Version classiqueVersion mobile

La conjuration des dictionnaires

 | 
Jean-Claude Waquet

Conclusion

Texte intégral

  • 1 S. Auroux, « La définition et la théorie des idées », dans La définition, éd. J. Chaurand, F. Maziè (...)

1Comme on l’a récemment souligné, Arnauld et Nicole attendent d’une définition de dictionnaire qu’elle donne « l’explication de ce qu’un mot signifie selon l’usage ordinaire d’une langue »1. L’analyse des plus anciens répertoires du français, et notamment de ceux qui sont plus ou moins contemporains de la Logique de Port-Royal, montre combien vaine est cette attente, et combien différente est la pratique des lexicographes d’autrefois. L’« usage ordinaire », d’abord, est une entité difficile à cerner, et plus encore à fixer et à articuler, de sorte que la cible même que les logiciens proposent aux grammairiens est floue, flottante et peut-être même insaisissable. Il s’en faut de beaucoup en outre que ces derniers aient rédigé leurs notices en ne prenant pour repère que le seul usage, « ordinaire » ou non. En ce qui concerne les termes politiques, leur travail s’est aussi fondé sur des lieux, des références et des codes savants dont le propre est à la fois de faciliter et de contraindre l’interprétation. Armés de ces outils, les rédacteurs des dictionnaires ont accouché une vérité - la leur - qui sans être jamais étrangère à celle de la langue, la soumet toutefois à une réduction raisonnée. Cette vérité est singulière, même lorsque ceux qui l’affirment protestent de se soumettre au verdict d’un locuteur universel. Elle est opératoire, en ce qu’elle permet par exemple de distinguer les vraies conjurations des fausses, ou de dire ce qui est cabale, ou au contraire complot : par elle, le nom des événements est scellé, et l’histoire construite. Ses défenseurs enfin circonscrivent ce qui peut être dit des choses sans faire violence aux mots : ils dessinent les contours d’une orthodoxie du bien dire dont les termes fondent en un alliage parfait le politiquement admissible et le linguistiquement correct.

  • 2 Selon l’expression de M. Gauchet, « L’Etat au miroir de la raison d’Etat : la France et la Chrétien (...)

2L’histoire de ces vérités lexicographiques fait apparaître la rupture qui sépare les dictionnaires d’Estienne et de Monet des grands répertoires sortis des presses à la fin du XVIIe siècle. Les premiers utilisent Aristote, Cicéron, les scolastiques et quelques autres encore pour faire dire au français la république, la communauté et les divisions civiles : ils perpétuent jusqu’à la fin du règne de Louis XIII une version de la langue qui n’aide pas à exprimer une conception de la politique centrée sur l’Etat. Les seconds valorisent la hiérarchie, et remplacent la division par l’insubordination. L’ordre qu’ils préfèrent - et qu’ils permettent de proférer - trouve dans la souveraineté son ressort essentiel et dans la désobéissance la cause première de son éventuelle subversion. Cette mutation - qui participe du processus plus large « de dégagement et d’installation du concept d’Etat »2 - se répercute directement sur le sens reconnu à des termes particuliers tels que cabale, complot, conjuration et conspiration. Tous habitaient le vaste champ du politique, et se configuraient initialement comme autant de modes de semer la discorde civile par la dissociation factieuse. Seuls les deux derniers se recyclent dans une économie des pouvoirs caractérisée par sa verticalité, et se disent désormais des entreprises secrètes dirigées contre la vie du prince, l’être de l’Etat et, à travers eux, contre la liberté publique. De ces machinations, nul bien sûr ne se hasarde à donner une image positive, semblable à celle que le cardinal de Retz vient de tracer dans un célèbre écrit : l’Académie les exècre, Richelet les écrase, Furetière seul y voit un instrument de lutte contre la tyrannie, mais sans pour autant les approuver. Complot et cabale ne font pas l’objet d’appréciations plus élogieuses. Ils sont, de surcroît, rejetés dans l’obscurité des machinations ourdies contre des particuliers. Le premier est donné pour un crime, dont la conjuration et la conspiration forment peut-être deux espèces, ce qui les accable. La seconde est assurément une bassesse. Mais elle n’est point vaine, et atteint quelquefois par ses tortueuses manœuvres des cibles politiques que le fer des conjurés est de moins en moins sûr de toucher.

