Version classiqueVersion mobile

La conjuration des dictionnaires

 | 
Jean-Claude Waquet

Introduction1

Texte intégral

  • 1 Au moment où ce livre est sur le point de sortir de presses, il m’est agréable d’exprimer ma reconn (...)
  • 1 A. Arnauld, P. Nicole, La logique ou l’art de penser, éd. P. Clair, F. Girbal, Paris, 19812, p. 83.
  • 2 Cités par F. Brunot, Histoire de la formation de la langue française des origines à 1900, 3, La for (...)

1« Les mêmes hommes en différens âges ont considéré les mêmes choses en des manières très différentes, et néanmoins ils ont toujours rassemblé toutes ces idées sous un même nom ; ce qui fait que prononçant un mot, ou l’entendant prononcer, on se brouille facilement, le prenant tantôt selon une idée, et tantôt selon l’autre »1. Arnauld et Nicole déplorent en logiciens cette confusion qui gâte nos discours, obscurcit nos pensées et rend vaines bien des controverses. D’autres la combattent en tant qu’hommes de lettres : ils veulent depuis Malherbe plus de clarté dans le français, plus de netteté dans les constructions, plus de justesse enfin dans l’emploi du lexique où chacun doit puiser. Il est urgent, explique un jour Chapelain, de « régler les termes et les phrases ». Il faut à tout le moins, déclare une autre fois Faret, établir « un usage certain des mots »2. Les grammairiens y travaillent. Plus tard, au XVIIIe siècle, les synonymistes s’y consacrent. Tous, de Vaugelas à Bouhours, puis de Girard à Roubaud, s’efforcent de mettre un ordre clair et distinct dans le désordre de la langue.

  • 3 M. Foucault, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, 1966, p. 217.
  • 4 A. Fontana, « L’ensemble méthode », dans Livre et société dans la France du XVIIIe siècle, dir. F. (...)
  • 5 Selon l’expression forgée par M. Fumaroli, « La coupole », dans Les lieux de mémoire, dir. P. Nora, (...)
  • 6 1694 Académie, préface.
  • 7 J. de Tourreil, « Projet d’épître dédicatoire pour le premier dictionnaire de l’Académie françoise  (...)
  • 8 1690 Furetière, préface (attribuée à P. Bayle), fol. 3v°.
  • 9 C.P. Goujet, Bibliothèque françoise, ou histoire de la littérature françoise, 1, Paris, 1741, p. 25 (...)
  • 10 C. Bellet, « Question sur les dictionnaires », dans J.-B. Durey de Noinville, Table alphabétique de (...)

2Les dictionnaires, notamment celui de l’Académie française et ses deux rameaux détachés - le Richelet et le Furetière -, participent de cette vaste entreprise de clarification. Ils contrôlent, a-t-on écrit, « le jeu des dérivations à partir de la désignation première des mots »3 ; ils tracent, a-t-on encore observé, « des limites rigoureuses dans des terrains que l’usage articule et peuple confusément »4 ; bref, ils ordonnent et définissent et, ordonnant et définissant, ils fondent une « orthodoxie langagière »5 ou, à tout le moins, présentent le lexique et le sens des mots de façon que chacun puisse à la fois exprimer correctement ses pensées et entendre aisément celles d’autrui. Les académiciens donnent ainsi la « véritable signification »6 des termes qu’ils expliquent, et leur ouvrage constituera demain le meilleur « interprète des livres »7 transmis à la postérité par le siècle de Louis le Grand. Le lecteur des dictionnaires, proclame la préface du Furetière, acquiert en s’en servant une « justesse d’esprit » qui lui sera d’un « usage merveilleux » dans l’exercice de sa profession8. Quelques décennies plus tard, l’abbé Goujet juge les productions lexicographiques de la fin du XVIIe siècle du point de vue de leur pureté, netteté, précision et exactitude. Le Furetière, explique-t-il, « démêle fort bien toutes les propriétés et les diverses significations des mots. Tout y paraît développé avec tant d’ordre et de clarté, que cet ouvrage est très propre à instruire ceux qui savent le moins ». La deuxième édition du dictionnaire de l’Académie mérite également des éloges pour son « attention particulière à expliquer, à déterminer, et à bien faire sentir la véritable signification de chaque mot par des définitions exactes et des exemples »9. Peu après, la Question des dictionnaires renvoie sous la plume de l’abbé Bellet l’écho de ces propos favorables : ce qui fait, y lit-on, le prix du travail des académiciens, ce sont leurs définitions « exactes et précises » et leur souci de marquer le « véritable usage » de chaque terme10.

  • 11 F. Brunot, Histoire..., 3, 1, p. 43-46. Voir aussi F.J. Hausmann, « La réception de la première édi (...)
  • 12 Selon la formule d’A. Collinot et F. Mazière, « Une autre lecture du Dictionnaire de l’Académie (16 (...)
  • 13 T.R. Wooldridge a recensé 32 éditions, rééditions et réimpressions du Dictionaire françoislatin de (...)

3Chacun sait que le public n’a pas toujours réservé au dictionnaire de l’Académie des appréciations aussi flatteuses. De sa première édition, on a dit et répété depuis l’époque de Louis XIV qu’elle reflète un état de langue vieilli, voire périmé, et qu’elle pèche en outre par une présentation incommode, une nomenclature lacunaire, une absence totale de citations, des définitions inexactes et des entorses à l’usage policé du français11. Ces jugements peu charitables sont ceux que devaient rendre des grammairiens irrésistiblement portés à s’ériger en censeurs. Leur verdict toutefois n’est pas de nature à impressionner les chercheurs, dont le but n’est pas de corriger le dictionnaire, mais de comprendre comment les académiciens ont « construit »12 la langue sous le prétexte bien commode d’en déclarer l’usage. Il reste enfin sans prise sur qui voit dans leur répertoire et, plus généralement, dans les grands lexiques monolingues de la fin du XVIIe siècle, autant d’interprétations du français et du monde, incomplètes bien sûr, discutables sans doute, tendancieuses immanquablement, mais toujours porteuses d’un sens digne d’être élucidé. Ce point de vue est celui qu’on a adopté ici, en l’appliquant non seulement aux trois monuments imprimés du vivant de Louis XIV, mais aussi et plus généralement à l’ensemble des dictionnaires du français publiés de la première moitié du XVIe siècle à la Révolution avec un succès dont le propre fut d’être considérable13.

*
* *

  • 14 Les dictionnaires du français moderne (1539-1863). Etude sur leur histoire, leurs types et leurs mé (...)

4L’étude des dictionnaires publiés sous l’Ancien Régime et, plus précisément, des interprétations de la langue française qu’ils fournissent, doit être conduite en tenant compte des caractères propres à cette catégorie d’ouvrages. Les travaux d’histoire de la lexicographie sont ici d’une évidente utilité. Linguistes pour la plupart, leurs auteurs ont établi une typologie des dictionnaires, retracé la carrière de leurs rédacteurs, suivi les étapes de leur composition, analysé les procédés de leur fabrication et révélé la structure de leur discours. De cette dynamique de recherche, les thèses de Bernard Quemada14 ont constitué voici une trentaine d’années l’un des points d’aboutissement les plus significatifs.

