Version classiqueVersion mobile

La conjuration des dictionnaires

 | 
Jean-Claude Waquet

Troisième partie. La discrète officine des vérités contraires

Chapitre IV. Les vérités de la politique

2. L’Académie, Furetière, Richelet

Texte intégral

1Les trois grands dictionnaires de la fin du XVIIe siècle combinent, on l’a dit, vues analogues et sentiments divergents. Des unes comme des autres, il est possible de rendre en partie raison en suivant un cheminement identique à celui qui vient d’être parcouru en compagnie des répertoires d’Estienne et de Monet. Sa première étape - la recherche des sources - est longue et un peu ingrate. Elle ne sera pas étendue aux quatre termes qui intéressent ici, mais restreinte au seul mot conjuration, qui est aussi le plus prometteur puisqu’il a fait, soit sous sa forme française, soit sous ses équivalents latins et italiens, l’objet d’un grand nombre de définitions et de commentaires avant que Richelet, Furetière et les académiciens viennent le temps d’un article s’intéresser à lui. On changera ensuite de point de vue et, avançant le long du second des axes que l’on a naguère identifiés, on s’enfoncera dans l’épaisseur des dictionnaires en vue de faire apparaître dans sa spécificité la politique qu’à longueur d’articles chacun d’eux distille. La première phase de ce nouvel exercice aura pour ambition de faire apparaître les termes dans lesquels cette doctrine est articulée, et la deuxième d’identifier - autant que possible - les registres sur lesquels elle se décline. L’objectif alors pourra se resserrer à nouveau sur cabale, complot, conjuration et conspiration, dans la vue de montrer en quoi les notices particulières consacrées à ces mots réfractent des langages politiques plus amples et, partant, trouvent en ceux-ci l’un de leurs principes d’interprétation.

I

  • 1 Voir p. 182.
  • 2 O.G. Oexle, « Conjuratio et ‘Ghilde’ dans l’Antiquité et dans le Haut Moyen Age. Remarques sur la c (...)
  • 3 Ibid., p. 7-8, et P. Prodi, Il sacramento del potere. Il giuramento politico nella storia costituzi (...)
  • 4 M. Sbriccoli, Crimen lesae majestatis. Il problema del reato politico alle soglie della scienza pen (...)
  • 5 Voir le chap, précédent.
  • 6 D. Nani Mirabelli, Florilegii Magni seu Polyantheae Floribus Novissimis Sparsae Libri XX, Lyon, 162 (...)

2Cicéron, on l’a dit, voit dans la conjuratio une forme dépravée d’amitié1. De façon plus générale, les auteurs latins - Dion Cassius, Salluste, Suétone, Tacite, Tite Live - se servent de ce mot pour désigner « une association de personnes ou de peuples ayant pour but de lutter contre une personne, un groupe ou une institution »2. Conjuratio continue ensuite sa carrière dans les actes des conciles. Leurs canons dénoncent les conjurations ou conspirations ourdies contre les évêques, insistent sur le serment unissant les complices, et mettent l’accent sur le caractère criminel de pratiques au reste poursuivies par la loi civile3. Reprises dans des capitulaires carolingiens, puis dans le Corpus juris canonici, ces dispositions refont ultérieurement surface dans les traités des juristes qui placent les deux crimes de conjuratio et conspiratio dans la perspective de la trahison et de la lèse-majesté4. Le serment pour autant n’est pas perdu de vue par ces légistes, pas plus qu’il ne l’est par les lexicographes et philologues qui, de Balbi à Perotti et d’Estienne à Dolet, donnent leur avis sur conjuratio et sur conjurare5. Enfin plusieurs florilèges - Nani Mirabelli, Zwinger, Alsted, Lange - présentent dans leurs diverses éditions une somme de plus en plus nourrie des discours et des exemples auxquels conjuratio a été associé depuis l’antiquité. Publié pour la première fois à la fin du XVe siècle, celui de Nani Mirabelli combine les leçons du troisième concile d’Orléans, tenu en 538, avec les définitions des grammairiens. Plus tardive, l’Encyclopaedia d’Alsted donne à conjuratio le sens politique de conspiratio illicita contra statura reipublicae, tout en la plaçant avec la lèse-majesté, la rébellion, la brigue, le péculat, le monopole et quelques autres crimes dans la catégorie non moins politique des delieta circa causas publicas profanas6.

  • 7 Voir p. 196, no 84.
  • 8 J. Bodin, Les six livres de la République, Paris, 1986, p. 181 sq ; J. Lipse, Les six livres des po (...)

3Le français conjuration aussi fait l’objet d’un important travail d’explication, dont les notices d’Estienne, de Monet et des autres lexicographes de la Compagnie de Jésus ne forment qu’une partie. Sans remonter à Oresme, pour qui ce mot désigne, comme conspiration, une espèce de sédition7, on peut se tourner vers les Six livres de la République, où Jean Bodin envisage la conjuration contre le prince ou l’Etat, considère également celles qui peuvent advenir entre des « seigneurs », des « estats », des « villes » ou des « provinces », et range tous ces accidents dans le genre des « factions civiles ». Pour d’autres - philosophes, juristes ou théologiens-, conjuration désigne exclusivement une agression dirigée contre l’autorité. C’est l’avis de Juste Lipse : dans la traduction française de ses Politiques, la conjuration se donne pour un « attentat » et, comme tel, pour une « secrette menée ou entreprise d’un ou de plusieurs à l’encontre du Roy, ou de l’Estat ». Cachée, elle est proche de la trahison et s’oppose à la « force ouverte » des séditions et des factions, qui toutefois peuvent l’engendrer. Destructrice de la personne du prince, elle met aussi en péril la « liberté de tous », à moins qu’elle ne soit dirigée contre un tyran ou, si l’on préfère, contre celui qui ne gouverne pas pour le bien de ses sujets. Charron dispense plus ou moins les mêmes leçons : la conjuration, explique-t-il, est « une conspiration et entreprise d’un ou de plusieurs contre la personne du prince ou l’Estat..., couverte et cachée ». Ses auteurs sont « ennemis de la liberté, bien et repos de tous ». Son espèce est voisine de la trahison. Elle diffère en revanche des « esmotions populaires », parmi lesquelles on compte la faction, la ligue et la sédition8.

  • 9 J. Baricave, La defence de la monarchie françoise, Toulouse, 1614, p. 172, 712 sq, 724 ; P. de Béth (...)

4D’autres auteurs encore soulignent, quoique sur des modes divers, le lien entre la conjuration et la mise en péril de l’autorité. Dans un ouvrage rédigé en réponse aux Vindiciae contra Tyrannos, le théologien Baricave affirme qu’une telle entreprise est une « voye de fait », une « guerre clandestine et secrette », une agression dirigée contre le prince ou l’Etat, facilitée par les factions et proche de la trahison comme de la rébellion. Un peu plus tard, Béthune pose que la conjuration a pour caractéristique d’être dirigée « contre le prince, ou contre les principaux magistrats ». Elle peut à l’occasion être tournée contre un tyran, et compte avec la trahison, la rébellion et les factions parmi les causes intérieures de la ruine des Etats. Enfin le juriste Le Bret distingue la conjuration - « que l’on fait sur l’Estat du prince souverain »-, de l’« attentat » qui est ourdi contre la vie même du monarque. Il ancre ces deux entreprises dans le crime de lèse-majesté, dont elles constituent à son avis la deuxième et la troisième « façon »9.

  • 10 Sur ce texte, voir E. Fasano Guarini, « Congiure ‘contro alla patria’ e congiure ‘contro ad uno pri (...)
  • 11 Voir par ex. G. Frachetta, Il seminario de’governi di stato, e di guerra, Venise, 1613, p. 677 sq.
  • 12 Ibid, p. 680 sq. Plus généralement, voir G. Borrelli, « La necessità della congiura nella scrittura (...)
  • 13 Vocabolario degli Accademici della Crusca, Venise, 1612, s.v. « congiura ».

5En Italie, la « congiura » a donné lieu à des analyses dont l’écho s’est fait entendre de ce côté-ci des Alpes. Machiavel lui a consacré dans ses Discorsi des pages fameuses, bientôt éditées en France sous le titre de Traité des conjurations, et construites autour de l’opposition entre la conjuration dirigée contre le prince et celle qui à l’inverse ruine la « patria »10. Les théoriciens de la raison d’Etat s’emparent ensuite du sujet, et du mot. Eux aussi accumulent les citations tirées d’auteurs anciens tels que Thucydide, Polybe ou Saliuste11. Ils ne sont pas moins prodigues en définitions. Zinani reste dans la tradition des grammairiens, et affirme simplement que « congiura » vient de « con e juro, quasi insieme con gli amici : in alterius perniciem juro ». Plus loquace, Frezza annonce que « le congiure sono quelle segrete cospirazioni di alcuni pochi, che hanno per fine l’ammazzamento del prencipe solo, o di lui e di tutti quelli della sua casa, o di coloro che governano, e la sovversione dello Stato ». Frachetta enfin voit en elles des « unioni segrete di più persone contra il prencipe, o altro capo che governi, dirizzato o semplicemente alla perditione di lui, o a distruggere insieme con quello la forma etiandio del governo ». Il reconnaît comme d’autres quelles peuvent être justes, si elles sont ourdies contre des tyrans ou d’autres mauvais princes : « non furono già ingiuste o disdicevoli », souligne-t-il, « le congiure contro Caligola, Nerone, Domitiano, Commodo e Antonino Caracalla, tiranni manifesti e essosi »12. Les académiciens de la Crusca ne s’engagent pas sur des sentiers aussi périlleux. Politique pour l’essentiel, leur définition fait une place à la notion de serment, mais point à celle de juste vengeance contre un monarque arbitraire et cruel : « congiura », écrivent-ils, signifie « unione di più contro allo Stato, o persona di chi domina » ; et ils ajoutent : « quasi giurare insieme »13.

6Amitié, union, serment, secret, trahison et lèse-majesté, faction et rébellion, spirituel et temporel, prince et Etat, tyrannie et liberté, constituent ainsi un fonds sur lequel roulent, de siècle en siècle et de texte en texte, le discours toujours renouvelé des grammairiens, des politiques, des théologiens et des juristes sur conjuratio, conjuration et « congiura ». Avec le temps, l’Eglise est perdue de vue, la faction cède en importance, la lèse-majesté s’affirme, le secret aussi est de plus en plus souvent mentionné. La question de la tyrannie et de la liberté, déjà présente chez Aristote ou chez Polybe, l’est à nouveau chez Machiavel, puis chez Lipse, Béthune ou Frachetta. Au XVIIe siècle enfin, les auteurs concentrent leur attention sur le prince et l’Etat, contre lesquels toute conjuration serait par définition ourdie. De ces traditions et de ces inflexions, les répertoires monolingues publiés dans le dernier tiers du Grand Siècle renvoient inégalement l’écho.

*
* *

7Richelet, Furetière et les académiciens soulignent l’agression que toute conjuration fait subir à l’autorité supérieure. En cela, ils se mettent à l’unisson du point de vue qui, comme on vient de le signaler, prévaut de leur temps. Leur unanimité toutefois se limite à ce seul aspect. Pour le reste, les rédacteurs de ces dictionnaires réfractent de façon très variable - et point toujours fidèle, ni certaine - les traditions et les textes dans lesquels il leur était possible de puiser.

  • 14 1694 Académie, s.v. attentat, chef, conjuration, conjurer. 1718 Académie, s.v. conjurer. C. Le Bret (...)

8En taisant le nom du prince et en faisant de l’Etat l’unique cible des conjurations, les académiciens paraissent tenir un discours proche de celui de Le Bret, pour qui l’agression contre la personne même du maître relève plutôt de l’« attentat ». Mais sous « attentat », les Quarante n’évoquent point une action mettant en danger la vie du monarque. Ce mot, à leur avis, signifie « entreprise contre les loix », et l’exemple qu’ils en donnent est « attentat contre la liberté publique ». Pour autant, l’attentat contre le souverain ne leur est pas inconnu : il apparaît à l’article « chef », lorsque les Immortels distinguent les deux cas - ou « chefs » - dans lesquels le crime de lèse-majesté peut être constitué. Mais Le Bret pour sa part distinguait trois cas, et les termes dans lesquels il les décrivait, ne sont pas ceux dont les notices du Dictionnaire sont composées. Aussi est-il peu probable que son texte ait servi de base aux membres de l’Académie. Ceux-ci, on le sait, suivent parfois Monet. Mais leur traitement du sens politique de conjuration ne doit rien aux ouvrages du père jésuite. Sous conjurer enfin, les Immortels introduisent après d’autres l’idée d’une entreprise dirigée contre la « patrie ». Mais ils ne jouent pas simultanément sur la personne du prince, comme ils le feront dans la deuxième édition de leur dictionnaire, de sorte que de cet appel à une expression autorisée on ne peut en aucune façon conclure qu’ils reprennent, involontairement ou non, la dichotomie machiavélienne entre « congiura contro alla patria » et « congiura contro al principe ». En fait, la recherche sur les antécédents de la définition que les Quarante donnent de conjuration, fait apparaître au mieux quelques réminiscences éparses, mais rien de plus14.

  • 15 Et ce alors qu’Ablancourt est en général l’auteur le plus cité par le lexicographe (A. Lehman, « La (...)

