Version classiqueVersion mobile

La conjuration des dictionnaires

 | 
Jean-Claude Waquet

Troisième partie. La discrète officine des vérités contraires

Chapitre Ier. Dans l’atelier du lexicographe

Texte intégral

  • 1 L’organisation des articles de dictionnaire, observent ainsi S. Delesalle et L. Valensi, s’explique (...)

1Ce qu’on lit dans les dictionnaires à propos des cabales, complots, conjurations et conspirations, procède sans doute de l’idée que les lexicographes se sont formée de ces entreprises secrètes. Leurs leçons peuvent aussi s’expliquer par la façon dont ces grammairiens ont, plus en général, conçu leurs dictionnaires et organisé leur travail. Cette question a déjà été abordée, quoique de façon un peu polémique, en un temps où la prise en compte des contraintes liées aux règles de fabrication des lexiques se disqualifiait comme une sorte d’échappatoire conçue exprès pour dissimuler l’essentiel, c’est-à-dire le rôle directeur de l’idéologie1. On la reprendra en examinant successivement quatre facteurs : la subordination originelle du français au latin ; les progrès de l’analyse réalisés à l’âge classique ; l’incidence des débats rhétoriques et stylistiques du XVIIe siècle ; et enfin la formation, à partir de la fin du règne de Louis XIV, d’une sorte de marché de l’information lexicographique sur lequel chacun vient s’approvisionner pour grossir ses propres ouvrages.

I

  • 2 Sur la fidélité de ces ouvrages au « discours glossairique », voir les observations de T.R. Wooldri (...)
  • 3 Notamment dans 1549 Estienne, 1606 Nicot ou 1635-1642 Monet.
  • 4 M. Fumaroli, « La coupole », dans Les lieux de mémoire, dir. P. Nora, 2, La nation, 3, Paris, 1986, (...)
  • 5 E. Brandon, Robert Estienne et le dictionnaire français du XVIe siècle, Genève, 1967, p. 36, 70, 93
  • 6 Sur la fonction rhétorique des exemples dans les dictionnaires rédigés par les pères jésuites, voir (...)

2A la seule exception du Nicot, les dictionnaires examinés ici se définissent jusqu’au Richelet comme des ouvrages français-latin. En dépit de leur parenté avec les glossaires2 dont ils forment à certains égards le prolongement, leur apport à la lexicographie française est parfois considérable3. Mais leur finalité initiale, et parfois unique, reste l’apprentissage ou la meilleure connaissance d’un latin qui continue de se faire admirer dans sa « majesté de langue savante et de langue de l’immortalité »4. Presque contemporain des Commentarii de Dolet, le répertoire le plus ancien fait suite à un Thesaurus linguae latinae et à un Dictionarium latinogallicum. Son auteur est un humaniste qui vise, comme Guillaume Budé, à la restauration de la langue latine par l’exposition d’un vocabulaire épuré, d’interprétations vérifiées et de citations tirées des auteurs classiques5. De même les publications des jésuites ont pour fonction essentielle de permettre aux collégiens de rédiger avec grâce dans la langue de Cicéron : aussi leurs auteurs y répandent à profusion des exemples qui sont pour la jeunesse autant de modèles de beau style6.

  • 7 T.R. Wooldridge, « Robert Estienne, cruciverbiste. Les équations sémantiques du Dictionaire françoi (...)
  • 8 Voir le Dictionarium latinogallicum, Paris, 1538, s.v. conjuro, damno, obtestor.

3Dans le cas du Dictionaire françoislatin publié en 1539 par Estienne, les effets de cette priorité donnée à la connaissance du latin se somment avec ceux de 1 antériorité du Dictionarium latinogallicum, imprimé un an plus tôt et systématiquement exploité par l’humaniste pour composer son nouvel ouvrage7. L’article conjurer doit être lu dans cette perspective. Les définitions qui y sont données - « jurer ensemble pour mal faire à aucung, faire conspiration », « conjurer et adjurer aucung, le prier pour l’amitié, ou autre chose » - ne sont nullement originales : Estienne les a reprises des articles conjuro et obtestor de son Dictionarium. De façon plus générale, les seules acceptions qu’il reconnaisse au français conjurer, sont celles que l’explication de ces deux verbes latins et, secondairement, de damno avait fait émerger dans son précédent livre8. Aussi conjurer, entendu dans le sens d’exorciser, n’apparaît pas dans le Dictionaire françoislatin, ce qui aurait peut-être été le cas si le lexicographe avait fondé son travail sur le dépouillement de textes en langue vulgaire, et non sur les seuls monuments de la littérature latine, au premier rang desquels Cicéron. Le français est saisi ici par ricochet : ce qu’Estienne écrit, ne trouve pas son principe immédiat d’explication dans une analyse de la langue de ses pères, mais dans la description qu’il a précédemment donnée de celle des anciens.

  • 9 1644-1666 Pajot, s.v. cabale, conjuration ; 1658-1669 Delbrun, s.v. cabale, conjuration, conspirati (...)
  • 10 1644-1666 Pajot, 1664 Gaudin, 1689 Tachard, s.v. complot, conjuration, conspiration ; 1658-1669 Del (...)

4La priorité donnée à la langue de Cicéron produit dans les dictionnaires rédigés par les jésuites des conséquences d’un autre ordre. Soucieux peut-être de produire des ouvrages maniables, ou désireux d’accroître la place réservée aux citations latines, certains d’entre eux abrègent drastiquement les définitions données en français, au point de les faire tenir en un ou deux mots. Cabale, explique le père Pajot, est « complot », conjuration est « conspiration », conspiration, enfin, n’est rien du tout. Conjuration, répète Delbrun, est « conspiration », conspiration est « conjuration, complot », cabale est « complot, intelligence, conspiration ». Cabale, confirme le père Pomey, est « complot », complot est « conjuration », conjuration est « conspiration » et conspiration « conjuration ». Conspiration, annonce symétriquement le père Tachard, est « conjuration », conjuration est « conspiration », complot est « conjuration »9. Cette méthode appauvrit quelque peu l’analyse, tout en déterminant une multiplication des rapports de synonymie entre des mots qui se définissent mutuellement. Ces rapprochements sont rendus encore plus nombreux par le partage des mêmes traductions latines. Conjuration, lit-on chez Pajot, veut dire conjuratio, conspiratio, complot se traduit par clandestina conjuratio et conspiration bien sûr peut se rendre par conspiratio. Selon Gaudin et Tachard, ce dernier mot vaut à la fois pour complot, conjuration et conspiration. Delbrun, puis l’abbé Danet, s’en servent aussi pour cabale10.

  • 11 Voir p. 133.

5Les règles de fabrication propres aux dictionnaires français-latin sont ainsi à l’origine d’un double aplatissement : du français face au latin - chez Estienne-, et des mots les uns par rapport aux autres - chez les pères jésuites. Elles provoquent aussi, par l’intermédiaire de citations toujours puisées dans la littérature classique, cette réduction du temps historique à la seule antiquité romaine qui affecte presque généralement ces ouvrages bilingues11. De ce fait, les élèves des collèges sont plongés dès leur jeune âge dans un univers politique qui, tout autant que sa monarchie, sent sa république.

