Version classiqueVersion mobile

La conjuration des dictionnaires

 | 
Jean-Claude Waquet

Première partie. L'universelle confusion des mots

Chapitre II. Un ordre dispersé

Texte intégral

1Il aura suffi de reconnaître aux mots cabale, complot, conjuration et conspiration quelques attributs qui tantôt leur sont communs et tantôt sont propres à l’un d’eux, pour dégager un ordre à l’intérieur duquel tous quatre se combinent et chacun prend sa place. Mais, bien qu’elle tienne compte de la spécificité de chaque genre, cette construction reste trop schématique. Elle ne fait pas suffisamment justice à la diversité des textes, dont certains véhiculent des leçons peu compatibles avec celles qu’on vient d’illustrer. Elle néglige en outre une partie des significations prises par les termes observés, dont un examen plus détaillé révèle rapidement les multiples variations. Cette double dispersion complique notablement l’appréhension et la présentation de l’usage : elle fait naître le doute sur la possibilité de saisir celui-ci dans la réalité définitivement articulée d’un hypothétique en-soi, que l’on pourrait ensuite opposer aux dictionnaires comme une pierre de touche marquée au sceau d’une immanente vérité.

I

  • 1 117 Montglat, 7.
  • 2 117 Montglat, 50.
  • 3 117 Montglat, 133.
  • 4 117 Montglat, 120.
  • 5 117 Montglat, 131.
  • 6 117 Montglat, 142.
  • 7 117 Montglat, 116.
  • 8 117 Montglat, 173, 222.
  • 9 117 Montglat, 50, 126, 130.
  • 10 117 Montglat, 130.
  • 11 117 Montglat, 173.
  • 12 117 Montglat, 223.
  • 13 117 Montglat, 131.

2Les mémoires du marquis de Montglat chargent conspiration d’une signification très négative. Ce mot y désigne ordinairement des entreprises condamnables, dirigées contre le roi, ses ministres ou l’autorité royale, dangereuses pour leurs victimes et périlleuses ou fatales pour leurs auteurs. Telle est la « conspiration du maréchal de Biron, fomentée par les Espagnols et le duc de Savoie »1 ; telle est également la « conspiration »2 de Monsieur et du comte de Soissons contre le cardinal-ministre, puis celle qu’un peu plus tard le même Gaston3 trame avec Bouillon4 et avec Cinq-Mars5, et celle encore que les Importants ourdissent contre Mazarin6 ; telle est encore la « grande conspiration » que les créatures de l’Espagne forment à Lisbonne « contre la personne du nouveau roi»7 ; telles sont enfin les « conspirations » des Catalans que les adversaires de la France machinent à Barcelone8. Montglat qualifie aussi ces affaires de « complot »9, mais non de conjuration, car ce dernier mot ne fait guère partie de son vocabulaire. Ceux qui participent à de semblables entreprises perpètrent un « crime » et se peuvent donc appeler « criminels »10. Ils ont, comme il sied à de si mauvaises gens, des « complices »11. Et parce qu’ils ont manifestement perdu la tête, on les exécute12 ou, mieux, on les décapite13.

  • 14 117 Montglat, 224.
  • 15 117 Montglat, 26.

3Condé, rappelle aussi Montglat, « se plaignit » en 1649 d’une «conspiration faite contre sa vie »14 : voilà qui rangerait un grand du côté des victimes, et non des machinateurs. Mais peut-être le marquis n’a-t-il choisi ce terme que pour mieux faire apparaître le ridicule du prince, qui grossit polémiquement une attaque dirigée contre son carrosse en s’appropriant un péril qui n’appartient qu’aux rois, ou à leurs ministres. Moins ambigu est le passage où le mémorialiste observe que la mort de Wallenstein « empêcha d’éclater cette grande conspiration que le cardinal avoit lui-même fait entreprendre »15. Cette fois, la réalité de l’affaire n’est nullement mise en doute. La participation et même la direction de Richelieu sont nettement affirmées : les ministres les plus fidèles pourraient donc tramer des conspirations, à condition bien sûr que ce soit, comme c’est le cas ici, contre les ennemis du royaume.

  • 16 117 Montglat, 139.
  • 17 117 Montglat, 16.
  • 18 117 Montglat, 142.
  • 19 117 Montglat, 116.
  • 20 Voir plus haut, n. 6-7.
  • 21 117 Montglat, 16.

4Cabale tient dans les mémoires de Montglat une position fort ambivalente. Ce mot y nomme d’abord des entreprises dirigées contre les proches des ministres, contre les ministres eux-mêmes, voire contre un monarque : « les parents et créatures du cardinal de Richelieu »16, le cardinal lui-même17, puis la personne de son successeur18 et avant eux le roi de Portugal19 en ont été tour à tour la cible. « Cabale » rime alors avec « conspiration », qui est l’autre terme dont Montglat se sert pour qualifier ces épisodes : ainsi dans le cas de la cabale des Importants, ou dans celui du Portugal20. « Cabale », écrit-il enfin, « dont les étrangers se mêloient »21 : la trahison n’est pas loin. Ce que ce mot évoque, est donc grave, dangereux, subversif, et sent son crime.

  • 22 117 Montglat, 125.
  • 23 117 Montglat, 256.
  • 24 117 Montglat, 81.

5Les Mémoires véhiculent d’autres occurrences de cabale où ce terme se charge d’un sens un peu différent. La « cabale de gens à Paris, qu’on appeloit Messieurs du Marais », réunit des personnes fort recommandables22 : Montglat ne la dénonce ni comme une conspiration, ni comme un crime. Tel magistrat forme une cabale dans sa province : c’est « pour le service du roi » qu’il agit et sa cible est, outre la duchesse de Longueville, le prince de Conti23. Richelieu lui-même a fait quelques années plus tôt « une cabale de ceux qui étoient à lui du petit-coucher, pour dire du bien de Cinq-Mars »24 : il ne s’agit plus ici de se défaire d’un ministre, mais au contraire d’en consolider la position par favori interposé.

  • 25 117 Montglat, 81.
  • 26 117 Montglat, 142.
  • 27 117 Montglat, 252.
  • 28 Outre l’exemple cité n. 23, voir 117 Montglat 201 (c. des « frondeurs du Parlement »), 226 (des pri (...)
  • 29 117 Montglat, 195.
  • 30 117 Monglat, 16.
  • 31 117 Montglat, 24.
  • 32 117 Montglat, 59.
  • 33 117 Montglat, 38, 48.
  • 34 117 Montglat, 16.
  • 35 117 Montglat, 50.

6La cabale formée par le cardinal-ministre est aussi une « intrigue »25, comme le sont celles qui permettent à son successeur Mazarin de l’emporter à la cour d’Anne d’Autriche26. La même équivalence avec intrigue se retrouve dans le récit que le mémorialiste donne de la Fronde27, alors même que cabale revient souvent sous sa plume28. Intrigue est d’ailleurs un mot qu’il utilise volontiers. Il peut se rapporter à des événements aussi considérables que les « troubles intestins qui arrivèrent dans le royaume » en 164829. Mais il renvoie souvent un écho moins dramatique, et s’oppose comme un moindre mal à des crimes plus odieux : Louvigny, lit-on par exemple, « découvrit les intrigues qu<e Chalais> faisoit pour empêcher le mariage <de Gaston>, et même l’accusa de conspiration contre la vie du roi »30. L’intrigue est de l’ordre des « brouilleries de cour »31. Elle sévit dans le « cabinet », où elle crée au cardinal « plus de peine... que toute la guerre étrangère »32. Mais elle désigne aussi les voies par lesquelles le même Richelieu essaie de faire de Chavigny le chancelier de Monsieur, ou de la duchesse d’Aiguillon l’épouse du comte de Soissons33. On peut encore parler de l’« intrigue » de Gaston pour éviter d’épouser Mademoiselle de Montpensier34, et tout aussi bien de celles du roi pour faire revenir son frère35. Ce mot ne vise donc pas toujours une manifestation d’opposition, mais plutôt une pratique partagée par tous, du moins à la cour.

