Version classiqueVersion mobile

La conjuration des dictionnaires

 | 
Jean-Claude Waquet

Deuxième partie. L'illusoire clarté des dictionnaires

Chapitre Ier. Le sens des mots

Texte intégral

  • 1 T.R. Wooldridge, Concordance du Thrésor de la langue françoise de Jean Nicot, 1606. Matériaux lexic (...)
  • 2 Monet a toutefois été devancé par R. Cotgrave, dont le Dictionarie of the French and English Tongue (...)
  • 3 Dont Nicot avait déjà fait usage (T.R. Wooldridge, Concordance..., 2, s.v. sourdement). 1690 Fureti (...)
  • 4 1635-1642 Monet s’en sert cependant pour définir l’une des acceptions de cabale : « cabale, la band (...)

1Conjurer et conjuration, conspirer et conspiration, font avec complot leur apparition dès 1539, dans le Dictionaire françoislatin de Robert Estienne. Comploter les rejoint dix ans après, dans la deuxième édition du même livre. Cabale entre en lice plus tardivement : Nicot l’emploie dans son Thrésor de la langue françoise, daté de 16061, mais il faut attendre l’an 1635 et l’Invantaire des deus langues du père Philibert Monet pour que, cent ans environ après la première attestation de ce mot dans des textes littéraires, un article à part entière lui soit enfin consacré dans un de nos dictionnaires2. D’autres termes accèdent eux aussi au cours du xviie siècle à la dignité de vedette lexicographique : Richelet introduit cabaler et cabalé, Furetière et les académiciens admettent conjurateur. Tardive, hésitante et incomplète est l’émergence de plusieurs autres substantifs : point de conjurés avant Monet qui leur accole, outre conspirateurs3, un étrange et éphémère complotans ; point de cabaleur avant Richelet, qui tolère également avec conspiré un mot sans avenir dont, observe l’édition de 1680, « on ne s<e> sert pas librement » ; nul comploteur enfin, de sorte qu’à la veille de la grande Révolution, il est toujours impossible de trouver dans un dictionnaire du français vivant un article définissant ce terme sans illustration4.

2Les lexicographes complètent peu à peu leur nomenclature. Ils perfectionnent aussi leurs définitions, en une œuvre inlassablement reprise qui les porte tantôt à reconnaître à un mot un sens, tantôt à le lui dénier et tantôt à donner à leur explication une formulation nouvelle. A une lecture attentive, ces modifications révèlent sinon le plan qui les ordonne, du moins la continuité qui informe, génération après génération, un travail d’interprétation toujours recommencé.

I

  • 5 1539 Estienne, s.v. conjurer. Conspiration pour sa part se traduit par conspiratus, hujus conspiran (...)
  • 6 « Estre condamné pour avoir conjuré et conspiré contre la République, damnari nomine conjurationis  (...)
  • 7 1787 Féraud, s.v. conjurer.

3Conjurer, explique en 1539 la première édition du Dictionaire françoislatin de Robert Estienne, c’est « jurer ensemble pour mal faire à aucung, faire conspiration, conjumre »5. Suit un exemple de nature politique6. Mais la définition elle-même ne l’est pas ; et son auteur ne distingue aucune acception du verbe conjurer dans laquelle celui-ci prendrait par exemple le sens de « conspirer contre le prince ou l’Etat ». Deux siècles et demi plus tard, l’abbé Féraud tient à ses lecteurs un tout autre discours : selon lui, conjurer signifie « former un complot contre l’Etat, contre le Prince », et c’est « par extension » seulement qu’on dit « conjurer contre quelqu’un, conjurer sa perte »7. Son analyse marque par rapport à celle d’Estienne un renversement notable, dont la plupart des autres mots examinés ici ont également fait l’expérience.

  • 8 1635 Monet, s.v. conjurer, conjuration, conspirer, conspiration ; 1756 Lebrun, s.v. conjuration («  (...)

4Ce retournement ne s’est pas encore produit lorsque vers 1630 le père Monet rédige son dictionnaire. Pour lui, conspiration signifie toujours « conjuration au préjudice d’autrui », conjuration « conspiration contre aucun », conjurer « conspirer contre quelcun » et conspirer « conjurer à part soi, ou avec d’autres, contre aucun, projeter de lui nuire notablement ». Les autres latinistes de la Compagnie de Jésus ne le contredisent pas : il faut attendre le milieu du xviiie siècle pour que l’un d’eux donne enfin une tournure politique à ses définitions de conjurer ou de conjuration8.

  • 9 1680 Richelet, s.v. conjuration.
  • 10 1690 Furetière, s.v. conjuration.
  • 11 1694 Académie, s.v. conjuration.
  • 12 1767 G.V.F., 1771 Trévoux, 1787 Féraud, s.v. conjuration. L’Encyclopédie, 3, Paris, 1753, s.v. conj (...)
  • 13 1690 Furetière, s.v. conjuration (elle désigne alors « l’intelligence qui est entre plusieurs d’une (...)

5Les publications monolingues de la fin du xviie siècle sont plus novatrices. Richelet reconnaît à conjuration le sens de parti unissant plusieurs personnes pour « attenter sur un souverain, ou sur son Etat »9. Après lui, tous les lexicographes donnent la priorité à la conjuration contre « la vie du prince », « la liberté publique »10, « l’Estat »11, le prince ou l’État12. Symétriquement, conjuration contre un particulier disparaît, sauf chez Furetière pour qui toutefois cette acception ne vaut qu’« en raillerie »13.

  • 14 « Contre le souverain, ou contre l’Etat » (1680 Richelet, s.v. conjurer).
  • 15 « Contre quelque personne » (1680 Richelet, s.v. conjurer).
  • 16 1690 Furetière, s.v. conjurer.
  • 17 Selon 1694 Académie, s.v. conjurer, ce mot signifie « conspirer avec une ou plusieurs personnes pou (...)
  • 18 1718-1762 Académie, 1767 G.V.E, 1771 Trévoux, 1787 Féraud, s.v. conjurer. Seul 1727 Furetière s’éca (...)

6Conjurer subit une évolution analogue. Richelet lui découvre un sens politique,14 et place celui-ci avant l’acception relative aux personnes particulières, qui subsiste toutefois15. De même pour Furetière, conjurer veut d’abord dire « conspirer contre le Prince ou l’Estat » et c’est par extension seulement que ce verbe « se dit aussi en choses moins importantes », pour dénoncer par exemple tel chicaneur qui « a conjuré ma perte et ma ruine »16. Les Immortels se rallient lentement à cette formule17. En 1718, ils observent encore que conjurer signifie, sans plus, « former un dessein pernicieux ». Mais ils ajoutent déjà que ce verbe « s’employe d’ordinaire absolument et sans régime, en parlant des desseins qu’on forme contre l’Estat, contre le souverain ». La politique, donc, fait son entrée. Elle progresse dans l’édition de 1740, où la définition de ce mot devient « former un complot avec une ou plusieurs personnes, contre l’Etat ou le Prince ». « Conjurer contre quelqu’un » subsiste, mais en seconde position. L’édition de 1762 n’altère ni cet ordre, ni cette définition, qu’on retrouve plus ou moins à l’identique dans les dictionnaires ultérieurs18.

  • 19 Dans l’ensemble, le travail des lexicographes sur ce mot ne paraît pas dominé par le souci de dégag (...)
  • 20 1690 Furetière, s.v. conspiration ; 1694 Académie, s.v. conspiration (« conjuration, mauvaise entre (...)
  • 21 1690 Furetière, s.v. embusche, évoque toutefois un « piège qu’on tend à quelqu’un, <une> conspiration qu</une> (...)
  • 22 1690 Furetière, s.v. conspiration. Voir aussi 1694 Académie, s.v. conspiration (« union d’esprit et (...)

7Conspirer évolue moins nettement que conjurer19. Conspiration à l’inverse connaît un sort comparable à celui de conjuration. A la fin du xviie siècle, les dictionnaires monolingues créditent unanimement ce mot d’une acception à la fois politique et péjorative. Furetière y voit une « union de plusieurs personnes mal intentionnées contre l’Estat ou les puissances ». L’Académie est sur la même ligne, de même que Richelet20. Aucun d’eux ne pense qu’une conspiration puisse être dirigée contre un particulier21. Les deux premiers enfin reconnaissent que ce terme essentiellement politique peut prendre parfois un sens mélioratif : « il se dit », explique le Dictionnaire universel, « de plusieurs gens bien unis pour faire réüssir un dessein louable, pour procurer le bien, l’avantage de l’Estat, de l’Eglise, etc. »22.

  • 23 1701 Furetière, s.v. conspiration. Cette position est reprise par 1727 Furetière et par 1704-1771 T (...)
  • 24 1718-1762 Académie, s.v. conspiration. Ce sens est adopté par 1732-1775 Richelet, 1767 G.V.F. et 17 (...)
  • 25 Soit 1701-1727 Furetière, 1704-1752 Trévoux et 1756 Lebrun. 1709 Joubert indique également que cons (...)
  • 26 1718 Académie, 1767 G.V.F., 1787 Féraud, 1709-1775 Richelet, s.v. conspiration.
  • 27 A conspiration, les dictionnaires ne reconnaissent jamais d’autres sens que ceux qui ont été illust (...)