  • 12 A noter en outre que, dans le cas du Dictionaire françoislatin d’Estienne, la priorité donnée au la (...)
  • 13 1664 Gaudin, de même que 1689 Tachard, expliquent cabale par « pratique secrette » ; 1644-1666 Pajo (...)
  • 14 1756 Lebrun utilise aussi consensus, clandestinum consilium, etc.
  • 15 Manquent par exemple dans 1539 Estienne les deux définitions que l’humaniste avait données de consp (...)
  • 16 Sur l’utilisation du Thesaurus par Estienne, voir plus loin, chap. III.

6Aucun des effets produits par cette situation ne doit être exagéré, car aucun d’eux n’agit de façon exclusive, ni mécanique12. La référence à l’antiquité est aussi forte dans le dictionnaire monolingue de Furetière qu’elle ne l’est dans l’ouvrage français-latin de Monet, du moins en ce qui concerne les articles cabale, complot, conjuration et conspiration. Précises et étoffées, les définitions données par le père jésuite prouvent que la brièveté dans l’explication et l’aplatissement entre les mots ne constituent pas une tendance commune à tous les dictionnaires rédigés par les membres de la Compagnie de Jésus. De plus, ceux qui cèdent à ce double penchant gardent la liberté de choisir les synonymes ou les traductions qu’ils préfèrent, de sorte que rien ne les oblige à définir cabale par complot, ou complot par conjuration13, ni à traduire cabale par conspiratio14. Estienne enfin n’est point entièrement esclave du latin, ni du Dictionarium latinogallicum. Il ne reprend pas certaines définitions, ni certains exemples qui se trouvaient dans cet ouvrage et qui pouvaient être, comme les autres, recyclés dans le Dictionaire françoislatin15. De plus, ses sources latines lui fournissaient de quoi isoler dès la rédaction de son Thesaurus linguae latinae une acception politique de conjuratio ou de conspiratio16. Or, il ne l’a pas fait, ni pour ces deux mots, ni ensuite pour leurs équivalents français. Aussi aurait-on tort de s’exagérer le rôle directeur joué par le latin, et d’y voir la cause de choix pour lesquels il faut, manifestement, chercher ailleurs une explication.

II

  • 17 T.R. Wooldridge, Les débuts de la lexicographie française. Etienne Nicot et le Thrésor de la langue (...)
  • 18 B. Quemada, « Du glossaire au dictionnaire : deux aspects de l’élaboration des énoncés lexicographi (...)
  • 19 Il est, expliquent-ils, impossible de donner la signification des mots sans avoir au préalable « es (...)
  • 20 Sur cette innovation, voir les remarques récentes de F. Mazière, « Un événement linguistique : la d (...)
  • 21 Voir p. 37, no 1.

7La fin du XVIe siècle et le XVIIe siècle sont marqués par un lent, mais remarquable progrès dans l’analyse et la description des sens portés par les mots. Dès la quatrième édition du Dictionaire françoislatin, les additions introduites par Nicot attestent un notable effort « d’analyse et de filiation sémantique »17. Puis, dans les années 1630, le père Monet est le premier à assortir de « notions explicatives » tous les mots compris dans sa nomenclature. Enfin « l’inventaire organisé des significations » devient la règle, sous l’influence de grammairiens aussi fameux que Vaugelas ou que le père Bouhours18. Les Immortels adhèrent à cette sensibilité nouvelle19, tout en introduisant avec la définition morphosémantique une forme inédite de description des sens20. L’univers dans lequel eux-mêmes et leurs collègues se meuvent désormais, est habité par des idées non seulement claires, mais aussi distinctes, comme le sont des termes à ce point différents les uns des autres que les synonymes, pense-t-on bientôt, n’existent pas21.

  • 22 1539-1549 Estienne, s.v. conjuration. Le Thrésor de Nicot n’apporte aucune modification à l’article (...)
  • 23 1635-1642 Monet, 1644-1666 Pajot, 1658-1669 Delbrun, 1664 Gaudin, 1671-1684 Pomey, 1680 Richelet, 1 (...)

8Le traitement de conjuration fournit un exemple des effets produits par cette tendance à l’analyse et, conséquemment, à la différenciation entre les termes. Estienne, on l’a dit, ne définit pas ce mot pour lequel il fournit seulement un équivalent latin : conjuratio. Dès 1549, il complète l’entrée par des exemples, tout en ajoutant deux traductions nouvelles, correspondant en fait à deux sens jusque-là négligés par le lexicographe : adjuratio et exorcismus. Les choses en restent là jusqu’à Monet22. Celui-ci reprend les trois acceptions aperçues par Estienne ; il les illustre par des exemples et explique chacune d’elles par une brève définition, soit, respectivement : « instante prière, obtestation » ; « exorcisme de démoniaque » ; « conspiration contre aucun ». Les deux premiers de ces sens sont groupés en un seul paragraphe, ce qui les sépare du troisième et incite à considérer que conjuration comme exorcisme est, en quelque sorte, une dérivation de conjuration comme instante prière. De Pajot à Pomey, les autres dictionnaires rédigés par les jésuites n’apportent rien. Richelet modifie l’ordre des sens, développe les définitions, donne à la « conspiration contre aucun » une dimension exclusivement politique et remplace l’« exorcisme de démoniaque » par les conjurations magiques qui, précise-t-il, « sont défendues ». Furetière fait la somme des réflexions antérieures, tout en renouvelant les définitions et en introduisant de nouvelles acceptions. De celles qu’il retient, la première est politique, et se dit aussi « en raillerie » des affaires entre particuliers. Selon la seconde, conjuration veut dire « cérémonies magiques » ; selon la troisième, il doit s’entendre pour « exorcisme » ; selon la dernière, il signifie « instantes prières ». Les définitions sont précises, et illustrées par des exemples, comme le sont quelques années plus tard celles de l’Académie, qui fait à son tour évoluer l’analyse en réunissant en un seul sens l’exorcisme et les conjurations magiques. Les publications ultérieures ajoutent peu de chose, à l’exception du Grand vocabulaire françois et de la dernière édition du Trévoux, pour lesquels conjuration, terme d’antiquité romaine, désigne aussi une cérémonie organisée à Rome dans les grands dangers23.

9En germe dès Estienne, l’analyse de conjuration est, pour l’essentiel, portée à son terme par Richelet, Furetière et l’Académie, de sorte que la fin du XVIIe siècle se présente comme un moment décisif. C’est aussi, on le sait, l’époque où conjuration se voit attribuer un sens politique, au reste formulé dans des termes qui varient fortement d’un répertoire à un autre. On peut, bien sûr, rapprocher les deux phénomènes, et estimer que la politisation du mot, son expression en termes d’union ou, au contraire, de dessein, et enfin sa connotation plus ou moins négative, sont en définitive la conséquence directe d’une évolution obligeant les lexicographes à plus de précision et les amenant, du même coup, à prendre parti sur le sens des termes comme sur la nature des choses. Forte, dès lors, pourrait être la tentation de faire des progrès de l’analyse lexicographique une cause essentielle de la différence observée entre deux catégories de dictionnaires : les ouvrages français-latin, d’une part, qui se bornent souvent à une analyse sommaire et ne reconnaissent à conjuration - ni d’ailleurs à conspiration - aucun sens politique ; et d’autre part les grands répertoires monolingues, qui poussent l’analyse beaucoup plus loin et, procédant ainsi, mettent finalement en lumière une signification en rapport avec le prince, l’Etat ou la liberté publique. On assignerait aussi à cette même cause - le souci généralisé et presque maniaque de cerner par l’analyse la vérité des mots - le surgissement de divergences qui affecteraient d’autant plus naturellement le Richelet, le Furetière et le dictionnaire de l’Académie que ces ouvrages sont, précisément, les plus fouillés.

