Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°13

 | 
Corinne Grenouillet

Elsa Triolet

Elsa Triolet, Maïakovski, Lili et Ossip Brik, Jakobson, Aragon… Une constellation créatrice

Les Lettres françaises, 1968

Marianne Delranc-Gaudric

Résumé

Depuis le début des années soixante, l’intérêt grandit en France pour les travaux des Futuristes et Formalistes russes. Elsa Triolet, par sa diffusion auprès du public français des œuvres de Maïakovski et de celles de ses compagnons, n’est pas étrangère à cette curiosité. Par ailleurs, Roman Jakobson, son ami d’enfance, développe ses recherches en linguistique qui convergent avec celles de Claude Lévi-Strauss et de François Jacob, comme en témoigne un fameux débat télévisé en 1968. Cette même année, la revue soviétique Ogoniok attaque violemment Lili et Ossip Brik et, indirectement, Maïakovski. Elsa Triolet répond en expliquant les fondements du Futurisme de Maïakovski ; Roman Jakobson et Léon Robel viennent étayer sa protestation.

Texte intégral

1Les années soixante voient s’ouvrir au public français des recherches menées dès 1914-1915 à Moscou dans les domaines de la linguistique et de la poétique par un certain nombre d’écrivains, poètes, linguistes, peintres, qui sont quelquefois tout cela à la fois et ne se cantonnent d’ailleurs pas à ces activités. Tzvetan Todorov, avec la publication de Théorie de la littérature en 1965 (Seuil), regroupant des textes de Formalistes russes, préfacés par Roman Jakobson, ainsi que Les Lettres françaises, Elsa Triolet, Aragon ou Pierre Daix, jouent un rôle important dans la vulgarisation de ces découvertes auprès des lecteurs français.

  • 1 Textes de Maïakovski, choisis, traduits et présentés par Elsa Triolet.

2Depuis 1928, avec son article « Groupements littéraires de l’URSS » paru dans le no 1-2 de la Revue européenne (janvier-février 1928), Elsa Triolet fait connaître ce que l’on a appelé par la suite « lavant-garde russe ». Ses Souvenirs sur Maïakovski publiés dans la NRF en avril 1939, puis aux Éditions sociales internationales en juin 1939 (volume pilonné par la police en septembre 1939 avec 125 autres titres), sa publication de Vers et Proses aux EFR en 19521, ses articles sur Maïakovski et ses traductions de certains de ses poèmes dans les Lettres françaises, ainsi que de textes d’Asséev, Kirsanov, Khlebnikov, Chklovski, son anthologie bilingue La Poésie russe parue en 1965 (chez Seghers), contribuent grandement à familiariser le public français avec les Futuristes et Formalistes russes.

3Par ailleurs, la parution de Zoo de Chklovski, en 1963 chez Seghers, bouleverse l’image traditionnelle du roman ; se situant dans la lignée des romans de Laurence Sterne, Zoo apparaît comme révolutionnaire dans sa forme et son écriture très libres (un exemple parmi d’autres : la dix-neuvième lettre, écrite par Alia, c’est-à-dire Elsa Triolet, et barrée de rouge, ne doit pas être lue).

  • 2 Journal de l’Union des Étudiants Communistes.

4La même année, le journal Clarté2 organise le 28 juin, une soirée au Palais de Chaillot « pour les soixante-dix ans de Maïakovski ». Annoncée par une affiche de Chagall, cette soirée est présentée par Elsa Triolet ; des poèmes y sont lus en français et en russe par Aragon, Daniel Ivemel, Laurent Terzieff, Antoine Vitez, Jacques Mauclair… L’événement rassemble 2 500 personnes et Les Lettres françaises publient le discours d’Eisa Triolet : « Maïakovski devant la jeunesse » accompagné d’une seconde lithographie de Chagall. L’intérêt grandit dans la jeunesse étudiante pour ces novateurs des années vingt.

