Version classiqueVersion mobile

La conjuration des dictionnaires

 | 
Jean-Claude Waquet

Deuxième partie. L'illusoire clarté des dictionnaires

Chapitre II. L’histoire des choses

Texte intégral

1Les dictionnaires donnent aux mots un sens. Ils retracent aussi l’histoire des choses auxquelles ces termes servent de nom commun. Leurs définitions contiennent, comme les exemples, comme les citations qui les illustrent, quantité de notations qui révèlent à l’analyse un certain mode d’inscrire dans le temps historique les cabales, les complots, les conjurations et les conspirations. Plusieurs aspects sont en outre constamment évoqués par les lexicographes : l’origine sociale et les qualités morales qui distinguent les conjurés, conspirateurs et autres comploteurs, la nature des objectifs que ces individus poursuivent, les voies plus ou moins violentes dont ils usent, l’inégale efficacité de leurs nuisibles machines. Abordée sous ces divers angles, la cabale leur inspire un discours spécifique, qui la fait voir sous un autre jour que les complots, les conjurations et les conspirations. Ce contraste est d’autant plus net qu’à ces trois objets, les grammairiens assignent plusieurs traits qui les rapprochent ou, à tout le moins, les font se ressembler. Mais ils marquent aussi les différences qui fracturent leur apparente unité, de sorte que pour finir la conjuration et la conspiration ressurgissent dans leur noire grandeur et dans leur subversive singularité.

I

  • 1 Improba conjuratio, improborum conspiratio, flagitosa, scelerata conspiratio (1635-1642 Monet, s.v.(...)
  • 2 1635-1642 Monet, s.v. conspirer.
  • 3 Le dictionnaire de Monet se distingue ici d’autres dictionnaires français-latin qui renvoient de fa (...)

2Ni les définitions, ni les exemples que le Dictionaire françoislatin de Robert Estienne donne des quelques mots examinés ici, ne font explicitement référence à une période de l’histoire, si bien que les articles concernant ces termes paraissent baigner dans une sorte d’intemporalité. Il en va de même avec l’Invantaire de Monet. Tous les exemples y prennent une forme purement nominale, ou contiennent des verbes conjugués le plus souvent à l’infinitif1. Le moment de l’énonciation n’y transparaît pas. Aucune référence enfin n’y est jamais faite à un événement ou à une conjoncture historique : « Unanime accord de volontez, qui conspirent à même fin, conspirans, et pene conflatus animorum idem volentium consensus »2, est une phrase d’exemple qui peut s’appliquer à quantité de contextes appartenant à des époques différentes, et qui de surcroît pourrait avoir été proférée dans le Sénat romain comme dans la Grand Chambre du Parlement de Paris3.

  • 4 Salluste, mentionné dans 1690-1701 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, s.v. conjuration ; Polybe, (...)
  • 5 Spécialement à celles d’Ablancourt, dont le dictionnaire de Richelet fait grand usage (1680-1732 Ri (...)

3Cette intemporalité se retrouve à un degré ou à un autre dans tous les dictionnaires. Mais elle n’est, en fait, jamais absolue. Humanistes eux aussi, ou du moins frottés de lettres latines, les lecteurs d’Estienne ne pouvaient pas ne pas reconnaître dans les phrases données en exemple par le grammairien autant de citations extraites des grands textes classiques, et donc autant de références presque explicites à l’antiquité. En réalité, celle-ci comparaît souvent dans les dictionnaires. Elle passe à travers la mention des auteurs latins4 ; elle hante les emprunts faits par les lexicographes aux traductions des grandes œuvres d’antan5 ; elle surgit enfin lorsque des épisodes de l’histoire ancienne sont choisis à titre d’illustration.

  • 6 1680 Richelet, 1701 Furetière, 1771 Trévoux, s.v. complot (les citations sont tirées d’Iphigénie et (...)
  • 7 1690 Furetière, s.v. conjurer.
  • 8 1690 Furetière, 1694 Académie, 1767 G.V.F., 1771 Trévoux, s.v. conjuration ; 1680 Richelet, 1787 Fé (...)
  • 9 1701-1727 Furetière, 1771 Trévoux, s.v. conspirer. On trouve également une référence à César (1740 (...)
  • 10 1690-1701 Furetière, s.v. conjurateur, conspirer ; 1771 Trévoux, s.v. conspirer.
  • 11 1690 Furetière, s.v. conjuré ; 1740 Académie, 1771 Trévoux, 1787 Féraud, s.v. conjurer ; 1695 Riche (...)

4Citées par plusieurs ouvrages, les tragédies de Racine poussent sur le devant de la scène les personnages de l’Histoire sainte et les héros de l’Iliade6. Furetière rappelle l’exemple des Grecs, qui tant de fois conjurèrent contre leurs tyrans7. Il évoque le souvenir de Catilina qu’agitent encore, outre Richelet et les académiciens, le dictionnaire de Trévoux, le Grand vocabulaire françois et l’abbé Féraud8. Brutus et Cassius figurent aussi9, de même que les conjurés assemblés contre les empereurs romains10 : Cinna surtout doit aux vers de Corneille d’occuper dans les colonnes des dictionnaires une place que ne lui disputent ni les meurtriers de Caligula, ni ceux de Domitien11.

  • 12 1680, 1695, 1759 Richelet ; 1694, 1718, 1740 Académie ; 1690, 1701, 1727 Furetière ; 1767 G.V.F. ; (...)
  • 13 Avec respectivement 3 et 5 occurrences.
  • 14 21 occurrences.
  • 15 18 occurrences. 3 autres occurrences visent l’antiquité romaine en général. A noter en outre 13 occ (...)
  • 16 5 occurrences.

5De façon plus générale, un recensement étendu à une douzaine d’éditions des six grands dictionnaires publiés à partir de 168012, permet de réunir une liste de vingt et un exemples et citations véhiculant sur les modes les plus divers la mémoire de l’antiquité. Ces références circulent souvent d’une édition et d’un ouvrage à l’autre. Aussi les rencontre-t-on au total soixante-trois fois. L’Histoire sainte et la Grèce antique y occupent une place réduite13. Quarante-deux occurrences en revanche renvoient directement à des épisodes de l’histoire romaine. A l’intérieur de ce lot, la République14 et l’Empire15 se taillent des parts à peu près égales, qu’abondent respectivement de multiples mentions de Catilina et de nombreuses apparitions de Cinna. Enfin cette inscription dans l’antiquité ne concerne guère la cabale16. Elle intéresse le complot et la conspiration, qui fournissent l’un onze occurrences, et l’autre quatorze. Elle caractérise la conjuration qui est, avec plus de la moitié des occurrences, le plus « ancien » des quatre objets étudiés ici ou, si l’on préfère, celui que les lexicographes situent le plus souvent dans l’antiquité.

  • 17 Un seul exemple avec une citation de Le Clerc dans 1727 Furetière, s.v. cabale (« ce qui étoit déci (...)
  • 18 La Conspiration des poudres est mentionnée deux fois (1767 G.V.F., s.v. conspiration ; 1771 Trévoux (...)
  • 19 Voir par ex. 1680 Richelet, s.v. cabaler (Scarron), 1695 Richelet, s.v. cabale (Racine, Molière), 1 (...)
  • 20 Deux occurrences pour l’une, une pour l’autre.
  • 21 Quinze des vingt occurrences concernant la cabale se trouvent dans 1727 Furetière, 1759 Richelet et (...)

6Les références au Bas Empire ou au moyen-âge sont quasiment absentes des articles relatifs à la cabale, au complot, à la conjuration et à la conspiration17. Très rares aussi sont les mentions d’événements survenus au XVIe, au XVIIe ou au XVIIIe siècle18. Un peu plus fréquentes enfin sont les citations d’auteurs modernes qui, sans faire précisément allusion à un épisode de l’histoire récente, renvoient cependant de façon plus générale à un contexte chronologiquement proche19. Mais, dans l’ensemble, la moisson est maigre. Les douze éditions utilisées à l’instant ne fournissent que quatre occurrences conjuguant au présent une quelconque conspiration, et ce chiffre est plus faible encore pour la conjuration et pour le complot20. Seule la cabale, qui ne comptait pour rien du côté de l’antiquité, enregistre avec vingt occurrences des résultats significatifs. Les lexicographes de la fin du XVIIe siècle et, plus encore, du XVIIIe siècle21 la présentent donc comme un objet moderne, aussi actuel que la conjuration l’est peu.

  • 22 Il cite pêle-mêle la Cabale des Importants, les complots de Tharès contre Assuérus et d’Astarbé con (...)
  • 23 Richelet n’est guère plus prolixe, encore que placées ça et là, quelques citations d’Ablancourt ent (...)

7Comparées aux nombreux exemples qu’à la fin du XVIIIe siècle le synonymiste Roubaud mentionne22, les références des dictionnaires paraissent aussi minces que répétitives. Deux exemples parfaitement rebattus - Catilina et Cinna-, fournissent à eux seuls près des deux cinquièmes des occurrences - et un peu moins de la moitié de celles qui concernent l’antiquité. Cette pauvreté atteint son comble avec les académiciens, qui bannissent les citations, s’interdisent toute traduction du français au latin et se bornent à citer à l’article conjuration l’incontournable Catilina23.

  • 24 Cette priorité s’atténue toutefois au cours du XVIIIe siècle : 21 des 27 occurrences d’exemples « m (...)
  • 25 Aucun des exemples donnés pour cabale ne vise un événement comparable à ce que sont par ailleurs la (...)
  • 26 Les références au complot de Tharès contre Assuérus sont plutôt exceptionnelles ; apparues dans 170 (...)

8Roubaud répartit ses exemples de façon équilibrée entre les périodes. Il fait notamment une place à des événements récents tels que la Conjuration d’Amboise, la Conspiration des poudres ou la Cabale des Importants. Les lexicographes à l’inverse accordent la priorité à l’antiquité24, et font silence sur des épisodes aussi proches que les conjurations des grands contre le cardinal de Richelieu. Ils établissent par ailleurs une nette différenciation entre des objets dont certains portent une date et d’autres au contraire se fondent dans la grisaille uniforme d’un temps continu. Aussi le tableau que la lecture de leurs articles permet de dégager, est assez complexe. Seule de son espèce, la cabale est moderne, comme le terme qui la nomme. Mais aucune date ne lui est jamais assignée : elle n’est pas un événement25. Le complot ne l’est pas non plus, sauf exception26. Mais il est enraciné dans l’antiquité, comme le sont la conspiration et surtout la conjuration. Celles-ci enfin interrompent d’un point le fil des années : elles prennent volontiers la dimension d’événements restés illustres par la grandeur de ceux qu’ils ont menacés et par la catastrophe dans laquelle leurs auteurs sont finalement tombés.

II

  • 27 1680 Richelet, s.v. conjuration, conspiration ; 1690 Furetière, s.v. complot ; 1694 Académie, s.v. (...)

