (Morris), no 4 (Burn).
  • 42 No 5 (Soboul), no 8 (Rudé), no 10 (Goubert, Soboul).
  • 43 No 2 et 7 (Betts), no 11 (Klima).
  • 44 No 10 (Coles, Gênes), no 12 (Ludloff, Allemagne), no 8 (Leslie, Pologne), no 5 (Smith, Russie), no  (...)
  • 45 Voir Betts, no 2, Polisensky, no 6, Betts, no 7, Leslie, no 8, Coles, no 11.
  • 46 No 1 (Hilton, Hobsbawn),nos 5-6 (Hobsbawn), no 3 (Hibbert), no 9 (Lopez), no 10 (Vilar), no 11 (Kie (...)
  • 47 Morris, no 11.
  • 48 No 7 (Childe), no 12 (Crossland).
  • 49 No 12 (Childe).
  • 50 No 9 (Scharf).
  • 51 No 6 (Cahen).
  • 52 No 1 (Wu Ta-k’un, Chine), no 2 (Childe, Proche-Orient), no 4 (Ferns, Argentine), no 7 (Chesneaux, V (...)

12Bien que fortement articulées autour de thèmes et de problématiques anglaises, les études consacrées à la Grande-Bretagne faisaient quelquefois référence à des événements ou à des évolutions concernant l’Europe entière38. Plus de cinquante autres contributions débordaient le cadre des Iles Britanniques ou n’avaient rien à voir avec celles-ci. Certaines avaient trait à l’antiquité : elles faisaient surgir la Grèce39, la Gaule et l’Espagne romaines40, voire l’Empire dans son ensemble41. D’autres portaient sur l’histoire médiévale et moderne des pays européens : la France leur servit quatre fois de théâtre42, et trois fois la Bohème43, tandis que l’Italie, l’Allemagne, la Pologne, la Russie firent chacune l’objet d’un article44. Certaines de ces études, il est vrai, furent placées par leurs auteurs dans une perspective essentiellement nationale ; mais d’autres au contraire se trouvèrent inscrites dans un contexte étendu aux dimensions de l’Europe45. Ce continent, en outre, servit lui-même de cadre à plus d’une demi-douzaine d’articles46. Un autre portait sur le monde celte47. D’autres encore couvraient une aire eurasiatique adaptée à des recherches sur les langues indo-européennes48, sur l’âge du bronze49, sur l’armée byzantine50 ou sur la première Croisade51. Plusieurs auteurs enfin travaillaient sur la seule Asie, sur les relations de ce continent avec l’Australie, sur l’Australie elle-même, sur l’Afrique ou sur l’Amérique latine52.

  • 53 Barcan, no 8, p. 64sq.
  • 54 Gluckman, no 8.
  • 55 Childe, no 2, no 12.

13Lorsqu’il en allait ainsi, l’Europe cessait rapidement de servir de référence ou de point de départ. A. Barcan ne concevait nullement l’Australie comme une dépendance de l’Angleterre et, s’il insistait sur ses relations avec un autre espace – historique ou historiographique – c’est aux Etats-Unis qu’il pensait en premier53. L’Afrique, telle que M. Gluckman l’abordait, se configurait comme un espace d’où provenaient des enseignements utiles pour la compréhension de l’Europe médiévale, et non comme une annexe de ce continent54. L’Asie était, dans les articles de V.G. Childe, le cœur du problème55.

  • 56 No 1, p. I.

14Les collaborateurs de Past and Present ne s’enfermèrent donc ni dans les nations, ni dans l’Europe, ni dans une perspective centrée sur ce continent. L’espace qu’ils parcouraient était à la mesure des ambitions de leur revue pour laquelle, comme pour Ibn Khaldoun, l’objet de l’histoire n’était pas constitué par les fastes des dynasties européennes, mais par la civilisation mondiale tout entière56. Infiniment plus vaste que celui de l’English Historical Review, dont l’année 1952 contenait une contribution d’histoire ancienne, vingt articles relatifs à la Grande-Bretagne et un seul ayant trait à un autre pays – l’Italie –, leur territoire était en revanche comparable à celui que balayait au même moment une autre revue aux curiosités planétaires : les Annales E.S.C. où l’on pouvait lire, toujours en 1952, des essais sur la Chine, le Pérou, le Maroc, la Belgique ou l’U.R.S.S. Pour autant, il n’est pas sûr que les collaborateurs de Past and Present et ceux de l’illustre périodique français aient construit de la même façon les espaces de leurs enquêtes respectives.