7Ainsi cabale occupe chez Montglat une position d’une complexité inattendue, qui place ce mot à la jointure de deux mondes : celui de la subversion, qui en fait plus d’une fois un synonyme de conspiration, et celui de la politique de cour, qui le renvoie à l’intrigue et souvent lui retire son caractère criminel. De façon plus générale, Monglat articule le sens des termes autour d’un partage entre deux pratiques dont l’une - la conspiration - est plus radicale, dont l’autre - l’intrigue - est plus insinuante, et dont aucune n’est complètement étrangère sinon au prince, du moins à ses ministres. Ce point de vue ne met pas le pouvoir légitime à l’abri d’une accusation de conspiration. Il laisse aux mécontents et aux ambitieux quelque liberté de faire une cabale sans sortir des limites d’une banale intrigue. Tout le monde, on s’en doute, ne fait pas sienne une telle position.

*
* *

  • 36 Voir par ex. 144 Richelieu, 6, 5.
  • 37 144 Richelieu, 2, 60.
  • 38 144 Richelieu, 6, 32.
  • 39 144 Richelieu, 2, 35 (avec conspiration).
  • 40 144 Richelieu, 6, 121 (avec conspiration).
  • 41 144 Richelieu, 2, 68. Dans les Mémoires, dessein n’est pas nécessairement favorable : « desseins » (...)
  • 42 144 Richelieu, 2, 69.
  • 43 144 Richelieu, 2, 71. La remarque faite précédemment pour dessein s’applique également à entreprise (...)
  • 44 144 Richelieu, 2, 68.
  • 45 Ibid.

8Complot se lit rarement dans les Mémoires du cardinal de Richelieu36, à la différence de cabale, conjuration et conspiration qui y sont d’un usage plus courant. Ces deux derniers mots visent des objets dirigés contre le maître, qu’il s’agisse en 1616 de la « conjuration de tous les princes contre le roi »37, ou en 1626 de la « conspiration » du maréchal d’Ornano dont les auteurs n’auraient nourri d’autre « dessein » que d’« abaisser et perdre la personne sacrée » du monarque38. Les ministres peuvent également être menacés, en l’espèce le maréchal d’Ancre39, voire le cardinal lui-même40. Mais il est exclu que ces victimes potentielles puissent être des opposants, et il l’est également que la régente ou le roi nouent de semblables trames. En 1616, le projet de Marie de Médicis d’arrêter Condé est un « dessein »41, une « affaire »42 et même une « entreprise »43 qui a pour objet de mettre en échec un « grand corps de rébellion »44, mais ce n’est pas une conspiration. Quelque temps plus tard, Concini est éliminé sur l’ordre de Louis XIII, mais les Mémoires ne parlent pas, pour autant, d’une conjuration du roi. Au contraire, le verbe ourdir est appliqué au maréchal d’Ancre lui-même qui, lit-on, « ourdissoit sa ruine »45 : c’est lui, en somme, qui a comploté contre sa propre vie.

  • 46 144 Richelieu, 6, 37.
  • 47 144 Richelieu, 6, 73 (il s’agit de Chalais).

9Les rôles sont donc bien répartis : d’un côté le roi et ses ministres, recrutés pour jouer les victimes, et de l’autre les ennemis des précédents qui en méditent la perte au risque de se précipiter eux-mêmes. Les desseins de ces méchants sont secrets, et encore fatals, puisque « souvent on a l’entier éclaircissement d’une conspiration dans un Etat que par l’événement, qui est incapable de remède »46. Aussi lorsqu’on prend l’un de ces personnages, on ne le ménage pas : les fautes qu’on lui reproche, sont qualifiées de « conjuration, faction et soulèvement d’Etat et autres crimes de lèse-majesté »47. Accablantes, elles rangent les trames de ce scélérat au premier rang des forfaits.

  • 48 144 Richelieu, 2, 49 (1616).
  • 49 144 Richelieu, 2, 94 et 6, 115.
  • 50 144 Richelieu, 6, 23.
  • 51 144 Richelieu, 6, 41, 48, 93, 126, 155, 192.
  • 52 144 Richelieu, 6, 38.
  • 53 144 Richelieu, 6, 42.
  • 54 144 Richelieu, 6, 42.
  • 55 144 Richelieu, 6, 2.
  • 56 144 Richelieu, 6, 191.
  • 57 144 Richelieu, 6, 40.
  • 58 144 Richelieu, 6, 5.
  • 59 144 Richelieu, 6, 30.
  • 60 144 Richelieu, 6, 39.
  • 61 144 Richelieu, 6, 38.
  • 62 144 Richelieu, 6, 38.
  • 63 144 Richelieu, 2, 88.

10Ce que cabale décrit, n’est guère plus recommandable. Le mot revient fréquemment dans les Mémoires. Il désigne le parti des princes contre la régente48, il est aussi le terme le plus employé pour dénommer ce qu’en 1626 on impute au maréchal d’Ornano. Il rime avec ligue49, avec « parti »50 et surtout avec « faction»51. Il est annonciateur de révolte52, de renversement53 et de rébellion54, de sorte qu’on peut logiquement dire de celui qui fait cabale qu’il « s’élève contre sa majesté »55, ou qu’il agit « contre la personne du roi »56. Les individus associés à ce mot, sont les « ennemis » du souverain57, qui jamais n’apparaît comme auteur, pas plus que le cardinal. Enfin ces machinateurs sont pleinement responsables de leurs actes, puisqu’il est rare qu’une cabale se forme58, et plus fréquent qu’on la fomente59, qu’on l’allume60, qu’on la remette « sus »61, qu’on la trame « à loisir »62 ou tout simplement qu’on la fasse63.

  • 64 144 Richelieu, 2, 88.
  • 65 144 Richelieu, 2, 60.
  • 66 144 Richelieu, 2, 35.
  • 67 144 Richelieu, 2, 55.
  • 68 144 Richelieu, 2, 38.
  • 69 144 Richelieu, 6, 5, 6, 8, 9, 23, 30, etc.
  • 70 144 Richelieu, 6, 32 ; voir aussi 6, 97, 121.
  • 71 144 Richelieu, 6, 5.
  • 72 144 Richelieu, 6, 192.
  • 73 144 Richelieu, 6, 151.
  • 74 144 Richelieu, 6, 37.
  • 75 144 Richelieu, 6, 39.
  • 76 144 Richelieu, 6, 44.

11Ainsi cabale prend dans les Mémoires une valeur à la fois très négative et très accusatrice, peu différente de celle qui affecte conjuration ou conspiration. Les termes paraissent d’ailleurs assez interchangeables, de même que leur environnement. Les desseins des princes contre la régente et le maréchal d’Ancre sont qualifiés tantôt de « cabale »64, et tantôt au contraire de « conjuration »65 ou de « conspiration »66. Ceux qui y adhèrent sont des « conjurés »67. Leurs cabales sont « tramées »68. Dix ans plus tard, l’affaire du maréchal d’Ornano donne lieu à de semblables nominations : elle est « cabale »69, mais elle est aussi la « plus effroyable conspiration dont jamais les histoires ont fait mention »70, comparable seulement à celle que jadis Brutus et Cassius ont dirigée contre Jules César, avec cette fois Richelieu dans le rôle de Marc-Antoine71. Ses membres sont des « conjurés »72 ou encore des « personnes conjurées »73. Aussi Richelieu et Schomberg en parlent au roi en lui donnant des avis qui commencent indifféremment par « en matière de conspirations »74 ou par « en matière de cabales »75, ou qui font référence aux « princes conjurés » contre Louis XI en la Ligue du Bien public76.

12Les Mémoires du cardinal de Richelieu véhiculent donc un usage selon lequel cabale, conjuration et conspiration sont presque synonymes, tandis que complot sert peu. Le rapprochement entre les trois termes joue sur une distinction entre le roi et ses ennemis, seuls auteurs possibles de ce que ces mots désignent, de sorte que l’objet par eux visé est nécessairement une manifestation d’opposition ou mieux d’insubordination, voire de lèse-majesté. Les Mémoires jouent aussi sur un amalgame excluant toute gradation selon laquelle conjuration se présenterait comme une entreprise franchement criminelle, et cabale comme un agissement plus excusable. Ici, tout est exécrable : les mots disent une conception autoritaire du pouvoir, qui ne tolère aucun écart, aucune contestation.

