Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°12

 | 
Corinne Grenouillet

Aragon George Besson. Correspondance inédite

Besson – Aragon, une amitié politique et artistique (1935-1969)

Chantal Duverget

Résumé

Dans les années 1934-36, George Besson s’implique dans l’Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires (AÉAR). Lors de la constitution de la Maison de la Culture, rue de Navarin, le secrétaire général, Aragon, le charge d’organiser une exposition Courbet qui a lieu en juin 1936.
En avril 1935, Aragon avait écrit dans Commune le texte le plus caractéristique sur le réalisme socialiste, rejoignant Besson dans la préférence au réalisme de Courbet. Aragon devient en octobre secrétaire de rédaction de Commune et invite George Besson à y écrire de mars 1936 à juillet 1939. Dans Commune d’août 1936, Besson rendra compte des débats sur la querelle du réalisme organisés à la Maison de la Culture.
Son engagement public vaut à George Besson d’être sollicité pour écrire dans des publications liées au Parti communiste. Jusqu’en juillet 1939, ce sont au total quatre-vingt-treize articles qu’il écrira dans LHumanité. Tout en menant de front une carrière d’éditeur et de journaliste, George Besson est présent dans les instances politiques du parti, aux côtés de son ami Marcel Cachin.
Dès l’entrée en guerre, George Besson s’était réfugié à Saint-Claude. Là, il reçoit le 20 décembre 1940 une longue lettre d’Aragon démobilisé qui lui raconte « sa » guerre et ses projets.
Sollicité par Francis Jourdain, George Besson deviendra membre du CNÉ (Comité National des Écrivains) en 1946 et le restera jusqu’en 1950. Par Aragon, George Besson est introduit dans la Société Fénéon qui récompense chaque année des artistes ou écrivains français de moins de trente-cinq ans.
Aragon l’appelle encore à ses côtés lorsqu’il redevient en 1945 codirecteur de Ce Soir. Après avoir repris en main Les Lettres Françaises en 1953, il permettra surtout à George Besson d’y assurer une chronique artistique régulière pendant vingt ans. Dans les années 50-70, Besson consacrera un grand nombre d’articles des Lettres françaises à évoquer ses souvenirs avec les novateurs de sa jeunesse : Renoir, Matisse et Bonnard.

Texte intégral

1Si la politique est à l’origine de la rencontre entre George Besson et Aragon, ce sont des convergences artistiques qui favorisèrent leur amitié et permit à celle-ci de durer plus de trente ans.

La Défense de la culture (1934-1935)

L’exposition Courbet

  • 1 Francis Jourdain était le fils de Frantz Jourdain, architecte des Grands Magasins de la Samaritaine (...)

2Dans les années 1934-36, comme beaucoup d’intellectuels, George Besson s’implique dans des associations pacifistes et antifascistes. Celles-ci ont pour nom le Comité d’Amsterdam-Pleyel (officiellement baptisé « Mouvement de lutte contre la Guerre et le Fascisme ») et l’AÉAR (Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires). Le 27 mai 1932, Henri Barbusse et Romain Rolland lancent un appel pour un Congrès mondial contre la guerre. George Besson qui avait déjà marqué à Romain Rolland sa sympathie en 1914-1918, suit cette nouvelle démarche, d’autant que son ami Francis Jourdain1 est l’un des quatre secrétaires du comité.

  • 2 Dès le début de 1933, l’AÉAR avait rallié Louis Aragon, André Breton, Paul Éluard, Eugène Dabit, Él (...)
  • 3 Le siège de la Maison de la Culture fut d’abord 12, rue de Navarin (9e), puis 26, rue d’Anjou (8e), (...)

3L’AÉAR se développe en France à la faveur du climat d’unité précédant l’avènement du Front populaire en parvenant à rallier à sa cause des intellectuels « bourgeois2 ». Ceux-ci sont encouragés par le soutien d’écrivains prestigieux comme André Gide qui accepte de présider des réunions organisées par elle et de figurer dans le Comité directeur de la revue de l’AÉAR, Commune. Il semble que ce soit surtout un autre projet de l’AÉAR, à savoir celui de la Maison de la Culture, qui ait amené George Besson à s’investir au sein de l’association. Inaugurée au début de 1935, la Maison de la Culture3 qui venait de choisir Aragon comme secrétaire général, réunissait outre l’AÉAR l’Union des Théâtres Indépendants de France, la Fédération Musicale Populaire et l’Alliance du Cinéma Indépendant. Elle se donnait pour objectifs la défense de la culture en rapport avec l’art contemporain et le ralliement des professions artistiques aux thèses antifascistes avec une assise populaire.

  • 4 George Besson « Collages et dessins », in Les Lettres françaises, 1er avril 1965.
  • 5 LHumanité, 7 juin 1936, p. 8.

4Dans un article « Collages et dessins », George Besson relatera plus tard les circonstances de sa première rencontre avec Aragon : « Personnellement, je croyais connaître mon ami Courbet mieux que le directeur des Lettres françaises puisqu’en 1934, lorsque je vis Aragon pour la première fois à la Maison de la Culture de la rue de Navarin, il me chargea d’organiser une exposition de tableaux du gars d’Ornans. La bonne blague ! Je suis sûr qu’il avait déjà en tête son Exemple de Courbet qui n’a rien à voir avec ce qui fut écrit par Riat, Léger, Chamson ou Zahar sur le peintre et sur l’homme4 ». Besson est remercié de l’exposition Courbet qui eut lieu en juin 1936 à la Maison de la Culture par F insertion de sa photographie dans LHumanité5.