10Une telle explication se heurte à l’exemple du père Monet, qu’une analyse lexicographique de qualité ne conduit nullement à isoler une acception politique. De façon plus générale, il n’existe pas de lien nécessaire entre les progrès de l’analyse - qui sont évidents - et l’évolution de celle-ci dans un sens quel qu’il soit, de sorte que ni la politisation des définitions, ni la mise en évidence des notions d’union ou, au contraire, de dessein, ni l’énonciation de jugements plus ou moins négatifs ne peuvent passer pour les conséquences inévitables d’un travail plus attentif d’organisation des significations. Les lexicographes auraient pu emprunter une autre voie. Ce qui est remarquable, c’est que parmi toutes les directions possibles, ils aient pris celle-ci, qu’ils s’y soient engagés pratiquement au même moment et que, l’ayant parcourue chacun de son côté, ils soient parvenus pour finir à des conclusions très contrastées. Les progrès de l’analyse lexicographique se configurent donc comme le contexte à l’intérieur duquel certains choix sont devenus possibles et certaines définitions ont effectivement été formulées. Mais ils ne peuvent en aucun cas être présentés comme la raison dernière pour laquelle tel sens a été assigné à tel mot.

III

  • 24 M. Fumaroli, « La coupole »..., p. 346-348.
  • 25 A. Viala, « Une nouvelle institution littéraire, les dictionnaires du français vivant. Polémiques a (...)
  • 26 Sur la place des citations chez Richelet - et chez Furetière-, voir A. Lehman, « La citation d’aute (...)

11Que peut-on, et doit-on, définir ? les choses, ou les mots ? Faut-il enrichir la langue ou purifier le français ? Que faire de l’antiquité, et que penser des modernes ? Convient-il de citer les auteurs, ou vaut-il mieux bannir toute citation ? Est-il légitime de pratiquer une éloquence sévère ? ou de préférer la « rhétorique des peintures » ? ou de s’exprimer avec la grâce sans pédanterie des mondains ? Ces questions ont suscité au XVIIe siècle des débats, des écrits et des décisions auxquels, pour être hommes de lettres, les lexicographes ne pouvaient pas rester étrangers. Les positions qu’ils ont tenues, ne sont point unanimes. Leurs dictionnaires renvoient naturellement l’écho de leurs désaccords. Furetière goûte les exemples doctes : il est, a-t-on écrit, « l’un des grands érudits du règne de Louis XIV » et, loin de se borner à la seule langue des mondains, il saisit le français « dans toutes ses richesses, techniques et savantes autant que populaires ». L’Académie pour sa part se méfie des pédants, et énonce sa préférence pour l’« idiolecte » des gens du monde24. Mais les positions qu’elle tient, si elles diffèrent de celles de Furetière, ne coïncident pas pour autant avec celles de Richelet et de ses amis dont le dictionnaire, « moderniste » et puriste « orthodoxe »25, est à l’inverse de celui des Immortels ouvert aux citations26 et aux définitions de choses. Autant de lexicographes, donc, et autant de projets. Ces choix contraignent, dans une proportion qu’il faut maintenant essayer d’évaluer, les textes contenus dans les dictionnaires et, notamment, les articles cabale, complot, conjuration et conspiration.

  • 27 C. Favre de Vaugelas, Remarques sur la langue françoise, éd. A. Chassang, Paris, 1880, 2, p. 299.
  • 28 1680 Richelet, 1690 Furetière, 1694-1718 Académie, s.v. conjurateur.

12Vaugelas l’a décrété : « conjurateur, pour un homme qui est autheur ou complice d’une conjuration, n’est pas François, il faut dire conjuré »27. Richelet se conforme à cette décision : « ce mot », écrit-il, « n’est pas François, et en sa place on doit dire conjuré, Vaug. rem. ». A l’inverse, Furetière et l’Académie ouvrent les colonnes de leurs dictionnaires au terme que l’immortel grammairien a si péremptoirement rejeté. Le premier semble éprouver le besoin de se justifier, et marque fortement la nuance de sens qui l’oblige à conserver conjurateur dans la langue française : ce terme, professe-t-il, désigne l’auteur, tandis que conjuré fait connaître le complice. L’Académie, qui n’avait point eu autant de clairvoyance - ou autant de scrupule-, adopte cette interprétation dans la deuxième édition de son dictionnaire28.

  • 29 Il existe bien cabaleur et cabaliste, mais la réflexion des grammairiens distingue ces deux mots en (...)

13Ce microscopique événement montre qu’un caractère propre au projet lexicographique lui-même - le souci de prendre en compte les décisions des puristes, soit pour s’y conformer, soit pour les critiquer - peut à la fois déterminer le sort fait à un mot - en l’espèce, conjurateur - et les termes dans lesquels la chose désignée par celui-ci est analysée. On constate aussi qu’en ce qui concerne ce second point, le discours tenu par les lexicographes va de façon très logique dans le sens d’une différenciation accrue entre les termes : faire sentir ce qui les sépare, c’est, de fait, justifier la présence de chacun d’eux et, par conséquent, apporter aux censeurs qui veulent purifier la langue une contradiction non dénuée de fondement. Naît, du même coup, le soupçon que le sens assigné à conjurateur par Furetière et par les Immortels tient moins à l’idée qu’ils se faisaient de ce personnage et de son rôle effectif, qu’à leur souci de justifier, contre Vaugelas, le maintien d’un mot contesté. Mais cette tactique comporte des effets qui vont au-delà des objectifs qu’elle sert : dans le cas présent, elle porte à mettre l’accent sur le rôle joué par les chefs, à accréditer par là une conception hiérarchisée des conjurations et, par contrecoup, à faire ressortir la singularité de celles-ci par rapport aux complots et aux cabales, pour lesquels aucun dictionnaire ne met en évidence un responsable principal29.

14Dans l’exemple qui précède, Furetière et l’Académie se retrouvent côte à côte contre Richelet - et Vaugelas. Il n’en est pas toujours ainsi. Le premier a donné à son dictionnaire un tour savant qui détermine une forte inscription des mots ou, plutôt, des choses désignées par ceux-ci, dans le temps historique : conjurer appelle les tyrans d’Athènes, conjuré convoque Cinna, conjuration Catilina, Saliuste et Cicéron, conjurateur enfin les assassins des empereurs romains. Rien de tel avec le dictionnaire de l’Académie : ses rédacteurs tournent le dos à l’érudition et à la pédanterie, et réduisent les exemples historiques à la portion congrue. Aussi la conjuration y est, exception faite d’une mention de Catilina, complètement détachée de son contexte : extraite des annales de la politique, elle paraît n’y appartenir que de façon virtuelle, ou abstraite.