8Les lexicographes du xviie siècle réintroduisent rapidement la notion de conspiration « sans rapport à l’Estat, ni au gouvernement »23, causée par « quelques affaires particulières »24 et dirigée contre une personne privée. Ils la placent aussi dans une position subordonnée et font ainsi prévaloir une formule caractérisée par la prise en compte de deux acceptions dont l’une est politique et dont l’autre, extension de la précédente, ne l’est pas. Dans le même temps, le sens péjoratif de conspiration gagne du terrain. Il est même le seul que retiennent les dictionnaires du xviie siècle, à l’exception de ceux qui reprennent les leçons du Furetière25 : les académiciens éliminent l’acception méliorative dès 1718 ; le Grand vocabulaire françois leur emboîte le pas ; Féraud précise que conspiration et conspirateur « se prennent toujours en mauvaise part » ; les continuateurs de Richelet, enfin, ne reviennent pas sur le choix initial de ce lexicographe26. La politisation de conspiration s’accompagne donc, pour finir, de la spécialisation de ce mot dans des agissements condamnables27.

*
* *

  • 28 1539 Estienne, s.v. conjurer, conspirer. 1549-1573 Estienne, 1606 Nicot et 1609-1625 G.D.F.L. repre (...)
  • 29 1680 Richelet, s.v. conjuration, conspiration, conjurer, conspirer ; 1690 Furetière, s.v. conjurati (...)
  • 30 1701 Furetière, 1704-1762 Trévoux, 1771 Trévoux (pour conspiration seulement), 1695-1775 Richelet ( (...)

9Conjuration et conspiration, ou du moins les verbes dont ils dérivent, ont été précocement associés à la notion d’union entre des personnes. Il en va ainsi chez Estienne et ses continuateurs, pour qui conjurer signifie « jurer ensemble », et conspirer « estre de commun accord, se unir et allier ensemble »28. Deux des grands dictionnaires de la fin du xviie siècle reprennent et développent ce point de vue. Conjuration désigne selon Richelet un parti de « personnes unies ensemble », et conspiration une « union de plusieurs personnes ». A son avis, conspirer, c’est « s’unir », et conjurer, c’est « se donner la foi les uns aux autres », « se prêter serment de fidélité pour exécuter de concert quelque chose ». Conjuration, écrit pour sa part Furetière, veut dire « conspiration, ligue, cabale secrette ». Or, conspiration signifie selon lui « union », et cabale « société ». Conjurer vaut à ses yeux pour conspirer, et conspirer pour « s’unir ensemble, se liguer »29. La deuxième édition du Dictionnaire universel la plupart de celles du dictionnaire de Trévoux et toutes celles du Richelet30 reprennent les mêmes leçons.

  • 31 1635 Monet, s.v. conspirer ; 1694 Académie, s.v. complot, conjuration, conspiration, conspirer, ent (...)
  • 32 Qui à partir de 1718 donne pour conjurer : « signifie aussi, former un dessein pernicieux » (1718-1 (...)

10La notion d’union entre les personnes s’efface ailleurs devant celles d’unité entre les esprits ou de dessein partagé par plusieurs individus. Ce point de vue informe en partie la définition de conspirer donnée par Estienne. Il joue un rôle un peu plus important chez Monet, pour qui conspirer signifie « projeter » de faire du tort à quelqu’un. Le dictionnaire de l’Académie va plus loin. Conspirer, écrivent les Immortels, c’est « concourir ensemble, estre unis d’esprits et de volonté pour quelque dessein », ce qui revient à reprendre la première partie de la définition d’Estienne - « estre de commun accord » -, mais pas la seconde - « se unir et allier ensemble ». La conspiration, estiment encore les académiciens, se définit comme une « conjuration » ou une « mauvaise entreprise » : or entreprise signifie « dessein », conjuration « complot » et complot, comme on le verra, « secret et mauvais dessein »31. Ces définitions, ou telle autre plus nette encore, se retrouvent dans les éditions suivantes du dictionnaire de l’Académie32.

  • 33 1767 G.V.F., 1787 Féraud, s.v. complot, conjurer, conjuration, conspiration, conspirer. Selon 1767 (...)

11A la fin des années 1760, le Grand vocabulaire françois donne de conspirer une définition voisine de celle des Immortels. « Conspirer contre », déclare de son côté Féraud, « annonce un mauvais dessein ». L’un et l’autre publient que conjurer vaut pour « former un complot », que conjuration signifie « complot » et que complot doit, bien sûr, se prendre pour « mauvais dessein ». Comme l’Académie, Féraud définit conspiration par « entreprise ». Le Grand vocubulaire préfère une fois de plus complot, et donc dessein33. Tous deux placent l’accent sur la notion de projet nourri par plusieurs personnes, plus que sur celle d’union formée par ces individus.

  • 34 Conjuration signifie « complot », conjurer « former un complot », et complot « dessein de nuire » ( (...)
  • 35 1727 Furetière, s.v. conjurer, conspiration, conspirer.

12Dans leurs dernières éditions, le Furetière et le Trévoux participent de la même tendance. Celui-ci tient à propos de conjurer et de conjuration un discours analogue à celui qu’on trouve dans le Grand vocabulaire34. Conjurer, annonce celui-là, ce n’est pas seulement « conspirer », mais aussi « machiner » la perte d’une personne ou, si l’on préfère, « former, projetter » contre elle « quelques mauvais desseins ». Conspirer signifie « comploter » autant que « s’unir ensemble ». Enfin une conspiration, même si elle est une « ligue » et une « union », n’en est pas moins un « mauvais dessein »35.

  • 36 Furetière lui-même hésite. A son avis, la conspiration est une union. Mais il associe plusieurs foi (...)

13Selon les dictionnaires, conjuration et conspiration se définissent donc tantôt comme un groupe porteur d’un dessein, et tantôt comme un dessein porté par un groupe. La seconde de ces conceptions est la plus lente à s’affirmer. Mais c’est aussi celle qui fait avec le temps l’objet de la plus grande faveur36. L’exemple de conjuration permet d’apprécier les conséquences de cette évolution.

  • 37 Qui se sont donné la foi (pour Richelet) ou se sont liguées ensemble (pour Furetière).
  • 38 Ils ont formé un parti (selon Richelet), ou agissent secrètement (selon Furetière).
  • 39 Les deux dictionnaires retiennent ce terme. Furetière retient aussi conjurateur.
  • 40 Passé Richelet, seul 1771 Trévoux fait entrer le serment dans la définition de conjuration.
  • 41 1694-1718 Académie, complot, conjuration, conspiration. Les éditions de 1740 et de 1762 reprennent (...)

14Pour Richelet comme pour Furetière, conjuration véhicule avec soi l’idée d’un lien unissant fortement plusieurs personnes37 et celle de leur nette séparation du reste de la société38 : le groupe des conjurés est bien constitué. Le dessein dont il est porteur, est toujours radical : selon l’un, il met en péril le « souverain », ou « son Etat », et selon l’autre « la vie du Prince » ou « la liberté publique ». N’est donc pas conjurateur qui veut : il faut pour accéder à cette dignité - ou à cette infamie - une véritable organisation et un projet destructeur. De l’avis de Richelet qui est ici le continuateur d’Estienne et de Nicot, il faut encore la solennité du serment. Il faut aussi, selon Furetière, la pratique du secret. Enfin les conjurations que l’on envisage, sont bien réelles, elles ont un corps, celui que forment les conjurés39. Chez les autres lexicographes, la conjuration n’a pas besoin de s’organiser pour exister, ni du serment pour prendre naissance40 : un dessein suffit à la former. La lecture du dictionnaire de l’Académie suggère en outre qu’il est de plus en plus facile d’être accusé de conjuration. La première édition donne cette définition : « Conjuration..., conspiration, complot pernicieux comte l’Estat ». En 1718, ce texte devient : « conspiration, complot contre l’Estat, contre le prince ». Conspiration, pour sa part, ne signifie plus « mauvaise entreprise contre l’Estat, les Puissances », mais plus généralement « entreprise contre l’Estat, contre les Puissances à qui l’on doit obéir ». Enfin l’article complot cesse de faire appel à la notion de secret. La gamme des conjurations possibles s’élargit à proportion de ces changements. En 1694, il fallait former contre l’État ou les puissances un dessein pernicieux qui fût aussi secret et pût encore se définir comme une mauvaise entreprise. A partir de 1718, peu importe le secret ou le caractère plus ou moins pernicieux de la chose : tout dessein formé, toute entreprise dirigée contre l’État, le Prince, les puissances auxquelles on doit obéir mérite le nom de conjuration. La marge de tolérance des Immortels s’est quelque peu amenuisée41.

II

  • 42 1564-1573 Estienne, 1606 Nicot, 1609-1625 G.D.F.L., s.v. complot, comploter.

15Dans la première édition de son dictionnaire, Robert Estienne définit le complot comme une communication secrète, une « intelligence que l’on a l’ung avec l’autre, coitio », ou encore comme un « accord... faict entre plusieurs », né peut-être de cette connivence, « condictum ». Le terme est quelque peu péjoratif. Sa définition, pas plus que celle de comploter, ne met l’accent sur un groupe, ni sur un projet. Elle ne laisse pas transparaître clairement un enjeu de nature politique. Les deux éditions suivantes de l’ouvrage d’Estienne, le Thrésor de Nicot et enfin le Grand dictionaire françois-latin s’en tiennent à cette version, à l’exception toutefois d’une impression datée de 1625 qui pour comploter ajoute « monopoler » et pour complot « monopole, conspiration, conjuration »42.