  • 3 Pseudonyme d’Alexandre Chemetoff, peintre, illustrateur et décorateur d’origine russe.
  • 4 Affiches/bandes dessinées satiriques sur des sujets d’actualité réalisées de 1919 à 1922 par Maïako (...)
  • 5 LLF no  1179 à 1182.
  • 6 LLF no 1181, 4 mai 1967, p. 29 & 34.
  • 7 Poète et peintre, que Maïakovski rencontre aux Beaux-Arts de Moscou et avec lequel il fonde le Futu (...)
  • 8 Elsa Triolet, LLFno 1179, 20 avril 1967, p. l & 9.
  • 9 « La collaboration entre littéraires et linguistes est-elle possible ? », p. 3-7.

5Par la suite, l’exposition La Vie illustrée de Maïakovski qu’Elsa Triolet crée avec Chem3 selon les principes du montage et sur le mode des « Fenêtres Rosta4 », va tourner en France à partir d’avril 1967 et contribuer également à populariser ce grand poète et le Futurisme russe auprès d’un plus large public. Les Lettres françaises en rendent compte dans quatre numéros5, et le critique et artiste Marc Albert-Levin peut écrire dans un article intitulé « Comment est né le futurisme russe6 » : « Vous voulez savoir comment est né le Futurisme russe ? Ne cherchez pas dans les livres dhistoire, ils nen parlent pas. Les historiens ne connaissent que le Futurisme italien. » Et d’enchaîner sur les dictionnaires qui répertorient tous les-ismes sauf celui-là. « Heureusement que là où les historiens font défaut, il y a les poètes » écrit Marc Albert-Levin qui reproduit le récit par Maïakovski de sa rencontre avec David Bourliouk7 et ce qui s’ensuivit. Dans le même numéro qui présente l’exposition Maïakovski par « Une interview avec moi-même8 » d’Eisa Triolet, paraît un débat sur la littérature et la linguistique9 réunissant Jean-Claude Chevalier, Jean Dubois, Michèle Duchet, Jean-Marie Goulemot, Louis Hay, Henri Mitterand, Robert Ricatte, Tzvetan Todorov et Pierre Daix.

  • 10 « Victor Chklovski parle à Vladimir Pozner », LLF no 1205, 25 octobre 1967, p. 8-10.

6La même année 1967, Les Lettres françaises publient un entretien entre Victor Chklovski et Vladimir Pozner10 (deux autres amis de jeunesse d’Eisa Triolet), dans lequel ces deux pionniers du Futurisme et du Formalisme évoquent leur passé ; Chklovski y précise la notion d’« étrangement » (ou étrangéisation) qu’il a créée une cinquantaine d’années auparavant : « Cest la sensation, dit-il, que les liaisons de lancien monde sont de fausses liaisons et que le monde, lui, est réel, mais doit être reconstruit et vu à nouveau. Et pour être vu, il doit être déplacé. » Et il s’élève contre le point de vue unique sur les choses :

  • 11 Ibid., p. 8.

Il existe deux méthodes de pensée. Lune consiste en ceci quen tant que savants nous disons que telle chose est telle chose, précisément elle ; nous voulons la fixer de façon à ce que sa définition ne sapplique quà elle, à aucune autre. Nous la clôturons. Dans lart, aussi étrange que cela puisse paraître, nous donnons à lobjet une définition multiple, une définition contradictoire, tel Picasso déplaçant les contours des objets comme sil tournait autour deux. Jai vu hier la Bible de Chagall [… son] attitude [est] multipolaire : il voit le monde tel quil est et tel quil a été, et tel quil faut le voir11.

7L’on voit qu’il s’agit là, plus que d’un simple procédé, d’une philosophie, d’une conception du monde.