  • 30 1694 Académie, préface. 1680 Richelet, avertissement.
  • 31 Sur ce point, voir B. Quemada, Furetière. Factums contre l’Académie, Paris, 1968, p. 70. Sur l’oppo (...)

15Attentive à ne rien oublier de ce qui peut « servir à l’élégance et à la noblesse du discours », l’Académie multiplie les exemples grammaticaux ou stylistiques, comme d’ailleurs Richelet qui, lui aussi, donne « le diférent usage » des termes et « leur aplication dans les divers stiles »30. Ces exemples ne sont pas là, du moins en principe, pour soutenir ou suggérer une argumentation sur les choses nommées par les mots : le but poursuivi est seulement d’aider le lecteur à bien écrire. Pourtant, leur incidence sur la dimension morale des articles n’est pas mince : c’est par leur intermédiaire que la conjuration devient « horrible » et « détestable », la conspiration « dangereuse », le complot « pernicieux ». Moins soucieux de régler le beau style, et pour cette raison plus avare de qualificatifs que ses anciens confrères31, Furetière ne fulmine pas de telles censures : la conjuration, la conspiration et le complot sont, chez lui, moins abruptement jugés qu’ils ne le sont par l’Académie française.

16Dictionnaires de choses contre dictionnaires de mots : cette distinction, qui traîne derrière elle non seulement Furetière et les Immortels, mais aussi quantité d’autres oppositions entre érudits et mondains, anciens et modernes, inventio et elocutio, conditionne les textes produits par les lexicographes. Furetière inscrit-il les conjurations dans l’histoire ? La cause semble moins à chercher du côté de l’idée que cet auteur se fait des entreprises secrètes, que de celui de la logique érudite qui informe son travail et le porte à situer dans le temps tout ce qu’il définit. Inversement, si l’Académie aborde ces mêmes conjurations sous un angle à la fois intemporel et moral, ce n’est pas, au fond, parce qu’elle est plus ignorante que l’abbé de Chalivoy, ou plus hostile que lui aux machinations ourdies contre les princes légitimes, mais simplement parce que le modèle de dictionnaire auquel elle a souscrit lui permet de faire de la morale, mais non de l’histoire. A tel projet lexicographique, donc, tel article : on saisit, ici encore, le lien qui unit les règles de fabrication des dictionnaires aux textes qu’on y lit. Mais une fois de plus, ce lien est fragile ou, pour mieux dire, illusoire.

  • 32 M. Fumaroli, « La coupole »..., p. 345.
  • 33 « Ce prince voyant une armée de cinquante mille hommes preste d’entrer dans ses Estats, trouva moye (...)
  • 34 Sur ce point, voir J.C.W., « Conjurations, cabales, séditions : pour une analyse politique du Dicti (...)

17L’opposition entre dictionnaires de mots et dictionnaires ; de choses ne joue pas de façon aussi contraignante que les quelques remarques faites à l’instant le laissent supposer. Les lexicographes ne choisissent pas toujours nettement entre l’une et l’autre de ces options, de sorte que certains parcourent une voie moyenne, irréductible aux deux autres : c’est le cas de Richelet, dont le dictionnaire « des mots et des choses » mêle effectivement, du moins dans les articles considérés ici, reminiscences historiques et jugements de valeur. Il serait par ailleurs un peu vain de postuler une équation entre dictionnaires de mots et indifférence à l’histoire. L’Académie, on l’a dit, cite Catilina. De plus, comme il entre dans sa vocation de fonder par ses textes une « immortalité glorieuse »32, elle tisse parfois dans ses notices l’éloge à peine voilé d’un roi moderne, Louis XIV, dont elle écrit la geste à travers des exemples peu « grammaticaux »33. On aurait tout aussi tort de s’imaginer que seuls les dictionnaires de mots contiennent des jugements de valeur, ou pis encore que ces jugements s’expriment exclusivement par l’intermédiaire d’exemples grammaticaux ou stylistiques. Les dictionnaires de choses en véhiculent aussi, à commencer par le Furetière dont les savants articles tissent une argumentation porteuse d’une appréciation et, en l’espèce, d’une condamnation dénuées d’équivoque34. Nul enfin n’a jamais forcé les rédacteurs des dictionnaires de mots à retenir par priorité des exemples exprimant des vues tendancieuses, ou des opinions tranchées, négatives de surcroît, alors que leur propos est en principe de servir la beauté de la langue. Si le souci de l’Académie est de faire connaître au monde qu’on peut dire « conjurer contre », il n’est pas nécessaire de rappeler que « Catilina avoit conjuré contre sa patrie » : il est assez de mettre « conjurer contre sa patrie », ou « conjurer contre Richelieu », voire « conjurer contre Louis XIII ». Si, pareillement, le but de Richelet est de montrer que conjuré circule sous les meilleurs plumes, point n’est besoin d’écrire « les conjurez ont été condamnés à la mort » : « les conjurez, Abl. », suffit amplement. Ce qui est intéressant, c’est que le lexicographe n’ait pas embrassé ce parti. Mais c’est aussi ce que la nature de son dictionnaire n’explique en aucune façon.

  • 35 Voir par exemple le cas de se soulever : N. Andry de Boisregard (Suite des réflexions critiques sur (...)
  • 36 Mais définissait le conjuré comme l’auteur ou le complice d’une conjuration.

18Revenant enfin aux effets du purisme, on conçoit que les lexicographes se soient parfois sentis tenus d’obéir aux injonctions des censeurs les plus exigeants, ou du moins de se justifier lorsqu’ils embrassaient un parti contraire au leur. Mais ces mêmes censeurs étaient loin d’être toujours du même avis, ce qui rendait aux rédacteurs des lexiques quelque liberté35. Tel de ces lexicographes aura, admettons-le, été tenté de forcer la différence entre deux mots dont l’un avait été préalablement rejeté au nom d’une nécessaire purification de la langue. Mais rien, alors, ne l’obligeait à fonder cette différenciation sur un critère plutôt que sur un autre : rien, en d’autres termes, ne forçait Furetière à arguer de la hiérarchie entre le chef et ses complices pour sauver conjurateur. Une telle hiérarchie, au reste, était clairement perçue par Vaugelas, comme elle l’était par Richelet, qui excluait pourtant conjurateur36, de sorte qu’en l’absence même de tout souci de se concilier la mémoire offensée d’un grammairien, l’auteur du Dictionnaire universel aurait parfaitement pu établir une distinction entre le principal d’une conjuration et ses participants. En définitive, les liens entre les débats rhétoriques et stylistiques du Grand Siècle, les projets lexicographiques et les textes contenus dans les dictionnaires ne s’établissent jamais de façon mécanique. Même lorsqu’ils jouent, leur pouvoir explicatif demeure limité.