*
* *

  • 77 88 Goulas, 1, 293, 294, 296, 307, 310.
  • 78 88 Goulas, 1, 352, 394 et 2, 13.
  • 79 88 Goulas, 1, 452. Mais ils ne font précisément que l’« estimer » telle, et Goulas ne leur donne pa (...)

13Dans les mémoires de Nicolas Goulas, gentilhomme de la chambre du duc d’Orléans, complot ne joue pas plus de rôle que dans les Mémoires du cardinal de Richelieu. Conjuration s’y lit à propos de celle « faite à Corbie » par Monsieur, Soissons et autres « conjurés » dont le « dessein » est de « se défaire » du cardinal et dont la « cabale » continue ensuite de se manifester par ses « calomnies» et ses « chaleurs »77. Conspiration désigne lui aussi les entreprises les plus graves, celles qui sont dirigées « contre l’Etat » ou contre la personne du cardinal78. C’est son sens ordinaire, même s’il peut arriver que de simples ministres, inquiets de l’« union » entre Mazarin et la régente, voient dans ce rapprochement « une conspiration à leur ruine »79.

  • 80 88 Goulas, 2, 8.
  • 81 .88 Goulas, 1, 380, 396.
  • 82 88 Goulas, 1, 388, 398.
  • 83 88 Goulas, 1, 397.
  • 84 88 Goulas, 2, 377.

14Chez Goulas, cabale nomme les mêmes épisodes que conspiration, ou d’autres non moins graves : « cabale » de Beaufort, à qui l’on reproche « une entreprise... sur la vie du cardinal »80, et surtout « cabale de M. le Grand »81, plus connue des manuels d’histoire sous le nom de conjuration de Cinq-Mars. Le mémorialiste ne se dissimule nullement le caractère détestable de ce dernier dessein : il y voit au contraire un « crime », une « trahison », une « grande faute, et contre Dieu, et contre le Roy, et contre l’Etat »82. Il écrit aussi que la cabale du grand écuyer fut « découverte »83, et se sert ainsi d’un terme que la plupart des auteurs réservent aux conspirations ou aux conjurations. Il use du même lexique à propos d’un confident de Chavigny qui, signale-t-il, « trempoit dans toutes ses cabales »84.

  • 85 88 Goulas, 1, 16.
  • 86 88 Goulas, 1, 416.
  • 87 88 Goulas, 1, 103.
  • 88 88 Goulas, 2, 287. Le mémorialiste parle ensuite de la « cabale » des frondeurs ou, plus spécifique (...)
  • 89 88 Goulas, 2, 390.
  • 90 88 Goulas, 2, 254.
  • 91 En l’espèce : l’exil de Fontrailles en 1648 et les intrigues de la veuve d’Ornano contre un proche (...)
  • 92 88 Goulas, 1, 56.
  • 93 88 Goulas, 1, 92.
  • 94 88 Goulas, 1, 94.
  • 95 88 Goulas, 1, 104.
  • 96 88 Goulas, 1, 99.
  • 97 88 Goulas, 2, 118.

15Il est d’autres occurrences, voisines des précédentes, où cabale évoque une résistance à la volonté du prince plutôt qu’une trahison ou une machination : ainsi en va-t-il avec les « oppositions et... cabales »85 contre le mariage de Monsieur ou encore avec les « cabales et... oppositions intestines » que Richelieu a combattues sa vie durant tout en luttant par ailleurs contre les « tempestes de la cour », « les bruits et les menées du peuple »86. Cabale peut laisser prévoir des troubles, ou en accompagner la naissance. « Il falloit », écrit Goulas, « qu’il parut une grande cabale, et que la guerre civile fût à craindre »87, et au début de la Fronde, il signale : « l’on ne vit par tout le royaume que cabales, où les gentilshommes entrèrent dans les provinces pour se rendre considérables et se faire rechercher »88. Cabale se trouve aussi placé dans la perspective de l’intrigue : « des cabales et des intrigues »89, ou « faire des intrigues et des cabales »90, sont alors les expressions employées par le mémorialiste, qui les applique d’ailleurs à des affaires sans grand retentissement91. Le mot rime encore avec les « mauvais offices »92 qui redoublent au retour du voyage de La Rochelle, puis avec les « chuchotis » et les « conseils »93 qui précèdent la Journée des Dupes, lorsque la « cabale d’Espagne »94 souffle sur la cour. Cabale peut donc être lié à des intrigues de grande ampleur, moins sanglantes peut-être qu’une conspiration, mais guère moins importantes sur le plan politique, puisque le sort du principal ministre en dépend : « cabale » contre Richelieu95, à laquelle font pendant les « machines du cardinal »96 ; « cabale » du pape contre Mazarin, qui parvient toutefois à éventer cette « mine »97.

16Le sens de cabale paraît donc plus articulé chez Goulas qu’il ne l’est dans les Mémoires de Richelieu - et plus complexe que les analyses conduites jusqu’ici ne le laissaient prévoir : il décline aussi bien la trahison que la machination, l’opposition que les troubles, la division que l’intrigue, les épisodes les plus subalternes que les affaires les plus graves. Montglat, ici, n’est pas toujours très loin. Toutefois, ni cabale, ni conspiration n’évoquent jamais chez notre homme une initiative prise par le pouvoir en place, qu’il s’agisse de Richelieu, de son successeur ou du roi lui-même : les auteurs que ces mots accusent sont Monsieur, les grands, les courtisans, les gentilshommes, voire le pape ou l’Espagne qu’anime leur hostilité pour les cardinaux-ministres. Cabale et conspiration nomment donc des pratiques politiques qui, loin d’être partagées, se configurent plutôt comme autant d’actes d’agression menaçant le pouvoir en place. Ceci ne rapproche pas Goulas de Montglat, mais plutôt des Mémoires de Richelieu avec lesquels il a également en commun de peu utiliser complot et de faire une fréquente référence à l’Etat. Chacun, ainsi, se signale par une identité qui ne se confond pas avec celle de son voisin et qui, de surcroît, ne coïncide jamais exactement avec le tableau général donné au chapitre précédent. Mais ce tableau est - on doit en convenir - excessivement simplifié.

II

  • 98 138 Racine, 207 (avec complot).
  • 99 26 Bensérade, 51.
  • 100 89 Gournay, 32.
  • 101 54 Coeffeteau, 301.
  • 102 36 Bossuet, 215.
  • 103 99 Le Comte, 216.
  • 104 106 Maynard, 30.
  • 105 99 Le Comte, 195.
  • 106 86 Garasse, 1011.
  • 107 86 Garasse, 91.
  • 108 71 Déageant, 237 (avec conspiration).
  • 109 80 Fauchet, 242 (« église... bruslée par la malice et conspiration d’aucuns »).

17Cabale, complot, conjuration et conspiration nuisent - a-t-on initialement affirmé - à un ministre, un prince ou un Etat. Mais ce peuvent être les dieux98 que ces augustes monarques ; ce peut être Apollon, prince des poètes, à qui le subtil complot de Mercure enlève tous ses troupeaux99 ; ce peut être le Christ, cible selon Madame de Gournay du complot mortel des pharisiens100 et selon Coeffeteau de ce qui fut à la fois l’« horrible conspiration » et le « détestable complot » des « juifs, nation obstinée aux crimes »101. Les ministres quant à eux sont parfois ceux de la parole divine, de saint Paul qui jadis essuya des « complots terribles »102 au père Ricci que plus récemment la « cabale de quelques bonzes » persécute au fond de la Chine103. Les autels enfin sont menacés, comme l’est le trône lui-même : ils le sont par les « complots des âmes insensées »104, par la « conspiration des payens »105, par la « cabale huguenotte et lutérienne »106, par la « meschante conjuration de faquins » que le père Garasse reproche âprement aux « frères de la fraternité des roses »107. Aussi les catholiques108 sont en droit de craindre pour leur repos, et les églises parfois menacées109 de trembler sur leurs fondements.

  • 110 2 Arnauld d’Andilly, 2, 33 ; voir aussi 152 Sévigné, 2, 607.
  • 111 17 Balzac, 344 ; voir aussi 22 Balzac, 62.
  • 112 112 Molière, 318.
  • 113 58 Corneille, 322.
  • 114 128 Patin, 1, 622 (avec cabale).
  • 115 32 Boileau-Despréaux, 113 (avec cabale). Voir aussi 31 Boileau-Despréaux, 57, 61.
  • 116 131 Racan, 53, 175 (avec complot).
  • 117 114 Molière, 510 (avec cabale).
  • 118 52 Charron, 15.
  • 119 150 Scudéry, 217 (avec complot).