3Les dictionnaires imprimés au XVIIIe siècle gomment peu à peu la sensibilité anti-tyrannique qui parcourait certaines notices de Furetière. Ils reprennent à leur compte la conception verticale de la politique qui informait les grands répertoires publiés sous Louis XIV, tout en mettant de plus en plus nettement l’accent sur l’impersonnalité de l’Etat. Jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, la fonction qu’ils reconnaissent au bon français est celle de dire un ordre autoritaire, à l’intérieur duquel la seule intention suffit à constituer la conjuration et la conspiration. Mais leurs rédacteurs enregistrent aussi, citations à l’appui, les succès croissants de la cabale, et renvoient ainsi l’écho d’une société de cour où sévit, honteuse, méprisable, mais banale et somme toute efficace, une pratique qui a la prudence de ne pas se donner pour politique. À condition de se civiliser, tout le mal, désormais, n’est plus crime, ni lèse-majesté, à la différence de ce que suggéraient jadis, pour mieux river les sujets à leur devoir d’obéissance, les Mémoires du cardinal de Richelieu.

  • 3 Qui cite, parmi d’autres « inclinations sociales », la « conspiration mutuelle dans les dangers » ( (...)
  • 4 Chez qui on trouve « admirable conspiration en faveur de l’humanité ».
  • 5 Ainsi lorsqu’il écrit dans l’Essai sur l’histoire générale : « il se forma la plus horrible conspir (...)
  • 6 S. Kaplan, Le complot de famine : Histoire d’une rumeur au XVIIIe siècle, Paris, 1982, passim.

4À cet ordre lexicographique, la langue du XVIIIe siècle se conforme souvent, mais point toujours. Référence déclarée des dictionnaires, les bons auteurs continuent de prendre conspiration dans un sens positif : ainsi Diderot3, ou Mercier4. Ils évoquent une conjuration « contre l’humanité », comme Delisle, ou « contre le tiers-état », comme Montesquieu, ou même « contre le Messie », comme le jeune Chateaubriand. Les Parlementaires, rapporte d’Argenson, dénoncent « le complot du ministère à l’effet d’avilir la magistrature ». Voltaire se sert de ce mot, de conjuration et de conspiration comme s’ils étaient parfaitement synonymes5. Chacun ainsi s’écarte des leçons au reste discordantes dispensées par les répertoires de la langue. Ceux-ci sont plus éloignés encore du registre sur lequel des esprits inquiets se placent pour dénoncer un prétendu complot de famine. De cette mythique conspiration, on affirme ici et là qu’elle est ourdie par les spéculateurs, les ministres et les favoris. Elle est marquée, susurre-t-on encore, du sceau épouvantable d’une trahison royale6. A de si noires accusations, les dictionnaires ne donnent pas la caution du bon usage. Aussi les mauvais propos de ceux qui salissent le maître, peuvent-ils passer pour des agressions contre le français avant même d’être poursuivis comme autant d’atteintes à la majesté du souverain. Celui qui les profère se met tout ensemble hors de la langue et de la loi. Il importe de lui imposer silence : en le confiant, par exemple, aux soins attentifs du gouverneur de la Bastille.

