Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°12

 | 
Corinne Grenouillet

Aragon George Besson. Correspondance inédite

Aragon / George Besson. Correspondance

Marianne Delranc-Gaudric

Résumé

Cette correspondance se compose de neuf lettres d’Aragon et de sept lettres de George Besson, couvrant, de façon discontinue, une longue période allant de la fin de 1940 au début de l’année 1970. Dans ses quatre premières lettres, écrites de 1940 à 1942, Aragon raconte avec précision sa « drôle de guerre », évoque son séjour à Nice et demande ou donne des nouvelles de certains de ses amis, dont Pierre Seghers et Léon Moussinac, avec lesquels il organise la résistance littéraire en zone sud. La lettre du 30 juillet 1942 comporte un manuscrit du poème « Art poétique », dont on ne connaît pas d’autre exemplaire et qui permet d’en rétablir le texte exact. Elles témoignent aussi de l’intérêt d’Aragon pour Matisse, qui le mènera plus tard à écrire Henri Matisse, roman. La connivence d’Aragon et de George Besson est à la fois politique et artistique. Ils participent tous deux au jury du prix Fénéon, pour lequel ils se concertent. En 1953 apparaît entre eux une divergence, Aragon prenant parti dans Les Lettres françaises pour Bernard Buffet, que George Besson considère comme une sorte d’imposteur. Les choix picturaux de George Besson vont ensuite s’écarter de ceux des critiques des Lettres françaises, au point qu’il envoie à Aragon une lettre de démission le 25 juin 1969. Mais cela ne brisera pas leur amitié, comme en témoignent les deux dernières lettres de cette correspondance.

Texte intégral

1. Aragon à George Besson

  • 1 Lettre écrite à l’encre noire sur un papier 210 x 270 mm, publiée une première fois et commentée pa (...)

1La première lettre d’Aragon1, datant de 1940, d’après son contenu, présente un intérêt tant biographique qu’historique. La guerre forme la toile de fond de cette lettre écrite de Carcassonne, où Aragon et Elsa Triolet restèrent jusqu’à la fin de décembre 1940. L’on y voit se renouer les fils entre les acteurs d’une prochaine résistance littéraire. Aragon y manifeste aussi son désir de rencontrer Matisse, sans doute l’un des motifs essentiels de sa lettre.

 

2Carcassonne, le 20 décembre [1940]

3Cher ami,

  • 2 Les parents de George Besson s’étaient installés en 1885 au 6, rue Reybert, à Saint-Claude, dans le (...)
  • 3 Sur les relations entre Aragon et Gaston Gallimard à ce moment-là, voir Michel Apel-Muller, « L’édi (...)

4Cela fait une éternité que je remets de vous écrire me donnant toujours pour raison que j’ai oublié le numéro rue Reybert2. Finalement je me dis que ça arrivera bien sans numéro. Je vous écris comme nous allons quitter Carcassonne où nous sommes venus pour quatre ou cinq jours à la fin d’août, parce que Gallimard y était, et où nous sommes restés parce que nous avions trouvé une chambre pour pas cher et quelques personnes humaines, sans avoir vu Gallimard, qui y est resté quinze jours encore pendant que nous y étions, mais qui feignait la mélancolie noire, arrachait de douleur les morceaux de son veston, de façon à échapper aux auteurs indiscrets auxquels il devait des sous3.

  • 4 A Javerlhac ; voir Pablo Neruda, Javoue que jai vécu, trad. Claude Couffon, Gallimard, 1975, p. 1 (...)
  • 5 Elsa Triolet évoque ce passage en juin 1940 à Arcachon dans son article des Lettres françaises en h (...)

5Elsa m’avait retrouvé d’une façon surprenante cinq jours après l’armistice du côté de Nontron4, Dordogne, venant d’Arcachon5 où les Allemands l’avaient rattrapée partie in extremis de Paris. Elle ne savait pas le numéro de ma division, et se promenait sur les routes en cherchant l’insigne « Austerlitz » qu’elle m’avait vu porter, quand après 80 km d’errements, elle l’a aperçu sur la poitrine d’un officier à qui elle a demandé si il me connaissait. Nous ne [nous] sommes plus quittés, c’est plus sûr. Nous sommes restés sur place un mois, Elsa mangeant avec les officiers et j’ai été démobilisé le 1er août.

  • 6 Il s’agit du château de Castel Novel, situé à Varetz, près de Brive-la-Gaillarde.
  • 7 Aragon fut pris dans la « poche de Dunkerque » le 29 mai et y connut l’enfer des bombardements nazi (...)
  • 8 Le 1er juin 1940 sur le contre-torpilleur Flore.
  • 9 Weygand était le chef des armées françaises depuis le 20 mai 1940 ; du 17 juin au 4 septembre 1940, (...)
  • 10 Drieu la Rochelle par exemple…

6De là un mois au château de R[enaud] de Jouvenel6 en Corrèze, où j’ai repris figure humaine, car la Belgique, les Flandres, Dunkerque7 et après passage en Angleterre8 la campagne de France de la Basse-Seine à la Dordogne, ça vous met par terre un type de 43 piges, qui a un foie, et depuis Dunkerque un cœur en compote. Je vous dirais que je n’ai pas encore compris comment on ne m’a pas fait tuer. J’ai eu une guerre qui n’est pas racontable, ça a l’air d’une vantardise, et pour les quelques fois où je me suis laissé aller à en parler, j’ai bien vu la petite rigolade dans l’œil des gens. Donc… Enfin, je n’ai été fait prisonnier qu’une fois, le 24 juin à Angoulême, et suis parvenu avec tous mes bonshommes à fiche le camp. D’après le livre de bord, si j’ose dire, de notre unité, nous avons traversé vingt fois ce qu’on ne peut pas appeler les lignes allemandes. Je suis d’ailleurs affligé d’une croix de guerre avec une étoile pour les Flandres et une palme pour la France, et j’ai été doté par le Général Weygand9 de la médaille militaire. Ce serait une longue histoire à raconter. Et le nez que ça fait faire à certains10.

  • 11 À ce propos, Elsa Triolet écrit à sa sœur Lili Brik le 1er février 1945 : « Nous navions pas darg (...)

7De Corrèze nous avons passé à Carcassonne. J’ai vainement cherché du travail et nous aurions bien claqué du bec (car on ne veut pas de moi malgré les décorations, les boîtes de nuit ne marchent pas, il y a du chômage pour les types qui accompagnent les dames à leur voiture avec un parapluie rouge) si je n’avais reçu d’Amérique des droits d’auteur tombant à point et qui nous permettent d’atteindre la fin février environ11 Après…

  • 12 Il s’agit du poème « Les Lilas et les Roses » (repris ensuite dans Le Crève-cœur), qu’Aragon avait (...)
  • 13 Par exemple « Pergame en France » ou « Les Croisés », parus dans le no de décembre.
  • 14 « Le Printemps » parut dans le no 1 de Poésie 40, qui prit la suite de Poètes casqués 40 après la d (...)
  • 15 Poètes casqués, revue créée par Pierre Seghers, qui publie dans son no 2 (20 février 1940) le poème (...)
  • 16 Aragon et Elsa Triolet vont organiser avec lui le réseau de Résistance « Les Etoiles ».
  • 17 Léon Moussinac, écrivain et critique de cinéma, collaborateur de LHumanité à partir de 1922, l’un (...)

8Peut-être aurez-vous vu un poème de votre serviteur dans le Figaro ? C’est une plaisanterie, d’excellente intention, que m’avait faite Paulhan12. Depuis ce temps, j’ai publié d’autres poèmes dans la revue Fontaine à Alger13, et dans Poésie 4014, qui a succédé à ce PC 4015 qui paraissait aux armées. Nous avons vu Georges S[adoul]16 à Toulouse, il vous aura écrit. Par ailleurs nous avons passé huit jours avec Jeanne et Léon [Moussinac]17. Il est terriblement maigre et a eu, lui, une guerre effroyable. Tout ce par quoi il a passé ! et tout ce qu’il a vu et qu’il rencontre ! C’est bien pire que vous ne pouvez l’imaginer, monstrueux : mais aussi cela suppose que le courage n’a pas disparu en France, que les vertus traditionnelles de notre patrie se sont réfugiées chez quelques hommes admirables qui demeurent tout notre espoir.

  • 18 Pierre Seghers habitait aux Angles, près de Villeneuve-lès-Avignon.
  • 19 « […] le docteur Lévy avec qui tu as fait la guerre, Dunkerque, et qui habitait Antibes. Le docteur (...)
  • 20 Dans Henri Matisse, roman, Aragon écrit : « Mais enfin qui, qui vraiment mavait donné ladresse de (...)

9Malgré les quelques amis que nous nous étions faits ici, Carcassonne n’est pas très gai, et de plus il y fait froid. C’est pourquoi nous le quittons pour des cieux plus cléments. Nous allons passer les fêtes de Noël chez le directeur de Poésie 40 qui habite à côté d’Avignon18, et de là nous irons à Antibes chez mon médecin-chef19, le temps de trouver quelque chose à Nice ou ailleurs. Écrivez-moi à l’adresse ci-dessous, ça suivra. Peut-être avez-vous l’adresse de Matisse ? J’irais volontiers le voir20. Si vous êtes en termes de le faire, vous pourriez peut-être lui annoncer ma visite… Je ne le connais pas, mais dans cette extraordinairement triste époque j’ai envie de voir les gens dont les pensées sont en couleur. Vous devez aussi avoir des nouvelles de bien des gens. Je me sens très seul, nous nous sentons très seuls, vous savez. Bien que des inconnus m’écrivent, j’ai perdu la trace de presque tous mes amis.