IV

  • 37 T.R. Wooldridge, Les débuts de la lexicographie..., p. 17 sq.
  • 38 T.R. Wooldridge, « Sur la trace du Grand dictionaire françois-latin : impressions et exemplaires co (...)

19Les emprunts entre répertoires sont aussi vieux que les dictionnaires eux-mêmes. Estienne fit, si l’on peut dire, emprunt à lui-même lorsqu’il composa son ouvrage. Nicot, qui compléta ce premier essai, le prit ensuite pour base de son Thrésor37. Entre temps, quelques imprimeurs peu délicats avaient plagié sans vergogne le Dictionaire françoislatin38. Puis celui-ci perdit de son pouvoir d’attraction, du moins en ce qui concerne les articles cabale, complot, conjuration et conspiration que les grands répertoires monolingues de la fin du XVIIe siècle ne reprirent pas. L’exploitation des textes préexistants ne cessa pas pour autant.

  • 39 Avec ceux de Nicot, Cotgrave, Delbrun et Pajot (C. Beaulieux, Observations sur l’orthographe de la (...)
  • 40 1635-1642 Monet, 1694 Académie, s.v. cabale, complot, conjuration, conjurer, conspiration.

20Les académiciens avaient reçu du roi le dictionnaire de Monet39. Ils le firent attentivement, et ne répugnèrent point à s’en inspirer. « Conjurer quelcun », avait écrit le père jésuite, « le prier par les choses saintes » : par « la considération des choses saintes », répétent et précisent les Immortels. Une conjuration est, pour eux comme pour Monet, une « instante prière ». Conspiration, de l’avis du bon père, veut dire « union de volontez tendantes à même fin » ; il doit, selon les académiciens, se prendre pour « union d’esprit et de volontez pour un mesme dessein ». Un complot se donne chez 1 un pour un « mauvais dessein, conceu et arreté antre plusieurs », et chez les autres pour un « secret ou mauvais dessein, formé entre deux ou plusieurs personnes ». Cabale enfin signifie dans l’Invantaire « interprétation mystique des paroles de l’Ecriture sainte, par transposition de lettres », ou encore « secrète pratique de quelques desseins, antre quelques comploteurs confederez ». Les Quarante, une fois encore, renvoient fidèlement l’écho : cabale, expliquent-ils, prend à la fois le sens d’« interprétation mystique et allégorique de l’Ancien Testament » et celui de « pratique secrette de plusieurs personnes qui ont un mesme dessein et font un complot ensemble »40.

  • 41 1690 Furetière, 1694 Académie, s.v. conjurer, conspiration, conspirer. Richelet à l’inverse est plu (...)

21La première édition du dictionnaire de l’Académie se nourrit donc de l’Invantaire ou du Parallèle, du moins en ce qui concerne cabale, complot, conjuration et conspiration. Elle présente aussi des similitudes avec le Furetière, soit que l’ancien académicien ait utilisé l’œuvre inachevée de ses confrères, soit à l’inverse que les Immortels aient mis leur retard à profit pour s’inspirer du Dictionnaire universel. « Je vous en conjure », « chasser avec certaines paroles », sont des expressions que l’article conjurer présente dans les deux lexiques. « Prier instamment » rappelle « prier avec instance ». « Qui sont les plus chères » annonce « ce que l’on a de plus cher ». « Contre l’Estat, les Puissances » prépare « contre l’Etat et les Puissances ». « Conspiration universelle au bien de l’Estat » se retrouve dans « conspiration universelle pour entretenir la paix dans le royaume ». « Concourir ensemble, estre unis d’esprit et de volonté pour quelque dessein bon ou mauvais » n’est, enfin, pas très éloigné de « s’unir ensemble, se liguer pour réüssir quelque entreprise, quelque dessein, et selon qu’il est bon ou mauvais... ». Il est, en bref, difficile de penser que l’un n’a pas lu les autres, ou vice-versa41.

  • 42 J. Stéfanini, Un provençaliste marseillais. L’abbé Féraud (1725-1807), Aix-en-Provence, 1969, p. 13 (...)
  • 43 Tout en constituant aussi un « épisode de la lutte anti-protestante », selon l’expression de M. Le (...)
  • 44 F. Mazière, « Les marques de fabrique. Marquage et marques de domaine dans les dictionnaires classi (...)
  • 45 B. Quemada, Les dictionnaires du français moderne (1539-1863). Etude sur leur histoire, leurs types (...)
  • 46 Midy-Héron (P. N.), Lettre de M. Midy, de l’Académie de Rouen, secrétaire du Roi, à M. Panckoucke, (...)

22Passées la fin du XVIIe siècle et la publication des grands dictionnaires monolingues, les progrès de l’analyse se ralentissent, les entreprises vraiment nouvelles se font plus rares, les débats théoriques, lorsqu’il y en a, restent sans grande incidence sur le travail des lexicographes. La tendance est désormais à faire du nouveau avec de l’ancien, en puisant de façon parfois systématique dans les ouvrages antérieurs. Cette évolution s’explique probablement par des préoccupations commerciales, peu surprenantes en un temps où les dictionnaires de langue sont devenus plus nombreux et la concurrence, par voie de conséquence, se fait plus forte. Elle tient sans doute aussi à une sorte de conformisme académique qui porte certains lexicographes du XVIIIe siècle, l’abbé Féraud notamment42, à reprendre les solutions et les formulations adoptées par les Immortels. Sa manifestation inaugurale est la première édition du dictionnaire de Trévoux, qui consiste pour l’essentiel en un impudent plagiat du Dictionnaire universel43. Mais cet épisode est loin d’être isolé. Basnage, continuateur de Furetière, emprunte à l’Académie44. Inlassablement réédité, le Richelet se gonfle « de trois fois son volume initial... par simple compilation des Furetière et Trévoux »45. Plus tard, le Grand vocabulaire françois est accusé d’avoir plagié non seulement le dictionnaire de l’Académie, mais aussi des répertoires historiques et géographiques tels que celui de La Martinière46. Les articles examinés ici subissent, on s’en doute, les effets de cette irrésistible vogue.

  • 47 1695 Richelet, 1701 Furetière, 1718 Académie, 1727 Furetière, 1732 Richelet, 1740 Académie, 1762 Ac (...)
  • 48 Conjurateur, conjuration, conjuré, conjurer, conspirateur, conspiration, conspiré, conspirer.
  • 49 A l’intérieur duquel les articles cabale, complot, conjuration et conspiration paraissent donc cons (...)

23Etendu à une dizaine d’éditions de plusieurs dictionnaires47, un sondage portant sur huit mots48 a permis de répérer plus de soixante-dix emprunts d’un ouvrage à un autre. Le Dictionnaire universel est utilisé huit fois. L’Académie, toutes éditions confondues, l’est à quarante-sept reprises, ce qui donne la mesure de son influence. Le Richelet, de même que le Grand vocabulaire françois, sont également mis à contribution. Les emprunts deviennent plus nombreux à partir de la dernière édition du Furetière : plus de soixante d’entre eux sont effectués par ce dictionnaire (13), par le Grand vocabulaire françois (10), par l’ultime version du Trévoux (17) et enfin par le Féraud (21). Deux publications enfin restent en marge de ce recopiage frénétique - ou de cette respectueuse dévotion aux leçons des Quarante- : le dictionnaire de Richelet49, et bien sûr celui de l’Académie dont les rééditions contiennent peu d’emprunts littéraux aux répertoires contemporains.

