Version classiqueVersion mobile

La conjuration des dictionnaires

 | 
Jean-Claude Waquet

Première partie. L'universelle confusion des mots

Chapitre III. Des événements indéfinis

Texte intégral

1Les choses évoquées par cabale, complot, conjuration et conspiration, portent-elles vraiment un nom ? Sous quelle appellation les textes du Grand Siècle ont-ils enregistré les épisodes que les historiens prennent depuis pour la Conspiration de Chalais, la Conjuration de Cinq-Mars ou la Cabale des Importants ? Jusqu’à quel point les mots cabale, complot, conjuration et conspiration servent-ils effectivement à désigner ces célèbres convulsions ? On ne traquera plus ici le sens des mots, mais le nom des choses, la pratique de leur dénomination, les voies enfin selon lesquelles des termes à la signification confuse sont appliqués à des objets dont les ressorts sont secrets et l’existence parfois douteuse. Et ce que l’on reconnaîtra, c’est que si les mots n’ont pas de sens bien fixé, les choses, pour leur part, n’ont pas vraiment de nom.

I

  • 1 Soit : 20 Balzac ; 23 Bassompierre ; 24 Bayle ; 25 Beauvais-Nangis ; 42 Brienne ; 45 Campion ; 49 C (...)
  • 2 Sur ces épisodes, voir R. Briggs, « Noble Conspiracy and Revolt in France, 1610-1610-1660», dans Se (...)
  • 3 23 Bassompierre (Biron) ; 24 Bayle (Cinq-Mars) ; 45 Campion (Importants) ; 49 Canault (Concini, Cha (...)
  • 4 20 Balzac (Amboise) ; 25 Beauvais-Nangis (Condé) ; 42 Brienne (Cinq-Mars) ; 88 Goulas (Soissons) ; (...)

2Dus en majorité à des mémorialistes, dix-neuf des textes utilisés ici1 citent dix affaires dont certaines ont acquis avec le temps une dénomination canonique : Conjuration d’Amboise (1560), Conspiration de Biron (1602), assassinat de Concini (1617), cabale du maréchal d’Ornano (1626), Conspiration de Chalais (1626), Journée des Dupes (1630), conjuration de Monsieur et du comte de Soissons contre le cardinal de Richelieu (1636), Conjuration de Cinq-Mars (1642), Cabale des Importants (1643), conspiration prétendue contre le prince de Condé (1648)2. Le terme qui nomme le plus souvent ces épisodes, est conspiration : il se lit en relation avec chacun d’eux, de sorte qu’il n’est pratiquement rien qu’il ne puisse désigner. Il est utilisé par une majorité d’auteurs - onze exactement3 -, qui sont souvent plusieurs à en faire le choix : ainsi au sujet de Biron, ou à propos de l’attentat que les Importants projettent contre Mazarin. Montglat enfin donne le nom de conspiration à sept affaires différentes. Il est toutefois le seul à faire preuve d’une aussi grande constance, à la différence de ceux qui, tel Goulas, font de ce mot un usage plus irrégulier. Brienne, pour sa part, n’y recourt jamais. Mais ses mémoires comptent parmi les onze textes4 où circule conjuration.

  • 5 23 Bassompierre (Ornano) ; 42 Brienne (J· des D.) ; 49 Canault (Ornano) ; 88 Goulas (Ornano, Cinq-M (...)
  • 6 25 Beauvais-Nangis (Condé) ; 42 Brienne (Chalais) ; 45 Campion (Importants) ; 101 Lenet (Condé) ; 1 (...)

3Dans un même écrit, conjuration nomme rarement plus d’un épisode. Mais celui-ci varie. Aussi six affaires portent finalement ce nom. Toutes sont appelées ailleurs - et parfois à l’intérieur du même texte - conspiration. La plupart d’entre elles peuvent également recevoir le nom de cabale et surtout de complot. Ces deux derniers mots figurent donc ; mais leur présence n’est pas aussi soutenue que celle des deux termes précédents : le premier intervient dans sept textes5, et le second dans six6 ; ils nomment respectivement quatre et six affaires. Ni l’un, ni l’autre n’ont le monopole d’un seul épisode : tout ce qu’ils désignent, porte sous une autre plume - ou en un autre passage - une dénomination différente.

4Tout peut donc être conspiration, jusques à l’assassinat de Concini auquel pourtant nombre d’auteurs refuseraient un tel nom. Mais rien - ou presque - n’est seulement conspiration. Les machinations du maréchal d’Ornano, de Cinq-Mars et des Importants s’appellent aussi cabale, complot et conjuration. Le fer qui doit ensanglanter le cardinal de Richelieu, puis la balle qui entame le carrosse du prince de Condé, sont selon les points de vue l’effet d’une conspiration, d’une conjuration ou d’un complot. La Journée des Dupes sent sa cabale pour Brienne, et sa conspiration pour Dupleix. On dit conjuration, mais aussi conspiration d’Amboise, conspiration, mais aussi complot de Chalais. Rares en définitive sont les épisodes auxquels l’un des quatre termes examinés ici s’applique de façon exclusive et, de surcroît, univoque. Car les mots, bien sûr, ne prennent pas le même sens d’un texte ni d’un mémorialiste à un autre.

*
* *

5D’un écrit à un autre, un épisode conserve parfois son nom, tandis que ce nom semble lui-même conserver son sens. Ce cas est le plus simple. Ce n’est pas le plus fréquent.

  • 7 109 Molé, 1, 372.

6Soit par exemple une lettre de Marillac à Molé : l’affaire du maréchal d’Ornano y reçoit le nom de « prodigieuse conspiration » qui, ajoute le garde des sceaux, « étoit quasi toute formée, à laquelle, outre ce que j’omets de la France par respect, dévoient contribuer l’Espagne, l’Angleterre, Savoie et Hollande »7.

  • 8 Dans lesquels la faction, cabale et conspiration du maréchal d’Ornano est présentée dans des termes (...)
  • 9 144 Richelieu, 6, 32.

7Cette dernière formulation renvoie fidèlement l’écho de ce qui se lit dans les Mémoires de Richelieu8. Aussi pourrait-il se trouver que dans « prodigieuse conspiration » conspiration délivre peu ou prou le sens qu’il véhicule dans « effroyable conspiration », expression par laquelle les Mémoires9 désignent la prétendue machination de l’infortuné maréchal. Si tel était vraiment le cas, celle-ci porterait dans les deux textes le même nom, revêtu de la même signification.

  • 10 88 Goulas, 2, 8 (citation), 13.
  • 11 117 Montglat, 139, 142 (citation).
  • 12 45 Campion, 154-166 (citation p. 154 ; conspiration apparaît p. 165).
  • 13 Sur ce point, voir plus bas, p. 73.

