Version classiqueVersion mobile

La conjuration des dictionnaires

 | 
Jean-Claude Waquet

Deuxième partie. L'illusoire clarté des dictionnaires

Chapitre III. Le jugement des hommes

Texte intégral

1L’opinion que les lexicographes se font de la cabale, du complot, de la conjuration et de la conspiration, transpire des articles où ils expliquent ces mots. Aussi l’histoire elliptique et pulvérisée qu’ils écrivent, peut-elle se lire comme un commentaire ou, mieux, comme l’expression du sentiment que ces intrigues et ces entreprises secrètes leur ont inspiré. Une fois analysés, les termes de ce jugement peuvent être rapportés aux autres sentences par lesquelles les auteurs des dictionnaires ont déclaré le sens des mots et fixé l’histoire des choses. L’ensemble constitue l’interprétation que les grammairiens ont donnée des quatre mots examinés ici et, notamment, de conjuration et de conspiration. On en saisira la singularité et la signification en la confrontant aux remarques que l’examen de l’usage a précédemment conduit à formuler. On en testera aussi la cohésion en éprouvant, pour finir, la solidité d’un discours apparemment compact, mais parcouru en fait par plusieurs lignes de faille.

I

  • 1 1695-1732 et 1759 Richelet, s.v. cabale, cabaler ; 1695-1732 Richelet, s.v. cabalé.
  • 2 1690-1727 Furetière, 1694, 1740, 1762 Académie, 1704-1771 Trévoux, 1787 Féraud, s.v. cabale ; 1694- (...)

2« Le mot de cabaler », note le Richelet, « a quelque chose qui n’est pas bien favorable ». « Pour ceux de qui on le dit », ajoute-t-il, cabalé « n’est point obligeant » et cabale, de son côté, « n’est point avantageux »1. Loin d’être isolé, ce sentiment circule dans la plupart des grands dictionnaires monolingues de la fin du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle : tous les grammairiens, ou presque, estiment que cabale, cabaler ou cabalé se prennent uniformément « en mauvaise part »2.

  • 3 1680-1732 et 1759 Richelet, 1694-1762 Académie, 1727 Furetière, s.v. cabale. On trouve aussi « puis (...)
  • 4 « Foible » se trouve toutefois dans 1680-1732 et 1759 Richelet.
  • 5 1694-1762 Académie, 1695-1732 et 1759 Richelet, 1727 Furetière, s.v. cabale.
  • 6 1767 G.V.F., s.v. cabale (« on condamna cette cabale à dix mille écus d’amende »),
  • 7 Gens : 1690-1701 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, s.v. cabale, cabaler ; 1727 Furetière, s.v. (...)
  • 8 1695-1732 et 1759 Richelet, s.v. cabale.

3Les attendus de ce verdict ne ressortent pas directement des adjectifs que les lexicographes accolent le plus volontiers à cabale. L’un, « fort »3, n’exprime en lui-même aucune réaction affective, et ne laisse filtrer aucun jugement moral. Il exprime plutôt l’idée d’une puissance qui peut être mesurée et qui en pratique est souvent portée à un degré élevé4. L’autre, « dangereux »5, est la suite logique et le complément du précédent. Il suppose un sujet : celui pour lequel la cabale constitue une menace. Mais ce sujet n’est pas nécessairement l’auteur du dictionnaire qui, ici encore, ne se prononce pas. Son opinion - et les motifs de sa sentence - passent à travers d’autres mots qui tantôt composent les définitions, tantôt entrent dans les exemples et tantôt sont véhiculés par les citations. Ces termes ne trahissent qu’exceptionnellement la conviction que la cabale est un crime6. Ils ne véhiculent ni peur, ni exécration. Ils accusent plutôt plusieurs manques : de naturel - la cabale passe par l’artifice-, de repos - elle se « remue »-, de rectitude - elle soutient l’« injuste »-, de netteté - elle est « intrigue »-, de clarté - elle est « intelligence »-, de vérité - elle est « faire valoir »-, de qualité enfin - elle réunit une « troupe » de « gens », qui pour finir sont « pris »7. Bref, la cabale se disqualifie par la bassesse de ses auteurs et par les moyens qu’elle met en œuvre, plus encore que par les intentions qui la portent. Elle est plus exactement méprisable et si elle devait inspirer un sentiment, c’est surtout celui de la honte qui devrait se lire sur le visage effronté de ses promoteurs. « Honteuse cabale », cette formule, empruntée au Richelet8, tire assez bien la conclusion vers laquelle les dictionnaires semblent converger.

  • 9 1694-1762 Académie, s.v. complot ; 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. conjuration ; 1740-1762 Académi (...)
  • 10 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. complot (« allez en fumée », « étoufez ») ; 1680-1732 et 1759 Rich (...)
  • 11 Malin : 1680-1759 Richelet, s.v. complot ; 1701 Furetière, 1704-1771 Trévoux, s.v. complotter. Noir (...)
  • 12 1690-1727 Furetière, 1704-1771 Trévoux, s.v. conspiration. Voir aussi « gens mal intentionnés » dan (...)
  • 13 1694-1740 Académie, 1727 Furetière, s.v. conspiration.
  • 14 Crime n’apparaît qu’une fois (1732 Richelet, s.v. conspiration : « grands crimes »). En revanche, l (...)
  • 15 1767 G.V.F., s.v. comploter (« machiner quelque chose d’odieux »).
  • 16 1680-1759 Richelet, 1694-1762 Académie, 1727 Furetière, 1787 Féraud, s.v. complot.
  • 17 1694-1762 Académie, s.v. conjuration (« détestable »). Le mot se prend dans un « sens odieux » (177 (...)
  • 18 1694-1762 Académie, s.v. conjuration ; 1694-1762 Académie, 1787 Féraud, s.v. conspiration.