  • 12 LLF no 1218, 24 janvier 1968.
  • 13 LLF no 1221, 14 février 1968, p. 3-7 et no 1222, 21 février 1968, p. 4-5.
  • 14 Biologiste, prix Nobel de médecine en 1965.
  • 15 Généticien.
  • 16 Plus tard, Elsa Triolet, à propos du Rossignol se tait à laube, reliera le thème du rossignol à sa (...)
  • 17 LLF no 1221, p. 6.
  • 18 Elsa Triolet, La Mise en mots, Genève, Albert Skira éditeur / Les Sentiers de la création, 1969, p. (...)

8L’intérêt du journal pour la linguistique se poursuit en janvier 1968 avec un article sur le structuralisme et la linguistique12 et cet intérêt, de plus en plus partagé dans les milieux intellectuels, va s’élargissant au-delà de la linguistique elle-même et des Lettres françaises ; c’est ainsi que ces dernières transcrivent intégralement dans deux numéros13 un débat télévisé intitulé « Vivre et parler », (émission de Gérard Chouchan et Michel Treguer, produite par le Service de la Recherche de l’ORTF et diffusée le 19 février 1968), rassemblant François Jacob14, Roman Jakobson, Claude Lévi-Strauss et Philippe L’Héritier15. Il y est question de structuralisme, d’hérédité, d’apprentissage du langage, de communication et de relation entre nature et culture, de convergence entre les disciplines, entre autres choses. C’est aussi dans ce débat que Jakobson parle du langage des oiseaux et du chant des rossignols16 les rossignols aussi ont besoin dun bon maître » pour bien chanter, mais « le rossignol chantera toujours comme un rossignol et non pas comme un coq17 » dit-il à propos de l’hérédité du langage), passage auquel Elsa Triolet, qui a regardé passionnément l’émission, consacre la dernière page manuscrite de La Mise en mots, expliquant la présence des oiseaux « perchés sur les premières lignes de ce texte » par le souvenir de cette « inoubliable émission » : « Les oiseaux, cétait le linguiste Roman Jakobson qui en avait parlé. Mes oiseaux à moi sont venus se poser ici dans dautres buts que les siens. Si on veut connaître la pensée scientifique correcte de Roman Jakobson, voir son article “Linguistics in Relation to Other Sciences”, dans le volume Main Trends in Social Research (Unesco, Paris)18 » écrit-elle. L’on voit ainsi qu’elle était tout à fait au courant des recherches de son ami d’enfance (leurs deux mères étaient très proches et Roman Jakobson l’avait courtisée dans sa jeunesse comme en témoigne un petit quatrain reproduit en exergue d’un chapitre de À Tahiti). Ni la personne de Jakobson ni ses recherches n’ont jamais quitté sa sphère amicale, presque familiale, mais aussi intellectuelle, comme le montre cette dernière page de La Mise en mots et comme nous le verrons dans l’affaire qui suit.

  • 19 LLF no 1228.

9En avril 1968 commence le « Printemps de Prague » dont Les Lettres françaises rendent compte à partir du 3 avril19 dans une série d’articles et de reportages concernant les écrivains tchécoslovaques.

  • 20 Elsa Triolet, « De la vérité historique », LLF no 1232, 2 mai 1968, p. 3.
  • 21 Le premier était assistant de Mikhaïl Souslov (membre du Politburo) ; le deuxième, membre de la réd (...)

10C’est ce même mois, le 13 avril, que paraît à Moscou, dans la revue illustrée à grand tirage Ogoniok, un article sur Maïakovski et Lili Brik, qui, selon Elsa Triolet, « relève […] des tribunaux pour calomnie caractérisée20 ». Les auteurs de l’article, Vladimir Vorontsov et Alexandre Koloskov21, s’en prennent à Lili Brik, lui contestant le droit de se faire appeler « la veuve de Maïakovski», arguant du fait qu’ils n’étaient pas mariés… raison pour le moins curieuse dans un pays qui avait été l’un des premiers à reconnaître l’union libre.

  • 22 Sur toute cette affaire, voir Arcadi Vaksberg, Lili Brik. Portrait dune séductrice, Albin Michel, (...)