  • 50 A. Collinot, F. Mazière, « Un prêt à parler : le Dictionnaire universel d’Antoine Furetière et sa p (...)
  • 51 1727 Furetière, s.v. complot, comploter, conjuration, conspiration ; 1718 Académie, s.v. complot, c (...)

24L’effet produit par ces développements est la diffusion, voire la généralisation de définitions, de citations et d’exemples introduits sous Louis XIV, soit à partir du Richelet, soit à partir du Furetière, soit et surtout à partir de l’Académie. Il en résulte parfois une harmonisation des dictionnaires, une stabilisation de leurs textes autour de positions partagées et donc une diminution de leur singularité. Tel est le cas lorsque l’Académie suit assez régulièrement Monet, et Féraud plus fidèlement encore l’Académie. Mais plus souvent, c’est à une prolifération anarchique du sens et des rapports de synonymie qu’on assiste : empruntés, plagiés ou, quelquefois, nouvellement excogités, des éléments disparates sont intégrés sans aucune réflexion ni effort de synthèse dans des structures peu propres à les accueillir, de sorte que cette hybridation produit, comme on l’a justement noté, un « miroitement du sens, incontrôlé »50. Ainsi en va-t-il avec la dernière version du Dictionnaire universel, dans laquelle le continuateur de Furetière procède sans grand discernement à des assemblages un peu hasardeux. A l’article complot, « machination » est de lui ; mais « espèce de conspiration » vient des éditions précédentes du Dictionnaire, « mauvais dessein » renvoie l’écho de l’Académie, et « projet de nuire » prend en compte Richelet. Plus loin, sous comploter, « faire un complot » appartient à Furetière, « machiner quelque chose » à Richelet, « conspirer » aux Immortels. Sous conspiration, « conjuration » est un emprunt à l’Académie dont le continuateur aurait pu faire l’économie puisque, par ailleurs, il continue de définir ce dernier mot par conspiration ; « complot » en revanche est un ajout : il fait de la conspiration une espèce de complot, mais sans que le complot cesse, pour sa part, d’être donné pour une espèce de conspiration51. Cette fois-ci, le mode de fabrication du dictionnaire joue un rôle essentiel : il donne, à bien des égards, la clé de ce que le lecteur a sous les yeux. Mais une fois encore, il n’explique pas tout, puisque le continuateur était toujours libre de plagier l’un, de ne pas emprunter à l’autre, d’ajouter quelque chose de son crû ou de ne rien faire d’autre que copier.

*
* *

  • 52 Sur lequel on n’est que très imparfaitement informé. Lorsqu’il publie son dictionnaire, Richelet se (...)

25Les articles cabale, complot, conjuration et conspiration, comme d’ailleurs les autres textes qui composent les dictionnaires, ne gagnent pas à être détachés des livres dont ils constituent les infimes segments. Partie intégrante d’un projet qui les dépasse, ils portent nécessairement l’empreinte des ambitions des lexicographes, des règles que ceux-ci se sont empiriquement données et des contraintes qu’ils se sont imposées en fonction non seulement de leurs préférences, mais aussi des attentes présumées de leur public52. Les uns partent du latin, ou y aboutissent. Les autres à l’inverse se soucient avant tout de bien analyser le français. La préoccupation qui les guide, est tantôt de servir les érudits, tantôt de guider les mondains, tantôt encore de réaliser un monumental conglomérat des répertoires rédigés par leurs prédécesseurs. Les uns découvrent, les autres recopient, ou complètent, ou mélangent, créant des filiations, des synthèses et, parfois, un déplorable chaos.

26La connaissance de ces circonstances de fabrication permet de mesurer le rôle joué par des autorités, ou des références : le latin, les grammairiens, puis l’Académie. Elle explique des convergences : entre le dictionnaire d’Estienne et celui de Nicot, entre ceux des pères jésuites, entre les premiers répertoires monolingues, entre les plagiaires du siècle suivant. Elle aide par contrecoup à comprendre les fossés qui séparent les générations. Elle éclaire la genèse des textes, porte à ne pas s’étonner d’une analyse fouillée, d’un traitement érudit, d’une visée morale, ou encore fait voir ce qu’il y a d’inattendu ou de rare dans tel exemple ou dans tel énoncé. Elle conduit enfin à dessiner une sorte de carte : celles des conditions ou, mieux, des lieux de production des textes lexicographiques.

27Ce contexte toutefois ne fournit pas la clef de ce que l’on veut ici démêler : il explique qu’il y ait plus d’érudition dans le Dictionnaire universel que dans celui de l’Académie, plus de jugements exprimés de façon directe chez Richelet que chez Estienne, plus de consistance enfin chez Monet que dans la dernière mouture du Dictionnaire universel·, mais il ne permet nullement de comprendre pourquoi Furetière ne tire aucun de ses exemples de l’histoire médiévale, pourquoi Richelet trouve les complots noirs, plutôt qu’habiles ou ingénieux, pourquoi l’Académie pense la conspiration en terme de dessein, et non en terme d’union, pourquoi enfin le travail des lexicographes les a conduits à dégager une acception politique pour conjuration et non pour cabale alors que chacun, dans la France de la fin du XVIIe siècle, a entendu parler de la Cabale des Importants. Tout, donc, est mieux situé ; mais rien, pour finir, n’est véritablement expliqué.

Notes

1 L’organisation des articles de dictionnaire, observent ainsi S. Delesalle et L. Valensi, s’explique moins par les « contraintes d’un modèle de fabrication » que par l’action de « forces idéologiques » (« Le mot ‘nègre’ dans les dictionnaires français d’Ancien Régime : histoire et lexicographie », dans Langue française, 1972, no 15, p. 104).

2 Sur la fidélité de ces ouvrages au « discours glossairique », voir les observations de T.R. Wooldridge, « Les vocabulaire et fréquence métalinguistiques du discours lexicographique des principaux dictionnaires généraux monolingues français des XVIe-XXe siècles », dans Travaux de linguistique et de philologie, 26, 1988, p. 305.

3 Notamment dans 1549 Estienne, 1606 Nicot ou 1635-1642 Monet.

4 M. Fumaroli, « La coupole », dans Les lieux de mémoire, dir. P. Nora, 2, La nation, 3, Paris, 1986, p. 333.

5 E. Brandon, Robert Estienne et le dictionnaire français du XVIe siècle, Genève, 1967, p. 36, 70, 93.

6 Sur la fonction rhétorique des exemples dans les dictionnaires rédigés par les pères jésuites, voir notamment C. Girardin, « Une doctrine jésuite de l’exemple. Le Dictionnaire royal augmenté de François-Antoine Pomey », dans Langue française, 1995, no 106, p. 28.

