Version classiqueVersion mobile

La conjuration des dictionnaires

 | 
Jean-Claude Waquet

Troisième partie. La discrète officine des vérités contraires

Chapitre III. Les vérités de la politique

1. Estienne, Monet

Texte intégral

1Chaque article d’un dictionnaire se situe à l’intersection d’au moins deux ensembles. L’un contient les notices portant sur le même domaine ou sur le même thème que lui, soit, par exemple, la politique. L’autre comprend les sources de toute sorte que le lexicographe a dépouillées, exploitées et retravaillées afin de nourrir son texte. Le second préexiste au dictionnaire et subsiste en dehors de lui, tandis que le premier à l’inverse naît avec le répertoire et y reste tout entier enclos. Celui-ci forme avec celui-là le contexte de chaque entrée : contexte fait d’écrits, orienté selon deux axes, l’un interne à l’œuvre et l’autre externe à celle-ci, susceptible enfin d’aider à l’interprétation de tout article particulier.

  • 1 On rejoint ici une préoccupation exprimée avec force par John Pocock lorqu’il écrit : It seems a pr (...)

2De la prise en compte des sources exploitées par les rédacteurs des cinq principaux dictionnaires - Estienne, Monet, Richelet, l’Académie et Furetière-, et plus encore de l’analyse du sens qu’ils ont reconnu en général aux mots politiques, on voudrait tirer quelques éléments qui permettront de faire ressortir les registres de langage exploités par ces lexicographes1 et, partant, de mieux cerner les repères philosophiques ou juridiques propres à chacun d’eux. Relancée par cet apport, l’interprétation des termes contrastés dans lesquels les grammairiens ont présenté conjuration, conspiration, cabale et complot, gagnera en profondeur et en sûreté, tandis que les divergences observées d’un dictionnaire à l’autre laisseront enfin deviner leur principe. Ces divergences, conclura-t-on, ne sont point de dérisoires irrégularités. Elles renvoient plutôt à cinq modes profondément différents d’articuler le politique et, par conséquent, de marquer les limites de ce qui peut en être légitimement dit.

  • 2 Dont on utilisera les deux premières éditions, publiées l’une et l’autre du vivant et sous la direc (...)

3Telles sont les prémisses et les ambitions qui informent la dernière étape de cette enquête. Il paraîtra sans doute paradoxal de la faire débuter par un examen des deux dictionnaires d’Estienne2 et de Monet, dans lesquels ni conjuration, ni conspiration, ni complot, ni cabale ne sont présentés comme des termes proprement politiques. Pourquoi, dès lors, s’intéresser au mode sur lequel et l’un, et l’autre ont traité en général des mots relevant de ce domaine ? L’exercice n’est-il pas un peu vain, et peut-il avoir un autre résultat que d’apporter des informations dont, finalement, on ne fera aucun usage ? Il le peut en effet, puisqu’il permet d’établir que des articles apparemment peu politiques révèlent, à la lumière de la façon dont ce domaine est plus généralement traité, un contenu - politique, précisément - qu’une première lecture n’avait pas permis d’entrevoir.

I

  • 3 Voir p. 144.
  • 4 1539 Estienne, s.v. conjurer, conjuration. R. Estienne, Dictionarium latinogallicum, Paris, 1538, s (...)

4Soit le traitement réservé au verbe conjurer, tel qu’il apparaît dans la première édition du Dictionaire françoislatin de Robert Estienne. La définition - « jurer ensemble pour mal faire à aucung, faire conspiration » - provient comme on l’a précédemment remarqué3 du Dictionarium latinogallicum de 1538. Celui-ci à son tour suit la définition latine que le Thesaurus de 1536 a préalablement donnée de conjure·, conjurare etiam conspirare est, id est, in alicujus perniciem jurare. Cette formulation enfin n’est pas originale, ainsi que l’atteste la consultation du lexique de Perotti où l’on trouve : conjure, quod proprie est conspiro, id est in alicujus perniciem juro. Que ce texte soit à peu de chose près celui du Thesaurus, n’a rien d’étonnant : Perotti fait partie, de l’aveu même d’Estienne, de ceux ex quibus... interpretationes collegimus4.

  • 5 Dictionarium latinogallicum, s.v. conjurati, damno. Cic., Ven. 5, 11 et 14, donne homines sceleris (...)

5A la définition de conjurer fait suite un exemple : « estre condamné pour avoir conjuré et conspiré contre la République, damnari nomine conjurationis ». La citation latine est peut-être dérivée des Verrines. Elle-même et sa traduction figuraient déjà à l’article damno du Dictionarium latinogallicum, mais on la chercherait en vain dans le Thesaurus, où l’on ne trouve pas non plus la matrice de « qui ont conjuré ensemble, conspirati ». Cette dernière définition et son équivalent latin apparaissent toutefois dans le Dictionarium, sous conspiro où il est écrit : « conspirati... qui ont conspiré et conjuré ensemble »5.

  • 6 1539-1549 Estienne, s.v. conjuration. Dictionarium latinogallicum, s.v. vocare. G. Budé, Forensia, (...)

6La deuxième édition du Dictionaire se signale par l’enrichissement du texte consacré à conjuration, pour lequel Estienne s’était - on l’a dit - initialement limité à ce texte lapidaire : « conjuration, conjuration. Un premier exemple - « soupçonner aucun d’avoir faict une conjuration et trahison, in suspicionem conjurationis vocare aliquem » - provient directement de l’article voco du Dictionarium latinogallicum et, indirectement, des Verrines. Plus complexe est le cas de « faire brigue et conjurations pour tuer quelqu’un, coitiones inire de nece alicujus. B. conjurare de interficiendo aliquo ». La lettre B. marque une référence à Budé, en l’espèce aux Forensia d’où sont dérivés à la fois le texte français et sa première traduction latine. La fin de l’exemple en revanche est une adaptation du Pro Milonfi6.

  • 7 Dictionarium latinogallicum, s.v. conjuro, conjuratio, conjurati ; Thesaurus, s.v. conjuro, conjura (...)

7Les quelques lignes qu’Estienne a réservées à conjurer et à conjuration dans les deux premières éditions de son Dictionaire, forment donc un texte composite dans lequel des extraits de publications précédentes voisinent avec des emprunts à Cicéron, à Perotti et à Budé. Aucun de ces éléments n’est à proprement parler original. Mais chacun est le résultat de choix et de tris dont les plus anciens datent de la rédaction du Thésaurus. Perotti y est préféré à Balbi ou à Calepin, vers lesquels Estienne aurait pu tout aussi bien se tourner. L’humaniste y donne en outre une définition de conjurati, et cite Cicéron, Saliuste, César, Térence pour illustrer à la fois conjure, conjuratio et conjurati. De tout cet appareil, il ne garde dans le Dictionarium latinogallicum que la définition de conjure, ainsi que le noyau d’une citation tirée de la Guerre des Gaules. L’autre citation figurant dans le Dictionarium - conjurare de interficiendo aliquo - est une nouveauté, bientôt recyclée dans le Dictionaire françoislatin où elle cohabite avec deux passages de Cicéron empruntés aux articles damno et voco, alors que César, pour sa part, est complètement éliminé. La définition de conjure surnage aussi, mais amputée de sa partie finale - « jurer contre quelqu’un ». Du Thesaurus au Dictionaire, rien, en définitive, ne s’est fait de façon mécanique7.

  • 8 Voir les réf. données n. précédentes. Dans le corps du texte (p. 261), les Forensia portent : Fama (...)

8L’intervention d’Estienne et de ses collaborateurs ne se marque pas seulement dans les choix - ou les exclusions - dont ils ont pris l’initiative. Elle se lit aussi dans les remaniements qu’ils ont apportés à leurs sources afin de les adapter à leur propos. Damnari nomine conjurationis : nomine sceleris et conjurationis, avait écrit Cicéron qui, dans le Pro Milone, avait évoqué une conjuration de interficiendo Pompeio, et non de interficiendo aliquo. Les traductions de ces passages ne sont pas, par ailleurs, aussi littérales que le laisse croire la réputation faite à Estienne : damnari nomine conjurationis n’appelait pas immédiatement « avoir conjuré et conspiré contre la République », pas plus qu’in suspicionem conjurationis vocare ne dictait à son traducteur « soupçonner... d’avoir faict une conjuration et trahison ». Enfin l’extrait tiré des Forensia subit dans le Dictionaire de profondes modifications : de « faire brigues et conjurations, pour gaigner quelques mauvaises causes, coitiones inire de nece causarum, jure superiorum », il devient « faire brigues et conjurations pour tuer quelqu’un, coitiones inire de nece alicujus », en vue sans doute de l’assortir avec la citation - elle-même amendée - que les rédacteurs du dictionnaire sont allés chercher dans le Pro Milone8.

9L’analyse des sources entrant en composition dans les entrées relatives à conjurer, conjurés et conjuration, montre que celles-ci charrient, en plus grand nombre qu’une lecture superficielle ne le ferait penser, des bribes de discours politique tirées principalement de Cicéron. Elle fait aussi comprendre que, fruit de multiples interventions, le texte imprimé par Estienne ne peut en aucune façon se concevoir comme la simple addition des matériaux d’emprunt qui forment sa substance. Chargé d’un sens qui lui est propre, il appelle, comme d’ailleurs les articles conspirer, conspiration et complot, un travail d’élucidation que l’on engagera en prenant d’abord pour pierre de touche les passages du Dictionaire relatifs aux différentes espèces de troubles politiques.

*
* *

  • 9 1539-1549 Estienne, s.v. conjurer, conjuration.

10Conjurer, explique le Dictionaire françoislatin, c’est « jurer ensemble ». Mais ce serment est doublement coupable. Il l’est par son objet, puisque le but visé est de « mal faire », voire de « tuer ». Il l’est aussi par ce qu’il présuppose : la rupture d’un engagement antérieur, du moins selon l’édition de 1549 qui, comme on l’a vu, associe la conjuration à la trahison. Le domaine dans lequel le lecteur est plongé est donc en premier lieu celui d’une pathologie de la foi donnée dont la victime peut être, au moins le temps d’un exemple, la « République »9.

  • 10 1539-1549 Estienne, s.v. complot, conjurer, conjuration, conspirer ; 1549 Estienne, s.v. conspirati (...)

11Trahison et serment particulier, la conjuration porte en elle un élément de discorde qui peut rejaillir sur le corps politique. Elle est également un rassemblement criminel : coitio. Ces traits ne lui sont pas propres. Ils se retrouvent en partie dans le complot, qui lui aussi est coitio. Ils caractérisent encore la conspiration : car, conspirer, c’est « se unir et allier » - souvent pour mal faire-, tandis que la conspiration, pestis intestina, est en elle-même porteuse de division. Enfin cette division, quelque pernicieuse qu’elle soit, ne s’accompagne pas d’une agression dirigée contre le pouvoir en place : dans le Dictionaire, ni conspiration, ni conjuration, ni complot ne se déclinent sur le mode de la désobéissance ou de l’atteinte à l’autorité10.

  • 11 1539-1549 Estienne, s.v. attirer, bande, citoyen, dissension, esmeute, ligue, partisans, peuple, ré (...)

12Les registres complémentaires du rassemblement et de la division, voire de la défection, se retrouvent dans les notices portant sur des accidents dont la nature est ouvertement politique : les agitations populaires. L’émeute, selon Estienne, est concitano multitudinis. Seditionem concitare, c’est « mettre en discord », et seditiones afferre, c’est « mettre en dissension ». Intestinum malum, la sédition survient « entre les citoyens mesmes, ou ceux d’un mesme pays » : elle affecte une « partie du peuple ». Le factiosus est à la fois un « sédideulx », fauteur de division, et un « faiseur de menées », c’est-à-dire d’assemblées, alors que le latin factio traduit non seulement faction, mais aussi bande, ligue, parti, secte et renvoie par là même l’image d’une union particulière porteuse d’une discorde générale. Enfin se révolter signifie se « rendre du parti des ennemis » ou, plus simplement, du « parti contraire » : d’une telle defectio, une collectivité - ville, pays, armée - peut se rendre coupable11.

