Version classiqueVersion mobile

La conjuration des dictionnaires

 | 
Jean-Claude Waquet

Première partie. L'universelle confusion des mots

Chapitre Ier. Toutes les apparences de l’ordre

Texte intégral

  • 1 Conformément à l’idée, répandue au XVIIIe siècle, selon laquelle il n’existait pas de véritables sy (...)

1L’examen des sens pris au XVIIe siècle par cabale, complot, conjuration et/conspiration permet de comprendre pourquoi l’usage a si souvent confondu ces mots. Pour autant, il ne disqualifie pas entièrement les efforts des synonymistes, dont l’ambition était de distinguer chaque terme en lui reconnaissant une signification singulière, irréductible à celle que portent les trois autres1. Il se dégage en effet une sorte de socle sémantique minimal commun aux quatre mots examinés, mais aussi une opposition nette entre deux d’entre eux - cabale et conjuration-, ainsi qu’une série de facteurs qui rapprochent sans pour autant les confondre complot, conjuration et conspiration. L’ordre ainsi aperçu se complique quelque peu si l’on prend en compte la spécificité des genres littéraires, qui font une consommation variable de cabale, complot, conjuration et conspiration tout en les chargeant à chaque fois d’un sens particulier, de sorte que, pour donner un exemple, le complot des poètes n’est point exactement le même que celui des tragiques. Mais reste malgré tout l’impression provisoire qu’un ordre peut être reconnu, qu’à chacun des termes étudiés, quelques sens bien articulés peuvent être assignés et que ces sens sont de surcroît si largement reçus qu’il est possible d’espérer en une dénomination des choses dénuée d’équivoque.

I

  • 2 90 Joly, 51.
  • 3 144 Richelieu, 6, 32. On trouve aussi « terrible » (avec complot : 36 Bossuet, 295 : 76 Esprit, 101 (...)
  • 4 147 Saint-Réal, 81. On trouve également « horrible » avec conjuration (132 Racine, 437) et avec con (...)
  • 5 54 Coeffeteau, 558 ; le roi dans 109 Molé, 4, 290. De même avec complot : 54 Coeffeteau, 133, 301 ; (...)
  • 6 « Méchante » conspiration : 81 Fauchet, 232. Conjuration comme « méchanceté » : 54 Coeffeteau, 558  (...)
  • 7 « Noir » avec complot : 40 Brébeuf, 79 ; 66 Corneille, 103 ; 137 Racine, 498 ; avec conjuration : 1 (...)
  • 8 Complot « cruel » (149 Schélandre, 141 ; 162 Viau, 195), « inhumain » (150 Scudéry, 217 ; 100 Le Mo (...)
  • 9 Complot « vain » (131 Racan, 35, 38, 42, 272), « inutile » (36 Bossuet, 215).
  • 10 Complots « insolens » (73 Desmarets de Saint-Sorlin, 297), « téméraires » (131 Racan, 139).
  • 11 Cabales « extravagantes » (111 Molière, 337). Complot « furieux » (74 Du Ryer, 75). « Furieuse » co (...)
  • 12 Cabale « feinte » (128 Patin, 622), « mystérieuse » (86 Garasse, 267). « Traistres » complots (73 D (...)
  • 13 Complot « dangereux » (134 Racine, 659), « funeste » (3 Assoucy, 5 ; 55 Colletet, 86 ; 66 Corneille (...)
  • 14 « Méchans » (cabale des : 90 Joly, 5 ; complot des : 131 Racan, 107 ; 134 Racine, 608 ; conjuration (...)
  • 15 Cabale d’un « traistre » (158 Tristan L’Hermite, 73). Complots de « perfides auteurs » (58 Corneill (...)
  • 16 « Jeune esvanté, qui est un des principaux de la cabale » (86 Garasse, 267).
  • 17 Complots des « âmes insensées » (106 Maynard, 30).
  • 18 Complots des « âmes forcenées » (103 Malherbe, 5 ; 131 Racan, 343).
  • 19 Cabale de « jeunes gens addonnez à leurs sens » (107 Mersenne, 1, 164).
  • 20 Complots des « esprits audacieux » (162 Viau, 167).
  • 21 Complots des « cœurs ambitieux » (131 Racan, 86). « Tous les complots que fait l’ambition» (74 Du R (...)
  • 22 Avec cabale : 49 Canault, 127. Avec complot : 100 Le Moyne, 7, 31.
  • 23 Complot de « trois fourbes » (4 Aubignac, 80).
  • 24 47 Camus, 233 (avec conspiration).
  • 25 131 Racan, 154 (avec complot).
  • 26 131 Racan, 140 (avec complot).
  • 27 Découvrir, découverte, avec conjuration : 16 Balzac, 157 ; 17 Balzac, 364 ; 19 Balzac, 450 ; 42 Bri (...)
  • 28 Dissiper, dissipée, avec cabale : 49 Canault, 127 ; le roi dans 109 Molé, 3, 87 ; 117 Montglat, 256 (...)
  • 29 Avec cabale : 88 Goulas, 2, 377. Avec conjuration : 54 Coeffeteau, 387 ; 91 La Châtre, 292. S’emplo (...)
  • 30 Avec conjuration : 54 Coeffeteau, 400. S’emploie aussi avec conspiration (80 Fauchet, 174).
  • 31 88 Goulas, 2, 118 (avec cabale). Une conspiration peut « éclater » (117 Montglat, 26, 232).
  • 32 54 Coeffeteau, 413 (avec conjuration).
  • 33 Les « boute-feux » « allument » une cabale (144 Richelieu, 6, 39).
  • 34 97 La Fayette, 6 (avec cabale).
  • 35 Conjurations « esteintes » (21 Balzac, 281).
  • 36 25 Beauvais-Nangis, 299 (avec conjuration). S’emploie aussi avec conspiration : 75 Dupleix, 396.
  • 37 Avec cabale : 144 Richelieu, 6, 38. Avec conjuration : 25 Beauvais-Nangis, 299 ; 54 Coeffeteau, 398 (...)

2La seule évocation de ce que nos quatre mots désignent, suscite ordinairement chez les écrivains du Grand Siècle des réactions de peur, d’horreur ou d’exécration : cabale qu’il faut « craindre »2, « effroyable » conspiration3, « horrible » complot4, « détestable » conjuration5. Les autres adjectifs qui qualifient ces termes sont accusateurs : le registre sur lequel ils jouent, est tantôt celui de la méchanceté6, de la noirceur7 et de la cruauté8, tantôt celui de la vanité9, de la présomption10, de la déraison11, de la dissimulation et de la perfidie12, tantôt encore celui du danger, de la destruction et de la mort13. Les personnages qui apparaissent, ne valent guère mieux : auteurs d’une conjuration, fauteurs d’un complot, participants d’une cabale ou ministres d’une conspiration, ils se signalent eux aussi par leur méchanceté14 et leur manque de parole15 ; ce sont encore des « esvantés »16, des insensés17, des forcenés18, des débauchés19 ; ce sont enfin des audacieux20, des ambitieux21, des « factieux »22, des « fourbes »23, des « délinquans »24, « fiers » et « sauvages »25, « vains et sanguinaires »26. Ce qu’ils font se dérobe à la lumière, ou l’obscurcit : aussi « découvre »-t-on les conjurations27, et « dissipe »-t-on les cabales28. Les unes et les autres sont des bains infects : on y « trempe »29, on s’y « mêle »30. Ce sont tout aussi bien des « mines »31, des « flammes civiles »32, des feux33 en un mot qui vont se déchaîner si on ne les « étouffe »34 ni ne les éteint35. Invisibles et ramifiées, elles s’« ourdissent »36 et se « trament »37.

  • 38 42 Brienne, 50 (avec cabale).
  • 39 42 Brienne, 74 (avec cabale).
  • 40 117 Montglat, 142 (avec cabale).
  • 41 Avec cabale : 2 Arnauld d’Andilly, 2, 29 ; 39 Bourdaloue, 91 ; 78 Estrées, 378 ; 126 Pascal, 320 ; (...)
  • 42 25 Beauvais-Nangis, 285 ; 81 Fauchet, 103 (avec conjuration).
  • 43 70 Daniel, 115 (avec conspiration).
  • 44 54 Coeffeteau, 130 (avec conspiration).
  • 45 23 Bassompierre, 1, 96 (avec conspiration).
  • 46 84 Fontenay-Mareuil, 47 (avec cabale).
  • 47 81 Fauchet, 193 (avec conjuration).
  • 48 Avec cabale : 49 Canault, 127 ; 144 Richelieu, 6, 9-10. Avec conjuration : 27 Bernier, 388.
  • 49 104 Malleville, 60 (avec complot).
  • 50 117 Montglat, 116 (avec conjuration).
  • 51 123 Naudé, 153 (avec cabale).
  • 52 80 Fauchet, 174 ; 82 Fénelon, 297 (avec conspiration).
  • 53 54 Coeffeteau, 375 (avec conjuration).
  • 54 Beaufort : 45 Campion, 150sq (avec conspiration, complot) ; 44 Bussy-Rabutin, 1, 152 (id.) ; 143 Re (...)
  • 55 Gaston d’Orléans : 2 Arnauld d’Andilly, 2, 29 (avec cabale) ; Goulas, 1, 293 (avec conjuration) ; l (...)
  • 56 Avec complot : 146 Rotrou, 75. Avec conspiration : 54 Coeffeteau, 527.
  • 57 5 Aubignac, 306 (avec conjuration).
  • 58 36 Bossuet, 108 (avec conjuration).
  • 59 81 Fauchet, 200 (avec conspiration).
  • 60 137 Racine, 494 (avec complot).