7 T.R. Wooldridge, « Robert Estienne, cruciverbiste. Les équations sémantiques du Dictionaire françoislatin », dans Cahiers de Lexicologie, 1975, no 27, p. 107 sq. Sur la façon dont Estienne a utilisé son Dictionarium, voir aussi M. Lindemann, Die franzosischen Worterbücher von den Anfängen bis 1600. Entstehung und typologische Beschreibung, Tübingen, 1995, p. 334 sq.

8 Voir le Dictionarium latinogallicum, Paris, 1538, s.v. conjuro, damno, obtestor.

9 1644-1666 Pajot, s.v. cabale, conjuration ; 1658-1669 Delbrun, s.v. cabale, conjuration, conspiration ; 1689 Tachard, s.v. complot, conjuration, conspiration.

10 1644-1666 Pajot, 1664 Gaudin, 1689 Tachard, s.v. complot, conjuration, conspiration ; 1658-1669 Delbrun, 1683 Danet, s.v. cabale, complot, conjuration, conspiration.

11 Voir p. 133.

12 A noter en outre que, dans le cas du Dictionaire françoislatin d’Estienne, la priorité donnée au latin recule dès la deuxième édition, publiée en 1549.

13 1664 Gaudin, de même que 1689 Tachard, expliquent cabale par « pratique secrette » ; 1644-1666 Pajot donne « complot, mauvais dessein » ; 1658-1669 Delbrun donne « mauvais dessein caché », etc.

14 1756 Lebrun utilise aussi consensus, clandestinum consilium, etc.

15 Manquent par exemple dans 1539 Estienne les deux définitions que l’humaniste avait données de conspiration dans le Dictionarium latinogallicum (« conspiratio, quand plusieurs d’un mesme accord et vouloir entreprennent quelque chose bonne ou mauvaise, conspiration », « conspiratus, hujus conspiratus, conspiration, commun accord »). Par ailleurs, Estienne attend l’édition de 1549 pour se servir de l’exemple conjurare de interficiendo aliquo (Dictionarium latinogallicum, s.v. conjura). 11 n’utilise pas des expressions et des exemples tels que contra populum romanum conjuravit (ibid), contra sceleratissimam conspirationem hostium confligemus ou nostram conspirationem in republica bene gerenda diremerunt (Dictionarium latinogallicum, s.v. conspirò).

16 Sur l’utilisation du Thesaurus par Estienne, voir plus loin, chap. III.

17 T.R. Wooldridge, Les débuts de la lexicographie française. Etienne Nicot et le Thrésor de la langue françoyse (1606), Toronto, Buffalo, 1977, p. 171.

18 B. Quemada, « Du glossaire au dictionnaire : deux aspects de l’élaboration des énoncés lexicographiques dans les grands répertoires du XVIIe siècle », dans Cahiers de lexicologie, 1972, no 20, p. 107, 115.

19 Il est, expliquent-ils, impossible de donner la signification des mots sans avoir au préalable « estably quelle est la principale et quelles sont les autres, et en quoy elles diffèrent, tant à l’esgard du sens propre que du sens figuré » (1694 Académie, préface).

20 Sur cette innovation, voir les remarques récentes de F. Mazière, « Un événement linguistique : la définition du nom abstrait dans la première édition du Dictionnaire de l’Académie (1694) », dans Les noms abstraits. Histoire et théories. Actes du colloque de Dunkerque (15-18 septembre 1992), éd. N. Flaux, M. Glatigny, D. Sermain, Villeneuve d’Ascq, 1996, p. 161 sq·

21 Voir p. 37, no 1.

22 1539-1549 Estienne, s.v. conjuration. Le Thrésor de Nicot n’apporte aucune modification à l’article conjuration, pas plus d’ailleurs qu’aux articles complot et conspiration. Il n’introduit pas d’article cabale.

23 1635-1642 Monet, 1644-1666 Pajot, 1658-1669 Delbrun, 1664 Gaudin, 1671-1684 Pomey, 1680 Richelet, 1689 Tachard, 1690 Furetière, 1694 Académie, 1767 G.V.F., 1771 Trévoux, s.v. conjuration.

24 M. Fumaroli, « La coupole »..., p. 346-348.

25 A. Viala, « Une nouvelle institution littéraire, les dictionnaires du français vivant. Polémiques autour de la genèse d’un genre et significations sociales », dans De la mort de Colbert à la Révocation de l’Edit de Nantes : un monde nouveau ?, Marseille, 1985, p. 93. Le purisme du Richelet ne doit pas être exagéré : voir à cet égard les remarques de L. Bray, « La lexicographie française des origines à Littré », dans Worterbücher, Dictionaries, Dictionnaires, dir. F.J. Hausmann, O. Reichmann, H.E. Wiegand, L. Zgusta, 2, Berlin, 1990, p. 1796.

26 Sur la place des citations chez Richelet - et chez Furetière-, voir A. Lehman, « La citation d’auteurs dans les dictionnaires de la fin du XVIIe siècle (Richelet et Furetière) », dans Langue française, 1995, no 106, p. 35-54.

27 C. Favre de Vaugelas, Remarques sur la langue françoise, éd. A. Chassang, Paris, 1880, 2, p. 299.

28 1680 Richelet, 1690 Furetière, 1694-1718 Académie, s.v. conjurateur.

29 Il existe bien cabaleur et cabaliste, mais la réflexion des grammairiens distingue ces deux mots en faisant trésor d’un tout autre critère que celui qui revient à opposer le chef à ses subordonnés. Voir Latouche, L’art de bien parler français, Amsterdam, 1730, 2, p. 84 (le cabaleur est une personne qui cabale ; le cabaliste est un homme versé dans la science de la cabale).

30 1694 Académie, préface. 1680 Richelet, avertissement.

31 Sur ce point, voir B. Quemada, Furetière. Factums contre l’Académie, Paris, 1968, p. 70. Sur l’opposition entre Furetière et l’Académie, voir aussi F. Mazière, « Le Dictionnaire de l’Académie (1694) et la préédition de 1687 », dans Histoire et grammaire du sens. Hommage à Jean-Claude Chevalier, dir. S. Auroux, S. Delesalle, H. Meschonnic, Paris, 1996, p. 129 sq.

32 M. Fumaroli, « La coupole »..., p. 345.

33 « Ce prince voyant une armée de cinquante mille hommes preste d’entrer dans ses Estats, trouva moyen de conjurer la tempeste » (1694 Académie, s.v. conjurer) : on ne saurait - on en conviendra - indiquer au lecteur en moins de mots, et avec une plus grande indifférence à l’histoire, comment se construit le verbe conjurer...

34 Sur ce point, voir J.C.W., « Conjurations, cabales, séditions : pour une analyse politique du Dictionnaire universel de Furetière », dans Vives lettres, 1, 1996, p. 17 sq.

35 Voir par exemple le cas de se soulever : N. Andry de Boisregard (Suite des réflexions critiques sur l’usage présent de la langue françoise, Paris, 1693, p. 338) estime qu’il « ne se met pas moins pour conjurer que pour se révolter ». A l’inverse le père Bouhours (Suite des remarques nouvelles sur la langue françoise, Paris, 1692, p. 26) considère que ce verbe « ne se dit que des sujets à l’égard de leur prince ». N. Toinard (Discussion de la suite des remarques nouvelles du P. Bouhours sur la langue françoise, Paris, 1693, p. 72) est du même avis.