  • 21 Sûrement « La Belle Épicière », datée de « Paris-Carcassonne 1940 » (ORC, t. 3, p. 254).
  • 22 Très certainement Aurélien, écrit pendant la guerre ; à propos de l’époque à laquelle Aragon commen (...)

10Nous travaillons tous les deux. Elsa vient d’achever une nouvelle21, je fais un roman qui est déjà très avancé22. Optimisme. Mais il faut écrire, on voit, après coup, ce qui paraît.

11Donnez-nous vite de vos nouvelles pour qu’elles ne nous courent pas après, nous restons près d’Avignon du 25 au 2. J’aimerais tant vous voir ! On devient sentimental en vieillissant, et après avoir juré ses grands dieux qu’on ne tenait à personne au monde, il y a des visages qu’on se rappelle, et qui vous manquent. Ce sentiment est partagé par ma femme, qui insiste pour que je vous dise qu’elle vous aime bien.

12Vous savez qu’il n’y a pas qu’elle.

13Affectueusement

14A.
chez Pierre Seghers Les Angles
par Villeneuve-lès-Avignon GARD

2. Aragon à George Besson

15Le Fonds Triolet/Aragon ne possède pas la réponse de George Besson à la première lettre d’Aragon ; celle-ci a cependant existé, comme en témoigne la lettre suivante, écrite à l’encre bleu nuit et envoyée le 14 janvier 1941 de Nice :

 

  • 23 « Célimène » était le nom du meublé loué par le couple : « Une chambre rose, précédemment le boudoi (...)

1614 janvier [19]41
« Célimène23 »
63 rue de France NICE

  • 24 Il est vrai que les lettres manuscrites de George Besson sont parfois difficilement lisibles…
  • 25 Pierre Seghers.
  • 26 Le no 1.
  • 27 « Nous arrivâmes à Nice pour le réveillon du 31 décembre 1940 » écrit Elsa Triolet dans sa « Préfac (...)

17Bien cher ami, vos pattes de chat (quelle écriture, Seigneur Dieu tout puissant !)24 m’ont atteint aux Angles où nous débarquions de Carcassonne, et d’où je vous ai fait envoyer par mon aimable hôte25 sa revue, Poésie 4026. Ainsi n’avez-vous pas été tout à fait sans réponse… Seulement au lieu d’y passer les fêtes27, chassés par le froid, nous nous sommes précipités à Nice, où le soleil était si doux que moi le premier, Elsa le lendemain, nous avons immédiatement chopé une grippe avec 40, dix jours de lit et une faiblesse de tonnerre. Ceci est mon excuse.

  • 28 Né en 1897, Jœ Bousquet, poète, était demeuré paralysé à la suite d’une blessure de guerre en 1918  (...)
  • 29 Gallimard.
  • 30 Voir Bernard Leuilliot, « Le Temps traversé » note 2 p. 111 : « Gaston (ou Raymond) Gallimard faisa (...)
  • 31 Les Voyageurs de limpériale, dont il dit avoir sauvé les épreuves « des Flandres et de Dunkerque » (...)
  • 32 Les Voyageurs… paraissent en feuilleton dans La NRF au début de l’année 1940 ; La NRF, fermée en no (...)
  • 33 Il s’agit des poèmes du Crève-cœur, comme en témoignent également des lettres d’Aragon à Jean Paulh (...)

18À part ça, Carcassonne était un paradis à côté d’ici, où il n’y a rien à manger. Mais quatre mois à Carcassonne, vous représentez-vous ? Malgré la présence de Joë Bousquet28, un type délicieux. Nice a un faux air bon marché, en fait nous commençons à être assez inquiets. Notre commun ami Gaston29 qui vogue entre Paris et Cannes30 continue à faire le mort avec moi, bien qu’il m’ait fait demander le bon à tirer des Voyageurs31 ces jours-ci… Ce roman interrompu dans la revue de M. Drieu (et je n’en suis pas autrement fâché, étant donné les amitiés de la maison)32 va donc paraître aux éditions, quand on en aura recommencé entièrement en zone occupée la composition faite déjà en zone libre ! Enfin je reste sceptique. Paulhan a aussi emporté à Paris le manuscrit de mes poèmes, mais pas de nouvelles33 !

19Vous pouvez écrire à Jeanne [Moussinac] poste restante à Périgueux. Je n’ai pas de nouvelles d’eux depuis trois semaines, ce qui m’inquiète toujours un peu. Si vous voyiez ce que L[éon] est maigre ! On a honte quand on le voit de se l’être coulée aussi douce.

  • 34 Sur les hauteurs de Nice, où Matisse avait acquis en novembre 1938 un vaste appartement-atelier, da (...)
  • 35 Sadoul. Selon Jean Rollin, critique d’art et Conservateur honoraire du Musée de Saint-Denis, « dès (...)

20Je n’ai pas encore été voir Henri M[atisse]. Il faut dire que la grippe me fait trouver Cimiez34 au diable. Mais comme tout à l’heure Elsa m’a demandé pourquoi je ne lui écrivais pas, je suppose que l’ennui d’être réduite à ma seule compagnie lui donnera l’envie, pour moi impérative, de secouer ma paresse. Quant à Georges35, il est toujours à Toulouse boulevard des Minimes 43 ou 42, je ne sais plus (je suis mauvais avec les numéros !). Votre lettre avait en route intéressé des gens à qui l’art et les artistes ne sont sans doute pas étrangers.

  • 36 Les éditions Braun, dont George Besson était le directeur artistique, se replièrent à Lyon pendant (...)
  • 37 Cette revue littéraire trimestrielle et artistique, gérée par Pierre Braun et dirigée par Pierre Be (...)

21Ce que vous me dites de Braun est sinistre36. Mais si à votre portée se trouvait la liste des abonnés du Point37, serait-ce chose insensée que d’en demander communication ? Je voudrais aider et Poésie 40 et d’autres revues naissantes, où se réfugie un peu de l’avenir. C’est peut-être très peu faire que de se confiner ces jours-ci à la poésie et aux poètes, mais je n’ai pas le choix, n’est ce pas, et ça m’a toujours intéressé.

  • 38 S’agit-il dAurélien ? ou du « Roman de Matisse » ? Dans Henri Matisse, roman, Aragon évoque ses hé (...)

22Je vous quitte pour me plonger dans mon roman oiseux comme le temps qu’il fait, mais qui me prend le mien, c’est déjà quelque chose38. Nous vous embrassons tous les deux tous les deux.

23Louis

3. Aragon à George Besson

24Nous n’avons pas non plus de lettre de George Besson répondant à celle d’Aragon ; la lettre suivante, également envoyée de Nice, témoigne de ce que pouvait être l’art de la contrebande épistolaire

 

25[Nice], Samedi, 1er Mars [1941]

26Cher ami, chers amis,

  • 39 Elsa Triolet évoque « ce goût de cendres que nous avions tous dans la bouche » après la défaite de  (...)
  • 40 Jean Richard Bloch avait été co-directeur de Ce soir avec Aragon et avait soutenu les Républicains (...)
  • 41 L’Union soviétique, où Jean-Richard Bloch parvint au printemps 1941, via Berlin. Après avoir défend (...)
  • 42 Matisse était parti à Lyon le 7 janvier 1941 pour y être opéré et ne rentra à Nice que le 23 mai ; (...)
  • 43 Très certainement le peintre et graveur belge Frans Masereel, comme me l’a suggéré Chantal Duverget (...)
  • 44 Elsa Triolet et Aragon s’étaient mariés le 28 février 1939.
  • 45 Sur la NRF de Drieu, voir Gisèle Sapiro, op. cit. p. 402 sqq. S’agit-il du no 324, du 1er février 1 (...)

27Ce mot juste pour ne pas laisser couler trop longtemps le temps. Léon [Moussinac] se plaint de n’avoir plus de vos nouvelles, et craint que sa lettre ne vous soit pas parvenue. Le ciel de Nice est devenu meilleur39. Jean Richard40 semble devoir quitter Paris pour les vastes propriétés des amis qu’il a dans l’est41, mais quand ? Je n’ai pas écrit à Matisse, ne sachant s’il était de retour, ni en état de lire ou de supporter notre curiosité42. Frans43 est à Avignon (30 rue des 3 Faucons). Flier, 28 Février, apparemment en l’honneur de l’anniversaire de notre mariage44, la radio a lu sur le coup de 11 heures 05 des poèmes de votre serviteur avec des commentaires aimables. J’ai passé ma journée à persuader « Célimène », qui est une dame haute comme trois pommes en velours noir doublé d’hermine de rabaisser le prix de notre chambre trop élevé pour nous. Enfin je viens de râler un bon coup en lisant La NRF45. Que vous dire de plus ?

  • 46 Le dossier ne comporte pas de poème joint à cette lettre.

28Ci-joint un poème pour me faire pardonner46.

29Elsa et moi, on vous aime bien. Ne vous rongez pas trop les sangs. Voici bientôt les beaux jours.

30Bien affectueusement

31Louis

4. Aragon à George Besson

  • 47 Aragon va lui dédier « La Rose et le Réséda » ; « Ballade de celui qui chanta dans les supplices » (...)