3Elles s’ourdissent et se trament : cabale, complot, conjuration et conspiration ne désignent donc pas des phénomènes de la nature, mais des œuvres humaines. Leurs ennemis les « rompent »38, les « détruisent »39 ou les « ruinent »40. Auparavant, leurs auteurs les ont « formées »41 ou même « machinées»42. Sujets d’un prince ou citoyens d’une république, peu importe qu’ils aient nom Callisthène43 ou Brutus44, Biron45 ou Bouillon46 : ils se recrutent de toute façon parmi les « seigneurs et hommes illustres »47, les « grands »48, les « plus grands »49, les « principaux du royaume »50, ceux enfin « qui se trouvent les plus riches, et les plus puissants d’amis, de faveurs et d’argent »51. Ils sont souvent de la même race que le maître lui-même, ou font partie de son entourage le plus immédiat : les fils du prince52 côtoient donc la mère de l’empereur53, l’avatar d’une maîtresse royale54, le frère du souverain55, sa femme56, son favori57, son secrétaire58, ses « domestiques »59 ou son eunuque60.

  • 61 Avec cabale : 129 Peiresc, 3, 104 ; 144 Richelieu, 2, 88. Avec complot : 74 Du Ryer, 43 ; 136 Racin (...)
  • 62 30 Béthune, 410 (avec conjuration).
  • 63 Avec cabale : 23 Bassompierre, 3, 180 ; 84 Fontenay-Mareuil, 288. Avec conspiration : 23 Bassompier (...)
  • 64 Avec cabale : 132 Racine, 453. Avec complot : 100 Le Moyne, 7. Avec conjuration : 98 Le Bret, 259. (...)
  • 65 70 Daniel, 115 (avec conspiration).
  • 66 52 Charron, 11 (avec conspiration).
  • 67 54 Coeffeteau, 397, 101 bis Le Noble, 1, 113 (avec conjuration) ; 101 bis Le Noble 113 (avec conspi (...)
  • 68 73 Desmarets de Saint-Sorlin, 251 (avec complot).
  • 69 Avec cabale : 144 Richelieu, 6, 190. Avec conjuration : 109 Molé, 3, 87. Avec conspiration : 144 Ri (...)
  • 70 41 Brébeuf, 117 (avec cabale).
  • 71 144 Richelieu, 6, 32 (avec conspiration).
  • 72 Avec cabale : 42 Brienne, 52 ; 144 Richelieu, 6, 118, 121 ; 88 Goulas, 1, 104. Avec complot : 42 Br (...)
  • 73 Avec cabale : 44 Bussy-Rabutin, 1, 152 ; 88 Goulas, 2, 118 ; 101 Lenet, 443. Avec complot : 45 Camp (...)
  • 74 131 Racan, 38 (avec complot).
  • 75 54 Coeffeteau, 507 (avec conjuration).
  • 76 Avec conjuration : 109 Molé, 3, 87 (c’est le roi qui s’exprime). Avec conspiration : 49 Canault, 13 (...)

4Tous ces personnages en veulent à autrui. Animés par le désir de nuire, ils s’en prennent à des institutions aussi bien qu’à des individus et, dans les deux cas, ils visent de préférence la tête du corps politique : leurs cibles sont donc les princes, les rois ou les empereurs61, les « principaux magistrats »62, les ministres63, l’Etat64. C’est à Alexandre65 qu’ils en ont, à César66, à Néron67, à Clovis68, à Louis le Juste69, à « l’authorité tribunale »70 jadis comme désormais à la « personne sacrée du roi »71. Richelieu72 les anime autant que Mazarin73. Les « pouvoirs légitimes »74, l’« empire »75, l’« autorité » et la « puissance » royales76 font tour à tour l’amère expérience de leurs débordements.

  • 77 101 bis Le Noble, 233 (avec conspiration).
  • 78 66 Corneille, 70 (avec complot).
  • 79 88 Goulas, 1, 398.
  • 80 103 Malherbe, 282.
  • 81 73 Desmarets de Saint-Sorlin, 244 (avec complot).
  • 82 114 Molière, 457 ; 134 Racine, 608 (avec complot).
  • 83 144 Richelieu, 6, 38 (avec cabale).
  • 84 117 Montglat, 50 (avec cabale).
  • 85 Voir notes 27-28.
  • 86 21 Balzac, 281 (avec conjuration).
  • 87 131 Racan, 139.
  • 88 162 Viau, 176.
  • 89 117 Montglat, 50.
  • 90 54 Coeffeteau, 398.
  • 91 151 Scudéry, 495.
  • 92 148 Saint-Réal, 320.
  • 93 101 Lenet, 225.
  • 94 160 Tristan L’Hermite, 339.
  • 95 138 Racine, 207.
  • 96 61 Corneille, 67.
  • 97 76 Esprit, 245.
  • 98 54 Coeffeteau, 525.
  • 99 74 Du Ryer, 86.
  • 100 81 Fauchet, 104.

5Un « événement funeste »77 attend ces audacieux. Ils voulaient agir : leurs victimes ont « prévenu leurs coups »78, « déchiffré »79 leur cabale ou « trompé »80 leur complot. On « trouble »81 donc ces affaires, on les « arrête »82, on en « empêche les effets »83, on les « contrecarre »84 et surtout on les « dissipe » et on les « découvre »85 pour les « éteindre » au plus vite86. Aussi les complots « avortent »87 et « trouvent leur tombeau »88, tandis que les conspirations s’en vont « en fumée »89. Et s’il en est ainsi, c’est parce qu’en tout temps, la dénonciation va son train : elle est le fait de ces indiscrets qui « représentent tragiquement »90 les conjurations à ceux qui peuvent les punir ou plus simplement les « content »91, les « révèlent »92, les « déclarent »93 pendant que d’autres « dénoncent »94 les cabales, « publient »95 les complots ou « découvrent le secret »96 des plus hardies conspirations. Enfin ces quatre mots parlent d’arrestation, de châtiment, d’exécution même : les rois, dit tel auteur, réservent « peines » et « supplices » à ceux qui forment des cabales97 ; on a, rappelle un autre, fait « couper les mains » aux participants d’une conspiration98 ; « la honte, le mépris et la punition suivent tous les complots », sentencie un troisième99 ; on a « pendu », conclut plus sobrement l’érudit Fauchet, les auteurs de telle conjuration100.

6Entre les quatre termes, la convergence est donc manifeste. Tous sont accusateurs. Tous aussi visent des objets construits par des individus appartenant à l’élite de la société, voire au cercle le plus étroit du pouvoir, dans la vue généralement déjouée et réprimée de nuire à l’Etat ou aux personnes investies de l’autorité.

*
* *

  • 101 2 Arnauld d’Andilly, 1, 334 ; 46 Camus, 51 ; 47 Camus, 277 ; 48 Camus, 332, 356, 455, 539 ; 87 Gomb (...)
  • 102 1 Arnauld, 67 ; 48 Camus, 181.
  • 103 122 Naudé, 99, 241.
  • 104 141 Regnard, 171.
  • 105 160 Tristan L’Hermite, 75.
  • 106 122 Naudé, 347.
  • 107 122 Naudé, 68.
  • 108 108 Mersenne, 140.
  • 109 28 Béroalde de Verville, 8.
  • 110 77 Esternod, 14.
  • 111 122 Naudé, 159.