11Vorontsov et Koloskov n’en sont pas à leur première attaque22 : ils avaient déjà violemment critiqué, en 1958, la publication partielle, par Literaturnoje Nasledstvo (L’Héritage littéraire, revue académique) de la correspondance entre Lili Brik et Maïakovski, ce qui avait suscité de vives protestations de la part d’Aragon.

  • 23 Op. cit., p. 301.

12En 1968, ils accusent Lili Brik d’avoir été alliée à Yakov Agranov (l’un des dirigeants du NKVD, fusillé en 1938) et à son « gang de sionistes ». Arcadi Vaksberg transcrit à ce sujet une conversation qu’il eut avec Elsa Triolet en juin 1968 : « […] les articles d’Ogoniok sont carrément antisémites » lui déclare-t-elle, « quelquun est impatient de revenir au bon vieux temps des “cosmopolites” et des "assassins en blouses blanches”. Lili nest quun prétexte, les vraies raisons sont beaucoup plus profondes. Simonov pense que la campagne antisémite va samplifier […] Aragon et moi avons décidé que nous allions publier une protestation. Et nous ne demanderons la permission à personne parce que le combat contre lantisémitisme est un devoir pour tout être honnête, qui tient à son honneur23 ».

13Elsa Triolet prend alors la défense de sa sœur menacée par le stalinisme renaissant et l’antisémitisme toujours actif, dans un article intitulé « De la vérité historique » et commençant ainsi :

Il ny en a pas, non, il ny en a pas. On aura beau faire. Tout peut se truquer, les textes, les documents photographiques, toutes les erreurs sont possibles, et tous les faux témoignages volontaires ou non, tout peut se commenter, sinterpréter, être faussé par omission, par labsence du contexte, tout dépend de limagination de lhistorien, de ses possibilités de comprendre, de son angle de vue sur lunivers, de sa foi ou de son absence de foi, voire de la doctrine qui est la sienne.

  • 24 C’est aussi l’avis de Pierre Daix, dans Avec Elsa Triolet 1945-1971, Gallimard, 2010, p. 197, qui c (...)

14Ces lignes sont précédées d’un « chapeau » écrit vraisemblablement par Aragon24 :

  • 25 LLF no 1232, p. 3.

Larticle auquel ici répond Elsa Triolet a été publié à Moscou pour lanniversaire de la mort de Maïakovski. Nous souhaitons, et cest difficile, de croire quil sagit là dune démarche dont les seuls auteurs ont à répondre. Nous avons diverses raisons de considérer ce texte comme le symptôme dun certain état de choses et, au-delà dun cas particulier, de nous interroger sur la nature du mal quil traduit25.

15Comme le monte ce préambule, Aragon et Elsa Triolet savent que ces attaques viennent d’en haut ; en Union soviétique même monte une vague de protestations, parmi lesquelles celles du poète Kirsanov et de Constantin Simonov.

  • 26 LLF no 1234.
  • 27 Publiée en p. 6.
  • 28 LLF no 1235, 7 juin 1968, p. 6.

16Les événements de mai 1968 entraînent, peu de temps après, le 15 mai, la parution d’un numéro « spécial étudiants26 », puis une interruption de la publication des Lettres françaises pendant trois semaines en raison de la grève générale. Le 7 juin, dans le premier numéro à reparaître, la Une annonce parmi ses principaux titres la « Lettre d’une étudiante à Elsa Triolet ». Cette lettre « à propos de Maïakovski27 », comporte également un « chapeau », qui mentionne le « nombreux courrier » qu’Elsa Triolet a reçu « de France et dUnion Soviétique » au sujet de sa réponse à Ogoniok, et explique que, si le journal publie cette lettre, « cest essentiellement pour que, ce document aidant, lon mesure linfluence de Maïakovski dans la jeunesse française daujourdhui28 ». Et d’ajouter que les « images du mai parisien » que l’on trouvera dans ce numéro des Lettres « font irrésistiblement penser à ce que furent, durant la guerre civile en Russie, ces Fenêtres Rosta auxquelles le nom du poète demeure essentiellement attaché ». La jeunesse française avec Maïakovski donc, contre la réaction stalinienne…

  • 29 LLF no1239.

