Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les espaces de l’historien

 | 
Jean-Claude Waquet
, 
Odile Goerg
, 
Rebecca Rogers

Introduction

Jean-Claude Waquet

Texte intégral

  • 1 A l’exception d’Anne Debarre, maître-assistant à l’École d’architecture de Paris-Villemin, et d’Ib (...)

1Les contributions rassemblées dans le présent volume tirent leur origine des réunions d’un groupe de recherche sur « l’espace dans la pratique des historiens » formé en 1997 à l’Université des Sciences humaines de Strasbourg – aujourd’hui Université Marc Bloch1. Conçues comme autant de réponses à un questionnaire discuté et adopté par les participants, elles tournent pour l’essentiel autour de trois thèmes : les termes dans lesquels les historiens décrivent, nomment et éventuellement pensent l’espace ; le statut que plus ou moins explicitement ils attribuent à celui-ci dans la position des problèmes comme dans le développement de l’argumentation ; et enfin le mode sur lequel ils l’articulent au temps.

  • 2 Sur laquelle on se reportera notamment à « Histoire/Géographie, 2. Les promesses du désordre », da (...)

2Le traitement de ces différents aspects a nécessairement conduit les auteurs à évoquer dans leurs contributions la place réservée par les historiens à des termes, des notions ou des méthodes relevant du domaine de la géographie. Pour autant, l’interaction entre cette discipline et l’histoire2 n’est pas la seule qu’ils aient envisagée : le point de vue adopté est plus large ou, si l’on préfère, plus général, et a donc conduit à prendre également en compte les relations entretenues avec d’autres sciences humaines ou sociales, telles que la philosophie et la sociologie. L’attention en outre ne s’est pas fixée de façon exclusive sur des figures telles que celles de Lucien Febvre, Fernand Braudel ou Bernard Lepetit, pour lesquels l’espace était un enjeu important, voire primordial, de la recherche en histoire : elle s’est aussi – et peut-être plus fréquemment – portée sur des universitaires et des chercheurs qu’au regard du thème abordé ici il est possible de qualifier d’ordinaires, en ce sens qu’ils n’en ont pas fait un axe essentiel de leur problématique ou de leur pensée. Aussi le rapport à l’espace analysé dans les études qui suivent est, bien souvent, de l’ordre de l’implicite et de l’informulé.

3Les travaux et les textes auxquels les diverses contributions se réfèrent datent pour l’essentiel du XIXe et du XXe siècle. Dus à des historiens, des historiens des arts et des archéologues de différentes nationalités, ils couvrent un arc chronologique s’étendant de l’antiquité au temps présent. L’éventail des thèmes abordés est également très ouvert, puisqu’il embrasse aussi bien l’histoire religieuse et l’histoire urbaine que celle des systèmes de santé. Les genres les plus divers sont représentés : ouvrages et articles, mais aussi manuels scolaires, et jusques aux programmes et rapports des concours de recrutement de l’enseignement secondaire français. L’échelle enfin à laquelle les différents objets sont saisis varie infiniment, du vaste monde aux dimensions bien plus réduites d’une cité antique, d’un hôpital ou d’une église de campagne. Ce critère de l’étendue est celui autour duquel l’ensemble du volume a été ordonné, en deux parties dont l’une est intitulée « des territoires aux espaces du monde », et l’autre « de l’espace domestique à l’espace urbain ». Toutes deux procèdent d’une même inquiétude, qui porte à se demander s’il existe, au-delà des frontières entre nations et des partages entre écoles, une manière propre aux historiens de concevoir, de traiter et d’écrire l’espace.

Décrire, nommer, penser : des mots de l’espace aux concepts spatiaux

4Nul historien n’échappe à l’espace, qu’il soit matériel ou symbolique, donné ou construit, vaste ou restreint, statique ou dynamique, légal ou vécu, dominé ou subi. Il le représente souvent à l’aide d’images, de cartes ou de plans, dont ceux des cités antiques fournissent un exemple parmi bien d’autres. Mais il le décrit aussi, le nomme et le pense, fût-ce implicitement, en mettant en œuvre des lexiques, des nomenclatures et des notions sur lesquels les textes réunis ici incitent à s’arrêter un instant.