8Le traitement réservé par les mémorialistes à la Cabale des Importants autorise peut-être des conclusions analogues. Dans le récit qu’ils lui consacrent, Campion, Goulas et Montglat font uniformément porter à cet épisode le nom de conspiration. A chaque fois, ce terme leur sert à désigner ce qui, de leur point de vue, était une affaire montée par Beaufort et ses amis en vue de se débarrasser par la force du cardinal Mazarin. Il prend en outre le sens de « dessein », ou d’« entreprise», et non celui d’union ou d’action. L’objet que le mot vise, est enfin distingué du groupe des personnes qui prépare l’attentat et qui forme, au sens strict, la cabale. Conspiration est donc ici l’« entreprise qu’ils firent... sur la vie du cardinal »10, pour « s’en défaire par le fer »11, pour l’« ôter du monde »12. La même chose est, comme précédemment, désignée par le même nom, chargé lui-même d’une signification assez constante : la dénomination est donc plutôt stable, mais avec cette réserve que, des trois mémorialistes, deux - Montglat et Campion - considèrent que la conspiration a bien été formée, tandis que le troisième - Goulas - y voit un épisode imaginaire inventé par les ennemis des Importants13.

*
* *

  • 14 88 Goulas, 1, 17.
  • 15 23 Bassompierre, 3, 248.
  • 16 23 Bassompierre, 3, 242.
  • 17 23 Bassompierre, 3, 243.
  • 18 144 Richelieu, 6, 30.
  • 19 144 Richelieu, 6, 38.
  • 20 144 Richelieu, 6, 191.

9Un deuxième cas est celui où la même dénomination revient dans plusieurs textes, tout en prenant dans chacun d’eux un sens différent. Selon Goulas, les événements de l’année 1626 se définissent comme des « oppositions et cabales pour... empêcher <Monsieur> de se marier »14. Bassompierre aussi utilise cabale15, mais ce terme évoque chez lui un tout autre enjeu : les « pratiques » dont il s’agit, ne visent à rien moins qu’à « brouiller et troubler l’Estat, et mettre les deux frères <le roi et Monsieur> en division »16. Ce ne sont là toutefois que des « brigues et menées », voire des « intrigues »17. Les Mémoires de Richelieu contiennent des expressions plus fortes : « l’Espagne », y lit-on, « fomentoit et aidoit par argent » la « grande cabale » qui se formait autour du maréchal18. Il y avait donc trahison. Ceux qui s’y prêtaient, auraient pu « révolter la moitié de la France »19. Leur cabale, assène-t-on, était « contre la personne du Roi »20. Aussi porte-t-elle également, comme on l’a noté plus haut, le nom de conspiration.

  • 21 144 Richelieu, 6, 1-2.

10Cabale sert donc dans trois textes pour désigner un objet qui est apparemment le même. Mais la signification que ce mot délivre varie d’un de ces écrits à l’autre, de sorte que tantôt il désigne une simple intrigue de cour, et tantôt un « orage » enveloppant « dans le cœur même de l’Etat... la personne qui y est la plus considérable après celle du Roi »21. Aussi serait-on enclin à conclure que l’affaire du maréchal d’Ornano porte sous le nom de cabale trois appellations distinctes qui délivrent chacune un sens singulier et se lisent respectivement dans les mémoires de Bassompierre, de Coulas et de Richelieu. A moins bien sûr qu’on ne préfère dire que le même terme - cabale - sert à construire dans ces trois textes trois objets différents : de trois noms pour une chose, on passe alors à un nom pour trois choses, et la consistance de ce qu’on vient d’appeler « affaire du maréchal d’Ornano » commence par contrecoup à se défaire.

*
* *

11Cabale, lorsqu’il se présente dans les Mémoires de Richelieu pour qualifier les actions imputées au maréchal d’Ornano, traduit moins cabale chez Goulas que conspiration chez Marillac. Sans doute une équivalence telle que celle-ci se reproduit ailleurs, de sorte que des noms différents, mais chargés d’un sens très voisin, sont utilisés dans des textes distincts pour désigner une même chose : ici les faits reprochés à d’Ornano, là ceux qui ont valu à Cinq-Mars d’être décapité.

  • 22 117 Montglat, 120-133.
  • 23 42 Brienne, 72-75.
  • 24 88 Goulas, 1,380-398.

12Selon Montglat, la conspiration, ou complot, dans laquelle Cinq-Mars trempe, réunit outre celui-ci Bouillon et Monsieur ; elle met en péril le cardinal, donne lieu à des négociations avec l’Espagne et peut constituer le point de départ d’un parti22. Chez Brienne, le foyer de la conjuration est le parti de Monsieur et de Cinq-Mars, ses chefs sont ces deux personnages, plus Bouillon, l’Espagne enfin est leur interlocuteur et leur complice23. Goulas déplore une cabale dont les protagonistes sont Cinq-Mars et Monsieur, dont les membres sont les ennemis du cardinal et dont la logique est celle d’une trahison au préjudice de l’Etat24. Peut-être conspiration et complot chez le premier, conjuration chez le second, et cabale chez le troisième, sont-ils des appellations distinctes construisant autour des mêmes figures - Cinq-Mars, Bouillon, Monsieur - quatre objets différents hâtivement regroupés par l’historiographie sous le nom de Conjuration de Cinq-Mars. Peut-être aussi désignent-ils un seul objet dont ils seraient alors les noms synonymes.

*
* *

  • 25 42 Brienne, 50.
  • 26 42 Brienne, 52.
  • 27 75 Dupleix, 396-398.

13La Journée des Dupes dicte à Brienne et à Dupleix des comptes rendus différents. Dans ses mémoires, le premier place à l’origine de cet événement une « cabale qu’il falloir rompre absolument » : celle de Marillac et de Bérulle25 ; il évoque un peu plus loin ceux qui agissaient pour « perdre » le cardinal26. Pour sa part, Dupleix met la Journée en relation avec une « conspiration » à la ruine du principal ministre ; il s’empresse d’en dévoiler la trame, en montrant notamment qu’elle s’accompagnait non seulement d’intrigues, mais aussi de « practiques avec l’estranger, au préjudice de l’Estat »27. Les mouvements antérieurs à la Journée des Dupes sont ainsi caractérisés par deux termes différents : cabale et conspiration. Il n’est pas impossible que ces deux mots se traduisent mutuellement, surtout si l’on admet que cabale prend ici une valeur proche de celle que lui attribuent les Mémoires de Richelieu, et si l’on considère en outre que perdre le cardinal, c’est aux yeux de Brienne la même chose que porter préjudice à l’Etat. Mais on peut aussi voir en conspiration une appellation plus radicale que cabale, et considérer que l’évocation des « practiques avec l’estranger » suggère des événements bien plus graves que ceux dénoncés par Brienne. Force alors sera de dire que conspiration chez l’historiographe ne traduit pas cabale chez le mémorialiste, et que les deux hommes relient en fait la Journée des Dupes à deux objets bien distincts : des intrigues de cour d’un côté, le projet d’une trahison contre l’Etat, de l’autre.

  • 28 117 Montglat, 16.
  • 29 42 Brienne, 45.

