Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°13

 | 
Corinne Grenouillet

Aragon, arts et intertextes

Aragon, lecteur de la Comtesse de Ségur

Patricia Richard-Principalli

Résumé

Quelle âme divine, petit texte écrit par l’enfant Aragon âgé de huit ans, et publié en tête du recueil Le Libertinage en 1924, témoigne du lien consubstantiel qu’Aragon a entretenu dès l’enfance avec l’écriture. Pour l’auteur des Incipit ou je nai jamais appris à écrire (1969), ce texte illustre ce qui caractérise d’emblée sa démarche d’écriture, et que les généticiens appellent l’écriture à processus. Pour les critiques, il montre en quoi le biographique est d’emblée un catalyseur de l’écriture. C’est ici un troisième aspect qui est envisagé : le rôle des lectures d’enfance dans la construction d’un imaginaire d’auteur, et plus précisément la constitution du Général Dourakine de la comtesse de Ségur comme intertexte durable et fructueux, non seulement dans Quelle âme divine mais aussi dans La Semaine sainte, écrit plus de cinquante ans plus tard. En effet le personnage de Simon Richard reprend la figure ségurienne du forçat évadé de Sibérie, en 1815 ; ainsi l’évocation ségurienne des camps irrigue de façon clandestine la superposition stéréoscopique des camps sibériens, tsaristes et soviétiques. D’autres éléments témoignent d’une proximité poétique et biographique entre les œuvres des deux auteurs.

Texte intégral

  • 1 Aragon parle avec Dominique Arban, Seghers, 1968, p. 20.
  • 2 1904 est un ajout, la date réelle semble être 1905, Notice et note sur le texte de Quelle âme divin (...)
  • 3 Le manuscrit porte la dédicace « pour Marguerite », devenu « à Marguerite » dans le texte publié.

1« De six à neuf ans jai écrit soixante romans, de petite dimension, avec beaucoup de chapitres, chacun de peu de lignes » déclare Aragon en 19681. Nous avons la chance de disposer de l’un de ces premiers textes manuscrits, daté de 1904-1905. Il s’agit de Quelle Âme divine ! récit écrit à l’âge de huit ans2 pour l’anniversaire de celle qu’il ignore encore être sa mère3.

2Premier témoignage d’une activité d’écriture dont Aragon lui-même a dit combien elle lui est consubstantielle, Quelle Âme divine !, publié en 1924, fait en outre l’objet d’une série de commentaires critiques de la part de l’auteur. Si les critiques aragoniens s’attardent sur la dimension autobiographique de ce texte, Aragon en fait le modèle de sa pratique romanesque. Mais aucun d’eux ne s’arrête sur l’intertexte de ce récit, Le Général Dourakine de la Comtesse Ségur.

3Après avoir envisagé les caractéristiques de Quelle Âme divine ! et rappelé l’analyse qu’en fait Aragon, je montrerai que l’influence de l’intertexte ségurien, lecture d’enfance, se prolonge bien au-delà du petit récit de 1904, et fournit un matériau durable à l’écrivain Aragon.

Quelle Âme divine : lécrit dun enfant de huit ans

4M. et Mme de Noissent et leurs quatre enfants, Victor, Marie, Alfred et René, quittent la rue Montorgueil, à Paris, pour la rue Pierre-le-Grand, à Saint-Pétersbourg. Dans le train, ils rencontrent un vieux monsieur, puis le capitaine Sand. C’est la chanson que ce dernier fredonne, « Quelle âme divine ! Quelle âme, mon Dieu ! », qui donne son titre au texte. À Saint-Pétersbourg, ils voient une procession dirigée par un vieux pope. Ils apprennent que Serge Yorpanoff, un prince qui est passé les voir, est déporté en Sibérie. Ils s’y rendent et retrouvent le capitaine Sand, caché dans des fourrés, qui leur apprend qu’il est de la famille du prince et que leur bonne les a dénoncés. Apparaît alors le prince, sans doute évadé. Tous, les Noissent, le capitaine et le prince, reviennent en France, rue Montorgueil, et « tout le monde est heureux ».

  • 4 On peut en voir des exemples dans la reproduction de quelques feuillets du manuscrit illustrant l’a (...)

5Hormis la graphie évidemment infantile visible sur le manuscrit et les erreurs d’orthographe originelles4 normales chez un jeune enfant, certains indices révèlent un scripteur débutant. Le lecteur a ainsi du mal à comprendre la cause du déplacement incessant des personnages, à commencer par le soudain départ de Paris, la façon dont peut s’organiser l’installation à Saint-Pétersbourg ou le voyage pour la Sibérie dont on revient aussitôt, les réseaux mondains et sociaux dans lesquels gravitent les de Noissent, alors que rien ne signale chez les personnages la connaissance de la société et des mœurs russes.

  • 5 Libertinage, L’Imaginaire-Gallimard, 1924, p. 41.

6Certains éléments plus ponctuels peuvent être considérés comme des maladresses propres à un jeune scripteur. C’est le cas par exemple pour une indication temporelle « cinq minutes après », répétée à quatre reprises et associée à un verbe à l’imparfait, pour un passé simple attendu, ou la description du pope de Saint-Pétersbourg, dénuée d’organisation logique, répétant le verbe « être », et coordonnant les propositions avec un « et » inutile : « Sa robe blanche lui arrivait au-dessus des pieds. Son rabat était noir, sa toque était noire, et sa bannière avait une vierge, et ses cheveux étaient blancs5 ». On note pourtant que, bien souvent, elles pourraient être comprises comme des choix stylistiques, sous la plume d’un adulte. Cela explique sans doute que ce texte, une fois publié, ait pu être attribué à Aragon adulte.

  • 6 Pour la description précise du manuscrit conservé au Fonds Aragon, voir Renate Lance-Otterbein.

7En dépit de ces quelques points, on peut reconnaître au texte dans son ensemble une grande qualité pragmatique, sémantique, syntaxique et organisationnelle (2 parties, 21 chapitres numérotés ayant tous un titre). L’ensemble, plutôt cohérent et de longueur conséquente (27 feuillets manuscrits écrits recto et verso), constitue dès l’origine une sorte de livre : il s’agit d’un cahier fait main, ayant une couverture de moleskine6.

  • 7 Catherine Tauveron et Pierre Sève, Vers une écriture littéraire ou comment construire une posture d(...)

8Quelles conclusions tirer de ces observations ? Tout d’abord, si l’on se place sur un plan strictement scolaire, les compétences dont témoigne le texte produit n’ont aucune commune mesure avec les compétences attendues d’un jeune élève, ni au début du XXe siècle, ni au début du XXIe. Il faut évidemment noter que cet écrit, d’ordre privé, ne relève pas de l’écriture scolaire. Cela signifie donc qu’il y a absence de contrainte tout autant qu’absence d’étayage. Ce texte témoigne donc d’une posture d’écriture littéraire qui, à cet âge, se définit évidemment moins par la qualité du texte produit que par des tentatives visant à produire des effets esthétiques et émotionnels7. Le fait qu’un jeune enfant soit en mesure, de lui-même et d’emblée, d’adopter cette posture, manifeste un rapport particulièrement puissant à l’écriture.

9C’est ce que montre aussi l’exaltation jubilatoire d’écriture dont semble d’emblée témoigner ce récit, brassé dans un vaste mouvement d’écriture qui semble s’emballer.

  • 8 Du jour où Aragon comprit à quoi servait l’écriture« pour fixer, bien plutôt que des idées pour (...)
  • 9 « Avant-lire », préface de 1964, Le Libertinage, op. cit., p. 13.