  • 15 Les dictionnaires..., p. 10.
  • 16 C. Girardin, « Contenu, usage social et interdits dans le dictionnaire », dans Langue française, 19 (...)
  • 17 A. Viala, « Une nouvelle institution littéraire, les dictionnaires du français vivant. Polémiques a (...)
  • 18 F. Mazière, « Une analyse de la définition : formes, historicité et idéologie », dans Le Français d (...)

5Attentifs à saisir la singularité d’un genre, ces historiens de la lexicographie n’ont pas toujours traité en détail - et c’est normal - la question du contenu idéologique des dictionnaires. Pourtant, note Bernard Quemada, ces livres fournissent une « image des idées que les hommes se sont faites... du monde, d’eux-mêmes, des relations que les mots leur ont permis de nouer avec ce qui dans la nature est innomé »15. Ils sont, a-t-on annoncé plus récemment - et plus crûment-, « description d’une culture et reflet de l’idéologie dominante »16. Ils laissent entrevoir « derrière les conflits à propos des mots... des conflits à propos des choses »17. Leur texture enfin « dit les options idéologiques d’une société »18. Ils appellent donc des études ayant pour but de faire ressortir les préférences individuelles, les normes sociales, les choix intellectuels et les projets politiques qui les informent.

  • 19 Voir notamment : A. Fontana, « L’ensemble méthode »... ; S. Delesalle, L. Valensi, « Le mot ‘nègre’ (...)

6De telles études existent, dues à des linguistes, à des spécialistes de la littérature française et plus rarement à des historiens19. Souvent leurs auteurs ont fait trésor de techniques d’analyse empruntées aux sciences du langage : le texte du dictionnaire leur est apparu tantôt comme une structure, tantôt comme un acte énonciatif et, dans un cas comme dans l’autre, ils ont cherché en lui-même les clés de sa propre élucidation. D’autres ont mis les articles des dictionnaires en rapport avec un contexte général, culturel, social et politique, qui les aurait déterminés et qui se présente ainsi comme leur principe extérieur d’explication. De tous ces travaux, on se gardera de négliger les leçons.

  • 20 Le dictionnaire est un « discours construit en écho à d’autres discours », écrivent ainsi A. Collin (...)
  • 21 Voir toutefois les intéressantes observations d’A. Rey sur les mots sarabande et roman (Le lexique. (...)

7On se gardera aussi de négliger deux catégories de textes avec lesquels les dictionnaires entretiennent nécessairement d’étroites relations. Il s’agit en premier lieu des innombrables discours dont ces répertoires renvoient l’écho20 et dont les écrits des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles portent aujourd’hui la mémoire. Le régime de ces textes est celui du foisonnement, de la profusion et de la divagation du sens. Le spectacle qu’ils offrent, ne frappe ni par sa régularité, ni par sa discipline, mais plutôt par ce désordre même que déploraient au grand siècle les esprits épris de clarté. C’est à cette confusion que les lexicographes s’adressent lorsqu’ils composent leurs dictionnaires, c’est d’elle qu’ils s’efforcent de tirer un tableau cohérent et ordonné, et c’est elle encore que tels d’entre eux parviendraient à surmonter s’ils faisaient adopter par tous un usage clair et distinct. Aussi mérite-t-elle d’être décrite en détail, afin que ressortent avec plus de netteté non seulement la distance que chaque lexicographe a prise par rapport à la redondance du verbe et à la prolifération du sens, mais aussi l’orientation qu’il a donnée à un travail de mise en ordre dont le propre est de le porter à éliminer des termes, rejeter certaines acceptions, établir des hiérarchies entre les autres, effectuer des rapprochements entre les mots, sanctionner, rapporter ou écarter des usages. Or, une telle description, quelque nécessaire qu’elle soit, trouve rarement une place dans les études auxquelles le texte des dictionnaires publiés sous l’Ancien Régime a donné lieu jusqu’à présent21.

  • 22 B. Quemada, Les dictionnaires..., p. 405.
  • 23 Sur ce point, voir plus loin, 3e partie, chap. 1.
  • 24 C’est par ex. ce qu’a fait J. Fennis, « Les sources du vocabulaire maritime dans le Furetière de 17 (...)
  • 25 On emploie ici ce mot dans le sens où certains historiens des langages politiques l’ont pris : « id (...)
  • 26 D’où l’idée, déjà exprimée pour le Furetière, qu’avant même la rédaction d’un dictionnaire, tout le (...)

8Les lexicographes décrivent les mots en faisant trésor de règles d’écriture que leurs prédécesseurs leur ont léguées, que leurs collègues et eux-mêmes perfectionnent et que tous sont en droit d’exploiter comme une sorte de «patrimoine corporatif »22. Ces règles indiquent comment organiser un dictionnaire, ou comment composer des définitions. Mais elles ne dictent pas les termes dont ces mêmes définitions seront effectivement formées. Les lexicographes, pour autant, ne font pas toujours œuvre entièrement originale. Au lieu de rédiger par eux-mêmes un texte complètement neuf, ils préfèrent souvent reprendre des formulations antérieures par l’intermédiaire desquelles d’autres qu’eux-mêmes se sont essayés de faire entendre la véritable signification des mots et, parfois, la véritable nature des choses. Aussi leurs dictionnaires portent la trace d’écrits qui parfois sont cités sans ambages, parfois aussi sont subrepticement recyclés. Cette intertextualité est connue depuis longtemps. Mais elle a le plus souvent été abordée sous le seul angle du plagiat, pratique dont les lexicographes d’Ancien Régime étaient plutôt coutumiers et dont les dictionnaires publiés par leurs prédécesseurs étaient les premières victimes23. Rien, pourtant, n’empêche de porter l’enquête sur un plan plus large, et de se demander plus en général quels écrits - plagiés ou non, lexicographiques ou non - ont alimenté les articles des dictionnaires24, et plus profondément encore quels vocabulaires, quels codes ou peut-être quels langages25 les rédacteurs de ces gros livres ont mis en œuvre lorsqu’ils ont composé leurs innombrables articles. Ce que l’on doit alors rechercher, ce ne sont pas seulement des cas d’« emprunts » d’un dictionnaire à un autre, mais aussi l’ensemble des discours que le lexicographe a repris, cités, mais aussi réécrits ou retravaillés pour articuler sa propre interprétation du français26.

9Dans l’étude qui suit, une place aussi grande que possible sera faite aux deux types de textes que l’on vient d’évoquer : d’une part l’infinité des écrits qui enregistrent et attestent la confusion des mots ; et d’autre part, le registre des discours et des langages dont chaque lexicographe fait usage pour substituer à ce désordre originel l’ordre sélectif d’une description plus ou moins conforme à la raison. De cette double excursion en dehors des dictionnaires de l’âge moderne, on tirera, espère-t-on, les moyens d’une juste élucidation des interprétations qu’ils donnent du français ou, si l’on préfère, d’une appréciation exacte de la position intellectuelle qu’ils tiennent et de l’ordre qu’ils imposent aux mots - et, au-delà des mots, aux choses elles-mêmes. Ces mots seront, en l’espèce, des termes de nature politique.