9Richelet a dépouillé les traductions d’Ablancourt, parmi lesquelles celles de Tacite constituent une référence en matière d’entreprises secrètes. Mais il n’en a tiré qu’un bref exemple, à l’article conjurer15. « Parti », par quoi commence sa définition de conjuration, est un terme fort prisé au XVIIe siècle, mais point appliqué à ce genre d’accident dans des textes de réflexion politique, théologique ou juridique. La notion de serment, sur laquelle le dictionnaire joue également, est employée depuis des siècles par des grammairiens, des juristes et des auteurs politiques. Son utilisation par Richelet mérite d’être notée, d’autant qu’il est le seul lexicographe à en faire usage. Mais elle ne délivre pas une signification univoque, pas plus que son association à l’idée d’union, qui se retrouve dans des textes aussi différents que le Corpus juris canonici ou le Vocabolario de la Crusca. « Attenter » est présent chez Juste Lipse, mais ne constitue pas pour autant un renvoi à celui-ci. L’affirmation que les cibles de la conjuration sont le souverain et son Etat, est conforme à un sentiment largement partagé, mais généralement exprimé en préférant au premier de ces termes celui de prince. Enfin, considérée dans son ensemble, la définition donnée par le Richelet est à la fois convenue et atypique : on y retrouve bon nombre des éléments qui composent le fonds commun des écrits sur la conjuration, mais sans que l’agencement de ces segments réplique jamais aucune des autorités vers lesquelles les rédacteurs du dictionnaire auraient pu se tourner. Originale en dépit de son absolu manque d’originalité, cette notice atteste une participation à des lieux communs ; mais elle ne révèle pas une généalogie qui permettrait de mieux la situer et, peut-être, de mieux apprécier son sens. Il en va de même lorsqu’ailleurs « conjurer contre sa patrie » fait son apparition : l’expression est canonique, mais sa seule présence ne vaut pas reprise des vues de Nicolas Machiavel.

  • 16 Machiavel, Les discours... sur la première décade de Tite Live, trad. J. Gohory, Paris, 1571, fol.  (...)
  • 17 J.C.W., « Conjurations, cabales, séditions : pour une analyse politique du Dictionnaire universel d (...)

10Le Dictionnaire universel délivre un message un peu moins énigmatique, surtout si l’on prend en compte, outre l’article conjuration, les entrées conjurer, conjuré et conjurateur. L’ensemble se signale par trois exemples historiques dont la matrice se trouve peut-être dans les Discorsi ou, du moins, dans leur traduction par Jacques Gohory. Le lien, certes, est assez lâche entre le premier d’entre eux - « les conjurateurs étoient fréquents chez les Romains, ils ont assassiné beaucoup d’empereurs » - et le passage correspondant de Machiavel - « de vingt et six empereurs qui régnèrent depuis César jusques à Maximinus, les seize furent occis ». Il est un peu moins vague avec « la conjuration de Catalina a été découverte par Cicéron, et écrite par Saiuste », auquel fait écho « chacun a leu la conjuration de Catilina descritte par Salluste ». « Les Grecs », écrit enfin Furetière, « ont sans cesse conjuré contre les tyrans de leur patrie » : Gohory, pour sa part, applique à ces oppresseurs l’expression d’« usurpateurs de leur propre patrie »16. De plus, même si le lexicographe n’a pas directement tiré ses exemples des Discorsi, il les a rédigés dans des termes tels qu’à travers eux la distinction entre la « congiura contro alla patria » - menacée par Catilina - et la « congiura contro al principe » - représenté ici par des tyrans grecs ou par de tyranniques empereurs romains - s’infiltre dans le Dictionnaire universel plus distinctement que dans les autres répertoires. Quant aux définitions, Furetière joue après beaucoup d’autres sur la distinction entre « prince » et « Estat », sauf à l’article conjuration où le second de ces mots cède sa place à « liberté publique ». La distinction machiavélienne est donc perdue de vue17, mais au profit d’une rédaction qui n’est pas nécessairement sans antécédents. Car les termes dans lesquels conjuration se trouve ici expliqué - « conspiration, ligue, cabale secrette pour attenter à la vie du prince ou à la liberté publique » - ne sont pas entièrement étrangers à ceux que Juste Lipse et Pierre Charron ont successivement choisis pour définir l’un la conjuration et l’autre la « force cachée », et que tous deux ont enrichis de considérations sur les dommages en résultant pour la liberté.

  • 18 « Te diray-je les noms de tous ces conjurez ? » (1690 Furetière, s.v. conjuré) est adapté d’un vers (...)

11La généalogie des articles composés par Furetière est donc un peu plus apparente que celle des textes rédigés par les académiciens ou par Richelet. Elle fait apercevoir une construction complexe, dans laquelle des éléments peut-être repris de Machiavel sont imbriqués avec d’autres provenant plus ou moins nettement de Charron et de Lipse. S’ajoute enfin un vers adapté de Cinna où un Auguste triomphant confond celui qui, gouverné par ses passions, a ourdi une conjuration contre lui sous un motif spécieux18. Pour comprendre cette combinaison, dont le sens ne transparaît pas d’emblée, il est nécessaire de rapporter les articles singuliers dont on traite ici à la politique dont les articles du Dictionnaire universel sont plus généralement chargés. Il n’est pas inutile d’en faire autant avec le Richelet, ainsi qu’avec le dictionnaire de l’Académie, pour lesquels la recherche des sources ne fait pas apparaître un principe d’interprétation satisfaisant.

II

  • 19 1694 Académie, s.v. Dieu, droit, gloire, loy, majesté, nature, providence, roy.

12De l’avis des Immortels, Dieu est « le premier et le souverain estre par qui tous les autres sont et subsistent ». Seul auteur de la nature, il gouverne par sa providence un monde auquel il a donné sa loi. Il est le Roi des rois, leur maître et leur protecteur. A lui appartient la vraie gloire, en lui réside la plus excellente majesté, en lui toute politique trouve son origine, son modèle et sa fin19.

  • 20 1694 Académie, s.v. nature, naturel.

13L’ordre règne dans la nature. Une lumière y resplendit. Raison morale, elle enseigne à l’homme la différence entre le bien et le mal. Elle dicte aux enfants d’honorer leurs parents, car la famille est, à l’évidence, inscrite dans l’ordre naturel. La politique aussi y pousse ses racines, qui sont la « loy naturelle », la « liberté naturelle à tous les hommes » et le « droit naturel » de chacun à se conserver20.

  • 21 1694 Académie, s.v. authorité, empire, intérest, obéissance, rébellion, renversement, ruine, tumult (...)

14Il existe encore en ce monde un ordre des « choses politiques et morales ». Souvent le Dictionnaire met en regard ses trois faces, individuelle, familiale et politique : « ruine de l’Estat,... », y lit-on, « d’une famille » ; « tumulte populaire,... tumulte des passions » ; « intérest public,... intérest de famille, intérest particulier » ; « renversement d’un Estat,... renversement d’une grande fortune, renversement d’esprit ». Ces analogies ne font pas pressentir l’existence d’une raison politique à part, distincte de celle qui s’applique aux actions individuelles ou aux comportements familiaux. Elles aident en revanche à reconnaître l’existence de hiérarchies parallèles, constituées respectivement de la raison et des passions, des parents et de leurs enfants, des souverains et de leurs peuples. Toutes trois sont parcourues par des relations similaires de gouvernement, d’obéissance et de révolte. « Authorité royale » rime avec « authorité paternelle », « obéissance d’un Prince » avec « obéissance de père et mère », « rébellion contre la Justice » enfin avec « rébellion des sens contre la raison ». Le gouvernement, donc, est à certains égards réglé comme la famille, tandis que peuples et passions se partagent le terrain glissant de l’insubordination au risque qu’un jour, l’« empire des passions » l’emporte sur l’« empire de la raison »21.

  • 22 1694 Académie, s.v. absolu, authorité, domination, empire, puissance, souverain, souveraineté.

15« Authorité », « puissance », « domination » et « empire » sont les mots qui permettent aux académiciens de désigner la prérogative attachée au supérieur dans l’ordre politique. « Souverain » et « absolu » qualifient ces substantifs, et servent à former des expressions telles qu’« authorité absolue », « authorité » ou « puissance » « souveraine ». Des trois registres mobilisés par cette terminologie, celui du commandement est présent dans domination, empire, puissance et autorité. Ce dernier mot contient aussi la notion de légitimité. Souverain et absolu véhiculent enfin l’idée d’indépendance d’autrui. Aussi la « souveraineté », ou « qualité et authorité du prince souverain », réunit en un seul mot la légitimité, la supériorité et l’indépendance22.

  • 23 1694 Académie, s.v. aristocratie, couronne, immédiatement, liberté, monarchie, oligarchie, révérer, (...)

16Quoique la définition de la souveraineté ne vise explicitement que le prince, l’autorité souveraine se retrouve dans toutes les formes de domination. Un seigneur féodal peut en être revêtu. Le peuple la possède lorsqu’il vit en « liberté ». Une minorité l’exerce dans l’aristocratie et dans l’oligarchie. Enfin les rois ont la qualité de « prince souverain », leur couronne est « souveraineté », leur trône « puissance souveraine », leur monarchie « gouvernement absolu ». « Roys chrestiens », ils ne reconnaissent « que Dieu au-dessus d’eux », car c’est de lui « immédiatement » qu’ils ont reçu leur autorité. « Personnes sacrées », ils tiennent du Très-Haut une qualité déniée au commun des mortels : aussi chacun doit les « révérer », comme on le fait en général avec les personnes et les choses « saintes et sacrées »23.

  • 24 1694 Académie, s.v. authorité, dignité, édit, loy, magistrat, majesté, ordonnance, parlement, prote (...)

17A l’instar des autres « puissances » qui tiennent le premier rang dans l’Etat, le monarque est titulaire d’une « dignité », c’est-à-dire d’une « charge » ou d’un « office considérable », comme il en existe à la fois dans l’ordre civil et dans l’ordre ecclésiastique. Son auguste grandeur porte le nom de « majesté ». Elle l’élève, mais ne lui est pas propre, puisque des « compagnies et des assemblées » peuvent en être revêtues, tel en France le Parlement. Pour autant, les magistrats ne sont pas les égaux des rois. Ils exercent, certes, l’autorité. Mais les cours où ils siègent sont « supérieures », et non point souveraines. Ces juges enfin peuvent arrêter un réglement, mais point édicter une loi, car la prérogative de donner des « constitutions écrites » ne semble appartenir qu’aux souverains, qui sont aussi les « protecteurs des loix ». Pour le reste, le pouvoir législatif du prince, la nature de ses lois, le lien enfin entre lois et souveraineté ne retiennent pas particulièrement l’attention des académiciens24.

  • 25 1694 Académie, s.v. communauté, intérest, liberté, nature, peuple, public, sujet.

18La domination du souverain s’exerce sur des « sujets ». Ceux-ci ne constituent pas une communauté, sauf à l’échelle locale d’une ville, d’un bourg ou d’un « lieu ». Leur « multitude » forme plutôt un « peuple » dont l’identité repose sur l’appartenance à un même « pais » et sur l’obéissance à de mêmes lois. Qu’on le considère comme « public », c’est-à-dire « en général », ou encore du point de vue du « public », c’est-à-dire sous l’angle de ce qui lui appartient en propre ou le concerne tout entier, ce peuple ne se conçoit pas indépendamment du souverain. Sa liberté - la « liberté publique » - est garantie en dernière instance par le prince, auteur des lois, à l’autorité duquel les « personnes publiques » restent également subordonnées. Son intérêt - l’« intérest du public » - ne s’oppose pas à celui de l’Etat, mais à « celuy des particuliers ». Le « bien public » enfin se dissocie si peu de celui du maître que ce n’est que par « prétexte » qu’on l’invoque parfois pour justifier des révolutions25.

  • 26 1694 Académie, s.v. corps, estat, ordre, police, république. Corps est défini par l’Académie comme (...)

19Le souverain est uni à ses sujets par une relation dont les termes sont la politique et l’Etat. « Païs... qui est sous une mesme domination », l’Etat est un territoire : on peut l’« estendre », ou faire défense aux autres d’y « entrer ». Il est aussi, et accessoirement, un « corps politique » composé à son tour d’autres corps, les « ordres ». Il est enfin, et avant tout, le gouvernement ou, plus précisément, le « gouvernement d’un peuple vivant sous la domination d’un Prince, ou en République ». A cet Etat on donne, quoique peu fréquemment, le nom de République qui prend donc deux sens, celui de régime républicain et celui, plus général, de gouvernement. Enfin cette République ou cet Etat gagnent, de même qu’une ville, a être « bien policés ». Conformément à la tradition, cette « police » se donne pour un « ordre ». Toutefois les exemples qu’on en fournit, ont trait à Paris ou au commerce, de sorte qu’elle semble moins rassembler les lois générales et fondamentales d’un royaume que des règlements d’administration visant à encadrer les activités quotidiennes des particuliers26.

  • 27 1694 Académie, s.v. aristocratie, couronne, démocratie, estat, monarchie, perte, roy, renversement, (...)

20Les Etats ne sont pas éternels - ni les couronnes stables, ni les trônes solides - puisqu’on peut les renverser, les perdre et les ruiner. Tant qu’ils se maintiennent, ils prennent plusieurs formes dont la pire est certainement la démocratie. L’aristocratie lui est « préférable ». La monarchie enfin est « la plus parfaite » des manières de se gouverner. Elle est également la plus proche de Dieu, qui « tient le coeur des Rois dans sa main ». Aussi la politique que le Dictionnaire envisage, est-elle avant tout celle des princes27.

  • 28 1694 Académie, s.v. fondement, gouverner, justice, politique, régir, vertu.

21Enseignée par Aristote et Machiavel, la politique est « l’art de gouverner un Estat », c’est-à-dire de le « régir » et de le « conduire avec autorité ». Les Immortels usent d’un critère moral pour en distinguer deux versions : la « bonne » et la « méchante ». Leur préférence va manifestement à la première, à laquelle sans doute s’applique l’expression de « politique chrestienne ». Elle consiste, tout simplement, à « punir le crime » et à « récompenser la vertu ». L’art de la législation ne semble pas y avoir plus de part que l’exercice de la sagesse et de la justice. « Ce monarque », lit-on dans le dictionnaire, « a sagement régi son royaume » ; cet autre « gouverne sagement », « il gouverne ses sujets avec justice » : aussi « cet Estat, ces peuples sont bien gouvernez ». A l’inverse, « détruire la Justice, c’est saper les fondements de l’Etat »28.

  • 29 1694 Académie, s.v. admirer, bonté, clémence, clément, dissimuler, domination, empire, glorieux, go (...)