La construction des espaces

  • 57 Goubert, no 10, p. 55 ; Smith, no 5, p. 1 ; Homans, no 4, p. 33 ; Polisensky, no 6, p. 31sq.

15Chez quelques auteurs – P. Goubert, R. Smith, G.C. Homans, J.V. Polisensky – les espaces étudiés firent l’objet d’une présentation ou d’une réflexion critique qui mettait en valeur leur unité, leur identité ou leur pertinence57. Mais cette pratique était loin de prévaloir. Le plus souvent, le cadre à l’intérieur duquel l’enquête était située, paraissait s’imposer de lui-même, comme s’il appartenait au domaine public ou comme si le sens commun suffisait assez à le justifier. Défini dans des termes usuels, géographiques – le Proche-Orient –, politiques – l’Empire romain –, ou géographiques et politiques tout à la fois – la Chine –, il ne donnait lieu à aucune discussion préalable qui en aurait explicité les termes ou les enjeux. Les espaces de Past and Present n’étaient donc pas, à proprement parler, problématisés. Ils ne laissaient pas, pour autant, d’être construits.

16Réduits au seul nom qui les désignait – Angleterre, Italie, Europe, etc. – les espaces dont traitaient les collaborateurs de la revue, se présentaient comme un tout, et ne laissaient deviner ni les parties qui les composaient, ni la structure qui peut-être les articulait. Ces parties cependant étaient inévitablement évoquées, à chaque fois que la nécessité de l’exposition conduisait tel auteur à avancer des exemples isolés dont il donnait aussitôt la localisation. Ces exemples, bientôt multipliés, conféraient à l’espace considéré l’aspect d’un nuage de points tenus pour caractéristiques, et non celui d’un territoire continu, distribué en zones susceptibles d’être comparées, hiérarchisées ou opposées. Il était rare, toutefois, que les collaborateurs de Past and Present s’en tiennent là.

  • 58 Childe, no 2, p. 1.
  • 59 Burn, no 4, p. 27.
  • 60 Hibbert, no 3, p. 17-20.
  • 61 Hilton, no 1, p. 36, 37, 39.
  • 62 Hobsbawn, no 5, p. 34sq, no 6, p. 49sq.

17Le plus souvent, les auteurs des articles identifiaient une structure à l’intérieur des espaces qu’ils examinaient, ou à tout le moins dégageaient des zones entre lesquelles ces mêmes espaces se trouvaient partagés. Leurs propres recherches, la tradition historiographique ou le sens commun étaient à l’origine de ces distributions, dont certaines étaient tout à fait élémentaires et dont, encore une fois, la légitimité ne faisait généralement l’objet d’aucune discussion. Dans un article relatif à l’Orient ancien, V.G. Childe traitait séparément deux zones : la vallée du Nil, et les deltas du Tigre et de l’Euphrate58. A.R. Burn, qui s’intéressait aux populations de l’Empire romain, distinguait l’Europe de l’Afrique, identifiait à l’intérieur de la seconde la Tunisie, la Tripolitaine et l’Egypte, et subdivisait la première en une partie méridionale et une partie centrale59. A.B. Hibbert apercevait une Europe du Sud et une Europe du Nord60. R.H. Hilton mentionnait successivement l’Europe occidentale, septentrionale, orientale et centrale61. E.J. Hobsbawn enfin construisait le champ de sa recherche et l’ordre de sa démonstration en raisonnant sur l’Europe de l’Ouest et sur celle de l’Est, sur le Nord et sur le Sud, sur la Baltique et sur la Méditérannée – « main areas of established international trade » –, sur les Balkans et les frontières de l’Est – « most primitive areas » –, et enfin sur les « maritime areas » dont le cœur battait en Angleterre62.

