Version classiqueVersion mobile

La conjuration des dictionnaires

 | 
Jean-Claude Waquet

Troisième partie. La discrète officine des vérités contraires

Chapitre II. L’organe des particuliers

Texte intégral

  • 1 M. Le Guern, « Le ‘Dictionnaire de Trévoux’ (1704) », dans Cahiers de l’association internationale (...)
  • 2 J. Du Masbaret, Lettre à M. le rédacteur de la nouvelle édition du dictionnaire dit de Trévoux, Ams (...)
  • 3 1767 G.V.F., 1, préface.
  • 4 Midy-Héron (P. N.), Seconde lettre de M. Midy à M. Panckoucke, imprimeur du Grand vocabulaire franç (...)
  • 5 Midy-Héron (P. N.), Lettre de M. Midy, de l’Académie de Rouen, secrétaire du roi, à M. Panckoucke, (...)

1Plus le plagiat se développe, et plus il est critiqué. Basnage s’indigne de celui dont le Dictionnaire universels, été la victime1. L’abbé Du Masbaret, collaborateur du Trévoux, regrette le silence fait par cet ouvrage sur le nom de Furetière2. Les rédacteurs du Grand vocabulaire françois condamnent les dictionnaires qui ne consistent qu’en une « compilation informe de matières accumulées sans choix et sans style »3. Le leur, bien sûr, échappe à ce travers. Mais l’un de leurs critiques n’en croit rien, et soutient qu’eux non plus n’ont pas fait œuvre nouvelle : « vos gens de lettres, » s’exclame-t-il, « ne sont que des plagiaires »4. Ce même censeur décrit ailleurs les qualités qui font un véritable « écrivain grammatical » : la « richesse » et la « justesse » dans 1’« expression » s’y disputent la première place avec les « grâces du style » et la « pureté de la diction »5.

  • 6 J.C. Darmon, « Furetière et l’universel », dans Stanford French Review, 14, 1990, p. 30 sq.
  • 7 A. Collinot, F. Mazière, « Un prêt à parler : le Dictionnaire universel d’Antoine Furetière et sa p (...)
  • 8 1690 Furetière, préface, p. 5.
  • 9 Voir ses factums, édités par B. Quemada, Furetière. Factums contre l’Académie, Paris, 1968.
  • 10 1787 Féraud, préface, p. 2-3.
  • 11 D’où la multiplication récente des études sur Féraud, dont on trouvera les références dans la bibli (...)
  • 12 P. Caron, « L’homme Féraud dans le dictionnaire critique », dans Autour de Féraud. La lexicographie (...)
  • 13 S. Pitou, « Richelet, forerunner of Samuel Johnson, and de Lormes », dans Modem Language Notes, 64, (...)
  • 14 Sur la réception du Richelet au XVIIe et au XVIIIe siècle, voir L. Bray, « Notes sur la réception d (...)

2Le plagiat, donc, est mal vu. Aussi chacun se défend d’y avoir succombé. Le Dictionnaire universel se présente à ses lecteurs comme une œuvre originale, due au labeur exemplaire d’un grand érudit : il porte le nom de Furetière, s’orne de son portrait, contient sa biographie, est rempli de ses interventions critiques6, agence enfin les innombrables informations dont il se nourrit à l’intérieur d’un modèle descriptif qui lui est propre7. Sa préface évoque la « qualité d’auteur » du défunt abbé8 qui, de son vivant, n’a cessé de défendre contre l’Académie le caractère personnel de son lexique9. De même Féraud proteste de n’avoir pas fait « un ouvrage de pure compilation », mais « un dictionnaire critique, où la langue est complètement analysée »10. La postérité a reconnu depuis le bien-fondé de cette affirmation11. Elle a aussi relevé que le lexicographe s’exprime volontiers à la première personne, et ne se prive pas de faire connaître son opinion sur les matières qu’il traite12. Un siècle plus tôt, Richelet agissait de même, quoique avec plus d’aigreur et de méchanceté : il a rempli son texte d’attaques dirigées contre ses ennemis, ou de louanges tissées à la gloire de ses protecteurs13, et il a si bien fait que la critique a, pendant des décennies, condamné en son livre « une pièce satirique et malhonnête,... fruit d’une passion indiscrète »14.

3Le dictionnaire, donc, porte souvent le sceau d’un individu auquel il peut être tentant de reconnaître la dignité, l’originalité et la liberté d’un auteur. Cette marque personnelle incite à se demander si, d’aventure, les articles cabale, complot, conjuration et conspiration ne renvoient pas dans leur diversité à la personnalité de ceux qui les ont écrits et, plus spécifiquement, à leurs préférences politiques. La démonstration de cette intuition bute toutefois sur quelques difficultés. Les auteurs, d’abord, ne sont pas tous là, car nombre d’entre eux, collaborateurs de l’un ou continuateur de l’autre, croupissent pour toujours dans un irrécupérable anonymat. D’autres, il est vrai, sont bien identifiés : mais l’examen de leurs préférences politiques ne conduit pas bien loin. Enfin l’idée même que le dictionnaire possède un auteur n’est pas sans soulever quelques problèmes : elle n’est pas, en tout cas, de celles que tous les lexicographes auraient favorablement accueillies.