18Les personnes particulières non plus ne peuvent pas dormir tranquilles : conjuration « contre moi », formée « auprès de Monsieur », diagnostique Arnauld d’Andilly110 ; conspiration « contre moy », assure Balzac111 ; « contre vos intérêts», précise Molière112 ; complot encore, mais « pour me persécuter », déplore Clitandre113. Mais il aurait tort de se croire seul menacé, car cabale et complot balaient en fait un large spectre. Ils en ont aux livres114 comme au mérite de ceux qui les composent115. Ils s’attaquent aussi aux veuves, aux orphelins116, aux « gens »117, aux hommes qui font entre eux l’étrange complot de se mentir réciproquement118, et jusques aux Romains119 dont leurs coups insidieux pourraient détruire le peuple tout entier.

  • 120 117 Montglat, 224, 256 (voir p. 46). Voir aussi 101 Lenet, 214.
  • 121 95bis La Rochefoucauld, 2, 122.
  • 122 119 Montrésor, 199 ; voir aussi 91 La Châtre, 273.
  • 123 44 Bussy-Rabutin, 2, 195.
  • 124 147 Saint-Réal, 85.
  • 125 148 Saint-Réal, 11.

19On a vu que même les adversaires du maître, cabaleurs désignés, peuvent craindre qu’on dirige contre eux une cabale, une conspiration ou un complot120. Leur position est donc plus ambivalente qu’il y paraît, comme celle des ministres qui tantôt figurent du côté des victimes et tantôt au contraire de celui des machinateurs : Mazarin, explique-t-on, « mettoit tout en usage pour former des cabales dans le Parlement »121 ; Richelieu en aurait dirigé une contre Monsieur122 ; Cromwell l’aurait soupçonné d’être l’« auteur d’une conjuration » formée contre sa personne123. Saint-Réal applique la même expression au duc d’Albe, ministre de Philippe II124. Deux ans passent, et il « fait part au public de la conjuration qu’un ambassadeur d’Espagne à Venise fit contre cette république »125.

  • 126 129 Peiresc, 3, 104 (il s’agit du roi d’Angleterre).
  • 127 88 Goulas, 2, 118.
  • 128 84 Fontenay-Mareuil, 13.
  • 129 84 Fontenay-Mareuil, 47.
  • 130 120 Motteville, 36.
  • 131 49 Canault, 48.
  • 132 36 Bossuet, 215.
  • 133 36 Bossuet, 112.

20Les monarques ne sont pas de reste : « ce roy là », écrit Peiresc, « estoit de la cabale de Savoye et de Lorraine »126 ; le pape, note Goulas, « travailloit à une cabale » contre Mazarin127 ; selon Fontenay-Mareuil, Henri IV et Maurice de Nassau avaient de « grandes cabales... tant parmy la noblesse que dans les principales villes » des Pays-Bas et du duché de Juliers128. Le même mémorialiste signale ailleurs les cabales « du Roy, de M. de Bouillon et de M. de Rohan »129, sans reconnaître aucunement à l’auteur de la première un statut particulier. De la conjuration de Cinq-Mars, pourtant l’une « des plus extraordinaires que nous puissions lire dans les histoires », Madame de Motteville observe que « le Roi... étoit tacitement le chef »130 : conjuration de Louis XIII, pourrait-on dire, de même qu’il y aurait eu selon Canault une « conspiration » du même monarque contre le maréchal d’Ancre131. Et encore : « complots inutiles »132 des rois et des princes, « dernier complot »133 de l’empereur Maximien, qui en avait tramé quelques autres, tous venus sous la plume de Bossuet qui donc ne réserve pas ce mot aux seuls sujets.

  • 134 99 Le Comte, 13 (avec conjuration), 301 (avec complot).
  • 135 54 Coeffeteau, 563 (avec conjuration).
  • 136 73 Desmarets de Saint-Sorlin, 269 (avec complot).
  • 137 81 Fauchet, 86 (avec conspiration).
  • 138 144 Richelieu, 6, 30 (avec cabale).
  • 139 17 Balzac, 344 (avec conspiration).
  • 140 54 Coeffeteau, 433 (avec conjuration).
  • 141 131 Racan, 188 (avec complot).
  • 142 4 Aubignac, 80 (avec complot).
  • 143 137 Racine, 469 (avec complot).
  • 144 « Le rebelle Alidor » (63 Corneille, 291, avec complot).
  • 145 17 Balzac, 321 (avec conspiration).
  • 146 161 Urfé, 4, 713 (avec conspiration).
  • 147 48 Camus, 490 (avec conspiration).
  • 148 67 Corneille, 152 (avec complot).
  • 149 23 Bassompierre, 3, 24 (avec cabale).
  • 150 128 Patin, 1, 533 (avec cabale).
  • 151 31 Boileau-Despréaux, 61 (avec cabale).
  • 152 83 Fénelon, 154 (avec cabale).
  • 153 107 Mersenne, 1, 164 (avec cabale). Voir aussi 52 Charron, 173 (avec complot).
  • 154 112 Molière, 318 (avec conspiration).
  • 155 102 Mairet, 187 (avec complot).
  • 156 66 Corneille, 96 (avec complot).
  • 157 101 Lenet, 225 (avec conjuration et cabale).
  • 158 143 Retz, 2, 420 (avec cabale). Voir aussi 36 Bossuet, 108 (avec conspiration).
  • 159 18 Balzac, 573 (avec conjuration).
  • 160 86 Garasse, 87 (avec cabale).
  • 161 86 Garasse, 75 (avec conspiration et cabale).
  • 162 99 Le Comte, 195 (avec conspiration).
  • 163 89 Gournay, 32 (avec complot).
  • 164 128 Patin, 1, 95 (avec conspiration). Voir aussi 2 Arnauld d’Andilly, 2, 85 (avec cabale) et 69 Cyr (...)
  • 165 128 Patin, 1, 226 ; 132 Racine, 536 (avec cabale).
  • 166 Avec cabale : 132 Racine, 453, 481 ; 126 Pascal, 320. Avec complot : 132 Racine, 437.
  • 167 84 Fontenay-Mareuil, 288 (avec cabale).
  • 168 Avec conspiration : 71 Déageant, 239. Avec cabale : 41 Brébeuf, 81 ; 86 Garasse, 1011 ; 145 Richeli (...)

21Les rois et leurs ministres s’abstiendraient-ils, que les grands et les courtisans ne seraient pas pour autant les seuls auteurs que désignent cabale, complot, conjuration et conspiration. Car il y a aussi les « Macassars », les « Malaïes »134, les Juifs135, les Goths136, les Austrasiens137, les Espagnols138, tous les peuples en somme et « toutes les créatures »139, et parmi elles des personnes débauchées par argent140, des « mauvais sujets »141, des « fourbes »142, des « rivales »143, des rebelles144, Ménandre145, Chinante146, Dionée147, l’« ennemy »148, les « autres »149 qui parfois sont des « apothiquaires »150 et parfois de « vains auteurs »151. Nos quatre mots empruntent aujourd’hui les traits des femmes152 ou de quelques jeunes gens153 ; ils prennent demain le visage d’une belle-mère154 ou d’un frère jaloux155. Ils convoquent les « gardes”156, les officiers157 et les généraux158. Ils enrôlent des « barbares »159 comme de « beaux esprits »160. Ils trament derrière eux des « docteurs dogmatisans »161, des « payens »162, des pharisiens163 et bien sûr des chrétiens dans les rangs desquels se presse la gamme complète des « pères loyoles »164, moines165, jansénistes166, puritains167 et autres protestants168. Aussi n’est-il personne au monde, ni peuple, ni prince, ni particulier, qui ne se puisse configurer tantôt comme la victime et tantôt au contraire comme l’auteur des objets protéiformes que nomment cabale, complot, conspiration et conjuration.