  • 3 Sauf exception, les exemples illustrant cette introduction sont tirés des contributions comprises (...)

5Au niveau le plus élémentaire, l’historien décrit, ne serait-ce que de façon allusive et fragmentaire, l’espace proche où se logent les situations qu’il observe. L’échelle restreinte d’un hôpital ou d’une cité appelle ainsi un vocabulaire qui permette de prendre en compte les éléments dont l’un et l’autre se composent : chez les historiens des institutions hospitalières (F. Steudler)3, ce lexique associe à une terminologie administrative et médicale extraite de la documentation – « maisons », « galeries », « pavillons », « loges », « quartiers », etc. – des termes introduits par le chercheur et dotés d’un sémantisme plus ou moins riche – « bâtiments », « locaux », « univers », « monde » ; chez les archéologues (J.-Y. Marc), il consiste en une nomenclature architecturale élaborée à partir des textes de l’antiquité – « agora », « sanctuaire », « acropole », etc. – et tenue par ces spécialistes pour la liste des principaux édifices constitutifs d’une ville grecque ou romaine. Si l’horizon s’élargit un peu, force est au chercheur de faire appel à une nomenclature de noms propres, qui découpent et désignent des contrées, des Etats ou des continents : les jurys successifs du concours de l’agrégation partagent ainsi l’univers en plusieurs « mondes » – grec, romain, byzantin, islamique, occidental, etc. –, et font un sort à part à l’« Occident », romain, puis féodal et chrétien, auquel s’oppose d’abord l’« Orient » et auquel succède ensuite une « Europe » elle-même divisée en Etats et reliée à des zones vastes, mais peu différenciées : l’Asie, l’Amérique ou l’Afrique (D. Nottara). Tous les historiens enfin sont appelés à faire usage de concepts dont le propre est de se référer directement à des réalités ou à des perceptions spatiales : ainsi ceux de lieu, de territoire, de frontière et bien sûr d’espace, dont l’usage est presque général et dont pour cette raison même le sémantisme est particulièrement complexe ; ainsi aussi ceux de « Raumbildung », de « Raumfassung » ou de « Raumanschauung » qu’affectionnèrent un temps les historiens de l’architecture de langue allemande (L. Baridon) ; ou ceux d « espace sacré », de « géographie sacrée » ou de « géographie religieuse », dont certains auteurs se servent parfois pour aborder les églises, les paroisses, les diocèses ou les pèlerinages (C. Maurer) ; ou celui d’« urbanisme hippodaméen », qu’utilisent volontiers les archéologues ; ou encore celui de « ségrégation », dont sont familiers les historiens des métropoles contemporaines (C. Sélimanovski). D’autres concepts ne visent pas spécifiquement, ou exclusivement, l’espace matériel, mais sont exprimés sous une forme métaphorique qui incite à les appliquer à des contextes spatiaux : telle est la notion de « lieu de mémoire », dont on sait la récente et brillante carrière ; telle est ici celle de milieu, que les historiens du catholicisme allemand ont empruntée à la sociologie, et qu’ils ont ensuite « territorialisée » ; telles sont également celle de sphère et celle d’espace public, dont la « gender history » a fait successivement trésor pour mettre en évidence la répartition des espaces selon les sexes ou les usages sexués de l’espace politique (R. Rogers).