17L’affaire n’en reste pas là : Ogoniok fait paraître un deuxième article, « La Tragédie du poète », s’étalant sur deux numéros, les 1er et 22 juin, qui déforme et la personne et l’œuvre de Maïakovski, s’en prend de nouveau à Lili Brik et de plus à Ossip Brik, qu’il rend quasiment responsables de son suicide. Le 3 juillet, Elsa Triolet publie une « Nouvelle réponse à Ogoniok », annoncée en gros titre en première page des Lettres29, accompagnée du nom de deux autres auteurs : Roman Jakobson et Léon Robel.

  • 30 Ibid., p. 3-5.

18Sous le titre « N’accusez personne de ma mort30 », titre reprenant quelques-uns des derniers mots écrits par Maïakovski, elle écrit :

Ce triptyque [les trois articles dOgoniok] constitue le plus parfait exemple dune falsification historique dépassant de loin les limites du cas traité […] Nous sommes ici devant une tentative de semparer de Maïakovski, son œuvre et sa biographie, pour les faire entrer dans un cadre réglementaire. À cet effet, on coupe tout ce qui dépasse, on comprime le reste, le genou sur la gorge du poète et lon fabrique de toute pièce un homme et un poète « sur mesure » et à la mesure des fabricants.

  • 31 Alexandre Koloskov.
  • 32 Ibid., p. 4.

19Contre l’image d’Épinal du poète donnée par l’auteur de l’article31, elle rappelle que « les persécuteurs de Maïakovski étaient les gens en place, places-clefs dans les maisons dédition, revues, journaux, théâtres et cinémas, et si Maïakovski était en effet bien vu au sommet du parti par exemple, par Lounatcharski, commissaire du peuple à léducation nationale, ce nétait pas tout dun non plus, et Lounatcharski lui-même était juste capable de le préserver du pire, dune interdiction globale de son oeuvre32 ». Renvoyant la balle au journaliste d’Ogoniok, elle montre que c’était au refus d’un art novateur et contestataire qu’était en butte Maïakovski, et non à une supposée trahison de ses proches : « on ne brise pas impunément les cadres de lart, de la société » écrit-elle. Et elle cite les grandes oeuvres de l’art soviétique « que lon commence aujourdhui à redécouvrir et à étudier » :

  • 33 Ibid.

La peinture : Malevitch, Chagall, Kandinski ; le cinéma : Eisenstein […] Poudovkine […], Dovjenko […] ; la poésie : Maïakovski, Pasternak, Essénine ; le théâtre : Meyerhold, Taïrov, Vakhtangov… […] Mais le passé était vivace. Le passé, c’était le classique, l’académique, le petit-bourgeois, le « parvenu ». […] Puis vint la toute-puissante Association des Ecrivains Prolétariens et le combat devint mortellement sérieux pour Maïakovski et son groupe, les collaborateurs de la revue Lef (Front gauche)33.

20Concernant les accusations contre Ossip Brik, elle renvoie au texte de Roman Jakobson adjoint à son article, et s’indigne :

  • 34 Ibid.

Quand on songe à l’amitié qui liait Brik et Maïakovski, à l’enthousiasme de Brik pour la poésie de Maïakovski, lui qui a donné à Maïakovski l’argent nécessaire pour l’édition de son premier grand poème, quand personne n’en voulait ; Brik qui a ensuite écrit des essais remarquables sur l’art poétique de Maïakovski, tous deux travaillant ensemble aux revues Lef, Novy Lef Ref… Ossip Brik, avec son immense culture, son amour et sa science de la poésie, a été un constant stimulant pour Maïakovski […]34.

21Et elle cite un poème de ce dernier évoquant leur amitié. Au-delà de l’indignation, l’article est intéressant en ce qu’il précise le rôle joué par Ossip Brik dans l’élaboration des nouvelles théories. Ce rôle fait d’ailleurs l’objet de l’article de Roman Jakobson.