I

  • 15 Cités par E. Brandon, Robert Estienne et le dictionnaire français au XVIe siècle, Genève, 1967, p.  (...)
  • 16 W. Van Der Wijk, La première édition du Dictionnaire français de Richelet, Dordrecht, 1923, p. 31 s (...)
  • 17 1689 Tachard, avertissement.
  • 18 T.R. Wooldridge, Les débuts de la lexicographie française. Etienne Nicot et le Thrésor de la langue (...)
  • 19 T.R. Wooldridge, « Sur la trace du Grand dictionaire françois-latin : impressions et exemplaires co (...)
  • 20 W. Van Der Wijk, La première édition..., p. 48 ; L. Bray, César Pierre Richelet..., p. 104, 112. On (...)

4Les rédacteurs des dictionnaires forment une population assez composite. Une quinzaine d’entre eux se présentent comme l’auteur ou le principal responsable d’une œuvre « originale » : ce sont Robert Estienne, Jean Nicot, Philibert Monet, Pierre Richelet, Antoine Furetière et Jean-François Féraud, auxquels on peut ajouter, outre l’abbé Danet, les pères Delbrun, Gaudin, Joubert, Lebrun, Pomey, Pajot et Tachard. Plusieurs de ces personnages n’ont pas travaillé seuls. Estienne était entouré d’assistants et de conseillers15. Richelet s’est prévalu du concours de l’avocat Patru, de Cassandre et de Maucroix, des pères Rapin et Bouhours16. Ce dernier aurait également participé avec les pères Commire et Gaudin à la préparation du dictionnaire français-latin de Tachard17. En outre, la plupart des grands lexicographes ont eu des continuateurs. Jean Thierry, ancien collaborateur d’Estienne, prépare la troisième édition du Dictionaire françoislatin, qu’en 1573 Jacques Du Puis et Jean Nicot reprennent à nouveau18. Surgit ensuite, à partir de la fin du XVIe siècle, la série obscure des épigones - Baudouin, Marquis, Poille, Voultier, De Brosses - auxquels on doit diverses moutures du Grand dictionaire françois-latin19. Un oratorien, le père Jean-Claude Fabre, et un magistrat, Pierre Aubert, juge de l’archevéché de Lyon, comptent parmi les rééditeurs du Richelet20. Deux protestants réfugiés aux Provinces-Unies, Basnage de Beauval et Brutel de La Rivière, poursuivent enfin pendant plus de trente ans l’œuvre de Furetière.

  • 21 Voir C. Beaulieux, Observations sur l’orthographe de la langue françoise. Transcriptions, commentai (...)
  • 22 A la première édition auraient également participé, outre les pères Bouhours, Menestrier, Mourgues (...)
  • 23 C. Sommervogel, Bibliothèque de la Compagnie de Jésus... Bibliographie, 7, Bruxelles, Paris, 1896, (...)
  • 24 1767 G.V.F., préface ; A.-A. Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes, Paris, 1874, 2, col. 565. (...)

5D’autres dictionnaires sont des publications collectives. Une douzaine de jetonniers auraient, dit-on, joué un rôle essentiel dans l’interminable gestation du répertoire confié à l’Académie21. Puis, de 1704 à 1771, le Trévoux fait appel à maintes compétences. Richard Simon en aurait été le premier maître d’œuvre22. Un jésuite, le père Souciet, serait derrière l’édition de 1721. Viendraient ensuite un membre de l’Académie des Inscriptions, Moreau de Maultour, un autre savant, Jussieu, un avocat aux Conseils, Restaut, un avocat de Rouen, Lautour de Chatel, un professeur à l’Ecole militaire, Berthelin, un curé de campagne, Masbaret, un supérieur de séminaire, Le Clerc, un abbé nommé Brillant et deux inconnus, Valdruche et Jancet23. Le Grand vocabulaire françois enfin est probablement l’œuvre d’une « société de gens de lettres », encore que l’existence même de cette compagnie ait été mise en doute. Tous ses membres en tout cas ne sont pas connus. On avance les noms de Chamfort, Guyot et Duchemin de la Chenaye ; mais d’autres collaborateurs encore pourraient avoir été associés à l’entreprise publiée chez Panckoucke24.

  • 25 Encore qu’on ne croise parmi elles ni ducs, ni pairs, ni paysans, ni artisans, et qu’on y rencontre (...)
  • 26 Estienne est né entre 1498 et 1503. Féraud est mort en 1807.

6Plusieurs dizaines de personnes finissent ainsi par être repérées, qui toutes ont participé à la rédaction des dictionnaires français-latin et des répertoires monolingues. Leur degré d’implication dans ces entreprises est très inégal. Leur position sociale est assez variable25. Leurs carrières s’étendent sur plus de trois siècles26. Aussi la population qu’elles forment est plutôt disparate. Ses contours demeurent en outre assez flous, puisque plusieurs d’entre elles ne se manifestent que par leur nom ou, au mieux, par quelques données fragmentaires. Il s’en faut de beaucoup enfin qu’aucun lexicographe ne manque à l’appel, car quantité de collaborateurs et de continuateurs du Richelet, du Trévoux et du Grand vocabulaire françois, restent obstinément dans l’anonymat.

  • 27 C. Beaulieux, Observations..., p. 19, 20, 40, 68, 80. Le grand dictionnaire de l’académie françoise (...)