*
* *

5Les dictionnaires se configurent à première vue comme d’efficaces relais de l’ordre monarchique. La réalité en fait est un peu plus complexe. Bien que proche du trône, Robert Estienne a laissé à la postérité un ouvrage peu « royaliste ». Le souverain ne contrôle pas son dictionnaire, pas plus qu’il ne contrôle les travaux de ses successeurs, puisqu’à l’exception de celui de l’Académie, tous sont des entreprises indépendantes, ou dissidentes, et parfois imprimées en dehors de l’Etat. Le public non plus n’a pas autorité sur ces ouvrages, bien que leurs rédacteurs souvent prétendent écrire sous sa dictée. Aussi les lexicographes, dont aucun en dehors des Quarante ne s’est vu reconnaître de statut par le monarque, jouissent en définitive d’une considérable franchise : ils affirment sinon en toute liberté du moins avec une grande marge d’indépendance, la vérité des mots et, au-delà, celle des choses.

6Il est vrai qu’au XVIIIe siècle certains d’entre eux - dont le Féraud et le Grand vocabulaire françois - reprennent volontairement les leçons de l’Académie et favorisent du même coup l’affirmation d’une langue conforme aux prescriptions de l’illustre compagnie. Mais au XVIIe siècle, lorsque les Quarante arrivent bons derniers après Richelet et Furetière, la situation est tout autre. Chacun a eu le loisir de donner des mots - et notamment de cabale, complot, conjuration et conspiration - sa propre version. Plus morale chez l’un, elle est chez l’autre plus pragmatique, exprime ici un grand souci de l’autorité, et laisse transparaître ailleurs une discrète inquiétude face à la tyrannie. Ces dissonances sont, me semble-t-il, assez instructives.

7Une comparaison entre les trois premiers dictionnaires monolingues permet en effet de montrer que ces répertoires ne s’opposent pas seulement, comme on l’a souvent et justement écrit, sur des questions ayant trait à la pureté de la langue et à la meilleure façon d’en faire le dépôt dans un livre, mais qu’ils différent aussi par les lieux et les langages que leurs rédacteurs ont mobilisés, combinés et retravaillés pour expliquer et illustrer la partie politique du lexique. Contradictoires, les vérités qu’à tour de rôle ces lexicographes assènent et s’efforcent d’accréditer, obligent le lecteur à se départir de l’illusion selon laquelle leurs ouvrages seraient en définitive interchangeables et donneraient tous accès, bien qu’en des termes différents, au « vocabulaire politique » du Grand Siècle. Ces répertoires délivrent en fait une signification exactement contraire : ce qu’ils rendent manifeste, c’est la permanence et la concurrence, en plein règne de Louis XIV, d’une pluralité de vocabulaires dont la réunion ne forme en aucune façon un ensemble consistant. Ainsi éclate la difficulté dans laquelle se trouve le prince de faire prévaloir, même sur le plan de la politique, et même parmi ses partisans, une orthodoxie langagière : les lexicographes, quelque amis du roi qu’ils soient, contrarient le projet de faire triompher dans l’Etat une seule et unique langue royale.

*
* *

  • 7 B. Didier, Alphabet et raison. Le paradoxe des dictionnaires du XVIIIe siècle, Paris, 1996, p. 117 (...)
  • 8 F. de La Mothe Le Vayer, « Des moyens de dresser une bibliothèque d’une centaine de livres seulemen (...)

8Faute de parler d’une même voix, les dictionnaires peuvent difficilement espérer imposer à l’universalité des locuteurs la loi d’un unique bien dire. Chacun d’eux en outre présente au public une ouvre qui a été justement qualifiée de fragmentaire, et qui juxtapose à l’infini des formes brèves n’appelant point une lecture suivie7. Les hommes du XVIIe siècle étaient habitués à ces textes discontinus. Dans le cas des répertoires de langue, ils étaient incités à piquer une définition, ou un exemple, sans se préoccuper autrement de son environnement proche ou lointain. La Mothe Le Vayer a décrit cet usage : «journalier » et « perpétuel », note-t-il, mais aussi « passager », et occasionné par un travail d’interprétation, de « méditation » ou de « composition » qui oblige le lecteur à plonger un instant dans le dictionnaire, à en extraire quelques bribes et à intégrer aussitôt ces morceaux détachés dans un contexte d’une tout autre nature8. Légitimée par la conviction que le dictionnaire fait autorité, cette pratique prévaut encore de nos jours, de sorte que des œuvres telles que le Richelet, le Furetière ou le dictionnaire de l’Académie sont quotidiennement - et légitimement- consultées pour élucider des écrits sur lesquels ils projettent un instant leurs certitudes rassurantes et fragiles.