  • 43 Notamment par l’intermédiaire de monopoles, qui selon 1625 G.D.F.L. signifie « assemblées séditieus (...)
  • 44 1635-1642 Monet, 1644-1666 Pajot, 1658-1669 Delbrun, 1664 Gaudin, 1671-1684 Pomey, 1689 Tachard, 17 (...)
  • 45 1635-1642 Monet, 1658-1669 Delbrun, 1664 Gaudin, 1671-1684 Pomey, 1689 Tachard, 1683 Danet, 1709 Jo (...)
  • 46 1658-1669 Delbrun, 1689 Tachard, 1709 Joubert, 1756 Lebrun, s.v. comploter.
  • 47 1658-1669 Delbrun, 1689 Tachard, 1683 Danet, 1709 Joubert, 1756 Lebrun, s.v. comploter. Même choix (...)
  • 48 Voir s.v. complot 1664 Gaudin (« conjuration, mauvais dessein que plusieurs forment ensemble »), 16 (...)
  • 49 1658-1669 Delbrun, s.v. comploter.
  • 50 1664 Gaudin, 1671-1684 Pomey, s.v. comploter.
  • 51 1658-1669 Delbrun, s.v. comploter. Voir aussi 1689 Tachard et 1756 Lebrun. Voir encore s.v. complot (...)
  • 52 1701-1727 Furetière, 1704-1771 Trévoux, s.v. complot. Pour comploter, voir l’exemple donné par 1690 (...)
  • 53 1690-1701 Furetière, 1704-1762 Trévoux, 1767 G.V.F., s.v. complot. 1727 Furetière donne : « espèce (...)
  • 54 1694-1762 Académie, 1767 G.V.F., s.v. comploter. 1727 Furetière ajoute : « méditer une malice, une (...)

16Ces additions semblent amorcer une politisation des articles consacrés à complot et à comploter43. De fait, les dictionnaires français-latin donnent bientôt à ces deux termes de nouvelles traductions : à coire, coitio, compactum, condictum, consilium, les grammairiens préfèrent désormais - ou du moins ajoutent - conjuratio44, conspiratio45, conjurare46 et conspirare47. Conjuration leur sert plus d’une fois à définir complot48, et conjurer49 - ou conspirer50 - à expliquer comploter. Quelques-uns ajoutent des exemples tels que « comploter contre l’Estat », qui revient à plusieurs reprises51. Les publications monolingues semblent emprunter la même voie. Non seulement elles rappellent le complot contre Assuérus dont Esther porte sur scène l’écho52, mais encore tels de leurs auteurs affirment qu’un complot, « dessein de nuire à quelqu’un, concerté secrettement entre quelques personnes », est aussi une « espèce de conspiration » : c’est là le point de vue de Furetière, puis celui du Trévoux. Plus net encore, le Grand vocabulaire françois définit complot par conspiration53. Il suit ailleurs l’Académie pour laquelle, comme pour la dernière édition du Dictionnaire universel, comploter signifie conspirer54.

  • 55 1690 Furetière, s.v. complot. Cet exemple est repris dans 1701 Furetière et dans 1704-1771 Trévoux. (...)
  • 56 Car les auteurs des dictionnaires français-latin (à la seule exception de 1756 Lebrun, s.v. conjura (...)
  • 57 « Espèce de conjuration » (1756 Lebrun, s.v complot ; selon ce même dictionnaire, conjuration signi (...)
  • 58 « Conspiration » (1767 G.V.F., s.v. complot ; selon ce même dictionnaire, conspiration signifie « c (...)

17Tous ces signaux paraissent attester une politisation progressive des définitions données à complot et à comploter. Ils sont pourtant trompeurs. Conspiration, certes, prend chez Furetière un sens nettement politique, de sorte qu’en l’employant pour définir complot, le lexicographe semble donner à ce mot une signification dénuée d’équivoque : mais de cette « espèce de conspiration », le seul exemple que fournisse le Dictionnaire universel est celui de quelques voleurs qui « avoient fait complot de voler la nuit une telle maison »55. Le recours à conjuratio, conspiratio, conjurare et conspirare pour définir complot et comploter, ou à conjuration, conjurer et conspirer pour expliquer ces mêmes mots, ne doit pas non plus faire illusion56. En réalité, seules deux publications assez tardives - et mineures - s’engagent avec quelque netteté et quelque cohérence sur la voie de définitions véritablement politiques : ce sont en 1756 le dictionnaire français-latin du père Lebrun57, puis en 1767 le Grand vocabulaire françois58.

  • 59 1771 Trévoux, s.v. complot.

18Dès 1771, les rédacteurs de la dernière édition du dictionnaire de Trévoux optent pour une autre formulation. De la définition héritée des impressions précédentes de leur ouvrage et, au-delà, du Furetière, ils biffent « espèce de conspiration » et ne gardent que « dessein de nuire à quelqu’un, concerté secrettement entre quelques personnes »59. Ils se rallient ainsi à une solution adoptée depuis longtemps par la majorité des dictionnaires monolingues : définir le complot comme un dessein condamnable, mais dénué de spécificité politique.

  • 60 1635-1642 Monet, s.v. complot.
  • 61 Outre 1635-1642 Monet, voir 1644-1666 Pajot, 1658-1669 Delbrun, 1709 Joubert, s.v. complot.
  • 62 1664 Gaudin, s.v. complot.
  • 63 « de la perdre, de la détruire ou de la ruiner » (1680 Richelet, s.v. complot).
  • 64 « Secret et mauvais dessein formé entre deux ou plusieurs personnes » (1694 Académie, s.v. complot)
  • 65 1695-1775 Richelet, 1718-1762 Académie, s.v. complot.
  • 66 1787 Féraud, s.v. complot (« mauvais dessein formé entre deux ou plusieurs personnes »). A complote (...)
  • 67 1635-1642 Monet, s.v. complot.
  • 68 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. complot.
  • 69 1694-1762 Académie, 1787 Féraud, s.v. complot.

19Dès la première moitié du xviie siècle, le père Monet attribue à complot un seul sens : celui de « mauvais dessein, conçeu et arrêté entre plusieurs60 », sans référence particulière à l’État, ni au prince. Cette conception connaît un succès durable. Plusieurs latinistes l’embrassent61, ou la combinent avec le recours à conjuration62. Le dictionnaire de Richelet donne « dessein noir et malin qu’on a imaginé, afin de nuire à une personne »63 ; « formé entre deux ou plusieurs personnes »64, ajoute celui de l’Académie. Les rééditions des deux ouvrages reprennent ces définitions65. Féraud, comme le dernier Trévoux, en renvoient ponctuellement l’écho66. D’ordinaire, les exemples sont dénués de contenu politique : « faire complot pour ruiner quelcun »67, « les complots des méchans sont évanouis »68, « ils avoient fait complot de le prendre, de le tuer »69 sont des phrases qui ne visent pas explicitement le souverain, ni d’ailleurs l’État ou la liberté publique.

  • 70 La seule exception notable est 1756 Lebrun, s.v. complot, qui donne comme second sens de ce mot « a (...)
  • 71 Le secret aussi reste inégalement marqué. Il l’est souvent par les auteurs des dictionnaires frança (...)

20Le traitement de complot s’éloigne donc de celui que les lexicographes ont réservé à conjuration et à conspiration. Point ici d’hésitation entre union et dessein : le complot est d’abord une communication, puis un projet, même aux yeux de Furetière qui pourtant le définit comme une espèce de conspiration70. Point non plus de priorité donnée au prince, ni à l’État : la politisation des définitions reste tardive et incomplète71. Complot, ici, rejoint cabale.

*
* *

  • 72 Deux exceptions : 1727 Furetière (voir n. 53) et 1756 Lebrun (voir n. 70).

21À complot, les lexicographes ne reconnaissent à partir de Monet qu’un seul sens72, qui de surcroît varie peu. Cabale à l’inverse prend dans leurs dictionnaires un grand nombre de significations.

  • 73 L’acception première du mot porte le témoignage de l’origine juive de celui-ci. Elle est présente d (...)
  • 74 1635-1642 Monet, s.v. cabale.
  • 75 Tout en l’exprimant sous une forme plus concise : 1664 Gaudin (« prattique secrette entre certaines (...)
  • 76 1694-1762 Académie, s.v. cabale ; en 1694, ce dictionnaire donnait : « pratique secrette de plusieu (...)

22La Cabale est une science secrète et un langage arcane qu’un petit nombre d’initiés partagent73. Une cabale est d’abord une communication occulte, une « secrète pratique de quelques desseins, antre quelques comploteurs confédérés »74. C’est l’avis de Monet. Les pères Gaudin et Tachard s’y rallient75. L’Académie le fait sien. Mais elle se ravise bientôt, et déclare en 1718 que cabale se prend plutôt pour le « complot » - ou dessein - « de plusieurs personnes qui ont », précisément, « un mesme dessein »76.

  • 77 1644-1666 Pajot (« complot »). Voir aussi 1756 Lebrun (« complot, menée secrette »), s.v. cabale.
  • 78 1690-1701 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, s.v. cabale.
  • 79 « Complot de plusieurs personnes, qui sont dans la même confidence, et dans les mêmes intérêts » (1 (...)
  • 80 A moins bien sûr qu’on ne préfère associer les deux notions dans la même définition : « complot, se (...)