  • 63 Hoskins, no 4, p. 45-48.
  • 64 Childe, no 2, p. 1sq.
  • 65 Burn, no 4, p. 27.
  • 66 Hobsbawn, no 5-6, passim.
  • 67 Homans, no 4, p. 33-35.

18On voit l’utilité argumentative de ces partages. Quadrillages plus ou moins empiriques, ils permettaient de balayer méthodiquement l’espace examiné, en parcourant successivement les subdivisions que l’historien avait lui-même établies, ou qu’il avait reprises à son compte : « South-West of England », « EastMidlands », « Eastern-England », « South », « South-Eastern England », « Northern-England », « Lake District » défilaient alors en bon ordre, et leur seule énumération garantissait au lecteur de se trouver en face d’une description exhaustive63. Zonages fortement chargés de signification, les découpages territoriaux servaient aussi à faire ressortir des spécificités régionales, à mettre en évidence une hiérarchisation de l’espace, à saisir un redéploiement de celui-ci ou à démontrer la participation d’une situation locale à un modèle général. Distinguées par V.G. Childe, l’Egypte et la Mésopotamie étaient ensuite méthodiquement opposées, et leur différenciation constituait le point de départ de son argumentation64. Après avoir isolé des régions à l’intérieur de l’Empire romain, A.R. Burn, bien sûr, les comparait65. Les zones reconnues par E.J. Hobsbawn étaient affectées par lui d’un poids et d’un dynamisme variables, de telle sorte qu’elles constituaient autant d’éléments à partir desquels se lisait, comme sur une carte, la dissolution et la reconstruction de l’équilibre économique européen au cours du XVIIe siècle66. G.C. Homans isolait deux zones à l’intérieur des campagnes de l’Angleterre médiévale : il pouvait ensuite affirmer que la société rurale anglaise offrait la réplique d’une dichotomie également présente sur le continent67. A tous, la structuration de l’espace, même sommaire, même imparfaite, fournissait le moyen d’une démonstration tout en traçant par avance les voies que celle-ci pouvait parcourir. Il en allait de même avec l’inclusion de l’espace étudié à l’intérieur d’un autre qui, plus vaste que lui, l’englobait, le connotait et le rendait signifiant.

  • 68 Voir Jones, no 1, et Mondolfo, no 6.
  • 69 Thompson, no 2, p. 11.
  • 70 Smith, no 5, p. 1.
  • 71 Kosminsky, no 7, p. 13.
  • 72 Betts, no 7, p. 37.
  • 73 Morris, no 11, p. 14.
  • 74 Coles, no 11, p. 17 ; Goubert, no 10, p. 55.

19Une telle inclusion ne se produisait pas toujours. Elle était même totalement absente des deux études d’histoire grecque publiées entre 1952 et 1957, de telle sorte que la Grèce antique s’y présentait comme une entité isolée ou, si l’on préfère, auto-suffisante68. Mais le plus souvent, référence était faite à un espace plus vaste que celui sur lequel l’article portait. La Gaule et l’Espagne étaient placées à l’intérieur de l’Empire romain69. R. Smith situait Novgorod au cœur d’un réseau de relations qui reliait cette ville au reste de la Russie et du monde70. Le cadre approprié pour une discussion sur la rente féodale en Angleterre était, selon Kosminsky, le débat sur la crise du féodalisme en Europe71. Ces choix n’étaient jamais indifférents. Créant l’espace des comparaisons légitimes, ils permettaient de signaler des évolutions singulières et d’affirmer par exemple qu’à l’échelle de l’Europe, l’Angleterre de la première révolution, la France des Guerres de religion, la Hongrie du XIIIe siècle ou la Bohème à l’époque de Jean Hus constituaient des « aberrations from the normal course of national development »72. Surtout, l’inclusion contribuait à construire le sujet que l’on traitait en lui enlevant la dimension d’une pure monographie : elle traçait le cadre large à l’intérieur duquel une situation particulière recevait son identité, prenait son sens et devenait représentative. Ainsi l’« age of the saints in Wales » ne devait pas se comprendre comme un épisode de l’histoire du Pays de Galles, mais comme une étape à l’intérieur d’un processus européen – le développement du monachisme – qui d’Egypte avait gagné la Gaule, puis les Iles Britanniques, et enfin l’ensemble du continent73. De même l’histoire politique et sociale de Gênes, telle que R Coles la retraçait, n’était nullement locale, ni régionale : elle s’écrivait comme une page de celle de la péninsule, de la Méditerranée et de l’Europe ; par contrecoup, elle se configurait comme une histoire exemplaire, emblématique des vicissitudes subies par l’Italie à l’âge de la Renaissance. Aussi traiter de la seule cité ligure, ou de la péninsule considérée dans son entier, c’était tout un, de même qu’une étude sur les campagnes du Beauvaisis portait, en dernière analyse, sur la paysannerie française au XVIIe siècle74.