7Deux de nos quatre mots ont ceci en commun de véhiculer avec eux quelque chose qui tient au magique ou au religieux. Conjuration, d’abord, s’entend parfois comme adjuration101 et plus spécifiquement comme conjuration dirigée contre le malin102, ou encore comme conjuration magique103, sortilège qui permet, au moins en principe, d’« appeler le diable »104 : « conjuration diabolique»105, « des quatre principaux diables »106, « du flagellum daemonum » 107, toutes paroles solennelles et secrètes prononcées par ceux qui se prennent pour des magiciens ou que l’on tient pour tels. Cabale, pour sa part, s’emploie pour désigner non seulement celle des juifs, « commune parmy les rabins, laquelle se sert des lettres, et de leurs combinations pour treuver quantité de secrets »108, mais aussi la « saincte cabale » des sybilles109 ou la « cabale » de l’alchimie110 : langages secrets eux aussi, dont le premier au moins permettrait de faire « une infinité de choses estranges et extraordinaires par la vertu des nombres et des paroles »111. Ce point de rencontre n’empêche pas les deux termes d’être, par ailleurs, fortement opposés l’un à l’autre le long de plusieurs lignes de partage.

  • 112 78 Estrées, 393 ; 85 Fontrailles, 254 ; 101 Lenet, 441 ; le roi dans 109 Molé, 3, 87 ; 117 Montglat (...)
  • 113 101 Lenet, 443.
  • 114 91 La Châtre, 280.
  • 115 144 Richelieu, 6, 40.
  • 116 4 Aubignac, 16 ; 6 Aubignac, 327 ; 49 Canault, 210 ; 71 Déageant, 116 ; 76 Esprit, 112 ; 78 Estrées (...)
  • 117 79 Faret, 39 ; 84 Fontenay-Mareuil, 288 ; 117 Montglat, 236 ; 144 Richelieu, 6, 23.
  • 118 On a trouvé 32 exemples où conjuration est associé à un projet dirigé contre le prince, l’Etat, « l (...)

8Cabale n’est pas seulement de l’ordre de ce qu’on « forme », mais aussi de celui de ce qui se « forme »112, « s’élève »113, « se remue »114 et même « repousse »115, comme de mauvaises herbes. Ce que ce mot désigne, tient donc de l’organisme autant que de l’artefact, ce qui n’est pas le cas avec conjuration, qui comporte toujours l’idée d’une création individuelle, volontaire, peu susceptible de se reproduire. Ce dernier terme est associé, comme son vis-à-vis, à la présence d’auteurs recrutés non seulement dans les élites sociales, mais aussi dans l’entourage même de ceux qui gouvernent. Toutefois, seul cabale est explicitement relié à la cour, aux courtisans116, à des partis117 désignés nommément. Du côté des victimes, enfin, conjuration menace moins les ministres que le prince et l’Etat alors que cabale, à l’inverse, vise les ministres autant que le prince, et beaucoup plus que l’Etat118.

  • 119 « Dessein » se présente fréquemment comme un équivalent de conjuration : voir 54 Coeffeteau, 398 ; (...)
  • 120 On est « coupable » (81 Fauchet, 193), « chargé » (54 Coeffeteau, 216) ou « accusé » (144 Richelieu (...)
  • 121 « Conjuration machinée » (81 Fauchet, 103).
  • 122 « Intelligences avec les ennemis » (25 Beauvais-Nangis, 294).
  • 123 25 Beauvais-Nangis, 294 ; 54 Coeffeteau, 414, 415, 525 ; 143 Retz, 2, 570 ; 144 Richelieu, 6, 73.
  • 124 98 Le Bret, 254 ; 144 Richelieu, 6, 73.
  • 125 88 Goulas, 2, 254, 390 ; 90 Joly, 23 ; 114 Molière, 424 ; 117 Monglat, 81 ; 118 Montpensier, 15 ; 1 (...)
  • 126 119 Montrésor, 190 ; 123 Naudé, 123.
  • 127 143 Retz, 2, 59.
  • 128 88 Goulas, 1, 92.
  • 129 Le roi dans 109 Molé, 3, 87.
  • 130 37 Bossuet, 50 ; 123 Naudé, 153 ; 124 Nicole, 2, 182.
  • 131 123 Naudé, 123 ; 153 Sirmond, 18.
  • 132 144 Richelieu, 6, 11.
  • 133 97 La Fayette, 6.
  • 134 99 Le Comte, 78.
  • 135 41 Brébeuf, 101 ; 76 Esprit, 245 ; 126 Pascal, 40 ; 145 Richelieu, 277.
  • 136 Voir n. 117.
  • 137 78 Estrées, 414 ; 90 Joly, 52, 53 ; 143 Retz, 4, 44, 122.
  • 138 36 Bossuet, 68 ; 78 Estrées, 398 ; 119 Montrésor, 211 ; 120 Motteville, 202.
  • 139 54 Coeffeteau, 216, 397, 413. Voir aussi 35 Boisrobert, 572 ; 81 Fauchet, 103.
  • 140 44 Bussy-Rabutin, 1, 52 ; 76, Esprit, 112, 245 ; 84 Fontenay-Mareuil, 232 ; 143 Retz, 3, 88 ; 144 R (...)
  • 141 50 Chapelain, 382.
  • 142 143 Retz, 4, 44, 125. Voir aussi 117 Montglat, 240.
  • 143 84 Fontenay-Mareuil, 288 ; 143 Retz, 4, 142.
  • 144 88 Goulas, 307.
  • 145 2 Arnauld d’Andilly, 2, 85.
  • 146 132 Racine, 453 ; 144 Richelieu, 6, 30.
  • 147 25 Beauvais-Nangis, 319.
  • 148 151 Scudéry, 494.
  • 149 54 Coeffeteau, 387.
  • 150 21 Balzac, 199.
  • 151 Avec conjuration : 52 Charron, 454, 462 ; 54 Coeffeteau, 397 ; 82 Fénelon, 170 ; 99 Le Comte, 216 ; (...)
  • 152 119 Montrésor, 199.

9L’opposition entre les deux mots se lit sur d’autres plans encore. Conjuration se pense en termes de dessein119 et de crime120 médités principalement contre 1’autorité : il évoque la machination121, la trahison122 et plus encore la « révolte », la « sédition », le « soulèvement »123, voire la « lèse-majesté »124. Cabale est moins de l’ordre du crime que de celui de l’« intrigue »125, de l’« intelligence»126, du « concert »127, du « chuchotis »128, des « pratiques »129, des « brigues »130 et des « menées »131. De surcroît, ce mot renvoie l’écho de la rivalité plus que celui de l’insubordination : il rime avec « division »132, « dissension »133, « trouble »134, « faction »135 ou « parti »136 ; l’objet qu’il signale, « partage »137 la cour ou le royaume en puissances « contraires »138. Conjuration met en jeu la personne du prince : dirigé « contre sa vie »139, le crime qu’il dénote est mortel. Cabale ne baigne pas dans le sang : c’est au « service du roy »140 qu’on en a, au pire à sa « puissance »141. Les moyens requis sont les « négociations » avec l’adversaire142, l’action insidieuse auprès des puissants143, la « calomnie »144, l’« artifice »145, l’argent146 : il est question d’adresse, point de force, alors que conjuration joue des armes147, du poignard148, du poison149, du meurtre150. Le secret se rencontre de part et d’autre, mais plus du côté de conjuration que de celui de cabale151, pour qui il peut y avoir, avant même la découverte et l’échec, « scandale public »152.

10Dans l’ensemble, conjuration s’oppose à cabale comme un terme particulièrement radical à un autre qui l’est moins : il a le crime de son côté, le fer, la sédition, la machination fatale sourdement montée contre le prince ou l’Etat. Cabale dit à l’inverse la dynamique toujours renaissante des rivalités de cours, les finesses insolentes de l’intrigue, les ministres déconsidérés et le prince mal servi. Il dit encore l’accès chronique, la brigue maintes fois répétée, alors que conjuration nomme un épisode isolé qui porte en lui une date, celle de la découverte ou celle de la punition : ce mot-ci est donc moins ordinaire que ce mot-là, plus événementiel, plus apte que lui à renvoyer l’écho des convulsions spectaculaires de l’histoire.

*
* *

  • 153 Voir note 41.
  • 154 117 Montglat, 7 (avec conspiration).
  • 155 Voir note 37.
  • 156 148 Saint-Réal, 11 (avec conspiration).
  • 157 117 Montglat, 116 (avec conspiration).
  • 158 149 Schélandre, 141 (avec complot).
  • 159 Pour complot : 66 Corneille, 55 ; 74 Du Ryer, 26. Pour conspiration : 49 Canault, 136 ; 144 Richeli (...)
  • 160 66 Corneille, 103 (avec complot).
  • 161 81 Fauchet, 232 (avec conspiration). Voir aussi, avec complot : 67 Corneille, 152 ; avec conspirati (...)
  • 162 Avec complot : 138 Racine, 207. Avec conspiration : le roi dans 109 Molé, 4, 287 ; 144 Richelieu, 6 (...)
  • 163 Avec complot : 146 Rotrou, 75. Avec conspiration : 54 Coeffeteau, 330.
  • 164 Avec complot : 67 Corneille, 92, 152 ; 100 Le Moyne, 8 ; 131 Racan, 168, 272. Avec conspiration : 5 (...)
  • 165 Voir n. 27.
  • 166 « Avoir advis » d’une conspiration (54 Coeffeteau, 536), « en faire découvrir le secret » (61 Corne (...)