Critique d’art à Commune et Ce Soir

  • 6 George Besson écrivit quarante-sept articles pour Commune entre mars 1936 et juillet 1939. Il y ass (...)

5En avril 1935, Aragon écrit dans Commune le texte le plus caractéristique sur le réalisme socialiste, rejoignant Besson dans sa préférence du réalisme de Courbet. Succédant à Paul Vaillant-Couturier, Aragon devient en octobre secrétaire de rédaction de Commune. C’est lui qui invitera George Besson à écrire dans Commune à partir de mars 1936. Besson rendra compte, dans Commune d’août 1936, des débats sur la querelle du réalisme organisés à la Maison de la Culture. L’article qui parut dans le numéro 31 dans la rubrique « Les expositions », marque le début d’une collaboration régulière à Commune jusqu’en juillet 19396.

  • 7 Bulletin du Comité du CVIA n° 29, 15 octobre 1935, p. 2 et 16, Bibliothèque Nationale. La « Réponse (...)

6L’AÉAR s’allie alors avec le Comité de Vigilance des Intellectuels Antifascistes qui s’illustra surtout dans des actions liées à la politique extérieure, pour le manifeste « Réponse aux Intellectuels fascistes » à propos du conflit italo-éthiopien. Parmi les signatures obtenues le 15 novembre 1935 figurent un certain nombre de membres de l’AÉAR dont Louis Aragon, André Gide, Romain Rolland, André Malraux, Jean Cassou, Jean Guéhenno, Charles Vildrac, Paul Nizan, Paul Vaillant-Couturier, Jean-Richard Bloch ainsi que celle de George Besson7. Mais les deux organisations ne tarderont pas à devenir rivales. En adhérant à l’AÉAR, George Besson est invité à faire du prosélytisme et à apporter sa caution aux diverses initiatives prises par les responsables.

Collaborateur de LHumanité

  • 8 Léon Moussinac (1890-1964), écrivain et critique d’art communiste. Il fut directeur du journal Rega (...)

7Son engagement public vaut à George Besson d’être sollicité pour écrire dans des publications liées au Parti communiste. Mais il était un collaborateur extérieur au journal et ne faisait pas partie de la rédaction de LHumanité. Aragon avait fait appel à un certain nombre d’amis dont Moussinac8, Jourdain et Besson. Le premier article de Besson paraît le 17 novembre dans la nouvelle rubrique « Les Lettres et les Arts » créée en 1935, semble-t-il, à la suite d’une suggestion de Paul Signac à Marcel Cachin. Jusqu’en juillet 1939, ce sont au total quatre-vingt-treize articles qu’il écrira dans lHumanité.

L’Engagement communiste (1936-1939)

Démission de la SFIO

  • 9 Souvenirs de George Besson, dictés à Jacqueline, 19 novembre 1970, p. 5.

8Compte tenu de l’imbrication de l’AÉAR par rapport au Parti communiste, il paraît difficile de déterminer si c’est l’adhésion de George Besson à l’AÉAR qui a préparé son engagement au Parti communiste ou si c’est son glissement progressif vers le Parti communiste qui l’a amené à s’impliquer dans l’association. En effet, en 1935, la défense de la culture devient le point fort du programme antifasciste du Parti communiste. George Besson déclare avoir été incité à l’adhésion au Parti communiste par un événement de politique extérieure : « En 1912 […] Adhésion au Parti Socialiste SFIO que je ne quittai quen 1935 lors de la Guerre civile dEspagne, lorsque Léon Blum, influencé par les Anglais, refusa des avions aux Républicains espagnols […]9 ». Aussitôt, il devient membre de la cellule Langevin-Wallon qui est celle de son arrondissement. À cinquante-trois ans, cet engagement politique est mûrement réfléchi. George Besson était préparé à ce tournant, l’antifascisme étant considéré alors comme le noyau dur du pacifisme.

Ami de Marcel Cachin

  • 10 Paul Vaillant-Couturier décéda subitement le 10 octobre 1937 à l’âge de 44 ans. À l’époque présumée (...)
  • 11 Deux de ces photographies furent publiées par un éditeur allemand dans un recueil de textes d’artic (...)
  • 12 LHumanité, 13 octobre 1937, p. 7.

9Tout en menant de front une carrière d’éditeur et de journaliste, George Besson est de plus en plus présent dans les instances politiques. Des photographies conservées dans les Archives Besson, le montrent participant à une réunion en compagnie des plus hauts dirigeants du parti, Maurice Thorez, Marcel Cachin, Jacques Duclos, Paul Vaillant-Couturier10, Benoît Frachon, Gaston Monmousseau et Florimont Bonte11. Pourtant le nom de George Besson n’a jamais figuré dans l’organigramme du Bureau politique, ni du Comité Central. La place qu’il occupe à cette réunion indique sa qualité d’invité. Il s’agit peut-être d’honorer l’organisateur de l’exposition Courbet à la Maison de la Culture d’autant qu’une autre photographie représente l’état-major du parti devant des tableaux. Il est probable aussi que sa qualité d’ami personnel de Marcel Cachin a permis à George Besson de s’introduire parfois dans les plus hautes instances du parti. En 1937, lors de l’hommage rendu à la mémoire de Vaillant-Couturier, son nom est cité dans LHumanité au titre des « Individualités12 ». En remerciement, les publications des Éditions Braun dont il s’occupe depuis 1932, seront régulièrement annoncées dans LHumanité à la rubrique « Quelques livres d’art » ou « Livres reçus », de même que les expositions de la Galerie Braun à la rubrique « Les Expositions ».