6Pour saisir et écrire l’espace, l’historien dispose donc d’une gamme d’outils assez étendue, sur laquelle il est vrai les études d’historiographie contiennent rarement des développements systématiques. Leur premier caractère tient à leur origine, qui est souvent d’emprunt. On l’a vu pour les lexiques descriptifs. Il en va de même pour les concepts ou les dénominations, qui sont rarement des créations entièrement originales. Les notions spatiales dont à partir de Burckhardt l’historiographie allemande de l’architecture fit usage, étaient inspirées par la lecture des philosophes. L’« espace sacré » qui circule dans telle monographie récente est quant à lui une construction d’Alphonse Dupront, tandis que tel autre ouvrage d’histoire religieuse repose sur des catégories tirées des écrits des géographes ou de la sociologie de Gabriel Le Bras. Les historiens de l’espace urbain contemporain font, eux aussi, appel aux instruments conceptuels forgés par les sociologues. Les sciences sociales toutefois ne sont pas les seules à être mises à contribution : la langue des administrateurs apparaît aussi, notamment à travers les subdivisions coloniales que les historiens de l’Afrique ont plus d’une fois reprises à leur compte. « A.E.F. », « A.O.F. », Sénégal, etc. (O. Goerg). Le discours historique enfin joue largement sur des dénominations dont la circulation sociale est étendue et dont l’invention est plus ou moins récente : « Méditerranée », « Europe », « Occident », « Orient », « Afrique noire » appartiennent manifestement à ce fonds.

7En partie tiré des sources, et en partie extrait de la bibliographie savante ou du langage courant, l’outillage dont les historiens se servent pour saisir et analyser l’espace n’est qu’en partie – et, parfois, en très petite partie – emprunté au vocabulaire de la géographie. Profondément disparate, il se présente souvent sous une forme composite à l’intérieur d’un même écrit, où il est fait simultanément appel à des lexiques et à des nomenclatures d’origine diverse. Il suffit en outre de parcourir les textes qui suivent pour comprendre que ces instruments sont loin d’être toujours assumés comme tels par ceux qui en font usage, de sorte que leur emploi ne fait pas ordinairement l’objet d’un travail critique préalable : leur statut de prédilection est l’évidence, et le consensus sur lequel ils reposent est bien souvent implicite. Cette situation favorise l’ambiguïté, ou à tout le moins le flou sémantique : l’Occident des jurys de concours n’est point fixe dans l’espace, mais se déplace au fil des périodes, en un lent mouvement qui peu à peu le cale sur des positions qui deviennent ensuite celles de l’Europe ; mais, d’un manuel d’histoire médiévale a l’autre, celle-ci s’avère une entité à géométrie variable (J.-M. Mehl), tandis que l’Orient des plus anciens collaborateurs de Past and Present était lui aussi singulièrement flottant (J.-C. Waquet) ; un concept enfin tel que celui de sphères, privée et publique, change de sens et conséquemment de statut d’une étude a une autre. Ces ambiguïtés toutefois n’empêchent pas termes et notions de circuler. Bien au contraire, l’équivoque dont ils sont chargés facilite leur partage par des historiens dont les vues ne sont pas nécessairement les mêmes. Mais, lorsqu’il en est ainsi, le prix à payer est l’absence d’un véritable langage scientifique, sur lequel le chercheur puisse construire de façon critique et constructive son rapport à l’espace.

Figure ou cadre ? Deux statuts de l’espace

8En cet espace qu’ils saisissent avec des instruments souvent imparfaits, les historiens ont vu plus d’une fois la surface sur laquelle se projettent et deviennent lisibles, comme sur un écran, les processus sociaux, culturels ou politiques à l’œuvre dans la société globale. Cette tendance concerne tout particulièrement les entités de petite ou de moyenne dimension : les logements ouvriers sont donc, dans leur matérialité même, le reflet des pratiques sociales que l’on impose par ailleurs à cette classe pour la discipliner (A. Debarre) ; l’hôpital est le lieu où les stratégies médicales, les politiques de santé et les logiques sociales se donnent à voir ; la paroisse est le territoire sur lequel s’écrivent les affrontements entre pouvoir religieux et pouvoir civil. Ainsi introduit, l’espace se situe, si l’on peut dire, à l’aval du raisonnement historique dont il aide à saisir l’apport : loin de constituer l’objet principal de l’enquête, ou de se configurer comme un élément d’explication, il remplit une fonction instrumentale, ou si l’on préfère permet un détour représentatif grâce auquel des processus immatériels identifiés par ailleurs sont rendus plus tangibles, plus facilement lisibles et donc plus immédiatement perceptibles.