  • 75 Wu Ta-k’un, no 1, p. 1, 6, 9.
  • 76 Homans, no 4, p. 36, 40, 41.
  • 77 Gluckman, no 8, p. 13.
  • 78 Wu Ta-k’un, no 1, p. 1-3.
  • 79 Gluckman, no 8, p. 13 ; Homans, no 4, p. 35.
  • 80 Morris, no 3, p. 7.
  • 81 Burn, no 4, p. 12 sq.
  • 82 Betts, no 7, p. 42.
  • 83 Porshnev, no 8, p. 16.
  • 84 Lopez, no 9, p. 25.

20Il était enfin des territoires extérieurs au champ même de l’enquête, qui n’en faisaient pas partie et qui ne l’englobaient pas. C’étaient pour un spécialiste de la Chine ancienne l’Egypte, la Mésopotamie et la Méditerranée75. C’étaient, pour un occasionnel historien de l’Angleterre médiévale, les Caraïbes, le Mexique, le Pérou, le pays des Navajos ou les Iles Trobriand76. C’étaient encore, pour un anthropologue dont les intérêts principaux étaient situés en Afrique, l’Angleterre du XIe siècle telle que l’avaient décrite F.W. Maitland et F. Pollock77. Faire référence à ces contrées que rien parfois ne semblait rapprocher de celles qui constituaient l’objet principal de l’étude, c’était se donner un moyen de singulariser les secondes en montrant ce qui les opposait aux premières : en rappelant par exemple que l’abondance des fleuves en Chine y avait créé un environnement sans rapport avec celui qu’on trouvait en Mésopotamie, de sorte que les enseignements tirés de l’histoire du Moyen-Orient n’étaient pas, en fait, transposables directement à l’autre extrémité de l’Asie78. C’était à l’inverse s’engager sur la voie de la généralisation, en indiquant qu’un phénomène se retrouvait ailleurs et que, des Philippines à l’Angleterre, ou de l’Angleterre à l’Europe continentale, les mêmes structures étaient à l’œuvre79. C’était encore introduire l’analogie dans l’argumentation, en explicitant des situations anciennes à l’aide d’autres qui, plus récentes ou plus familières, en faisaient immédiatement saisir la signification : ainsi lorsqu’on soulignait que les normes de l’aristocratie sénatoriale sous Domitien supportaient la comparaison « with those preached in Victorian England »80, lorsqu’on appréciait l’espérance de vie dans l’Empire romain à la lumière de statistiques modernes concernant l’Egypte, l’Inde, le Chine ou le Japon81, ou encore lorsqu’on renvoyait la Bohème du XVe siècle à la Grèce du siècle dernier82, la France de Louis XIV à la Russie sous Nicolas Ie83, ou l’Occident médiéval aux Etats-Unis au XXe siècle84.

21Past and Present n’était pas, on l’a dit, une revue d’histoire de l’espace. Aussi celui-ci, le plus souvent, n’y fournissait qu’un cadre. Mais ce cadre n’était point neutre, ni indifférent. Loin de se résorber dans sa seule dénomination, il prenait corps au fil des pages, recevait une épaisseur et une structure, acquérait une place dans un système de relations et de comparaisons qui le qualifiait. Rendu significatif, il servait l’ordre de la démonstration. Il participait aussi d’une attitude intellectuelle propre à la revue ou, du moins, aux promoteurs de celle-ci.