George Besson (debout) en compagnie des dirigeants du PCF, vers 1936. (Photographie Archives Besson). De gauche à droite, Maurice Thorez, Marcel Cachin. De dos (au centre), Paul Vaillant-Couturier.

Pétition au sujet de la Guerre d’Espagne

  • 13 Le texte original de la pétition : « Déclaration des intellectuels républicains au sujet des événem (...)
  • 14 Dans la rubrique « Lettres et arts » de Ce Soir, la chronique de George Besson « Le marchand de cou (...)

10George Besson apporte un témoignage de son engagement en signant la grande pétition publiée en décembre 1936 dans le numéro 40 de la revue Commune : « Déclaration des intellectuels républicains au sujet des événements d’Espagne ». Les mille quatre cents signataires allégués par Commune étaient précédés par une première liste de quarante et un noms d’universitaires intitulée « Professeurs » et une seconde liste de quatre-vingt-quatorze « Ecrivains », dans laquelle étaient regroupés en vrac non seulement les gens de plume, mais le barreau, la scène, les peintres et les architectes. Dans la disposition typographique d’origine, George Besson y était suivi par Jean Cassou. Les deux premiers signataires des « Ecrivains » étaient Romain Rolland et André Gide, tandis que le nom de Madame Ginette Signac, peintre, avait été délibérément choisi pour clore la liste générale13. Si le texte débutait par un appel pour lutter contre le danger fasciste et un hommage à la résistance des républicains espagnols, l’essentiel du contenu est une adresse au gouvernement du Front Populaire pour s’indigner des « violations de laccord dit de “non-intervention” », preuves à l’appui, et exiger la reprise des relations commerciales avec le gouvernement espagnol. Lorsque le quotidien Ce Soir fut lancé, le 1er mars 1937, pour concurrencer le journal de Jean Prouvost Paris-Soir, Aragon, son directeur fait encore appel à lui. Jusqu’en août 1939, Besson y assurera une chronique presque quotidienne d’échos du monde artistique intitulée « Le marchand de couleurs14 ».

La période de la guerre (1939-1945)

Correspondants de guerre

  • 15 Le 31 décembre 42, René Tavernier héberge Aragon et Elsa à Monchat, un quartier de Lyon. C’est là q (...)
  • 16 Adèle Besson écrit le 2 octobre 1945 à Aragon et Elsa, à Lyon : « […] Nous pensons souvent à ces bo (...)

11Dès l’entrée en guerre, George Besson s’était réfugié à Saint-Claude. Là, il reçoit des messages de ses amis en zone libre ou occupée et transmet des nouvelles de la bande à ses divers correspondants. Ainsi, lui arrive le 20 décembre 1940 une longue lettre d’Aragon démobilisé qui lui raconte « sa » guerre et ses projets littéraires. Aragon et Elsa venaient alors de faire la connaissance de Pierre Seghers et allaient séjourner chez lui aux Angles, village proche de Villeneuve-les-Avignon. Aragon souhaitait se rendre à Nice pour Noël et demandait à Besson l’adresse de Matisse pour rendre visite à celui-ci. Cette rencontre n’aura finalement pas lieu avant Noël 1941, Matisse quittant Nice le 7 janvier 41 pour se faire opérer d’une tumeur à Lyon. Aragon manifeste à George Besson son désir de le retrouver et lui dit toute son affection et celle d’Elsa en des termes très sensibles. Si l’on en croit une lettre d’Adèle Besson, cette rencontre eut bien lieu, vraisemblablement entre janvier et juillet 1943, au moment où Aragon résidait à Lyon15 distante seulement d’une centaine de kilomètres par rapport à Saint-Claude16. Aragon saura donner à George Besson des preuves de son attachement en l’appelant à ses côtés au moment de la constitution de l’équipe de rédaction des Lettres françaises.

Aragon et le CNÉ

  • 17 Siège du CNÉ : Maison de la Pensée française, 2, rue de l’Élysée, Paris 8e.
  • 18 . Le second numéro légal des Lettres françaises parut le 30 septembre 1944.

