Version classiqueVersion mobile

La conjuration des dictionnaires

 | 
Jean-Claude Waquet

Première partie. L'universelle confusion des mots

L’universelle confusion des mots

Texte intégral

1A un premier examen, les occurrences de cabale, complot, conjuration et conspiration dans les textes du XVIIe siècle laissent transparaître pour chacun de ces termes un sens politique apparemment accepté par tous, et de surcroît assez strictement délimité. Cet ordre a quelque chose de rassurant. Il faut pourtant le dépasser, en montrant son impuissance à s’imposer à tous les textes singuliers et en soulignant, plus généralement, l’étendue des exceptions qu’il subit. Le spectacle qui s’offre alors est celui d’une confusion où les mots ne sont pas systématiquement attachés aux choses. Mais les choses, elles non plus, ne sont pas solidement arrimées aux mots. Nul, en d’autres termes, n’est en mesure de dire avec certitude ce qu’est une conjuration ; et nul non plus ne peut établir de façon positive la liste des événements qui méritent un tel nom. De ce double désordre, la subversion se nourrit quelquefois.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search