10Cette sorte de frénésie8 est la marque définitive d’Aragon écrivain, qui a littéralement passé sa vie à écrire : de nombreux témoignages attestent de cette activité constante d’écriture, où qu’il soit et quoi qu’il fasse par ailleurs ou en même temps, et confirme son appartenance « dès le plus jeune âge à cette espèce zoologique des écrivains, pour qui la pensée se forme en écrivant, alors que pour dautres hommes elle se forme en parlant9 ».

  • 10 Renate Lance-Otterbein, art.cit. p. 69.

11Quelle Âme divine ! dès lors permet de voir comment s’opère l’élaboration originelle d’un individu en auteur. Les critiques n’ont d’ailleurs pas manqué d’y reconnaître les caractéristiques prémonitoires du futur écrivain. Renate Lance en propose une longue liste, par exemple les personnages « porteurs de la narration », « la profusion des personnages et le vertige onomastique10 ».

Quelle Âme divine : un écrit d’enfant publié et commenté par l’écrivain

  • 11 Jean Weisgerber (dir.), Les Avant-gardes littéraires au XXe siècle, Budapest, Akadémiai Kiadó, 1984 (...)

12Ce court récit aurait pu rester un premier manuscrit attestant du goût et du talent précoces d’Aragon pour l’écriture. Ce qu’en fait Aragon adulte lui attribue cependant un statut tout à fait particulier. Tout d’abord il le fait paraître en l’état, à l’exception de l’orthographe, en 1924, en tête du recueil Le Libertinage, manière peut-être d’aborder autrement le genre romanesque, dans le contexte surréaliste, mais aussi d’éprouver le retour aux sources vives du langage primordial, celui de l’enfant, prôné par les futuristes russes en ces années-là11. Il revient à ce récit pour le prendre comme objet de réflexion, quarante ans plus tard, en 1964, puis de nouveau en 1968 et en 1969.

13Le paratexte auctorial de Quelle Âme divine ! se développe ainsi dans trois textes de statut et de date différents :

  • une préface aux Œuvres romanesques croisées, l’« Avant-lire », 1964, reprise pour la publication du Libertinage dans la collection « L’Imaginaire », Gallimard, en 1977, soit une présentation de l’histoire de l’évolution de son écriture ;

  • des déclarations lors d’entretiens, publiés dans Aragon parle avec Dominique Arban, en 1968 ;

  • enfin le texte inclassable, sorte d’essai sur l’écriture et sa genèse, qu’est Je nai jamais appris à écrire ou les incipit, en 1969.

14Le contexte, différent, semble reconfigurer à chaque fois les commentaires aragoniens sur ce texte d’enfance.

  • 12 « Avant-lire », op. cit., p. 9.

15Certains éléments sont récurrents, et tout particulièrement l’assertion forte selon laquelle sa vie a toujours été inséparable de l’écriture : « Je ne me souviens pas dun temps où je naie pas écrit12 », comme l’atteste ce qu’il dit des textes « dictés » à ses tantes avant qu’il ne sache écrire. Si cette idée est particulièrement forte dans l’« Avant-lire », en 1964, elle est reprise en 1968 puis en 1969.

16Il relève aussi, à deux reprises, que, ayant été publié en tête du Libertinage, Quelle Âme divine ! a passé pour une œuvre d’adulte, certains y voyant même la transposition d’un voyage récent en URSS. Ce témoignage semble plutôt jubilatoire, l’auteur insistant sur le fait qu’il n’a rien changé d’autre au texte originel que l’orthographe.

  • 13 « Avant-lire », op. cit., p. 11 ; « En réalité, quand javais écrit cela, à six ans, mon bagage rom (...)

17À chaque fois est également cité le déclencheur de l’écriture, Le Général Dourakine, dont on notera d’ailleurs qu’Aragon ne nous en dit presque rien, à part le fait qu’il s’agit du premier roman qu’il ait lu, que donc son petit roman « sen ressent13 ».

18En revanche, une succession de variations s’opère quant aux raisons de cette publication en tête du Libertinage. Trois raisons différentes sont données :

    • 14 « Avant-lire », op. cit., p. 16-17.

    Comme la préface d’origine du Libertinage, Quelle Âme divine ! a un statut de « précaution oratoire », « du genre parapluie », pour se faire pardonner « la part dimagination romanesque » visible dans le recueil14 : ce texte serait une sorte d’alibi permettant de mieux faire passer des velléités romanesques refusées par les surréalistes.

    • 15 Aragon parle, op. cil., p. 21.
    • 16 Ibid.

    Ce texte est exhibé pour servir une démarche comparatiste, ou historiciste, concernant son écriture : « cela mintéressait de montrer le développement de la prose chez moi, de son début, sa naissance […] Ce langage mintéressait comme tel, pour létat dexpression de lenfant qui na pas encore acquis un certain nombre de notions, et sur le langage de qui le poids de la culture na pas pesé15 ». On notera la contradiction avec ce qu’Aragon a écrit quatre ans auparavant : en 1964, il dit que ce texte n’est pas présenté comme celui d’un enfant, puisqu’il sert de « précaution oratoire », en 1968, il laisse entendre qu’il souhaitait que les gens réalisent qu’il s’agissait d’un texte d’enfant : « De ce point de vue, je trouvais ce texte intéressant, mais les gens ont dû prendre cela pour une sorte de pirouette, je ne sais quoi…16 »

    • 17 Je nai jamais appris à écrire ou les incipit, op. cit., p. 10. « Je me rappelle parfaitement que l(...)

    Enfin, ce texte illustre un principe génétique présenté à la fois comme originel et définitif, selon lequel le roman chez lui s’écrit au fur et à mesure des mots qui viennent : « Jamais je nai écrit une histoire dont je connaissais le déroulement. […] Demblée, me semble-t-il, cela se voit dans le « roman » daté 1903-1904, Quelle âme divine ! qui est tout ce qui mest resté de cette époque, et cest peut-être pourquoi je lai mis en tête, vingt ans plus tard, du recueil de contes et nouvelles intitulé Le Libertinage17 ». On reconnaît là l’écriture « à processus » telle que définie par Almuth Grésillon.

19De leur côté, les critiques proposent deux séries d’analyses du texte et de ses commentaires auctoriaux : l’une de type psychanalytique, l’autre de type métaromanesque.

  • 18 Rappelons que le petit Louis est le fils illégitime de Marguerite Toucas et de Louis Andrieux, dont (...)
  • 19 Daniel Bougnoux commente ainsi l’explication d’Aragon dans Je n’ai jamais appris à écrire ou les in (...)
  • 20 Comme en témoigne le registre des baptêmes de la paroisse de Neuilly, reproduit dans lAlbum Aragon (...)
  • 21 Carine Trévisan, « On entend un enfant », Lire Aragon, Honoré Champion, 2000, p. 155 et p. 156.

20Les analyses détaillées de Renate Lance montrent que Quelle Âme divine ! est lié à la biographie du jeune Aragon et à sa situation familiale compliquée, que l’écriture permet de dire en la codant18. Elle explique par exemple que la date d’écriture (probablement 1905) succède au déménagement de la famille de Paris à Neuilly, rue Saint-Pierre, fin 1904, ce dont le départ de la famille de Noissent de Paris à la rue Pierre-le-Grand à Saint-Pétersbourg peut se faire l’écho19. Daniel Bougnoux de son côté relève que le système et le traitement des personnages font écho à la propre constellation familiale de l’enfant Aragon. Nous ajouterons que parmi les quatre enfants de la famille de Noissent, deux sont nommés Marie et Alfred, qui sont les autres prénoms de Louis Aragon20. Quant à Carine Trévisan, elle voit dans le discours d’Aragon sur Quelle âme divine ! une illustration de la figure du « nourrisson savant », qui « sinscrirait demblée dans la maîtrise, la virtuosité », celui qui « naît à lécriture aragonienne » étant « un enfant qui se met lui-même au monde21 ».

  • 22 Daniel Bougnoux, Note sur le texte de Quelle âme divine !, op. cit., p. 1096.

