Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°13

 | 
Corinne Grenouillet

Aragon et l'histoire

Portrait de groupe avec Aragon

Erwan Caulet

Résumé

L’article développe deux idées. La première ébauche le portrait de l’intellectuel communiste en critique littéraire ; la seconde propose une analyse du cas Aragon à ce miroir. Et ce pour la période de l’après-guerre, celle où le « champ littéraire » communiste est le plus structuré : revues, maisons d’édition… ; celle où la « contrainte » est la plus pesante – c’est la Guerre froide. L’article cherche ainsi à reconstituer la « petite bibliothèque rouge » communiste, telle que les échantillons constitués par les « bibliothèques des batailles du livre » et la page littéraire des Lettres françaises (particulièrement le feuilleton d’André Wurmser) permettent de la restituer : quels livres sont lus, mis en avant, rejetés ? Selon quelles logiques ?… L’idée est de saisir l’univers littéraire, la « culture littéraire » communiste, c’est-à-dire ce qu’est concrètement être intellectuel et communiste, ce qu’est concrètement la production d’un savoir par un communiste. Puis l’article prolonge le questionnement dans le cas d’Aragon et pose une série de jalons sur son insertion dans ce cadre d’ensemble : sa conformité à celui-ci, sa distance à lui, son insertion dans la dynamique d’ensemble, de la polémique avec Garaudy en 1946 marquant la plongée dans la Guerre froide aux articles à dimension dérogeante et dissonante de la même période… Il cherche à repérer les signes de l’appartenance d’Aragon, le périmètre de son allégeance non par lui-même mais au miroir du « portrait de groupe » de l’intellectuel communiste en critique littéraire. D’où le « portrait de groupe, avec Aragon ».

Texte intégral

1Mon propos s’articulera autour de deux axes. Le premier cherche à donner un aperçu, dans un « portrait de groupe », de ce que signifie concrètement être intellectuel communiste, à partir de l’exemple de la critique littéraire communiste – c’est le sujet de ma thèse. L’idée est de restituer ce qu’un critique littéraire communiste lit, choisit, recommande ou exclut de lire, ce qu’il dit sur les livres, etc., en tant que communiste ; de préciser ainsi son identité propre de critique littéraire communiste, sinon sa « culture littéraire » communiste ; de caractériser la production concrète de cet intellectuel communiste pour mieux saisir en quoi il est précisément intellectuel communiste. Le second axe fera retour, une fois ce « portrait de groupe » brossé, sur la personnalité d’Aragon, analysée à ce « miroir », confrontée à ce « modèle » d’ensemble : quels enseignements peut-on en tirer, sur son adhésion et sa conformité à ce modèle, sur ses distances et son malaise face à lui… ? Quelques jalons et hypothèses seront ainsi posés en vue d’une étude plus large de l’intellectuel communiste comme d’Aragon.

  • 1 Sur les « batailles du livre » et leurs « bibliothèques », voir pour l’essentiel l’article de Marc (...)
  • 2 Sauf les ouvrages provenant des Éditions sociales et quelques exceptions comme Jean Fréville, édité (...)
  • 3 En sous-main jusqu’en 1953 d’après Jean Marcenac (Je nai pas perdu mon temps, Temps actuel, 1982, (...)

2Ce « portrait de groupe » sera ébauché dans un horizon en partie « aragonien », puisqu’on s’appuiera sur les « bibliothèques de la bataille du livre » (« BBL » selon l’acronyme de l’époque) et sur les exemples de critique de la page littéraire des Lettres françaises (LF), en particulier la chronique littéraire qu’André Wurmser y tient (à partir de fin 1948). Initiative de promotion du livre « progressiste » lancée par Elsa Triolet dans le cadre de la « bataille du livre » qu’elle anime (avec Aragon) à partir de mars 1950 et soutenue par le PCF, dans le sillage de directives du Kominform et dans le cadre de l’affrontement idéologique et culturel de la Guerre froide1, ces BBL ont l’avantage de constituer un « instantané » bibliographique commode et synthétique, par leur échantillon d’auteurs et d’ouvrages promus (en fait quatre ensembles d’ouvrages proposés à la vente, à partir du printemps 1951), principalement issus du fonds des Éditeurs Français Réunis2, dont Aragon est le directeur. Quant aux LF, elles fournissent un contrepoint plus qualitatif à cette véritable « petite bibliothèque rouge ». Contrôlées par Aragon3, elles relèvent d’une obédience communiste « moyenne », située entre un pôle idéologique représenté par LHumanité ou La Nouvelle critique et un pôle littéraire plus extérieur, constitué par Europe, mais elles restent bien ancrées dans l’orthodoxie politique et littéraire communiste grâce à Wurmser.

3Ce « portrait de groupe avec Aragon » sera par conséquent centré sur une séquence chronologique restreinte mais pertinente 1946-1952). (L’immédiat après-guerre, le début de la Guerre froide est en effet la période d acmé de l’influence communiste en France, de sa contre-société et les milieux intellectuels communistes s’activent à la tête d’un appareil éditorial et de presse conséquent, des Éditeurs Français Réunis à La Nouvelle critique (spécialement créée en décembre 1948 pour le combat idéologique de Guerre froide). Cela confère à cette période un caractère tout à la fois singulier et paroxystique mais aussi représentatif et marquant, nodal, pour qui veut brosser un « portrait de groupe » des intellectuels communistes d’abord, « avec Aragon » ensuite.

Portrait de groupe de l’intellectuel communiste en critique littéraire

4De ce que signifie être critique littéraire – et par conséquent intellectuel – communiste, l’examen de la BBL et de son travail d’ordonnancement des livres donne un premier aperçu. Ce « fonds » littéraire est tributaire de logiques de choix et de classement, entre contraintes doctrinales et appétences littéraires réelles, représentatives de cette critique littéraire.

La petite bibliothèque rouge : structure d’ensemble du fonds

5À l’examen du « catalogue » de la BBL (voir Annexes p. 23 et p. 24), on repère trois ensembles bibliographiques principaux et deux secondaires, significatifs de la composition de la petite bibliothèque rouge. Soit :

    • 4 Toutes les citations se rapportant à l’analyse de la BBL sont extraites des notices de présentation (...)

    l’ensemble de la littérature « progressiste » française : les romans des écrivains français d’« expression communiste », se rattachant de près ou de loin à « ce nouveau réalisme dont on parle4 », au réalisme socialiste : Aragon, Stil, Gamarra…

  • l’ensemble de la littérature du bloc de l’Est, essentiellement soviétique (Fadéev, Ajaev…) mais aussi, plus ponctuellement, des démocraties populaires (Majerova est tchèque)

  • l’ensemble des « classiques » de la littérature, essentiellement français (Balzac, Zola…) et plus ponctuellement « internationaux » (London, les auteurs russes…) ; essentiellement dix-neuviémiste (Hugo, Vallès… ou encore Pouchkine et Tolstoï pour les Russes…), sauf exception (Manon Lescaut).

6Il faut leur ajouter les ouvrages progressistes « autres », en provenance essentiellement des Amériques en fait, avec le brésilien Amado, l’haïtien Roumain, les américains Fast ou Saxton…, ainsi que quelques ouvrages politiques (Fils du peuple de Thorez en premier lieu).

  • 5 Dans les LF des 10 et 17 mai 1951.
  • 6 Dans les LF des 26 avril et 7 juin 1951.
  • 7 Dans les LF des 5 avril, 19 avril et 3 mai 1951.
  • 8 Dans les LF du 21 juin 1951.