23En adoptant cette position, les Immortels se mettent à l’unisson de deux de leurs devanciers : le père Pajot77, mais aussi Furetière pour qui cabale peut par extension se dire « des conspirations », « des entreprises secrettes », et « des desseins qui se forment » entre cabaleurs. Le dictionnaire de Trévoux reprend cette formulation78 ; son abrégé, de même que le Féraud, suit les traces de l’Académie79. Cabale cesse alors de se présenter comme la communication d’un dessein, et passe de plus en plus pour ce dessein lui-même80.

  • 81 1635-1642 Monet, 1671-1684 Pomey, 1690-1701 Furetière (repris par Trévoux 1704-1771), s.v. cabale. (...)
  • 82 1694-1762 Académie, 1767 G.V.F. (« les personnes mêmes qui composent la cabacabale »), 1752-1771 Tr (...)
  • 83 Richelet 1680-1759, s.v. cabale. Voir aussi la définition donnée par 1709 Joubert, s.v. cabale (« p (...)

24Parallèlement, cabale continue de se définir comme la troupe ou la société des personnes qu’une même pratique ou un même projet réunit. Cette acception coexiste avec les deux précédentes, et figure tantôt en première place, tantôt en second lieu. Elle apparaît dès Monet, pour qui cabale désigne non seulement une « pratique secrette », mais aussi « la bande des comploteurs, des ligués ». Le père Pomey donne comme deuxième sens « les personnes cabalées ». Furetière écrit en premier : « société de personnes qui sont dans la même confidence et dans les mêmes intérests »81. Cabale, observent les académiciens, « veut dire encore, la troupe mesme de ceux qui sont de la cabale ». Le Grand vocabulaire françois adopte un ordre identique, et une formulation analogue. Les dernières éditions du dictionnaire de Trévoux reprennent, d’une façon quelque peu redondante, la leçon de Furetière et celle de l’Académie82. Enfin Richelet note : « personnes qui sont d’intelligence pour faire réussir un dessein ». Il reconnaît ainsi à cabale un sens qui, tout en faisant un sort aux notions de communication et de complot, place avant tout l’accent sur le groupe ou, du moins, sur les membres de celui-ci83.

  • 84 Les définitions de cabaler jouent souvent sur un couple faire des pratiques - faire un parti, plutô (...)

25Le complot s’est conçu d’abord comme une intelligence, avant de se prendre peu à peu pour un dessein. Cabale fait avec quelque retard l’expérience d’un traitement comparable : communication secrète d’abord, puis condamnable projet. On ne cesse en même temps de lui reconnaître le sens de groupe, de sorte qu’au xviiie siècle, les lexicographes sont nombreux à voir en une cabale à la fois un complot et une troupe, une société et un dessein84. Aussi cabale, entendu comme rassemblement, et complot, conçu comme dessein, se complètent mutuellement. L’un et l’autre se rejoignent par ailleurs sur le terrain d’une faible politisation.

  • 85 1690 Furetière, s.v. cabaler. Voir aussi 1718 Académie, s.v. cabale (« on a exilé toute la cabale » (...)
  • 86 A « pratique secrette », le père Tachard ajoute « faction, party » (1689 Tachard, s.v. cabale). Dès (...)
  • 87 1709 Joubert, 1727 Furetière, 1756 Lebrun, 1756 et 1775 Richelet, s.v. cabale. 1727 Furetière donne (...)
  • 88 « de plusieurs personnes qui travaillent à faire réussir quelque chose d’injuste » (1767 G.V.F., s. (...)
  • 89 1704-1771 Trévoux, s.v. cabale.

26« Cette ville », écrit Furetière, « est remplie de gens qui cabalent contre l’Estat » : un exemple aussi nettement politique fait plutôt exception85. Les définitions de cabale sont généralement peu marquées, surtout au xviie siècle où seuls de rares latinistes introduisent quelques traits en relation plus ou moins directe avec le prince ou l’État86. De tels choix deviennent ensuite un peu plus fréquents. Les pères Joubert et Lebrun reprennent faction et parti à leur prédécesseur Tachard. La dernière édition du Dictionnaire universel glisse ces mêmes termes en tête de la définition jadis rédigée par Furetière. Les impressions « portatives » du Richelet donnent « intrigue, conjuration »87, et le Grand vocabulaire françois « faction, complot, concert, conspiration »88. Mais l’évolution est imparfaite et, surtout, hésitante : cabale, annoncent les rédacteurs du Trévoux, se dit de desseins formés « contre l’Etat » ; en 1771, leurs successeurs concèdent : « ou contre les particuliers »89.

III

27Une cabale, explique le dictionnaire de Richelet, réunit des « personnes », un complot est un « dessein », une conjuration un « parti », une conspiration une « union ». Mais une conspiration n’est pas une conjuration, pas plus qu’une conjuration n’est un complot, ou un complot une cabale. Une telle analyse est exceptionnelle : elle rompt avec la pratique de tous les autres lexicographes, qui ne cessent de définir ces mots les uns par les autres en introduisant des équivalences, des dépendances et des circularités.

  • 90 Voir n. 5. Ceux « qui ont conjuré », sont des conspirati, et ceux qui ont « conspiré et juré ensemb (...)
  • 91 A noter toutefois que 1549 Estienne, s.v. conjuration, introduit pour « brigues et conjurations » u (...)

28Estienne donne de conjurer et de conspirer des définitions assez différentes. Mais il rapproche aussi ces deux verbes, de même que conjuration et conspiration, soit directement, soit par l’intermédiaire de leurs équivalents latins90. Complot à l’inverse n’entretient aucune relation avec ces mots. Cabale enfin est absent. Ni les éditions successives du dictionnaire d’Estienne, ni le Thrésor de Nicot, ni le Grand dictionaire françois-latin n’apportent de changements substantiels à cette présentation91.

  • 92 « Conjurer, conspirer contre quelcun, conjuro..., conspiro... Conjuration, conspiration..., conjura (...)
  • 93 De même, comploter est traduit par conjurare et conspirare. Coitio continue d’être employé, mais po (...)

29L’Invantaire de Monet marque l’amorce d’une évolution. Le rapprochement entre conjurer et conspirer, conjuration et conspiration y est permanent, au point que ces mots paraissent pratiquement interchangeables92. Les deux substantifs sont également mis en relation indirecte avec complot, par l’intermédiaire de conjuratio et de conspiratio qui servent à traduire ce mot comme les deux précédents93. La cabale enfin apparaît. Elle est « antre quelques comploteurs » ou, si l’on préfère, inter conjuratos. De plus le mot cabale, pris dans le sens de « bande des comploteurs », se rend par conjuratorum manus, ou conspirantium manipulus. Le latin rapproche donc les mots, contribuant à créer un champ à l’intérieur duquel conjuration, conspiration, cabale et complot se côtoient. Aucun de ces termes ne définit toutefois une catégorie, ni un genre à l’intérieur duquel les trois autres viendraient s’inscrire.

  • 94 Les traductions latines réapparaissent au xviiie siècle, dans les rééditions du Richelet, dans le d (...)
  • 95 Qui de surcroît ne les rattache pas nettement à un genre commun, puisqu’une cabale consiste en des (...)
  • 96 1694 Académie, s.v. comploter, conjuration, conjurer. 1690 Furetière, s.v. cabale, complot, conjura (...)
  • 97 Ainsi que dans la seconde édition du Furetière. Voir 1701 Furetière et 1704-1762 Trévoux, s.v. caba (...)
  • 98 1718-1762 Académie, s.v. comploter, conjuration. 1727 Furetière, s.v. complot, comploter, conjurati (...)
  • 99 Seule la cabale continue d’y être définie comme une conspiration (1771 Trévoux, s.v. cabale).
  • 100 Il ne recourt à conspiration que pour définir conjuration, dans la droite ligne des leçons de l’Aca (...)

30Les ouvrages monolingues publiés à la fin du xviie siècle font provisoirement disparaître toute possibilité d’introduire entre cabale, complot, conjuration et conspiration des liens fondés sur le partage des mêmes traductions latines94 : le français est, si l’on peut dire, laissé à lui-même. Pour autant, les mots ne sont pas dissociés, sauf chez Richelet95. Conspiration est l’un de ceux auxquels les lexicographes font jouer un rôle fédérateur. L’Académie l’utilise pour rendre le sens de conjuration, tout en recourant à conspirer pour expliquer conjurer et comploter. Furetière est plus systématique : conjurer, selon lui, c’est conspirer ; une conjuration est une conspiration, un complot une espèce de conspiration, cabale même peut se dire des « conspirations et des entreprises secrettes »96. Ces positions se retrouvent dans la plupart des impressions du Trévoux97, tandis que les académiciens persistent de leur côté à donner conspirer pour comploter, et conspiration pour conjuration. La dernière édition du Dictionnaire universel puis le Grand vocabulaire françois combinent les opinions de Furetière avec les jugements des Immortels98 : ils assurent ainsi une continuité interrompue en 1771 seulement, lorsque les ultimes correcteurs du Trévoux suppriment, à une exception près, toutes les équivalences précédemment introduites avec conspirer ou avec conspiration99. Quelques années plus tard, Féraud confirme cette rupture100, qui s’opère au profit de complot.