21Pour Daniel Bougnoux, ce court texte illustre au mieux l’entreprise de rajeunissement du récit que représente Le Libertinage, et constitue une sorte de « modèle22 ».

Le Général Dourakine : une lecture d’enfance qui nourrit un récit d’enfant

  • 23 Aragon parle, op. cit., p. 20.

22Quelle âme divine ! témoigne donc à la fois de la biographie de l’auteur et de la naissance en lui de l’écriture. C’est cet axe-là que je vais plus précisément explorer, mais en me plaçant sur le plan de l’intertextualité qui y est à l’œuvre. Dans ses divers commentaires, Aragon ne semble guère accorder d’intérêt au roman de Ségur, sinon pour le signaler rapidement comme le premier roman qu’il ait lu (ce qui n’est pas rien) et pour expliquer le fait que son texte se passe en Russie : « je navais lu jusque-là quun seul « roman », Le Général Dourakine. Cétait pourquoi mon histoire se passait en Russie23 ».

  • 24 Jabats mon jeu, Les Éditeurs Français Réunis, 1959, p. 70.
  • 25 « À plat ventre sur la moquette rouge, je lisais Madame de Ségur, Zénaïde Fleuriot, les contes de P (...)
  • 26 « Les Malheurs de Sophie lus par Nabokov », Laura Kreyder, Les Cahiers séguriens no 3, 2002, Associ (...)
  • 27 « Faire une place à la littérature de jeunesse », Revue dHistoire Littéraire de France, vol. 102, (...)

23Rien d’étonnant d’ailleurs à ce que ce roman fasse partie des lectures de l’enfant Aragon : Ségur est l’un des auteurs illustrant l’âge d’or de la littérature de jeunesse du XIXe siècle, ses récits alimentent largement la toute récente Bibliothèque Rose Illustrée, chez Hachette où les Nouveaux Contes de fée, illustrés par Gustave Doré, publiés en 1857, inaugurent une production d’une vingtaine d’ouvrages. Son succès est aussitôt immense. Elle fait donc partie au début du XXe siècle des lectures ordinaires des enfants, comme en témoignent Aragon, la citant avec Jules Verne et Paul d’Ivoi parmi les auteurs des « livres denfants » qu’il a lus24, mais aussi d’autres auteurs qui lui sont contemporains, comme Beauvoir25 ou Nabokov26. La Comtesse de Ségur fait partie encore aujourd’hui de l’un des quatre domaines de la culture de jeunesse commune évoqués par Isabelle Nières-Chevrel27, le fonds romanesque du XIXe siècle.

  • 28 « La veine slave dans l’œuvre de la Comtesse de Ségur », Marielle Gastellier, Les Cahiers séguriens(...)

24Le Général Dourakine est particulièrement impressionnant pour de jeunes lecteurs. Ce roman, le dixième livre de Ségur, est la suite de LAuberge de lange gardien, on y retrouve donc des personnages déjà rencontrés, dont le personnage éponyme, en lequel les critiques séguriens reconnaissent des traits du propre père de Sophie de Ségur, le général Rostopschine. Le Général Dourakine fait un voyage de la France vers la Russie, en compagnie d’un couple de Français à son service, les Dérigny, et de leurs enfants Paul et Jacques. Le roman semble être un exutoire à la nostalgie du pays natal, que la Comtesse ne mentionne plus ensuite28. Ce voyage est en effet l’occasion pour elle d’évoquer, pour la première et la dernière fois, la culture et les paysages russes, mais aussi des mœurs sauvages, où le knout (fouet dont les lanières sont munies de crochets ou de boules de métal) et le fouet sont le lot quotidien des serfs, et caractérisées par la corruption et le danger permanent de la dénonciation, qui entraîne systématiquement la déportation en Sibérie. Une fois parvenu en son vaste domaine de Gromiline, vers Smolensk, à environ 400 kilomètres de Moscou, qui fait écho au Voronovo natal de l’auteure, le général subit l’installation de l’une de ses nièces, Madame Papovski, une femme cruelle et avide, accompagnée de ses huit enfants, reçoit une autre de ses nièces, Natalia Dabrovine, une veuve pauvre et aimante, avec ses enfants Natasha, Alexandre et Miche, recueille secrètement l’un de ses anciens amis, le prince Romane, prince polonais évadé de Sibérie, et devant la menace de dénonciation de Madame Papovski, décide de vendre son domaine, et de revenir en France où il s’installera définitivement. On voyage donc beaucoup dans ce roman, qui débute par le voyage de France en Russie et se termine sur le voyage de retour de Russie en France, avec force détails sur les auberges, postillons, conditions de voyage difficiles, et la façon de tromper les autorités russes pour pouvoir emmener le prince évadé en lieu sûr, le territoire français.

  • 29 « Le croquemitaine et la mère Fouettard », Isabelle Nières-Chevrel, Les Cahiers séguriens no 2,2001
  • 30 « Dourakine en Ségurie, ou la Russie racontée aux enfants », Jacques Chupeau, Les Cahiers séguriens(...)
  • 31 « Terres étrangères, figures d’étrangers dans l’œuvre de la Comtesse de Ségur », Isabelle Nières-Ch (...)

25Le personnage principal, excessif dans sa générosité comme dans ses colères, richissime, sorte d’oncle d’Amérique tel qu’il se manifeste en littérature à cette période29, augmente son étrangeté par ce voyage lointain, dans un vaste pays aux mœurs barbares, en son domaine immense et exotique de Gromiline. Avec ce roman, la Comtesse se démarque de la littérature enfantine de son époque par les informations très précises et très nombreuses qu’elle donne sur la société russe, évoquant longuement l’oppression des Polonais, l’atmosphère rendue délétère par les dénonciations fréquentes et gratuites, la corruption, le sort des déportés en Sibérie, etc., alors même que les auteurs qui évoquent alors ce pays pour les enfants (comme Jules Verne), s’abstiennent de toute prise de position et en restent à des considérations essentiellement géographiques30. Ce roman, qui peut être considéré comme une violente critique de la Russie, y a d’ailleurs été interdit lors de sa parution31.

  • 32 Note de la Comtesse : « Espèce dagent de police qui accompagne les voyageurs de distinction, à leu (...)
  • 33 Le Général Dourakine, op. cit., p. 687.
  • 34 Je nai jamais appris à écrire ou les incipit, op. cit., p. 12.
  • 35 Les voyageurs « sarrêtent une semaine seulement à Saint-Pétersbourg, dont laspect majestueux, rég (...)

26En dépit de la discrétion d’Aragon, les analogies de Quelle Âme divine ! avec Le Général Dourakine sont nombreuses, à commencer par l’argument du récit, puisque dans les deux cas l’histoire commence quand les personnages partent en voyage en Russie et se termine lorsqu’ils en reviennent. Mais on relève aussi le choix narratif (un récit fait de dialogues, caractéristique de l’écriture de Ségur), certains personnages (ce n’est pas l’étonnant et burlesque général qui est retenu ici mais une famille avec des enfants, comme celle des Dérigny), la dénonciation, le prince évadé de Sibérie, des mots russes comme « izvochtchik » (cocher) et « feltyègre32 » l’unité de mesure (la verste), le centre de détention sibérien (l’Établissement, à Zavod), le fleuve Irtiche et jusqu’à certains détails : le « Oh la jolie petite chambre ! » de Marie à Saint-Pétersbourg dans Quelle Âme divine rappelle inévitablement le « Que cest joli, mon oncle, que cest joli ! » de la petite Natasha découvrant sa chambre au château de Gromiline33. Enfin, le titre du dernier chapitre est identique dans les deux cas : « Tout le monde est heureux ». En revanche, Saint-Pétersbourg, seul élément du récit qu’Aragon associe précisément à Ségur (« Saint-Pétersbourg sest évidemment présenté à mon esprit parce que je venais de lire le premier roman quon meût donné, à savoir Le Général Dourakine34 ») n’est qu’une étape à peine évoquée dans Le Général Dourakine35.