7A toutes ces difficultés s’en ajoute parfois une autre qui ne concerne plus les dictionnaires considérés dans leur généralité, mais le rédacteur auquel attribuer chacun des articles qui les composent. A qui, par exemple, est due la lettre C du dictionnaire de l’Académie française ? Probablement pas au seul Vaugelas, puisque le mot conjurateur y est tenu pour français. L’illustre grammairien dut pourtant y mettre la main, car il avait, avant sa mort en 1650, porté la première ébauche du dictionnaire jusqu’à la lettre I. Mais une partie de ses cahiers fut ensuite perdue, et le C fut revu dès 1651, alors que l’entreprise était passée sous la responsabilité de Mézeray. Confiée à sept académiciens, une nouvelle révision eut lieu en 1672. Quinze ans après, les articles cabaler, cabaleur, complot et comploter avaient pris leur forme définitive. Mais cabale se trouvait encore dans un état provisoire. Enfin les épreuves du C furent remises à l’abbé Renaudot. On était en 1691, à trois ans seulement de la publication définitive du dictionnaire qui connut une dernière révision avant de voir le jour en 1694 : depuis les années 1630, la même lettre avait été travaillée ou revue cinq fois au moins par plus de dix personnes27. Il est, on l’a compris, difficile d’imputer à l’une d’entre elles les articles dont il s’agit.

  • 28 Encore que, dans ce dernier cas, les définitions semblent dues à Richelet lui-même (L. Bray, « Rich (...)

8Le cas de l’Académie n’est pas isolé : on serait assez en peine d’indiquer à qui est dû conjuration dans la dernière édition du Trévoux, ou conspiration dans le Grand vocabulaire françois. De nombreux articles de dictionnaires restent ainsi sans signature : force est de les attribuer à des groupes - les jetonniers de l’Académie, les collaborateurs du Trévoux, Richelet et ses amis28 - sans savoir toujours qui en était membre, et encore moins quelle y fut la part de chacun. Aussi la recherche de l’auteur se clôt, quoique partiellement, sur une impasse.

II

9On ne peut pas dresser une liste exhaustive des lexicographes. Est-il possible, toutefois, de se faire une idée au moins approximative des préférences politiques de ceux dont on a conservé la trace ? L’entreprise est en partie réalisable. Elle produit des résultats assez imprécis, mais aussi assez uniformes.

  • 29 E. Armstrong, Robert Estienne..., p. 141, 147, 154, 160.
  • 30 J. Baudry, Jean Nicot, Lyon, 1988, passim.

10Soutenu par François Ier, lié à Guillaume Budé et au cercle du cardinal Du Bellay, Robert Estienne évolue longtemps dans un milieu où s’énoncent des principes favorables à une autorité monarchique forte. Imprimeur du roi à partir de 1539, il publie dès avant des textes favorables à la politique de son maître et notamment à l’alliance turque. Exilé dans les cantons suisses pour cause de religion, il reste dans les grâces de la cour. Rien, en d’autres termes, ne le configure comme un rebelle ni comme un adversaire de la prérogative royale29. Même diagnostic avec Nicot : lorsqu’en 1560 des troubles secouent la ville de Nîmes, sa famille ne bouge pas ; lui-même entre précocement au service du garde des sceaux, effectue une mission diplomatique pour le compte de Catherine de Médicis, devient maître des requêtes, reçoit du roi une pension et est enfin envoyé ambassadeur en Portugal où il reste de 1559 à 1561 ; il se tient ensuite à l’écart des troubles civils30.

  • 31 Lyon, 1630. Sur la carrière de P. Monet, voir V. W. Post, Les tentatives de réforme orthographique (...)
  • 32 C. Sommervogel, Bibliothèque..., 6, col. 971, ne cite que le second de ces ouvrages. Le premier est (...)
  • 33 Paris, 1688. Sur l’abbé Danet, voir F.J. Hausmann, « Sprachwissenschaft im Wörterbuch Vorwort. Das (...)
  • 34 Unam faciamus utramque gentem animis est une adaptation de En. 3, 505 (Unam faciemus utramque Troia (...)

11Les latinistes se disputent, au moins en apparence, la palme de la dévotion à la monarchie. Le père Monet, préfet des études au collège de Lyon, dédie au cardinal de Richelieu un Capta Rupercula, Cracina servata rédigé en vers et destiné à l’édification de la juventus gallica31. Le père Pomey, autre préfet de ce même collège, compose en 1639 un Genethliacus delphini, puis en 1660 une Isle de paix32. On doit à l’abbé Danet un Ludovico audaci, Franciae delphino, ab expeditione germanica reduci33, ce qui sied bien à un homme dont le dictionnaire fut par ailleurs composé par l’ordre du Roy, pour Monseigneur le Dauphin. Le Tachard est à l’usage de Monseigneur le Duc de Bourgogne. Le Joubert est dédié au prince des Asturies, fils de Philippe V ; il porte sur sa première page une citation où Virgile semble servir les intérêts de la maison de Bourbon34.

  • 35 A. Viala, « Académismes », dans Ordre et contestation au temps des classiques, éd. R. Duchêne, P. R (...)
  • 36 R. Zuber, Perrot d’Ablancourt et ses belles infidèles. Traduction et critique de Balzac à Boileau, (...)
  • 37 L. Bray, César Pierre Richelet..., p. 205, 214, 219, 239. S. Pitou, « Patru, Olivier (1604-1681) », (...)
  • 38 Sur la carrière de Furetière, voir H. Fischer, Antoine Furetière (1619-1688). Ein französischer Lit (...)