12À la Libération, le CNÉ (Comité National des Écrivains) mis sur pied par Aragon pendant la guerre obtient un succès considérable. Il est considéré comme l’organisation représentative du monde littéraire, toutes écoles et obédiences confondues. De Gide à Valéry tous les écrivains en vue veulent y adhérer, y compris Duhamel qui avait refusé d’en être le fondateur. Aragon en est le secrétaire général, mais c’est Elsa qui en assure le fonctionnement quotidien et qui reçoit à la Maison de la Pensée française17. Portées par le courant, Les Lettres françaises18 publiant Mauriac et Sartre, dépassent cent mille exemplaires. La première mesure prise par le CNÉ est la création d’une commission pour établir la liste des écrivains collaborateurs avec lesquels les membres du CNÉ refusaient de voisiner dans les publications. Cette commission, composée notamment d’Éluard, de Queneau et Debû-Bridel, produisit deux listes parues dans Les Lettres françaises en novembre 1944. Les noms de Montherlant, Jouhandeau, Brasillach, Drieu La Rochelle, Céline et Giono figuraient au milieu d’une cinquantaine d’autres moins connus. Le 15 juin 1945 a lieu la première assemblée nationale de l’Union Nationale des Intellectuels (UNI) qui essaimera en province et qui, jusqu’en octobre 1947, organisera avec ses vingt-trois associations plus de trois mille manifestations : expositions, soirées de prestige, conférences et ventes annuelles de livres.

  • 19 Bulletin de l’UNI, p. 5. Archives du CNÉ. CNRS, Fonds Aragon.
  • 20 Carnet d’adresses du CNÉ (1946-1950). CNRS, Fonds Aragon, Archives du CNÉ, M. 85 228 x 174.
  • 21 Répertoire d’adresses du CNÉ (1952-1962), Ibid., M. 85, 339 x 228.
  • 22 Les Lettres françaises, 10 janvier 1947.
  • 23 Dans une lettre du 25 septembre 1948, Francis Jourdain confie à George Besson : « […] pas besoin de (...)

13Francis Jourdain, figure active du Comité, ne tarde pas à solliciter George Besson. Celui-ci deviendra dès 1946 membre de l’UNI dans la section Beaux-Arts19. À la lettre « B » du Carnet d’adresses du CNÉ (1946-1950), le nom de George Besson figure à la deuxième page, le premier en haut de la page20. D’après le tableau de règlement des cotisations, il apparaît que George Besson a cotisé chaque année de 1946 à 1950. Dans le répertoire d’adresses du CNÉ (1952-1962), ses cotisations sont enregistrées sans discontinuer pendant cette période21. Contrairement à Jean Paulhan et d’autres, il n’a pas démissionné du CNÉ en protestation contre les rigueurs de l’épuration intellectuelle et l’application de la Liste noire en février 1947. Jean Paulhan contestait la légitimité des membres du Comité à s’ériger en juges et à rendre un « verdict prétentieux ». En tant que Président du CNÉ, Jean Cassou répondra à celui-ci que le Comité ne prétend « à exercer aucun empire sur la vie des lettres22 ». Il affirme que les décisions du CNÉ n’ont de valeur que morale, mais plaide pour la responsabilité par rapport aux événements du passé. Le véritable patron du CNÉ, c’est en réalité Aragon qui, comme le confirme Francis Jourdain, règne en maître sur le Comité et imposera sa stratégie jusqu’à l’éclatement du Comité en juillet 47 après les démissions de Mauriac et de Sartre23.

Le prix Fénéon

  • 24 Dans une lettre adressée à Elsa Triolet, le 6 mai 1946, George Besson évoque cette amitié : « Jai (...)
  • 25 Plusieurs lettres de Jean Paulhan à Louis Aragon et Elsa Triolet nous apprennent la constitution de (...)
  • 26 La couverture du dernier numéro (no3537) de Ce Soir, les ler-2 mars 1953, fut dédicacée à George Be (...)

14Son amitié avec Aragon24, nouée à la rédaction de Commune ainsi que de LHumanité et confortée pendant la guerre, vaut à George Besson d’être introduit dans la Société Fénéon placée sous l’égide de l’Université de Paris. Cette société fondée à l’initiative de la famille du critique Félix Fénéon se donnait pour objectif de récompenser chaque année, par un prix et des bourses, des peintres, sculpteurs ou écrivains français de moins de trente-cinq ans. Jean Paulhan qui a pour mission de la constituer en 1944, soumet le nom de George Besson parmi les propositions de membres qu’il envoie à Aragon25. L’amitié qu’Aragon lui porte est aussi pour George Besson le point de départ d’une véritable carrière de critique d’art. Aragon l’appelle encore à ses côtés lorsqu’il redevient en 1945 codirecteur de Ce Soir26, mais surtout après avoir repris en main Les Lettres Françaises en 1953, il permettra à George Besson d’y assurer une chronique artistique régulière pendant vingt ans.

15Après 1945, George Besson défend de jeunes artistes dans lesquels il voit la relève des grands aînés et la continuité de la tradition. Dès qu’il avait décelé un nouveau talent, il s’employait activement à l’introduire dans le milieu artistique : il attirait l’attention du public et chroniqueurs sur ses travaux par des comptes-rendus de presse, plaçait ses protégés auprès des galeries, favorisait leur admission à des Salons, comme celui de la Jeune Peinture ou des Peintres Témoins de leur Temps. Sa qualité de membre du jury du prix Fénéon renforça l’influence de George Besson. La correspondance confirme qu’il jouait un rôle clé pour l’attribution du Prix Fénéon. Les autres membres du jury, tel Aragon, se réglaient le plus souvent sur son avis ou lui donnaient pouvoir. Les prix Fénéon de peinture furent attribués en 1949 à Mireille Miailhe, en 1950 à Paul Collomb, en 1951 à Paul Rebeyrolle, en 1952 à Guy Bardone, en 1953 à Édouard Cottavoz et Jean Fusaro, en 1955 à Dominique Mayet et Jacques Petit, en 1956 à Jean-Claude Bertrand et en 1958 à Pierre Garcia-Fons.