14S’il en était ainsi, on se trouverait dans le cas où plusieurs noms eux-mêmes investis de significations distinctes sont mis en relation avec que l’on aperçoit à première vue, mais peut-être à tort, comme une seule et même chose. Ainsi en va-t-il par exemple lorsqu’à propos de Chalais, Montglat évoque une « conspiration contre la vie du roi »28, et Brienne pour sa part un « complot contre la vie du cardinal »29. Complot et conspiration pourraient désigner ici un seul et même objet : l’affaire Chalais, dont l’un estime qu’elle visait le roi, et l’autre qu’elle menaçait Richelieu. Mais ces deux mots peuvent aussi noter deux entités différentes, imputées par deux observateurs à une seule personne - celle de Chalais : d’une part un projet qui, pour être dirigé contre le roi, mérite le nom de conspiration, et d’autre part une entreprise qui, visant Richelieu, doit être appelée complot. La variation des termes atteste alors une variation des choses ou, si l’on préfère, la construction par deux témoins mutuellement indépendants de deux objets d’autant plus irréductibles l’un à l’autre qu’ils sont peut-être également imaginaires.

*
* *

  • 30 144 Richelieu, 6, 5 (firent complot de s’en défaire).
  • 31 Voir p. 48.
  • 32 144 Richelieu, 6, 15, 32, 121.
  • 33 144 Richelieu, 6, 8, 15, 38, 40.
  • 34 144 Richelieu, 6, 10, 27, 42, 46-47, 65, 96, 114.

15A l’intérieur d’un même écrit, un épisode reçoit tantôt un seul nom et tantôt plusieurs dont il n’est pas sûr qu’ils soient porteurs du même sens, ni qu’ils construisent exactement le même objet. On a précédemment observé que les faits reprochés au maréchal d’Ornano figurent dans les Mémoires du cardinal de Richelieu tantôt sous le nom de complot30 et tantôt sous ceux de cabale et de conspiration. Il est vrai que dans les passages relatifs à cette affaire, ces deux derniers termes semblent plus d’une fois interchangeables31. Pourtant, une nuance au moins les sépare. Conspiration vise surtout le « désir », l’« entreprise », les « mauvais desseins », « l’horreur du dessein » qui réunit la « multitude des conjurés »32. Cabale aussi renvoie au projet qui a été tramé, s’enracine dans les esprits, réussit ou au contraire succombe devant son remède33 ; mais il signale plus souvent le groupe de ceux qui se sont rassemblés autour d’une telle entreprise : cabale dans laquelle on met quelqu’un, où on se porte soi-même, en laquelle on s’unit, dont on est, où l’on se trouve34.

16Ainsi, lorsqu’il s’agit de l’affaire du maréchal d’Ornano, les Mémoires du cardinal de Richelieu affectent cabale et conspiration d’un sens qui tantôt est redondant et tantôt au contraire distinct. Chacun sert alternativement de dénomination, mais ni l’un ni l’autre ne s’impose absolument et, quand bien même on en retiendrait un, l’équivoque ne disparaîtrait pas puisque tous deux sont ambigus. De surcroît, ce nom ne vaudrait qu’à l’intérieur des Mémoires : il ne serait pas opposable d’emblée aux autres textes dans lesquels l’épisode est mentionné.

*
* *

  • 35 2 Arnauld d’Andilly (Concini) ; 21 Balzac (Concini) ; 42 Brienne (Concini) ; 45 Campion (Cinq-Mars, (...)
  • 36 2 Arnauld d’Andilly, 426.
  • 37 85 Fontrailles, 252.
  • 38 45 Campion (Importants).
  • 39 85 Fontrailles (Soissons, Cinq-Mars).
  • 40 45 Campion (Importants) ; 84 Fontenay-Mareuil (Concini) ; 85 Fontrailles (Soissons, Cinq-Mars) ; 88 (...)

17Cabale, complot, conjuration et conspiration ne sont pas les seuls mots que les auteurs emploient pour désigner les épisodes considérés ici. « Dessein » aussi est d’un grand usage : il sert dans une quinzaine de textes pour nommer plusieurs affaires35 parmi lesquelles l’assassinat de Concini figure aux côtés de la conjuration de Cinq-Mars. Le premier passe donc chez Arnauld d’Andilly pour le « dessein de la mort du maréchal d’Ancre »36, et la seconde se donne chez Fontrailles pour le « dessein projeté contre la personne de M. le Cardinal »37. Projet38 se rencontre également, de même que délibération39, et l’on trouve plus souvent encore entreprise dont six plumes au moins ont fait emploi pour signaler les machinations de Luynes contre le maréchal d’Ancre, du maréchal d’Ornano contre le cardinal de Richelieu, puis de Soissons, de Cinq-Mars et des Importants contre ce ministre et son successeur40.

  • 41 23 Bassompierre (intrigue, menées, brigues, pratiques : Ornano ; pratiques : Biron) ; 33 Bois d’Enn (...)
  • 42 49 Canault (parti : Ornano) ; 75 Dupleix (faction : Ornano, Chalais ; monopoles : Chalais, J. des D (...)
  • 43 45 Campion (crime : Importants) ; 88 Goulas (trahison : Cinq-Mars) ; 144 Richelieu (crime, brouille (...)
  • 44 2 Arnauld d’Andilly, 453 (Chalais) ; 23 Bassompierre (Biron) ; 49 Canault (Concini) ; 101 Lenet (Ci (...)
  • 45 21 Balzac (coup : Concini) ; 123 Naudé (coup d’Etat : Concini). Voir aussi 125 Ormesson, 102 (en 16 (...)

18La place de cabale, complot, conjuration et conspiration peut encore être prise par « intrigues », « pratiques », « menées », « brigues », « trame » ou « intelligences » : six épisodes au moins portent de tels noms41, tandis qu’ailleurs on joue sur la division et donc sur des termes tels que « factions », « parti », «monopoles », « ligue » ou « union »42. D’autres solutions ont été explorées : accusatrices avec « crime », « trahison », « brouilleries » ou « soulèvement »43 ; neutre avec « affaire »44 ; novatrices - et exceptionnelles - avec « coup », voire « coup d’Etat »45. Aussi le « même » épisode peut porter six ou sept noms différents dont certains sont en contradiction les uns avec les autres. Se fissure, du même coup, l’unité de ce que l’historiographie fédère en une seule chose et présente conséquemment comme une seule affaire, un seul événement, un seul fait. Selon les mots - et les textes - qu’on choisit, Cinq-Mars est l’auteur d’une conjuration, ou il n’y a pas de conjuration de Cinq-Mars. Et d’ailleurs, que veut dire conjuration ?

II

19Grossièrement, les dénominations évoquées jusqu’ici peuvent se répartir en plusieurs catégories, dont une renferme des termes accusateurs, et une autre à l’inverse des mots ou des expressions laissant transparaître un souci d’euphémisme.