32En décembre 1941, Aragon se rend enfin chez Matisse, mais nous n’avons pas trace de cette rencontre dans la correspondance avec George Besson. La fin de 1941 et le début de l’année 1942 sont tragiques : les 22-23 octobre 1941, 88 otages sont fusillés, dont 27 à Chateaubriant. Les 14-15 décembre, d’autres résistants sont exécutés, dont Gabriel Péri47 Le 14 février 1942, Danielle Casanova est arrêtée, ainsi que Maïe et Georges Politzer, le fondateur des revues résistantes L'Université libre et La Pensée libre. Or, grâce à Georges Dudach, chargé par le PCF d’établir la liaison avec eux, Aragon et Elsa Triolet, ayant traversé la ligne de démarcation à la fin juin 1941, s’étaient rendus à Paris où ils avaient rencontré Politzer et sa femme Maïe, ainsi que Danielle Casanova, qui préparaient le no 2 de La Pensée libre. Ils avaient également commencé à organiser avec Jean Paulhan et Jacques Decour un regroupement d’écrivains préfigurant le Comité National des Écrivains (CNÉ) et préparé avec eux la création des Lettres françaises. Jacques Decour fut arrêté le 17 février 1942 et exécuté le 30 mai au Mont Valérien, en même temps que Georges Politzer et Georges Dudach. Par ailleurs, le 2 mars, la mère d’Aragon, hospitalisée à Cahors, mourait après une longue maladie. Tel est le contexte expliquant le désespoir de la lettre suivante :

 

  • 48 Aragon et Elsa Triolet passent les deux mois d’été à Villeneuve-lès-Avignon, Nice leur paraissant d (...)

33Villeneuve48 le 30 juillet [1942]

34Chers amis,

  • 49 Sur cette revue, voir note 7, p. 257 (Lettre du 14 janvier 1941).
  • 50 Les Yeux dElsa paraissent le 15 mars 1942 aux éditions La Baconnière, dans la « Collection des Cah (...)

35Pas d’autre nouvelle que cet article dans Le Point49 que devenez-vous donc ? Nous sommes à Villeneuve, toujours chez Pierre S[eghers] – et assez sans perspective d’avenir. Ne descendez-vous jamais plus bas que Lyon ? Il nous reste si peu d’amis vivants. Les nouvelles sont effroyables. Vous les avez aussi, je pense. On tremble toujours pour quelqu’un, et chaque courrier apporte sa part de douleur. Ceci dit, on se fait monstre, on supporte, et on va et vient comme si de rien n’était, on est à l’optimisme, il arrive qu’on rie. Avez-vous reçu Les Yeux d’Elsa50 ? Voilà plus de deux mois qu’ils sont prêts, tirés, et que vous êtes sur la liste de l’éditeur. Mais je n’ai eu qu’avant-hier mes exemplaires personnels. Donc rien d’alarmant si… Si cependant ils vous parviennent, ces yeux, dites-le moi tout de suite pour me rassurer sur le cours d’une distribution capricieuse (on voit déjà le livre en vente à Montélimar mais pas à Lyon !).

36Quand on s’écrit si rarement, que peut-on se dire ? Alors pour reprendre le fil, je vous recopie un poème écrit ce matin et que je n’ai encore montré à personne.

37Affectueusement à vous deux.

38Louis

 

  • 51 Paru aux éditions Ides et Calendes en septembre 1943 à Neuchâtel.
  • 52 Écrit aussi à l’encre bleue, sans rature, sur un papier de même format. Le volume OPC, t. 1, signal (...)

39Cette lettre nous donne donc la date d’écriture du poème « Art poétique », publié ensuite à Neuchâtel, le 16 août 1942 dans l’hebdomadaire Curieux et repris dans le recueil En Français dans le texte51. Ce manuscrit52, joint à la lettre, permet de rétablir le texte exact des dernières strophes, plus logique que le texte habituellement imprimé :

 

Art poétique

  • 53 Geoges Politzer, Jacques Solomon, Jacques Decour, Georges Dudach.

Pour mes amis morts en Mai53
Et pour eux seuls désormais

Que mes rimes aient le charme
Qu’ont les larmes sur les armes

Et que pour tous les vivants
Qui changent avec le vent

S’y aiguise au nom des morts
L’arme blanche du remords

Mots mariés mots meurtris
Rimes où le crime crie

Elles font au fond du drame
Le double bruit d’eau des rames

Banales comme la pluie Comme une vitre qui luit

Comme un miroir au passage
La fleur qui meurt au corsage

L’enfant qui joue au cerceau
La lune dans le ruisseau

Le vétiver dans l’armoire
Un parfum dans la mémoire

Rimes rimes où je sens
La rouge chaleur du sang

  • 54 « Rappelez-NOUS » et trois vers plus loin : « Réveillez-NOUS », et non pas « vous », comme on peut (...)

Rappelez-nous54 que nous sommes
Féroces comme des hommes

Et quand notre cœur faiblit
Réveillez-nous de l’oubli

Rallumez la lampe éteinte
Que les verres vides tintent

Je chante toujours parmi
Les morts en Mai mes amis

5. George Besson à Aragon

  • 55 Personne ne maime, première partie, écrite à la fin de 1944 et en 1945, du roman Anne-Marie, parut (...)

40Les deux dossiers ne comportent pas d’autre lettre datant de la période de la guerre. Après la Libération, Aragon et Elsa Triolet sont très sollicités : Elsa Triolet reçoit le Prix Goncourt en 1945 au titre de l’année 1944 pour son recueil de nouvelles Le Premier Accroc coûte 200 francs ; le maréchal de Lattre de Tassigny les invite à son quartier général sur le lac de Constance ; ils visitent l’Allemagne vaincue, se reposent un mois en Suisse, puis partent à Moscou après un bref séjour à Paris et reviennent par Prague. La première lettre d’après-guerre figurant dans les dossiers est une lettre de George Besson adressée à Elsa Triolet, la remerciant pour son dernier livre : Personne ne m'aime55 ; nous ne transcrivons de cette lettre que les lignes concernant Aragon, la suite énonçant les résultats des élections à Saint-Claude.

 

41George Besson 6 rue Reybert
Saint-Claude
6. V. [19]46

42[…]

43« Personne ne m’aime », moi, parce que j’ai l’habitude de dire ce que je pense. Acceptez-donc mes félicitations.

  • 56 René Lalou, critique littéraire, avait inclus un poème de Charles Maurras dans son anthologie Les P (...)

44Et dites au bon docteur Louis que ses coups de trique sur la vilaine gueugueule du Lalou56 m’ont enchanté.

  • 57 René Lalou avait publié une Histoire de la Littérature française contemporaine en 1924 aux éditions (...)

45Vers 1930, lors de la publication de son Histoire de la littérature57 j’avais, moi aussi, exprimé mon antipathie à ce grotesque individu.

46[…]

6. Aragon à George Besson

47La suite de cette correspondance montre les rapports constants d’Aragon et de George Besson dans les domaines artistiques et littéraires. Ils participent tous deux au jury du prix Fénéon, créé en 1949 par la veuve de celui-ci, Fanny, et qui récompense deux jeunes artistes, un écrivain et un plasticien. Ils se concertent avant les votes, voire se délèguent l’un à l’autre leur pouvoir. C’est grâce à Marcel Sembat, député socialiste de Montmartre, que George Besson avait connu Félix Fénéon, alors directeur artistique de la Galerie Bernheim Jeune, maison fondée à Besançon, qui soutint Courbet, puis Bonnard, Vuillard, Seurat, Matisse…

 

  • 58 Lettre écrite à l’encre noire, sur papier à lettres à en-tête de la Direction de Ce soir.

48PARIS, le 12/I/[19]4858

  • 59 Nous n’avons pas retrouvé de quelles « lignes » et de quelle note il s’agissait.

49Cher G[eorge] B[esson], voilà donc ces lignes59, mais qui ne sont pas 5-6 : m’en pardonnerez-vous les trois dernières ? 9 est sans doute trop long, je n’ai pas su faire plus court. C’est sur une justification de 21, et une hauteur bien moindre que 13… Mes respects amicaux à votre femme et je vous serre la main fidèlement.

50Aragon

7. George Besson à Aragon

  • 60 Lettre écrite sur papier à en-tête de la Direction artistique des Éditions Braun & Cie-Paris, cache (...)

5130-11 [1949]60

52Mon cher Louis

  • 61 Le deuxième « fascicule » des Communistes (septembre-novembre 1939) fut achevé d’imprimer le 14 oct (...)

53J’ai eu hier vos Communistes61. Merci de votre bonne pensée. J’installe cet exemplaire dans le rayon des Aragon - Triolet.

54Impatient de vous lire, j’avais acheté ce tome II, il y a 3 semaines à ma cellule et je l’avais trouvé plus émouvant, plus exaltant encore que le Ier. Sacré grand bonhomme ! L’exemplaire sans dédicace fera un heureux.

  • 62 Peut-être LInspecteur des ruines, paru en 1948 à La Bibliothèque française.

55Je remercie aussi Elsa de son dernier livre62. Les boches avaient oublié de déménager le Bonsoir, Thérèse de 1938.

  • 63 Sic.

56Dans la dédicace le « cordialement » d’alors est remplacé par « son ami63 ». Ce sont donc deux livres différents qui me sont également chers.

57Recevez ainsi qu’Elsa, mes pensées amies les plus fidèles et l’expression de ma reconnaissance.

58George Besson

  • 64 Mireille Glodek-Miailhe, née àParis en 1921, d’une famille juive venue d’Europe de l’Est, avait été (...)
  • 65 Francis Jourdain (1876-1958), peintre et décorateur (entre autres de la Samaritaine, dont le père, (...)

59Croyez-vous que la jeune Glodeck-Miailhe64 pourrait être notre candidat au prix Fénéon ? Si oui, Francis Jourdain65 serait des nôtres.

8. Aragon à George Besson

  • 66 Deux feuillets 140 x 215 mm, écrits à l’encre noire.

60La collaboration entre Aragon et George Besson concernant le prix Fénéon continue les années suivantes, comme en témoigne ce pouvoir adressé par Aragon à son ami66 :

 

61Je soussigné prie George Besson de voter pour moi aux prix et bourses Fénéon 1951.