L’aventure des Lettres françaises (1949-1969)

Critique d’art aux Lettres françaises (1949-1969)

16De 1949 à 1969, George Besson fut le chroniqueur artistique de l’hebdomadaire Les Lettres Françaises, dirigé par Aragon. Dans les années 50-60, il consacra un grand nombre d’articles des Lettres françaises à évoquer ses souvenirs avec les novateurs de sa jeunesse : post-impressionnistes, fauves et cubistes modérés. Il avait connu Renoir par l’intermédiaire de son biographe, le peintre Albert André, et lui avait confié le portrait de son épouse Adèle. George Besson relate la mémorable séance du 21 janvier 1918, où le maître, âgé de soixante-dix-sept ans et cloué dans son fauteuil, brosse ce chef-d’œuvre entre neuf heures et midi. Pendant ce temps, George Besson photographia l’artiste dont les mains déformées par les rhumatismes étaient entourées de bandelettes.

  • 27 Parmi les participants à ce voyage en Allemagne de novembre 1941, figuraient les peintres Kees Van (...)
  • 28 « Réponses à un questionnaire », dans Les Lettres françaises, 17 juillet 196S.

17Lui qui eut des relations privilégiées avec les grands maîtres du XXe siècle, avait surtout compris son rôle de critique comme la justification d’une fidélité à leur mémoire. Même s’il ne pardonna jamais à Van Dongen sa participation au voyage en Allemagne qu’effectuèrent douze peintres et sculpteurs français en novembre 194127, George Besson a voulu retenir les moments heureux lors de la mort de l’artiste, en 1968 : « Cest à lui que je dois mon premier tableau, le portrait de ma femme peint en 1908 dans ce modeste atelier du passage Saulnier doù lon entendait répéter les musiciens des Folies Bergère. Mon amitié pour Van Dongen date de ces séances de pose28 ».

Les intellectuels pendant la guerre froide

  • 29 Texte de l’Appel de Stockholm publié dans LHumanité du 20 mars 1950 : « Nous exigeons l’interdicti (...)
  • 30 L’exposition internationale « L’Art et la Paix » fut annoncée dans Les Lettres françaises, 19 janvi (...)
  • 31 La signature de George Besson en faveur de l’« Appel pour le Pacte de Paix entre les cinq Grands », (...)
  • 32 Manifeste « Pour la fin de la guerre froide », dans Les Lettres françaises, 20-27 novembre 1952.
  • 33 Défense de la paix et Horizons, revues mensuelles ; directeur : Pierre Cot ; rédacteur en chef : Cl (...)

18Le 16 mars 1950, la direction des partisans de la paix adopte le texte fameux connu sous le nom d’Appel de Stockholm29. Le 25 juin, lorsque la guerre de Corée éclate, elle se prononce contre l’intervention américaine. Parmi les quatre cents millions de signatures – dont quatorze millions pour la France – que revendique LHumanité du 20 octobre, figure celle de George Besson. En avril est organisée à Lyon une exposition internationale, « L’Art et la Paix », que préside le sculpteur Georges Salendre et dont George Besson est membre30. L’année suivante, le combattant de la paix Besson s’adaptera aux nouvelles directives du Kominform sur la coexistence pacifique et participera à la campagne pour soutenir le pacte de paix entre les cinq grandes puissances (URSS, GB, USA, Chine populaire, France) proposé par Staline le 17 février31. En 1952, il signera le manifeste « Pour la fin de la guerre froide » avec les autres écrivains du CNÉ32. Entre 1952 et 1956, George Besson écrira quelques articles pour les revues Défense de la paix et Horizons33.

  • 34 Dans Jai cru au matin, Pierre Daix, devenu rédacteur en chef des Lettres françaises, témoigne : «  (...)
  • 35 D’après Stéphane Courtois, Marc Lazar, Histoire du Parti communiste français, PUF, Collection « The (...)

19George Besson fut le premier des dix signataires de cette lettre qui reprochait à la direction du PCF la pauvreté des informations sur l’affaire hongroise et demandait la convocation d’un congrès extraordinaire. George Besson, lui, n’eut pas envie de rompre et fît allégeance. D’ailleurs, ainsi que le remarque Pierre Daix, Aragon et l’ensemble de la rédaction des Lettres françaises demeurèrent publiquement dans l’orthodoxie34. Pourtant la stature internationale de l’écrivain Aragon avait déjà autorisé l’homme à prendre des libertés avec le Parti. Mais le traumatisme qui affecta la plupart des intellectuels gagna ensuite les adhérents qui n’étaient plus que trois cent mille en 1960-6135.

Sous la Ve République

  • 36 George Besson fera encore partie des signataires de l’appel lancé par l’Union des Arts Plastiques à (...)

