Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°13

 | 
Corinne Grenouillet

Aragon et les jeunes gens. Correspondances inédites

Aragon, Éluard et les mystères de Paris

Marianne Delranc-Gaudric

Résumé

Rédigeant un mémoire de maîtrise sur Éluard en 1969, Marianne Delranc-Gaudric avait posé à Aragon une question sur le titre Paris pendant la guerre. C’est sa réponse qui est publiée.

Texte intégral

À la mémoire de Lucien Chauvet

  • 1 Lucien Chauvet, professeur à la Sorbonne, membre de l’État-major FFI de la Seine au moment de la Li (...)
  • 2 Ce poème, publié dans La Revue européenne, no 4, 15 juillet 1925, fait partie de Capitale de la dou (...)
  • 3 Aragon, Le Paysan de Paris [1926], Gallimard, 1961, p. 187.

1En 1968-1969, rédigeant un mémoire de Maîtrise, Le Paris dÉluard, sous la direction du Professeur Lucien Chauvet1 à la Sorbonne, j’avais remarqué que le titre de l’un des poèmes de Paul Éluard, « Paris pendant la guerre2 », figurait également dans Le Paysan de Paris3, où l’expression, en italique, désigne une statue.

2Le poème d’Éluard, par sa violence et son enthousiasme, participe du souffle de révolte qui animait alors les surréalistes :

Amoureux dune statue

 

Les bêtes qui descendent des faubourgs en feu,
Les oiseaux qui secouent leurs plumes meurtrières,
Les terribles ciels jaunes, les nuages tout nus
Ont, en toute saison, fêté cette statue.

Elle est belle, statue vivante de l’amour.
Ô neige de midi, soleil sur tous les ventres,
Ô flammes du sommeil sur un visage d’ange
Et sur toutes les nuits et sur tous les visages.

Silence. Le silence éclatant de ses rêves
Caresse l’horizon. Ses rêves sont les nôtres
Et les mains de désir qu’elle impose à son glaive
Enivrent d’ouragan le monde délivré.

3Le texte d’Aragon se situe au chapitre XI du « Sentiment de la nature aux Buttes-Chaumont », dans le passage sur les statues, ces « nouvelles idoles », ces « simulacres des temps modernes », ridiculement vêtues, mais qui « empruntent à lanodin même de cet accoutrement une force magique inconnue à Éphèse ou à Angkor » et sont l’objet de « religions secrètes » :

Cest ainsi quun rite imprécatoire est observé envers lincroyable Gambetta, de la cour du Carrousel ; quune secte, de laquelle Paul Éluard est lun des plus farouches zélateurs, vient déposer devant Paris pendant la guerre les tributs périodiques dun culte amoureux […]

4Ayant remarqué la parenté de ces deux textes poétiques, j’écrivis (sur le conseil d’un ami) à Aragon, qui me répondit très généreusement par la lettre reproduite ci-contre

Chère Marianne Gaudric –

ne parlez, ne parlons pas de moi. Il s’agit d’Éluard. Paris pendant la guerre ayant paru en revue en date du 1er janvier 1925, est certainement de 1924. Son titre est celui de la statue qui « ornait » la cour du Carrousel, à droite, quand on arrive du quai, juste passés les guichets. Il s’agissait d’une gaillarde, taille héroïque, en bonne pierre blanche fendant l’air et sa robe dans une pose guerrière, son linge emporté en arrière par le mouvement en avant, les bras nus, et les seins pour le moins batailleurs. Un casque sur la dame. Ce symbole de la capitale sous les taubes et les obus de la Bertha avait d’abord grandement irrité le cercle de famille des surréalistes, notamment les plus jeunes de notre « groupuscule », comme une vantardise patriotarde. Mais pas Paul. Lui, elle lui plaisait, cette géante, car il était assez baudelairien, vous le savez. Fallait voir sa mimique à décrire la dame de pierre, l’accent qu’il y mettait. Il y avait aussi là, chez lui, de la bravade par rapport à l’esprit de groupe. Mais pas seulement. Enfin, ça, c’est pas pour vous.