11Complot et conspiration paraissent à la fois proches l’un de l’autre et plus proches de conjuration que de cabale. Tous deux nomment non point ce qui se forme et se répète, mais à l’inverse ce qu’une seule fois on « forme »153, « fomente »154, « trame »155, « dispose »156, « entreprend »157, « bâtit »158. Leur domaine est celui du « dessein »159, du « forfait »160, de la « pernicieuse » entreprise161, du crime162 enfin que la mort doit ponctuer163. « Secret »164, l’objet qu’ils désignent, ne se donne pas à voir, mais se « découvre » souvent165 pour avoir été opportunément montré du doigt par quelque informateur166, comme dans le cas de conjuration avec qui conspiration et complot partagent une tonalité fortement accusatrice.

  • 167 150 Scudéry, 217.
  • 168 73 Desmarets de Saint-Sorlin, 251.
  • 169 100 Le Moyne, 8.
  • 170 106 Maynard, 30.
  • 171 73 Desmarets de Saint-Sorlin, 269 ; 135 Racine, 541. De même pour conspiration : 5 Aubignac, 311 ; (...)
  • 172 18 exemples concernant le prince, sa famille, l’Etat ; 3 exemples concernant des ministres.
  • 173 22 exemples concernant le prince ou ses équivalents (premier magistrat, régente) ; 11 concernant de (...)

12En dépit de ces affinités, il existe des nuances et des gradations qui différencient complot et conspiration de conjuration, les distinguent l’un de l’autre et parfois les rapprochent de cabale. Qui dit conjuration, dit force : complot et conspiration se déclinent sur le même registre, mais le premier joue aussi sur l’adresse167 et les « propos menteurs »168, de sorte qu’il peut triompher « sans venir à l’assaut, sans livrer de batailles »169. Il y a parfois de la révolte170 en lui, comme il y en a dans conjuration : mais c’est tout autant la trahison qu’il annonce171. Plus que les ministres, conjuration concerne le prince et l’Etat : complot est sur la même ligne172, à la différence de conspiration qui, tout en intéressant prioritairement les princes, concerne peu l’Etat, vise souvent les ministres et se met ainsi à l’unisson de cabale173. Mais à la différence de cabale, ni conspiration, ni complot n’ont à voir avec les hommes de cour considérés comme tels.

13Conspiration et complot se configurent ainsi comme des variétés de conjuration. Leur dimension reste celle de l’exceptionnel, de l’événement, sans rien qui rappelle les rivalités ordinaires entre courtisans. La mort est toujours au rendez-vous sinon des princes, du moins des ministres ; et si elle est parfois peu violente, c’est parce qu’en troquant la trahison contre la révolte, on a échangé un crime contre un autre, plus feutré, mais non moins affreux.

II

14Le cadre qui vient d’être tracé est valable pour l’ensemble du XVIIe siècle, à l’intérieur duquel il n’est pas possible de dégager pour nos quatre mots une périodisation claire. Plus instructive est la répartition entre les divers genres des 748 citations dans lesquelles cabale, complot, conjuration et conspiration apparaissent sous d’autres sens qu’adjuration, exorcisme, sortilège ou science occulte (voir le tableau no 1).

  • 174 Corneille utilise une fois conjuration dans une tragédie (57 Corneille, 426). Conspiration se trouv (...)

15Complot plaît aux romanciers, mais sans nullement les décourager d’employer cabale, conjuration ou conspiration. Les dramaturges et les poètes en usent bien différemment : ils se servent quelquefois de cabale, les seconds surtout, mais bannissent de leurs écrits conjuration et conspiration dont les cinq épouvantables pieds ruineraient l’harmonie des plus beaux vers174. Complot a leur préférence, et de loin : il fournit les sept huitièmes des occurrences glanées dans des tragédies ou des tragi-comédies, et les cinq sixièmes des citations extraites de compositions poétiques, alors qu’à l’inverse les mémorialistes se servent dix fois plus souvent de cabale et les historiens neuf fois plus souvent de conjuration. Aussi les tragiques et les poètes dominent avec les romanciers l’usage de ce mot : 119 des 162 occurrences relevées leur appartiennent, soit 73 % du total, ce qui confère à complot un caractère fortement littéraire et plus particulièrement poétique.

1. l’inscription des mots dans les genres

Observations. Le tableau se lit d’abord dans le sens horizontal. Chaque ligne correspond à un genre et met en évidence la consommation que celui-ci fait des quatre mots considérés. Pour chaque genre, la cellule inscrite en caractères gras sur fond grisé indique le mot le plus souvent employé. Dans le sens vertical, les lignes ont été disposées de façon à regrouper les genres qui ont en commun de donner la préférence à un même mot. Ces genres ont été ensuite ordonnés en commençant par celui pour lequel la préférence est la plus marquée.

16A la différence des tragédies, les comédies font un peu moins souvent entendre le son de complot que celui de cabale. Mais les plus grands adeptes de ce second mot se situent ailleurs, du côté des mémorialistes dont la consommation est si assidue qu’ils fournissent à eux seuls près de 67 % des occurrences relevées tout en contribuant puissamment à faire de cabale le terme le plus utilisé. Plus généralement, ce mot intéresse deux groupes : les gens de la cour et du monde, qui le répandent dans leurs mémoires et leurs correspondances ; et dans une moindre mesure les doctes qui s’en servent dans leurs lettres, dans leurs traités théologiques ou moraux et plus souvent encore dans leurs écrits polémiques. Mais à la différence de ce qui se produit avec complot, l’usage de cabale n’exclut jamais le recours aux autres termes : même chez les mémorialistes, qui en sont pourtant fort gourmands, son apport ne dépasse pas les deux tiers des citations.

  • 175 57 Corneille, 433.
  • 176 59 Corneille, 112.
  • 177 5 Aubignac, 227, 306, 308.

17Les dramaturges se servent de conjuration, mais presque exclusivement dans des textes critiques, de sorte que ce qui sur scène est le complot de Cinna175, devient conjuration dans le Discours de la tragédie de Corneille176 ou dans la Pratique du théâtre de l’abbé d’Aubignac177. Conjuration se rencontre aussi chez les mémorialistes : on leur doit 34 occurrences qui forment en valeur absolue un ensemble notable, mais comptent finalement assez peu dès qu’on les rapporte à la masse des 278 citations repérées dans les mémoires. En fait, ce mot est le plus savant des quatre dont on fait ici l’examen : il plaît surtout aux doctes, et parmi eux aux historiens et aux philosophes politiques qui lui donnent la préférence près de deux fois sur trois. Leurs écrits fournissent 55 % des occurrences de conjuration, et même 58 % en tenant compte des textes théologiques ou moraux.

18Avec 145 occurrences seulement, conspiration est le plus rare des quatre mots examinés. Sa position est aussi la plus hybride. Il ne domine absolument que chez les critiques, et relativement que chez les seuls romanciers. Il est pratiquement absent des autres œuvres strictement littéraires. Les historiens et les politiques s’en servent, mais pas au point de lui donner la préférence sur conjuration. Les mémorialistes l’utilisent aussi, mais quatre fois moins que cabale. Comme pour ce dernier mot, un nombre très élevé d’occurrences sont tirées des écrits des doctes, des gens du monde ou des hommes de cour. Conspiration, toutefois, est moins mondain que cabale, sans être pour autant aussi savant que conjuration. Sa situation est, si l’on peut dire, intermédiaire.

19Une sorte de triangle s’esquisse donc, avec un sommet littéraire du côté de complot, un sommet docte du côté de conjuration et un sommet mondain du côté de cabale, tandis que conspiration oscille entre ces deux derniers termes et reste donc dans un état de relative indétermination. Il faut, bien sûr, s’interroger sur les effets de cette configuration.

III

20Conduite au niveau de chaque genre, et non plus sur un plan général comme on l’a fait initialement, l’analyse tantôt confirme les conclusions auxquelles on est parvenu précédemment, et tantôt à l’inverse incite à les nuancer. Tel est le cas en ce qui concerne les relations unissant conjuration, conspiration et complot, termes dont on a pensé pouvoir dire qu’en dépit de quelques nuances de sens, ils désignent des objets plus ou moins équivalents.