7Les équilibres bibliographiques sont comparables en ce qui concerne la critique littéraire communiste dans son ensemble et les chroniques de Wurmser en particulier. Sans en restituer la très similaire pondération bibliographique d’ensemble sur toute la séquence chronologique 1948-1952 (proche celle des BBL), citons à titre d’exemple commode leur deuxième trimestre 1951, pour son caractère resserré. Les sept chroniques, sur la douzaine que compte le trimestre, se répartissent en deux « massifs » bibliographiques principaux. Le premier est consacré aux recensions de Tiens bon la rampe d’Abraham, des Communistes d’Aragon5 et du Premier Choc de Stil, ce dernier couplé au roman du dirigeant cégétiste Gaston Monmousseau La Musette de Jean Brécot ; y figure aussi une recension des Chemins de lhonneur du député Ferdinand Bonte6 (livre politique consacré à l’attitude des députés communistes en 1939-1940). Le second massif comporte les recensions d’œuvres soviétiques ou issues du bloc de l’Est : Le Chant du mineur de Majerova, Cétait à Leningrad de Tchakovski et LObkom clandestin de Fedorov7. À leurs côtés, deux faits notables font écho aux équilibres de la BBL : l’absence d’ouvrages étrangers autres que soviétiques et l’occurrence unique des classiques littéraires, consacrée à « linconstance de Constant8 ». Ils peuvent apparaître contradictoires avec les constats précédents mais ils ne les invalident cependant pas. L’absence d’ouvrages étrangers est ponctuelle et peu surprenante dans une bibliographie faisant peu de cas de la littérature mondiale autre que soviétique de manière générale. Quant à Constant, il est certes doublement un « cas limite », du fait de la réticence palpable dont il est l’objet et du fait de sa situation chronologique, entre XVIIIe et XIX siècle, mais il est cependant un « préromantique » et une restitution d’ensemble des équilibres bibliographiques de la critique montrerait de toute façon la présence de ce XVIIIe siècle littéraire aux côtés de ce XIXe siècle amplement majoritaire ; Constant ne fait donc qu’en partie exception.

8Le fonds littéraire communiste, est dès lors pour l’essentiel français (progressiste) et soviétique, contemporain mais aussi classique (XIX siècle surtout et secondairement XVIIIe siècle) ; très ponctuellement ouvert (en dehors des ouvrages soviétiques) à une littérature mondiale réduite à des auteurs à l’identité très marquée ; doté enfin d’une coloration politique aisément repérable (présence d’ouvrages comme Fils du peuple), complétant son profil littéraire. Ce profil est fortement marqué par une logique de « serre » tant il est restreint et clairement situé, fortement « autocentré ». Cela découle du principe de promotion présidant aux BBL. Mais cela fait aussi écho au profil d’ensemble même de la critique littéraire.

9Il faut cependant ajouter à cette petite bibliothèque rouge son autre versant, les littératures non progressistes, nécessairement couvertes par un hebdomadaire culturel comme les LF.

  • 9 Dans les LF des 12 avril et 14 juin 1951.
  • 10 Dans les LF des 24 et 31 mai 1951.
  • 11 Cf. par exemple le commentaire de Wurmser sur LHomme révolté au détour de celui d’un personnage co (...)

10Dans notre trimestre-témoin sont recensés – en une seule chronique et donc une proportion d’autant réduite – Beigbeder, Claudel et Rousseaux d’une part ; Laporte et Roblès de l’autre9 et, enfin, – en une chronique à chacun propre – Vercors et Magnane10. Selon les thématiques (la vision plutôt négative de la bohème littéraire de Saint-Germain-des-Près de Magnane, l’évocation de la Guerre d’Espagne par Roblès) et/ou la proximité politique (Laporte ou Vercors sont des compagnons de route ; Claudel et Rousseaux des adversaires politiques), une plus ou moins grande place, et un traitement plus ou moins favorable sont accordés à ces auteurs. Une hiérarchie se met donc en place, qui « satellise » certains auteurs (dont des compagnons de route) et « met à l’index » les autres. Ces « autres » tendent à être minorés « bibliographiquement » si on les compare aux auteurs progressistes, quand ils ne sont pas purement et simplement placés en « enfer », comme Sartre ou Camus. Figures littéraires et rivaux politiques tout à la fois, ceux-ci sont rarement traités (à l’image de Claudel, objet d’une seule mention dans les LF de cette période et de plus traité avec d’autres), toujours pour être éreintés, et le plus souvent ne sont mentionnés qu’au détour d’une pique11. Cette minoration est de règle, visible dans notre exemple aux quatre chroniques (sur une douzaine) consacrées à ces auteurs « autres », des « proches » en fait, compagnons de route ou « satellisés », ce qui accentue le penchant « progressiste » de la bibliographie, selon un travail de satellisation, « mise à l’index »/en « enfer » significatif des principes et pratiques de la critique littéraire communiste.

Le fonds et la cotation : (quelques) principes et pratiques de la critique littéraire communiste

  • 12 Définition citée par Michel Aucouturier, Le Réalisme socialiste, PUF, 1998, p. 4.

11Cette distribution d’ensemble, ces équilibres bibliographiques de la BBL, et, partant, de l’ensemble de la critique communiste, sont très significatifs de sa propension à démarquer littérairement la doctrine et son imaginaire. Qu’estce en effet qu’une telle structure bibliographique sinon un démarcage de l’imaginaire communiste du monde et de l’histoire, dérivé de l’idée que « lhistoire de toute société jusquà nos jours est lhistoire de la lutte des classes » ; sinon une transcription, dans l’ordre des livres, du réalisme socialiste qui en est la transposition littéraire par son impératif de « présentation véridique, historiquement concrète de la réalité dans son développement révolutionnaire12 » ?

12Une telle bibliographie est effectivement illustration, dans lespace, de cette représentation du monde. Au Brésil : Terre violente d’Amado est un récit sur « la cruauté des esclavagistes, les haines de propriétaires fonciers qui nhésitent pas à assurer, par le meurtre, leurs chances de senrichir » et sur les « véritables batailles rangées » entre journaliers « mus par les sentiments primitifs dhommes exacerbés par la misère » qui en découlent, du fait des rivalités entre patrons. Aux États-Unis, encore : Le Chemin de fer de Saxton retrace l’histoire, dans un dépôt de chemin de fer, de plusieurs familles de cheminots de 1914 à 1942 par laquelle « on assiste à des grèves, aux brutalités policières, aux manœuvres de la Compagnie contre les Syndicats ». En France surtout : les ouvrages sont les plus nombreux et ont principalement pour sujets, dans un continuum caractéristique, la Guerre et la Résistance (des Yeux dEisa aux Communistes pour citer les ouvrages d’Aragon) ; le moment le « plus sombre de la Libération trahie » (les tentatives de réforme d’anciens résistants, « se heurtant à toutes les forces dinertie et de réaction » « de la vieille société capitaliste » dans Plein vent de Fréville) ou, pour la Guerre froide, la manifestation Ridgway (Les Lilas de Saint-Lazare de Gamarra) et le « le “go home” des dockers », leur lutte contre « l’occupation » américaine, avec Le Premier choc de Stil, etc.

13Elle en est aussi l’illustration dans le temps avec des ouvrages tels que Germinal de Zola ou les Temps difficiles de Dickens dont précisément

la grande force […] et leur originalité [sont] que le livre se situe dans une ville industrielle, quil met en scène des tisserands et des mineurs, des manufacturiers et des banquiers, et quil retrace lopposition des uns et des autres, les terribles conditions de vie de louvrier et lincompréhension de ses maîtres, à travers des amours contrariés et des amours fidèles…,

14avec des figures considérées « progressistes » en leur temps comme Pouchkine ou Tolstoï.

  • 13 Pour reprendre une partie du titre de l’ouvrage d’Antoine Baudin et Leonid Heller : Le Réalisme soc (...)
  • 14 Renom/renommée, avec toute l’épaisseur que prend le mot dans le monde romain antique, notamment pou (...)

15Et elle en est l’illustration dans lavenir, avec les héros communistes des ouvrages contemporains et, surtout, les ouvrages soviétiques qui viennent compléter la logique réaliste socialiste de l’ensemble, à figurer les perspectives d’avenir et l’imaginaire communiste de l’« avenir radieux » soviétique. Car c’est la littérature soviétique « à exporter13 » qui est mise en avant (Ajaev et Panova sont tous deux Prix Staline – en 1948), destinée à entretenir et à préserver la fama14 soviétique, par le rappel de l’épopée de la Révolution, de la Guerre civile et la difficile construction de l’Union soviétique – ce sont les sujets des « classiques » soviétiques, La Défaite de Fadéev (1927) et Et lAcier fut trempé d’Ostrovski (1934)- ; par l’évocation de la « Grande Guerre patriotique » (L’Étoile de Kazakievitch, histoire d’un raid derrière les lignes allemandes ; Cétait à Leningrad de Tchakovski, sur le siège de la ville…) ; par la description de « l’avenir réalisé » qu’incarnent l’URSS (Kimonko, Sur les rives de la Soukpaï : l’œuvre socialiste « prométhéenne » dans une région reculée et arriérée de l’Extrême-Orient) et ses réalisations emblématiques (Clair rivage de Panova du nom du kolkhoze dont elle raconte le quotidien : « le travail créateur des hommes et des femmes de la campagne soviétique au lendemain de la victoire »).