22« Admirer la sagesse, la valeur, la magnificence d’un prince » : le cercle des « vertus royales » s’ouvre à la bravoure, qui permet au monarque de battre ses ennemis et de revenir « glorieux et triomphant » ; il comprend aussi la splendeur, de sorte qu’il est très correct de parler d’un « prince magnifique », ou encore d’une « libéralité royale ». Tel souverain est « très pieux » ; tel autre, inaccessible aux excès, gouverne avec « modération ». On cite un « prince magnanime » ; on chante la « douceur » d’un règne ; on loue en la clémence une « vertu des Roys » ; on se plaît à rappeler une « bonté » qui est pour les fautifs la promesse du « salut » ; on souligne enfin qu’agir « politiquement », c’est savoir quelquefois « pardonner aux rebelles ». La prudence à l’inverse n’est point explicitement convoquée, et si d’aventure on la cherche, ce n’est pas seulement du côté de l’art de la dissimulation qu’on la trouvera, mais aussi de celui de la valeur et d’une sagesse qui, vertu morale, est elle-même « prudence, circonspection, bonne conduite dans le cours de la vie ». Point de bon prince, donc, qui ne soit sage et juste, magnifique et vaillant, pieux et doux, modéré et clément, et point de prudence royale en dehors de l’indispensable connaissance du bien. Peut-être est-ce de ces vertus que naît, correspondance suprême et accord parfait, l’« harmonie du gouvernement politique »29.

  • 30 1694 Académie, s.v. flateur, intérest, raison.

23Hostiles aux flatteurs, les académiciens avertissent le prince de s’en méfier comme de ses pires ennemis. Le monarque, estiment-ils, doit également prendre garde que ses autres adversaires ne s’agrandissent point. Il agira contre eux par intérêt, comme tout un chacun. On doit donc lui conseiller de « connoistre bien les intérests d’un Estat, les intérests des Princes ». Pour autant, la « raison d’Etat » dont il pourrait se prévaloir, n’est pas nécessairement étrangère à la morale, et ne 1 écarte pas de la vertu. Car, dans le Dictionnaire, « raison d’Estat » ne rime pas avec machiavélisme, mais avec « raison de famille » ; l’une et l’autre font l’objet d’une seule définition, et semblent avoir même nature30.

  • 31 1694 Académie, s.v. gloire, justice, politique, tyran.

24Cette honnête politique du prince vertueux n’exclut pas la conquête, dont il peut tirer gloire. Mais elle se différencie nettement de « la manière adroite qu’on tient pour se conduire, et parvenir à ses fins ». « Fine et cachée », cette autre politique attire des courtisans ou des magistrats aussi désireux de « s’avancer » que prompts à « s’accommoder au temps ». Le prince se garde de leur donner l’exemple, comme il se garde de la tyrannie dont les académiciens déclinent les deux formes - d’usurpation et d’exercice - jadis identifiées par Aristote. La seconde notamment consiste en une méchante politique. Le tyran la pratique au mépris des lois divines et humaines, et transforme ainsi ses Etats en de « grands brigandages ». Mais de sa cruauté et de son injustice, il risque un jour de payer le prix31.

  • 32 1694 Académie, s.v. fidélité, fondement, obéir, obéissance, peuple.

25La relation qui unit le peuple à son souverain est fondée sur l’obéissance, elle-même corollaire de la domination. « Le Roy », proclament les Quarante, « veut estre obéi », et « obéir », c’est entre autres choses « estre sujet d’un Prince, d’un Estat ». Cette soumission n’exclut nullement la « fidélité », qui est l’un des « fondements des Monarchies ». L’« affection » aussi l’accompagne, lorsque le prince s’est gagné le « coeur » de ses vassaux, ou en est tout bonnement « adoré ». A de si bons rois, les sujets décernent le titre de « Père du Peuple »32.

  • 33 1694 Académie, s.v. imposition, nouveauté, république, résister, soulever.

26D’un mauvais maître au contraire, les hommes supportent difficilement la tyrannie, car ils n’acceptent qu’à contrecoeur qu’au lieu de les traiter avec douceur, on leur impose un « joug » par trop « rude » : ils se soulèvent donc contre les tyrans. Les Immortels constatent ces rébellions, et probablement les déplorent. « Il ne faut pas, » rappellent-ils en tout cas, « résister à son maistre ». Il ne faut pas non plus rechercher les changements, car la « nouveauté », suspecte par nature, est de surcroît « dangereuse » pour la religion et dommageable à l’Etat. Le peuple hélas en est grand « amateur ». Il « court » après elle, et cela sans doute explique les débordements dans lesquels il s’égare si facilement33.

  • 34 1694 Académie, s.v. esmeute, esmotion, rébellion, révolte, révolter, sédition, soulèvement, trouble

27Ces accidents se présentent rarement comme des « troubles » ou des « brouilleries » internes au peuple lui-même. Ils intéressent plutôt le « souverain » ou, plus explicitement, la « puissance supérieure et légitime ». Deux mots les résument. L’un est « souslèvement », que le Dictionnaire n’explique pas, et l’autre est « esmotion » auquel les Quarante donnent le sens de « souslèvement de peu de durée parmi le peuple ». Tous deux se combinent pour définir « sédition ». « Esmotion » pour sa part explique aussi « esmeute », et « souslèvement » « rébellionlion ». « Révolte » à son tour veut dire « souslèvement ». « Révolter » enfin réunit à nouveau les deux termes : il signifie à la fois « souslever » et « esmouvoir à sédition » ou, pour mieux dire, émouvoir à l’émotion et au soulèvement34.

  • 35 1694 Académie, s.v. esmotion, nature, rébellion, révolte, révolter, souslèvement, souslever. La dim (...)

28Les acceptions politiques de soulèvement et d’émotion sont données pour des sens figurés. Au propre, émotion signifie « altération, mouvement excité dans les humeurs, dans les esprits, dans l’âme ». Soulèvement quant à lui ne s’utilise que pour désigner un « souslèvement de coeur ». Mais soulever, qui a un usage plus étendu, veut dire « esmouvoir, agiter » et, de façon figurée, « révolter, exciter à la sédition ». Des deux notions qui entrent ici en composition, l’une vise l’action d’un agent qui excite, tandis que l’autre décrit l’altération résultant de cette sollicitation. La première fait soupçonner l’existence d’agitateurs, véritables responsables des convulsions qu’ils ont déclenchées en « esmouvant », « révoltant » ou « souslevant » les masses. Elle cesse toutefois d’intervenir lorsque les verbes deviennent pronominaux ou, si l’on préfère, lorsque le peuple « s’esmeut », « se révolte » ou « se souslève » spontanément. La seconde notion est toujours présente. Elle incite à voir dans les agitations populaires des désordres organiques plutôt que des mouvements sociaux. A l’évidence, la cause de ces dérèglements est à chercher du côté des passions, soit que des séditieux les aient excitées, soit que le peuple ait cédé de lui-même à ses propres impulsions. L’analogie introduite à l’article rébellion soutient cette interprétation. Loin d’être isolée, elle se retrouve avec révolte dont le sens premier - « souslèvement contre la puissance supérieure et légitime » - est suivi par ces expressions figurées : « la révolte des sens contre la raison, la révolte de la chair contre l’esprit, la révolte des passions ». On dit aussi, note le Dictionnaire, que « les sens se souslèvent contre la raison ». Les désordres renvoient donc à la « nature corrompue » d’un homme que ses irrésistibles appétits portent à secouer l’ordre politique et, au-delà, l’ordre naturel. La morale, qui fonde les Etats et informe le gouvernement, est aussi la cause de la subversion35.

*
* *

  • 36 1690 Furetière, s.v. droit, liberté, loy, naturel, ordre, raison.
  • 37 1690 Furetière, s.v. clémence, confusion, domination, esmouvoir, honneur, obéissance, mutinerie, re (...)

29Comme ses estimés confrères, Furetière fait ressortir la puissance de Dieu, l’action de sa providence, l’ordre de l’univers, la raison, la loi et la liberté naturelles36. Les articles de son dictionnaire aident à apercevoir des analogies entre les trois plans de l’éthique, de l’économique et du politique. Ils marquent la hiérarchie et les conflits éventuels entre l’âme et le corps, la raison et les passions, les parents et leurs enfants, les princes et leurs sujets37.

  • 38 1690 Furetière, s.v. absolu, absolument, establir, obéir, prince, souverain, souveraineté.
  • 39 1690 Furetière, s.v. gouverner, majesté, monarchie, monarque, puissance, roy, royaliste, souverain.

30Dans l’ordre politique, le lexicographe reconnaît au prince une « autorité » qui se définit comme un « droit » de « commander ». Il voit en lui un « souverain indépendant ». Il tient pour souverain « celuy qui n’obéit à personne ». Il place enfin l’absoluité à la charnière de la souveraineté et du commandement légitime, puisque absolument » signifie « souverainement », tandis qu’on peut, explique-t-il, qualifier de « bien absolu » tel prince qui « a bien establi son autorité »38. La monarchie, précise encore Furetière, est gouvernée par la « volonté absolue d’un roy » qui « commande seul et souverainement », exerce une « dignité » et possède avec la majesté un « caractère de grandeur ». Ministres et magistrats sont par rapport à lui dans une position subalterne. Les premiers gouvernent sous son autorité. Mêmes souverains, les seconds ont « pouvoir du Roy » et ne rendent la justice qu’en vertu de la puissance que leur maître leur a « communiquée ». Ils sont de surcroît « toujours royalistes »39.

  • 40 1690 Furetière, s.v. administration, communauté, conseil, finances, intérest, ministre, nation, peu (...)

31L’autorité s’exerce sur des sujets dont le caractère est d’être « soumis naturellement à un Prince souverain, ou à une République ». Ces individus se distribuent en une multitude de « communautez », c’est à dire de « villes, bourgs, villages, parroisses ». Assemblés à l’échelle d’un « pais », ils ne forment plus une communauté, mais un « peuple » et ce peuple, lorsqu’il est grand, compose une « nation » dont l’identité se fonde soit sur des limites territoriales, soit sur l’obéissance commune à une « même domination ». Enfin le « général des citoyens, ou des hommes », constitue le « public », opposé au particulier. Il existe corrélativement une « chose publique », ou « République », un « bien public », un « intérêt public », des « affaires publiques », une « sûreté publique », une « vengeance publique » et des « deniers publics », tous objets dont les officiers, les magistrats, les ministres, le roi et l’Etat sont les administrateurs, les garants ou les destinataires40.

  • 41 1690 Furetière, s.v. aristocratie, aristocratique, cour, couronne, démocratie, démocratique, désord (...)

32L’« Estat » se définit d’abord territorialement, comme un « royaume, province ou estendue de pais » sujet à une même domination. Il est aussi la domination elle-même ou, plus explicitement, la « manière dont on se gouverne dans une nation ». Il possède un corps - le « corps de l’Estat » - que le prince représente, et comprend en son sein plusieurs « ordres ». Indépendant d’autrui, il mérite le nom de « souveraineté ». De ses diverses « sortes », la « pire » est la démocratie, ou « république ». L’aristocratie est bonne, du moins selon les Anciens. Mais elle est aujourd’hui moins répandue que l’oligarchie, dans laquelle il faut voir la véritable constitution des républiques modernes. Furetière enfin ne dit pas que la monarchie soit la meilleure des formes de gouvernement. Mais il observe qu’elle est la préférée des Français41.

  • 42 1690 Furetière, s.v. amour, bonté, clémence, estat, gouverner, juste, magnanimité, magnificence, ma (...)

33La politique « consiste en l’art de gouverner » les Etats. Elle comprend une part d’accommodement aux circonstances, qui impose d’agir « selon le temps et l’occasion ». Elle passe aussi par le secret, si fréquent dans les négociations. Pour autant, l’exercice des vertus ne lui est pas étranger. La justice y a sa place, mais aussi la magnificence - « principale qualité des princes »-, la bonté ou clémence - « vertu de souverain »-, et encore la magnanimité, « vertu des princes et des héros ». Car la politique n’est pas détachée de la morale : elle en forme plutôt la « première partie », de sorte qu’agir « politiquement », c’est se comporter de manière « sage et prudente », en faisant trésor d’une « raison d’Estat » qui ne s’oppose pas au bien, mais à l’« intérest particulier ». S’il se conforme aux maximes de cette « bonne » politique, le prince s’acquiert l’« amour des peuples », dont il doit faire aussi grand cas que des conquêtes. Si au contraire il gouverne au mépris des lois, s’il foule ses sujets avec violence et cruauté, si enfin il fait tourner « toutes les choses à son profit particulier », il tombe dans l’une des deux formes de tyrannie qu’Aristote a distinguées et que Furetière aussi reprend à son compte42.

  • 43 1690 Furetière, s.v. faction, esmeute, esmotion, fidélité, guerre, ligue, majesté, mutinerie, obéis (...)

34Des sujets, le maître attend obéissance, fidélité et respect. Il se heurte pourtant à leur insubordination, qui occupe ici une plus grande place que la division associée à la « faction », aux « troubles » et aux « guerres civiles ». Qu’elle se nomme « esmeute », « esmodon », « ligue », « mutinerie », « rébellion », « révolte », « sédition », ou « souslèvement », cette désobéissance se conçoit comme une agression contre l’autorité légitime du souverain. Elle est comparable aux agitations que les passions secrètent dans l’âme, et ressemble aussi à la révolte du pécheur contre la puissance divine : « le péché rend l’âme rebelle à Dieu... », écrit Furetière, « l’appétit sensuel est souvent rebelle contre la rai-43son ».

  • 44 1690 Furetière, s.v. esmouvoir, grand, loy, nation, peuple, police, politique, renversement, révolt (...)