  • 12 Voir 1539-1549 Estienne, s.v. esmeute, mutinerie, sédition, trouble.
  • 13 1539-1549 Estienne, s.v. rebelle. Voir aussi s.v. debvoir (« entretenir aucungs peuples en leur deb (...)
  • 14 Division dont 1539-1549 Estienne, s.v. parti, renvoie abondamment l’écho : « qui tient le parti des (...)

13Ces mouvements populaires sont suscités, font du bruit et même du tumulte, éveillent la crainte et provoquent la confusion12. Mais ils ne s’adressent pas explicitement à l’autorité. Leurs responsables ne sont pas présentés comme des sujets. Le prince n’est jamais cité. L’accent enfin n’est pas placé sur d’éventuelles manifestations d’insubordination, de sorte qu’une expression telle que « fort rebelle, et contemnant ses supérieurs » constitue plutôt une exception13. Le contexte dans lequel le Dictionaire françoislatin place les troubles, ne se présente donc pas spontanément comme un ordre structuré sur un mode hiérarchique, avec des supérieurs qui commandent et des inférieurs qui obéissent. Il est formé par un corps politique à l’intérieur duquel des mouvements ou des unions abnormes brisent l’unité et créent la division14. Ces traits répliquent ceux que l’on a auparavant fait ressortir à propos de la conjuration, de la conspiration et du complot. Ils participent aussi d’une politique dont il faut décrire brièvement les termes.

*
* *

  • 15 1539-1549 Estienne, s.v. entretenir et trouble (« ville »), cité, police et sédition (« cité »), re (...)
  • 16 Dans un grand nombre de cas, les citations ont été coupées ou retravaillées de façon à détacher rép (...)
  • 17 « Fonder et instruire une république, rempublicam aedificare » (1539-1549 Estienne, s.v. fonder).
  • 18 Puisqu’on peut l’« accroistre », ou lui « adjouster provinces » (1539-1549 Estienne, s.v. accroistr (...)
  • 19 1539-1549 Estienne, s.v. esloigner, interest, pourchasser, prouffit.
  • 20 1539-1549 Estienne, s.v. asseurer (« forme »), forme, police, troubler (« troubler la tranquillité (...)
  • 21 1539-1549 Estienne, s.v. despendre, mourir, prouffit, soigneulx.
  • 22 1539-1549 Estienne, s.v. défaillir, délaisser, desnuer, prouffit, tourner.
  • 23 1539-1549 Estienne, s.v. défaillir, destruire, ennuy, entreprendre, esbranler, faulte, gaster, mal, (...)
  • 24 Le Dictionaire ne contient, de ce fait, aucune définition du mot république.

14Dans le Dictionaire, la politique est associée à la « ville », à la « cité », à la « communaulté des citoyens » ou, plus souvent, à la « république » dont l’équivalent latin - respublica - se traduit aussi, quoique peu fréquemment, par « bien public », « chose publique », « faict public », voire par « communauté » - s’il s’agit d’une communis respublica -, ou encore par « estat populaire ». Au terme français toutefois Estienne ne semble pas reconnaître le sens de régime républicain, pour lequel il emploie, outre « estat populaire », « république populaire » et « démocratie »15. La république n’est donc pas pour lui une forme de gouvernement. Elle n’est pas non plus la seule république romaine, même si, de toute évidence, c’est à celle-ci que la plupart de ses sources renvoient16. Elle est plutôt la communauté politique en général, inscrite dans l’histoire17, projetée sur un territoire18, orientée à son propre « interest », poursuivant enfin une « utilité » qui probablement n’est autre que le « commun prouffit », ou « prouffit public »19. Cette république prend une « forme ». Son « faict » et son « gouvernement » définissent sa « police », qui rime avec sa « tranquillité ». Elle est - du moins on l’espère - «reiglée par bon ordre, et bien devisée »20. Parfois servie avec désintéressement21, il lui arrive aussi d’être abandonnée de ceux-là mêmes qui devaient lui être dévoués22. Cible occasionnelle des conjurations, lieu des séditions, victime des troubles, elle verse si souvent dans de graves difficultés23 qu’à l’article république, Estienne se contente, non sans pessimisme, de donner ce seul texte : « république qui va très mal, aegrota respublica »24.

  • 25 1539-1549 Estienne, s.v. estat, maintenir.

15Etat, pour sa part, se définit comme la « condition » propre à une chose ou à une personne. On parle ainsi de « l’estat et la condition des hommes, conditio humana », ou de « l’estat et condition d’un chacung, res ». Le mot désigne aussi la situation dans laquelle la république se trouve ou, plus spécifiquement, ses conditions normales de fonctionnement, en l’absence desquelles elle ne serait plus. On dit ainsi qu’il faut « asseurer l’estat d’une république », qu’elle est « en très mauvais estat », ou encore qu’elle « ne peult demeurer en estre ou en estat ». On dit pareillement d’une ville qu’elle « se maintient en ung estat, à cause des ordonnances de Pompée qu’elle garde ». Pris dans ce sens, « estat » peut, quoique rarement, se rendre par status reipublicae. Il ne nomme en aucune façon l’Etat impersonnel ou souverain, conçu comme une entité en soi, distincte de la communauté des citoyens ou des sujets ; et ce n’est que très marginalement, à travers l’expression d’« habit et Estat royal, insigne regni », que l’état de monarque est évoqué25.

  • 26 1539-1549 Estienne, s.v. debvoir.
  • 27 1539-1549 Estienne, s.v. authorité, commander, pouvoir, puissance, seigneur. « Authorité » joue sur (...)
  • 28 1539-1549 Estienne, s.v. prince (« qui a le gouvernement d’un peuple en souveraineté »), souverain (...)
  • 29 1539-1549 Estienne, s.v. empire, gouvernement, magistrat, puissance.
  • 30 1539-1549 Estienne, s.v magistrat, obéissance, peuple ; s.v. représenter, la formulation « représen (...)
  • 31 1539-1549 Estienne, s.v. accord, commun, demander, entretenir, excellence, main.

16A l’intérieur de la république, il existe selon le Dictionaire un principe qui commande l’obéissance et permet de « contenir les citoyens en leur debvoir »26. Le lexique qui le nomme, s’articule autour de deux mots - « authorité » et « seigneurie »-, qui renvoient eux-mêmes à trois termes latins : auctoritas, imperium et potestas27. Il fait également une place à « souveraineté »28, ainsi qu’à une expression - « souveraine puissance »-, qui traduit summa potestas et summum imperium, voire simplement imperiun29 De cette prérogative suprême, le détenteur peut être un « magistrat », persona civitatis, à qui appartiennent ici la « jurisdiction et empire », et ailleurs l’« empire et souveraine puissance », à qui sont dus partout « obéissance et honneurs » et à qui enfin revient la charge « d’apporter la loy au peuple »30. Celui-ci n’est pas le « commun populaire, qui n’ha aucung savoir », mais plutôt la « communaulté du peuple », ou encore le « corps d’ung peuple vivant en démocratie ». Il dispose de revenus, approuve les lois, vit en liberté, possède une « excellence de dignité » qui est en français la traduction de majestas. Le Sénat enfin est son autre interlocuteur, avec lequel hélas il n’est « point bien d’accord »31.

  • 32 Voir par ex. 1539-1549 Estienne, s.v. curie, dix, magistrat, occire, peuple, etc.
  • 33 1539-1549 Estienne, s.v. edict (« fait par la bouche du prince ou magistrat »), ordonnance (« d’ung (...)
  • 34 1539-1549 Estienne, s.v. debvoir, excellence, prince.
  • 35 1539-1549 Estienne, s.v. abolition, cour, finance, France, homme, lieutenans.

17Magistrat, sénat, peuple : l’univers politique dans lequel le Dictionaire plonge son lecteur est évidemment celui de la république romaine, dont il explique fréquemment les institutions32. Pourtant, l’« estat populaire » n’est pas la seule référence d’Estienne. Le prince aussi figure dans son dictionnaire, où ses prérogatives sont à la fois celles du magistrat et celles du peuple33. Comme le premier, il possède la souveraine puissance, et comme le second, la majesté. Son autorité est donc supérieure, et sa dignité excellente. Le peuple, libre dans une démocratie, lui est ici sujet34. L’évocation du prince, enfin, s’accompagne souvent d’un changement de cadre qui transporte le lecteur de la Rome antique à la France monarchique : « lettres d’abolition comme fait le roy », lit-on quelque part, et ailleurs « court souveraine », « finances ordinaires », « finances extraordinaires », tandis que vir praefectorius se rend par « grand maistre en l’hostel d’ung roy », praeses par « lieutenant pour le roy en une province » et Gallia par France, tout simplement35.

  • 36 1539-1549 Estienne, s.v. païs.
  • 37 1539-1549 Estienne, s.v. authorité, espérance, roy (où l’on trouve aussi « prendre le nom et tiltre (...)
  • 38 1539-1549 Estienne, s.v. débouter, déposer, despouiller, faulte, honte, puissant.

18Le prince, s’il est roi, « possède » un « pais », ou regnum36. Mais il ne possède pas la république avec laquelle - comme d’ailleurs avec le « commun prouffit » - il ne semble entretenir que des relations très distantes. Si l’on parle de lui, c’est plutôt pour souligner son autorité, ou pour rappeler la fraîcheur, voire l’illégitimité de son origine : « reprendre son authorité de prince » voisine donc avec « concevoir espérance de pouvoir estre roy », avec « donner à quelqu’un, et confermer le tiltre de roy » ou, pire, avec « usurper et prendre le nom et tiltre de roy »37. Le prince du Dictionaire n’est donc pas le princeps senatus, ni un monarque héréditaire et légitime qu’accréditent les fastes répétés d’une ancienne dynastie, mais plutôt un prince nouveau, au reste présenté dans des termes qui souvent ne le flattent pas. Car si l’on rencontre une fois un roi « puissant et courageux», on tombe plus fréquemment sur des formules peu avantageuses pour les détenteurs de la couronne dont on évoque tantôt la « faulte », tantôt la « honte » et tantôt - et plus souvent - la chute38.

  • 39 1539-1549 Estienne, s.v. maison, métairie, modérer, puissant.
  • 40 1539-1549 Estienne, s.v. gouverner. Le gouvernement ne se confond pas avec la souveraineté, qui est (...)
  • 41 1539-1549 Estienne, s.v. estat, coustume, liberté (dont la définition est : « liberté et franchise (...)

19« Roy trop puissant », profère encore un exemple que l’édition de 1549 fait promptement disparaître. Le reproche qu’il trahit est en accord avec la conception du gouvernement qui filtre du Dictionaire. Gouverner, y est-il signalé, se dit de soi-même, d’une maison, voire d’une métairie, autant que des peuples et des nations39. Ce verbe surtout se tourne en latin sur un mode qui évoque moins la domination qu’une action régulatrice et modératrice : ce n’est pas imperare que donne Estienne, mais gubernare, habenas moliri, magistrate, moderare, vel moderari, regere, temperare40. Les « Estats du pais », en outre, ne sont pas oubliés, pas plus que « les loix et coustumes qui sont propres à ung chacun peuple », et encore moins la « liberté accoustumée » ou, pour mieux dire, la « liberté qu’on ha de ses ancestres, et en laquelle on a esté nourri ». Le monarque enfin est distingué du tyran, « mauvais et cruel roy » qui appelle très logiquement un « tyrannicide » dont on notera qu’il n’est pas celui qui veut tuer un tyran, mais celui « qui a tué ung tyrant »41.