  • 46 Voir entre autres 49 Canault, 136 ; 109 Molé, 3, 91-92 ; 144 Richelieu, 2, 91.
  • 47 Voir par ex. 45 Campion, 156sq (au sujet de l’attentat contre Mazarin projeté par les Importants, a (...)
  • 48 42 Brienne, 45.
  • 49 25 Beauvais-Nangis, 285, 294 (au sujet de la prétendue conspiration contre le prince de Condé).

20Le registre de l’accusation roule sur quelques mots ou expressions qu’on a cités maintes fois : complot, conjuration, conspiration, mais aussi brouilleries, crime, divisions, faction, faute, guerres civiles, lèse-majesté, ligue, menées, rébellion, soulèvement, tous termes qui ont été appliqués en tout ou en partie à chacune des affaires considérées ici et sont employés aussi bien par le locuteur suprême - le roi46 - que par ses fidèles ministres et ses désobéissants sujets47. Certains en usent avec une répétitive sobriété : ainsi Brienne lorsqu’il annonce qu’« on fit la découverte d’un complot contre la vie du cardinal. Chalais, qui étoit entré dans le complot, fut arrêté prisonnier, et tous ceux que l’on soupçonna avoir eu connaissance du comploté »48. D’autres en revanche se montrent plus flamboyants, tel Molé qui, à en croire Beauvais-Nangis, dénonça une fois devant le Parlement de Paris les « menées de quelques grandes factions », leur « complot machiné de longue main », leurs « desseins très pernicieux, qui alloient à la subversion de l’Estat », ceux enfin « qui avoient conjuré de se saisir de la personne du Roy, d’assassiner M. le Prince, le chancelier et les principaux ministres », de sorte que « cette conjuration, qui devoit faire soulever Paris, tendoit à la ruine de l’Estat... »49. Peu importe toutefois que leurs propos soient secs ou abondants : les mots que ces procureurs manient, sont toujours plus ou moins les mêmes, et caractérisent tous de façon négative et, si possible, aggravante, les épisodes considérés.

  • 50 21 Balzac, 179.
  • 51 145 Richelieu, 102 (au sujet de l’affaire d’Ornano).
  • 52 109, Molé, 1,383 (au sujet de l’affaire d’Ornano).
  • 53 45 Campion, 141 (au sujet de Cinq-Mars).
  • 54 45 Campion, 161 (au sujet de l’attentat contre Mazarin projeté par les Importants).
  • 55 145 Richelieu, 365. Voir aussi p. 367 (« aucuns esprits, amateurs des factions et nourris aux intri (...)
  • 56 33 Bois d’Ennemetz, 86.
  • 57 85 Fontrailles, 253 (« M. le Cardinal, contre lequel le parti se faisoit »),
  • 58 Le roi dans 85 Fontrailles, 257.
  • 59 Le roi dans 109 Molé, 3, 32.

21D’autres appellations sont plus ambivalentes. C’est notamment le cas de dessein, qui peut aussi bien servir à présenter l’assassinat de Concini comme le « dessein du salut de <1’> Estat »50, qu’à dénoncer avec force les « desseins projetés dans la cour contre Votre Majesté »51 ; d’où la nécessité, pour se bien faire entendre, de qualifier ce mot par des adjectifs dénués d’équivoque : « très pernicieux»52, « mauvais »53, « odieux »54. Intrigue aussi sert à accuser comme à excuser : il est manifestement négatif dans le Testament politique du cardinal de Richelieu, quand sont évoqués « certains esprits, qui n’ont d’autres desseins que de former des cabales et des intrigues dans les cours »55 ; mais il joue plutôt comme un euphémisme chez Bois d’Ennemetz, quand celui-ci mentionne « l’intrigue», alias complot, de Chalais56. Parti, enfin, n’est pas nécessairement défavorable chez Fontrailles57, mais il l’est certainement pour le roi, lorsque celui-ci dénonce en Cinq-Mars quelqu’un qui a voulu « former un parti en notre Etat »58, ou encore lorsqu’il déclare avoir pardonné à son frère « la faute par lui commise d’avoir formé un parti dans cet Etat »59.

  • 60 Richelieu dans 119 Montrésor, 220.
  • 61 Ibid, p. 221-223.
  • 62 119 Montrésor, 216, 236.
  • 63 85 Fontrailles, 245.
  • 64 85 Fontrailles, 248-249 (avec des expressions telles que « résoudre d’entreprendre », « exécuter l’ (...)

22Richelieu, à peine informé de l’arrestation de Cinq-Mars, évoque « la conjuration de MM. le Grand, de Bouillon et de Monsieur »60. Mais, dans la confession qu’il rédige le même jour à Aigueperse, le duc d’Orléans ne fait jamais usage de ce mot61. L’euphémisme court donc son train. Il passe comme on vient de l’indiquer par des mots ambivalents, utilisés de préférence à d’autres termes plus nets, de sorte qu’on lit « parti contre l’autorité du cardinal de Richelieu », ou « dessein projeté et résolu contre la personne du cardinal »62 là où on aurait pu lire, par exemple, conspiration du comte de Soissons. Relatant le même épisode, Fontrailles explique que Gaston « se résolut de s’unir avec M. le Comte » pour perdre Richelieu. Il observe encore que les deux hommes ne voulurent pas « exécuter la délibération qu’ils avoient prise conjointement »63. « Entreprise » lui sert, de préférence à conjuration, conspiration ou complot, pour désigner non seulement cet épisode, mais aussi celui dont Cinq-Mars est resté pour la postérité le pitoyable héros64.

*
* *

  • 65 49 Canault, 109.
  • 66 49 Canault, 127.
  • 67 49 Canault, 136.
  • 68 49 Canault, 144.
  • 69 49 Canault, 120.
  • 70 49 Canault, 130.
  • 71 84 Fontenay-Mareuil, 178 (au sujet de l’affaire d’Ornano).
  • 72 117 Monglat, 16 (au sujet de Chalais).
  • 73 119 Montrésor, 201 (au sujet de cabales dans la maison de Monsieur).
  • 74 91 La Châtre, 292 (au sujet de la « conjuration » imputée à Beaufort).
  • 75 25 Beauvais-Nangis, 285.
  • 76 88 Coulas, 1, 296.
  • 77 88 Goulas, 2, 8.
  • 78 88 Goulas, 2, 13.
  • 79 88 Goulas, 2, 326.
  • 80 88 Goulas, 1, 113.