20À la veille du référendum sur la Constitution de la Ve République, les intellectuels fidèles au Parti s’engagent activement en faveur du « non ». Ainsi, sous le titre « Un manifeste d’écrivains et d’artistes sur la Constitution », Les Lettres françaises publient le 25 septembre un manifeste au nom d’un certain « Comité de défense des libertés républicaines du VIe », disant « non au référendum, non au pouvoir personnel du Général de Gaulle et à la Constitution ». Ce texte est signé notamment par Aragon, Simone de Beauvoir, Jean Effel, Francis Jourdain, Picasso, Jean-Paul Sartre et Elsa Triolet. Il est suivi d’un communiqué des écrivains d’art signé Besson, Fougeron, Françoise Gilot, Hélion, Herbin, Kahnweiler, Lurçat, Gimond, Petit, Pignon, Roy, Taslitzky, Zervos. Malgré cette ultime tentative, c’est l’échec puisque, le 28 septembre, le « oui » l’emporte à une écrasante majorité avec plus de 79 % des suffrages exprimés. Quelques semaines plus tard, lors des élections législatives des 23 et 30 novembre, le PCF subit sa plus grave défaite électorale depuis la Libération, retombant presque au niveau de 1936. Même ses dirigeants sont touchés : Duclos est battu et Thorez sauve son siège de justesse. Au-delà de 1960, George Besson ne participera plus guère aux campagnes de pétitions36. Était-ce l’âge, l’effet de la crise interne qui secouait le PCF avec l’affaire Casanova-Servin, l’émergence de nouveaux dirigeants avec la nomination de Waldeck-Rochet comme secrétaire général lors du XVIe Congrès en 1961 ou encore le choc subi après la mort de Thorez, le 11 juillet 1964 ?

  • 37 « Bons vœux à George Besson », in Les Lettres françaises, 1er janvier 1953 ; « Bon anniversaire Geo (...)
  • 38 « […] À ce jeu, je ne tarderais pas à apprendre quAragon avait reçu un millier de désabonnements e (...)
  • 39 Lettre de George Besson à Louis Aragon, 1969, voir ci-après p. 275.

21Au terme de cette étude, il apparaît que le PCF récompensa le parcours d’intellectuel militant de George Besson. La publication régulière de ses chroniques dans les Lettres françaises constitua pour lui une consécration. Il fut l’un des rares collaborateurs dont l’anniversaire était célébré par une insertion dans le journal37. Quand il comprit – à quatre-vingts ans – que la rédaction du journal ne partageait plus ses choix esthétiques (notamment Georges Boudaille38 devenu chef de la rubrique des arts, qui s’orientait vers la promotion d’artistes tels Klein, Arman, Barré), il accepta de s’effacer au nom de l’intérêt général, comme l’indique le ton, amer, de sa dernière lettre à son « Cher Président39 ».

Notes

1 Francis Jourdain était le fils de Frantz Jourdain, architecte des Grands Magasins de la Samaritaine et Président du Salon d’Automne. À George Besson, il présenta des artistes comme Van Dongen, Vallotton, Marquet, des photographes comme Steichen, des hommes de science comme Henri Wallon. Artiste peintre, il s’orienta vers la production de meubles fonctionnels. Dès leur rencontre, George Besson considéra Francis Jourdain comme son « directeur de conscience » et adhéra comme lui au Parti Socialiste Unifié, Section française de l’Internationale Ouvrière (SFIO). Avec Francis Jourdain, George Besson fonda, en 1912, Les Cahiers dAujourdhui dans l’esprit de la Revue Blanche. Publication bimestrielle, Les Cahiers dAujourdhui parurent de 1912 à 1914, puis après une interruption liée à la guerre, de 1920 à 1924.

2 Dès le début de 1933, l’AÉAR avait rallié Louis Aragon, André Breton, Paul Éluard, Eugène Dabit, Élie Faure, Francis Jourdain, Jean Lurçat, Man Ray, Léon Moussinac, Paul Nizan, Georges Politzer, Romain Rolland, Georges Sadoul et Charles Vildrac. En 1934 s’y ajoutaient Jean Baby, Jean-Richard Bloch, Jean Cassou, Jean Giono, Victor Margueritte et André Malraux. En 1935, André Chamson, Julien Benda, Luc Durtain et Jean Guéhenno. Elle comptait au total 550 adhérents répartis en différentes sections : littérature, arts plastiques, architecture, musique, théâtre et cinéma, qui voulaient marquer leur résistance antifasciste et exprimer leur solidarité avec le communisme conçu alors comme le combat de l’homme pour sa dignité. D’après Nicole Racine, « L’Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires (AÉAR). La revue Commune et la lutte idéologique contre le fascisme (1932-1936) », in Le Mouvement social no 54, janvier-mars 1966, p. 32.

3 Le siège de la Maison de la Culture fut d’abord 12, rue de Navarin (9e), puis 26, rue d’Anjou (8e), connu aussi sous le nom de Musée d’Art vivant. L’exposition Courbet à la Maison de la Culture qui présentait quinze peintures et quelques douzaines de lithographies, dessins et documents, fut ouverte du 28 mai au 15 juin 1936.

4 George Besson « Collages et dessins », in Les Lettres françaises, 1er avril 1965.

5 LHumanité, 7 juin 1936, p. 8.

6 George Besson écrivit quarante-sept articles pour Commune entre mars 1936 et juillet 1939. Il y assura les comptes-rendus d’exposition avec Elie Faure.