21Conjuration et conspiration prennent il est vrai chez les historiens des valeurs très proches : ils disent le dessein criminel de quelques grands personnages, la force rassemblée, le danger couru par les chefs, la punition presque certaine d’une œuvre aussi grande que détestable. Leur sens est à peu près le même chez les mémorialistes, même si ceux-ci insistent moins sur la force, et plus sur les pratiques insidieusement mises en œuvre par les ennemis du roi. Il est tout aussi proche de celui que prend complot chez les tragiques, dont les vers annoncent l’entreprise funeste des puissants, leur force bandée contre le prince, la catastrophe finale de leur méchante trame. Complot monte ainsi sur scène en délivrant une signification qui fait de lui la traduction théâtrale de ce que les historiens, les mémorialistes et - on l’a vu précédemment - les critiques préfèrent exprimer en faisant usage de conjuration et conspiration. La convergence des trois termes se manifeste plus fortement que jamais, de sorte que les conclusions initialement formulées paraissent non seulement confirmées, mais même renforcées. Conspiration et complot ne sont plus ici des variétés, mais pratiquement des synonymes de conjuration.

  • 178 55 Colletet, 86 ; 92 La Fontaine, 96.
  • 179 26 Bensérade, 51.
  • 180 26 Bensérade, 135.
  • 181 13 Auvray, 245.
  • 182 131 Racan, 35, 107, 163, etc.

22Il en irait un peu différemment si l’on considérait l’usage poétique de complot. Certes, lorsqu’ils se saisissent de thèmes historiques ou politiques, les poètes donnent à ce mot un sens plus ou moins identique à celui dans lequel les dramaturges le prennent. Mais il en va autrement lorsque leurs vers chantent d’autres sujets. Alors complot ne désigne plus seulement l’œuvre des hommes, mais aussi bien celle des éléments178, des dieux179, des titans180 et autres personnages de la mythologie181. De plus, lorsque l’occasion le commande, c’est l’intervention du Très-Haut182 qui, autant que la dénonciation, arrête les desseins des méchants. Le sens de complot s’écarte alors de celui qui prévaut dans les tragédies, au point de démentir cette convergence avec conjuration et conspiration que l’on croyait avoir découverte. Plus encore, ce sens ne rentre que très imparfaitement dans le cadre général que l’analyse a précédemment permis de délimiter, puisqu’il ne s’agit plus cette fois des entreprises d’une élite sociale, ni nécessairement des périls encourus par les princes ou les Etats. De sorte que la prise en compte des traits spécifiques à chaque genre porte ici non seulement à mettre en question l’étroitesse des liens postulés entre conjuration, complot et conspiration, mais plus encore à douter de la pertinence des conclusions générales qu’on a cru, dans un premier temps, être en droit de dégager. On reviendra ultérieurement sur la fragilité de ces conclusions. Pour le moment, retenons que le rapprochement opéré entre conjuration, complot et conspiration ne joue pas de manière universelle : le complot des tragiques est bien la même chose que la conjuration des historiens, mais il n’en va pas toujours de même avec le complot des poètes.

*
* *

23De même qu’on a rapproché conspiration, complot et conjuration, on a opposé ce dernier mot à cabale sur le motif qu’en dépit de leurs points communs, ils désignaient des objets substantiellement différents. Menée en tenant compte de l’inscription des mots dans les différents genres, l’analyse met en évidence une opposition d’une autre nature.

  • 183 On a relevé une quinzaine d’exemples d’emploi de ces adjectifs pour cabale, 9 pour conjuration, 4 p (...)
  • 184 On les a trouvés 18 fois pour complot, 4 fois pour conjuration et conspiration, jamais pour cabale.
  • 185 43 exemples pour cruel, dangereux, factieux, furieux, funeste, hardi, hasardeux, inhumain, insolent (...)
  • 186 7 exemples pour criminelle, funeste, furieuse, noire, périlleuse. On note aussi deux cas où la « mé (...)
  • 187 6 exemples pour extravagante, feinte, impie, inique, mystérieuse.
  • 188 5 exemples pour dangereuse, malheureuse, méchante.

24Conspiration, conjuration et cabale viennent par priorité sous la plume des doctes et sous celle des mémorialistes. Or, la langue de ces auteurs est en général plus sobre que celle des poètes, des dramaturges et des romanciers chez lesquels complot trouve ses usagers les plus assidus. Il en résulte que l’environnement de ce mot est, en règle générale, bien différent de celui qui entoure les trois autres. Très fréquents pour cabale et, dans une moindre mesure, pour conjuration et conspiration, les adjectifs purement évaluatifs - « grande », « puissante », forte »-, sont ici pratiquement absents183. A l’inverse, des termes affectifs tels qu’« odieux », « détestable », « horrible », « effroyable », « terrible », « tragique » reviennent avec une régularité sans équivalent pour les autres mots184. Enfin complot appelle la plus riche collection de qualificatifs péjoratifs : de « noir » à « funeste » en passant par « malin », « lâche » et « cruel », on en dénombre près de vingt185, contre cinq pour conjuration186, autant pour cabale187 et trois pour conspiration188.

25Ainsi n’est-ce plus une seule opposition, mais deux, qui se dégagent. Notionnelle, la première porte à voir en cabale un mot déclinant d’une façon singulière des atteintes à l’autorité que conjuration, conspiration et complot visent au contraire le long d’un autre axe. Stylistique, la seconde incite à isoler un terme essentiellement littéraire, complot, qui doit à cette qualité d’être plus orné et donc plus connoté que ne le sont, dans la langue plus sobre des savants et des mémorialistes, conjuration, conspiration et cabale. Les choses se compliquent un peu plus encore dès lors qu’on fait entrer en jeu le rapport des mots au temps.

*
* *

26On a vu que cabale, complot, conjuration et conspiration sont inégalement tournés vers l’événement. Leurs relations avec les diverses périodes historiques ne sont pas moins contrastées, ainsi que le fait apparaître la répartition des 691 occurrences - sur les 748 analysées précédemment - visant explicitement l’une ou l’autre d’entre elles (voir tableau no 2).

  • 189 W. von Wartburg, Französisches Etymologisches Wörterbuch, 2, 1, Tübingen, 1949, s.v. kabbala.
  • 190 Ibid., 23, 2, Bâle, 1968, s.v. complot, et 23, 3, Bâle, 1970, s.v. foule.

27Le lien avec le moyen-âge est toujours d’une importance secondaire, sauf en ce qui concerne l’usage de conspiration par les historiens. Pour le reste, les relations des mots avec les périodes sont fonction de leur inscription dans des genres eux-mêmes orientés de façon variable vers l’antiquité ou, à l’inverse, vers l’histoire récente. Mot jeune, apparu dans la langue française à l’époque de Rabelais189, cabale est aussi résolument moderne, puisque 95 % de ses occurrences visent le XVIe et surtout le XVIIe siècle. Terme tiré du latin, conspiration suit cabale dans la modernité, mais d’assez loin. L’un et l’autre doivent leur statut aux mémorialistes, aux polémistes, aux épistoliers et, en ce qui concerne cabale, aux romanciers. La position des deux autres mots atteste un plus grand équilibre entre les temps. Mais, avec 49 % d’occurrences du côté de l’antiquité, et 39 % seulement de celui des XVIe et XVIIe siècles, complot est un peu plus enraciné dans un passé lointain que conjuration, pour qui ces deux catégories fournissent respectivement 43 % et 50 % des citations. Bien que son origine latine le rattache spontanément à de grands événements de l’histoire romaine, ce dernier mot décrit donc les desseins criminels des Anciens moins souvent que son vis-à-vis, qui pourtant ne puise pas clairement son origine dans la latinité190 : pour qu’il en soit autrement, il faudrait que les poètes et les tragiques veuillent bien s’en servir, et cessent de demander à complot de dire de ses deux pieds ce qu’il y a de plus noir dans l’histoire antique.

2. l’inscription des mots dans l’histoire

 

antiquité

moyen-âge

XVIe & XVIIe s.

total

1. tous textes.

complot

76

19

60

155

conjuration

62

10

72

144

conspiration

40

19

76

135

cabale

11

1

245

257

total

189

49

453

691

2. tragédies.

complot

37

 

 

37

cabale

4

 

 

4

conjuration

1

 

1

2

total

42

 

1

43

3. histoire.

conjuration

45

8

17

70

conspiration

9

13

4

26

complot

5

 

3

8

cabale

1

 

3

4

total

60

21

27

108

4. poésie.

complot

25

15

13

53

cabale

3

1

6

10

total

28

16

19

63

5. mémoires.

conjuration

1

 

32

33

complot

 

 

18

18

conspiration

 

 

45

45

cabale

 

 

181

181

total

1

 

276

277

Observations : pour chacun des ensembles numérotés 1 à 5, les lignes ont été rangées en plaçant en premier celle à l’intérieur de laquelle le poids relatif de l’antiquité est le plus élevé, et en dernier celle où ce poids est le plus faible.