  • 36 Comme le note Léon Robel dans « La langue, la littérature et la culture russes dans l’œuvre d’Arago (...)

27On notera que d’autres détails évidemment russes semblent provenir du Michel Strogoff, de Jules Verne36, notamment pour la ville d’Irkoutsk (absente du Général), le nom du prince (Serge Yorpanoff dans Quelle âme divine ! rappelant le Nicolas Korpanoff de Verne), sans compter un nom de ville probablement inventé, Striétensky.

Le Général Dourakine : une lecture d’enfance qui nourrit un récit d’adulte

  • 37 Cf. Aragon romancier intertextuel ou les pas de létranger, Maryse Vassevière, L’Harmattan, 1998.
  • 38 C’est ce que montre Sylvie Sauvage à propos d’Alain-Fournier dans Imaginaire et lecture chez Alain- (...)
  • 39 Je nai jamais appris à écrire ou les incipit, op. cit., p. 19.

28Mais Quelle âme divine ! illustre surtout comment une lecture d’enfance peut être à l’origine d’une écriture intertextuelle37, et en particulier de motifs littéraires chez l’écrivain adulte38. Car si l’on revient aux Incipit, on constate que le principe génétique présenté par Aragon s’accompagne d’un commentaire sur Ulysses de Joyce soulignant « ce mécanisme étrange de lhomme écrivant à partir dune phrase, dune image, dune œuvre ancienne39 ». Je tais l’hypothèse que Le Général Dourakine, à l’origine de Quelle âme divine !, représente cette « œuvre ancienne » qui irrigue de façon souterraine, bien longtemps après, l’œuvre de l’écrivain de soixante ans.

29Il est en effet remarquable que se trouve dans Le Général Dourakine un personnage qu’Aragon commentateur, selon un procédé constant chez lui, n’évoque jamais, et qui traverse non seulement Quelle âme divine ! mais aussi La Semaine sainte : celui qui revient de Sibérie.

L’évadé de Sibérie dans Le Général Dourakine ou la dénonciation de l’oppression tsariste

  • 40 « Les passages les plus intéressants du récit quon va lire sont pris dans un livre historique plei (...)
  • 41 « Le Général Dourakine et les Souvenirs dun Sibérien », Rémi Saudray, Revue de littérature comparé (...)

30Dans Le Général Dourakine, publié en 1863, un personnage joue un rôle capital au cœur du récit. Il s’agit du prince polonais Romane Pojarski, ex-aide de camp du général russe Dourakine, déporté en Sibérie, évadé, qui se retrouve par hasard lors de sa longue fuite sur le domaine du général, exténué et affamé. Il y est recueilli, et on le fait passer pour un percepteur anglais sous le nom de Jackson, afin d’éviter une dénonciation de Madame Papovski. Lors du voyage de retour en France, Jackson raconte les détails de sa déportation et de son évasion, sur deux chapitres et demi (chapitres XVIII à XX). La Comtesse indique alors en note un ouvrage, dont elle dit s’inspirer beaucoup40 et que les critiques ont précisément comparé avec son roman41. Le Journal dun Sibérien, qu’elle connaît par la traduction française contemporaine de la rédaction du Général, en 1862.

31Il s’agit d’un journal d’abord paru en polonais à Poznan en 1860-61, puis en 1862 en France. La traduction française de Julian Klaczko qui abrège le texte original est d’abord publiée dans la Revue des Deux Mondes en 1862, puis en volume en 1863, dans la « Bibliothèque des chemins de fer », chez Hachette.

  • 42 Dans Légendes démocratiques du Nord, Michelet écrit : « La sinistre route qui, par deux mille lieue (...)
  • 43 « Ladministration russe repose sur légalité de tous, non devant la loi comme en Europe, mais deva (...)
  • 44 Eugène Obolenski, Souvenirs dun exilé en Sibérie, traduit du russe par le prince Galitzin, Librair (...)

32Il s’inscrit dans l’ensemble des écrits sur la déportation en Sibérie, illustrés par exemple par Michelet en 185442, les témoignages du prince Dolgoroukow, en 186043, du prince Obolenski en 186244, celui de Dostoïevski dans Souvenirs de la maison des morts paru en 1862 (traduit en français en 1886,) qui évoque les camps de travail tsaristes qu’il a lui-même connus dans ses années de détention (1849-1854). L’insurrection polonaise qui se produit lors de la genèse du Général Dourakine, en 1863, dans un pays constamment occupé par des puissances étrangères, dont la Russie, réactualise l’intérêt que suscitent ces écrits.

33Dans Le Journal dun Sibérien, constitué de trois parties (« Une mission en Pologne et les prisons russes », « La déportation et la vie d’exil en Sibérie », « L’évasion et le retour »), l’auteur raconte dans le détail sa condition de déporté et sa longue fuite. La Pologne est alors coupable de rébellion contre l’empire russe, et l’auteur, Rufin Piotrowski, Polonais revenu de France et se faisant passer pour un Anglais, est accusé d’intriguer contre le tsar Alexandre II. Dans ce Journal, la Sibérie est qualifiée de « pays doù lon ne revient plus » et, comme dans tous les écrits précédemment cités sur la Sibérie, l’auteur y multiplie les comparaisons avec l’enfer.

34Lieu infernal en effet que cette Sibérie immense (représentant l’équivalent de vingt-trois fois la France) où l’on souffre de la faim, du froid, de la promiscuité, de la cruauté humaine, et par-dessus tout de l’arbitraire du pouvoir et de l’injustice de l’État. Les historiens rapportent tous la folie d’un Paul I (au pouvoir de 1796 à 1801), qui déporte comme on fait un caprice, la phobie du complot qui mène en déportation des milliers d’innocents sur simple dénonciation calomnieuse, le pouvoir autocratique d’un Nicolas I (succédant à Alexandre I, il gouverne de 1825 à 1855 et réprime durement l’insurrection des Décembristes, en 1825, dont 121 sont relégués en Sibérie). Ces déportations sont d’ailleurs tellement ancrées dans l’histoire russe qu’elles se trouvent au centre d’une vaste organisation administrative et économique, que détaille Piotrowski : les relais prévus de place en place, les soldats nécessaires, les différentes commissions… Autant dire que la déportation en Sibérie sous l’empire soviétique ne fait que poursuivre une très ancienne tradition, attestée dès le XVIIe siècle, et que les soldats français de l’armée napoléonienne connaissent à leur tour lors de la campagne de Russie.

Un intertexte à portée politique : celui qui revient de Sibérie dans La Semaine sainte ou la dénonciation de l’oppression soviétique

  • 45 La Semaine sainte, Gallimard, 1959, p. 457.

35Or précisément, dans La Semaine sainte, roman qu’Aragon publie en 1959 et se déroulant en 1815, « un prisonnier sen revenant de Russie45 » arrive en France au moment où Louis XVIII la quitte : le comte Olivier, travesti en Simon Richard.

  • 46 Édouard Béguin, « La genèse de Simon Richard d’après le dossier manuscrit de La Semaine sainte : na (...)
  • 47 « La genèse de Simon Richard d’après le dossier manuscrit de La Semaine Sainte : problèmes et hypot (...)
  • 48 Jabats mon jeu, op. cit., « Secrets de fabrication », p. 50-56.
  • 49 « cest le nom de Blanche […] qui signe le mieux le caractère fantasmatique de la réécriture », Edo (...)
  • 50 Pour une analyse détaillée, voir Patricia Richard-Principalli, La Semaine sainte dAragon, un roman (...)
  • 51 Laura Kreyder, « Des rencontres littéraires : Piotrowski et Pajarski, Aragon et Dourakine », Les Ca (...)