*
* *

  • 169 84 Fontenay-Mareuil, 17.
  • 170 70 Daniel, 380 (avec conjuration).
  • 171 95 La Rochefoucauld, 334.
  • 172 148 Saint-Réal, 1.
  • 173 142 Retz, 553. Voir aussi, pour conspiration, 54 Coeffeteau, 235 : « le chef de la conspiration est (...)
  • 174 120 Motteville, 38.
  • 175 117 Montglat, 125.

22Ravaillac doit avoir agi seul : « autrement », observe Fontenay-Mareuil, il serait arrivé à Henri IV quelque chose de pire « qu’aux plus grands tyrans, contre lesquels il ne s’est jamais fait de ces grandes conjurations qui aient réussy »169. Conjuration ne vise donc pas que les rois justes, mais aussi les princes dévoyés qui gouvernent égoïstement leurs sujets selon leurs caprices et leurs intérêts. Les auteurs que ce terme annonce, sont certes des méchants, des êtres perfides et haineux, lâches et parfois fous. Mais ce sont aussi bien « de très habiles gens »170, doués d’« intrépidité »171, de « courage », de « fidélité », de « prudence »172 et de « discrétion »173. Criminels, ils peuvent malgré tout mourir « regrettés de toute la France »174, comme Cinq-Mars dont on rappelle à l’occasion qu’il avait autrefois partagé les divertissements des « plus honnêtes gens de la cour »175.

  • 176 148 Saint-Réal, 1.
  • 177 120 Motteville, 39.
  • 178 De « tous ceux qui pouvoient avoir quelque part dans les conseils et dans les affaires » de la vill (...)
  • 179 47 Camus, 358.
  • 180 116 Montchrestien, 277.
  • 181 Voir p. 46.
  • 182 28 Béroalde de Verville, 150.
  • 183 28 Béroalde de Verville, 253.
  • 184 155 Sorel, 212.

23Ainsi les qualités dont ces personnages sont ornés, sont « rares » et, quelque coupables que soient leurs projets, on doit reconnaître avec Saint-Réal que « de toutes les entreprises des hommes, il n’en est point de si grandes » que leurs puissantes machinations176. Mieux encore, la conjuration de Cinq-Mars se définissait à l’origine comme un dessein « bien innocent »177. Fléchier cite plus tard une « louable conjuration de ne se séparer jamais des intérêts du roi »178. Cette orientation favorable se retrouve dans les Homélies de Camus, lorsque ce prélat appelle les députés aux Etats Généraux à se réunir en une « saincte conspiration au bien servir »179 ; elle informe encore telle page de Montchrestien où le père prétendu de l’économie politique évoque la « conspiration réciproque à bien faire » des « braves grecs » et des « magnanimes romains »180. Une cabale peut, on le sait, se faire à l’avantage du roi181. Complot enfin n’est pas toujours deshonnête : ce peut être un « complot de gayeté pour faire rire la compagnie »182, ou celui d’une jeune femme et de son mari pour se défaire d’un importun183, ou celui même de « tascher à faire devenir Lysis homme » de peur « qu’il ne luy arrivast du mal tout à bon »184.

*
* *

  • 185 21 Balzac, 199.
  • 186 148 Saint-Réal, 219.
  • 187 54 Coeffeteau, 527 ; 71 Déageant, 229 ; 81 Fauchet, 122.
  • 188 67 Corneille, 152.
  • 189 100 Le Moyne, 215.
  • 190 36 Bossuet, 295.
  • 191 41 Brébeuf, 117.
  • 192 56 Corneille, 49.
  • 193 4 Aubignac, 16 ; 31 Boileau-Despréaux, 57, 61.
  • 194 114 Molière, 510.

24« Le peuple », écrit Balzac, « ne veut pas croire qu’on a conjuré contre les roys, que quand il voit la conjuration exécutée, ny leur adjouster foy que quand ils sont morts »185. Quelque « douteux »186 qu’il soit, le succès n’est donc pas exclu, qu’il s’agisse de l’empereur Domitien, du duc Henri de Frioul ou plus modestement du ministre Déageant, tous tombés victimes de conspirations plus ou moins sanglantes formées dans le cercle de leurs proches, de leurs collègues ou de leurs « plus particuliers amis »187. « L’ennemy par des complots secrets est maistre de la ville »188, déclame-t-on dans Timocrate : ce n’est pas là l’unique catastrophe annoncée par un mot qui évoque ailleurs le massacre des chrétiens189, le martyre de saint Paul et la passion du Christ190. Cabale enfin résonne de triomphes grands et petits : autorité supprimée191, républiques asservies192, auteurs ruinés ou ravalés193, gens embarrassés194.

  • 195 73 Desmarets de Saint-Sorlin, 244.
  • 196 134 Racine, 608.
  • 197 54 Coeffeteau, 333.
  • 198 dans 109 Molé, 4, 290.
  • 199 dans 109 Molé, 1, 372.

25Cabale, complot, conjuration et conspiration ne sont donc point synonymes d’échec. Leur échec n’est pas non plus synonyme de punition, ni même de dénonciation, puisqu’un « céleste secours »195 est souvent la cause que les complots ont été rompus : les poètes le prétendent, tel dramaturge le confirme196, et il s’est trouvé un docte pour mentionner dans son Histoire romaine une conjuration arrêtée par les dieux197. Ni le roi très chrétien, ni son ministre Marillac ne donneraient tort à ces auteurs : le premier rend publiquement grâce au Très-Haut de lui avoir donné connaissance de la « détestable conjuration » de Cinq-Mars198 ; le second se réjouit quelques années plus tôt qu’il ait « plu à Dieu » de découvrir la « prodigieuse conspiration » de l’odieux Chalais199.

  • 200 Avec conjuration : 54 Coeffeteau, 333. Avec conspiration : 161 Urfé, 4, 713. Avec complot : 57 Corn (...)
  • 201 19 Balzac, 450 (avec conjuration).
  • 202 59 Corneille, 93.
  • 203 54 Coeffeteau, 229.

26La punition est probable, le suicide est toujours possible200, mais la clémence parfois paraît « meilleure que la justice »201. « Peu attendue », elle dissipe toute la haine de ceux qui ont trempé dans une conspiration202. « Insigne », elle éteint pour l’avenir « tous les soupçons et toutes les défiances de conjurations »203. Son irruption porte à son comble la versatilité des mots : conspiration peut dire aussi bien la mort du prince que son providentiel salut, la perte des assassins que leur inespéré pardon.

*
* *

  • 204 Richelieu dans 119 Montrésor, 220 ; 142 Retz, 553 : 148 Saint-Réal, 6.
  • 205 5 Aubignac, 45.
  • 206 Entre quelques ministres, dénoncée comme une conspiration par leurs ennemis (88 Goulas, 1, 452).
  • 207 Entre les ennemis du prince (117 Montglat, 233).
  • 208 17 Balzac, 321 ; 22 Balzac, 227.
  • 209 117 Montglat, 130.

27Conjuration signale un crime. Il se donne plus simplement pour une « affaire »204. Il nomme un dessein. Mais un critique de théâtre est en droit d’y voir une « action »205. Conspiration se dit d’un projet et plus exactement d’une méchante entreprise. Il décrit aussi bien un groupe ou une relation, une « union »206, une « intelligence »207, une « amitié »208 qu’un particulier juge offensive, ou l’Etat dangereuse. L’objet que ce mot désigne est unique : on ne conspire pas deux fois. Il est pourtant, de l’avis même du roi, des conspirations « si souvent recommencées »209...

  • 210 16 Balzac, 147.
  • 211 Avec conjuration : 144 Richelieu, 6, 73 ; 76 Esprit, 117 ; 27 Bernier, 388. Avec complot : 52 Charr (...)
  • 212 Avec conjuration : 98 Le Bref, 254. Avec conspiration : 49 Canault, 145.
  • 213 Avec complot : 13 Auvray, 245 ; 134 Racine, 698. Avec conjuration : 38 Bouhours, 110.
  • 214 144 Richelieu, 6, 115. Pour menées, voir chap. 1, n. 131.