  • 9 Sur ce point, voir les récentes remarques d’U. Döring, Antoine Furetière. Rezeption und Werk, Frank (...)
  • 10 Cité ibid, p. 437.

9Donnant la préférence à un autre mode de lecture, on a traité ces répertoires comme des textes à part entière. On les a, en outre, abordés sous un angle tel que l’histoire de la philosophie politique a pris peu à peu le relais de celle de la lexicographie. A la première de ces deux disciplines enfin, on a voulu apporter une contribution d’une nature profondément différente de celle que la lecture et le commentaire des grandes œuvres permet généralement de fournir. Car si ce livre a servi un objectif, c’est plutôt celui de suivre la trajectoire de la philosophie en dehors d’elle-même, de faire ressortir la diffusion de ses langages dans des textes qui ne lui appartiennent pas explicitement, et de mettre en évidence la difficile, voire contradictoire composition de ces idiomes par des hommes qui, quelque bons lexicographes qu’ils fussent, n’étaient pas nécessairement de grands penseurs et qui, dans le cas de Furetière, étaient aussi des esprits déchirés9. « La parole », écrivait ce dernier, « appartient autant au peuple que l’usage des élémens »10. Dans son dictionnaire et dans ceux de ses collègues, elle appartient aussi, et beaucoup, à Aristote et à Cicéron, à Juste Lipse et à Loyseau, aux scolastiques et aux déniaisés, à tous ceux enfin dont les discours découpés et recousus alimentent la trame toujours reprise d’une illustre, mais vaine conjuration : celle par laquelle d’habiles lexicographes, désireux de ranger le français dans les cases de leurs dictionnaires, attentent opiniâtrement à l’indomptable liberté des mots.

Notes

1 S. Auroux, « La définition et la théorie des idées », dans La définition, éd. J. Chaurand, F. Mazière, Paris, 1990, p. 32.

2 Selon l’expression de M. Gauchet, « L’Etat au miroir de la raison d’Etat : la France et la Chrétienté », dans Raison et déraison d’Etat : théoriciens et théories de la raison d’Etat aux XVIe et XVIIe siècles, dir. Y.-C. Zarka, Paris, 1994, p. 197.

3 Qui cite, parmi d’autres « inclinations sociales », la « conspiration mutuelle dans les dangers » (pour les références de cette citation, comme des suivantes, on se reportera à la base Frantext).

4 Chez qui on trouve « admirable conspiration en faveur de l’humanité ».

5 Ainsi lorsqu’il écrit dans l’Essai sur l’histoire générale : « il se forma la plus horrible conspiration qui soit jamais entrée dans l’esprit humain : tous les autres complots qu’ont produits la vengeance, la politique, la barbarie des guerres civiles, le fanatisme même, n’approchent pas de l’atrocité de la conjuration des poudres ».

6 S. Kaplan, Le complot de famine : Histoire d’une rumeur au XVIIIe siècle, Paris, 1982, passim.

7 B. Didier, Alphabet et raison. Le paradoxe des dictionnaires du XVIIIe siècle, Paris, 1996, p. 117 sq.

8 F. de La Mothe Le Vayer, « Des moyens de dresser une bibliothèque d’une centaine de livres seulement », dans Œuvres, Paris, 1644, p. 455.

9 Sur ce point, voir les récentes remarques d’U. Döring, Antoine Furetière. Rezeption und Werk, Frankfurt-am-Main, 1995, p. 96, 415-425, 442.

10 Cité ibid, p. 437.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search