  • 42 « Se maintenir, et faire le faict d’un tyrant, tyrannum praebere » (ibid.).
  • 43 1539-1549 Estienne, s.v. gloire, menée, condamner, raison, réputation.
  • 44 « République reiglée par bon ordre, respublica ratione et disciplina designata » (1539-1549 Estienn (...)
  • 45 1539-1549 Estienne, s.v. droict (« droict et raison, jus... la chose qui est de droict et de raison (...)
  • 46 Et avec lui paraît aussi le « debvoir » qu’impose à chacun « la commune société des hommes » (1539- (...)

20La politique d’un tyran consiste apparemment à « se maintenir », sans considération particulière pour la justice ou la morale42. Elle ne peut donc pas conduire à la gloire, qu’on « acquiert par bien faire », ni à la « bonne réputation », ou dignitas, qu’on obtient « par ses haults faicts, et pour s’estre bien et sagement maintenu ». Intrinsèquement mauvaise, elle rejette son auteur dans le camp des adversaires de la raison, de la loi, de la justice et du droit : il y retrouve l’homo pragmaticus, faiseur d’assemblées illicites, ou encore tels juges enclins à condamner les parties « par menées et par faction et par bandes ». Tous agissent contre la raison - qui pourtant « nous enseigne et quasi nous dicte ce que nous debvons faire »43 - et en lui désobéissant s’écartent du même coup de ce qui fait le principe même du politique. Car c’est sur la raison que reposent les bonnes constitutions44. C’est d’elle, c’est de la « raison naturelle », que vient la « loy commune entre les hommes..., jus gentium ». C’est en elle plus généralement que le droit, l’équité et la justice trouvent leur définition45. Ce droit, en outre, est aussi ancien que le genre humain. Jus naturale, il est une « loy et ordonnance descendant de nature ». Il naît avec le monde, matrice de toutes les républiques, qui n’est lui-même rien d’autre qu’« une ville de laquelle tous les hommes sont citoyens et bourgeois, et soubjects à certains droictz et loix communes entre eulx » : cum genere humane, est-il écrit, quasi civile jus intercedit46.

*
* *

  • 47 Entre royauté et tyrannie, la frontière est parfois assez mince dans les ouvrages d’Estienne : nimi (...)

21La raison comme source ; la république comme souci ; futilité commune pour fin ; la modération pour règle ; la division comme péril : tels sont quelques-uns des termes essentiels de la politique qui ressort de ce Dictionaire où la Rome antique côtoie l’histoire récente, X imperium la seigneurie, et le magistrat un prince nouveau, puissant, tyrannique parfois47, et peut-être déjà proche de sa chute. De cette conception entièrement laïque, où ni l’Eglise, ni le pape, ni le droit divin, ni les relations entre les deux glaives ne trouvent une place, Estienne ne fournit nulle part un exposé systématique. Mais il en laisse entrevoir, notamment dans le Thésaurus, les racines et les raisons.

  • 48 1549 Estienne, s.v. félonnie.
  • 49 J. Gaudemet, Institutions de l’antiquité, Paris, 1982, p. 330-331, 461.
  • 50 Thesaurus, s.v. jus : Estienne y utilise Gaïen, Papinien, Paul, Ulpien. Paul revient à l’art, potes (...)
  • 51 A cet égard, on notera la formule « faire la charge d’un roy, munia regis obire » (1539-1549 Estien (...)
  • 52 Sur ce point, voir R. Descimon, « La royauté française entre féodalité et sacerdoce. Roi seigneur o (...)
  • 53 Budé notamment, à qui Estienne est étroitement lié, tire des Pandectes des conclusions nettement fa (...)
  • 54 Sur cette influence, voir notamment J. Krynen, L’empire du roi. Idées et croyances politiques en Fr (...)

22Estienne rend parfois le latin classique dans un langage qui est celui de la féodalité : ainsi lorsque perfidia clientis devient « félonnie que le vassal commet contre son seigneur »48. « Seigneurie » relève de ce lexique. D’autres termes font partie du vocabulaire juridique romain auquel appartiennent potestas, imperium et auctoritas49. Le Corpus juris constitue d’ailleurs, par Thesaurus interposé, le contexte d’origine des définitions qu’Estienne donne du droit et, notamment, du jus gentium’50. Le prince du Dictionaire, dont l’autorité est « seigneurie » et la « souveraineté » summa imperii, s’inscrit dans cette double référence, féodale et romaine. Seigneur et plus encore magistrat51, il navigue sur des eaux qui ne sont point étrangères aux juristes français52. Mais l’autorité qu’il se voit reconnaître, est moins absolue que celle que nombre d’auteurs attribuent au roi, soit sur le fondement d’un commentaire direct du Corpus juris53, soit sous l’influence du droit canon54.

  • 55 Le Thesaurus, s.v. regnum, avait déjà offert à son lecteur une semblable définition (Regnum... Regi (...)
  • 56 Thesaurus, s.v. politicus.

23La lecture du Thesaurus montre que les canonistes sont absents des références juridiques d’Estienne, chez lequel le recours au droit romain ne s’accompagne donc d’aucune médiation cléricale. Il en va de même avec les théologiens, de sorte que le Dictionaire ne renvoie pas l’écho de la puissante élaboration dont la communitas et le regnum ont été l’objet à partir du XIIIe siècle. Regnum, par exemple, y traduit « pais que possède ung roy », et rien de plus55. Le prince, pour sa part, semble peu mobilisé par le bien de la communauté politique. « Politique », enfin, n’apparaît pas dans la nomenclature, tandis que politicus, terme central de la philosophie politique des scolastiques, ne donne lieu dans le Thesaurus qu’à une brève définition - quod est civile - accompagnée de deux citations de Cicéron56.

  • 57 M. Viroli, From Politics to Reason of State : The Acquisition and Transformation of the Language of (...)
  • 58 B. Bradshaw, « Transalpine Humanism », dans The Cambridge History of Political Thought, 1450-1700, (...)
  • 59 Q. Skinner, The Foundations of Modern Political Thought, Cambridge, 1978, 1, p. 222-223.
  • 60 Il le cite d’ailleurs dans le Thesaurus, s.v. oeconomica.
  • 61 Thesaurus, s.v. polis.
  • 62 Et non la république elle-même, comme le font Bruni et les aristotéliciens de la fin du moyen-âge, (...)
  • 63 Plusieurs exemples du Dictionaire, s.v. constituer, débouter, espérance, roy, proviennent de Tite L (...)

24Quod est civile : les termes dans lesquels Estienne décline le politique, sont souvent ceux des humanistes qui, comme lui, rendent politicum par civile57, placent la république au centre de leurs méditations58, s’inquiètent des risques que les intérêts particuliers lui font courir59 et la pensent en faisant appel, à la fois, à Aristote et aux auteurs latins. Au philosophe grec, le lexicographe emprunte la tripartition entre l’éthique, l’économique et la politique dont les divers emplois de gouverner sont l’expression60. Il lui reprend aussi polis - tout en notant dans le Thesaurus que ce mot latine dicitur civitas et urbs61 -, et plus encore politia et « police » en qui il voit, comme on l’a noté, la forme prise par la république62. Estienne a par ailleurs trouvé chez Tite Live des exemples qui concernent les rois et souvent les desservent63. Mais c’est chez Cicéron qu’il a puisé quelques-unes de ses références politiques essentielles.

  • 64 J’ai relevé au cours de mes dépouillements 36 exemples contenant le mot république - ou respublica (...)
  • 65 Thesaurus, s.v. mundus (Estienne y cite Fin. 3, 64 : mundum autem censent... esse quasi communem ur (...)
  • 66 Thesaurus, s.v. ratio (Estienne y cite Off. 1, 101 : duplex est enim vis animorum atque naturae. Un (...)
  • 67 Quae jubet ea quae facienda sunt, prohibetque contraria (Thesaurus, s.v. lex ; la citation est tiré (...)
  • 68 Thesaurus, s.v. justifia (la citation est tirée de Fin. 5, 65).
  • 69 Thesaurus, s.v. magistratus (où Estienne propose le texte suivant, adapté de Leg. 3, 2 : magistratu (...)
  • 70 Thesaurus, s.v. regere.
  • 71 Le texte de Rep. 1, 39 est coetus multitudinis juris consensu et utilitatis communione sociatus.
  • 72 Thesaurus, s.v. dignitas, gloria, propugnatio, reddere, repraesentari.

25Sur la place revenant à Cicéron dans les articles politiques des dictionnaires d’Estienne, la lecture du Thesaurus est plutôt éclairante. La république, le dévouement qu’elle commande, les avanies qu’elle essuie, sont évoqués à travers des exemples qui sont extraits dans leur très grande majorité des œuvres de l’orateur latin64. Celui-ci est encore mis à contribution pour traiter du monde - communis urbs et civitas hominum et deorun65-, de la raison - docet quid faciendum fugiendumve sit66-, de la loi - ratio summa insita in naturel67 -, de la justice - affectus animi suum cuique tribuen68 - ou du magistrat - lex loquens, persona civitati69. Regere - qui signifie gubernare, quasi rem populi agere - appelle pour sa part regere et moderari, Cic. in Somnio, Animus qui régit et moderatur corpus. Regere, gubernare, moderari, Cic., in Parti70. Le peuple, quant à lui, reçoit sous populus un traitement qui renvoie l’écho - déformé il est vrai - de la République : populus, multitude hominum, juris consensu et concordi communione sodata71. Cette définition met délibérément l’accent sur un thème cicéronien, au reste absent du passage dont Estienne s’est inspiré : la concorde. Et c’est toujours Cicéron qui fournit des exemples où sont illustrés la nature morale de la gloire et de la dignité, la défense de la liberté ou le sacrifice suprême fait de soi-même à la patrie72.

  • 73 Tandis que, par ailleurs, Estienne n’est pas parfaitement constant d’un ouvrage à un autre. Si, dan (...)
  • 74 Outre Tite Live, Suétone (Thesaurus, s.v. deponeré), Pline (ibid., s.v. exuere), etc.
  • 75 On notera qu’à l’art, rex, le Thesaurus propose une série d’exemples adaptés de Cicéron qui à l’exc (...)

26La politique distillée par le Dictionaire ne présente donc pas une parfaite unité73. Les termes dans lesquels la nature prince y est expliquée, ne sont pas empruntés à Aristote ou à Cicéron, mais tantôt au langage féodal et au lexique du droit romain, et tantôt à quelques autres monuments de la littérature latine74 : les uns élèvent le monarque, les autres le déconsidèrent75, tous contribuent à constituer autour de sa personne un discours non seulement composite, mais aussi détaché de celui qui, fondé sur d’autres sources, fédère un grand nombre d’articles, de définitions et d’exemples politiques. Aristotélicien et surtout cicéronien, ce second discours est sans doute le plus important. Plus que la monarchie, il embrasse la lauta civitas, « cité bien policée, et civile, où il fart bon estre », fondée sur la loi, maintenue par la concorde, menacée par les partis, détruite enfin par la division qui la transforme, comme cela fut jadis le cas de la République romaine, en une respublica aegra. C’est à lui, en fait, qu’il faut rapporter les articles relatifs aux désordres publics.

*
* *

  • 76 Rep. 6, 1.
  • 77 J. Hellegouarc’h, Le vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la république, P (...)

27La sédition est chez Cicéron dissensio civium, quod seorsum eunt alii ad alios76. Quant à la conjuration, le philosophe y voit, a-t-on écrit, « l’opposé de l’amicitia ou, plus exactement... l’amicitia entre les méchants »77. L’une et l’autre rompent la concorde et, au-delà, mettent en péril une république dont la stabilité requiert le consensus bonorum et dont la survie est peu compatible avec la division née des factions. Ouvrons maintenant le Dictionaire·. la sédition y passe, comme on l’a noté, pour une « dissension » survenant « entre les citoyens mesmes, ou ceux d’un mesme pays », ce qui renvoie fidèlement l’écho de la définition cicéronienne ; la conjuration, la conspiration et le complot y sont présentés comme autant de liens d’alliance ou d’intelligence unissant entre elles des personnes mal intentionnées. L’« amitié entre les méchants » est, en quelque sorte, ce qui les rapproche. Elle est aussi ce qui les relie aux prémisses cicéroniennes qui informent un si grand nombre des articles donnés par Estienne. Comment s’étonner, dès lors, que le lexicographe ait développé l’exemple damnari nomine conjurationis en « estre condamné pour avoir conjuré et conspiré contre la République », et non point en « estre condamné pour avoir conjuré et conspiré contre le prince » ?