  • 85 Sur ce point, voir C. Parker, The English Historical Tradition since 1850, Edimbourg, John Donald, (...)

22Dans l’Angleterre de l’immédiat après-guerre, les historiens étaient nombreux à se montrer hostiles à tout comparatisme et à toute généralisation, à se défier des grandes synthèses et à donner leur préférence à une méthode propre à faire ressortir l’unicité des événements aussi bien que l’action déterminante des individus. De telles dispositions portaient à la stricte érudition et, en matière d’espace, à la construction d’ensembles de points dont la position était dictée par les sources et dont l’irréductible singularité interdisait tout arrangement. Past and Present évoluait sur une tout autre ligne : le plan sur lequel la revue se situait, était celui de la société considérée dans son entier, des formes qu’elle prenait et des lois propres de son développement individuel. En pratique, cette position s’accompagnait d’une tendance au comparatisme et à la généralisation dont l’un des fondateurs de la revue, V.G. Childe, soulignait dans ses écrits théoriques la pertinence et la légitimité85. Elle nécessitait alors des espaces structurés, dont la construction aidait à voir d’abord, à faire ressortir ensuite la logique et les modalités d’un changement historique ordonné : ce sont ces espaces que l’on vient de décrire. Ils appellent pour terminer quelques observations.

  • 86 Goubert, no 10 : « The French Peasantry in the Seventeenth Century : a Regional Example ».

23Les collaborateurs de Past and Present élargissaient volontiers l’échelle de l’observation : leur lieux avaient la taille des Etats, des continents ou du monde. Rien en revanche ne semblait leur être plus étranger que l’identification d’aires restreintes, mais représentatives, sur lesquelles exercer une analyse de portée générale. Dans les douze premiers fascicules de la revue, le lecteur chercherait en vain de véritables monographies locales. Les études régionales elles-mêmes n’y étaient pas monnaie courante : la seule à revendiquer un tel statut fut celle que donna P. Goubert86 et, dans l’ensemble, le concept de région était peu utilisé par les autres auteurs.

24Sauf exception, la notion de réseau était également étrangère à ces savants. Les espaces que leur articles sillonnaient, prenaient la forme de surfaces elles-mêmes subdivisées en unités de plus petites dimensions, plutôt que celle de territoires identifiés par des relations établies autour de nœuds plus ou moins hiérarchisés. Leur matrice, s’il fallait leur en découvrir une, paraît en définitive avoir été l’atlas géographique ou politique, avec ses plages de couleurs révélant par leur contraste l’ordre intime de la nature, de l’histoire et du monde.

***

  • 87 Voir à cet égard le no 1, p. I, où les fondateurs de la revue soulignent qu’ils n’entendent pas fai (...)

25Past and Present, on l’a dit, s’ouvrit à des collaborations assez variées, jusque dans son comité de rédaction dont certains membres – A.H.M. Jones, G. Barraclough, R.R. Betts – n’étaient nullement marxistes. Aussi la revue ne se caractérisa pas par une position, comme si elle n’avait parlé que d’une seule voix, ou comme si ses fondateurs avaient su — ou voulu – imposer à tous un même langage. Peu orientée vers les débats strictement théoriques87, elle n’accueillit pas non plus une réflexion suivie sur l’espace ni, plus précisément, sur l’usage que les historiens pouvaient faire de cette notion. Quelque stimulantes et fortes qu’elles fussent, les positions qu’elle prit ou laissa s’exprimer sur ce chapitre, ne formèrent jamais un ensemble véritablement consistant.

26Cette situation autorisait des orientations très diverses, qui prirent effectivement corps. Mais une tonalité dominante se dégagea également. En une époque où l’histoire locale et nationale, érudite, politique, telle qu’elle pouvait s’écrire au siècle dernier, continuait de prospérer en maints pays et en maintes publications, la revue défendit une histoire sociale tournée vers la synthèse, le comparatisme et les grands espaces. En un temps où les études régionales prenaient leur essor en France, elle ne traita cette dimension qu’à travers la contribution d’un historien, français au demeurant. Elle fit enfin, et tint, le pari d’ouvrir ses fascicules à l’histoire de tous les continents.