4Du complot, de la conjuration et de la conspiration, les grammairiens de la fin du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle n’envisagent jamais qu’ils soient « forts », ni « foibles ». Ils ne les mesurent pas. Mais ils les jugent, et les trouvent « dangereux »9 comme peut l’être un feu, ou un incendie10. Ils les rapportent à un désir de nuire, et conseillent donc pour les qualifier des adjectifs tels que « noir », ou « malin »11. Les conjurés, comploteurs et conspirateurs sont, estiment-ils, des « personnes mal intentionnées »12, qui « trempent »13 dans un crime14. Les réactions affectives que leurs entreprises éveillent, se déclinent sur le double registre de l’abomination et de la peur. Le complot est « odieux »15 ou, plus souvent, « détestable »16, comme l’est la conjuration17. Celle-ci est « horrible », trait qu’elle partage avec la conspiration18.

  • 19 1694-1762 Académie, 1732 Richelet, s.v. conspiration. 1727 Furetière, s.v. conjuration (le dictionn (...)
  • 20 P.J.A. Roubaud, Nouveaux synonymes françois, Paris, 1785, 1, p. 234, 240 ; mais le synonymiste n’ap (...)

5Conjurations et conspirations font donc horreur, sans doute parce que les cibles qu’elles visent sont les plus sacrées : l’Etat, la patrie, le prince. Mais il leur arrive aussi d’impressionner, et même de fasciner. On peut, admettent les académiciens, dire d’une conspiration quelle est « grande ». Les conjurations, confirme un peu plus tard le Furetière, sont de « grandes » entreprises, les plus grandes peut-être que les hommes puissent former. Quant aux conspirateurs, il faut, observe le Richelet, reconnaître avec le chevalier de Folard que ce ne sont point des « personnes dépourvues des qualitez qui forment les plus grands hommes »19. La voie est ainsi préparée au synonymiste Roubaud qui, à la fin du siècle, traite de ces affaires en reconnaissant qu’elles concernent toujours « de grands intérêts » et qu’elles nécessitent, outre l’« étendue des projets », du « génie » et de « hautes qualités »20.

6« Honteuse cabale », « horrible conjuration » : à deux objets qu’ils construisent fort différemment, les lexicographes réservent des jugements non moins contrastés. La cabale, reconnaissent-ils, n’est pas négligeable, mais elle est méprisable. Ils ne la craignent pas, bien qu’elle réussisse souvent. Il leur paraît plus admissible d’avoir peur des conjurations et des conspirations, quoiqu’elles échouent. Car la menace créée par ces entreprises est universelle. Paradoxales, elles réunissent les extrêmes : celui de la grandeur, qui les accroche à l’histoire, et celui du crime, qui les tire vers le complot. On se laisse parfois aller à les admirer, ou du moins à peu les critiquer. Mais, fidèle sujet du roi, on se doit de les exécrer.

II

7Le sentiment que les lexicographes de la fin du XVIIe siècle expriment à propos de la conjuration et de la conspiration, forme avec ce qu’ils écrivent du sens des termes et de l’histoire des choses, un ensemble dont les traits apparemment réguliers peuvent être maintenant rassemblés. Ces entreprises sont isolées des autres ou, si l’on préfère, mises à part. Leur nature, indiquent les dictionnaires, est d’être des crimes, comme le complot dont ils sont peut-être une espèce. Mais, à la différence du complot, leur spécificité est d’être politiques. Leur origine est inexplicable ou, à tout le moins, inexpliquée. Unions monstrueuses, formées en dehors de l’ordre naturel et corporatif de la société et du royaume, elles ont pour finalité de détruire cette même société ou, plutôt, les pouvoirs de domination qui, prince ou Etat, en assument le gouvernement et en assurent la conservation. Leur dynamique n’est pas celle de la division, mais celle de la désobéissance. Leur moteur est un dessein, et bientôt tout dessein, même public, de nuire aux puissances. Leur caractère est d’être dangereuses, détestables et même horribles, au point qu’il devient rapidement impossible d’employer le mot terrible de conspiration pour désigner autre chose que des œuvres de destruction. Grand, donc, est le péril. Mais vaine, fort heureusement, est la menace : les conjurations, rappellent les dictionnaires, sont presque toujours découvertes, et cette certitude rassurante, qui renvoie les entreprises secrètes au néant de leur inévitable échec, est doublement garantie par la mémoire exemplaire de l’antiquité et par l’usage policé du français.

8Royal et répressif, ce point de vue considère par priorité une victime : l’autorité, concentrée dans le prince ou dans son Etat. Il autorise des définitions simples qui paraissent circonscrire nettement le champ des conjurations et des conspirations- comme d’ailleurs celui des cabales et des complots - et qui aident donc à donner aux choses leur véritable nom. Si, comme le pense Richelet, une conjuration est un « parti de plusieurs personnes unies ensemble qui se sont donné la foi pour attenter sur un souverain, ou sur son Etat », si une cabale à l’inverse consiste en des « personnes qui sont d’intelligence pour faire réussir un dessein », et si enfin Cinq-Mars et ses complices ont vraiment voulu trahir l’Etat, faire disparaître le cardinal et peut-être même attenter à la personne sacrée du maître, alors conjuration est tout à fait idoine pour désigner les horribles trames du marquis d’Effiat et de ses sinistres compères, tandis qu’il est, à l’inverse, complètement impossible d’appliquer ce même mot au juste dessein par lequel le monarque s’est affranchi de la tyrannie naissante du maréchal d’Ancre.

  • 21 Voir plus haut, première partie, chap. I et II, passim.