16C’est clairement l’histoire de classe de toute société, dans le temps et dans l’espace qui se trouve figurée « bibliographiquement » ; sa présentation véridique et historiquement concrète, complétée par ses perspectives révolutionnaires, plus encore du fait du profil progressiste et réaliste-socialiste d’ensemble de la bibliographie (des romans soviétiques à ceux de Stil) : l’ordre des livres est doublement militant, par son agencement comme par son « autocentrage ».

  • 15 On démarque ici une expression de François Hartog, utilisée pour définir la démarche de conceptuali (...)
  • 16 Au bonheur des dames est présenté comme l’illustration de l’entraînement des hommes dans des dynami (...)
  • 17 Cf. Jean Grenier, Essai sur lesprit dorthodoxie (1938), Gallimard, 1967, notamment p. 15 et p. 29

17Et c’est là, plus généralement, la traduction bibliographique de l’« esprit d’orthodoxie » de la critique littéraire communiste et de son travail ordonnateur des livres, un effet de sa propension à s’orienter vers une « pensée d’orthodoxie » de la littérature, c’est-à-dire à l’inscrire, l’assimiler, la « ramener dans un espace communiste de savoirs15 », qu’il s’agisse de la sélection d’ouvrages proprement dite, ou du travail de recension lui-même. Celui-ci induit une lecture particulière dans cet espace communiste de savoirs : Au bonheur des dames, par exemple, est présenté avant tout comme un document montrant l’essor du capitalisme commercial et l’écrasement des petits commerces qu’il entraîne, sans que soit pris en compte l’autre versant du roman, c’est-à-dire la fascination de Zola pour la mécanique et l’organisation du grand magasin, pour la démocratisation du luxe qu’il induit et symbolise16. Le chroniqueur littéraire communiste s’inscrit là, par ses recensions et « bibliographiquement », dans un rapport à la critique comparable à celui que la philosophie au Moyen Âge pouvait entretenir avec la théologie, un rapport d’« ancilla theologiae », d’illustration littéraire des vérités révélées. Il s’inscrit là dans cet « esprit dorthodoxie » défini par Jean Grenier dans les années 1930 pour rendre compte des intellectuels sous influence de ces années et présenté comme la nécessité, l’effort, théologiques, de « celui qui nenseigne rien que de conforme » à la doctrine, ici marxiste, et qui fait ou cherche à faire concorder les nouveautés en tout domaine (sciences…, ici littérature) avec elle, en les y réinscrivant17.

18Les critiques de Wurmser, l’illustrent bien, par leur économie bibliographique d’ensemble, comparable à celle de la BBL, à l’image surtout de leur travail de recension proprement dit des romans progressistes comme de l’actualité romanesque « non progressiste ». Pour Le Premier choc, Wurmser insiste ainsi entre autres sur la figure du docker et sa place dans une certaine vision de l’histoire et pointe combien le roman de Stil en rend compte notamment par la pique finale lancée aux autres écrivains ; il situe le livre et son auteur dans la doctrine :

Héroïsme et misère des dockers, tel est le sous-titre que mériterait le livre de Stil, et le choix dun tel sujet offre une raison de plus de louer lauteur. À certaines périodes de lhistoire, une nation, ou dans une nation, une classe sociale, ou dans une classe sociale un métier, ont la responsabilité de lavenir. Honneur lourd à porter et que connaissent lUnion Soviétique dans le monde, la classe ouvrière dans lEurope marshallisée, les dockers en France. Les autres nations, les autres classes, les autres métiers – les écrivains par exemple-en ont plus ou moins conscience.

  • 18 Comme de la littérature : Wurmser fait référence et compare Laporte au canonique Balzac.

19Les Membres de la famille de Laporte fait de même l’objet d’une réinscription, d’une assimilation dans une certaine représentation de la bourgeoisie18 – dont la vacuité est homologue de sa décadence sociale, face à la classe ouvrière montante-Que cette représentation soit confortée par l’ouvrage lui vaut l’« imprimatur », l’agrément critique, en somme sa « satellisation » bibliographique :

Cet arrière-plan est à peine indiqué : quelques dates, quelques faits. Ce qui est dit, cest, plutôt que le temps lui-même, que lHistoire, sa correspondance avec le comportement de ces grands bourgeois — sa correspondance plutôt que son reflet. René Laporte dit rarement qu’à telle occasion, tel personnage eut telle réaction ; il montre surtout le manque de réaction de ces gens ; il décrit le vide […] il ny a rien : le temps a foré larbre, le voilà évidé, plein de poussière de lui-même, prêt à éclater, à tomber en poudre.

20C’est précisément là le ressort des pratiques classificatrices de la littérature non progressiste dans son ensemble : elle est évaluée à l’aune des représentations communistes, et pas seulement littéraires ; cette « pensée d’orthodoxie » d’un ouvrage entraîne sa « satellisation » ou, à l’inverse, sa « mise à l’index », selon qu’il s’inscrit ou non dans une certaine compatibilité avec les représentations communistes, littéraires ou sociales (cf. ainsi Magnane et sa représentation de Saint-Germain).

21Mais on est aussi en présence d’une autre caractéristique de la critique communiste : sa propension à « éditorialiser » la recension. Le commentaire de Wurmser sur le roman de Laporte est ainsi commentaire du roman autant que discours sur la bourgeoisie dans sa représentation communiste ; sa recension du roman de Stil est prétexte à un discours politique sui generis, par delà le propos littéraire, qui introduit un commentaire politique sur la situation évoquée dans le roman :

Le Premier choc, cest […] le premier roman de loccupation américaine ; il la rend sensible ; il la montre telle quelle est : menaçante, insolente, expropriatrice, déjà maîtresse absolue des concessions quelle occupe et prête à dire aux Français : « Cest à vous den sortir… »

22Wurmser commente davantage la situation décrite que le roman proprement dit :

  • 19 Art. cités, dans ces quatre cas successifs.

Le Premier choc est le roman dun métier pénible et dangereux, mais ce nest pas un reportage dangereux sur un métier, un documentaire comme un romancier naturaliste laurait pu écrire. Ce nest pas le roman « du » docker ; cest le roman des dockers de 1950, au temps du refais de débarquer les armes américaines, quand lennemi – il faut bien lappeler par ce nom – détourne les navires dun port « subversif » et tente de réduire par la misère, la fierté et le sentiment du devoir humain, social, patriotique, des ouvriers du port, au temps de la solidarité des Français et au départ des enfants vers des familles accueillantes, au temps de loccupation américaine. Aussi apprenons nous à la fois ce quest le travail de lorge, « un gros cul », le tour dembauche, et dautre part quelles sont les conditions économiques et politiques de la lutte des dockers pour la paix.19

  • 20 Cf. sur ce point Henri Arvon, LEsthétique marxiste, PUF, 1970 et la thèse de Reynald Lahanque : Le (...)
  • 21 Cf. Jean-Marie Domenach, La Propagande politique, PUF, 1979, p. 22 sur les principes de l’agit-prop

23Le roman, dans ces perspectives, constitue doublement un repère, un signe idéologique : d’abord en lui-même, comme livre, dans l’économie bibliographique de la petite bibliothèque rouge, illustration en elle-même de la lutte des classes dans le temps et dans l’espace ; puis comme support, par la recension qui en est faite et la dérive du discours critique vers le commentaire politique. On saisit là, dans cette dimension éditorialiste de la critique, la double composante sous-jacente à la pratique critique communiste, tout à la fois agit-prop et pédagogique dans son usage du roman d’une part, et dérivée de sa conception réaliste et cognitive de l’esthétique qui fait de l’art un mode de connaissance du réel de l’autre20. Par le roman et son commentaire, il s’agit de donner aux masses une représentation claire du réel, par la révélation ou la diffusion de mots d’ordre simples et synthétiques21, ce que précisément le roman est en mesure de faire par les histoires qu’il raconte et les situations qu’il décrit, par sa capacité figurative et cognitive (il est support pédagogique différent et d’accès plus aisé que les ouvrages théoriques) et/ou par le commentaire dont il fait l’objet. Par le roman (et sa recension) il s’agit d’éduquer politiquement sinon d’amener à des lectures plus consistantes. En atteste la présence, dans le catalogue de la BBL mais aussi dans les colonnes de la critique littéraire, d’ouvrages politiques comme Le Chemin de lhonneur de Bonte, sur l’attitude des députés communistes en 1939/1940 : il fait d’une certaine manière pendant (politique) à un récit (romanesque) comme Les Communistes, venant consolider ses « acquis romanesques », accompagnant et prolongeant sa pédagogie « en romans ».