27Dans le dispositif ainsi créé, l’Europe continua de constituer un principe d’organisation d’une importance majeure : comme ambition, comme cadre, comme référence, comme signal aussi des difficultés auxquelles la réalisation du programme de Past and Present devait nécessairement se heurter. La revue, quelque générale qu’elle fût, laissa transparaître la difficile affirmation du cadre européen face à des historiographies nationales instituées de longue date, et les ambiguïtés de la fonction heuristique de la notion d’Europe à partir du moment où la pratique courante du langage portait à rapporter le monde à ce seul continent. Mais elle montra aussi, et non sans vigueur, que de telles limites pouvaient être dépassées ; et que l’une des conditions de ce dépassement était la construction – aussi empirique fût-elle – d’espaces dont la structure fût adaptée à une histoire largement conçue.

28Sur un plan plus général, l’examen de Past and Present, comme sans doute celui de toute autre revue, confirme que les espaces des historiens ne sont pas des données, mais des constructions que portent une pensée plus ou moins articulée et une pratique peu à peu consolidée. Il en va, en d’autres termes, des espaces comme des périodes : ouvrages de l’esprit, ils sont créés – ou empruntés –, puis articulés et utilisés par ceux qui les parcourent, en raison même des objectifs scientifiques qu’ils poursuivent. Adaptés, au moins en principe, à la fin de l’enquête qu’ils servent, ils la soutiennent parfois avec la force d’arguments dont l’efficacité est d’autant plus grande qu’ils restent calés dans l’apparente neutralité de leur existence en soi. De ces prémisses pétrifiées, il est, peut-être, utile d’écrire l’histoire.

Notes

1 Sur cette période de l’histoire de Past and Present, qui s’acheva au lendemain des événements de Budapest avec un remaniement en profondeur du comité de rédaction, voir C. Hill, R. Hilton, E.J. Hobsbawn, « Past and Present : Origins and Early Years », Past and Present, 1983, no 100, p. 3-14. Dans les notes qui suivent, les références à la revue comprendront seulement la mention du no pris en considération, complétée s’il y a lieu par le numéro des pages concernées et par le nom de l’auteur de l’article cité.

2 No 1, p. I-IV. Dans cette introduction, les promoteurs de la revue font référence, souvent de façon critique, aux Anglais J.-M. Keynes et H.A.L. Fisher, aux Français M. Bloch et L. Febvre, à un Allemand, F. Meinecke, à un Italien, B. Croce, etc.

3 No 1, p. IV.

4 Voir à cet égard les développements sur l’historiographie tchèque contenus dans Betts, no 2 et 7, ainsi que la critique de l’historiographie française due à une historien soviétique (Porshnev, no 8). Dans le fascicule no 8, p. 83, la revue critique le Xe Congrès international des sciences historiques pour son caractère trop fortement européen et nord-américain.

5 Kosminsky (no 7) et Porschnev (no 8) sont des historiens soviétiques. Polisensky (no 6) et Klima (no 11) enseignent à Prague, Ludloff (no 12) à léna, Wu Ta-k’un (no 1) à Pékin. En 1958, on trouve encore Katz, de Berlin (n °13), et le Polonais Malowist (no 13). Les autres collaborateurs étrangers sont des Français (Cahen, no 6 ; Chesneaux, no 7 ; Goubert, no 10 ; Soboul, no 5 et 10 ; Vilar, no 10), ainsi qu’un Argentin (Mondolfo, no 6) et un Australien (Barcan, no 8).

6 Le sociologue Homans, de Harvard (no 4), est le seul dans ce cas.

7 De fait, les premiers numéros de la revue contiennent peu d’articles consacrés à l’histoire de l’espace et, lorsque le cas se présente, l’accent est mis sur l’action de l’homme sur son environnement, plutôt que sur le contraire : voir les études d’histoire de l’habitat dans l’Angleterre moderne dues à Hoskins (no 4) et à Mercer (no 5), ainsi que l’article de Lopez sur les transports terrestres au moyen âge (no 9). On notera aussi la présence d’une discussion de la notion de frontière, à propos du livre de W. P. Webb, The Great Frontier (Marshall, no 7).