28Cabale évoque la rivalité plus que l’insubordination dont conjuration, conspiration et complot seraient à l’inverse plus fortement chargés. Mais ces trois derniers mots, quelque annonciateurs de révolte qu’ils soient, déclinent aussi le registre de la division : « fameuse conjuration », écrit Balzac, « qui d’un estat en fit deux, et qui partagea la cour, les villes et les familles »210. L’association avec faction n’est pas rare211 ; elle se rencontre avec menées212 et ligue213, termes auxquels cabale est également lié214. Aussi est-on conduit pour finir à se demander si le semblant d’ordre mis en évidence dans le chapitre premier est autre chose qu’un faux-semblant : s’il ressort avec tant de netteté, n’est-ce pas, tout simplement, parce qu’on a fait l’impasse sur quelques difficultés ?

III

29Objets politiques vainement dirigés contre l’autorité civile non pas par le peuple, mais par quelques grands, quelque prince ou quelque favori : ainsi a-t-on défini à titre provisoire la classe dans laquelle pourraient se ranger cabale, complot, conjuration et conspiration. Exception faite de son premier mot, qui est aussi le plus vague, il n’est finalement pas un terme de cette définition qui puisse être tenu pour une synthèse satisfaisante d’un usage caractérisé par ses variations individuelles et sa remarquable dispersion. « Politique » n’est pas la règle. « Vainement dirigés » devrait quelquefois céder la place à « dirigés avec succès », et « autorité civile » à « personnes particulières ». « Civile » se pourrait à son tour remplacer par « religieuse ». La suite de la définition est trop restrictive : mieux vaudrait dire « par des auteurs de toute nature ». Il est permis d’ajouter une marque péjorative, ou laudative, ou rien du tout : c’est selon. Préciser « objet » serait enfin une entreprise digne d’être tentée : mais les candidats se multiplieraient dangereusement, sans qu’on puisse en retenir un seul qui exprime avec pertinence la véritable nature des choses désignées par les quatre mots, ou par un seul d’entre eux. La copie paraît donc à revoir, de même d’ailleurs qu’il faudrait revenir sur les distinctions reconnues entre cabale, complot, conjuration et conspiration, dont peu s’imposent à longueur de textes.

  • 215 L’analyse doit alors prendre en compte tous les sens des mots cabale, complot, conjuration et consp (...)

30Pour surmonter ces difficultés, on peut bien sûr partir de l’observation qu’il est des situations et des contextes plus fréquents que d’autres, de sorte que pour chacun des mots considérés, certains emplois paraissent plus répandus et d’autres moins, voire peu. Rien n’interdit alors de décider que les plus extravagants sont incorrects, que le plus fréquent est au contraire le sens propre et que les autres dérivent de celui-ci selon des voies qu’une analyse logique peut reconnaître. Rien n’empêche non plus de partir de l’histoire, de dégager un sens premier, même rare, et déroulant ensuite le fil du temps de montrer l’apparition de sens par extension, ou figurés, attachés ou non à des niveaux de langage, ou à des catégories professionnelles. Dans un cas comme dans l’autre, la méthode suivie permet de substituer à la confusion bruyante des textes des descriptions ordonnant chaque mot en quelques acceptions215.

  • 216 On séparera par exemple les occurrences non de conjuration, mais de conjurer, entre « conjurer quel (...)
  • 217 On opposera donc « conjuration contre le prince ou l’Etat » à « conjuration contre un particulier » (...)
  • 218 On distinguera alors « conjuration contre le prince ou l’Etat » de conjuration comme exorcisme, sur (...)

31Ces descriptions ne peuvent à leur tour être effectuées qu’autant que la matière brute des textes aura au préalable été travaillée à l’aide de distinctions permettant soit de séparer les termes homonymes, soit de classer les occurrences d’un même mot et donc de répartir celles-ci entre différents emplois. Ce classement trouve un premier principe dans le fonctionnement grammatical216, stylistique217 ou social218 de la langue ; il s’appuie aussi sur des oppositions notionnelles - entre homme et nature, civil et ecclésiastique, politique et économique, prince et Etat, société et Etat, public et privé, religieux et profane, dessein et action, bien et mal, mots et choses, etc. -, grâce auxquelles il est par exemple possible de séparer une acception méliorative et une acception péjorative de conspiration, un sens politique et un sens domestique de conjuration, ou encore de placer « complot des voleurs » et « complot des éléments » sur deux plans différents de sorte que le deuxième pourra éventuellement être présenté comme un emploi par extension du premier. Se pose toutefois la question de la pertinence du choix, du point d’application et de la combinaison de ces oppositions.

32Il peut paraître légitime de jouer sur les deux registres du public et du privé pour distinguer deux sens du mot cabale : 1. contre le prince ou l’Etat, et 2. contre un particulier. Il reste toutefois à décider si l’on doit appliquer ce critère aux victimes, comme cela vient d’être fait, ou plutôt aux auteurs, ce qui produit un tout autre résultat : 1. formées par le prince ou l’Etat, et 2. formées par un particulier. Une autre idée pourrait être de combiner cette première distinction avec le couple bien - mal, et de l’appliquer à conspiration, soit : 1. (en mauvaise part) contre le prince ou l’Etat, 2. (en mauvaise part) contre un particulier ; ou bien 1. (en bonne part) formée par le prince ou l’Etat, 2. (en mauvaise part) tramée par un particulier ; ou encore 1. (en bonne part) en faveur du prince ou de l’Etat, 2. (en mauvaise part) contre le prince ou l’Etat, etc. Continuant avec complot, tel choix produit 1. complot des éléments, 2. complot des hommes, et tel autre 1. complot contre les dieux ; 2. complot contre les princes ; 3. complot contre des particuliers. Il faut ensuite rédiger des définitions, et dire par exemple si conjuration est dessein, ou action, ou union, ou faction, et si ce terme concerne un prince plutôt qu’un souverain, un Etat plutôt qu’un royaume, le repos de la couronne plutôt que la liberté publique. Puis on en vient à agencer l’ensemble en donnant la préférence à des formules qui tantôt rejettent certains emplois dans l’ombre, et tantôt au contraire les valorisent. Ainsi pour complot : 1. (rare) mauvais dessein d’un prince, 2. (par extension) mauvais dessein de ses sujets ; ou à l’inverse : 1. union condamnable des méchants contre leur Dieu, leur sauveur, 2. (par extension) faction de mauvais sujets contre leur prince ou l’Etat, 3. (en raillerie) union de quelques particuliers contre un autre, etc., etc.

33Il est évident que certaines de ces formulations sont peu soutenues par les textes et doivent donc être écartées au profit d’autres pour lesquelles des exemples s’offrent en masse. Mais il n’est pas moins constant qu’il peut exister plusieurs solutions pour chaque mot, dont aucune n’est la plus vraie et dont chacune convainc plus ou moins selon qu’on attache du prix à tel critère justifiant à son tour telle distinction entre les acceptions et telle organisation des sens. De sorte qu’il est assez vain d’espérer substituer à la dispersion et à la continuité des significations la certitude dernière d’une structure des sens existant par elle-même et dominant de son indiscutable autorité les articles de dictionnaire rédigés par les lexicographes du Grand Siècle.

  • 219 On fait ici allusion au Lessico filosofico dei secoli XVII e XVIII, publié à Rome dans le cadre du (...)

34Face à l’incertitude qui semble la règle, deux voies extrêmes paraissent donc s’ouvrir, qui ont l’une et l’autre le mérite de faire un sort à toutes les occurrences et de maintenir l’enquête à son niveau le plus général, qui est celui de la langue : ou bien refaire le travail des anciens dictionnairistes, et donner des mots une description organisée fondée sur une analyse qui, quelque sérieuse et critique qu’elle soit, restera toujours un point de vue laissant transparaître ses présupposés ; ou bien égrener les différentes occurrences de ces mêmes mots en dressant le constat de leur irréductible irrégularité et, plus profondément, de l’impossibilité qu’il y a de faire autre chose que de proférer le sens dans sa dispersion. On ne suivra pas cette seconde piste, bien qu’elle ait sa légitimité et qu’elle ait récemment été parcourue par les auteurs d’une monumentale - et recommandable - entreprise219. On ne s’engagera pas non plus sur la première, puisqu’on nourrit ici l’ambition de décrire l’usage pour lui rapporter ensuite les dictionnaires, et non celle d’ajouter aux articles composés par les lexicographes contemporains de Louis XIV de nouvelles interprétations des mots sans doute moins ingénieuses que les leurs. Mais l’usage de ces mêmes mots peut-il, en fait, être seulement décrit ? Et s’il ne le peut pas, la voie qu’on a voulu emprunter - décrire la confusion originelle que le dictionnaire se propose d’ordonner - ne débouche-t-elle pas sur une impasse ?