9La cause est entendue : ce n’est pas le peuple qui cabale, complote, conspire ou conjure. Ce ne sont pas non plus les ordres du royaume. Les véritables auteurs de ces affaires sont des personnes, des individus distincts à la fois de l’informe populace et des corps constitués : « plusieurs personnes », annonce Richelet, « quelques personnes », écrit Furetière, « deux ou plusieurs personnes », confirme enfin l’Académie27. La cabale est ce dans quoi ils s’exercent avec le plus d’adresse et de succès.

  • 28 « On a fait une cabale pour décrier cette tragédie » (1690 Furetière, s.v. cabale) ; « la cabale l’ (...)
  • 29 1727 Furetière, s.v. cabale.
  • 30 1695-1732 Richelet, s.v cabalé.
  • 31 1695-1775 Richelet, s.v. cabaler (cet exemple est repris en partie par 1727 Furetière).
  • 32 1694-1762 Académie, s.v. cabale.
  • 33 1695-1732 et 1759 Richelet, s.v. cabale (1680 Richelet donnait : « personnes qui sont d’intelligenc (...)

10On a vu qu’à l’instar de complot, cabale est un mot auquel les lexicographes ne confèrent qu’accidentellement un sens politique : la cabale n’est donc pas spécifiquement dirigée contre le prince, ni contre l’Etat. Mais elle peut l’être contre des auteurs : c’est du moins ce que suggèrent quelques-unes des citations et quelques-uns des exemples choisis par Furetière, ajoutés par Basnage, donnés par le Richelet ou repris par le Trévoux28. Pour autant, toute cabale n’est pas littéraire. L’un s’y addonne pour « traverser » ses adversaires29, tel autre pour acquérir du mérite, ou de la réputation30, d’autres encore en font usage « pour avoir une charge qui les tire de la misère »31. Ces menées peuvent être « dangereuses »32. Elles sont rarement destructrices. Leur moteur est l’intérêt : elles associent d’ailleurs, comme le note la deuxième édition du Richelet, des « personnes qui agissent de concert pour leurs intérêts particuliers »33.

  • 34 « Ville remplie de gens qui cabalent contre l’Estat » (1690-1701 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévo (...)
  • 35 « Selon le monde, il faut toujours se ranger du côté de la plus forte cabale, Bayle » (1727 Furetiè (...)
  • 36 « Elle formait incessamment des cabales qui divisoit toute la cour, Mlle L’Héritier » (1721-1752 et (...)
  • 37 Avec lesquelles le cabaleur noue des « pratiques » (1695-1732 et 1759 Richelet, s.v cabaleur).
  • 38 1635-1642 Monet, s.v. cabale.
  • 39 1690 Furetière, s.v. cabale.
  • 40 1694 Académie, s.v. cabaler. De même, selon 1695 Richelet, s.v. cabaler, ce verbe signifie « se gag (...)
  • 41 On trouve seulement deux mentions faisant allusion à un chef de cabale : « c’est sa cabale » (1694- (...)
  • 42 1695-1732 Richelet, s.v. cabale.
  • 43 « Il faut avoir de l’esprit pour être homme de cabale, La Bruyère » (1727 Furetière, s.v. cabale) ; (...)
  • 44 1694-1762 Académie, s.v. cabaler, cabaleur.
  • 45 1709-1732 et 1759 Richelet, s.v. cabale (citation de Mme Deshoulières, reprise ensuite par 1727 Fur (...)
  • 46 1718-1762 Académie, 1727 Furetière, 1787 Féraud, s.v. cabale.
  • 47 1787 Féraud, s.v. cabale. Dès avant, 1721 Trévoux, repris jusqu’en 1771 par les autres éditions de (...)

11Les cabaleurs opèrent parfois dans des villes de province34 ; ils agissent également - et peut-être plus naturellement - dans le monde35, à la cour36 ou, du moins, au contact des « personnes de crédit »37. Leur « troupe » n’est point informe : ce sont des « comploteurs confédérés »38 que ces gens, réunis en une « société »39 ou en une « espèce de parti »40. Cette union semble peu hiérarchisée : son chef, en tout cas, n’est jamais nommé41. Aussi la cabale ne produit ici ni héros, ni grands hommes. Ses auteurs sont des êtres sans mérite ni réputation42. Mais ils ne sont pas sans ressources : à défaut de caractère, ils ont de l’esprit, et se signalent par leur savoir-faire43. Ils sont enfin d’autant plus experts qu’ils récidivent volontiers : « il ne sçauroit s’empescher de cabaler », dit-on de tel d’entre eux, « c’est un grand cabaleur »44, un « dévot de cabale »45, un « homme de cabale »46 et peut-être même une femme de cabale, puisqu’« en bien des occasions on peut » selon l’abbé Féraud « dire cabaleuse »47.

  • 48 1695-1732 et 1759 Richelet, s.v. cabale.
  • 49 1635-1642 Monet, s.v. cabale ; 1680-1775 Richelet, s.v. cabaler ; 1694 Académie, s.v. cabale ; 1694 (...)
  • 50 Dans laquelle Furetière voit l’un des traits caractéristiques de la cabale (1690-1701 Furetière, re (...)
  • 51 1695-1775 Richelet, s.v. cabale ; voir aussi 1727 Furetière, s.v. cabale. Voir aussi les traduction (...)
  • 52 1635-1642 Monet, s.v. cabale. Des expressions analogues se trouvent dans la plupart des dictionnair (...)
  • 53 1680-1759 Richelet, s.v. cabaler ; 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. cabaleur ; 1694 Académie, s.v. (...)
  • 54 1690-1701 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, s.v. cabale.
  • 55 1767 G.V.F., s.v. cabaler.
  • 56 1694-1762 Académie, s.v. cabaler.
  • 57 1695-1732 Richelet, s.v. cabalé.
  • 58 1680 Richelet, s.v. cabaler. Voir aussi 1752 et 1771 Trévoux, s.v. cabale.
  • 59 1695-1732 et 1759 Richelet, s.v. cabaler ; 1756 et 1775 Richelet donnent simplement « par des moien (...)
  • 60 1695-1732 et 1759 Richelet, s.v. cabaleur.
  • 61 1721-1752 et 1771 Trévoux, s.v. cabaleur.
  • 62 1752 et 1771 Trévoux, s.v. cabale.

12La cabale se décline sur le registre de la communication, de l’« intelligence »48 et de la « pratique »49, qui créent la « confidence »50 et permettent d’agir « de concert »51. Elle joue aussi du secret. Elle est, au dire du père Monet, clandestina consultano, occulta communicatio et clandestina coëuntium factio52 : souterraines sont les pratiques que ses auteurs font53, l’entreprise dans laquelle ils s’engagent54, le complot qu’ils trament55. L’adresse de ces personnes cabalées est enfin ce sur quoi les lexicographes mettent le plus volontiers l’accent, du moins à partir de la fin du XVIIe siècle. Cabaler, disent-ils, c’est « attirer » des personnes à son dessein56, s’acquérir des gens « avec adresse »57, ce qui appelle aussi bien des pratiques « artificieuses »58 que des moyens « fins et adroits »59. Le cabaleur lui-même est « adroit »60. Le dictionnaire de Trévoux ajoute « rusé »61, puis « habile »62.

  • 63 1759 Richelet, s.v. cabale.
  • 64 1709-1732 et 1759 Richelet, s.v. cabale.
  • 65 1727 Furetière, s.v. cabale.
  • 66 1694 Académie, s.v. cabale.
  • 67 1718-1762 Académie, s.v. cabale. Ex. repris dans 1752 Trévoux.
  • 68 Voir aussi 1767 G.V.F., s.v. cabale (« on condamna cette cabale à dix mille écus d’amende. Ils fire (...)
  • 69 1694-1762 Académie, 1695-1732 et 1759 Richelet, s.v. cabale. Voir aussi Delbrun 1658-1669, s.v. cab (...)

13C’est donc d’un art qu’il s’agit : celui « de se faire valoir »63 par des « raisons qu’on étale »64. Mais ceux qui le pratiquent ne parviennent pas toujours à leurs fins. « Nous avons découvert une dangereuse cabale », annoncent leurs adversaires. « La cabale est dissipée », ajoute tel autre témoin65. « On a », rapportent les académiciens, « pris »66 et même « exilé »67 la troupe de ceux qui cabalaient68. Il est d’ailleurs très correct de dire « afoiblir », « dissiper », « descouvrir », « détruire » ou encore « ruiner » une telle cabale69.

  • 70 1695-1732 et 1759 Richelet, 1721-1752 Trévoux, 1727 Furetière, s.v. cabale.
  • 71 1701-1727 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, s.v. cabale.
  • 72 1727 Furetière, s.v. cabale.
  • 73 1759 Richelet, s.v. cabale.
  • 74 1727 Furetière, s.v. cabale, cabaler. Voir aussi 1756 Lebrun, s.v. cabale (« son mérite est fondé s (...)

14Plus nombreuses à partir de la fin du XVIIe siècle et au XVIIIe siècle, d’autres voix attestent les succès obtenus par les personnes cabalées. C’est Alceste qui s’indigne, cité par le Richelet, puis par le Trévoux : « tout marche par cabale », se lamente-t-il, « et par pur intérêt »70. « A Rome comme aujourd’hui », lit-on ailleurs, « la cabale l’emportoit souvent »71. Elle triomphe également dans les conciles72. « Tout », conclut La Fontaine, « est aujourd’hui cabale »73. Aussi « mérite cabalé », « réputation cabalée », « vous l’avez emporté par cabale » ont-ils leur place parmi les exemples que la dernière version du Furetière donne à son lecteur74.

  • 75 T.E. Hope, Lexical Borrowing in the Romance Languages. A Critical Study of Italianisms in French an (...)
  • 76 1759 Richelet, s.v. cabale. 1727 Furetière, s.v cabale, définit cabale par « intrigue ».

15Considérés dans leur ensemble, les articles relatifs à la cabale composent une analyse dont les termes sont plutôt modernes : la scène qu’on lui dresse est quelquefois la cour ; le mobile qu’on lui prête peut être l’intérêt ; le fil quelle déroule est celui de l’intrigue, que la langue française vient d’emprunter à la finesse des Italiens75. La cabale ignore la force brute. Ceux qui la pratiquent ne tuent pas les rois : ils se contentent de ruiner les réputations. Même indignes, ils restent polis. Ce ne sont point des honnêtes gens ; mais ce ne sont pas non plus des révoltés, ni d’ailleurs de grands personnages. Leur cabale n’est pas celle des Importants : c’est, tout au plus, celle des « intrigans »76.