36Édouard Béguin a montré, en s’appuyant sur l’analyse matérielle du manuscrit, auquel ce personnage s’adjoint sous la forme d’un collage, comment le personnage du comte Olivier, selon lui « entièrement issu dune lecture faite au hasard, […] en dehors de toute intention préalable46 », s’est greffé sur l’histoire en cours d’écriture47. Aragon explique dans Jabats mon jeu48 l’étrange entrelacement entre histoire et fiction à l’origine du personnage d’Olivier : comment il a remonté la trace d’un personnage évoqué par le Vicomte de Reiset, comment l’histoire de mari trompé apparaissant dans ces Mémoires lui a permis, de lecture en lecture, de retrouver le comte Octave de Ségur, par l’évocation de son épouse infidèle, comment les contours de ce personnage ont été superposés à ceux d’un personnage fictif en cours de création. Pour créer son personnage romanesque, Aragon modifie, ou ajoute, essentiellement quatre éléments de la biographie de son « pilotis » : son nom (le Comte Octave de Ségur devenant dans la fiction le Comte Olivier qui se fait passer pour le capitaine Simon Richard), le nom de sa femme (Félicité d’Anguesseau devenant Blanche dans la fiction49,) le lieu de l’emprisonnement (la forteresse de Petropavlovsk, sur l’Inchim, en Sibérie, au lieu de Saratov), le lieu du suicide (le marais picard au lieu de la Seine50.) Simon Richard cristallise dans ce roman un certain nombre d’obsessions aragoniennes. Mais il me semble que si cette figure prend une dimension aussi importante, c’est aussi parce qu’elle se nourrit aux sources du tout premier roman lu. Dans Le Général Dourakine, le récit du prince Romane est saisissant, assez saisissant d’ailleurs pour qu’il fonde en partie Quelle Âme divine !, qui s’appuie sur l’histoire d’un prince déporté puis évadé, même si l’horreur en est complètement absente51. Il y a ainsi dans l’évocation du comte Olivier :

  • 52 La Semaine sainte, op. cit., p. 459.

Emmené avec un convoi aux confins de lAsie. Travaillant à faire des routes. Sous le fouet. Dans ce pays de boue et de neige, où rien nétait mangeable, où le travail forcé vous vieillissait de vingt ans en deux52,

37et dans le récit du prince forçat Romane :

  • 53 Le Général Dourakine, op. cit., p. 752.

je neus pendant ces deux années, dautre espoir, dautre désir, dautre idée que de méchapper de cet enfer rendu plus horrible par les souffrances, les désespoirs, les maladies, la mort de mes compagnons de misère53,

38la même horreur de la vie des camps.

  • 54 Histoire parallèle : histoire de lURSS de 1917 à 1960, tome 2, Presses de la Cité, 1962, p. 268.
  • 55 Voir la narration d’Aragon dans Histoire parallèle, op. cit., p. 273-274.

39Mais si le sort des Polonais alors opprimés par les Russes révoltait la Comtesse au moment de l’écriture du Général Dourakine, la Pologne continue à être l’objet de l’oppression, soviétique cette fois. Le 28 juin 1956, des émeutes ouvrières et étudiantes pour plus de démocratie et de justice ont lieu à Poznan. Le gouvernement les réprime aussitôt, faisant selon le communiqué officiel 38 morts et 278 blessés, comme le rappelle Aragon dans Histoire parallèle54. En octobre, les ouvriers et les étudiants manifestent de nouveau pour une Pologne indépendante. Le retour au pouvoir de Gomulka permet aux soviétiques de reprendre la situation en main55. Parallèlement se développe en Hongrie la puissante contestation du 4 novembre 1956, écrasée par les chars soviétiques.

  • 56 La Semaine sainte, op. cit. p. 459 et p. 480, l’Ichim étant un affluent de l’Irtych qui est cité da (...)
  • 57 La Semaine sainte, op. cit., p. 484. « Le « royaume d’Idoménée » et « l’enfer » de Sibérie », in La (...)

40Faisant écho à la Sibérie de 1846 du prince Romane, Simon Richard, personnage fictif construit en 1958 par Aragon, évoque bien les mêmes maux d’un pouvoir russe qui, à cent ans de distance, pratique l’arbitraire, la corruption, la délation, la déportation en Sibérie, et dont la nature, malgré la différence de régime et la révolution de 1917, n’est pas si différente. Autant dire donc que le comte Olivier, alias Simon Richard, emprisonné par les Russes à Petropavlovsk, emmené « aux confins de lAsie », « Sur lInchim56 » dans La Semaine sainte (1958) cristallise une bien féroce actualité politique à l’heure de l’écriture du roman, où s’écrit de manière voilée « lenfer » de Sibérie57, à un moment où commencent à se répandre des témoignages d’anciens détenus, même si le PCF en conteste alors violemment la véracité.

  • 58 Aragon rappelle dans « Secrets de fabrication » ce qu’il entend par stéréoscopie : « Je suppose deu (...)

41L’évocation ségurienne des camps de 1862 nourrit l’évocation aragonienne des camps de 1814, et irrigue de façon clandestine la superposition stéréoscopique58, selon un procédé cher à l’auteur, des camps sibériens, tsaristes et soviétiques.

42Évoquant le passé pour parler du présent en transitant par l’arrière-texte ségurien qu’il se garde bien d’évoquer, Aragon remet ici à l’œuvre, me semble-t-il, la pratique de l’écriture de contrebande.

Un intertexte à portée poétique : le rôle de la langue comme embrayeur d’imaginaire

  • 59 Le Général Dourakine, op. cit., p. 750.
  • 60 Édouard Béguin, Histoire/roman, op. cit., p. 103.
  • 61 La Semaine sainte, op. cit., p. 459.

43Dans Le Général Dourakine, parmi les vêtements attribués à tout forçat figure entre autres « la touloupe », pour laquelle la Comtesse écrit une note : « Pelisse en peau de mouton que portent les paysans ; le poil est en dedans, la peau en dehors59 ». La touloupe (ou le touloup) est d’ailleurs un élément vestimentaire essentiel, puisque vital dans les régions russes glaciales, donc nécessaire en Sibérie, et récurrent dans les textes russes évoquant cette région. Selon l’analyse d’Édouard Béguin, c’est dans la mise au net qu’apparaît le touloup de Simon60, que Doussia lui a donné avant de partir61, sorte de signe particulier exotique inadapté au lieu et à la saison et qui lui attire la méfiance des gens en France. Aragon répète ce mot et le paraphrase à l’envi, et finit par en faire une épithète homérique, comme si le mot était une réminiscence d’une fascination ancienne, pourquoi pas celle du petit enfant découvrant pour la première fois un mot inconnu et étrange qu’il conserve précautionneusement dans sa mémoire ? Observons :

  • 62 La Semaine sainte, op. cit., p. 457, 458, 459, 460, 461, 464, 481, 487, 509, 510, 511, 513.

« un cavalier sombre, dont lhabit militaire en loques et létrange manteau de vieille peau déchirée montrant le mouton sale par ses trous, révèle un prisonnier sen revenant de Russie. » ; « quest-ce que cest que ce mendiant au manteau sans couleur, luisant par places, sale et déchiré, avec des mèches de laine saillant par la doublure » ; « Cétait Doussia qui lui avait donné ce touloup quil portait, avant de partir, pour quil pût survivre à lhiver. Il était maintenant trop chaud pour la saison, mais quand on na rien dautre à se mettre… » ; « pour Simon, son équipement, cette drôle de toque sur sa tête, le rendaient suspect aux sentinelles » ; « Quaurait-il fait lhiver sans son touloup ! Cela semblait drôle alors dans le soleil brûlant de la taïga » ; « Il avait ouvert son touloup, parce que la chaleur de laprès-midi, et la sueur du travail, lui donnaient le sentiment détouffer » ; « un homme vêtu de loques singulières, et qui dormait sur sa chaise » ; « un personnage moustachu, sale et pas rasé, portant un bonnet à la russe, les oreilles pendantes, et un touloup déchiré ouvert sur une manière deblouse montrant des mèches de laine crasseuse par les blessures du cuir luisant dusure » ; « [Berry]le secoua par son paletot de cuir » ; « Lhomme au touloup62 ».