9Un autre cas, qui est sans doute le plus fréquemment représenté dans les textes qui suivent, est celui où l’espace se définit comme le cadre à l’intérieur duquel la recherche historique s’inscrit. Il est alors non seulement limité par des frontières, mais aussi découpé selon l’ordre d’une taxinomie plus ou moins cohérente qui permet d’identifier des unités distinctes et hiérarchisées, emboîtables les unes dans les autres et, lorsqu’elles se situent à un même niveau, juxtaposées comme les pièces d’un puzzle : on isolera donc l’Afrique ; puis à l’intérieur de l’Afrique, l’Afrique du Nord et l’Afrique noire ; à l’intérieur de l’Afrique noire, l’Α.Ε.Ε et l’A.O.F. ; à l’intérieur de l’Α.Ο.Ε, des entités telles que la Mauritanie, la Guinée ou le Sénégal ; et à l’intérieur du Sénégal les différents royaumes qui l’ont précédé (I. Thioub). Cette structuration se situe en amont de la recherche, et souvent s’impose comme une évidence à un historien accoutumé à en faire usage. Mais chacun sait qu’en fait elle n’est point neutre, et qu’elle exprime en réalité sur le territoire considéré un point de vue – occidental, colonial, français, anglais, etc. – forgé en un lieu et une époque qui ne sont pas nécessairement ceux dont le chercheur se fait l’historien. Loin d’être inerte, elle fixe des limites, permet ainsi à un jury ou à un candidat de séparer ce qui est hors du sujet de ce qui en fait partie, et fonde par conséquent la pertinence des exemples et des comparaisons. Elle prédispose l’interprétation en construisant des ensembles clos, en autorisant des inclusions, des exclusions et des distinctions, en rendant possible des parcours d’une contrée ou d’une région à une autre, en suggérant des oppositions, en accréditant une hiérarchie entre des zones dont certaines sont des pôles et d’autres des périphéries, en présupposant enfin une évolution : c’est par elle que se pose, à la fois, la spécificité de l’Afrique noire et l’unité de l’empire colonial français, que se légitime d’emblée une histoire de l’Etat-nation sénégalais, ou une histoire de l’Europe médiévale, que s’accrédite un raisonnement conduit en termes d’Orient et d’Occident, que se dessine une opposition entre une Europe orientale arriérée et une aire nord-occidentale en constant développement, ou que se prouve par avance un partage entre l’espace public, qui serait masculin, et l’espace privé, qui ne le serait point.

10Ainsi construit ou, pour mieux dire, pré-construit, l’espace se situe en amont du raisonnement historique et acquiert plus ou moins insidieusement le statut d’une prémisse qui à la fois fonde, guide et contraint la logique de la recherche : son action peut être bénéfique, si la taxinomie employée est pertinente ; elle risque évidemment de l’être moins, si elle est anachronique ou biaisée par des préjugés ou par un regard réducteur ou dominateur. Cette dernière difficulté se présente lorsque l’historien joue sur des éléments de vastes dimensions : circonscriptions, régions, Etats ou continents. Mais elle surgit aussi avec la terminologie dont on s’est servi pour présenter l’espace domestique, ou avec le vocabulaire dont les archéologues se sont longtemps servis pour décrire la ville antique : car les termes qui composent ce lexique, loin d’avoir une fonction purement instrumentale, composent par leur somme le modèle a priori d’une cité idéale auquel les réalités matérielles exhumées sur les chantiers de fouilles sont spontanément référées, et conceptuellement subordonnées.

11Abstraction faite de quelques recherches parmi les plus récentes sur lesquelles on reviendra, l’espace reçoit donc dans les travaux analysés ici soit le statut d’un cadre ou d’un modèle structurel – qui tantôt féconde le raisonnement et tantôt l’enferme dans sa prison – soit celui d’une représentation des processus survenant à l’intérieur des sociétés ou des corps politiques. Ces deux positions d’ailleurs ne s’excluent pas : on peut, selon une circularité dont les historiens comme tant d’autres ont parfois la faiblesse de ne pas s’embarrasser, poser en premier lieu que l’espace doit s’analyser en termes de sphères, privée et publique, féminine et masculine, et annoncer ensuite que ces deux sphères se lisent à la surface du monde comme à livre ouvert.