12Ce conformisme politique caractérise également les auteurs des répertoires monolingues. L’Académie, a-t-on écrit, rassemble les « représentant<s> des pouvoirs devant les autres artistes et savants »35. Richelet trouve pour sa part en la personne de Perrot d’Ablancourt un protecteur qui est aussi un partisan du rétablissement de l’autorité royale36. Il est recommandé à Chapelain, puis fréquente brièvement le cercle de l’abbé d’Aubignac, aumônier et prédicateur de Louis XIV. Son protecteur et collaborateur Patru reçoit une pension de Colbert. Le père Bouhours, autre membre de son équipe, est le précepteur de Seignelay. L’impression de son dictionnaire est financée par Ferdinand de Fürstenberg, évêque de Paderborn et correspondant de Bossuet37. Enfin Furetière se rallie après quelques débuts frondeurs à la clientèle de Colbert. Devenu académicien, il s’acharne à plaire, fait sa cour au ministre, soigne l’archevêque de Paris, tricote « quelques vers sur les derniers exploits du Roy », bref donne à tous des gages de soumission sans, il est vrai, éviter une brouille retentissante avec ses immortels confrères. Toutefois, même exclu de l’Académie, il ne tombe pas véritablement en disgrâce : le roi ne le condamne jamais, et accepte en 1694 l’hommage d’un exemplaire du Dictionnaire universel38.

  • 39 Henri Basnage de Beauval en de Histoire des ouvrages des savans, 1687-1709, dir. H. Bots, Amsterdam (...)
  • 40 W. Van Der Wijk, La première édition..., p. 48-49 ; L. Bray, César Pierre Richelet..., p. 104.
  • 41 Le père Souciet, qui écrit aussi pour les Mémoires de Trévoux, traduit des écrits servant à la prop (...)
  • 42 J. Stéfanini, Un provençaliste marseillais..., p. 36, 164.

13Les premières années du XVIIIe siècle introduisent une éphémère diversité. Basnage de Beauval, continuateur de Furetière, se signale par son intérêt pour Locke, son enthousiasme pour la Glorieuse Révolution et son hostilité pour le gouvernement de Louis XIV39. Le père Fabre, continuateur de Richelet, glisse dans l’édition de 1709 quelques articles favorables aux jansénistes qui lui valent d’être chassé de la congrégation de l’Oratoire tandis que Torcy ordonne la suppression du dictionnaire40. Richard Simon est, enfin, bien plus connu pour les déboires que lui a causés son œuvre d’exégète que pour sa contribution à la première édition du Trévoux. Mais il n’est pas pour autant un opposant politique, pas plus que ne semblent l’être les autres collaborateurs de cette monumentale publication41. La dernière entreprise du siècle renvoie un écho aussi peu contestataire puisque l’abbé Féraud, ci-devant jésuite, auteur en 1751 de vers sur la naissance du duc de Bourgogne, émigre en 179242.

14Sauf exception, les dictionnaires ont donc pour auteurs des amis du roi. Cette constatation s’impose, sans pour autant répandre l’étonnement, ni permettre d’expliquer les différences qui les séparent. Elle présuppose aussi une idée simple, mais peut-être discutable : que les dictionnaires ont effectivement des auteurs.

III

  • 43 Selon la formule employée par les annotateurs du projet d’épître au roi qui devait ouvrir le dictio (...)
  • 44 1690 Furetière, s.v. compilateur : le compilateur est celui qui « a recueilli et ramassé plusieurs (...)
  • 45 1690 Furetière, page de titre et préface, p. 1-2.

15Les lexicographes n’ont pas décrété, comme d’autres, la mort de l’auteur. Mais ils se sont, ou peu s’en faut, mis à part de cette catégorie. Leur classe, annonce-t-on, n’est formée que de « compilateurs plus ou moins exacts »43 dont le propre n’est pas de produire des textes nouveaux, mais de « recueilli<r> tout ce que les autres ont dit »44. Le Dictionnaire universel a ainsi été « recueilli et compilé par feu messire Antoine Furetière ». Il se définit, explique son préfacier, comme une « sorte de compilations ». Sa rédaction relevait du « métier de compiler » et, pour cette raison, la première des qualités qu’elle requérait, était « la patience nécessaire à copier et à faire des extraits »45.

  • 46 1683 Danet, épître au dauphin.
  • 47 « Je rapporte fidellement le texte et la glose, ou l’interprétation, personne ne peut raisonnableme (...)
  • 48 1756 Lebrun, préface (« je n’ai rien voulu mettre... de mon propre fonds »).
  • 49 C. Bellet, « Question sur les dictionnaires », dans J.B. Durey de Noinville, Table alphabétique des (...)

16L’abbé Danet a tâché lui aussi de « ramasser »46. Son contemporain, le père Joubert, présente sans fard la démarche qui a présidé à la rédaction de son dictionnaire : « ma première veüe », annonce-t-il, « fut de n’y rien mettre qui vînt de mon propre fonds... Ma principale ressource a été la lecture exacte et attentive des livres écrits... en l’une et l’autre langue... Tout m’a servi. J’ay fait mon profit de tout... Ces sortes d’ouvrages, aussi-bien que celuy-ci, ne sont que compilations, et que ramas, ou, si l’on veut, que purs larcins, mais permis... »47. Près d’un demi-siècle plus tard, le père Lebrun tient à peu près le même langage48, tandis que l’obscur auteur de la Question des dictionnaires reprend et développe dans des termes assez polémiques les arguments déjà avancés par les lexicographes eux-mêmes. L’imagination, affirme-t-il, n’exerce dans la composition d’un dictionnaire « aucune de ses fonctions ». Le rédacteur « est dispensé de n’y rien mettre de son propre fonds. Réduit au servile emploi de copiste,... il raconte seulement ce que les autres ont dit ou pensé ; son ouvrage n’est qu’un Recueil, un Registre, un Magasin ou d’actions ou de pensées étrangères. Vous reconnoissez dans ces expressions de La Bruyère le caractère de ces esprits qu’il appelle inférieurs on subalternes »49.