  • 101 1694 Académie, s.v. conjuration. 1701 Furetière, s.v. conspirer.
  • 102 1718 Académie, s.v. cabale. Cette solution circulait déjà dans les dictionnaires français-latin (vo (...)
  • 103 1694-1740 Académie, s.v. conjurer. 1727 Furetière, s.v. cabale, conspiration, conspirer.
  • 104 On passe donc de « société de personnes qui sont dans la même confidence, et dans les mêmes intérêt (...)
  • 105 1767 G.V.F., s.v. cabale, conjuration, conjurer, conspiration. 1771 Trévoux, s.v. conjuration, conj (...)

31À la fin du xviie siècle, complot ne pèse pas lourd : ni Richelet, ni Furetière ne s’en servent et les académiciens se bornent à l’introduire dans la définition de conjuration aux côtés de conspiration. Mais dès 1701, la deuxième édition du Dictionnaire universel annonce que conspirer, c’est « s’unir pour faire réussir un complot »101. Une cabale, décident ensuite les académiciens, est un « complot de plusieurs personnes »102. Conjurer, qui leur paraissait signifier « conspirer », perd ce sens en 1718, et acquiert en 1740 celui de « former un complot ». Renvoyant l’écho de l’Académie, la dernière édition du Dictionnaire universel fait une place au mot complot dans l’article cabale ; elle innove aussi en donnant comploter pour conspirer et complot pour conspiration103. L’abrégé du Trévoux remplace société par complot dans une définition de cabale qu’il emprunte à Furetière104. Le Grand vocabulaire françois fait la somme des nouveautés intervenues depuis quarante ans : complot y définit à la fois conjuration, conspiration et cabale, tandis que conjurer y passe pour « faire un complot ». Conspiration continue cependant d’y être d’un grand usage, de sorte que ce dictionnaire donne surtout l’impression de ne pas choisir. Peu après, la dernière rédaction du Trévoux déclare expressément sa préférence pour complot, qui définit conjuration et entre dans la définition de conjurer. « Conjuration », conclut enfin Féraud, « est... un complot » ; « cabale », répète-t-il, « est un complot », « conjurer signifie... former un complot » et « cabaler, c’est faire des complots »105.

  • 106 1771 Trévoux, s.v. conjuration.
  • 107 Voir 1775 Richelet, s.v. conjuration, conspiration. P.J.A. Roubaud, Nouveaux synonymes françois. Pa (...)
  • 108 Monet notamment crée dès 1635 une circularité entre conjuration et conspiration qui se trouve ensui (...)
  • 109 A noter à ce propos l’usage que les latinistes font de conjuration : 1658-1669 Delbrun, 1664 Gaudin (...)

32A l’origine, conjuration et conspiration se situent plus ou moins sur le même plan : pratiquement substituables, ils se définissent mutuellement sans servir pour autant à la définition de cabale, ni à celle de complot. Le latin toutefois porte les grammairiens à rapprocher ces quatre termes. Puis, à la fin du xviiie siècle, les lexicographes commencent à les relier à l’intérieur du français lui-même, tandis que conspiration se détache et paraît, chez Furetière, puis dans le Trévoux, sur le point d’acquérir le statut de terme générique. Mais cette solution ne s’impose pas. Aussi complot, poussé par l’Académie, prend la relève comme candidat possible à la place que conspiration n’a pas occupée. Les derniers éditeurs du Trévoux annoncent déjà sa victoire : « complot », écrivent-ils, « est le terme générique, qui se dit d’un mauvais dessein quelconque, formé entre deux ou plusieurs personnes. Conjuration et conspiration ne se disent que d’un mauvais dessein formé par un grand nombre de personnes contre le souverain ou contre l’Etat »106. Mais ces mêmes lexicographes n’utilisent pas complot pour définir conspiration, et ne tirent donc pas les conséquences du principe qu’ils ont eux-mêmes posé. Ils laissent aussi la cabale en dehors de leur présentation, alors que depuis cinquante ans l’Académie définit celle-ci comme une forme de complot. Enfin le synonymiste Roubaud ne leur donne pas raison, pas plus d’ailleurs que la dernière édition du Richelet qui continue opiniâtrement de véhiculer une formule sans rapport avec la leur107. Une tendance, donc, se dégage, en faveur de conspiration d’abord, puis à l’avantage de complot. Mais aucune solution ne s’impose : toujours repris, le lent travail de définition mutuelle des mots ne conduit jamais à dégager un cadre complètement cohérent108, reconnu par tous109, intégrant de façon vraiment systématique et permanente cabale, complot, conjuration et conspiration. La parenté entre les mots a été affirmée. Mais leurs relations mutuelles n’ont jamais été définitivement organisées, même par l’intermédiaire d’un tiers terme tel qu’union ou dessein.

*
* *

  • 110 Cité dans B. Quemada, Furetière. Factums contre l’Académie, Paris, 1968, p. 28.

33Dans la langue du xviie siècle, cabale, complot, conjuration et conspiration se configurent comme des mots tous susceptibles de viser à la fois des entreprises dirigées contre les princes et des desseins tournés contre des particuliers. Aucun d’eux n’est plus spécialement attaché que les autres aux matières d’État, ni aux circonstances privées des simples mortels. Conjuration dit Cinq-Mars et Catilina. Mais Furetière parle lui-même, et sans rire, d’une « conjuration contre ma vie, ma liberté, mon honneur et mon bien »110. Cabale évoque pour Boileau les misérables manœuvres d’auteurs sans mérite. Mais il roule dans les Mémoires du cardinal de Richelieu, père de l’Académie française, en s’y chargeant d’un sens radicalement politique qui en fait l’égal des plus noires conspirations. Complot enfin renvoie sous la plume des plus célèbres dramaturges l’horrible écho des entreprises machinées contre les empereurs romains. Mais il résonne aussi sur les bords du Lignon.

34Richelet, Furetière et l’Académie française simplifient drastiquement cet usage multiforme, tout en prenant leurs distances par rapport aux solutions adoptées avant eux par des latinistes tels qu’Estienne ou Monet. Ceux-ci n’avaient pas fait du politique un critère essentiel de l’analyse qu’ils appliquaient à conspiration, conjuration, complot et cabale. Ceux-là au contraire établissent un net partage entre les deux premiers de ces mots, auxquels il reviendrait de nommer prioritairement - et souvent uniquement - des épisodes de nature politique, et les deux derniers dont le champ d’application serait à l’inverse moins spécialisé. Ils aident ainsi leur lecteur à identifier les machinations ourdies contre le prince, l’État ou la liberté publique comme une catégorie à part, distincte des entreprises tramées contre des personnes privées, appelant de ce fait une terminologie particulière et peut-être un traitement spécifique de la part du pouvoir. L’analyse lexicographique sert moins ici à constater la versatilité des mots qu’à signaler la nature irréductiblement singulière des attentats perpétrés contre l’autorité ou le bien public : mise en ordre du langage, elle cerne avec clarté les dangers qui guettent l’ordre des États.

35L’évolution subie au cours du xviiie siècle par les articles cabale, complot, conjuration et conspiration n’est pas non plus dénuée de sens. En enlevant progressivement au dernier de ces mots son acception méliorative, les lexicographes ferment la porte à tout amalgame et à toute équivoque entre ce qui nuit à l’autorité et ce qui la soutient. En se détachant peu à peu de toute référence au serment, puis à l’union conclue entre les conjurés, et en mettant à l’inverse l’accent sur le seul dessein qui anime ces redoutables personnages, ils grossissent quelque peu les rangs des coupables potentiels : seule, désormais, l’intention suffit pour acquérir la qualité de conspirateur ; former un projet, même vague, c’est déjà conjurer. Quelques grammairiens enfin règlent les relations unissant les mots qu’ils ont au préalable différenciés. Ceux qui conspirent contre les personnes privées, observent-ils, imitent seulement les conspirateurs des princes, tandis qu’à l’inverse ceux qui conjurent contre les rois, ne font en définitive rien d’autre qu’ourdir une sorte de complot. En agissant ainsi, les premiers se condamnent, et les seconds se rabaissent : les plus illustres des conjurés sont-ils, au fond, autre chose que de vulgaires comploteurs ?

Notes

1 T.R. Wooldridge, Concordance du Thrésor de la langue françoise de Jean Nicot, 1606. Matériaux lexicaux, lexicographiques et méthodologiques, 2, Toronto, 1985, s.v. manger (« ces veneurs en leur cabale de vénerie... »).

2 Monet a toutefois été devancé par R. Cotgrave, dont le Dictionarie of the French and English Tongues (Londres, 1611) contient un article cabale (avec deux sens : « the Jews cabale » et « a speciali mysterie »). Cotgrave admet aussi comploter, conjuré, conjurateur et conspiré. Il retient également conjure. D’après le Dictionnaire historique de la langue française, dir. A. Rey, Paris, 1994, s.v. cabale, la première attestation de ce mot date de 1532 (et de 1546 dans le sens de « manœuvres concertées secrètement »).

3 Dont Nicot avait déjà fait usage (T.R. Wooldridge, Concordance..., 2, s.v. sourdement). 1690 Furetière est le premier à consacrer à ce mot une entrée au singulier. 1694 Académie et 1695 Richelet l’admettent aussi. Ce dernier indique toutefois que conspirateur - pourtant utilisé par Corneille dans Cinna - n’est « pas encore bien établi ».

4 1635-1642 Monet s’en sert cependant pour définir l’une des acceptions de cabale : « cabale, la bande des comploteurs, des ligués... ». A noter enfin l’apparition tardive de cabalant, que Féraud introduit en 1787 et qu’il croit « de l’invention de M. Linguet ».