9Les dictionnaires, donc, aident à éviter de détestables malentendus. Ils suivent aussi un usage qui - on l’a vu dans la première partie - les justifie maintes fois en fournissant quantité d’exemples de princes assaillis, de conjurés en armes, de conspirateurs révoltés, d’échecs retentissants, de châtiments exemplaires, de drames antiques et de commentaires accusateurs. A cet usage, les lexicographes semblent encore se conformer lorsqu’ils font de la conjuration et de la conspiration un événement, une date, un point distinctement marqué sur la chronologie de la grande histoire. Ils laissent, comme les auteurs, filtrer des jugements ambivalents sur les conjurés et sur leurs entreprises. Ils reflètent enfin les incertitudes de la pratique en se partageant sur une question à propos de laquelle les textes n’apportent pas une réponse unanime : celle de la nature des conjurations et des conspirations, qui tantôt se définissent en termes d’union et tantôt au contraire en termes de dessein21.

  • 22 On peut bien sûr expliquer cette attitude par une saine prudence, qui aurait dissuadé les lexicogra (...)
  • 23 Notamment dans 1694 Académie, où la conjuration n’est rien d’autre qu’un « complot pernicieux contr (...)
  • 24 Parmi les dictionnaires français-latin, 1671-1684 Pomey, s.v. état, fait une place au coup d’Etat, (...)

10Cette convergence est suffisante pour assurer la crédibilité des dictionnaires. Elle s’accompagne toutefois d’une série de silences et de gauchissements dont le premier tient à la présence exclusive d’exemples tirés de l’histoire antique et, par conséquent, à l’absence de toute référence aux conjurations et aux conspirations les plus récentes22. De façon plus générale, les lexicographes de la fin du XVIIe siècle présentent de l’usage une version à la fois orientée et émondée. L’accent y est mis sur des principes et des entités abstraites - l’Etat, le souverain, les puissances, la liberté publique, la patrie - autant et parfois même plus que sur la personne physique du prince23, alors qu’à l’inverse les occurrences relevées dans les textes se rapportent plus souvent à des machinations menaçant la vie du monarque qu’à des desseins mettant en péril des institutions. Les lexicographes insistent presque exclusivement sur la dimension d’insubordination inhérente aux conjurations et aux conspirations, quand les textes pour leur part renvoient aussi l’écho de la division et placent volontiers les entreprises secrètes dans la perspective de la faction. Les écrivains recrutent des conspirateurs parmi les gouvernants et parmi les gouvernés, et découvrent de futures victimes dans le camp des adversaires du prince comme dans celui de l’autorité : les grammairiens au contraire ne prévoient de cibles que du seul côté du pouvoir, et de conjurés que du côté des ennemis de l’autorité légitime. Ils ne mélangent pas, en d’autres termes, la conjuration et le coup d’Etat24. Ils tolèrent à peine qu’une conjuration ou une conspiration puisse être dirigée contre un particulier, et n’envisagent nullement qu’il lui arrive d’être ourdie au détriment du Christ, de la religion ou du clergé. Ils marquent, ici encore, leur différence par rapport à des écrits qui attestent un usage plus souple et plus divers et qui, de surcroît, ne font point mystère des succès remportés par les plus hardis conjurateurs.

11L’examen du sort réservé à complot et à cabale autoriserait des considérations analogues, dans le détail desquelles on n’entrera pas. Il permet aussi d’introduire quelques remarques sur la manière dont les lexicographes de la fin du XVIIe siècle ont abordé les liens des quatre mots examinés ici avec les différents genres dans lesquels ils sont employés.

  • 25 « Faire des complots contre quelcun » (1680 Richelet, s.v. complot) est, de l’aveu même de Richelet (...)
  • 26 A l’art, comploter, il donne toutefois un exemple (« quelques soldats avoient complotté de livrer u (...)
  • 27 S.v. complot, 1701 Furetière, et 1704-1752 Trévoux citent Athalie ; 1771 Trévoux aussi, à deux repr (...)

12A lire les dictionnaires, cabale, complot, conjuration et conspiration - ou du moins celles de leurs acceptions sur lesquelles on a travaillé ici - appartiennent tous au lexique le plus commun, celui qu’en tout lieu les honnêtes gens peuvent utiliser sans paraître lourds ni pédants. Parmi eux, complot est, on le sait, un terme dont les principaux consommateurs sont les dramaturges et les poètes. Richelet l’illustre effectivement par un emprunt à Racine25. Furetière ne cite personne26. L’Académie est muette, comme toujours. Tous trois ne rendent donc que très imparfaitement compte de la façon dont le mot circule dans la langue littéraire. Ensuite, les choses évoluent, puisque les éditions ultérieures du Richelet et du Furetière, ainsi que le Trévoux, introduisent selon leur habitude quelques citations supplémentaires, dont deux sont tirées d’Athalie27. Mais ces ajouts n’ont guère d’incidence sur les définitions, qui demeurent plus ou moins les mêmes. Aussi les dictionnaires ne laissent en rien deviner le sens politique que complot prend dans la tragédie, ni l’extrême variété des usages de ce terme dans la poésie.

  • 28 1695-1709 Richelet, 1701-1727 Furetière, 1721-1752 Trévoux, s.v. cabale.
  • 29 Voir par ex. 1680 Richelet, s.v. brigue (« les brigues qu’on faisoit n’éclatoient pas encore, M. de (...)

13A l’origine, cabale est traité de façon plus sommaire encore que complot, puisque ni Richelet, ni Furetière, ni bien sûr les académiciens ne proposent à son sujet la moindre citation. Apparaissent ensuite, pêle-mêle, les Solitaires de Port-Royal, Perrot d’Ablancourt, Racine, Molière, Mme Deshoulières, Dacier, La Bruyère, Bayle, Mézeray, Le Clerc, Mlle L’Héritier et enfin le père Bouhours28. Aucun d’eux n’est un mémorialiste. Aussi le lecteur a peu de chance de prendre conscience de la consommation remarquable que cette catégorie d’auteurs fait du mot cabale, ni du sens politique que ce terme prend volontiers dans leurs écrits. Cette situation est d’autant plus surprenante que Richelet ne se fait pas faute de citer, ailleurs, les Mémoires de La Rochefoucauld29. Elle contribue peut-être à expliquer que le sens politique de cabale soit pratiquement occulté dans les dictionnaires.