8 No 1, p. IV.

9 No 8, p. 87.

10 Polisensky, no 7, p. 31-33.

11 Barraclough, no 5, p. 77-78.

12 No 10, p. 3-5.

13 Wu Ta-k’un, no 1, p. 2sq. L’historien chinois souligne notamment l’inadéquation des termes « feudalism », « bureaucrat » ou « gentry » pour traduire les mots « Feng-chien », « Kuan-liao » et « Shen-shih ».

14 No 1 (Kiernan), no 2 (Hill), no 3 (Mason, Kiernan, Adams), no 4 (Homans, Hoskins), no 5 (Mercer, Manning), no 7 (Saville, Manning, Kosminsky, Smith), no 9 (Manning, Briggs, Wells), no 10 (Aston, Cole), no 11 (Simon, Hobsbawn), no 12 (Connell).

15 On notera en outre que lorsqu’un article concerne l’Angleterre, il n’est pas toujours fait mention de ce pays dans le titre : le public, majoritairement anglais, n’avait pas besoin d’une telle indication (voir no 1, « Evangelicalism and the French Revolution », η” 2, « Puritans and the Poors », no 5, « The Houses of the Gentry », n” 9, « The Critics of Buckle »).

16 Soboul, no 5, Rudé, no 8. Voir aussi Soboul, no 10, et Goubert, no 10.

17 Betts, no 7, p. 40.

18 Hobsbawn, no 5, p. 35.

19 Coles, no 11, p. 41, 43.

20 Kiernan, no 11, 78.

21 « England faced its greatest ordeal since 1588 », « England was priding itself », écrit ainsi V.G. Kiernan (no 1, p. 51, 52). Cet usage est assez fréquent, quoique non général, parmi les auteurs des articles examinés.

22 Hobsbawn, no 5, p. 45-46 ; Childe, no 12, p. 4 ; Crossland, no 12, p. 16.

23 Hobsbawn, no 5, p. 37, et no 6, p. 47sq ; Kosminsky, no 7, p. 19 ; Betts, no 7, p. 41, 48 ; Kiernan, no 11, p. 77. A l’Europe de l’Ouest, on oppose aussi la « Central and Eastern Europe » (ibid, p. 53 ; Hilton, no 1, p. 39).

24 Ce partage est d’abord appliqué à la séparation entre les Empires romain d’Occident et d’Orient (Thompson, no 2, p. 11 ; Morris, no 3, p. 1, 12, 13). Il est également utilisé pour l’histoire de Byzance et pour celle des Croisades (Sharf, no 9, p. 2-4 ; Cahen, no 6, p. 6 ; signe qu’entre ces deux espaces, la frontière n’est pas seulement géographique, mais aussi historiographique, Cahen souligne combien il est difficile d’être spécialiste de l’une et de l’autre zone).

25 Lopez, n” 9, p. 19.

26 Pour des emplois de cette expression, voir Thompson, no 2, p. 12, 20 ; Morris, no 3, p. 1 ; Lopez, no 9, p. 19sq. ; Sharf, n” 9, p. 2-4 ; Smith, no 5, p. 1 ; Cahen, no 6, p. 6, 28, 29 ; Leff, no 9, p. 31 ; Betts, no 7, p. 41, 48 ; Hobsbawn, no 5, p. 37 ; Kiernan, no 11, p. 81.

27 Lopez, no 9, p. 23-25. Le contraire se produit aussi, et l’Europe est alors étendue jusqu’à l’extrême limite de ses frontières géographiques. Ainsi chez Hobsbawn, no 5-6. Une conception large de l’Europe se trouve également chez Hilton, no 1, chez Hibbert, no 3, etc. Chez Ferns, no 4, p. 60, l’Europe est associée aux Etats-Unis, pour faire apparaître une opposition entre le monde développé et le tiers-monde.