*
* *

28L’identité commune, la spécificité et les relations réciproques de cabale, complot, conjuration et conspiration apparaissent maintenant avec quelque clarté. Ces quatre mots dénotent tous - et connotent négativement - un objet politique vainement dirigé contre l’autorité civile non pas par le peuple, mais par quelques grands, quelque prince ou quelque favori. Ils se déclinent en deux versions : l’une criminelle, dramatique, fatale et capitale à la fois, et c’est la conjuration, la conspiration, le complot qui tantôt sentent la révolte, et tantôt respirent la trahison ; l’autre insidieuse, chronique et bavarde, et ce sont ces cabales faites de mots dont se repaissent les courtisans. L’un de ces termes se déclame en vers, au théâtre et ailleurs : c’est le funeste complot qui traîne après lui toutes les exécrations possibles. Les trois autres ont la préférence des doctes et des gens du monde, qui souvent dénoncent ce que dénotent conjuration, conspiration et cabale, et parfois se contentent d’apprécier en connaisseurs la force ou la puissance de ces affaires, surtout s’il s’agit de cabales. Chaque mot possède enfin ses périodes d’élection : complot fait monter l’antiquité sur les planches et conjuration, plus que conspiration, l’enterre dans les livres d’histoire ; tous trois peuvent aussi s’écrire au présent, puisque, pas plus que l’empire romain, l’âge des rois Bourbons n’est à l’abri des grands crimes ; mais seul cabale est un mot véritablement moderne, témoin dans son succès d’un temps qui n’est pas seulement de troubles, mais aussi d’intrigue et de courtisanerie.

29Tout ceci se signale sinon par une véritable logique, du moins par une relative clarté. Aussi pourrait-on en faire la matière d’un guide de l’usage qui contiendrait quelques conseils pratiques à l’usage des dramaturges - préférez complot-, des mémorialistes - voyez cabale - ou des criminels les plus odieux - sachez assumer conjuration. Mais auraient-ils raison de suivre de telles recommandations ? Et si par hasard ils y déféraient, feraient-ils autre chose que de souscrire à une version simplifiée - et donc discutable - d’une pratique langagière infiniment plus diversifiée que ne le laisse supposer la systématisation rudimentaire proposée à l’instant ? Les quelques remarques introduites à propos de l’usage poétique de complot le font craindre : liberté des poètes, dira-t-on, mais les poètes, en fait, ne sont pas seuls à se comporter ainsi.

Notes

1 Conformément à l’idée, répandue au XVIIIe siècle, selon laquelle il n’existait pas de véritables synonymes (H.M. Gauger, Die Anfänge der Synonymik : Girard (1718) und Roubaud (1785). Ein Beitrag zur Geschichte der lexikalischen Semantik. Mit einer Auswahl aus den Synonymiken beider Autoren, Tubingen, 1973, p. 9, 96).

2 90 Joly, 51.

3 144 Richelieu, 6, 32. On trouve aussi « terrible » (avec complot : 36 Bossuet, 295 : 76 Esprit, 101 ; 101 bis Le Noble, 99, 212 ; avec conspiration : 101 bis Le Noble, 113).

4 147 Saint-Réal, 81. On trouve également « horrible » avec conjuration (132 Racine, 437) et avec conspiration (54 Coeffeteau, 301).

5 54 Coeffeteau, 558 ; le roi dans 109 Molé, 4, 290. De même avec complot : 54 Coeffeteau, 133, 301 ; 66 Corneille, 85. On trouve aussi « odieux » (avec complot : 92 La Fontaine, 96 ; 104 Malleville, 60 ; 146 Rotrou, 75) et « exécrable » (avec conjuration : 54 Coeffeteau, 558).

6 « Méchante » conspiration : 81 Fauchet, 232. Conjuration comme « méchanceté » : 54 Coeffeteau, 558 ; 148 Saint-Réal, 301. Voir aussi « malin », avec complot : 131 Racan, 53, 175.

7 « Noir » avec complot : 40 Brébeuf, 79 ; 66 Corneille, 103 ; 137 Racine, 498 ; avec conjuration : 143 Retz, 4, 280.

8 Complot « cruel » (149 Schélandre, 141 ; 162 Viau, 195), « inhumain » (150 Scudéry, 217 ; 100 Le Moyne, 31).

9 Complot « vain » (131 Racan, 35, 38, 42, 272), « inutile » (36 Bossuet, 215).

10 Complots « insolens » (73 Desmarets de Saint-Sorlin, 297), « téméraires » (131 Racan, 139).

11 Cabales « extravagantes » (111 Molière, 337). Complot « furieux » (74 Du Ryer, 75). « Furieuse » conjuration (25 Beauvais-Nangis, 299 ; 35 Boisrobert, 572 ; 143 Retz, 2, 591).

12 Cabale « feinte » (128 Patin, 622), « mystérieuse » (86 Garasse, 267). « Traistres » complots (73 Desmarets de Saint-Sorlin, 342 ; 74 Du Ryer, 85).

13 Complot « dangereux » (134 Racine, 659), « funeste » (3 Assoucy, 5 ; 55 Colletet, 86 ; 66 Corneille, 52 ; 93 La Fontaine, 334 ; 100 Le Moyne, 7 ; 103 Malherbe, 5 ; 131 Racan, 36, 154, 163, 343 ; 146 Rotrou, 96), « nuisible » (149 Schélandre, 142), « sanglant » (146 Rotrou, 106). Conjuration « funeste » (25 Beauvais-Nangis, 299). Conspiration « dangereuse » (90 Joly, 30 ; 105 Mareschal, 237).

14 « Méchans » (cabale des : 90 Joly, 5 ; complot des : 131 Racan, 107 ; 134 Racine, 608 ; conjuration des : 99 Le Comte, 413 ; conspiration des : 80 Fauchet, 159). Cabale de « personnes» ou « gens » « malintentionnés » (42 Brienne, 72 ; 119 Montrésor, 199). Complot « des mauvais sujets » (131 Racan, 188).

15 Cabale d’un « traistre » (158 Tristan L’Hermite, 73). Complots de « perfides auteurs » (58 Corneille, 322), de « princes parjures » (73 Desmarets de Saint-Sorlin, 242), de « frères perfides » (140 Racine, 307). Conjuration d’un « perfide » (5 Aubignac, 308).

16 « Jeune esvanté, qui est un des principaux de la cabale » (86 Garasse, 267).

17 Complots des « âmes insensées » (106 Maynard, 30).

18 Complots des « âmes forcenées » (103 Malherbe, 5 ; 131 Racan, 343).

19 Cabale de « jeunes gens addonnez à leurs sens » (107 Mersenne, 1, 164).

20 Complots des « esprits audacieux » (162 Viau, 167).

21 Complots des « cœurs ambitieux » (131 Racan, 86). « Tous les complots que fait l’ambition» (74 Du Ryer, 86).

22 Avec cabale : 49 Canault, 127. Avec complot : 100 Le Moyne, 7, 31.

23 Complot de « trois fourbes » (4 Aubignac, 80).

24 47 Camus, 233 (avec conspiration).

25 131 Racan, 154 (avec complot).

26 131 Racan, 140 (avec complot).

27 Découvrir, découverte, avec conjuration : 16 Balzac, 157 ; 17 Balzac, 364 ; 19 Balzac, 450 ; 42 Brienne, 75 ; 52 Charron, 461 ; 54 Coeffeteau, 357, 399, 403 ; 82 Fénelon, 170 ; 148 Saint-Réal, 291, 299, 301. Ces termes s’emploient aussi avec cabale (84 Fontenay-Mareuil, 47 ; 88 Goulas, 1, 397 ; 144 Richelieu, 2, 88), avec complot (42 Brienne, 45 ; 131 Racan, 188 ; 148 Saint-Réal, 228, 235) et avec conspiration (47 Camus, 233 ; 59 Corneille, 93 ; 61 Corneille, 48 ; 101 bis Le Noble, 113 ; 117 Montglat, 120, 173, 232 ; 161 Urfé, 4, 713).

28 Dissiper, dissipée, avec cabale : 49 Canault, 127 ; le roi dans 109 Molé, 3, 87 ; 117 Montglat, 256 ; 144 Richelieu, 6, 122 ; 145 Richelieu, 102. Ces termes s’emploient aussi avec conjuration (54 Coeffeteau, 333, 403 ; 57 Corneille, 426 ; 36 Bossuet, 28).

29 Avec cabale : 88 Goulas, 2, 377. Avec conjuration : 54 Coeffeteau, 387 ; 91 La Châtre, 292. S’emploie aussi avec complot (140 Racine, 307) et avec conspiration (48 Camus, 490 ; 70 Daniel, 115 ; 86 Garasse, 787).

30 Avec conjuration : 54 Coeffeteau, 400. S’emploie aussi avec conspiration (80 Fauchet, 174).

31 88 Goulas, 2, 118 (avec cabale). Une conspiration peut « éclater » (117 Montglat, 26, 232).