  • 30 1727 Furetière, s.v. conjuration. 1701 Furetière avait déjà introduit une citation de Bayle pour il (...)
  • 31 1727 Furetière, s.v. conspiration. Une citation de Nicole apparaît dès 1701 Furetière à l’appui de (...)
  • 32 Ce mot appelle toutefois, lorsqu’il s’agit de la cabale des Juifs, des développements fort savants, (...)

14Les premières éditions du Richelet et du Furetière traitent conjuration et conspiration sans faire intervenir aucune citation d’auteur. Ce vide n’est ensuite que très imparfaitement comblé : l’article conjuration est enrichi tardivement, et exceptionnellement, par quelques mots de Saint-Réal30 ; l’article conspiration l’est également, d’une brève phrase tirée d’Ablancourt31. L’un et l’autre sont aussi les seuls à être fréquemment illustrés par des exemples faisant référence à des événements tirés de l’histoire ancienne. Ils véhiculent avec « Etat », « souverain », « personnes publiques » des termes qui relèvent du langage des doctes autant que de celui des poètes. Aussi leur tonalité est, du moins en ce qui concerne les paragraphes consacrés aux acceptions politiques, plus savante que celle réservée à complot ou à cabale32. En ce qui concerne conjuration, elle est assez en accord avec le mode de circulation d’un mot qui, effectivement, hante par priorité les écrits des historiens et des philosophes politiques.

  • 33 Sur ce point, voir F. Mazière, « Le Dictionnaire de l’Académie (1694) et la préédition de 1687 », d (...)

15De la circulation de cabale, complot, conjuration et conspiration, les dictionnaires donnent donc une vision réfractée, qui ne fait guère de place aux genres ni aux textes où les deux premiers de ces mots prennent le plus fréquemment une signification politique. Des deux autres, ils fournissent une interprétation qui peut se comprendre à la fois comme la réduction, la simplification et la normalisation d’un usage complexe, confus et parfois subversif. Les mots sont, en quelque sorte, mis en conformité avec le devoir être des choses. Leur traitement n’est pas seulement l’occasion d’une explication, mais aussi le détour qu’emprunte une double polémique : contre une forme moderne de comportement, efficace, mais honteuse ; et contre un mode traditionnel de changement politique auquel toute légitimité est déniée. Ce faisant, les dictionnaires prennent parti : leur prescription n’est pas seulement linguistique, mais aussi morale et politique. En indiquant comment bien parler des choses, ils font comprendre ce que plus profondément sont les bonnes choses, et les mauvaises ; ils incitent à aimer les unes, et à détester les autres33.

III

16Référence du bien dire, norme de pensée et modèle d’action, la langue dans laquelle les articles des dictionnaires inscrivent cabale, complot, conjuration et conspiration, paraît en dépit de quelques dissonances aussi uniforme que royale. Il faut faire sentir les limites de cette cohésion, et les intermittences de ce conformisme politique.

  • 34 Voir chap. Ier.
  • 35 1539-1573 Estienne, 1635-1642 Monet, s.v. conjurer.
  • 36 1635-1642 Monet, s.v. conjurer, conspirer, conspiration. Si Monet entre dans plus de détails, c’est (...)
  • 37 1635-1642 Monet, s.v. conjuration (conjuratorum factio), complot (factiosorum conjuratio), cabale ( (...)

17La construction qui vient de servir de référence, est pour l’essentiel celle que fondent les dictionnaires monolingues de la fin du XVIIe siècle. Elle n’est pas en tout point identique à celle que pourraient étayer des travaux lexicographiques plus anciens tels que le Dictionnaire françoislatin d’Estienne ou celui de Philibert Monet. On a déjà observé qu’en apparence au moins ni l’un, ni l’autre de ces ouvrages ne donnent de conjuration ou de conspiration une définition proprement politique34. L’Etat n’est pas mis en cause. La république n’apparaît que dans un exemple, chez Estienne comme chez Monet35. Pour celui-ci, les victimes des entreprises secrètes sont presque toujours des êtres sans visage : les « bons », écrit-il, servent de cibles, tandis que les conjurés et les conspirateurs se définissent simplement comme les « méchants »36. Aucune hiérarchie entre chefs et complices n’est marquée, ni par lui, ni par Estienne. Enfin le père jésuite place moins l’accent sur la révolte que sur la division causée par les conjurations et les conspirations, d’où le recours à des traductions latines telles que factio37.

  • 38 Les emprunts les plus manifestes se trouvent dans 1709 Joubert et dans 1756 Lebrun, dont les défini (...)
  • 39 1683 Danet, s.v. cabale, 1756 Lebrun, s.v. conjuration, conjurer.
  • 40 Qui est souvent assimilée à une faction, ou à un parti. Voir 1658-1669 Delbrun, s.v. cabaler (« cab (...)
  • 41 Voir s.v. complot 167T1684 Pomey (factiosorum conjuratio), s.v. comploter 1658-1669 Delbrun (« comp (...)
  • 42 Du même coup, complot est présenté à plusieurs reprises comme un synonyme ou une espèce de conjurat (...)
  • 43 « Les troupes conspirent, ou méditent leur révolte » (1709 Joubert, s.v. conspirer). Voir aussi 168 (...)
  • 44 Seule exception : Pompée (1658-1669 Delbrun, 1756 Lebrun, s.v. conjurer).
  • 45 Qui n’apparaît que dans 1756 Lebrun, s.v. conjuration.
  • 46 Qui figure surtout chez Delbrun et Lebrun (voir n. 38, 40, 41).
  • 47 1664 Gaudin, s.v. conjurez, conspirateurs.
  • 48 « Chefs des conspirateurs » apparaît dans 1756 Lebrun, s.v. conspirateur ; et « chef de cabale, fac (...)
  • 49 Sous conjuré et conjurer apparaît Catilina (1658-1669 Delbrun, 1756 Lebrun) ; sous complot Clodius (...)
  • 50 1658-1669 Delbrun, 1756 Lebrun, s.v. conjurer.
  • 51 1689 Tachard, s.v. complot.
  • 52 1658-1669 Delbrun, s.v. conjuration. On rencontre aussi les « troupes » (1709 Joubert, s.v. conspir (...)