III

  • 77 1694-1762 Académie, 1727 Furetière, s.v. complot ; 1658-1669 Delbrun, 1694 Académie, s.v. conjurati (...)
  • 78 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. complot.
  • 79 1635-1642 Monet, s.v. complot ; 1671-1684 Pomey, s.v. conspirer.
  • 80 1756 Lebrun, s.v. complot ; 1658 Delbrun, 1689 Tachard, 1756 Lebrun, s.v. comploter ; 1709 Joubert,(...)
  • 81 1709 Joubert, 1756 Lebrun, s.v. complot ; 1635-1642 Monet, 1658-1669 Delbrun, s.v. conjurer ; 1671- (...)
  • 82 1658-1669 Delbrun, 1756 Lebrun, s.v. comploter ; 1549-1573 Estienne, 1606 Nicot, 1609-1625 G.D.F.L. (...)
  • 83 1680-1732 et 1759 Richelet, 1694-1762 Académie, 1701-1727 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, 178 (...)
  • 84 1689 Tachard, 1694-1762 Académie, 1767 G.V.F., 1787 Féraud, s.v. comploter ; 1680-1732 et 1759 Rich (...)
  • 85 1694-1762 Académie, s.v. conspirer. « Détruire » apparaît aussi : voir 1680-1732 et 1759 Richelet, (...)
  • 86 Seules exceptions, sur lesquelles on reviendra : les rares cas où conjuration et conspiration sont (...)

16Leur commun enracinement dans un passé antique n’est pas le seul trait que les lexicographes reconnaissent à la fois au complot, a la conjuration et à la conspiration. Tous soulignent leur dimension destructrice. « Pernicieuses »77 et « funestes »78, ces affaires appellent en latin des termes tels qu’exitium79 ou pestis 80, pernicie81 ou nex82. Ils sont en français une cause de « ruine »83, de « perte »84 ou de « destruction »85. De cette soif d’anéantissement, les grammairiens ne donnent aucune explication86 : complots, conjurations et conspirations se présentent dans leurs dictionnaires comme des effets sans cause, portés par une volonté dévastatrice dont le caractère premier est de sembler parfaitement gratuite.

  • 87 1539-1572 Estienne, 1606 Nicot, 1609-1625 G.D.F.L., s.v. complot.
  • 88 1625 G.D.F.L., s.v. complot.
  • 89 1658-1669 Delbrun, 1689 Tachard, 1671-1684 Pomey, 1756 Lebrun, s.v. complot. 1658-1669 Delbrun, s.v (...)
  • 90 1694-1762 Académie, s.v. conspirer. 1680-1775 Richelet, s.v. conjurer, conspirer. 1690-1701 Furetiè (...)

17L’« intelligence » sert à Estienne et à ses successeurs pour caractériser le complot87. Développant cette idée, le Grand dictionaire françois-latin ajoute : « par un complot pourparlé entre eux, consilio inter ipsos mito »88. Consilium réapparaît dans plusieurs autres lexiques français-latin, soit à l’article complot, soit et plus rarement à l’article conjurer89. Au chapitre des moyens, la communication a donc toujours sa place. Elle la conserve dans les ouvrages de la fin du XVIIe siècle. Conspirer, notent alors les académiciens, c’est être unis d’esprit. C’est selon Richelet s’unir « de concert ». Cette expression revient sous sa plume à propos de conjurer, tandis que pour Furetière, un complot est nécessairement « concerté »90.

  • 91 1635-1642 Monet, 1644-1666 Pajot, 1658-1669 Delbrun, 1671-1684 Pomey, 1689 Tachard, 1756 Lebrun, s. (...)
  • 92 1694 Académie, 1690-1701 Furetière (repris par 1704-1771 Trévoux), s.v. complot. 1690-1727 Furetièr (...)
  • 93 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. conjuration, conspiration (découvrir). 1680-1775 Richelet, s.v. co (...)

18Le secret a cours à l’article complot, notamment dans les dictionnaires français-latin qui, outre « secret » et « caché », véhiculent des termes tels que clandestinum ou occultum91. Les académiciens l’évoquent aussi. Furetière encore observe qu’un complot se fait « secrettement », et que « secrette » est toute conjuration92. Richelet à l’inverse n’est jamais aussi explicite. Mais, comme ses collègues, il fait volontiers appel à des termes qui désignent de façon indirecte le caractère occulte des complots, conjurations et conspirations : tels sont « découvrir » et « machiner » que l’Académie reprend ensuite en leur ajoutant, pour faire bonne mesure, « ourdir » et « tramer »93.

  • 94 1549-1573 Estienne, 1606 Nicot, 1609-1625 G.D.F.L., s.v. complot, conjuration ; 1606 Nicot, s.v. as (...)

19« Comploter avec quelqu’un de tromper un autre », note Estienne. Conjurare c’est, selon lui, « faire brigues et conjurations ». Un assassin, signale plus tard Nicot, tue par « machination conspirée ». Les lexicographes alignent ensuite - on vient de le relever - des verbes aussi insidieux que tramer, ourdir et machiner. L’adresse est donc toujours présente. Mais elle se combine avec l’usage de la force. Nicot cite Tacite : « c’est un mot sourd que les conspirateurs se doivent mettre en armes ». Joubert évoque les épées tirées contre la République, districtos in rempublicam gladios. Richelet estime qu’une conjuration est « pour attenter ». Furetière partage cet avis, et rappelle les assassinats commis par les conjurateurs au temps des Romains. Ses continuateurs, puis le Trévoux, évoquent avec Racine un « sanguinaire » complot. Des formules telles que « conjurer la mort de quelqu’un », faire complot « de le tuer », « conspirer, conjurer de tuer », font partie du répertoire de l’Académie94.

  • 95 « On a averti la cour que l’on conspiroit dans les provinces » (1767 G.V.F., s.v. conspirer). Voir (...)
  • 96 Voir s.v. complot 1701-1727 Furetière, 1694-1762 Académie, 1704-1752 et 1771 Trévoux, 1767 G.V.F., (...)
  • 97 1680-1732 et 1759 Richelet, 1727 Furetière, s.v. complot ; 1709 Joubert, s.v. conjuration.
  • 98 1658-1669 Delbrun, 1680-1732 et 1759 Richelet, 1689 Tachard, s.v. complot ; 1658-1669 Delbrun, 1680 (...)
  • 99 1709 Joubert, s.v. conjuration ; 1756 Lebrun, s.v. conspiration.
  • 100 1771 Trévoux, s.v. complot (il s’agit d’une citation de Racine).
  • 101 1680-1732 et 1759 Richelet, 1709 Joubert, s.v. complot.
  • 102 Voir 1606 Nicot, s.v. assassin (« par machination conspirée met en sursaut et d’emblée à mort un au (...)

20La délation quelquefois95, l’échec plus sûrement attendent les comploteurs, conjurateurs et conspirateurs. L’usage le plus constant veut qu’on « découvre » leurs desseins96. Les lexicographes admettent également qu’on les « dissipe »97. Ils acceptent encore qu’on les « étouffe »98, qu’on les « éteigne »99 et même qu’on les « arrête »100. Ils savent les complots qui « s’évanouissent » et ceux qui s’en vont « en fumée »101. Mais d’entreprises qui aient réussi, ils n’en connaissent point, ou presque102.

  • 103 1767 G.V.F., s.v. conspirateur (voir aussi comploter : « ils furent convaincus d’avoir comploté ens (...)
  • 104 1549-1573 Estienne, 1606 Nicot, 1609-1625 G.D.F.L., s.v. conjurer (« soupçonner aucun d’avoir faict (...)
  • 105 1767 G.V.F., s.v. conjuration (« on l’accusa d’avoir tramé la conjuration ») et conjurer (« on l’ac (...)
  • 106 Voir s.v. conjurateur 1694-1718 Académie (« on a arresté les conjurateurs ») et 1767 G.V.F. (« on a (...)
  • 107 1539-1573 Estienne, 1606 Nicot, 1609-1625 G.D.F.L., s.v. conjurer (« estre condamné pour avoir conj (...)
  • 108 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. conjuré (« les conjurez ont été condamnez à la mort ») ; 1767 G.V. (...)
  • 109 La clémence d’Auguste à l’égard de Cinna est rappelée dans 1695-1732 et 1759 Richelet, s.v. conjuré

21Les grammairiens ne taisent aucunement les catastrophes promises aux conspirateurs. Ils « furent décapités », constate le Grand vocabulaire françois. Le Richelet liquide en quelques mots une autre entreprise secrète : « les conspirez ont été découverts », écrit-il, « et si on les atrape, ils seront pendus »103. La conjuration enfin est durement traitée : elle appelle le soupçon104, 1’accusation105, 1 arrestation106, la condamnation107 et enfin le supplice108 auquel, plutôt qu’à la clémence109, les lexicographes semblent comme les rois réserver leur faveur.

  • 110 1756 Lebrun, s.v. conspiration.

22Entreprises destructrices, gratuites, souvent violentes, presque toujours avortées, les conspirations, conjurations et complots procèdent ainsi d’une logique qui leur fait parcourir à toutes un même chemin menaçant et fatal. La prose des lexicographes prouve ce destin malheureux par la vérité de 1 histoire. Elle l’inscrit aussi dans la pratique de la langue, puisque les seuls mots que les grammairiens fournissent à leurs lecteurs sont ceux qui permettent de dire la formation, puis l’échec des entreprises secrètes. L’usage, tel qu’ils le restituent, se résume dans cette seule phrase : « cette conspiration qu’on avoit formée a été éteinte »110. Il ne prévoit rien pour décrire le succès d’une conjuration tramée contre un prince. Annoncer qu’elle a heureusement réussi, c’est, ou peu s’en faut, pécher contre le français.

IV

  • 111 Sur les quelques cas où le complot est mis de façon plus ou moins directe en rapport avec les affai (...)
  • 112 1690-1701 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, s.v. complot.
  • 113 1718-1762 Académie, s.v. comploter ; 1787 Féraud, s.v. complot.
  • 114 1694-1762 Académie, 1767 Féraud, s.v. complot.
  • 115 1767 G.V.F., s.v. comploter.
  • 116 1694-1762 Académie, 1787 Féraud, s.v. complot.
  • 117 1767 G.V.F., s.v. complot.
  • 118 Voir encore 1694-1762 Académie, 1787 Féraud, s.v. comploter.

23Lorsque les lexicographes entrent dans le détail des objectifs poursuivis par les auteurs des complots, le monde dans lequel ils introduisent leur lecteur est ordinairement celui des affaires particulières et des crimes de droit commun111. On complote de voler une maison112 ou une personne113. On fait complot de « prendre »114 un malheureux, de le « ravir »115, pire de le « tuer »116 ou de 1’« assassiner »117. Comploter la mort de quelqu’un est, en un mot, tout à fait dans 1’usage118.

  • 119 1539-1573 Estienne, 1606 Nicot, 1609-1625 G.D.F.L., s.v. complot.
  • 120 1635-1642 Monet, 1680 Richelet, 1727 Furetière, s.v. complot.
  • 121 1690-1701 Furetière, 1704-1771 Trévoux, s.v. complot.
  • 122 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. complot ; 1658-1669 Delbrun, s.v. comploter.
  • 123 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. comploter.
  • 124 1635-1642 Monet, s.v. complot.
  • 125 1635-1642 Monet, s.v. comploter.
  • 126 1694-1762 Académie, s.v. complot.
  • 127 1767 G.V.F., s.v. comploter.