35Les éléments qui viennent d’être sommairement présentés, attestent un grand nombre de convergences entre le Dictionnaire universel et celui de l’Académie. Mais sur d’autres points, et non des moindres, Furetière s’écarte nettement des Quarante. Plus que les Immortels, il insiste sur la diversité des mœurs, des polices et des lois, qui varient selon les Etats, les peuples et les nations. Il met aussi fortement l’accent sur la précarité inhérente à l’univers politique. Le peuple selon lui est « sot, remuant, aimant les nouveautez ». « Malin et séditieux », il se profile comme une menace permanente, d’autant plus redoutable qu’il est facile de l’« esmouvoir », mais difficile de le « calmer ». Les grands méritent pareillement qu’on se méfie d’eux : ils goûtent la trahison, occasionnent des troubles, font révolter les peuples, causent enfin des guerres civiles. Aussi la subversion guette, et les Etats sont exposés « à de grandes révolutions, à des décadences ». Les « politiques » certes s’efforcent de les conjurer. Mais quelle que soit l’habilité de ces experts, ils ne réussissent pas toujours à diriger le cours de l’histoire, ni à se concilier la volonté toute-puissante d’un Dieu qui renverse les Etats, « abat et relève les trosnes comme il luy plaist ». Aussi les plus grands d’entre eux « ont été trompés par les événements, ont eu une fin malheureuse »44.

  • 45 1690 Furetière, s.v. intérest, ordre, police, politique, politiquement, réformer, réformation. 1694 (...)

36Ce sens de la précarité s’accompagne d’une forte préoccupation pour la conservation. Celle-ci, explique Furetière, est « le premier de nos intérêts », quand intérêt signifie plus en général « ce qu’on a affection de conserver ou d’acquérir » et non, comme le pensent les académiciens, « ce qui importe... ou à l’honneur, ou à l’utilité, ou à la satisfaction de quelqu’un ». La morale, est-il encore écrit, « ne presche autre chose que l’amour du bien public, la conservation de la chose publique ». Aussi les particuliers doivent-ils rechercher l’« observation de la police », et les ministres le rétablissement de l’« ancienne discipline », tandis qu’en toutes choses, la plus noble des ambitions est de « maintenir » ou, mieux, d’« entretenir ». C’est l’objet des lois, qui « entretiennent » l’Etat ; c’est le devoir des officiers publics, qui donnent des ordres pour « entretenir la société » ; c’est la fonction de la politique, qui ne vise à nulle autre chose qu’à « entretenir la seureté, la tranquilité et l’honnesteté des moeurs ». En agissant selon de tels critères, les républiques réalisent leur but ultime ; elles « se conservent »45.

  • 46 1690 Furetière, s.v. administrer, despotique, escrouelles, gouverner, guerre, loy, ministre, monarc (...)

37Autant Furetière sait les Etats menacés, autant il élève l’autorité qui les administre. Gouverner signifie d’abord « commander ». De même la loi est « commandement », ou encore « volonté absolue ». Pareille volonté anime toute monarchie, de sorte qu’un monarque exerce par définition un « commandement absolu et despotique ». Un tel prince « tient du maistre » : il « fait tout ce qu’il veut, sans en rendre raison à personne ». Roi, il est « seigneur de nos vies et de nos biens », et entretient avec la puissance divine des relations privilégiées. Car les rois sont « ministres de Dieu sur la terre » : ils ne relèvent, en tant que souverains, « que de Dieu et de leur épée ». Celui de France est sacré à Reims, avec une huile « envoyée exprès du ciel dans la Sainte Ampoule ». Il guérit les scrofuleux. Il est aussi « le plus puissant prince de la Chrestienté », « le roy le plus grand et le plus puissant de l’Europe », l’« arbitre de la paix et de la guerre ». Ses peuples peuvent donc non seulement l’aimer, mais aussi le craindre, et c’est heureux, car, comme l’observe Furetière, « il est difficile d’administrer les affaires publiques au gré de tout le monde »46.

  • 47 1690 Furetière, s.v. attentat, félonnie, lèze, ordre, puissant, rebelle, révolte, séditieux, séditi (...)

38L’exaltation du monarque trouve son pendant dans l’esprit répressif avec lequel Furetière considère les perturbateurs, réels ou potentiels, du repos public. « On bâtit des citadelles », écrit-il, « pour tenir les peuples en bride, et empêcher leurs révoltes ». Cela malheureusement ne suffit pas, de sorte qu’il faut sévir, à l’exemple des Romains qui châtiaient les légions par la décimation, ou de Dieu lui-même qui précipita dans l’Enfer les anges révoltés. On punit donc « les auteurs, les boutefeux de la sédition » ; on confisque son fief au félon ; « on fait le procès aux rebelles, on leur rase leurs chasteaux » ; « on punit de mort cruelle les attentats contre les personnes sacrées » et, pour être plus précis, on écartèle les auteurs de ces crimes atroces. « On ne sçauroit trop punir les esprits séditieux », écume encore Furetière, « il n’y a point d’assez grand supplice pour les traistres ». La règle de conduite qu’il prescrit aux détenteurs de l’autorité est inspirée par cette humeur répressive : « un bon magistrat », annonce-t-il, « doit restablir l’ordre par tout, contenir le peuple dans l’ordre, ne faire rien, ne souffrir rien que dans l’ordre ». Le bon prince pour sa part doit s’entourer de bonnes troupes, car « les armées sont les appuis, les colonnes d’un trosne » : le roi de France, qui en a de « grandes », est un monarque « fort puissant »47.

  • 48 1690 Furetière, s.v. establir, estat, justice, intérest, loy, police, politique, public, sociable, (...)

39Cette aspiration à l’ordre ne s’accompagne ni d’un éloge de l’arbitraire, ni d’une indifférence pour les intérêts des sujets. Furetière insiste au contraire, plus que ne le font les académiciens, sur les devoirs réciproques du souverain et des peuples. « Les Roys », note-t-il, « doivent la justice à leurs sujets, aussi bien que leurs sujets leur doivent l’obéissance ». « Il y a », ajoute-t-il, « des devoirs réciproques des sujets envers les Princes, et des Princes envers les sujets ». Ceux-ci ont parfois passé avec leur maître un pacte originel : ils « sont convenus » de la loi, de la police et des maximes sous lesquelles ils sont désormais régis. Ceux-là doivent « policer » autant que gouverner. Car la politique est, en fait, « art de gouverner et policer les Estats », tandis qu’au gouvernement, on donne pour fin d’« entretenir l’ordre et la police ». De cette dernière, Furetière se fait une conception élevée. Elle peut, certes, se renfermer dans les prescriptions « qu’on donne pour la netteté et la seureté d’une ville, pour la taxe des denrées, pour l’observation des statuts des marchands et des artisans ». Mais son sens premier est celui de « loix, ordre et conduite à observer pour la subsistance et l’entretien des Estats et des Sociétés ». Elle est ce qui nous élève au-dessus des bêtes, nous sort de l’état sauvage, nous tire de la barbarie, nous permet enfin de réaliser notre humanité en instaurant une société placée sous l’autorité de la loi. A travers elle, la politique vise à plus qu’à la seule conservation du prince. « Seureté », « tranquilité » et « honnesteté des moeurs », les biens qu’elle procure, sont le fondement de la « paix » et de la « concorde », et le ciment de la « société ». Obtenus grâce à « l’observation des loix et de la discipline », ils assurent le « repos de l’Estat et des particuliers ». Ceux-ci sont, autant que leur maître, la finalité de l’action politique48.

  • 49 1690 Furetière, s.v. tyran, tyranneau, tyrannie, tyranniquement, tyranniser.

40L’exigence d’un bon gouvernement, de même que l’insistance placée sur la police et l’autorité de la loi, expliquent que Furetière nourrisse la plus vive hostilité pour la tyrannie. La Rome impériale en fut parfois infestée. L’Orient aujourd’hui en souffre. Les « petits princes » l’infligent souvent à leurs sujets. Par extension enfin, les « sergents », les « nobles de province » et les « juges éloignés des parlements » la pratiquent au petit pied au détriment des villageois. Furetière voit donc des tyrans partout, ou à tout le moins des tyranneaux. Il les juge sévèrement, et met en évidence les conséquences néfastes que l’ascension de tels personnages emporte non seulement pour le prince légitime, mais aussi pour le peuple tout entier. Car le tyran est à la fois l’« usurpateur d’un Estat » et l’« oppresseur de la liberté publique ». Sa tyrannie atteint le « général des hommes » quelle prive de la protection des lois. Furetière n’écrit pas qu’il faut lui résister. Mais il rappelle que « les martyrs ont bravé la cruauté des tyrans ». Richelet, pour sa part, n’en avait pas dit autant49.

*
* *

  • 50 1680 Richelet, s.v. absolu, aristocratie, empire, état, prince, roiaume, souverain, souveraineté, t (...)

41Selon Richelet, l’Etat est « empire » ou « roiaume », c’est à dire « étendue », ou « pais » : il forme donc un territoire. Il possède ses « lois » et ses « mœurs ». Il fait enfin l’objet d’une « seigneurie », la « souveraineté », qui est « comble » et « plénitude » de puissance. Cette souveraineté comprend l’absoluité, de sorte qu’on peut très correctement parler de « roy absolu », ou de « -monarchie absolue ». Elle comporte la prérogative d’établir les lois, de faire la paix et la guerre, de juger en dernier ressort, de battre monnaie et de lever des impôts. Le seigneur qui la « possède » est le « souverain » ou le « prince », en qui on reconnaît aussi « le premier oficier de l’Etat ». La question de sa légitimité n’est guère soulevée par le Dictionnaire, qui ne fait pas non plus de place à la tyrannie d’usurpation50.

  • 51 1680 Richelet, s.v. aristocratie, démocratie, ministre, monarchie, monarchique, oligarchie, républi (...)

42Bien que le mot Etat se définisse comme territoire, il s’emploie aussi comme synonyme ou du moins comme un substitut de « gouvernement » ou de « forme de gouvernement ». « Démocratie » signifie aussi bien « gouvernement populaire » qu’« Etat populaire ». Une « république » est un « Etat libre », l’« aristocratie » une « forme de gouvernement », l’« oligarchie » le « gouvernement de peu de personnes », la « monarchie » enfin un « Etat gouverné par un roi ». De toutes ces constitutions, le Dictionnaire n’établit pas un palmarès. La république, y admet-on, est gouvernée « pour le bien commun de l’Etat ». La monarchie pour sa part suscite des sentiments d’amour ou des réactions de haine, répandues parmi les « républicains ». Ses titulaires toutefois sont décorés d’épithètes plutôt flatteurs : un monarque est, au choix, « bon », « puissant » ou « grand » ; un « roi » est tout à la fois « glorieux, grand, triomphant » et « victorieux ». Le régime que ces princes incarnent est en outre le seul que la définition d’« Etat » prenne en compte, de sorte que la monarchie se présente, sinon comme le meilleur gouvernement, du moins comme le gouvernement par excellence : « en parlant d’Etat, de roiaume, ou d’empire » lit-on à l’article ministre, comme si ces trois termes étaient équivalents51.

  • 52 1680 Richelet, s.v. coutume, droit, loi, pais, politique.

43« La politique », est-il également écrit, « a pour but d’établir un Etat naissant, de conserver heureusement l’Etat qui est établi, de soutenir celui qui est sur son penchant et d’empêcher qu’il ne tombe en décadence ». Les Etats sont donc appelés à périr au terme d’une histoire dont le cours est cyclique. Les lois qu’on y édicte peuvent naître des « mauvaises coutumes », sans doute aussi des bonnes, encore que sur ce dernier point le Dictionnaire reste muet. Bons ou mauvais, ces usages sont de toute façon contingents, puisqu’il y a en ce monde « autant de pais, autant de coutumes ». Les lois des Etats sont, elles aussi, « particulières ». Lois et coutumes, pourtant, forment le « droit ». Le « droit écrit », à son tour, est la « loi », qui se définit également comme « ordonnance, précepte, commandement ». Tout enracinement dans la perpétuité, toute prétention à l’universalité paraît ainsi abandonnée au profit d’une conception dans laquelle tout passe, tout est singulier, tout dépend en dernier ressort de l’usage erratique des peuples et de la volonté du maître52.

  • 53 1680 Richelet, s.v. politique, prudence, prudent.

44L’art de la politique porte sur le gouvernement des Etats. La règle qu’il prescrit est celle de la prudence. Sur ce point, Richelet est très net : « la prudence », écrit-il, « est l’âme de la politique », et le politique doit, en conséquence, être « un prudent achevé ». Il importe qu’il connaisse « à fond les mœurs et le caractère de l’esprit des peuples qu’il gouverne ». Mais il n’est pas sûr qu’on lui demande d’être un « homme de bien », ni de pratiquer seulement les choses « moralement bonnes ». Car la prudence ne requiert ni l’une, ni l’autre de ces qualités. Richelet ne va pas au-delà, et ne précise donc pas si le prince peut user de finesse et d’adresse dans le seul but de se maintenir. Il exclut simplement que cette politique « fine et adroite » soit admissible chez les particuliers, et regrette que les jésuites et leurs amis en fassent si volontiers usage : « je le connoi, c’est un politique et un dévot, et c’est tout dire »53.

45La politique du Dictionnaire de Richelet semble ainsi combiner la préférence pour la monarchie avec une conception absolue de la souveraineté, avec un sentiment aigu de la précarité des Etats et de la contingence de lois, et enfin avec une réduction de la politique à une prudence probablement plus instrumentale que morale. Cette présentation ne vaut toutefois qu’autant qu’on la qualifie et qu’on la nuance.

  • 54 1680 Richelet, s.v. conserver, dieu, parlement, sacre, souverain, souveraineté, taille.

46Les rois, dit l’usage, sont les « Dieux de la terre » ; mais ils ne sont pas Dieu sur terre, et si Richelet s’intéresse à leur sacralité, c’est pour rappeler qu’à Reims, le nouveau monarque promet de « conserver les archevêques et évêques dans leurs juridictions, et de ne point aliéner le domaine de France, de conserver les libertés de l’Eglise, etc. » La souveraineté est, quant à elle, bornée par « les loix de Dieu, les loix fondamentales de l’Etat et les loix naturelles de la Justice ». Etabli par le roi, le Parlement recueille quelque parcelle de cette prérogative suprême, comme il sied à une assemblée qui jadis réunissait les princes, les prélats, les officiers de la Couronne et les « plus grands seigneurs du Roiaume » : il est donc « cour souveraine », et non point supérieure. De même les « trois Etats » ont eu longtemps d’importantes attributions : leur « consentement » était nécessaire à la levée de la taille, jusqu’à ce que Louis XI, qui « mit les rois de France hors de page », la fasse « hautement paier »54.