24Mais ces spécificités de la critique littéraire communiste ne doivent pas conduire à négliger ses appétences littéraires en propre : celles-ci se repèrent dans les choix bibliographiques d’ensemble, certes « sous influence » mais dotés d’une existence « autonome » par delà leur inscription dans l’orbite doctrinale. Elles viennent compléter, cette identité (critique) littéraire communiste singulière que l’on ébauche. L’analyse des « classiques du peuple » permettra d’en amorcer la description et d’en dessiner une première acception.

Appétences littéraires communistes, « culture littéraire » communiste ?

25Le tropisme dix-neuviémiste de la composante classique, française ou étrangère, de la BBL et de la critique communiste est fort logique au regard de son « esprit d’orthodoxie ». Ce siècle lui est en effet triplement matriciel : c’est le siècle de naissance de l’ordre capitaliste dénoncé par les communistes, du prolétariat en lutte contre lui et de la théorie marxiste ; le siècle des références littéraires canoniques de la critique littéraire communiste : Balzac, vanté par Marx et Engels, ou Tolstoï, qui l’est par Lénine ; enfin le siècle du réalisme, l’esthétique communiste de référence. Et cela se traduit dans les choix opérés dans la BBL comme dans la critique dans son ensemble : on y retrouve Balzac et Tolstoï (et plus Balzac que Tolstoï dans les deux cas) ; on y retrouve des ouvrages réalistes par leur esthétique et/ou leur sujet, illustrant la naissance du capitalisme moderne, du prolétariat et de la lutte des classes, des Temps difficiles de Dickens (avec présentation ad hoc, on l’a vu), à l’incontournable Germinal de Zola, en passant par Jacquou le croquant ou Les Misérables… ; on y retrouve enfin des auteurs faisant écho aux premières luttes du prolétariat, en premier lieu le très emblématique communard Vallès.

  • 22 Les critiques sont grosso modo nés entre la fin du xixe siècle et le début des années 20 (Wurmser e (...)
  • 23 Sur ce point : M. Aucouturier, « Du nouveau sur le “réalisme socialiste” », Sociétés et représentat (...)
  • 24 Wurmser consacre sa chronique des 23 février 1950 et 25 octobre 1951 à Druon, du 28 juillet 1949 à (...)

26Si ce tropisme relève en effet de l’« esprit d’orthodoxie » de la critique communiste, il témoigne aussi d’une vraie appétence « culturelle » pour ce siècle littéraire et son esthétique (liée aussi au parcours scolaire d’une génération22) Ce fort tropisme en lui-même le montre. Mais l’influence de l’esthétique du XIXe siècle se manifeste aussi dans les choix critiques de manière générale et pas seulement dans le réalisme socialiste lui-même, conforme au canon esthétique du xixe siècle réaliste (russe)23. On retrouve ainsi une certaine propension à chroniquer, positivement ou négativement, des auteurs ou des ouvrages empreints de cette tradition esthétique ou y faisant penser, comme dans le cas de l’intérêt porté par Wurmser au cycle romanesque de Laporte – Les Membres de la famille est l’histoire d’une famille d’entrepreneurs bourgeois, de génération en génération –, au cycle, très comparable, des Grandes Familles de M. Druon, malgré les fortes réserves dont son « indexation » fait l’objet, à l’« unanimiste » Charles Vildrac (certes compagnon de route), etc.24

  • 25 Ainsi Wurmser, à propos de sa représentation de la Guerre d’Espagne, mettant trop sur un pied d’éga (...)
  • 26 Pour les LF : numéros des 7 juillet 1949, 16 novembre 1950 et 1er août 1952.

27Plus largement, on peut pointer l’appétence, toujours « sous influence » (impératif réaliste, inscription dans le sillage de l’imaginaire communiste, dimension éditorialiste…), pour des romans et des sujets empreints d’un certain réalisme social et/ou ayant une fonction d’illustration et/ou de confirmation de l’imaginaire communiste du monde, à l’image des exemples précédents. D’où le suivi des romans d’Emmanuel Roblès, marqués de ce sceau d’un certain réalisme social (cf. Les Hauteurs de la ville, sur l’ordre colonial et inspiré des émeutes de Sétif de 1945), plutôt bien et positivement « couverts » par la critique communiste au-delà de certaines restrictions25. D’où le suivi, critique mais réel, des romans d’un Hervé Bazin, pour ce qu’ils attestent et illustrent de la « décadence » bourgeoise26, comme peuvent le faire également Les Grandes Familles ou Les Membres de la famille.

  • 27 Et ce depuis les années 1930 : cf. Jean-Pierre Bernard, Le Parti Communiste Français et la question (...)
  • 28 Cf. sous un autre angle, l’exemple décalé du cinéma : Laurent Marie, Le Cinéma est à nous : le PCF (...)

28Combiné d’autre part à d’autres indices convergents (un certain intérêt pour les réalistes américains comme Sinclair Lewis par exemple27), il y a bien matérialisation d’un certain tropisme littéraire, d’une identité littéraire communiste en propre, entre allégeance et conformité doctrinales et réelles appétences spécifiques28, versant « satellisé » et « satellisant » complémentaire à la bibliographie proprement progressiste ; « front pionnier » communiste en direction du « reste » de la littérature.

Aragon au miroir du groupe, jalons

  • 29 Cf. \a. liste dressée par Maryse Vassevière dans « Aragon journaliste et romancier », RCAET, n° 9, (...)

29Ce cadre d’ensemble brossé, il est possible d’y réinscrire Aragon, à partir des trois ensembles de textes repérables dans sa production journalistique de 1946 à 1952 : ses écrits à vocation programmatique de LHumanité (décembre 1946-février 1947), prolongement de sa mise au point pro-réaliste des LF du 29 novembre 1946 (« L’Art zone libre ») ; ses « Chroniques » dEurope, « du Bel Canto » (janvier 1946-janvier 1947), « de la Pluie et du Beau temps » (avril 1947-décembre 1948) et « Et moi aussi, je suis libre d’écrire ce que je veux » (janvier-juin 1950) ; ses propres recensions critiques, enfin, pour l’essentiel parues dans les LF de la période29. Tous attestent de son inscription dans cet « esprit d’orthodoxie » propre à la critique littéraire communiste, même si on relève une réelle dissonance avec les articles d’histoire littéraire, tant « bibliographiquement » que sur le fond.

  • 30 Cf. la chronique sur « être de son pays » (LHumanité du 24 janvier 1947) qui fait écho à la thémat (...)

30C’est nettement le cas dans la série parue dans LHumanité, qui fait suite au raidissement idéologique et culturel appelé de ses vœux par Aragon dans « L’Art zone libre » et en tire les conséquences « pratiques » en termes de critique littéraire. Cette série impulse une stricte orthodoxie réaliste (socialiste) : elle est fortement corsetée sur le plan des notions mobilisées dans un cadre réaliste socialiste bien que le concept ne soit pas nommé directement30. Et elle relève d’une véritable « pensée d’orthodoxie » de la littérature, dans sa démarche, à la mesure du raidissement idéologique, le propos d’Aragon étant d’illustrer – c’est l’ouverture du premier article et un décalque évident dans l’ordre du littéraire, de « lhistoire de toute société jusquà nos jours est lhistoire de la lutte des classes » – le fait que

  • 31 « La chronique d’Aragon : “le criminel et le héros” », LHumanité, 7 décembre 1946 ; je souligne.