24Les cibles des comploteurs ne portent en général ni titre, ni blason. C’est « aucung » que l’on vise, ou « quelqu ung »119, et puis « quelcun »120, et encore « quelqu’un »121, ou plus précisément « une personne »122, « quelque personne », « plusieurs »123, ou aliquis124, et même quispiam125. Ce sont encore, avec les « le »126 et les « la »127 qui accompagnent les verbes des exemples, autant de pronoms sans antécédents que nul nom ne remplit. La suite de tous ces mots produit une liste indéchiffrable : il n’y a au complot que des victimes sans visage.

  • 128 Quelques dictionnaires français-latin citent aussi Clodius (1658-1669 Delbrun, 1756 Lebrun, s.v. co (...)
  • 129 1635-1642 Monet, 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. complot.
  • 130 1690-1727 Furetière, 1695-1732 et 1759 Richelet, 1704-1752 et 1771 Trévoux, 1787 Féraud, s.v. compl (...)
  • 131 1690-1727 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, 1787 Féraud, s.v. comploter.
  • 132 1690-1701 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, s.v. complot.

25Mis à part Tharès128, les auteurs de ces desseins ne sont pas des célébrités, ni des gens du monde. Ce sont, explique le père Monet, des improbi. Ce sont, prononce Richelet, des « méchans »129. Certains même sont des traîtres130. De leur condition sociale, on ne sait généralement rien. Mais, lorsqu’elle apparaît, il se révèle que ces personnages sont de simples soldats131 ou, pire, des voleurs132. Leur bande n’est ni organisée, ni hiérarchisée : les lexicographes ne lui connaissent point de chef, et ils n’ont pas de mot pour en dénommer les membres puisque comploteur est, on l’a vu, absent de leurs dictionnaires. Cet homme qui complote ne possède donc pas de nom, ni propre, ni commun : l’obscurité est son lieu, celui du moins où les grammairiens le relèguent.

*
* *

  • 133 1694-1762 Académie, 1727 Furetière, 1787 Féraud, s.v. conjurer.
  • 134 1690-1727 Furetière, 1704-1762 Trévoux, s.v. conjuration.
  • 135 1732 Richelet, s.v. conspiration.
  • 136 1694-1762 Académie, 1771 Trévoux, 1787 Féraud, s.v. conspirer ; 1767 G.V.F., s.v. conjurer.
  • 137 1727 Furetière, s.v. conspirer.
  • 138 A noter aussi, pour conspiration, la présence de la trahison, ce qui la rapproche du complot (1732 (...)
  • 139 1549-1573 Estienne, 1606 Nicot, 1609-1625 G.D.F.L., s.v. conjuration. Voir aussi 1609 G.D.F.L., s.v (...)
  • 140 1635-1642 Monet, s.v. conspiration. Ce thème est repris sous des formes diverses dans la plupart de (...)
  • 141 1690-1727 Furetière, 1704-1762 Trévoux, s.v. conjuration ; 1694-1762 Académie, s.v. conspiration.
  • 142 1695-1732 et 1759 Richelet, s.v. conspirateur.
  • 143 1690-1701 Furetière, 1704-1752 Trévoux, s.v. conjurateur, conspirer. Voir encore, pour d’autres exe (...)

26La conspiration et la conjuration se démarquent nettement du complot, du moins à partir du moment où, avec les dictionnaires de la fin du XVIIe siècle, le sens reconnu aux deux mots se politise. Ni l’une, ni l’autre n’ont rien à faire avec des crimes tels que le vol ou le rapt. Leurs auteurs voient plus grand. Ils conspirent ou conjurent pour détruire leur « patrie »133, pour attenter à la « liberté publique »134, « pour exciter une révolte générale »135, pour provoquer enfin la « ruine »136 ou la « perte »137 de l’Etat138. Plus encore que pour le complot, les lexicographes placent l’accent sur le meurtre que ces dangereux personnages méditent. Certaines conjurations, observait déjà Estienne, sont « pour tuer quelqu’un »139. La conspiration, notait encore Monet, est in salutem..., in vitam alicujus140. Pour ses successeurs, toutes deux menacent directement la « vie du prince »141 ; elles mettent en péril les jours d’Auguste142 ; elles s’en prennent aux autres empereurs et, bien souvent, elles interrompent leurs jours d’un trait bref et rouge sang143.

  • 144 Avant la fin du XVIIe siècle, elles sont souvent désignées de façon très vague : « aucun » (1635-16 (...)
  • 145 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. conspirer : conspirer, c’est « jurer la perte... de quelque Roïaum (...)
  • 146 « Conjurer... contre sa patrie... Conjurer la ruine de sa patrie » (1694-1718 Académie, s.v. conjur (...)
  • 147 1690-1727 Furetière, s.v. conjuration ; même chose dans 1704-1762 Trévoux.
  • 148 1694 Académie, s.v. conspirer.
  • 149 1680-1775 Richelet, s.v. conspiration ; 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. conspirer.
  • 150 Voir chap, précédent, p. 87.
  • 151 1680-1775 Richelet, 1690-1727 Furetière, 1694-1762 Académie, 1704-1771 Trévoux, 1767 G.V.F., 1787 F (...)
  • 152 1690-1727 Furetière, 1694-1762 Académie, 1704-1762 Trévoux, 1787 Féraud, s.v. conspiration.
  • 153 1771 Trévoux, s.v. conspiration. Voir aussi 1694-1762 Académie, s.v. conspirateur.
  • 154 1680-1775 Richelet, s.v. conspiration ; 1767 G.V.F., s.v. conspirer. Dans 1756 Richelet, s.v. consp (...)
  • 155 1694-1762 Académie, 1767 G.V.E, 1771 Trévoux, s.v. conspiration.
  • 156 Voir s.v. conjuration 1680-1775 Richelet, 1690-1727 Furetière, 1694-1762 Académie, 1704-1771 Trévou (...)
  • 157 Voir s.v. conjuration 1718-1762 Académie, 1771 Trévoux, 1767 G.V.F., 1787 Féraud ; s.v. conjurer 16 (...)
  • 158 1680-1775 Richelet, s.v. conjuration, conjurer ; 1718 Académie, s.v. conjurer.
  • 159 1690-1701 Furetière (repris par Trévoux, 1704-1752), s.v. conjurer ; l’unique autre référence au ty (...)
  • 160 1718-1762 Académie, 1787 Féraud (« puissances légitimes »), s.v. conspiration.
  • 161 Cet Etat est conçu par certains de façon de plus en plus impersonnelle. On notera à cet égard la di (...)

27De même que les crimes sont capitaux, les cibles sont considérables144. Elles peuvent être décrites en prenant successivement pour répères deux lieux du politique : la communauté et l’autorité. La première ne paraît pas - du moins à une première analyse - complètement absente du traitement qu’à partir de la fin du XVIIe siècle, les lexicographes ont réservé à la conjuration et à la conspiration. Elle intervient notamment dans le dictionnaire de Richelet, lorsqu’à l’article conspirer, le lexicographe évoque successivement le danger couru par le « roïaume », puis la menace subie par la « patrie »145. « Patrie » est aussi utilisé par l’Académie, puis après elle par le continuateur du Dictionnaire universel par les rééditeurs du Trévoux et par l’abbé Féraud146. Furetière enfin prend en compte la « liberté publique », victime potentielle de telle conjuration147. Ces mentions toutefois pèsent moins lourd que les références à l’autorité qui, d’un dictionnaire à l’autre, peuplent les exemples et surtout les définitions. Car, bien qu’elle s’en prenne parfois à un « général »148, à « quelque grand »149 ou même à un simple particulier150, la conspiration vise d’abord l’Etat, présent dans toutes les définitions à partir de 1680151. A défaut, les conspirateurs agressent les détenteurs du pouvoir : leur attentat est alors dirigé contre les « puissances »152, les « personnes publiques »153, le « souverain »154, le « prince »155. Il en va de même avec la conjuration, que ses définitions tournent invariablement contre l’Etat156 et presque aussi souvent contre le prince157 ou le souverain158. Furetière suggère que ces autorités peuvent être tyranniques159. Mais les académiciens rappellent que les puissances doivent être obéies et Féraud pour sa part insiste sur leur légitimité160. Aussi la conspiration et la conjuration se configurent avant tout comme des manifestations d’insubordination, des agressions indues contre des pouvoirs en place parmi lesquels l’Etat occupe désormais le premier rang161.

  • 162 1658-1669 Delbrun, s.v. conjuré.
  • 163 1680-1775 Richelet, s.v. conjuré (« auteur ou complice de quelque conjuration »), « Complice » revi (...)
  • 164 1690-1701 Furetière (repris par 1704-1762 Trévoux), 1740-1762 Académie, s.v. conjurateur, conjuré. (...)
  • 165 1690-1701 Furetière (repris par 1704-1771 Trévoux et pour l’esssentiel par 1727 Furetière), 1756 Le (...)

28« Catilina conduisoit les conjurés »162. Le complot ne faisait pas apparaître de chef. Ici au contraire se dessine une forte opposition entre celui qui entreprend, forme, conduit une conjuration ou une conspiration, en l’est l’auteur ou s’en fait le guide, et celui qui entre dans une telle entreprise, y trempe ou y a part. Cette différence est notée par Richelet163. Elle ressort de l’analyse que les lexicographes font respectivement de conjurateur et de conjuré. Furetière, puis la plupart des éditions du Trévoux, établissent clairement une distinction entre le premier, « qui entreprend » un attentat contre le prince ou l’Etat, et le second, « qui est d’une conspiration » et se configure donc plutôt comme un participant ou un complice. Les académiciens les rejoignent à partir de 1740 : le conjurateur, estiment-ils, est « celui qui forme, qui conduit une conjuration » ; les conjurés pour leur part sont ceux qui sont « entrés » dans un tel dessein. Le Grand vocabulaire françois-, puis la dernière édition du Trévoux, tiennent un discours analogue. Féraud enfin cite l’Académie à l’article conjurateur, puis indique significativement que conjuré ne se dit « qu’au pluriel »164. Il exprime la même opinion à propos de conspirateur, mais semble alors se désintéresser de toute distinction entre l’auteur d’une conspiration et ses membres. D’autres sont plus nuancés, et distinguent entre les rôles : ainsi Furetière, pour lequel un conspirateur est soit celui « qui forme une conspiration », soit celui « qui y a part ». Le dictionnaire de Trévoux le suit sur ce point. Les académiciens entrent dans plus de détail : de l’un, ils disent qu’« il est le chef, l’autheur, le conducteur de la conspiration », et de l’autre ils indiquent simplement qu’« il étoit de cette conspiration ». Le père Lebrun aussi parle du « chef des conspirateurs », auctor conjurationis, conjurationis dux165.