  • 50 J.C. Darmon, « Furetière et l’universel »..., p. 28.
  • 51 1690 Furetière, page de titre. 1680 Richelet, avertissement. 1787 Féraud, p. 15.

17La parole d’autrui résonne donc dans le dictionnaire. Furetière ne fait point entendre sa voix solitaire, mais « le grand bruit de la langue ». Les « phrases communes » qui peuplent son répertoire, sont pareilles au sable, ou à l’eau : elles appartiennent à tous, et point au seul lexicographe qui les a transcrites50. Lui-même s’abrite constamment derrière l’autorité des savants : son propos est « tout extrait des plus excellens auteurs anciens et modernes », de sorte que ce sont eux, en quelque sorte, qui s’expriment par sa voix. Richelet se trouve dans une situation analogue : « j’ai lu », explique-t-il, « nos plus excellents auteurs... J’ai composé mon livre de leurs mots les plus reçus, aussi bien que de leurs expressions les plus belles. Je marque les diférens endroits d’où je prends ces mots, et ces expressions, à moins que les termes et les manières de parler que j’emploie ne soient si fort en usage qu’on en doute point ». Enfin Féraud, quelque attaché qu’il soit à l’originalité de son œuvre, admet qu’il se fait l’écho d’autres voix que la sienne : son dictionnaire, reconnaît-il, n’est au vrai « qu’un Recueil des remarques sur la langue, et un Dépôt des diférentes opinions et des diverses pratiques, anciennes et modernes, sur cette matière »51.

  • 52 Sur ce point, voir les remarques d’A. Rey, « Antoine Furetière, imagier »..., p. 90, et d’A. Collin (...)
  • 53 1680 Richelet, avertissement.
  • 54 Son travail, estimait-il, ne se pouvait parfaire que par « diverses personnes soingneuses et dilige (...)
  • 55 1690 Furetière, préface, p. l v°, 5v°.
  • 56 Un telle situation rejaillit sur l’écriture du dictionnaire lui-même. Son rédacteur, certes, interv (...)

18Ainsi conçu, tout dictionnaire est, par définition, une œuvre collective52. Il est même, écrit Richelet en un éloquent raccourci, « l’ouvrage de tout le monde »53, et il le devient toujours plus au fur et à mesure que ses lecteurs y font apporter des corrections. Le lexicographe se plaît à solliciter de telles interventions, tout en laissant espérer qu’il y déférera sans discussion : « on corrigera », assure-t-il, « on retranchera, on ajoutera ce qu’ils trouvent à propos ». Estienne, bien avant lui, avait déjà reconnu l’importance d’une telle collaboration54. L’éditeur de Furedère l’appelle de ses vœux : des « personnes intelligentes », il attend, dit-il, des « observations particulières », des avis et des mémoires qui permettront de porter le Dictionnaire universel à sa dernière perfection55. Peu à peu, le véritable auteur du dictionnaire devient un autre, les autres, tous les autres et, à travers eux, une langue à laquelle le lexicographe, simple greffier, ne fait que prêter sa plume56.

*
* *

  • 57 Voir à cet égard C. Jouhaud, « Présentation », dans Annales. Histoire, Sciences sociales, 49, 1994, (...)

19Le littérateur de l’âge classique se trouve, a-t-on récemment observé, à la charnière de deux espaces : une sphère publique dominée par un Etat habilité à dire en dernier lieu la vérité des choses, et une société de particuliers manifestant sa souveraineté sur la langue à travers l’usage qu’elle fait des mots57. Pris entre un roi dont ils étaient les amis et des particuliers dont ils déclaraient être l’organe fidèle, les lexicographes, du moins ceux du XVIIe siècle, partageaient apparemment cette situation. Cette observation vaut pour Furetière comme pour Richelet ; elle peut aussi s’appliquer à l’Académie.

  • 58 1694 Académie, préface.
  • 59 Et ceci d’après l’art. 24 de ses statuts, cité par H. Merlin, « Langue et souveraineté »..., p. 380
  • 60 1694 Académie, préface (« on demanda si le mot d’amy supposoit une amitié réciproque ; c’est à dire (...)
  • 61 Ibid.
  • 62 F. Mazière, « Le dictionnaire deshabillé par ses préfaces », dans Lexique et institution, dir. A. N (...)
  • 63 1694 Académie, épître au roi.
  • 64 Ibid, préface.

20L’Académie reconnaissait que la définition d’un mot soulevait souvent une question « de morale » plus que « de grammaire »58. Compagnie royale, elle n’ignorait pas qu’elle devait en pareil cas apporter une réponse conforme « à l’autorité du Prince, à l’état du Gouvernement et aux lois du Royaume »59. Le roi, donc, décidait indirectement du fond des choses et c’est, très logiquement, une question de fond que l’on agita devant son représentant lorsque celui-ci vint, en la personne de Colbert, honorer de sa présence les travaux des Immortels60. Mais lorsque les mots seuls étaient en cause, l’Académie agissait autrement : loin d’innover ou d’écrire sous la dictée du maître, elle déclarait seulement « la langue commune, telle qu’elle est dans le commerce ordinaire des honnestes gens, et telle que les orateurs et les poètes l’employent »61. Ses membres, il est vrai, ne citaient pas les auteurs. Mais ils n’agissaient pas non plus de façon arbitraire. Corps privilégié, représentant à travers leurs propres personnes l’universalité des locuteurs, ils n’enlevaient sa « compétence linguistique » à « la communauté des lecteurs »62 que pour lui rendre en un « recueil fidelle... tous les termes et... toutes les phrases dont l’éloquence et la poésie peuvent former des éloges »63. Ses « décisions », en d’autres termes, ne pouvaient pas être des créations, car « tout le pouvoir qu’elle s’est attribué, ne va qu’à expliquer la signification des mots, et à en déclarer le bon et le mauvais usage »64.