5 1539 Estienne, s.v. conjurer. Conspiration pour sa part se traduit par conspiratus, hujus conspirants, conjuratio (ibid., s.v. conspiration).

6 « Estre condamné pour avoir conjuré et conspiré contre la République, damnari nomine conjurationis » (1539 Estienne, s.v. conjurer).

7 1787 Féraud, s.v. conjurer.

8 1635 Monet, s.v. conjurer, conjuration, conspirer, conspiration ; 1756 Lebrun, s.v. conjuration (« conspiration contre le prince ou l’Etat ») et conjurer (« conspirer contre l’Etat »).

9 1680 Richelet, s.v. conjuration.

10 1690 Furetière, s.v. conjuration.

11 1694 Académie, s.v. conjuration.

12 1767 G.V.F., 1771 Trévoux, 1787 Féraud, s.v. conjuration. L’Encyclopédie, 3, Paris, 1753, s.v. conjuration, définit la conjuration comme un complot dirigé « contre le Prince ou contre l’Etat ».

13 1690 Furetière, s.v. conjuration (elle désigne alors « l’intelligence qui est entre plusieurs d’une compagnie pour faire pièce à quelque personne »). Les autres sens reconnus par les lexicographes à conjuration sont : a/instante prière (principalement dans 1549-1573 Estienne, 1606 Nicot, 1609-1625 G.D.F.L., 1635-1642 Monet, 1680-1775 Richelet, 1690-1727 Furetière, 1694-1762 Académie, 1704-1771 Trévoux, 1767 G.V.F., 1787 Féraud) ; b/en matière ecclésiastique ou magique, exorcisme, sortilège (principalement dans 1549-1573 Estienne, 1606 Nicot, 1609-1625 G.D.F.L., 1635-1642 Monet, 1680-1775 Richelet, 1690-1727 Furetière, 1694-1762 Académie, 1704-1771 Trévoux, 1767 G.V.F., 1787 Féraud) ; cl cérémonie romaine (1767 G.V.F., 1771 Trévoux). A partir de Richelet, le sens donné en premier est en règle générale celui d’union ou dessein dirigé contre le prince ou l’État (la dernière édition du dictionnaire de Trévoux introduit toutefois en premier lieu un sens érudit : « terme d’antiquité romaine... cérémonie qui se pratiquoit dans les grands dangers de la République, et dans les occasions inopinées »),

14 « Contre le souverain, ou contre l’Etat » (1680 Richelet, s.v. conjurer).

15 « Contre quelque personne » (1680 Richelet, s.v. conjurer).

16 1690 Furetière, s.v. conjurer.

17 Selon 1694 Académie, s.v. conjurer, ce mot signifie « conspirer avec une ou plusieurs personnes pour quelque dessein qui d’ordinaire est pernicieux ». Cette définition est toutefois accompagnée d’exemples qui sont en majorité politiques : « Conjurer contre la République, contre sa patrie... Conjurer la ruine de sa patrie, conjurer la mort de quelqu’un ».

18 1718-1762 Académie, 1767 G.V.E, 1771 Trévoux, 1787 Féraud, s.v. conjurer. Seul 1727 Furetière s’écarte de l’évolution générale en donnant s.v. conjurer : « conspirer, machiner la perte de quelqu’un, se liguer ».

19 Dans l’ensemble, le travail des lexicographes sur ce mot ne paraît pas dominé par le souci de dégager, d’isoler ou en tout cas de mettre en évidence un sens politique. 1740-1762 Académie indique toutefois s.v. conspirer que ce verbe, pris absolument, « signifie toujours, Faire une conspiration contre l’Estat, ou contre le Prince ». De façon plus générale, l’analyse des exemples accompagnant les définitions montre qu’à partir de la première édition du Richelet, conspirer est employé de préférence dans des contextes politiques : voir à cet égard 1680-1759 Richelet, 1775 Richelet, 1690-1727 Furetière, 1694-1762 Académie, 1704-1771 Trévoux, 1767 G.V.F., 1787 Féraud, s.v. conspirer, avec des exemples tels que : « ils ont conspiré contre leur patrie » (1680-1759 Richelet), « Brutus et Cassius conspirèrent contre César » (1701 Furetière, 1704-1771 Trévoux), « ils ont conspiré la ruine de l’Estat » (1694-1762 Académie). De tels exemples sont beaucoup plus rares dans les dictionnaires rédigés par les jésuites (voir toutefois 1671-1684 Pomey, s.v. conspirer). A noter enfin la fréquence, même dans les dictionnaires français-latin, d’exemples politiques mélioratifs : « les voeux du peuple conspiroient à la gloire de leur prince » (1690-1727 Furetière ; 1704-1771 Trévoux), « tout conspire à la gloire du Roy » (1694-1762 Académie), « conspir<er> à la défense de l’autorité de ce corps, et de la majesté du peuple romain » (1658-1669 Delbrun), etc.

20 1690 Furetière, s.v. conspiration ; 1694 Académie, s.v. conspiration (« conjuration, mauvaise entreprise contre l’Estat, les Puissances ») ; 1680 Richelet, s.v. conspiration (« union de plusieurs personnes pour exécuter quelque chose contre quelque Etat, quelque grand »),

21 1690 Furetière, s.v. embusche, évoque toutefois un « piège qu’on tend à quelqu’un, <une> conspiration qu’on fait contre luy » ; de même 1694 Académie, s.v. machinateur, donne cette définition : « celuy qui a fait une conspiration secrète contre quelqu’un ».

22 1690 Furetière, s.v. conspiration. Voir aussi 1694 Académie, s.v. conspiration (« union d’esprit et de volontez pour un mesme dessein. Conspiration universelle au bien de l’Estat »). Richelet ne prend pas en considération ce sens mélioratif.

23 1701 Furetière, s.v. conspiration. Cette position est reprise par 1727 Furetière et par 1704-1771 Trévoux.

24 1718-1762 Académie, s.v. conspiration. Ce sens est adopté par 1732-1775 Richelet, 1767 G.V.F. et 1787 Féraud.

25 Soit 1701-1727 Furetière, 1704-1752 Trévoux et 1756 Lebrun. 1709 Joubert indique également que conspiration « se prend aussi en bonne part ».

26 1718 Académie, 1767 G.V.F., 1787 Féraud, 1709-1775 Richelet, s.v. conspiration.

27 A conspiration, les dictionnaires ne reconnaissent jamais d’autres sens que ceux qui ont été illustrés jusqu’ici : union - ou dessein - pour nuire - ou pour servir - à une personne en général - ou au prince et à l’État en particulier.

28 1539 Estienne, s.v. conjurer, conspirer. 1549-1573 Estienne, 1606 Nicot et 1609-1625 G.D.F.L. reprennent invariablement ces définitions, qui circulent donc jusqu’au début du xviie siècle. Ces dictionnaires ne donnent jamais de définitions françaises de conjuration, ni de conspiration, pour lesquels ils fournissent seulement des équivalents latins.

29 1680 Richelet, s.v. conjuration, conspiration, conjurer, conspirer ; 1690 Furetière, s.v. conjuration, conspiration, conjurer, conspirer.

30 1701 Furetière, 1704-1762 Trévoux, 1771 Trévoux (pour conspiration seulement), 1695-1775 Richelet (l’édition portative de 1775 donne : conjuration, « partie de gens unis ensemble », conjurer, « s’unir », conspiration, « union », conspirer, « s’unir »). Sur la même ligne, on trouve encore 1756 Lebrun.

31 1635 Monet, s.v. conspirer ; 1694 Académie, s.v. complot, conjuration, conspiration, conspirer, entreprise.

32 Qui à partir de 1718 donne pour conjurer : « signifie aussi, former un dessein pernicieux » (1718-1762 Académie, s.v. conjurer).

33 1767 G.V.F., 1787 Féraud, s.v. complot, conjurer, conjuration, conspiration, conspirer. Selon 1767 G.V.F., conspirer, c’est « être unis d’esprit ou d’intention ».

34 Conjuration signifie « complot », conjurer « former un complot », et complot « dessein de nuire » (1771 Trévoux, s.v. conjuration, conspirer, complot).

35 1727 Furetière, s.v. conjurer, conspiration, conspirer.

36 Furetière lui-même hésite. A son avis, la conspiration est une union. Mais il associe plusieurs fois ce mot à la notion de dessein. Conspirateur se dit ainsi « de celui qui forme une conspiration, ou y a part, soit dans le dessein, soit dans l’exécution ». Un complot, pense-t-il, est une « espèce de conspiration, dessein de nuire ». Cabale, qui sert à définir conjuration, signifie « société de personnes qui sont dans la même confidence », mais « on le dit aussi des conspirations et des entreprises secrettes, des desseins qui se forment dans cette société » (1690 Furetière, s.v. cabale, complot, conspirateur).

37 Qui se sont donné la foi (pour Richelet) ou se sont liguées ensemble (pour Furetière).

38 Ils ont formé un parti (selon Richelet), ou agissent secrètement (selon Furetière).

39 Les deux dictionnaires retiennent ce terme. Furetière retient aussi conjurateur.

40 Passé Richelet, seul 1771 Trévoux fait entrer le serment dans la définition de conjuration.

41 1694-1718 Académie, complot, conjuration, conspiration. Les éditions de 1740 et de 1762 reprennent celle de 1718.