Temps de l’espace, temps de l’histoire ?

12Lorsque l’espace est tenu pour la projection au sol des processus en cours dans la société globale, la temporalité qui l’informe est celle des développements historiques dont il est la figure tracée sur l’étendue : la distribution spatiale des deux sexes, telle qu’il semblait possible à certains savants de la découvrir dans l’Angleterre du XIXe siècle, relevait à leurs yeux d’une dynamique éminemment temporelle – celle de l’industrialisation – dont elle constituait tout uniment la traduction et le point d’aboutissement ; de même l’hôpital, considéré comme le lieu où se concrétisent les politiques de santé et les stratégies médicales, pétrifiait dans ses pavillons uniformes le temps long des institutions et des États ; mais, par l’usage que les malades y faisaient de ses couloirs, de ses dortoirs, de ses lits parfois fétides, de ses rideaux blancs comme des linceuls et de ses grands crucifix accrochés aux murs vides, il donnait également corps à l’éternel retour du temps bref et bien souvent fatal des hospitalisés. Dans ces exemples comme dans d’autres, l’espace se trouve inscrit dans un temps – ou dans des temps qui lui sont consubstantiels et contemporains, tout en étant parfois décalés les uns par rapport aux autres, et du même coup il devient l’un des moyens par l’intermédiaire desquels s’attestent non seulement la singularité, mais aussi l’hétérogénéité temporelle d’une situation, d’une évolution ou d’une période.

13Mais si l’espace, au lieu de se donner comme une projection, se présente comme un cadre plus ou moins explicite, l’historien peut se trouver pris dans un mouvement de signe opposé à celui qui vient d’être décrit, par lequel il substitue d’avance à la spatialité de l’époque à laquelle il s’adresse celle, parfois réputée intemporelle, mais en fait toujours datée, de ses nomenclatures, de ses lexiques et de ses concepts opératoires. La perception « féodale » de l’espace, marquée par sa faible linéarité, cède alors la place à celle, plus récente, qui porte à subdiviser les territoires en blocs continus et qui informe par exemple les premières livraisons de Past and Present ; le royaume des rois Bourbons, ses confins et ses voisins immédiats s’effacent devant la France « dans le cadre de ses limites actuelles », selon une expression dont le jury de l’agrégation fait usage dans ses questions d’histoire moderne ; le Sénégal enfin, entité politique née de la colonisation, permet de découper sur le sol de l’Afrique un territoire réputé pertinent pour l’étude de périodes plus anciennes. L’espace, cette fois, devient le cheval de Troie par lequel se nie la singularité d’un temps, et s’impose la temporalité d’un autre.

14Il résulte de ce qui précède qu’à l’intérieur d’un même livre ou d’un même article d’histoire, l’espace peut tenir simultanément les rôles pourtant peu compatibles de témoin de l’historicisation et de fourrier de l’anachronisme. Sa relation au temps n’est donc pas univoque. Les variations qui l’affectent tiennent, entre autres facteurs, au statut que l’historien attribue à l’espace et, lorsqu’il en fait un cadre, à la nature des termes à l’aide desquels il compose ce fond. Ceci revient à souligner une nouvelle fois le jeu parfois pervers des lexiques, des nomenclatures et des notions, et aide à comprendre le caractère souvent indispensable de leur déconstruction.