  • 65 H. Merlin, « Langue et souveraineté »..., p. 379.

21« A l’Etat les choses, aux particuliers les mots »65 : ce partage semble en définitive s’imposer à tous, du moins au XVIIe siècle. Il accrédite l’idée de l’effacement du lexicographe ou, à tout le moins, de la neutralité de celui-ci face à deux autorités sous la dictée desquelles il se contenterait, scribe sans initiative, de consigner l’unique vérité de la langue. Mais comment, dès lors, expliquer que d’un dictionnaire à un autre les mêmes choses changent de nature - et les mêmes mots de sens ? L’enquête, une fois de plus, semble s’engager dans une impasse. Pour en sortir, il faut redonner une place au travail de ces grammairiens qu’on vient, sinon de congédier, du moins de mettre un peu trop vite entre parenthèses.

Notes

1 M. Le Guern, « Le ‘Dictionnaire de Trévoux’ (1704) », dans Cahiers de l’association internationale des études françaises, 1983, p. 54.

2 J. Du Masbaret, Lettre à M. le rédacteur de la nouvelle édition du dictionnaire dit de Trévoux, Amsterdam, 1777, p. 4.

3 1767 G.V.F., 1, préface.

4 Midy-Héron (P. N.), Seconde lettre de M. Midy à M. Panckoucke, imprimeur du Grand vocabulaire françois, Amsterdam, 1768, p. 327. Répondant à ces critiques, les rédacteurs du Grand vocabulaire déclarent bien sûr n’avoir été ni des « copistes », ni des « plagiaires » (1767 G.V.R, 2, préface).

5 Midy-Héron (P. N.), Lettre de M. Midy, de l’Académie de Rouen, secrétaire du roi, à M. Panckoucke, imprimeur du Grand vocabulaire françois, Amsterdam, 1767, p. 344.

6 J.C. Darmon, « Furetière et l’universel », dans Stanford French Review, 14, 1990, p. 30 sq.

7 A. Collinot, F. Mazière, « Un prêt à parler : le Dictionnaire universel d’Antoine Furetière et sa postérité immédiate, le Trévoux. Une lecture du culturel dans le discours lexicographique », dans Lexicographica, 3, 1987, p. 60 sq.

8 1690 Furetière, préface, p. 5.

9 Voir ses factums, édités par B. Quemada, Furetière. Factums contre l’Académie, Paris, 1968.

10 1787 Féraud, préface, p. 2-3.

11 D’où la multiplication récente des études sur Féraud, dont on trouvera les références dans la bibliographie.

12 P. Caron, « L’homme Féraud dans le dictionnaire critique », dans Autour de Féraud. La lexicographie en France de 1762 à 1835, Paris, 1986, p. 263 sq.

13 S. Pitou, « Richelet, forerunner of Samuel Johnson, and de Lormes », dans Modem Language Notes, 64, 1949, p. 474-476 ; id., « Richelet’s Attack on Chapelain », dans Modem Language Review, 46, 1951, p. 445-447 ; id., « A Battle of Books : Pierre Richelet and Amelot de La Houssaye », dans Modern Language Notes, 68, 1953, p. 105-107 ; id., « The Art of Gentle Lexicography : Perrot d’Ablancourt and Pierre Richelet », ibid., 69, 1954, p. 109-111.

14 Sur la réception du Richelet au XVIIe et au XVIIIe siècle, voir L. Bray, « Notes sur la réception du ‘Dictionnaire françois’ (1680) de Pierre Richelet », dans Lexicographica, 1, 1985, p. 245-246.

15 Cités par E. Brandon, Robert Estienne et le dictionnaire français au XVIe siècle, Genève, 1967, p. 60 et par E. Armstrong, Robert Estienne Royal Primer : An Historical Study of the Elder Stephanus, Revised Edition, Abingdon, 1986, p. 113.

16 W. Van Der Wijk, La première édition du Dictionnaire français de Richelet, Dordrecht, 1923, p. 31 sq ; L. Bray, César Pierre Richelet (1626-1698). Biographie et œuvre lexicographique, Tübingen, 1986, p. 236.

17 1689 Tachard, avertissement.

18 T.R. Wooldridge, Les débuts de la lexicographie française. Etienne Nicot et le Thrésor de la langue françoyse (1606), Toronto, Buffalo, 1977, p. 18-30. Selon E. Brandon, Robert Estienne..., p. 82, Du Puis a aussi participé à l’édition de 1564.

19 T.R. Wooldridge, « Sur la trace du Grand dictionaire françois-latin : impressions et exemplaires connus », dans Cahiers de lexicologie, 1970, no 17, p. 88-89.

20 W. Van Der Wijk, La première édition..., p. 48 ; L. Bray, César Pierre Richelet..., p. 104, 112. On ne sait rien des autres continuateurs du Richelet.

21 Voir C. Beaulieux, Observations sur l’orthographe de la langue françoise. Transcriptions, commentaire et fac-similé du manuscrit de Mézeray, 1673, et des critiques des commissaires de l’Académie, précédés d’une histoire de la gestation de la première édition du Dictionnaire de l’Académie françoise (1639-1694), Paris, 1951, p. 26.