  • 166 1694 Académie, s.v. conjurateur.
  • 167 Voir η. 8-11.
  • 168 1690-1727 Furetière, 1704-1752 Trévoux, s.v. conjurer, citent un peuple : les Grecs. Mention aussi (...)

29Il existe donc à l’intérieur des conspirations et des conjurations une sorte de répartition hiérarchique du travail qui isole nettement la figure de leur principal auteur. Il existe aussi une façon toute particulière d’aborder les hommes qui, chefs ou subalternes, participent à ces dangereuses entreprises. Une caractérisation morale se rencontre parfois : elle vise alors la nature impétueuse du « conjurateur perpétuel », qui « se trouve dans toutes les conjurations »166. Mais l’identité des conjurés et, dans une moindre mesure, celle des conspirateurs se saisissent plus souvent à travers des exemples historiques, et ces exemples sont, de surcroît, ainsi présentés que la question des auteurs de la conjuration - ou de la conspiration - tend à se confondre avec celle de ses directeurs : Catilina, Cinna, César, Brutus et Cassius167 sont, ou peu s’en faut168, les seuls personnages dont on parle. Ce sont aussi des grands hommes, des héros qui, même négatifs, tranchent avec l’obscur anonymat dans lequel les comploteurs croupissent.

  • 169 On notera à cet égard que l’exemple « cet homme se trouve dans toutes les conjurations, c’est un co (...)
  • 170 Puisqu’elle peut être dirigée contre des tyrans et permettre de libérer la patrie. Voir n. 159.
  • 171 1701-1727 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, s.v. conspirer (« Brutus et Cassius conspirèrent co (...)
  • 172 Bien de l’Etat : 1690 Furetière, 1694 Académie, s.v. conspiration ; 1787 Féraud, s.v. conspirer. Fé (...)
  • 173 1694-1762 Académie, s.v. conspirer.
  • 174 1690 Furetière, s.v. conspiration.
  • 175 Paix : 1690 Furetière, s.v. conspiration. Bonheur : 1718-1762 Académie, s.v. conspirer.
  • 176 1694-1762 Académie, s.v. conspirer. Voir aussi la référence au « bien public » dans 1694-1762 Acadé (...)

30Les complots sont ordinaires. Les conjurations et les conspirations sont exceptionnelles169 : ce sont de grandes entreprises, conduites par des hommes restés célèbres dans l’histoire, et assez puissantes de surcroît pour faire craindre des effets dévastateurs à une échelle qui n’est pas celle de l’individu, mais de la société tout entière. Il leur arrive aussi de produire d’heureuses conséquences. C’est, par exception seulement, le cas de la conjuration170. C’est également celui de la conspiration171. Celle-ci peut même être très officiellement orientée au bien, selon une interprétation dont on a vu qu’elle eut temporairement cours à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle. Elle sert alors des fins telles que le « bien », la « félicité » et la « prospérité » de l’Etat172, la « gloire du roy »173, l’« avantage » de l’Eglise174, la « paix » et le « bonheur » du royaume175 ou, tout simplement, l’« ordre et la justice »176.

  • 177 1635-1642 Monet, s.v. conspirer (il évoquait un « unanime accord de volontez »). 1756 Lebrun, s.v. (...)
  • 178 « ...de coeurs, de volontez, d’affections... » (1694 Académie, s.v. conspirer). L’édition de 1718 d (...)
  • 179 1694 Académie, s.v. conspiration. 1690-1701 Furetière, 1704-1752 Trévoux, s.v. conspiration.
  • 180 1709 Joubert, s.v. conspirer. Voir aussi 1756 Lebrun, s.v. conspiration (« la conspiration de tous (...)
  • 181 1690-1701 Furetière, 1704-1752 Trévoux, s.v. conspiration.
  • 182 1690-1701 Furetière, 1704-1752 Trévoux, s.v. conspirer.

31Lorsqu’elle est telle, la conspiration change entièrement de visage. Son régime n’est plus celui de la réunion de quelques individus qu’une entreprise formée à l’insu des ordres de l’Etat met hors la loi. Il est celui d’une unanimité à laquelle tous participent, corps constitués en tête. Monet le sentait déjà. Les autres dictionnaires français-latin lui ont emboîté le pas, jusqu’à celui du père Lebrun où « tout le monde », fort heureusement, « conspire à défendre la République »177. La première édition du dictionnaire de l’Académie est sur la même ligne : « ils conspirent unanimement, ils conspirent tous, conspirons tous ensemble »178, y lit-on, et cette conspiration sans faille ne peut être qu’au bien de l’Etat, seule autorité légitime devant laquelle se prosterne la foule des sujets. Ce concours est « universel », comme l’est celui qu’évoque Furetière et, plus tard, le dictionnaire de Trévoux179. Interne au système politique, il n’a pas de chef, mais sert le roi, et associe au-delà des hommes pris isolément « les ordres »180 et les « Estats » du royaume181, tandis que le peuple lui-même conspire par ses voeux à la gloire de son prince182. Conservatrice, unanime, intégrée dans l’ordre politique et social, la conspiration au bien se présente ainsi comme le miroir inverse de la conjuration dirigée contre l’Etat : tout le monde veut le bien du maître, quelques-uns seulement désirent sa perte.

*
* *

32Définir ces quatre mots : cabale, complot, conjuration et conspiration, puis en décrire l’usage, ce n’est pas seulement écrire en filigrane l’histoire des choses auxquelles ces termes donnent un nom. C’est aussi prescrire un mode de penser leur nature et de se représenter leur cours. C’est tracer la limite entre ce qui est certain et ce qui doit rester improbable, pour ne pas dire exclu : le succès des conjurés, la conjuration des rois, l’innocence des comploteurs et plus tard la conspiration au bien public. Une pensée - dont on verra bientôt qu’elle est plurielle - s’exprime donc dans ces articles : elle tire sa force de la ferme assurance avec laquelle les grammairiens articulent leurs propositions, et du crédit que tout lecteur accorde à un livre censé dispenser la vérité certifiée de la langue. Elle se développe en rebondissant de partage en partage : entre des valeurs, entre des notions, entre des temps, entre des statuts, entre des pratiques enfin que tout porte à distinguer, à classer et à opposer.

33Il arrive aux lexicographes de la fin du XVIIe siècle de caractériser ces pratiques en faisant usage d’une distinction entre ce qui est orienté au bien commun, se décline sur le registre de l’unanimité, appelle la participation des ordres de l’Etat, et ce qui au contraire sert des ambitions particulières, ne réunit que des individus et se joue à l’intérieur de groupes dépourvus de légitimité comme de statut. L’honnête conspiration à la justice se détache alors comme d’elle-même des colonnes de leurs dictionnaires, rejetant dans leur néant toutes les autres formes de conspiration, de conjuration, de complot et de cabale.

34Ces mêmes grammairiens distinguent aussi l’ordinaire de l’événementiel, et l’obscur de l’exemplaire, ce qui les conduit à séparer la cabale - connue pour ses incessantes intrigues - et le complot - signalé pour sa triviale méchanceté - de conjurations et de conspirations fameuses dans l’histoire par leur éclat sombre et fatal. Enfin un ultime partage oppose aux trois autres le premier de ces objets : il sépare la troupe des cabaleurs, qui agit à l’intérieur du corps social et sait s’y ménager des appuis, des comploteurs, conjurés et conspirateurs qui se mettent en dehors de la société et en défient brutalement les lois. Les desseins de ces criminels et de ces révoltés sont à la fois chimériques et destructeurs ; ceux des hommes de cabale sont à l’inverse portés par des êtres de raison, moins soucieux de détruire l’autorité que de s’avantager eux-mêmes.

35La conjuration et la conspiration d’une part, la cabale de l’autre, finissent ainsi par exprimer dans les dictionnaires monolingues de la fin du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle deux types de comportement profondément différents, dont le premier seulement est clairement politique. Les conspirateurs et les conjurés sont mus par la passion gratuite plus que par l’intérêt calculé. Ils usent de violence autant que d’adresse. Ils manifestent une volonté d’anéantissement de l’autorité que n’arrêtent ni la solidité de l’Etat, ni la légitimité du maître. Ce sont enfin de grands hommes dont le nom, quoiqu’exécré, reste gravé dans la mémoire des siècles, de sorte que leur échec est en quelque sorte compensé par l’horrible célébrité qui s’attache à leurs entreprises. La politique de ces personnages est théâtrale : il lui faut de la passion, du sang, de la gloire, un public enfin, fût-ce celui des exécutions capitales. Aussi, en un temps où le gouvernement devient toujours plus affaire d’intérêt, de diplomatie et d’administration, où l’on attend des sujets de la soumission et de la discipline et où on l’on préfère aux héros des commis compétents et des courtisans contraints, les conjurations et les conspirations deviennent plus que jamais vaines et terriblement, profondément inactuelles. Sagement choisis, des épisodes tirés de l’histoire ancienne rappellent leur grandeur tout en démontrant leur vanité : celle des Catilina et des Cinna dont le seul nom enseigne à la suite des générations l’inanité des entreprises secrètes. Grâce à ces références, les lexicographes inscrivent ces machinations dans un passé exemplaire. Mais, en même temps, ils les enferment dans un temps et, peut-être, dans une pratique politique révolus.

36La cabale à l’inverse ne se nourrit point d’exemples anciens, mais des secrets des Juifs et de la finesse des Italiens. Elle véhicule avec elle un comportement adapté à la sociabilité de cour et aux limites dans lesquelles un pouvoir raffermi cantonne la liberté d’action des sujets. Elle n’a rien de solennel, ni rien d’un défi lancé au souverain. Elle n’est même pas, par nature, politique. Mais il se peut aussi qu’elle soit une façon couverte et donc efficace de faire de la politique à l’intérieur d’un système qui requiert l’obéissance et pourchasse l’insubordination. Indifférente à la gloire, elle se règle sur l’intérêt et joue tout uniment de l’intelligence, du secret, de l’adresse et de l’intrigue. Son monde est celui de la politesse ou, pourrait-on dire, de la civilisation des mœurs. Elle peut, certes, décider des tragédies. Mais elle n’a rien de théâtral. Il lui manque même jusqu’aux acteurs puisqu’elle est, par essence, anonyme, insaisissable, absente de l’histoire. Sa dynamique est aux antipodes de celle de la conjuration. Elle n’a qu’un seul défaut : celui de n’être point honorable.

Notes

1 Improba conjuratio, improborum conspiratio, flagitosa, scelerata conspiratio (1635-1642 Monet, s.v. conspiration). « Comploter un crime avec quelcun, deflagitio cum quopiam conjurare » (ibid., s.v. comploter).

2 1635-1642 Monet, s.v. conspirer.