44De nombreux auteurs ont témoigné du rôle joué par certains mots lus ou entendus dans leur enfance, à l’origine de leur rapport particulier à la langue et embrayeurs de l’imaginaire. C’est par exemple le cas de Colette, évoquant le mot « presbytère » dans La Maison de Claudine :

Le mot « presbytère » venait de tomber, cette année-là, dans mon oreille sensible, et dy faire des ravages. « Cest certainement le presbytère le plus gai que je connaisse… » avait dit quelquun. Loin de moi lidée de demander à lun de mes parents : « Quest-ce que cest, un presbytère ? » Javais recueilli en moi le mot mystérieux, comme brodé dun relief rêche en son commencement, achevé en une longue et rêveuse syllabe… Enrichie dun secret et dun doute, je dormais avec le mot.

  • 63 « Comment appréhender la lecture d’œuvres littéraires avec les élèves ? », Séminaire organisé par l (...)

45On pense à Pagnol, évoquant sa passion des mots, dont il fait collection sur un petit carnet, comme il le rapporte dans La Gloire de mon père. Plus récemment, Michel Chaillou témoigne du choc ressenti, enfant, à la lecture d’un extrait des Mémoires dOutre-tombe de Chateaubriand dans un livre de morceaux choisis : « “Et ma mère se jeta en soupirant sur son lit de siamoise flambée…” Ah ! cette siamoise flambée, je ne savais pas ce que cétait… Mais cette siamoise flambée a été mon départ en littérature63 ». Pourquoi pas ce mot de « touloup » pour Aragon ?

Un intertexte à portée génétique : la contamination ségurienne

  • 64 Elle déclare ainsi que « Des yeux comme ceux de madame Octave de Ségur donnent le frisson quand on (...)
  • 65 La Semaine sainte, op. cit., p. 482, p. 208.

46Il se trouve qu’Octave, dont Aragon ne réussit à retrouver l’identité qu’à force de persévérance, est le propre beau-père de Sophie de Ségur. Le pilotis de Blanche est Félicité, la belle-mère de Sophie, que la duchesse d’Abrantès décrit comme « bien jolie », avec « des yeux de velours », et faisant tourner les têtes64, cependant qu’Olivier est « repris par limage incertaine dune femme jeune aux yeux de velours », alors que Céleste de Durfort de son côté « revoit les yeux immenses de la comtesse, le velours des yeux de Blanche65 ». À l’heure où son fils aîné, Eugène, épouse à 21 ans Sophie de Ségur, riche héritière russe, Félicité n’est guère aimable avec sa belle-fille, et ne le sera jamais, pas plus qu’avec ses nombreux petits-enfants, et s’est transformée après le suicide de son mari en revêche parangon de vertu.

47Le personnage de Simon Richard, fruit de lectures de hasard, prend donc progressivement sens et forme par rapport à la Comtesse de Ségur.

  • 66 Même si nous avons déjà émis d’autres hypothèses sur l’origine de ce prénom, qui est aussi celui de (...)
  • 67 Voir Marthe de Hédouville, La Comtesse de Ségur et les siens, Éditions du Conquistador, 1953 ; Ghis (...)

48La Comtesse semble contaminer d’autres épisodes ou personnages de La Semaine sainte : la fraîche et jeune épouse du forgeron s’appelle Sophie, mariée elle aussi avant vingt ans66. L’amour passionné que le comte Olivier éprouve à l’égard de sa femme peut être comparé à celui qu’éprouvait le père de Sophie, le comte Rostopchine, pour sa femme Catherine, qui aurait subi toute sa vie à son corps défendant cet amour plein de désir. Cet amour forcené, à sens unique, pour une belle jeune femme fascinante67 et dévote semble rapprocher Catherine de Blanche, la femme d’Olivier comparée précisément à sainte Catherine dans La Semaine sainte.

Un intertexte à valeur autobiographique : de Sophie de Ségur à Elsa Triolet

  • 68 Voir par exemple le pilotis de Catherine dans Les Cloches de Bâle, Aragon parle, op. cit., p. 110-1 (...)
  • 69 Littératures soviétiques, Denoël, 1955, p. 247.

49Le goût d’Aragon pour les étrangères se constitue dès son enfance dans l’atmosphère cosmopolite de la pension de famille, avec une prédilection pour les Russes68, qui s’alimente dès l’âge de dix ans à la littérature russe69, et qui aboutira à la rencontre avec Elsa Triolet. Or le parallèle entre Elsa Triolet et Sophie de Ségur se justifie à plus d’un titre. Toutes deux sont élevées en Russie, qu’elles quittent très jeunes, l’une pour se marier à un officier français en 1919, à l’âge de vingt-trois ans, l’autre pour venir rejoindre son père en France en 1817, à l’âge de dix-huit ans. L’une après Tahiti, Londres et Berlin, s’installe en France et vit avec un Français, Aragon, correspond toute sa vie avec sa sœur, Lili, restée en Russie ; l’autre se marie à Paris en 1819, à 20 ans, avec un noble français, et reste en France alors que ses parents repartent en Russie avec sa sœur. Toutes deux quittent la Russie à des périodes difficiles, l’une avec sa mère en 1919 après la tourmente révolutionnaire, l’autre avec sa famille pour rejoindre un père en disgrâce car jugé responsable de l’incendie de Moscou en 1812 lors de l’arrivée de Napoléon. L’une trouve au Moulin de Saint-Arnoult-en-Yvelines, à partir de 1951, un « morceau de France » où elle se sent chez elle ; l’autre s’installe une partie de l’année aux Nouettes, propriété située dans l’Orne où elle se sent véritablement chez elle, y retrouvant une vie simple telle qu’elle l’a connue au château familial de Voronovo. Ces deux femmes ont une existence indépendante et construisent leur identité à travers l’écriture, Elsa Triolet écrivant articles et romans parallèlement à Aragon, et sans utiliser son nom d’épouse, la Comtesse signant tous ses livres de son double nom : ses lecteurs gardent en mémoire la signature exotique à leurs yeux d’enfant qui ouvre chaque livre, « Comtesse de Ségur, née Rostopchine ». Enfin et surtout, ces deux femmes dont ceux qui les ont connues soulignent pareillement l’énergie et l’intelligence, écrivent toutes deux dans la langue de leur pays d’adoption, le français, qu’elles ont appris toute petites, tout en gardant leur fort accent russe, gravitent dans l’univers littéraire de leur temps, et, même si ce n’est pas dans le même champ, acquièrent une légitimité par leur écriture. Ainsi Sophie de Ségur est l’un des auteurs phares de la Bibliothèque Rose chez Hachette, elle écrit une vingtaine de livres pour les enfants, qui lui assurent une grande notoriété, et elle fait aujourd’hui partie des classiques de la littérature de jeunesse. Elsa Triolet obtient le prix Goncourt pour Le Premier accroc coûte deux cents francs en 1945, écrit des articles pour Ce soir puis Les Lettres françaises, et fait œuvre croisée avec Aragon qui rend constamment hommage à son écriture et à sa clairvoyance littéraire.

  • 70 Coïncidence amusante, ou hasard objectif : la Comtesse a d’abord habité à l’hôtel de Ségur, à l’act (...)

