Version classiqueVersion mobile

La conjuration des dictionnaires

 | 
Jean-Claude Waquet

Deuxième partie. L'illusoire clarté des dictionnaires

L’illusoire clarté des dictionnaires

Texte intégral

1La confusion des mots invite au dictionnaire. Elle laisse aux lexicographes une part de liberté : dans l’articulation des sens, dans l’énoncé des définitions, dans la sélection des exemples, dans le choix des citations, dans l’agencement du tout en une notice qui tantôt conserve à ces termes quelque chose de leur ambiguïté et tantôt répand sur eux les rayons efficaces d’une raisonnable clarté. C’est l’usage que les rédacteurs des dictionnaires ont fait de cette liberté que l’on se propose d’étudier ici, en prenant en examen les articles qu’ils ont consacrés à cabale, complot, conjuration et conspiration.

  • 1 Brefs et tardifs, les articles relatifs à des substantifs tels que cabaleur, conjuré, etc., sont a (...)
  • 2 Ce travail porte sur le vocabulaire politique : on laissera donc de côté, comme on l’a fait dans l (...)

2L’une des fonctions des dictionnaires est de donner de bonnes définitions. On s’intéressera donc à celles que d’Estienne à Féraud les anciens lexicographes ont appliquées à cabale, complot, conjuration et conspiration, et, au-delà, à un ensemble de mots comprenant à la fois des verbes - cabaler, comploter, conjurer et conspirer - et des noms - cabaleur, complotans, conjurateur, conjuré, conspirateur et conspiré1. Ces définitions, les exemples qui les accompagnent, les citations qui les autorisent, fixent plus ou moins nettement le sens des termes ; ils évoquent également l’histoire des choses désignées par chaque mot ; ils trahissent enfin le jugement que les rédacteurs des dictionnaires portent sur ces mêmes objets. De cette histoire et de ce sentiment, on rendra compte de façon détaillée avant de s’interroger, pour finir, sur la cohésion du discours tenu par les grammairiens2.

Notes

1 Brefs et tardifs, les articles relatifs à des substantifs tels que cabaleur, conjuré, etc., sont assez décevants. Les notices portant sur les verbes sont plus précoces et plus riches, surtout en ce qui concerne conjurer et conspirer. Estienne notamment traite ces mots en détail, alors qu’il passe rapidement sur conjuration et conspiration. De façon plus générale, les articles concernant ces substantifs sont difficilement dissociables des développements relatifs aux verbes correspondants.

2 Ce travail porte sur le vocabulaire politique : on laissera donc de côté, comme on l’a fait dans la première partie, les acceptions sous lesquelles les mots examinés ici prennent le sens d’adjuration, semonce, exorcisme, sortilège, science occulte, ou des sens analogues tels que, pour les verbes, adjurer, exorciser, etc.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search