23A défaut de manier l’euphémisme, on peut employer des termes accusateurs tout en insinuant qu’en fait, les choses ne sont pas telles que leur nom le laisse penser. Le roi, reconnaît ainsi Canault, pensait que d’Ornano « cabaloit » : mais ce n’était qu’une « opinion »65. Ce fut plus généralement un « tiltre spécieux » que de parler de cabale à propos du maréchal66, et une « imposture » que de prononcer à son sujet le mot de conspiration67 ; « ça a esté faucement », souligne encore l’ancien secrétaire de ce malheureux homme, que le cardinal accusa son adversaire d’avoir « faict des conspirations, des pratiques, des menées »68. On n’a point établi, mais seulement « supposé » que le maréchal était à la tête de la conspiration de Chalais69, « trame » que de surcroît « on fabriqua » de toutes pièces70. « On creust »71, « accusa »72, « supposa »73, « imputoit »74, « exagéra »75, sont des verbes que l’on rencontre sous d’autres plumes. Goulas notamment laisse percer des doutes sur la véritable consistance des choses qu’il nomme. Il a seulement « ouÿ dire » que Soissons et ses amis avaient délibéré de tuer Richelieu76. Les Importants, rapporte-t-il, firent une entreprise sur la vie de Mazarin, ou plutôt, « on feignit qu’ils l’avoient faite »77 et « on publia » ensuite que cette conspiration et cet attentat étaient avérés78. « L’on crut » un peu plus tard « qu’il y avoit une forte cabale contre le cardinal » : mais « l’on nous dit aussitost après que luy-même avoit fait courir ce bruit »79. L’expérience, en un mot, a appris au mémorialiste combien trompeuses peuvent être les « apparences d’une conspiration »80.

  • 81 42 Brienne, 68.
  • 82 144 Richelieu, 6, 192.
  • 83 Même procédé chez Marillac, lorsqu’il écrit : « le procès qui a été fait ici à Chalais a appris que (...)
  • 84 144 Richelieu, 6, 13.
  • 85 144 Richelieu, 6, 7.
  • 86 144 Richelieu, 6, 9.
  • 87 144 Richelieu, 6, 118.
  • 88 144 Richelieu, 6, 30.
  • 89 144 Richelieu, 6, 121.
  • 90 144 Richelieu, 6, 155.
  • 91 144 Richelieu, 6, 17.
  • 92 144 Richelieu, 6, 30.
  • 93 144 Richelieu, 6, 33.
  • 94 144 Richelieu, 6, 6. Voir aussi 6, 5 (« c’étoit un bruit commun qui couroit par la cour... qu’il s’ (...)

24« Ce qui est certain, » écrit à l’inverse Brienne à propos du projet du comte de Soissons d’ôter du monde le cardinal, « c’est qu’il en avoit formé le dessein »81. Le ministre de Louis XIII n’est pas le seul à affirmer avec force la vérité de ce qu’il avance. Les Mémoires de Richelieu étalent eux aussi des « preuves », dont celles, par exemple, « de l’effroyable faction de laquelle le maréchal d’Ornano étoit le chef »82. Ils donnent également la parole à d’autres témoins ou d’autres autorités qui s’empressent de seconder le principal ministre en ajoutant à ses accusations les leurs propres, formulées tantôt dans les mêmes termes, et tantôt dans d’autres83. Le président Le Jay a « soupçon de quelque grand dessein »84 ; Bassompierre dit « qu’on cabal<e> »85, Turgot aussi86 ; le maréchal de Créquy met en garde contre « une grande cabale »87 ; le Rhingrave est convaincu de l’existence d’« un grand parti »88 ; Lesdiguières est informé d’« une grande entreprise »89 ; Bullion ne doute pas que Monsieur ne soit « de toutes les brouilleries et desseins »90. La cour entière murmure que d’Ornano trame quelque chose91. Les avis d’Espagne92, et même les confesseurs de quelques âmes tôt repentantes93 lancent de semblables avertissements. « Tout le monde », enfin, « cri<e> cabale »94. C’est à ce même monde que, fort ingénieusement, les Mémoires donnent la parole pour accréditer l’opinion que d’Ornano est coupable sinon d’une seule et même chose, du moins de plusieurs qui l’accusent à tour de rôle et justifient pareillement sa condamnation.

25L’énonciation de conspiration, de même que celle de cabale, de conjuration ou de complot, ne vaut donc en aucune façon certification de la vérité des faits auxquels ces mêmes mots se rapportent. Certains le soulignent. D’autres pratiquent au contraire l’assertion, et font éventuellement reprendre leurs affirmations par un concert de voix accusatrices qui se renforcent en se faisant mutuellement écho. Toutefois, de ce déluge d’invectives - « faction », « conspiration », « cabale », « rébellion », etc. -, il ne sort pas une vérité, mais plutôt un objet aux contours ambigus, parce que chargé trop lourdement de trop de noms polémiquement rassemblés.

*
* *

26Termes accusateurs ; accusations assénées à renfort de grands mots ; doutes savamment distillés ; euphémismes répandus à loisir : la polémique est partout ; elle explique que les dénominations s’ordonnent parfois selon des fronts unissant des locuteurs ayant en commun la même sensibilité ou la même position.

  • 95 49 Canault, 46-48.
  • 96 144 Richelieu, 2, 35.
  • 97 144 Richelieu, 2, 156.
  • 98 84 Fontenay-Mareuil, 114.
  • 99 109 Molé, 1, 146.
  • 100 21 Balzac, 176.

27Le roi, écrit Canault, « se promenoit lors... avec les principaux conspirateurs de la mort du maréchal d’Ancre ». Mais le défenseur d’Ornano, que rien ne pousse à glorifier Louis le Juste, est le seul à oser qualifier cette affaire du vilain mot de conspiration95. Inversement, il n’y a dans les Mémoires du cardinal qu’une seule « conspiration » contre Concini : celle de Bouillon et de Mayenne96, et cet épisode condamnable est à distinguer de la « mort du maréchal d’Ancre, qui fut tué par le commandement du roi »97 à l’issue de ce qui était un dessein ou une entreprise. Fontenay-Mareuil décharge nettement le souverain : il insiste sur la responsabilité de Luynes et précise que le roi a donné l’ordre « non qu’on tuast le maréchal d’Ancre..., mais que <ses ennemis> pensassent aux moyens de l’arrester »98. Molé s’intéresse moins à l’assassinat du favori qu’à la prétendue « menée et entreprise » de Concini sur l’Etat et la personne de Louis XIII : aussi, s’il devait y avoir un procès, il ne serait pas intenté aux auteurs du meurtre, mais au « corps mort » du ci-devant maréchal99. Enfin Balzac verse de l’encens sur un haut fait : il voit dans l’élimination du ministre un « coup célèbre » habilement dirigé contre un « usurpateur »100. Ce n’est donc plus d’une conspiration qu’il faut parler, mais d’un monument de sagesse politique, du moins dans l’esprit de ceux qui croient devoir en cette occasion prendre le parti du roi.

  • 101 Qui n’emploie conspiration à propos de l’affaire Cinq-Mars qu’en faisant porter à autrui la respons (...)
  • 102 119 Montrésor, 199.

28Des remarques analogues pourraient être formulées à propos de l’affaire du maréchal d’Ornano et de celle de Cinq-Mars, pour laquelle le roi et son ministre emploient volontiers conjuration et conspiration, à la différence de Gaston et d’un proche de Monsieur comme Goulas101, tandis que Fontrailles, l’un des conjurés, parle d’entreprise, de parti ou de dessein. Les choses, donc, changent de nom lorsqu’elles changent de camp. Les mots, symétriquement, changent de cible après avoir changé de mains : cabale désigne dans les Mémoires de Richelieu la machination supposée du maréchal d’Ornano ; il renvoie dans ceux de Montrésor à telle « cabale de gens malintentionnés pour le service de Monsieur », téléguidée par ce même cardinal qui d’accusateur public devient coupable des plus misérables manœuvres102.