  • 55 1680 Richelet, s.v. clémence, droit, libéralité, loi, magnanimité, magnifique, nature, politique, s (...)

47Les lois naturelles nous sont dictées par la nature et, au-delà, par Dieu dont cette même nature publie l’existence. La raison seule suffit à les reconnaître, de même qu’elle découvre par elle-même le droit des gens. Aussi ces lois sont communes à tous les hommes, à la différence des lois particulières qui varient selon les Etats. Le Dictionnaire, on l’a compris, n’en délie nullement le prince. Il rappelle aussi que, de l’avis de l’empereur Valentinien, « le soin de faire observer la justice devoit être le principal soin d’un souverain ». Les autres vertus du prince sont clairement identifiées : la clémence est la « vertu des rois », la libéralité l’est aussi, le monarque peut être magnifique, ou donner l’exemple de la magnanimité. Gouverne-t-il de manière « injuste et cruelle » qu’il devient « un monstre et un tiran », comme Néron. On le hait alors « avec justice », ce qui, bien sûr, ne lui fait point honneur : aussi celui qui gouverne contre la justice est-il, pour finir, justement déshonoré55.

  • 56 1690 Furetière, s.v. roy. 1680 Richelet, s.v. autorité, domination, gouverner, impôt, révérer.

48« Le Roy Louis XIV », écrit assez platement Furetière, « est le plus grand roy qui ait été depuis l’établissement de la monarchie ». Richelet ne tombe pas dans de telles proclamations. L’article « autorité » ne contient pas l’éloge du meilleur des rois, mais une allusion aux « persécutions » d’un cardinal ministre. En fait d’impôts, les deux premiers exemples que le lexicographe propose, sont « charger le peuple de gros impôts » et « acabler le peuple d’impôts ». Gouverner quant à lui est illustré par une déclaration quelque peu énigmatique - « on gouverne aujourd’hui d’une manière toute particulière » - qui ne paraît tombée ni de la bouche d’un flatteur, ni de celle d’un courtisan. Révérer est l’occasion de rappeler qu’« Alexandre révéroit la valeur et la véritable gloire », ce qui peut être est une critique voilée de l’actuel roi Bourbon. Sous domination, une définition assez neutre - « gouvernement souverain, pouvoir, puissance et autorité absolue » - est associée à des exemples plutôt inquiétants : « une rude, une fâcheuse, une cruelle, une insupportable domination... secouer le joug de la domination ». Richelet, donc, ne saurait passer pour un admirateur inconditionnel de la politique royale. Mais il n’est pas non plus, tant s’en faut, un partisan des débordements populaires ou du droit de résistance56.

  • 57 1680 Richelet, s.v. communauté, édit, finance, intendance, ministre, monoie, nature, peuple, politi (...)

49Dans l’ordre de la nature, l’homme est un pécheur à la volonté corrompue. Dans l’ordre politique, il est un « sujet » et un « vassal » placé sous la dépendance d’un souverain. Joint à ses congénères, il ne constitue pas une « communauté », sauf à l’échelle du bourg, du village ou du corps de métier. Il se dissout plutôt dans une « multitude » ou, si l’on préfère, dans un « peuple » auquel on ne reconnaît ni personnalité propre, ni consistance politique. Le public lui aussi n’est rien de plus que « le gros de la multitude ». Il acquiert un peu d’épaisseur à l’article « monoie », où l’« utilité publique » est fugitivement mentionnée. Mais cette promotion n’est pas la règle, car, ordinairement, Richelet préfère jouer sur le double registre de l’Etat et de la monarchie. Aussi, au lieu de parler de félicité publique, d’affaires publiques, de revenus publics ou d’intérêts publics, il évoque la « félicité de l’Etat », les « afaires d’Etat », les « afaires qui regardent le roi », les « revenus du roi », le « trésor du roi », les « intérêts » enfin du prince « et de son Etat »57.

  • 58 1680 Richelet, s.v. liberté, patrie, providence, rébellion, révolter, sujet.

50Les gouvernés, donc, n’ont d’autre identité que celle de sujet. Leur liberté est doublement limitée, par la force et par des lois dont la fonction semble essentiellement restrictive. Leur devoir est d’obéir à leur prince et de se soumettre aux ordres de la providence. Leur amour va naturellement - et peut-être sottement - à leur patrie. On ne peut espérer qu’il se reporte uniformément sur le souverain, qui « ne plait jamais à tous ses sujets ». Pour autant l’ordre n’est pas ébranlé, ni la rébellion certaine. Car, fort heureusement, l’esprit « ne se révolte point contre un ordre établi qui ne lui est point injurieux »58.

  • 59 Se présentent encore l’« émotion » et la « mutinerie » qui, étant à la fois trouble et sédition, ba (...)

51Parmi les sujets, le « sage » n’a pas de « pais particulier » : il reste inaccessible à l’amour de la patrie, tandis que pour leur part les « factieux » et autres « esprits remuants » restent hostiles à toute forme de repos. D’un côté, le penchant est à l’abstention ; de l’autre, il est à l’agitation et aux rivalités. Celles-ci conduisent aux « ligues », aux « partis » et aux « factions ». Elles s’accompagnent parfois de la désobéissance, ou l’annoncent. Les « mouvements » qui s’ensuivent peuvent être des « troubles » ou des « révoltes ». Les premiers se déclinent sur le mode de la division. Ils parcourent le registre des « brouilleries » et celui de la « guerre civile ». Le « tumulte » est leur forme atténuée. Plus souvent, la lutte entre partis cède la place à la contestation de l’autorité : on a alors à faire à la révolte - qui est « mouvement de quelques peuples qui n’obéissent plus à leur prince légitime »-, ou au « soulèvement », qui est révolte, ou encore à la « rébellion » et à la « sédition », qui sont soulèvement, et enfin à l’« émeute », qui est sédition59.

  • 60 1680 Richelet, s.v. émeute, émotion, ligueur, mutinerie, rebeller, rébellion, remuer, révolte, révo (...)

52« Sa cruauté », est-il écrit à l’article révolter, « fit révolter le roiaume contre lui ». Mais le Dictionnaire donne aussi en exemple « soufrir la tirannie », de sorte qu’il n’est pas sûr qu’il approuve ce que par ailleurs il relate. Il insiste sur ce qui condamne les agitations populaires : la révolte s’en prend à un « prince légitime », le peuple séditieux manque à son « devoir », le rebelle enfin sort de l’obéissance qu’il « doit » à son maître. Ces mouvements peuvent être spontanés, puisque la grammaire admet qu’on se révolte, qu’on se soulève ou qu’on se rebelle. Mais il est fréquent aussi qu’on les « excite ». Richelet ne les aborde pas sous l’angle des passions. S’il esquisse une fois une analogie, c’est avec la fièvre ; ce n’est donc pas de maladies de l’âme qu’il s’agit, mais plutôt d’échauffements du corps. Les agitations se déclinent volontiers sur ce registre physique, qui autant que l’homme évoque la bête, ou le feu. Une rébellion « couve ». Une sédition s’« alume ». Les révoltés secouent un « joug ». Il faut « donter » les peuples, « égorger » la rébellion, l’« étoufer » comme la révolte et la sédition, « apaiser » enfin tous ces accès et faire en sorte que l’émotion s’« assoupisse ». Nul, alors, ne bouge plus. Mais les hommes, pour autant, ne cessent pas d’être « portez à remuer ». Aussi les mouvements risquent de reprendre, et l’on « craint » l’émeute, l’on sait que la révolte est ici ou là « sur le point » d’éclater, et qu’il faut en « étoufer les semences ». La sécurité, donc, est toujours menacée par des impulsions aussi inévitables que fatales. Sa défense impose moins un effort d’analyse morale qu’une prudence pessimiste jointe, en cas d’accident, à un pragmatisme répressif que résume bien cette formule, limpide dans son expéditive logique : « c’est un ligueur, il sera pendu »60.

III

  • 61 J. Bodin, Les six livres de la République, Paris, 1986, 3, p. 173.

53Les auteurs du Richelet, du Furetière et du dictionnaire de l’Académie sont unanimes à prendre en compte la loi naturelle et le droit des gens. Tous aussi signalent la nature corrompue de l’homme, et laissent transparaître avec une insistance quelque peu augustinienne le risque d’anarchie que crée cette corruption. Aucun d’eux ne fait une place à une conception véritablement corporative de l’organisation politique, ou du moins ne définit un corps comme une entité distincte des membres qui le composent : un corps, estime l’Académie, n’est que l’« union de plusieurs personnes » ; ce n’est, de l’avis de Richelet, qu’une « compagnie de personnes unies ensemble ». Le terme communauté, si important chez Estienne et chez Monet, occupe désormais une position subalterne, qui l’attache à des réalités locales et renvoie l’écho de ce qu’on lit chez Bodin61. Les lexicographes enfin se font de l’ordre politique une conception verticale. L’organisation qu’ils décrivent implique à la base sujétion et obéissance ; elle culmine de préférence en une dignité royale ; elle comprend une souveraineté faite d’absoluité plus que de perpétuité ou d’indivisibilité, ce qui cette fois marque une différence avec Bodin ; elle se matérialise en un Etat qui, territoire et gouvernement, appelle un vocabulaire propre, repris par les lexicographes à la pratique de la domination et moins développé chez Richelet que chez ses confrères : raison d’Etat, maximes d’Etat, coup d’Etat, secret d’Etat, ministre d’Etat, conseiller d’Etat, etc.

  • 62 Voir par ex. 1694 Académie, s.v. chancelier (« officier de la couronne, et chef de la justice en Fr (...)
  • 63 Voir 1694 Académie, s.v. gloire (« la gloire du monde passe vite. La gloire n’appartient proprement (...)
  • 64 « L’Escriture sainte appelle aussi fig., des dieux, les hommes qui ont l’authorité... » (1694 Acadé (...)

54Dans le dictionnaire de l’Académie, ces caractéristiques se mêlent avec d’autres traits qui confèrent sa physionomie propre au discours tenu par les Quarante. L’ordre du monde y est donné pour naturel, le jeu entre les trois plans de l’éthique, de l’économique et du politique y est récurrent, tandis que ne manquent à l’appel ni les trois formes de gouvernement, ni les deux types de tyrannie, ni l’idée que corps désigne en son sens premier « ce qui est composé de matière et de forme ». Aristote, donc, compte parmi les références des académiciens, qui le citent d’ailleurs à l’article politique comme à l’article morale. Mais ils ne lui empruntent pas le concept politique de cité, pas plus qu’ils ne reprennent aux thomistes la notion de communitas perfecta. Leur présentation de l’ordre politique et, notamment, de la souveraineté met à contribution le lexique dont les juristes se sont servis depuis le moyen-âge pour fonder et illustrer, le plus souvent sur la base des deux droits, la souveraineté du roi et les prérogatives de sa couronne. Elle joue également sur le registre de la théorie du droit divin, mais n’emprunte guère au vocabulaire féodal. Les académiciens reprennent encore la nomenclature des institutions royales, et déclinent la terminologie qui accompagne dans leur fonctionnement les rouages de la monarchie62. Ils sortent des bornes du royaume, grâce à une gamme d’exemples anciens et modernes qui les portent à évoquer la variété des constitutions et à rappeler les révolutions subies par les trônes. Les Immortels, pour autant, ne sont pas hantés par les vicissitudes de l’histoire, et se montrent moins tourmentés par la précarité des Etats que les rédacteurs des autres dictionnaires. Ils n’insistent pas sur la relativité des lois. Leur tendance est plutôt à marquer l’analogie de la monarchie avec une institution universelle, puisque naturelle - le gouvernement paternel - ou encore à placer le prince dans la lumière d’un Dieu qui est lui-même souverain, et possède au plus haut point l’honneur, la majesté et la gloire. Aussi l’autorité qu’ils invoquent est, quand il le faut, celle de l’Ecriture sainte et leur ton rejoint parfois celui de la prédication63. Leur prince enfin est supérieur à tous, sauf au Seigneur. Vrai portrait des vertus, il est presque l’image de Dieu64. Sage sinon philosophe, il agit par son intellect autant que par sa force, et suscite par sa douceur l’harmonie et l’amour. Etre moral, souverain absolu, incarnation d’un bien absolu qu’il réalise en distribuant la justice dans un monde de pécheurs, il n’est ni la tête d’un royaume à la structure pluraliste et à la police coutumière, comme l’ont pensé les « constitutionnalists », ni le roi démystifié des déniaisés ou des jansénistes, ni tout à fait le héros des panégyriques qu’au fil des ans les académiciens tissent eux-mêmes, mais plutôt le prince des miroirs et des institutions, chrétien, divinement institué, vaguement platonicien, supérieur à tous par son autorité comme par sa perfection éthique.

*
* *

  • 65 Charron : une justice qui « considère fort l’utile, le joignant tant qu’elle peut avec l’honnêteté  (...)
  • 66 Comparer à cet égard 1690 Furetière, s.v. cour, liberté, et 1680 Richelet, s.v. gallican, puissance (...)

55« Préférer l’honneste à l’utile », écrivent les académiciens. De cette maxime classique, Furetière et Richelet renvoient un écho quelque peu déformé. « Celuy-là », écrit le premier, « est venu au but, qui a sceu mesler l’honneste à l’utile ». Le second se borne à une formule lapidaire : « joindre l’utile avec l’honnête ». L’un et l’autre expriment des points de vue assez voisins, tout en donnant à leur propos une orientation qui n’est pas sans évoquer tels passages de Charron ou de Silhon65. D’autres aspects les rapprochent : leurs positions fermement gallicanes, dont l’Académie ne fournit pas l’équivalent66 ; leur conscience de la relativité des lois ; leur lucidité face à l’instabilité des trônes et à la précarité des Etats. La menace populaire les angoisse, la répression les réunit, plus peut être qu’une punition dont la finalité serait d’abord morale. Pourtant, il s’en faut de beaucoup que leurs dictionnaires participent de la même politique.