50Cette proximité entre les deux femmes confère donc à l’intertexte ségurien un sens biographique70, qui s’ajoute à sa portée politique, poétique et génétique.

 

51Le témoignage exceptionnel que représente Quelle Âme divine ! nous permet donc de mettre au jour chez le tout jeune auteur l’un des mécanismes d’écriture qui caractérise Aragon peut-être plus que tout autre écrivain : au-delà du biographique comme moteur de l’écriture, au-delà du mécanisme génétique caractéristique de l’art romanesque aragonien, ce récit d’enfance montre la précoce et définitive construction de l’intertextualité comme principe fondateur de l’écriture aragonienne, à travers l’appropriation d’une lecture par un imaginaire encore en construction. Plus de cinquante ans plus tard, l’écriture de La Semaine sainte mène Aragon sur les traces d’un personnage historique énigmatique, Octave de Ségur, et sous l’effet d’une actualité politique qui touche à ses convictions idéologiques les plus fortes, le mène à reconfigurer le motif du prince forçat, installé dès l’enfance dans son imaginaire. Motif autour duquel se tisse tout un réseau d’anciennes fascinations et de correspondances biographiques.

  • 71 « Avant-lire », op. cit., p. 14-15.

52Ainsi se construit un continuum entre l’écriture du petit enfant, et celle de l’adulte qu’il est devenu, qui renoue avec sa première lecture d’enfance et me semble particulièrement illustrer la déclaration d’Aragon dans Les Incipit : « l’homme nest pas la négation de lenfant, mais son développement, et malheur à qui veut barrer ce quil fut ! Linsensé ne comprend-il pas que rien de ce quil est ne serait sans ce quil a été ?71 ».

Notes

1 Aragon parle avec Dominique Arban, Seghers, 1968, p. 20.

2 1904 est un ajout, la date réelle semble être 1905, Notice et note sur le texte de Quelle âme divine ! Daniel Bougnoux, OR Pléiade, t. l, 1997.

3 Le manuscrit porte la dédicace « pour Marguerite », devenu « à Marguerite » dans le texte publié.

4 On peut en voir des exemples dans la reproduction de quelques feuillets du manuscrit illustrant l’article de Renate Lance-Otterbein, « Quatre-vingt-dix ans de roman familial : Aragon, Quelle âme divine ! ou la genèse d’une scène d’écriture », Genesis no 8, 1995.

5 Libertinage, L’Imaginaire-Gallimard, 1924, p. 41.

6 Pour la description précise du manuscrit conservé au Fonds Aragon, voir Renate Lance-Otterbein.

7 Catherine Tauveron et Pierre Sève, Vers une écriture littéraire ou comment construire une posture dauteur à lécole de la GS au CM, Hatier, 2005 ; no 153 de Le Français aujourdhui : Enseigner lécriture Littéraire, juin 2006.

8 Du jour où Aragon comprit à quoi servait l’écriture« pour fixer, bien plutôt que des idées pour les autres, des choses pour soi. Des secrets » –, il s’est mis « à tenter décrire, en cachette, sur nimporte quoi, le papier, les murs, avec une passion violente », Je n ai jamais appris à écrire ou les incipit, Flammarion, coll. « Les sentiers de la création », 1969, p. 8.

9 « Avant-lire », préface de 1964, Le Libertinage, op. cit., p. 13.

10 Renate Lance-Otterbein, art.cit. p. 69.

11 Jean Weisgerber (dir.), Les Avant-gardes littéraires au XXe siècle, Budapest, Akadémiai Kiadó, 1984 ; Marianne Delranc-Gaudric, DЭπbca Tpuoπe à Elsa Triolet. Les quatre premiers romans dElsa Triolet et le passage du russe au français, thèse de doctorat, Paris, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, 1991.

12 « Avant-lire », op. cit., p. 9.

13 « Avant-lire », op. cit., p. 11 ; « En réalité, quand javais écrit cela, à six ans, mon bagage romanesque était encore léger : je navais lu jusque-là quun seul “roman”, Le Général Dourakine. Cétait pourquoi mon histoire se passait en Russie » (Aragon parle, op. cit., p. 20) ; « Saint-Pétersbourg sest évidemment présenté à mon esprit parce que je venais de lire le premier roman quon meût donné, à savoir Le Général Dourakine » (Je nai jamais appris à écrire ou les incipit, op. cit., p. 12).

14 « Avant-lire », op. cit., p. 16-17.

15 Aragon parle, op. cil., p. 21.

16 Ibid.

17 Je nai jamais appris à écrire ou les incipit, op. cit., p. 10. « Je me rappelle parfaitement que lannonce du départ de la rue Montorgueil par Robert na été suivie de ces pour où ? répétés que pour donner à lauteur le temps dimaginer où tous les Noissent pouvaient bien aller », explique-t-il pour illustrer son propos, ibid., p. 12.

18 Rappelons que le petit Louis est le fils illégitime de Marguerite Toucas et de Louis Andrieux, dont la naissance a été l’objet d’un jeu de rôle familial pour éviter l’opprobre social, sa mère Marguerite passant pour sa sœur et son père, marié par ailleurs, pour son parrain : Voir Aragon et le père, romans, Roselyne Waller, Presses Universitaires de Strasbourg, 2001.

19 Daniel Bougnoux commente ainsi l’explication d’Aragon dans Je n’ai jamais appris à écrire ou les incipit : « Étrange aveuglement de lécrivain dont les explications contournent ce qui pourtant crève les yeux à lorigine du conte : son propre déménagement avec sa famille pour la rue… Saint-Pierre à Neuilly ! », Note sur le texte de Quelle Âme divine !, op. cit., p. 1097.

20 Comme en témoigne le registre des baptêmes de la paroisse de Neuilly, reproduit dans lAlbum Aragon, Gallimard, 1997, p. 15. On sait l’usage du prénom d’Alfred dans La Mise à mort.

21 Carine Trévisan, « On entend un enfant », Lire Aragon, Honoré Champion, 2000, p. 155 et p. 156.

22 Daniel Bougnoux, Note sur le texte de Quelle âme divine !, op. cit., p. 1096.

23 Aragon parle, op. cit., p. 20.

24 Jabats mon jeu, Les Éditeurs Français Réunis, 1959, p. 70.

25 « À plat ventre sur la moquette rouge, je lisais Madame de Ségur, Zénaïde Fleuriot, les contes de Perrault, de Grimm, de Madame dAulnoy, du chanoine Schmidt, les albums de Töpffer, Bécassine, les aventures de la famille Fenouillard, celles du sapeur Camember, Sans Famille, Jules Verne, Paul dIvoi […] », Simone de Beauvoir, Mémoires dune jeune fille rangée, Livre de poche, Gallimard, 1958, p. 69-70.

26 « Les Malheurs de Sophie lus par Nabokov », Laura Kreyder, Les Cahiers séguriens no 3, 2002, Association des Amis de la Comtesse de Ségur.

27 « Faire une place à la littérature de jeunesse », Revue dHistoire Littéraire de France, vol. 102, PUF, 2002.

28 « La veine slave dans l’œuvre de la Comtesse de Ségur », Marielle Gastellier, Les Cahiers séguriens no 2, 2001.

29 « Le croquemitaine et la mère Fouettard », Isabelle Nières-Chevrel, Les Cahiers séguriens no 2,2001.

30 « Dourakine en Ségurie, ou la Russie racontée aux enfants », Jacques Chupeau, Les Cahiers séguriens no 2, 2001.

31 « Terres étrangères, figures d’étrangers dans l’œuvre de la Comtesse de Ségur », Isabelle Nières-Chevrel, Revue de littérature comparée no 304, 2002.