  • 78 On trouve en effet senatus cum populo Romano conspiravit (Phil, 11, 2) et contra sceleratissimam co (...)
  • 79 S.v. conjurâti, conjure, conjuratio, conspiro, conspiratio.
  • 80 Voir notamment s.v. conjurati les exemples ego quanta manus est conjuratorum, quam videtis esse per (...)
  • 81 Ainsi sous conspiro : conspirate nobiscum, consentite cum bonis, communem rempublicam communi studi (...)
  • 82 Une minorité d’exemples ne rentrent pas dans cette perspective, notamment trois citations extraites (...)
  • 83 De la Politique en effet (et notamment du chap. 10 du livre V), Estienne aurait pu extraire maints (...)
  • 84 Ce qui n’est pas très surprenant puisqu’Aristote dans le livre V de la Politique ne traite pas les (...)
  • 85 Voir les ex. « faire complot pour accuser aucung à tort » et « faire complot pour tenir quelqu’ung (...)

28Replacés dans leur environnement, les articles conjuration, conspiration et complot se configurent comme autant de textes signalant des atteintes à la concorde et, par conséquent, des agressions dirigées contre l’ordre de la République. Dès lors, ils acquièrent une dimension politique qu’une lecture isolée ne permettait guère de faire ressortir et que l’on retrouve d’ailleurs, pour les deux premiers de ces mots, dans le Dictionarium latinogallicum et dans le Thesaurus. Sous conjure, le premier offre l’exemple contra populum romanum conjuravit. Il contient aussi plusieurs citations de Cicéron qui, soit en bien, soit en mal, mettent la conspiration en rapport avec les affaires de la république78. Le Thesauru 79 aligne pour sa part vingt-et-un exemples dont les deux tiers sont tirés ou adaptés des œuvres de Cicéron. Certains ont trait à la conjuration de Catilina80. Plusieurs autres, qui illustrent l’acception méliorée de conspiro et de conspiratio, renvoient l’écho de l’aspiration à la concorde qui constitue un trait important de la politique cicéronienne81. La plupart d’entre eux enfin procèdent d’une conception selon laquelle le consensus bonorum est le souverain bien82, de sorte qu’on peut, pour conclure, considérer que dans les œuvres lexicographiques d’Estienne et notamment dans la plus brève et la plus elliptique d’entre elles - le Dictionaire - conjuration et conspiration, conjuratio et conspiratio prennent leur sens par rapport à une conception communautaire de la politique, selon laquelle le péril principal n’est pas l’insubordination, mais la division de la république sous l’effet des passions et des factions. La conjuration est, du même coup, détachée de la lèse-majesté. Elle l’est aussi, quoique de façon plus surprenante, du tyrannicide83. Elle est encore placée sur un plan voisin de celui de la sédition84. Complot, enfin, décline la faction et la division sur le registre particulier de la justice où l’on accuse à tort et où l’on fomente insidieusement des procès85. Son traitement est en définitive plus politique qu’il n’y paraît et se joue, comme pour conjuration et conspiration, sur le mode des rivalités intestines qui causent la perte de 1’aegra respublica. Cette orientation se retrouve, quoiqu’en partie seulement, dans les œuvres du père Monet.

II

  • 86 1635-1642 Monet, s.v. gloire, honneste, intérest, parti, utilité.

29« Bons » et « méchans », boni, probi et improbi reviennent à plusieurs reprises sous la plume de Philibert Monet lorsqu’il traite de la conjuration, de la conspiration et du complot : ces mots lui servent tantôt à valoriser les victimes, et tantôt au contraire à accabler les auteurs des entreprises secrètes ; tous aident le lecteur à se former un jugement dont on doute qu’il puisse être favorable ; leur emploi enfin procède d’un souci d’instruction morale dont l’Invantaire ou le Parallèle portent ailleurs la trace. A l’article intérêt, le jésuite condamne l’usure, qui n’est que « pur gain ». Il critique plus loin celui qui est « du tout porté à l’utilité, du tout point à l’honneur ». « Rien », explique-t-il après Cicéron, « ne peut être profitable, s’il n’est honneste, et équitable ». La gloire, par exemple, ne naît ni de l’injustice, ni de la force : elle « suit la vertu, comme l’ombre suit le cors ». Aussi de deux partis doit-on toujours choisir le « plus honneste », sans considérer s’il est aussi, par chance, le « plus puissant »86.

  • 87 1635-1642 Monet, s.v. politique, politiquement. Sur l’opposition entre politique et « arte dello st (...)

30Le traitement de l’adjectif « politique » et de l’adverbe « politiquement » ne rompt aucunement avec ces vertueuses déclarations. Des deux acceptions qu’il met en regard, l’une vise l’« homme politique... s’accommodant à toutes occasions » : à cet omnium temporum homo, cuivis scenae ac tempori serviens, le père Monet, nullement machiavéliste, ne réserve pas ses faveurs. Il lui préfère celui qu en son sens premier, « politique » désigne et recommande : cet autre « homme politique » est « bien versé au fait de la police ». Il maîtrise la ratio politica des aristotéliciens, qui est aussi la civilis disciplina des humanistes et sert de fondement aux « lois politiques », politica instituta. Il agit « politiquement » ou, si l’on préfère, « selon les règles de police », pro instituti, ac moris politici ratione, normaque. Sciens et intelligens, il a de son côté la raison et la loi, vrais fondements d’une politique qui ne semble aucunement se confondre avec l’« arte dello stato »87.

  • 88 1635-1642 Monet, s.v. communauté, police, public, république. Dans 1635 Monet, s.v. citadin, la déf (...)

31« Police » est le substantif d’où politique procède. Suivant Aristote, Monet lui reconnaît le sens d’« ordre » ou, plus précisément, de « règlemant de l’état d’une communauté » ; il lui donne pour traduction politia et la décline, comme l’adjectif auquel elle sert de racine, sur le double registre du politicum et du civile. « Communauté » pour sa part est un terme affectionné des thomistes. Rendu soit par respublica, soit par civitas - que Monet définit d’après Cicéron-, il appelle bonum commune, dont le grammairien fait effectivement usage pour tourner en latin « bien public ». « Indépendante d’autre que de soi », cette communauté mérite le nom de « république », que le jésuite réserve donc à la seule communitas perfecta. Limitée à une ville ou étendue à tout un peuple, elle est, dans l’Invantaire comme dans le Parallèle, le sujet même de l’ordre politique88.

  • 89 J.P. Canning, « Law, sovereignty and corporation theory », dans The Cambridge Flistory of Medieval (...)
  • 90 1635-1642 Monet, s.v. communauté, cors, gouverner (« gouverner les afaires de la communauté, du pub (...)

32La communauté possède un « cors » - le peuple - et une « âme » - sa police-, qui est aussi son principe vital. Considérée dans son entier, elle est une universitas, tandis que « cors » à son tour signifie « communauté, université ». Ce lexique corporatif réapparaît chez Monet à propos du roi, de la cour, de la noblesse ou de l’Eglise. Le grammairien, pour autant, ne semble pas reprendre l’idée - centrale dans les théories corporatives jadis élaborées par les canonistes - selon laquelle les universitates sont des entités abstraites et perpétuelles, distinctes des individus qui les composent89. A son avis, un corps n’est rien d’autre qu’une « université de personnes habitans même pais, ou même ville » : il n’est pas, semble-t-il, une persona ficta. De même « public », dont le jésuite fait parfois un synonyme de communauté, se donne simplement pour « commun », tandis que 1 « intérêt du public » réside dans celui des particuliers, res privatorun90.

  • 91 1635-1642 Monet, s.v. loi (« Etats de la république »), prince, puissance, république (« communauté (...)

33Dans les dictionnaires de Monet, l’autorité peut être exercée par une « communauté populaire », par une « domination des grands », par les « Etats de la république » ou encore par le prince, détenteur de la potestas. Celui-ci est « vassal » ou, à l’inverse, « souverain ». Roi, il règne regio jure, ac dominatu. Plus généralement, la puissance, quel que soit l’angle sous laquelle on la considère, est « seigneurie ». Ces emprunts au registre féodal, dont le grammairien fait ailleurs grand usage, sont toutefois moins déterminants que le lexique d’origine romaine dans lequel civilistes et canonistes puisent depuis des siècles le vocabulaire de leurs raisonnements : la royauté est avant tout une « dignité » et la « puissance souveraine », orgueil suprême des princes et des rois, est summum jus, summum imperium ou summa potestas91.

  • 92 1635-1642 Monet, s.v. absolu, loi, ordonnance, régler, souverain. L’art, puissance met l’accent sur (...)

34« Absolu » ou « souverain », le prince « indépendant de supériorité humaine » est seul maître « an ses terres, et états ». Sa souveraineté n’est pas de fait, mais de droit, sans toutefois que cet optimum jus s’identifie aucunement avec une forme quelconque de droit divin. Législative autant que judiciaire, elle fonde une loi qui se comprend comme une « ordonnance », c’est-à-dire comme un « commandement », un « ordre » et une « jussion ». Effet de la volonté humaine, cette loi gagne bien sûr à être juste ; mais elle n’est pas nécessairement conforme aux préceptes de la nature, car celle-ci, observe le père Monet, ne « règle nos actions » qu’autant que « nous la voulons suivre ». Aussi le « juste » ne se définit pas seulement comme ce qui est « équitable » : il embrasse aussi, de façon plus contingente, ce qui est « selon la loi »92.

  • 93 1635-1642 Monet, s.v. administrer, administration, baillie, crédit, gouvernemant, gouverner, intand (...)

35« Indépendant d’autrui », le souverain vit retiré dans ses secrets, principis arcana, qu’il ne découvre qu’« à deus ou trois des courtisans ». Aux autres, il reste à admirer revérencieusement le monarque, car sa royauté est celsitudo, festigium, culmen, et emporte avec elle la « majesté » ou « grandeur Roiale », somme du « pouvoir » du prince et du « crédit » ou auctoritas qui fonde son ascendant sur ses sujets. Cette grandeur exalte le prince ; elle ne lui crée pas, en revanche, l’obligation de traiter par lui-même toutes les affaires du « gouvernemant ». Car celui-ci est curatio ou procurano : il relève de l’« administration » ou de l’« intandance », qui n’appartient pas au roi, mais à ceux qui ont « charge avec autorité, et supériorité sur les officiers », tel le magistrat qui au mieux est major potestas, mais jamais ne semble posséder la potestas summa93.

  • 94 1635-1642 Monet, s.v. coutume, liberté, noblesse, obéissance, pair, tyran. Sous coutume, Monet écri (...)

36Le prince certes n’est point un tyran, car il n’exerce pas une pure « domination », de surcroît cruelle et violente. Mais sa souveraineté paraît sans partage. Là où ils existent, les « pairs » lui sont subordonnés. La noblesse vit tout entière à sa cour. Les droits du peuple, qui fondent la coutume, sont peu à peu occultés. La liberté enfin dont tous et chacun pourraient se prévaloir, reste pour Monet un objet de méfiance : d’« honnête franchise à dire, ou faire », elle devient vite, au fil des acceptions que le lexicographe lui reconnaît, « témérité à faire, ou dire » et, pis encore, « liçance effrénée »94.