56Les académiciens ne citaient presque personne. Furetière à l’inverse convoque tout le monde. Au fil des articles, Socrate, Aristote, les péripatéticiens, les stoïciens, les épicuriens, Prudence, saint Thomas, Bartole, Machiavel, Cardan, Pasquier, La Noue, Juste Lipse, Bacon, Loyseau, Ragueau, les commentateurs des coutumes et bien d’autres encore défilent en un ordre quelque peu dispersé, armés de leurs opinions choisies et de leurs pensées fragmentées. Le texte qu’ils nourrissent est singulièrement complexe. Aussi les quelques remarques qu’on voudrait ici proposer, n’ont pas l’ambition d’en épuiser la richesse, ni d’en donner une interprétation définitive.

  • 67 1690 Furetière, s.v. couronne, harmonie. De même, l’un des sens de « cour » est « corps de l’Estat (...)
  • 68 On notera en particulier que, selon le Dictionnaire universel, la coutume ne prend force de loi qu’ (...)
  • 69 1690 Furetière, s.v. droit, estat, honneste, juste, liberté, loy, nature, naturel, nation, ordre, p (...)

57Furetière paraît parfois plus proche que ses anciens confrères d’une conception corporative du royaume : ainsi lorsqu’il donne à couronne le sens de « corps de l’Estat représenté par le souverain », ou lorsqu’il évoque l’« intelligence entre les chefs et les membres » des « corps politiques »67. Mais de telles expressions restent relativement rares, et elles ne s’accompagnent pas d’une conception qui équilibrerait la volonté législative du roi par la force d’un système normatif traditionnel, indépendant du maître : elles ne jouent pas, en fait, un rôle décisif dans le Dictionnaire universel68. Il en va de même avec le lexique du droit féodal dans lequel Furetière puise peu, du moins pour définir des notions politiques générales. Comme les académiciens, il traite de l’autorité politique en jouant sur le répertoire de la tradition romaniste et du droit divin. Il donne, chemin faisant, une terminologie plus ou moins complète des institutions royales françaises. Mais il n’y a en cela rien qui distingue fortement le Dictionnaire universel. Son caractère propre réside ailleurs, et d’abord dans la façon dont le lexicographe s’approprie les termes dans lesquels une tradition vénérable, celle de la philosophie du droit naturel classique et médiévale, a pendant des siècles posé la question de l’origine, de la nature et des finalités du pouvoir politique. Furetière en effet admet l’existence d’un ordre naturel disposé par un Dieu tout puissant, auteur d’un « droit divin ». L’homme est selon lui un animal sociable. Il a vécu au temps de ses origines sous un « droit de nature » qui lui était dicté par sa seule raison et qui demeure aujourd’hui encore le fondement du « juste ». Les nations dont lui-même et ses semblables sont membres, reconnaissent l’existence d’un « droit de gens ». D’abord sauvages, elles ont évolué sous l’effet de la sociabilité vers la « société », ou « société civile », qui est conforme à la nature de l’homme. Apparue en même temps que l’Etat, cette société présente comme lui un « ordre », ou « police », qui consiste en des lois et que ces mêmes lois conservent. Fondement de la liberté publique, ce droit « civil » varie selon les peuples. Mais il reste subordonné à des valeurs absolues. Car l’art de donner et d’entretenir la loi - la politique - est inclus dans la morale, tandis que l’une de ses finalités - l’« honnesteté des moeurs » - concerne ce qui, étant raisonnable, procède de la « droite raison » ou « lumière naturelle ». De même la « première vertu d’un prince, c’est d’estre juste » ou, pour mieux dire, d’agir « selon les loix et l’équité naturelles »69.

  • 70 G. Oestreich, Antiker Geist und Moderner Staat bei Justus Lipsius (1547-1606). Der Neustoizismus al (...)

58Le Dictionnaire universel se signale par d’autres traits. Son auteur place l’accent sur la toute-puissance de Dieu, sur le retour des révolutions et sur la fragilité des trônes. Il ne cache pas son hostilité pour le bas peuple, ni sa défiance face à ses impulsions. Attaché à l’ordre, il croit en la discipline pour en assurer la conservation, qui l’obsède. Le bien public ne lui est nullement indifférent. Il s’inquiète pour la paix, et a le souci de la « seureté publique ». Il considère les armes, qui rendent le prince puissant. Il exalte la volonté et le commandement chez celui qui, détenteur de la souveraineté, se présente comme un rempart au moins provisoire contre le chaos. Sa conviction enfin est que la politique doit s’ouvrir à la prudence, sans pour autant abandonner la sagesse ni, avec elle, la clémence et la justice. Tous ces traits renvoient à une conception selon laquelle l’Etat est, pour reprendre les termes de Gehrard Oestreich, « sittliche Ordnung », « Herrschaftsordnung » et « militärische Ordnung »70. Cette conception était, on le sait, celle de Juste Lipse dont la fortune en France a été considérable, soit du côté de penseurs comme Charron, soit de celui d’hommes d’Etat comme Richelieu. Furetière pour sa part cite ses Politiques, tout en ajoutant que leur auteur, pour les avoir nourris de citations, n’y a mis du sien que des « particules ». De ces particules, quelques-unes - mais non toutes - se retrouvent dans le Dictionnaire universel, qui, sans reprendre en son entier la doctrine du philosophe de Louvain, développe ça et là plusieurs thématiques lipsiennes.

59Dans l’ensemble, Furetière semble jouer simultanément sur deux registres. Il postule l’existence d’une société civile fondée sur la nature, la raison et la morale, constituée par sa police et dominée par une loi qui est à la fois condition de la liberté et garantie contre la tyrannie. Conscient des effets dévastateurs que produit la nature corrompue de l’homme, il place aussi au premier rang de ses priorités la conservation de l’ordre établi, exalte l’autorité politique et pour finir fait d’un souverain sage, mais répressif le centre du système politique. Loi et liberté, souveraineté et ordre, se partagent ainsi le premier plan, sous le dénominateur commun d’une exigence morale qui maintient la politique à la fois en dehors de la tyrannie et en dehors du machiavélisme. Richelet, on va le voir, se range à d’autres maximes.

*
* *

  • 71 1680 Richelet, s.v. corps, prudent. Voir aussi A. Corneri, « Il Dictionnaire di Pierre Richelet (16 (...)

60Les académiciens considéraient qu’un corps se définit par sa matière et sa forme. Selon Richelet, on le « conçoit » comme une « étendüe en longueur, largeur et profondeur ». Descartes déloge ici Aristote, « grand philosophe », certes, mais « qui ne dit pas toujours vrai », et n’occupe dans le Dictionnaire françois qu’une place modeste71. Le lexique des institutions d’Ancien Régime est mieux représenté : mais cela ne différencie en rien le Richelet des oeuvres concurrentes, qui comme lui prennent en compte cette terminologie. L’originalité du dictionnaire procède plutôt de l’utilisation systématique qui y est faite des oeuvres de Loyseau, source déclarée et quasi exclusive d’articles aussi essentiels qu’« ordre », « seigneurie », « souverain » ou « souveraineté ». Le savant juriste - dont on aura au passage reconnu les leçons - est souvent cité tout au long. Passe avec lui le double registre de l’office et de la seigneurie, du droit romain et canonique d’une part, et du droit féodal de l’autre.

  • 72 La définition que le Richelet donne de la politique (« La politique a pour but d’établir un Etat na (...)
  • 73 1680 Richelet, s.v. concupiscence, morale, nature, politique, propre, sagesse, vertu. Sur la politi (...)

61Loyseau avait fait sienne la théorie du droit divin des rois. Richelet ne le suit pas et, plus généralement, n’établit pas un lien étroit entre la religion et le gouvernement. La morale, certes, est pour lui l’art de « vivre crétiennement ». Mais la politique, telle qu’il la définit, n’est pas une partie de la morale et le sage, probablement, ne s’en mêle pas. Le souverain ne tient rien de Dieu : il n’en est pas le ministre, pas plus que le Seigneur n’est le roi des rois. La « plénitude de puissance » est purement mondaine, l’ordre dans lequel le monarque l’exerce est distinct de celui de la foi. La loi naturelle, certes, le limite. Mais à cette loi première, les lois particulières ne sont pas reliées. Elles peuvent même, on l’a vu, tirer leur origine de mauvaises coutumes. Le droit est considéré positivement, et n’est attaché ni à l’équité, ni à la raison. L’homme politique enfin vise d’abord à la conservation, il use de la coercition, sa boussole est une prudence qui n’est point nécessairement fille de la sagesse et qui est aimantée par la Bibliographie politique de Naudé lequel, est-il écrit, marque les livres « qu’on doit lire »72. Les autres vertus du prince sont, on s’en souvient, justice, clémence, libéralité, magnanimité et magnificence. Mais que valent-elles, s’il est vrai que les vertus en général « se perdent dans l’intérêt, comme les fleuves dans la mer » ? et que vaut la sagesse des hommes, si Dieu la confond ? La politique que le Richelet distille, procède d’un pessimisme manifeste : elle considère « l’homme dans l’état de nature corrompue », prend acte de sa « concupiscence rebelle », mesure sa complaisance à l’égard du « plus grand de tous les flateurs », qui est l’amour-propre. Elle fait entendre La Rochefoucauld, Messieurs de Port-Royal, Pascal, Arnauld, Le Maistre et Saint-Cyran dont les articles du dictionnaire - et notamment ceux qui viennent d’être cités - sont si souvent nourris. Cette politique est celle de l’« uomo dissociato », dont Anna Maria Battista a naguère dégagé les traits : séparation radicale du perfectionnement individuel et de la vie sociale, de la politique et de la religion, de la loi et de la justice ; tendance à reconnaître dans l’Etat non pas une entité morale, ou sacrale, mais le simple instrument d’une coercition que les tendances agressives de l’homme corrompu rendent indispensable ; défense enfin d’un ordre établi auquel on ne reconnaît, par ailleurs, aucun attribut éthique73.

  • 74 1680 Richelet, s.v. parlement, souverain. Sur Joly, voir en particulier K. Malettke, Opposition und (...)

62Chose peu surprenante, les références jansénistes du Richelet s’accompagnent d’une vive polémique contre les jésuites, dont témoigne à l’article « gloire » le montage un peu facile de deux citations tirées l’une des Provinciales et l’autre des Epigrammes de Gombauld : « Molina est la gloire de notre société. Pasc. 1. 7. Il fait gloire d’être ignorant. Gon. Epi. 1. 1 ». Fait plus étonnant, l’appel répété à Loyseau, qui fut l’un des défenseurs de la souveraineté absolue, se combine jusque dans le même article avec un renvoi à Claude Joly dont le Recueil de maximes véritables, au reste brûlé de la main du bourreau, est un pladoyer en faveur des droits du Parlement et des prérogatives des Etats Généraux74. Cette orientation contestataire est en accord avec les passages du dictionnaire où, comme on l’a vu, les excès du pouvoir royal sont pris pour cible. Ils incitent à conclure que le dictionnaire de Richelet puise, en ce qui concerne la politique, dans deux veines bien différentes. L’une allie, sans grande surprise, le pessimisme des moralistes, la prudence de Naudé et l’autoritarisme de Loyseau : elle alimente la théorie politique. Exploitée pour traiter la politique concrète du royaume de France, l’autre se rattache, à travers Joly, à une critique séculaire de l’affirmation monarchique.

IV

  • 75 1680 Richelet, 1690 Furtière, 1694 Académie, s.v. sédition. Sauf exception, que l’on signalera, les (...)

63En faisant du prince et de l’Etat la cible presque exclusive des conjurations et des conspirations, Richelet, Furetière et les académiciens suivent comme on l’a dit une pente qui est celle des écrivains politiques de leur temps. Ils agissent aussi en accord avec eux-mêmes, puisque tous saisissent la politique comme une relation verticale, placent l’obéissance au premier rang des obligations civiles, et perdent plus ou moins de vue la communauté, son unité et ses éventuelles divisions intestines. Cette sensibilité partagée éclaire leurs définitions, de même qu’elle aide à comprendre qu’ils aient unanimement cessé de considérer la sédition comme une dissension pour voir en elle, au contraire, un soulèvement ou une révolte75.

64Outre ce thème commun, nombreuses sont les variations par lesquelles chaque dictionnaire renvoie l’écho plus ou moins atténué de son propre langage et de sa propre raison politique. Richelet fait au public une maigre place. Celui-ci n’apparaît nullement dans les articles qu’il réserve à la conjuration et à la conspiration, comme d’ailleurs à la cabale et au complot. Les Immortels au contraire emploient fréquemment la notion de public et l’associent fortement au prince et à l’Etat. Aussi leur conspirateur trame quelque chose « contre les personnes publiques », tandis que leur article conspirer fait très logiquement voisiner le « bien public », « la gloire du Roy » et « la félicité de l’Estat ». Favorables au prince, mais hostiles à l’insubordination, les Quarante ne peuvent que trouver tout naturel de citer en exemple la « conspiration universelle au bien de l’Estat », et d’entourer au contraire les entreprises secrètes de qualificatifs tels qu’« horrible », « détestable » ou « dangereuse ». Soucieux de préserver l’autorité, ils se répandent en formules qui attestent l’échec des conjurés ou des conspirateurs. « Descouvrir une conjuration » - ou une conspiration - fait partie de leur répertoire, et mieux encore : « on se saisit des conjurez », ou : « on a arresté les conjurateurs ». Ces captures toutefois ne sont suivies d’aucun châtiment, car les membres de l’Académie sont, on le sait, enclins à la clémence. Défenseurs du bien, ils ne nourrissent nulle sympathie pour les méchantes gens, et prévoient la ruine, voire l’arrestation des comploteurs et des cabaleurs. Mais ils ne confèrent ni au complot, ni à la cabale une dimension subversive, parce que leur conception de la politique, toute verticale, leur interdit de reconnaître ce statut à des dissensions entre particuliers. Aussi le complot, si d’aventure il est tramé contre l’Etat, change de nom : il devient conjuration. Enfin celle-ci, comme d’ailleurs la conspiration, la cabale et le complot, est traitée dans des termes qui se ressentent de la perspective morale dans laquelle les notices du dictionnaire sont invariablement placées. Le dessein et, derrière lui, la volonté sont ce qui intéresse les Immortels, qui font toujours apparaître l’un, l’autre ou les deux dans leurs définitions. La responsabilité des individus les préoccupe autant que leur union. Aussi insistent-ils sur la participation, condition de la culpabilité ou au contraire de l’innocence : « il estoit de la conjuration », écrivent-ils, « c’est un des conjurez », « c’est un des conjurateurs », « c’est un des conspirateurs ». Ils dénoncent pareillement « ceux qui estoient du complot », ou admettent à l’inverse qu’un tel « n’a point voulu entrer » et « ne trempe point dans cette conspiration ». Ils laissent aussi entrevoir que la cause de ces accidents est à chercher, comme il en va en général avec les autres désordres, du côté des passions humaines. « Cet homme... », notent-ils, « est un conjurateur perpétuel » ; « il ne sçauroit s’empescher de cabaler », observent-ils d’un autre. On chercherait en vain autant d’attention à la psychologie chez Richelet, du moins lorsque la sûreté de l’Etat est en jeu.