3 Le dictionnaire de Monet se distingue ici d’autres dictionnaires français-latin qui renvoient de façon plus directe aux auteurs antiques et aux événements de l’histoire romaine. Voir par ex. 1658-1669 Delbrun, qui cite généralement ses sources (Cicéron essentiellement) et mentionne Catilina aussi bien que Clodius, Pompée et le peuple romain (s.v. complot, conjuré, conjurer, conspirer).

4 Salluste, mentionné dans 1690-1701 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, s.v. conjuration ; Polybe, mentionné dans 1732 Richelet, s.v. conspiration.

5 Spécialement à celles d’Ablancourt, dont le dictionnaire de Richelet fait grand usage (1680-1732 Richelet, s.v. comploter, conspirer ; 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. conjuré ; 1695-1732 et 1759 Richelet, s.v. cabale). Voir aussi 1727 Furetière, s.v. conspiration.

6 1680 Richelet, 1701 Furetière, 1771 Trévoux, s.v. complot (les citations sont tirées d’Iphigénie et d’Esther).

7 1690 Furetière, s.v. conjurer.

8 1690 Furetière, 1694 Académie, 1767 G.V.F., 1771 Trévoux, s.v. conjuration ; 1680 Richelet, 1787 Féraud, s.v. conjurer. Voir aussi 1727 Furetière, s.v. conspiration.

9 1701-1727 Furetière, 1771 Trévoux, s.v. conspirer. On trouve également une référence à César (1740 Académie, s.v. conjurer : « César étoit toujours prêt à conjurer »).

10 1690-1701 Furetière, s.v. conjurateur, conspirer ; 1771 Trévoux, s.v. conspirer.

11 1690 Furetière, s.v. conjuré ; 1740 Académie, 1771 Trévoux, 1787 Féraud, s.v. conjurer ; 1695 Richelet, s.v. conspirateur, etc.

12 1680, 1695, 1759 Richelet ; 1694, 1718, 1740 Académie ; 1690, 1701, 1727 Furetière ; 1767 G.V.F. ; 1771 Trévoux ; 1787 Féraud.

13 Avec respectivement 3 et 5 occurrences.

14 21 occurrences.

15 18 occurrences. 3 autres occurrences visent l’antiquité romaine en général. A noter en outre 13 occurrences constituées par des citations que signale simplement la mention « Abl. » ou « Ablancourt » : il est difficile de les assigner à un moment précis de l’histoire ancienne.

16 5 occurrences.

17 Un seul exemple avec une citation de Le Clerc dans 1727 Furetière, s.v. cabale (« ce qui étoit décidé dans un concile par les intrigues de la cabale la plus remuante, et la plus nombreuse, passoit pour article de foi »).

18 La Conspiration des poudres est mentionnée deux fois (1767 G.V.F., s.v. conspiration ; 1771 Trévoux, s.v. conjuration) et une seule fois la Conjuration de Bedmar (1771 Trévoux, s.v. conjuration).

19 Voir par ex. 1680 Richelet, s.v. cabaler (Scarron), 1695 Richelet, s.v. cabale (Racine, Molière), 1709 Richelet, s.v. cabale (Mme Deshoulières), 1759 Richelet, s.v. cabale (La Fontaine), 1727 Furetière, s.v. cabale (Bayle, Mme Deshoulières, La Bruyère, Molière), 1752 Trévoux, s.v. cabale (Bouhours), etc.

20 Deux occurrences pour l’une, une pour l’autre.

21 Quinze des vingt occurrences concernant la cabale se trouvent dans 1727 Furetière, 1759 Richelet et 1771 Trévoux.

22 Il cite pêle-mêle la Cabale des Importants, les complots de Tharès contre Assuérus et d’Astarbé contre Pygmalion, la Conspiration des poudres, celles de Brutus et de Cassius contre César, de Michel contre l’empereur Léon, des seigneurs contre Charles le Simple, des Siciliens contre les Angevins, d’Essex contre Elisabeth, des grands contre Richelieu, d’Alberoni contre le Régent, ainsi que les conjurations de Catilina, de Cola di Rienzo, de Castruccio Castracani, des Pazzi, des Génois contre Louis XII, d’Amboise et de Bedmar (P.J.A. Roubaud, Nouveaux synonymes françois, Paris, 1785, 1, p. 231 sq).

23 Richelet n’est guère plus prolixe, encore que placées ça et là, quelques citations d’Ablancourt entretiennent indirectement la mémoire de l’antiquité (voir n. 5).

24 Cette priorité s’atténue toutefois au cours du XVIIIe siècle : 21 des 27 occurrences d’exemples « modernes » ont été relevées dans 1727 Furetière, 1759 Richelet, 1767 G.V.F. et 1771 Trévoux. A noter aussi que 1690 Furetière, s.v. huguenot, mentionne la Conjuration d’Amboise.

25 Aucun des exemples donnés pour cabale ne vise un événement comparable à ce que sont par ailleurs la Conspiration des poudres ou la Conjuration de Catilina.

26 Les références au complot de Tharès contre Assuérus sont plutôt exceptionnelles ; apparues dans 1701 Furetière, s.v. complot, elles restent circonscrites au cercle des rééditions du Furetière et du dictionnaire de Trévoux.

27 1680 Richelet, s.v. conjuration, conspiration ; 1690 Furetière, s.v. complot ; 1694 Académie, s.v. complot. Voir encore, parmi d’autres exemples : 1680 Richelet, s.v. cabale ; 1690 Furetière, s.v. cabale, conspiration ; 1694 Académie, s.v. cabale, conjurer ; 1767 G.V.F., s.v. complot ; 1787 Féraud, s.v. cabale, complot.

28 « On a fait une cabale pour décrier cette tragédie » (1690 Furetière, s.v. cabale) ; « la cabale l’emportoit souvent sur le mérite, et décidoit du sort des ouvrages. Dacier » (1701 Furetière, s.v. cabale) ; cet exemple et cette citation sont repris dans 1704-1752 et 1771 Trévoux. Voir aussi 1695 Richelet, s.v. cabale (« il n’y a point de cabale qu’ils n’aient faite <contre moi>, Racine, Britannicus, Préface »),

29 1727 Furetière, s.v. cabale.

30 1695-1732 Richelet, s.v cabalé.

31 1695-1775 Richelet, s.v. cabaler (cet exemple est repris en partie par 1727 Furetière).

32 1694-1762 Académie, s.v. cabale.

33 1695-1732 et 1759 Richelet, s.v. cabale (1680 Richelet donnait : « personnes qui sont d’intelligence pour faire réussir un dessein »), 1756 et 1775 Richelet précisent : « société où l’on agit de concert pour des intérêts communs ou particuliers ». 1690 Furetière, s.v. cabale, assignait déjà celle-ci à des personnes se trouvant dans les « mêmes intérests ».

34 « Ville remplie de gens qui cabalent contre l’Estat » (1690-1701 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, s.v. cabaler).

35 « Selon le monde, il faut toujours se ranger du côté de la plus forte cabale, Bayle » (1727 Furetière, s.v. cabale).

36 « Elle formait incessamment des cabales qui divisoit toute la cour, Mlle L’Héritier » (1721-1752 et 1771 Trévoux, s.v. cabale). Voir aussi 1690 Furetière, s.v. déchiffrer (« il étoit venu un étranger pour faire quelque cabale à la Cour »),

37 Avec lesquelles le cabaleur noue des « pratiques » (1695-1732 et 1759 Richelet, s.v cabaleur).

38 1635-1642 Monet, s.v. cabale.

39 1690 Furetière, s.v. cabale.

40 1694 Académie, s.v. cabaler. De même, selon 1695 Richelet, s.v. cabaler, ce verbe signifie « se gagner un parti de gens qui nous apuient ».

41 On trouve seulement deux mentions faisant allusion à un chef de cabale : « c’est sa cabale » (1694-1762 Académie, s.v. cabale), et « le promoteur de la cabale » (1771 Trévoux, s.v. cabaleur).

42 1695-1732 Richelet, s.v. cabale.

43 « Il faut avoir de l’esprit pour être homme de cabale, La Bruyère » (1727 Furetière, s.v. cabale) ; « bien cabaler est un grand sçavoir faire, abbé Régnier-Desmarais » (ibid., s.v. cabaler).

44 1694-1762 Académie, s.v. cabaler, cabaleur.

45 1709-1732 et 1759 Richelet, s.v. cabale (citation de Mme Deshoulières, reprise ensuite par 1727 Furetière).

46 1718-1762 Académie, 1727 Furetière, 1787 Féraud, s.v. cabale.

47 1787 Féraud, s.v. cabale. Dès avant, 1721 Trévoux, repris jusqu’en 1771 par les autres éditions de ce dictionnaire, introduit s.v. cabale une citation au féminin.

48 1695-1732 et 1759 Richelet, s.v. cabale.

49 1635-1642 Monet, s.v. cabale ; 1680-1775 Richelet, s.v. cabaler ; 1694 Académie, s.v. cabale ; 1694-1762 Académie, s.v. cabaler.

50 Dans laquelle Furetière voit l’un des traits caractéristiques de la cabale (1690-1701 Furetière, repris par 1704-1771 Trévoux, s.v. cabale).

51 1695-1775 Richelet, s.v. cabale ; voir aussi 1727 Furetière, s.v. cabale. Voir aussi les traductions latines (consiliorum communicatio, consultano, consilia, etc.) données par la plupart des dictionnaires français-latin.

52 1635-1642 Monet, s.v. cabale. Des expressions analogues se trouvent dans la plupart des dictionnaires français-latin.

53 1680-1759 Richelet, s.v. cabaler ; 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. cabaleur ; 1694 Académie, s.v. cabale, cabaler ; 1727 Furetière, s.v. cabale.

54 1690-1701 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, s.v. cabale.

55 1767 G.V.F., s.v. cabaler.

56 1694-1762 Académie, s.v. cabaler.

57 1695-1732 Richelet, s.v. cabalé.

58 1680 Richelet, s.v. cabaler. Voir aussi 1752 et 1771 Trévoux, s.v. cabale.

59 1695-1732 et 1759 Richelet, s.v. cabaler ; 1756 et 1775 Richelet donnent simplement « par des moiens adroits ».

60 1695-1732 et 1759 Richelet, s.v. cabaleur.

61 1721-1752 et 1771 Trévoux, s.v. cabaleur.

62 1752 et 1771 Trévoux, s.v. cabale.

63 1759 Richelet, s.v. cabale.

64 1709-1732 et 1759 Richelet, s.v. cabale.

65 1727 Furetière, s.v. cabale.

66 1694 Académie, s.v. cabale.

67 1718-1762 Académie, s.v. cabale. Ex. repris dans 1752 Trévoux.

68 Voir aussi 1767 G.V.F., s.v. cabale (« on condamna cette cabale à dix mille écus d’amende. Ils firent prendre la fuite à la cabale »),

69 1694-1762 Académie, 1695-1732 et 1759 Richelet, s.v. cabale. Voir aussi Delbrun 1658-1669, s.v. cabale (« rompre une cabale »).