32 54 Coeffeteau, 413 (avec conjuration).

33 Les « boute-feux » « allument » une cabale (144 Richelieu, 6, 39).

34 97 La Fayette, 6 (avec cabale).

35 Conjurations « esteintes » (21 Balzac, 281).

36 25 Beauvais-Nangis, 299 (avec conjuration). S’emploie aussi avec conspiration : 75 Dupleix, 396.

37 Avec cabale : 144 Richelieu, 6, 38. Avec conjuration : 25 Beauvais-Nangis, 299 ; 54 Coeffeteau, 398, 507 ; 99 Le Comte, 216. « Trame », « tramer » s’emploient aussi avec complot (25 Beauvais-Nangis, 304 ; 136 Racine, 323 ; 146 Rotrou, 106) et avec conspiration (75 Dupleix, 396 ; 101 bis Le Noble, 92 ; 144 Richelieu, 2, 35).

38 42 Brienne, 50 (avec cabale).

39 42 Brienne, 74 (avec cabale).

40 117 Montglat, 142 (avec cabale).

41 Avec cabale : 2 Arnauld d’Andilly, 2, 29 ; 39 Bourdaloue, 91 ; 78 Estrées, 378 ; 126 Pascal, 320 ; 137 Racine, 469 ; 142 Retz, 2, 222 ; 144 Richelieu, 6, 38 ; 145 Richelieu, 365. Avec complot : 101 bis Le Noble, 189 ; 132 Racine, 437 ; 134 Racine, 665. Avec conjuration : 5 Aubignac, 308 ; 132 Racine, 437. Avec conspiration : 101 bis Le Noble, 90, 93, 201 ; Marillac dans 109 Molé, 1, 372 ; 126 Pascal, 320.

42 25 Beauvais-Nangis, 285 ; 81 Fauchet, 103 (avec conjuration).

43 70 Daniel, 115 (avec conspiration).

44 54 Coeffeteau, 130 (avec conspiration).

45 23 Bassompierre, 1, 96 (avec conspiration).

46 84 Fontenay-Mareuil, 47 (avec cabale).

47 81 Fauchet, 193 (avec conjuration).

48 Avec cabale : 49 Canault, 127 ; 144 Richelieu, 6, 9-10. Avec conjuration : 27 Bernier, 388.

49 104 Malleville, 60 (avec complot).

50 117 Montglat, 116 (avec conjuration).

51 123 Naudé, 153 (avec cabale).

52 80 Fauchet, 174 ; 82 Fénelon, 297 (avec conspiration).

53 54 Coeffeteau, 375 (avec conjuration).

54 Beaufort : 45 Campion, 150sq (avec conspiration, complot) ; 44 Bussy-Rabutin, 1, 152 (id.) ; 143 Retz, 1, 222 (avec cabale).

55 Gaston d’Orléans : 2 Arnauld d’Andilly, 2, 29 (avec cabale) ; Goulas, 1, 293 (avec conjuration) ; le roi dans Molé, 4, 290 (id.), 286 et 292 (avec conspiration) ; 117 Montglat, 130 (avec conspiration et complot).

56 Avec complot : 146 Rotrou, 75. Avec conspiration : 54 Coeffeteau, 527.

57 5 Aubignac, 306 (avec conjuration).

58 36 Bossuet, 108 (avec conjuration).

59 81 Fauchet, 200 (avec conspiration).

60 137 Racine, 494 (avec complot).

61 Avec cabale : 129 Peiresc, 3, 104 ; 144 Richelieu, 2, 88. Avec complot : 74 Du Ryer, 43 ; 136 Racine, 344. Avec conjuration : 5 Aubignac, 335 ; 21 Balzac, 199 ; 36 Bossuet, 372 ; 54 Coeffeteau, 387 ; 144 Richelieu, 2, 60. Avec conspiration : 5 Aubignac, 311 ; 76 Esprit, 245 ; 81 Fauchet, 94 ; 101 bis Le Noble, 90 ; 117 Montglat, 116.

62 30 Béthune, 410 (avec conjuration).

63 Avec cabale : 23 Bassompierre, 3, 180 ; 84 Fontenay-Mareuil, 288. Avec conspiration : 23 Bassompierre, 3, 56 ; 71 Déageant, 79 ; 88 Goulas, 1, 452.

64 Avec cabale : 132 Racine, 453. Avec complot : 100 Le Moyne, 7. Avec conjuration : 98 Le Bret, 259. Avec conspiration : 88 Goulas, 1, 352, 394.

65 70 Daniel, 115 (avec conspiration).

66 52 Charron, 11 (avec conspiration).

67 54 Coeffeteau, 397, 101 bis Le Noble, 1, 113 (avec conjuration) ; 101 bis Le Noble 113 (avec conspiration).

68 73 Desmarets de Saint-Sorlin, 251 (avec complot).

69 Avec cabale : 144 Richelieu, 6, 190. Avec conjuration : 109 Molé, 3, 87. Avec conspiration : 144 Richelieu, 6, 32.

70 41 Brébeuf, 117 (avec cabale).

71 144 Richelieu, 6, 32 (avec conspiration).

72 Avec cabale : 42 Brienne, 52 ; 144 Richelieu, 6, 118, 121 ; 88 Goulas, 1, 104. Avec complot : 42 Brienne, 45. Avec conjuration : 88 Goulas, 1, 293. Avec conspiration : 24 Bayle, 401 ; 75 Dupleix, 398.

73 Avec cabale : 44 Bussy-Rabutin, 1, 152 ; 88 Goulas, 2, 118 ; 101 Lenet, 443. Avec complot : 45 Campion, 160. Avec conspiration : 117 Montglat, 142 ; 88 Goulas, 2, 13.

74 131 Racan, 38 (avec complot).

75 54 Coeffeteau, 507 (avec conjuration).

76 Avec conjuration : 109 Molé, 3, 87 (c’est le roi qui s’exprime). Avec conspiration : 49 Canault, 136. Avec cabale : 50 Chapelain, 382.

77 101 bis Le Noble, 233 (avec conspiration).

78 66 Corneille, 70 (avec complot).

79 88 Goulas, 1, 398.

80 103 Malherbe, 282.

81 73 Desmarets de Saint-Sorlin, 244 (avec complot).

82 114 Molière, 457 ; 134 Racine, 608 (avec complot).

83 144 Richelieu, 6, 38 (avec cabale).

84 117 Montglat, 50 (avec cabale).

85 Voir notes 27-28.

86 21 Balzac, 281 (avec conjuration).

87 131 Racan, 139.

88 162 Viau, 176.

89 117 Montglat, 50.

90 54 Coeffeteau, 398.

91 151 Scudéry, 495.

92 148 Saint-Réal, 320.

93 101 Lenet, 225.

94 160 Tristan L’Hermite, 339.

95 138 Racine, 207.

96 61 Corneille, 67.

97 76 Esprit, 245.

98 54 Coeffeteau, 525.

99 74 Du Ryer, 86.

100 81 Fauchet, 104.

101 2 Arnauld d’Andilly, 1, 334 ; 46 Camus, 51 ; 47 Camus, 277 ; 48 Camus, 332, 356, 455, 539 ; 87 Gombauld 17, 313 ; 156 Sorel, 498 ; 160 Tristan L’Hermite, 106 ; 161 Urfé, 1, 120, 2, 22, 61, 3, 225, 611, 4, 102.

102 1 Arnauld, 67 ; 48 Camus, 181.

103 122 Naudé, 99, 241.

104 141 Regnard, 171.

105 160 Tristan L’Hermite, 75.

106 122 Naudé, 347.

107 122 Naudé, 68.

108 108 Mersenne, 140.

109 28 Béroalde de Verville, 8.

110 77 Esternod, 14.

111 122 Naudé, 159.

112 78 Estrées, 393 ; 85 Fontrailles, 254 ; 101 Lenet, 441 ; le roi dans 109 Molé, 3, 87 ; 117 Montglat, 16, 256 ; 119 Montrésor, 208 ; 144 Richelieu, 6, 5, 23, 30 ; 145 Richelieu, 100.

113 101 Lenet, 443.

114 91 La Châtre, 280.

115 144 Richelieu, 6, 40.

116 4 Aubignac, 16 ; 6 Aubignac, 327 ; 49 Canault, 210 ; 71 Déageant, 116 ; 76 Esprit, 112 ; 78 Estrées, 414 ; 84 Fontenay-Mareuil, 36 ; 85 Fontrailles, 236, 254 ; 88 Goulas, 2, 118 ; 96 La Fayette, 42 ; le roi dans 109 Mole, 3, 87, 92 ; 117 Montglat, 142, 201 ; 143 Retz, 4, 13 ; 144 Richelieu, 6, 118 ; 145 Richelieu, 100, 365.