  • 76 1690 Furetière, s.v. trahison.

65De l’avis de Richelet, Etat est synonyme de royaume : aussi conspire-t-on chez lui - et chez lui seul - à la perte « de quelque Etat, de quelque Roïaume ». Le lexicographe a lu Loyseau. Il est aussi le seul à employer le terme de « souverain » à l’article conjuration. Il estime surtout qu’on peut ourdir une conspiration contre un « grand ». Ce faisant, il range cette sorte de personnages du côté des victimes potentielles, et non de celui des coupables où pourtant la chronique les a souvent situés, et du même coup il les place dans le même camp que le roi et ses ministres. Il n’y a plus, d’un côté, la haute noblesse qui conspire, et de l’autre le prince et ses proches qui sont agressés, mais au contraire le monarque et les grands qui tous sont exposés aux conspirations. Cette tendance ne surprend pas chez un homme comme Richelet qui, favorable en principe à l’affirmation de la prérogative royale, est en pratique prompt à rappeler la participation originelle de la noblesse à l’exercice de l’autorité, et ne fait donc pas spontanément de celle-ci une force d’opposition. Mus par d’autres principes, ses collègues raisonnent différemment. Ils ne réservent pas, certes, la conspiration au seul souverain, puisqu’ils admettent qu’elle peut atteindre les « puissances ». Mais ce terme désigne, au dire des Immortels, « ceux qui possèdent les premières dignitez de l’Estat ». Les inclure, c’est rester dans le cercle fermé que tracent autour du Prince les serviteurs de la couronne, sans aucunement sortir des limites d’une conception où la souveraineté ne se partage guère ; c’est aussi dénier aux grands la possibilité de figurer en tant que tels parmi les victimes, tout en laissant ouverte la possibilité qu’ils comptent parmi les coupables puisque de l’avis de Furetière, ils « aiment la trahison »76.

66La politique du Richelet est pragmatique et répressive. Le traitement qu’il réserve à la conjuration et à la conspiration l’est également. Seuls comptent les éléments concrets : l’« union » entre les auteurs, le serment qui les cimente, leur objectif, qui est d’« exécuter quelque chose », et enfin le danger qu’ils font naître. Les appréciations morales sont évacuées, l’horreur et l’abomination oubliées, le dessein perdu de vue. Le lexicographe enfin ne se contente pas de découvrir les conjurations, il les étouffe et rappelle que les coupables « ont été condamnez à la mort ». Tantôt « foible » et tantôt « puissante », la cabale est pour sa part une force qui se mesure. Elle relève donc, à l’instar de la conjuration et de la conspiration, de la sensibilité pragmatique qui caractérise le dictionnaire. Parfois assimilée à un parti, elle divise les individus, comme d’ailleurs le complot. L’un et l’autre n’intéressent pas les pouvoirs supérieurs, et ne reçoivent donc dans le dictionnaire aucun statut politique. Ils sont en revanche rattrapés par la morale, que le lexicographe n’oublie nullement dès lors qu’il s’écarte des matières d’Etat. Dessein réapparaît avec cabale, et plus encore avec complot. Celui-ci voit aussi ressurgir les « méchans ». Il est orné de quantité de termes qui portent autant de jugements : « malin », « funeste », « détestable », « noir ». La faute, cette fois, compte plus que la substance. Car les complots ne sont en fait que des chimères : on les a « imaginés », et bientôt ils « sont évanouis, sont dissipez, sont allez en fumée ».

  • 77 Le lien entre conjuration, tyrannie et liberté est également marqué par l’auteur présumé de la préf (...)
  • 78 Lorsqu’il évoque la conjuration dans d’autres articles de son dictionnaire, Furetière tient un disc (...)

67Furetière est un homme d’ordre. Il épouse donc le point de vue de l’autorité, et annonce tout naturellement que « les voeux du peuple conspiraient à la gloire de leur prince ». L’Académie ne se serait pas exprimée autrement. Pour autant, les notices rédigées par son ancien membre ne répliquent nullement les siennes, pas plus d’ailleurs que celles de Richelet. Plus encore, les articles conjuration, conjurer, conjuré et conjurateur paraissent très atypiques, même à l’intérieur du Dictionnaire universel. Toute appréciation morale en est exclue et, surtout, la veine répressive qui anime si souvent le lexicographe semble subitement tarie. Si, en outre, le prince et l’Etat sont présents, la question du pouvoir et de sa contestation cède sa place à une autre thématique. Concrètement, les monarques contre lesquels les conjurés tournent leurs poignards sont des tyrans, grecs ou romains. Ceux qui à l’inverse conjurent contre l’Etat, sont des candidats à la tyrannie, puisqu’est tyran, par définition, celui qui usurpe la « liberté publique ». Enfin le triomphe de ces conjurateurs ne coïnciderait pas seulement avec le renversement de l’autorité légitime : il provoquerait aussi la destruction des lois, qui disparaissent là où cesse la liberté. Le traitement que Furetière réserve à la conjuration, roule donc sur deux des notions les plus centrales de sa politique : l’hostilité à la tyrannie, d’une part, et le souci d’une liberté garantie par les lois, de l’autre77. Le partisan de l’ordre pourtant ne se retire pas tout à fait : il refait surface avec Auguste ou, pour mieux dire, avec le triomphe de celui-ci sur Cinna. Le texte du Dictionnaire universel suggère du même coup une sorte de tension entre la tyrannie, justification possible des entreprises dirigées contre les princes, et le risque que les conjurés ne fassent, en fait, qu’exciper fallacieusement de ce motif pour en couvrir d’autres moins avouables. L’apôtre de l’autorité et le défenseur de la liberté se retrouvent dès lors face à face, et de l’évocation de la tragédie de Corneille naît en définitive l’idée qu’en cas de tyrannie, la meilleure des solutions n’est pas l’assassinat du maître, mais sa conversion intérieure : celle-là même que l’empereur Auguste opère au théâtre, sous les yeux d’un public béant d’admiration78.

68L’avocat de la conservation est mieux représenté encore dès qu’il s’agit de la conspiration. Bien qu’un exemple cite encore une fois les empereurs romains, la tyrannie n’est plus évoquée, pas plus que la liberté publique. Le prince ne figure plus dans les définitions, ni du substantif lui-même, ni de conspirer ou de conspirateur. Ce qui est en cause, c’est l’Etat et, avec lui, les puissances. Ce qui, de l’Etat, est en jeu, c’est son existence même, puisque la conspiration vise à le détruire. Cette existence à son tour est associée à l’idée d’un ordre, que les conspirateurs tâchent précisément de « brouiller ». Si à l’inverse c’est un objectif honnête que l’on poursuit, alors la conspiration contribue, selon une expression qui résume une aspiration fondamentale de Furetière, « à entretenir la paix dans le royaume ». Ses auteurs sont unis par un « dessein », « louable » de surcroît. Ennemis de l’Etat, ils mériteraient le titre peu flatteur de « mal intentionnés ». La critique morale, donc, fait son retour, dès lors qu’on ne tire plus les armes pour abattre le tyran, mais pour détruire l’ordre, valeur suprême d’un lexicographe hanté par la subversion.

69Ainsi les articles relatifs à la conjuration et à la conspiration jouent autour de deux des principales oppositions qui structurent le discours politique de Furetière : entre loi et tyrannie, et entre ordre et désordre. « Espèce de conspiration », le complot a également à voir avec l’ordre, mais à l’échelle subalterne des voleurs et des traîtres. Il est lui aussi dessein. La cabale enfin est d’abord affaire de « confidence » et d’« intérests ». Dirigée contre le prince ou la liberté publique, elle devient clairement politique, et s’appelle conjuration. Orientée vers des fins plus subalternes, elle peut faire éclater la contradiction - soulignée par Furetière - entre l’intérêt public et l’intérêt particulier. Sa politisation est toujours latente, et il n’est pas excessivement surprenant qu’à la différence des autres dictionnaires, celui-ci la rapproche de la conspiration et précise qu’on peut cabaler non seulement contre une tragédie, mais aussi « contre l’Estat ».

*
* *

70Comme ceux d’Estienne et de Monet, les répertoires de la fin du XVIIe siècle recyclent dans leurs notices des fragments tirés d’une tradition riche et séculaire. Tantôt il s’agit de pierres éparses : notion de serment, expression de conjuration « contre la patrie », exemples canoniques tel que celui de Catilina ; tantôt au contraire ces éléments ourdissent une trame plus épaisse, bien visible dans plusieurs des articles que propose Furetière. Jamais toutefois ils ne se présentent comme le principe auquel les notices des dictionnaires pourraient être mécaniquement rapportées. Car tous les lexicographes réécrivent ce qu’ils glanent, et intègrent le produit de leurs lectures dans un ensemble qui, même lorsqu’il est sans grande originalité, porte malgré tout la marque du langage moral et politique propre à chaque rédacteur ou à chaque équipe. Cet idiome est souvent composite, ainsi que le montre notamment l’analyse du Richelet et celle du Furetière. Plus moderne chez celui-là, plus ancien chez celui-ci et à l’Académie, il se fait entendre au fil des articles, se nourrit des textes et des traditions que l’histoire de la philosophie politique charrie avec elle, et les combine à chaque fois sous une forme spécifique, de sorte que les Immortels tiennent un discours autoritaire, idéal et moral, s’opposant en cela à Furetière, qui balance entre hostilité à l’arbitraire et priorité à la conservation, ou à Richelet qui oscille de Loyseau à Joly et de Pascal à Naudé. Isolées au milieu de vedettes que l’alphabet leur a données pour voisines, les notices relatives à conjuration, conspiration, cabale et complot participent de ces langages ou, dans le cas des deux derniers de ces mots, en sont plus ou moins détachées. Elles signalent l’irréductible point commun des trois dictionnaires, qui les oppose à Estienne comme à Monet : la conviction que l’ordre du pouvoir est essentiellement hiérarchique et que, sauf exception, les dissensions entre particuliers ne relèvent pas de la politique. De celle-ci, cabale et complot prennent alors plus ou moins nettement congé, sans pour autant se soustraire à une évaluation pragmatique ni, plus souvent, à la juridiction de la morale. Conjuration et conspiration à l’inverse conservent leur statut. Chacun les aborde à travers un prisme qui lui est propre et chacun, du même coup, en oriente l’explication dans une direction compatible avec ses propres prémisses. On comprend dès lors qu’en dépit de leur souci de refléter de manière transparente la langue - ou à tout le moins l’un de ses niveaux-, les rédacteurs des trois dictionnaires aient abouti à des discours très contrastés. Il reste, bien sûr, à expliquer pourquoi Richelet se sert de Loyseau, et non Furetière, et pourquoi celui-ci, bien qu’académicien, ne s’exprime pas dans les mêmes termes que ses anciens confrères. C’est à leurs biographes de le dire, s’ils le peuvent, ce qui n’est jamais sûr.

Notes

1 Voir p. 182.

2 O.G. Oexle, « Conjuratio et ‘Ghilde’ dans l’Antiquité et dans le Haut Moyen Age. Remarques sur la continuité des formes de la vie sociale », dans Francia, 10, 1982, p. 14.

3 Ibid., p. 7-8, et P. Prodi, Il sacramento del potere. Il giuramento politico nella storia costituzionale dell’Occidente, Bologne, 1992, p. 57, 93-94.

4 M. Sbriccoli, Crimen lesae majestatis. Il problema del reato politico alle soglie della scienza penalistica moderna, Milan, 1974, p. 71-74, 332-341.

5 Voir le chap, précédent.

6 D. Nani Mirabelli, Florilegii Magni seu Polyantheae Floribus Novissimis Sparsae Libri XX, Lyon, 1620, I, p. 629sq ; T. Zwinger, Theatrum humanae vitae, Bâle, 1586, I, 3, p. 828-831, IV, 18, p. 3304, et 19, p. 3496 ; J. Lange, Loci communes, Strasbourg, 1613, s.v. conjuratio·, J. H. Alsted, Encyclopaedia, Herborn, 1630, p. 1452, 1461, 1471, 1473-1474, 1477, 1479, 1483, 1490, 1492, 1721-1723.

7 Voir p. 196, no 84.

8 J. Bodin, Les six livres de la République, Paris, 1986, p. 181 sq ; J. Lipse, Les six livres des politiques, ou doctrine civile, La Rochelle, 1590, p. 183sq ; P. Charron, De la sagesse livres trois, Bordeaux, 1606, p. 551 sq.

9 J. Baricave, La defence de la monarchie françoise, Toulouse, 1614, p. 172, 712 sq, 724 ; P. de Béthune, Le conseiller d’Estat, Paris, 1633, p. 410, 450 sq ; C. Le Bret, De la souveraineté du roy, dans Œuvres, Paris, 1635, p. 254sq. Baricave vise le De la puissance légitime du prince sur le peuple, et du peuple sur le prince (s.l., 1581), traduction française des Vindiciae dans laquelle était défendue (p. 64-65) la thèse selon laquelle une conspiration dirigée contre un tyran n’est pas répréhensible.