*
* *

  • 27 D. D’Oria, « La structure politique de la société française au XVIIe siècle dans les dictionnaires (...)
  • 28 Dont l’auteur est loin de tisser toujours l’éloge de la noblesse : « les Grands aiment la trahison, (...)
  • 29 On citera notamment les intéressantes réflexions d’A. Corneri, « Il Dictionnaire di P. Richelet...  (...)

10Les articles par lesquels les dictionnaires traitent des mots du politique, ont rarement été examinés en détail. La seule monographie qui leur ait été consacrée, porte sur le Furetière, le Richelet et la première édition de l’Académie. Selon son auteur, tous trois « comblent de louanges le roi, la cour, la noblesse et le clergé ; ils affirment que la monarchie est la forme la plus parfaite de gouvernement »27. Cette appréciation n’emporte qu’en partie l’adhésion, notamment en ce qui concerne le Dictionnaire universel28. Il ne suffit pas par ailleurs d’observer que les auteurs des trois dictionnaires sont favorables à la monarchie. Il faut encore préciser la forme de monarchie à laquelle va leur préférence, détailler les arguments dont ils se servent pour la recommander, relever les variations que cette argumentation subit d’un dictionnaire à un autre, identifier enfin la position tenue par chacun d’eux à l’intérieur d’une culture multiforme qui charrie avec elle quantité de façons différentes de penser la royauté et, au-delà, le politique. Or, sur tous ces points, ni l’étude à laquelle on se réfère ici, ni les autres développements auxquels, çà et là, le discours politique tenu dans les dictionnaires a donné lieu29, n’ont fait une entière lumière.

11L’analyse politique des dictionnaires n’a, en d’autres termes, jamais été véritablement engagée. On se propose ici de la faire progresser en prenant pour point de départ non pas la totalité du vocabulaire concerné, dont il serait difficile de donner par avance la liste et dont la masse interdirait de surcroît tout traitement véritablement exhaustif, mais plutôt quelques mots, quatre exactement, à partir desquels on s’efforcera d’avancer de proche en proche de façon à dégager pour finir quelques conclusions générales. Ces quatre mots sont, dans l’ordre alphabétique, cabale, complot, conjuration et conspiration.

  • 30 Il sacramento del potere. Il giuramento politico nella storia costituzionale dell’Occidente, Bologn (...)
  • 31 J.-M. Constant, Les conjurateurs. Le premier libéralisme politique sous Richelieu, Paris, 1987 ; A. (...)
  • 32 Complots et conjurations dans l’Europe moderne. Actes du colloque international organisé par l’Ecol (...)

12Le champ couvert par ces termes fait partie de ceux que les historiens du politique ont récemment travaillés, qu’il s’agisse de Paolo Prodi et de sa remarquable étude sur l’histoire des relations entre pouvoir et serment30, de Jean-Marie Constant et d’Arlette Jouanna, auteurs l’un comme l’autre d’ouvrages consacrés au moins en partie aux conspirations dans la France des XVIe et XVIIe siècles31, ou encore des participants au colloque tenu à Rome en 1993 sur ces formes du désordre politique32. Cabale, complot, conjuration et conspiration présentent par ailleurs l’intérêt de n’être nullement anodins, mais de porter au contraire sur des matières d’Etat, rendues plus sensibles encore par le fait que les formes de division, de violence ou de contestation auxquelles ils renvoient, ont donné lieu à quelques-uns des épisodes les plus fameux de l’histoire des règnes d’Henri IV ou de Louis XIII. Ce n’est pourtant ni à leur actualité historiographique, ni à l’écho qu’ils portent des convulsions politiques du Grand Siècle, que ces mots doivent d’avoir été choisis pour objet de la présente étude, mais plutôt à quelques-unes de leurs caractéristiques sémantiques.

  • 33 P.J.A. Roubaud, Nouveaux synonymes françois, Paris, 1785, 1, p. 232.
  • 34 4, Paris, 1754, p. 960 (art. dictionnaire).
  • 35 1771 Trévoux, s.v. conjuration.
  • 36 E. Littré Dictionnaire de la langue française, 1, Paris, 1863, s.v. cabale.

13Loin d’être univoques, cabale, complot, conjuration et conspiration sont en effet des termes ambigus et difficiles, et se rangent pour cette raison au nombre de ceux sur lesquels les synonymistes du XVIIIe siècle ont exercé leur zèle définitoire. L’un d’eux, Roubaud, reproche à ses propres maîtres de n’en avoir pas bien « saisi ou expliqué le caractère distinctif ». Il s’empresse pour sa part de donner de chacun d’eux des définitions qui « frappent, pour ainsi dire, chacune de ces choses d’une empreinte si particulière, qu’au lieu de les distinguer par des lignes de séparation, elles coupent, tranchent par des traits aussi fort que multipliés, leur ressemblance »33. Avant lui, la question a été effleurée par 1’Encyclopédie34, puis remuée par le Dictionnaire de Trévoux où l’on trouve à l’article conjuration une petite dissertation sur les rapports de ce mot avec complot et conspiration35. Au siècle suivant, Littré la soulève à nouveau en introduisant une discussion sur les rapports de synonymie qui peuvent rapprocher complot et cabale36. Peu importe pour le moment les solutions dissonnantes auxquelles ces divers auteurs sont parvenus. Ce sont plutôt leurs efforts redoublés qui intéressent ici, de même que les ambiguïtés et le désordre du sens que ces efforts dénotent. Car les uns et les autres font apparaître cabale, complot, conjuration et conspiration comme des mots confus, complexes, exposés par là même à un travail toujours repris de mise en ordre lexicographique, et donc spécialement désignés pour servir de base à une étude qui, comme celle-ci, se propose de saisir les mots dans leur confusion et les rédacteurs des dictionnaires dans leur patient travail d’arrangement du langage.

*
* *

  • 37 Lui-même lié à l’essor des langues vernaculaires et à leur émancipation du latin. Le Vocabolario de (...)

14Partir du traitement réservé par les lexicographes à quatre mots à problèmes ; fonder sur ce premier examen un commencement d’analyse politique des dictionnaires de langue dont la multiplication constitue, en France comme dans d’autres pays d’Europe, un trait caractéristique de l’histoire culturelle des temps modernes37 ; saisir ces mêmes dictionnaires comme autant d’interprétations - et non comme autant d’images plus ou moins fidèles - de la langue et du monde ; les élucider enfin en les rapportant systématiquement à deux plans, celui de l’usage confus qu’ils ordonnent et celui des textes, codes et langages qui permettent cet ordonnancement : tels sont, résumés en quelques mots, les buts et les enjeux de l’étude que l’on présente ici. La matière sur laquelle elle repose, comprend outre des textes sur lesquels on reviendra sous peu, un corpus de dictionnaires dont il est nécessaire de détailler brièvement le contenu.

  • 38 Les références de ces ouvrages sont données p. 239 sq.