70 1695-1732 et 1759 Richelet, 1721-1752 Trévoux, 1727 Furetière, s.v. cabale.

71 1701-1727 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, s.v. cabale.

72 1727 Furetière, s.v. cabale.

73 1759 Richelet, s.v. cabale.

74 1727 Furetière, s.v. cabale, cabaler. Voir aussi 1756 Lebrun, s.v. cabale (« son mérite est fondé sur la cabale »).

75 T.E. Hope, Lexical Borrowing in the Romance Languages. A Critical Study of Italianisms in French and Gallicisms in Italian from 1100 to 1900, Oxford, 1971, p. 203.

76 1759 Richelet, s.v. cabale. 1727 Furetière, s.v cabale, définit cabale par « intrigue ».

77 1694-1762 Académie, 1727 Furetière, s.v. complot ; 1658-1669 Delbrun, 1694 Académie, s.v. conjuration ; 1694-1718 Académie, s.v. conjurer.

78 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. complot.

79 1635-1642 Monet, s.v. complot ; 1671-1684 Pomey, s.v. conspirer.

80 1756 Lebrun, s.v. complot ; 1658 Delbrun, 1689 Tachard, 1756 Lebrun, s.v. comploter ; 1709 Joubert, s.v. conjurer ; 1539-1573 Estienne, 1606 Nicot, 1609-1625 G.D.F.L., s.v. conspiration ; 1671-1684 Pomey, s.v. conspirer.

81 1709 Joubert, 1756 Lebrun, s.v. complot ; 1635-1642 Monet, 1658-1669 Delbrun, s.v. conjurer ; 1671-1684 Pomey, s.v. conspiration ; 1671-1684 Pomey, 1756 Lebrun, s.v. conspirer.

82 1658-1669 Delbrun, 1756 Lebrun, s.v. comploter ; 1549-1573 Estienne, 1606 Nicot, 1609-1625 G.D.F.L., s.v. conjuration ; 1635-1642 Monet, 1671-1684 Pomey, s.v. conspirer.

83 1680-1732 et 1759 Richelet, 1694-1762 Académie, 1701-1727 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, 1787 Féraud, s.v. comploter ; 1767 G.V.F., 1690-1727 Furetière, 1694-1762 Académie, 1704-1752 et 1771 Trévoux, 1767 G.V.F., 1787 Féraud, s.v. conjurer ; 1671-1684 Pomey, 1694-1762 Académie, 1762-1771 Trévoux, 1767 G.V.F., 1787 Féraud, s.v. conspirer. On trouve également « ruiner » ; voir 1635-1642 Monet, 1680-1775 Richelet, s.v. complot, 1771 Trévoux, s.v. conjurer.

84 1689 Tachard, 1694-1762 Académie, 1767 G.V.F., 1787 Féraud, s.v. comploter ; 1680-1732 et 1759 Richelet, 1690-1727 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, 1709 Joubert, 1787 Féraud, s.v. conjurer ; 1671-1684 Pomey, 1680-1732 et 1759 Richelet, 1694-1762 Académie, 1727 Furetière, 1771 Trévoux, 1787 Féraud, s.v. conspirer. Voir aussi « perdre » dans 1680-1775 Richelet, 1689 Tachard, 1709 Joubert, 1756 Lebrun, s.v. complot, 1658-1669 Delbrun, s.v. comploter, 1771 Trévoux, s.v. conjurer, 1680-1732 et 1759 Richelet, 1767 G.V.F., s.v. conspirer.

85 1694-1762 Académie, s.v. conspirer. « Détruire » apparaît aussi : voir 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. complot, 1690-1701 Furetière, 1704-1752 Trévoux, s.v. conspiration.

86 Seules exceptions, sur lesquelles on reviendra : les rares cas où conjuration et conspiration sont implicitement expliquées par la volonté de mettre un terme à la tyrannie (1609 G.D.F.L., s.v. conspirer : « conspirer contre la vie d’un tyran » ; 1690-1701 Furetière, 1704-1752 Trévoux, s.v. conjurer : « les Grecs ont sans cesse conjuré contre les tyrans de leur patrie »).

87 1539-1572 Estienne, 1606 Nicot, 1609-1625 G.D.F.L., s.v. complot.

88 1625 G.D.F.L., s.v. complot.

89 1658-1669 Delbrun, 1689 Tachard, 1671-1684 Pomey, 1756 Lebrun, s.v. complot. 1658-1669 Delbrun, s.v. conjurer.

90 1694-1762 Académie, s.v. conspirer. 1680-1775 Richelet, s.v. conjurer, conspirer. 1690-1701 Furetière (repris par 1704-1771 Trévoux), s.v. complot.

91 1635-1642 Monet, 1644-1666 Pajot, 1658-1669 Delbrun, 1671-1684 Pomey, 1689 Tachard, 1756 Lebrun, s.v. complot.

92 1694 Académie, 1690-1701 Furetière (repris par 1704-1771 Trévoux), s.v. complot. 1690-1727 Furetière (repris par 1704-1762 Trévoux), s.v. conjuration.

93 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. conjuration, conspiration (découvrir). 1680-1775 Richelet, s.v. comploter (machiner). 1694-1762 Académie, s.v. complot (découvrir), conjuration (découvrir ; à partir de 1718 : tramer), conspiration (découvrir, machiner, tramer ; à partir de 1718 : ourdir). 1690-1727 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, s.v. conjuration, emploient pareillement découvrir. Ce verbe apparaît encore dans 1767 G.V.F., s.v. complot, conjuration, conspiration. Tramer est repris dans 1771 Trévoux, s.v. conjuration. Voir aussi 1787 Féraud, s.v. complot (découvrir), conjuration (tramer) et conspiration (ourdir, tramer, machiner).

94 1549-1573 Estienne, 1606 Nicot, 1609-1625 G.D.F.L., s.v. complot, conjuration ; 1606 Nicot, s.v. assassin. 1606 Nicot, s.v. sourdement. 1709 Joubert, s.v. conjuration (la traduction latine est de Cicéron, d’où 1756 Lebrun, s.v. conjuration, tire à son tour « conjurés armés, homines conjuratos cum gladiis »). 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. conjuration. 1690-1701 Furetière, 1704-1752 Trévoux, s.v. conjurateur ; 1690-1727 Furetière, 1704-1762 Trévoux, s.v. conjuration. 1701-1727 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, s.v. complot. 1694-1762 Académie, s.v. complot ; 1694 Académie, s.v. conjurer, conspirer. Voir encore 1767 G.V.F., 1787 Féraud, s.v. complot.

95 « On a averti la cour que l’on conspiroit dans les provinces » (1767 G.V.F., s.v. conspirer). Voir aussi 1694-1762 Académie, s.v. conspirer (« on est d’advis », puis « on eut avis » « que l’on conspiroit dans cette ville là »), S.v. révéler, 1690 Furetière écrit : « il y a toujours quelque conjuré infidèle qui révèle le secret d’une conjuration ».

96 Voir s.v. complot 1701-1727 Furetière, 1694-1762 Académie, 1704-1752 et 1771 Trévoux, 1767 G.V.F., 1787 Féraud ; s.v. conjuration 1658-1669 Delbrun, 1680-1732 et 1759 Richelet, 1683 Danet, 1690-1727 Furetière, 1694-1762 Académie, 1704-1752 et 1771 Trévoux, 1756 Lebrun, 1767 G.V.F. ; s.v. conspiration 1680-1732 et 1759 Richelet, 1694-1762 Académie, 1767 G.V.F. ; s.v. conspiré 1695-1732 et 1759 Richelet, 1727 Furetière.

97 1680-1732 et 1759 Richelet, 1727 Furetière, s.v. complot ; 1709 Joubert, s.v. conjuration.

98 1658-1669 Delbrun, 1680-1732 et 1759 Richelet, 1689 Tachard, s.v. complot ; 1658-1669 Delbrun, 1680-1732 et 1759 Richelet, 1709 Joubert, 1756 Lebrun, s.v. conjuration ; 1658-1669 Delbrun, s.v. conspiration.

99 1709 Joubert, s.v. conjuration ; 1756 Lebrun, s.v. conspiration.

100 1771 Trévoux, s.v. complot (il s’agit d’une citation de Racine).

101 1680-1732 et 1759 Richelet, 1709 Joubert, s.v. complot.

102 Voir 1606 Nicot, s.v. assassin (« par machination conspirée met en sursaut et d’emblée à mort un autre »), 1690-1701 Furetière, 1704-1752 Trévoux, s.v. conjurateur (« les conjurateurs étoient fréquents chez les romains, ils ont assassiné beaucoup d’empereurs »),

103 1767 G.V.F., s.v. conspirateur (voir aussi comploter : « ils furent convaincus d’avoir comploté ensemble »). 1695-1732 et 1759 Richelet, s.v. conspiré.

104 1549-1573 Estienne, 1606 Nicot, 1609-1625 G.D.F.L., s.v. conjurer (« soupçonner aucun d’avoir faict une conjuration »).

105 1767 G.V.F., s.v. conjuration (« on l’accusa d’avoir tramé la conjuration ») et conjurer (« on l’accuse d’avoir conjuré »),

106 Voir s.v. conjurateur 1694-1718 Académie (« on a arresté les conjurateurs ») et 1767 G.V.F. (« on arrêta les principaux conjurateurs ») ; s.v. conjuré(s) 1694-1762 Académie (« on se saisit des conjurez »), 1787 Féraud (même ex.), 1767 G.V.F. (« on arrêta le chef des conjurés »), 1771 Trévoux (« on arrêta le chef des conjurés, les principaux conjurés »).

107 1539-1573 Estienne, 1606 Nicot, 1609-1625 G.D.F.L., s.v. conjurer (« estre condamné pour avoir conjuré »).

108 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. conjuré (« les conjurez ont été condamnez à la mort ») ; 1767 G.V.E, s.v. conjurer (« il fut condamné à perdre la tête, pour avoir conjuré contre la République »).

109 La clémence d’Auguste à l’égard de Cinna est rappelée dans 1695-1732 et 1759 Richelet, s.v. conjuré.

110 1756 Lebrun, s.v. conspiration.

111 Sur les quelques cas où le complot est mis de façon plus ou moins directe en rapport avec les affaires publiques et politiques, voir chap, précédent, p. 90.

112 1690-1701 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, s.v. complot.

113 1718-1762 Académie, s.v. comploter ; 1787 Féraud, s.v. complot.

114 1694-1762 Académie, 1767 Féraud, s.v. complot.

115 1767 G.V.F., s.v. comploter.

116 1694-1762 Académie, 1787 Féraud, s.v. complot.

117 1767 G.V.F., s.v. complot.

118 Voir encore 1694-1762 Académie, 1787 Féraud, s.v. comploter.

119 1539-1573 Estienne, 1606 Nicot, 1609-1625 G.D.F.L., s.v. complot.

120 1635-1642 Monet, 1680 Richelet, 1727 Furetière, s.v. complot.