10 Sur ce texte, voir E. Fasano Guarini, « Congiure ‘contro alla patria’ e congiure ‘contro ad uno principe’ nell’opera di Niccolò Machiavelli », dans Complots et conjurations dans lEurope moderne, dir. Y. M. Bercé, E. Fasano Guarini, Rome, 1996, p. 9 sq.

11 Voir par ex. G. Frachetta, Il seminario de’governi di stato, e di guerra, Venise, 1613, p. 677 sq.

12 Ibid, p. 680 sq. Plus généralement, voir G. Borrelli, « La necessità della congiura nella scrittura italiana della ragion di Stato », dans Complots et conjurations..., p. 81-91.

13 Vocabolario degli Accademici della Crusca, Venise, 1612, s.v. « congiura ».

14 1694 Académie, s.v. attentat, chef, conjuration, conjurer. 1718 Académie, s.v. conjurer. C. Le Bret, De la souveraineté du roy, p. 254 sq. Sur les liens entre le dictionnaire de l’Académie et ceux de Monet, voir p. 151-152.

15 Et ce alors qu’Ablancourt est en général l’auteur le plus cité par le lexicographe (A. Lehman, « La citation d’auteurs dans les dictionnaires de la fin du XVIIe siècle (Richelet et Furetière) », dans Langue française, 1995, no 106, p. 42).

16 Machiavel, Les discours... sur la première décade de Tite Live, trad. J. Gohory, Paris, 1571, fol. 27v°, 196v°, 207-208v°.

17 J.C.W., « Conjurations, cabales, séditions : pour une analyse politique du Dictionnaire universel de Furetière », dans Vives lettres, 1, 1996, p. 29.

18 « Te diray-je les noms de tous ces conjurez ? » (1690 Furetière, s.v. conjuré) est adapté d’un vers de Cinna, V-l (« Te diray-je les noms de tous ces meurtriers ? »). Les éditions postérieures à 1660 portent : « De tous ces meurtriers, te diray-je les noms ? » (Corneille, Théâtre complet, éd. A. Niderst, I, 2, Rouen, 1984, p. 966).

19 1694 Académie, s.v. Dieu, droit, gloire, loy, majesté, nature, providence, roy.

20 1694 Académie, s.v. nature, naturel.

21 1694 Académie, s.v. authorité, empire, intérest, obéissance, rébellion, renversement, ruine, tumulte.

22 1694 Académie, s.v. absolu, authorité, domination, empire, puissance, souverain, souveraineté.

23 1694 Académie, s.v. aristocratie, couronne, immédiatement, liberté, monarchie, oligarchie, révérer, roy, seigneur, thrône.

24 1694 Académie, s.v. authorité, dignité, édit, loy, magistrat, majesté, ordonnance, parlement, protecteur, royauté. Voir aussi s.v. enregistrer, remonstrance, vérifier.

25 1694 Académie, s.v. communauté, intérest, liberté, nature, peuple, public, sujet.

26 1694 Académie, s.v. corps, estat, ordre, police, république. Corps est défini par l’Académie comme une « société » ou « union » de « plusieurs personnes qui vivent sous mesmes loix, mesmes coustumes, mesmes règles ».

27 1694 Académie, s.v. aristocratie, couronne, démocratie, estat, monarchie, perte, roy, renversement, ruine, throne.

28 1694 Académie, s.v. fondement, gouverner, justice, politique, régir, vertu.

29 1694 Académie, s.v. admirer, bonté, clémence, clément, dissimuler, domination, empire, glorieux, gouverner, harmonie, joindre, libéralité, magnanime, magnanimité, magnificence, magnifique, modération, pieux, politiquement, prudence, sagesse.

30 1694 Académie, s.v. flateur, intérest, raison.

31 1694 Académie, s.v. gloire, justice, politique, tyran.

32 1694 Académie, s.v. fidélité, fondement, obéir, obéissance, peuple.

33 1694 Académie, s.v. imposition, nouveauté, république, résister, soulever.

34 1694 Académie, s.v. esmeute, esmotion, rébellion, révolte, révolter, sédition, soulèvement, trouble.

35 1694 Académie, s.v. esmotion, nature, rébellion, révolte, révolter, souslèvement, souslever. La dimension morale des articles du dictionnaire de l’Académie a été mise en évidence, à partir des exemples, par M. Deslex Giacomelli, « Les exemples moralisants dans le Grand dictionnaire de l’Académie françoise (1694) », dans Parcours et rencontres. Mélanges de langue, d’histoire et de littérature françaises offerts à Enea Balmas, éd. P. Carile, G. Dotoli, A.M. Raugei, Paris, 1993, 1, p. 863-877.

36 1690 Furetière, s.v. droit, liberté, loy, naturel, ordre, raison.

37 1690 Furetière, s.v. clémence, confusion, domination, esmouvoir, honneur, obéissance, mutinerie, rebelle, révolte, subversion, trouble.

38 1690 Furetière, s.v. absolu, absolument, establir, obéir, prince, souverain, souveraineté.

39 1690 Furetière, s.v. gouverner, majesté, monarchie, monarque, puissance, roy, royaliste, souverain.

40 1690 Furetière, s.v. administration, communauté, conseil, finances, intérest, ministre, nation, peuple, public, sujet.

41 1690 Furetière, s.v. aristocratie, aristocratique, cour, couronne, démocratie, démocratique, désordre, estat, monarchie, oligarchie, oligarchique, souveraineté.

42 1690 Furetière, s.v. amour, bonté, clémence, estat, gouverner, juste, magnanimité, magnificence, magnifique, monarque, politique, politiquement, secret, tyran.

43 1690 Furetière, s.v. faction, esmeute, esmotion, fidélité, guerre, ligue, majesté, mutinerie, obéissance, prince, rebelle, rébellion, révolte, sédition, souslèvement, trouble.

44 1690 Furetière, s.v. esmouvoir, grand, loy, nation, peuple, police, politique, renversement, révolter, révolution, trahison, trosne, trouble.

45 1690 Furetière, s.v. intérest, ordre, police, politique, politiquement, réformer, réformation. 1694 Académie, s.v. intérest.

46 1690 Furetière, s.v. administrer, despotique, escrouelles, gouverner, guerre, loy, ministre, monarchie, monarque, prince, roy, sacre, seigneur, souverain.

47 1690 Furetière, s.v. attentat, félonnie, lèze, ordre, puissant, rebelle, révolte, séditieux, sédition, traistre, trosne.

48 1690 Furetière, s.v. establir, estat, justice, intérest, loy, police, politique, public, sociable, société, sujet.

49 1690 Furetière, s.v. tyran, tyranneau, tyrannie, tyranniquement, tyranniser.

50 1680 Richelet, s.v. absolu, aristocratie, empire, état, prince, roiaume, souverain, souveraineté, tiran, tirannie.

51 1680 Richelet, s.v. aristocratie, démocratie, ministre, monarchie, monarchique, oligarchie, républicain, république, roi.

52 1680 Richelet, s.v. coutume, droit, loi, pais, politique.

53 1680 Richelet, s.v. politique, prudence, prudent.

54 1680 Richelet, s.v. conserver, dieu, parlement, sacre, souverain, souveraineté, taille.

55 1680 Richelet, s.v. clémence, droit, libéralité, loi, magnanimité, magnifique, nature, politique, souverain, sujet, tiran, tirannie.

56 1690 Furetière, s.v. roy. 1680 Richelet, s.v. autorité, domination, gouverner, impôt, révérer.

57 1680 Richelet, s.v. communauté, édit, finance, intendance, ministre, monoie, nature, peuple, politique, public, sujet, trésor.

58 1680 Richelet, s.v. liberté, patrie, providence, rébellion, révolter, sujet.

59 Se présentent encore l’« émotion » et la « mutinerie » qui, étant à la fois trouble et sédition, balancent entre les deux pôles des « mouvements ». La sédition enfin procède simultanément du soulèvement et de la mutinerie (1680 Richelet, s.v. émeute, émotion, factieux, faction, ligue, liguer, mutinerie, pais, parti, patrie, rébellion, remuer, révolte, sédition, soulèvement, trouble, tumulte).

60 1680 Richelet, s.v. émeute, émotion, ligueur, mutinerie, rebeller, rébellion, remuer, révolte, révolter, sédition, soulever, tirannie, tumulte.

61 J. Bodin, Les six livres de la République, Paris, 1986, 3, p. 173.

62 Voir par ex. 1694 Académie, s.v. chancelier (« officier de la couronne, et chef de la justice en France, qui scelle des lettres patentes, des grâces et abolitions, des concessions, des arrests... »).

63 Voir 1694 Académie, s.v. gloire (« la gloire du monde passe vite. La gloire n’appartient proprement qu’à Dieu seul. Il faut que toutes nos actions tendent à la gloire de Dieu, à la plus grande gloire de Dieu. Gloire soit à Dieu. Il ne cherche pas sa propre gloire, mais celle de Dieu »), royaume (« il est dit dans l’Escriture, Tout royaume divisé sera désolé »).

64 « L’Escriture sainte appelle aussi fig., des dieux, les hommes qui ont l’authorité... » (1694 Académie, s.v. dieu).

65 Charron : une justice qui « considère fort l’utile, le joignant tant qu’elle peut avec l’honnêteté » (cité par C. Lazzeri, « Le gouvernement de la raison d’Etat », dans Le pouvoir de la raison d’Etat, dir. C. Lazzeri, D. Reynié, Paris, 1992, p. 125) ; Silhon : « joindre avec dextérité l’utile à l’honnête » (cité par E. Thuau, Raison d’Etat et pensée politique à l’époque de Richelieu, Paris, 1966, p. 213).

66 Comparer à cet égard 1690 Furetière, s.v. cour, liberté, et 1680 Richelet, s.v. gallican, puissance, avec 1694 Académie, s.v. église, gallican.

67 1690 Furetière, s.v. couronne, harmonie. De même, l’un des sens de « cour » est « corps de l’Estat que le prince représente ».

68 On notera en particulier que, selon le Dictionnaire universel, la coutume ne prend force de loi qu’après sa rédaction, c’est-à-dire après son passage sous le contrôle monarchique (1690 Furetière, s.v. coustume).

69 1690 Furetière, s.v. droit, estat, honneste, juste, liberté, loy, nature, naturel, nation, ordre, peuple, police, politique, raison, sociable, société.

70 G. Oestreich, Antiker Geist und Moderner Staat bei Justus Lipsius (1547-1606). Der Neustoizismus als politische Bewegung, Gottingen, 1989, p. 113sq.

71 1680 Richelet, s.v. corps, prudent. Voir aussi A. Corneri, « Il Dictionnaire di Pierre Richelet (1680) : un secolo e un autore », dans Società allo specchio. Ideologia nei dizionari francesi, Turin, 1990, p. 51.

72 La définition que le Richelet donne de la politique (« La politique a pour but d’établir un Etat naissant, de conserver heureusement l’Etat qui est établi, de soutenir celui qui est sur son panchant et d’empêcher qu’il ne tombe en décadence ») reprend presque terme à terme un passage de Naudé (Bibliographie politique, Paris, 1642, p. 54) dans lequel celui-ci observe que toutes les « délibérations et ordonnances » tendent à trois choses : « la première, c’est d’affermir l’Estat naissant : la deuxième de le conserver quand il est estably, et la troisième de le soutenir ou de le remettre lorsqu’il panche et qu’il est prest de tomber »).

73 1680 Richelet, s.v. concupiscence, morale, nature, politique, propre, sagesse, vertu. Sur la politique de l’« uomo dissociato », voir notamment A.M. Battista, « Morale ‘privée’ et utilitarisme politique en France au XVIIe siècle », dans Staatsräson. Studien zur Geschichte eines politischen Begriffs, éd. R. Schnur, Berlin, 1975, p. 87-119, et id., « Come giudicano la ‘politica’libertini e moralisti nella Francia del Seicento », dans II libertinismo in Europa, dir. S. Bertelli, Milan, Naples, 1980, p. 25-80.

74 1680 Richelet, s.v. parlement, souverain. Sur Joly, voir en particulier K. Malettke, Opposition und Konspiration unter Ludwig XIV. Studien zu Kritik und Widerstand gegen System und Politik des französischen Königs wahrend der ersten Häljte seiner personlichen Regierung, Gottingen, 1976, p. 45, 89, 108. Joly est cité en même temps que « Miraut ». Peut-être s’agit-il en fait de Picault, dont le Traité des Parlements est de 1679 et dont les idées sont voisines de celles de Joly (voir K. Malettke, Opposition..., p. 54, 92, 110).

75 1680 Richelet, 1690 Furtière, 1694 Académie, s.v. sédition. Sauf exception, que l’on signalera, les développements qui suivent sont fondés sur les articles cabale, complot, conjuration et conspiration des trois dictionnaires de l’Académie (1694), de Richelet (1680) et de Furetière (1690), ainsi que sur les articles qui leur sont immédiatement liés (conjurer, conspirer, etc.). Afin de ne pas alourdir les notes, on y renvoie ici une fois pour toutes.

76 1690 Furetière, s.v. trahison.

77 Le lien entre conjuration, tyrannie et liberté est également marqué par l’auteur présumé de la préface du Dictionnaire universel, Pierre Bayle (voir C. Grell, « Le modèle antique dans l’imaginaire du complot en France au XVIIe siècle », dans Complots et conjurations..., p. 169).

78 Lorsqu’il évoque la conjuration dans d’autres articles de son dictionnaire, Furetière tient un discours contrasté. Tantôt il rappelle les conjurations contre les empereurs romains (s.v. trame), les mérites que Cicéron s’acquit en découvrant les projets de Catilina (s.v. civique, vigilant) ou encore la tendance des « plus braves romains » à s’engager dans des conjurations contre « les oppresseurs de leur liberté » (s.v. impliquer) ; tantôt il évoque - ou recommande - la répression : ainsi s.v. auteur (« quand on a découvert quelque conjuration, il en faut punir sévèrement les auteurs »), sçavant (« quand le juge trouve un accusé bien sçavant sur quelque conjuration, il soupçonne qu’il en est complice ») et surprendre (« on a surpris des lettres où on a découvert une grande conjuration »).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search