22 A la première édition auraient également participé, outre les pères Bouhours, Menestrier, Mourgues et de Vitry, un religieux de l’ordre des minimes, un officier de marine, un astronome et un certain de La Monnoye (voir M. Le Guern, « Le ‘Dictionnaire’ de Trévoux »..., p. 59, 63-64 ; l’opinion défendue par Le Guern est discutée dans D. Behnke, Furetière und Trévoux. Eine Untersuchung zum Verhältnis der beiden Worterbücherserien, Tübingen, 1996, p. 130 sq, 141).

23 C. Sommervogel, Bibliothèque de la Compagnie de Jésus... Bibliographie, 7, Bruxelles, Paris, 1896, col. 1397-1399 ; id„ Dictionnaire des ouvrages anonymes et pseudonymes publiés par les religieux de la Compagnie de Jésus depuis sa fondation jusqu’à nos jours, Paris, 1884, col. 213.

24 1767 G.V.F., préface ; A.-A. Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes, Paris, 1874, 2, col. 565. Selon la Seconde lettre de M. Midy à M. Panckoucke..., p. 8, la « société de gens de lettres » se réduit après la démission de l’abbé G*** à une seule personne. Dès l’avertissement du t. 2, le lecteur est avisé qu’un seul « auteur » a « imaginé » le dictionnaire et en a « formé le plan ».

25 Encore qu’on ne croise parmi elles ni ducs, ni pairs, ni paysans, ni artisans, et qu’on y rencontre bon nombre d’ecclésiastiques, d’hommes de loi et de gens de lettres, à l’instar d’Antoine Furetière, avocat, procureur fiscal de Saint-Germain-des-Prés, abbé commendataire de Chalivoy et membre de l’Académie française.

26 Estienne est né entre 1498 et 1503. Féraud est mort en 1807.

27 C. Beaulieux, Observations..., p. 19, 20, 40, 68, 80. Le grand dictionnaire de l’académie françoise, première partie, Francfort, 1687, s.v. cabale, cabaler, cabaleur, complot, comploter. Cette contrefaçon ne va pas au-delà de « confiture ». La cabale y est définie comme la « science abstruse et cachée qui semble ne regarder que le Vieux Testament et ses mystères, et une certaine traditive (sic) de l’interprétation des Rabins », alors qu’en 1694, la première édition du Dictionnaire donne : « une sorte de tradition parmi les juifs touchant l’interprétation mystique et allégorique de l’Ancien Testament ».

28 Encore que, dans ce dernier cas, les définitions semblent dues à Richelet lui-même (L. Bray, « Richelet’s ‘Dictionnaire françois’ (1680) as a source of ‘La Porte des Sciences’ (1682) and Le Roux’s ‘Dictionnaire comique’ (1718) », dans The History of Lexicography, éd. R.R.K. Hartmann, Amsterdam, Philadelphie, 1986, p. 14).

29 E. Armstrong, Robert Estienne..., p. 141, 147, 154, 160.

30 J. Baudry, Jean Nicot, Lyon, 1988, passim.

31 Lyon, 1630. Sur la carrière de P. Monet, voir V. W. Post, Les tentatives de réforme orthographique du père Monet, S.J., Amsterdam, 1925, p. 1 sq.

32 C. Sommervogel, Bibliothèque..., 6, col. 971, ne cite que le second de ces ouvrages. Le premier est mentionné dans la Nouvelle biographie générale d’Hoefer, s.v. Pomey.

33 Paris, 1688. Sur l’abbé Danet, voir F.J. Hausmann, « Sprachwissenschaft im Wörterbuch Vorwort. Das französisch-lateinisch Wörterbuch des Pierre Danet (1673-1691) », dans Die Frühgeschichte der romanischen Philologie : von Dante bis Diez. Beitràge zum deutschen Romanistentag in Siegen, 30.9. -3.10.1985, éd. H.J. Niederehe, B. Schlieben-Lange, Tübingen, 1987, p. 124.

34 Unam faciamus utramque gentem animis est une adaptation de En. 3, 505 (Unam faciemus utramque Troiam animis).

35 A. Viala, « Académismes », dans Ordre et contestation au temps des classiques, éd. R. Duchêne, P. Ronzeaud, Paris, Seattle, Tübingen, 1992, 2, p. 256.

36 R. Zuber, Perrot d’Ablancourt et ses belles infidèles. Traduction et critique de Balzac à Boileau, Paris, 1968, p. 191, 198, 212.

37 L. Bray, César Pierre Richelet..., p. 205, 214, 219, 239. S. Pitou, « Patru, Olivier (1604-1681) », dans Dizionario critico della letteratura francese, dir. E Simone, Turin, 1972, 2, p. 898.

38 Sur la carrière de Furetière, voir H. Fischer, Antoine Furetière (1619-1688). Ein französischer Literat des 17. Jahrhunderts, Berlin, 1937 ; J. Marmier, « La Fontaine et son ami Furetière », dans Revue d’histoire littéraire de la France, 58, 1958, p. 449-466 ; M. Nicolet, « La condition de l’homme de lettres au XVIIe siècle à travers l’œuvre de deux contemporains : Charles Sorel et Antoine Furetière », dans Revue d’histoire littéraire de la France, 63, 1963, p. 369-393 ; A. Rey, « Antoine Furetière, imagier de la culture classique », dans A. Furetière, Dictionnaire universel, Paris, 1978, 1, p. 5-75 ; J. Nagle, « Furetière entre la magistrature et les bénéfices. Autour du livre second du Roman bourgeois », dans XVIIe siècle, 32, 1980, p. 293-305 ; A. Rey, « Furetière, un révolté malgré lui », dans Les Contes de Perrault. La contestation et ses limites. Furetière. North American Society for Seventeenth-Century French Literature. Actes de Banff - 1986, éd. M. Bareau, J. Barchilon, D. Stanton, J. Alter, Paris, Seattle, Tübingen, 1987, p. 249-270.