62Aragon

6313 Février 1951

64Littérature

  • 67 Claude Roy (1915-1997), après avoir fréquenté dans sa jeunesse l’Action française, s’était engagé p (...)
  • 68 Écrivain, critique d’art, journaliste (de 1944 à 1953, elle est directrice du service culturel, pui (...)
  • 69 Écrivaine née à Roubaix, dont le premier roman, Leur Sale Pitié, date de 1950.

653 prix – Claude Roy67 Hélène Parmelin68 – Micheline Peyrebonne69

  • 70 Beatrix (et non Beatrice) Beck, écrivaine belge, née en 1914, communiste, publia un premier roman e (...)

663 bourses – H[élène] P[armelin] – M[icheline] P[eyrebonne] – Beatrice Beck70

  • 71 Pierre Pruvost (1921-2008), peintre français, sociétaire du Salon d’Automne, obtint le prix Fénéon (...)

67Pierre Pruvost71

9. George Besson à Aragon

  • 72 « Ainsi, le critique Charles Estienne publie-t-il, dès 1950, un pamphlet qui fustige lacadémisatio (...)
  • 73 Bernard Buffet (1928-1999) exposa pour la première fois un « Autoportrait » en 1946 ; en 1947, sa p (...)

68L’accord entre Aragon et George Besson n’est pas toujours la règle ; George Besson, très attaché à l’École de Paris, en un moment où l’art américain prend une importance accrue en France et où l’art abstrait devient, selon nombre de peintres et de critiques, une nouvelle convention, ce que Jacques Villeglé appellera « la dictature abstraite72 », défend un art français de qualité qui n’est pas forcément « réaliste », mais qui témoigne d’un savoir-faire pictural. C’est ainsi qu’il critique vivement le peintre Bernard Buffet, dont la rapide célébrité lui avait paru douteuse, en regard de son « métier » qu’il jugeait insuffisant73.

  • 74 Publié dans les nos 453 et 454 des 19 et 26 février 1953. Article repris dans : Aragon, Écrits sur (...)
  • 75 ÉAM, p. 105.
  • 76 En 1952, le général Ridgway, précédemment commandant en chef en Corée et connu pour son bellicisme, (...)
  • 77 ÉAM, p. 103-104.

69Au moment où George Besson écrit sa lettre, le 16 février 1953, Aragon s’apprête à publier dans Les Lettres françaises un long article : « Le paysage a quatre siècles et Bernard Buffet, vingt-quatre ans74 », dans lequel il fait l’éloge, non pas de toute la peinture de Bernard Buffet, mais de ses paysages, un genre, dit-il, qui n’est plus que secondaire dans l’art français. Or, Bernard Buffet « résume les traits du paysage français moderne75 », et pour Aragon, il joue un rôle dans la défense de la France : « Et cela, à l’heure où la France est sommée, par des ministres américains, de faire taire ses sentiments, une fois de plus au nom d’une Europe casquée76 Je crains simplement que la discussion de détail empêche des hommes dont l’art a les mêmes sources profondes de voir ici ce qui les unit, et faute de saisir, les uns et les autres, l’unité de leur inspiration, de s’opposer esthétiquement, ce qui ne peut servir que la cause “abstraite” de la dénationalisation de l’art77 ». La phrase semble une réponse aux préoccupations de George Besson, comme un certain nombre d’autres passages de cet article.

70La lettre de George Besson montre comme sa plume pouvait être acérée :

 

  • 78 Lettre tapée à la machine, avec signature manuscrite à l’encre bleu-noir ; papier à lettre à en-têt (...)

71Paris, le 16 février 195378

72Mon cher Louis,

73Le gang Drouant-David, Claude Roger-Marx, Bouret, Giono et Cie exulte. Il annonce partout un article de toi, un article élogieux sur son homme, M. Bernard Buffet.

  • 79 La galerie Drouant-David, située 52, rue du faubourg Saint-Honoré, avait « lancé » le jeune peintre (...)
  • 80 Un tableau, intitulé « Le Couple », correspond à cette description.
  • 81 Bernard Buffet a peint un portrait du général de Gaulle (publié en couverture du Times en 1959) ; l (...)

74Je n’aime pas la peinture de M. Buffet et j’ai le plus grand mépris pour cet apprenti de 24 ans qui, depuis cinq ans, s’est fabriqué une manière pour satisfaire aux demandes d’un groupe franco-américain de collectionneurs et de marchands, et s’est prêté au coup de bourse le mieux monté du XXe siècle. Tu connais les toiles livrées à la galerie Drouant-David79 à raison de treize à la douzaine, et qui représentent le jeune Buffet à poil, tantôt du sexe masculin, tantôt du sexe féminin80, toujours avec la gueule du général de Gaulle81. Crois-tu qu’ils soient de meilleure qualité [que] les paysages de 1952 dont les hideux badigeons veulent exprimer le pessimisme de leur auteur – comme il le prétend – et sa hantise des jours de l’occupation nazie ? Il me semble que ces paysages prouvent seulement [que] M. Buffet n’a pas et n’aura probablement jamais un œil de peintre.

  • 82 L’article d’Aragon montre que des raisons de ce type sont effectivement entrées en ligne de compte (...)

75Il se peut que, pour attirer l’attention de nos lecteurs sur ce jeune maître, tu aies des raisons extra-picturales, politiques peut-être82. Dans ce cas, je m’excuse de donner mon avis à plus compétent que moi. Mais il me semble que venant de toi, dont l’audience est immense, un éloge de M. Buffet ne peut que servir les intérêts des spéculateurs et déconcerter les jeunes peintres de plus en plus soucieux de réapprendre un métier galvaudé.

76Je te prie, mon cher Louis, de recevoir mes pensées les plus affectueuses et mes vœux de meilleure santé.

77George Besson

78PS. J’espère te voir mercredi (2 h 30) à la réunion du Jury Fénéon qui se tiendra à la Bibliothèque Ste Geneviève.

  • 83 L’écrivaine Martine Monod, devenue par la suite grand reporter à LHumanité, obtint le prix Fénéon (...)

79Je soutiendrai la candidature de Martine Monod et des peintres Chambrin, de Gallard et Thompson83.

10. George Besson à Aragon

80Les lettres suivantes de George Besson ne sont, pour la plupart, pas datées ; certaines peuvent l’être approximativement par leur contenu, d’autres non :

 

  • 84 Par déduction ; carte postale en couleur reproduisant un détail du tableau de Bonnard « Place Clich (...)

8117.7 [1956]84

82Mon cher Louis,

  • 85 LIntroduction aux littératures soviétiques a été achevée d’imprimer le 28 juin 1956.
  • 86 C’est en mars 1918 qu’Aragon publie ses premiers poèmes et ses premières proses ; dès 1916, il est (...)

83J’ai ton Introduction aux littératures soviétiques85, merci. Le voisinage des deux noms : Aragon – Gallimard me fait penser à ces jours de 1917 où Gaston Gallimard vint chez moi à SaintClaude. Au cours d’un déjeuner, il parla longuement de toi. Tu étais déjà célèbre86. Ah ! jeunesse…

84Bon été pour Elsa et pour toi et mes pensées affectueuses à tous deux.

85George Besson

11. George Besson à Aragon

  • 87 No 688, 19 septembre 1957.

86En 1957, George Besson envoie ses félicitations à Aragon qui vient de recevoir le prix Lénine de la paix, le 11 novembre, après avoir pris la défense d’Ilya Ehrenbourg, attaqué par la Literaturnaja Gazeta, dans un article des Lettres françaises87 : « Stendhal en URSS ou le miroir vivant » :

 

  • 88 Feuillet non daté : 1957 par déduction.

87Dimanche [fin de 1957]88

88Mon cher lauréat,

89Notre Moussinac m’apprend la bonne nouvelle
Bravo
    Bravo
        Bravo
Je t’embrasse

90George Besson

 

12. George Besson à Elsa Triolet

91La lettre suivante, une carte postale en noir et blanc, est adressée à Elsa Triolet. Représentant des « Roses dans un verre », tableau d’Auguste Renoir daté de 1905 (Musée de Bagnols-sur-Cèze, 30-Gard), elle a sans doute été envoyée pour un anniversaire.

 

92LAUDUN (Gard)

9329. VIII [sans date]

94Chère amie, je vous prie d’accepter ces roses de Renoir pour fleurir votre jeunesse malgré les on-dits de l'État-civil.

95Croyez à mon amitié et embrassez Louis pour moi.

96George Besson

13. George Besson à Aragon

  • 89 Par déduction. Lettre à en-tête avec l’adresse de George Besson ; no de téléphone corrigé : « SEGUR (...)

9713.12 [1958]89

  • 90 Roger Garaudy, philosophe et responsable communiste publie dans LHumanité du 13 décembre 1958 un a (...)
  • 91 Paru en octobre 1958 chez Gallimard, le roman a connu un succès immédiat.

98Non, mon cher Louis, Roger Garaudy90 n’est pas « allé un peu fort ». Pas assez. La Semaine sainte91 obsède ceux qui l’aiment et ceux qui… l’aiment moins.

  • 92 Professeur agrégé de Lettres classiques et ancien Résistant (il avait participé aux combats pour la (...)

99Il faut dire avec Marcel Cornu92 que c’est un livre « qui va très loin ».

100Salut, mon cher. En effet, nous ne nous voyons jamais. Timidité.

101Nos affections à tous deux

102George Besson

14. George Besson à Aragon

103Le décès de Jean Paulhan, qui participa jusqu’en 1968 au jury du prix Fénéon, motive la lettre suivante de George Besson :

 

  • 93 Par déduction : Jean Paulhan est décédé le 9 octobre 1968 ; il participait encore au jury Fénéon ce (...)