  • 35 Ibid, p. 5-6.
  • 36 Lequel a publié Blanche ou loubli, où il est abondamment question de linguistique, en 1967.
  • 37 Ibid., p. 6.

22Ce dernier, intitulé simplement « Ossip Brik35 » est également précédé d’un « chapeau » précisant qu’il s’agit d’une postface à ses Two Essays on Poetic Language, parus en russe dans les Michigan Slavic Materials, à l’Université de Michigan, en février 1964 ; il est traduit de l’anglais par Aragon36. Jakobson rappelle les premiers travaux de Brik, notamment son article sur Les Répétitions phoniques 1917), (qui montrait « comment les niveaux phonique et sémantique du langage s’entrecoupent », son rôle dans « la constitution de l’Opoïaz (Société pétersbourgeoise pour l’étude du langage poétique) en 1916-1917 et le succès du MLK (Cercle linguistique de Moscou) en 1919-1920 ». Il souligne l’influence qu’il a eue sur les travaux de V. Jirmounski, de Boris Eikhenbaum et ajoute : « Les articles de B. Tomachevski, et les miens à Moscou, sur le vers russe portent des traces non négligeables de linspirant esprit critique de Brik. » Il rappelle la collaboration de ce dernier au Nouveau Lef, « la revue qui était la sienne et celle de Maïakovski », ses activités cinématographiques (par exemple, il écrivit le scénario de Tempête sur lAsie, de Poudovkine) et le rôle qu’il joua dans la naissance du constructivisme : « Depuis les premières années de la révolution, Brik était lun des protagonistes de la campagne pour le constructivisme en art, particulièrement pour ce qui est de larchitecture. Avec la diffusion internationale de ce courant russe, certains de ses mots dordre heureux se trouvèrent repris dans de nombreux pays37 ».

  • 38 Dessin à l’encre, 1916.
  • 39 Illustré de la célèbre photographie de Rodtchenko où le titre de la revue Lef se « reflète » dans u (...)

23Le texte de Jakobson, illustré par un beau portrait d’Ossip Brik par Maïakovski38, est complété par un article de Léon Robel39 qui met l’accent sur l’actualité des recherches d’Ossip Brik : « On sait tout lintérêt que suscitent aujourdhui chez nous les recherches de ceux qui en Russie, aux approches de la Révolution dOctobre et dans les années qui la suivirent, ouvrirent des voies nouvelles à la théorie de la langue et de lart. » Léon Robel montre comment la poétique est devenue « un domaine dinvestigation privilégié » et comment Brik « en ce domaine, fait à juste titre figure de pionnier ». Il rappelle ses travaux, notamment son « second essai théorique fondamental Rythme et syntaxe (dont les lecteurs français ont pu prendre en partie connaissance dans le recueil de textes des formalistes russes publié dans la collection “Tel quel”) » et prévoit la publication, avec Jean-Pierre Faye, d’un recueil d’articles d’Ossip Brik dans la collection d’ouvrages théoriques de la revue Change, qui seraient traduits et complétés par des recherches analogues portant sur la poésie française. « Cest la nature même de son travail qui astreint à la participation active » ajoute-t-il.

  • 40 Cette protestation, exprimée dans les articles des Lettres françaises, fut un des éléments, souvent (...)

24Ainsi, les réponses à ces articles malveillants expriment non seulement l’opposition violente de ces chercheurs, écrivains, artistes, parmi lesquels Elsa Triolet, au regain du stalinisme et de l’antisémitisme40 en Union soviétique ; elles abordent un problème de fond : à quoi la recherche et l’art se heurtent-ils lorsque le chercheur ou le créateur innove, quel que soit le type de société ? Et elles ne se bornent pas à répondre aux attaques, elles expliquent au public en quoi consistait l’innovation futuriste et formaliste. Ces articles arrivent à un moment où l’intelligentsia française commence à se passionner pour les recherches russes des années vingt et à ce qui s’en est suivi dans des domaines aussi variés que la poétique, la linguistique, l’anthropologie, les arts et les sciences en général, comme en témoigne le débat télévisé de 1968.