15Le Dictionaire françoislatin publié en 1539 par Robert Estienne, ses éditions successives et ses prolongements jusqu’au Grand dictionaire françois-latin et jusqu’au Thrésor de la langue françoise de Jean Nicot, forment dans 1 ordre chronologique le premier groupe d’ouvrages dont on a fait usage ici. Viennent ensuite les dictionnaires français-latin publiés au XVIIe et au XVIIIe siècle par des hommes d’Eglise dont la plupart étaient des pères jésuites : celui de Philibert Monet est sans doute le plus fameux et le plus utile ou, du moins, le plus important en raison de l’utilisation qu’en ont faite plus tard les académiciens. Un troisième groupe est constitué par les grandes entreprises de la fin du XVIIe siècle-le Richelet, le Furetière et le Dictionnaire de l’Académie françoise -, par leurs rééditions et par cet avatar du Furetière qu’est le Dictionnaire de Trévoux. Le corpus se clôt enfin avec deux œuvres imprimées dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, l’une collective, le Grand vocabulaire françois, et l’autre individuelle, le dictionnaire de Féraud38.

  • 39 Sur cette distinction, voir B. Quemada, « Du glossaire au dictionnaire : deux aspects de l’élaborat (...)
  • 40 Sur le projet académique, voir M. Fumaroli, « La coupole »..., p. 335 sq·, id., « Le cardinal de Ri (...)

16L’unité de cette documentation peut être discutée. Les ouvrages qu’elle réunit, sont tantôt des dictionnaires français-latin et tantôt au contraire des publications monolingues. Certains, comme le Furetière, se présentent comme des œuvres encyclopédiques ; d’autres, comme le Féraud, entrent à l’inverse dans la catégorie des dictionnaires de langue39. Destinées aux élèves des collèges, les productions des pères jésuites ont une fonction essentiellement scolaire ; le Dictionnaire de l’Académie sert pour sa part le projet de fonder en France une langue littéraire royale aussi classique que le fut jadis le latin du Ier siècle40. Ses articles sont organisés selon un ordre et avec une méthode qui a peu à voir avec les critères retenus plus de cent cinquante ans plus tôt par Robert Estienne. Plus de deux siècles et demi séparent enfin l’impression du dictionnaire préparé par ce célèbre humaniste de la publication, à la veille de la Révolution, des deux tomes dus à l’abbé Féraud.

  • 41 Même le Furetière, prototype du dictionnaire de choses, est présenté par son auteur comme une « enc (...)
  • 42 C’est notamment le cas du Richelet, Dictionnaire françois contenant les mots et les choses.
  • 43 B. Quemada (Les dictionnaires..., p. 13), souligne ainsi la cohésion des « méthodes et des techniqu (...)
  • 44 C.P. Goujet, Bibliothèque françoise..., I, p. 220 sq (« des dictionnaires pour la langue françoise  (...)
  • 45 Catalogue des livres imprimés de la bibliothèque du Roy. Belles lettres, 1, Paris, 1750, p. 81 sq.

17Cette déconcertante diversité ne doit pas faire oublier ce qui rapproche les dictionnaires, soit : les emprunts que les lexicographes se font les uns aux autres ; la fonction principalement linguistique de leurs ouvrages41 ; le caractère hybride de certains d’entre eux qui, à la fois dictionnaires de langue et dictionnaires encyclopédiques, enlèvent une partie de sa portée pratique à l’opposition entre ces deux catégories42 ; la parenté enfin des règles de fabrication qui certes se perfectionnent, mais forment malgré tout d’Estienne à Féraud un seul et même patrimoine43. Les bibliographes d’autrefois ne s’y trompaient pas, qui réunissaient les dictionnaires du français en une seule catégorie : ainsi Goujet, qui leur consacra une section à part parmi les « traités de la langue françoise »44 ; ainsi encore les auteurs du premier catalogue de la Bibliothèque nationale, qui les regroupèrent à l’intérieur de la série « X, grammairiens »45. Les historiens de la lexicographie ont suivi le même chemin : il semble qu’il y ait lieu de leur donner raison.

  • 46 Sur cette base, voir Frantext. Autour d’une base de données textuelles. Témoignages d’utilisateurs (...)
  • 47 On a aussi dépouillé deux textes de Le Noble absents du corpus de Frantext, mais importants pour no (...)

18Compte tenu de leurs nombreuses rééditions, les dictionnaires examinés ici constituent une masse imposante, assez lassante à dépouiller si l’on veut prendre note de toutes les variantes présentées par un même article, et de surcroît d’accès inégalement facile. Mais il est encore plus difficile, pour ne pas dire impossible, de réunir la totalité des textes dans lesquels des auteurs de toute origine ont pu employer tout au long de l’époque moderne les mots cabale, complot, conjuration et conspiration. L’interrogation de la base de données Frantext a paru ici un recours judicieux46. Consultée en juin 1995, elle a fourni pour les quatre mots concernés, considérés au singulier comme au pluriel, plus de mille neuf cents occurrences tirées d’un très grand nombre d’œuvres des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles et accompagnées chacune de la phrase qui constitue son contexte. Cette moisson était d’une inégale richesse : plantureuse pour le XVIIIe siècle, abondante pour celui de Louis XIV, elle était en revanche très maigre pour la période antérieure. Sa composition interne révélait en outre un traitement inégal des divers genres, de telle sorte que des dépouillements complémentaires paraissaient indispensables pour obtenir un échantillon plus représentatif. Mais le risque était alors de parvenir à une masse de citations d’un volume difficilement exploitable. Aussi a-t-on résolu de se limiter au XVIIe siècle, pour lequel les 560 citations fournies par Frantext ont pu être portées à plus de 850 grâce à des investigations supplémentaires conduites dans deux catégories de textes mal représentées dans la base de données, mais très importantes pour des termes tels que ceux qu’on examine ici : les écrits politiques et surtout les mémoires47. Ces 850 citations ne rendent certainement pas un compte exhaustif de tous les usages possibles de nos quatre mots dans la langue écrite du XVIIe siècle. Elles constituent toutefois un ensemble d’une taille respectable, composé de textes très diversifiés, répartis d’un bout à l’autre du siècle, dûs pour la plupart soit à des auteurs littéraires, soit à des personnes de la cour, et émanant donc de ces mêmes locuteurs auxquels se référaient volontiers les lexicographes lorsqu’ils cherchaient à déterminer le meilleur usage. Pour toutes ces raisons, il a paru légitime de fonder sur elles quelques-uns des développements qui suivent.

*
* *

19L’ordre observé dans cet ouvrage est conforme aux principes qui ont été précédemment énoncés. L’attention se portera d’abord sur l’usage de cabale, complot, conjuration et conspiration dans la langue du XVIIe siècle, tel qu’il se révèle à la lecture de l’ensemble de citations dont on vient de présenter rapidement l’économie. Cette première analyse ne fournira aucune certitude à l’exception de celle, un peu négative, que l’usage était incertain, multiforme, inattendu souvent, subversif parfois, variable en tout cas d’un auteur à un autre, même à l’intérieur d’un même milieu social, de telle façon qu’il existait une grande équivoque sur le sens des mots et, aussi, une grande difficulté à se mettre d’accord sur le nom à donner aux choses.