39 Henri Basnage de Beauval en de Histoire des ouvrages des savans, 1687-1709, dir. H. Bots, Amsterdam, 2, 1984, p. 307, 310.

40 W. Van Der Wijk, La première édition..., p. 48-49 ; L. Bray, César Pierre Richelet..., p. 104.

41 Le père Souciet, qui écrit aussi pour les Mémoires de Trévoux, traduit des écrits servant à la propagande française pendant la Guerre de Succession d’Espagne (C. Sommervogel, Bibliothèque..., 7, col. 1397). Berthelin est d’après les biographies l’auteur d’une ode latine sur le siège de Berg-op-Zoom publiée en 1747.

42 J. Stéfanini, Un provençaliste marseillais..., p. 36, 164.

43 Selon la formule employée par les annotateurs du projet d’épître au roi qui devait ouvrir le dictionnaire de l’Académie française (M. Soriano, La brosse à reluire sous Louis XIV. L’« épître au roi » de Perrault annotée par Racine et Boileau, Fasano, Paris, 1989, p. 47).

44 1690 Furetière, s.v. compilateur : le compilateur est celui qui « a recueilli et ramassé plusieurs ouvrages pour les donner au public, ou qui a recueilli tout ce que les autres ont dit sur certaines matières ».

45 1690 Furetière, page de titre et préface, p. 1-2.

46 1683 Danet, épître au dauphin.

47 « Je rapporte fidellement le texte et la glose, ou l’interprétation, personne ne peut raisonnablement m’en demander davantage... Les explications que j’ay données des mots... ne sont pas de moy » (1709 Joubert, préface).

48 1756 Lebrun, préface (« je n’ai rien voulu mettre... de mon propre fonds »).

49 C. Bellet, « Question sur les dictionnaires », dans J.B. Durey de Noinville, Table alphabétique des dictionnaires, Paris, 1758, p. 5. Héritier d’un temps où la citation et la compilation n’avaient pas aussi mauvaise presse, Furetière entendait compilateur dans un sens moins péjoratif : il plaçait dans cette catégorie d’aussi grands noms que Tribonien, Gratien ou Baronius (voir 1690 Furetière, s.v. compilateur ; la préface, p. 2, présente Du Cange comme un modèle de compilateur).

50 J.C. Darmon, « Furetière et l’universel »..., p. 28.

51 1690 Furetière, page de titre. 1680 Richelet, avertissement. 1787 Féraud, p. 15.

52 Sur ce point, voir les remarques d’A. Rey, « Antoine Furetière, imagier »..., p. 90, et d’A. Collinot, « L’usage des mots, l’institution du sens dans le dictionnaire de l’Académie », dans Les marques d’usage dans les dictionnaires (XVIIe-XVIIIe siècles), dir. M. Glatigny, Lille, 1990, p. 82.

53 1680 Richelet, avertissement.

54 Son travail, estimait-il, ne se pouvait parfaire que par « diverses personnes soingneuses et diligentes à observer ce que et eulx et autres lisent ou parlent » (1549 Estienne, au lecteur).

55 1690 Furetière, préface, p. l v°, 5v°.

56 Un telle situation rejaillit sur l’écriture du dictionnaire lui-même. Son rédacteur, certes, intervient parfois avec vigueur, voire avec acrimonie. Mais il est beaucoup plus fréquent qu’il se congédie de son texte, et fasse alors usage de procédés énonciatifs (effacement du sujet, du destinataire, etc.) plusieurs fois soulignés par les historiens de la lexicographie. Voir à cet égard les remarques de S. Delesalle, L. Valensi, « Le mot ‘nègre’ dans les dictionnaires français d’Ancien Régime : histoire et lexicographie », dans Langue française, 1972, no 15, p. 88 ; et celles de F. Mazière et A. Collinot, « Discours et dictionnaire », dans Lynx, 1984, p. 154. Voir aussi, sur la pratique du « on », F. Mazière, « ‘On’ dans les dictionnaires », dans Faits de langues, 1994, no 4, p. 229-236.

57 Voir à cet égard C. Jouhaud, « Présentation », dans Annales. Histoire, Sciences sociales, 49, 1994, p. 276, et H. Merlin, « Langue et souveraineté en France au XVIIe siècle. La production autonome d’un corps de langage », ibid., p. 378 sq.

58 1694 Académie, préface.

59 Et ceci d’après l’art. 24 de ses statuts, cité par H. Merlin, « Langue et souveraineté »..., p. 380.

60 1694 Académie, préface (« on demanda si le mot d’amy supposoit une amitié réciproque ; c’est à dire si un homme pouvoit estre appelé l’Amy d’un autre qui n’auroit pas les mesmes sentimens pour luy. Cette question, qui est plus de morale que de grammaire, et que néanmoins on doit résoudre avant que de définir le mot, occupa l’Académie assez longtemps »).

61 Ibid.

62 F. Mazière, « Le dictionnaire deshabillé par ses préfaces », dans Lexique et institution, dir. A. Nicolas, Lille, 1985, p. 39.

63 1694 Académie, épître au roi.

64 Ibid, préface.

65 H. Merlin, « Langue et souveraineté »..., p. 379.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search