*
* *

35L’analyse conduite au chapitre précédent ne donne qu’une vue partielle du sens pris par cabale, complot, conjuration et conspiration dans des textes dont les leçons se signalent en réalité par une remarquable cacophonie. La poursuivre ou, mieux, la reprendre en observant les critères qui sont ceux de la lexicographie, permettrait sans aucun doute de parvenir à une description plus satisfaisante, dans laquelle toutes les occurrences tirées des sources - ou presque - trouveraient une place. Mais cette description serait en fait une synthèse ou, plus exactement, une interprétation inévitablement informée par le point de vue de son auteur : elle ne serait plus la langue, ni l’usage auxquels confronter les dictionnaires, mais déjà un dictionnaire, ou plutôt le fragment d’un nouveau dictionnaire du français du XVIIe siècle, véhiculant quelques définitions plus aptes à guider un hypothétique rédacteur qu’à représenter dans leur effrayante irrégularité les textes déjà écrits.

36Versatile et insaisissable, l’usage semble se refuser à toute description qui ne soit pas quelque chose de plus qu’elle-même. Il se donne, mais ne s’ordonne pas d’emblée, et autorise seulement des remarques détachées dont la validité est incontestable, mais dont la juxtaposition n’épuise jamais la richesse de la matière à traiter. On observera ainsi, à défaut de mieux, que cabale, complot, conjuration et conspiration sont tous susceptibles de prendre un sens politique ; que ce sens peut renvoyer à des manifestations d’opposition ou, à l’inverse, à des entreprises du pouvoir souverain ; qu’il n’est, de surcroît, jamais le seul ; que chacun des termes observés donne enfin lieu à des emplois ambivalents, tantôt très négatifs, tantôt moins, tantôt étroitement associés à la promesse d’un échec et à la certitude d’une punition, tantôt plus ouverts à l’hypothèse d’un succès ou à l’espérance d’un pardon.

37Ce n’est donc pas, en définitive, que cabale, complot, conjuration et conspiration ne veuillent rien dire. C’est plutôt qu’ils visent d’un texte et d’un contexte à un autre des objets différents, proches, mais dissemblables, et de surcroît diversement agencés, comme s’il n’existait pas de sens commun, mais seulement le moyen d’une communication toujours possible et le motif d’une équivoque perpétuellement renouvelée : sur les mots, bien sûr, mais aussi sur les choses dont ces termes sont censés parler.

Notes

1 117 Montglat, 7.

2 117 Montglat, 50.

3 117 Montglat, 133.

4 117 Montglat, 120.

5 117 Montglat, 131.

6 117 Montglat, 142.

7 117 Montglat, 116.

8 117 Montglat, 173, 222.

9 117 Montglat, 50, 126, 130.

10 117 Montglat, 130.

11 117 Montglat, 173.

12 117 Montglat, 223.

13 117 Montglat, 131.

14 117 Montglat, 224.

15 117 Montglat, 26.

16 117 Montglat, 139.

17 117 Montglat, 16.

18 117 Montglat, 142.

19 117 Montglat, 116.

20 Voir plus haut, n. 6-7.

21 117 Montglat, 16.

22 117 Montglat, 125.

23 117 Montglat, 256.

24 117 Montglat, 81.

25 117 Montglat, 81.

26 117 Montglat, 142.

27 117 Montglat, 252.

28 Outre l’exemple cité n. 23, voir 117 Montglat 201 (c. des « frondeurs du Parlement »), 226 (des princes de Condé et de Conti, et du duc de Longueville), 236 (de la duchesse de Chevreuse, « réunie avec le cardinal par la prison des princes »), 240 (des frondeurs, contre Mazarin), 245 (« des frondeurs »), 250 (« de la Fronde »).

29 117 Montglat, 195.

30 117 Monglat, 16.

31 117 Montglat, 24.

32 117 Montglat, 59.

33 117 Montglat, 38, 48.

34 117 Montglat, 16.

35 117 Montglat, 50.

36 Voir par ex. 144 Richelieu, 6, 5.

37 144 Richelieu, 2, 60.

38 144 Richelieu, 6, 32.

39 144 Richelieu, 2, 35 (avec conspiration).

40 144 Richelieu, 6, 121 (avec conspiration).

41 144 Richelieu, 2, 68. Dans les Mémoires, dessein n’est pas nécessairement favorable : « desseins » des princes de se défaire du maréchal d’Ancre (2, 35, 42), « dessein des conjurés » (2, 68), « dessein » du maréchal d’Ornano et de ses amis (6, 11, 13, 32) ; la conspiration contre César était un « exécrable dessein » (6, 5).

42 144 Richelieu, 2, 69.

43 144 Richelieu, 2, 71. La remarque faite précédemment pour dessein s’applique également à entreprise : « entreprises » des princes contre le maréchal d’Ancre (2, 53), « entreprise » de l’Espagne et des huguenots contre l’Etat (6, 38).

44 144 Richelieu, 2, 68.

45 Ibid.

46 144 Richelieu, 6, 37.

47 144 Richelieu, 6, 73 (il s’agit de Chalais).

48 144 Richelieu, 2, 49 (1616).

49 144 Richelieu, 2, 94 et 6, 115.

50 144 Richelieu, 6, 23.

51 144 Richelieu, 6, 41, 48, 93, 126, 155, 192.

52 144 Richelieu, 6, 38.

53 144 Richelieu, 6, 42.

54 144 Richelieu, 6, 42.

55 144 Richelieu, 6, 2.

56 144 Richelieu, 6, 191.

57 144 Richelieu, 6, 40.

58 144 Richelieu, 6, 5.

59 144 Richelieu, 6, 30.

60 144 Richelieu, 6, 39.

61 144 Richelieu, 6, 38.

62 144 Richelieu, 6, 38.

63 144 Richelieu, 2, 88.

64 144 Richelieu, 2, 88.

65 144 Richelieu, 2, 60.

66 144 Richelieu, 2, 35.

67 144 Richelieu, 2, 55.

68 144 Richelieu, 2, 38.

69 144 Richelieu, 6, 5, 6, 8, 9, 23, 30, etc.

70 144 Richelieu, 6, 32 ; voir aussi 6, 97, 121.

71 144 Richelieu, 6, 5.

72 144 Richelieu, 6, 192.

73 144 Richelieu, 6, 151.

74 144 Richelieu, 6, 37.

75 144 Richelieu, 6, 39.

76 144 Richelieu, 6, 44.

77 88 Goulas, 1, 293, 294, 296, 307, 310.

78 88 Goulas, 1, 352, 394 et 2, 13.

79 88 Goulas, 1, 452. Mais ils ne font précisément que l’« estimer » telle, et Goulas ne leur donne pas explicitement raison.

80 88 Goulas, 2, 8.

81 .88 Goulas, 1, 380, 396.

82 88 Goulas, 1, 388, 398.

83 88 Goulas, 1, 397.

84 88 Goulas, 2, 377.

85 88 Goulas, 1, 16.

86 88 Goulas, 1, 416.

87 88 Goulas, 1, 103.

88 88 Goulas, 2, 287. Le mémorialiste parle ensuite de la « cabale » des frondeurs ou, plus spécifiquement, de celle du Parlement et des ennemis de Mazarin (2, 380, 386).

89 88 Goulas, 2, 390.

90 88 Goulas, 2, 254.

91 En l’espèce : l’exil de Fontrailles en 1648 et les intrigues de la veuve d’Ornano contre un proche de Gaston.

92 88 Goulas, 1, 56.

93 88 Goulas, 1, 92.

94 88 Goulas, 1, 94.

95 88 Goulas, 1, 104.

96 88 Goulas, 1, 99.

97 88 Goulas, 2, 118.

98 138 Racine, 207 (avec complot).

99 26 Bensérade, 51.

100 89 Gournay, 32.

101 54 Coeffeteau, 301.

102 36 Bossuet, 215.

103 99 Le Comte, 216.

104 106 Maynard, 30.

105 99 Le Comte, 195.

106 86 Garasse, 1011.

107 86 Garasse, 91.

108 71 Déageant, 237 (avec conspiration).