Les communistes ont un point de vue sur toutes les choses du monde, et cest de ce point de vue quils jugent aussi les livres ou les tableaux. Dans ce domaine, je pense, pour ma part, que cest le point de vue du réalisme. Cest pourquoi, dans notre Humanité, rendre purement et simplement compte des livres qui paraissent me semblerait insuffisant ; il sagit de les situer par rapport au réalisme, par rapport à la grande bataille pour le réalisme, qui est le fait dominant depuis des siècles de notre histoire littéraire.31

31Les articles qui la composent illustrent cette « bataille » (en même temps qu’ils sont « manifeste » réaliste socialiste), que ce soit dans le présent (le Goncourt 1946 attribué à Jean-Jacques Gautier pour Histoire dun fait divers), ou dans le passé (l’article du 4 janvier 1947 consacré au Jeu du Capifol, un anonyme du XVIe siècle), alors même que ces articles sont dans le même temps porteurs d’une dimension proprement « éditorialiste », par l’attaque de la bourgeoisie et de ses menées, par le commentaire plus largement des dynamiques politiques de la « Libération trahie » qu’ils véhiculent. Le premier article critique ainsi l’attribution du Goncourt à Gautier en en faisant un signe de la lutte des classes dans sa configuration de la Libération : ce choix, qui privilégie pour Aragon un réalisme naturaliste et non socialiste, est construit comme un signe de la volonté de la bourgeoisie de préserver ses positions menacées en faisant diversion, en jetant un voile sur la réalité « vraie » de son propre déclin. De même, l’analyse du Jeu du Capifol veut montrer en substance la propension historique des classes dominantes à occulter les textes gênants pour elles du fait de leur potentiel politique subversif ou critique comme dans ce cas précis et le nécessaire combat symétrique pour leur exhumation, précisément mené ici par Aragon.

32La tribune mensuelle d’Europe (revue pourtant d’obédience plus « extérieure » que L’Humanité) suit le même cours, glissant de la plus « déliée » « Chronique du Bel Canto » à une « Chronique de la Pluie et du Beau temps », plus « éditorialiste » jusque dans son titre (commentaires « de choses et d’autres », de l’actualité, et pas/plus uniquement de littérature), puis à « Et moi aussi, je suis libre d’écrire ce que je veux », véritablement éditorialiste.

  • 32 Aragon, « Chronique du Bel Canto », Europe, janvier 1946, p. 93-94.
  • 33 Notons au passage que c’est là une défense en sous main de sa poésie de résistance, « actualisée » (...)

33La première, appartenant pour l’essentiel au contexte d’avant guerre froide et d’avant « L’art, zone libre », s’intéressait en effet à « ce qui est proprement la poésie. Le chant. Ce mystérieux pouvoir décho, ce qui fait vibrer les verres sur la table, frissonner les insensibles32 » et s’inscrivait dans un ordre de discours plus littéraire, et très aragonien. Mais le refus d’Aragon de considérer la poésie comme un art du langage tendant à l’hermétisme ou comme jeux sur les mots et les sonorités, au profit d’une poésie porteuse d’un « pouvoir décho », autrement dit d’un impact social, d’une portée, d’une efficience sociale c’est-à-dire politique laisse sourdre l’« esprit d’orthodoxie ». Comme chant, la poésie est destinée à être apprise, répétée, diffusée ; elle est donc porteuse d’idées par delà ses qualités proprement poétiques, du reste mises en avant par Aragon33 ; elle s’oppose à « ceux qui se nourrissent de théorie, [des] squelettes buveurs dabstractions » ; elle rejette « le chant [et] la notation cabalistique », au profit d’un art « socialement performatif », implicitement connoté de valeurs réalistes socialisantes (notamment la « charge d’idées » attachées à la poésie, lidejnost)… ; il y a bien inscription dans une dialectique empreinte de l’imaginaire et des topoï communistes en matière littéraire, en dépit de l’ordre littéraire du discours et de la richesse du propos.

34La seconde en revanche relève d’un ordre de discours plus polémique sinon pamphlétaire, plus éditorialiste, fût-il à prétexte littéraire. La première « Chronique de la Pluie et du Beau temps » définit ainsi son objet comme la défense du sens des mots et le refus de leurs détournements de sens, même poétiques, en clair écho avec ces topoï littéraires antiformalistes que nous évoquions, mais dans un registre rhétorique désormais nettement durci, et accusant explicitement les formalistes de dissimulation, de travestissement de la réalité :

  • 34 Aragon, « Chronique de la pluie et du beau temps », Europe, avril 1947, p. 103.

Les poètes, écrit Aragon, ont cessé de considérer les mots comme lexpression des choses réelles, ils les ont regardés comme la réalité même […]. Créer, cest, à les en croire, agiter le kaléidoscope des mots, et fixer les étoiles bizarres que le hasard y cristallise. Et les mots sont des mythes […]. Le poète cesse de mériter son nom de créateur : il nest plus que le jongleur, larrangeur des signes, et de signes qui ont cessé de signifier34

35Du registre littéraire au registre éditorialiste et polémique, le glissement s’opère par les exemples donnés et leur mise en équivalence : l’assimilation faite pendant la guerre entre Résistance et terrorisme par les nazis ; le faux procès qu’Aragon estime lui être fait à propos de « L’art, zone libre », par « un hebdomadaire [qui] a consacré une page à prendre contre moi la défense de la liberté » :

par lart, ils entendent eux-mêmes. Par suite, je suis lennemi de leur liberté, de toute liberté. Les voilà donc qui défendent contre moi la liberté. Rien, alors, ne leur est plus interdit (au nom de la liberté). Par exemple même pas de me nier le droit davoir un point de vue différent du leur. Par exemple même pas de partager ce point de vue avec dautres gens qui ont les mêmes conceptions philosophiques que moi. Ces gens sappellent généralement des communistes. Sils sont daccord avec moi sur lart, les voilà ennemis de la liberté. On voit bien que cétait là dabord quon voulait en venir.

36Et Aragon conclut :

  • 35 Ibidem, p. 107-108 ; l’hebdomadaire en question est Carrefour (et ses numéros des 12 décembre 1946 (...)

Une telle confusion ne se pourrait comprendre dans un monde où les mots auraient leur sens, et où lon ne mènerait pas les gens avec lappeau de mots sans substance ; dans un monde où lart ne serait pas, comme dans celui-ci, dirigé par des montreurs dombres, dont les mains miment un pigeon, un curé en chaire, un gendarme, et nous font oublier ainsi quelles sont des mains de détrousseurs35.

37Le profil bibliographique de ses recensions critiques se raidit en rapport et se « bipolarise ». Ainsi son « enfer », où figurent en bonne place l’existentialisme, derrière la dénonciation de

toutes les nouvelles rengaines de labsurde, ces palabres à nen plus finir pour savoir si laction est fondée ou non, ces dégoûts exprimés, ces complaisances dans le noir, cette mécanique entretenue du vomissement, et le langage philosophique là-dessus, le langage philosophique avec ses italiques et ses mots composés ;

38et « le millerisme » qui

  • 36 Aragon, « Chronique de la pluie et du beau temps », Europe, juin 1947, p. 84.

nest quun autre aspect de ce romantisme qui se survit, qui depuis belle lurette a pour caractéristique essentielle cette insatisfaction dans le vide, commune à tous les fils de famille qui ne savent pas quils attendent leur héritage, à New York comme au Quartier Latin36.

  • 37 Aragon, « Vous savez comme on vous mène Beaux Français, à Roncevaux… », LF, 27 juillet 1950.
  • 38 Dans les LF des 6 juin 1947, 16 mars 1950 et 20 décembre 1951.
  • 39 Dans les LF des 3 et 10 février 1949.

39Les livres recommandés sont tout aussi clairement situés, relevant tous de la petite bibliothèque rouge, de cette « bibliothèque [qui] se constitue qui répond aux mille mensonges intéressés de ceux qui voudraient nous mener37 » : Laffitte et Ceux qui vivent ; La Dernière forteresse de Daix ; Monmousseau et La Jeunesse de Jean Brécot38, sans parler des articles à dimension de « circonstances », liés ou faisant écho à la Guerre froide battant son plein (la Grèce en guerre civile via la recension de xxe siècle de la Grecque Melpo Axioti ; les luttes d’influence en Turquie via « Ils ont tué le “Gorki” turc »39…).

  • 40 Dans LŒuf de Wyasma, Julliard, 1962, p. 92-93 et les LF du 29 juin 1950.