28 Klima, no 11, p. 88.

29 Kiernan, no 11, p. 83.

30 Hosbsbawn, no 5, p. 49.

31 Betts, no 7, p. 48.

32 Selon la formule de Barraclough, no 5, p. 77.

33 Childe, no 12, p. 4.

34 Crossland, no 12, p. 16.

35 Betts, no 2, p. 31.

36 Hobsbawn, no 5, p. 44, 45, 37.

37 Barraclough, no 5, p. 78.

38 Voir notamment Hoskins, no 4, p. 54 (il signale que le nouveau modèle de maison qui s’impose en Angleterre après 1570 a triomphé précédemment en Italie, puis en France), Mercer, no 5, p. 29-30 (selon lui, une comparaison entre l’Angleterre et la France confirme que l’évolution de l’architecture et, notamment, de l’architecture domestique, est le reflet du développement social) et Simon, no 11, p. 50-51, 53 (elle place les développements anglais dans la perspective de ce qui survient en Italie, en Allemagne ou en Flandre).

39 No 1 (Jones) et no 6 (Mondolfo).

40 No 2 (Thompson).

41 No 3 (Morris), no 4 (Burn).

42 No 5 (Soboul), no 8 (Rudé), no 10 (Goubert, Soboul).

43 No 2 et 7 (Betts), no 11 (Klima).

44 No 10 (Coles, Gênes), no 12 (Ludloff, Allemagne), no 8 (Leslie, Pologne), no 5 (Smith, Russie), no 11 (Morris, monde celte).

45 Voir Betts, no 2, Polisensky, no 6, Betts, no 7, Leslie, no 8, Coles, no 11.

46 No 1 (Hilton, Hobsbawn),nos 5-6 (Hobsbawn), no 3 (Hibbert), no 9 (Lopez), no 10 (Vilar), no 11 (Kiernan).

47 Morris, no 11.

48 No 7 (Childe), no 12 (Crossland).

49 No 12 (Childe).

50 No 9 (Scharf).

51 No 6 (Cahen).

52 No 1 (Wu Ta-k’un, Chine), no 2 (Childe, Proche-Orient), no 4 (Ferns, Argentine), no 7 (Chesneaux, Vietnam ; Worsley, Asie-Australie), no 8 (Barcan, Australie ; Gluckman, Soudan).

53 Barcan, no 8, p. 64sq.

54 Gluckman, no 8.

55 Childe, no 2, no 12.

56 No 1, p. I.

57 Goubert, no 10, p. 55 ; Smith, no 5, p. 1 ; Homans, no 4, p. 33 ; Polisensky, no 6, p. 31sq.

58 Childe, no 2, p. 1.

59 Burn, no 4, p. 27.

60 Hibbert, no 3, p. 17-20.

61 Hilton, no 1, p. 36, 37, 39.

62 Hobsbawn, no 5, p. 34sq, no 6, p. 49sq.

63 Hoskins, no 4, p. 45-48.

64 Childe, no 2, p. 1sq.

65 Burn, no 4, p. 27.

66 Hobsbawn, no 5-6, passim.

67 Homans, no 4, p. 33-35.

68 Voir Jones, no 1, et Mondolfo, no 6.

69 Thompson, no 2, p. 11.

70 Smith, no 5, p. 1.

71 Kosminsky, no 7, p. 13.

72 Betts, no 7, p. 37.

73 Morris, no 11, p. 14.

74 Coles, no 11, p. 17 ; Goubert, no 10, p. 55.

75 Wu Ta-k’un, no 1, p. 1, 6, 9.

76 Homans, no 4, p. 36, 40, 41.

77 Gluckman, no 8, p. 13.

78 Wu Ta-k’un, no 1, p. 1-3.

79 Gluckman, no 8, p. 13 ; Homans, no 4, p. 35.

80 Morris, no 3, p. 7.

81 Burn, no 4, p. 12 sq.

82 Betts, no 7, p. 42.

83 Porshnev, no 8, p. 16.

84 Lopez, no 9, p. 25.

85 Sur ce point, voir C. Parker, The English Historical Tradition since 1850, Edimbourg, John Donald, 1990, p. 179sq.

86 Goubert, no 10 : « The French Peasantry in the Seventeenth Century : a Regional Example ».

87 Voir à cet égard le no 1, p. I, où les fondateurs de la revue soulignent qu’ils n’entendent pas faire connaître leurs vues « by means of methological articles and theoretical dissertations, but by example and fact ».

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540