10415/1 [1969]93

105Mardi prochain, avant le déjeuner du jury Fénéon, nous avons à désigner un successeur à Jean Paulhan.

106As-tu un candidat à proposer ?

107Je cherche, en vain, l’écrivain de talent ou le critique d’art qui serait capable de reconnaître un tableau peint d’un tableau à peindre et de joindre son suffrage aux nôtres.

  • 94 Voir plus haut.
  • 95 Plus connu sous le nom de Yaude, Jean Duraffburg (1937-2007), natif du Jura, a fait le portrait de (...)
  • 96 Jean Duraffourg a vécu en Provence, puis en Dordogne.
  • 97 Où était décerné le prix.

108Claude Roger-Marx94 qui a bien connu Fénéon ? Simple suggestion. Je voterai cette année pour le jeune peintre Jean Duraffourg95 dont je t’avais parlé l’an dernier (Ses peintures s’étaient égarées entre Aix-en-Provence96 et la Sorbonne97). Je voudrais ton appui. Bon souvenir affectueux à Elsa.

109George Besson

15. Aragon à George Besson

  • 98 Voir sur ce point la thèse de Chantal Duverget, qui évoque les différends de George Besson avec Geo (...)
  • 99 Dernier no (1455) du 11 au 17 octobre 1972.
  • 100 « La Valse des adieux », Lettres Françaises no 1455, p. 3.

110Les deux lettres suivantes sont les seules à véritablement se répondre ; elles concernent la décision de George Besson de démissionner des Lettres françaises en 1969. Nous n’avons pas sa lettre de démission à laquelle répond Aragon, si bien que les raisons de son choix nous échappent en partie. Les options esthétiques de George Besson étaient visiblement en contradiction avec celles des « autres collaborateurs du service98 » ; étaient-elles en contradiction avec celles d’Aragon lui-même ? On peut en douter, considérant le ton amical de celui-ci, et les articles qu’il consacre les années précédentes, dans les Lettres françaises, à certains artistes comme Giacometti, de Staël, Picasso, Chagall… autant de peintres estimés par Besson. La lettre d’Aragon donne l’impression d’un homme fatigué, qui a du mal à lutter contre vents et marées. Le nombre inhabituel de « fautes », d’omissions de mots, ou de fragments de mots (que nous rétablissons entre crochets), traduit le trouble de l’auteur. Trois ans plus tard, Les Lettres françaises disparaissent99 et Aragon écrit : « Depuis des mois et des mois, je savais à quoi m’en tenir, je connaissais le fond de l’abîme100 ». Vercors, Pierre Seghers, Jean Cassou, Lucien Scheler et bien d’autres expriment leur estime et leurs regrets dans le dernier numéro du journal.

 

  • 101 Lettre écrite à l’encre bleu-noir.

111Le 25 juin [19]69101

112Mon cher ami,

  • 102 À partir du 30 mai 1969, la Correspondance entre Elsa Triolet et sa sœur porte trace de ces préoccu (...)

113Je n’ai jamais répondu à ta lettre du 7. V., et nous voici fin juin. Je voulais pourtant le faire. Mais à vrai dire, je ne savais me résoudre à ceci ou cela. Et puis ma vie dans ces deux mois n’a pas été facile. Je ne veux pas t’ennuyer de mes ennuis. Il s’y est seulement ajouté que la santé d’Elsa m’a donné de plus en plus d’inquiétudes. Quatre crises cardiaques en une semaine102. S’occuper à chaque minute de ce qu’elle fait, ne pas la laisser seule, ou du moins essayer de l’empêcher de sortir sans moi. Tu dois connaître ce genre de choses. Ma propre santé n’arrange rien, une maladie de Dupuytren me menace les deux mains, un traitement « nouveau » depuis la fin mars, qui aurait dû donner un résultat fin mai, n’en est pas encore arrivé là, et je risque bien de ne plus pouvoir, un jour ou l’autre, vivre que les mains fermées.

  • 103 Selon Chantal Duverget (op. cit. p. 216), George Besson avait déjà présenté sa démission en 1949.

114Mais ce n’est pas de cela qu’il s’agit. Comme je te l’ai dit plus haut, je ne savais trop quoi te répondre. Cela fait combien de fois que tu me donnes une démission que je n’accepte pas ?103 Je ne voulais pas me décider sans bien y réfléchir, dans un sens comme dans l’autre. Finalement, tu as sans doute raison, cela n’est pas supportable pour toi, pour des raisons que je ne vais pas discuter, de te trouver en contradiction perpétuel[le] avec mes autres collaborateurs du service. Je n’entre pas dans la question de comment tu les qualifies : cela, d’où tu es, doit avoir cet aspect. Trop de fois, je t’ai forcé à continuer. Il est évident que rien ne s’arrange. Même si, depuis, sans que je t’aie répondu, tu as essayé de poursuivre une collaboration que tu m’annonçais fin mai interrompre.

  • 104 Le soulignement de l’adjectif possessif met plutôt l’accent, selon nous, sur l’indépendance d’Arago (...)
  • 105 Le texte porte « s », comme si Aragon s’identifiait à Besson…
  • 106 « Mille regrets » : Elsa Triolet avait repris comme titre d’une de ses œuvres cette expression qu’e (...)

115Il n’est pas facile pour un homme de mon caractère, au-delà de tel ou tel incident, de considérer comme chose acquise la rupture d’une longue collaboration comme la nôtre. J’ai donc mis deux mois à t’écrire, hésitant. Mais il ne sert à rien de nier la réalité. Dans les conditions qui sont les miennes, et celles de mon104 journal, j’ai fini par me persuader qu’il ne fallait pas considérer ta lettre comme un simple mouvement d’humeur, mais comme la consta[ta]tion d’un état de fait. Aussi, avec un grand regret, comme si je me séparais d’un long pan de ma propre vie, ai-je fini par me résoudre à accepter ce départ que tu as voulu. Puis-je te demander de considérer ma décision comme opérante à partir du 1er Août ? Si la longue hésitation qui a été la mienne te rendai[t]105 insupportable ce prolongement, je le comprendrais. Avec mille et un regrets106.

  • 107 Les problèmes de la Rédaction des Lettres françaises sont donc minimes par rapport à l’amitié d’Ara (...)

116Et ma bien vieille affection à quoi rien, ni l’humeur ni les incidents anecdotiques107, ne peut retirer ce qu’elle a été, ce qu’elle [est], ce qu’elle demeure.

117Louis

16. George Besson à Aragon

  • 108 Carte postale en noir et blanc, représentant un tableau de Matisse, « Vue de Saint-Tropez, 1904 » ( (...)

118Une carte postale non datée108 répond à ce courrier d’Aragon, sur un ton plutôt acerbe :

 

11930. LAUDUN (Gard) [été 1969]

120Mon cher président, je suis attristé par les nouvelles que tu me donnes de ta santé et de la santé d’Elsa. De tout cœur, je vous souhaite des jours meilleurs. En ce qui concerne Les Lettres françaises, nous sommes d’accord.

121Ma disparition me permet de servir encore ton journal puisqu’elle lui assure, enfin, une politique artistique homogène.

122Mes pensées affectueuses pour Elsa et pour toi, mon cher Président.

123George Besson

17. George Besson à Aragon

  • 109 Carte double en noir et blanc, avec un portrait à l’encre de chine de George Besson, tête penchée ( (...)

124Les relations entre Aragon et George Besson ne s’éteignent pas avec la démission de celui-ci des Lettres françaises, comme en témoignent les deux lettres suivantes de George Besson : tout d’abord une carte de vœux109, sans doute pour l’année 1970 :

 

125[fin 1969 ?]

126Le vieil homme vous embrasse et vous souhaite une année heureuse.

 

18. George Besson à Aragon

  • 110 Feuillet de petit format, numéroté « 3 » dans le coin supérieur gauche et écrit à l’encre bleue.

127Ensuite ce fragment de lettre110, qui évoque le livre d’Elsa Triolet, Le Rossignol se tait à l’aube, paru en janvier 1970, aux éditions Gallimard :

 

128[début 1970]

129Pourquoi Louis ne parlerait-il pas du Rossignol dans La Gazette de Lausanne ?

130J’espère que vous n’êtes pas incommodés par le mauvais temps. Ici, il fait un hiver exécrable.

Notes

1 Lettre écrite à l’encre noire sur un papier 210 x 270 mm, publiée une première fois et commentée par Chantal Duverget dans le no 30 de Faites entrer linfini en décembre 2000, sous le titre « Aragon raconte sa guerre. Lettre de Carcassonne », p. 4-7.

2 Les parents de George Besson s’étaient installés en 1885 au 6, rue Reybert, à Saint-Claude, dans le Jura ; George Besson y conserva un logement jusqu’à la fin de sa vie

3 Sur les relations entre Aragon et Gaston Gallimard à ce moment-là, voir Michel Apel-Muller, « L’édition de 1942 des Voyageurs de limpériale ; une entreprise diabolique », RCAET no 1, p. 175 sqq.

4 A Javerlhac ; voir Pablo Neruda, Javoue que jai vécu, trad. Claude Couffon, Gallimard, 1975, p. 186-190 et lettre d’Aragon à Jean Paulhan, 1er octobre 1940, in Aragon Paulhan Triolet, « Le Temps traversé », Correspondance 1920-1964, éd. établie et annotée par Bernard Leuilliot, nrf Gallimard, 1994, p. 105-106. Désormais : « Le Temps traversé ».

5 Elsa Triolet évoque ce passage en juin 1940 à Arcachon dans son article des Lettres françaises en hommage à Marcel Duchamp, intitulé « D’un simple mortel », no 1252, 9 octobre 1968.