  • 95 Sur l’évolution du mot état au XVIe siècle, voir les récentes analyses de C. Lazzeri, « Introductio (...)
  • 96 1635-1642 Monet, s.v. état, geans, loi, police. Monet reconnaît toutefois l’existence de dépenses d (...)

37Entre le prince et la communauté, la loi crée un lien essentiel. Le souverain la lui donne ; elle en constitue la police qui se rend en latin par instituta et leges publici status. L’Etat aussi unit ces deux pôles de la politique. Il est d’abord la « souveraineté », définie non plus comme un principe juridique, mais comme la « terre et jurisdiction » sur laquelle ce principe s’exerce. Cet Etat du prince prend la forme territoriale d’un « ampire », d’un « roiaume » ou d’une « principauté ». Il peut être découpé en « provinces » ou en « gouvernemans ». Ses forces enfin se mesurent et il est possible d’écrire, par exemple, que « l’Etat de France ét riche et puissant ». L’Etat, cependant, n’est pas seulement territoire et juridiction. Il est aussi « l’estre de l’Etat, l’état de l’Etat », soit à la fois son intrinsèque complexion et sa condition actuelle. Comme tel, il se rend par des expressions dont certaines - imperii status, ditionis status - renvoient au prince tandis que d’autres - publicae rei status, regni status, regni res universa, publica res universa - évoquent plutôt la communauté. Aussi l’Etat - et avec lui les « matières d’Etat », « Conseil d’Etat », « conseillers » et autres « secrétaires d’Etat » - tient à la fois du commun et du souverain. Status publicus, il émerge, chez Monet comme avant lui chez tels auteurs politiques, de la coalescence du status regis et du status regni95. Mais il n’acquiert pas un intérêt propre, distinct de celui du monarque ou de la communauté : dans l’Invantaire comme dans le Parallèle, les « intérests du Prince, et du Public » sont les seuls dont nous ayons trouvé mention96.

*
* *

  • 97 Dans l’Invantaire comme dans le Parallèle, les art. clémance, courage, foi, libéralité, magnanimité (...)

38Le père Monet n’est pas un philosophe, ni un juriste, mais un homme d’église et un grammairien dont la grande et vaine ambition fut de faire triompher une réforme de l’orthographe. Lorsqu’il aborde la politique, ses articles sont souvent brefs. Ils restent muets sur des questions aussi essentielles que les origines de l’autorité civile, les vertus du prince, les relations entre les deux glaives ou le droit de résistance des sujets97. Enfin la nomenclature de l’Invantaire et du Parallèle ignore la monarchie comme la démocratie, et l’oligarchie comme l’aristocratie. Aussi la politique que ces deux dictionnaires laissent transparaître, est non seulement éclatée, mais aussi incomplète, et peut difficilement se réduire à un système complet.

  • 98 J. Passerai, Orationes et praefationes, Paris, 1606. Cet ouvrage, où le professeur et coauteur de l (...)
  • 99 Des citations tirées de Cicéron et de Tite Live se trouvent notamment s.v. citadin (Cic., Rep. 6, 1 (...)

39De surcroît, les sources des articles rédigés par Monet n’apparaissent pas immédiatement. Le jésuite ne les cite avec constance que dans le seul cas des « Pass., Or », c’est à dire des Orationes et praefationes de Jean Passerat, poète et professeur d’éloquence latine au Collège de France, dont il semble au demeurant avoir épousé les choix lexicaux plutôt que les préférences politiques98. Il lui arrive aussi d’indiquer que tel passage est extrait de Cicéron, et tel autre tiré de Tite Live, mais des précisions de cette nature sont plutôt exceptionnelles, de sorte que beaucoup d’exemples restent sans signature. Nombre d’entre eux, d’ailleurs, ne sont probablement pas des citations, mais des phrases forgées par le lexicographe, soit de toutes pièces, soit à partir de réminiscences99.

  • 100 1635-1642 Monet, s.v. nature.
  • 101 Sur cette évolution vers une conception législative de la souveraineté, voir W.F. Church, Constitut (...)
  • 102 1635-1642 Monet, s.v. providance.
  • 103 Voir par ex. C. Scribani, Politico-christianus, Lyon 1625.
  • 104 On s’est reporté à F. Suarez, De legibus ac deo legislatore, Lyon 1613 et à A. Contzen, Politicorum (...)

40Ces deux difficultés n’aident pas à porter sur les articles politiques rédigés par le père Monet un jugement d’ensemble. Le jésuite connaît Aristote, « grand rechercheur des secrets de la nature »100. Il cite et paraphrase Cicéron. Il est très au fait du langage féodal, mais s’en sert peu lorsqu’il s’agit du prince, ou de la communauté. Il manie volontiers le lexique des deux droits, sans pour autant entrer à plein dans la théorie des corporations. Comme certains auteurs récents, dont Bodin, il marque fortement les droits du prince, met l’accent sur le caractère volontaire de la loi, et présente la souveraineté comme une prérogative essentiellement législative à laquelle il attache l’Etat101. Mais il n’est pas étatiste, comme pourrait l’être Rohan, et il est encore moins machiavéliste. Averti que « la providance de Dieu s’étand sur toutes choses, et futures, et présantes »102, il ne fait pas pour autant du droit divin le rempart des trônes, ni des vertus chrétiennes la matière de maximes détachées sur l’exercice de la souveraineté. Aussi ses dictionnaires ne renvoient nullement l’écho des ouvrages dans lesquels d’autres membres de sa compagnie traitent en détail des vertus du prince chrétien103. Ils sont, en fait, plus en harmonie avec les traités de théologie morale où des pères jésuites, parfois célèbres comme Suarez, parfois notables comme Contzen, combinent la communitas perfecta et le bonum commune avec un prince dont l’origine immédiate est humaine, dont la potestas est exaltée et dont la loi est avant tout un acte de volonté104.

  • 105 Voir par ex 1635-1642 Monet, s.v. conseil, domaine, édit, enregistrer, finance, geans, office, pair (...)
  • 106 Voir par ex. 1635-1642 Monet, s.v. géant, province, théâtre, etc.

41De telles lectures guident peut-être Monet quand il traite de la politique in abstracto, indépendamment de sa réalisation concrète dans les divers royaumes et Etats de la Chrétienté. Lorsqu’il se place sur ce second plan, le jésuite joue sur d’autres registres. Souvent minutieuse, sa description des rouages de la monarchie des Bourbons se nourrit du lexique des institutions et du droit français105. Non moins détaillés, ses articles sur l’ancienne Rome sont portés par un discours érudit qui puise inévitablement ses références dernières dans les monuments de l’antiquité106. L’Invantaire et le Parallèle y gagnent en substance, et leur texte en complexité.

42Les dictionnaires du père Monet forment en définitive des ensembles composites, où la politique mobilise, juxtapose et parfois emmêle des lexiques et des codes multiples. Trois d’entre eux au moins se détachent : celui de la théologie politique des pères jésuites, qui véhicule avec elle une gamme d’autorités allant de l’Ecriture sainte à Aristote, à Cicéron, à saint Thomas d’Aquin, aux Commentateurs et aux auteurs modernes ; celui du droit public français, qui joue ici un rôle infiniment plus important que le droit féodal, mais circonscrit à des articles d’actualité ; celui enfin des grands textes historiques et moraux de l’antiquité romaine qui, Cicéron en tête, informent aussi bien les notices les plus érudites que les aphorismes distillés par le père Monet pour l’instruction des collégiens. Dans ce système complexe, les articles relatifs à cabale, complot, conjuration et conspiration occupent une place qu’il faut maintenant dégager.

*
* *

  • 107 1635-1642 Monet, s.v. mutiner, rebeller, révolter, soulever.

43Dans l’Invantaire et dans le Parallèle, les désordres publics sont autant de défis lancés à l’autorité suprême. Se rebeller : armis adversus principem insurgere. Se révolter : rebellare, imperium principis recusare. Se mutiner : « se révolter par mutinerie ». Se soulever : « se mutiner contre les supérieurs ». De ces actes de désobéissance, les auteurs collectifs sont une « province », des « montagnards », une « populace mutine » ou encore un « peuple coutumier à se rebeller ». Ces foules se dressent parfois d’elles-mêmes. Elles réagissent aussi aux « fautes des officiers », ainsi qu’aux discours spécieux de ceux qui complotent une mutinerie ou qui, « pour un néant », provoquent un soulèvement107. Ces imprudents enfin ne suscitent pas seulement des révoltes ou des rébellions. Ils sèment aussi la division au sein de la communauté.

  • 108 1635-1642 Monet, s.v. émeute, émotion, esmouvoir, remuement, résister, révolution, sédition, subver (...)

44Le « tumulte antre citoiens désunis » est l’autre face des agitations populaires. Tumulte est l’« émeute ». Tumulte aussi est l’« émotion ». Tumultes encore sont les « troubles ». Tumulte enfin est la « sédition » qui, au demeurant, se donne également pour un « trouble » ou pour une « émeute ». Ces accidents perturbent le repos dans lequel la bonne police entretient l’Etat. Ils commencent avec le « branle » qui naît de l’émotion. Ils passent par des « remuements ». Ils s’accompagnent d’un « grand bruit, et tintamarre ». Ils débouchent sur la « confusion ». De ces dérangements subits, le prince n’est pas la cible. La victime en est le public. Les troubles en effet agitent la communauté : ils sont publicae rei tumultuosa perturbano ou, si l’on préfère, publici status turbolenta ratio. Les séditions causent plus de dégâts encore : leurs auteurs sont « annemis du bien commun », elles-mêmes « subvertissent la communauté », et préparent donc une « révolution d’Etat », publicae rei commutano. Chez Monet comme chez Estienne, leur logique est celle d’une discorde civile désastreuse pour le corps politique tout entier108.

  • 109 1635-1642 Monet, s.v. bande, faction, ligueur, menée ; 1635 Monet, s.v. sédition.

45La faction est parfois à l’origine de ces redoutables bouleversements. « Parti » ou « secte à part », elle est proche de la ligue et rassemble, sinon toujours, du moins souvent, ceux qui se retranchent de la communauté pour servir d’inavouables desseins. Ces factieux forment des « bandes ». Ils dressent des « menées ». Minorité, ils remuent les masses et déclenchent la sédition qui, préparée par des « factions de séditieus », jette dans la rue des « peuples factieux »109.

  • 110 1635-1642 Monet, s.v. cabale, complot, conjurer, conjurés, conspiration, conspirer, dominer, mescha (...)

46A cette logique de la faction, cabale, complot et conjuration ne sont nullement étrangers. La cabale, considérée comme la « bande des comploteurs, des ligués », est coeüntium factio. Le complot est factiosorum conjuratio. Les conjurés forment la conjuratorum factio. Ils portent parfois atteinte à la communauté, respublica, tandis que ceux qui conspirent au bien public s’unissent in tuenda republica. Cette dernière conspiration est de l’ordre du consensus. Elle fait éclater la vertu. Elle réunit les « bons », auxquels il est vrai les « médians » acceptent parfois de se joindre. Ces mêmes méchants peuvent se retrouver dans un complot, improborum conspiratio. S’ils conjurent, c’est in bonorum perniciem. Cela, au reste, leur arrive souvent : improbi in probos conspirant saepenumero. Ce sont, observe Monet, des flagitiosi et des scelerati. Leurs entreprises sont donc, elles aussi, flagitosae et sceleratae. Il faut croire qu’il leur arrive de réussir puisque, comme le constate mélancoliquement le grammairien, « les médians dominent souvant sur les bons »110.

  • 111 J. Hellegouarc’h, Le vocabulaire latin..., p. 44, 484 sq.