25Oui, il y a bien eu une sorte de nouvelle Pléiade, une constellation Triolet/Maïakovski/Aragon/Jakobson/Brik, à laquelle il faudrait ajouter Chklovski et encore bien d’autres, qui a donné naissance à de nouvelles recherches et de nouvelles créations.

Notes

1 Textes de Maïakovski, choisis, traduits et présentés par Elsa Triolet.

2 Journal de l’Union des Étudiants Communistes.

3 Pseudonyme d’Alexandre Chemetoff, peintre, illustrateur et décorateur d’origine russe.

4 Affiches/bandes dessinées satiriques sur des sujets d’actualité réalisées de 1919 à 1922 par Maïakovski et un petit groupe de poètes et de peintres.

5 LLF no  1179 à 1182.

6 LLF no 1181, 4 mai 1967, p. 29 & 34.

7 Poète et peintre, que Maïakovski rencontre aux Beaux-Arts de Moscou et avec lequel il fonde le Futurisme russe.

8 Elsa Triolet, LLFno 1179, 20 avril 1967, p. l & 9.

9 « La collaboration entre littéraires et linguistes est-elle possible ? », p. 3-7.

10 « Victor Chklovski parle à Vladimir Pozner », LLF no 1205, 25 octobre 1967, p. 8-10.

11 Ibid., p. 8.

12 LLF no 1218, 24 janvier 1968.

13 LLF no 1221, 14 février 1968, p. 3-7 et no 1222, 21 février 1968, p. 4-5.

14 Biologiste, prix Nobel de médecine en 1965.

15 Généticien.

16 Plus tard, Elsa Triolet, à propos du Rossignol se tait à laube, reliera le thème du rossignol à sa culture russe.

17 LLF no 1221, p. 6.

18 Elsa Triolet, La Mise en mots, Genève, Albert Skira éditeur / Les Sentiers de la création, 1969, p. 139.

19 LLF no 1228.

20 Elsa Triolet, « De la vérité historique », LLF no 1232, 2 mai 1968, p. 3.

21 Le premier était assistant de Mikhaïl Souslov (membre du Politburo) ; le deuxième, membre de la rédaction de Partijnaja Zizn’(La Vie du Parti), organe du Comité central de l’URSS.

22 Sur toute cette affaire, voir Arcadi Vaksberg, Lili Brik. Portrait dune séductrice, Albin Michel, 1999, p. 280-302.

23 Op. cit., p. 301.

24 C’est aussi l’avis de Pierre Daix, dans Avec Elsa Triolet 1945-1971, Gallimard, 2010, p. 197, qui consacre quelques pages à cette affaire.

25 LLF no 1232, p. 3.

26 LLF no 1234.

27 Publiée en p. 6.

28 LLF no 1235, 7 juin 1968, p. 6.

29 LLF no1239.

30 Ibid., p. 3-5.

31 Alexandre Koloskov.

32 Ibid., p. 4.

33 Ibid.

34 Ibid.

35 Ibid, p. 5-6.

36 Lequel a publié Blanche ou loubli, où il est abondamment question de linguistique, en 1967.

37 Ibid., p. 6.

38 Dessin à l’encre, 1916.

39 Illustré de la célèbre photographie de Rodtchenko où le titre de la revue Lef se « reflète » dans un verre de lunette d’Ossip Brik.

40 Cette protestation, exprimée dans les articles des Lettres françaises, fut un des éléments, souvent minorés, qui, avec les positions d’Aragon à l’égard des événements tchécoslovaques, contribua à la suspension des Lettres françaises, puis à l’arrêt des abonnements dans toute l’URSS ainsi que dans les autres pays socialistes. Cf. Arcadi Vaksberg, op. cit. p. 302.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search