20De cette confusion, les lexicographes ont extrait des articles de dictionnaire qui, même lorsqu’ils se veulent purement descriptifs, consistent malgré tout en une mise en ordre empreinte d’une clarté au moins apparente. L’analyse de cette clarification fera l’objet de la deuxième partie, où l’on s’efforcera de restituer la manière dont ces hommes ont exprimé le sens de cabale, complot, conjuration et conspiration, conçu leurs relations réciproques, inscrit les choses que ces quatre mots dénomment dans un temps historique et dans une dynamique politique, attaché enfin à chacune d’elles une appréciation morale. Cet examen sera conduit sur la longue durée, de façon à faire apparaître le caractère cumulatif du travail des lexicographes, la construction progressive des interprétations que leurs dictionnaires contiennent, leur lent renouvellement d’Estienne à Féraud et enfin la place qu’occupent à l’intérieur de cette évolution le Richelet, le Furetière et la première édition de l’Académie. Les leçons contenues dans ces trois ouvrages pourront alors être confrontées à l’usage dont on aura au préalable présenté la dispersion, ce qui permettra de faire ressortir non seulement la dimension simplificatrice des définitions données par ces dictionnaires, mais aussi - et surtout - le sens et les implications politiques de cette simplification.

21Il vaudrait mieux dire de ces simplifications, tant il est vrai que les articles contenus dans les trois dictionnaires, comme d’ailleurs ceux que l’on doit à Estienne ou Monet, ne se ressemblent guère. Les lexicographes, en effet, ne dévoilent pas un ordre, toujours le même, mais introduisent plutôt une multiplicité d’ordonnancements, tous différents les uns des autres, même lorsque les livres qui les portent sont contemporains, de telle sorte que la langue et le monde sont à tout moment accommodés de diverses façons. Ces divergences soulèvent une nouvelle question : celle des motifs qui font de chaque dictionnaire un texte irréductiblement singulier. On en fera l’objet d’une troisième partie au cours de laquelle différentes hypothèses explicatives seront évoquées, puis écartées, pour en arriver enfin à l’idée que la singularité de chaque dictionnaire, à défaut de s’expliquer, peut au moins se rapporter à la nature des textes et des langages politiques manipulés par son rédacteur, ainsi qu’à la spécificité du travail de réécriture, de réélaboration et de mixage opéré par celui-ci. On en viendra à cette occasion à élargir notablement le champ de l’analyse et, dépassant le cas particulier des quatre mots pris en examen, à faire porter l’attention sur un échantillon beaucoup plus étoffé du vocabulaire politique.

22Ainsi conçu, ce livre renvoie nécessairement à une double histoire : celle de la langue, ou plutôt de sa mise en ordre et du travail de réécriture qui informait son arrangement par les lexicographes ; et celle des langages politiques, ou plus exactement de la façon dont ces mêmes idiomes ont été mis à contribution par les auteurs des dictionnaires pour rendre pleinement intelligibles et, du même coup, placer sous contrôle certains des mots qui composent le français. L’une et l’autre ont à faire avec un désordre - celui des mots-, qui ne pouvait qu’aider à en occulter un autre - celui des choses. Toutes deux s’achèvent avec l’élimination de cette confusion du verbe, ou à tout le moins avec sa réduction à une description organisée. Il reste maintenant à voir si l’ordre que les lexicographes établirent ainsi dans l’empire des mots, était de nature à faciliter le maintien de l’ordre dans le royaume des choses ou, si l’on préfère, dans le royaume de France.

Notes

1 A. Arnauld, P. Nicole, La logique ou l’art de penser, éd. P. Clair, F. Girbal, Paris, 19812, p. 83.

2 Cités par F. Brunot, Histoire de la formation de la langue française des origines à 1900, 3, La formation de la langue classique (1600-1660), 1, Paris, 1909, p. 34.

3 M. Foucault, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, 1966, p. 217.

4 A. Fontana, « L’ensemble méthode », dans Livre et société dans la France du XVIIIe siècle, dir. F. Furet, 2, Paris, La Haye, 1970, p. 154.

5 Selon l’expression forgée par M. Fumaroli, « La coupole », dans Les lieux de mémoire, dir. P. Nora, 2, La nation, 3, Paris, 1986, p. 335.

6 1694 Académie, préface.

7 J. de Tourreil, « Projet d’épître dédicatoire pour le premier dictionnaire de l’Académie françoise », dans OEuvres, 1, Paris, 1721, p. 79.

8 1690 Furetière, préface (attribuée à P. Bayle), fol. 3v°.

9 C.P. Goujet, Bibliothèque françoise, ou histoire de la littérature françoise, 1, Paris, 1741, p. 250, 274.

10 C. Bellet, « Question sur les dictionnaires », dans J.-B. Durey de Noinville, Table alphabétique des dictionnaires, Paris, 1758, p. 13.

11 F. Brunot, Histoire..., 3, 1, p. 43-46. Voir aussi F.J. Hausmann, « La réception de la première édition : grandeurs et misères », dans Le dictionnaire de l’Académie française et la lexicographie institutionnelle européenne. Actes du colloque international. 17, 18 et 19 novembre 1994, éd. B. Quemada, J. Pruvost, Paris, 1998, p. 133-138. Pour une critique abordant du point de vue grammatical les descriptions données par les académiciens, voir J. Pinchon, « Description d’un micro-système dans le Dictionnaire de l’Académie (1694) », dans Cahiers de lexicologie, 1987, no 50, p. 201-208. Enfin, pour la défense du point de vue selon lequel la publication du Dictionnaire constitua en fait un temps fort et même un « événement » dans l’histoire de la lexicographie, voir F. Mazière, « Le Dictionnaire de l’Académie (1694) et la pré-édition de 1687 », dans Histoire et grammaire du sens. Hommage à Jean-Claude Chevalier, dir. S. Auroux, S. Delesalle, H. Meschonnic, Paris, 1996, p. 124-139 et id., « Un événement linguistique, la définition du nom abstrait dans la première édition du dictionnaire de l’Académie (1694) », dans Les noms abstraits. Histoire et théories. Actes du colloque de Dunkerque (15-18 septembre 1992), éd. N. Flaux, M. Glatigny, D. Sermain, Villeneuve d’Ascq, 1996, p. 161-174.

12 Selon la formule d’A. Collinot et F. Mazière, « Une autre lecture du Dictionnaire de l’Académie (1694) : valeur du préconstruit en analyse de discours », dans Parcours linguistiques de discours spécialisés. Colloque en Sorbonne les 23-24-25 septembre 1992, éd. S. Moirand, A. Ali Bouacha, J.C. Beacco, A. Collinot, Berne, 1994, p. 335.