32 Note de la Comtesse : « Espèce dagent de police qui accompagne les voyageurs de distinction, à leur demande, pour leur faire donner sur la route les chevaux, les logements et ce dont ils ont besoin », Comtesse de Ségur, Œuvres, Robert Laffont, coll. « Bouquins », volume 2, 1990, p. 727..

33 Le Général Dourakine, op. cit., p. 687.

34 Je nai jamais appris à écrire ou les incipit, op. cit., p. 12.

35 Les voyageurs « sarrêtent une semaine seulement à Saint-Pétersbourg, dont laspect majestueux, régulier et sévère ne plut à aucun des compagnons de route du vieux général : deux jours à Moscou, qui excita leur curiosité et leur admiration. Ils auraient bien voulu y rester, mais le général était impatient darriver avant les grands froids dans sa terre de Gromiline, près de Smolensk », Le Général Dourakine, op. cit., p. 643.

36 Comme le note Léon Robel dans « La langue, la littérature et la culture russes dans l’œuvre d’Aragon », Aragon, Elsa Triolet et les cultures étrangères, Presses Universitaires Franc-Comtoises, 2000, p. 141 : « Les éléments de russité sont, dans ce "roman” dun enfant de six ans, certes très conventionnels, mais cohérents et proviennent sans doute de la lecture des Dourakine et autres Michel Strogoff ».

37 Cf. Aragon romancier intertextuel ou les pas de létranger, Maryse Vassevière, L’Harmattan, 1998.

38 C’est ce que montre Sylvie Sauvage à propos d’Alain-Fournier dans Imaginaire et lecture chez Alain-Fournier, Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2003.

39 Je nai jamais appris à écrire ou les incipit, op. cit., p. 19.

40 « Les passages les plus intéressants du récit quon va lire sont pris dans un livre historique plein de vérité et dintérêt émouvant : Souvenirs d’un Sibérien », Le Général Dourakine, op. cit., p. 748.

41 « Le Général Dourakine et les Souvenirs dun Sibérien », Rémi Saudray, Revue de littérature comparée no 262, 1992 ; Notes et documents : « Piotrowski/Ségur (les sources du chapitre XIX du Général Dourakine) », Les Cahiers séguriens no 2, 2001.

42 Dans Légendes démocratiques du Nord, Michelet écrit : « La sinistre route qui, par deux mille lieues de sapins, mène aux glaces de la Sibérie, sest vue couverte de longues files de femmes polonaises, suivant, les enfants dans les bras, les pieds tout sanglants, leurs époux enchaînés, sous la lance des Cosaques. Embrassant ce long supplice et le bénissant de leur sainteté, elles ont vaincu par lamour toutes les fureurs des tyrans, emparadisé la Sibérie, et fait de lenfer un ciel. » (Garnier frères, Libraires-éditeurs, 1854, p. 136). Il fait une terrible description de la Sibérie dans les deux chapitres de « Martyrs de la Russie » qui lui sont consacrés (op. cit, p. 187-206).

43 « Ladministration russe repose sur légalité de tous, non devant la loi comme en Europe, mais devant le caprice du pouvoir et la vénalité de ladministration » (Pierre Dolgoroukow, La Vérité sur la Russie, Librairie A. Franck, 1860, p 35). Le chapitre XIII, « De la police politique », porte sur la Sibérie.

44 Eugène Obolenski, Souvenirs dun exilé en Sibérie, traduit du russe par le prince Galitzin, Librairie A. Franck, 1862.

45 La Semaine sainte, Gallimard, 1959, p. 457.

46 Édouard Béguin, « La genèse de Simon Richard d’après le dossier manuscrit de La Semaine sainte : naissance du personnage, naissance du roman », Histoire/Roman, La Semaine sainte, p. 99.

47 « La genèse de Simon Richard d’après le dossier manuscrit de La Semaine Sainte : problèmes et hypothèses », Édouard Béguin, RCAET no 1, 1988.

48 Jabats mon jeu, op. cit., « Secrets de fabrication », p. 50-56.

49 « cest le nom de Blanche […] qui signe le mieux le caractère fantasmatique de la réécriture », Edouard Béguin, Histoire/Roman, op. cit., p. 100.

50 Pour une analyse détaillée, voir Patricia Richard-Principalli, La Semaine sainte dAragon, un roman du passage, « Le noyé », « Le miroir », p. 184-188.

51 Laura Kreyder, « Des rencontres littéraires : Piotrowski et Pajarski, Aragon et Dourakine », Les Cahiers séguriens no 2, 2001.

52 La Semaine sainte, op. cit., p. 459.

53 Le Général Dourakine, op. cit., p. 752.

54 Histoire parallèle : histoire de lURSS de 1917 à 1960, tome 2, Presses de la Cité, 1962, p. 268.

55 Voir la narration d’Aragon dans Histoire parallèle, op. cit., p. 273-274.

56 La Semaine sainte, op. cit. p. 459 et p. 480, l’Ichim étant un affluent de l’Irtych qui est cité dans Le Journal dun Sibérien comme dans Le Général Dourakine.

57 La Semaine sainte, op. cit., p. 484. « Le « royaume d’Idoménée » et « l’enfer » de Sibérie », in La Semaine sainte dAragon, un roman du passage, Patricia Richard-Principalli, op. cit.

58 Aragon rappelle dans « Secrets de fabrication » ce qu’il entend par stéréoscopie : « Je suppose deux images dun même homme, dont les contours coïncident sans doute, mais qui jouent dans le temps, dans la profondeur de la vie de cet homme », « Secrets de fabrication », Jabats mon jeu, Les Editeurs Français Réunis, 1959, p. 49.

59 Le Général Dourakine, op. cit., p. 750.

60 Édouard Béguin, Histoire/roman, op. cit., p. 103.

61 La Semaine sainte, op. cit., p. 459.

62 La Semaine sainte, op. cit., p. 457, 458, 459, 460, 461, 464, 481, 487, 509, 510, 511, 513.

63 « Comment appréhender la lecture d’œuvres littéraires avec les élèves ? », Séminaire organisé par l’Inspection académique de Seine et Marne, 2002.

64 Elle déclare ainsi que « Des yeux comme ceux de madame Octave de Ségur donnent le frisson quand on les a contre soi ». Laure Junot Abrantès, Mémoires de Madame la duchesse dAbrantès ou Souvenirs historiques sur Napoléon, la révolution, le directoire, le consulat, lempire et la restauration, volume 7, publié par L. Marne, 1835. On sait qu’Aragon les a consultés lorsqu’il écrivait La Semaine sainte.

65 La Semaine sainte, op. cit., p. 482, p. 208.

66 Même si nous avons déjà émis d’autres hypothèses sur l’origine de ce prénom, qui est aussi celui de la sœur de Charlotte dans Werther, de la jeune fiancée de Novalis et de Sophie Lapierre, chanteuse aux Bains Chinois, le café où se réunissaient les Babouvistes, trois références qui font sens dans La Semaine sainte : La Semaine sainte dAragon, un roman du passage, Patricia Richard-Principalli, op. cit., « Bernard, un passeur des ténèbres ».

67 Voir Marthe de Hédouville, La Comtesse de Ségur et les siens, Éditions du Conquistador, 1953 ; Ghislain de Diesbach, La Comtesse de Ségur née Rostopchine, Perrin, 1999.

68 Voir par exemple le pilotis de Catherine dans Les Cloches de Bâle, Aragon parle, op. cit., p. 110-114 ou « C’est là que tout a commencé », préface pour les Œuvres Romanesques Croisées, 1964.

69 Littératures soviétiques, Denoël, 1955, p. 247.

70 Coïncidence amusante, ou hasard objectif : la Comtesse a d’abord habité à l’hôtel de Ségur, à l’actuel numéro 48 (alors numéro 6) rue de Varennes, alors qu’Aragon réside au 56 rue de Varennes à partir de 1960.

71 « Avant-lire », op. cit., p. 14-15.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search