*
* *

29Peu à peu, l’idée s’impose que les épisodes dont on parle ici ne portent à l’origine aucun nom, en dehors des appellations ambigües et contradictoires que leur attribuent des témoins dont aucun n’est exempt de préoccupations polémiques. Aussi toutes sont vraies, si l’on veut, ou fausses, si l’on préfère : à moins bien sûr qu’on ne puisse d’une part fixer définitivement le sens des mots qui les véhiculent, et d’autre part les trier en les rapportant l’une après l’autre à la vérité dernière de « ce qui s’est vraiment passé », de sorte que certaines paraîtraient pertinentes, et d’autres mal fondées. On devine aisément les aléas attachés à un projet aussi naïf, dans un domaine comme celui-ci où parfois rien de ce qui s’est passé - pour autant qu’il se soit passé quelque chose - ne se peut établir avec certitude.

  • 103 71 Déageant, 74sq. Voir aussi 84 Fontenay-Mareuil, 124.
  • 104 144 Richelieu, 6, 3.
  • 105 45 Campion, 59-60. Voir aussi 119 Montrésor, 197.
  • 106 25 Beauvais-Nangis, 299.
  • 107 90 Joly, 30.
  • 108 143 Retz, 2, 581,591.
  • 109 117 Montglat, 224.
  • 110 101 Lenet, 214.

30Cabale, complot, conjuration et conspiration nomment en effet des entités dont certaines sont imaginaires. C’est le cas au début du règne de Louis XIII, avec les racontars d’un obscur personnage du nom de Gignier qui dénonce « la plus grande, la plus dangereuse et la plus cruelle entreprise qui eût jamais estée conceüe en France », se révèle ensuite être un affabulateur et fait finalement les frais de ses imprudents propos103. Il n’est pas certain que la prétendue machination du maréchal d’Ornano ait, comme l’annoncent les Mémoires de Richelieu, coalisé contre le cardinal et contre l’Etat « non seulement les princes, les grands du royaume, les officiers de la maison du roi, les princesses et les dames de la cour de la Reine, et le parti huguenot », mais aussi les principales puissances de l’Europe104. On dit un peu plus tard à Gaston que son favori Puylaurens est « criminel de lèse-majesté », et on fait derechef courir le bruit qu’il a « voulu faire assassiner le roi »105 : rien n’est moins sûr. En 1648, Condé est, selon certains témoins, victime de la « conjuration la plus ardue et difficile... dont la mémoire des hommes ne puisse fournir aucun exemple »106 ; cette même conjuration est « évidente » selon Mazarin, « dangereuse » selon le roi107, « publique » selon le président de Mesmes, « furieuse » selon d’autres magistrats du Parlement108, et enfin attentatrice à sa vie selon le prince lui-même109 : mais Pierre Lenet, qui est dans le secret des dieux, sait que le « prétendu complot de l’assassinat du prince » n’est qu’un coup monté110.

31Il est certain que d’autres épisodes ne consistent pas - ou pas seulement - en des constructions imaginaires, mais en des actions bien tangibles dont le meurtre de Concini fournit le meilleur exemple. Toutefois, ces actions ne surgissent pas toutes nommées, ainsi précisément que le montrent les multiples dénominations auxquelles l’élimination du maréchal d’Ancre a donné lieu. Elles appellent plutôt une - ou plusieurs - dénominations qui sont en elles-mêmes autant d’actes politiques et qui, fondées ou non en réalité, figent dans l’encre noire des textes des objets tantôt condamnables et tantôt innocents. Dire, ici, ne va jamais sans qualifier ni donc sans faire, puisque de cette qualification peut naître l’absence de crime comme la juste cause d’un épouvantable châtiment. Les épisodes dont on traite, naissent à leur identité avec les mots qui les convoquent, les signalent et les interprètent : il ne reste plus ensuite, si l’intérêt de l’Etat l’exige, qu’à provoquer la mort de ceux que ces noms accusent.

*
* *

32Tout ce que nomment cabale, complot, conjuration et conspiration, d’autres mots encore peuvent le nommer. Et chacune de ces choses, à son tour, est apte à être baptisée maintes fois, même lorsqu’elle n’existe en nul autre lieu qu’en l’esprit de ceux qui lui donnent corps en lui attribuant un nom. Ces dénominations, enfin, ne forment pas nécessairement un ensemble cohérent. Polémiques et ambigües, elles se contredisent et s’excluent autant qu’elles ne se somment et se répètent. Souvent inconciliables, elles ne disent pas les diverses faces d’une même chose, mais plutôt différentes choses dont chacune fait à la fois la matière d’un constat et l’objet d’une fiction.

  • 111 Avec toutefois des exceptions, par exemple dans le Louis XIII de P. Chevallier, qui parle (p. 159) (...)

33De ces noms dispersés, qui n’imposent à l’esprit ni un complot de Chalais, ni une conspiration de Cinq-Mars, mais déploient plutôt sous l’oeil du lecteur le désordre natif de leurs significations désaccordées, des historiens entraînés à créer des faits ont tiré des épisodes consolidés, affectés chacun d’un nom qui est aussi un choix, une interprétation et une prise de parti. Plus proches de Richelieu que de Canault et de Fontrailles, ils ont volontiers donné de l’assassinat à Concini, et de la conjuration à Monsieur le Grand. Leur langue est simplificatrice et souvent royale111, elle accrédite une interprétation avant même que le récit ne commence, et sert ensuite de convertisseur pour renvoyer dessein, entreprise ou délibération à leur réalité présumée de complot, de cabale ou de conspiration.

34Dans les textes sur lesquels on a travaillé ici, une telle réduction n’a pas encore triomphé. Les dénominations y prolifèrent, les épisodes s’y démultiplient, 1 ambiguïté enfin y est d’autant plus grande que le sens des divers noms n’est pas entièrement fixé. Aussi tout est possible, y compris d’appliquer aux œuvres du roi et de ses ministres des mots tels que cabale ou conspiration, que ces mêmes personnages auraient sans doute préféré voir réserver à leurs perfides ennemis. Un dictionnaire pouvait aider à corriger une licence aussi subversive, en établissant le sens des termes de façon telle que nul, désormais, ne pût sans mauvaise foi parler des conspirations du cardinal de Richelieu, ou masquer les machinations de Cinq-Mars sous le nom trop avantageux de délibération ou de projet.