13 T.R. Wooldridge a recensé 32 éditions, rééditions et réimpressions du Dictionaire françoislatin de Robert Estienne et de ses deux prolongements, le Thrésor de Jean Nicot et le Grand dictionaire françois-latin (« Pour une exploration du français des dictionnaires d’Estienne et de Nicot (1531-1628) », dans Français moderne, 46, 1978, p. 211). La seule Bibliothèque nationale possède des dizaines d’éditions des dictionnaires français-latin dus aux pères jésuites Pierre Delbrun, Jean Gaudin, Joseph Joubert, Guillaume Lebrun, Philibert Monet, Charles Pajot, François Pomey et Guy Tachard, ainsi qu’à l’abbé Pierre Danet (voir aussi, pour le signalement d’autres éditions, J.-B. Durey de Noinville, Table..., et C. Sommervogel, Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, Bruxelles, Paris, Louvain, 1890-1960, 12 vol. ; utile mise au point sur ces dictionnaires dans L. Bray, César Pierre Richelet (1626-1698). Biographie et œuvre lexicographique, Tübingen, 1986, p. 23-27). Il y eut au moins 65 éditions du Richelet avant 1769 (L. Bray, César Pierre Richelet..., p. 65 sq). Le Furetière connut probablement dix éditions et réimpressions entre 1690 et 1727, auxquelles il faut ajouter les neuf éditions du Trévoux (W.W. Ross, « Antoine Furetière’s Dictionnaire universel », dans Notable Encyclopedias of the Seventeenth and Eighteenth Centuries : Nine Predecessors of the Encyclopédie, dir. F.A. Kafker, Oxford, 1981, p. 66 ; O. S. Lankhorst, Reinier Leers, uitgever en boekverkoper te Rotterdam (1654-1714). Een Europees ‘Libraire en zijn fonds, Amsterdam, 1983, p. 162 sq ; F. Weil, « Les libraires parisiens et le dictionnaire de Trévoux », dans Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 1991, n” 10, p. 155-158 ; D. Behnke, Furetière und Trévoux. Eine Untersuchung zum Verhältnis der beiden Worterbuchserien, Tübingen, 1996, p. 27 sq). Même la première édition du Dictionnaire de l’Académie, qui ne connut pas un succès triomphal, fit l’objet d’une édition clandestine partielle dès avant sa parution et de deux réimpressions en Hollande ; on cite en outre un abrégé publié en 1771, ainsi que plusieurs réimpressions provinciales de la quatrième édition du même dictionnaire (« Les premières éditions du dictionnaire de l’Académie française », dans Bibliothèque de l’école des chartes, 49, 1888, p. 577-580 ; « Les éditions hollandaises du premier dictionnaire de l’Académie française », ibid., 57, 1896, p. 512 ; L. Bray, « La lexicographie française des origines à Littré », dans Wörterbücher, Dictionaries, Dictionnaires, dir. F.J. Hausmann, O. Reichmann, H.E. Wiegand, L. Zgusta, 2, Berlin, 1990, p. 1799 ; M. Höfler, « Das Wörterbuch der Académie française von 1694-1935. Hauptlinien und Seidenpfade eines lexicographisches Monuments », dans Gelehrte Bücher vom Humanismus bis zur Gegenwart, dir. B. Fabian, P. Raabe, Wiesbaden, 1983, p. 52-56). Selon P. Rétat, le tirage moyen d’un dictionnaire au début du XVIIIe siècle ne dépassait pas 2.000 exemplaires (Histoire de l’édition française, 2, Le livre triomphant, 1660-1830, dir. H.-J. Martin, R. Chartier, Paris, 1984, p. 188). Ce chiffre fut atteint pour les éditions nancéiennes du Trévoux (A. Ronsin, « Les éditions nancéiennes du Dictionnaire de Trévoux au XVIIIe siècle », dans Pays lorrain, 41, 1960, p. 154, 156). 1.293 personnes prirent une souscription à une entreprise relativement marginale, et de surcroît restée inachevée, le Catholicon ou Dictionnaire universel de la langue françoise de Schmidlin, publié à Hambourg à partir de 1771 (M. Höfler, « Le Catholicon ou Dictionnaire universel de la langue françoise de Johann-Joseph Schmidlin », dans La lexicographie française du XVIe au XVIIIe siècle, dir. M. Höfler, Wolfenbüttel, 1982, p. 49 sq). Les catalogues des bibliothèques attestent la diffusion des dictionnaires, au moins à Paris : voir H.-J. Martin, Livre, pouvoir et société à Paris au XVIIe siècle (1598-1701), Genève, 1969, 2, p. 937 (il repère 16 exemplaires du Richelet, du Furetière et du dictionnaire de l’Académie française dans 100 inventaires dressés entre 1665 et 1702), M. Marion, Recherches sur les bibliothèques privées à Paris au milieu du XVIIIe siècle (1750-1759), Paris, 1978, p. 159 (le Trévoux et le Furetière sont présents respectivement dans 52 et 21 inventaires sur un total de 237 bibliothèques examinées pour la période 1750-1759), D. Mornet, « Les enseignements des bibliothèques privées, 1750-1780 », dans Revue d’histoire littéraire de la France, 17, 1910, p. 478 (les 500 inventaires analysés, échelonnés sur les années 1750-1780, contiennent « 267 nos pour le Trévoux, 210 pour Richelet, 134 pour l’Académie, 118 pour Furetière »). La pénétration en province paraît beaucoup plus faible, du moins en ce qui concerne l’Ouest de la France (J. Quéniart, Culture et société urbaine dans la France de l’Ouest au XVIIIe siècle, Paris, 1978, p. 332). On ne sait rien de précis sur les ventes de dictionnaires à l’étranger, mais il est clair que le Richelet visait en partie un public habitant hors de France (L. Bray, César Pierre Richelet..., p. 89).

14 Les dictionnaires du français moderne (1539-1863). Etude sur leur histoire, leurs types et leurs méthodes, Paris, 1967 ; Furetière. Factums contre l’Académie, Paris, 1968 (thèse lettres dact.).

15 Les dictionnaires..., p. 10.

16 C. Girardin, « Contenu, usage social et interdits dans le dictionnaire », dans Langue française, 1979, no 43, p. 84. Voir aussi A. Lehmann, « Les représentations idéologiques dans le discours du dictionnaire. Diversité des lieux et des procédures », dans Le Français dans le monde. Recherches et applications, août-septembre 1989, p. 107 (le dictionnaire est « tenu de reproduire... les représentations idéologiques dominantes de son époque ») et M. Deslex Giacomelli, « ‘Révolte’ et ‘révolution’ nei repertori lessicografici : un solo etimo, due itinerari con ‘incidenti di percorso’ », dans Révolte/révolution nella storia, nel mito, nella scrittura, Gênes, 1988, p. 18 (« la lettura in filigrana dei dizionari rivela la Weltanschauung dei vari momenti storici »).

17 A. Viala, « Une nouvelle institution littéraire, les dictionnaires du français vivant. Polémiques autour de la genèse d’un genre et significations sociales », dans De la mort de Colbert à la Révocation de l’Edit de Nantes : un monde nouveau, Marseille, 1985, p. 94.

18 F. Mazière, « Une analyse de la définition : formes, historicité et idéologie », dans Le Français dans le monde. Recherches et applications, août-septembre 1989, p. 97.

