Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°13

 | 
Corinne Grenouillet

Interview d'Aragon (Rinascita, 1968)

Une interview de 1968

Maryse Vassevière

Texte intégral

1En janvier 1968 Aragon se prête au jeu de l’interview avec les communistes italiens Maria Antonietta Macciocchi et Giansiro Ferrata pour l’hebdomadaire des intellectuels communistes Rinascita qui la publiera en février, dans la rubrique « Faits et idées / Le contemporain », quelques mois avant les événements de 1968.

2Le journal communiste Rinascita (« Renaissance ») est une publication culturelle et politique lue par un large public dans les années 1960 et jusqu’aux années 1980 : c’est un peu à la fois l’équivalent de La Nouvelle Critique, revue des intellectuels communistes français et des Lettres françaises au lectorat élargi. Aujourd’hui l’ex-hebdomadaire du PCI se définit lui-même comme un « quotidien de libération nationale ».

  • 1 Voir ma communication « La fabrique Aragon » au séminaire 2007-2008 du Centre de recherches sur le (...)

3On sera d’abord frappé dans cette interview par l’ampleur des sujets traités (le surréalisme, Les Lettres françaises, le Comité Central d’Argenteuil) et l’actualité (son entrée à l’Académie Goncourt, l’affaire Althusser, Foucault), comme par l’ampleur de la réflexion théorique d’Aragon sur la linguistique et sa position sur le lien roman/poésie, assez proche de celle de Jakobson sur le lien de la poésie avec la linguistique. Cette longue conversation ouvre ainsi des pistes pour les recherches futures, en ce qu’elle précise la théorie aragonienne du mélange des genres et qu’elle offre un regard neuf sur l’écriture surréaliste analysée moins comme automatique que comme linguistique et répondant à une certaine forme de contrainte1.

4Elle frappe aussi pour ses avancées politiques annonciatrices du climat de mai 1968. Ainsi Aragon poursuit son combat pour la déstalinisation (contre la « lakirovka » : « ne pas répugner à parler » même de ce qui fait mal). On sera par exemple sensible à la force de certains aveux : après la critique de la systématisation universitaire (l’esprit de classification), Aragon attaque surtout la systématisation marxiste, communiste, plus dangereuse à l’Est pour les artistes et se livre à un long développement sur « l’erreur ».

5À propos du Comité Central d’Argenteuil, Aragon qui fait le modeste, minimisant sa part propre, souligne surtout l’importance de la chose : il s’agit d’« un compromis » historique – terme que les communistes italiens ont déjà mis à l’ordre du jour – essentiellement caractérisé par un « anti-dogmatisme » contre les journalistes communistes, que lui-même a anticipé.

6Reste tout de même le point aveugle du stalinisme : « nous ne savions pas » dit-il… sans que ses interlocuteurs italiens le reprennent ou poursuivent le débat.

7Concernant le contexte de cette interview du début de l’année 1968, on peut se poser une question : y a-t-il une plus grande lucidité des deux journalistes de Rinascita ou d’Aragon ? Ils pensent (en février 1968) que 1967 est le point culminant d’une évolution, ce qui laisse Aragon sceptique… et à l’insistance de Ferrata, qu’Aragon trouve trop optimiste, répond le silence de ce dernier…

  • 2 Ainsi bien des propos de cette interview, sur poésie et science par exemple, renvoient à la fin de (...)

8Certes Aragon a toujours le souci de l’avenir que nous laissons aux jeunes (le monde dans lequel ils vivront est le critère majeur de sa réflexion), mais cette interview lui est surtout l’occasion de revenir sur sa jeunesse surréaliste et anticléricale, et d’évoquer des préoccupations théoriques avec lesquelles il renoue dans ces années 60 ou plutôt auxquelles il sera resté fidèle toute sa vie2.

9Je donne ci-après la traduction de l’interview et du « chapeau » qui la précède : elle donnera une idée d’un certain style journalistique volontiers théorique au point même parfois d’en paraître pesant.

Notes

1 Voir ma communication « La fabrique Aragon » au séminaire 2007-2008 du Centre de recherches sur le surréalisme de Paris 3 sur « La fabrique surréaliste ». Actes en ligne sur le site Mélusine : http://melusine.univ-paris3.fr/Association/Publications.htm.

2 Ainsi bien des propos de cette interview, sur poésie et science par exemple, renvoient à la fin de l’article « Le dernier été » de Littérature du 1er novembre 1922, à l’article du no 9-10 de La Révolution surréaliste du 1er octobre 1927 ou encore à « Introduction à 1930 » dans La Révolution surréaliste no 12 du 15 décembre 1927 repris dans LOP.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search