109 80 Fauchet, 242 (« église... bruslée par la malice et conspiration d’aucuns »).

110 2 Arnauld d’Andilly, 2, 33 ; voir aussi 152 Sévigné, 2, 607.

111 17 Balzac, 344 ; voir aussi 22 Balzac, 62.

112 112 Molière, 318.

113 58 Corneille, 322.

114 128 Patin, 1, 622 (avec cabale).

115 32 Boileau-Despréaux, 113 (avec cabale). Voir aussi 31 Boileau-Despréaux, 57, 61.

116 131 Racan, 53, 175 (avec complot).

117 114 Molière, 510 (avec cabale).

118 52 Charron, 15.

119 150 Scudéry, 217 (avec complot).

120 117 Montglat, 224, 256 (voir p. 46). Voir aussi 101 Lenet, 214.

121 95bis La Rochefoucauld, 2, 122.

122 119 Montrésor, 199 ; voir aussi 91 La Châtre, 273.

123 44 Bussy-Rabutin, 2, 195.

124 147 Saint-Réal, 85.

125 148 Saint-Réal, 11.

126 129 Peiresc, 3, 104 (il s’agit du roi d’Angleterre).

127 88 Goulas, 2, 118.

128 84 Fontenay-Mareuil, 13.

129 84 Fontenay-Mareuil, 47.

130 120 Motteville, 36.

131 49 Canault, 48.

132 36 Bossuet, 215.

133 36 Bossuet, 112.

134 99 Le Comte, 13 (avec conjuration), 301 (avec complot).

135 54 Coeffeteau, 563 (avec conjuration).

136 73 Desmarets de Saint-Sorlin, 269 (avec complot).

137 81 Fauchet, 86 (avec conspiration).

138 144 Richelieu, 6, 30 (avec cabale).

139 17 Balzac, 344 (avec conspiration).

140 54 Coeffeteau, 433 (avec conjuration).

141 131 Racan, 188 (avec complot).

142 4 Aubignac, 80 (avec complot).

143 137 Racine, 469 (avec complot).

144 « Le rebelle Alidor » (63 Corneille, 291, avec complot).

145 17 Balzac, 321 (avec conspiration).

146 161 Urfé, 4, 713 (avec conspiration).

147 48 Camus, 490 (avec conspiration).

148 67 Corneille, 152 (avec complot).

149 23 Bassompierre, 3, 24 (avec cabale).

150 128 Patin, 1, 533 (avec cabale).

151 31 Boileau-Despréaux, 61 (avec cabale).

152 83 Fénelon, 154 (avec cabale).

153 107 Mersenne, 1, 164 (avec cabale). Voir aussi 52 Charron, 173 (avec complot).

154 112 Molière, 318 (avec conspiration).

155 102 Mairet, 187 (avec complot).

156 66 Corneille, 96 (avec complot).

157 101 Lenet, 225 (avec conjuration et cabale).

158 143 Retz, 2, 420 (avec cabale). Voir aussi 36 Bossuet, 108 (avec conspiration).

159 18 Balzac, 573 (avec conjuration).

160 86 Garasse, 87 (avec cabale).

161 86 Garasse, 75 (avec conspiration et cabale).

162 99 Le Comte, 195 (avec conspiration).

163 89 Gournay, 32 (avec complot).

164 128 Patin, 1, 95 (avec conspiration). Voir aussi 2 Arnauld d’Andilly, 2, 85 (avec cabale) et 69 Cyrano de Bergerac, 178 (avec conspiration).

165 128 Patin, 1, 226 ; 132 Racine, 536 (avec cabale).

166 Avec cabale : 132 Racine, 453, 481 ; 126 Pascal, 320. Avec complot : 132 Racine, 437.

167 84 Fontenay-Mareuil, 288 (avec cabale).

168 Avec conspiration : 71 Déageant, 239. Avec cabale : 41 Brébeuf, 81 ; 86 Garasse, 1011 ; 145 Richelieu, 101.

169 84 Fontenay-Mareuil, 17.

170 70 Daniel, 380 (avec conjuration).

171 95 La Rochefoucauld, 334.

172 148 Saint-Réal, 1.

173 142 Retz, 553. Voir aussi, pour conspiration, 54 Coeffeteau, 235 : « le chef de la conspiration estoit un jeune seigneur du païs nommé Arminius, doüé de toutes sortes de bonnes qualitez, vaillant, accort, secret et prudent pardessus son âge ».

174 120 Motteville, 38.

175 117 Montglat, 125.

176 148 Saint-Réal, 1.

177 120 Motteville, 39.

178 De « tous ceux qui pouvoient avoir quelque part dans les conseils et dans les affaires » de la ville de Clermont-Ferrand (E. Fléchier, Mémoires... sur les grands-jours d’Auvergne en 1665, éd. A. Chéruel, Paris, 1856, p. 3).

179 47 Camus, 358.

180 116 Montchrestien, 277.

181 Voir p. 46.

182 28 Béroalde de Verville, 150.

183 28 Béroalde de Verville, 253.

184 155 Sorel, 212.

185 21 Balzac, 199.

186 148 Saint-Réal, 219.

187 54 Coeffeteau, 527 ; 71 Déageant, 229 ; 81 Fauchet, 122.

188 67 Corneille, 152.

189 100 Le Moyne, 215.

190 36 Bossuet, 295.

191 41 Brébeuf, 117.

192 56 Corneille, 49.

193 4 Aubignac, 16 ; 31 Boileau-Despréaux, 57, 61.

194 114 Molière, 510.

195 73 Desmarets de Saint-Sorlin, 244.

196 134 Racine, 608.

197 54 Coeffeteau, 333.

198 dans 109 Molé, 4, 290.

199 dans 109 Molé, 1, 372.

200 Avec conjuration : 54 Coeffeteau, 333. Avec conspiration : 161 Urfé, 4, 713. Avec complot : 57 Corneille, 433.

201 19 Balzac, 450 (avec conjuration).

202 59 Corneille, 93.

203 54 Coeffeteau, 229.

204 Richelieu dans 119 Montrésor, 220 ; 142 Retz, 553 : 148 Saint-Réal, 6.

205 5 Aubignac, 45.

206 Entre quelques ministres, dénoncée comme une conspiration par leurs ennemis (88 Goulas, 1, 452).

207 Entre les ennemis du prince (117 Montglat, 233).

208 17 Balzac, 321 ; 22 Balzac, 227.

209 117 Montglat, 130.

210 16 Balzac, 147.

211 Avec conjuration : 144 Richelieu, 6, 73 ; 76 Esprit, 117 ; 27 Bernier, 388. Avec complot : 52 Charron, 464 ; 100 Le Moyne, 7, 31 ; 143 Retz, 2, 66.

212 Avec conjuration : 98 Le Bref, 254. Avec conspiration : 49 Canault, 145.

213 Avec complot : 13 Auvray, 245 ; 134 Racine, 698. Avec conjuration : 38 Bouhours, 110.

214 144 Richelieu, 6, 115. Pour menées, voir chap. 1, n. 131.

215 L’analyse doit alors prendre en compte tous les sens des mots cabale, complot, conjuration et conspiration, y compris ceux qui sortent du domaine du politique (cabale comme science occulte ; conjuration comme adjuration, exorcisme, sortilège, etc.).

216 On séparera par exemple les occurrences non de conjuration, mais de conjurer, entre « conjurer quelqu’un » et « conjurer contre quelqu’un ».

217 On opposera donc « conjuration contre le prince ou l’Etat » à « conjuration contre un particulier », sur le motif que le second ne se dirait qu’« en raillerie ».

218 On distinguera alors « conjuration contre le prince ou l’Etat » de conjuration comme exorcisme, sur le fondement que le second est un terme d’Eglise.

219 On fait ici allusion au Lessico filosofico dei secoli XVII e XVIII, publié à Rome dans le cadre du Lessico intelletuale europeo. Sur la méthode retenue pour cet ouvrage, d’où toute définition terminologique ou conceptuelle est exclue, on se reportera à T. Gregory, « Rapport sur les activités du Lessico intelletuale europeo », dans Primo colloquio internazionale del lessico intelletuale europeo, éd. M. Fattori, M. Bianchi, Rome, 1976, p. 38.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search