6 Il s’agit du château de Castel Novel, situé à Varetz, près de Brive-la-Gaillarde.

7 Aragon fut pris dans la « poche de Dunkerque » le 29 mai et y connut l’enfer des bombardements nazis ; Les Yeux dElsa, ainsi que Les Communistes (voir ORC, t. 26, p. 248-249 notamment) évoquent cette tragédie.

8 Le 1er juin 1940 sur le contre-torpilleur Flore.

9 Weygand était le chef des armées françaises depuis le 20 mai 1940 ; du 17 juin au 4 septembre 1940, il fut ministre de la Défense. Aragon l’évoque dans Les Communistes (ORC, t. 26, p. 79 sqq. notamment). Dans sa lettre du 17 octobre 1941 à Jean et Germaine Paulhan, Aragon reproduit les citations officielles motivant ses décorations (« Le Temps traversé », p. 115-117).

10 Drieu la Rochelle par exemple…

11 À ce propos, Elsa Triolet écrit à sa sœur Lili Brik le 1er février 1945 : « Nous navions pas dargent, on ne nous donnait nulle part de travail. Par bonheur les Américains ont traduit le roman d’Aragon Les Voyageurs de l’impériale et se sont mis à envoyer mensuellement une petite somme. Ils nous ont nourris pendant deux ans. » (Elsa Triolet Lili Brik, Correspondance 1921-1970, texte établi et traduit sous la direction de Léon Robel, Gallimard, 2000, p. 159-160). Voir ici-même l’article d’A. Whitfield.

12 Il s’agit du poème « Les Lilas et les Roses » (repris ensuite dans Le Crève-cœur), qu’Aragon avait lu à Jean Paulhan chez Jœ Bousquet et que Paulhan avait communiqué de mémoire au Figaro, par l’intermédiaire de Pierre Brisson, si bien que le texte comportait des erreurs. Voir Aragon, Œuvres poétiques complètes, t. I, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », p. 1446-1447. Désormais : OPC.

13 Par exemple « Pergame en France » ou « Les Croisés », parus dans le no de décembre.

14 « Le Printemps » parut dans le no 1 de Poésie 40, qui prit la suite de Poètes casqués 40 après la démobilisation.

15 Poètes casqués, revue créée par Pierre Seghers, qui publie dans son no 2 (20 février 1940) le poème d’Aragon « Les Amants séparés ». Voir aussi l’évocation de Pierre Seghers dans la lettre d’Aragon à Jean Paulhan du 1er octobre 1940 (« Le Temps traversé », p. 106).

16 Aragon et Elsa Triolet vont organiser avec lui le réseau de Résistance « Les Etoiles ».

17 Léon Moussinac, écrivain et critique de cinéma, collaborateur de LHumanité à partir de 1922, l’un des dirigeants de l’AÉAR créée en 1932 était un ami de longue date d’Aragon. Il avait été arrêté, emprisonné à la Santé, puis au camp de Gurs, relâché en février 1940 et laissé en liberté surveillée à Périgueux (voir Louis Parrot, LIntelligence en guerre, Le Castor astral, 1990, p. 23) ; Blanche ou lOubli évoque son arrivée à Périgueux, où il retrouve sa femme Jeanne, et, de façon romancée, leurs relations avec Aragon et Elsa Triolet.

18 Pierre Seghers habitait aux Angles, près de Villeneuve-lès-Avignon.

19 « […] le docteur Lévy avec qui tu as fait la guerre, Dunkerque, et qui habitait Antibes. Le docteur, un des fondateurs du mouvement Libération, avait, comme nous, quitté la Côte à lentrée des Italiens, mais, y étant par malheur retourné, sest fait prendre et a péri dans un camp. » Elsa Triolet, « Préface à une “vie de Michel Vigaud” », septembre 1965, ORC, t. 17, p. 15.

20 Dans Henri Matisse, roman, Aragon écrit : « Mais enfin qui, qui vraiment mavait donné ladresse de Matisse ? Quelquun à Paris ? Ou Seghers lavait-il ? Cela, non. Peut-être nous vint-elle par une lettre de George Besson… » (« Prière d’insérer », Henri Matisse, roman, t. 1, Gallimard, t. I, p. 35).

21 Sûrement « La Belle Épicière », datée de « Paris-Carcassonne 1940 » (ORC, t. 3, p. 254).

22 Très certainement Aurélien, écrit pendant la guerre ; à propos de l’époque à laquelle Aragon commence à écrire Aurélien, voir Corinne Grenouillet, « Celui qui croyait au ciel, celui qui n’y croyait pas, RCAET no 4, 1992, p. 280-283. Au même moment, Aragon entreprend d’écrire un roman sur Matisse, comme il l’explique dans Henri Matisse, roman : « Quand je ne métais pas encore mis à écrire Aurélien, javais eu la tentation de reprendre le rêve, fait avant même daller voir ce peintre, dun Henri Matisse, roman… » (op. cit., p. 16) ; voir ci-dessous.

23 « Célimène » était le nom du meublé loué par le couple : « Une chambre rose, précédemment le boudoir de dame Célimène, qui semblait aimer les couleurs tendres. La fenêtre donnait non pas sur la rue de France, mais par-derrière, sur un long passage perpendiculaire à la maison et qui aboutissait à la Promenade des Anglais, à la mer. » Elsa Triolet, « Préface à la contrebande », ORC, t. 3, p. 29.

24 Il est vrai que les lettres manuscrites de George Besson sont parfois difficilement lisibles…

25 Pierre Seghers.

26 Le no 1.

27 « Nous arrivâmes à Nice pour le réveillon du 31 décembre 1940 » écrit Elsa Triolet dans sa « Préface à la contrebande », op. cit., p. 29.

28 Né en 1897, Jœ Bousquet, poète, était demeuré paralysé à la suite d’une blessure de guerre en 1918 ; sa chambre, à Carcassonne, était devenue en 1940 une sorte de centre intellectuel de résistance ; Aragon l’évoque dans sa correspondance avec Paulhan, ainsi que dans Blanche ou loubli, à travers le personnage de Jim Labadie.

29 Gallimard.

30 Voir Bernard Leuilliot, « Le Temps traversé » note 2 p. 111 : « Gaston (ou Raymond) Gallimard faisait régulièrement le voyage de Cannes, ou la NRF disposait dun "bureau”, 8, rue Jean de Riouffe ».

31 Les Voyageurs de limpériale, dont il dit avoir sauvé les épreuves « des Flandres et de Dunkerque » (lettre à Jean Paulhan 11 juin 40, « Le Temps traversé », p. 102) et dont l’édition mouvementée a été retracée par Michel Apel-Muller dans le no 1 de RCAET (art. cité, p. 167-208). Selon ce dernier, les épreuves du roman étaient sorties des presses de l’imprimerie Bussière en décembre 1940.

32 Les Voyageurs… paraissent en feuilleton dans La NRF au début de l’année 1940 ; La NRF, fermée en novembre sur l’ordre de la police nazie, réouvrit en décembre, Drieu la Rochelle ayant pris la direction de la revue. Sur La NRF, Paulhan, Aragon et Drieu, voir Gisèle Sapiro, La Guerre des écrivains 1940-1953, Fayard, 1999, p. 380-422.

33 Il s’agit des poèmes du Crève-cœur, comme en témoignent également des lettres d’Aragon à Jean Paulhan, « Le Temps traversé », p. 107, 110 et 111.

34 Sur les hauteurs de Nice, où Matisse avait acquis en novembre 1938 un vaste appartement-atelier, dans l’ancien hôtel Régina, qui avait accueilli la Reine Victoria.

35 Sadoul. Selon Jean Rollin, critique d’art et Conservateur honoraire du Musée de Saint-Denis, « dès 1940 Georges Sadoul vient à Saint-Claude faire adhérer son ami Besson à lorganisation de résistance des intellectuels, “Les Etoiles” ». (Jean Rollin, « George Besson, écrivain d’art et paladin », 1991, in Les Annales de la SALAET, no 8, 2006, p. 260).

36 Les éditions Braun, dont George Besson était le directeur artistique, se replièrent à Lyon pendant la guerre. Pierre Braun était en danger en raison des lois antisémites de 1940-1941 (dites « Statuts des juifs »). Nous n’avons pu trouver de quel événement exact il est question ici.

37 Cette revue littéraire trimestrielle et artistique, gérée par Pierre Braun et dirigée par Pierre Betz, parut de 1937 à 1943, devenant clandestine pendant la guerre ; elle était alors réfugiée à Souillac (Lot), où vivaient Jean Lurçat et Tériade. Sur ce point, voir la thèse de Chantal Duverget, George Besson, critique dart et collectionneur (1882-1971), Université de Rennes 2-Haute Bretagne, 1997, p. 149-150.

38 S’agit-il dAurélien ? ou du « Roman de Matisse » ? Dans Henri Matisse, roman, Aragon évoque ses hésitations de l’époque : « Il faut le comprendre : sous le coup de lan quarante, je ne me sentais plus que le comparse dune tragédie à grand spectacle, une longue, amère insomnie, et lidée même du roman, dun roman, revêtait pour moi le caractère de limpossibilité. Dautant que mon dernier écrit de cette espèce étrange, Les Voyageurs de l’Impériale, je lavais achevé dans le tonnerre de la déclaration de guerre, et reprendre ce genre de travail, je ne sais trop comment, supposait à mes yeux que tout le reste, tout ce désordre de ma tête et du monde eût repris sa place… Au fond, ce rêve dHenri Matisse comme roman, cétait une façon de tricherie avec moi-même, une de ces histoires quon se raconte, quon raconte à un mourant […] » (op. cit., t. I, p. 16-17). C’est, selon lui, l’écriture du Cheval blanc par Elsa Triolet, qui fait pencher la balance du côté d’Aurélien, déjà entrepris ; en tout cas, les deux projets sont liés.