40Le discours lui-même se spécifie dans ses attendus, réalistes socialistes, par son inscription dans un imaginaire communiste du monde, par son glissement « éditorialiste ». Louis de Villefosse le pointe bien, citant la recension par Aragon de son roman Elleno More40,

très fidèle, nourrie de copieux extraits de mon récit [et qui] soulignait que son thème finalle refus dun officier britannique de tirer sur des rebelles aux Indes – correspondait au problème crucial du xxe siècle […] Aragon concluait : « Je tiens Elleno More pour un roman indispensable à la compréhension de ce temps. Parce quil montre dans lhomme même la lutte entre lancien et le nouveau […] Le refus de David Lindsay, ce déchirement en lui, cest le principal. La fêlure de tout un système et dun monde, le cri annonciateur des jours qui vont venir ».

41Seule en réalité la composante histoire littéraire des articles d’Aragon fait entendre une dissonance ; elle forme une « basse » doublement dérogeante, « bibliographiquement » et sur le fond, à cette dynamique d’ensemble, et de façon non négligeable puisque ces articles forment la part la plus conséquente des critiques littéraires aragoniennes de la séquence chronologique examinée (chroniques dEurope mises à part).

  • 41 Cf. LAtelier dun écrivain : le xixe siècle dAragon, textes réunis par Édouard Béguin et Suzanne (...)
  • 42 Cf. les LF du 28 février 1952 mais aussi le numéro de février-mars 1952 dEurope. Aragon publie aus (...)
  • 43 Sept articles, dans les LF du 14 avril au 9 juin 1949.
  • 44 Respectivement dans les LF des 3 novembre 1949, 1er juillet, 16 décembre, 20 mai et 3 juin 1948. On (...)
  • 45 Et Aurélien ou les Fantômes armés, si mal accueillis par les milieux communistes…
  • 46 Le mot est de M. Vassevière dans « Stendhal et Musset contre Lukacs : du miroir aux “merveilleux nu (...)

42En effet, les auteurs évoqués par Aragon, appartenant au XIXe siècle comme tendent à l’être les « classiques du peuple » et s’inscrivant dans les goûts dix-neuviémistes d’Aragon lui-même41, n’en sont pas moins atypiques, au-delà des marques d’allégeance que symbolisent les articles sur Victor Hugo ou la série consacrée à Jean-Christophe de Romain Rolland. Les premiers font écho à la floraison éditoriale saluant, dans la presse communiste, le centcinquantenaire de la naissance de l’auteur des Misérables en 195242. La seconde salue Romain Rolland, tout à la fois figure tutélaire et modèle esthétique de l’engagement et des lettres communistes (cette série a d’ailleurs un caractère pro domo sensible alors que paraît la première livraison du « roman-fleuve » d’Aragon, Les Communistes)43. À l’inverse, des noms comme ceux de Marceline Desbordes-Valmore ou Jules de la Madelène dérogent clairement au canon bibliographique, sans parler, évidemment, de la référence à Barrés. De même Mérimée ou Stendhal44 ; de même, finalement, dès la BBL (construite par Elsa, sinon avec Aragon), Dostoïevski45. Et si les noms font affichage dissonant et dérogeant, les ouvrages le font aussi, à l’image du « bougé » qu’introduit la réédition du Marquis des Saffras de Jules de la Madelène46 : un baron… républicain racontant certes l’éveil du peuple par la volonté de son héros positif de monter une pièce de théâtre de Voltaire, mais via un héros assez excentrique et vivant une histoire d’amour « interclasse » avec la fille des châtelains locaux.

43Mais ce « bougé » n’est pas que bibliographique. Passe dans ces parutions, explicitement ou non, un discours tout aussi dérogeant, non sans écho à ces restrictions qu’Aragon pouvait introduire dans ses textes a priori plus orthodoxes, tel l’emblématique « L’Art zone libre », où il déclarait :

chez des artistes ou des écrivains que lon ne considère pas comme des réalistes, je suis toujours prêt à saluer la réalité retrouvée, qui surgit là où on ne lattendait plus, avec cette force irrépressible quon ne trouve pas aux œuvres académiques. Le réalisme peut chez Balzac se mêler aux idées mystiques, au monarchisme ; il peut aussi se mêler chez Hugo ou chez Picasso à dautres principes. Le tout est de le reconnaître, et de savoir ce quon admire.

44C’est particulièrement net dans sa défense de Stendhal. Il y fustige les tendances maximalistes et doctrinalement mécanistes des « jeunes gens qui font dans le marxisme », qui « noseraient jamais sattaquer à Rastignac ou à Rubempré » parce qu’« il y a quelques lignes dEngels sur Balzac ».

  • 47 Art. cité.

Mais Engels navait pas lu Stendhal : toute licence contre Fabrice ! Curieux marxisme, à vrai dire, qui tient pour démodée une des images les plus saisissantes de la littérature, et qui explique mieux son temps que bien des traités historiques47.

  • 48 La formule est de M. Vassevière dans « Le journalisme au service de la critique du dogmatisme », RC (...)
  • 49 Cf. ce raisonnement appliqué à Barrès (art. cité) : « faute de replacer Barrès dans son temps, ses (...)
  • 50 « Si lon publie, aujourdhui, L’Atelier d’un peintre, explique ainsi Aragon, cest pour que le lec (...)
  • 51 Parue le 16 mai 1952, sous le titre complet : « “Rien de politique dans ce roman” : il faut savoir (...)

45Le mode de formulation de la défense de Stendhal (comme des autres articles d’histoire littéraire) reste toutefois empreint de « l’esprit d’orthodoxie » inhérent à toute critique littéraire communiste : Aragon refuse une exclusion de Stendhal dérivée d’une transposition littérale et purement mécanique de l’appréciation d’Engels sur Balzac ; mais il reprend et étend le mode de raisonnement d’Engels sur Balzac, en le citant au crédit de Stendhal, qui, comme Balzac, « explique mieux son temps que bien des traités historiques ». « Le tout » étant, finalement, de savoir « le reconnaître, et de savoir ce quon admire ». On reste dans une discussion doctrinale ; dans une « pensée d’orthodoxie » dont l’enjeu est l’assimilation de Stendhal dans l’espace communiste de savoirs littéraires, dans son imaginaire, son panthéon littéraire et ses ressorts. Cet appel à une critique littéraire non sectaire reste inscrit dans une réelle conformité doctrinale. Si Aragon se ménage des échappatoires, c’est selon une « stratégie de sortie dans la fidélité48 », par élargissement et desserrement des possibles interprétatifs, des possibles de la « pensée d’orthodoxie » des auteurs, afin de permettre une « satellisation », orthodoxe certes mais plus ample, d’un panel d’auteurs plus large : « le tout » est finalement « de […] reconnaître », « chez des artistes ou des écrivains que lon ne considère pas comme des réalistes », « la réalité retrouvée » ; de reconnaître le fait que ces artistes ou ces écrivains « explique[nt] mieux [leur] temps que bien des traités historiques », même s’ils sont non « conformes49 », à l’image de ces différents auteurs dix-neuviémistes, précisément peu « conformes50 » ; à l’instar surtout des auteurs ou œuvres cités par Aragon, selon le même raisonnement, dans sa présentation en 1952 du nouveau feuilleton des LF, La Guerre est morte, dans une continuité de pensée que matérialise son titre « Il faut savoir lire Stendhal et Louis Delluc51 » :

Comme le temps de guerre avouée, la guerre froide a ses contrebandes. Les exemples du théâtre et du roman que je donnerai, seront-ils sensibles à tous ? Nimporte…
Il faut savoir lire au temps de la Guerre froide. Et tant pis pour un certain mysticisme qu
il y avait dans Montserrat, le drame dEmmanuel Roblès […], lessentiel y était le refus du guerrier à se plier à la guerre injuste, son droit à passer aux côtés de celui quon lui indique comme lennemi, qui est ici la victime, lopprimé, lenvahi […]
Tout nest pas satisfaisant pour le lecteur des Amants de Séoul, roman de Pierre Fisson, injuste à légard du peuple chinois pendant une quinzaine de pages : nempêche quil faut savoir lire Les Amants de Séoul au temps de la Guerre de Corée, et de la Guerre froide chez nous […]
Il faut savoir lire aujourdhui, en pleine Guerre froide, au temps où il suffit dune colombe sur lécran pour que Miracle à Milan devienne la contrebande de lappel de Stockholm.