Notes

1 Soit : 20 Balzac ; 23 Bassompierre ; 24 Bayle ; 25 Beauvais-Nangis ; 42 Brienne ; 45 Campion ; 49 Canault ; 85 Fontrailles ; 88 Goulas ; 90 Joly ; 91 La Châtre ; 96 La Fayette ; 101 Lenet ; 109 Mole ; 117 Montglat ; 120 Motteville ; 128 Patin ; 143 Retz ; 144 Richelieu.

2 Sur ces épisodes, voir R. Briggs, « Noble Conspiracy and Revolt in France, 1610-1610-1660», dans Seventeenth Century French Studies, 12, 1990, p. 158-176 ; J.L. Cano de Gardoqui, Tensiones hispanofrancesas en el siglo XVII. « La Conspiracion de Biron » (1602), Valladolid, 1970 ; P. Chevallier, Louis XIII roi cornélien, Paris, 1979 ; Complots et conjurations dans l’Europe moderne. Actes du colloque international organisé par l’Ecole française de Rome... Rome, 30 septembre - 2 octobre 1993, dir. Y.M. Bercé, E. Fasano Guarini, Rome, 1996 ; « Conjurations et coups d’Etat dans la France de l’âge classique », dans Vives lettres, 1, 1996, p. 7-130 ; A.M. Cocula, « Les trois dimensions de la conspiration de Biron », dans Les lettres au temps de Henri IV, Pau, 1989, p. 341-358 ; J.M. Constant, Les conjurateurs. Le premier libéralisme politique sous Richelieu, Paris, 1987 ; G. Dethan, Gaston d’Orléans. Conspirateur et prince charmant, Paris, 1959 ; H. Duccini, Concini. Grandeur et misère du favori de Marie de Médicis, Paris, 1991 ; A. Dufour, « La Paix de Lyon et la conjuration de Biron », dans Journal des Savants, 1965, p. 428-455 ; J. Flennequin, « Les conjurations sous Henri IV et Louis XIII d’après les mémorialistes », dans La cour au miroir des mémorialistes, 1530-1682, dir. N. Hepp, Paris, 1991, p. 89-93 ; A. Jouanna, Le devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’Etat moderne, 1559-1661, Paris, 1989 ; G. Mongrédien, 10 novembre 1630. La journée des Dupes, Paris, 1961 ; H. Naef, « La conjuration d’Amboise et Genève », dans Mémoires et Documents publiés par la Société d’Histoire et d’Archéologie de Genève, 32, 1912-1922, p. 325-730 ; L. Romier, La conjuration d’Amboise, Paris, 1923 ; P. de Vaissière, Conjuration de Cinq-Mars, Paris, 1928.

3 23 Bassompierre (Biron) ; 24 Bayle (Cinq-Mars) ; 45 Campion (Importants) ; 49 Canault (Concini, Chalais) ; « relation de tout ce qui s’est passé depuis la détention de MM. le Grand et de Thou jusqu’à leur mort », dans 85 Fontrailles (Cinq-Mars) ; 88 Goulas (Cinq-Mars, Importants) ; 90 Joly (Condé) ; le roi, Marillac dans 109 Molé (Ornano, Cinq-Mars) ; 117 Montglat (Biron, Chalais, J. des D., Soissons, Cinq-Mars, Importants, Condé) ; 128 Patin (Amboise) ; 144 Richelieu (Ornano).

4 20 Balzac (Amboise) ; 25 Beauvais-Nangis (Condé) ; 42 Brienne (Cinq-Mars) ; 88 Goulas (Soissons) ; 90 Joly (Condé) ; 91 La Châtre (Importants) ; 96 La Fayette (Amboise) ; le roi, Marillac dans 109 Molé (Ornano) ; Richelieu dans 119 Montrésor (Cinq-Mars) ; 120 Motteville (Cinq-Mars) ; 143 Retz (Amboise, Condé) ; 144 Richelieu (Chalais).

5 23 Bassompierre (Ornano) ; 42 Brienne (J· des D.) ; 49 Canault (Ornano) ; 88 Goulas (Ornano, Cinq-Mars) ; le roi dans 109 Molé (Importants) ; 119 Montrésor (Cinq-Mars, Importants) ; 144 Richelieu (Ornano).

6 25 Beauvais-Nangis (Condé) ; 42 Brienne (Chalais) ; 45 Campion (Importants) ; 101 Lenet (Condé) ; 117 Montglat (Soissons, Cinq-Mars) ; 144 Richelieu (Ornano).

7 109 Molé, 1, 372.

8 Dans lesquels la faction, cabale et conspiration du maréchal d’Ornano est présentée dans des termes pratiquement identiques (144 Richelieu, 6, 3, 47).

9 144 Richelieu, 6, 32.

10 88 Goulas, 2, 8 (citation), 13.

11 117 Montglat, 139, 142 (citation).

12 45 Campion, 154-166 (citation p. 154 ; conspiration apparaît p. 165).

13 Sur ce point, voir plus bas, p. 73.

14 88 Goulas, 1, 17.

15 23 Bassompierre, 3, 248.

16 23 Bassompierre, 3, 242.

17 23 Bassompierre, 3, 243.

18 144 Richelieu, 6, 30.

19 144 Richelieu, 6, 38.

20 144 Richelieu, 6, 191.

21 144 Richelieu, 6, 1-2.

22 117 Montglat, 120-133.

23 42 Brienne, 72-75.

24 88 Goulas, 1,380-398.

25 42 Brienne, 50.

26 42 Brienne, 52.

27 75 Dupleix, 396-398.

28 117 Montglat, 16.

29 42 Brienne, 45.

30 144 Richelieu, 6, 5 (firent complot de s’en défaire).

31 Voir p. 48.

32 144 Richelieu, 6, 15, 32, 121.

33 144 Richelieu, 6, 8, 15, 38, 40.

34 144 Richelieu, 6, 10, 27, 42, 46-47, 65, 96, 114.

35 2 Arnauld d’Andilly (Concini) ; 21 Balzac (Concini) ; 42 Brienne (Concini) ; 45 Campion (Cinq-Mars, Importants) ; 49 Canault (Ornano) ; 84 Fontenay-Mareuil (Concini) ; 85 Fontrailles (Cinq-Mars) ; 88 Goulas (Soissons, Cinq-Mars) ; 109 Molé (Ornano) ; le roi, Marillac dans 109 Molé (Ornano, Importants) ; 117 Montglat (Importants) ; 119 Montrésor (Soissons, Cinq-Mars) ; 130 Pontchartrain (Concini) ; 144 Richelieu (Concini, Ornano).

36 2 Arnauld d’Andilly, 426.

37 85 Fontrailles, 252.

38 45 Campion (Importants).

39 85 Fontrailles (Soissons, Cinq-Mars).

40 45 Campion (Importants) ; 84 Fontenay-Mareuil (Concini) ; 85 Fontrailles (Soissons, Cinq-Mars) ; 88 Goulas (Importants) ; 120 Motteville (Cinq-Mars) ; 144 Richelieu (Concini, Ornano).