18Les dictionnaires français-latin perpétuent pendant des décennies un discours qui renvoie souvent l’écho de Monet et qui, le moment venu, emprunte assez peu aux nouveaux dictionnaires monolingues38. Le temps y est pour tout le monde celui de l’antiquité, sans que cabale échappe aucunement à cette règle. Sauf exception39, les définitions de ce mot, de même que celles de complot, de conjuration et de conspiration ne font point de place à la politique. Celle-ci apparaît dans les exemples, mais de façon assez discrète et sa présence est de surcroît plus marquée pour cabale40, complot et conjuration que pour conspiration41. Aussi le partage observé ailleurs entre cabale et complot d’une part, conjuration et conspiration, de l’autre, ne se retrouve pas42. L’insubordination, volontiers soulignée dans les ouvrages monolingues, l’est très rarement dans ces dictionnaires-ci43. L’individu anonyme et particulier44 y est la cible des entreprises secrètes, au lieu du prince45 et bien plus souvent que l’Etat46. Conspirateurs et conjurés ne font l’objet d’aucune différenciation : ils « sont d’une conjuration », ou « sont liguez pour faire une conspiration »47. Mais ils ne suivent généralement aucun chef48 et, s’ils prennent un visage, c’est moins celui de personnages passés à la mémoire des siècles49 que la face peu recommandable de « serviteurs »50, de « scélerats »51 et de « gens perdus »52.

  • 53 Lui seul parvient à citer, à propos de la conjuration, Catilina, Cinna, les tyrans grecs et les emp (...)
  • 54 Comparer à cet égard, s.v. complot, 1690 Furetière, qui ne donne aucun adjectif, avec 1680 Richelet (...)
  • 55 Voir chap. Ier, par. 3.
  • 56 1680 Richelet, 1690 Furetière, 1694 Académie, s.v. cabale.

19Les dictionnaires monolingues eux-mêmes divergent sur bien des points. Furetière illustre ses définitions par des exemples historiques qui sont presque absents chez ses collègues53. Ceux-ci fournissent en grand nombre des adjectifs et des tournures que l’on chercherait en vain dans le Dictionnaire universel54. Chaque ouvrage, on le sait, propose une façon différente de penser les relations entre les mots55. Chacun aussi donne du sens des termes, de l’histoire et de la valeur des choses une version qui diffère de celle de ses voisins. Ainsi en va-t-il avec cabale. L’article que Richelet lui consacre, évoque une force qui peut être « puissante » ou « foible ». L’Académie est plus inquiète - puisqu’elle clame le danger-, plus négative - puisqu’elle prévoit l’échec-, et plus définitive - puisqu’elle annonce l’arrestation des personnes cabalées. Furetière creuse le trait : cabale, explique-t-il, se dit « des conspirations et des entreprises secrètes ». Aussi ce mot pourrait bien, en fait, désigner une action dont tout contenu politique n’est pas nécessairement absent56.

  • 57 1680 Richelet, s.v. conjuration, conspiration, 1690 Furetière, s.v. conjurateur, conjuration, conju (...)

20Richelet reconnaît à la conjuration le caractère de parti ; il admet aussi qu’un grand peut être la victime d’une conspiration. A de semblables thèses, ses successeurs immédiats ne souscrivent pas. Ils s’opposent aussi sur divers points. Les Immortels mettent nettement l’accent sur l’Etat. Furetière pour sa part est le seul à faire apparaître, à côté du prince et de l’Etat, la « liberté publique ». Les conjurés, tels qu’il les conçoit, s’en prennent parfois à des « tyrans ». Leurs entreprises peuvent se répéter, voire survenir « sans cesse ». Unions déjà formées, et non pas simples desseins, elles sont susceptibles d’aboutir et ont été à plusieurs reprises couronnées de succès. L’Académie n’enseigne rien de tout cela. Elle insiste seulement sur les sentiments d’horreur et d’exécration que toute conjuration doit susciter, ou sur la passion désastreuse qui anime le « conjurateur perpétuel »57.

*
* *

21On croyait avoir découvert un discours d’ordre. On retrouve en fait le désordre des discours, une cacophonie qui n’est plus située dans la langue, mais dans l’explication des termes qui la composent. La conjuration est-elle un parti ou une cabale, ou une conspiration, ou un complot, ou toutes ces choses à la fois ? Les tyrans peuvent-ils en être les victimes, ou ces entreprises ne frappent-elles au contraire que des monarques justes et légitimes ? S’agit d’une union, ou d’un dessein ? de l’Etat, ou de la liberté ? ou du bien de la communauté ? Les attentats perpétrés contre les personnes publiques sont-ils à ce point particuliers qu’il faille leur reconnaître un statut à part ? ou à ce point communs qu’il soit plus pertinent de les traiter comme les plus vils des complots ? Tout dans ces dictionnaires se ressemble, et se renvoie l’écho, et rien ne s’accorde, de sorte qu’à celui qui les ouvre successivement pour s’expliquer à lui-même ce que signifient quelques mots en apparence tout simples, ce n’est pas une réponse qui s’offre, mais une constellation de descriptions et de décisions souvent liées, souvent proches, mais toujours différentes, dissonantes, irrémédiablement singulières.