Je ne sais pas trop ce que j’en dis dans Le Paysan, ça doit être parabolique. J’ai toujours un peu écrit comme on fait sur les cartes postales, de ces phrases comme…je ne trouve pas d’exemple, imaginez-en un ou plusieurs. Enfin, autrefois on affranchissait les cartes à 10 c[entimes], mais si on ne dépassait pas cinq mots, alors cinq centimes suffisaient. La carte postale à un sou, c’était un art, par exemple : Pieds-de-nez de Pont-Audemer*… Si cinquante ans plus tard on me demandait d’expliquer ! Paul était génial dans le genre. Moi, je n’ai guère jamais écrit moins de trois cents pages. D’ailleurs, ça me faisait mal voir : arriviste, qu’on disait.

Voilà qui me guette si je poursuis ma lettre.

Bon « mémoire », tout de même. Et gentiment à vous

Aragon

 

[*] Ça n’en fait pas quatre, Pont-Audemer, Pieds-de-nez comptent pour un. Heureusement.

5Pas question bien sûr d’« expliquer » cette lettre, son humour, sa beauté. Quelques remarques tout de même, d’abord concernant la période à laquelle elle est écrite. L’on est juste après mai 68 et Aragon accorde une grande attention à la jeunesse, aux étudiants : sa gentillesse et son ton familier le prouvent. Leur révolte lui avait certainement rappelé celle des surréalistes, auxquels certains slogans de mai 1968 étaient d’ailleurs empruntés ; le terme péjoratif de « groupuscule », repris positivement avec un brin d’ironie, témoigne de ce sentiment de proximité, cette connivence ressentie.

6Ensuite, la précision de sa datation du poème : l’on a souvent dit qu’Aragon datait approximativement les textes ; ce n’est pas du tout le cas ici-peut-être est-il d’autant plus précis qu’il s’agit d’un ami très cher et non de lui-même.

  • 4 Inauguration du Lycée Paul Éluard à Saint-Denis 29 mai 1965 (brochure), p. 12.

7Puis l’horreur de tout ce qui glorifie la guerre ; la satire d’un art pompier et mensonger ; sa tendresse manifeste pour Éluard, qui lui fit dire, à l’inauguration du Lycée de Saint-Denis en 1965, parce qu’il ne croyait pas « quil faille donner en exemple à la jeunesse dédifiants mannequins » : « Il a beaucoup aimé les femmes… excusez-men, si cest cela dabord en lui que je trouve vraiment exemplaire4 » ; tendresse qui explique aussi son indulgence à l’égard du goût « baudelairien » de son ami pour cette femme de pierre si ridiculement belliqueuse, qu’Éluard transforme d’ailleurs en son opposé : une « statue vivante de lamour ».

8Enfin, l’auto-analyse de sa propre écriture, le goût de la condensation, de la contrebande, de ce qui est dit sans l’être, du raccourci, des cartes postales qu’il a fini par punaiser aux murs de son appartement de la rue de Varennes, comme, à l’inverse, (mais cette contradiction n’est qu’apparente) son goût du roman, mal vu par le groupe surréaliste – qui accueillit assez mal Le Paysan de Paris – ce goût des longs récits dans lesquels le lecteur chemine comme dans un labyrinthe : Blanche ou loubli (le dernier paru avant cette lettre), ou celui dans lequel il est plongé en 1969, et depuis si longtemps, Henri Matisse, roman.

Notes

1 Lucien Chauvet, professeur à la Sorbonne, membre de l’État-major FFI de la Seine au moment de la Libération de Paris sous le nom de Hulin, était aussi l’auteur (entre autres œuvres) d’un roman, Noroît, paru chez Gallimard en 1945.

2 Ce poème, publié dans La Revue européenne, no 4, 15 juillet 1925, fait partie de Capitale de la douleur (Paul Éluard, Œuvres complètes, t. 1, Gallimard. « Bibliothèque de la Pléiade », p. 183).

3 Aragon, Le Paysan de Paris [1926], Gallimard, 1961, p. 187.

4 Inauguration du Lycée Paul Éluard à Saint-Denis 29 mai 1965 (brochure), p. 12.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/7809/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/7809/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search