Réorientations, déconstructions, pesanteurs

15Comme toute chose en histoire, l’usage que les chercheurs font de l’espace est en constant renouvellement. Certains d’entre eux par exemple ne lui confèrent pas le statut d’un cadre, ni d’une figure, mais plutôt celui d’une variable ayant sa dynamique propre et exerçant de ce fait une action autonome sur les processus à l’œuvre dans les sociétés : c’est notamment le cas en histoire urbaine, lorsqu’on parle d’« effets de lieu » ou lorsque, plus spécifiquement, on crédite l’espace, son organisation et sa logique propre d’une action essentielle en matière de différenciation sociale ou, pour mieux dire, de ségrégation. Toutefois ce point de vue, qui consiste à fixer le regard sur la détermination spatiale des phénomènes sociaux, est peut-être un peu moins répandu aujourd’hui qu’un autre qui porte tel historien à prendre, après Fernand Braudel, l’espace pour objet déclaré de la recherche, et à faire de son analyse le moyen de la connaissance historique et donc de l’élucidation des temps. En France, cette attitude s’est déclinée ces dernières décennies sur plusieurs registres plus ou moins interdépendants dont certains sont évoqués dans les contributions ci-après : celui de l’histoire de l’habitat, dont l’examen a donné à connaître des sensibilités, des modes de vie ou des relations sociales ; celui de l’histoire des villes, dont certains spécialistes ont appréhendé l’espace dans la vue d’en faire le révélateur, et non simplement le reflet, des réalités sociales ; celui, enfin, de la reconnaissance des formes spatiales, telle qu’elle a été proposée et pratiquée par Bernard Lepetit. Avec celui-ci, l’espace ne se trouve plus à l’amont, ni à l’aval du raisonnement historique, mais en son centre : objet sciemment construit, et non plus passivement reçu, il devient outil heuristique et à ce titre commande l’intelligence de la temporalité même, ou plutôt des temps à l’œuvre aux diverses échelles retenues par le chercheur (I. Lesage).

16On sait que le renouvellement des études consacrées à notre objet, tel que dans les Annales il s’est exprimé depuis plus de dix ans, passe aussi par une série de recherches conduites sur l’écriture de l’espace et, au-delà, sur la perception de celui-ci et sur la formation des catégories qui, dans les sociétés comme dans les travaux scientifiques, président à son appréhension. Ces études ont notamment conduit à préciser ce qu’en histoire on peut entendre sous le nom de lieu, d’espace ou de territoire ; elles ont porté à mettre en évidence la spatialité qui informe tel récit ou tel document statistique ; l’un de leurs points d’aboutissement enfin a été une recherche collective sur ce qu’il y a de construit dans une notion par ailleurs d’usage très commun, celle de Méditerranée.

17L’allusion qui vient d’être faite à cette dernière enquête conduit à en mentionner d’autres, qui tantôt procèdent d’une logique interne aux milieux scientifiques, tantôt au contraire renvoient l’écho de convulsions sociales et politiques de portée plus générale, mais toujours conduisent à la réévaluation de concepts et de dénominations auparavant tenus pour canoniques ou naturels. C’est, d’un bout à l’autre de l’Europe, le cheminement d’une réflexion qui peu à peu refonde et réoriente le concept d’urbanisme hippodaméen dont depuis si longtemps les archéologues font usage ; c’est, en Angleterre et aux Etats-Unis, la progressive remise en cause d’une histoire conduite en termes de sphère publique et masculine d’un côté, privée et féminine de l’autre, et l’essor d’un débat essentiellement universitaire dont le point d’aboutissement provisoire est un renouvellement des catégories spatiales de la « gender history » sous le signe d’Habermas, de Foucault et de Michel de Certeau ; c’est, ailleurs encore, le rejet de la notion d’Afrique noire et la publication d’une histoire générale du continent tout entier, sous l’égide d’une organisation internationale et dans un contexte politique profondément transformé.

  • 4 Voir par exemple, entre autres titres : E. Saïd, L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Par (...)