19 Voir notamment : A. Fontana, « L’ensemble méthode »... ; S. Delesalle, L. Valensi, « Le mot ‘nègre’ dans les dictionnaires d’Ancien Régime ; histoire et lexicographie », dans Langue française, 1972, no 15, p. 79-104 ; L. Undhagen, Morale et autres lexèmes formés sur le radical moral étudiés dans des dictionnaires et dans des textes littéraires français de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Etude de sémantique structurale, Lund, 1975 ; « Dictionnaire, sémantique et culture », dir. S. Delesalle, A. Rey, dans Langue française, 1979, no 43, p. 3-118 ; J.P. Seguin, « Le mot ‘libertin’ dans le dictionnaire de l’Académie, ou comment une société manipule son lexique », dans Français moderne, 49, 1981, p. 193-205 ; D. Teysseire, Pédiatrie des Lumières. Maladie et soins des enfants dans l’Encyclopédie et le Dictionnaire de Trévoux, Paris, 1982 ; C. Buzon, C. Girardin, « La constitution du concept de Nation·, analyse du signe, description de la notion et usage socio-politique dans le traitement lexicographique du mot », dans Autour de Féraud. La lexicographie en France de 1762 à 1835, Paris, 1986, p. 185-192 ; F. Assaf, « Images et statut de la femme chez Furetière : du Roman bourgeois au Dictionnaire universel », dans Les contes de Perrault. La contestation et ses limites. Furetière. North American Society for Seventeenth-Century French Literature, Actes de Banff - 1986, dir. M. Bareau, J. Barchilon, D. Stanton, Paris, Seattle, Tübingen, 1987, p. 271-293 ; D. Van Der Cruysse, « Furetière : le langage de la mort », ibid., p. 309-322 ; R. Morin, « Diderot, l’Encyclopédie et le Dictionnaire de Trévoux », dans Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 1989, no 7, p. 71-122 ; S. BrancaRosoff, « Deux éditions du Trévoux, 1732 et 1771 : des dictionnaires jésuites », dans Les marques d’usage dans les dictionnaires (XVIIe-XVIIIe siècles), dir. M. Glatigny, Lille, 1990, p. 113-128 (Lexique, 9) ; A. Corneri, « Il Dictionnaire di P. Richelet (1680) : un secolo e un autore », dans Società allo specchio. Ideologia nei dizionari francesi, éd. M. Deslex Giacomelli, Turin, 1990, p. 13-52 ; F. Lebrun, « Turcs, Barbaresques, Musulmans, vus par les Français du XVIIe siècle, d’après le Dictionnaire de Furetière », dans Cahiers de Tunisie, 44, 1991, p. 69-74 ; V. Portevin, « Sens, connotation et évolution dans les définitions des termes entrepreneur et entreprise des dictionnaires français de 1680 à 1850 », dans Cahiers de lexicologie, 1993, no 62, p. 93-107 ; M. Deslex Giacomelli, « Les exemples moralisants dans le Grand dictionnaire de l’Académie françoise (1694) », dans Parcours et rencontres. Mélanges de langue, d’histoire et de littérature françaises offerts à Enea Balmas, éd. P. Carile, G. Dotoli, A.M. Raugei, M. Simonin, L. Zilli, Paris, 1993, p. 863-897 ; S. Branca-Rosoff, C. Wionnet, « Le mot Dieu à travers les dictionnaires, du Trévoux au Petit Robert », dans Dictionnaire et littérature. Actes du colloque international « Dictionnaires et littérature. Littérature et dictionnaires (1830-1990) », éd. P. Corbin, J.-P. Guillerm, Lille, 1995, p. 229-240 (Lexique, 12-13) ; E. Filhol, « Le mot Bohémien(s) dans les dictionnaires français (XVIIe-XIXe siècles). A propos des formes de l’énoncé », dans Lexicographica, 14, 1998, p. 177-204. Voir aussi H. et R. Kahane, « The Dictionary as Ideology. Sixteen Case Studies », dans History, Languages and Lexicographers, éd. L. Zgusta, Tübingen, 1992, p. 19-76, et Cultures, Ideologies and the Dictionary. Studies in Honor of Ladislav Zgusta, dir. B.B. Kachru et H. Kahane, Tübingen, 1995. Il existe enfin deux thèses malheureusement inédites sur le vocabulaire religieux dans les dictionnaires du XVIIIe siècle, celle de l’Américain J. Magerus (dont un signalement est donné dans Dissertations Abstracts International, A, 40/5, nov. 1979, p. 2718) et celle plus récente de la Française C. Wionnet.

20 Le dictionnaire est un « discours construit en écho à d’autres discours », écrivent ainsi A. Collinot et F. Mazière (« Les définitions finalisées dans le Dictionnaire universel de Furetière et dans le Dictionnaire de l’Académie. Où il est montré que l’hétérogénéité formelle des définitions lexicographiques a du sens », dans La définition, dir. J. Chaurand, F. Mazière, Paris, 1990, p. 238).

21 Voir toutefois les intéressantes observations d’A. Rey sur les mots sarabande et roman (Le lexique. Images et modèles du dictionnaire à la lexicologie, Paris, 1978, p. 223 sq).

22 B. Quemada, Les dictionnaires..., p. 405.

23 Sur ce point, voir plus loin, 3e partie, chap. 1.

24 C’est par ex. ce qu’a fait J. Fennis, « Les sources du vocabulaire maritime dans le Furetière de 1701 », dans La lexicographie française du XVIIIe au XXe siècle, dir. B. von Gemmingen, M. Höfler, Paris, 1988, p. 75-93. Voir aussi, pour Féraud, J.P. Sermain, « Choix et fonctions des citations »..., et pour Furetière le relevé des principales sources du Dictionnaire universel placé en annexe à la réédition de celui-ci par A. Rey (Paris, 1978, 3, p. 97-108). On notera toutefois que les sources des dictionnaires, même lorsqu’elles ont été recensées, ont rarement fait l’objet d’une analyse historique.

25 On emploie ici ce mot dans le sens où certains historiens des langages politiques l’ont pris : « idioms, rhetorics, ways of talking about politics, distinguishable langage games of which each may have its own vocabulary, rules, preconditions and implications, tone and style » (J.G. Pocock, « The concept of a language and the métier d’historien : some considerations on practice », dans The Languages of Political Theory in Early Modern Europe, dir. A. Pagden, Cambridge, 1987, p. 21 ; Pocock distingue ensuite, p. 23, entre les langages « employed by specific communities in their professional discourse » et les langages « of sacred or authoritative books » ; voir aussi, du même, « Introduction : the State of the Art », dans Virtue, Commerce and History : Essays on Political Thought and History, Chiefly in the Eighteenth Century, Cambridge, 1985, p. T34).

26 D’où l’idée, déjà exprimée pour le Furetière, qu’avant même la rédaction d’un dictionnaire, tout le texte « est, potentiellement, déjà là » (A. Collinot, F. Mazière, « Un prêt à parler : le Dictionnaire universel d’Antoine Furetière et sa postérité immédiate, le Trévoux. Une lecture du culturel dans le discours lexicographique », dans Lexicographica, 3, 1987, p. 70).

27 D. D’Oria, « La structure politique de la société française au XVIIe siècle dans les dictionnaires de Richelet, Furetière, Académie française », dans id., Dictionnaire et idéologie, Fasano, 1988, p. 17-117 (citation p. 53).

28 Dont l’auteur est loin de tisser toujours l’éloge de la noblesse : « les Grands aiment la trahison, mais ils n’aiment point les traistres », « dans les pays de montagnes, ou pendant les troubles, le peuple est tourmenté par quantité de petits Nobles et de petits tyrans », « les Nobles de Province sont de petits tyranneaux à l’égard des paysans », « les tyrannies, les exactions des Nobles, et des Juges de Province » (1690 Furetière, s.v. trahison, tyran, tyranneau, tyrannie).