42 1564-1573 Estienne, 1606 Nicot, 1609-1625 G.D.F.L., s.v. complot, comploter.

43 Notamment par l’intermédiaire de monopoles, qui selon 1625 G.D.F.L. signifie « assemblées séditieuses pour faire quelques menées » (menées signifiant à son tour « conduite de faction et conspiration, et assemblée, illicite »).

44 1635-1642 Monet, 1644-1666 Pajot, 1658-1669 Delbrun, 1664 Gaudin, 1671-1684 Pomey, 1689 Tachard, 1709 Joubert, 1756 Lebrun, s.v. complot. Même choix dans 1704-1771 Trévoux.

45 1635-1642 Monet, 1658-1669 Delbrun, 1664 Gaudin, 1671-1684 Pomey, 1689 Tachard, 1683 Danet, 1709 Joubert, 1756 Lebrun, s.v. complot. Même choix dans 1704-1771 Trévoux.

46 1658-1669 Delbrun, 1689 Tachard, 1709 Joubert, 1756 Lebrun, s.v. comploter.

47 1658-1669 Delbrun, 1689 Tachard, 1683 Danet, 1709 Joubert, 1756 Lebrun, s.v. comploter. Même choix dans 1704-1771 Trévoux.

48 Voir s.v. complot 1664 Gaudin (« conjuration, mauvais dessein que plusieurs forment ensemble »), 1671-1684 Pomey (« conjuration »), 1689 Tachard (« conjuration »), 1683 Danet (« conjuration »), 1756 Lebrun (« espèce de conjuration », « assemblée secrette »).

49 1658-1669 Delbrun, s.v. comploter.

50 1664 Gaudin, 1671-1684 Pomey, s.v. comploter.

51 1658-1669 Delbrun, s.v. comploter. Voir aussi 1689 Tachard et 1756 Lebrun. Voir encore s.v. complot 1671-1684 Pomey (factiosorum conjuratio) et 1635-1642 Monet (factiosorum manus).

52 1701-1727 Furetière, 1704-1771 Trévoux, s.v. complot. Pour comploter, voir l’exemple donné par 1690-1727 Furetière, 1704-1771 Trévoux et, en abrégé, par 1787 Féraud (« quelques soldats avoient comploté de livrer une porte de la ville aux ennemis »).

53 1690-1701 Furetière, 1704-1762 Trévoux, 1767 G.V.F., s.v. complot. 1727 Furetière donne : « espèce de conspiration ; machination ; mauvais dessein ; projet de nuire à quelcun » ; il ajoute : « se dit aussi aussi, d’une conjuration pour faire une malice innocente à quelqu’un ; pour le surprendre, ou pour le tromper ». 1767 G.V.F. donne : « conspiration, mauvais dessein fait entre deux ou plusieurs personnes ».

54 1694-1762 Académie, 1767 G.V.F., s.v. comploter. 1727 Furetière ajoute : « méditer une malice, une surprise ; en former le dessein ».

55 1690 Furetière, s.v. complot. Cet exemple est repris dans 1701 Furetière et dans 1704-1771 Trévoux. Voir aussi 1718-1762 Académie, s.v. comploter (« ils avoient comploté de le voler »).

56 Car les auteurs des dictionnaires français-latin (à la seule exception de 1756 Lebrun, s.v. conjuration) n’attribuent généralement pas à ces termes un sens politique. La définition de conspirer par l’Académie n’est pas spécifiquement politique.

57 « Espèce de conjuration » (1756 Lebrun, s.v complot ; selon ce même dictionnaire, conjuration signifie « conspiration contre le Prince ou l’Etat »),

58 « Conspiration » (1767 G.V.F., s.v. complot ; selon ce même dictionnaire, conspiration signifie « conjuration, complot contre le Prince ou l’Etat »),

59 1771 Trévoux, s.v. complot.

60 1635-1642 Monet, s.v. complot.

61 Outre 1635-1642 Monet, voir 1644-1666 Pajot, 1658-1669 Delbrun, 1709 Joubert, s.v. complot.

62 1664 Gaudin, s.v. complot.

63 « de la perdre, de la détruire ou de la ruiner » (1680 Richelet, s.v. complot).

64 « Secret et mauvais dessein formé entre deux ou plusieurs personnes » (1694 Académie, s.v. complot).

65 1695-1775 Richelet, 1718-1762 Académie, s.v. complot.

66 1787 Féraud, s.v. complot (« mauvais dessein formé entre deux ou plusieurs personnes »). A comploter, les lexicographes cités précédemment donnent en général le sens de « faire complot » : voir 1635-1642 Monet, 1664 Gaudin, 1680-1775 Richelet, 1694-1762 Académie, 1709 Joubert, s.v. comploter. 1680-1759 Richelet précise : « Faire un complot. Machiner quelque chose. Résoudre un dessein noir et malin » (dans les éditions portatives de 1756 et 1775, cette formulation est abrégée en : « Faire un complot. Machiner quelque chose pour nuire à quelqu’un »). L’Académie précise également : « Faire complot, conspirer ensemble ».

67 1635-1642 Monet, s.v. complot.

68 1680-1732 et 1759 Richelet, s.v. complot.

69 1694-1762 Académie, 1787 Féraud, s.v. complot.

70 La seule exception notable est 1756 Lebrun, s.v. complot, qui donne comme second sens de ce mot « assemblée secrète ».

71 Le secret aussi reste inégalement marqué. Il l’est souvent par les auteurs des dictionnaires français-latin : 1635-1642 Monet, s.v. complot, donne entre autres traductions de ce mot clandestina conjuratio et occulta conspiration 1658-1669 Delbrun, s.v. complot, emprunte à Cicéron clandestinum consilium ; 1671-1684 Pomey reprend toutes les traduction précédentes ; 1664 Gaudin, s.v. complot, évoque l’« assemblée secrette pour un complot, clandestina coitio » ; 1689 Tachard, s.v. complot, prend pour exemple « ils font des complots secrets pour me perdre » ; pour 1756 Lebrun, voir n. précédente. Les dictionnaires monolingues sont plus partagés. 1701-1701 Furetière précise « concerté secrettement », et cette indication est reprise par toutes les éditions du dictionnaire de Trévoux. Complot signifie pour 1694 Académie « secret et mauvais dessein » ; mais on a déjà noté que cette mention du secret disparaît dès l’édition de 1718. Ni Richelet, ni le G.V.F., ni le dictionnaire de Féraud ne prennent le secret en compte.

72 Deux exceptions : 1727 Furetière (voir n. 53) et 1756 Lebrun (voir n. 70).

73 L’acception première du mot porte le témoignage de l’origine juive de celui-ci. Elle est présente dans presque tous les dictionnaires, qui donnent les définitions suivantes : a/ « interprétation mystique des paroles de l’Ecriture sainte, par transposition de lettres » (1635-1642 Monet ; 1669 Delbrun ; 1671-1684 Pomey ; 1709 Joubert) ; b/ « exposition secrette de la loi divine... révélée par Moïse aux juifs. Téologie secrette de l’Ecriture » (1680-1732 et 1759 Richelet) ; c/ « science mystérieuse, occulte et secrette, que les Hébreux prétendent avoir par tradition... Ils en tirent des raisons pour expliquer tous les mystères de la divinité, et toutes les opérations de la nature » (1690-1727 Furetière ; 1704 Trévoux) ; d/ « explication de l’Ecriture... » (1721-1771 Trévoux) ; e/ « tradition parmi les juifs touchant l’interprétation mystique et allégorique de l’Ancien Testament » (1694-1762 Académie ; 1767 G.V.F. ; 1787 Féraud). A ce sens originel, les lexicographes ajoutent - et rattachent - plusieurs autres acceptions : a/ « secte des juifs qui suit et pratique la cabbaie » (1721-1771 Trévoux) ; b/ « abus que font les magiciens des passages de l’Ecriture » (1721-1771 Trévoux) ; c/ « art chimérique de commercer avec les peuples élémentaires » (1740-1762 Académie ; 1775 Richelet ; 1787 Féraud) ; d/ « astrologie judiciaire » (1721-1771 Trévoux) ; e/ « doctrine prise d’ailleurs » (1756 et 1775 Richelet).

74 1635-1642 Monet, s.v. cabale.

75 Tout en l’exprimant sous une forme plus concise : 1664 Gaudin (« prattique secrette entre certaines personnes »), 1689 Tachard (« pratique secrette »), s.v. cabale.

76 1694-1762 Académie, s.v. cabale ; en 1694, ce dictionnaire donnait : « pratique secrette de plusieurs personnes qui ont mesme dessein et font un complot ensemble ».

77 1644-1666 Pajot (« complot »). Voir aussi 1756 Lebrun (« complot, menée secrette »), s.v. cabale.

78 1690-1701 Furetière, 1704-1752 et 1771 Trévoux, s.v. cabale.

79 « Complot de plusieurs personnes, qui sont dans la même confidence, et dans les mêmes intérêts » (1762 Trévoux, s.v. cabale) ; « complot de plusieurs personnes » (1787 Féraud, s.v. cabale).

80 A moins bien sûr qu’on ne préfère associer les deux notions dans la même définition : « complot, secrette pratique » (1671-1684 Pomey, s.v. cabale) ; « complot, intelligence, conspiration » (1658-1669 Delbrun, s.v. cabale). Un telle combinaison se retrouve aussi dans la dernière édition du Dictionnaire universel : « brigue, complot, intrigue, pratique secrette de plusieurs personnes liguées ensemble » (1727 Furetière, s.v. cabale). Voir enfin 1767 G.V.F., s.v. cabale (« faction, complot, concert, conspiration »).