41 23 Bassompierre (intrigue, menées, brigues, pratiques : Ornano ; pratiques : Biron) ; 33 Bois d’Ennemetz (intrigue : Chalais) ; 49 Canault (trame : Chalais ; pratiques, menées, intelligences : Ornano), 75 Dupleix (intrigue :]. des D. ; pratiques : Ornano ; menées : Ornano, Chalais) ; le roi dans 109 Molé (pratiques, menées : Importants) ; 117 Montglat (intrigue : Chalais) ; 119 Montrésor (intrigue : Cinq-Mars) ; 153 Sirmond (intrigues : J. des D.) ; 144 Richelieu (menées, intelligences : Ornano).

42 49 Canault (parti : Ornano) ; 75 Dupleix (faction : Ornano, Chalais ; monopoles : Chalais, J. des D.) ; 85 Fontrailles (parti : Cinq-Mars) ; 109 Molé (faction : Ornano) ; le roi, Marillac dans 109 Molé (faction : Ornano, Importants ; parti : Cinq-Mars) ; 144 Richelieu (faction, parti, ligue, union : Ornano).

43 45 Campion (crime : Importants) ; 88 Goulas (trahison : Cinq-Mars) ; 144 Richelieu (crime, brouilleries : Ornano ; soulèvement : Chalais).

44 2 Arnauld d’Andilly, 453 (Chalais) ; 23 Bassompierre (Biron) ; 49 Canault (Concini) ; 101 Lenet (Cinq-Mars).

45 21 Balzac (coup : Concini) ; 123 Naudé (coup d’Etat : Concini). Voir aussi 125 Ormesson, 102 (en 1643, l’arrestation de Beaufort est un « coup »). Coup d’Etat peut circuler avec un sens tout différent, par ex. chez 88 Goulas, 1, 88 : « ce fut un merveilleux coup d’Etat que de mettre sur les bras de l’Empereur un conquérant du mérite et de la réputation du roi de Suède... ; ce fut un grand coup d’Etat de lui débaucher le plus accrédité de ses généraux d’armée... ; ce fut un grand coup d’Etat que de secourir Casai en 1629 ; ce fut un autre grand coup d’Etat, en mesme temps, que de venir donner la paix à la France et désarmer pour toujours l’hérésie ; enfin ce fut un grand coup d’Etat, en 1630, que d’ouvrir l’Italie aux Français par la conquête de Pignerol ». Sur le sens de l’expression « coup d’Etat », voir aussi les observations d’E. Thuau, Raison d’Etat et pensée politique en France à l’époque de Richelieu, Paris, 1966, p. 395.

46 Voir entre autres 49 Canault, 136 ; 109 Molé, 3, 91-92 ; 144 Richelieu, 2, 91.

47 Voir par ex. 45 Campion, 156sq (au sujet de l’attentat contre Mazarin projeté par les Importants, attentat dont il se dissocie).

48 42 Brienne, 45.

49 25 Beauvais-Nangis, 285, 294 (au sujet de la prétendue conspiration contre le prince de Condé).

50 21 Balzac, 179.

51 145 Richelieu, 102 (au sujet de l’affaire d’Ornano).

52 109, Molé, 1,383 (au sujet de l’affaire d’Ornano).

53 45 Campion, 141 (au sujet de Cinq-Mars).

54 45 Campion, 161 (au sujet de l’attentat contre Mazarin projeté par les Importants).

55 145 Richelieu, 365. Voir aussi p. 367 (« aucuns esprits, amateurs des factions et nourris aux intrigues de la cour »),

56 33 Bois d’Ennemetz, 86.

57 85 Fontrailles, 253 (« M. le Cardinal, contre lequel le parti se faisoit »),

58 Le roi dans 85 Fontrailles, 257.

59 Le roi dans 109 Molé, 3, 32.

60 Richelieu dans 119 Montrésor, 220.

61 Ibid, p. 221-223.

62 119 Montrésor, 216, 236.

63 85 Fontrailles, 245.

64 85 Fontrailles, 248-249 (avec des expressions telles que « résoudre d’entreprendre », « exécuter l’entreprise »).

65 49 Canault, 109.

66 49 Canault, 127.

67 49 Canault, 136.

68 49 Canault, 144.

69 49 Canault, 120.

70 49 Canault, 130.

71 84 Fontenay-Mareuil, 178 (au sujet de l’affaire d’Ornano).

72 117 Monglat, 16 (au sujet de Chalais).

73 119 Montrésor, 201 (au sujet de cabales dans la maison de Monsieur).

74 91 La Châtre, 292 (au sujet de la « conjuration » imputée à Beaufort).

75 25 Beauvais-Nangis, 285.

76 88 Coulas, 1, 296.

77 88 Goulas, 2, 8.

78 88 Goulas, 2, 13.

79 88 Goulas, 2, 326.

80 88 Goulas, 1, 113.

81 42 Brienne, 68.

82 144 Richelieu, 6, 192.

83 Même procédé chez Marillac, lorsqu’il écrit : « le procès qui a été fait ici à Chalais a appris que toute la faction résidoit en la tête dudit maréchal » (dans 109 Molé, 1, 390-391).

84 144 Richelieu, 6, 13.

85 144 Richelieu, 6, 7.

86 144 Richelieu, 6, 9.

87 144 Richelieu, 6, 118.

88 144 Richelieu, 6, 30.

89 144 Richelieu, 6, 121.

90 144 Richelieu, 6, 155.

91 144 Richelieu, 6, 17.

92 144 Richelieu, 6, 30.

93 144 Richelieu, 6, 33.

94 144 Richelieu, 6, 6. Voir aussi 6, 5 (« c’étoit un bruit commun qui couroit par la cour... qu’il s’y formoit une grande cabale »).

95 49 Canault, 46-48.

96 144 Richelieu, 2, 35.

97 144 Richelieu, 2, 156.

98 84 Fontenay-Mareuil, 114.

99 109 Molé, 1, 146.

100 21 Balzac, 176.

101 Qui n’emploie conspiration à propos de l’affaire Cinq-Mars qu’en faisant porter à autrui la responsabilité de cette appellation (« M. le cardinal avoit eu le dessus, et... ses ennemis étoient entre ses mains, accusés de conspiration contre l’Etat », 1, 394).

102 119 Montrésor, 199.

103 71 Déageant, 74sq. Voir aussi 84 Fontenay-Mareuil, 124.

104 144 Richelieu, 6, 3.

105 45 Campion, 59-60. Voir aussi 119 Montrésor, 197.

106 25 Beauvais-Nangis, 299.

107 90 Joly, 30.

108 143 Retz, 2, 581,591.

109 117 Montglat, 224.

110 101 Lenet, 214.

111 Avec toutefois des exceptions, par exemple dans le Louis XIII de P. Chevallier, qui parle (p. 159) de la « conspiration royale contre Concini », ou encore dans les actes du récent colloque Complots et conjurations dans l’Europe moderne... où les coups d’Etat montés par le roi contre les Guise, Concini ou Fouquet, sont traités conjointement avec les conspirations ourdies contre les pouvoirs en place.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search