29 On citera notamment les intéressantes réflexions d’A. Corneri, « Il Dictionnaire di P. Richelet... », p. 42-45 ; M. Deslex Giacomelli, « ’Révolte’ et ‘révolution’... », p. 7 sq ; id., « Les exemples moralisants dans le Grand dictionnaire de l’Académie... », p. 866 sq ; A. Miller, « The last edition of the Dictionnaire de Trévoux », dans Notable Encyclopedias of the Late Eighteenth Century : Eleven Successors of the Encyclopédie, dir. F. A. Kafker, Oxford, 1994, p. 24-27 ; L. Pérol, « Le peuple, vu par le Dictionnaire de Trévoux et l’Encyclopédie », dans Revue française d’histoire du livre, 69, 1990, p. 139-160 ; A. Rey, « Antoine Furetière imagier de la culture classique », dans A. Furetière, Dictionnaire universel, Paris, 1978, 1, p. 92. Voir aussi le Handbuch politisch-sozialer Grundbegriffe in Frankreich, 1680-1820, dir. R. Reichardt, E. Schmitt, Munich, 1985—>, passim.

30 Il sacramento del potere. Il giuramento politico nella storia costituzionale dell’Occidente, Bologne, 1992.

31 J.-M. Constant, Les conjurateurs. Le premier libéralisme politique sous Richelieu, Paris, 1987 ; A. Jouanna, Le devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’Etat moderne, 1559-1661, Paris, 1989. Voir aussi K. Malettke, « Complots et conspirations contre Louis XIV dans la deuxième moitié du XVIIe siècle », dans XVII siècle, 47, 1995, p. 113-133 (reprend les conclusions d’un ouvrage antérieur : Opposition und Konspiration unter Ludwig XIV. Studien zu Kritik und Widerstandgegen System und Politik des franzosischen Konigs wahrend der ersten Hälfte seiner persönlichen Regierung, Gottingen, 1976), A. Smedley-Weill, « Un conspirateur au temps de Louis XIV, le chevalier de Rohan », dans L’Etat classique, dir. H. Méchoulan, J. Cornette, Paris, 1996, p. 373-385, et sur les cabales le rapport plus ancien d’E. Le Roy Ladurie, dans Annuaire du Collège de France, 76, 1976, p. 617-635.

32 Complots et conjurations dans l’Europe moderne. Actes du colloque international organisé par l’Ecole française de Rome. Rome, 30 septembre - 2 octobre 1993, dir. Y.-M. Bercé, E. Fasano Guarini, Rome, 1996.

33 P.J.A. Roubaud, Nouveaux synonymes françois, Paris, 1785, 1, p. 232.

34 4, Paris, 1754, p. 960 (art. dictionnaire).

35 1771 Trévoux, s.v. conjuration.

36 E. Littré Dictionnaire de la langue française, 1, Paris, 1863, s.v. cabale.

37 Lui-même lié à l’essor des langues vernaculaires et à leur émancipation du latin. Le Vocabolario degli Accademici della Crusca (Venise, 1612), ou le Tesoro della lengua castellana, o espanola de S. De Covarrubias Orozco (Madrid, 1611) fournissent deux autres exemples de ce développement des dictionnaires, sur lequel on trouvera de nombreuses informations dans Wörterbücher, Dictionaries, Dictionnaires..., 2, passim (voir notamment les notices de D. Woll sur le Portugal, de G. Haensch sur l’Espagne, de M. Pfister sur l’Italie, de N. E. Osselton sur l’Angleterre, de K. Grubmüller et de K. Stieler sur l’Allemagne).

38 Les références de ces ouvrages sont données p. 239 sq.

39 Sur cette distinction, voir B. Quemada, « Du glossaire au dictionnaire : deux aspects de l’élaboration des énoncés lexicographiques dans les grands répertoires du XVIIe siècle », dans Cahiers de lexicologie, 1972, n” 20, p. 97 sq.

40 Sur le projet académique, voir M. Fumaroli, « La coupole »..., p. 335 sq·, id., « Le cardinal de Richelieu fondateur de l’Académie française », dans Richelieu et le monde de l’esprit, Paris, 1985, p. 217 sq ; id., L’âge de l’éloquence. Rhétorique et ‘res literaria’ de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Paris, 19942, p. 647 sq.

41 Même le Furetière, prototype du dictionnaire de choses, est présenté par son auteur comme une « encyclopédie de la langue françoise » (A. Furetière, Essais d’un dictionnaire universel, Paris, 1684, épître au roi).

42 C’est notamment le cas du Richelet, Dictionnaire françois contenant les mots et les choses.

43 B. Quemada (Les dictionnaires..., p. 13), souligne ainsi la cohésion des « méthodes et des techniques qui s’enchaînent par tradition ou routine » jusqu’à Littré.

44 C.P. Goujet, Bibliothèque françoise..., I, p. 220 sq (« des dictionnaires pour la langue françoise »).

45 Catalogue des livres imprimés de la bibliothèque du Roy. Belles lettres, 1, Paris, 1750, p. 81 sq.

46 Sur cette base, voir Frantext. Autour d’une base de données textuelles. Témoignages d’utilisateurs et voies nouvelles, Paris, 1992.

47 On a aussi dépouillé deux textes de Le Noble absents du corpus de Frantext, mais importants pour notre propos (Epicaris et l’Histoire secrète de la conjuration des Pazzi). On a enfin fait trésor des informations contenues dans un certain nombre d’ouvrages de lexicographie littéraire : G. Cayrou, Le français classique, lexique de la langue du dix-septième siècle, Paris, 1923 ; A. et P. Desfeuilles, Lexique de la langue de Molière, Paris, 1900, 2 vol. ; J. Dubois, R. Lagane, A. Lerond, Dictionnaire du français classique, le XVIIe siècle, Paris, 1992 ; B.C. Freeman, A. Batson, Concordance du théâtre et des poésies de Jean Racine, I, Ithaca, 1968 ; A.C. Hunter, Lexique de la langue de Jean Chapelain, Genève, 1967 ; C. Marty-Laveaux, Lexique de la langue de Jean Racine, Paris, 1888 ; id., Lexique de la langue de Pierre Corneille, Paris, 1868 ; H. Régnier, Lexique de la langue de La Rochefoucauld, Paris, 1883 ; id., Lexique de la langue de Jean de La Fontaine, Paris, 1892, 2 vol. ; L.-A. Régnier, Lexique de la langue du cardinal de Retz, Paris, 1896 ; G. Servois, Lexique de la langue de La Bruyère, Paris, 1878.

Notes de fin

1 Au moment où ce livre est sur le point de sortir de presses, il m’est agréable d’exprimer ma reconnaissance à Marc Fumaroli et à Bruno Neveu, qui ont accepté d’en lire le manuscrit, ainsi qu’aux diverses instances de [’Université Marc Bloch qui en ont permis l’édition. Celle-ci a été mise en route antérieurement à la publication du CD-Rom « Dictionnaires XVIe s.-XVIIe s. » par les soins de la société Champion électronique. Aussi ne m’a-t-il pas été possible de tirer parti de ce nouvel instrument de travail, dont l’utilité pour les chercheurs n’est pas à démontrer.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search