47Respublica, factio, boni et improbi sont ainsi au cœur du vocabulaire dont Monet se sert pour traiter cabale, complot, conjuration et conspiration. Ce lexique ne marque pas une véritable rupture avec celui dont le grammairien fait usage pour aborder la sédition. Il est, par ailleurs, en harmonie avec le registre sur lequel les historiens et les orateurs de la République romaine décrivent les divisions publiques. Inter bonos amicitia, inter malos factio, écrit Salluste. Plus généralement, boni désigne dans le langage des auteurs républicains, et notamment dans les textes de Cicéron, l’élite sociale, morale et politique où se retrouvent ceux qui, dotés des plus excellentes vertus, servent indéfectiblement la république, aspirent passionément à la concorde, et entrent malgré eux dans des luttes partisanes contre les improbi111.

  • 112 J. Baricave, La défense de la monarchie françoise, Toulouse, 1614, p. 712 sq ; A. Contzen, Politico (...)

48De même que la politique du père Monet s’articule autour de ces deux pôles que sont le souverain et la communauté, de même son explication des désordres met en jeu l’insubordination, dont le prince est la cible, et la division, dont le public pâtit. La révolte, la rébellion et le soulèvement convoquent le registre de l’imperium. La sédition et la faction se configurent plutôt comme des négations de la concorde civile. Dans leur voisinage, la conjuration, la conspiration, le complot et la cabale prennent leur sens à l’intérieur d’un langage auquel Monet fait par ailleurs fréquemment appel pour définir des notions de la philosophie civile, pour énoncer des vérités morales ou pour fixer des points d’érudition : celui des auteurs latins du dernier siècle avant notre ère, au premier rang desquels Cicéron. Ainsi ces entreprises acquièrent une épaisseur politique, à l’intérieur d’une perspective d’ensemble qui reste, en ce qui les concerne, plus communautaire que monarchique. De ce point de vue, Monet reste loin d’un théologien comme Baricave, pour qui les conjurations sont proches de la rébellion, intéressent au premier chef le prince, et « sont brassées contre luy ou son Estat » ; il est à l’inverse plus proche de son confrère le père Contzen, qui traite la conjuration avec la sédition, voit dans celle-ci une secessio, et ouvre la série de ses exemples par l’histoire romaine112.

*
* *

  • 113 Grassatores conspirant in peregrinantium necem, écrit par ex. Monet à l’art, conspirer.

49Rédigés à une centaine d’années de distance, les dictionnaires d’Estienne et de Monet placent conjuration, conspiration, complot et, dans le cas du père jésuite, cabale, sur un plan qui n’est pas celui de l’insubordination, mais celui de la division. Tramées par des particuliers, ces entreprises tantôt mettent en péril l’être même de l’Etat, tantôt investissent le domaine toujours ambigu de la justice, tantôt enfin n’impliquent que des intérêts subalternes et privés113. Quoi qu’il en soit, elles portent toujours atteinte à l’intérêt public - qui comprend celui des particuliers-, rompent par leur existence même l’harmonie de la respublica et prennent de ce seul fait une dimension politique, du moins à l’intérieur d’une conception - celle d’Estienne et de Monet - suivant laquelle la respublica est le lieu du politique, l’unité le plus grand des biens, la discorde le plus grand des maux, et les factions le plus fatal des dangers.

  • 114 Voir IIe partie, chap. I.

50Les textes qui expriment le sentiment de ces deux grammairiens ne doivent pas être lus à l’envers. Si ni l’un, ni l’autre ne distingue les conjurations, conspirations, cabales et complots dirigées contre la République de celles qui sont ourdies contre des particuliers, ce n’est pas parce que tous deux se font une conception essentiellement apolitique de ces entreprises ; c’est à l’inverse parce que toutes ces entreprises - même tramées contre des personnes privées - sont politiques, et le sont en cela seulement que, nées de la discorde, elles brisent - fût-ce en l’un de ses angles les plus obscurs - l’unité de la république. Cette politique s’exprime aisément dans des termes empruntés, au moins en partie, à Cicéron. Centrée sur la communauté, elle pense les conjurations, conspirations, cabales et complots par rapport à une valeur suprême - la concorde - et non par rapport à un pouvoir suprême - celui du prince. Essentielle chez Estienne, encore fort influente chez Monet, elle va bientôt disparaître des dictionnaires, de sorte qu’à la fin du XVIIe siècle, ceux de l’Académie, de Richelet et de Furetière délivreront un tout autre message. Les entreprises secrètes n’y feront pas l’objet d’une politisation, comme on a cru pouvoir l’écrire dans un premier temps114, mais se trouveront partagées entre des destins bien divergents : conjuration et conspiration seront confisqués par le prince et l’Etat, et mis au service de politiques largement étrangères à la notion de communauté ; cabale et surtout complot seront abandonnés aux particuliers, mais à des particuliers qui ne forment plus une communauté et, encore moins, une communauté politique.

Notes

1 On rejoint ici une préoccupation exprimée avec force par John Pocock lorqu’il écrit : It seems a prior necessity to establish the language or languages in which some passages of political discourse was being conducted » (J.G. Pocock, « Introduction. The State of the Art », dans Virtue, Commerce and History. Essays on Political Thought and History, chiefly in the Eighteenth Century, Cambridge, 1985, p. 7). Les registres auxquels on s’intéressera ici seront de nature politique, juridique, etc. Ils ne doivent pas être confondus avec le métalangage lexicographique, sur lequel on consultera J. Rey-Delbove, Le métalangage. Etude linguistique du discours sur le langage, Paris, 1978 et, pour les dictionnaires anciens, id., « Le métalangage dans les dictionnaires du XVIIe siècle (Richelet, Furetière, Académie) », dans La lexicographie française du XVIe au XVIIIe siècle, éd. M. Höfler, Wolfenbüttel, 1982, p. 121-136.

2 Dont on utilisera les deux premières éditions, publiées l’une et l’autre du vivant et sous la direction du célèbre humaniste.

3 Voir p. 144.

4 1539 Estienne, s.v. conjurer, conjuration. R. Estienne, Dictionarium latinogallicum, Paris, 1538, s.v. conjuro. Id., Dictionarium, seu linguae latinae thesaurus, Paris, 1536 (cité ciaprès Thesaurus), s.v. conjuro. N. Peroni, Cornucopiae, seu latinae linguae commentarii locupletissimi, Bâle, 1532, s.v. conjuro (Perotti admet aussi un sens in bonam partem). Sur l’utilisation des lexiques latins par Estienne, voir E. Brandon, Robert Estienne et le dictionnaire français au XVIe siècle, Genève, 1967, p. 26-27, 42.

5 Dictionarium latinogallicum, s.v. conjurati, damno. Cic., Ven. 5, 11 et 14, donne homines sceleris conjurationisque damnati et servorum sceleris conjurationisque damnatorum.

6 1539-1549 Estienne, s.v. conjuration. Dictionarium latinogallicum, s.v. vocare. G. Budé, Forensia, Paris, 1548, p. 33 (de l’Index gallico latinum). Cic., Ven. 6, 10, Mil. 65.

7 Dictionarium latinogallicum, s.v. conjuro, conjuratio, conjurati ; Thesaurus, s.v. conjuro, conjuratio et ibid, praetermissa, s.v. conjurati. Balbi donne : conjurare, id est simul jurare ; Calepin écrit : conjuro... quasi contra juro : frequenter in malum dicitur (G. Balbi, Catholicon magnum quodetiam Januensis seu Vocabularius grammatice nuncupatur, Rouen, 1520, s.v. juro ; F.A. Calepin, Dictionarium, Paris, 1514, s.v. conjuro ; Calepin admet que conjuro se dit aussi in bonum).

8 Voir les réf. données n. précédentes. Dans le corps du texte (p. 261), les Forensia portent : Fama est familias quasdam in urbe gratiosas et poternes coitiones inire de nece causarum jure superiorum. Sur Estienne traducteur : G. P. Norton, The Ideology and Language of Translation in Renaissance France and their Humanist Antecedents, Genève, 1984, p. 125sq„ et V. Worth, Practising Translation in Renaissance France. The Example of Etienne Dolet, Oxford, 1988, p. 58, 86. Sur Estienne adaptateur : T.R. Wooldridge, « Vitruve latin et français dans les dictionnaires de Robert Estienne », dans Traduction et adaptation en France à la fin du Moyen Age et à la Renaissance. Actes du colloque organisé par l’Université de Nancy II, 23-25 mars 1995, éd. C. Brucker, Paris, 1997, p. 261-280. Les traductions données par Estienne sont parfois très peu littérales : sacrum est ritu devient ainsi « c’est une saincte et louable coustume à laquelle on n’oseroit contrevenir sans se méffaire » (1539-1549 Estienne, s.v. coustume).

9 1539-1549 Estienne, s.v. conjurer, conjuration.

10 1539-1549 Estienne, s.v. complot, conjurer, conjuration, conspirer ; 1549 Estienne, s.v. conspiration. Le caractère criminel de coitio est souligné ailleurs par Estienne (Thesaurus, s.v. coeo), ce que confirment Budé (Altera editto annotationum in Pandectas, Paris, 1528, fol. v) et Dolet (Commentariorum linguae latinae tomus primus, Lyon, 1536, p. 533-534).

11 1539-1549 Estienne, s.v. attirer, bande, citoyen, dissension, esmeute, ligue, partisans, peuple, révolte, révolter, secte, séditieulx. 1549 Estienne, s.v. discord, factieux.

12 Voir 1539-1549 Estienne, s.v. esmeute, mutinerie, sédition, trouble.

13 1539-1549 Estienne, s.v. rebelle. Voir aussi s.v. debvoir (« entretenir aucungs peuples en leur debvoir et en la subjection d’ung roy, qu’ilz ne rebellent point, populum in officio tenere »).

14 Division dont 1539-1549 Estienne, s.v. parti, renvoie abondamment l’écho : « qui tient le parti des gentilzhommes, studiosus nobilitatis. Ils ont tenu le parti de César, tenuerunt partes Caesaris. Entendement tenant le parti du peuple et de la liberté commune, ingenium populare ».

15 1539-1549 Estienne, s.v. entretenir et trouble (« ville »), cité, police et sédition (« cité »), représenter (« cité » et « communaulté des citoyens »), accroistre (« bien public »), communauté (id.), establissement (« estat populaire »), excellence (« démocratie »), meschant et prouffit (« chose publique »), peuple (« république populaire »), temps (« faict public »). Democratia est défini par Estienne comme le « gouvernement qu’ung peuple ha de soy et de sa république sans avoir autre chose, fors les officiers par luy establiz » (1539-1549 Estienne, s.v. gouvernement).

16 Dans un grand nombre de cas, les citations ont été coupées ou retravaillées de façon à détacher république du contexte particulier de la république romaine, et à donner ainsi à ce mot une valeur générale. Lorsqu’il s’agit de la Rome antique, Estienne le précise parfois explicitement : « l’estat des dix hommes qui eurent le gouvernement de la république de Romme, decemviratus » (1539-1549 Estienne, s.v. dix).

17 « Fonder et instruire une république, rempublicam aedificare » (1539-1549 Estienne, s.v. fonder).

18 Puisqu’on peut l’« accroistre », ou lui « adjouster provinces » (1539-1549 Estienne, s.v. accroistre, adjouster).

19 1539-1549 Estienne, s.v. esloigner, interest, pourchasser, prouffit.

20 1539-1549 Estienne, s.v. asseurer (« forme »), forme, police, troubler (« troubler la tranquillité et police de la république »), reigler. La police se définit comme « le faict et gouvernement d’une république, politia » (police). Elle comprend donc à la fois l’organisation donnée à celle-ci - son « faict » - et la relation par laquelle son chef la commande - le « gouvernement ».

21 1539-1549 Estienne, s.v. despendre, mourir, prouffit, soigneulx.

22 1539-1549 Estienne, s.v. défaillir, délaisser, desnuer, prouffit, tourner.

23 1539-1549 Estienne, s.v. défaillir, destruire, ennuy, entreprendre, esbranler, faulte, gaster, mal, remède, tendre.