 

  • 52 Cet article doit beaucoup à la relecture fouillée de Corinne Grenouillet ; je lui suis donc redevab (...)

46Mais on rejoint là des faits connus – l’orthodoxe contrebande d’Aragon. On espère cependant les avoir documentés sous un angle un peu différent et décentré. Et plaider ainsi pour une histoire culturelle en propre d’Aragon comme plus largement des intellectuels communistes, dans cette période stalinienne mais également, et peut-être plus encore, dans la période de déstalinisation dont Aragon est, avec et depuis les LF, précisément la figure. Quel devenir pour ce cadre aragonien de « sortie dans la fidélité » que l’on a esquissé ? Quelle évolution et déprise pour le cadre plus général de critique littéraire communiste que l’on a ébauché ?52

Annexes

Annexe. Catalogue des bibliothèques des batailles du livre

Bibliothèque A

Balzac, Le père Goriot ;
Maupassant, Boule de suif ;
De Coster, Till Ulenspiegel ;
Mérimée, Carmen ;
Gorki, La Mère ;
Ehrenbourg, La Tempête ;
Soloviov, Quelquun troubla la fête ;
Leberekht, La Lumière à Koordi ; La Jeune Fille de Machine ;
Aragon, Les Communistes, vol. 1 & 2 La Diane française ;
Daix, La Dernière forteresse ;
Laffitte, Nous retournerons cueillir les jonquilles ;
Roumain, Gouverneurs de la Rosée ;
Stil, Le Mot « mineur » camarades ;
Téry, Du soleil plein le cœur ;
Triolet, Personne ne maime & Les Fantômes armés ;
Wurmser, LEnfant enchaîné ;
Fréville, La nuit finit à Tours ;
Marty, La Révolte de la mer noire ;
Soria, Comment vivent les Russes ? ;
Thorez, Fils du peuple.

Bibliothèque B

Hugo, Les Misérables ;
Rolland, Colas Breugnon ;
Zola, Au Bonheur des Dames ;
Gorbatov LArctique telle quelle est ;
Iline, Les Montagnes et les Hommes ;
Ostrovski, Et lacier fut trempé ;
Polevoï, Un homme véritable ;
Fast, La passion de Peter Altgeld ;
London, Le Talon de fer ;
Aragon, Les Communistes, vol. 3 & 4
Les Beaux Quartiers ;
Monod, Malacerta ;
Morgan, Le Voyageur sans boussole ;
Stil, La Seine a pris la mer ;
Triolet, LInspecteur des ruines & Les Amants dAvignon ;
Wurmser, LAdolescence est le plus grand des maux ;
Florimond Bonte, Le Chemin de lhonneur ;
Grenier, Au Pays de Staline ;
Pozner, Les Etats désunis ;
Aragon, Les Yeux dElsa ;
Éluard, Poèmes politiques.

Bibliothèque C

Flaubert, LÉducation sentimentale ;
France, Crainquebille ;
Stendhal, Lucien Leuwen ;
Le Roy, Jacquou le croquant ;
Vallès, LEnfant ;
Dickens, Les Temps difficiles ;
Tolstoï, Récits de Sébastopol ;
Ajaev, Loin de Moscou ;
Fadeev, La Défaite ;
Panova, Clair rivage ;
Kazakievitch, LÉtoile ;
Amado, Terre violente ;
Aragon, Aurélien ;
Bloch, La Nuit kurde ;
Chevallier, Clochemerle ;
Cogniot, LÉvasion ;
Fréville, Plein vent ;
Moussinac, Les Champs de Moë ;
Triolet, Le Cheval blanc ;
Wurmser, Notre Jeunesse ;
Figuères, Je reviens du Viet-Nam libre ;
Péri, Un Grand Français vous parle ;
Aragon, Le Crève-cœur.

Bibliothèque D

Balzac, La Rabouilleuse ;
Vallès, Le Bachelier & LInsurgé ;
Zola, Germinal ;
Tillier, Mon oncle Benjamin ;
Dostoïevski, Nietotchka Niezvanov ;
Pouchkine, Doubrowski ;
Courtade, Jimmy ;
Gamarra, Les Lilas de Saint-Lazare ;
Monmousseau, La Musette de Jean Brécot ;
Aragon, Les Communistes, vol. 5 ;
Majerova, Le Champ du mineur ;
Philippe, Michel Rondet ;
Stil, Le Premier choc & Le Coup de canon ;
Fedorov, LObkom clandestin ;
Kimonko, Sur les bords de la Soukpaï ;
Tchakovski, Cétait à Léningrad ;
Sadoul, Le Cinéma ;
Jouglet, Les Paysans ;
Saxton, Le Chemin de fer ;
Grinn, Vent du sud ;
Prévost, Manon Lescaut ;
Hugo, Morceaux choisis.

Source : Le catalogue complet des BBL a paru dans la Voix de lEst du 24 mai 1952.

Quelques ouvrages supplémentaires pourraient être ponctuellement ajoutés à cette liste, en remplacement ou en plus des précédents, à suivre les brochures du centre des Bibliothèque de la bataille du livre [1951], Fonds Elsa Triolet-Aragon (BNF, CNRS), boîte ET-BBL, sans que cela ne modifie la structure d’ensemble.

Notes

1 Sur les « batailles du livre » et leurs « bibliothèques », voir pour l’essentiel l’article de Marc Lazar : « Les “batailles du livre” du PCF (1950-1952) », xxe siècle, revue dhistoire, n° 10, avril-juin 1986, p. 37-49 ; cf. aussi Marie-Thérèse Eychart : « ”Je sais la force des mots” : de LEcrivain et le livre à la Bataille du livre », RCAET, n° 6, 1998, p. 37-44 et Gisèle Sapiro : « La politique culturelle d’Eisa Triolet au Cné (1949-1951) » dans Elsa Triolet, un écrivain dans le siècle, M. Gaudric-Delranc (coord.), L’Harmattan, 2000, p. 211-217.

2 Sauf les ouvrages provenant des Éditions sociales et quelques exceptions comme Jean Fréville, édité chez Flammarion.

3 En sous-main jusqu’en 1953 d’après Jean Marcenac (Je nai pas perdu mon temps, Temps actuel, 1982, p. 345 sq., spécialement p. 349) et Pierre Daix (Tout mon temps, révisions de ma mémoire, Fayard, 2001, p. 271 ; Avec Elsa Triolet, Gallimard, 2010, p. 49-50).

4 Toutes les citations se rapportant à l’analyse de la BBL sont extraites des notices de présentation des ouvrages — ici LEvasion de Georges Cogniot —, parfois corrigées sous forme d’épreuves par Elsa Triolet, composant les quatre ensembles de livres proposés à la vente et formant la BBL et tirées de : brochure du centre des Bibliothèque de la bataille du livre [1951], Fonds Elsa Triolet-Aragon (BNF, CNRS), boîte ET-BBL.

5 Dans les LF des 10 et 17 mai 1951.

6 Dans les LF des 26 avril et 7 juin 1951.

7 Dans les LF des 5 avril, 19 avril et 3 mai 1951.

8 Dans les LF du 21 juin 1951.

9 Dans les LF des 12 avril et 14 juin 1951.

10 Dans les LF des 24 et 31 mai 1951.

11 Cf. par exemple le commentaire de Wurmser sur LHomme révolté au détour de celui d’un personnage communiste de G.-E. Clancier : « Mieux valait encore faire penser son père au plus-que-parfait du subjonctif que ce jeune homme à la façon de M. Albert Camus, qui du moins ne se targue pas dêtre communiste, et vient de publier un essai terriblement long et terriblement ennuyeux dont le ton péremptoire ne parvient pas à faire passer les contrevérités historiques » (LF, 15 novembre 1951).

12 Définition citée par Michel Aucouturier, Le Réalisme socialiste, PUF, 1998, p. 4.

13 Pour reprendre une partie du titre de l’ouvrage d’Antoine Baudin et Leonid Heller : Le Réalisme socialiste soviétique de la période jdanovienne (1947-1953) : usages à lintérieur, image à exporter, Berne, Peter Lang, 1998.