22La construction qu’on a dégagée à la lecture de ces pesants ouvrages, est et reste une synthèse qui contient - du moins on l’espère - sa part de vérité. Mais elle ne peut pas épuiser, ni fédérer, les vérités contradictoires énoncées par les grammairiens. Celles-ci aussi sont des constructions de l’esprit, qui n’épuisent pas non plus, ni ne fédèrent, la toujours fugitive vérité de l’usage. Les lexicographes épurent minutieusement cette matière composite et instable, ils lui donnent une forme, un sens, une logique au reste parfois fragile, et jettent ainsi sur les mots un jour d’autant plus net qu’il se découpe sur l’ombre de ce qui a été oublié, délaissé ou écarté. Cette clarté est auguste, lorsque les Immortels lui prêtent l’éclat resplendissant de l’ordre monarchique. Elle est inquiétante, lorsqu’elle fait luire les poignards effilés des conjurateurs romains. Mais elle est toujours illusoire, en ce qu’elle réverbère sur les textes non l’intime vérité des mots, mais l’intime conviction de ceux qui la projettent.

Notes

1 1695-1732 et 1759 Richelet, s.v. cabale, cabaler ; 1695-1732 Richelet, s.v. cabalé.

2 1690-1727 Furetière, 1694, 1740, 1762 Académie, 1704-1771 Trévoux, 1787 Féraud, s.v. cabale ; 1694-1762 Académie, 1767 G.V.F., s.v. cabaler. Toutefois, à partir de la fin du XVIIe siècle, une acception méliorative apparaît : cabale est alors pris dans le sens de société ou d’union entre amis ayant les mêmes occupations et les mêmes divertissements (1690-1727 Furetière, 1694 Académie, 1695-1775 Richelet, 1704-1771 Trévoux). Commentant cette définition, 1771 Trévoux affirme toutefois : « je crois qu’il vaudroit mieux donner un autre nom à une pareille société. Il me semble que le mot cabale se prend nécessairement en mauvaise part ».

3 1680-1732 et 1759 Richelet, 1694-1762 Académie, 1727 Furetière, s.v. cabale. On trouve aussi « puissante » (1680-1732 et 1759 Richelet, 1727 Furetière).

4 « Foible » se trouve toutefois dans 1680-1732 et 1759 Richelet.

5 1694-1762 Académie, 1695-1732 et 1759 Richelet, 1727 Furetière, s.v. cabale.

6 1767 G.V.F., s.v. cabale (« on condamna cette cabale à dix mille écus d’amende »),

7 Gens : 1690-1701 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, s.v. cabale, cabaler ; 1727 Furetière, s.v. cabale. Injuste : 1767 G.V.F., s.v. cabale. Pris : 1694 Académie, s.v. cabale. Remuer : 1727 Furetière, s.v. cabale. Troupe : 1694-1762 Académie, 1752-1771 Trévoux, s.v. cabale. On se reportera aussi aux références données au chapitre précédent, par. 2.

8 1695-1732 et 1759 Richelet, s.v. cabale.

9 1694-1762 Académie, s.v. complot ; 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. conjuration ; 1740-1762 Académie, 1787 Féraud, s.v. conjurateur ; 1694-1762 Académie, 1727 Furetière, 1787 Féraud, s.v. conspiration.

10 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. complot (« allez en fumée », « étoufez ») ; 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. conjuration (« étoufer »).

11 Malin : 1680-1759 Richelet, s.v. complot ; 1701 Furetière, 1704-1771 Trévoux, s.v. complotter. Noir : 1680-1759 Richelet, 1727 Furetière, s.v. complot ; 1701 Furetière, 1704-1771 Trévoux, s.v. complotter.

12 1690-1727 Furetière, 1704-1771 Trévoux, s.v. conspiration. Voir aussi « gens mal intentionnés » dans 1767 G.V.F. et 1771 Trévoux, s.v. conjuration.

13 1694-1740 Académie, 1727 Furetière, s.v. conspiration.

14 Crime n’apparaît qu’une fois (1732 Richelet, s.v. conspiration : « grands crimes »). En revanche, les lexicographes utilisent constamment des termes qui portent à assimiler le complot, la conjuration et la conspiration à des crimes : voir 1690-1701 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, s.v. complot (« voleurs », « voler »), 1767 G.V.F., s.v. complot (« assassiner ») et comploter (« ravir »), 1690-1727 Furetière, 1695-1732 et 1759 Richelet, 1704-1752 et 1771 Trévoux, 1787 Féraud, s.v. comploter (« livrer une porte de la ville »), 1680-1732 et 1759 Richelet, 1690-1727 Furetière, 1704-1762 Trévoux, s.v. conjuration (« attenter »), 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. conjuré (« condamnez », « complice »), 1767 G.V.F., s.v. conjurer (« condamné à perdre la tête »), 1767 G.V.F., s.v. conspiration (« décapités »), 1695-1732 et 1759 Richelet, s.v. conspiré (« pendus »). En dehors des articles plus particulièrement examinés ici, crime apparaît s.v. tremper dans 1680 Richelet (« en parlant de crime, de conspiration ») et dans 1690 Furetière (« dans un crime, dans une conspiration »), tandis que ce même dictionnaire (s.v. ourdir et trame) et 1694 Académie (s.v. participer) rapprochent la conjuration, la conspiration et le complot de la trahison.

15 1767 G.V.F., s.v. comploter (« machiner quelque chose d’odieux »).

16 1680-1759 Richelet, 1694-1762 Académie, 1727 Furetière, 1787 Féraud, s.v. complot.

17 1694-1762 Académie, s.v. conjuration (« détestable »). Le mot se prend dans un « sens odieux » (1771 Trévoux, s.v. conjuration).