24 Le Dictionaire ne contient, de ce fait, aucune définition du mot république.

25 1539-1549 Estienne, s.v. estat, maintenir.

26 1539-1549 Estienne, s.v. debvoir.

27 1539-1549 Estienne, s.v. authorité, commander, pouvoir, puissance, seigneur. « Authorité » joue sur le double registre de la potestas et de la gravitas (voir s. v. authorité, gravité). « Seigneurie » sert notamment à définir « authorité ». Dans le Thesaurus, il traduit potestas. Le lexique véhiculé par le Dictionaire comprend aussi des mots tels que ditio, potentia, « maîtrise », « pouvoir ». « Empire » y rend parfois le latin imperium (voir s.v. empire, magistrat).

28 1539-1549 Estienne, s.v. prince (« qui a le gouvernement d’un peuple en souveraineté »), souverain (« souveraineté de la principaulté de l’empire, summa imperii »).

29 1539-1549 Estienne, s.v. empire, gouvernement, magistrat, puissance.

30 1539-1549 Estienne, s.v magistrat, obéissance, peuple ; s.v. représenter, la formulation « représenter la communaulté des citoyens, personam civitatis gerere », vise directement le magistrat, ainsi que le prouve la lecture du Thesaurus, s.v. gerere, où l’on trouve cette citation de Cicéron (Off. 1, 124) : est igitur proprium munus magistratus, intellegere se gerere personam civitatis.

31 1539-1549 Estienne, s.v. accord, commun, demander, entretenir, excellence, main.

32 Voir par ex. 1539-1549 Estienne, s.v. curie, dix, magistrat, occire, peuple, etc.

33 1539-1549 Estienne, s.v. edict (« fait par la bouche du prince ou magistrat »), ordonnance (« d’ung prince ou magistrat »), présent (« à ung prince ou magistrat »), régent (« pendant qu’il n’y a point de roy, ou souverain magistrat »), excellence (« en la personne des rois, ou au corps d’ung peuple »), faire (« les hauts faictz des peuples, rois et princes... »), guerre (« entre deux peuples, ou princes »), main (« du roy ou de la communaulté du peuple »).

34 1539-1549 Estienne, s.v. debvoir, excellence, prince.

35 1539-1549 Estienne, s.v. abolition, cour, finance, France, homme, lieutenans.

36 1539-1549 Estienne, s.v. païs.

37 1539-1549 Estienne, s.v. authorité, espérance, roy (où l’on trouve aussi « prendre le nom et tiltre de roy »), usurper. Voir aussi s.v. constituer (« bailler et constituer ung roy à une région »), tascher (« tascher d’obtenir le royaume »).

38 1539-1549 Estienne, s.v. débouter, déposer, despouiller, faulte, honte, puissant.

39 1539-1549 Estienne, s.v. maison, métairie, modérer, puissant.

40 1539-1549 Estienne, s.v. gouverner. Le gouvernement ne se confond pas avec la souveraineté, qui est plutôt le mode sur lequel il s’exerce (voir s.v. prince : « qui a le gouvernement d’un peuple en souveraineté » ; et s.v. gouvernement : « avoir le gouvernement d’Espaigne, avec empire et souveraine puissance »). Le gouvernement ne se confond pas non plus avec l’organisation des institutions de gouvernement. Il est essentiellement relation ou, comme l’écrit Estienne, « maniement » (voir s.v. addonner : « s’addonner au gouvernement et maniement de la république »).

41 1539-1549 Estienne, s.v. estat, coustume, liberté (dont la définition est : « liberté et franchise de parler, et vivre comme on veult »), tyrant.

42 « Se maintenir, et faire le faict d’un tyrant, tyrannum praebere » (ibid.).

43 1539-1549 Estienne, s.v. gloire, menée, condamner, raison, réputation.

44 « République reiglée par bon ordre, respublica ratione et disciplina designata » (1539-1549 Estienne, s.v. reigler).

45 1539-1549 Estienne, s.v. droict (« droict et raison, jus... la chose qui est de droict et de raison, aequitas... quand on fait droict et raison, justitia »), loy.

46 Et avec lui paraît aussi le « debvoir » qu’impose à chacun « la commune société des hommes » (1539-1549 Estienne, s.v. monde, ordonnance, ranger).

47 Entre royauté et tyrannie, la frontière est parfois assez mince dans les ouvrages d’Estienne : nimis potens... impotentissimus tyrannus (Thesaurus, s.v. impotens) devient ainsi dans le Dictionaire (s.v. puissant), « roy trop puissant »...

48 1549 Estienne, s.v. félonnie.

49 J. Gaudemet, Institutions de l’antiquité, Paris, 1982, p. 330-331, 461.

50 Thesaurus, s.v. jus : Estienne y utilise Gaïen, Papinien, Paul, Ulpien. Paul revient à l’art, potestas, et Ulpien à l’art, imperium. Dans le Dictionaire, la définition du droit des gens (s.v. loy : « loy commune entre les hommes, venant de la raison naturelle, jus gentium ») reprend probablement celle de Gaïen (Thesaurus, s.v. jus : ius gentium, quod ratione naturali inter omnes homines peraeque servatur).

51 A cet égard, on notera la formule « faire la charge d’un roy, munia regis obire » (1539-1549 Estienne, s.v. charge).

52 Sur ce point, voir R. Descimon, « La royauté française entre féodalité et sacerdoce. Roi seigneur ou roi magistrat ? », dans Revue de synthèse, 112, 1991, p. 455 sq.

53 Budé notamment, à qui Estienne est étroitement lié, tire des Pandectes des conclusions nettement favorables à la prérogative royale. Commentant le principe princeps legibus solutus est, il conclut (Annotationes... in quator et viginti pandectarum libros, Paris, 1530, fol. xliiv°) : ex supradictis igitur demonstrari potest (ut arbitrer) principem non modo legibus esse solutum, id quod Ulpianus dixit, sed etiam legibus non teneri. De ces prises de position, le Dictionaire ne renvoie pas l’écho.

54 Sur cette influence, voir notamment J. Krynen, L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France, XIIIe-XVe siècle, Paris, 1993, notamment p. 388, 391.

55 Le Thesaurus, s.v. regnum, avait déjà offert à son lecteur une semblable définition (Regnum... Regio quae a rege possidetur).

56 Thesaurus, s.v. politicus.

57 M. Viroli, From Politics to Reason of State : The Acquisition and Transformation of the Language of Politics, 1250-1600, Cambridge, 1992, p. 78.

58 B. Bradshaw, « Transalpine Humanism », dans The Cambridge History of Political Thought, 1450-1700, dir. J.H. Burns, Cambridge, 1991, p. 100-101.

59 Q. Skinner, The Foundations of Modern Political Thought, Cambridge, 1978, 1, p. 222-223.

60 Il le cite d’ailleurs dans le Thesaurus, s.v. oeconomica.

61 Thesaurus, s.v. polis.

62 Et non la république elle-même, comme le font Bruni et les aristotéliciens de la fin du moyen-âge, pour qui respublica traduit politela et est synonyme de politia (W. Mager, « Res publica chez les juristes, théologiens et philosophes à la fin du moyen-âge : sur l’élaboration d’une notion-clé de la théorie politique moderne », dans Théologie et droit dans la science politique de l’Etat moderne, Roma, 1991, p. 237 sq). Chez Estienne, république est plutôt synonyme de cité, et donc de polis. Ceci dit, sa définition de la police (« police, le faict et gouvernement d’une république, politia ») décalque assez nettement celle qu’Aristote donne dans sa Politique (esti de politela poleôs taxis). Le passage de taxis à « faict et gouvernement » rappelle la formulation d’Oresme : « policie est l’ordenance du gouvernement de toute la communité » (N. Oresme, Le livre de politique d’Aristote, éd. A. D. Menut, Philadelphie, 1970, p. 373 ; Oresme écrit ailleurs, p. 119 : « l’ordenance et la gubernacion de elle <la cité>, ce est la forme de elle »),

63 Plusieurs exemples du Dictionaire, s.v. constituer, débouter, espérance, roy, proviennent de Tite Live, ainsi que l’atteste le Thesaurus, s.v. asciscere, aspernari, concipere, imponere.

64 J’ai relevé au cours de mes dépouillements 36 exemples contenant le mot république - ou respublica -, dont beaucoup ont été repris dans le Dictionaire : 32 sont tirés des œuvres de Cicéron, 3 de celles de Salluste et un seul de Tite Live. On notera cependant qu’en donnant à république un sens proche de polis, Estienne s’écarte de Cicéron et de ses contemporains, pour lesquels respublica signifiait plutôt utilitas publica, salus publica ou Res romana (voir W. Mager, « Respublica »..., p. 230).

65 Thesaurus, s.v. mundus (Estienne y cite Fin. 3, 64 : mundum autem censent... esse quasi communem urbem et civitatem hominum et deorum, et unum quemque nostrum hujus mundi esse partem, ex quo illud natura consequitur, ut communem utilitatem nostrae anteponamus ; une autre citation, tirée de Fin. 3, 67, apparaît sous intercedo : quoniamque ea natura esset hominis, ut ei cum genere humano quasi civile jus intercederei...). Ces articles du Thesaurus sont à mettre en relation avec l’article monde du Dictionaire (« tout le monde est comme une ville de laquelle tous les hommes sont citoyens et bourgeois, et soubjectz à certains droictz et loix communes entre eulx, cum genere humano quasi civile jus intercedit »).

66 Thesaurus, s.v. ratio (Estienne y cite Off. 1, 101 : duplex est enim vis animorum atque naturae. Una pars in appetitu posita est... Altera in ratione, quae docet et explanat quid faciendum fugiendumve sit). A comparer avec le Dictionaire, s.v. raison (« raison nous enseigne et quasi nous dicte ce que nous debvons faire »).

67 Quae jubet ea quae facienda sunt, prohibetque contraria (Thesaurus, s.v. lex ; la citation est tirée de Leg. 1, 18).

68 Thesaurus, s.v. justifia (la citation est tirée de Fin. 5, 65).

69 Thesaurus, s.v. magistratus (où Estienne propose le texte suivant, adapté de Leg. 3, 2 : magistratus haec est vis ut praesit, praescribatque recta et utilia, et conjuncta cum legibus... Vere dici potest, magistratum legem esse loquentem, legem autem mutum esse magistratum) ; voir aussi s.v. gerere (avec renvoi à Off. 1, 124, voir η. 30).

70 Thesaurus, s.v. regere.

71 Le texte de Rep. 1, 39 est coetus multitudinis juris consensu et utilitatis communione sociatus.

72 Thesaurus, s.v. dignitas, gloria, propugnatio, reddere, repraesentari.

73 Tandis que, par ailleurs, Estienne n’est pas parfaitement constant d’un ouvrage à un autre. Si, dans le Dictionaire, il définit police par « faict et gouvernement d’une république, pollila », dans le Thesaurus en revanche, il donne à politia un sens bien différent : celui de civilitas, qui, à son tour, signifie civilis mos, urbanitas (Thesaurus, s.v. civilitas, politia). On observe aussi une évolution entre la première et la deuxième édition du Dictionaire. Celle-ci, en raison notamment des additions tirées de Budé, contient un nombre croissant de références à la monarchie française (voir par ex. s.v. cour, office) et prend en outre un tour peut-être plus favorable à la prérogative royale, ainsi que l’atteste non seulement la suppression de rex impotentissimus, mais aussi la modification d’articles tels que puissance (où est ajouté « de pleine puissance et authorité royale, pro imperio regio et legibus superiore, B.), rebelle (où figure désormais « sur peine d’estre déclaré rebelle, qui contra fecisset, contra Regis imperium ferisse visum tri, B. ») ou souverain (où apparaît « souveraine puissance, et dont on ne peult appeler, imperium summum, B. »).