7 Bulletin du Comité du CVIA n° 29, 15 octobre 1935, p. 2 et 16, Bibliothèque Nationale. La « Réponse aux intellectuels fascistes » fut aussi publiée dans le n° 155 de la revue Europe, le 15 novembre 1935, p. 452-453, en réaction au manifeste « Pour la défense de l’Occident », publié par Le Temps, le 4 octobre 1935 qui deviendra, dans le numéro suivant « le manifeste des intellectuels pour la paix en Europe et la défense de l’Occident. Les soussignés réaffirmaient l’amitié entre les peuples français et italien et leur soutien à la SDN dans son effort pour réaliser la paix.

8 Léon Moussinac (1890-1964), écrivain et critique d’art communiste. Il fut directeur du journal Regards (1935-1939), puis directeur de l’École Nationale supérieure des Arts Décoratifs (1946-1960) et publia plusieurs ouvrages sur le théâtre et le cinéma.

9 Souvenirs de George Besson, dictés à Jacqueline, 19 novembre 1970, p. 5.

10 Paul Vaillant-Couturier décéda subitement le 10 octobre 1937 à l’âge de 44 ans. À l’époque présumée de la photographie, il était membre du Comité central du Parti communiste, rédacteur en chef de LHumanité et maire de Villejuif.

11 Deux de ces photographies furent publiées par un éditeur allemand dans un recueil de textes d’articles de George Besson, Moderne Kunst in Frankreich, Préface de Pierre Worms, V.E.B. Verlag der Kunst Dresden, 1986, planches hors texte nos 14 et 15.

12 LHumanité, 13 octobre 1937, p. 7.

13 Le texte original de la pétition : « Déclaration des intellectuels républicains au sujet des événements d’Espagne » est reproduit par M. Jean-François Sirinelli dans son ouvrage Intellectuels et passions françaises, p. 167-175.

14 Dans la rubrique « Lettres et arts » de Ce Soir, la chronique de George Besson « Le marchand de couleurs » côtoyait la chronique littéraire d’Edmond Houze intitulée « Le serpent à plumes ».

15 Le 31 décembre 42, René Tavernier héberge Aragon et Elsa à Monchat, un quartier de Lyon. C’est là que Claude Morgan prend contact avec Aragon en mars 1943 pour préparer Les Lettres françaises. Le couple reste six mois à Lyon où ils mettent au point la constitution du CNE pour la zone Sud : Camus, Pierre Emmanuel, le R.P. Brückberger, Sadoul, Seghers, Jean Prévost, Henri Malherbe. Début juillet, ils disparaissent et se cachent dans le village de St-Donat dans la Drôme. La liaison sera assurée par Georges Sadoul. D’après Pierre Daix, Aragon, Flammarion, 1994.

16 Adèle Besson écrit le 2 octobre 1945 à Aragon et Elsa, à Lyon : « […] Nous pensons souvent à ces bons petits moments passés sur la petite terrasse en famille, pour vous, cétait une détente, un délassement, dans les heures tragiques que nous traversions […] », Lettre d’Adèle Besson à Aragon, Fonds Aragon, CNRS, Paris.

17 Siège du CNÉ : Maison de la Pensée française, 2, rue de l’Élysée, Paris 8e.

18 . Le second numéro légal des Lettres françaises parut le 30 septembre 1944.

19 Bulletin de l’UNI, p. 5. Archives du CNÉ. CNRS, Fonds Aragon.

20 Carnet d’adresses du CNÉ (1946-1950). CNRS, Fonds Aragon, Archives du CNÉ, M. 85 228 x 174.

21 Répertoire d’adresses du CNÉ (1952-1962), Ibid., M. 85, 339 x 228.

22 Les Lettres françaises, 10 janvier 1947.

23 Dans une lettre du 25 septembre 1948, Francis Jourdain confie à George Besson : « […] pas besoin de nous dire que “le Comité”, cest Aragon auquel personne nose tenir tête· ». Lettre no 40, Archives Jourdain, Musée d’art et d’histoire de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

24 Dans une lettre adressée à Elsa Triolet, le 6 mai 1946, George Besson évoque cette amitié : « Jai reçu, il y a longtemps déjà, votre livre et jai été très touché par votre bonne pensée. Pour lire ce roman, jai oublié que nous étions des amis déjà anciens. Et vous me connaissez assez pour savoir que je ne vous dirais pas quil ma donné un grand, un durable plaisir, si ce nétait pas la vérité. “Personne ne maime”, moi, parce que jai lhabitude de dire ce que je pense. Acceptez donc mes félicitations. […] ». CNRS, Fonds Aragon