39 Elsa Triolet évoque « ce goût de cendres que nous avions tous dans la bouche » après la défaite de 1940, et l’atmosphère trouble de cette période « Préface à la contrebande », op. cit ; p. 33 ; c’est « au début de 1941 » que Georges Dudach vient frapper à leur porte, « de la part des camarades… De Paris… » (ibid., p. 30) ; ce contact retrouvé est-il l’explication du changement d’atmosphère suggéré par cette formule ? Ou bien les relations qu’ils retrouvent à Nice : Pierre Abraham et Gabrielle Gras, par exemple ?

40 Jean Richard Bloch avait été co-directeur de Ce soir avec Aragon et avait soutenu les Républicains espagnols. Il est l’auteur de nombreux livres, entre autres de La Nuit kurde (1925) et Espagne, Espagne ! (1936).

41 L’Union soviétique, où Jean-Richard Bloch parvint au printemps 1941, via Berlin. Après avoir défendu devant le 3e Tribunal militaire de Paris les 44 députés communistes accusés de trahison, il avait essayé en vain d’être mobilisé en mai 1940. Après l’interdiction de Ce soir, et se sentant menacé en tant que juif et communiste, il accepta l’offre de l’ambassade soviétique de se rendre en URSS en avril 1941. Il fut « la voix de la France » à Radio-Moscou et revint en France en 1944 (Voir wwwetudes-jean-richard-bloch.org).

42 Matisse était parti à Lyon le 7 janvier 1941 pour y être opéré et ne rentra à Nice que le 23 mai ; voir Henri Matisse, roman, op. cit., p. 33. George Besson était passé le voir à Lyon le 30 avril (Lettre de Matisse à Bonnard du 2 mai 1941, in Bonnard/Matisse, Correspondance, présentation de Jean Clair et Antoine Terrasse, Gallimard, 1991, p. 96).

43 Très certainement le peintre et graveur belge Frans Masereel, comme me l’a suggéré Chantal Duverget. Pacifiste au moment de la Grande Guerre, Frans Masereel s’était rendu en Espagne, aux côtés des Républicains pendant la guerre civile. En 1940, sa maison du quartier des « quilles en l’air » (des coques de bateaux retournées) à Equihen (Pas-de-Calais) fut occupée par les Allemands et Masereel se réfugia à Avignon, à l’adresse indiquée par Aragon.

44 Elsa Triolet et Aragon s’étaient mariés le 28 février 1939.

45 Sur la NRF de Drieu, voir Gisèle Sapiro, op. cit. p. 402 sqq. S’agit-il du no 324, du 1er février 1941, qui comporte l’un des « Feuillets » d’André Gide, écrit dans l’esprit d’un rapprochement franco-allemand, et un article de Drieu la Rochelle, intitulé « Le Corps », stigmatisant Zola et Baudelaire, qui fit scandale dans le monde littéraire ?

46 Le dossier ne comporte pas de poème joint à cette lettre.

47 Aragon va lui dédier « La Rose et le Réséda » ; « Ballade de celui qui chanta dans les supplices » ainsi que « Légende de Gabriel Péri » sont écrits pour les 1er et 2e anniversaires de sa mort. Lorsqu’en 1943, Aragon et Elsa Triolet se rendent à Paris, ils transportent avec eux l’« Autobiographie » de Gabriel Péri, petit ouvrage sulfureux demandant la publication du Livre blanc des négociations anglo-franco-soviétiques et mettant en cause la France et l’Angleterre dans l’échec des pourparlers. Voir mon article : « Elsa Triolet dans la Résistance » en ligne sur le site ERITA (www.louisaragon-elsatriolet.com).

48 Aragon et Elsa Triolet passent les deux mois d’été à Villeneuve-lès-Avignon, Nice leur paraissant de moins en moins sûre.

49 Sur cette revue, voir note 7, p. 257 (Lettre du 14 janvier 1941).

50 Les Yeux dElsa paraissent le 15 mars 1942 aux éditions La Baconnière, dans la « Collection des Cahiers du Rhône » créée par Albert Béguin. Voir Corinne Grenouillet, « Celui qui croyait au ciel et celui qui n’y croyait pas… », RCAET no 4, 1992, notamment p. 234-236.

51 Paru aux éditions Ides et Calendes en septembre 1943 à Neuchâtel.

52 Écrit aussi à l’encre bleue, sans rature, sur un papier de même format. Le volume OPC, t. 1, signale que le manuscrit de ce poème manque au Fonds Triolet/Aragon.

53 Geoges Politzer, Jacques Solomon, Jacques Decour, Georges Dudach.

54 « Rappelez-NOUS » et trois vers plus loin : « Réveillez-NOUS », et non pas « vous », comme on peut le lire dans les versions imprimées. « Je sais la force des mots, la force des mots-tocsin » écrivait Maïakovski. Dans cet « Art poétique » qui constitue une réflexion sur la forme et le rôle de la poésie, Aragon s’adresse, lui, aux rimes, dont il a affirmé l’importance d’une part dans « La Rime en 1940 », article paru dans Poètes casqués 40 (avril 1940), repris dans Le Crève-cœur et d’autre part dans « Arma virumque cano » (Les Yeux dElsa). La rime « participe à la nécessité du monde réel […] elle est le chaînon qui lie les choses à la chanson, et […] fait que les choses chantent » écrit-il dans « La Rime en 1940 ». « Jamais peut-être faire chanter les choses na été plus urgente et noble mission à lhomme, quà cette heure où il est plus profondément humilié, plus entièrement dégradé que jamais ; […] À cette heure où ta déraisonnable rime redevient la seule raison. » (OPC, t. I, p. 730). Le thème du chant est essentiel dans ce poème, qui s’inscrit dans la lignée du premier vers de LÉnéïde.

55 Personne ne maime, première partie, écrite à la fin de 1944 et en 1945, du roman Anne-Marie, parut en 1946 à la Bibliothèque française. La deuxième partie, Les Fantômes armés parut en 1947 chez le même éditeur.

56 René Lalou, critique littéraire, avait inclus un poème de Charles Maurras dans son anthologie Les Plus beaux poèmes français (« La Lyre d’Orphée », PUF, 1946) et s’était attiré une réponse cinglante d’Aragon dans Les Lettres françaises : « M. René Lalou et notre honneur » (no 106, 3 mai 1946). Le 28 mai, René Lalou fut exclu du CNÉ à l’unanimité des écrivains présents, dont François Mauriac. Répondant à Jean Paulhan qui lui exprimait son désaccord, Aragon écrit : « Mais, membre du CNÉ, Lalou en a accepté la règle : ne pas collaborer avec ceux qui sont sur la liste noire, pouvait-il ignorer que Maurras y frit ? et si pas Maurras, qui ? » (« Le Temps traversé », lettre 127, avant le 8 juin 1946, p. 192-193).

57 René Lalou avait publié une Histoire de la Littérature française contemporaine en 1924 aux éditions Crès (Paris), éditions dont George Besson était devenu le directeur artistique en 1925.

58 Lettre écrite à l’encre noire, sur papier à lettres à en-tête de la Direction de Ce soir.

59 Nous n’avons pas retrouvé de quelles « lignes » et de quelle note il s’agissait.

60 Lettre écrite sur papier à en-tête de la Direction artistique des Éditions Braun & Cie-Paris, cachet postal du 01 XII 1949, Paris, adressée à « Louis Aragon [18 rue de la Sourdière Paris] aux bons soins Librairie Gras 12 rue Paradis Nice A. M »

61 Le deuxième « fascicule » des Communistes (septembre-novembre 1939) fut achevé d’imprimer le 14 octobre 1949.

62 Peut-être LInspecteur des ruines, paru en 1948 à La Bibliothèque française.

63 Sic.

64 Mireille Glodek-Miailhe, née àParis en 1921, d’une famille juive venue d’Europe de l’Est, avait été l’élève du peintre Mané-Katz ; réfugiée à Banyuls en 1940, elle avait fréquenté le sculpteur Maillol. Ayant rencontré Jean Miailhe, elle le suivit à Toulouse où il était chef d’état-major des combattants de la Résistance, sous les ordres de Jean-Pierre Vemant. Elle entra elle aussi dans l’action clandestine contre l’occupant, puis devint après-guerre et jusqu’à nos jours un peintre reconnu. Le prix Fénéon lui fut attribué en 1949, ce qui correspondait au choix de George Besson.

65 Francis Jourdain (1876-1958), peintre et décorateur (entre autres de la Samaritaine, dont le père, Frantz Jourdain, fondateur du Salon d’Automne, fut l’architecte), proche des Nabis et des Fauves, était partisan de « l’art pour tous ». Il collaborait régulièrement aux Cahiers dAujourdhui, dirigés par son ami George Besson et adhéra à l’AÉAR en 1932. Il fut pourchassé par la Gestapo pendant la seconde guerre mondiale, et exerça, après-guerre, une importante activité de critique d’art.

66 Deux feuillets 140 x 215 mm, écrits à l’encre noire.

67 Claude Roy (1915-1997), après avoir fréquenté dans sa jeunesse l’Action française, s’était engagé pendant la Résistance dans le réseau des Etoiles où il avait rencontré Aragon et Elsa Triolet. Il avait collaboré à Poètes casqués 40, puis à Poésie 41 à partir de janvier de la même année, publié des poèmes en février 1943 dans La NRF dirigée par Drieu et d’autres dans Poésie 43 (Voir sur ce point « Le Temps traversé », p. 151-153). Il est l’auteur de nombreux essais, romans et poèmes publiés après-guerre.