18 1694-1762 Académie, s.v. conjuration ; 1694-1762 Académie, 1787 Féraud, s.v. conspiration.

19 1694-1762 Académie, 1732 Richelet, s.v. conspiration. 1727 Furetière, s.v. conjuration (le dictionnaire s’appuie sur un passage de Saint-Réal cité plus haut, p. 53). En ce qui concerne le complot, une seule notation positive, dans 1787 Féraud, s.v. complot (« courageux complot »),

20 P.J.A. Roubaud, Nouveaux synonymes françois, Paris, 1785, 1, p. 234, 240 ; mais le synonymiste n’approuve pas pour autant la conjuration, qui trouve sa source dans les fanatismes et dans « tout ce qui mène à la révolte » (p. 234).

21 Voir plus haut, première partie, chap. I et II, passim.

22 On peut bien sûr expliquer cette attitude par une saine prudence, qui aurait dissuadé les lexicographes d’évoquer des affaires quelque peu sensibles. Mais rien n’empêchait Richelet, ni Furetière, de mentionner des épisodes tirés de l’histoire médiévale, et rien ne leur interdisait non plus de citer des accidents survenus plus récemment à l’étranger, tels que la Conspiration des poudres ou la Conjuration de Bedmar. Leurs successeurs de la fin du règne de Louis XV en ont fait état. Eux-mêmes, quand l’occasion s’en présentait, n’ont pas répugné à mentionner la lutte des Guelfes et des Gibelins, ni à plonger dans l’histoire moderne en rappelant non seulement des épisodes avantageux pour la royauté, comme la prise de La Rochelle et celle de Casal, mais aussi des moments plus conflictuels tels que la Ligue, la Fronde ou les querelles autour du jansénisme (voir 1690 Furetière, s.v. coup, faction, fronde, ligue ; 1680 Richelet, s.v. fronde, guerre, parti). L’auto-censure peut donc difficilement passer pour le seul moteur de leur choix en faveur de l’antiquité.

23 Notamment dans 1694 Académie, où la conjuration n’est rien d’autre qu’un « complot pernicieux contre l’Estat ».

24 Parmi les dictionnaires français-latin, 1671-1684 Pomey, s.v. état, fait une place au coup d’Etat, qu’il présente à la fois politiquement et positivement. L’expression est expliquée en latin, à l’aide de traductions qui en développent le sens (res est, ad rei publicae utilitatem, momenti maximi. Res est, ex qua pendei regni universi salus). L’importance du coup d’Etat est ainsi mise en valeur (momenti maximi, ex qua pendei regni universi salus). Sa nature politique est marquée (ad rei publicae utilitatem). La fonction qui lui est reconnue est nettement positive (utilitatem, salus, incolumitas). L’accent enfin n’est pas mis sur l’intérêt du prince, mais sur le bien commun du royaume (reipublicae, regni universi ; ailleurs, s.v. troubles, Pomey traduit Etat par res communis). Ce coup d’Etat est bien peu machiavélique. Les dictionnaires monolingues de la fin du XVIIe siècle reconnaissent eux aussi l’existence du coup d’Etat qui n’a, en règle générale, rien à voir avec la conspiration ou la conjuration. Pour 1695 Richelet, s.v. Etat, « c’est une afaire important à l’Etat ». Pour 1694 Académie, s.v. coup, c’est une forme particulière d’« action qui esclate, qui fait bruit », en l’espèce un coup « qui est utile au bien de l’Estat ». La finalité en est donc contraire à celle de la conjuration, qui est « contre l’Estat ». Enfin pour 1690 Furetière, s.v. coup (« se dit aussi des actions héroïques, hardies et extraordinaires, soit en bien, soit en mal... <en bien>... La prise de La Rochelle fut un coup d’Estat... <en mal>... On dit au contraire, L’action de Caton fut blasmée parce que c’étoit un coup de désespoir ») et estat (« ce Prince par cette alliance a fait un grand coup d’Estat... »), le coup d’Etat se signale par plusieurs traits qui l’opposent fortement aux entreprises secrètes. Il se dit « en bien » et non « en mal ». Le prince en est l’auteur, et non la victime. Il consiste en une action achevée et éclatante, à la différence de la conjuration qui est à l’inverse un projet incertain et condamnable.

25 « Faire des complots contre quelcun » (1680 Richelet, s.v. complot) est, de l’aveu même de Richelet, un arrangement d’Iphigénie, IV-1 (« Que... /Je ne coure des Dieux divulguer la menace, /Et publier partout les complots criminels/ Qu’on fait ici contre eux et contre leurs autels »). On notera que le lexicographe ne tire aucun profit de la référence aux dieux qui sont, assez arbitrairement, remplacés par « quelcun ». L’art, comploter ne contient qu’une seule citation, tirée d’une traduction d’Ablancourt.

26 A l’art, comploter, il donne toutefois un exemple (« quelques soldats avoient complotté de livrer une porte de la ville aux ennemis ») qui, selon 1787 Féraud, s.v. comploter, serait en fait une citation d’Ablancourt.

27 S.v. complot, 1701 Furetière, et 1704-1752 Trévoux citent Athalie ; 1771 Trévoux aussi, à deux reprises ; 1727 Furetière ajoute une citation des Solitaires de Port-Royal, 1709 Richelet une autre de Louis de Sanlecque.

28 1695-1709 Richelet, 1701-1727 Furetière, 1721-1752 Trévoux, s.v. cabale.

29 Voir par ex. 1680 Richelet, s.v. brigue (« les brigues qu’on faisoit n’éclatoient pas encore, M. de La Rochefoucauld »), Or, La Rochefoucauld utilise fréquemment cabale dans ses mémoires : voir H. Régnier, Lexique de la langue de La Rochefoucauld, Paris, 1883, p. 54-55.