25 Plusieurs lettres de Jean Paulhan à Louis Aragon et Elsa Triolet nous apprennent la constitution de la Société Fénéon : « En principe, la Société Fénéon aurait dix membres : Georges Lecomte, Bernard Groethuysen, George Besson, Laurent Delhief (peintre, ami de F.F. […]), Aragon, Éluard, Chastel, Fautrier, Tavernier, J.P. Dites-moi que vous êtes daccord. On se réunirait, une fois lan, pour donner les prix […] », lettre no 113 [1944], in Correspondance générale, Aragon-Paulhan-Triolet « Le Temps traversé », édition établie, présentée et annotée par Bernard Leuilliot, Gallimard, 1994, p. 176-177 (désormais : Le Temps traversé).
« Nous avons songé à faire le premier déjeuner de la Société Félix Fénéon à Chatenay-Malabry, près de la Vallée-aux-Loups. Fanny Fénéon, si elle nest pas trop fatiguée ce jour-là, nous recevrait après déjeuner. Le lundi 25 vous conviendrait-il ? […] Vous viendriez tous les deux, nest-ce pas ? Elsa est membre dhonneur de la Société. Les membres sont : Valéry [Paul Valéry devait mourir le 20 juillet suivant], Lecomte, Groeth, Jolinon [ancien avocat et romancier lyonnais 1887-1971], Éluard. Guyot (de la Sorbonne [secrétaire général de l’Université de Paris, révoqué par Vichy à la suite de la manifestation des étudiants du 11 novembre 1940]), Fautrier, Chastel, Besson, Vildrac, Delhief et Marie Dormoy. […] », lettre no 120, Paris, 13 juin 1945, Le Temps traversé, p. 184-185.
« Le premier déjeuner FF aura lieu le samedi 5 janvier, à midi et demie, au Rendez-vous des Mariniers, 33 quai dAnjou. Si vous ny venez pas, nous serons tous déçus. (Ce tous comprend : Vildrac, Fautier, Chastel, Marie Dormoy, Éluard, Groethuysen, Jolinon, G. Lecomte, Arlin et Besson). […] », lettre no 123, NRF, mardi [1er janvier 1946], Le Temps traversé, p. 187.

26 La couverture du dernier numéro (no3537) de Ce Soir, les ler-2 mars 1953, fut dédicacée à George Besson par ses collègues de la rédaction. Archives Besson.

27 Parmi les participants à ce voyage en Allemagne de novembre 1941, figuraient les peintres Kees Van Dongen, André Derain, Maurice de Vlaminck, Othon Friesz, André Dunoyer de Segonzac, Raymond Legueult, Roland Oudot, les sculpteurs Paul Landowski, Henri Bouchard, Louis Lejeune, Charles Despiau et Paul Belmondo.

28 « Réponses à un questionnaire », dans Les Lettres françaises, 17 juillet 196S.

29 Texte de l’Appel de Stockholm publié dans LHumanité du 20 mars 1950 : « Nous exigeons l’interdiction absolue de l’arme atomique, arme d’agression et d’extermination des populations. Nous exigeons l’établissement d’un rigoureux contrôle international pour assurer l’application de cette mesure d’interdiction. Nous considérerions comme criminel de guerre le gouvernement qui le premier utiliserait l’arme atomique contre n’importe quel pays, car il commettrait non seulement un crime de guerre, mais un crime contre l’humanité et serait à traiter comme criminel de guerre. Nous appelons tous les hommes de bonne volonté dans le monde à signer cet appel ».

30 L’exposition internationale « L’Art et la Paix » fut annoncée dans Les Lettres françaises, 19 janvier 1950, p. 7.

31 La signature de George Besson en faveur de l’« Appel pour le Pacte de Paix entre les cinq Grands », fut publiée dans Les Lettres françaises du 5 juillet 1951, dans la catégorie « journalistes ».

32 Manifeste « Pour la fin de la guerre froide », dans Les Lettres françaises, 20-27 novembre 1952.

33 Défense de la paix et Horizons, revues mensuelles ; directeur : Pierre Cot ; rédacteur en chef : Claude Morgan.

34 Dans Jai cru au matin, Pierre Daix, devenu rédacteur en chef des Lettres françaises, témoigne : « […] Les Lettres françaises ne survécurent à la crise de lintervention soviétique en Hongrie quen publiant à la une un communiqué que javais négocié avec chaque membre non-communiste de la rédaction, pour annoncer que nous navions pas de position commune sur les événements de Hongrie. Cétait la manière dAragon daccorder à ses collaborateurs une clause de conscience, mais aucun de nous ne le quitta. […] » in Jai cru au matin, Robert Laffont, collection « Vécu », 1976, p. 366. Pierre Daix commente aussi les conséquences de la prise de position des dix signataires : « […] Lettre qui fut sans résultat, si ce nest que le nom de Picasso protégea les autres signataires de la répression du PCF » (Ibid).

35 D’après Stéphane Courtois, Marc Lazar, Histoire du Parti communiste français, PUF, Collection « Themis », 1995, p. 317.

36 George Besson fera encore partie des signataires de l’appel lancé par l’Union des Arts Plastiques à propos du projet de rénovation du quartier des Halles de Paris dans Les Lettres françaises, 28 février 1968.

37 « Bons vœux à George Besson », in Les Lettres françaises, 1er janvier 1953 ; « Bon anniversaire George Besson », in Les Lettres françaises, 27 décembre 1967, avec publication d’une lettre de Michel Ragon, Président de l’Association française des critiques d’art.

38 « […] À ce jeu, je ne tarderais pas à apprendre quAragon avait reçu un millier de désabonnements et que ma « copie » serait désormais soumise à la censure de Georges Boudaille […] », in Les Lettres françaises, « Critique et critiques », 25 août 1966.

39 Lettre de George Besson à Louis Aragon, 1969, voir ci-après p. 275.

Table des illustrations

Légende George Besson (debout) en compagnie des dirigeants du PCF, vers 1936. (Photographie Archives Besson). De gauche à droite, Maurice Thorez, Marcel Cachin. De dos (au centre), Paul Vaillant-Couturier.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/7719/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search