14 Renom/renommée, avec toute l’épaisseur que prend le mot dans le monde romain antique, notamment pour les hommes politiques.

15 On démarque ici une expression de François Hartog, utilisée pour définir la démarche de conceptualisation d’Hérodote pour décrire et faire comprendre à ses compatriotes l’étrangeté barbare et les non Grecs. L’historien grec rationalise en effet leurs habitudes par rapport aux Grecs, par comparaisons et analogies, qui « ramènent lautre au même » et l’introduisent dans un « espace grec de savoir », en assimilant et en reconstruisant l’autre et sa différence à l’aune d’une grille culturelle strictement grecque (cf. Le Miroir dHérodote (1980), Folio, 2001, p. 377-379 et p. 52).

16 Au bonheur des dames est présenté comme l’illustration de l’entraînement des hommes dans des dynamiques « dont ils ne sont plus maîtres », pris qu’ils sont entre « le développement du grand commerce et lindépendance routinière et traditionnelle du petit, [et] lutt[a]nt avec âpreté, rouerie et abnégation, pour la victoire ou la défaite. Une guerre commerciale, sans bataille spectaculaire ».

17 Cf. Jean Grenier, Essai sur lesprit dorthodoxie (1938), Gallimard, 1967, notamment p. 15 et p. 29.

18 Comme de la littérature : Wurmser fait référence et compare Laporte au canonique Balzac.

19 Art. cités, dans ces quatre cas successifs.

20 Cf. sur ce point Henri Arvon, LEsthétique marxiste, PUF, 1970 et la thèse de Reynald Lahanque : Le Réalisme socialiste en France (1934-1954), Université de Nancy-2, 2002, notamment p. 68 sq.

21 Cf. Jean-Marie Domenach, La Propagande politique, PUF, 1979, p. 22 sur les principes de l’agit-prop.

22 Les critiques sont grosso modo nés entre la fin du xixe siècle et le début des années 20 (Wurmser en 1899 ; Daix, un des plus jeunes, en 1922).

23 Sur ce point : M. Aucouturier, « Du nouveau sur le “réalisme socialiste” », Sociétés et représentations, n° 15, décembre 2002, p. 367-368.

24 Wurmser consacre sa chronique des 23 février 1950 et 25 octobre 1951 à Druon, du 28 juillet 1949 à Vildrac, sans oublier, parmi d’autres, celle, citée, consacrée à un G.-E. Clancier…

25 Ainsi Wurmser, à propos de sa représentation de la Guerre d’Espagne, mettant trop sur un pied d’égalité Républicains et Franquistes (recension citée) ; cf. aussi les LF du 6 octobre 1949 et, sous d’autres plumes, des 17 avril et 27 novembre 1952.

26 Pour les LF : numéros des 7 juillet 1949, 16 novembre 1950 et 1er août 1952.

27 Et ce depuis les années 1930 : cf. Jean-Pierre Bernard, Le Parti Communiste Français et la question littéraire (1921-1939), Presses Universitaires de Grenoble, 1972 p. 265 sq. ; notons toutefois un repli au profit d’un Fast en particulier dans cette période de Guerre froide, même si ces auteurs restent présents, comme S. Lewis dans les LF des 18 janvier 1951 et 24 janvier 1952.

28 Cf. sous un autre angle, l’exemple décalé du cinéma : Laurent Marie, Le Cinéma est à nous : le PCF et le cinéma français de la Libération à nos jours, L’Harmattan, 2005.

29 Cf. \a. liste dressée par Maryse Vassevière dans « Aragon journaliste et romancier », RCAET, n° 9, 2004, p. 271-276 en ce qui concerne notre séquence chronologique.

30 Cf. la chronique sur « être de son pays » (LHumanité du 24 janvier 1947) qui fait écho à la thématique aragonienne de l’art national mais aussi à la notion réaliste socialiste de nardonostqui en est l’équivalent en quelque sorte ; cf. encore la chronique « il faut savoir » (LHumanité du 7 février 1947), sur les perspectives qu’un roman doit nécessairement figurer dans son récit et qui font écho à la composante « développement révolutionnaire » du réalisme socialiste, etc. Sur les concepts attachés au réalisme socialiste et le spécifiant, cf. Régine Robin, Le Réalisme socialiste : une esthétique impossible, Payot, 1986 et Jean Pérus, À la recherche dune esthétique socialiste (1917-1934), Éditions du CNRS, 1986.

31 « La chronique d’Aragon : “le criminel et le héros” », LHumanité, 7 décembre 1946 ; je souligne.

32 Aragon, « Chronique du Bel Canto », Europe, janvier 1946, p. 93-94.

33 Notons au passage que c’est là une défense en sous main de sa poésie de résistance, « actualisée » dans le contexte de l’après-guerre.

34 Aragon, « Chronique de la pluie et du beau temps », Europe, avril 1947, p. 103.

35 Ibidem, p. 107-108 ; l’hebdomadaire en question est Carrefour (et ses numéros des 12 décembre 1946 et 23 janvier 1947).

36 Aragon, « Chronique de la pluie et du beau temps », Europe, juin 1947, p. 84.

37 Aragon, « Vous savez comme on vous mène Beaux Français, à Roncevaux… », LF, 27 juillet 1950.

38 Dans les LF des 6 juin 1947, 16 mars 1950 et 20 décembre 1951.

39 Dans les LF des 3 et 10 février 1949.

40 Dans LŒuf de Wyasma, Julliard, 1962, p. 92-93 et les LF du 29 juin 1950.

41 Cf. LAtelier dun écrivain : le xixe siècle dAragon, textes réunis par Édouard Béguin et Suzanne Ravis, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2003.

42 Cf. les LF du 28 février 1952 mais aussi le numéro de février-mars 1952 dEurope. Aragon publie aussi une anthologie aux Editeurs français réunis, la même année : Avez-vous lu Victor Hugo ? En 1951 déjà, toujours dans les LF, il avait donné trois articles sur Hugo, du 28 juin au 12 juillet.

43 Sept articles, dans les LF du 14 avril au 9 juin 1949.

44 Respectivement dans les LF des 3 novembre 1949, 1er juillet, 16 décembre, 20 mai et 3 juin 1948. On notera que ces articles à valeur dissonante encadrent chronologiquement d’autres articles plus « conformes », plus « orthodoxes », tels la nécrologie de Jdanov (LF du 9 septembre 1948) ou le numéro dEurope sur Lyssenko (octobre 1948) dont Aragon est le maître d’œuvre.

45 Et Aurélien ou les Fantômes armés, si mal accueillis par les milieux communistes…

46 Le mot est de M. Vassevière dans « Stendhal et Musset contre Lukacs : du miroir aux “merveilleux nuages”", LAtelier dun écrivain…, op. cit., p. 97.

47 Art. cité.

48 La formule est de M. Vassevière dans « Le journalisme au service de la critique du dogmatisme », RCAET n° 10, 2006, p. 236.

49 Cf. ce raisonnement appliqué à Barrès (art. cité) : « faute de replacer Barrès dans son temps, ses contempteurs naperçoiventplus ce qui est lapport original de cet écrivain dans notre littérature, ce qui fait sa force et sa grandeur comme romancier […] Sous le prétexte que la politique qui y est exprimée nest pas la nôtre, il serait puéril de tenir ce précédent pour nul et non avenu. Vous auriez préféré que le roman politique en France ait commencé par des livres dinspiration socialiste, et il a commencé par des livres dinspiration nationaliste, que pouvonsnous y faire ? Allons-nous en méconnaître limportance ? »

50 « Si lon publie, aujourdhui, L’Atelier d’un peintre, explique ainsi Aragon, cest pour que le lecteur y sache découvrir, sous le charme valmorien, dans le style dune époque toute bouleversée dans sa morale par léchec de Robespierre et la croissance continue des idées révolutionnaires, les contradictions évidentes de cette époque et de ses courants profonds. » (art. cité).

51 Parue le 16 mai 1952, sous le titre complet : « “Rien de politique dans ce roman” : il faut savoir lire Stendhal et Louis Delluc » ; l’article légèrement remanié sert de préface à la réédition du roman par les Éditeurs Français Réunis de 1952.

52 Cet article doit beaucoup à la relecture fouillée de Corinne Grenouillet ; je lui suis donc redevable d’un grand : merci !

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search