36 Mais définissait le conjuré comme l’auteur ou le complice d’une conjuration.

37 T.R. Wooldridge, Les débuts de la lexicographie..., p. 17 sq.

38 T.R. Wooldridge, « Sur la trace du Grand dictionaire françois-latin : impressions et exemplaires connus », dans Cahiers de lexicologie, 1970, no 17, p. 87 sq.

39 Avec ceux de Nicot, Cotgrave, Delbrun et Pajot (C. Beaulieux, Observations sur l’orthographe de la langue françoise. Transcriptions, commentaire et fac-similé... précédés d’une histoire de la gestation de la première édition du Dictionnaire de l’Académie françoise (1639-1694), Paris, 1951, p. 55).

40 1635-1642 Monet, 1694 Académie, s.v. cabale, complot, conjuration, conjurer, conspiration.

41 1690 Furetière, 1694 Académie, s.v. conjurer, conspiration, conspirer. Richelet à l’inverse est plus isolé : premier paru, il a fondé son dictionnaire sur des dépouillements originaux effectués par lui-même et par ses amis (W. Van Der Wijk, La première édition du Dictionnaire français de Richelet, Dordrecht, 1923, p. 30 sq ; L. Bray, César Pierre Richelet (1626-1698) : biographie et œuvre lexicographique, Tübingen, 1986, p. 8 sq). Ni Furetière, ni 1 Académie ne semblent l’avoir utilisé, du moins pour la rédaction des articles examinés ici. Aussi son texte constitue - fait exceptionnel - un ensemble à part.

42 J. Stéfanini, Un provençaliste marseillais. L’abbé Féraud (1725-1807), Aix-en-Provence, 1969, p. 136. Féraud toutefois ne s’en tient pas toujours aux leçons de l’Académie, notamment en ce qui concerne la néologie (voir P. Caron, T.R. Wooldridge, « Préface », dans J.F. Féraud, Dictionnaire critique de la langue française. Reproduction fac-similé, Tübingen, 1994, 1, p. XXI). Voir aussi S. Branca-Rosoff, « La construction de la norme lexicographique à la fin du XVIIIe siècle : Féraud le médiateur », dans La genèse de la norme. Colloque de la société d’histoire et d’épistémologie des sciences du langage, janvier 1994, éd. F. Mazière, Paris, 1996, p. 36 sq.

43 Tout en constituant aussi un « épisode de la lutte anti-protestante », selon l’expression de M. Le Guern (« Le ‘Dictionnaire’ de Trévoux (1704) », dans Cahiers de l’association internationale des études françaises, 1983, p. 66).

44 F. Mazière, « Les marques de fabrique. Marquage et marques de domaine dans les dictionnaires classiques, du Furetière au Trévoux », dans Lexique, 9, 1990, p. 90.

45 B. Quemada, Les dictionnaires du français moderne (1539-1863). Etude sur leur histoire, leurs types et leurs méthodes, Paris, 1967, p. 261.

46 Midy-Héron (P. N.), Lettre de M. Midy, de l’Académie de Rouen, secrétaire du Roi, à M. Panckoucke, imprimeur du Grand vocabulaire françois, Amsterdam, 1767, p. 346 ; id., Seconde lettre de M. Midy à M. Panckoucke, imprimeur du Grand vocabulaire françois, Amsterdam, 1768, p. 327.

47 1695 Richelet, 1701 Furetière, 1718 Académie, 1727 Furetière, 1732 Richelet, 1740 Académie, 1762 Académie, 1767 G.V.F., 1771 Trévoux, 1787 Féraud.

48 Conjurateur, conjuration, conjuré, conjurer, conspirateur, conspiration, conspiré, conspirer.

49 A l’intérieur duquel les articles cabale, complot, conjuration et conspiration paraissent donc constituer une exception.

50 A. Collinot, F. Mazière, « Un prêt à parler : le Dictionnaire universel d’Antoine Furetière et sa postérité immédiate, le Trévoux. Une lecture du culturel dans le discours lexicographique », dans Lexicographica, 3, 1987, p. 69-70.

51 1727 Furetière, s.v. complot, comploter, conjuration, conspiration ; 1718 Académie, s.v. complot, comploter, conspiration ; 1719 Richelet, 1701 Furetière, s.v. complot, comploter.

52 Sur lequel on n’est que très imparfaitement informé. Lorsqu’il publie son dictionnaire, Richelet se propose de « rendre service aux honnêtes gens » et, plus spécialement, à ceux qui vivent en dehors du royaume et souhaitent perfectionner leur connaissance du français. Le dictionnaire de l’Académie, le Dictionnaire universel et plus tard celui de l’abbé Féraud s’adressent eux aussi à ces « estrangers qui aiment nostre langue ». Les Immortels y ajoutent naturellement les Français qui, expliquent-ils, « sont quelquefois en peine de la véritable signification des mots, ou... n’en connoissent pas le bel usage ». Le Furetière est spécialement destiné aux gens des « professions ». L’abbé Féraud enfin se soucie des « habitans des diférentes provinces », auxquels le secours de son dictionnaire est, pense-t-il, « absolument nécessaire ». Tous se tournent par priorité vers des adultes, même si Féraud déclare écrire aussi pour les « jeunes gens » (voir : 1680 Richelet, « avertissement » ; 1690 Furetière, préface, fol. 3v° ; 1694 Académie, préface ; 1787 Féraud, préface, p. 2). Estienne à l’inverse ne rédigeait pas la première édition de son Dictionnaire françoislatin pour des personnes d’âge mûr, mais pour ceux qui étaient « sur leur commencement et bachelage de littérature » (cité par E. Brandon, Robert Estienne..., p. 61). A partir de l’édition de 1549, son dictionnaire s’adresse à un public plus âgé et plus compétent, composé de « studieux lecteurs » (T.R. Wooldridge, « Les sources des dictionnaires français d’Estienne et de Nicot », dans La langue française au XVIe siècle : usages, enseignement et approches descriptives, dir. P. Swiggers, W. Van Hoecke, Louvain, 1989, p. 78). Dans sa composition initiale, le public de l’humaniste ressemble à celui vers lequel les jésuites se sont ensuite tournés. Le père Delbrun se propose d’« ayder la jeunesse ». Le père Pomey espère être utile « à ceux même qui commencent », et le père Pajot « à ceux qui sont élevez en nos collèges ». La lecture des dictionnaires, estime l’abbé Danet, devrait « occuper continuellement » des « enfans » auxquels elle est nécessaire « pour parler et pour écrire en latin ». Un bon lexique, affirme encore le père Tachard, sert à « former le jugement des jeunes gens dans l’usage des deux langues » (1644 Pajot, épître dédicatoire ; 1669 Delbrun, page de titre ; 1671 Pomey, avis au lecteur ; 1683 Danet, préface ; 1689 Tachard, avertissement).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search