81 1635-1642 Monet, 1671-1684 Pomey, 1690-1701 Furetière (repris par Trévoux 1704-1771), s.v. cabale. Furetière est aussi le premier à mettre clairement l’accent sur un éventuel lien d’association unissant entre eux les membres de la cabale.

82 1694-1762 Académie, 1767 G.V.F. (« les personnes mêmes qui composent la cabacabale »), 1752-1771 Trévoux (« société... ; conspirations..., entreprises..., desseins... ; troupe »), s.v. cabale.

83 Richelet 1680-1759, s.v. cabale. Voir aussi la définition donnée par 1709 Joubert, s.v. cabale (« personnes qui agissent de concert et d’intelligence, et d’ordinaire à mauvaise fin, et secrettement »). Les impressions « portatives » du Richelet reprennent une définition proche de celle de Furetière (« intrigue, conjuration. Société où l’on agit de concert pour des intérêts communs ou particuliers » ; 1756 et 1775 Richelet, s.v. cabale).

84 Les définitions de cabaler jouent souvent sur un couple faire des pratiques - faire un parti, plutôt que sur un binôme former un dessein - former un parti : voir 1680 Richelet (« tâcher par de secrettes et artificieuses pratiques à faire qu’un dessein réussisse. Se faire un parti de gens qui nous apuient »), 1694 Académie (« faire des pratiques secrettes, faire une espèce de parti, attirer plusieurs personnes à son dessein »), et les rééditions de ces mêmes dictionnaires. D’autres ouvrages donnent simplement « faire une cabale » (1690-1701 Furetière, 1704-1771 Trévoux). Seul 1787 Féraud note : « cabaler, c’est faire des complots ».

85 1690 Furetière, s.v. cabaler. Voir aussi 1718 Académie, s.v. cabale (« on a exilé toute la cabale ») et 1727 Furetière, s.v. cabaler (« cabaler contre l’Etat »). D’autres cas dans 1690 Furetière, s.v. perturbateur et sourd, et dans 1694 Académie, s.v. dissiper et faction.

86 A « pratique secrette », le père Tachard ajoute « faction, party » (1689 Tachard, s.v. cabale). Dès avant, l’abbé Danet donne « prattique, menée secrette pour s’élever aux honneurs ou se révolter » (1683 Danet, s.v. cabale).

87 1709 Joubert, 1727 Furetière, 1756 Lebrun, 1756 et 1775 Richelet, s.v. cabale. 1727 Furetière donne : « faction... parti... société de personnes qui sont de concert et dans les mêmes intérêts ».

88 « de plusieurs personnes qui travaillent à faire réussir quelque chose d’injuste » (1767 G.V.F., s.v. cabale).

89 1704-1771 Trévoux, s.v. cabale.

90 Voir n. 5. Ceux « qui ont conjuré », sont des conspirati, et ceux qui ont « conspiré et juré ensemble », des conjurati. Nomine conjurationis signifie enfin « pour avoir conjuré et conspiré contre la République » (1539 Estienne, s.v. conjurer, conspirer).

91 A noter toutefois que 1549 Estienne, s.v. conjuration, introduit pour « brigues et conjurations » une traduction - coitio - qui est aussi celle dont Estienne se sert pour traduire complot.

92 « Conjurer, conspirer contre quelcun, conjuro..., conspiro... Conjuration, conspiration..., conjuratio..., conspiratio... Conspirer, conjurer... conspiro... conjuro... Conspiration, conjuration... Conspirateurs, conjurez liguez ansamble » (1635-1642 Monet, s.v. conjurer, conjuration, conspirer, conspiration, conspirateurs).

93 De même, comploter est traduit par conjurare et conspirare. Coitio continue d’être employé, mais pour rendre « l’assemblée pour le complot » et non le complot proprement dit (1635-1642 Monet, s.v. complot, comploter).

94 Les traductions latines réapparaissent au xviiie siècle, dans les rééditions du Richelet, dans le dictionnaire de Trévoux et dans le Grand vocabulaire françois.

95 Qui de surcroît ne les rattache pas nettement à un genre commun, puisqu’une cabale consiste en des « personnes qui sont d’intelligence », un complot en un « dessein », une conjuration en un « parti » et une conspiration en une « union » (1680 Richelet, s.v. cabale, complot, conjuration, conspiration).

96 1694 Académie, s.v. comploter, conjuration, conjurer. 1690 Furetière, s.v. cabale, complot, conjuration, conjurer. A noter que 1625 G.D.F.L., s.v. complot, se servait déjà de conspiration pour définir complot.

97 Ainsi que dans la seconde édition du Furetière. Voir 1701 Furetière et 1704-1762 Trévoux, s.v. cabale, complot, conjuration, conjurer.

98 1718-1762 Académie, s.v. comploter, conjuration. 1727 Furetière, s.v. complot, comploter, conjuration, conjurer ; 1767 G.V.F., s.v. cabale, complot, comploter, conjuration, conjurer.

99 Seule la cabale continue d’y être définie comme une conspiration (1771 Trévoux, s.v. cabale).

100 Il ne recourt à conspiration que pour définir conjuration, dans la droite ligne des leçons de l’Académie (1787 Féraud, s.v. conjuration).

101 1694 Académie, s.v. conjuration. 1701 Furetière, s.v. conspirer.

102 1718 Académie, s.v. cabale. Cette solution circulait déjà dans les dictionnaires français-latin (voir 1644-1666 Pajot, 1658-1669 Delbrun, 1671-1684 Pomey, s.v. cabale). Elle est ensuite reprise dans 1756 Lebrun.

103 1694-1740 Académie, s.v. conjurer. 1727 Furetière, s.v. cabale, conspiration, conspirer.

104 On passe donc de « société de personnes qui sont dans la même confidence, et dans les mêmes intérêts » (1690 Furetière, s.v. cabale) à « complot de plusieurs personnes qui sont dans la même confidence, et dans les mêmes intérêts » (1762 Trévoux, s.v. cabale).

105 1767 G.V.F., s.v. cabale, conjuration, conjurer, conspiration. 1771 Trévoux, s.v. conjuration, conjurer. 1787 Féraud, s.v. cabale, cabaler, conjuration, conjurer. L’Encyclopédie aussi (voir n. 12) définit conjuration par complot.

106 1771 Trévoux, s.v. conjuration.

107 Voir 1775 Richelet, s.v. conjuration, conspiration. P.J.A. Roubaud, Nouveaux synonymes françois. Paris, 1785, 1, p. 231 sq, traite simultanément de cabale, complot, conjuration et conspiration sans conférer jamais à l’un de ces mots le statut de terme générique par rapport aux autres.

108 Monet notamment crée dès 1635 une circularité entre conjuration et conspiration qui se trouve ensuite reprise non seulement par plusieurs dictionnaires français-latin (1658-1669 Delbrun, 1664 Gaudin, 1671-1684 Pomey, 1689 Tachard, 1709 Joubert), mais aussi en 1694 par l’Académie, en 1727 par le Dictionnaire universel, en 1767 par le Grand vocabulaire françois et en 1787 par Féraud. La dernière édition du Furetière en ajoute deux autres, entre conspiration et complot, et entre conspirer et comploter. Le Grand vocabulaire reprend la première, tout en multipliant les relations réciproques au point de créer un ensemble peu consistant (conjuration, comme cabale, signifient conspiration et complot ; conspiration signifie conjuration et complot ; complot signifie conspiration et conjuratio). Ce n’est donc pas à tort que ce dictionnaire a été accusé d’avoir abusé des synonymes (B. Quemada, Les dictionnaires du français moderne (1539-1863). Etude sur leur histoire, leurs types et leur méthode, Paris, 1967, p. 447). Richelet, Furetière et la dernière édition du Trévoux évitent toute circularité. Mais le second n’est pas toujours cohérent, ainsi qu’on l’a déjà signalé pour complot (voir plus haut, p. 90) et pour conspiration (voir n. 36).

109 A noter à ce propos l’usage que les latinistes font de conjuration : 1658-1669 Delbrun, 1664 Gaudin, 1671-1684 Pomey, 1689 Tachard, 1709 Joubert l’emploient pour définir conspiration ; 1664 Gaudin, 1671-1684 Pomey, 1683 Danet, 1689 Tachard, 1756 Lebrun s’en servent pour définir complot. Mais, pour le reste, conjuration joue un rôle plutôt secondaire : 1625 G.D.F.L. en fait usage pour définir complot ; 1694-1740 Académie, et à sa suite 1727 Furetière, 1767 G.V.F. et 1787 Féraud, l’utilisent pour définir conspiration (ce qui ne les empêche nullement de définir conjuration par conspiration) ; 1756 et 1775 Richelet y font tardivement recours pour définir cabale. Cabale enfin ne sert qu’à Furetière et à ses continuateurs, et uniquement pour exprimer le sens de conjuration (1690 Furetière, s.v. conjuration : « conspiration, ligue, cabale secrette... » ; voir aussi 1701-1727 Furetière et 1704-1762 Trévoux).

110 Cité dans B. Quemada, Furetière. Factums contre l’Académie, Paris, 1968, p. 28.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search