117 79 Faret, 39 ; 84 Fontenay-Mareuil, 288 ; 117 Montglat, 236 ; 144 Richelieu, 6, 23.

118 On a trouvé 32 exemples où conjuration est associé à un projet dirigé contre le prince, l’Etat, « le prince et l’Etat », les principaux magistrats, une reine régente, contre 2 seulement mettant en jeu un ministre. A l’inverse, on a relevé 14 exemples où cabale est associé à un affaire visant un ministre ou ses proches, contre 19 autres où ce même mot renvoie à des épisodes intéressant le prince, l’Etat, la famille du prince, les principaux magistrats ou une régente. L’Etat est visé 12 fois avec conjuration, mais 3 fois seulement avec cabale.

119 « Dessein » se présente fréquemment comme un équivalent de conjuration : voir 54 Coeffeteau, 398 ; 57 Corneille, 426 ; 71 Déageant, 86 ; 120 Motteville, 21 ; 144 Richelieu, 2, 68.

120 On est « coupable » (81 Fauchet, 193), « chargé » (54 Coeffeteau, 216) ou « accusé » (144 Richelieu, 6, 73) d’une conjuration. Celle-ci se donne pour un « crime » (54 Coeffeteau, 387). Elle justifie une « information » judiciaire (25 Beauvais-Nangis, 294 ; 143 Retz, 2, 570, 581) permettant de dégager des « preuves » (90 Joly, 30). Celui qui conjure, s’expose à être « condamné » (86 Garasse, 91). Il s’agit donc de « conjurations criminelles » (76 Esprit, 117), etc.

121 « Conjuration machinée » (81 Fauchet, 103).

122 « Intelligences avec les ennemis » (25 Beauvais-Nangis, 294).

123 25 Beauvais-Nangis, 294 ; 54 Coeffeteau, 414, 415, 525 ; 143 Retz, 2, 570 ; 144 Richelieu, 6, 73.

124 98 Le Bret, 254 ; 144 Richelieu, 6, 73.

125 88 Goulas, 2, 254, 390 ; 90 Joly, 23 ; 114 Molière, 424 ; 117 Monglat, 81 ; 118 Montpensier, 15 ; 143 Retz, 2, 55, 5, 26 ; 145 Richelieu, 365.

126 119 Montrésor, 190 ; 123 Naudé, 123.

127 143 Retz, 2, 59.

128 88 Goulas, 1, 92.

129 Le roi dans 109 Molé, 3, 87.

130 37 Bossuet, 50 ; 123 Naudé, 153 ; 124 Nicole, 2, 182.

131 123 Naudé, 123 ; 153 Sirmond, 18.

132 144 Richelieu, 6, 11.

133 97 La Fayette, 6.

134 99 Le Comte, 78.

135 41 Brébeuf, 101 ; 76 Esprit, 245 ; 126 Pascal, 40 ; 145 Richelieu, 277.

136 Voir n. 117.

137 78 Estrées, 414 ; 90 Joly, 52, 53 ; 143 Retz, 4, 44, 122.

138 36 Bossuet, 68 ; 78 Estrées, 398 ; 119 Montrésor, 211 ; 120 Motteville, 202.

139 54 Coeffeteau, 216, 397, 413. Voir aussi 35 Boisrobert, 572 ; 81 Fauchet, 103.

140 44 Bussy-Rabutin, 1, 52 ; 76, Esprit, 112, 245 ; 84 Fontenay-Mareuil, 232 ; 143 Retz, 3, 88 ; 144 Richelieu, 6, 38.

141 50 Chapelain, 382.

142 143 Retz, 4, 44, 125. Voir aussi 117 Montglat, 240.

143 84 Fontenay-Mareuil, 288 ; 143 Retz, 4, 142.

144 88 Goulas, 307.

145 2 Arnauld d’Andilly, 2, 85.

146 132 Racine, 453 ; 144 Richelieu, 6, 30.

147 25 Beauvais-Nangis, 319.

148 151 Scudéry, 494.

149 54 Coeffeteau, 387.

150 21 Balzac, 199.

151 Avec conjuration : 52 Charron, 454, 462 ; 54 Coeffeteau, 397 ; 82 Fénelon, 170 ; 99 Le Comte, 216 ; 142 Retz, 553. Avec cabale : 126 Pascal, 320.

152 119 Montrésor, 199.

153 Voir note 41.

154 117 Montglat, 7 (avec conspiration).

155 Voir note 37.

156 148 Saint-Réal, 11 (avec conspiration).

157 117 Montglat, 116 (avec conspiration).

158 149 Schélandre, 141 (avec complot).

159 Pour complot : 66 Corneille, 55 ; 74 Du Ryer, 26. Pour conspiration : 49 Canault, 136 ; 144 Richelieu, 6, 5.

160 66 Corneille, 103 (avec complot).

161 81 Fauchet, 232 (avec conspiration). Voir aussi, avec complot : 67 Corneille, 152 ; avec conspiration : 52 Charron, 462 ; le roi dans 109 Molé, 4, 286 ; 117 Montglat, 173.

162 Avec complot : 138 Racine, 207. Avec conspiration : le roi dans 109 Molé, 4, 287 ; 144 Richelieu, 6, 15.

163 Avec complot : 146 Rotrou, 75. Avec conspiration : 54 Coeffeteau, 330.

164 Avec complot : 67 Corneille, 92, 152 ; 100 Le Moyne, 8 ; 131 Racan, 168, 272. Avec conspiration : 5 Aubignac, 302 ; 61 Corneille, 67 ; 81 Fauchet, 218 ; 101 bis Le Noble, 206.

165 Voir n. 27.

166 « Avoir advis » d’une conspiration (54 Coeffeteau, 536), « en faire découvrir le secret » (61 Corneille, 67) ; « avis receu des complots » (67 Corneille, 142), « instruit des complots » (136 Racine, 344), « avis salutaire » donné d’un complot (137 Racine, 494).

167 150 Scudéry, 217.

168 73 Desmarets de Saint-Sorlin, 251.

169 100 Le Moyne, 8.

170 106 Maynard, 30.

171 73 Desmarets de Saint-Sorlin, 269 ; 135 Racine, 541. De même pour conspiration : 5 Aubignac, 311 ; 81 Fauchet, 94.

172 18 exemples concernant le prince, sa famille, l’Etat ; 3 exemples concernant des ministres.

173 22 exemples concernant le prince ou ses équivalents (premier magistrat, régente) ; 11 concernant des ministres ; 4 concernant l’Etat.

174 Corneille utilise une fois conjuration dans une tragédie (57 Corneille, 426). Conspiration se trouve dans une tragédie de Montchrestien (115 Montchrestien, 90).

175 57 Corneille, 433.

176 59 Corneille, 112.

177 5 Aubignac, 227, 306, 308.

178 55 Colletet, 86 ; 92 La Fontaine, 96.

179 26 Bensérade, 51.

180 26 Bensérade, 135.

181 13 Auvray, 245.

182 131 Racan, 35, 107, 163, etc.

183 On a relevé une quinzaine d’exemples d’emploi de ces adjectifs pour cabale, 9 pour conjuration, 4 pour conspiration, 1 seul pour complot.

184 On les a trouvés 18 fois pour complot, 4 fois pour conjuration et conspiration, jamais pour cabale.

185 43 exemples pour cruel, dangereux, factieux, furieux, funeste, hardi, hasardeux, inhumain, insolent, inutile, lâche, malin, maudit, noir, nuisible, obstiné, sanglant, téméraire, traître, vain.

186 7 exemples pour criminelle, funeste, furieuse, noire, périlleuse. On note aussi deux cas où la « méchanceté » de la conjuration est soulignée (voir n. 6).

187 6 exemples pour extravagante, feinte, impie, inique, mystérieuse.

188 5 exemples pour dangereuse, malheureuse, méchante.

189 W. von Wartburg, Französisches Etymologisches Wörterbuch, 2, 1, Tübingen, 1949, s.v. kabbala.

190 Ibid., 23, 2, Bâle, 1968, s.v. complot, et 23, 3, Bâle, 1970, s.v. foule.

Table des illustrations

Légende Observations. Le tableau se lit d’abord dans le sens horizontal. Chaque ligne correspond à un genre et met en évidence la consommation que celui-ci fait des quatre mots considérés. Pour chaque genre, la cellule inscrite en caractères gras sur fond grisé indique le mot le plus souvent employé. Dans le sens vertical, les lignes ont été disposées de façon à regrouper les genres qui ont en commun de donner la préférence à un même mot. Ces genres ont été ensuite ordonnés en commençant par celui pour lequel la préférence est la plus marquée.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/7875/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search