30 1727 Furetière, s.v. conjuration. 1701 Furetière avait déjà introduit une citation de Bayle pour illustrer le sens, pris en raillerie, de « conjuration contre un particulier ».

31 1727 Furetière, s.v. conspiration. Une citation de Nicole apparaît dès 1701 Furetière à l’appui de l’acception « sans rapport à l’Etat, ni au gouvernement ».

32 Ce mot appelle toutefois, lorsqu’il s’agit de la cabale des Juifs, des développements fort savants, notamment dans le dictionnaire de Trévoux.

33 Sur ce point, voir F. Mazière, « Le Dictionnaire de l’Académie (1694) et la préédition de 1687 », dans Histoire et grammaire du sens. Hommage à Jean-Claude Chevalier, dir. S. Auroux, S. Delesalle, H. Meschonnic, Paris, 1996, p. 137.

34 Voir chap. Ier.

35 1539-1573 Estienne, 1635-1642 Monet, s.v. conjurer.

36 1635-1642 Monet, s.v. conjurer, conspirer, conspiration. Si Monet entre dans plus de détails, c’est pour évoquer des brigands, grassatores.

37 1635-1642 Monet, s.v. conjuration (conjuratorum factio), complot (factiosorum conjuratio), cabale (clandestina coëuntium factio).

38 Les emprunts les plus manifestes se trouvent dans 1709 Joubert et dans 1756 Lebrun, dont les définitions - mais non les exemples - s’inspirent respectivement de Richelet et de Furetière (ou du Trévoux).

39 1683 Danet, s.v. cabale, 1756 Lebrun, s.v. conjuration, conjurer.

40 Qui est souvent assimilée à une faction, ou à un parti. Voir 1658-1669 Delbrun, s.v. cabaler (« cabaler quelqu’un, l’attirer au parti »), 1671-1684 Pomey, s.v. cabale (clandestina coeuntium factio) ; pour des références à Tachard, Joubert, Lebrun, voir p. 102, n° 86 et 87. On notera aussi l’insistance sur le côté criminel de la cabale dans 1683 Danet, s.v. cabale (« infiniment méchante, sceleratissima »), 1709 Joubert, s.v. cabaler (sceleris societas) et 1756 Lebrun, s.v. cabale (« très criminelle, sceleratissima »),

41 Voir s.v. complot 167T1684 Pomey (factiosorum conjuratio), s.v. comploter 1658-1669 Delbrun (« comploter contre l’Estat »), 1689 Tachard (« il a comploté contre l’Etat ») et 1756 Lebrun (« contre l’Etat »), s.v. conjuration 1658-1669 Delbrun (« conjuration formée contre l’Estat »), 1709 Joubert (« conjuration contre l’Etat ») et 1756 Lebrun (« conjuration formée contre l’Estat »), s.v. conjurer 1658-1669 Delbrun et 1756 Lebrun (« on avoit... conjuré contre la République »), Dans les dictionnaires français-latin, les articles relatifs à la conspiration ne contiennent aucun élément de nature directement politique. Seule l’origine cicéronienne des citations renvoie, pour ce mot comme pour les autres, l’écho des luttes internes de la République romaine.

42 Du même coup, complot est présenté à plusieurs reprises comme un synonyme ou une espèce de conjuration. Voir 1664 Gaudin, 1671-1684 Pomey, 1689 Tachard, 1683 Danet, 1756 Lebrun, s.v. complot.

43 « Les troupes conspirent, ou méditent leur révolte » (1709 Joubert, s.v. conspirer). Voir aussi 1683 Danet, s. v. cabale.

44 Seule exception : Pompée (1658-1669 Delbrun, 1756 Lebrun, s.v. conjurer).

45 Qui n’apparaît que dans 1756 Lebrun, s.v. conjuration.

46 Qui figure surtout chez Delbrun et Lebrun (voir n. 38, 40, 41).

47 1664 Gaudin, s.v. conjurez, conspirateurs.

48 « Chefs des conspirateurs » apparaît dans 1756 Lebrun, s.v. conspirateur ; et « chef de cabale, factionis princeps » dans 1709 Joubert et 1756 Lebrun, s.v. cabale. Voir aussi 1671-1684 Pomey, s.v. conspirer (« ils ont conspiré ma ruine avec ce tyran »),

49 Sous conjuré et conjurer apparaît Catilina (1658-1669 Delbrun, 1756 Lebrun) ; sous complot Clodius (1658-1669 Delbrun ; 1756 Lebrun) ; sous comploter Gabinius (1658 Delbrun, 1756 Lebrun).

50 1658-1669 Delbrun, 1756 Lebrun, s.v. conjurer.

51 1689 Tachard, s.v. complot.

52 1658-1669 Delbrun, s.v. conjuration. On rencontre aussi les « troupes » (1709 Joubert, s.v. conspirer) et des « citoyens » (1658-1669 Delbrun, 1756 Lebrun, s.v. conjuration).

53 Lui seul parvient à citer, à propos de la conjuration, Catilina, Cinna, les tyrans grecs et les empereurs romains (1690 Furetière, s.v. conjurateur, conjuration, conjuré, conjurer).

54 Comparer à cet égard, s.v. complot, 1690 Furetière, qui ne donne aucun adjectif, avec 1680 Richelet, qui propose « funeste », « détestable » et « noir », et avec 1694 Académie, qui prescrit « pernicieux », « dangereux », « détestable » et « hardi ».

55 Voir chap. Ier, par. 3.

56 1680 Richelet, 1690 Furetière, 1694 Académie, s.v. cabale.

57 1680 Richelet, s.v. conjuration, conspiration, 1690 Furetière, s.v. conjurateur, conjuration, conjurer, 1694 Académie, s.v. conjuration.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search