74 Outre Tite Live, Suétone (Thesaurus, s.v. deponeré), Pline (ibid., s.v. exuere), etc.

75 On notera qu’à l’art, rex, le Thesaurus propose une série d’exemples adaptés de Cicéron qui à l’exception d’un seul (Apud Medos... fruendae justitiae causa videntur olim bene morati reges constituti, Off. 2, 41) ne sont guère plus favorables à la monarchie, notamment celui-ci : Regum haec sunt imperia, Animadverte, et dicto pare, et praeter rogitatum si querere, et illae minae, si te secundo lumine hic offendero, moriere (Rab. post. 29).

76 Rep. 6, 1.

77 J. Hellegouarc’h, Le vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la république, Paris, 1972, p. 97. Cette conception était encore bien présente au XVIe siècle, ainsi que l’atteste par exemple le Theatrum humanae vitae de T. Zwinger (Bâle, 1586) où les conspirationes et conjurationes occultae sont traitées à l’intérieur d’un chapitre de amicitia (3, p. 828).

78 On trouve en effet senatus cum populo Romano conspiravit (Phil, 11, 2) et contra sceleratissimam conspirationem hostium confligemus (Fam. 11, 13) ainsi que deux des ex. cités n. 81 (Dom. 28, Fam, 10, 12).

79 S.v. conjurâti, conjure, conjuratio, conspiro, conspiratio.

80 Voir notamment s.v. conjurati les exemples ego quanta manus est conjuratorum, quam videtis esse permagnam, tantam me inimicorum multitudinem suscepisse video (Cat. 4, 20) et quod homines jam cum conjurates cum gladiis in campum deduci a Catilina sciebam (Mur. 52).

81 Ainsi sous conspiro : conspirate nobiscum, consentite cum bonis, communem rempublicam communi studio atque amore defendite (Agr. 1, 26) ; mirabiliter enim populi romani universus, et omnium generum, ordinumque consensus ad liberandam rempublicam conspiravit (Fam. 10, 12), etc. Et sous conspiratio : hanc nostram conspirationem in republica bene gerenda certi homines fictis sermonibus diremerunt (Dom. 28).

82 Une minorité d’exemples ne rentrent pas dans cette perspective, notamment trois citations extraites de Columelle, Plaute et Térence.

83 De la Politique en effet (et notamment du chap. 10 du livre V), Estienne aurait pu extraire maints exemples plaçant la conjuration et la conspiration dans la perspective de la tyrannie et du tyrannicide.

84 Ce qui n’est pas très surprenant puisqu’Aristote dans le livre V de la Politique ne traite pas les conjurations et les conspirations séparément des autres révolutions. Cette réunion de tous les désordres publics en une seule catégorie se retrouve dans le commentaire d’Oresme : « sédition, si comme il me semble, est conspiration ou conjuration ou commotion ou division ou dissention ou rebellion occulte, ou manifeste d’un membre ou partie de la cité ou de la communité politique contre une autre partie » (N. Oresme, Le livre..., p. 203).

85 Voir les ex. « faire complot pour accuser aucung à tort » et « faire complot pour tenir quelqu’ung en procez à tort » (1539-1549 Estienne, s.v. complot).

86 1635-1642 Monet, s.v. gloire, honneste, intérest, parti, utilité.

87 1635-1642 Monet, s.v. politique, politiquement. Sur l’opposition entre politique et « arte dello stato », voir M. Viroli, From Politics..., passim.

88 1635-1642 Monet, s.v. communauté, police, public, république. Dans 1635 Monet, s.v. citadin, la définition de la civitas est étayée en premier lieu par des références à Cicéron.

89 J.P. Canning, « Law, sovereignty and corporation theory », dans The Cambridge Flistory of Medieval Political Thought, c. 350 - c. 1450, dir. J.H. Burns, Cambridge, 1988, p. 473 sq.

90 1635-1642 Monet, s.v. communauté, cors, gouverner (« gouverner les afaires de la communauté, du public, publicam rem curare »), intérest (« c’est l’intérest du public, que les particuliers soient à leur aise,... in eo civitatis res agitur, ut privatorum res sit incolumis »), peuple, police (« la police ét la vie, et l’âme de la communauté »). Pour l’emploi d’un vocabulaire corporatif, voir aussi s.v. cour (aulicigeneris universum corpus), église (« cors universel des fidèles Chrétiens, rangés sous un Chef »), noblesse (« l’ordre, et le cors des nobles »), roi (« chef de roiaume »). Couronne apparaît dans son sens corporatif (s.v. chancelier, domaine), mais sa définition (s.v. coronne) est simplement « marque de principaulté ».

91 1635-1642 Monet, s.v. loi (« Etats de la république »), prince, puissance, république (« communauté populaire », « domination des grands »), roi, roiauté. Pour des exemples d’emploi intensif du vocabulaire féodal, voir par ex. s.v. cens, fief, hommage, homme, pair, seigneur.

92 1635-1642 Monet, s.v. absolu, loi, ordonnance, régler, souverain. L’art, puissance met l’accent sur le droit de grâce du souverain (« il est souverain an ses terres, et a puissance de faire grâce ») ; mais l’art, souverain souligne plutôt les compétences législatives du prince (« le seul souverain peut faire des lois, batre des monnoies, et imposer des tailles »). Non seulement Monet ne mentionne nullement le droit divin, mais il ne s’intéresse guère à la sacralité du souverain : la nomenclature ne comporte pas d’art, écrouelles et l’art, sacre est des plus concis (« consécration, onction d’un Roi, d’un Ampereur, d’un Pape... Sacre du roi »).

93 1635-1642 Monet, s.v. administrer, administration, baillie, crédit, gouvernemant, gouverner, intandance, magistrat, magistrature, maiesté, ministre, roiauté, secret.

94 1635-1642 Monet, s.v. coutume, liberté, noblesse, obéissance, pair, tyran. Sous coutume, Monet écrit d’abord : « droit fondé ès us, et coutumes générales, de tout un peuple, de tout un terroir, droit coutumier selon lequel on décide toute sorte de différans, et controverses ». Il se reprend ensuite dans le Parallèle et donne : « droit fondé an coutume, droit coutumier, selon lequel on juge les différans en certaines provinces ». Sous obéissance, sa première version est : « justice est obéissance aus lois, et coutumes du pais. Justitia est obtemperatio scriptis legibus, et populorum institutis, Tullius » ; le texte devient ensuite : « justice n’est autre qu’obéissance aus lois, et coutumes des nations. Aliud est nihil justitia, quam obtemperatio legibus, et gentium institutis ». On notera aussi la disparition, s.v. droit, de consuetudine inducta lex pour traduire « droit coutumier ».

95 Sur l’évolution du mot état au XVIe siècle, voir les récentes analyses de C. Lazzeri, « Introduction », dans H. de Rohan, De l’intérêt des princes et des Etats de la Chrétienté, Paris, 1995, p. 120sq.

96 1635-1642 Monet, s.v. état, geans, loi, police. Monet reconnaît toutefois l’existence de dépenses de l’Etat, ainsi que l’atteste la définition de trésor (« amas d’or, et d’argeant monnoié, mis ès cofres du Prince, de la communauté, pour les dépanses, et frais de l’Etat »).

97 Dans l’Invantaire comme dans le Parallèle, les art. clémance, courage, foi, libéralité, magnanimité, piété, prudence, tempérance sont généralement très brefs, et ne contiennent aucune référence au prince, qui n’apparaît pas non plus sous colère, crainte, cruauté, flater, etc. On notera, sur un autre plan, l’absence dans la nomenclature d’un art. gallican. S.v. résister, il n’est fait mention que de la résistance aux séditieux.

98 J. Passerai, Orationes et praefationes, Paris, 1606. Cet ouvrage, où le professeur et coauteur de la Satyre Ménippée a réuni un grand nombre de ses préfaces, contient notamment, p. 1 54sq, une Praefatio in Ciceronis lib. de Legibus où les célèbres principes d’Ulpien - quod principi placuit legem habet vigorem et princeps legibus solutus est - sont vivement critiqués.

99 Des citations tirées de Cicéron et de Tite Live se trouvent notamment s.v. citadin (Cic., Rep. 6, 13, Sest. 91), obéissance (Cic., Leg. 1, 42) cors (Liv. 1, 51, en fait 1, 17). D’autres phrases données en exemple renvoient l’écho de textes ou de tournures cicéroniennes, mais sans pour autant que les textes eux-mêmes soient cités précisément : in idoneis institutis, ac legibusposita est civitatis salus (s.v. police) rappelle in optimorum consiliisposita est civitatium salus (Rep. 1, 51) ; justitia unicuique jus tribuit, pro cujusque dignitate reprend des éléments de videndum est... ut pro dignitate cuique tribuatur ; id enim est justitiae fundamentum (Off. 1, 42) ; nihil est utile, nisi quod honestum, rectumque sit paraphrase plusieurs passages du De Officiis (3, 11·, 3, 34-, 3, 77 ; 3, 85 ; 3, 110). Parfois, Monet donne une phrase d’exemple française qui est une traduction directe de Cicéron, et la traduit ensuite à nouveau en latin en lui donnant une forme nouvelle : ainsi s.v. gloire, où « la gloire suit la vertu, comme l’ombre suit le cors » traduit <gloria> virtutem tamquam umbra sequitur (Tusc. 1, 109) et est à son tour traduit par ut corpus umbra, sic virtutem gloria sua sponte consequitur.

100 1635-1642 Monet, s.v. nature.

101 Sur cette évolution vers une conception législative de la souveraineté, voir W.F. Church, Constitutional Thought in Sixteenth Century France : A Study in the Evolution of Ideas, Cambridge (Mass.), 1941, p. 195 sq.

102 1635-1642 Monet, s.v. providance.

103 Voir par ex. C. Scribani, Politico-christianus, Lyon 1625.

104 On s’est reporté à F. Suarez, De legibus ac deo legislatore, Lyon 1613 et à A. Contzen, Politicorum libri decern, Mainz, 1620. Sur Suarez, Contzen et la théologie politique des jésuites à la charnière du XVIe et du XVIIe siècle, voir notamment, parmi les études récentes, R. Bireley, The Counter-Reformation Prince : Antimachiavellianism and Catholic Statecraft in Early Modern Europe, Chapel Hill (N.C.), 1991, et J.-F. Courtine, « Théologie morale et conception politique chez Suarez », dans Les jésuites à l’âge baroque (1540-1640), dir. L. Giard, L. de Vaucelles, Grenoble, 1996, p. 261 sq.

105 Voir par ex 1635-1642 Monet, s.v. conseil, domaine, édit, enregistrer, finance, geans, office, pair, parlement, secrétaire, taille, trésor, etc. On notera que Monet enregistre l’expression « cour souveraine » et qu’il réserve un traitement assez favorable au Parlement, « cour de geans de justice souveraine... supremus senatus. summa jurisdictione tribunal, summo jure conventus juridicus », dont les membres sont Senatus Patres Conscripti.

106 Voir par ex. 1635-1642 Monet, s.v. géant, province, théâtre, etc.

107 1635-1642 Monet, s.v. mutiner, rebeller, révolter, soulever.

108 1635-1642 Monet, s.v. émeute, émotion, esmouvoir, remuement, résister, révolution, sédition, subvertir, trouble, tumulte.

109 1635-1642 Monet, s.v. bande, faction, ligueur, menée ; 1635 Monet, s.v. sédition.

110 1635-1642 Monet, s.v. cabale, complot, conjurer, conjurés, conspiration, conspirer, dominer, meschant.

111 J. Hellegouarc’h, Le vocabulaire latin..., p. 44, 484 sq.

112 J. Baricave, La défense de la monarchie françoise, Toulouse, 1614, p. 712 sq ; A. Contzen, Politicorum..., p. 621 sq.

113 Grassatores conspirant in peregrinantium necem, écrit par ex. Monet à l’art, conspirer.

114 Voir IIe partie, chap. I.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search