68 Écrivain, critique d’art, journaliste (de 1944 à 1953, elle est directrice du service culturel, puis grand reporter du quotidien LHumanité), Hélène Parmelin (1915-1998), femme du peintre Édouard Pignon, avait écrit un premier roman, La Montée du mur (des Fédérés), paru en 1950 aux ÉFR, qui obtint le Prix Fénéon en 1951, conformément au souhait d’Aragon.

69 Écrivaine née à Roubaix, dont le premier roman, Leur Sale Pitié, date de 1950.

70 Beatrix (et non Beatrice) Beck, écrivaine belge, née en 1914, communiste, publia un premier roman enl948, Barny, et devint la secrétaire de Gide. Elle est l’auteur notamment d’Une Mort irrégulière (1950) et de Léon Morin, prêtre (1952) qui obtint le Prix Goncourt.

71 Pierre Pruvost (1921-2008), peintre français, sociétaire du Salon d’Automne, obtint le prix Fénéon en 1951.

72 « Ainsi, le critique Charles Estienne publie-t-il, dès 1950, un pamphlet qui fustige lacadémisation de labstraction française, devenue non pas une mode mais quelque chose de plus grave : une nouvelle routine, une nouvelle usure de lœil et de lesprit ». Catherine Francblin, Les Nouveaux Réalistes, Éditions du Regard, 1997, p. 14.

73 Bernard Buffet (1928-1999) exposa pour la première fois un « Autoportrait » en 1946 ; en 1947, sa première exposition personnelle est présentée par Pierre Descargues et l’un de ses tableaux est acheté par le Musée d’Art Moderne de Paris ; en 1948, la galerie Drouant-David lui propose un contrat d’exclusivité et il reçoit le Prix de la Critique, ex-aequo avec Bernard Lorjou, de vingt ans plus âgé que lui.

74 Publié dans les nos 453 et 454 des 19 et 26 février 1953. Article repris dans : Aragon, Écrits sur lart moderne, Flammarion, 1981, p. 97-112. Désormais : ÉAM.

75 ÉAM, p. 105.

76 En 1952, le général Ridgway, précédemment commandant en chef en Corée et connu pour son bellicisme, remplaçait le général Eisenhower comme commandant suprême des forces de l’OTAN ; un projet d’armée européenne était en cours.

77 ÉAM, p. 103-104.

78 Lettre tapée à la machine, avec signature manuscrite à l’encre bleu-noir ; papier à lettre à en-tête : 27, Quai de Grenelle Paris (XVè) – TEL : SUF. 62-87 (adresse personnelle de George Besson).

79 La galerie Drouant-David, située 52, rue du faubourg Saint-Honoré, avait « lancé » le jeune peintre Bernard Buffet en avril 1948, sur les conseils d’un collectionneur, le Docteur Girardin. Concernant le « gang Drouant-David » (supra, p. 268), Claude Roger-Marx, écrivain et critique littéraire célèbre (1888-1977), tenait la rubrique artistique du Figaro littéraire ; Jean Bouret, était, lui, un des critiques d’art des Lettres françaises, qui défendait Delvaux, Balthus… (Voir Chantal Duverget, op. cit., p. 218-220) ; quant à Jean Giono, il avait mis à la disposition de Bernard Buffet, en 1951, une petite maison à Manosque, qui pouvait lui servir d’atelier.

80 Un tableau, intitulé « Le Couple », correspond à cette description.

81 Bernard Buffet a peint un portrait du général de Gaulle (publié en couverture du Times en 1959) ; la ressemblance avec les visages du « Couple » est en effet frappantes.

82 L’article d’Aragon montre que des raisons de ce type sont effectivement entrées en ligne de compte (Voir ci-dessus l’appel à une sorte d’union des plasticiens face au marché américain).

83 L’écrivaine Martine Monod, devenue par la suite grand reporter à LHumanité, obtint le prix Fénéon en 1955 pour Le Whisky de la reine, EFR, 1954. Chambrin était un peintre se situant dans la lignée du Fauvisme et du Cubisme ; Michel de Gallard, né en 1921, un membre fondateur du Salon des jeunes peintres, proche de Rebeyrolle et de Thompson, avec qui il formait un groupe. Enfin, Michel Thompson (1921-2007), lié au peintre Rebeyrolle et à Bernard Buffet avait exposé en 1945 au Salon des Indépendants et en 1946 à la galerie Maeght. 11 fonda en 1948 le groupe de « L’Homme témoin » avec, entre autres peintres, Lorjou, Buffet et Rebeyrolle ; ce groupe prit position pour une peinture résolument figurative et s’opposant nettement au courant jugé « à la mode » de la peinture abstraite. Michel Thompson avait obtenu en 1952 une bourse du jury du Prix Fénéon.

84 Par déduction ; carte postale en couleur reproduisant un détail du tableau de Bonnard « Place Clichy ».

85 LIntroduction aux littératures soviétiques a été achevée d’imprimer le 28 juin 1956.

86 C’est en mars 1918 qu’Aragon publie ses premiers poèmes et ses premières proses ; dès 1916, il est un habitué de la « Maison des Amis des Livres » d’Adrienne Monnier, lieu de rencontre de nombreux écrivains, intellectuels, personnalités du monde artistique et littéraire, dont Gaston Gallimard. L’on ne sait quand ce dernier commence à fréquenter la librairie-bibliothèque d’Adrienne Monnier, mais le 13 juin 1918, il y achète Calligrammes d’Apollinaire, comme en témoignent les archives de la librairie. A-t-il pu connaître Aragon ou entendre parler de lui dès 1917 ? Les dates ne coïncident pas et la « célébrité » d’Aragon évoquée par George Besson n’est pas à prendre au pied de la lettre, mais plutôt comme une image, renforcée par le « Ah ! jeunesse… ».

87 No 688, 19 septembre 1957.

88 Feuillet non daté : 1957 par déduction.

89 Par déduction. Lettre à en-tête avec l’adresse de George Besson ; no de téléphone corrigé : « SEGUR 63. 71. SUF. 62. 87 » ; papier à lettre décoré d’un dessin de Marquet, imprimé à l’encre bleu-noir, représentant le Quai de Grenelle vu de la fenêtre de George Besson, dans le coin supérieur droit.

90 Roger Garaudy, philosophe et responsable communiste publie dans LHumanité du 13 décembre 1958 un article intitulé « Le Comité central du Parti Communiste Français salue la parution du roman d’Aragon » et qui se félicite qu’Aragon ait su « remonter aux sources du sentiment national ». Sur ce point et sur la réception de La Semaine sainte, voir Corinne Grenouillet, « Bibliographie analytique de la Critique sur La Semaine sainte », Histoire/roman : La Semaine sainte dAragon, Actes du Colloque dAix-en-Provence, septembre 1987, Publications Université de Provence, p. 327-389.

91 Paru en octobre 1958 chez Gallimard, le roman a connu un succès immédiat.

92 Professeur agrégé de Lettres classiques et ancien Résistant (il avait participé aux combats pour la Libération de Paris et notamment à la prise du Ministère de l’Éducation nationale avec Henri Wallon), Marcel Cornu avait en charge depuis 1951 la rubrique d’architecture et d’urbanisme des Lettres françaises.

93 Par déduction : Jean Paulhan est décédé le 9 octobre 1968 ; il participait encore au jury Fénéon cette année-là (prix décerné au peintre Maly). Lettre écrite sur un papier à en-tête du « 27, Quai de Grenelle Paris – TEL : SUF. 62-87 » et décoré dans la partie supérieure droite du même dessin de Marquet que dans la lettre 13. (Ce n’est pas le même papier à lettre car le numéro de téléphone a été actualisé)

94 Voir plus haut.

95 Plus connu sous le nom de Yaude, Jean Duraffburg (1937-2007), natif du Jura, a fait le portrait de George Besson.

96 Jean Duraffourg a vécu en Provence, puis en Dordogne.

97 Où était décerné le prix.

98 Voir sur ce point la thèse de Chantal Duverget, qui évoque les différends de George Besson avec Georges Boudaille (op. cit., p. 216 sqq.) ou avec Jean Bouret (voir supra n. 1 p. 269).

99 Dernier no (1455) du 11 au 17 octobre 1972.

100 « La Valse des adieux », Lettres Françaises no 1455, p. 3.

101 Lettre écrite à l’encre bleu-noir.

102 À partir du 30 mai 1969, la Correspondance entre Elsa Triolet et sa sœur porte trace de ces préoccupations de santé (op. cit., p. 1498 sqq.)

103 Selon Chantal Duverget (op. cit. p. 216), George Besson avait déjà présenté sa démission en 1949.

104 Le soulignement de l’adjectif possessif met plutôt l’accent, selon nous, sur l’indépendance d’Aragon, plutôt que sur son autorité.

105 Le texte porte « s », comme si Aragon s’identifiait à Besson…

106 « Mille regrets » : Elsa Triolet avait repris comme titre d’une de ses œuvres cette expression qu’elle avait lue sur des pierres tombales.

107 Les problèmes de la Rédaction des Lettres françaises sont donc minimes par rapport à l’amitié d’Aragon pour George Besson.

108 Carte postale en noir et blanc, représentant un tableau de Matisse, « Vue de Saint-Tropez, 1904 » (Musée de Bagnols-sur-Cèze, 30 – Gard).

109 Carte double en noir et blanc, avec un portrait à l’encre de chine de George Besson, tête penchée (sans doute écrivant), par Jacqueline Bret-André ; carte écrite à l’encre bleu-noir ; datation d’après son rangement dans le dossier du Fonds Triolet/Aragon.

110 Feuillet de petit format, numéroté « 3 » dans le coin supérieur gauche et écrit à l’encre bleue.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search