121 1690-1701 Furetière, 1704-1771 Trévoux, s.v. complot.

122 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. complot ; 1658-1669 Delbrun, s.v. comploter.

123 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. comploter.

124 1635-1642 Monet, s.v. complot.

125 1635-1642 Monet, s.v. comploter.

126 1694-1762 Académie, s.v. complot.

127 1767 G.V.F., s.v. comploter.

128 Quelques dictionnaires français-latin citent aussi Clodius (1658-1669 Delbrun, 1756 Lebrun, s.v. complot) et Gabinius (1756 Lebrun, s.v. comploter).

129 1635-1642 Monet, 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. complot.

130 1690-1727 Furetière, 1695-1732 et 1759 Richelet, 1704-1752 et 1771 Trévoux, 1787 Féraud, s.v. comploter.

131 1690-1727 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, 1787 Féraud, s.v. comploter.

132 1690-1701 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, s.v. complot.

133 1694-1762 Académie, 1727 Furetière, 1787 Féraud, s.v. conjurer.

134 1690-1727 Furetière, 1704-1762 Trévoux, s.v. conjuration.

135 1732 Richelet, s.v. conspiration.

136 1694-1762 Académie, 1771 Trévoux, 1787 Féraud, s.v. conspirer ; 1767 G.V.F., s.v. conjurer.

137 1727 Furetière, s.v. conspirer.

138 A noter aussi, pour conspiration, la présence de la trahison, ce qui la rapproche du complot (1732 Richelet, s.v. conspiration, 1694-1740 Académie, 1727 Furetière, s.v. conspirer : il s’agit toujours de livrer une ville ou une place à l’ennemi).

139 1549-1573 Estienne, 1606 Nicot, 1609-1625 G.D.F.L., s.v. conjuration. Voir aussi 1609 G.D.F.L., s.v. conspirer.

140 1635-1642 Monet, s.v. conspiration. Ce thème est repris sous des formes diverses dans la plupart des dictionnaires français-latin.

141 1690-1727 Furetière, 1704-1762 Trévoux, s.v. conjuration ; 1694-1762 Académie, s.v. conspiration.

142 1695-1732 et 1759 Richelet, s.v. conspirateur.

143 1690-1701 Furetière, 1704-1752 Trévoux, s.v. conjurateur, conspirer. Voir encore, pour d’autres exemples, 1694 Académie, s.v. conjurer, 1727 Furetière, 1771 Trévoux, s.v. conspirer.

144 Avant la fin du XVIIe siècle, elles sont souvent désignées de façon très vague : « aucun » (1635-1642 Monet, s.v. conjuration, conspirer), « aucung » (1539-1573 Estienne, 1606 Nicot, 1609-1625 G.D.F.L., s.v. conjurer), « autrui » (1635-1642 Monet, s.v. conspiration), « quelcun » (1635-1642 Monet, s.v. conjurer, conspirateur), « quelqu’un » (1549-1573 Estienne, 1606 Nicot, 1609-1625 G.D.F.L., s.v. conjuration ; 1658-1669 Delbrun, s.v. conjurer, conspirer ; 1664 Gaudin, s.v. conjurer, conspirer ; 1671-1684 Pomey, s.v. conjurer, conspirer), « une personne » (1658-1669 Delbrun, s.v. conjurer). Ce traitement est proche de celui qui continue d’être réservé à complot jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Il persiste assez longtemps dans divers dictionnaires français-latin tels que ceux de Danet, Tachard, Joubert et Lebrun.

145 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. conspirer : conspirer, c’est « jurer la perte... de quelque Roïaume... (Ils ont conspiré contre leur patrie...) ». « Patrie » revient aussi à l’article conjurer (« Catalina avoit conjuré contre sa patrie »).

146 « Conjurer... contre sa patrie... Conjurer la ruine de sa patrie » (1694-1718 Académie, s.v. conjurer ; seul le second exemple subsiste dans 1740-1762 Académie ; on le retrouve dans 1727 Furetière, dans 1771 Trévoux et dans 1787 Féraud).

147 1690-1727 Furetière, s.v. conjuration ; même chose dans 1704-1762 Trévoux.

148 1694 Académie, s.v. conspirer.

149 1680-1775 Richelet, s.v. conspiration ; 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. conspirer.

150 Voir chap, précédent, p. 87.

151 1680-1775 Richelet, 1690-1727 Furetière, 1694-1762 Académie, 1704-1771 Trévoux, 1767 G.V.F., 1787 Féraud, s.v. conspiration.

152 1690-1727 Furetière, 1694-1762 Académie, 1704-1762 Trévoux, 1787 Féraud, s.v. conspiration.

153 1771 Trévoux, s.v. conspiration. Voir aussi 1694-1762 Académie, s.v. conspirateur.

154 1680-1775 Richelet, s.v. conspiration ; 1767 G.V.F., s.v. conspirer. Dans 1756 Richelet, s.v. conspirer, « souverain » prend la place de « grand », qui figurait dans les éditions précédentes du même dictionnaire.

155 1694-1762 Académie, 1767 G.V.E, 1771 Trévoux, s.v. conspiration.

156 Voir s.v. conjuration 1680-1775 Richelet, 1690-1727 Furetière, 1694-1762 Académie, 1704-1771 Trévoux, 1767 G.V.F., 1787 Féraud ; s.v. conjurer 1680-1775 Richelet, 1690-1701 Furetière, 1704-1771 Trévoux, 1718-1762 Académie, 1767 G.V.F., 1787 Féraud ; s.v. conjurateur 1690-1727 Furetière, 1704-1762 Trévoux, 1718 Académie.

157 Voir s.v. conjuration 1718-1762 Académie, 1771 Trévoux, 1767 G.V.F., 1787 Féraud ; s.v. conjurer 1690-1701 Furetière, 1704-1771 Trévoux, 1740-1762 Académie, 1767 G.V.F., 1787 Féraud ; s.v. conjurateur 1690-1727 Furetière, 1704-1762 Trévoux, 1718 Académie.

158 1680-1775 Richelet, s.v. conjuration, conjurer ; 1718 Académie, s.v. conjurer.

159 1690-1701 Furetière (repris par Trévoux, 1704-1752), s.v. conjurer ; l’unique autre référence au tyran se trouve comme on l’a signalé dans 1609 G.D.F.L., s.v. conspirer (voir n. 86).

160 1718-1762 Académie, 1787 Féraud (« puissances légitimes »), s.v. conspiration.

161 Cet Etat est conçu par certains de façon de plus en plus impersonnelle. On notera à cet égard la différence entre la formulation adoptée par 1680 Richelet, s.v. conjuration (« pour attenter à un souverain, ou sur son Etat ») et la rédaction des éditions abrégées de 1756 et 1775 (« contre les intérêts d’un Etat, d’un souverain).

162 1658-1669 Delbrun, s.v. conjuré.

163 1680-1775 Richelet, s.v. conjuré (« auteur ou complice de quelque conjuration »), « Complice » revient dans la définition que 1727 Furetière donne de conjuré.

164 1690-1701 Furetière (repris par 1704-1762 Trévoux), 1740-1762 Académie, s.v. conjurateur, conjuré. 1767 G.V.F, s.v. conjurateur (« qui conspire, qui est à la tête d’une conjuration »), conjuré (« qui ont tramé quelque complot »). 1771 Trévoux, s.v. conjurateur (« qui forme ou conduit une conjuration »), conjuré (« celui qui est entré dans une conjuration », avec cet exemple ; « on arrêta le chef des conjurés, les principaux conjurés »). 1787 Féraud, s.v. conjurateur, conjuré (« au lieu de dire, un conjuré, il faut dire, un des conjurés »).

165 1690-1701 Furetière (repris par 1704-1771 Trévoux et pour l’esssentiel par 1727 Furetière), 1756 Lebrun, 1787 Féraud, s.v. conspirateur (Féraud précise : « on ne le dit guère au singulier. On dit plutôt, un des conspirateurs, qu’un conspirateur »), 1718-1740 Académie, s.v. conspiration (le premier exemple se trouve aussi dans les éditions de 1694 et 1762).

166 1694 Académie, s.v. conjurateur.

167 Voir η. 8-11.

168 1690-1727 Furetière, 1704-1752 Trévoux, s.v. conjurer, citent un peuple : les Grecs. Mention aussi est faite des villes et des provinces comme théâtre, puis comme acteur de la conspiration : ainsi s.v. conspirer dans 1694-1762 Académie (voir n. 95), 1767 G.V.F. (« on a averti la cour que l’on conspiroit dans les provinces »), 1771 Trévoux (qui suit ici l’Académie), 1787 Féraud (« toutes les villes conspirèrent à s’oposer aux ordres de la cour »),

169 On notera à cet égard que l’exemple « cet homme se trouve dans toutes les conjurations, c’est un conjurateur perpétuel » disparaît du dictionnaire de l’Académie dès la seconde édition de celui-ci.

170 Puisqu’elle peut être dirigée contre des tyrans et permettre de libérer la patrie. Voir n. 159.

171 1701-1727 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, s.v. conspirer (« Brutus et Cassius conspirèrent contre César pour rendre à la république son ancienne liberté »).

172 Bien de l’Etat : 1690 Furetière, 1694 Académie, s.v. conspiration ; 1787 Féraud, s.v. conspirer. Félicité de l’Etat : 1694-1762 Académie, s.v. conspirer. Prospérité de l’Etat : 1767 G.V.F., s.v. conspirer.

173 1694-1762 Académie, s.v. conspirer.

174 1690 Furetière, s.v. conspiration.

175 Paix : 1690 Furetière, s.v. conspiration. Bonheur : 1718-1762 Académie, s.v. conspirer.

176 1694-1762 Académie, s.v. conspirer. Voir aussi la référence au « bien public » dans 1694-1762 Académie et 1771 Trévoux, s.v. conspirer.

177 1635-1642 Monet, s.v. conspirer (il évoquait un « unanime accord de volontez »). 1756 Lebrun, s.v. conspirer. Parmi les autres exemples, voir notamment 1658-1669 Delbrun, s.v. conspirer (« tous semblent avoir conspiré à la défense de l’autorité de ce corps, et de la majesté du peuple romain... Les personnes de toute condition conspirent merveilleusement pour défendre la république »),

178 « ...de coeurs, de volontez, d’affections... » (1694 Académie, s.v. conspirer). L’édition de 1718 donne encore : « conspirer unanimement, ils conspirent tous à même fin... ».

179 1694 Académie, s.v. conspiration. 1690-1701 Furetière, 1704-1752 Trévoux, s.v. conspiration.

180 1709 Joubert, s.v. conspirer. Voir aussi 1756 Lebrun, s.v. conspiration (« la conspiration de tous les ordres de l’Etat pour défendre la liberté »),

181 1690-1701 Furetière, 1704-1752 Trévoux, s.v. conspiration.

182 1690-1701 Furetière, 1704-1752 Trévoux, s.v. conspirer.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search