18Les travaux rassemblés ici renvoient donc – et c’est peu surprenant – l’écho de combats et de débats plus ou moins récents dont une volumineuse bibliographie porte le témoignage et dont l’issue est une déconstruction apparemment sans remède de catégories spatiales longtemps tenues pour solidement fondées4. Mais ils font aussi apparaître à plusieurs reprises l’hétérogénéité et les limites de ce processus, et plus encore la capacité de résistance des points de vue anciens que protègent souvent, outre leur caractère opératoire, des habitudes de pensée, des pesanteurs institutionnelles ou des rituels universitaires. On notera ainsi que la notion d’espace est, au même moment, délaissée par les historiens de l’architecture et valorisée par tels collaborateurs des Annales. On observera aussi que la réflexion pourtant féconde conduite par ces derniers n’a pas débouché pour le moment sur l’élaboration d’un lexique spatial partagé, ou que la reformulation du concept de milieu, tel qu’en Allemagne il s’est trouvé appliqué au catholicisme, n’a peut-être pas abouti à autre chose qu’à revenir par des voies inédites aux principes de la sociologie religieuse de Gabriel Le Bras. On relèvera encore la difficulté de certains archéologues à prendre leurs distances avec une conception de la cité héritée d’Hippodamos de Milet, et leur réticence à fonder sur de nouveaux concepts l’étude de la ville et de l’urbanisme antiques ; ou la permanence, même chez les historiens africains, d’une réflexion faisant appel à des catégories – Sénégal, Afrique noire – héritées de l’époque coloniale.

19De tels comportements trouvent un illustre et respectable précédent dans l’attachement de bon nombre des collaborateurs initiaux de Past and Present à une logique qui, pour être nationale, occidentale et centrée sur l’Europe, était aussi en porte-à-faux avec les prises de position de tel d’entre eux en faveur d’une historiographie mettant un terme à la domination intellectuelle de l’Occident et des Etats. Les modes de pensée anciens, en fait, survivent presque toujours à l’émergence des nouveaux, et continuent leur carrière dans les ouvrages de certains savants comme si rien par ailleurs n’avait véritablement changé. Il en résulte que les moments de rupture ou de renouvellement sont aussi marqués par une grande dispersion. Aussi l’espace des historiens est aujourd’hui plus éclaté que jamais, comme l’est leur discipline elle-même. Il continue de se donner aux uns comme cadre ou comme figure, tout en étant compris par d’autres comme un agent et comme un objet ; il se pense ici de la façon la plus impudemment conventionnelle et irréfléchie, et ailleurs se traite à l’aide d’un lexique et de concepts construits et maîtrisés ; il se configure dans l’esprit de tel chercheur comme la matière mobile et complexe d’une critique toujours recommencée dont aucune taxinomie ni aucune notion ne sortent indemnes, tandis que tel autre au contraire se croit toujours autorisé à puiser avec une ingénuité naïve et goulue dans la boite merveilleuse et généreusement ouverte des inoxydables évidences spatiales. Aucune communauté scientifique ni aucun pays n’échappent sans doute à cette inévitable confusion, et en tout cas pas cette terre de toutes les innovations et de tous les manuels qu’est la douce France. Considérée, bien sûr, « dans le cadre de ses limites actuelles ».

Notes

1 A l’exception d’Anne Debarre, maître-assistant à l’École d’architecture de Paris-Villemin, et d’Ibrahima Thioub, maître de conférences à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, tous les membres de ce groupe enseignaient à Strasbourg. L’un d’eux – l’auteur de ces lignes – a quitté l’Alsace en 1998.

2 Sur laquelle on se reportera notamment à « Histoire/Géographie, 2. Les promesses du désordre », dans Espaces-temps Les Cahiers, 1998, no 68-70, p. 3-220 (bibliographie).

3 Sauf exception, les exemples illustrant cette introduction sont tirés des contributions comprises dans le présent volume. Lors de la première citation, le nom de l’auteur est donné entre parenthèses. L’exposé présenté par J.-Y. Marc n’a pas donné lieu à une contribution imprimée.

4 Voir par exemple, entre autres titres : E. Saïd, L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, 1978 ; L. Wolff, Inventing Eastern Europe. The Map of Civilization on the Mind of the Enlightenment, Stanford, Stanford Univ. Press, 1994 ; E.L. Ayers, P. Nelson Limerick, S. Nissenbaum, All over the Map. Rethinking American Regions, Baltimore, Johns Hopkins Univ. Press, 1996 ; M. Todorova, Imagining the Balkans, Oxford, Oxford Univ. Press, 1997 ; M.N. Lewis, K.E. Wigen, The Myth of Continents. A Critique of Metageography, Berkeley, Univ. of California Press, 1997.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540